Issuu on Google+

GEM IN WAY

Octobre 2010 - n°17

G

IW

DOSSIER LA REUSSITE


SOMMAIRE S W NE

R U E I O S S IB O R D A 8 C P DU S E U IQ N O R H ES EMILE C E 4 D S REDAC’ CHEF O P1 6I S 1 S P A X GN U A EM E G L C O E R V A PA Ça se calme… Fini, les amphis trop C A S étroits où la masse estudiantine a sur’E 2L T 2 S abondé. Place aux discours moins mouvementés P O de nos chers professeurs, devant les places vides et E P les somnolences L matinales. Après la débauche, les entre0 3 tiens d’embauche, les forums des métiers, les complets gris et P

P4

les cravates serrées. De bon matin, les diagrammes d’Ishikawa nous donnent une bonne douche froide ; bifflé bien fait.

Et pendant ce temps, sous ce calme apparent, les 1A frétillent, en proie à une frénésie que les 2A connaissent bien : la formation des listes candidates au futur BDE. Insouciante promotion ! Ils ne savent pas encore le temps qu’ils vont passer à faire sauter les crêpes, à écumer le couloir asso pour racoler des votes, et les nuits blanches à faire des inventaires pour payer les dettes de la liste. Mais loin de moi l’idée de vous en ôter l’envie, ça irait à l’encontre des intérêts de tous. Donc faites-vous plaisir, donnez-vous à fond, et pour le local X’Pression prenez la première à gauche dans le couloir asso ; il y fait faim pendant les pauses. Emile Grihangne

GIW GEM IN WAY


Mémo

3

Mort ou vif ! La peine de mort - un thème bien loin de tous les Français. Depuis son abolition par Robert Badinter en 1981, la peine de mort est un débat qui a totalement disparu du cercle des polémiques en France. Cependant, on a vu récemment que ce n’est pas le cas de tous les pays du monde – chose que l’on a tendance à oublier - car l’idée même que la justice ait le droit de vie ou de mort nous semble improbable. Pourquoi alors des pays qui semblent si proches de nous sur certains points présentent-ils de telles différences sur d’autres ?

L

orsque j’évoque « d’autres pays du monde », je pense bien sûr aux Etats-Unis, qui ont montré il y a quelques semaines, qu’ils étaient encore capables du pire. En effet, Teresa Lewis, 41 ans, a été exécutée le 23 septembre dernier en Virginie par injection létale. La polémique a été d’autant plus vive qu’il s’agissait d’une femme, qui était à la limite de la déficience mentale. Car rappelons que, d’une part, depuis 1976 seulement 11 femmes ont été exécutées aux USA et que, d’autre part, la Cour Suprême américaine a jugé en 2002 qu’il est inconstitutionnel d’exécuter des personnes souffrant d’un retard mental. La question qui se pose alors est de savoir comment des juges peuvent condamner une personne à mourir

alors que tant de questions restent en suspens. Et la mobilisation autour de cette femme n’y aura rien changé, les juges ont campé sur leur position au plus haut point. Ces hommes qui sont censés personnifier la justice nous apparaissent alors bien trop humains pour avoir un rôle si important. Ce jugement donne l’impression d’avoir été bâclé, car lorsque des juges arrivent à la conclusion que la personne accusée doit mourir pour « expier sa faute » (c’est bien de cette manière que les américains voient cela non ?), on s’attend à ce qu’ils aient trouvé toutes les réponses à leurs questions et que ce soit clair pour tous que les circonstances nécessitent vraiment cette condamnation. Mais dans ce cas, de nombreuses questions se sont posées

à quelques jours de l’exécution. Cette attitude se retrouve aussi dans la vie quotidienne: on condamne, du moins par les mots, ceux qui nous apparaissent coupables de tels ou tels paroles et/ou actes. Mais avant de condamner, de donner un jugement définitif et irrémédiable, mieux vaut essayer de comprendre. Car souvent, on regrette d’avoir eu un jugement si hâtif, qui s’avère la plupart du temps exagéré! Alors avant de juger, que chacun se souvienne qu’il faut connaitre, savoir : de quel droit déjà juge-t-on tout et n’importe qui ? Mais si nous le faisons, alors au moins, faisons le bien ! Catherine Carow

4 novembre : Gémien, viens montrer les couleurs de ta liste, toute neuve ou ancienne, au cours du tournoi multisports organisé par le BDS et viens participer à la Journée du Développement Humanitaire organisée par SOS. Au programme : des conférences et un forum. 8 novembre : découverte de bars grenoblois organisé par le Dahu. Du 8 au 10 novembre : bourses aux skis par AG Du 12 au 14 novembre : Millési’mets t’emmène en Italie pour découvrir les vignobles du Piémont. 18 novembre : Boom des sportifs (ICO, BDS, AG)

GIW GEM IN WAY


4

News

Si le WEI m’était conté… Curieux de vivre le WEI à travers le regard des 1A, nous sommes allés à la rencontre de l’une d’entre eux.

