Issuu on Google+

s e d l a n r u o j u a e v e l b Le nou o n e r G e d s t n a ĂŠtudi

numĂŠro 1 : novembre 2010

Dossier : Vers un campus vert


PUB


Sommaire

p 9-10 : Interview Me Cantet, fondateur d’Avocat Aans Frontières

p 40 : Se débarrasser d’un boulet Ô

Fr

an ço is C

Le

tr

to i, ét ud ia nt E gr di en to: ob p. Br lo 2 is èv es :p .4

ai A t é ct de ua U n Li lité O ca sb : p liv Po m on .5 ie rtr pu ne r a sv G its a er D ud : p t à os ou .6 G sie in re r: no p R . bl 11 io Sp Sk So e 20 or i V As us ? 16 t: is so le p. io ci vo 1 N 8 n at lc BA Pr io an od n: C Bi uc p.2 Ar ul l tio 1 ts tu W let r n et e ho d’h :p S c i .2 lo um en 3 ve e ce s t ur he : p . su 35 n ? an tie r-

3


4

Editorial

Ô toi, étudiant grenoblois «Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours.» Ô toi, lecteur pressé, papillonnant, multitâche, digne représentant de la génération Y, qu’un rien lasse et lassé de tout, toi que je vais bientôt perdre si je ne rentre pas dans le vif du sujet, toi, étudiant grenoblois, suspends un instant ta course folle ! Arrête un instant de bûcher, de manifester ou de préparer ta prochaine soirée et laisse ton regard impatient s’attarder un instant sur mes mots : ils sont pour toi. Tu tiens entre tes mains le premier numéro de Students, le nouveau journal interuniversitaire de Grenoble, entièrement conçu et réalisé par et pour les étudiants. Que tu sois isérois d’origine ou d’adoption, quelles que soient tes opinions politiques, que tu sois à l’université, en école, en BTS, en IUT, polard ou fêtard, bosseur ou branleur, Students est fait pour toi ! Il parle de

ce qui nous intéresse, nous qui passons (gâchons ?) les plus belles années de notre vie à faire de palpitantes études dans la capitale des Alpes : événements, culture, actu, débats, découverte du campus, des métiers, rencontres… Students, c’est enfin la fin de la division, de la fragmentation, de la parcellisation estudiantine (non, pas de la partiel-isation, too bad). Tiens, tu es toujours là ? Tu en veux encore ? Si tu souhaites rejoindre notre sympathique équipe, débattre de nos articles ou nous couvrir de compliments, rendez-vous sur notre site internet, journal-students.com ou par mail à journal.students@grenoble-em.com. Tu nous suis dans cette aventure ? Lucie de Ribier

Responsable (mais pas coupable) : Swann Ferrand Rédactrice en chef : Lucie de Ribier Courageux journalistes : Romain d’Onofrio, Michael Barrett, Julie Desbiolles, Maxime Bacquié, Delphin Muhimpundu, Jennifer Matas, Lucile Boisseau, Guillaume de Malherbe, Colombe de Poncins, Christelle Lebrun, Laura de Paz, Lucie de Ribier, Marie Sautelet, Annabelle Duau, Matthieu Boulud Sévère trésorière : Réna Siklaoui Photo : Sophie Pereira Partenariats : Lucile Boisseau, Héloïse Margot Communication externe : Marie Di Toro, Sara Di Mauro Communication interne : Christelle Lebrun, Jennifer Matas Students remercie chaleureusement Xpression, association journalistique du couloir associatif de Grenoble Ecole de Management, et tout particulièrement Baptiste Bonhommo et Céline Sandrin pour leur soutien. Nous n’oublions pas Marguerite Ginot, Guilaume Tasseto et Kevin Deniau, sans qui rien n’aurait été possible !

Décembre 2009


Brèves

Top et flop novembre

La police dépassée par Facebook

Marie N’Diaye : une Femme Puissante qui refuse d’exercer son ‘devoir de réserve’

Une jeune femme britannique a retrouvé son agresseur sur Facebook, alors que la police avait abandonné l’enquête. Une clubbeuse lui avait lancé son verre au visage en boîte de nuit, mais les autorités n’avaient pu retrouver la coupable, les caméras de surveillance étant trop floues. L’enquêteuse en herbe à donc retrouvé son bourreau sur Facebook : elle a fourni à la police son nom, sa photo et ses coordonnées… en déplorant le manque d’efficacité des forces de sécurité. Mais faut-il regretter de ne pas encore être pistés sur Facebook ? Rien n’est moins sûr…

Susan Boyle : « l’ange poilu » fait des records de ventes Bernadette Chirac : progressiste ? « L’adoption homosexuelle une évolution normale »

Christine Boutin : réac ? « Contre l’adoption par les célibataires et les homosexuels. » Sarkozy : un Big Brother à la française ? Thierry Henri : jeu de main, jeu de vilain…

«

Le féminisme n’a encore jamais tué personne, le machisme tue tous les jours.

«

6

Une bibliothèque récupère ses livres 50 ans plus tard

La bibliothèque d’un lycée américain vient de récupérer deux livres qu’on lui avait empruntés… en 1959. Le colis était acRéunion hebdomadaire des compagné d’un chèque de mille dollars pour échangeurs de mots : couvrir les frais de retard qui s’élevaient à L’un dit : l’époque à un centime par jour, et d’un mot ex« Mare ! », dit : plicatif : les 276 $ supplémentaires représen« Mer ! ». « Creux ! », distaient une éventuelle augmentation des frais de je. «Diretard. La brave famille était fort confuse van ! » Dr Ed’ dit. d’avoir empaqueté les livres par erreur lors Sam dit : d’un déménagement. Damned ! « Dim© ! », « Hanches ! » Décembre 2009


Actualités

Le Traité de Lisbonne : une nouvelle Europe ?

R

éunis, les membres de l’UE représentent le plus grand PIB du monde, avec 18 milliards de dollars (vs 14 milliards de dollars pour les États-Unis). Après des décennies de croissance sous l’autorité d’institutions peu adaptées à l’harmonisation d’un groupe de 27 membres, l’UE souhaite s’imposer davantage sur la scène de la politique mondiale. Et ceci grâce au Traité de Lisbonne, signé le 13 décembre 2007 et finalement approuvé par l’Irlande et la République Tchèque. En 2005, la France et les Pays-Bas avaient tous les deux rejeté par referendum le projet d’une Constitution Européenne. Il existe pourtant de nombreuses similitudes entre ce premier projet et le Traité de Lisbonne :

murmure également les noms de JanPeter Balkenende (Pays Bas), John Bruton (Irlande) et, seule femme pressentie, la lettonne Vaira Vike-Freiberga. L’ancien premier ministre • le Président du Conseil d’Eu- Italien Massimo D’Alema est en tête rope sera élu pour deux ans et demi pour représenter les affaires étran(au lieu du système actuel dans lequel gères. chaque pays est à son tour « Président Reste à voir comment la scène mon» pour six mois) diale va accepter une Europe plus im• la mise en place d’un « haut re- pliquée qu’auparavant dans la présentant de l'Union pour les affaires géopolitique internationale, et cométrangères et la politique de sécurité », ment les Etats-Unis, anciens « gence qui devrait amener l’Europe à peser darmes du monde », vont se davantage sur la scène internationale repositionner face à ce nouvel acteur. Qui sera le Président du Conseil d’Europe ? Le favori est le Premier Ministre belge Herman van Rompuy. On

Ce sujet vous fait réagir ? N’hésitez pas à en débattre dans le forum Michael Barrett Décembre 2009

7


8

Interviews

Interview de maître François Cantier

Avocats sans frontières-France : «Là où la défense n’a plus la parole»

Me François Cantier est avocat au barreau de Toulouse. En 1998, il fonde Avocats Sans Frontières-France, puis, en 2007, l’école des Droits de l’Homme. ASF s’étend aujourd’hui sur tous les continents au travers de célèbres affaires telles que le cas des infirmières bulgares et du médecin palestinien en Libye. Entre métier d’avocat et son poste dans ASF, c’est entre deux vols que Me Cantier accepte de nous rencontrer.

