Issuu on Google+

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

Magazine des associations familiales affiliées à Familles de France Janvier / Février 2011

n°721

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

DOSSIER

POLITIQUE FAMILIALE ETAT DES LIEUX DE LA POLITIQUE FAMILIALE

LA MARMITE DES FAMILLES GRAND JEUX CONCOURS

LA CONTREFAÇON EN FRANCE 7 MILLIONS DE PRODUITS CONCERNÉS

WWW.FAMILLES-DE-FRANCE.ORG


EDI TORIAL FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

Magazine des associations familiales affiliées à Familles de France Janvier / février 2011

n° 721

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

La politique familiale peut-elle évoluer ? La politique familiale doit se décliner de l'échelon national à l'échelon local. Elle correspond à la prise en compte de la charge que représentent les enfants dans toutes les familles. Notre système de protection sociale bien qu'il ait fait ses preuves commence à connaître ses limites au bout de 65 ans et il est grand temps de le dynamiser si nous ne voulons pas qu'il s'effondre dans les dix prochaines années face au défi intergénérationnel qui arrive. L'architecture des allocations familiales

est à revoir pour une meilleure lisibilité si l'on veut que la prise en compte de la compensation des charges familiales joue toujours son rôle universel. Les parents investissent par leurs enfants et assurent ainsi l'évolution de la société. L'Etat doit prendre en compte cet investissement des familles vers la jeunesse pour organiser son juste retour quand les parents font valoir leur droit à la retraite. Les droits des retraités sont actuellement attribués en fonction des cotisations versées.

Famille

Accouchement sous X

Logement

Qui a droit à l’aide au logement ?

Conso

La contrefaçon

Conso

“Made in France” ou “made in” ?

Santé

Accommoder les restes

Dossier

Les 7 erreurs de Luc Ferry

Dossier

Politique familiale

Associatif

“La marmite des familles”

Dossier

L'éthique avant le business

Mouvement

Formation, agenda, conférences

Pratique Jeu, théâtre

04 06 08 10 12 13 14 25 26 28 29

La solidarité intergénérationnelle exige que les familiaux, avec les partenaires sociaux et l'Etat étudient pour 2020 un système simple et compréhensible, harmonisé avec ceux de nos régimes de retraite complémentaires en utilisant des paramètres spécifiques selon la taille de la famille. Les enfants représentent plus qu'un trésor affectif, ils sont la plus sûre valeur capitalistique des familles et de l'Etat. Henri JOYEUX

Ce magazine est celui des associations familiales affiliées à Familles de France 28, place St-Georges // 75009 PARIS Tél. 01 44 53 45 90 // Fax. 01 45 96 07 88 www.familles-de-france.org CCP 388 62 X 020 Paris Organe bimestriel de la Fédération Familles de France. Directeur de la publication : Henri Joyeux Rédacteur en chef : Michel Bonnet Secrétaire de rédaction : Sylvie Merleau Responsable des ventes : Thierry Vidor CPPAP : 0412 G 81533 - ISSN : 0751-6169 Conception/Réalisation : COMEDI_0385935419 Crédits photos : FOTOLIA / ISTOCKPHOTO Imprimerie : S2E impressions_400 bd Ch. de Gaulle 21160 Marsannay-la-Côte

Les interviews des personnalités extérieures au mouvement n’engagent pas Familles de France et restent à la liberté de leurs auteurs. CONTACTS ANNONCEURS Serge DUNAND Tél. 06 32 00 00 49 / familles-de-france@laposte.net RÉGIE PUBLICITAIRE COMEDI / 8, rue du Blé / 71100 Chalon-sur-Saône Tél. 03 85 93 54 19 / com.edi@laposte.net

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 721 / JANVIER - FÉVRIER 2011 / Une force de propositions et d’actions // 3


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

ACCOUCHEMENT SOUS X MIEUX LE RECONNAÎTRE POUR MIEUX SE CONNAÎTRE PAR / Commission Vie familiale

Ces dernières années ont vu la presse se faire l'écho de contentieux autour de l'accouchement sous X et de la recherche d'origine (parents ou grands-parents biologiques cherchant finalement à faire reconnaître leur filiation, enfant en recherche de ses origines). Ces questions exacerbent les conflits familiaux sur la place de chacun et sur l'identité même de la famille. Le gouvernement a donc confié au Parlement une mission de réflexion sur l'accouchement sous X et ses possibles adaptations. Un débat entendu par les mouvements familiaux, et attendu par les familles.

Que dit actuellement la loi ? Le principe de l'accouchement sous X est cité à l'article 326 du Code civil : " lors de l'accouchement, la mère peut demander que le secret de son admission et de son identité soit préservé ". Elle possède un délai de rétraction de 2 mois avant le placement pour l'adoption. La mère accouchant dans le secret peut néanmoins faire connaître les prénoms qu'elle souhaite voir attribuer à l'enfant (article 57).

600 enfants par an nés sous X en France… Dans les années 70, il y en a eu plus de 10 000/an !

Intérêt de l’enfant VS intérêt de la mère ? En levant le secret, l'identité de la famille biologique comme l'identité de la famille adoptante ne sont-elles pas remises en cause ? Les évolutions récentes tendent pourtant à faciliter la recherche d'origine. Depuis 2002 le Conseil national pour l'accès aux origines personnelles (CNAOP) intervient en médiateur du parcours de recherche : • " l'enfant " né sous X (aujourd'hui adulte) adresse au CNAOP sa demande C'est ensuite le Code de l'action sociale et des familles de recherche ; • le CNAOP se charge de recueillir les informations existantes sur la famille bioloqui en règle les conditions : • lorsque la mère demande à accoucher sous X, elle gique, et l'accord de la mère pour la levée du secret (dans le cas contraire rien ne est informée des conséquences juridiques (aucun lien sera divulgué). de filiation avec l'enfant, le secret de l'identité peut être levé avec son consentement exprès mais sans consé- A 18 ans connaître ses origines biologiques ? L’enfant adopté peut en parler avec ses parents adoptifs qui peuvent comprendre quence légale sur la filiation) ; • le ou les parents biologiques sont alertés sur l'impor- le désir de connaître ses origines biologiques. tance pour l'enfant de connaître ses origines, et il leur Familles de France reconnaît que la demande de secret comme la levée de celui-ci est proposé de laisser des informations s’ils le souhai- sont une souffrance, mais affirme avec constance que le droit de l'enfant est toutent (antécédents médicaux, origines de l'enfant, nom, jours supérieur au droit de l'adulte : le secret ne doit pas invalider l'avenir de l'enfant. Par vertu de prudence le secret ne doit être levé, s'il y a lieu, qu'aux 18 ans de photo, etc.). l'enfant, majorité légale où il a plus probablement la maturité affective pour gérer Quid de l'enfant ? Lui aussi a des droits, et l'article 7 de une telle annonce. Le principe du " sous X " ne peut être remis en cause, et un asla Convention internationale des droits de l'enfant rap- souplissement de la législation ne doit pas concerner celles qui ont accouché sous pelle qu'il a " dans la mesure du possible, le droit de les conditions actuelles du secret. connaître ses parents et être élevé par eux ".

4 // Une force de propositions et d’actions / JANVIER - FÉVRIER 2011 / NUMÉRO 721 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

ETUDIANTS BOURSIERS LA RENTRÉE, C’EST MAINTENANT ! PAR / Magali Grenouilleau

Si les étudiants plus expérimentés sont déjà mieux rodés aux formalités et démarches de la vie étudiante, les futurs jeunes bacheliers, la tête dans leurs dossiers d'inscription, doivent être particulièrement attentifs : les demandes de bourse sont à déposer entre le 15 janvier et le 30 avril.

P

our bénéficier des bourses universitaires (bourses de l'enseignement supérieur sur critères sociaux) l'étudiant doit être âgé de moins de 28 ans au 1er octobre de l'année universi-

taire. • L'établissement où il suit sa formation doit relever de la compétence du ministère de l'Eduction nationale ou du ministère de la Culture et de la communication. • L'octroi de la bourse est soumis à trois conditions : 1. condition de ressources (pour l'année universitaire 2011/2012, ce sont les revenus 2009 qui sont pris en compte) 2. nombre d'enfants à charge au foyer fiscal 3. éloignement du lieu d'étude. • L'étudiant doit déposer une demande de Dossier social étudiant (DES) au début de l'année qui précède la rentrée universitaire (la demande de bourse se dépose donc avant même la réussite aux examens ou la confirmation du choix d'orientation).

• La demande peut être faite directement en ligne sur le site du Centre national des oeuvres universitaires et scolaires (www.cnous.fr) ou sur le serveur DES (https://dse.orion.education.fr/depot/). • Le montant de la bourse varie en fonction de l'échelon auquel l'étudiant appartient (exonération des droits d'inscription et gratuité de l'affiliation à la Sécurité sociale pour l'échelon 0, puis une aide financière qui augmente jusqu'à l'échelon 6). • Nouveauté 2011 : les bourses devraient être versées sur 10 mois. NB : Les étudiants qui suivent des formations qui dépendent du ministère de la Santé (soins infirmiers, assistante sociale, éducateur, kiné) doivent s'adresser à leur établissement concernant leur demande de bourse. Quant à ceux qui dépendent du ministère de l'Agriculture (lycées agricoles, écoles vétérinaires…), ils s'adressent à leur ministère de tutelle. Pensez utile ! Le portail étudiant : http://www.etudiant.gouv.fr/ Les aides au logement : http://www.caf.fr/

2010

RETOUR EN CHIFFRES

64,7 millions

Personnes vivent en France au 1er Janvier 2010

1,99

Enfant par femme

84,5 ans

Espérance de vie des femmes ( une des plus élevées d’Europe )

77,8 ans Espérance de vie des hommes

Sans la France, le solde naturel de l'Europe à 27 (soit l'excédent des naissances sur les décès, qui se situe à un peu moins de 600 000 habitants) serait divisé par deux. De quoi espérer qu'en 2011 nous battions encore d'autres records !

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 721 / JANVIER - FÉVRIER 2011 / Une force de propositions et d’actions // 5


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

AIDE AU LOGEMENT : POUR QUI ? PAR / Delphine Borne

Les différentes allocations logement pouvant être délivrées par les Caisses d'allocations familiales (CAF) ne s'adressent pas aux mêmes bénéficiaires. En effet, chacune des trois aides destinées au " poste logement " du budget familial est ciblée sur un type de bénéficiaire.

LES CONDITIONS Avant de les distinguer, il convient de préciser que le montant du loyer (ou les mensualités de remboursement du prêt immobilier), les ressources du demandeur, celles des personnes vivant dans son foyer ainsi que la situation géographique du logement sont toujours pris en considération pour déterminer le montant de l'éventuelle aide. • Pas d’aide pour un logement familial Attention, ne peut toucher d'aide au logement le locataire, sous-locataire, colocataire d'un logement qui lui est loué par un ascendant, descendant (de lui-même ou de son conjoint). • Etre légalement sur le sol français La nationalité française n'est pas une condition d'attribution : le demandeur doit simplement être régulièrement sur le territoire français. De plus, le logement pour lequel l'allocation est demandée doit constituer la résidence principale du demandeur.