E

mbarquement immédiat pour le plus grand WEI de France ! C’est encore incertain de la destination de ce WEI (que beaucoup d’indices laissaient pressentir dans le sud de la France) et surexcité par les préchauffes, que notre nouveau cru de 1A et AP2A a embarqué dans les bus de leurs assoces respectives qui devaient finalement les mener dans la lointaine contrée de Canet-en-Roussillon. L’ambiance dans les cars était on ne peut plus survoltée : diverses boissons à la nature incertaine sont venues échauffer les cœurs (mais surtout les corps) des étudiants, et c’est avec tout au plus 2 heures de sommeil au compteur (certains 4A assurent ne pas avoir dépassé l’heure…) que cette tribu de mille gais lurons débuta le mythique week-end d’intégration tant attendu.

Au programme, après quelques courtes minutes de répit, animations sur la plage : banane tractée plutôt fraîche, twister géant (et plus si affinités…), volley, glissades savonneuses parfois sablées, distribution de glaces (équitables s’il vous plait !) Ben&Jerry’s… Puis sous les couleurs de nos chères associations gémiennes, tout ce beau petit monde fut convié à laisser son corps s’exprimer et à étancher sa soif (pour certains inextingui-

GIW GEM IN WAY

ble) au pot des assos, arrosé tant par les consommations que par la pluie. Mais ce WEI ne saurait être complet sans l’élection de Miss et Mister WEI que tous réclamaient à cor et à cris. Et il y eut des corps et des cris (sans doute à la vue de ces mêmes corps). Après avoir été au préalable élus dans leurs bus, les candidats nous ont offerts un spectacle haut en couleurs inoubliable, surtout pour ceux, ou celles, qui souhaiteraient l’oublier… C’est finalement le sensuel couple de GEM en débat qui décrocha le privilège de se voir rembourser leur WEI. D’aucuns ajoutent même que Mister en garderait encore certaines traces au creux de son cou… Cette première journée se clôtura magistralement par la soirée Sexy Beach qui permit à certains d’agrandir leur tableau de chasse, encouragés par les slogans d’une certaine « liste » perdante « Chope tout, chope tout, chope TOUT ! ». Le lendemain vibra au rythme d’une très sympathique vachette qui selon nos sources se serait prise d’affection

(elle aussi) pour Mister WEI, d’une piscine à 30°C, d’un second pot des assos encore plus mémorable (adieu caution…) et surtout, surtout, de l’incontournable et fameux JT Planètes ! On put y découvrir tout ce que l’éthanol nous a empêché d’entrevoir, tout ce que nous avons tous pu, parfois trop, avoir sous les yeux… La soirée l’Age de Bière marqua la fin de ce périple marathonien de résistance à la fatigue. Entre deux gourdins, les couples se formèrent et se déformèrent, la bière coula à flots sans pour autant que la soirée perde de son caractère festif et convivial. Enfin, après moult coups de balais, tout le monde réintégra son bus mais personne n’eut le temps de regretter la fin de ce WEI, car tout le monde parlait déjà de la prochaine soirée « Back to school »… To be continued … Laurence Vallat


News

5

Grogne de couloir On n’entend pas chanter les Première A… mais on les entend râler. Il serait malvenu de généraliser les quelques grommellements d’insatisfactions glanés au détour d’un couloir à toute la promo, mais on est déjà aux yeux de certains une école de polards. Encore la faute à la Jaï.

Qui l’eût cru ? Le cru des AP2A 2010 est assez exceptionnel. Depuis leur séminaire d’intégration, ils se connaissent tous, limite maintenant c’est à nous, 2A classiques, de nous intégrer à eux. « Venez à ma pendaison, ça va être sympa !» Rassurez-vous, on parle de crémaillères ; c’est le type de soirée privilégié depuis la rentrée.

Presse gémienne : y’a rien qui urge On attend avec impatience les publications spécialisées de nos collègues de Traders et du BDS. BoursicoMag sera normalement bientôt dans les kiosques ; quant au JDS un retard s’annonce, dû à la fastidieuse réalisation d’un supplément Spécial bière : le yin et le yang de la santé.

AMD à l’honneur : nouveau site, aux allures très pro, et inscription aux missions en ligne. On n’arrête pas le progrès, surtout quand il rapporte. C’est pas qu’on a les dents longues chez AMD, mais on crache pas dans la soupe, et encore moins dans le beurre des épinards.

Aloha Il n’y a pas que les soirées pour se changer les idées : bientôt les voyages et le dépaysement ; prochain départ, destination Berlin et Munich en novembre.