Students : Comment l’idée Les arrestations avaient été nomd’Avocats sans frontières-France breuses, parfois arbitraires et la peine vous est-elle venue à l’esprit ? de mort menaçait de nombreux innocents Nous avons défendu accusés et Me François Cartier : J’ai toujours victimes et il y a eu 20% d’acquitteentretenu une passion pour la défense ment, ce qui est très important, témoides libertés. Le mouvement Avocats gnant du nombre d’innocents sans Frontières s’est développé dans emprisonnés à tort. plusieurs pays dés 1997 : notre action fondatrice s’est déroulée au Rwanda S : Quelle est votre principale suite au génocide qu’il a connu en réussite au sein d’ASF ? 1994. Dès 1997, l’Etat rwandais commence à mettre en place un système FC : Un philosophe a dit « quand on judiciaire mais avec un personnel ju- sauve un homme, c’est soi-même que diciaire manquant de compétences. l’on sauve » et ASF a sauvé des >> Décembre 2009


Interviews centaines d’innocents. Nous ne cherchons pas l’impact médiatique. Dans l’affaire des infirmières bulgares et du médecin palestinien, nous nous sommes appuyés sur la communauté médico-scientifique, et notamment sur le découvreur du virus du Sida, le professeur Montagnier, pour construire un argumentaire fiable. Nous avons également reçu le soutien de 92 prix Nobel qui ont écrit au colonel Kadhafi et d’un médecin de la revue scientifique britannique Nature qui a publié une enquête scientifique très élaborée sur les modes de transmission du virus.

citoyens appuyés par des avocats. S : A quels obstacles êtes-vous confrontés lors de vos missions ? Comment parvenez-vous à concilier idéal de justice internationale et système judiciaire local ?

FC : En faisant preuve d’empirisme, de pragmatisme et d’une grande capacité d’adaptation. Lors du procès d’Amina Lawal au Nigéria en 2003, nous devions interpréter les textes de la Charia pour appuyer notre argumentaire. Nous devons également faire preuve de courage car nous ne S : Sur quels projets travaillez- disposons d’aucune protection et nous vous en ce moment ? sommes souvent confrontés directement aux Etats, dictatoriaux ou en FC : Grâce à l’extension d’ASF, nous guerre dans la majorité des cas. avons appris à nous organiser et le nombre d’équipes se multiplie. Le S : Seriez-vous POUR une justice siège à Toulouse n’est que l’appui lo- supranationale ? gistique de l’association. Nous avons, par exemple, un projet Afrique (no- FC : Il existe déjà une ébauche de justamment au Nigéria au sujet de tor- tice au-dessus des Etats, comme la tures infligées en garde à vue et en Cour Pénale Internationale de La prison) et un projet Asie (entre autres, Haye. Ces tribunaux n’ont compétence la défense des victimes dans les procès que pour les crimes les plus graves tels des anciens Khmers rouges au Cam- que génocides et crimes contre l’hubodge). Mais notre mission ne s’arrête manité. Mais il n’existe pas de législapas là. Nous formons également des teur international, tout se fait via des défenseurs des droits de l’Homme et traités qui doivent être ratifiés par nous aidons d’autres ONG en leur l’ensemble des pays. L’idéal serait un transmettant nos savoir-faire et notre Parlement international comme cela méthodologie. Il est intéressant de tend à se faire (à plus petite échelle) au noter l’action des Avocats dans de sein de l’UE, qui est en cela une belle nombreux pays tels que la Chine où le réussite. « mouvement des avocats aux pieds nus », c’est-à-dire le combat contre Propos recueillis par Jennifer Matas l’injustice, devient l’affaire de simples Décembre 2009

9


10

Etudier à Grenoble

Entretien avec Olivier Gaudoin, professeur à l’INPG, directeur adjoint de l’Ensimag Olivier Gaudoin est enseignant-chercheur en mathématiques appliquées et directeur adjoint de l’Ensimag, spécialisé dans la fiabilité des systèmes. Il a fait ses études à l’Ensimag, où il a eu son diplôme d’ingénieur, il a fait sa thèse et à enseigné en tant que maître de conférence à l’IUFM de Grenoble. Il enseigne aujourd’hui dans l’école dans laquelle il a fait ses études.

Students : Vous avez passé presque toute votre vie à Grenoble ! Trouvezvous que la situation géographique de l’école lui soit profitable ? Olivier Gaudouin : Non, être en province c’est toujours un inconvénient pour une grande école…Cependant le cadre de vie est très agréable ! C’est parfait pour nous professeurs, mais peut-être moins attractif et pratique pour les élèves, notamment en ce qui concerne les stages et le réseau professionnel. S : Pouvez-vous nous parler de votre vision d’une école d’ingénieurs aujourd’hui, et son rôle ? OG : Le système franDécembre 2009

çais distingue des écoles et des universités, dont la principale différence réside dans la sélection. Nous avons des effectifs réduits et des élèves sélectionnés. Il y a une très forte image de marque des écoles d’ingénieurs, >>


Etudier à Grenoble qui font que les entreprises recrutent directement dans les écoles. Une école d’ingénieurs aujourd’hui, c’est d’abord un marché de l’emploi vaste malgré la crise, surtout dans le domaine de l’Ensimag, qui est l’école du traitement informatique et numérique. Notre rôle, c’est de préparer les élèves à intégrer ce marché. S : D’où viennent les élèves de l’Ensimag ? OG : Environ 85% viennent de classes prépas. Les autres, qui viennent de la fac ou d’IUT sont admis sur titre, grâce à leur dossier. Il faut d’ailleurs noter que depuis cette année ils auront la possibilité de faire de l’alternance en entreprise. Il y a aussi les étrangers qui viennent de nos universités partenaires.

«

S : Quels sont les défis à relever aujourd’hui ? OG : D’abord celui de l’internationalisation. Il est obligatoire dans notre école d’avoir un niveau de langue validé par un organisme extérieur, comme le TOEIC. On songe aujourd’hui à rendre obligatoire l’expérience à l’étranger qu’ont aujourd’hui 60% de nos élèves, et à accueillir encore plus d’étudiants étrangers grâce à nos 150 partenariats d’échanges. Le deuxième défi, c’est que les entreprises aimeraient des ingénieurs qui sachent tout faire, qui aient aussi des connaissances en management, en économie, en sciences humaines. L’INPG a une cellule dédiée à ces enseignements, et des partenariats, comme avec l’IAE (finance & systèmes d’informations). Enfin, le troisième défi c’est que dans nos domaines d’enseignement tout évolue très vite, et que nous devons nous adapter très rapidement, notamment grâce à la recherche.

un marché de l’emploi vaste malgré la crise

S : Quel avenir attend les élèves qui sortent de l’Ensimag ?

»

OG : Je peux vous citer quelques métiers : architecte de systèmes d’informations, administrateurs réseaux, développeur de systèmes financiers, S : Autre chose ? ingénieurs d’affaires, programmeur de jeux videos, ingénieurs télécoms, sta- OG : Il parait qu’il ya a une vie étutisiciens… Quant aux entreprises qui diante très sympa…il parait. embauchent le plus à l’Ensimag, il s’agit d’Amadeus, IBM, HP, Logika, Propos recueillis par Lucie de Ribier Société Générale, BNP, Sophis, Dassault… Décembre 2009

11


PUB


Dossier

Un campus vert à Grenoble : c’est possible ? Septembre 2030, Campus universitaire de Grenoble City (contre toute attente, le monde a miraculeusement survécut à l’apocalypse Maya de 2012) : Marko arrive à la fac avec les 20 minutes de retard réglementaires. Il a une bonne excuse, la ligne 294 du tram alimenté par énergie solaire a été bloquée suite à quelques jours de mauvais temps. Il s’assoit sur un siège bardé de capteurs, pose un casque à électrode sur ses tempes et se lance dans la rédaction d’une dissertation au sujet improbable (« La crise financière de 2008 : causes et conséquences »). L’énergie produite par son pauvre petit cerveau alors qu’il se creuse le crâne est récupérée et diffuse une agréable chaleur dans l’amphithéâtre à la toiture végétalisée. Deux heures plus tard, il va boire un café dans une tasse en carton organique, qui servira de compost pour les légumes du potager de la fac qu’il mangera à midi. Après s’être lavé les mains à l’eau de pluie, il récupère des cours sur une clé USB qui lui permet de sauver la vie de centaines d’arbre tous les ans. Et Marko se dit que tout ça, c’est vraiment très chouette.