Les aides sont dues à partir du 1er jour du mois qui suit celui d’entrée dans les lieux

L’allocation «familiale» de logement (ALF) : pour certaines situations familiales L'ALF est accordée exclusivement à cinq catégories de personnes. 1/ Les personnes percevant une des prestations suivantes : allocations familiales, complément familial, allocation de soutien familial, allocation d'éducation de l'enfant handicapé. 2/ Les familles ayant un enfant à charge mais qui n'ont pas droit aux prestations ciavant énumérées. 3/ Les personnes qui ont à leur charge et vivant dans le foyer, un ascendant : • soit celui-ci a plus de 65 ans et ne dispose pas de ressources supérieures au plafond individuel fixé pour l'attribution de l'Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), en vigueur au 31 décembre de l'année ; • soit il s'agit d'un ascendant, descendant, collatéral (frère, soeur, oncle, tante, neveu, nièce) atteint d'une infirmité (soit d'au moins 80 % ; soit inférieure mais dans l'impossibilité reconnue par la Commission des droits et de l'autonomie des perA PARTIR DE QUAND ? sonnes handicapées de se procurer un emploi). Les aides sont dues à partir du 1er jour du mois qui suit 4/ Les femmes enceintes sans personne à charge, entre le 5e mois de la groscelui d'entrée dans les lieux (ou celui où les conditions sesse et la naissance de l'enfant. d'attribution sont remplies). 5/ Les personnes mariées depuis moins de 5 ans, sans enfant à charge, si le mariage a eu lieu avant que chacun des époux n'ait atteint 40 ans. 3 TYPES D’AIDE AU LOGEMENT L’aide personnalisée au logement (APL) : pour un L’allocation «sociale» de logement : pour ceux ne pouvant bénéficier des logement conventionné deux autres L'APL constitue une aide spécifique dans la mesure où Cette aide permet aux locataires et propriétaires ne pouvant bénéficier ni de l'APL elle ne peut être accordée que pour un logement ni de l'ALF, de pouvoir obtenir une aide selon leurs ressources. Ainsi, les personnes conventionné. De plus, elle est versée directement au principalement concernées par ce dispositif sont les étudiants, les jeunes, les mébailleur, et vient automatiquement en déduction du nages sans enfants, les personnes âgées ou handicapées. Pour savoir si vous êtes loyer payé par le locataire. Le bailleur est tenu d'infor- éligibles à une des aides pour lesquelles vous êtes potentiellement bénéficiaires, et mer le locataire de l'existence de cette convention. en connaître son montant, rapprochez-vous de votre Caisse d’allocations familiales ou effectuez une simulation sur le site Internet de la CAF : http://www.caf.fr/wps/portal/particuliers/formulaires/metropole/al

6 // Une force de propositions et d’actions / JANVIER - FÉVRIER 2011 / NUMÉRO 721 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

CONSOMMATION DES CHANGEMENTS POUR 2011

PAR / Estelle YACOVOU

Fin de la prime à la casse Instituée en 2009 dans le but de renouveler le parc au- Logement : étiquette énergétique obligatoire tomobile, la prime à la casse a disparu depuis le 1er À compter du 1er janvier, toutes les annonces de logement à vendre ou à louer doivent faire figurer le résultat du Diagnostic de performance énergétique (DPE). Une janvier 2011. mesure qui s'applique aussi bien aux particuliers qu'aux professionnels. Mise en œuvre du nouveau prêt à taux zéro Passage au tout numérique « PTZ+ » Le prêt à taux zéro amélioré a fait son apparition de- 2011 marque l'arrêt de la télévision analogique pour le passage au tout numérique. puis le 1er janvier 2011. Désormais, il est réservé aux primo-accédants mais sans condition de ressources. Hausse de la TVA pour les offres alliant télévision, téléphone, Davantage ciblé sur les zones tendues et les familles, Internet (triple play) son montant variera comme l'ancien PTZ en fonction Les offres triple play seront soumises à une TVA de 19,6 % sur l'ensemble de la facde la zone géographique. De plus, est nouvellement ture, contre 5,5 % jusque-là sur la moitié de la note. Attention : certains opérateurs pris en compte le niveau de performance énergétique entendent répercuter sur leurs factures cette hausse. du logement. Médicaments et remboursements médicaux Nouvelles plaquettes tarifaires en matière Les médicaments pris en charge par la Sécurité sociale à 35 % (portant la vignette bleue) sont désormais pris en charge à 30 %. Pour tous les actes médicaux (mébancaire Afin d'améliorer l'information en matière bancaire, les decins, infirmières, kinésithérapeutes, etc.), le ticket modérateur, c'est-à-dire la part banques présentent désormais en tête de leurs nou- qui reste à la charge de l'assuré ou de sa mutuelle, devrait augmenter de 0,5 point. velles plaquettes tarifaires une liste avec le prix de 10 Autrement dit, pour une consultation de médecin en ville, la prise en charge par la services standards. Cette liste comprend notamment Sécurité sociale passerait de 70 % à 69,5 %. les commissions d'intervention et le prix de l'abonneEmploi à domicile ment permettant de gérer son compte sur Internet. L'abattement de 15 points sur les cotisations patronales de Sécurité sociale proposé aux ménages déclarant leur employé au salaire réel sera supprimé.

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 721 / JANVIER - FÉVRIER 2011 / Une force de propositions et d’actions // 7


LA CONTREFAÇON 7 MILLIONS DE PRODUITS

PAR / Estelle YACOVOU

La contrefaçon a pris une grande ampleur depuis quelques années dans tous les secteurs d'activités comme par exemple l'habillement, les chaussures, les parfums, les pièces automobiles, les jouets, l'alimentation, les médicaments, les téléphones…

T

Les jouets engendrent un risque de sécurité d’autant plus intolérable qu’il concerne des enfants

out produit contrefait présente de nombreux doutes quant à son origine, ses qualités, sa fiabilité. La contrefaçon c’est un risque tant au niveau de la sécurité qu'au niveau de la santé du consommateur et c'est la raison pour laquelle il ne faut pas acheter des produits contre- Une menace pour la sécurité et la santé des consommateurs faits, quels qu'ils soient. La sécurité des consommateurs : le nombre de pièces détachées automobiles contrefaites a augmenté ces dernières années : entre 2000 et 2008, 5 % à 10 % La contrefaçon en quelques chiffres des pièces de rechanges de voitures vendues au sein de l'Union européenne seEn France, près de 7 millions de produits contrefaits raient des contrefaçons (optiques de phares qui éblouissent, carrosseries non désont saisis chaque année. L'explosion des articles sai- formables, pneus dangereux, filtres déficients…). Le secteur des jouets n'est pas sis aux frontières de l'Union européenne se sont mul- non plus épargné et le nombre des saisies réalisées par les douanes européennes, tipliés par 7 en dix ans passant de 25 285 838 en après avoir augmenté de 98 % en 2007, s'est maintenu en 2008 et représente en1999 à 178 908 278. La Chine, devenue la " manu- viron 5 millions d'articles. Les jouets et jeux contrefaits engendrent un risque de facture du faux ", est aujourd'hui le premier acteur sécurité d'autant plus intolérable qu'il concerne des enfants. mondial de la contrefaçon. En effet, en 2008, 55 % des produits saisis aux frontières de l'Union euro- La santé : il y a une nette explosion des faux médicaments à travers le monde. La péenne sont d'origine chinoise. Internet est la pre- copie de médicaments crée des produits dont la composition et les principes ne mière vitrine mondiale de la contrefaçon avec 25 répondent pas aux normes scientifiques et qui sont par conséquent au mieux inefmilliards de dollars de produits contrefaits qui sont ficaces, mais qui se révèlent souvent dangereux pour les malades. commercialisés tous les ans sur la toile.

8 // Une force de propositions et d’actions / JANVIER - FÉVRIER 2011 / NUMÉRO 721 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

Comment détecter un produit contrefait ? Pas facile ! Les imitations sont de mieux en mieux réalisées et il devient de plus en plus difficile de les détecter. Les précautions à prendre pour ne pas se laisser abuser par la véracité du produit : • Examinez la qualité du produit car celle-ci est souvent inférieure à celle des produits authentiques (vérifier les coutures, la peinture,…). • Le prix est aussi un indicateur car un prix anormalement bas peut révéler un produit contrefait. C'est très souvent le cas pour le secteur du luxe car, par exemple, un sac de marque dont le prix exposé est inférieur à près de 80 % du prix du vrai modèle sera forcément une copie. • L'emballage peut aussi être un indice de produits contrefaits de même que l'étiquette. Concernant cette dernière, sur l'étiquette doit figurer un certain nombre de renseignements concernant le fabricant, le produit : faites bien attention à l'orthographe des noms de société et de la marque. Examinez les indications de conformité aux normes, les certificats d'authenticité et les conditions de garantie.

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

Le simple fait de détenir un produit contrefait peut entraîner des sanctions douanières

Que risquez-vous en cas d’achat de produits contrefaits ? Le simple fait de détenir un produit contrefait peut entraîner des sanctions douanières. Ainsi, vous risquez, outre la confiscation des produits contrefaits, une amende allant de une à deux fois la valeur de l'objet authentique et un emprisonnement pouvant atteindre trois ans. Ces peines peuvent aller jusqu'à une amende de cinq fois la valeur de l'objet et un emprisonnement de dix ans quand la contrefaçon est l'objet d'un véritable trafic en bande organisée. Le rôle de la douane La douane joue un rôle important dans la sanction de la contrefaçon. Deux procédures peuvent alors être mise en oeuvre : D'abord, il y a " la retenue " qui peut être effectuée par la douane lorsqu'un soupçon de contrefaçon existe et à la condition d'une demande d'intervention préalable du titulaire du droit protégé. Dans ce cas, un délai de 10 jours est alors ouvert au titulaire du droit pour ouvrir une action en justice ou apporter la preuve de son droit. Si jamais dans ce délai le titulaire du droit n'a rien fait, la marchandise est alors rendue à son propriétaire. Puis, il y a la " saisie douanière " dans le cas où la douane est face à une marchandise contrefaite lors d'un contrôle. Il faut noter que cette procédure ne s'applique qu'aux contrefaçons de marques. La douane n'a par contre pas le droit d'intervenir lorsqu'il s'agit d'Internet : téléchargement, achat en ligne (par contre possibilité d'agir au moment de la livraison)… bien qu'un service de surveillance ait été mis en place sur le réseau. Il faut donc être vigilant quant à l'achat de produit sur Internet à l'étranger car la contrefaçon est partout. Dans l'intention de faire une bonne affaire, les consommateurs mettent bien souvent leur santé et leur sécurité en jeu en achetant des produits contrefaits.

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 721 / JANVIER - FÉVRIER 2011 / Une force de propositions et d’actions // 9


«MADE IN FRANCE» OU «MADE IN ?»

