Page 1

Yoann DUTITRE Avril 2011

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise


Pour me contacter : Yoann.dutitre@laposte.net 06 83 75 71 09

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

2


Sommaire

I Présentation / Pourquoi ce manifeste ? ........................................................................................ 5 II - Une rénovation inutile, un changement inévitable .................................................................... 7 Pourquoi une Arena ? 12 III – Le potentiel de Nantes ........................................................................................................... 13 Une métropole reconnue pour son dynamisme et son attractivité 13 La présence de nombreux clubs professionnels ambitieux 15 L'Arena, l’outil indispensable du nouveau modèle économique des clubs d'élite nantais 17 Ne plus opposer sport de masse et sport de haut niveau 19 IV - Quelle Arena pour quelle ambition ? ...................................................................................... 21 Estuaire Arena 21 Grand Ouest Arena 21 L’étude de faisabilité actuelle 22 V - Où situer la nouvelle Arena ? .................................................................................................. 23 Deux critères incontournables : centralité et insertion urbaine 23 L’Arena : un équipement structurant 24 Une Arena dans le « métacentre » 28 Au cœur d’un pôle d’échange multimodal performant 32 Un lieu de vie permanent de la métropole 32 Un équipement en phase avec son environnement 33 VI – Le coût de l’Arena .................................................................................................................. 35 Evaluation du cout de l’Arena 35 Financer un projet métropolitain structurant 36 Dénicher les opportunités pour financer l’Arena 37 VII – Les caractéristiques de l’Arena ............................................................................................. 43 Multifonctionnalité 44 Modularité 46 Accueil optimisé des spectateurs et partenaires 47 Mettre en scène le jeu 50 S’inspirer de l’excellence, s’adapter à l’échelle de la métropole nantaise ..................................... 53 Le Palio de Boulazac 54 Siauliau Arena 56 Stockton Arena 58 Madison Square Garden 60 Barclays Center 62 Bibliographie ................................................................................................................................ 65

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

3


Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

4


I - Présentation / Pourquoi ce manifeste ?

Yoann DUTITRE Master 1 de recherche en sociologie Master 2 d’urbanisme Mémoires de recherche sur le projet urbain Ile de Nantes : « La réhabilitation des chantiers navals dans le projet urbain Ile de Nantes » « Attirer la classe créative et empêcher la gentrification, les paradoxes d’une politique urbaine nantaise » Urbaniste et passionné de sport, j’ai décidé, en tant que citoyen, de participer à ma manière au développement de la métropole nantaise. Mes intentions sont claires : par la réalisation de ce document, je souhaite créer un débat, engager une réflexion constructive, sur un sujet qui me semble fondamental pour l’attractivité de notre métropole. En aucune manière, je ne souhaite mettre dans l’embarras les décideurs et élus nantais. Ce manifeste peut être perçu comme étant ma modeste contribution à la démarche « Ma ville Demain »… … en espérant que l’Arena soit construite bien avant 2030 !

Inauguré en 1973, le Palais des Sports de Beaulieu est le principal équipement de sport en salle de l’agglomération nantaise. Par le passé, cette salle a permis d’accueillir de prestigieux évènements sportifs (Finale de l’Euroleague de Basketball en 1974, championnat d’Europe de basketball en 1983, match de coupe Davis en 1996, championnat du monde de handball masculin en 2001, et féminin en 2007). Désormais, cet équipement est vétuste et inadapté à la pratique du sport en salle de haut niveau. De ce fait, le 2 juillet 2010, le Conseil municipal de la ville de Nantes a approuvé, à l’unanimité, le programme de rénovation du Palais des Sports de Beaulieu proposé par la direction des sports de la municipalité.

Nous pensons que ce choix de rénover le Palais des Sports de Beaulieu est une erreur. Malgré un contexte financier contraint pour les collectivités territoriales, sujettes aux incertitudes concernant les engagements financiers de l’Etat, il est dans l’intérêt de la métropole nantaise de s’engager sur une autre voie. Nous considérons que la construction d’un nouvel équipement est nécessaire.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

5


Palais des Sports de Beaulieu Architectes : Georges Evano, Jean-Luc Pellerin Une salle 60mx40m (2124 m²) avec parquet d’une capacité d’accueil de 4 500 places assises + 1000 places supplémentaires après installation de tribunes additionnelles, selon avis de la commission départementale de sécurité, soit 5500 places. 6 salles annexes : - 1 salle 44mx24m (1056m²) parquet (500 places) - 1 salle karaté tatami sur parquet 20x12 - 1 salle haltérophilie tartan 20x10 - 1 salle boxe tartan 20x09 - 1 salle gymnastique tapis 48x20 - 1 salle judo tatami 20x18 Places de parking : 250 - 1 salle réceptions - 1 salle réunions Le Palais des Sports de Beaulieu a reçu le prix européen de l'architecture l'année de son inauguration, récompensant une prouesse technique : la structure métallique supportant la couverture de la salle sur une portée de 86 mètres. Ce bâtiment a été construit en deux tranches, de 1967 à 1973 et de 1975 à 1979 (Source Wikipedia).

Nous proposons, à titre indicatif, la procédure suivante : -

-

Arrêter le projet de rénovation du Palais des Sports de Beaulieu Geler le budget prévu pour cette rénovation et économiser en vue du futur projet Elaborer le budget de l’Arena en couplant le budget gelé avec des financements de Nantes Métropole, du Conseil Régional, du Conseil Général, de l’Etat, voire du comité Arena/Grand équipement Etudes terminées pour la fin du présent mandat (fin 2013-début 2014) Commencement des travaux au début du futur mandat (fin 2014) Ouverture du nouvel équipement en 2015-2016 / Destruction de la grande salle de Beaulieu au profit d’un nouveau projet urbain. Ce projet urbain pourra intégrer les salles annexes de sport pour consolider le réseau d’équipement sportif de la métropole.

Ce présent dossier a été rédigé dans le but de vous convaincre que la métropole nantaise doit se doter d’un grand équipement de sport en salle digne de son dynamisme et de ses ambitions.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

6


II - Une rénovation inutile, un changement inévitable

Travaux envisagés pour le Palais des Sports de Beaulieu: Phase I : mai 2012 – décembre 2013 : rénovation de la grande salle -

-

Mise en conformité de l’équipement avec les nouvelles normes et rénovation (amélioration du confort acoustique, thermique et de l’occultation, rénovation du clos et couvert) pour assurer sa pérennité technique et fonctionnelle, Installation d’une « sur-tribune » sur la tribune sud pour augmenter la jauge et la porter à environ 5 300 places mais aussi améliorer le confort visuel du public, renforcer la proximité avec les sportifs (effet « chaudron ») et offrir de meilleures conditions aux clubs dans la perspective de matchs de coupe d’Europe

Cout de l’opération : 10 508 000 Euros TTC (travaux = 20 mois) Phase II : janvier 2014 – avril 2016 : intervention sur les salles annexes et extension/création d’un hall d’accueil Cout de l’opération : 12 103 000 Euros TTC (dont 6 030 000 Euros pour l’extension)

A l’aube de son quarantième anniversaire, le Palais des Sports de Beaulieu approche indéniablement de l’obsolescence. Faire le choix de le rénover, c’est prendre le risque d’être perpétuellement dépassé, d’avoir toujours un coup de retard par rapport aux autres enceintes françaises et européennes. Un Palais des Sports de Beaulieu rénové ne remplira qu’imparfaitement sa mission : il ne pourra ni répondre aux conditions requises pour l’organisation de compétitions internationales, ni soutenir le développement des clubs professionnels de la métropole nantaise. L’obtention d’un prix d’architecture dans les années 70 saluant une prouesse technique et une certaine originalité ne doit pas occulter le fait qu’un tel équipement se doit d’être avant tout fonctionnel. La pérennité des usages prime sur l’objet architectural. La construction d’une salle moderne, fonctionnelle et adaptée aux évolutions des sports en salle nous semble donc indispensable. Il nous semble impossible de rénover complètement le Palais des Sports de Beaulieu, de manière à ce que cet équipement ait une exploitation optimisée et digne des standards actuels. La conception originelle de l’équipement ne peut lui permettre de s’adapter aux évolutions du sport. Voici quelques arguments pour vous démontrer qu’une simple rénovation s’avère insuffisante tant la conception de l’équipement est inappropriée : « Certains clubs évoluent dans des salles qui sont parfois loin de répondre aux conditions requises pour l’organisation de compétitions professionnelles, que ce soit au regard de la sécurité, des conditions d’accueil des sportifs et des officiels, du tracé sur les parquets, de la qualité des retransmissions audiovisuelles, de l’adéquation des politiques de partenariat… » Rapport Arena 2015, p25 Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

7


-

Confort acoustique médiocre. La qualité acoustique de l’enceinte est mauvaise (à la limite du supportable dans les tribunes Nord et Sud). Le speaker est inaudible depuis le haut de la tribune de presse, depuis les coursives pourtant ouvertes sur la salle et au niveau des points de restauration.

-

Accueil du public de qualité insuffisante, malgré les efforts des bénévoles des clubs respectifs. La structure de l’enceinte ne permet pas de créer des espaces accueillants, conviviaux, confortables et disposant de prestations nouvelles attendues par le public.

-

Sièges inconfortables, manque d’espace qui confère un sentiment « d’entassement » lorsque la tribune est remplie.

-

Tribune de presse au confort rudimentaire. Pour Jean-Yves Bieuzen, vice-président de l'Office municipale des sports (OMS) « […] l'accueil des journalistes n'est pas satisfaisant. » (Presse-Océan, 01/08/2009)

-

Offre de places à prestations (loges, business sites, espaces privatisés) inadaptée. Irrémédiablement, l’enceinte n’est pas conçue pour recevoir ce type d’offre. Les interventions envisagées dans le programme de rénovation s’avèreront insuffisantes pour répondre aux prestations attendues pour ce type d’offre. L’extension prévue pour accueillir ces espaces ne comblera pas ce manque. Les espaces à prestations ne seront pas situés à proximité du terrain. Ils ne seront pas véritablement intégrés à la salle, créant ainsi un déficit de confort et de convivialité.

-

Manque de confort visuel : l’éloignement est un des soucis majeurs de cette enceinte. Les premiers rangs sont situés beaucoup trop loin du terrain. La configuration asymétrique, irrégulière des tribunes Nord et Sud, et improbable des tribunes Est et Ouest accentue ce sentiment d’éloignement. Cet équipement est définitivement mal configuré pour le confort visuel des spectateurs. Il faudrait repenser complètement l’aménagement des tribunes pour obtenir un confort visuel convenable et créer l’effet « chaudron » souhaité dans le programme de rénovation. L’installation d’une sur-tribune sur la tribune sud ne pourra combler cette déficience. De plus, la médiocre qualité de l’éclairage de la salle ne permet pas de mettre en scène le spectacle sportif. La lumière du Palais des Sports de Beaulieu est trop blanche et éblouissante, même si elle est focalisée sur le terrain. L’éclairage de la salle ne permet pas de lire correctement la table de marque depuis la tribune sud notamment.

Ces dernières années, dans l’urgence, divers travaux concernant la couverture, les baies vitrées délabrées, l'isolation, le confort acoustique et l'étanchéité, ont été entrepris. La facture des travaux réalisés pendant l’été 2009 s’élevait à 736 000 Euros (Presse-Océan, "Le palais se refait une santé", 01/08/2009), entièrement financée par la ville. En avril 2008, la rencontre de basket « Pro B » entre Nantes et Saint-Vallier avait même du être transféré en urgence dans la salle Mangin-Beaulieu à cause de problèmes d'étanchéité de la toiture du PSB. Jean-Yves Bieuzen, viceprésident de l'Office municipale des sports (OMS), concède : « C'est bien qu'il soit remis en état pour éviter les fuites du toit mais ce n'est pas suffisant. Le palais n'est pas en conformité pour accueillir des compétitions internationales. […] Cela nuit à l'image de Nantes ».

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

8


Quelques illustrations des défauts conceptuels du Palais des Sports de Beaulieu :

Coursives et espaces d’accueil inappropriés, ne pouvant s’adapter aux besoins du public et recevoir de nouveaux services et prestations pour le grand public

Eloignement extrême entre le terrain et la tribune nord, digne d’une salle de 20 000 places. Cette absence de proximité entre le public et les joueurs se retrouvent dans l’ensemble de la salle.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

9


Page précédente et ci-dessous : quelques exemples absurdes de places isolées, au champ de vision totalement réduit.