R

etour à la dure réalité : à l’aube pact zéro sur notre environnement. de 2010, notre laborieuse ins- Pour son premier numéro, Students truction est loin d’avoir un im- est allé à votre rencontre, et vous >>

Décembre 2009

13


14

Dossier a demandé à vous, étudiants greno- justesse la nécessité de tenir compte blois, quel était votre rapport à l’éco- d’une « dette carbone » accumulée par certains pays depuis des décennies. logie. Loin d’être aveuglés par vos bonnes Le moins que l’on puisse dire, c’est que intentions, vous faîtes majoritairece thème ne vous laisse pas indiffé- ment preuve d’un certain réalisme et rents. Les réponses que vous nous d’une prudence éclairée face à l’idéoavez données sont représentatives de logie verte. l’ambivalence des sentiments qu’inspire la vague verte : « indispensable », Mais globalement, vous vous sentez « un effet de mode » voire « une tous concernés voire très concernés grosse supercherie » selon d’autres. La par cette problématique et, sans être thématique sociale revient également aussi irréprochable que Marko, vous très souvent : « trop politisée », selon tentez d’en tenir compte au quotidien. vous. « L’écologie creuse les inégalités Ce qui vous inquiète le plus ? La polentre les riches et les pauvres, entre les lution de l’eau, de l’air et la raréfaction pays développés et les autres », vous des énergies fossiles. Vous êtes nomavez-nous encore affirmé. Par ailleurs, breux, par exemple, à préférer le tram certains d’entre vous estiment que à la voiture (et pas seulement parce l’espèce humaine n’a pas le droit de que vous avez loupé votre permis B décider du sort d’autres espèces, ani- pour la troisième fois !) males ou végétales. D’autres, au contraire, sont persuadés que la pla- L’envie d’agir est bien là. Mais que nète est au service de l’humain, et non faire ? Quelles solutions concrètes mettre en œuvre à notre petit niveau l’inverse… d’étudiants grenoblois ? Ce dossier Vous êtes très conscients des enjeux tente de répondre à ces interrogations, de pouvoir inhérents au thème de la et de lever le voile sur la politique de protection de la planète, notamment développement durable qui est mise en ce qui concerne la question de en place sur le campus. Students passe l’énergie. En effet, il n’est pas question en revue ce qui est fait, ce qui va se pour vous d’imposer les mêmes obli- faire et surtout, ce qu’il reste à faire. gations (par exemple en matière de Par Lucie de Ribier et Delphin Murejet de gaz à effet de serre) aux Etatshimpundu Unis qu’au Bénin. Vous soulignez avec

Décembre 2009


Dossier

15

Jusqu’à présent, les différentes universités grenobloises ont travaillé parallélement sans jamais se croiser…

R

ecyclage du papier et des cartouches d’encres, utilisation de marqueurs pour tableaux rechargeables… Chaque université ou école à qui nous sommes allés rendre visite s’est vanté de faire un (petit) geste pour l’environnement. Applaudissement notamment pour l’I.A.E, particulièrement bien équipé de magnifiques conteneurs flambants neufs… Mais lorsque l’on évoque la potentielle existence d’une gestion globale et intégrée, on fait chou blanc. Chaque administration est chargée de gérer ses déchets de façon autonome, au revoir et merci.

songe à mettre en place des expositions sur des thèmes associés (covoiturage, utilisation de tasses ou de thermos plutôt que de gobelets en plastique…) Des initiatives certes louables, mais qui restent limitées. La solution viendra-t-elle du « Plan Campus », que Mme Comparat évoque à la fin de notre entretien ? Elle déplore le

Mme Laurence Comparat éclaire notre lanterne : son poste de chargée de mission au développement durable a été mis en place le 2 septembre 2008 par le conseil administratif de Stendhal. On lui a alors confié la tâche de dresser un bilan du fonctionnement écologique global de Stendhal. Mais le projet a vite avorté, à cause des grèves de l’an dernier selon elle…

manque de visibilité et d’informations autour de cette vaste opération initiée cette année par le gouvernement, la ville et les universités de Grenoble. Un problème auquel Students se doit de remédier ! Zoom sur une solution Aujourd’hui, elle se remet à l’ouvrage. venue d’en haut. Elle dresse un état des lieux et coopère avec diverses assos basées à Eve telles Par Delphin Muhimpundu & Lucie de que L’effet papillon, Fac verte, ou le Ribier BDE. Par ailleurs, une commission Décembre 2009


16

Dossier

Plan Campus : est-il assez vert ?

«L

’Opération Campus » a été annoncée le 21 juillet 2008 à Paris par Mme Valérie Pécresse. Ce projet doté de 400 millions d’euros de l’État a été retenu parmi six villes candidates. Ce projet souhaite « afficher l’engagement de la communauté universitaire et scientifique vis-à-vis des demandes sociétales qui concernent la Planète durable, la Santé et l’Information » ainsi que l’innovation. Un pôle « Energie et environnement et développement durable» a donc été mis en place.

ment durable, il s’agit de réhabiliter certains équipements universitaires pour les amener au niveau des normes actuelles de développement durable. C’est un premier pas ! «Les objectifs sont intégrés à la charte de développement durable qui fait office de cadre général pour les futures opérations de construction ou réhabilitation, et les projets se caractérisent par une recherche systématique de l'économie d'espace, par une réduction drastique de l'usage de la voiture. Au-delà des ces engagements, le projet grenoblois affirme sa vocation et son caractère innovant en prévoyant des dispositifs de production d'énergies renouvelables, des systèmes de transports sans émission de gaz à effet de serre (GES). »

Pour répondre à une carence actuelle à ce niveau, ce projet vise à inclure tous les acteurs locaux (universités, écoles, organismes de recherche et de formation, pôles de compétitivité, la C’est Marko qui va être content ! CCI et des différentes collectivités territoriales). Michael Barrett En ce qui concerne le pôle développeDécembre 2009


Dossier

Pour le nouveau campus, le vert sera de rigueur !

L

’invasion estudiantine continue : Grenoble, qui possède déjà un pôle étudiant conséquent, va se doter d’un campus flambant neuf dans les dix ans à venir. Ce projet nommé « Grenoble Université de l’Innovation », qui fait partie de notre fameuse « Opération Campus », a pour ambition d’accueillir 5000 étudiants supplémentaires, principalement scientifiques (et autant de futurs lecteurs de Students !)

blissements, obligeant les abstinents à traverser un épais nuage de fumée, et nos petits poumons en frétilleront de joie !) Le reste des toitures sera équipé de panneaux photovoltaïques pour réduire la consommation d’énergies fossiles. Autre particularité, la hauteur sera de mise pour les bâtiments, conformément aux décisions prises lors du dernier grenelle de l’environnement (la chaleur se communiquant d’un étage à un autre). L'objectif est de Particularité de cette université : elle réduire leur consommation énergés’inscrit dans une logique de Haute tique de 38% d'ici 2020. Et un pas de Qualité Environnementale. Elle sera plus vers le campus idéal de Marko ! bien sûr largement desservie par les transports en commun, jusque là rien Par ailleurs, le groupe de travail 21 du de bien nouveau me direz-vous. Mais Grenelle a affirmé que la sensibilisal’intérêt du projet réside ailleurs : par tion au développement durable était « exemple, 50 % des toitures seront vé- indispensable pour tous les types gétalisées dans un objectif d’isolation d'établissements d'enseignement ». Ce (réduction de 40% des variations de nouveau pôle n’y échappera pas. Iratempérature) donc d’économie d’éner- t-on jusqu’à y instaurer l’utilisation de gie. Ces toitures permettent également papier toilette recyclé, râpeux certes, une meilleure qualité d’air, en dimi- mais écolo, comme vient de le faire nuant la quantité de CO2 (il ne reste Greenpeace dans ses locaux ? Là, pour plus qu’à convaincre les fumeurs d’évi- sûr, on sera tous très… sensibilisés. ter de se rassembler en meute juste devant les entrées principales des étaMaxime Bacquié Décembre 2009