GIW GEM IN WAY


6

Portrait

Que la compétition commence… Dans quelques semaines va débuter la campagne BDE. Les listeux vont bientôt déferler avec leurs accessoires ridicules et les 2A sont prêts à se jeter sur le jus d’orange Smerra et autres crêpes calcinées. Interview de la personne qui semble la mieux placée pour parler de tout cela. GIW : Matthieu, que retiens-tu de ces plus, les Kit&Klat quelques mois en tant que BDE ? avaient dit qu’ils s’occuperaient de Matthieu Granger : Ma première ex- la com’, chose qui périence au sein du BDE a été le stage n’a été faite que BDE qui s’est déroulé en mai et juin. très tardivement. Nous étions 5 personnes du BDE à Concernant le WEI, nous consacrer à l’organisation du WEI la logistique s’est et dans l’ensemble tout s’est très bien déroulée sans propassé. Concernant l’administration, blèmes majeurs, comme je devais succéder à Amine qui excepté peut-être la restauration. En avait d’excellentes relations avec effet nous avions fait appel au même celle-ci, j’ai eu quelques hésitations au prestataire que l’année précédente, et sujet des démarches à suivre. Mais à donc, logiquement, nous nous attenpartir du WEI, ces liens se sont créés dions à avoir les mêmes quantités… ce naturellement et à présent ils sont qui n’a pas été le cas ! On nous a aussi bien mis en place. Et bien sûr, il y a eu reproché d’avoir choisi un site trop le WEI, qui a permis de remotiver toute étendu, mais c’était ça ou retourner à l’équipe. Voir un tel projet se concré- Port Leucate, alors on a préféré l’optiser fait vraiment plaisir. tion « innovation ».

de personnes que prévu car les étudiants étaient déjà crevées des deux jours précédents. Comme pour le WEI, nous avions voulu innover en cherchant une nouvelle salle, en faisant appel à un saxophoniste ou en mettant en place un système de flammes ! GIW : Quelques mots sur la campagne de cette année ?

GIW : Quelles ont été selon toi les er- GIW : Petit retour sur votre campagne MG : On a limité le nombre de listes à reurs que vous avez pu faire ? Ainsi BDE. Dirais-tu qu’il a été difficile pour 10. Au moment où je te parle 5 sont déjà inscrites. que vos réussites ? les Ifun d’être élu BDE ? Mes conseils aux listeux: faites nous MG : Alors tout d’abord, j’aimerais pro- MG : Rappelons tout d’abord que les rêver ! Il ne faut pas avoir peur de fiter de cette interview pour éclaircir IFun sont arrivés largement premiers trouver des accessoires originaux, pourquoi la Discommunist a été annulé au deux tours. Néanmoins, à aucun d’organiser des événements qui sorl’année dernière. En fait, cette soirée moment on s’est dit que c’était gagné tent de l’ordinaire et de trouver de devait être organisée par les com’ d’avance, même après les 3J où les nouveaux concepts pour les soirées events de l’ancien BDE et de l’actuel. Chop’Gun avait été vraiment solides et (comme les Crack’Hot qui s’étaient apMais comme les passations ne se sont les Crack’Hot… un peu moins. Pour propriés un club échangiste/naturiste pas bien déroulées, la communication notre soirée, même si celle-ci s’est pour leur pot). entre les deux ne s’est pas faite. De très bien passée, on a eu bien moins Par Alexandre Brun

GIW GEM IN WAY


8

Dossier

La réussite

A GEM, projets et réussites vont de pair Le couloir asso de GEM compte 21 associations. Pour la plupart elles ont derrière elles de nombreuses années d’expérience, des projets qui ont fermement ancrés leur place dans nos habitudes et coutumes gémiennes : Le Dahu, le JT de vrais institutions auxquelles personnes n’oseraient toucher ! Et ils ont bien raison car ce genre de projets permettent au couloir asso d’avoir une véritable histoire et lui assure sa pérennité. Mais on voit se profiler à l’horizon des projets, qui nous semblent un peu timides au premier coup d’œil, mais quand on les observe davantage, on remarque qu’ils sont carrément costauds !

L

orsque j’ai discuté avec les membres des différentes associations, j’ai remarqué que lorsque l’on évoque « la réussite en association », ce sont les projets qui ressortent. Tous ceux auprès de qui j’ai mené ma petite enquête ont évoqué leurs projets alors que je parlais de réussite en général. Personne n’a parlé de sa propre expérience, de sa réussite personnelle dans une association, ce qui prouve la dévotion de chacun à son asso. ICO par exemple qui dès que j’ai parlé de réussite a directement penser à l’ESCale, ce tout nouveau projet réalisé pour la première fois en mai dernier. L’idée avait émergé un an auparavant et par tâtonnements les membres d’ICO ont réussi à faire partir 6 voiliers, ce qui représente une cinquantaine de personnes, pour qui ce projet a été synonyme de vacances : « une croisière en Méditerranée », ça en jette hein ?! De la même façon le Dahu innove cette année avec son Dahu des Neiges, une idée originale d’un ancien membre qui lors de son entretien de passations avait mentionné cette idée.

