Page 1


edito

2 Cher 1A,

Tu tiens entre tes mains le Gem In Way (qui est également un subtil jeu de mot), journal de l’association littéraire et journalistique de GEM, Xpression. Dans ce petit mensuel, nous publions des articles et interviews sur l’école et les associations mais écrivons également sur plein d’autres sujets (le ciné, les séries, le sport…) ainsi que sur des thèmes qui tiennent à cœur aux rédacteurs (en évitant tout de même les articles sur la disparition du Lamentin en Atlantique Nord ou la recrudescence du nombre de marsupiaux en Australie, ça pourrait lasser le lecteur). Mais nous invitons également tout le couloir asso à venir publier des articles ou à présenter leurs events. Pour ce numéro introductif, un petit dossier a même été concocté, pour vous, nouveaux collègues 1A, afin de mieux vous faire connaître l’école et la ville (qu’estce qu’on est sympa quand même). Voilà pour les présentations. Sachez maintenant qu’en tant que journal à la ligne éditoriale exigeante, nous vous proposerons prochainement des rubriques passionnantes sur la prostitution, les enfants violés et les gros qui essaient de maigrir. Et découvrez également en exclu à la fin de ce numéro la vidéo de l’arrestation de Mohammed Mera par le GIGN qui tourne au drame. Bonne lecture les amis ! Matthias Lemosquet

Somma

ire

p3 Bienv enue à G EM p8 Inter view p12 SOS Vo p14 Jeux yage

Gem In Way

Journal de Grenoble EM Rédacteur en chef: Matthias Lemosquet Maquettiste: Laure Misuriello Contact: xpression@grenoble-em.com


Bienvenue à GEM

3

Good Morning Grenoble !!! Rentrée 2012, les vacances sont finies, il faut maintenant retourner au boulot. Finies les vacances au bord de la mer, à la montagne, en Australie ou au Costa Rica, dites (re)bonjour à la vie Gémienne ! Pour certains d’entre vous cette rentrée symbolise le retour à une vie grenobloise typique tant appréciée et prisée en 1A ; réjouissez-vous, la 2A est enfin arrivée, avec le retour des grands évènements de votre première année. Pour ceux qui n’ont guère apprécié leur première année, réjouissez-vous, si vous optez pour la césure, plus qu’un an à Grenoble ! Enfin, pour les nouveaux arrivants, nous avons le devoir de vous souhaiter la bienvenue, ne prenez pas garde aux SDF cachés dans les buissons qui vous supplient de fuir, votre vie en école va être une bonne partie de plaisir (enfin normalement …)! Bon les bizuths, pour commencer, il va falloir vous faire faire un tour des lieux incontournables de la ville, mais je crois que le BDE organise un colocathon pour vous montrer les colocs (un conseil, ne ratez pas le 116, meilleure coloc de l’an passé, qui devrait légitimement garder le même esprit que l’an dernier ; cf, ZA & Roots n’culture), et le BDS devrait vous montrer le côté sportif de la ville avec la célèbre montée de la Bastille. Sinon, si vous êtes étranger, Aloha saura vous mettre à l’aise ! Bon, ça c’est pour la face gémienne de Grenoble, la ville a cependant d’autres facettes … Chacune des assos de l’école peut ainsi vous proposer des activités en extra, (on n’oublie pas les célèbres pots au Planetalis, au Star Café ou à L’Escarette, ou les talking hours d’Aloha…). Ainsi la Zone Art devrait organiser

des évènements artistico-culturels avec les autres BDA Grenoblois dont l’INPG (pour les noobs, INPG=Institut National Polytechnique de Grenoble, qui regroupe Papet, Ensemag, Ense3 et Phelma -> c’est des ingés quoi) ou Science Po, si on en croit les rumeurs ! Pour ceux qui ont hâte de faire du ski, ou les nostalgiques du challenge, je suis désolé de vous décevoir, mais jusqu’au 21 septembre, on est encore en été, il va donc falloir attendre encore quelques mois, même si Altigliss (ou Gem Altigliss Challenge pour les puristes -> GAC ?) devrait préparer une bourse aux skis d’ici peu ! Sinon, la fête va arriver très vite, ne vous en faites pas. Le WEI arrive à grands pas (enfin, pas si grands pour beaucoup … ), et j’espère comme vous tous que les Mask Attack sauront être un bon BDE, et qu’on aura droit à un WEI de folie ! Bon finalement, je ne peux que vous recommander une excellente vie associative et de choisir au mieux votre/vos asso(s), ça vous fera avant tout un excellent groupe d’amis et une excellente manière de s’intégrer une seconde fois (cf WEI associatifs). Sinon, pour les autres, je vous rappelle que la bibliothèque est située au rez-de-chaussée. Je vous souhaite, avec toute l’équipe d’Xpression, une excellente année à tous !