PAR / Delphine BORNE

En France, les professionnels n'ont aucune obligation d'indiquer le pays d'origine tant pour les produits alimentaires que non alimentaires. Sauf exceptions : la viande bovine, le miel, les fruits et légumes proposés à la vente au détail, les oeufs, les produits de la pêche et de l'aquaculture. LA LÉGISLATION Une indication non obligatoire Il existe un seul cas où l’indication est obligatoire : lorsque son omission est de nature à créer une confusion dans l’esprit de l’acheteur sur l’origine réelle d’une denrée alimentaire. Pour exemple, un paquet de biscuits fabriqué en Allemagne qui porterait comme dénomination “tour Eiffel”, devrait se voir indiquer son origine allemande. Une mention fausse ou qui favoriserait la confusion pour le consommateur sur l'origine d'un produit, alimentaire ou non, est interdite et sanctionnée par le Code de la consommation.

Un foie gras portant la mention «made in France» peut provenir d’un autre pays mais d’une confection en France

Une définition non adaptée Concernant la qualification du " made in " (1)… celle-ci n'est pas si simple que l'on pourrait le penser. Le “made in France” ne garantit pas une réelle fabrication en France, au sens où tout consommateur pourrait l’entendre. En effet, pour déterminer le pays d'origine, il faut se référer à la législation européenne. Il suffit que la dernière étape de fabrication soit exécutée dans un pays pour qu’il puisse en porter l’origine.

LES FRANÇAIS ET L’ORIGINE DES PRODUITS L’importance du marquage Les consommateurs français savent ce qu'ils veulent : 72 % d'entre eux affirment vouloir acheter de préférence des produits fabriqués en France quand la crise sera terminée, en 1997 ils étaient 39 % (2). De plus, l'origine ferait aujourd'hui partie des deux premiers critères de choix lors de l'achat d'un produit alimentaire pour plus de la moitié des consommateurs, alors qu’en 2005 une étude de l’INSEE indiquait que le pays de fabrication du produit alimentaire était le dernier critère à influencer l'achat.

Une illustration de l’origine en France Pour exemple, un foie gras portant la mention “made in France” peut provenir d’un autre pays mais du fait d’une confection en France, apportant une certaine valeur ajoutée au produit, il devient “made in France”. Tout cela prête à confusion. De plus, la règlementation européenne intervient également dans la mesure où un pays ne peut créer de règles internes qui pourraient ainsi " nuire " à la libre-circulation des biens dans l'Union européenne. Le sujet est donc complexe.

10 // Une force de propositions et d’actions / JANVIER - FÉVRIER 2011 / NUMÉRO 721 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

Les récentes affaires sanitaires : bonbons avec présence de mélanine, peinture de voitures-jouets contenant du plomb, paires de chaussures dans lesquelles était présent un sachet anti-moisissure renfermant du diméthylfumarate - substance interdite en France - sont peut-être la cause principale de ce regain d'intérêt des Français pour l'origine. Un sujet de préoccupation politique Yves Jégo (3) a remis un rapport à Nicolas Sarkozy en mai 2010 intitulé " En finir avec la mondialisation anonyme, la traçabilité au service des consommateurs et de l'emploi " (4) au sein duquel il propose des pistes de réflexion afin de pallier les problèmes liés à cette indication de l'origine des produits. Il suggère notamment que la France porte auprès de l'Union européenne l'idée d'une obligation d'affichage de tous les produits qui sont mis en vente sur le marché communautaire ; il propose également que soit élaboré un système de " made in " facultatif à étoiles afin de valoriser les entreprises lorsque leur production est essentiellement française (5).

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

La nécessité d’une information claire et loyale envers les consommateurs et la recherche perpétuelle de sécurité des produits

L’origine du produit Un sujet qui touche à plusieurs thèmes centraux de consommation, parmi lesquels la nécessité d'information claire et loyale envers les consommateurs et la recherche perpétuelle de sécurité des produits. Pour autant, cette volonté de connaître l'origine ne doit pas flirter avec l' " antimondialisation " ou un excès de protectionisme (sans pour autant faire abstraction de la situation économique de la France) ! C'est avec toutes les limites inhérentes à ce sujet délicat que Familles de France aborde la thématique de l'origine des produits et dirige ses propositions et actions vers la protection des intérêts des consommateurs. (1) En français : " fabriqué en /à ".

(2) Au sens dudit Code, en ses articles 23 et 24. (3) Rapport France et Europe, Deloitte, novembre 2009. Donnée utilisée au sein du rapport d'Yves Jégo. (4) L'observatoire de la qualité des aliments, Ipsos pour Agri Confiance, octobre 2009. Donnée utilisée au sein du rapport d'Yves Jégo. (5) Yves Jégo est député-maire de Montereau-Fault-Yonne (77), ancien ministre. (6) Rapport téléchargeable sur le site de la documentation française : http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/104000213/0000.pdf. (7) A l’image par exemple des “Petits cookies from France, Michel et Augustin” ou les cosmétiques de la marque “L'occitane en Provence”, ou encore les articles estampillés “Produit en Bretagne”.

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 721 / JANVIER - FÉVRIER 2011 / Une force de propositions et d’actions // 11


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

ÉVITER LE GASPILLAGE ACCOMMODER LES RESTES, APRÈS LES FÊTES

PAR / Christine BOUGUET-JOYEUX

Des restes, en famille, il y en a souvent, et s'il ne faut pas les garder plus de deux jours et au frigo, rien n'empêche de les réutiliser d'un repas à l'autre en les accommodant. Avec ce qui n'a pas été consommé, mais qui pourtant le mérite parce que bien préparé, on peut facilement faire un repas rapide et délicieux, sans forcément dégrader les aliments qui le composent. QUELQUES RÈGLES DE BASE SONT À RESPECTER • Conserver au frigo : dans des plats couverts, moins de 48 h. • Ne jamais recuire, les aliments perdraient toutes leurs qualités nutritionnelles : réchauffer simplement en déposant à l'intérieur du cuit-vapeur encore chaud, couper le feu après 3 mn. • Ne pas resservir plusieurs fois les mêmes restes, ni les garder trop longtemps : les proliférations de germes sont un risque réel d'infections. QUELQUES SUGGESTIONS D’UTILISATIONS CONVIVIALES Repas de petits plats variés Servir un repas de petits plats est un bon argument de présentation : certains restes assaisonnés de fines herbes ou d'épices, d'autres frais préparés en petite quantité, en particulier de petites salades diverses accompagnées d'oeufs ou de lichettes de saumon ou de jambon cru, feront un repas somptueux et très convivial.

Potage du jour Des légumes, un peu de purée ou un reste de riz, par exemple, peuvent une fois versés dans une casserole avec de l'eau, et agrémentés d'herbes, oignon, huile d'olive, être mixés en soupe délicieuse. Salade « fourre-tout » Ajouter aux petits restes de légumes, riz complet ou autre, des feuilles fraîches de salade, des lichettes de carottes, de tomates ou de pommes, de l'oignon doux coupé, des fines herbes et cébettes coupées, des pignons ou des raisins secs, des graines de tournesol, sésame, courge, etc. Flan de légumes ou poisson Faire des flans avec vos restes frais en les arrosant du mélange suivant : 2 ou 3 oeufs, 2 yoghourts de chèvre ou brebis ou soja, lardons dégraissés à la vapeur, herbes, sel, poivre, quelques raclures de tomme de brebis et épices : muscade, curcuma, poivre, cumin… au choix. Mettre au cuit-vapeur dans un plat à soufflé ou un saladier en inox, recouvert d'une assiette renversée, pendant 20 à 30 mn selon épaisseur du plat et volume de la préparation. Eteindre et laisser finir de prendre au chaud.

12 // Une force de propositions et d’actions / JANVIER - FÉVRIER 2011 / NUMÉRO 721 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

LES 7 ERREURS DE LUC FERRY PAR / Henri JOYEUX

Philosopher sur la famille, nous en avions l’habitude de la part de l’ancien ministre de l’Education, mais, quelle ne fut pas notre surprise de lire dans sa chronique du Figaro du 28 octobre, sa nouvelle évidence : « la mise sous condition de ressources des allocations familiales » (AF). Familles de France veut préciser à Luc Ferry 1/ Balayer le rapport Attali n’est en rien un signe d’immaturité désespérant mais au contraire un signe de réelle connaissance de l’importance pour le pays d’avoir une politique familiale forte, garante de la cohésion sociale. Quand les familles vont bien, c’est tout le pays qui va mieux. Or la crise a fortement fragilisé les familles et les enfants pauvres sont plus nombreux. 2/ Jacques Attali et Luc Ferry déclarent que « ceux qui gagnent plus de 10 000 € par mois » n’ont pas besoin d’AF ! Aujourd’hui, elles sont identiques pour tous car elles compensent la charge financière que représente l’enfant. C’est le respect de deux valeurs capitales : tous les enfants sont égaux et le futur adulte est un investissement positif et vital pour la société. Les moyens de la famille varient selon les revenus du travail et du capital des parents. C’est sur eux que porte la fiscalité pour assurer la justice sociale et elle varie suivant la composition des familles. Familles de France a osé proposer l’idée du salaire maximum en fonction des responsabilités et de la charge de travail et ne comprend plus le maintien du bouclier fiscal. Voilà où le curseur fiscal doit fonctionner car il y a dans notre pays des salaires indécents. Quant à la source des AF, rappelons qu’il s’agit de retenues inégalitaires sur les salaires par les employeurs et la CSG. Cela s’appelle de la politique familiale « redistributive ». On perçoit selon les revenus et on distribue pour l’enfant futur adulte. Il s’agit bien d’équité sociale pour les enfants. 3/ Luc Ferry y voit une absurdité économique et une injustice flagrante, nous observons tout le contraire ! Prenons l’exemple d’un père de famille de 5 enfants bénéficiaire du RSA et d’un salarié célibataire ou père d’un enfant dont le salaire mensuel est de 10 000 euros. Le premier percevra des allocations familiales pour un montant de 603 euros par mois alors que le célibataire ou père d’un enfant n’aura rien. Dès lors, l’investissement universel pour les enfants est assuré et la solidarité respectée.

