Page 3

MUSIQUE

MDNA, ÂGE CANONIQUE

Après le poussif v, MDNA devait consacrer le retour triomphal de la prêtresse de la pop. Las. Prévisible et ultracalibré pour les charts et les dancefloors, l’album sonne surtout comme une tentative désespérée de s’accrocher à un trône de plus en plus convoité. Madonna aurait-elle (enfin) vieilli ?

On avait fini par la croire inusable, indestructible, statue indéboulonnable sur le promontoire de la pop. Oui, trente ans durant, Madonna a régné sans partage sur le monde de la pop, ne laissant aux pseudo rivales que les miettes de la gloire éphémère et le plaisir des succès biodégradables. Oui, depuis son éclosion au début des années 80, l’Américaine a su résister à l’érosion, aspirer les tendances et s’adapter aux modes, sans trop s’embourber dans la redite ni s’habiller de ridicule. Mais l’éternité n’est pas de ce monde : aussi belle soit-elle, la saga devait un jour toucher à sa fin. L’ironie est que celle-ci est annoncée par l’album qui devait signer son grand retour et rappeler à la jeune garde son statut de prêtresse immortelle. Disons-le de go : MDNA est un échec. Échec commercial d’abord, avec des ventes en chute libre dès la seconde semaine de lancement, même si le million et demi de billets déjà vendus pour la tournée mondiale devrait largement amortir le choc. L’échec est aussi (et surtout) artistique, tant les 12 pistes donnent une 46 • L’OFFICIEL HOMMES MAROC

impression de produit froid, désincarné, formaté. Ici, il n’y a pas de place pour l’aventure, la prise de risque ou l’abandon : tout semble étudié, ciselé, comme calibré par une armée de marketeurs, dans une fuite en avant orchestrée avec de prestigieux aides de camp (William Orbit, Martin Solveig et Benny Benassi, Nicki Minaj, M.I.A…). Qu’on ne s’y trompe pas : MDNA enfantera bien sa portée de tubes, qui agitera les fessiers des fêtards de Londres à Ibiza, de Marrakech à Kuala Lampur. Mais il y a peu de chances qu’ils y retrouvent cet ADN revendiqué sur la pochette du CD. En lieu et place, ils auront droit à une autoparodie : de la provoc’ stylisée à en devenir aseptisée, de la frénésie en guise d’énergie, la compilation des hits du moment pour seule inspiration. Et en filigrane, cette volonté désespérée de montrer qu’à 54 ans, la Madonne a encore de la ressource. Au final, on sort de ce disque presque gêné, comme on le serait par la mammoplastie d’une tante qui accepte mal de vieillir. Madonna, MDNA, Interscope Records.

DR

Texte : Hicham Smyej

L'OFFICIEL HOMMES Maroc n°5  

Magazine covering Men’s luxury, fashion and lifestyle

L'OFFICIEL HOMMES Maroc n°5  

Magazine covering Men’s luxury, fashion and lifestyle