Louis Roux


Bienvenue à GEM

Grenoble by night En arrivant à Grenoble, mes chers 1A, vous ne serez pas dépaysés. Cette ville regorge d’étudiants, qui viennent de GEM bien sûr, mais aussi de l’INPG ou de l’IAE. Et, comme dans toute ville étudiante qui se respecte, vous trouverez votre bonheur pour vos sorties nocturnes. Voici un petit tour d’horizon non exhaustif des endroits où vous pourrez passer vos soirées. Parlons d’abord de deux lieux incontourLa moitié d’entre vous prendra sûrement nables pour nous GEMiens. 1A, vous ap- part cette année à l’incroyable expérience prendrez sûrement cette année à découvrir des campagnes BDE et fera donc partie les 2C et la Bastille. Peut-être en avez-vous d’une liste, pour tenter de succéder aux déjà entendu parler par des connaissances Mask’Attack. Or, qui dit liste BDE dit resto ayant fréquenté GEM. Sinon, vous allez ra- de liste, de même que les restos d’asso pidement apprendre à les aimer. Certains sont indispensables. Pour ce genre d’évèen deviennent même accrocs. Les 2C et la nements, nous GEMiens avons l’habitude Bastille, c’est là que les soirées de l’école d’aller au Dolce Vita ou à L’Escarette. Ce se déroulent, que vos envies festives se- ne sera pas de la haute gastronomie, j’en ront satisfaites, que vous vous ferez des conviens, mais il ne faut pas se leurrer : on copains, voire plus si ébriété. C’est là que ne va pas à un resto de liste ou d’asso pour vous vous forgerez d’excellents bien manger. Le but est de souvenirs de l’école… ou que Pour combler toutes souder le groupe. Et pour ça, vous oublierez tout. Deux en- vos envies festives... du vin à volonté pour 10€-12€ droits bien différents, une salle (nourriture comprise), ça aide. dans la zone industrielle et une salle sur Je ne l’ai pas précisé- et là je m’adresse à les hauteurs de Grenoble, deux ambiances vous, futurs délégués- mais c’est aussi là mais un même but : s’éclater avec ses po- que vous pourrez organiser vos restos TD. tes GEMiens. Enfin dernier endroit prisé des GEMiens, Mais à Grenoble il y a aussi quelques bars notamment lors de la campagne BDE : le bien sympathiques. Amateurs de rhum, Sun Valley. Un grand bar, idéal pour des soivous vous régalerez au Barberousse, ce bar rées privatisées, bien que les prix y soient où les shooters de la boisson préférée des un peu élevés. pirates aux goûts multiples vous attendent. Evidemment, cet article ne mentionne La salle est certes étroite, l’ambiance par- pas tous les bons plans de Grenoble. Et fois beauf, mais vous y passerez de bonnes je vous renvoie donc à l’excellent Dahu, le soirées. Autre bar fréquenté par les GE- guide de Grenoble, entièrement réalisé par Miens, notamment les GGSB : le London l’association du même nom de GEM. Pub. Malgré des boissons assez chères, Pour conclure, mon coup de cœur de l’anle bar vaut le coup pour son ambiance et née : le Touareg. Fans de chicha, vous devez sa bonne musique. Pareil pour le Bukana, absolument y aller. Les patrons sont extrêmême si la salle y est plus petite. Le Vieux mement sympas, le narguilé excellent, et Manoir est beaucoup plus grand. Cette boî- cela ne vous coûte que 8€. De toute façon, te est également prisée par les étudiants la com’ Orient d’Aloha vous fera découvrir étrangers de GEM, et ses trois salles com- ce salon de thé sans aucun doute ! bleront toutes vos envies festives. Johann Vigouroux

4


Bienvenue à GEM

Glossaire Gémien Cet article est un petit glossaire qui te permettra, cher 1A, de briller en toutes circonstances en soirée et de comprendre les mécanismes complexes de socialisation de GEM*. *Ce glossaire n’est pas exhaustif et seule une pratique assidue vous permettra d’être un véritable killer.

C

HOPER : terme universel au sein de la jeunesse. Il prend cependant une importance cruciale en soirée ESC. Selon une étude récente, ce sujet alimenterait environ 80% des conversations le vendredi matin.

S

ÔLIDE : se dit pour vanter les mé-

rites d’une personne, d’un objet ou même d’un évènement. Exemples : Xpression, c’est une asso sÔlide ; il a chopé 30 fois dans la soirée, c’est très très sÔlide. Attention, avant même de le réaliser, vous finirez par prononcer ce mot devant vos parents alors que vous vouliez dire « très bien ».