4/ Le gain pour l’Etat se situerait entre 2 et 4 milliards. Cette économie, à vrai dire imprécise, Luc Ferry propose de l’affecter au versement des AF dès le premier enfant (aujourd’hui, dès le deuxième enfant). Acceptable, attention au risque de saupoudrage inefficace. Mieux vaudrait augmenter le montant des AF qui depuis 1954 a été divisé par 5. Il faudrait d’autres ressources pour la branche famille. L’imposition des patrons du CAC se justifie, mais n’y suffira pas. Aujourd’hui les familles moyennes se rapprochent du seuil de pauvreté alors qu’elles étaient moteurs de notre société. La mise sous condition de ressources ne fera qu’aggraver leur situation. 5/ Luc Ferry, les AF n’ont pas été créées au lendemain de la guerre, dans le temps de la reconstruction en 1945 quand on pouvait comprendre que l’égalité fut la règle. Elles ont été officiellement mises en place en 1932, tandis que la prise de conscience de leur nécessité date de 1908, quand deux militaires ont comparé leur solde identique, l’un père de 9 enfants et l’autre célibataire… A l’Assemblée nationale, Lemire disait, en 1908, qu’une allocation était une rémunération pour un service et c’est en 1911 qu’un jeune député Auguste Landry, Union républicaine radicale et socialiste, fit voter une proposition visant à généraliser et augmenter la compensation des charges de famille dans la fonction publique. L’histoire a du sens pour aujourd’hui. 6/ Luc Ferry est obnubilé par les familles les plus nombreuses qu’il croit majoritairement de droite, catholiques et conservatrices, comme en 1945. L’ancien ministre en les stigmatisant est médiatiquement correct mais il oublie les familles recomposées d’aujourd’hui qui ont beaucoup d’enfants, celles où père ou mère cherchent désespérément un emploi et celles, enfin, où les enfants n’ont pas trouvé leur autonomie à 25 ans ! Il est indécent de taper sur ces familles courageuses, généreuses, qui font face malgré les difficultés. Qui paiera demain les retraites, la dette et la dépendance ? Les enfants d’aujourd’hui et de demain, y compris à ceux qui n’ont pas de responsabilités familiales ! La meilleure politique sociale, c’est la politique familiale qui éviterait tant de politiques d’assistance qui humilient les familles. 7/ Quant à la proposition de créer un fonds de solidarité pour tous les jeunes, elle est acceptable mais il ne doit pas être pris sur la « branche famille ». La politique visant à libérer les jeunes de la tutelle parentale est juste. Elle s’appelle « création d’emplois ». Préalablement à tout emploi, le service civique humanitaire pour tous les jeunes, qui donne sens à la solidarité, pourrait être financé par le fonds que propose Luc Ferry. Familles de France conseille à Luc Ferry de rester philosophe et de changer de conseiller économique. Le mouvement félicite Nadine Morano, alors secrétaire d’Etat à la Famille, qui avait dit, à la sortie du rapport Attali, que mettre les allocations familiales sous condition de ressources, c’était appauvrir les familles modestes et troubler un peu plus la cohésion sociale.

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 721 / JANVIER - FÉVRIER 2011 / Une force de propositions et d’actions // 13


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

DOSSIER

POLITIQUE FAMILIALE

Politique familiale, politique sociale : quelles différences ? Familles de France est à l'origine de la politique familiale en France. Elle fit suite aux revendications du capitaine Maire en 1911 pour compenser la charge des enfants pour une famille et la contribution que fait cette famille à la société. La politique familiale est universelle, destinée à compenser les charges de l'enfant et à reconnaître l'investissement de toutes les familles quelles que soient leurs situations économique et socio-culturelle. Elle est globale car elle doit créer les conditions nécessaires au bien-être et à l'épanouissement des familles. Elle se traduit donc par des mesures qui favorisent la redistribution des ressources mais aussi par la prise en compte des familles dans la cité. Les allocations familiales constituent le principal bastion de cette politique d'investissement dans l'avenir. La politique familiale se retrouve : • dans les modes de garde pour permettre aux parents d'exercer une activité professionnelle ; • dans la fiscalité par le biais du quotient familial alors qu'elle est peu prise en compte dans la fiscalité locale ; • dans le système éducatif. Elle se décline à l'échelon national mais nous devons regretter qu'elle disparaisse du paysage communal de plus en plus. Ce n'est en aucun cas une politique d'assistance. Elle vise uniquement à maintenir à revenu égal le même niveau de vie pour les personnes avec ou sans enfant.

La politique sociale vise à aider les personnes démunies ou vulnérables. Elle a pour objectif le maintien d'un niveau de vie décent, doit répondre à des situations ponctuelles (chômage, maladie…) et être, donc, limitée dans le temps. Elle se caractérise par une redistribution des ressources des personnes à revenus élevés ou moyens vers les moins favorisés. Le rôle premier d'un mouvement familial et de tout militant est de défendre une politique qui soit favorable à toutes les familles et d'exiger que la dimension familiale soit considérée dans les décisions nationales et locales. La famille constituant le socle de la société et le premier lieu d'épanouissement et d'éducation des enfants doit être écoutée et soutenue. La politique familiale n'est pas uniquement une politique de prestations mais elle ne joue plus son rôle de compensation des charges et nous ne pouvons que constater un appauvrissement des familles moyennes qui ne sont plus soutenues dans leur vie quotidienne. C'est pourquoi nous avons choisi de constituer le dossier qui vous est proposé, présentant des actions diverses et simples au plus près des préoccupations des familles.

REDACTION / Isabel Malsch Responsable de la commission politique familiale


ZOOM

Les piliers de la politique familiale Le financement de la branche famille de la Sécurité sociale Les allocations familiales Le quotient familial L'éducation Le congé parental Le libre choix

Les propositions de Familles de France Une modulation plus juste de l’Allocation de rentrée scolaire Des allocations universelles et revalorisées Une part entière dans le cadre de l’impôt sur le revenu pour l’enfant de 15 ans Des rythmes scolaires permettant une meilleure conciliation des temps pour les familles Concilier vie familiale et vie professionnelle Un statut parental

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 721 / JANVIER - FÉVRIER 2011 / Une force de propositions et d’actions // 15


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

ENTRETIEN

3 qUesTions à

Propos recueillis PAR / Christiane Therry

HENRI STERDYNIAK Economiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Quel est votre avis sur la politique familiale actuelle ? La politique familiale doit avoir quatre objectifs : assurer à tous les enfants (et en particulier à ceux des familles pauvres) un niveau de vie et une éducation satisfaisants ; assurer aux familles avec enfants un niveau de vie équivalent à celui des célibataires et des couples sans enfant ; permettre aux parents de concilier leur vie professionnelle et leur vie familiale ; permettre à tous les couples d'avoir le nombre d'enfants qu'ils souhaitent et assurer ainsi un taux de fécondité satisfaisant. La politique actuelle française s'efforce de satisfaire ces quatre objectifs. Elle comporte des allocations de solidarité ciblées sur les plus pauvres (comme la composante familiale du RSA et des allocations logement, le complément familial, l'ARS, etc.) ; des prestations universelles (les allocations familiales, la gratuité de l'enseignement et de la couverture médicale) ; le quotient familial ; l'aide à la garde des jeunes enfants. La France connaît à la fois un taux de fécondité et un taux d'activité des femmes satisfaisants. La parité familiale n'est toutefois pas assurée (sauf pour les plus bas revenus), la garde des jeunes enfants n'est pas encore universelle et gratuite, mais l'ensemble est satisfaisant.

Les allocations familiales doivent-elles être universelles ? La politique familiale doit concerner toutes les familles, quelque soit leur niveau de revenu, en tenant compte de leurs besoins spécifiques. Il faut soutenir spécifiquement les enfants des familles en difficulté, tant pour leur niveau de vie que pour leur éducation, mais les familles moyennes doivent aussi être aidées pour éviter que les personnes qui élèvent des enfants aient des conditions de vie trop dégradées par rapport aux célibataires et aux couples. Aussi, les allocations familiales devraient être beaucoup plus élevées et être indexées sur les salaires. Il faut éviter la tentation du ciblage. Réserver les prestations sociales aux plus pauvres aboutit vite à une société à deux vitesses : ceux qui paient (et qui veulent réduire le montant des prestations) et ceux qui reçoivent (qui sont stigmatisés et n'ont pas le poids politique pour résister à cette baisse). On le sait : " les prestations pour les pauvres sont de pauvres prestations ". Il faut préserver l'universalité de la politique familiale, comme de l'assurance-maladie, des retraites publiques, de l'éducation. Que pensez-vous du quotient familial ? Selon la Constitution, chacun doit contribuer aux dépenses publiques selon ses " capacités contributives ". L'impôt sur le revenu est donc progressif, c'est-à-dire que son taux est une fonction croissante du niveau de revenu. La Constitution assure le droit de chacun à se marier et à fonder une famille dont les membres mettent en commun leurs ressources. L'impôt doit donc être familialisé et doit évaluer la capacité contributive de familles de composition différente. Le quotient familial est donc une composante indiscutable de l'impôt progressif. On peut en discuter les modalités (la détermination des parts fiscales, le niveau du plafonnement), mais pas son principe. Ce serait contraire à la progressivité de faire payer le même impôt à Dupont, célibataire, qui gagne 4 000 euros par mois et à la famille Martin, avec 4 enfants, et les mêmes 4 000 euros de revenu. Il faudrait renforcer la progressivité de l'impôt (et donc sa familialisation) en augmentant le poids de l'IR (par rapport à la CSG ou à la TVA).

16 // Une force de propositions et d’actions / JANVIER - FÉVRIER 2011 / NUMÉRO 721 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

LA POLITIQUE FAMILIALE SOUS TOUTES SES FORMES LA Loi De FinAnCeMenT De LA sÉCURiTÉ soCiALe (LFss) Les ALLoCATions FAMiLiALes

D

epuis 1996, le Parlement vote chaque année une loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS). Tout aussi important que le budget de l'Etat, le budget de la Sécurité sociale fixe les dépenses et recettes des quatre branches : famille, maladie, vieillesse, accidents du travail et maladies professionnelles. C'est dans cette loi que sont définies les grandes orientations et les fonds de politique familiale pour l'année à venir. Ce débat est prévu dans la constitution même (article 39). Cette discussion parlementaire donne ainsi la possibilité aux représentants des familles de donner leur avis et de faire leurs propositions. Familles de France s'est donc opposé au projet de loi 2011 et s'interroge fortement sur le pilotage de la politique familiale car les mesures proposées vont à l'encontre de cette spécificité française qui a fait ses preuves. Nous assistons à la suppression de : • l'avantage fiscal pour les jeunes couples lors de la première année du mariage ; • l'avantage fiscal pour les personnes employant du personnel à domicile ; • l'exonération des charges patronales pour les services à la personne. Ces suppressions ne seront pas sans conséquence pour les familles puisque les jeunes couples seront taxés et que les exonérations ou avantage fiscal vont de nouveaux relancer le travail au noir et déséquilibrer les associations gestionnaires de service à la personne. Familles de France avait proposé également de revoir deux mesures concernant l'Allocation de rentrée scolaire (ARS) : • ouverture du droit aux élèves de plus de 18 ans, étant toujours scolarisés ; • modulation de versement répartie ainsi : 165 euros pour le primaire, 285 euros pour le collège et 400 euros pour le lycée. Cette mesure serait plus équilibrée et plus près de la réalité économique des familles.

L

es allocations familiales ont été mises en place pour répondre à la formule " à revenu égal, niveau de vie égal " elles servent ainsi à compenser la charge d'enfant. Elles sont universelles puisqu'elles sont versées à toutes les familles avec des enfants à charge sans condition de ressource.

Nous ne pouvons que regretter que ces allocations soient versées : • au premier enfant uniquement dans les départements d'Outre-mer ; • jusqu'aux 20 ans de l'enfant alors que les études entraînent des charges pour les familles en moyenne jusqu'aux 23 ans de l'étudiant ; • sans véritable revalorisation. Aujourd'hui leur montant (un peu plus de 120 euros pour une famille de 2 enfants) ne leur permet plus de jouer leur rôle. Elles représentent en effet le quart de ce qu'elles représentaient en 1954. Les allocations familiales sont en effet révisées selon l'évolution des prix, détachées des indices de croissance ou des salaires qui évoluent plus vite.