17


18

Dossier

Copenhague : y’a-t-il de l’espoir ? Dans ce dossier consacré à l’écologie, il nous a semblé bon de vous rappeler ce qu’il se passait en dehors de Grenoble. Notre belle métropole, non contente de construire le campus du futur, s’engage sur la scène internationale. Elle sera présente le 17 décembre à la conférence de Copenhague. C’est quoi ça déjà ?

L

a Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique, COP15 (Conference of the Parties), se déroulera cette année du 7 au 18 décembre à Copenhague, Danemark. Plus de 15 000 professionnels de 192 pays divers et nombreux, des experts, des scientifiques, des ONG et des entreprises vont participer à cette conférence. Le but ? Envisager la suite du protocole de Kyoto. Ce dernier, ratifié par 175 pays et qui est entré en vigueur en 2005, prévoyait des mesures de réduction des gaz à effet de serre (GES) et expirera fin 2012. Le COP 15 devrait fixer des objectifs pour 2013-2017.

émergents polluants comme la Chine s’engagent à réduire leurs ses émissions. Le président Chinois Huo Jintao, en revanche, estime que ce sont les pays déjà développés (qui représentent 25% de la population mondiale mais 50% des émissions de GES mondiales) qui devraient se restreindre davantage, afin de ne pas pénaliser les puissantes émergentes. La France et le Brésil, bons élèves, ont déjà affirmé leur volonté de réduire les émissions à 50% au-dessous du seuil de 1990 avant 2050. plus d’infos http://fr.cop15.dk/

:

Bien que cette conférence soit très im- Pensez-vous qu’un accord peut-être portante, plusieurs pays participants trouvé ? Donnez votre avis dans le ont déjà exprimé des doutes quant à la forum. possibilité même d’un accord. Les États-Unis exigent que les grands pays Michael Barrett Décembre 2009


Dossier

Ecologique ou toxique ? Pour savoir si tu es bon envers notre mère la Terre, ou si tu es une nuisance qui mériterait d’être radiée de sa surface, calcule ton empreinte écologique sur wwf.fr

L

’empreinte écologique, c’est la surface bio-productive (ou biologique, espèce d’ignare !) nécessaire pour fournir les ressources et absorber les déchets. Autrement dit, si notre niveau de consommation était équivalent à celui d’un africain, nous n’aurions besoin que d’une demi-planète pour vivre. A l’inverse, si nous adoptions l’American way of life, pas moins de sept planètes seraient nécessaires. Quant aux hommes et femmes d’affaires (doit-on parler « d’humains d’affaires » pour être politiquement corrects ?) onze Terres ne leur seraient

+

pas de trop ! (source : agir21.org) Notre but n’est cependant pas de t’inciter à renoncer à ta brillante carrière de futur PDG pour aller cultiver des topinambours biologiques au Zimbabwe. D’abord parce que le climat local ne s’y prête guère. Et ensuite parce qu’il te suffit d’adopter les quelques reflexes suivants pour réduire ton impact environnemental. Ce qui est, tu en conviendras, bien moins contraignant !

+

Lucie de Ribier

+

Les 8 commandements de l’étudiant écolo-responsable : 1) Dans la marge tu écriras 2) Recto-verso tu imprimeras 3) Recto-verso tu photocopieras (on te l’accorde, on ne s’est pas foulés pour celui-là) 4) En tram, vélo, patinette, trottinette à moteur électrique ou à pied tu te déplaceras 5) Au lieu de réclamer plus de chauffage dans les amphis, contre ton voisin/ta voisine de table tu te serreras 6) Tes fourniture scolaires, jusqu’au bout tu utiliseras (oui, même à la rentrée, quand tu aimes avoir des stylos bien pleins et qui sentent le neuf…) 7) Pour un Students imprimé sur papier recyclé tu voteras (journal-students.com)

Décembre 2009

19


20

Sport

Rio, des questions pour un champion ! Le 2 Octobre dernier, dans une ambiance surchauffée, Rio a obtenu l’organisation des 31e Jeux Olympiques qui auront lieu en 2016. Mais cette victoire soulève des interrogations.

C

hicago, Madrid, Tokyo et Rio étaient sur la ligne de départ dans la course aux JO 2016. Finalement, c’est la ville brésilienne connue pour son carnaval et ses plages de sable fin qui rafle la mise. Réjouissons-nous pour ce pays fervent de sport et ravi d’accueillir le plus bel évènement sportif mondial. Félicitons également le président Lula pour son obstination à faire du Brésil un pays qui compte sur la planète.

Cependant, le choix de Rio peut surprendre. Tout d’abord parce que son dossier avait obtenu la moins bonne note technique (6.4, Tokyo obtenant la meilleure avec 8.1). Hormis son stade mythique du « Maracaña », Rio n’a pas les infrastructures pour accueillir un tel évènement. Tout est à construire et le chantier s’annonce colossal. On peut également s’inquiéter de l’insécurité régnant dans les grandes villes brésiliennes (50 000 homicides par an), Rio Décembre 2009

n’échappant pas au phénomène. Par ailleurs deux ans avant les JO de 2016, le Brésil aura accueilli la Coupe du Monde de football, ce qui récompensait déjà un continent délaissé jusqu’à présent par les grands évènements sportifs. Quand on connaît les répercussions économiques de ces grands évènements pour le pays qui organise on peut donc s’interroger sur les raisons de cette seconde désignation. L’Amérique du Sud est-elle devenue la destination branchée de ce siècle ? A moins que Copacabana et les danseuses brésiliennes n’aient fait pencher la balance… Espérons en tout cas que l’enthousiasme brésilien et la « samba do Brasil » feront de ces premières olympiades sud-américaines un succès populaire planétaire. Maxime Bacquié


Sport

Get back Avec le retour de Ball’in sur les ondes de New’s FM depuis la mi-septembre, ça sent bon la rentrée de la saison NBA et de pro A !

A

près cette longue trêve estivale pendant laquelle chacun en a profité pour fouler les playgrounds, tout bon fan de la balle orange n’a qu’une hâte : mater les matchs, découvrir les nouveaux rosters des franchises et faire des pronostics quant aux futurs champions.

dans leur rang et si Andrew Bynum continue sa belle progression, les Californiens n’ont pas trop de souci à se faire !