L

a JAÏ LA JAÏ ON T’ENCULE : Ce

slogan rustique est universel parmi le couloir asso de GEM. Il se révèle très utile pour relancer une soirée qui bat de l’aile, surtout en présence de « jaïeux », toujours prêts à riposter.

V

ALIDER : davantage restreint à

l’ESC, ce terme désigne l’évènement pouvant suivre « la chope ». Les lieux de prédilection de la validation sont le buisson, les abords sauvages des 2C ou de la Bastille et, plus rarement, le lit. Prudence cependant : si vous assistez à l’union charnelle de deux êtres dans un buisson en dehors des heures d’ouverture des 2C, il est conseillé d’appeler la Police. Et n’oubliez pas, comme le dit la RATP, « validez pour voyager l’esprit léger ».

D

ANSE DU LIMOUSIN : C’est un effeuillage en règle improvisé sous un chant paillard. C’est un phénomène courant dans le bus entre la gare et les 2C. À éviter en cas d’herpès génital.

C

UL-SEC : Le phénomène de pré-

chauffe le plus redoutable, il se fait rarement avec du jus de fruit. Soyez sur vos gardes lors d’une préchauffe si vous voyez quelques personnes conspirer en vous regardant tout en remplissant un verre. Et bien sûr, plus.

LA TIZE qu’on ne présente

Matthias Lemosquet

5


Bienvenue à GEM

On s’était donné rendez-vous A GEM nous nous réunissons tout le temps. En début d’année pour le WEI puis pour les intégrations d’associations : il y a le WEIZA (Week-End Zone Art), le WEED (Week-End En Débat), le WEX (Week-End Xpression) et autres. À la fin pour les passations et désintégrations pour laisser la voie libre aux repreneurs des associations et leur prodiguer exclusivement des bons conseils. En milieu d’année nous nous retrouvons pour les événements organisés avant Noël, après Noël, chaque semaine aux pots, apéros, soirées, pendant la campagne BDE la plus longue de France et je ne mentionne même pas l’incontournable semaine organisée par Altigliss ou l’Escale d’ICO. Aujourd’hui certains d’entre nous arrivent, d’autres reviennent après deux mois de stage, six mois à l’étranger ou une année de césure. Années après années nous nous côtoyons, nous séparons, nous retrouvons et ce n’est pas fini. Ce n’est pas non plus la RDD (Remise Des Diplômes dans le jargon) qui vient clore ces allées et venues car dans 10 ans il sera temps de fêter l’anniversaire de notre rencontre (merci Graduate Network pour le Gala des Anciens) puis rapidement l’anniversaire de nos 20 ans, on enregistre même un bon pourcentage de

mariages entre anciens .Mais bon on n’y est pas encore! Toute l’année, les Gémiens sont sollicités pour toutes sortes d’événements. Des mails d’informations, les spams étant limités en théorie, des affiches et autres campagnes de comm’ nous inondent chaque jour. Le temps de s’y faire et de sortir la tête de l’eau, chacun(e) y trouvera son b o n h e u r. Projections de films, cafés littéraires, rencontres avec des auteurs et autres personnalités, tournois de poker, défilés, ateliers de dessin il y en a pour tous les goûts ! Venez découvrir les nombreux événements qui font un peu moins de bruit car qui n’a pas testé, ne peut pas en parler. On vous attend pour plus d’informations dans le couloir asso. À Xpression, c’est plutôt journalisme, littérature, rencontre autour des romans en vogue, des sagas, des classiques, des BD, de la relation entre littérature et cinéma. En effet, la tendance au café littéraire est de retour dans les milieux branchés et GEM n’est pas en reste. En attendant, première étape de ce long voyage, le WEI. Alors à plus dans le bus!