Page suivante : Loges, tribune de presse, places à prestations et salon VIP. Définitivement, la conception initiale de la salle empêchera de créer les conditions indispensables pour développer une offre de prestation (accès direct à des espaces privatisés, confort, convivialité, personnalisation de l’espace, vue rapprochée sur l’aire de jeu pour être au cœur de l'action). Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

10


Obsolescence : le fait pour un produit, un équipement d’être dépassé, et donc de perdre tout valeur, du simple fait de l’évolution technique, même s'il est en parfait état de fonctionnement. A la vue des multiples défauts irrémédiables du Palais des Sports de Beaulieu, Nantes ne peut se satisfaire de posséder un tel équipement. Nous soutenons l’idée que la métropole nantaise doit avoir l’audace de s’engager dans le projet d’une nouvelle grande salle omnisport moderne et innovante. Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

11


Pourquoi une Arena ? Il nous parait judicieux de s’appuyer sur le dossier « Arena 2015, Rapport de la commission des grandes salles », réalisé par Daniel Constantini et Frédéric Besnier, même s’il n’est pas obligatoire de suivre à la lettre les critères et recommandations proposés par ce rapport. Néanmoins, celui-ci semble indiquer la bonne démarche à suivre. Les enceintes modernes construites actuellement, en Europe mais également sur les autres continents, répondent la plupart du temps au vocable d’Arena. « L’appellation Arena caractérise des équipements multifonctionnels, construits sur le modèle de l’arène antique, le public encerclant la piste, permettant d’organiser des manifestations aussi bien sportives qu’événementielles et de rentabiliser ces équipements par une modularité précise et rapide à même d’assurer une exploitation maximale tous les jours de l’année. Les Arenas ont pour spécificité d’être des structures plus grandes, plus accueillantes et plus confortables que les salles classiques. Ces caractéristiques permettent d’attirer une nouvelle clientèle plus diversifiée et d’offrir des prestations de grande qualité. » (Rapport Arena 2015, p39) L’intérêt du concept de l’Arena réside dans le fait que l’équipement répond parfaitement, d’une part, aux évolutions des sports en salle, et d’autre part, aux attentes des spectateurs venant assister à l’évènement sportif. « Les spectateurs ne se rendent plus uniquement dans les enceintes sportives pour assister à un match. L’ambiance et le sentiment de bien-être deviennent tout aussi importants que la compétition en elle-même. Le design, le confort, l’accessibilité, les points de vente, la nourriture, la signalétique, les écrans vidéo, l’accès aux toilettes (aussi bien pour les femmes que pour les hommes) sont autant d’éléments qui créent la perception d’une enceinte qui propose un rendez-vous attendu aux spectateurs, en offrant des services de qualité. Autant d’éléments qui participent d’une politique de fidélisation du public grâce à l’outil de l’enceinte sportive. » (Rapport Arena 2015, p34)

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

12


III - Le potentiel de Nantes Marie-Françoise Clergeau, adjointe aux sports à la mairie de Nantes : « Nantes est une grande métropole, un exemple de dynamisme. Il faut savoir de quelle manière on inscrit le sport dans cette dynamique. Le problème aujourd’hui, c’est qu’on n’a plus la capacité à accueillir les plus grands événements sportifs. On n’a plus la possibilité de revoir la Coupe Davis par exemple. » (Mardi 18 mai 2010 / PO / Jérôme Le Garrec) La métropole nantaise possède de nombreux atouts pour enfin disposer d’un équipement prestigieux dédié aux sports en salle. Il convient de les énumérer :

- Une métropole reconnue pour son dynamisme et son attractivité Nantes : 290 943 habitants, 6e ville de France Nantes Métropole : 590 000 habitants, 8e agglomération de France Grand-Ouest: 11 600 000 personnes en 2007 (Bretagne, Pays de la Loire, Haute-Normandie, Basse-Normandie, Poitou-Charentes) Avec plus de 800 000 habitants, Nantes - Saint-Nazaire est parfois qualifiée de métropole du Grand Ouest

Avec près de 600 000 habitants, la métropole nantaise est l'une des métropoles les plus dynamiques et attractives du territoire français. Cinquième agglomération de France par sa croissance démographique, sa population devrait s’accroître de 100 000 habitants dans les vingt prochaines années. Associée à l'agglomération de Saint-Nazaire, Nantes/Saint-Nazaire constitue la principale métropole du Grand Ouest français.

Néanmoins, selon Philippe Audic, président du Conseil de développement de Nantes Métropole, si « Nantes/Saint-Nazaire exerce une attraction indéniable à l’intérieur des frontières nationales. Il lui faut désormais entrer dans la cour européenne ». Présentée en 2004 comme « la ville la plus agréable d'Europe » par le magazine Time, la capacité d’attraction de la métropole nantaise à l’international reste insuffisante. Désormais, le véritable défi pour la métropole est de gagner une visibilité à l’échelle européenne. Fort de son dynamisme actuel, la métropole nantaise va jouer de nombreux atouts pour s'installer durablement dans le concert des métropoles européennes : l'aéroport de Notre-Dame-desLandes, la future nouvelle gare TGV, les projets urbains EuroNantes, Île de Nantes, le Quartier de la création, l’opération « cœur de ville, cœur d’agglomération », la prochaine création d'une marque de territoire... Toutes ces initiatives doivent permettre de concrétiser les ambitions de métropole européenne affirmées par les dirigeants nantais et devenir vraiment compétitif dans le jeu concurrentiel des villes européennes. Pour enfin satisfaire ses ambitions internationales, Nantes doit se doter d'un équipement dont est pourvue l'ultra-majorité des métropoles européennes. Au cours des dernières années, l'Arena est devenue un équipement indispensable pour le rayonnement et l'attractivité d'un territoire à l'international, au même titre qu'un stade ou un centre des congrès. A très peu d'exceptions près, les métropoles européennes ont toutes Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

13


construites des grandes salles multifonctionnelles, modernes et performantes. A l'image de la France, Nantes est passée à côté de l’émergence européenne de ces salles multifonctionnelles : « Sur les 90 enceintes de plus de 10 000 places en configuration sport recensées sur le continent européen, la France n’en compte à ce jour qu’une seule, le POPB (14 500 places en configuration sports de salle). Les pays européens voisins dotés d’une culture de sports de salle sont loin devant : l’Allemagne compte 18 salles de plus de 10 000 places, l’Espagne 12, l’Italie 6 et l’Angleterre 5. » Rapport Arena 2015, p15

Source : Rapport Arena 2015

Concernant les salles pouvant recevoir des événements sportifs dont la jauge se situe entre 5 000 et 10 000 places, la France se classe seulement au huitième rang (sur seize pays) avec 18 enceintes. Cependant, « l’écart avec les autres pays européens reste néanmoins important : l’Espagne, la République tchèque et l’Allemagne recensent respectivement 37, 34 et 33 grandes salles appartenant à cette catégorie. De plus, sur ces 18 enceintes françaises, 16 ont une jauge inférieure à 7 500 places » (Rapport Arena 2015, p16). Cette situation est d'autant plus préoccupante que les projets d'Arena commencent à fleurir sur le territoire français. En effet, pour combler leurs déficits vis-à-vis des métropoles européennes, de nombreuses villes françaises (Bordeaux, Lille, Lyon, Montpellier, Aix-en-Provence, Orléans, Brest, Rouen, Gravelines-Dunkerque...) prévoient de se doter d'équipements multifonctionnels majeurs. Avec ce projet actuel de modernisation du Palais des Sports de Beaulieu, Nantes ne pourra, en aucun cas, être en mesure d'accueillir des compétitions sportives internationales.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

14


Pour illustrer notre propos, voici un comparatif entre le projet du Palais des Sports de Beaulieu (5 300 places) et les jauges minimums requises pour accueillir les compétitions internationales de Basketball (sous réserves de remplir les autres conditions exigées par la FIBA) - Tournoi Olympique Tour préliminaire : 7 500 places Tour final : 12 000 places - Tournoi Préolympique (Homme et Femme) Tour préliminaire : 6 000 places Tour final : 10 000 places - Championnat du monde FIBA (Homme) Tour préliminaire : 7 500 places Tour final : 15 000 places - Championnat du monde FIBA (Femme) Tour préliminaire : 4 000 places Tour final : 8 000 places - Championnat d'Europe (Homme et Femme, inclus tournoi qualificatif) Tour préliminaire : 5 000 - 8 000 places Tour final : 10 000 - 15 000 places Dans le meilleur des cas, le Palais des Sports de Beaulieu rénové ne pourrait qu'accueillir le tour préliminaire d'un championnat du monde féminin, et un tour préliminaire de championnat d'Europe. Cependant, à cause de sa faible capacité, le Palais des Sports de Nantes serait en concurrence avec de nombreuses autres salles françaises de capacité d'accueil équivalente, y compris dans le Grand Ouest.

- La présence de nombreux clubs professionnels ambitieux Dans un passé relativement proche, le sport nantais n'était presque reconnu qu'à travers la réussite du Football Club de Nantes et de son "jeu à la nantaise". La donne a changé. Alors que le FC Nantes connait des crises sportives répétées et suscite désespoir et/ou nostalgie chez ses supporters, le sport nantais voit l'émergence de nombreux clubs de sport en salle désormais reconnus dans l’hexagone. La métropole nantaise compte cinq équipes professionnelles de sport en salle. Ce chiffre, assez exceptionnel au niveau national, démontre la qualité et la diversité des clubs professionnels nantais.

Basketball Nantes Rezé Basket (F): LFB Hermine de Nantes (H) : Pro B Volleyball Nantes Volley Féminin (F) : Ligue A Nantes Rezé Métropole Volley (H) : Ligue A Handball HBC Nantes (H) : Division 1

Le point commun entre ces clubs nantais est la mise en place d'une structure sportive performante basée notamment sur des centres de formation de plus en plus compétitifs. Comme Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

15


le Football Club de Nantes en son temps, la réussite des différents clubs de sport collectif permet de mettre en lumière le bon travail des éducateurs et formateurs nantais. Il apparait donc nécessaire d'accompagner cette montée en puissance des clubs nantais en mettant à leur disposition des infrastructures sportives d'excellence.

Source : Rapport Arena 2015 Carte de gauche : Les clubs de sport de salles (saison 2009/2010) Carte de droite : le nombre de clubs par aire urbaine (saison 2009/2010)

En constante progression depuis son accession en Division 1 en 2008, Le HBC Nantes se place désormais comme un prétendant régulier à la Coupe d'Europe. Cependant, avec la nouvelle stature acquise par ce club, la salle de Mangin-Beaulieu (3 000 places) apparaît être beaucoup trop exiguë. De plus, Le HBC joue régulièrement à guichets fermés lorsqu'il reçoit les meilleures équipes du championnat au Palais des Sports de Beaulieu. Le HBC Nantes détenait le double record d'affluence pour un match de championnat de France de handball avec 5000 spectateurs le 14/09/2008 pour le match face à Montpellier et le 28/02/2009 pour la venue de Chambéry (record détenu désormais par Montpellier grâce à l'Arena de 9 000 places). Le HBC Nantes avait d'ailleurs obtenu lors de la saison 2009 le titre symbolique de meilleur public de France. Le basket nantais retrouve des couleurs ces derniers temps, grâce notamment à sa séduisante équipe de basket féminin. En effet, le Nantes Rezé Basket a offert au sport nantais sa première épopée européenne depuis 2001, et la première dans l'histoire du sport féminin nantais. Porté par un président ambitieux, Thierry Frère, et par un entraîneur reconnu sur la scène internationale, Laurent Buffard, le projet du club nantais est de devenir à court terme l'une des places fortes du basket féminin français et européen. Pour cela, le club mise notamment sur un centre de formation performant.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

16


« Nous voulons franchir une étape supplémentaire, en mettant en place une politique de formation très ambitieuse », assène le président du NRB. « C'est la base de la culture sportive nantaise, c'est dans l'ADN du sport nantais. Et c'est logique quand on prétend disposer de deux des meilleurs formateurs français en la matière, Laurent Buffard et Jacky Moreau. » (OF/mardi 29 juin 2010). Concernant le basket masculin, l'Hermine de Nantes, après avoir comblée sa dette au cours des deux dernières saisons, devrait pouvoir nourrir de nouvelles ambitions pour les prochaines saisons, et envisager un accessit en Pro A sur le moyen-terme. De son coté, le volleyball nantais n'en finit pas de surprendre, puisque les deux clubs (Nantes Volley Féminin et Nantes Rezé Métropole Volley) ont accédé à l'Elite en 2010/2011, et devraient se maintenir aisément. Si la capacité des salles actuelles (Gymnase Gaston Turpin/Arthur Dugast, et gymnase Saint Joseph) se révèle actuellement acceptable, celles-ci ne peuvent être considérées comme des outils performants pour accompagner la montée en puissance de ces deux clubs et accueillir des rencontres européennes.