L’Euroleague nous promet aussi son lot de surprises. Une chose est cependant certaine : l’Olympiacos a constitué un effectif digne d’une franchise En NBA, on attend impatiemment les NBA avec l’arrivée de Linas Kleiza et transferts de l’été 2010 avec une flopée Von Wafer, venant renforcer les autres d’All Stars free agent. Mais la mise en Childress et Papaloukas. Oseront-ils le bouche de 2009 était déjà bien appé- doublé Championnat-Euroleague ? tissante : les 3 grosses écuries de la En France, L’ASVEL s’est constitué conférence Est que sont Boston, Or- une véritable armada offensive sous lando et Cleveland se sont bien renfor- les ordres de Vincent Collet. Cepencées à l’image des Cavaliers : Avec dant les champions en titre sont attenl’arrivée de Shaq, Anthony Parker, Ja- dus au tournant : avec le retour de mario Moon et Leon Powe, les joueurs Mark Salyers en France, il faudra de Mike Brown peuvent clairement compter avec Le Mans, sans oublier viser le titre. Nancy, toujours dans le coup avec les frères Greer. A l’Ouest… rien de nouveau, les Lakers sont les grandissimes favoris à leur La saison s’annonce haute en couleurs propre succession avec l’arrivée d’un dans toutes les ligues, enjoy ! Ron Artest surmotivé par la conquête du 16ème titre de la franchise. En ayant réussi à garder Lamar Odom Guillaume de Malherbe Décembre 2009

21


PUB


Associations

Ski Vision Production, une histoire de passionné(e)s

S

ki Vision Production c’est l’histoire d’une aventure entre potes passionnés de glisse, qui, après avoir constaté qu’il manquait un film représentant la scène montante du free style français, décident de se lancer dans l’aventure. SVP s’impose aujourd’hui parmi les plus grands comme une véritable boîte de production professionnelle spécialisée dans la réalisation de films et de reportages de ski.

en septembre 2008; mais aussi des partenariats avec Reverse Side Pro pour la réalisation de clips musicaux. Ski Vision Production s’est également diversifié dans l’évènementiel, le webdesign, l’infographie et la réalisation de clips promotionnels pour des skieurs professionnels (Kevin Rolland, Xavier Bertoni, Virginie Favre…) et des grandes marques de glisse. Dernier opus en date, « Mad in France » sorti en octobre dernier et disFondée en Septemponible en DVD sur www.svpproduction.com bre 2006 par David le site www.svpleLacote, Nicolas Sifilm.com et dans les buet et Antoine Frioux et basé à Me- magasins de sports. gève (Haute Savoie) SVP Production n’est partie de rien, aucun sponsor et Depuis SVP Prod’ c’est « toujours plus aucune visibilité, juste une équipe de loin, plus haut et plus vite en gardant riders (Richard Permin et Arnaud Ku- la bonne vibe et en mélangeant plaisir gener, skieurs professionnels et co- et rigueur » et toujours la même amfondateurs) surmotivés. En septembre bition « rester une plateforme active 2007, c’est la sortie d’ « Imhotape », le du ski français » selon Davide Lacote, premier film produit par SVP qui suit l’un des fondateurs. les traces de leur équipe de skieurs en France, aux Etats-Unis et au Japon. Vient par la suite le film « Alliance » Lucile Boisseau Décembre 2009

23


24

High tech

Synchrotron, quel drôle de nom… Quel est cet œil qui observe le ciel au nord de Grenoble ? «Synchrotron» me murmure-t-on…

D

es hauteurs de Grenoble, on ne peut manquer de remarquer un bâtiment étrange en forme d’anneau au niveau du polygone scientifique (presque île formée par le Drac et l’Isère). L’ESRF (European Synchrotron Radiation Facility) y est installée et exploite le troisième synchrotron le plus important du monde.

cle. La particule émet alors une onde électromagnétique, appelée rayonnement synchrotron. Suivant la vitesse des particules, le rayonnement varie, et on peut ainsi obtenir des rayons X.

Cette installation, opérationnelle depuis 1994, est issue de la collaboration de 19 pays. Chaque pays a financé une partie des travaux, la France et l’Allemagne ayant contribué à plus de 50% de son financement. Cette contribution permet aux pays membres d’envoyer leurs chercheurs au synchrotron afin d’utiliser les rayons X émis par le synchrotron pour leurs recherches.

Aujourd’hui, les rayons X sont indispensables à la recherche en médecine, chimie, biologie,… car ils permettent de connaitre la composition exacte d’un échantillon, comme une protéine du corps humain ou le virus de la grippe. Pour cela, les rayons X sont envoyés sur l’échantillon et les chercheurs parviennent à obtenir des images 3D de leur objet d’étude.

Le but d’un synchrotron est, en effet, d’émettre des rayons X durs. Des particules (protons ou électrons) sont envoyées à l’intérieur d’un tube où règne un vide poussé. A l’aide d’un champ magnétique, les particules sont accélérées et leur trajectoire décrit un cer-

Près de 900 expériences sont menées chaque année au synchrotron de Grenoble, et il en résulte environ 1500 publications scientifiques.

Décembre 2009

Céline Oyer


Scène

Sous le Volcan Sous le Volcan, adaptation de Josse de Pauw d’après Audessous du volcan de Malcolm Lowry, mise en scène de Guy Cassiers.

C

’est une plongée au cœur du Mexique où l’amour ne se récupère pas et la tristesse engendrée se noie dans les verres de mezcal et de téquila. Alors que la fête étourdit alentours, un couple se retrouve après un an de séparation, anxieux, désirant encore. Sous le Volcan présente le monde et les pensées divagantes d’un homme perdu dans les vapeurs de l’alcool et le flou des souvenirs, auprès de son ancienne épouse, actrice ratée, revenue à l’improviste. A l’heure du bilan, que se dit-on, lorsque le passé, de la guerre aux velléités d’écriture, des rêves déçus au brouillard définitif, pèse trop lourd ? Du roman de Malcolm Lowry, que le critique Paul Morelle qualifiait de « chef-d’œuvre comme il n’y en a pas dix par siècle », Guy Cassiers tire une pièce dans laquelle le public suit le héros dans ses méandres. Cela sans intermédiaire. Nul décor, nul accessoire,

seulement les êtres perdus, leurs paroles et le support vidéo cher au metteur en scène flamand, passé par les arts graphiques avant le théâtre. Y sont projetées des images de lieux et de visions, une économie de moyens qui multiplie les sens. Cassiers s’attache une fois de plus à l’étude des marges, de ceux qui existent juste à côté de la « vraie » vie et dont l’observation a beaucoup à apprendre aux autres. L’homme n’en est pas à son coup d’essai, après s’être attelé à d’autres chefs-d’œuvre tels Hiroshima mon amour de Marguerite Duras et la Recherche du temps perdu, il aborde avec brio l’œuvre la plus profonde, la plus infinie, à relire sans cesse, de Malcolm Lowry, poète et romancier britannique qui y a mis tant de sa propre vie. Marie Sautelet Décembre 2009

25


26

Culture musique

Susan Boyle bat des records

Evénement: la 11ème nuit du reggae

« L’ange poilu » découvert par la Nouvelle Star britannique prend sa revanche sur la vie. Cette écossaise de 50 ans sur qui personne ne pariait une livre lors de son apparition sur le plateau a laissé tout le monde sans voix dès qu’elle a élevé la sienne. Elle quelques heures, cette chômeuse est devenu un phénomène de foire. Mais lorsque le buzz retombe après sa défaite en finale, Susan fait une crise Cette année encore, quelques fines d’angoisse et se fait interner afin de re- fleurs du reggae mondial se sont donné rendez-vous à Grenoble le 28 prendre ses esprits. novembre 2009 au Summum pour un Une épilation des sourcils plus tard et concert exceptionnel. plus forte que jamais, elle fait taire les mauvaises langues en continuant son Pour la 11ème édition, la programmaascension vers le sommet des charts. tion est de nouveau à la hauteur de Son album, I Dreamed a Dream, est nos attentes : Sergent Garcia, Dub Pisun succès commercial avant même tols, Julian Marley, The Congos, Ziggi d’être sorti : Amazon a enregistré un and Renaissance band. La nuit sera nombre exceptionnel de précom- placée sous le signe de la commémomandes de cet opus, composé de re- ration ; les artistes vont en effet reprises de succès populaires comme prendre, non sans émotion, les plus Wild Horses des Rolling Stones ou Cry grands succès du « prophète » Robert Nesta Marley, plus connu sous le nom Me a River. Vas-y Susie ! de Bob Marley. Lucie de Ribier Déjà auteur d’une superbe reprise du titre Rastaman Chant avec Busta Rhymes, Julian « JuJu » Marley profite de la tournée promotionnelle en Europe de son nouvel album Awake pour passer à Grenoble rendre hommage à son père. Pour notre plus grand plaisir ! Guillaume de Malherbe Décembre 2009


Culture littérature

La Première Gorgée de Bière et autres plaisirs minuscules, par Philippe Delerm

V

oici un auteur qui nous invite à regarder avec un œil nouveau nos petites habitudes. Etonnante, cette façon de découvrir comme une sensation (une odeur, un goût, une parole, un geste) mille fois ressentie par mille personnes différentes est en fait perçue par tous d’une unique manière.

analyses de la vie quotidienne sa spécialité. En y réfléchissant, l’auteur y est multiple : il est Nous, il est Nostalgie, il est Vie, il est Aujourd’hui et sera sans aucun doute Demain.