Eléonore Strub

6


Bienvenue à GEM

Tout est au mieux dans la meilleure des écoles … une vision candide ? « J’aime GEM ». Ce sont les premiers mots ry !). Mais pour ceux qui souhaitent effectiveque j’ai écrit à mes amis pour les tenir au ment perdre leur temps comme il se doit, un courant de mon séjour grenoblois en tant petit conseil : munissez-vous de votre câble que jeune admissible impressionnable. Car Ethernet où que vous alliez, il peut en aller voilà, j’étais tombée éperdument amoureuse de votre survie! de l’école. Il faut reconnaitre qu’avec des Enfin mis à part ces petits détails informatiparcours si attrayants, une équipe d’ESCa- ques, je dirais que GEM, c’est un peu l’île aux pade si chaleureuse, et (surtout) des locaux enfants, vous savez : « c’est le pays joyeux si éblouissants, il n’aurait pu en être autre- des enfants heureux, des monstres gentils, ment. oui c’est le paradis. » C’est un retour en enAinsi au moment de me rendre à mon fance, et je suis sûre que vous vous dites que premier amphi en tant qu’admise cette fois vous ne pouviez rêver mieux ! Se lever, pren– ADMISE !! – autant vous dire que mon sou- dre un ptit déj’ sur la mezz, aller en cours (ou rire était des plus rayonnants tandis qu’Es- en garderie, ça dépend des matières), croiser capade chantait joyeusement « Vous êtes canard ou yéti géants, rentrer chez soi, faire chez vous ». J’étais chez moi. Mon rêve était une bonne petite sieste et ressortir le soir devenu réalité, mon amour pour GEM était pour prendre un verre à un pot. Et le lenderéciproque…mais j’allais bien vite m‘aperce- main c’est rebelote. voir que c’était pour le meilleur… Certes, à ce rythme, vous alGEM, c’est un peu lez très rapidement prendre et pour le pire ! Alors à GEM me direz-vous, le l’île aux enfants conscience de deux choses : votre pire ne doit pas être bien méniveau intellectuel va atteindre chant, une petite cuite de-ci de-là, tout au des soubassements effroyables - mais creuplus. Après tout, c’est vrai qu’on se fait vite à sera inlassablement pour plonger encore un un ordinateur de qualité douteuse. Et de tou- peu plus – alors même que vos abdos Kro te façon, même si le son du Toshibouse- ba ! vont s’en donner à cœur joie pour se déveToshiba ! – est des plus détestables, l’admi- lopper… jusqu’à plus soif ! Un troc inespéré nistration nous envoie un mail dès le mois de n’est-ce pas ? Malgré tout (et contrairement à mars afin de palier ce petit soucis technique. votre compte en banque) vous n’allez certaiAucune inquiétude donc, quel que soit votre nement pas regretter cette première année futur PC, le SAV gémien assure encore plus qui vous attend à bras ouverts ! Je compte qu’Omar et Fred. sur vous pour prendre la relève des anciens Mais ne nous acharnons pas trop sur Toshi. 1A, et faire mieux encore si vous le pouvez ! C’est vrai quoi, ce n’est pas vraiment sa faute, On vous attend pour une énorme campagne à lui, s’il nous refuse l’accès à internet dans BDE, pour des 3J de folie, pour des soirées GEM…et ce jusque sur la mezz. C’est juste déchainées, pour des assoces qui assurent que dans l’école de l’innovation, il faut par- (encore plus qu’aujourd’hui), et pour beaufois savoir faire face aux aléas du réseau Wi- coup, beaucoup d’autres choses ! A très vite, Fi, c’est comme partout. Et puis d’ailleurs, et d’ici là, bonne semaine d’intégration ! ce n’est pas plus mal, à 50 euros l’heure de *N’ayez crainte, ceci n’est que l’estimation faite par cours*, qu’on puisse suivre un minimum au une élève qui n’a pas fait de maths à proprement parlieu de passer son temps à jongler entre Fa- lé depuis plus d’un an maintenant (même si elle ne cebook et sa messagerie Outlook (True Sto- doit pas être si loin de la réalité).

Ornella Cantegrel

7


Interview

Béatrice Nerson, directrice des programmes de l’ESC L’ESC Grenoble fait de la possibilité de choix des cours et des programmes à GEM un élément de communication important. Les élèves peuvent cependant rapidement s’apercevoir que « le parcours à la carte » présente de nombreuses limites. Béatrice Nerson a bien voulu répondre aux questions de la rédaction du GIW. English Track en 1A : priorité aux passerelles ? GIW - Sur les deux classes d’English Track en première année, il n’y a que cinq étudiants issus du concours de la BCE. Approuvez-vous ces chiffres ? Béatrice Nerson - Je n’ai pas analysé les statistiques. C’est maintenant la troisième année où nous proposons le parcours English Track. Jusqu’à maintenant, nous avons fait en sorte qu’il n’y ait pas une population favorisée par rapport à une autre. GIW - Y compris sur l’année 2011-2012 ? B.N. - Cette année je ne sais pas. S’il faut qu’on mette en place un coefficient comme pour les départs en échanges on le fera. Si l’on trouve qu’il y a une iniquité, une différence de traitement dans la campagne de choix des parcours, on le changera. Au moment du concours, quand les candidats postulent, ce n’est pas forcement flagrant. Le responsable du parcours donne ses résultats et cela de façon indépendante au fait que l’élève vienne de passerelle ou de BCE. Il regarde les CV et les notes, c’est

Béatrice Nerson d’ailleurs peut-être ce qui a fait défaut: les passerelles ont de meilleures notes que les BCE en raison des exigences différentes entre les deux. GIW - Est-il vrai que l’entrée en parcours MIB est facilitée par le fait d’avoir fait English Track en première année ? B.N. - Non, c’est complétement indépendant. Les choix se portent sur les CV, lettres de motivations et entretiens. Si jamais les élèves sortants d’English Track se trouvaient favorisés pour le MIB, j’irais voir les responsables du programme. On demande un bon niveau en Anglais, ce qu’a en général tout étudiant de l’ESC.