- L'Arena, l’outil indispensable du nouveau modèle économique des clubs d'élite nantais La réussite actuelle des clubs nantais pose la question du financement de ceux-ci. En effet, les différents clubs nantais sont actuellement très dépendants des subventions accordées par la Ville de Nantes. Pour la saison 2010/2011, la municipalité nantaise a financé à hauteur de 3 millions d'euros les clubs professionnels nantais de sport en salle, suivant cette répartition : HBC Nantes : 900 000 € Nantes Rezé Basket : 700 000 €, dont 200 000€ pour disputer la Coupe d'Europe Hermine de Nantes : 500 000 € Nantes Rezé Métropole Volley : 500 000 € Nantes Volley Féminin : 330 000 € Cette réussite du sport nantais entraine une hausse des subventions de la part de la Ville de Nantes, qui souhaite soutenir ses clubs. Inévitablement, la municipalité ne dispose pas de ressources illimitées pour aider les clubs professionnels et satisfaire leurs ambitions actuelles. Il est donc essentiel de mettre en place un modèle économique moins dépendant des subventions publiques. De plus, l'état du parc actuel des salles de l'agglomération nantaise ne permet pas aux clubs de générer suffisamment de ressources propres pour réduire cette dépendance. « Il paraît donc urgent d’aider les clubs d’élite à opérer une mutation de leur modèle économique en leur permettant de bénéficier d’un « outil de travail » performant grâce auquel ils pourront développer leurs ressources propres. La question des enceintes sportives est, pour les sports de salle, un révélateur de leur professionnalisation en cours et un élément clef de la réussite ou de l’échec de leur développement. Elle doit être envisagée comme un investissement permettant aux clubs d’augmenter leur part d’autofinancement et de moins solliciter les subventions publiques. » Rapport Arena 2015, p31 Il semble indispensable pour les clubs professionnels nantais de changer de modèle économique pour assurer leur compétitivité sur le plan national et assumer leurs ambitions européennes. L'Arena apparait être l'outil de base du nouveau modèle économique permettant un développement des clubs d'élite nantais à la hauteur de leurs ambitions. La réussite future des Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

17


clubs nantais passe nécessairement par une enceinte moderne permettant de générer des ressources propres et d'être moins dépendant des aides de la collectivité. « Une radiographie des budgets moyens des clubs de Pro A en basket, de D1 masculine en handball et de Ligue A masculine en volley montre que ces budgets dépendent pour plus de la moitié (51 %) des subventions publiques, contre 33 % pour les partenariats et le sponsoring et 9 % seulement pour les recettes guichet. [...] La comparaison avec les budgets des clubs allemands de handball montre à quel point la mise à disposition d’enceintes modernes permet à ces clubs de générer des ressources supplémentaires qui constituent une part importante de leur budget. Ce modèle économique leur permet à la fois de disposer de budgets plus importants, qui impactent leur compétitivité sportive, et d’être beaucoup moins dépendants des subventions des collectivités locales. » Rapport Arena 2015, p30 « La maîtrise d’une enceinte de capacité adaptée, moderne, conforme aux attentes du sport spectacle, permet à un club de développer des recettes propres en augmentant la billetterie, les prestations VIP, les services aux spectateurs, le merchandising, les partenariats… Cette capacité engendre un cercle vertueux où les recettes permettent de développer des politiques sportives plus ambitieuses en facilitant notamment le recrutement de meilleurs joueurs. La hausse de la qualité du spectacle sportif et l’amélioration visuelle de l’environnement de la salle suscitent à leur tour les diffusions audiovisuelles, elles-mêmes sources de revenus supplémentaires. » Rapport Arena 2015, p33

L'Arena va donc permettre aux clubs nantais de disposer d'une enceinte moderne permettant d'améliorer les affluences et de générer davantage de ressources propres tout en diminuant la part des subventions publiques dans le budget des clubs. Ce nouveau modèle économique présente un grand intérêt pour les collectivités publiques. En effet, il permet de développer des clubs d'élites plus compétitifs, reconnus sur la scène nationale et européenne et participant à l'attractivité du territoire, sans pour autant augmenter les subventions publiques.

Source : Rapport Arena 2015

Par ailleurs, il nous semble incohérent que seule la ville de Nantes subventionne les clubs sportifs d'élite alors que ceux-ci représentent l'excellence sportive de la métropole. Le sport de haut niveau participe bien évidemment à l'attractivité d'un territoire. De ce fait, il est évident que l'action des clubs professionnels dépasse l'échelle communale. Pour exemple, Le HBC accueille t-il exclusivement des supporters nantais, des partenaires et sponsors situés sur la commune de Nantes ? Les retombées médiatiques issues des performances du club s'inscrivent-elles uniquement à l'intérieur du territoire communal ? Dès lors, nous proposons que le financement des clubs sportifs de haut-niveau soit désormais une compétence métropolitaine et non plus communale. Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

18


- Ne plus opposer sport de masse et sport de haut niveau « La France devrait pouvoir compter à la fois sur un parc de salles garantissant l’accès au sport pour tous et reflétant la vivacité du sport associatif et scolaire, mais également sur un réseau d’enceintes capables de répondre aux exigences d’accueil des compétitions internationales et permettant aux clubs professionnels de mener des politiques sportives ambitieuses. » Rapport Arena 2015, p8 Dans un article de Presse-Océan daté du 19 mai 2010, Gilles Retière, maire de Rezé et viceprésident de Nantes Métropole, réagissait à propos d'une étude préliminaire pour une grande salle dans l'agglomération nantaise : « Doit-on investir dans une grande salle ou favoriser l'émergence de cinq salles de 2 000 places ou de dix salles de 1 000 places ? Moi, j'opterais pour plusieurs salles de dimension moyenne. Aujourd'hui, l'agglomération souffre d'une insuffisance d'équipements sportifs de 1 000, 1 500 ou 2 000 places, y compris sur Nantes. Il faut se poser la vraie question : veut-on privilégier le sport spectacle qui fait parler de Nantes ou les nombreux sports qui favorisent l'émergence de la métropole ? » Bien que l'insuffisance d'équipements sportifs dans l'agglomération nantaise soit soulignée, il nous parait inopportun d'opposer sport spectacle et sport de masse. Cette intervention pose plusieurs questions : Est-ce que les sportifs de ces clubs nantais participent réellement à l'émergence du sport spectacle et à ces dérives (sportifs "mercenaires", omniprésence de l'argent...) ? Ou au contraire, peuvent-ils être des sources de fierté et d'inspiration pour les nantais ? Le sport amateur, ou « sport pour tous », a t-il réellement besoin de plusieurs salles de dimension moyenne pour être pratiqué ? « La relation entre le sport professionnel et le sport amateur, scolaire ou associatif, se pose de manière singulière pour les sports de salle. De nombreuses villes n’ont pas toujours voulu ou su dissocier les deux activités en des lieux distincts, occultant de la sorte le caractère professionnel de l’activité sportive de haut niveau. » Rapport Arena 2015, p25 Il nous parait pertinent d'insister sur le fait que sport de masse et sport de haut-niveau sont complémentaires. L'élite doit permettre d'augmenter la pratique sportive de masse. Le développement du sport de masse permet d'alimenter le vivier de sportifs de haut-niveau et de susciter un intérêt pour les clubs de l'élite présent sur le territoire. D'autant plus que la pratique sportive au sein d'un club est très répandue dans la région Pays de Loire et sur la métropole nantaise : Tableau : Nombre de licenciés sportifs en Pays de la Loire et en Loire Atlantique (2009)

Département

Nombre de licenciés

44 - Loire-Atlantique Ensemble Pays de la Loire France entière

387 937 1 003 857 15 548 001

Nombre de licenciés/ 10 000 habitants 3 144 2 909 2 461

Source : Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la vie associative mission statistiques - Insee

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

19


Tableau : Nombre de licences délivrées en Pays de la Loire en 2009

Nombre de licenciés en Pays de la Loire Fédérations sportives Basketball Handball Volleyball

Hommes

Femmes

Cumul

29 333 18 696 3 671

28 344 10 651 3 313

57 677 29 347 6 984

Part des Pays de la Loire/France entière 12,8% 7,5% 7,0%

Source : Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la vie associative - mission statistiques

Il nous semble donc judicieux de : - créer des équipements de dimension adéquate (jauge relativement modeste) pour accueillir les nombreux pratiquants amateurs des sports en salle - concevoir des équipements de plein air spécialisés dans un sport (contrairement au concept de citystade qui entraîne des conflits d’usages) - créer une infrastructure dédiée aux clubs de haut-niveau. Dans un équipement moderne et adapté, les clubs professionnels nantais vont participer à la fois à attractivité du territoire et au développement des sports de masse. « La grande salle offre donc non seulement l’opportunité de pouvoir concourir à l’organisation ponctuelle de manifestations sportives continentales ou planétaires et de participer à une politique locale de développement des clubs de haut niveau, (...) et peut s’avérer un levier influent d’aménagement du territoire. » Rapport Arena 2015, p19

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

20


IV - Quelle Arena pour quelle ambition ? Afin de répondre aux ambitions des clubs sportifs nantais, d'une part, et d'accueillir à nouveau des compétitions sportives européennes, d'autre part, la métropole nantaise doit se doter d'une Arena d'une jauge minimum de 7 500 places. Si ce n'est pas le cas, il est alors inutile d'espérer accueillir dans le futur de grands évènements sportifs. Dans un contexte de développement des Arenas aux quatre coins de la France, le projet actuel de rénovation du Palais des sports de Beaulieu est insuffisant. La construction d'une Arena nantaise (Are'Nantes, Arena'ntes, AreNantes) s'avère indispensable. Il s'agit désormais de déterminer quel type de salle peut être envisagé sur le territoire nantais, en fonction de l'ambition accordée à ce projet. Deux hypothèses s'offrent alors :

Estuaire Arena D'une jauge comprise entre 7 500 et 8 000 places, l'Estuaire Arena doit répondre aux attentes du monde sportif nantais dans un contexte économique de plus en plus difficile. D’une ambition relative pour une métropole de cette ampleur, il s’agirait alors de construire une enceinte innovante, d’une qualité exemplaire, pouvant devenir un modèle d’Arena en Europe. L’Estuaire Arena serait alors une référence en matière de salle multifonctionnelle sur de nombreux critères : coûts de construction et d’exploitation, accessibilité (notamment en transports en commun), accueil des spectateurs, journalistes et partenaires, confort, qualité architecturale, insertion urbaine… L’Estuaire Arena aurait alors une dimension suffisante pour la métropole nantaise, mais seule une enceinte d’une qualité remarquable permettra à Nantes d’accueillir à nouveau de grands évènements sportifs internationaux.

Grand Ouest Arena D’une jauge supérieure à 10 000 places, la Grand Ouest Arena serait à la mesure de l’ambition européenne de la métropole nantaise. D’un coût supérieur à L’Estuaire Arena, il s’agirait alors de suivre la logique métropolitaine : Nantes étant la sixième ville de France et la huitième agglomération, il est primordial de se doter d'un équipement « proportionnel » à la dimension de la métropole du « Grand Ouest ». La Grand Ouest Arena serait basée sur un modèle plus classique, plus standardisée. Il s’agirait alors de s’aligner sur un modèle type d’Arena afin de maximiser le retour sur investissement et de réduire au minimum les couts d’exploitation. Contrairement à l’Estuaire Arena, la Grand Ouest Arena permettra à Nantes d’accueillir des évènements au-delà des tours préliminaires de compétitions internationales, et sera moins soumise à la concurrence des autres enceintes du Grand Ouest. L’organisation d’évènements internationaux nécessitant une capacité minimum (ex : jauge supérieure à 10 000 places pour un club qualifié en Euroleague de basket à partir de 2012, également supérieure à 10 000 places pour la Coupe Davis de tennis…) pourrait ainsi renforcer la position dominante de la métropole nantaise sur le « Grand Ouest ». Sur un territoire de plus de 10 millions d’habitants, la Grand Ouest Arena serait donc la seule enceinte pouvant recevoir ce type de compétition. Ponctuellement, elle pourrait accueillir des clubs de la région Pays de la Loire, et même de régions limitrophes, engagés dans des compétitions préconisant une enceinte d’une jauge supérieure à celle de leurs salles habituelles (ex : Le Mans ou Cholet en Euroleague de Basket).