Pétillante, cette plume vive et synthétique dessinant d’un trait nos plus banales journée. Dérangeante, cette perspicacité de l’écrivain quand il semble réciter à voix haute ce que l’on pense à voix basse. Sobre et épuré, son style lorsqu’il décrit avec simplicité des ressentis que l’on avait la naïveté de croire tout personnels. Amère, cette bière à laquelle on goûte à la première page et qu’on ne peut s’empêcher de finir à grosse gorgée, jusque la dernière, page 68.

Sur ce chers lecteurs, je vous laisse, une bière encore toute fraiche m’attend, dont je n’apprécierai que la première gorgée : « C'est la seule qui compte. Les autres, de plus en plus longues, de plus en plus anodines, ne donnent qu'un empâtement tiédasse, une abondance gâcheuse. La dernière, peut-être, retrouve avec la désillusion de finir un semblant de pouvoir... Mais la première gorgée! Gorgée ? Ca commence bien avant la gorge. Sur les lèvres déjà cet or mousseux, fraîcheur amplifiée par l’écume, puis lentement Prendre sa plume pour remplir une sur le palais bonheur tamisé d’amerpage blanche de toutes nos sensations tume… » est un pari osé, mais tout à fait réussi par cet auteur qui a fait de ces petites Christelle Lebrun Décembre 2009

27


28

Culture littérature

Kim Stanley Robinson, la trilogie martienne

R

écompensés par de nombreux prix dont les prestigieux prix Hugo et Loca, la trilogie martienne de Kim Stanley Robinson (Mars la Rouge, Mars la Verte et Mars la Bleue) raconte l’histoire de la colonisation de Mars. L’auteur a écrit ces romans dans un souci extrême du détail et aborde tous les sujets relatifs à la colonisation les uns après les autres (le terraforming, la future société martienne, les relations avec la Terre…). Mais plus important, Robinson soulève une problématique d’actualité : celle de l’influence qu’à l’homme sur son environnement et réciproquement. Voilà qui ne détonne pas avec le sujet de notre dossier ! Ici l’homme va former Mars. Il va changer sa physionomie pour le meilleur et pour le pire. Mais quelle va être l’influence de Mars sur l’homme ? Mars sera-t-elle le berceau d’une civilisation inédite, différente de la civilisation Décembre 2009

terrienne, ou juste une simple copie de la Terre ? Robinson nous livre sa vision de la chose dans ce thriller écologique palpitant ou la politique côtoie la sociologie, l’économie ou même la géologie et la botanique. Alors s’il vous tarde d’attendre 2037 et les premiers pas de l’homme sur Mars, si vous êtes curieux à propos du futur ou même si vous êtes à la recherche d’un bon roman à lire, plongez-vous dans la lecture de ces romans qui vous tiendront en haleine jusqu’à la fin. Matthieu Boulud


Expo

Quand Arts et Sciences se rencontrent Du 3 Octobre au 20 Décembre 2009, l'exposition "Les mécaniques poétiques d'Ez3kiel" se tient à la Casemate.

P

eut-être avez-vous un jour rêvé d'un vélo qui vous emmènerait dans des univers oniriques inconnus, d'un piano qui joue des images où d'une machine à coudre qui compose des mélodies. Dans ce cas, bienvenue dans l'univers d'Ez3kiel. Et sinon… bienvenue quand même ! Le groupe, créé en 2001, nous avait déjà montré son goût de l'expérimentation, naviguant entre la sombre violence de Barb4ry et la douceur du Lac Des Signes. Cette exposition révèle encore autre chose du groupe : c'est tout son univers graphique et poétique qui est ici mis en scène à travers ces machines qui mêlent les technologies de pointe à un design tout droit sorti de l'imaginaire d'un Jules Vernes mélancolique et rêveur.

Pour Yann Nguema, graphiste d'Ez3kiel, il faut aussi apprendre à attendre et explorer, dans une société où tout est donné à consommer immédiatement. Cette exposition entre dans le cadre de la résidence du groupe à l'Atelier ArtsSciences de l'Hexagone. Chercheurs, ingénieurs (CEA-LETI, Erasme) et artiste (Yann Nguema) ont réfléchi et travaillé ensemble pour greffer à ces objets d'autrefois la magie que rend possible la technologie d'aujourd'hui.

Julie Desbiolles 10 installations interactives, 10 machines étranges; le visiteur touche, ex- La Casemate : http://www.ccsti-grenoble.org/ périmente, écoute. Et c'est bien le but de Résidence Ez3kiel à l'Hexagone de Meylan : l'exposition : l'ame- http://ez3kiel.atelier-arts-sciences.eu/ ner à chercher, à tâtonner, pour lui Rencontres-i (biennale Arts-Sciences) : laisser le temps de http://www.rencontres-i.eu/ s'immerger dans cet univers particulier. Ez3kiel : http://www.myspace.com/ez3kielmyspace Décembre 2009

29


30

Expo

Mathias Fennetaux, l’homme toujours en mouvement…

J

usqu’au 28 novembre se tient à la galerie Space junk (voir notre encadré) l’exposition Motion Series reprenant les travaux de photographies et de sérigraphies de Mathias Fennetaux. Au travers de cette exposition, c’est un travail intime sur le mouvement et sur une passion que l’artiste conjugue à la photographie : la glisse.

skate, snowboard, surf. Tout y passe avant qu’il ne se convertisse à la photographie, qui lui permettra par la suite de combiner passion de la glisse et art visuel. Dans le domaine, il reste un adepte des fondamentaux malgré la révolution de la photographie numérique, une technique et une image brute restent ses matériaux préférés. www.spacejunk.fr Lucile Boisseau

En effet, Mathias Fennetaux est à la base un amoureux de la glisse :

Spacejunk, le Board Culture Art Center Spacejunk a ouvert ses portes en octobre 2003 à Grenoble dans le but de proposer un véritable centre d’expression aux plasticiens de la culture de la glisse. Ne soyez donc pas surpris si vous croisez au détour de la galerie, les œuvres de grands noms du ski, du surf ou du skate qui se seraient reconvertis ou qui viendraient y exprimer leur créativité. Spacejunk , c’est également trois autres centres en France (Bourg Saint Maurice, Lyon et Bayonne) et une nouvelle exposition tous les mois. Spacejunk Grenoble 15 rue Génissieu 38100 Grenoble Tel : 06 19 21 01 84 Ouvert du mardi au samedi de 14h à 19h Décembre 2009