Séminaires associatifs : un choix obligatoire entre un bon stage ou le parcours asso ? GIW - En raison des deux séminaires associatifs (l’un début Juin et l’autre fin Août), les stages d’une durée de trois mois sont impossibles à réaliser. Etes-vous d’accord avec ce constat ? B.N. - L’expérience associative est une réelle expérience, valorisée par une note académique qui compte dans la moyenne.

On ne peut pas comparer un bon stage ou le parcours asso. Il n’y a pas de bon ou de mauvais parcours, pas de bonne ou de mauvaise stratégie. C’est surtout une question de réflexion autour du projet de l’étudiant : avoir une expérience en association peut être valorisante sur un CV. Quel que soit le parcours, il n’est pas mauvais s’il répond aux objectifs

8


Interview

9

Béatrice Nerson (suite) professionnels de l’étudiant. GIW - L’année dernière, il n’y avait pas de séminaire associatif en Juin. Qu’allonsnous apprendre de plus que les précédents bureaux ? B.N - On s’est aperçu qu’au moment des passations, tous les éléments n’étaient pas en possession des nouvelles équipes. Ils n’avaient pas en main les compétences nécessaires à la gestion de « ces petites PME » que sont les associations. Les deuxièmes années qui laissent les clés des bureaux partent ensuite en césure, à l’étranger ou en entreprise, et la communication avec le

nouveau bureau se fait mal : les nouvelles équipe prennent les projets et les locaux tant bien que mal. Il y une inertie à redémarrer sur les projets et certains problèmes notamment en terme de trésorerie. Ce séminaire de Juin va s’adresser uniquement aux membres du bureau (Président, Secrétaire et Trésorier) et sera obligatoire pour avoir les bonnes informations afin de gérer une association : accès aux comptes, mise à jour des statuts, etc … Lors du séminaire fin Août, obligatoire pour tous les élèves faisant le parcours associatif, les cours spécifiques vont commencer comme le cours sur la gestion des conflits par exemple.

Comment se déroule le choix des électifs en deuxième année ? GIW - Pouvez-vous nous expliquer comment se déroule la campagne de choix des électifs en deuxième année ?

B.N. - On ne change pas par rapport à cette année : on doit avoir validé dix modules de spécialisation répartis entre la deuxième et la troisième année (en général : cinq en 2A et cinq en 3A). Vous allez choisir les cours module par module sans être obligés de choisir un package autour d’une majeure. Cependant dans le cas d’un projet professionnel précis, des modules seront recommandés. Il existe environ 150 modules. La campagne de choix des modules se déroule de la façon suivante : chaque étudiant dispose d’un même nombre de points et doit les répartir sur les modules qu’il préfère. Or, Béatrice Nerson le reconnaît, ce système a ses failles : un étudiant qui ne prend que deux modules a beaucoup plus de chance de pouvoir assister à ces cours qu’un élève qui souhaite faire quatre modules.

GIW - Y a-t-il une chance que cela change dans les prochaines années ? B.N. - Non, et d’ailleurs je n’ai pas eu d’étudiants qui se plaignaient. On prévient toujours les étudiants qui ont choisi 4 cours que le rythme va être difficile. Certains élèves le font, mais ils se rendent très vite compte qu’ils manquent de temps. Il se peut que quelques étudiants se voient refuser plusieurs cours mais cela ne concerne vraiment pas beaucoup d’étudiants et dans ce cas nous analysons avec l’étudiant ses choix et nous voyons avec lui des façons de le réorienter. Cette année on est à 13% de cours refusés. Le nombre de module moyen choisi par étudiant est d’un peu moins de trois par période. Quand un cours se voit être refusé, celui-ci l’est de façon informatique en fonction du nombre de points : si le nombre de demande est inférieur ou égale à 40, on prend tous les élèves dans le cours, sinon, il y a cette sélection automatique.