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

21


L’étude de faisabilité actuelle Le 18 mais 2010, dans les colonnes de Presse-Océan, Marie-Françoise Clergeau faisait part de l’existence d’une étude de faisabilité pour la réalisation d’une halle pouvant accueillir sporadiquement entre 8 000 et 10 000 personnes en configuration sport : « On part d’une situation où on a besoin de mètres carrés supplémentaires sur le parc des expositions pour pouvoir être concurrentiel dans l’accueil de grands salons. On travaille sur une étude qui va dans ce sens. Comme notre réflexion actuelle est qu’un équipement alliant objectifs sportifs et économiques paraît plus réalisable, on a demandé à Nantes Métropole d’étudier la possibilité d’accueillir, d’une manière occasionnelle, 8 000 à 10 000 personnes dans une grande halle. Cela dit, on n’en est qu’au stade de l’étude de faisabilité ». Nous pensons que cette option, complémentaire au projet de rénovation du Palais des Sports de Beaulieu, est inadaptée et ne peut être considérée comme une plus-value pour le sport nantais. En effet, située sur le site du Parc des expositions de la Beaujoire, cette halle serait avant tout conçue comme un outil dédié à l’organisation d’évènements et de manifestations pour promouvoir le développement économique de la métropole nantaise. Dans sa configuration sportive, un tel équipement ne sera pas assez fonctionnel et ne pourra garantir les conditions requises pour l’organisation de compétitions internationales. Avec une conception fondamentalement vouée à l’évènement économique, la halle ne pourra satisfaire, contrairement à l'Arena, les attentes du public concernant l'accueil, l'accessibilité, le confort, l'ambiance, les prestations et services. De plus, la situation géographique de cette halle ne serait pas idéale. « Le choix d’une réponse durable (construction d’enceintes de grande capacité et de grande qualité) de préférence à une approche éphémère (transformation de lieux non dédiés pour la durée de la compétition internationale) permet à notre pays de se doter d’un réseau de salles événementielles, qui représente un enjeu majeur. Ces dernières sont structurantes pour l’aménagement, l’animation et le rayonnement d’un territoire et s’inscrivent dans une stratégie qui dépasse l’organisation des seules compétitions internationales. » Rapport Arena 2015, p13

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

22


V - Où situer la nouvelle Arena ? - Deux critères incontournables : centralité et insertion urbaine L’étude de faisabilité présentée par Marie-Françoise Clergeau propose l’implantation de cette grande halle au sein du Parc des expositions de la Beaujoire. Ce site en périphérie nord de Nantes est à proximité notamment de grands axes routiers (périphérique nord, autoroute A11, route de Paris) et du stade de la Beaujoire. Selon Marie-Françoise Clergeau, « l’objectif est de pouvoir rassembler un maximum d’équipements sur le même site. Mais encore une fois, on n’est qu’à l’ébauche de la réflexion. Cela dit, à la Beaujoire, il y a de l’espace, des parkings, toutes les facilités pour accueillir un nombre important de personnes » (Mardi 18 mai 2010 / PO / Jérôme Le Garrec). Ceci est le parfait exemple d’une réflexion bien ancrée, en France et en Europe, dans les processus de décision qui consiste à privilégier, pour l’implantation d’une grande salle, le critère de la desserte routière et de grands terrains de stationnement. Or, pour les Arenas nord-américaines, nous pouvons constater que les phénomènes de congestion automobile, avant et après l’évènement, sont plus longs et fréquents pour les salles situées en périphérie des villes. Sur des sites généralement choisis pour leur proximité avec les axes routiers, ces Arenas sont en réalité trop isolées des autres activités urbaines. De ce fait, le public passe moins de temps sur le site à profiter des animations. « Whereas they are not just arriving at event time, they are coming an hour or an hour and a half before to experience the building to enjoy the restaurant and some of the amenities. And they are staying late. So a lot of outdoor hospitality areas, in particular our two primary outdoor bars, are staying open significantly longer after events are over. And people are continuing to enjoy the facility often the event itself ». Alex Martins, président du Orlando Magic, franchise NBA Ainsi, les entrées et sorties de l’Arena s’effectuent de manière plus intense sur des laps de temps plus courts. Le fait d’installer une Arena en ville permet de mieux gérer l’heure de pointe instantanée (« rush hour ») crée par l’évènement. Cela permet également d’anticiper les problèmes de stationnement en planifiant des solutions alternatives de transport et en utilisant les lignes existantes de transport en commun. Ci-contre : L’U.S Airways Center est la principale Arena de Phoenix en Arizona, et accueille notamment l’équipe NBA des Phoenix Suns. Comme nous pouvons le constater sur cette photo, une ligne de tramway dessert l’Arena. Une station de tramway se trouve à une dizaine de mètre de l’entrée principale de l’Arena.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

23


Cette Arena située en plein downtown est totalement insérée dans l’espace urbain. La façade de l’Arena donnant sur East Jefferson Street et la ligne de tramway intègre différentes fonctions urbaines : des bureaux, des surfaces commerciales et des services… D’ailleurs, la conception de cette enceinte tend à rejeter toute monumentalité pour mieux s’insérer dans la ville et dialoguer avec les bâtiments alentours.

L’insertion de l’Arena dans la ville, au sein d’une zone dense où la mixité fonctionnelle est prépondérante, est en réalité la solution idéale pour réguler le trafic et optimiser l’accessibilité. La centralité et l’insertion urbaine sont donc des critères fondamentaux dans le choix de l’emplacement de l’Arena. L’implantation d’une Arena au cœur de la ville est une solution pour résoudre les problèmes d’accessibilité et de transport, et surtout, l’Arena est un formidable outil de développement urbain.

- L’Arena : un équipement structurant Après avoir été reléguées en périphérie des villes pendant de nombreuses années, pour des raisons d’accessibilité essentiellement, les Arenas se retrouvent désormais en plein cœur des projets de (re)développement urbain de nombreuses métropoles. En effet, les grands équipements structurants, telle que l’Arena, font partie intégrante des projets urbains dont ils constituent souvent la base. C'est sur cet ensemble d'équipements, et sur la dynamique qu'ils vont créer, que se base la réussite de l'opération urbaine. Photo ci-contre : Le Sprint Center de Kansas City. Inaugurée en 2007, cette splendide Arena est le fruit de la Downtown Arena Design Team, collaboration unique de 4 cabinets d’architecture prestigieux spécialisés dans les Arenas : 360 Architecture, Ellerbe Becket, Populous et Rafael Architects. Elle se situe dans le centre ville de Kansas City.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

24


Le lancement d’un grand projet urbain se réalise généralement par la mise en place de grands équipements structurants. L’implantation de ces équipements joue un rôle primordial : ceux-ci servent avant tout de précurseurs pour la régénération du territoire et font alors office de vitrines du projet afin d’attirer les investisseurs potentiels. En conséquence, ils permettent d'enclencher des dynamiques de relance, de revalorisation et de revitalisation. Ainsi, la programmation d’équipements structurants constitue souvent un véritable levier, et leur réalisation permet d’obtenir un gain d’attractivité indéniable pour le projet urbain. Les équipements constituent la trame du projet, trame autour de laquelle vont venir s'intégrer les nouvelles activités et les nouveaux logements. Ils vont être le moteur du projet urbain. Les équipements structurants sont donc des supports indispensables aux différents projets de régénération urbaine (opérations qui regroupent usuellement les mêmes problématiques, et pouvant être complémentaires) : - projets de revitalisation de centre-ville - projets de réhabilitation des friches industrielles et portuaires - projets de reconquête des fronts d’eau Dans les pays occidentaux, ce type d'opération urbaine s'est multiplié aux cours des dernières années, au point de devenir un exercice mondial standardisé, bien qu'il faille prendre en compte les spécificités de chaque territoire. Ces opérations doivent concrétiser les nouvelles politiques urbaines initiées : il s'agit de réinvestir le centre-ville pour tenter de mettre fin à l'étalement urbain. Pendant de nombreuses décennies, les grands équipements sportifs ont participé au phénomène de suburbanisation. Suivant le développement de l'automobile, les enceintes sportives se sont installées sur des terrains situés à proximité de grandes infrastructures routières, en périphérie des villes, accentuant ainsi l'étalement urbain. Pour contrer cet étalement urbain, les municipalités, complétées par des investissements privés, tentent de revitaliser les centres-villes, de reconquérir les fronts d'eau et les friches industrielles situées à proximité, ou au cœur des centres-villes. Le développement des infrastructures sportives, en particulier des Arenas, est un moyen efficace de rendre les centres-villes plus attractifs. Initiés d'abord sur le continent nordaméricain, l’initiative d’implanter les Arenas au cœur des projets urbains a véritablement fait ses preuves. Certaines Arenas sont véritablement les fers de lance de projets de revitalisation de centre-ville. Exemples de la page suivante : Verizon Center de Washington D.C / Barclays Center de Brooklyn

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

25


Inauguré en 1997, le Verizon Center est une Arena située dans le centre-ville de Washington D.C, à quelques pas de la Maison Blanche. Cet équipement fut le cœur du projet de revitalisation du downtown de Washington D.C

_________________ Au cœur de Brooklyn, le Barclays Center doit être la pièce maitresse du futur quartier Atlantic Yards, gigantesque projet de réaménagement d’une friche industrialo-ferroviaire, comprenant espaces publics, commerces, bureaux, pole d’échange multimodal et près de 6 400 logements.

Brad Clark, architecte chez Populous, l’un des principaux cabinets d’architecture spécialisés dans la construction d’Arena, affirme : « cities are looking towards downtown sites for arena development ». Pour exemple, Brad Clark détaille le choix du site de la nouvelle Arena de Wichita, aux Etats-Unis : « Its location is the result of selection from four or five different possible sites. The decision was made after engaging the community with public forums. Clark reports that this process led to the correct location, which is beginning to spur revitalisation of the downtown, which was not in good shape ». Stadium & Arena Management, August 2010, p18, www.sam.uk.com Ce phénomène gagne désormais l’ensemble des pays occidentaux. En Europe, de nombreux projets urbains impulsés par la construction d’une Arena ont permis de reconquérir des friches situées dans des quartiers centraux des métropoles. Nous pouvons citer les grandes réussites que sont l’O2 Arena de Londres, située sur les bords de la Tamise, ou encore l’O2 World de Berlin, située sur les rives de la Spree.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

26


L’O2 World de Berlin, cœur du projet urbain MediaSpree

La programmation d’une Arena permet donc de dynamiser un projet urbain et induit des activités qui vont participer à la réussite du projet. De ce fait, l’Arena semble être l’équipement idéal pour enclencher le processus de transformation du secteur sud-ouest de l’Ile de Nantes. « Les grandes enceintes, par l’image de marque donnée à un territoire, la vie économique qu’elles induisent, peuvent être des éléments moteurs de politiques urbaines ambitieuses. […] Une enceinte implantée dans la ville peut participer à l’animation urbaine et au développement économique. […] Au-delà du développement d’activités à l’intérieur de certaines Arenas, de véritables projets urbains et d’aménagement viennent donc habiller l’environnement direct de l’enceinte (transport, école…). Des centres commerciaux, des complexes cinématographiques, des équipements de loisirs (salles de sport, espaces ludiques) apparaissent. Une offre hôtelière ou des centres commerciaux peuvent également venir s’intégrer autour des projets en participant au financement de ces derniers. Des services allant au-delà de la seule vocation d’animation de l’enceinte peuvent, en outre, être intégrés au projet (halte garderie, dispensaire, poste, annexe de la mairie…). » Rapport Arena 2015, p45

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

27


- Une Arena dans le « métacentre » Projet urbain « Ile de Nantes » Maîtrise d'ouvrage : SAMOA Maîtrise d'œuvre : Atelier Île de Nantes (Alexandre Chemetoff, J-L Berthomieu) (2000-2009) Marcel Smets, Uaps (2010/2016) Aujourd’hui : 337 hectares, 18 000 habitants, 10 000 logements, 16 000 emplois. Demain: environ 1 million de m² constructibles, 7 000 logements supplémentaires, 300 000 m2 SHON d’activités économiques et 150 000 m2 d’équipements

Le projet urbain « Ile de Nantes » est une opération d'urbanisme rare et de grande envergure. C’est l’une des plus grandes opérations de rénovation urbaine en Europe. Symbole d'une politique urbaine ambitieuse et volontariste, l'ambition de ce projet est de faire de l'Ile de Nantes le point névralgique de la ville de Nantes et de l'agglomération.