125,78 €*/ Mois PoUR 2 enFAnTs 286,94 €*/ Mois PoUR 3 enFAnTs 448,10 €*/ Mois PoUR 4 enFAnTs Familles de France propose de revoir l'architecture de ces allocations afin de faire évoluer le montant sans pour autant mettre en péril le financement. Familles de France a fait la proposition pour constituer un indice composite, moyenne de trois paramètres : Indice des prix à la consommation hors tabac (IPC), Produit intérieur brut (PIB), évolution de la masse salariale. Le caractère composite de cet indice nous permet de proposer une revalorisation raisonnable pour les finances publiques, mais substantielle pour les familles (la nouvelle indexation permettrait de porter les allocations à un niveau environ 18 % supérieur à leur niveau actuel). * Montants 2011

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 721 / JANVIER - FÉVRIER 2011 / Une force de propositions et d’actions // 17


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

Le ConGÉ PARenTAL

M

+Infos Les sites utiles… www.hcf-famille.fr www.observatoireparentalite.com www.caf.fr www.msa.fr www.servicesalapersonne.gouv.fr www.mon-enfant.fr www.pajemploi.urssaf.fr www.impot.gouv.fr www.cnav.fr www.famille.voyagesncf. com/carte-familles-nombreuses

Des outils pour vous ! Pour vos adhérents et pour les jeunes familles, la fédération nationale tiendra bientôt à votre disposition une plaquette d'information sur l'accueil du jeune enfant. A paraître en 2011…

esure phare pour concilier famille et travail, le congé parental est plébiscité par les jeunes parents. Il est pris à la suite du congé maternité ou paternité, entre les 0 et 3 ans de l'enfant. A temps plein ou temps partiel, il dure une année, renouvelable deux fois. Le parent est indemnisé pendant son congé parental : il a droit au CLCA ou, depuis 2006, au COLCA, dont le montant est plus élevé mais limité à un an et réservé aux familles de 3 enfants. Bon à savoir également : sous certaines conditions le parent peut continuer à bénéficier de cotisations retraite (prises en charge par la Caf). Le congé parental, c'est l'actualité : en 2009 le Président de la République demandait au Haut conseil pécificité française qui se résume par de la famille de se pencher sur les possibilités de rél'adage " à niveau de vie égal, taux d'impo- forme, et à Familles de France nous avons fait des prosition égal ", le quotient familial est un mé- positions : canisme qui permet de prendre en compte 560,40 €*/ Mois PoUR 3 Ans (CLCA**) le niveau de vie du foyer en fonction des 801,39 €*/ Mois PoUR 1 An (CoLCA**) charges de famille. Il ne constitue ni un avantage ni une " niche fiscale ", mais bien une mesure d'équité fiscale 1/ Pour toutes les familles, mettons en place un et de réalisme économique. Car si l'impôt sur le revenu est perçu sur la base d'un COLCA dès le 2e enfant (droit d'option entre un congé foyer fiscal, à revenu égal le niveau de vie d'un céliba- parental court de 1 an, mieux rémunéré, et un congé taire n'est pas comparable à celui d'une famille avec classique de 3 ans). deux enfants à charge. Application concrète : on ac- 2/ Pour le retour à l'emploi, organisons les contacts corde à chaque adulte une part fiscale, et à chaque en- avec l'employeur pendant la durée de congé (à la prefant une demi-part (chaque enfant à partir du 3e donne mière demande et à chaque renouvellement du congé le salarié doit avoir un entretien personnel, et un rendezdroit à une part supplémentaire). Actuellement l'adolescent, comme n'importe quel autre vous obligatoire six mois avant son retour en activité). enfant, représente donc une demi-part au titre du quo- 3/ Pour concilier vie familiale et vie professionnelle, ces tient familial. Or, chaque parent vous le dira, il mange et rendez-vous seront l'occasion d'organiser des aménaconsomme autant qu'un adulte. D'ailleurs les alloca- gements d'horaires de travail, de temps partiel, de tétions familiales appliquent ce principe de bon sens létravail… pour ceux qui le souhaitent. puisqu'elles prennent en compte l'âge de l'enfant (leur 4/ Pour les deux parents, le congé parental pourrait être fractionnable et transférable (les deux 1ères anmontant est relevé à 14 ans). Familles de France demande que le poids économique nées prises à la naissance de l'enfant comme aude l'enfant soit mieux reconnu. Pour cela, le quotient jourd'hui, la 3e année prise soit en suivant soit différée familial est un outil simple et juste. Nous proposons jusqu'aux 16 ans de l'enfant, et utilisable par l'un ou donc d'accorder une demi-part fiscale supplémentaire l'autre des parents). à l'enfant à partir de 15 ans, soit une part complète au * Montants 2011 ** CLCA : Complément de libre choix d'activité lieu d'une demi-part.

Le qUoTienT FAMiLiAL

s

COLCA : Complément optionnel de libre choix d'activité

18 // Une force de propositions et d’actions / JANVIER - FÉVRIER 2011 / NUMÉRO 721 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

Les ReTRAiTes CoMPLÉMenTAiRes

L

e dossier des retraites n'est pas clos puisque nous le retrouvons en plein débat depuis le 25 novembre avec les retraites complémentaires. L'âge minimal pour le versement d'une retraite complète est fixé à 65 ans grâce à l'AGFF (Association pour la gestion du fonds de financement de l'Agirc* et de l'Arrco*). Cette association et le fonds qu'elle gère est indispensable pour les assurés liquidant leur retraite de base à taux plein avant 65 ans. Si elle venait à disparaître les assurés, certes, pourraient liquider leur retraite complémentaire avant 65 ans mais leur pension subirait une décote pouvant atteindre jusqu'à 22 % à partir de janvier.

Après la bataille pour maintenir les majorations pour âge au sein du régime général, Familles de France reprend son combat pour défendre les points de bonifications et les droits familiaux au niveau des retraites complémentaires des salariés du privé. Cette fois la négociation est à mener non plus avec l'Etat mais avec les syndicats (CGT,CFDT, FO, CFE-CGC, CFTC) et le patronat car ce sont eux qui gèrent paritairement les régimes Arrco pour l'ensemble des salariés et l'Agirc* pour les cadres. La retraite Arrco concerne 18,5 millions de salariés et 11,3 millions de retraités. La retraite Agirc concerne 3,9 millions de salariés et 2,4 millions de retraités. Source AFP Ces régimes obligatoires fonctionnent par points donc différemment du régime général. Les cotisations permettent tout au long de la carrière d'acquérir des points, en fonction de leur prix d'achat fixé chaque année par les gestionnaires qui tiennent compte de l'évolution du salaire moyen. Au moment du départ en retraite, ces points sont convertis en pension, en fonction de leur valeur de liquidation. Cette valeur, différente de celle d'achat du point, est revalorisée chaque année non pas en fonction de l'évolution des salaires, mais de celle des prix. L'Arrco verse près d'un tiers des pensions des non-cadres et l'Agirc plus de la moitié des pensions des cadres. Il faut savoir que ces régimes sont indispensables car le montant des pensions qu'ils versent représente chez certains retraités plus de la moitié de leur pension totale. Alors que ces régimes étaient excédentaires, la crise économique de 2009 a produit un déficit de l'Agirc de plus de 2 milliards d'euros puisque l'association a versé plus de prestations qu'elle n'a reçu de cotisations. Quand il y a difficulté la réaction primaire est de ponctionner sur ceux qui sont la force vive du pays c'est-à-dire les familles. Selon les syndicats, le Medef souhaiterait diminuer les droits familiaux et les bonifications liées au nombre d'enfants. Familles de France mènera également une action pour une meilleure équité des droits au niveau de l'AVPF (Allocation vieillesse du parent au foyer). Ce droit est actuellement versé sous certaines conditions d'activité et de ressources. Familles de France souhaite qu'un véritable droit à la retraite soit mis en place au moment de la cessation d'activité : • en supprimant les conditions de ressources actuelles injustes dans la mesure où elles sont basées sur le revenu du couple ; • en supprimant la condition d’allocataire ; la cessation ou non d’activité est le critère unique d’ouverture des droits, non le bénéfice d’une allocation plus qu’une autre. * Agirc : Association générale des institutions de retraite des cadres * Arrco : Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés

FAMiLLes De FRAnCe RÉCLAMe Le LiBRe CHoiX PoUR Les PARenTs : Le sTATUT PARenTAL PoUR 3 enFAnTs De Moins De 6 Ans

L

e libre choix pour les parents, c'est une offre variée de services d’accueil, mais c'est aussi le droit d'alterner les périodes de non-activité et d'activité. C'est enfin et surtout les moyens de choisir : les moyens pour élever leur enfant s'ils arrêtent temporairement leur activité professionnelle, ou les moyens d'accéder au mode de garde qu'ils souhaitent. Pourquoi est-ce essentiel ? Parce que dans le contexte économique actuel, nous avons tout autant besoin d'un fort taux de travail féminin que d'un fort taux de fécondité, et parce que les activités familiales, quoique non marchandes*, ont une fonction sociale et économique primordiale dans notre société.

Le statut parental : voilà notre proposition. Un statut juridique du parent qui cesse son activité professionnelle pour s'occuper de ses enfants, afin qu'il bénéficie d'une autonomie matérielle et de droits propres. Le statut parental est un moyen de valoriser le travail d'éducation, et toutes les autres activités sociales et associatives que les parents au foyer exercent bien souvent. Ce statut garantirait : 1/ le bénéfice d'une indemnité imposable liée à la fonction parentale, sans relation avec l'exercice d'une activité professionnelle antérieure et sans référence à la situation professionnelle du conjoint 2/ la couverture maladie 3/ le droit à la retraite 4/ le droit à la formation : Validation des acquis de l’expérience (VAE) et le Droit individuel à la formation (DIF) étendus et accessibles aux non-professionnels. * La fonction d'un assistant maternel a une valeur marchande, comme la création d'une place de crèche.