Jérôme Simon


Interview

LE XV Emmêlés, 3ème meilleure équipe des ESC. A l’image du FC Grenoble Rugby qui est monté en Top 14, l’équipe de rugby de GEM se porte bien. Pierre, talonneur de l’équipe, nous livre ses impressions après cette riche année, et se projette sur la rentrée 2012. GIW - Pierre, depuis quand est-ce que tu fais du rugby ? Pierre R. - Moi ça fait un bail que je fais du rugby, j’ai commencé à l’âge de 6 ans. J’ai fait 6 ans dans mon club à Corbeil-Essone, après je suis parti à Barcelone à 12 ans et j’ai repris cette année avec GEM. Et c’était une super aventure humaine, on a fini 3ème meilleure école de France. GIW - Vous avez eu des supers résultats cette année, mais un peu décevants par rapport à l’année dernière, non ? P.R. - En fait, par rapport à l’année dernière on a fini 3ème au Final Four, alors que l’équipe de l’école n’avait jamais fini dans les 4 premières. Mais l’année dernière l’équipe avait gagné le Top Eight, le tournoi à Marcoussis. Cette année on a fini que 5ème parce qu’il nous manquait beaucoup de joueurs, donc on n’a pas réussi à reproduire la même performance que l’année dernière. Malgré tout on est fier de notre parcours cette année et de cette 3ème place au Final Four, et on a pas mal d’espoir pour l’année prochaine parce qu’on va recruter de bons joueurs, donc on a vraiment beaucoup d’ambition. GIW - En parlant du recrutement, est-ce ouvert à tout le monde, ou limité à ceux qui ont déjà fait du rugby ? P.R. - Justement, au début de l’année, 60 ou 70 gars viennent s’entraîner, donc c’est ouvert à tous, après on voit ceux qui ont un peu de bagage, un peu de technique,

et on les intègre à l’équipe-type. L’équipetype, c’est à peu près 22-25 joueurs, et ça se dessine au fur et à mesure des entraînements. Ce n’est pas tout de suite qu’on voit les gens qui sont doués ou non, on va dire ça comme ça, mais on a quand même une équipe solide qu’on espère compléter l’année prochaine. GIW - Combien d’entraînements et de matches par semaine y-a-t-il ? P.R - Au début on a deux entraînements par semaine, le lundi et le mercredi, donc 2 heures par semaine. Le lundi on fait beaucoup de physique et le mercredi plus de jeu, et on essaye de voir les capacités de chacun, à quel poste chacun est le plus apte à jouer, et on dessine des groupes pour former l’équipe-type. Après il y a les matches universitaires le jeudi après-midi, et la Coupe de France le samedi. Notre objectif, c’est la Coupe de France et faire partie du Final Four. GIW - Quel est ton meilleur souvenir cette année avec l’équipe de rugby ? P.R - Le meilleur souvenir c’était le Final Four à Toulouse. Il y avait les quatre meilleures équipes des ESC, c’est-à-dire l’EDHEC, l’ESCP, l’ESC Toulouse et nous. On a joué tous nos matchs sur un terrain de Pro D2, donc il y avait 5000 ou 6000 spectateurs, le terrain était monstrueux. On a pris vraiment beaucoup de plaisir. Et on a rencontré Vincent Clerc, qui est originaire de Grenoble mais qui joue au Stade Toulousain, on a pris une photo avec lui,

10


Interview

LE XV Emmêlés, 3ème meilleure équipe des ESC. (suite) il y avait aussi Grégory Lamboley et quelques autres joueurs du Stade Toulousain, c’est vraiment un putain de souvenir. Mais le meilleur, c’était la soirée à Toulouse, on a retourné Toulouse : on est allé au Capitole, dans une boîte gay. C’était énorme. GIW - Justement, que penses-tu de la rumeur selon laquelle de nombreux rugbymen seraient gays ?

vous voulez. On vous intègre, chacun prend son pied, les entraîneurs vont font progresser.

P.R - C’est une rumeur qui est légèrement fondée, mais ce n’est pas parce qu’on prend nos douches ensemble qu’on se met du savon que l’on est tous gays. Mais, sans déconner, dans l’équipe on est vraiment tous frères, on se fait la bise, c’est vraiment génial.

GIW - Qui sont les entraîneurs pour l’année prochaine ?

GIW - Il a l’air d’y avoir une bonne ambiance dans l’équipe de rugby. Est-ce que c’est primordial pour toi ? P.R - L’ambiance c’est énorme, parce qu’au début on ne connait personne, et à la fin on est une vraie famille. Et même les anciens rugbymen de l’école qui étaient en césure sont revenus nous voir, et c’était comme si c’était nos meilleurs potes alors qu’on les connaissait pas. Ils nous ont invités chez eux à Toulouse, ils nous ont dit « vous venez quand vous voulez ». Et c’est justement là qu’on a retourné Toulouse. C’était vraiment énorme. GIW - Imaginons maintenant que je sois un nouveau 1A à GEM, je suis débutant, je n’ai jamais fait de rugby. Est-ce que tu me conseilles d’intégrer l’équipe ? P.R - Mais les débutants vous venez quand