Cartographie de l’Ile de Nantes (source : iledenantes.com)

Il s'agit de créer un centre d'agglomération complémentaire du centre-ville historique nantais, un « métacentre » selon Marcel Smets, le nouveau maitre d’œuvre urbain du projet Ile de Nantes : « L’agglomération fonctionne avec un cœur trop petit et l’Ile offre l’opportunité inouïe d’espaces disponibles où installer des activités qui, sans elle, seraient reportés en périphérie. […] Pour nous, l’île se présente comme un métacentre, elle doit pouvoir accueillir des fonctions complémentaires à celles du centre-ville historique (CHU, activités économiques...).» Ainsi, l'Ile de Nantes doit recevoir toutes les formes de fonctions urbaines de la ville contemporaine : habitat, transports, commerces, activités économiques, équipements sociaux, culturels et de loisirs. L’Ile de Nantes doit pouvoir accueillir les différentes fonctions urbaines qui, d’une part, ne peuvent s’installer dans le centre-ville historique de Nantes, et d’autre part, n’ont aucun intérêt à se retrouver en périphérie de la métropole. Certaines de ces fonctions doivent être accessibles à l’ensemble des citoyens, au sein d’une aire métropolitaine élargie. De plus, la présence de ces Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

28


fonctions urbaines représente un enjeu stratégique pour le développement et l’attractivité de la métropole dans le concert des villes européennes. Marcel Smets : « C'est un « métacentre », un centre à côté du centre. Et le centre a besoin d'équipements essentiels comme un hôpital et des écoles. Si vous les mettez à l'extérieur de la ville, plus personne ne viendra dans le centre, hormis le samedi. » Ainsi, lors de la première phase du projet urbain, plusieurs réalisations d'équipements structurants ont été enclenchées pour la réhabilitation des secteurs industriels à l'ouest de l'Ile : Le Palais de Justice, la maison des Hommes et des Techniques ont lancé cette dynamique. Ensuite, pour revitaliser l'ancien site industriel des chantiers navals, les décideurs nantais ont choisi de s'appuyer sur des équipements culturels et ludiques tels que les Nefs, les Machines de l'île, le Hangar à bananes et la Fabrique. Enfin, pour favoriser l'émergence du Quartier de la Création et de ses industries culturelles et créatives, les établissements d'enseignement et de recherche liés à l'innovation et à la création (Ecole d'architecture, Science Com', Pôle des arts graphiques, Ecole régionale des beaux-arts) doivent être rassemblés autour du site bientôt réhabilité des halles Alstom, épicentre du Quartier.

Vue aérienne sur le sud-ouest de l’Ile de Nantes (source : iledenantes.com)

Lors de la seconde phase du projet de l’Ile de Nantes, de nouveaux équipements structurants sont envisagés sur la partie ouest de l’Ile (CHU, restructuration du site Tereos, reconversion des infrastructures ferroviaires…) pour porter le projet urbain. Nous envisageons de faire de l’Arena le projet moteur de la reconversion des friches industrialo-portuaires de la rive sud de l’Ile de Nantes. L’Arena est un équipement métropolitain désormais incontournable, et doit nécessairement faire partie des équipements constitutifs du « métacentre ». En faisant de l’Ile de Nantes le « métacentre » de la métropole, il s’agit en réalité de construire un territoire dominant à plusieurs échelles. L'Ile de Nantes doit devenir, à l'échelon local, le cœur de la métropole. La création de ce nouveau centre métropolitain doit permettre à la métropole nantaise de conforter sa suprématie sur le « Grand Ouest », mais également de satisfaire les ambitions de métropole européenne affirmées par les dirigeants nantais et devenir vraiment compétitif dans le jeu concurrentiel des villes européennes. Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

29


Selon Jean-François Gendron, président de la CCI de Nantes/St Nazaire : « (L’Ile) peut participer en première ligne à l’affirmation d’un territoire éco-performant et créatif, doté de tous les équipements dignes d’une grande métropole ». L’implantation d’une Arena sur l’Ile de Nantes va renforcer l’attractivité de la métropole nantaise et aura une influence à différentes échelles. « L’impact d’une nouvelle grande salle intervient donc à différentes échelles : • Le territoire immédiat qui accueille des équipements commerciaux, de loisirs, de bureaux, réalisés parallèlement à l’enceinte. • La ville ou le quartier dans lequel l’équipement s’implante, et dont il change la physionomie, la notoriété, l’attractivité, la compétitivité avec des créations d’emplois. • Le bassin urbain avec les bénéfices liés à la construction et au fonctionnement de l’équipement, mais aussi les synergies qu’il peut permettre de développer avec d’autres activités du territoire : tourisme, loisirs, émergence de filières économiques… » Rapport Arena 2015, p45 Ainsi, nous pensons que l’Arena doit être au cœur de stratégie de redéveloppement du secteur sud-ouest. Nous proposons une implantation de l’Arena en front de Loire afin de participer à la reconversion des friches industrialo-portuaires de l’Ile. Carte ci-contre : emprise actuelle de la salle 5000 du Palais des Sports de Beaulieu Carte ci-dessous : Emprises possibles pour l’implantation de l’Arena au sud-ouest de l’Ile de Nantes, en front de Loire (avec l’emprise actuelle du Palais des Sports de Beaulieu comme comparatif). Propositions d’emplacement de l’Arena, de parkings et de lignes de transports en commun desservant l’Arena.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

30


Vue panoramique sur les friches industrialo-portuaires pouvant accueillir l’Arena

L’emplacement exact de l’Arena reste à définir et doit s’inscrire dans le nouveau processus de réflexion insufflé par Marcel Smets. Les intentions de la nouvelle maitrise d’œuvre urbaine de l’Ile de Nantes semblent montrer une volonté de concevoir le projet de reconversion du secteur Sudouest d’une manière plus globale (« bottom-down »), plus vaste, et non plus à l’échelle de l’ilot. « Il faut néanmoins se rendre compte que nous sommes dans une nouvelle phase, à la fois de consolidation - et la qualité de ce qui a été développé doit être préservée - mais également d’évolution. En effet, nous changeons d’échelle compte-tenu des projets à venir, nous ne devons plus travailler à l’échelle de l’îlot mais à une échelle plus vaste notamment sur le sud-ouest avec le CHU, Tereos, la reconversion des infrastructures ferroviaires... » Marcel Smets, « Ile de Nantes, Lettre d’information n°13, décembre 2010 »

Esquisse du potentiel du sud-ouest de l’Ile de Nantes par la maîtrise d’œuvre (source : uaps.net)

L’Arena ne doit pas constituer un ilot monolithique, elle doit être intégrée dans un ensemble aux formes urbaines différentes, complémentaires. Son implantation sur l’Ile de Nantes entrainerait des répercutions à l’échelle de la métropole qui doivent être pris en considération. Au cœur du projet urbain Ile de Nantes, le site proposé permettrait, d’une part, une mise en cohérence de l’équipement avec les politiques urbaines et de déplacement, et d’autre part, garantit une meilleure interaction avec les autres projets d’envergure métropolitaine. De ce fait, ce site nous semble être idéal pour ces raisons.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

31


- Au cœur d’un pôle d’échange multimodal performant La multiplication des équipements structurants et des fonctions urbaines permet un développement important des réseaux de transports sur l’Ile de Nantes. Marcel Smets confie que sa nouvelle équipe devra « également travailler sur les liaisons et les grandes infrastructures, à une échelle plus vaste. Cela va de paire avec le souhait de développer des cheminements doux autres que la trame viaire existante, des cheminements plus informels et plus directs pour les piétons et les vélos. » L’Arena serait alors au cœur d’un réseau multimodal complémentaire composé de transports en commun urbains (dont Transport en Commun en Site Propre), de réseaux cyclables, piétons, routiers et ferroviaires. Contrairement aux sites situés en périphérie, cet emplacement va permettre de diversifier les modes de transports pour accéder/quitter l’Arena et de privilégier dans la mesure du possible les modes de déplacements doux. De plus, afin d’accompagner l’implantation de l’Arena, nous proposons un prolongement de la ligne 5 de TCSP jusqu’au Hangar à Bananes, et nous émettons l’hypothèse d’une sixième ligne de TSCP, qui puisse relier, par exemple, Chantenay à la ZAC des Isles/Abattoirs via l’Ile de Nantes. La présence du Hangar à Bananes permet également une mutualisation des parkings et induira moins de stationnements supplémentaires. « L’objectif est de favoriser la desserte douce avec des enceintes placées au sein de réseaux de transport en commun afin d’éviter le recours au déplacement motorisé individuel (automobiles). La proximité des parkings et leur connexion avec le site sont tout aussi importantes. » Rapport Arena 2015, p55

- Un lieu de vie permanent de la métropole « Les enceintes doivent également être une destination en dehors des événements de la programmation avec une offre de services présente à l’année. Des restaurants, des cinémas, des salles de sport ou des services à la personne sont souvent hébergés au sein même ou aux alentours des Arenas. » Rapport Arena 2015, p53 Le site proposé permet à l’Arena de répondre parfaitement aux besoins et attentes du public et de devenir un lieu de vie permanent au cœur de la cité. Dans sa conception, l'Arena moderne se caractérise par l'intégration de multiples fonctions urbaines : commerces, bars/restaurants, espaces évènementiels et de divertissement, parc résidentiel (hôtel, appartements...), bureaux, services … Cela donne un ensemble architectural dense intégré dans l'espace urbain. Une Arena située en périphérie ne pourrait s'adapter correctement à ces évolutions et répondre aux désirs du public. « C’est au cœur de la ville que l’Arena répond au mieux à sa vocation de lieu de vie et à son objectif de rentabilité. » Rapport Arena 2015, p54 Il s’agit de créer un lieu ancré dans la ville, en front de fleuve. L’Arena doit être un équipement vivant et attractif, même lorsqu’aucun évènement n’est planifié. Nous pouvons imaginer quelques programmations qui permettent à l’Arena de devenir un belvédère sur la ville et le fleuve : - Bar/restaurant offrant une vue imprenable sur la Loire - Appartements/hôtel avec vue sur le futur parc urbain envisagé par Marcel Smets - Commerces aux rez-de-chaussée donnant sur la rue/mail piéton

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

32


De plus, la proximité du Hangar à bananes est un facteur important qui conditionne en partie le choix du site. En plus de la mutualisation des parkings, lier l'Arena à cet équipement commercial et festif va permettre de créer un complexe urbain de divertissement très intéressant pour l'attractivité de la métropole. En effet, le Hangar à bananes est un espace ludique et commercial, composé de bars, restaurants et night-clubs, qui permettra au public de l’Arena de prolonger le plaisir en fréquentant avant ou après l’évènement les espaces de restauration et divertissements proposés. L’implantation de l’Arena pourra impulser un nouvel élan pour ce territoire et donner un second souffle au Hangar à Bananes.