GIW GEM IN WAY

Il a eu carte blanche. Et fin novembre vous pourrez découvrir le résultat d’une année de dur labeur - ce petit guide qui contrairement au Dahu ne vous propose pas de critiques mais des conseils, infos pratiques et bons plans sur sept stations de ski. On remarque donc que le sentiment de réussite est d’autant plus vif que le travail nécessité a été laborieux, notre satisfaction est alors exacerbée. La Zone Art savoure actuellement une

belle victoire : l’apparition, enfin, d’une salle de musique au sein même de GEM. En effet cette idée était présente depuis pas mal de temps dans l’esprit de la Zone Art, mais les circonstances ont fait que ce projet, pendant longtemps, est resté au point mort. En mai, après avoir constitué un dossier structuré et complet, notre BDA a vu son souhait s’exhausser. Cette salle va permettre une véritable valorisation de la pratique de la musique au sein de l’école et l’apparition de nouveaux projets (organisation de masterclass, de cours de guitares pour débutants) et même l’apparition du label « musique et management », considéré comme une spécialisation pour le 2ème semestre des 2A. Planètes a aussi connu un succès l’an passé, qui lui a été fulgurant et dont la mise en place n’a nécessité qu’une idée lumineuse : le petit JT. Cinq minutes sur l’ensemble du JT et pourtant cinq minutes mémorables où quelques étudiants deviennent la cible d’une enquête impertinente et tout en humour. L’intégration des GGSB dans la vie gémienne a aussi été l’occasion de nombreuses réussites pour les


La réussite

associations. Aloha tout d’abord, le BDE des GGSB, qui se charge depuis l’an passé de l’organisation de leur gala en collaboration avec le Gala. Celui-ci a été un véritable succès grâce à l’entre-aide de ces deux associations. L’école avait, pour l’occasion, pris des allures d’un gigantesque paquebot, avec ses bastingages, ses hublots. Le Gala a profité de cette occasion pour mettre son pôle C2E (conseil en évènementiel) à l’épreuve pour la première fois et le résultat a été plus que concluant, ce qui est de bon augure pour la suite ! De la même façon GEM en Débat et le BDS mettent leur projet à la portée des étudiants étrangers. Pour la première, ce sont des conférences « petit format » en anglais qui leur permettent de s’intégrer davantage car, il faut le préciser, c’est un public très appliqué et intéressé par ce genre de thématiques. Ainsi, des intervenants anglophones, souvent des permanents de l’école, ont animé des séances d’environ une heure sur un sujet d’actualité. Dans un autre registre, c’est évidemment une version sportive de l’intégration des GGSB qui a été proposée par le BDS. Cette année on a effectivement pu voir côte à côte les étudiants français et internationaux qui se hissaient, ensemble, vers les hauteurs de Grenoble, plus précisément, la Bastille, amenant ainsi le nombre de participants à 900! Les associations de plus petites tailles

Dossier

9

ne manquent pas non plus d’idées. On Game a ainsi fait du poker son pilier. Les tournois rassemblent désormais jusqu’à une belle cinquantaine de personnes et permettent à quelques chanceux de remporter des lots plutôt intéressants ! Il faut préciser que le poker a été développé par l’association depuis l’année dernière et la multiplication des tournois prouve que c’est un succès véritable, qui permet surtout aux accros aux quintes flush, suites et combinaisons en tout Bien sûr cette article ne serait pas genre de se retrouver et de partager complet si je ne parlais pas des Journées de la Presse organisées pour la leur passion. première fois l’an passé par Xpression, Finalement, il ne faut pas oublier que au cours desquelles nous avions reçu certaines réussites sont moins visibles Eric Fottorino, président du groupe La que celles précitées mais tout aussi Vie - Le Monde : une vraie réussite car importantes. SOS par exemple qui a cette venue a été le fruit du culot de été reconnu d’intérêt général il y a membres de l’association qui n’ont pas quelques mois et verra donc désor- eu peur d’aller de l’avant sans se poser mais ses dons être défiscalisés par- trop de questions, du type : Je vais y tiellement. Ainsi on s’attend à ce que arriver ? Je vise peut-être trop haut les entreprises soient plus généreuses ? Car c’est la clé de la réussite des envers cette association qui a besoin projets associatifs : ne pas craindre de fonds importants pour mener ses de mal faire. Il faut essayer, tenter, ne projets à bien. De la même façon, la JAI pas se contenter de reproduire ce que a connu l’an passé une belle réussite la génération précédente a fait. Nous en interne : l’organisation d’une soirée sommes dans l’école de l’innovation à Paris avec les anciens. Ainsi le ré- alors prenez-en de la graine ! seau de notre cher JE se porte à merCatherine Carow veille assurant à celle-ci un brillant avenir.