P.R - Ce sont deux gars de l’équipe, Axel Dupuychaud et Julien Simon. Ils nous ont dit qu’ils voulaient faire jouer le maximum de personnes et les intégrer. Du coup, à la rentrée, il y aura un week-end d’intégration avec l’équipe, donc avec les 60-70 gars qui se présenteront aux premiers entraînements. Le but c’est de créer une vraie dynamique humaine, souder l’équipe au maximum. GIW - Dernière question : tes attentes pour l’année prochaine ? P.R - Par rapport à l’année dernière, seulement la moitié de l’équipe part en césure, donc on a une ossature assez solide, surtout qu’il y a des 3A, qu’on a rencontrés au Final Four ou au Top Eight, qui reviennent. Donc on espère recruter 5-6 1A pour compléter l’équipe et poursuivre sur la dynamique actuelle, puisqu’on a finalement été très performants. Ce qu’on veut, c’est construire une équipe, construire une aventure humaine, et continuer ce qu’on a fait cette année.

Johann Vigouroux

11


SOS Voyage

Pourquoi pas un petit tour en Indonésie ? Vingt-sept heures, treize mille kilomètres, quinze repas, et 10 films plus tard, nous voici enfin arrivés en Indonésie. Nous sommes quatorze membres du projet Indonésie de l’association SOS qui avons la chance de partir à l’autre bout du monde dans le but d’apporter notre aide humaine et financière à destination d’enfants défavorisés. Au programme : six semaines à Bali et à Lombok, deux des innombrables îles que compte le plus grand archipel du monde. Après huit mois à récolter de l’argent et préparer le voyage, nous foulons enfin le sol de ce pays dont les photos et les récits si palpitants de nos deux chefs de projets Lucie et Morgane, parties un an plus tôt, avaient nourri notre imagination. Ce voyage s’annonce comme le point final d’un travail de groupe qui a commencé bien avant. Si nous avons la chance d’aller sur place, c’est aussi et surtout grâce aux autres personnes du projet qui tout au long de l’année se sont battues pour améliorer le quotidien des enfants de ce pays en voie de développement mais qui n’ont pas pu faire le voyage.

La douane passée, en route pour l’association Anak Bali puis Peduli Anak avec lesquelles nous allons travailler. Comme pré-

vu, les premiers pas nous offrent leurs lots de surprises et d’étonnement. Nous montons dans la voiture, en guise de ceinture un vague bout de ficelle, et de piétons, des poules. A travers les fenêtres nous pouvons apercevoir des dizaines de motos, de véritables berlines familiales sur lesquelles s’entassent jusqu’à quatre personnes A cela s’ajoutent divers camions qui transportent sur leur toit des dizaines d’Indonésiens qui au premier coup de frein passeraient à travers votre pare-brise. Les embouteillages passés, les paysages défilent, plus beaux les uns que les autres. Rizières, plages, tout est à couper le souffle.

12


SOS Voyage

13

Pourquoi pas un petit tour en Indonésie (suite) tains, ou qui essaient de se reconstruire après avoir été abandonnés par leurs parents et vécu seuls pour d’autres. Entre les cours d’anglais et de français, les jeux avec les enfants et les business plans pour améliorer le fonctionnement de l’association, les six semaines sont passées très vites.

Néanmoins, ces décors de cartes postales ne suffisent pas à cacher la misère qui règne dans ce pays en pleine voie de développement. Maison en tôle et autres matériaux récupérés, déchets agglutinés le long des routes, toilette qui se fait dans les rivières sont quelques-uns des nombreux signes qui montrent que la pauvreté est omniprésente. C’est pour cela que nous sommes là, essayer d’améliorer la situation, même si nos actions ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan. Pendant six semaines, nous nous occupons d’enfants défavorisés qui n‘ont pas les moyens d’aller à l’école pour cer-

Le contact avec la population locale et les enfants a été une vraie leçon de vie. Malgré leurs conditions de vie difficiles, ils sont toujours là pour vous aider, vous offrir des cadeaux et vous écouter. Le choc culturel a été aussi important, en particulier sur l’île de Bali où la religion est l’Hindouisme. Offrandes dans les maisons pour chasser les esprits qui peuplent les maisons, cérémonies pour remercier les dieux, tout paraît sortir d’un autre monde. Au final, cette expérience a été géniale et nous a permis de prendre du recul sur nos conditions de vie qui feraient rêver beaucoup d’Indonésiens.