Patrimoine

Tour Perret : tout un symbole

L

a Tour Perret appartient à ce patrimoine français qui laisse songeur. Rappelons qu’en 1925, pour l’exposition internationale de la houille blanche et du tourisme dans la capitale iséroise, c’est une véritable prouesse technique confiée à l’un des architectes les plus en vogue du moment. Son matériau principal ? Le béton armé. Une première en Europe ! A l’instar de celle d’Eiffel d a n s u n e autre capitale, la T o u r Perret reste le seul vestige d’un événement qui reçu plus d’un million de visiteurs. Si certains boudent une architecture sévère, trop imposante – les mêmes qui s’étonnent qu’en 2005 le CentreVille du Havre reconstruit après la guerre entre au Patrimoine Mondial de l’UNESCO - force est de saluer la nouveauté pour l’époque. L’architecte Auguste Perret travaille un matériau pauvre comme s’il s’agissait de pierre de taille, dans la droite ligne de l’Art nouveau… toute une philosophie. Certes, au fil des ans, la tour s’effrite et on ne peut plus y monter dès les an-

nées 1960. Mais ses fondations de plus de 11mètres de profondeur la maintiennent solidement enracinée dans le Parc Paul Mistral. Etait-ce un mauvais présage ce jour – celui de l’inauguration ! - où son ascenseur est tombé en panne pendant l’heure du repas avec à l’intérieur l’ancien président du Conseil Edouard Herriot ? On s’inquiète aujourd’hui de la rénovation de la Tour Perret, classée monument historique en 1998. Les élus de l’opposition la voient comme une métaphore de la politique urbaine grenobloise : « mise en lumière et délaissement ». Peut-on prendre exemple sur sa grande sœur, la Tour d’Amiens ? Rénovée en 2005, celle-ci fait la fierté de sa ville… Oui mais à l’intérieur, on trouve des bureaux et non un vieil escalier hélicoïdal. A un niveau inférieur, à Grenoble, on prendrait pourtant volontiers un peu de hauteur. Marie Sautelet Décembre 2009

31


PUB


Agenda marie

Qu’est-ce qu’on fait à Grenoble ce mois-ci ? Chaissac Un homme de la campagne au musée de Grenoble. Gaston Chaissac, « poète rustique et peintre moderne » quitte Avallon pour Paris où il ouvre une cordonnerie rue Mouffetard. Il s’essaie au dessin dans les années 1940 et ne s’arrête jamais de transformer les matériaux et les configurations à côté de ses métiers artisanaux. L’exposition présente de grands collages de papiers peints, des totems, des personnages souriants. Une œuvre empreinte de poésie douceamère à découvrir. Du 31 octobre 2009 au 31 janvier 2010 http://www.museedegrenoble.fr Mouawad Le Libanais Wajdi Mouawad a enflammé, cet été, le festival d’Avignon dont il est l’artiste invité. Sa trilogie « Littoral-IncendiesForêts », présentée dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes une nuit durant – plus de 10 heures ! – arrive bientôt sur nos scènes. A retrouver à la MC2 du samedi 19 au dimanche 20 décembre. (http://www.mc2grenoble.fr) Marché de Noël L e 28 novembre et jusqu’au 24 décembre, le Marché de Noël s’installe à Grenoble comme chaque année depuis 1995. Jusqu’au 24 décembre, venez profiter de la magie de Noël en flânant le long d’une cinquantaine de chapiteaux sur les places Victor-Hugo et Grenette. Des stands remplis de mignardises, de décorations, bougies, crèches, vin chaud, foie gras, chocolat et mille autres surprises pour illuminer les froides journées d’hiver… 38ème Rugissants Ils viennent d’Afrique, d’Orient et d’Europe… convoquent les mots d’artistes latinos, français, arabes, grecs, s’en inspirent et crient alors la musique, jouent avec les paroles. Eux, ce sont les compositeurs, improvisateurs, poètes, slameurs et autres performeurs : tout est langage dans leurs arts qui se mêlent. Alors union ou Tour de Babel ? Du 17 au 28 novembre 2009 (http://www.38rugissants.com) Marie Sautelet

Décembre 2009

33


34

Culinaire

Pommes au four garnies de chèvre…

C

ette recette vous est offerte par une stagiaire de chez Michelin. Vous vous attendez donc peut-être à de la haute gastronomie française, mais Bibendum est fait de pneumatiques et ma cuisine risque donc d’être assez caoutchouteuse. Je vais cependant essayer de vous proposer une recette simple mais qui vous permettra d’épater la galerie. Cette recette ancestrale se transmet de génération en génération et reste le secret bien gardé de quelques initiés (en réalité, je la tiens d’une amie mais le fait qu’elle soit inaccessible la rend tout de suite bien plus intéressante). • Lavez les pommes (oui, je me dois de vous le rappeler, et nous imaginons tous naïvement que ce mince filet d’eau élimine toutes les im-4 pommes golden (plutôt puretés et autres pesticides) petites pour une meilleure • Placez les dans un plat à gratin avec un fond d’eau. cuisson) -4 Rocamadour (fromage de • Versez dessus le miel et un filet d’huile d’olive. chèvre pour les incultes) • Faites cuire le tout à 160°C pendant une -1 sachet de pignons de pin heure (si les pommes ne sont pas tendres après -Un peu de miel une heure, rallongez un peu le temps de cuis-De l’huile d’olive son) • Sortez les pommes du four, et tentez l’exploit de ne pas vous brûler. Coupez les pommes en deux dans le sens de la largeur. • Enlevez les pépins et placez votre fromage, agrémenté des pignons entre vos deux moitiés de pommes. • A votre convenance rajoutez du miel, de l’huile et/ou des pignons. • Faites cuire votre assemblage encore une vingtaine de minutes à 160°C et servez aussitôt en entrée à vos convives. (Vous pouvez aussi tenter de les vendre en tant qu’œuvre contemporaine au MoMa mais vous risquez tout de suite de ne pas avoir autant de succès) Ingrédients pour 4 personnes :

Par respect pour moi-même et mon talent journalistique, je ne terminerai pas cet article par « Régalez-vous » ou autre « En avant les papilles » ! Trop tard, je crois que je viens de le faire. Laura de Paz Décembre 2009


Regard poétique

La rumeur Le poème existe déjà caché dans l’alphabet L’art fabule avec ou sans muse il s’amuse Va l’attraper avant que l’art canne sous les arcades d’Arcadie ou d’Arabie Là-bas les murs murmurent la rumeur des rimes mortes On dit que la rue meurt paralysée par l’épine fatale de l’amère banalité Tous les artistes tissent une toile d’araignée On sait que l’art régna Aujourd’hui l’art est niais La poésie s’effrite, on en fait des pétards touche un peu sa chevelure ornée d’étoiles irisées paralysées Part à l’Élysée emprunte le sentier des alizés parallèles Va l’attraper avant qu’elle ne succombe sous les arcades d’Arabie ou d’Arcadie L’art a besoin de Toi avant qu’on le foute dans des caddies Romain D’Onofrio Décembre 2009

35


36

International

Only papers everywhere The EU information policy is still carried out by producing and distributing tons of paper.

I

have visited the European Parliament and the EU Commission twice, and both “trips” were organized by my Slovak University. The first time was in 2006, and the second excursion took place in May 2009. We were given tons of paper each time. Brochures, newsletters, press briefings…every single piece of information was printed on paper. The EU Commission visit of May 2009 lasted two days. During these two days we attended ten c o n f e rences, discussions, and lectures. Only one lecture was complemented by a short video sequence. When I came back from Brussels to Bratislava, after two weeks we were asked to write a short report on the content of lectures. Sitting in front of the empty text editor sheet, I could remember only the lecture where the speaker had used film presentation of Décembre 2009

the topic “Functioning of the EP and its fractions.” I would like to point out that the EU information policy is considerably ineffective. The Public Relations (PR) and Press Department specialists should examine how to make it more effective and how to inform the general public in more attractive way. The production of a few videos rather than loads of paper that nobody reads w o u l d bring more efficiency to the EU information policy. It is proven that image and sound are more easily kept in mind than black letters printed on white paper. Next year I have one more chance to visit European institutions with my university. I hope that it will not be in the same old-fashioned and boring paper form as it was the last time.


Billet d’humeur

Who loves the sun ?