GIW GEM IN WAY


10

Dossier

La réussite

Réussite Academy Non, malheureusement, la réussite ne vient pas toute seule. Non, non, non. Effectivement, la réussite a ses codes qu’il faut savoir dénicher et décrypter. Bien sûr je ne compte pas sur le quart d’entre vous pour arriver à percer ses codes. Evidemment, je n’ai pas l’intention de vous les livrer en intégralité. Mais dans ma grande mansuétude, et grâce à l’insistance de notre nouvelle chroniqueuse Miranda (cf le courrier des lecteurs), j’ai décidé de vous donner un avant goût de ceux-ci, en espérant qu’une fois le pied mis à l’étrier vous saurez prendre place sur la croupe de cette divine réussite. En termes de réussite, et dans la vie en général, tout est question de détails. C’est pourquoi je passerais dédaigneusement les grandes lignes théoriques sous silence, pour m’attacher à ces petits points de détails qui feront de vous des Grands. Vous m’excuserez d’avance, mais je vais devoir être très directif et impitoyable avec les faibles. La réussite ne s’acquiert pas par nonchalance

Tiens voilà que s’incruste l’image de la réussite, du rêve américain, la virilté en costume cravate, celle qui est fière d’elle-même. Vous aurez, bien entendu, reconnu les protagonistes de Mad Men, si propre sur eux, pour qui la réussite se porte avec un pincement de lèvre les pectoraux bombés et en guise de décontraction la main néligemment fourrée dans la poche. Vous voulez leur ressembler ? Alors un petit cour s’impose :

GIW GEM IN WAY


La réussite

Dossier

11

Domptez le vêtement Premier élément essentiel,si vous ne voulez pas être aussi inutile qu’un porte-manteau, commencez par ne pas agir comme tel. tant que vous n’aurez pas montrer à votre vêtement qui maitrise l’autre, vous ne pourrezprendre l’ascendant sur aucun autre objet ni personnalité humaine. Psychologiquement c’est simple à régle, il suffit de se dire que vous êtes ce qui donne de la valeur à votre vêtement. En somme, le vêtement de votre vêtement. En revanche c’est plus dur à retranscrie dans les faits. Tout d’abord, il y a toujours une période de d’inertie au cours de laquelle on continue à être un portemanteau malgré nos efforts, et où on se dit que finalement c’est confortable. Mais il faut résister, quitte à avoir des douleurs musculaires à force de lutter contre ces habitudes paresseuses.

Serrez les noeuds Un autre détail se doit d’être remarqué sur ce cliché, le port de la tête. Un bon port de tête, c’est avant tout le fruit d’un laborieux travail de serrage du noeud de cravate. Et force est de consta-

première étape réalisée, vous voilà prêt à mettre les mains dans les poches de façon distinguée.

Regardez l’horizon Pour finir le détail qui rend le tout parfait. La mine profonde ou enjouée (mais avec recul), voilà que vous donnez à votre personnage le profil d’une existence particulière, d’un destin à accomplir. Bref la touche importante qui crée l’aura de sa personne. A ne surtout pas rater sous peine d’être ridicule, cela va de soi. Néanmoins le subterfuge est assez simple, il suffit de s’occuper l’esprit à autre chose. Par exemple, le personnage le plus à droite peut trés bien penser à son club de strip tease préféré, tandis que celui à sa droite choisit entre deux marques de papiers toilettes, et enfin nous ne voulons pas savoir à quoi pense Don Draper...

ter que nombreux sont ceux qui font fi de leur port de tête. La règle est simple, de la finesse et un noeud qui sait s’effacer devant la beauté de la cravate. La rédaction ne saurait que trop vous déconseiller la tentation du noeud énorme au poin de cacher le menton du maladroit qui l’exhibe. A l’inverse un noeud fin souligne le caractère élancé du cou et de la nuque, et permet de lever la tête fièrement. Pour résumer, en termes de noeud, plus c’est gros plus c’est pataud.

GIW GEM IN WAY


12

Courrier

Par Miranda Faille

Cher GIW, c’est non sans une certaine perplexité que j’ai découvert un courrier des lecteurs manifestement signé de ma main dans votre précédent numéro. J’en appelle donc à mon droit de réponse, afin de rétablir la vérité ! Non je n’ai jamais critiqué mon asso chère à mon cœur (love you BDS), et non je ne souhaite pas intégrer la vôtre (malgré vos nombreux pots de vin qui resteront autant de preuves de votre amour pour moi). Cela dit, ce n’est pas faux que j’apprécie votre équipe, à la fois dynamique et motivée, et je ne doute pas que vos petits postulants prendront bien vite la relève !! Enfin, si jamais vous souhaitez gagner des parts de marché en terme de lecteurs à l’école, le BDS vous propose des cours de journalisme, fort de son journal immensément connu, réputé et si souvent envié : le JDS ! Pour toute information, vous pouvez contacter Baptiste Tignol, à l’adresse suivante : baptiste.tignol@grenoble-em.com.