Source : iledenantes.com

- Un équipement en phase avec son environnement Même si elle va transformer le paysage urbain, l’Arena ne doit pas devenir un objet architectural à part entière. En participant à la reconversion de friches industrialo-portuaires du secteur sudouest de l’Ile, l’Arena se doit d’être un liant entre l’ile, le fleuve et les autres rives. « L’Ile doit être reliée au reste de l’agglomération, être en phase avec les autres rives. La Loire doit être considérée davantage comme un lien et non pas comme une frontière. » Marcel Smets, « Ile de Nantes, Lettre d’information n°13, décembre 2010 » L’Arena doit être un équipement qui crée un dialogue avec le fleuve et les rives. L’enceinte offrira un panorama splendide sur la Loire, sur la confluence du bras de la Madeleine et celui de Pirmil, sur la rive verte de Rezé et la Maison Radieuse, sur le village de Trentemoult. D’autre part, sa qualité architecturale devra pouvoir lui permettre de se fondre dans l’espace urbain et de respecter l’identité industrielle et maritime du site. De nombreuses villes occidentales ont choisi l’Arena pour reconquérir le front d’eau et renforcer leur lien avec celui-ci.

Vue panoramique depuis le site potentiel de l’Arena sur la rive verte de Rezé

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

33


Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

34


VI – Le coût de l’Arena Dans un contexte d'austérité et de crise financière, couplé au désengagement financier de l’Etat, il est délicat pour les collectivités de s'engager dans la réalisation de grands équipements structurants. Néanmoins, comme l'a souligné le rapport Arena 2015, « les projets de grandes salles multifonctionnelles, y compris celles financées par des fonds privés, ne peuvent aboutir sans le soutien et la participation des collectivités territoriales et de l’État ». Nous avons démontré que l'Arena représente un tel enjeu stratégique pour le rayonnement international et l’attractivité d'une métropole qu'il est indispensable d'engager la construction d'une telle enceinte. Même si le coût d'une Arena peut paraitre relativement important, sa réalisation se justifie amplement.

- Evaluation du coût de l’Arena L’enveloppe globale allouée pour la seule construction de l’Arena, c’està-dire sans prendre en compte les éventuels programmes annexes, varie grandement selon les projets étudiés. D’après le « L’analyse siège des construites donne en suivantes :

Rapport Arena 2015, du prix de revient par différentes enceintes ces dernières années effet les indications

• 6 000 à 7 000 euros en moyenne pour les Arenas construites ces dernières années en Europe • 3 400 euros en moyenne pour les Zéniths • 4 800 euros pour les salles multifonctionnelles de 5 000 places construites récemment en France • entre 5 000 et 9 000 euros en moyenne pour les projets actuels de grandes enceintes de 10 000 places et plus en France. »

Source : Rapport Arena 2015

De ce fait, pour l’Arena nantaise, nous pouvons envisager un prix de revient par siège compris entre 7 000 et 8 000 euros.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

35


Le coût de construction de l'Estuaire Arena est évalué entre 50 et 60 Millions d'Euros. Le coût de construction de la Grand Ouest Arena est évalué au minimum à 70 Millions d'Euros. Compte tenu des exigences qui seront fixées en matière de développement durable et qualité environnementale, un léger surcoût lors de la phase de construction pourrait avoir lieu pour réduire au minimum l'impact de l'équipement sur l'environnement. Une conception écologique de l'Arena permettra de réaliser des économies sur les coûts de fonctionnement et d'exploitation qui compenseront le surcout initial. Pour une métropole désignée « Capitale verte de l'Europe » en 2013, l'enjeu est majeur. Il s'agit de faire de l'Arena nantaise une référence en matière de construction durable et responsable. Elle devra incorporer des technologies écologiques à la pointe de l'innovation, ayant des effets bénéfiques sur l'environnement, dont voici quelques exemples : panneaux photovoltaïques à haut rendement, petites éoliennes, générateurs piézoélectriques qui convertissent l'énergie créée par la pluie frappant une surface en énergie électrique, collecteurs d'eau de pluie, panneaux isolants à inertie thermique... « L’Arena est un investissement sur le long terme. Mais elle sera condamnée à l’obsolescence dès son inauguration si la démarche environnementale n’est pas intégrée à toutes les étapes de sa conception et de sa réalisation. » Rapport Arena 2015, p54

- Financer un projet métropolitain structurant La réalisation d’un tel équipement passe bien évidemment par le soutien des collectivités locales, qui impulsent la plupart du temps le projet. « Ce soutien peut prendre la forme de la mise à disposition d’emprises foncières, de la prise en charge des infrastructures d’accès, de l’assouplissement des procédures et autorisations administratives ou encore d’un financement. » Rapport Arena 2015, p68 Pour financer le projet de rénovation du Palais des sports de Beaulieu, la Ville de Nantes compte engager plus de 20 Millions d'euros entre 2012 et 2016, et est la seule collectivité engagée sur ce projet. Ce cas de figure ne peut être envisagé pour l’Arena. La réalisation de ce grand équipement structurant ne peut être le fruit d’une collectivité esseulée qui porte le projet. L’ensemble des collectivités locales doit apporter son soutien à ce projet, et travailler en synergie. L’échelon communal ne peut supporter à lui seul la réalisation d’un tel équipement. Les retombées médiatiques, économiques, le gain de notoriété, les créations d’emplois directs et indirects, qui découlent de la création d’une Arena, ne s’arrêtent pas aux limites du territoire communal. Il serait donc logique que la communauté urbaine porte le projet de l’Arena, d’autant plus que Nantes Métropole s’est dotée de la compétence « grands équipements ». La participation conjointe de la communauté urbaine et de la commune pour la réalisation de l’Arena est souhaitable. « Les enjeux portant sur des territoires vastes et des bassins de population dépassant le cadre d’une seule ville et de sa périphérie proche, l’échelon de l’intercommunalité paraît pertinent pour de tels équipements structurants. Les communes confient alors, comme le permet le cadre actuel de la loi, à leurs instances intercommunales la mission de piloter ces projets d’équipement d’intérêt communautaire.» Rapport Arena 2015, p 46

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

36


Il faudra également solliciter la participation financière du Conseil Général, du Conseil Régional, mais aussi de l'Etat. Après la contribution du rapport Arena 2015 sous l'ère Rama Yade, l'actuelle ministre des Sports Chantal Jouanno a souhaité « créer un label « Grand équipement » qui sera attribué par un comité dédié au sein du Centre National pour le Développement du Sport sur la base d'un cahier des charges qui prendra en compte aussi bien des critères sportifs et économiques que sociaux et écologiques ». Le ministère des Sports souhaiterait mobiliser à cet égard 10 millions d’euros par an pendant cinq ans. Pour rappel, en 2011, 68 millions d'euros sont engagés par le CNDS pour soutenir les « projets structurants ».

- Dénicher les opportunités pour financer l’Arena La construction de l’Arena à Nantes passe sans doute par la réalisation d’opérations financières innovantes pouvant alléger le cout de construction de l’enceinte. Dans de nombreux cas, les porteurs de projet ont eu recours à la construction de commerces, cinémas, hôtels, appartements pour financer les nouvelles enceintes sportives. Le développement de ces programmes au sein ou autour de l'enceinte permet de combler le fossé existant entre les moyens financiers réels dont disposent les porteurs du projet et le cout de la nouvelle enceinte. En outre, de nouvelles opportunités financières peuvent permettre de financer une partie de la nouvelle enceinte, comme le démontre le projet « Highbury Square » :

Le stade londonien de Highbury (38 419 places) a abrité l'équipe de football d'Arsenal FC pendant plus de 90 ans. Lors de sa fermeture en 2006, ce stade est devenu le cœur d’un projet immobilier dénommé « Highbury Square ». Ce complexe résidentiel de 725 appartements (dont 70 logements sociaux) a conservé la structure des quatre tribunes de l'ancien stade. Le parc paysager du projet a d'ailleurs conservé l’empreinte exacte de l’ancienne pelouse.

Ce réaménagement soucieux de l’aspect patrimonial d'Highbury a permis de rembourser le prêt de 135 millions de livres souscrit par le club, pour financer la construction de son nouveau stade, l'Emirates Stadium (60 355 places). Ce projet de reconversion a ainsi allégé le coût de la construction du nouveau stade.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

37


Photos de la « North Stand » avant/après le projet Highbury Square (source : highburysquare.com)

Ce genre de projet urbain peut être transposé pour la programmation de l’Arena à Nantes. Ainsi, dans un premier temps, nous pensons qu’il est judicieux de stopper le projet d’agrandissement/rénovation du Palais de sports des Sports de Beaulieu. Cela aura pour conséquence de geler un budget pouvant être utilisé pour financer l’Arena. Dans un second temps, dès l’ouverture de l’Arena (que nous envisageons en 2015-2016), nous proposons de condamner la salle 5000 du Palais de sports des Sports de Beaulieu dans le but de libérer un foncier important. La situation centrale de ce site représente une opportunité exceptionnelle pour la métropole. Ainsi, un nouveau projet urbain pourrait voir le jour en bord de Loire, au cœur du pôle d’affaires EuroNantes, à deux pas de la gare et à proximité du nouveau quartier du Tripode. Ce projet urbain pourra également permettre de restructurer ce site en vue de l’accueil de « l’Arbre à Hérons », formidable projet touristique des Machines de l’Ile. A titre d’exemple, nous nous permettons d’émettre deux propositions de requalification du site du Palais des Sports de Beaulieu. Ce nouveau projet urbain pourrait s’inspirer de la manière dont l’architecte-urbaniste Christian De Portzamparc a recomposé le site du Tripode, en concevant un ensemble urbain caractérisé par la création de multiples îlots. Le nouveau quartier serait alors composé d’îlots ouverts et perméables, où les circulations douces et les aménagements paysagers permettent de définir des sous-îlots.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

38


Proposition n°1/ Emprise au sol totale disponible des îlots: 13 000 m²

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

39


Proposition n°2/ Emprise au sol totale disponible des îlots: 12 800 m²

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

40


La réalisation de ce projet présente de multiples intérêts pour la métropole nantaise. D’une part, cela permet de compléter le projet EuroNantes et de renforcer l’attractivité de ce quartier d’affaires de dimension européenne, en liant véritablement le secteur du Pré-Gauchet/Gare avec le site du Tripode. D’autre part, dans une moindre mesure que le projet « Highbury Square », ce nouveau projet urbain pourra permettre de financer une partie de la nouvelle Arena. Après avoir assuré la maîtrise foncière, la viabilisation et le redécoupage des îlots, la collectivité, à travers une Société Publique Locale d'Aménagement (SPLA), pourra mener à bien des projets de constructions d'équipements et bâtiments d'activités économiques. En outre, elle pourra également assurer la commercialisation foncière des îlots auprès de promoteurs, qui réaliseront des programmes d'habitat, d'immobilier économique ou d'équipement, dans le cadre du projet urbain. Cela permettrait de garder une maitrise opérationnelle des espaces publics du projet urbain. Le projet EuroNantes

Source : euronantes.com

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

41


Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

42


VII – Les caractéristiques de l’Arena « La conception des enceintes sportives est longtemps restée focalisée sur la simple organisation de matches et non sur l’accueil d’événements. Les problématiques du confort des spectateurs, du développement des espaces à prestations, des lieux de vie, de la vocation économique de ces enceintes ont été ignorées. L’exploitation et le développement durable sont pourtant les deux paramètres à mettre au cœur de tout projet d’enceinte multifonctionnelle si l’on veut optimiser leur réussite et leur inscription dans la durée. L’avènement de telles enceintes, lieux de vie, offrant des prestations de qualité, que ce soit pour le grand public ou pour les entreprises, et intégrant dans leur conception et leur exploitation la problématique du développement durable, est aujourd’hui un enjeu majeur d’aménagement des territoires, et ce aussi bien pour les grandes que les moyennes enceintes. » Rapport Arena 2015, p50 Contrairement au Palais des Sports de Beaulieu devenu rapidement obsolète, l’Arena devra remplir un certain nombre de conditions pour être une enceinte moderne, accueillante et pérenne. Le rapport Arena 2015 prévoyait la création d’un label Arena afin que les nouvelles enceintes sportives soient adaptées aux évolutions du sport. « La labellisation Arena nécessitera que le projet ait été élaboré selon une méthodologie et une gestion de projet précises, appuyées sur une étude de marché et intégrant en amont l’ensemble des usagers concernés ainsi que l’ensemble des acteurs, avec pour objectif commun l’optimisation de l’exploitation. La salle doit proposer une multifonctionnalité de haute qualité, adaptée aussi bien au sport qu’au spectacle : • Modularité rapide et évolutivité des jauges adaptée à tout type d’exploitation. • Proximité maximale entre le public et le terrain quelle que soit la configuration. • Double configuration petite et grande jauge. • Conformité avec les exigences d’une captation télévisuelle adaptée à tout type de spectacle et de sport. • Disponibilité d’une salle annexe, de vestiaires et de locaux divers (notamment pour le contrôle anti-dopage) conformes aux cahiers des charges des compétitions internationales. La programmation annuelle doit proposer au minimum 20 % d’événements sportifs. La salle doit permettre une hospitalité conforme aux standards internationaux : diversité et segmentation de l’offre (loges, business seats, autres places à prestations, salons de réception), ratio sièges à prestations / capacité globale de la salle suffisamment élevé. » Rapport Arena 2015, p84 Bien évidemment, il n’est pas obligatoire de suivre à la lettre les caractéristiques préconisées par le label Arena, d’autant plus que ce label ne verra probablement jamais le jour sous cette forme. Pour autant, il nous semble pertinent de suivre certains critères établis dans ce rapport.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