I

l y a des personnes qui pensent une psychothérapie pour être réelleque, du moment où t’es un « ar- ment soi-même, et créer en se débartiste », tu peux créer à la de- rassant de toutes nos influences. mande. Cela est vrai et faux à la fois. Mais cela est FAUX. Faux : car le fluide de la création coule dans nos veines, mais il est parfois ca- Si je me délivre de mes influences, je pricieux. Et là, rien ne sort, rien ne ne serai plus moi. Ce serait croire que viens et les gens disent alors qu’un vrai la partie immergée de l’iceberg n’existe pas et qu’il est là tout entier devant nos yeux. Mes influences font partie de moi. Mieux. Elles font que je suis moi. Si je délaisse mes influences je ne serai plus cet homme que je me suis efforcé de devenir. Je serai sans repère, sans boussole, comme un satellite sans orbite ni planète qui graviterait dans la matière noire de la solitude. Je me précipiterais vers la mort.

Alors pour ceux qui pensent être, qui ont la certitude d’être, ou qui doutent d’être des Artistes, je vous dis : NE LAMais cela est vrai dans un sens, car CHEZ PAS DES YEUX VOTRE SOl’artiste puise chaque jour, chaque se- LEIL INTERIEUR, soyez éblouis par conde, dans le dictionnaire du Monde, cette musique que l’on nomme LIson inspiration. Et il travaille sans re- BERTE. lâche à ce que ses œuvres reflètent au Comprenne qui veut : les VRAIS artistes portent des lunettes de soleil. mieux sa vision du Monde. artiste créerait, lui, LA, TOUT DE SUITE, MAINTENANT.

On m’a dit un jour qu’il fallait faire

Romain D’Onofrio Décembre 2009

37


38

Photo du mois

DĂŠcembre 2009


Photo du mois

DĂŠcembre 2009

39


40

LOL

astuces pour se débarrasser d’un boulet en soirée

E

tudiantes, étudiants, qui n’a jamais subi cette torture au moins une fois en soirée ? Celle de se traîner un boulet, cet être collant, homologue humain de la sangsue, qui vous suce les instants de bonheur que vous pourriez passer sans lui… La technique de l’esquive, bien que souvent employée, est inefficace : le boulet (ou la boulette) porte bien son nom ! Voici donc pour vous quelques astuces pour vous débarrasser avec classe d’un(e) inopportun(e) : La Diversion : repérez un(e) ami(e) en manque ou tout simplement quelqu’un que vous n’aimez pas et présentez-le/la au boulet… Le boulet change en général rapidement de target. Le Faux Espoir : ce soir, c’est impossible, mais vous lui laissez volontiers votre 06 (en communicant bien sûr celui de votre fameux/se ami(e) en manque!). La Feinte : dommage, vous êtes homo - ou hétéro, cela dépend bien évidemment de la situation. A noter tout de même : risque de propagation de la rumeur. Le Dégoût : à réserver aux boulets tenaces. Votre mission : parvenir à l’écœurer en un minimum de temps. Le choix des armes : vomi ou autre déjection !

Quant à vous, très chers boulets, qui pensez que le célèbre vers du Cid « A vaincre sans péril on triomphe sans gloire » est la règle d’or en amour (et qui n’arrivez jamais à triompher ni à vaincre) voici quelques signes d’une lutte perdue d’avance : votre proie répond par monosyllabes ; elle a le regard fuyant ; ça y’est, elle l’a dit : « Je suis pris(e) ! » ; « Je vais chercher un verre » : fort danger de non retour ; ou encore, elle utilise l’une des astuces précédemment recommandées. Dans ce cas, inutile de persévérer : au lieu de chercher une cheville à laquelle vous enchaîner, trouvez plutôt chaussure à votre pied ! Jennifer Matas Décembre 2009


Horoscope Bélier : Il/elle va continuer à vous ignorer profondément, ce qui n'arrangera pas votre piteuse confiance en vous. Entreprenez une psychothérapie. Taureau : Votre vie vous semble fade, inintéressante ? Regardez les choses en face : elle est à votre image ! Consultez www.humour.com Gémeaux : Après des partiels ratés et une dispute avec votre meilleur pote, vous voilà fin prêt pour affronter ce nouveau mois! Rassurez-vous, vous êtes au plus bas et ne pouvez connaître pire ! Cancer : Votre agaçant côté rêveur et mélancolique séduit votre entourage ? Profitez-en tant que c'est encore le cas, car ça ne durera pas! Lion : Mais il/elle mais ne sera pas sensible à vos avances lourdes, peu délicates et ringardes.Prenez des cours de drague. Vierge : Ne vous risquez pas à sortir le bout de votre nez! La poisse vous guette et vous pourriez voir un platane s’effondrer sur votre crâne ! Le n° des urgences est le 15, celui des pompiers le 18! Balance : Indécis, versatile et changeant, tel est le propre de la balance. Barricadez-vous si vous ne voulez pas que quelqu’un à qui vous avez posé un lapin vous étouffe dans votre sommeil ! Scorpion : Vous êtes diabolique et manipulateur, les complots sont votre pain quotidien et vous persévérerez dans l'axe du mal! Faites-vous interner pour cesser d'être une nuisance pour la société. Sagittaire : Quel séducteur ce sagittaire ! Vous aurez le vent en poupe, mais à ne pas savoir ce que vous voulez, vous passerez à côté de la perle rare ! Bien fait pour vous ! Capricorne : Arrêtez de faire la gueule en permanence! Oui, c’est la crise, mais tout n'est pas noir…si ? Il y a une superbe corde dans votre cagibi … Verseau : Vous fanfaronnez devant votre cour d’admirateurs. Mais à trop en faire, vous allez vous attirer leurs foudres… Investissez dans un bon gilet pareballes. Poisson : Vous persistez en mode « loque ». Quelle mollesse, poisson! Secouez-vous les puces ! Annabelle Duaut Décembre 2009

41


VOUSACCOMPAGNEDANSVOSPROJETS ETVOUSPROPOSE:

CADEAUDEBIENVENUE Pourtoute1ère ouvertured’uncomptechèques

CartebleueVISAClassicouÉlectron,GestiondecomptessurInternet,Facilité decaisse,Etc.

+ 40€ offertsauxadhérentsSMERRA ou25€ auxaffiliés

(2)

uncréditétudiantà tauxpréférentiel2,32% (3) Prélib’Campus:leprêtde1000€ à 0% (4) desassurancesAutoetHabitationà destarifsavantageux GlobeStudent:uneoffreadaptéepourvotreséjourà l’étranger

RendezͲvousà l’agenceBNPPARIBASEUROPOLE

25Ͳ27ruePierreSémard 0438210202

(1)

(2)

BNPParibas–– SAaucapitalde1.811.390.890euros SAaucapitalde1.811.390.890euros–– Si Sièègesocial:16,bd.desItaliens75009Paris gesocial:16,bd.desItaliens75009Paris–– Immatricul Immatriculééesouslen esouslen°° 662042449RCSParis 662042449RCSParis–– IdentifiantC.E.:FR76662042449 BNPParibas

Servicesbancairesgratuitspendant2ans(1)

OffreréservéeauxétudiantsdeGEMpourtoute1èreouvertured’uncomptechèquesdansl’unedesagencesBNPParibasduGroupedeGrenoble,sousréserved’acceptation. AuͲdelà des2ansdegratuité,cotisationmensuellede2,65€ aveclacarteÉlectronou3,20€ aveclacarteVisaClassic(Tarifenvigueurau01/01/2009).

Offrevalablejusqu’au31/12/2009,noncumulableavecd’autrespromotionsencours.Affilié :souscriptionà lasécurité socialeSmerra.Adhérent:souscriptionà lamutuelleouassuranceSmerra.Justificatifà fournir. (3)

TEGannuelfixeenvigueurau01/01/09,horsassurancefacultative.Sousréserved’acceptationdudossierparBNPParibas.Duréemaximumducrédit:9ans.Plancher:760€.Cautionfamilialeoutiersnécessaire.

(4)

Offrevalablejusqu’au31/12/2009,sousréserved'acceptationdevotredossierparBNPParibas,réservéeauxétudiantsâgésde18à 29ans.Vousempruntez1000€ suruneduréetotalede12mois;vousremboursezen12mensualitésde83,33€ (hors


Students - numero 1