Chère Océane, Merci pour cette réponse qui te permet ainsi d’éclairer cette sombre affaire. J’espère sincèrement que ton association ne t’aura pas soumis à la question ou à la torture pour que tu expies ton péché de traîtrise. Mais sache que notre magazine reçoit des centaines de courriers tous les jours et nous ne pouvons pas, faute d’effectifs et de temps, vérifier l’authenticité de tous les courriers. Ainsi le message publié en ton nom le mois dernier, a dû être envoyé par une personne qui te veut du mal. Aurais-tu des ennemis Bien à vous, Océane Le Tiec ? En revanche, au moment où je t’écris, je n’ai toujours pas eu d’échos du J…D…S…? C’est bien cela ? Mais je tâcherai de prendre contact avec Baptiste, car au Gem In Way nous cherchons toujours à améliorer nos compétences et il me semble que ce jeune homme pourra me donner quelques précieux conseils. Je me réserve un droit de réponse dans un numéro ultérieur pour te signifier, chère Océane, si cette rencontre aura été fructueuse ou si ton conseil aura été mal avisé. En espérant que tu ne sois plus victime d’actes malveillants, je te souhaite bonne continuation et bonne chance, Miranda.

Chère Margaux Revollet, Tout d’abord, merci pour cette remarque positive qui va droit au cœur de l’ensemble de l’équipe. J’ai l’honneur de t’annoncer que oui, bien sûr notre atelier lecture & scrabble hebdomadaire est maintenu jeudi prochain. Il faut bien Cher GIW, Globalement, je dois dire que la qualité du GIW trouver à occuper les étudiants lors de s’est considérablement améliorée. ces soirées du Jeudi qui semblent bien Heureusement qu’une équipe aussi dynamique que vous a fades depuis le retour du WEI. Et c’est pris la relève ! ce à quoi, moi, Miranda je m’essaie en Bien sûr, j’apprécie aussi vos soirées et j’aimerais savoir si organisant des petites soirées lecture l’atelier lecture & scrabble de jeudi prochain est maintenu ? et scrabble ! Ce que tu as oublié de mentionner c’est que cette soirée se Affectueusement, Margaux Revollet poursuivra dans ma discothèque grenobloise favorite : le George V. Tous les adeptes de scrabble pourront ainsi se déhancher tous ensemble jusqu’au bout de la nuit dans une ambiance on-ne-peut-plus sympathique. D’ailleurs, j’espère, cher lecteur du GIW, que tu seras parmi nous ! Bien amicalement, Miranda.

GIW GEM IN WAY


Chroniques

13

Communiquer c’est gouverner. Communiquer permet en partie de transformer la réalité, mais parfois celle-ci nous rattrape…

C

ommunicants de tous les pays, unissez-vous mais ne nous mentez pas et sachez gérer. Il est un fait avéré que dans nos sociétés modernes, la communication et son lobby hyperactif ont pris un ascendant considérable, à tel point que même notre bonne vieille administration incite ses cadres à insérer des « éléments de langages » dans toutes les notes de synthèses qui aideront les décideurs politiques à prendre des mesures. Non seulement la communication irradie les pouvoirs publics, les entreprises, les associations, mais elle a étendu son spectre sur toute structure, organisation qui a un besoin crucial de faire véhiculer l’information en externe comme en interne.

Ainsi, l’Organisation devra en tout et pour tout favoriser l’extériorisation de ses informations les plus susceptibles d’intéresser un large public ainsi que les personnes qui auraient intérêt à y porter attention pour des raisons économiques, sociales, sociologiques, environnementales, juridiques, etc. Par ailleurs, ladite Organisation devra veiller à une bonne circulation des in-

formations essentielles et vitales pour le travail de ses salariés et collaborateurs, leur bienêtre organisationnel et personnel. On insiste souvent peu sur ce point qui paraît plus confidentiel que la communication au sens où on l’entend c’est-àdire « café du commerce ». La communication y est perçue comme un élément déshuma- fustigés. Ainsi, on se demande si on nisé servant à glorifier les chefs et à peut parler de délits d’initiés pour toutes les autres situations ? Ou peutberner les gogos. on plutôt parler « d’entrave à la bonne La « communication interne » se rap- marche et à la sauvegarde de la répuproche trop souvent à mon goût du tation de l’Organisation » ? Un tel marketing interne. Entre adhésion à un débat pourrait être intéressant à proprojet, team building, notes de ser- duire entre différents spécialistes telvices, journal interne, mailing, etc., lement il est prégnant. En effet, on ne certains esprits éclairés – en fonction peut que douter du caractère délictuel des informations obtenus par les ca- d’utiliser de manière libre d’informanaux officieux – sont les mieux à même tions non confidentielles et qui ne font de décrypter une situation. Pire en- l’objet d’aucune restriction d’autant core, ils sont capables de disposer de plus quand l’Organisation a quelques l’information avant sa divulgation in- problèmes à gérer ce qu’on appelle la terne puis externe. Un tel cas peut être gestion de crise… apparenté aux délits d’initiés, dans les Alexandre Lanoë entreprises cotées, que l’on a à tort