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 721 / JANVIER - FÉVRIER 2011 / Une force de propositions et d’actions // 19


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

LA POLITIQUE FAMILIALE SOUS TOUS LES TERRAINS VoUs, FAMiLLe, qU'ATTenDeZ-VoUs De LA PoLiTiqUe FAMiLiALe ? Propos recueillis PAR / Jeanine PHILIS

A

urélie et Ludovic ont 2 enfants (5 et 3 ans) et attendent leur 3e. Ils vivent dans une petite commune rurale de 600 habitants et travaillent tous deux à plus de 30 km de là. " On a choisi de vivre à la campagne. Le terrain était moins cher pour construire, et c'est proche de notre famille et de nos amis. On a une autre qualité de vie. " Quelles difficultés rencontrez-vous ? " On est mal desservi en transports en commun, et les déplacements sont très longs et fatigants : 2 h par jour en plus du temps de travail. On est obligé de déposer les enfants très tôt le matin, on les récupère assez tard le soir. On a eu de la chance de trouver facilement une nourrice. Quelquefois aussi les grands-parents prennent le relais. Ailleurs, les familles ont plus de difficultés à trouver pour faire garder les petits, les crèches sont toujours complètes. " " On a tous les services dans le secteur, mais compte tenu des horaires de travail, la poste, les banques, les pharmacies sont toujours fermées quand on rentre. Alors il faut faire les courses le samedi, quand on aimerait se consacrer aux enfants. " En quoi la politique familiale vous aide ? " On est bien aidé jusqu'aux 3 ans de l'enfant (allocations familiales, garde d'enfant) mais après il n’y a plus rien. Avec l'arrivée d'un 3e enfant, on va prendre le congé parental 3 ans. On veut se consacrer aux enfants, mais le souci c'est la retraite. La Caf nous informe assez bien sur les prestations mais on a des questions sur la retraite. Est-ce qu'il y a des cotisations quand on est en congé parental ? " (voir réponse page 18…)

en TAnT qU'AssoCiATion FAMiLiALe, qUe FAiTes-VoUs PoUR LA PoLiTiqUe FAMiLiALe ? René Lefort Association familiale de Joué-les-Tours

" Lors d'un entretien que nous avons eu avec le maire de la commune nous avons abordé un sujet cher au mouvement : la taxe d'habitation. Le maire s'est prononcé pour un abattement supplémentaire de 5 %, sans que cette diminution de recettes ne soit compensée par un redéploiement de charges sur les autres contribuables. "

20 // Une force de propositions et d’actions / JANVIER - FÉVRIER 2011 / NUMÉRO 721 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

MOUVEMENT

CONSO

PRATIQUE

FAMILLES DE FRANCE DES ASSOCIATIONS À VOS CÔTÉS Quelques exemples d’actions et de services

• WINGLES (62) Carte famille • LILLE (59)

Mamie/Papi sitting

• CHERBOURG (50)

• METZ-BORNY (57) Centre aéré

Activités pour personnes âgées

• VIRÉ (14)

• PARIS (75)

Banque alimentaire

• BREST (29)

Contrat groupé mutuelle

Dépannage familial/courses

• VERDUN (55) Aide à domicile

• STRASBOURG (67) Point info familles

• EVREUX (28)

Location, prêt en puériculture

• VANNES (56)

ORLEANS (45) •

Représentation UDAF

« Bourse baby »

• D’AUBIGNY (18)

Primes (vacances, naissances…). Colis aux personnes âgées

• ISSOUDUN (36) SOS écolier malade

• AUTUNOIS (71) Mercredi loisirs

• LYON (69)

Etablissement d’accueil du jeune enfant

• SAINTES (17) Aide ménagère

SAINT ETIENNE (42) •

Maison familiales de vacances

• BORDEAUX (33)

• LA TOUR DU PIN (38)

Goûter pour les personnes âgées

Vestiaire

CAHORS (46) •

CV informatisé

• ST AFRIQUE (12)

• NIMES (30) Relais député

Formation de baby sitters

• NICE (06)

Tombola pour aider les enfants malades

• MARSEILLE (13) • TOULOUSE (31)

Bébé en herbe

Service CV

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 721 / JANVIER - FÉVRIER 2011 / Une force de propositions et d’actions // 21


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

Un PÈRe : J’Ai ÉLeVÉ seUL Mon enFAnT ! Benoit Wateau / Propos recueillis PAR / Monique Charrat-Martinez

" C'est au cours d'une réunion animée par une administratrice Familles de France de l'UDAF que j'ai découvert que la majoration de 2 ans pouvait être attribuée au père de famille qui est en mesure de démontrer qu'il a élevé seul son enfant, sous réserve d'effectuer les démarches nécessaires avant la fin de l'année 2010. Cela correspondait à ma situation, puisque ma femme a disparu quand mon fils était tout petit et que je l'ai élevé seul. Cette réforme est passée relativement inaperçue, et je n'en aurais pas eu connaissance si je n'avais participé à cette réunion. "

CoMMenT Une MÈRe AU FoYeR ViT-eLLe LA CRise * ? Odile Laurent / Propos recueillis PAR / Monique Charrat-Martinez Un couple de jeunes retraités. L'épouse, mère de famille nombreuse (5 enfants), est " mère au foyer " et a consacré sa vie à l'éducation de ses enfants. Aujourd'hui ils assistent leurs parents âgés en permanence et les accueillent à tour de rôle à leur domicile. " Notre souci, notre crainte c'est le présent, et l'avenir de nos enfants. Les jeunes foyers se sentent vulnérables. Leurs projets sont bloqués par l'incertitude de l'avenir, les médias qui nous matraquent et la crise créent une ambiance délétère. Nous jouons à fond la solidarité familiale, mais on se trouve pris en sandwich, entre les parents, les enfants et les petits-enfants ". * Pour elle comme pour tout parent au foyer s’occupant de 3 enfants de moins de 6 ans, nous demandons le “statut parental” qui donnerait droit à une formation à la parentalité, une rémunération équivalente à celle d’un assistant maternel s’occupant de 3 enfants, à une couverture sociale et à des droits à la retraite.

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

nos PRioRiTÉs, LA FÉDÉRATion DU GARD : BUDGeT FAMiLiAL eT ÉTUDes Mireille Lachaud

C

'est un vrai casse-tête financier lorsque plusieurs enfants partent du domicile familial pour continuer leurs études : logement, études, transport, équipement et téléphone, alimentation, etc. Le coût varie souvent entre 500 et 1000 euros suivant le contexte (aides des bourses, prêts, jobs étudiants, etc.). Nos étudiants ne roulent pas sur l'or, et la famille est mise à contribution lorsqu'elle le peut et ajuste le budget en fonction des dépenses fixes et occasionnelles, comme les stages à l'étranger, les sports, les vacances, les frais médicaux, etc. La pénurie de logements étudiants oblige à opter pour le parc privé. L'allocation logement peut toujours être versée, l'étudiant étant rattaché au foyer fiscal des parents ; par contre avant 20 ans cela annule les allocations familiales en faveur de l'étudiant, ce qui est financièrement pénalisant. La famille doit choisir. Nous demandons le maintien des allocations familiales avec l'allocation logement, pour être équitable avec ceux qui peuvent loger au domicile familial et bénéficier de conditions d'études plus favorables.

22 // Une force de propositions et d’actions / JANVIER - FÉVRIER 2011 / NUMÉRO 721 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

ACTions soCiALes innoVAnTes

Une ÉLUe LoCALe

PAR LeUR BUDGeT D’ACTion soCiALe Les CAF PeUVenT VoUs AiDeR Bernadette Pépin Paulat

Propos recueillis PAR / Isabel Malsch

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Mme Marie Rieussec, adjointe à la famille de la ville de Tassin La Demi Lune dans le Rhône. Familles de France : pourquoi une adjointe à la Famille ? C’est un choix de Monsieur le maire de distinguer les affaires sociales et la famille. La politique sociale est différente de la politique familiale qui est une politique transversale et coordonnée qui accompagne tous les âges de la vie. La politique familiale est une politique de prévention. Familles de France : quelles sont vos missions ? Ma principale mission est d’être à l’écoute des familles et d’anticiper les problèmes. Les familles qui viennent aux permanences ont souvent des questions liées à l’éducation et aux relations intergénérationnelles. Il est important de bien connaître les familles et leurs attentes. La politique familiale au niveau de la commune permet une politique de proximité qui est souple et qui peut s’adapter. Il est important de cibler les actions et de ne pas les multiplier. Je m’occupe également de tout ce qui concerne la jeunesse. Mon principal objectif est d’harmoniser les missions en lien avec les partenaires associatifs et de faciliter des points de rencontre pour les jeunes. Le jeune peut avoir un référent qui l’accompagne dans son projet. Familles de France : quelles sont vos réalisations ? Nous avons mis en place Tassin Info Famille. Un lieu unique où les familles peuvent se renseigner, notamment sur les différents modes de garde des jeunes enfants. Nous avons également ouvert un lieu de soutien à la parentalité qui accompagne les familles dans leur rôle si fondamental qu’est l’éducation. Afin d’aider à la conciliation de la vie professionnelle et familiale, nous organisons des accueils péri-scolaires dans toutes les écoles de la commune. De même des activités diverses sont proposées aux enfants pendant les vacances. Des chèques Famille sont alloués aux familles de trois enfants et plus sans conditions de ressources afin de faciliter l’accès aux activités culturelles et sportives proposées dans la commune. Un Forum Jeunesse est organisé chaque année sur les thèmes de prévention, sécurité, santé, éducation. Un salon des jobs d’été complète l’ensemble en partenariat avec les entreprises implantées dans notre ville. Je souhaite que la famille soit avant tout un lieu d’équilibre et d’épanouissement pour les enfants.

C'est un constat : les vacances familiales sont de plus en plus prisées. En utilisant les chèques vacances, il n'y a pas l'obligation de partir loin : le projet peut se réaliser dans la région. Ce nouveau système permet de laisser le choix total aux familles et s'adapte à la diversité de leurs demandes ou de leurs contraintes. Les chèques vacances peuvent être utilisés pour une location de meublé, en camping, pour financer le transport ou pour des sorties familiales d'un jour ou deux. CAF de l’Allier : bilan chèques vacances 2009 3 997 familles (sur 13 094 bénéficiaires potentiels) ont bénéficié de ces chèques, dont 59 % sont utilisés sur la région Auvergne. L'ancien dispositif des bons Caf comptait seulement 12 % de bénéficiaires. La Caf de l'Allier a augmenté son aide financière aux familles pour porter son enveloppe à hauteur de 432 255 euros (495 000 euros pour 2010).

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 721 / JANVIER - FÉVRIER 2011 / Une force de propositions et d’actions // 23


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

GRAND CONCOURS « LA MARMITE DES FAMILLES » PAR / Caroline BEAUVALET

Cet hiver 2011, entre popote des saveurs et popote culturelle, vous aurez l'occasion de vous joindre à la conception d'un vrai bouillon de santé et de chaleur humaine. Conciliant ingrédients sains et économiques, convivialité et partage culinaires, ce rassemblement autour de la soupe est placé sous le signe de la découverte et de la promotion de l'économie locale.

+Infos Demandez le kit " Marmite des Familles " La fédération nationale met à disposition de ses associations un kit d'organisation gratuit " Marmite des Familles " pour vous soutenir dans le déploiement de cet évènement chez vous en toute convivialité : affiches, flyers, logo, conseils clés pour l'organisation. Plus d'information au 01 44 53 45 95 ou par mail : caroline.beauvalet@ familles-de-france.org

C

e sera l'occasion de renforcer votre réseau social, au sein de la famille, et avec vos amis, vos voisins ou encore vos collègues. Plus encore, « la Marmite des Familles » souhaite favoriser la rencontre des milieux, des générations et des cultures pour partager ensemble une bonne soupe et échanger sur les talents et traditions culinaires de chacun.

Pourquoi « La Marmite des Familles ? » Les légumes représentent la base d'une alimentation équilibrée. Parce qu'en privilégiant les légumes de saison, nous soutenons nos producteurs locaux et réduisons les incidences néfastes de l'agriculture intensive sur l'environnement. Déguster de la soupe, peut être une occasion de renouer avec les tablées familiales à l'heure des repas, et de faire profiter à tous des notions de traditions, saveurs, et partage. Qui dit légumes dit potager donc jardinage et/ou cueillette, activité physique douce qui occupe sainement l'esprit dans votre jardin ou directement chez le producteur.