43


- Multifonctionnalité De toute évidence, la dichotomie entre équipement sportif et salle de spectacle est dépassée. L’Arena permet de casser cette distinction absurde en accueillant de multiples usages, sans renoncer à une certaine qualité. Une logique de mutualisation des usages s’impose désormais. Pour l’organisation d’évènement autre que sportif, l’Arena est l’équipement approprié pour compléter l’offre des salles de spectacles de la métropole nantaise, et notamment le Zénith. L’agencement de l’Arena diffère de celui d’un Zénith, et permet de recevoir de grands évènements et spectacles internationaux pour lesquels le Zénith est inadapté (jauge du Zénith insuffisante, configuration différente du spectacle…). Alors que le Zénith est conçu comme un amphithéâtre, l’Arena est construite sur le modèle de l’arène antique, le public encerclant le terrain (comme le Colisée de Rome par exemple). Cette configuration est idéale pour le sport. L’Arena peut également accueillir des spectacles en configuration amphithéâtre. Par ailleurs, une enceinte moderne et multifonctionnelle doit attirer les entreprises et investisseurs privés à devenir des partenaires du sport nantais. Ils pourront contribuer au financement des clubs nantais et à l'exploitation de l'Arena en louant des loges, places à prestations de différentes manières : à l'année pour l'ensemble des évènements (cela inclus les rencontres sportives et les spectacles/concerts), à l'année pour les rencontres de l'ensemble des clubs nantais, ou en soutenant un club nantais spécifiquement. Une Arena multifonctionnelle permet ainsi de diversifier les revenus liés à l’exploitation de l’enceinte, grâce à l’organisation de spectacles et évènements. Ceci permet de compléter les ressources obtenues lors des manifestations sportives. « Les revenus de l’enceinte sportive sont composés des revenus « jour de match » (« matchday »), des revenus liés à l’exploitation de l’enceinte hors jour de match (« non matchday ») et des revenus tirés des espaces situés aux abords de l’enceinte ou d’activités annexes au site luimême, tels que des programmes immobiliers ou des centres commerciaux. » (Rapport Arena 2015, p43). Idéalement, nous pouvons imaginer que l'organisation d'évènements et spectacles puisse permettre de couvrir les couts de fonctionnement, d'exploitation et d'assurer la rentabilité de l'enceinte. Cela permettrait aux différents clubs nantais de maximiser les revenus « jour de match ». Il s’agit en premier lieu de trouver toutes les opportunités permettant aux clubs nantais d’optimiser leurs revenus.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

44


« La nature de l’exploitant, qu’il s’agisse d’une régie municipale ou privée, la capacité de la salle à générer des ressources supplémentaires, les caractéristiques techniques de la salle et notamment la rapidité de sa modularité, sont des critères déterminants pour évaluer la valeur ajoutée, pour un club, d’une enceinte partagée. L’utilisation par un club d’une enceinte multifonctionnelle implique de réels efforts de la part de l’ensemble des acteurs liés par cette relation d’usage et suggère des négociations serrées sur les conditions d’exploitation et de redistribution des recettes. Ces efforts et ces négociations peuvent prendre comme socle une volonté politique de soutien d’une collectivité locale, mais également une relation économique classique entre un prestataire et un client, les deux approches n’étant pas incompatibles. » Rapport Arena 2015, p43 Avec 5 clubs nantais au plus haut-niveau et pouvant élire domicile à l'Arena, il s'avère nécessaire d’assurer une coordination dans les calendriers sportifs afin de combiner les usages et d'éviter les conflits de programmation. Dans un équipement pouvant recevoir des compétitions de sports de salle ainsi que des spectacles et concerts, les modalités d’occupation et de cohabitation devront être clairement définies préalablement. Calendrier illustrant le potentiel d’une Arena multifonctionnelle Hypothèse proposée : 2 clubs nantais engagés en coupe d’Europe (le NRB et le HBC) Semaine 1… Lundi

Mardi

Mercredi

Jeudi

Vendredi

Spectacle, concert, congrès, autre…

Spectacle, concert, congrès, autre…

Match de coupe d’Europe pour le HBC

Spectacle, concert, congrès, autre…

Spectacle, concert, congrès, autre…

Samedi

Dimanche

Match de Match de championnat championnat pour le HBC pour le NRB

…Semaine 2 Lundi

Mardi

Mercredi

Jeudi

Vendredi

Samedi

Dimanche

Spectacle, concert, congrès, autre…

Spectacle, concert, congrès, autre…

Spectacle, concert, congrès, autre…

Match de coupe d’Europe pour le NRB

Match de championnat pour l’Hermine de Nantes

Journée Volleyball Après-midi : NVF Soirée : NRMV

Spectacle, concert, congrès, autre…

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

45


- Modularité En mai 2010, lors d'une interview sur les ondes de Radio France Bleu Loire Océan, Marie-Françoise Clergeau exprimait ses doutes sur la pérennité d’une grande salle pouvant accueillir 10 000 personnes : « Un équipement de cette capacité uniquement dédié au sport ne servirait pas très souvent. ». Nous avons démontré ultérieurement que la multifonctionnalité de l'Arena permettait en partie de garantir la pérennité de l'enceinte. Il convient désormais de lever les inquiétudes pesant sur la capacité d'une grande salle multifonctionnelle. En effet, la modularité de l'Arena est un critère fondamental pour ce type d'enceinte. Il est évident que la plupart des évènements sportifs/spectacles proposés n'ont pas vocation à accueillir 10 000 personnes. Il s’avère donc indispensable d’adapter la jauge au type d’évènement proposé pour que le spectateur soit dans les meilleures conditions possibles et que la qualité du match/spectacle soit préservée. Pour exemple, la future Arena de Bordeaux, dont la livraison est prévue pour l’automne 2012, aura une jauge allant de 3 000 à 15 000 places avec une configuration à 10 000 places pour le handball et de 13 000 à 14 000 places pour le basket. Pour créer cette modularité de la jauge, divers procédés techniques peuvent être envisagés par les concepteurs de l’Arena. Le plus régulièrement utilisé est celui du rideau automatisé qui permet de diviser une tribune à un niveau préétabli afin d’obtenir la jauge souhaitée.

Photo ci-dessus : l’espace libéré par la tribune rétractable Photo ci-dessus : cette tribune lors d’un match de basket

Par ailleurs, à l’image de la JQH Arena, la superbe enceinte de l’université de Missouri State conçue par le cabinet Ellerbe Becket, nous pourrions imaginer que l’une des tribunes de l’Arena nantaise soit rétractable pour accueillir dans les meilleures conditions possibles une scène de spectacle, ou agrandir l’espace disponible pour la pratique d’un sport. Cependant, pour garantir un confort optimum à chaque spectateur, ce procédé ne peut être généralisé à l’ensemble des tribunes, et ne convient véritablement qu’aux tribunes situées en « virage ».

Crédit photos : aecom.com

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

46


« Les Arenas conçues aujourd’hui proposent une modularité de jauge importante, avec des configurations pouvant aller de 3 000 à 19 000 places pour les plus modernes d’entre elles […]. Une modularité rapide des jauges, permettant tout type d’exploitation, est essentielle afin de bénéficier d’une offre flexible et adaptable à la demande. Une grande salle doit être capable d’offrir des jauges inférieures à sa capacité maximale dans des conditions garantissant néanmoins la qualité optimale de la retransmission audiovisuelle et préservant l’ambiance, afin de couvrir un spectre large d’événements. Les solutions techniques permettent à la plupart des enceintes modernes d’offrir un spectacle de qualité même lorsque la salle n’est pas au maximum de sa capacité de jauge, en prévoyant une configuration grande et petite jauge. […] L’automatisation des jauges assure une modularité ciblée au plus près des caractéristiques de l’événement et une optimisation de l’exploitation de l’équipement. La rapidité et la facilité d’utilisation permettent de diminuer à la fois les délais et les coûts de mise en configuration ; les gains sont importants par rapport à une maintenance manuelle. Cette modernité de la modularité des jauges est un élément essentiel de la réussite d’une enceinte. » Rapport Arena 2015, p51 Pour l’Arena nantaise, nous proposons d’instituer 3 configurations différentes afin de répondre de manière optimale aux potentialités de l’évènement sportif proposé. La conception de la future Arena nantaise permettrait de diviser les tribunes en 3 parties, en installant des rideaux circulaires en deux endroits (dont un au-dessus des loges), afin de créer les 3 configurations proposées.

Estuaire Arena

Grand Ouest Arena

Capacité

Type d’évènement sportif

Capacité

Type d’évènement sportif

2 500 places

Match de championnat national

3 000 places

Match de championnat national

5 000 places

Match de gala de championnat national, match européen

7 000 places

Match de gala de championnat national, match européen

7 500 / 8 000 places

Match européen, tour préliminaire d’une compétition internationale

> 10 000 places

Match européen, tour préliminaire / tour final d’une compétition internationale

- Accueil optimisé des spectateurs et partenaires L’accueil des spectateurs et partenaires est un critère crucial pour le fonctionnement et la pérennité de l’Arena. Le public est en droit d’attendre, de la part de l’exploitant de la salle, un accueil irréprochable, un confort optimum et une large offre de services et de prestations. Dans sa conception, l’Arena doit intégrer et mettre en valeur différents espaces afin de pouvoir disposer de vrais lieux de vie conviviaux : grand hall accueillant équipé de bars, point de restauration, boutique du club ; coursives larges dotés de points de restauration et de sanitaires ; sas d’entrée pour passer des coursives à la salle. Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

47


Une offre qualitative, pour que le spectateur puisse vivre une expérience unique, doit permettre à la fois « d’optimiser les recettes le jour du match ou de l’événement, de développer les activités annexes et d’augmenter les ressources du club résident » (Rapport Arena, p52).

Quelques exemples de lieux de restauration, bars, et espaces conviviaux situés dans l’O2 World de Berlin et l’O2 Arena de Londres.

Les lieux de restauration pour le public de l’enceinte doivent désormais eux aussi être envisagés comme des espaces de convivialité (cadre, confort, qualité et diversité de l’offre…). Ces points de restauration et bars doivent être multipliés, avec des thématiques variées, au sein de l’Arena afin de limiter les files d’attentes, et d’augmenter de façon considérable les recettes. Des points de ventes de produits à l’effigie des clubs sportifs et des emblèmes de la métropole peuvent être également disséminés dans l’Arena pour créer une identité sportive auprès du public et accroître les revenus.