GIW GEM IN WAY


14

Chroniqueurs

Les Chroniques du Caribou

La Chronique du Caribou

A

h mes chers Gémiens, laissezmoi vous conter ce premier mois d’échange universitaire au Canada anglophone, à Queen’s University plus précisément (situé à Kingston, dans l’Ontario, oui c’est ça, la ville aux 8 prisons et au collège militaire…). D’apparence austère, cette ville du sud-est du Canada, près de la frontière avec les States (oh yeaaah) est en réalité un vrai petit bijou : bordé par le lac Ontario, elle recèle d’endroits charmants et romantiques, de maisons fleuries, de parcs et jardins. L’université Queen’s et ses étudiants sont là pour dynamiser cette bourgade tranquille. Et ils le font plutôt très bien !

Vient le temps de parler des soirées… Je vous préviens tout de suite : il existe une différence NOTABLE entre les « house parties », fêtes organisées dans des colocs où rien ne se passe, et les sorties en boite, qui ressemblent plus à des soirées débauche qu’autre chose. Et là je redis OMG !!! Les gens sont hyper décomplexés (pour rester polie), les filles dansent, heu comment dire…de façon méga suggestive, et ne

Et là je dis : OMG (Oh my God pour les non-initiés) ! L’université est juste magnifique, immense, avec centre de fitness et piscine sur le campus accessibles gratuitement à tous les étudiants. Bon, j’arrête de vous faire font pas que suggérer... Enfin, à en baver, passons au vif du sujet : les juger par le vacarme que m’a fait subir gens. ma coloc lorsque son nouveau boyfriend est venu lui rendre « visite », je Les premiers jours, on peut être confirme que les Canadiens ont une frappé par l’ambiance très studieuse sexualité relativement débridée. qui règne sur le campus : les Canadiens semblent très concentrés en Avis aux âmes sensibles ! Les Canacours (même s’ils ne font que bouffer diens ne font aucune différence entre et boire leur coffee Starbucks), les les autochtones (assez « desperate » genres se mélangent peu (les filles quand même) et les exchange students parlent aux filles, et les mecs restent : du moment que tu es une fille, pas de entre mecs). Pas très excitant tout ça. quartier ! Ils te demandent : « Do you

GIW GEM IN WAY

wanna dance ? » Là tu dis « Yeah sure » et tu te retrouves avec une main collée aux fesses, et un mec qui prend ton corps pour un piano et touche toutes les touches (!). « Welcome to North America, babe »…Les boites ferment tôt, vers 2h30. Tu penses donc faire un after de suite après, mais non ! Tout le monde, oui même le joueur de foot US accro à ses biceps et à ses compléments alimentaires, même la blonde que tu vois tous les jours se défoncer sur le tapis roulant du fitness, tous vont au sacro-saint Fast-Food à 3h du mat’ pour MANGER ! Au menu : burger, Coca et « poutine », aussi rebaptisé le « summum du gras » par mes soins : frites salées baignant dans l’huile, recouvertes d’une sauce au barbecue et au fromage…Tu m’étonnes que la salle de sport soit le QG des étudiants… Vous l’aurez compris, le sport, sous toutes ses formes, est hyper important au Canada. La suite au prochain épisode…En attendant, « take care »! Carole Moro