La « Marmite des Familles », via votre association, vous invite à vous réunir et à cuisiner autour de quatre valeurs : La santé Boire et croquer (hydratation et salivation assurées ; minéraux, oligoéléments et vitamines naturelles). La tradition La soupe est un bien culturel et intemporel. La Marmite des Familles se propose de donner la parole et la louche à ceux de toute culture, de tout terroir, qui aiment cuisiner et transmettre leurs coutumes et rituels culinaires. Elle a pour ambition de mettre en valeur des légumes que nous avons oubliés, des pratiques jugées démodées… Le goût La Semaine de la Soupe a pour ambition de promouvoir auprès des familles les légumes de saison. Produits goûteux et savoureux, ils sont souvent issus d'exploitations agricoles entretenues par de petits producteurs locaux. En outre, Familles de France souhaite encourager les jeunes et les adultes à redécouvrir des saveurs aujourd'hui méconnues. Le partage La cuisine est un art de donner et de recevoir. Les notions de générosité et de chaleur vont de pair avec la cuisine. Le repas comme sa préparation est l'occasion de se retrouver en famille, d'échanger, de s'amuser, de se confier, parfois même de faire connaissance !

24 // Une force de propositions et d’actions / JANVIER - FÉVRIER 2011 / NUMÉRO 721 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

FAMILLES DE FRANCE FAMILLES D’AFRIQUE Une nouvelle association Familles de France - Familles d'Afrique " A.F.F.F.A. " vient de voir le jour à Nice.

Une association née par la volonté de Marie-Thérèse Schmitt-Atangana-Ngaballa. Originaire du Cameroun, celle-ci est arrivée en France, à Nice, il y a une vingtaine d'années où elle a continué ses études au Lycée Albert Calmette, puis ensuite à la Faculté de droit où elle a obtenu un doctorat en Droit et en Economie du développement. Complètement intégrée dans la vie sociale niçoise, Marie-Thérèse participe et organise depuis de nombreuses années, en partenariat avec différentes associations, des projets dont les thèmes concernent l'intégration, le rappel des droits et des devoirs, ainsi que les valeurs familiales ; la finalité de tous ces projets étant de parvenir à un mieux vivre ensemble. Aussi, à travers la création de l'association Familles de France - Familles d'Afrique, la nouvelle présidente souhaite permettre une réelle intégration des familles de cultures africaines avec les familles de cultures occidentales.

Toutes les familles partagent les mêmes valeurs, la même vision de l’avenir En effet, la rencontre avec l'autre entraîne la connaissance et la reconnaissance des lois, des us et des coutumes de l'autre ; aussi, la peur s'éloigne ; le respect s'installe. Alors, nous découvrons nos différences, nos richesses, nos valeurs et nos points communs. Et nous constatons que toutes les familles sont au fond identiques, partagent les mêmes valeurs, la même vision de l'avenir et sont le lieu et le creuset de l'amour. De cette évidence, de cette union chacun trouvera son compte ; et de cette association ne peut que naître un mouvement plus fort et plus reconnu. Richesses de nos cultures, mélange de nos différences, force de nos convergences, voilà le projet de cette nouvelle association qui en appelle d'autres. Pourquoi ne pas imaginer une association Familles d'Afrique dans chacun de nos départements ? Affaire à suivre…

PRATIQUE

PAR / Thierry Vidor

+Infos COMMISSION VIE FAMILIALE ADHÉRENT RÉFÉRENT Travaillez avec la commission vie familiale dans vos fédérations et débattez avec les responsables nationaux, en devenant adhérent référent. Renseignements et fiches d'inscription au secrétariat général / département vie familiale (Tél : 01 44 53 45 90 ou sur le site www.familles-de-france.org)

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 721 / JANVIER - FÉVRIER 2011 / Une force de propositions et d’actions // 25


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

L’ÉTHIQUE AVANT LE BUSINESS… La publicité est-elle le pire des maux ? A entendre certains, il n'y a aucun doute… Pourtant, elle existe et elle sert - comment lui ôter toute utilité quand on connaît le monde de l'entreprise et du commerce - et, même ceux qui la critiquent le plus sont capables de l'utiliser pour se faire connaître ou faire vivre leurs publications !

F

amilles de France a toujours pensé qu'il valait mieux se battre pour obtenir une bonne régulation de la publicité, user de tout son poids pour protéger le jeune, bref, faire tout pour que la publicité soit juste, éthique, équitable et acceptable. Un programme complexe qui a poussé le mouvement à participer au Conseil paritaire de la publicité (CPP) en y envoyant Michel Bonnet qui en est le président depuis plus de deux ans.

Publicité et environnement Il y a quelques semaines, était publié par l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) le document annuel sur Publicité et Environnement. L'objectif étant de faire le point sur les comportements des publicitaires, de voir s'ils respectent les règles déontologiques et les chartes qu'ils signent depuis le Grenelle de l'environnement. Un des points importants étant de vérifier qu'ils n'usent point du " greenwashing ", cet " art " d'habiller l'argument publicitaire en vert, en écologique, en développement durable de façon abusive… Charte pour une publicité éco-responsable Effectivement, le sujet est d'autant plus capital qu'il est à la source de la refondation de la régulation professionnelle de la publicité après le Grenelle de l'environnement, qui, rappelons-le avait permis à des associations environnementales d'entrer au CPP. Depuis, les professionnels de la publicité ont signé une Charte pour une publicité éco-responsable, le CPP a rendu un avis " Publicité éco-responsable " (http://www.cpp-pub.org/Avis-publicite-eco-responsable.html), l'ARPP a publié une règle déontologique et, enfin, en 2010, un code Développement durable. Restait à savoir si tout ce dispositif de bonnes intentions codifiées allait être efficace ?

Les publicités épinglées cette année ne sont pas des petites campagnes construites à la légère Le bilan, effectué de façon indépendante, permet de tirer quelques leçons, toujours à prendre avec précaution car rien n'est jamais acquis définitivement. La première tendance est la baisse de l'utilisation de l'argument écologique en publicité, puisque l'on est passé de 12 % des publicités concernées à 6 %. Le taux de conformité totale des publicités aux règles déontologiques de l'ARPP est lui de 88 %, avec une quantité de manquements avérés de 3 %, des chiffres sensiblement équivalents à ceux de l'année dernière. Attention aux annonces excessives Le regard rapide sur les chiffres ne doit pas masquer certains problèmes bien réels. Souvent, une marque pour mettre en évidence son produit lui attribue des qualités non prouvées, annonçant des résultats sans preuve sérieuse. Heureusement, on voit diminuer les arguments excessifs comme " zéro déchet " et " 100 % recyclable ", de plus en plus de publicité étant accompagnée de phases éducatives avec " les bons gestes pour la planète ", même si tout n'est pas encore bien fondé et maîtrisé. Les publicités épinglées cette année ne sont pas des petites campagnes construites à la légère et on voit de grands noms. Ils peuvent concerner des véhicules roulant en pleine nature (Jeep ou Mercedes), des slogans utilisant à l'extrême l'argument " vert " (Konica et Yamaha), des généralisations abusives (Iveco), des raccourcis ambigus (Maggi), enfin, des auto-proclamations, procédé que l'on retrouve depuis la nuit des temps en publicité et contre lequel lutte souvent avec succès l'ARPP. Certains seront surpris de voir que l'on cite ces marques mais d'une part elles sont bien présentes dans le bilan publié, d'autre part, reconnaissons que certaines marques ont fait amende honorable et ont choisi de se conformer aux règles et avis. Vous pourrez trouver le document complet sur le site de Familles de France : www.familles-de-france.org. Alertez-nous Il y a donc encore du travail à accomplir pour améliorer la publicité dans ce domaine si important pour l'avenir de la planète et de l'humanité. Nous sommes fiers d'y participer et nous attendons beaucoup des professionnels pour qu'ils entendent toujours plus les véritables demandes de la société civile, des citoyens, des familles en particulier. Chaque famille peut signaler une publicité qui lui pose problème directement en contactant Michel Bonnet via la fédération nationale de Familles de France ou via le site Internet.

26 // Une force de propositions et d’actions / JANVIER - FÉVRIER 2011 / NUMÉRO 721 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

ETHIQUE DE LA PUBLICITÉ PAR / Michel BONNET

Michel Bonnet, président du conseil paritaire de la publicité (CPP), organe rattaché à l’autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), revient sur la publicité en France et sa régulation.

+Infos

Redéfinissons la publicité La publicité est une action professionnelle payante qui permet de communiquer sur une marque, un événement, une personne…, de façon directe et unilatérale, en visant une cible, par l’intermédiaire d’un média disponible gratuitement ou de façon payante. Cette action commerciale peut avoir plusieurs buts : faire connaître, convaincre, faire acheter, informer, faire changer des comportements… Elle peut agir par l’argumentation, la raison, l’explication, mais aussi, par la séduction, l’émotion, l’affectivité, l’évocation…

Chaque consommateur ou association peut saisir directement le jury (www.jdp-pub.org/ Deposer-une-plainte.html) Eduquer et réguler Il est capital de vouloir éduquer l’ensemble des citoyens. Si l’annonceur tente de séduire, le consommateur doit le savoir pour rester libre. C’est pour cela que les annonceurs responsables – il y en a ! – ont participé avec des pédagogues à la réalisation d’un programme éducatif gratuit disponible et utilisable par tous les enseignants (www.pubmalin.fr). Familles de France est fier d’y avoir participé ! Eduquer ne suffit pas, il faut aussi réguler. L’ARPP est administrée par les annonceurs, les agences et les médias. Son action s’appuie sur trois piliers : • Une instance d’anticipation : le Conseil de l’éthique publicitaire (CEP) • Une instance de concertation : le Conseil paritaire de la publicité (CPP) • Une instance de sanction : le Jury de déontologie publicitaire (JDP)

Erreurs et mauvais combats On a commencé à vouloir interdire la publicité sur les chaînes publiques de TV. Etait-ce une bonne mesure ? Peu importe, mais pourquoi d’abord s’attaquer à celle des soirées ? Ne s’agissait-il pas là d’un confort de spectateur. Et on laisse la publicité sur les écrans jeunesse, là où se trouvaient prioritairement les jeunes téléspectateurs, ceux qui étaient les plus vulnérables à la publicité. L’adulte se donne des plages de spectacle propres et laisse l’enfant dans les mains des annonceurs ! De même, lors des mi-temps des matchs sportifs, programmes regardés en famille, on retrouve de très nombreux annonceurs s’adressant aux enfants, aux jeunes… y compris en mettant en avant des opérateurs de jeux d’argent sur Internet ce qui est proscrit par la loi et les règles déontologiques… Ce n’est pas de la seule responsabilité des publicitaires, annonceurs et médias, mais bien une question posée à la société toute entière qui n’a pas défini ses priorités de la bonne façon ! En guise de conclusion Familles de France a fait le choix de participer à la régulation de la publicité car nous pensons que la publicité est importante pour le consommateur et qu’elle doit répondre à des règles pour protéger les familles. Une règle discutée, acceptée par tous et mise en application avec sérieux est toujours plus efficace qu’une loi générale que chacun tenterait de contourner.