The silver bullet bar, lieu de restauration permanent de la Stockton Arena

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

48


Au sein de la salle, un confort optimum des sièges s’avère être une condition sine qua non pour fidéliser le public. La largeur du siège, la présence d’un dossier, l’espace pour placer ses jambes, sont des critères importants (trop souvent sous-estimés) pour garantir le confort du spectateur. De plus, une attention particulière devra être portée aux spectateurs à mobilité réduite afin que ceux-ci puissent jouir pleinement des qualités de l'Arena. « Les salles modernes ont vocation à attirer et fidéliser un public large et familial. La qualité de l’accueil aux entrées, le confort des sièges, l’habillage de l’enceinte, l’acoustique, les services annexes, l’offre de restauration, la propreté des sanitaires et leur nombre sont autant de critères qui améliorent la perception de bien-être du spectateur et confortent son sentiment de sécurité aux abords de l’enceinte et à l’intérieur de celle-ci. » Rapport Arena 2015, p52 Également, contrairement aux grandes salles sportives construites par le passé, l’Arena présente une caractéristique exceptionnelle : grâce au développement d’une offre de prestation, l’Arena permet d’augmenter de façon significative les recettes tout en continuant à proposer des billets aux tarifs abordables pour le public. Pour augmenter les recettes « jour de match », il n’est plus nécessaire d’augmenter le prix des places. Ainsi, ce type d’enceinte permet de perpétuer le caractère populaire du sport, d’accueillir des familles, et permet au plus grand nombre de nos concitoyens d’assister aux rencontres sportives professionnelles. « La rentabilisation d’un équipement de ce type passe par la capacité à vendre aux entreprises des espaces loges afin notamment de continuer à pouvoir assurer une politique tarifaire raisonnable pour le grand public. » Rapport Arena 2015, p34 Pour augmenter les revenus liés à la billeterie, il s’avère donc indispensable de développer les places à prestations (loges, suites, business seats…) en nombre suffisamment important (entre 10 et 15% de la jauge totale). « Les revenus du match sont fortement liés à cette offre « corporate » à haute valeur ajoutée. La gestion économique des Arenas ou des stades modernes développés ces dernières années révèle que 20 % des places (dont les sièges à prestations) représentent 80 % des revenus « matchday » (jour de match). Les sièges à prestations (loges et business seats) sont des leviers incontournables de l’accroissement des ressources des clubs professionnels et des enceintes sportives. » Rapport Arena 2015, p52 En outre, nous pouvons constater une diversification croissante des offres pour toucher et satisfaire de multiples clientèles. Ainsi, une nouvelle offre de prestation, davantage destinée vers le grand public, voit le jour dans les projets récents d’Arenas. Il serait intéressant de développer ces offres au sein de l’Arena nantaise pour préserver un certain esprit du sport, et éviter de basculer dans certaines dérives du sport-business (omniprésence de l’argent, influence des sponsors…). « Certaines enceintes développent également une offre de prestations davantage tournée vers le grand public « classique » qui souhaite y avoir accès occasionnellement. Il est à ce titre important de penser certains espaces qui ne soient pas seulement privatisés, réservés exclusivement aux clients institutionnels, et d’imaginer une partie de l’offre à prestations plus conviviale et moins sélective. » Rapport Arena 2015, p53

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

49


Par ailleurs, pour soutenir financièrement le sport nantais, la création d'un « club entreprise » semble appropriée. Ce « club entreprise » pourrait démarcher et fédérer les différents investisseurs et partenaires pour qu'ils louent des places à prestations au sein de l'Arena.

- Mettre en scène le jeu « Un élément primordial, souvent négligé dans les différentes enceintes, même les plus récentes, réside dans une proximité maximale entre le public et le terrain. Les changements de configuration liés aux différences de dimensions entre les terrains peuvent aboutir à un éloignement des premiers rangs du terrain ou à la constitution d’un véritable mur de sièges repliés. Ces problèmes techniques sont préjudiciables aussi bien pour le confort visuel des spectateurs et pour l’ambiance que pour les retransmissions télévisuelles. Il s’agit donc de penser la salle dans ses différentes configurations du point de vue des spectateurs et des téléspectateurs afin de garantir le confort de tous et l’attractivité du spectacle proposé ou diffusé. » Rapport Arena 2015, p51 Il est évident que la mise en scène du sport est un critère couramment délaissé dans les enceintes sportives françaises, et la Palais de Sports de Beaulieu n’échappe pas à ce constat. Les tribunes sont beaucoup trop, et inexplicablement, éloignées des différents terrains de jeu. Le projet de rénovation adopté ne pourra en aucun cas résoudre cette absence de proximité entre le public et les sportifs nantais puisque la configuration initiale de la salle ne peut être changée.

La JQH Arena, Missouri State University

Par sa configuration, l’Arena pourra créer, pour chaque jauge, cette proximité indispensable entre le public et son équipe. Il s’impose de produire une ambiance intime, une atmosphère unique afin que le public supporte son équipe. Une Arena, ce doit être avant tout un lieu d'émotion et de Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

50


communion entre un public et son équipe. « L’ambiance et le sentiment de bien-être deviennent tout aussi importants que la compétition en elle-même » (Rapport Arena 2015, p34). Pour générer une ambiance singulière, une proximité maximale entre les spectateurs et le terrain est indispensable mais ne suffit pas. Il faut être inventif, innovant, et créer de nouvelles animations, de nouvelles ambiances à travers de nouveaux moyens technologiques (jeux de lumières, écran géants interactifs avec statistiques, ralentis, vidéo-clips …). Nous constatons qu’un élément primordial pour mettre en scène l’évènement est l’éclairage de la salle. Un éclairage adéquat de l’enceinte est un paramètre fondamental pour qu’une atmosphère unique règne sur la salle. Ainsi, il faut focaliser l’éclairage sur le terrain, sans pour autant plonger les spectateurs dans l’obscurité totale. Le public sera plutôt dans l’ombre. Cela crée un grand changement dans l’atmosphère du match et permet de valoriser l’esthétique du jeu. Le Madison Square Garden

Le terrain devient alors une scène de théâtre.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

51


Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

52


S’inspirer de l’excellence, S’adapter à l’échelle de la métropole nantaise

L’Arena nantaise devra être une enceinte exemplaire, d’une qualité remarquable, à la hauteur des ambitions et du dynamisme de la métropole. Pour la concevoir, nous proposons 5 modèles d’Arena, très différents les uns des autres, qui représentent l’excellence.

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

53


Le Palio Ville : Boulazac (France), 6 601 habitants Agglomération périgourdine : 65 444 habitants Architecte : Bernard Chinours Inauguration : 2008 Coût de construction : 12,6 Millions d’euros Capacité maximale : 4 228 places (config. basket-ball), 3 500 places (config. autres sports), 6 500 places (config. Spectacles)

Points forts, exemplarité de l’Arena : Un modèle économique. Un coût de construction maitrisé et extrêmement faible : 12,6 M d’Euros, soit un coût par siège inférieur à 3 000 Euros ! Enceinte remarquablement bien conçu en termes de modularité, de multifonctionnalité et de proximité entre le public et le terrain. Pour les spectacles, un système de pendillons et le positionnement de la scène permettent de proposer des jauges de 1 000 à 4 900 assis et 6 500 assis/debout.

Crédit photos © Dupuis Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

54


Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

55


Šiauliai Arena Ville : Šiauliai (Lituanie) : 130 000 habitants Lituanie : 3,5 millions d’habitants, autant que les Pays de la Loire… Architecte : Eugenijus Miliūnas Inauguration : 2007 Coût de construction : 21,5 Millions d’euros Capacité : 5 700 places (config. sport), 7 400 places (config. Spectacles) Points forts, exemplarité de l’Arena : La Šiauliai Arena est un projet rationnel, modeste mais complet. L’enceinte comporte de nombreux services et prestations inspirés par les Arenas nord-américaines et ouverts même lorsqu’aucun évènement n'a lieu (école de sport, musée du sport, fitness club, centre de beauté et de bien-être, bar/restaurant…). Ce bâtiment circulaire de cinq étages se situe dans un parc entouré de secteurs résidentiels à l’architecture soviétique. L'Arena s’inscrit parfaitement dans ce quartier aux constructions brutales, et se dissout doucement dans la verdure de l'environnement.

Nota-bene : A suivre également en Lituanie la Klaïpeda Arena, belle enceinte à la forme d’un catamaran (inauguration prévue pour le Championnat d’Europe de basket en 2011). Crédit photos ©Gintaras Cesonis

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

56


Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

57


Stockton Arena Ville : Stockton (Californie, Usa), 290,409 habitants Aire métropolitaine : 680 000 habitants Architecte : 360 Architecture Inauguration : 2005 Coût de construction : 63 Millions de dollars Capacité : 11,193 places (config. sport), 11 800 places (config. Spectacles) Points forts, exemplarité de l’Arena : La Stockton Arena se situe au centre d’une métropole d’une dimension démographique comparable à celle de Nantes. Cette enceinte est l’exemple parfait d’une Arena structurante qui a réussi à impulser le projet de revitalisation du centreville et de reconquête du front d’eau. Le design et les matériaux de construction utilisés respectent l'héritage maritime et industriel de Stockton. La lumière du soleil transperce la façade transparente en rideau de verre et révèle l'activité à l'intérieur de l'enceinte. Avec ce grand mur de verre, l'Arena établit un dialogue avec la ville et son front d'eau.

Crédit photos ©360architetcts.com Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

58


Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

59


Madison Square Garden Ville : New York / Manhattan Architectes : Charles Luckman Associates, puis Ellerbe Becket (rénovation) Inauguration : 1968, Rénovation en 1991, Future rénovation en 2013 Capacité : 19 763 places (config. basket), 20 000 places (config. Spectacles) Points forts, exemplarité de l’Arena : « The World's Most Famous Arena » LA salle mythique, adulée aussi bien par les spectateurs que par les sportifs. Une mise en scène théâtrale du sport, avec les lumières focalisées sur le terrain. S’imprégner et s’inspirer de l’atmosphère unique qui règne dans cette salle, pour tenter de créer une ambiance singulière.

Notabene : Peu de photos réussissent à retranscrire l’ambiance du MSG Crédit photos ©Nathaniel S.Butler

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

60


Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

61


Barclays Center Ville: New York / Brooklyn Architectes: Ellerbe Becket & SHoP Architects Inauguration : 2012 Coût de construction : 800 Millions de dollars Capacité : 18 000 places (config. Basket) 19 000 places (config. Spectacles) Points forts, exemplarité de l’Arena : L’Arena du futur En plein cœur de Brooklyn, totalement intégrée dans l’espace urbain, le Barclays Center est l’équipement structurant de l’immense projet urbain « Atlantic Yards ». Cette Arena ultramoderne pourra recevoir de multiples évènements. Le Barclays Center est conçu pour disposer de toutes les prestations possibles et pour s’adapter aux nouvelles attentes des spectateurs.

Crédit photos © Aecom.com & Barclayscenter.com

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

62


Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

63


Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

64


Bibliographie Rapports : -

« Arenas 2015, Rapport de la Commission Grandes Salles », présidée par Daniel Costantini, rapporteur Frédéric Besnier Cahier des charges FIBA, «Structuring — 1.7 GUIDE FOR BASKETBALL FACILITIES »

Magazines, périodiques… : -

Stadium & Arena Management : éditions d’octobre 2009, d’aout 2010, de décembre 2010 Stadia Magazine : éditions de mars 2009, de juillet 2010 « Ile de Nantes, Lettre d’information n°13, décembre 2010 » « Continuer à inventer », Chroniques de l’île n°4, Frédérique de Graveleine, Samoa/Place publique, 2010, Nantes

Articles de presse : NB : OF = Ouest France / PO = Presse Océan

Samedi 03 mai 2008 / OF / Camille GUILLEMOIS : « Le Palais des sports de Beaulieu prend l'eau » Jeudi 02 avril 2009 / PO : « Un palais en sursis ? » Samedi 01 août 2009 / PO / Raphaël Tual : « Le palais se refait une santé » Jeudi 18 mars 2010 / OF / Christophe DELACROIX : « Omnisports : Les sportifs devront se contenter de Beaulieu.. ». Mardi 18 mai 2010 / OF / « Six équipes pros à Nantes : avec quels moyens ? » Mardi 18 mai 2010 / PO / Jérôme Le Garrec : « Une salle de 10000 places en projet » Mardi 29 juin 2010 /OF/ « Basket-ball : Le NRB mise sur la Joliverie pour sa formation » Samedi 25 septembre 2010 / OF / « Ile de Nantes : les architectes ont plein d’idées » Websites consultés : http://www.revue-placepublique.fr/styled/Sommaires/Articles/coureuropeenne.html "Comment entrer dans la cour européenne ?", Philippe Audic http://ores.paysdelaloire.fr/771-licencies-en-sport.htm 360architetcts.com aecom.com archdaily.com barclayscenter.com ellerbebecket.com highburysquare.com Iledenantes.com

mavilledemain.fr nantes.fr nantes-citoyennete.com nantes.maville.com nantesmetropole.fr palio-boulazac.fr populous.com

Manifeste pour la construction d’une Arena nantaise

pss-archi.eu sam.co.uk skyscraperscity.com wikipedia.fr

65

Manifeste pour la construction d'une Arena à Nantes  

PDF du manifeste pour une Arena nantaise

Advertisement