Victor Martin


Jeux

Mots mêlés

Les mots peuvent se lire de droite à gauche, de gauche à droite, de bas en haut, de haut en bas et en diagonale dans la grille suivante. Les lettres restantes donnent la solution de l’énigme : « Victime du devoir » BOUGIE CANOT CARLIN COLLET CORDON COTONNIER COULEUR CREOLE DEPUTE

Sudoku

DESASTRE EMIGRE ENNEMI ENVIRONS ETHNOLOGUE GAGMAN GECKO HURLEUR INTESTIN

LONGERE MIOCENE NOSTALGIE NOTICE NOURRICE ORLON PENSION RACLEE RETRAITE

RISQUE TALUS TOTALITE TRACHEE TREFONDS TROPIQUE

14


? Jeux

Enigme

Voici pour ce premier numéro de l’année la célèbre énigme d’Einstein, qui ravira ceux qui ne la connaissent pas encore et fera sans doute tout de même un peu transpirer ceux qui la connaissent déjà ! La question est simple : qui élève les poissons ? Il faut savoir certaines choses avant de commencer : - Il y a cinq maisons de 5 couleurs différentes. - Dans chaque maison vit une personne de nationalité différente. - Chacun des 5 propriétaires boit un certain type de boisson, fume un certain type de cigares et garde un certain animal domestique. Et maintenant, voici les 15 indices, ni plus ni moins qui vous permettront de répondre à la question : Le Norvégien habite la première maison. L’Anglais habite la maison rouge. La maison verte est située juste à gauche de la maison blanche. Le Danois boit du thé. Celui qui fume des Rothmans habite à côté de celui qui élève des chats. Celui qui habite la maison jaune fume des Dunhill. L’Allemand fume des Malboro. Celui qui habite la maison du milieu boit du lait. Celui qui fume des Rothmans a un voisin qui boit de l’eau. Celui qui fume des Pall Mall élève des oiseaux. Le Suédois élève des chiens. Le Norvégien habite à côté de la maison bleue. Celui qui élève des chevaux habite à côté de la maison jaune. Celui qui fume des Philip Morris boit de la bière. Le propriétaire de la maison verte boit du café. Allez, il n’y a pas d’erreur, courage ! Albert Einstein

Paul Goupil

15


Votre crédit études aux taux exceptionnels de 1,50 % ou 1,80 % (1) !!                 

Une place ciné achetée = une place offerte ! pendant plus d’un an ! (2)

À l’ouverture de ton premier compte chèque chez BNP Paribas, une carte ciné 2 pour 1 te sera offerte !! Carte non nominative et valable jusqu’au 31/12/2013 dans tout le réseau

en France

L’essentiel de tes services bancaires gratuit pendant 3 ans : (3)

• Votre carte Premier offerte pendant 3 ans (3) • Une facilité de caisse personnalisée • Une assurance en cas de perte ou de vol de vos moyens de paiement et de vos clés • La gestion de vos comptes à distance par téléphone, Internet, mobile, smartphone, ou tablette tactile

+ • 70€ vous seront versés à la souscription d’une assurance habitation ou d’un mobiléo 2, l’assurance de tous vos appareils nomades. (3)

À l’étranger pour études, stage ou VIE/VIA, l’offre globe student t’accompagne partout : (4)

• Gratuité totale ou partiel sur votre cotisation Esprit Libre • Un virement permanent international gratuit • Une assistance en cas d’imprévu : pertes de bagages, ennuis de santé, accident … • Vos retraits d’espèces gratuits dans les distributeurs du réseau Global Alliance (liste sur www.bnpparibas.com)

(1)

Offre valable jusqu’au 31/10/2012. TAEG fixe de 1,50% pour les prêts avec une durée de remboursement inférieure ou égale à 60 mois et de 1,80 % pour les prêts avec une durée de remboursement supérieure à 60 mois, taux en vigueur au 22/05/2012. Assurance à partir de 0,18%. Durée maximum du crédit : 9 ans (différé compris de 5 ans maxi). Plancher : 760€, maximum : 30 000 €. Caution familiale ou tiers nécessaire. Sous réserve d'acceptation du dossier. Taux hors assurance facultative, Taux garanti jusqu’au 31/10/2012.

(2)

Offre réservée aux 15 000 premières ouvertures de compte effectuées entre le 18/06/2012 et 15/10/2012, prospects étudiants âgés de 18 à 29 ans. Afin de bénéficier de cette offre, le client devra accepter les conditions de participation communiquées par la banque après souscription de la convention Esprit Libre et faire une demande de carte en remplissant le bon de commande envoyé par mail. Même film, même séance, avec supplément pour film en 3D et Imax.

(3)

Offre valable jusqu’au 31/10/2012, réservée aux étudiants de Grenoble École de Management pour toute première ouverture d’un compte chèques à l’agence BNP Paribas Europole de Grenoble, sous réserve d’acceptation. Votre carte premier est gratuite les trois premières années.

(4)

Offre valable pendant la durée de votre séjour et dans la limite de 2ans maximum. Offre valable jusqu’au 31/12/2012.

GIW septembre 2012  

GIW spécial rentrée 2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you