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 721 / JANVIER - FÉVRIER 2011 / Une force de propositions et d’actions // 27


FAMILLE

ASSOCIATIF

JEU AS’TRUC

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

SELECTION FAMILLES DE FRANCE

L

a prévention des accidents domestiques n'est pas devenue une cause nationale, nous le regrettons mais il n'est pas interdit de continuer le combat pour éviter chaque année des décès et des blessures graves qui coûtent tant en chagrin qu'en argent !

THÉÂTRE LES HOMMES VIENNENT DE MARS ET LES FEMMES DE VÉNUS

L'enfant a besoin du ludique pour apprendre et c'est pour cela que nous sommes heureux de vous présenter un jeu simple et efficace, attractif et plaisant qui vous fera passer un bon moment tout en guidant la famille entière vers les bonnes conduites qui protègent… En hiver, quand la pluie ou la neige empêche de sortir, les plus jeunes voudraient que la famille prenne le temps de jouer avec eux et c'est pour cela que nous vous proposons un petit jeu de société pour tous, mais à partir de 3/4 ans : un mémo ! Où se situent les accidents domestiques ? Dans nos cuisines, salles de bain, caves, ateliers de bricolage, de jardinage ! Alors prenons-en le chemin ensemble avec un regard constructif ! Comment éviter le pire, comment garder intègres les enfants ? Pas de recettes miracles, juste des règles à respecter tout au long de notre vie, des gestes et réflexes qui nous concernent tous, à commencer par les plus jeunes. Mais l'idéal est de les réviser ensemble ! Les petits aiment beaucoup jouer au mémo, jeu très simple, constitué de pièces cartonnées, que l'on va retourner et retrouver pour les assembler deux par deux grâce à la mémoire visuelle. Un thème nouveau : les accidents domestiques et, surtout, les bons gestes pour les éviter ! Les cartons sont donc divisés en deux paquets, ceux avec un dos vert, ceux avec un dos rouge. Ils sont tous de forme ronde et sur la face de couleur on découvre un smiley souriant sur le vert, un ronchon-grognon sur le rouge. Sur l'autre face, nous allons plonger dans la vie quotidienne. Sur les pièces rouges, on trouve des dessins montrant ce qu'il ne faut pas faire, de façon très explicite, et comme la pièce est ronde elle est transformée en panneau d'interdiction avec bordure rouge et trait rouge en travers. Cela donne par exemple : interdit de se pencher à la fenêtre, interdit de toucher au fer à repasser, interdit de mettre ses doigts dans les fermetures de porte… La carte rouge sera associée, en cours de partie, à une carte verte énonçant, en dessin, aussi, ce qu'il faudrait faire : mettre ses brassards pour aller dans la piscine, utiliser les poignées de porte, descendre par l'escalier au lieu de sauter par la fenêtre… et ce sont des actions que les parents doivent eux aussi intégrer dans la vie… Il s'agit donc bien d'un jeu pour toute la famille à jouer avec les enfants à partir de trois ans avec des variantes de règles au fur et à mesure que les jeunes joueurs grandissent…

Adaptation du livre de John Gray, dont le titre est éloquent… Le one-man-show de Paul Dewandre, membre de Familles de France, continue d’avoir autant de succès. Les salles ne désemplissent pas ! Pour savoir s’il passe dans votre ville, vous pouvez consulter le site : www.marsvenus.fr/agenda

Quelques dates à venir... 10 Fev. 2011 Tubize (Belgique) 11 Fev. 2011 Liège (Belgique) 14 Fev. 2011 Lille 16 Fev. 2011 Charleroi (Belgique) 18 Fev. 2011 Marche-en-Famenne (Belgique) 19 Fev. 2011 Huy (Belgique) 22 Fev. 2011 Bruxelles (Belgique) 08 Mars 2011 Bordeaux 09 Mars 2011 Bordeaux 15 Mars 2011 Béziers 16 Mars 2011 Ambérieu 17 Mars 2011 Firminy 18 Mars 2011 Bourg les Valence 19 Mars 2011 Chambéry 22 Mars 2011 Puteaux 23 Mars 2011 Tours 24 Mars 2011 Toulon 25 Mars 2011 Evry 29 Mars 2011 Marseille 30 Mars 2011 Marseille 31 Mars 2011 Toulon etc.

Les adhérents de Familles de France peuvent avoir des réductions en s’adressant directement à leur fédération départementale.

28 // Une force de propositions et d’actions / JANVIER - FÉVRIER 2011 / NUMÉRO 721 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

FORMATIONS

FAMILLES DE FRANCE Pour en savoir + www.familles-de-france.org

JEUDI 3 FÉVRIER 2011 “ Logos et labels, comment s'y retrouver ? ” Département Développement durable Ce stage vous donnera des repères dans la profusion des labels écologiques et de développement durable.

JEUDI 24 MARS 2011

Il vous indiquera les labels et logos pouvant recueillir votre confiance. De 9h30 à 17h, ce stage est animé par Michel Bonnet, professeur de communication et média à l'IUT de Chalon-surSaône.

MARS 2011 “ Eco-Logis, comment aménager ou construire un logement écologique ? ” Département Développement durable en partenariat avec le département Logement Ce sera l'occasion de recevoir les conseils clés pour arriver à faire de votre logement, un logement plus écologique. Ce stage guidera aussi bien les personnes

“ A dos les sens Niveau I ” Département Vie familiale Ce stage permettra de répondre aux attentes des familles dans la compréhension et l'accompagnement des adolescents. Ce sera l'occasion de découvrir les derniers travaux sur les adolescences. De 9h30 à 17h, ce stage est animé par Philippe Vaur, psychanalyste hospitalier administrateur national et vice-président de Familles de France.

souhaitant réaménager de façon plus écologique leur logement que les personnes ayant un projet de construction. De 9h30 à 17h, ce stage sera animé par Caroline Beauvalet, chargée de mission Développement Durable de la fédération nationale

ACTU EN CHIFFRES

80 55% 2,2 600 000 400 M€ 3/4

C’est le nombre de substances chimiques dans les repas quotidiens d'un enfant. Le petit déjeuner des enfants serait composé à 55 % de produits sucrés ou gras en 2010, contre 47 % en 2006.

Si 2,2 millions d’enfants vivent au sein d’une famille monoparentale, ils sont 1,2 million à vivre dans une famille recomposée soit 8,,8 % des enfants de moins de 18 ans. Enfants victimes du mal-logement. Près de 400 millions d'euros de fraudes à la "Sécu".

Des Français se disent favorables à la fixation par la loi d’un salaire maximal pour les dirigeants de grandes entreprises (dont 84 % chez les sympathisants de gauche et 58 % chez les sympathisants UMP). Familles de France avait déjà réagi en octobre 2008 dans un communiqué de presse intitulé : « SMIC et SMAX : l’urgence d’un salaire maximum ». Vous pouvez le consulter sur notre site Internet : www.familles-defrance.org Sondage Ifop paru dans « l’Humanité » du 11/01/11

FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE / NUMÉRO 721 / JANVIER - FÉVRIER 2011 / Une force de propositions et d’actions // 29


FAMILLE

ASSOCIATIF

LOGEMENT

SANTÉ

DOSSIER

CONSO

MOUVEMENT

PRATIQUE

AGENDA

FAMILLES DE FRANCE Vous pouvez consulter toutes ces informations sur notre site et adhérer en ligne www.familles-de-france.org

AGENDA

19 novembre bMEDEF - Consom18 novembre mation petit-déjeuner : bMEDEF - Médiation : “Pérenniser son déveLoïc Armand (président de la commission conso) loppement et assurer et Léonard Cox (rappor- son efficacité par la mobilisation de tous les acteur) teurs” 23 novembre bRemise des insignes de Chevalier de l’Ordre national du mérite à Christiane Brand à la mairie de Paris 6e

60 ans après !…

26 novembre b30e anniversaire de l’AFOCAL : table ronde “Autorité dans l’action éducative” 6 décembre bMEDEF - Logement : Roger Thune (directeur Logement) bMEDEF - Consommation petit-déjeuner : “Satisfaction clients : six bonnes pratiques d’entreprises pour un résultat gagnant-gagnant”

CONFÉRENCES

8 décembre bMinistère de la Solidarité et de la cohésion sociale : Jacques Simbsler (conseiller chargé de la politique de la famille) 13 décembre bFrançaise des jeux : politique de développement durable - nouvelles orientations 14 décembre bCESE : signature de la charte de la parentalité 15 décembre bM. Labrousse (conseiller de Luc Chatel) : les essentiels de la rentrée scolaire

11 janvier bMinistère du Travail et de la santé : voeux de Xavier Bertrand et de Nadine Morano bElysée : Jean Castex (conseiller social) et Emmanuelle Thomas (conseillère technique chargée de la famille) 19 janvier bVoeux du Président de la République Nicolas Sarkozy, au monde de la connaissance et de la culture au Grand Palais.

HENRI JOYEUX

Familles de France a eu l’agréable surprise et l’honneur de recevoir à Paris en novembre dernier au siège de sa fédération nationale la visite de Mme Andrée Mudry (91 ans), secrétaire de rédaction du magazine Familles de France de 1951 à 1983, et M. Jean Vellard (76 ans), secrétaire général de 1965 à 1970. Une touchante rencontre qui, humblement, nous a plongés dans l’histoire et a renforcé notre militantisme !

b20 janvier Strasbourg / “ SantéAmour-Sexualité pour les jeunes et les parents ” b21 janvier Bergerac / “Nutrition et Prévention Santé” b28 janvier Valras / “Le Vin pour la Santé” b29 janvier Marseille / “Nutrition et Prévention des cancers” b3 février Figeac / “Nutrition et prévention des maladies de civilisation” b4 février Villefranche de Rouergue “Prévention du suicide”

b9 février Nîmes / “Abd el Kader, une oeuvre visionnaire” b10 février Dunkerque / “Comment parler de sexualité à nos ados ?” b16 février Roanne / “Prévention Santé Familiale” b17 février Châteaubriand / “Faut-il manger bio ?” b16 mars Saint Didier / “Faut-il manger bio ?” b19 mars Lyon / “Nutrition et Prévention Santé” b24 mars Le Puy en Velay / “Santé-Amour-Sexualité pour jeunes et parents”

b26 mars Dijon / “Quelles familles pour demain ?” b31 mars Rilleux / “Nutrition et Prévention des maladies de civilisation” b1er avril Dax / “Gastronomie familiale”

b6 avril Liège / “Nutrition et Prévention des maladies de civilisation” b7 avril Bruxelles / “Prévention des cancers du sein et de la prostate”

Alpes-Maritimes, novembre 2010 conférence d’Henri Joyeux : “ L’agriculteur, premier acteur de santé ”

30 // Une force de propositions et d’actions / JANVIER - FÉVRIER 2011 / NUMÉRO 721 / FAMILLES DE FRANCE MAGAZINE



Magasine familles de france