Les actus d’Emile

Actu

L’heure de l’euro-rigueur La tête politique de l’Europe, à Strasbourg, est décidée depuis quelques mois à ramener les déficits nationaux sous les seuils fixés depuis la création de l’euro. Sachant que la réalisation d’un tel objectif impliquerait une politique budgétaire des plus serrées accompagnée de nouvelles lourdeurs fiscales, assistera-t-on d’abord au recul politique des uns ou à la faillite économique des autres ? Pourtant chacun est à sa place et remplit son rôle. Mais peut-on souhaiter, en appliquant les mesures de réduction du déficit, réduire les recettes de nos voisins les plus fragiles et mettre en péril leur croissance ? L’Irlande, le Portugal et bientôt l’Espagne ne pourront échapper à la restructuration de leur dette, au prix s’il le faut de mouvements sociaux ; les gouvernements n’ont plus qu’à espérer que le soufflé retombe et que la résignation l’emporte sur la contestation. Derrière cette volonté louable d’en revenir à l’intégrité économique en sacrifiant la relance, les autorités européennes œuvrent en fait à la préservation de leur système bancaire, qui pourrait bien La confiance règne… succomber si la quantité de monnaie en circulation était trop brutalement augmen- En ce mois d’octobre, le sentiment d’insécurité amorcé en septemtée. N’y a-t-il pas déjà quelques années bre ne s’est pas dissipé. Voilà qu’à présent, les États-Unis, le Japon qu’on parle d’un nouveau Bretton Woods et Le Royaume-Uni mettent en garde leurs ressortissants voyageant pour réorganiser le système financier ? A en France et en Allemagne contre une « forte menace terroriste ». quoi bon continuer à embaumer la momie… Y a-t-il vraiment péril en la demeure ? Aucune certitude, on ne peut pas parler de menace établie. Une piste bidon, quelques mails douteux, et nous voilà blacklistés. Si tous nos voisins s’agitent fébrilement et se perdent en communiqués et autres alertes, que fait le gouvernement français ? Il se tient tranquille, sans quoi l’opposition ne se fera pas prier pour l’accuser, encore une fois, d’instrumentaliBadinons avec la science ser le sujet de la sécurité nationale à des fins électorales. Décidément, même devant le danger d’une attaque terroriste imminente, Le Nobel de l’absurde, ou plutôt de l’incongru, nos partis trouvent le moyen de se chamailler…Il est bien loin le ça existe, et ça s’appelle l’IgNobel. Parmi tant temps de l’Union sacrée ! d’autres, deux avancées loufoques de la science. En biologie, des chercheurs chinois ont mis à jour la salacité des chauves-souris : leur accouplement est précédé d’une fellation, dont les mérites ne sont pas inconnus au genre humain (lubrification du pénis, stimulation sexuelle, vertus bactéricides qui limitent la transmission des MST). En management, la pratique déjà courante de la promotion aléatoire vient d’être adoubée. Des italiens ont démontré son efficacité au sein de l’entreprise par une modélisation mathématique sur laquelle nous ne nous étendrons pas.

GIW GEM IN WAY

15


16

Idées

Coup de gueule d’une créature humaine

E

cette obscurité me cache à moi-même et sans l’ombre d’un repère, je me reperds… Mon dilemme… Faire de moi une vraie personne dont le « Je » fasse le poids par rapport au soi, être pour une fois fier d’un geste que j’aurai fait pour moi, mettre à jour non pas un rêve mais une déclaration de soi… Cette histoire fade, ces mots redondants, je ne les crie pas, je ne les tais pas je ne fais qu’essayer de libérer mes maux, mes peines, mes infortunes et tous ces déboires dressant un mur entre moi et ce que les autres appellent communément la joie… Il semblerait que se plaindre de la vie ne soit aucunement bénéfique… Mais est-ce ça La vie… un mot dont le sens m’est encore vague, indécis, sans goût, un mot… froid ?! Qu’ai-je fait de ma vie ? Qu’aurais-je dû en faire ? Que pourrais-je encore en faire ? Un tas de questions sans réponses et si ça ne concernait que mon dit « moi » sans Quand l’amour-propre semble rendre importance… les hommes idolâtres d’eux-mêmes, je suis là à me morfondre d’avoir perdu Un « moi » sournois, entêté qui toute considération pour ma personne, m’empêche de voir clairement, qui me de jouer au rôle du fier alors que je tiraille intérieurement… Ce serait trop me soucie plus que d’être… et pourvu dire si je m’aventurais à écrire qu’à que je sois, je veux bien être mon en- quelqu’un, je veux me dévoiler… rien nemi. Mes erreurs, mes ignorances, dans ma vie ne me semble avoir l’immes grossièretés et mes niaiseries portance d’être dévoilé.. Un flot de refont volte-face… de là je crois mes souvenirs, quelques sourires et ensentiments morts alors qu’ils ne sont core moins de rires, un océan de siqu’endormis…… lence pour une flaque de paroles et

t c’est sous l’épaisseur de cette brume infinie que je recoule mon encre sur cette page toujours blanche. Je ne fais qu’écrire, dessiner à lignes embrouillées le décor d’un paysage encore lugubre, tracer des lignes pour retracer un parcours sinueux d’événements qui passent et qui repassent et qui surtout me dépassent. Aujourd’hui encore, je me rends compte que rien n’est plus impétueux que mes désirs, rien n’est plus caché que mes desseins alors que rien ne me semble être plus habile que mes conduites. Aussi obscènes puissent-elles être, toutes les pensées décrites se révèlent incapables de sonder la profondeur ni de percer les ténèbres de mes abîmes… ce mal être me dérange et les idées les plus noires me rongent. De ce vide qui m’entoure naissent alors les ridicules persuasions que j’ai de moi-même…

GIW GEM IN WAY

une rivière de pleurs et de murmures… des envies tues et des sourires arrachés. Voilà le décor de la scène que personne n’a su accepter d’occuper… à en croire mon entourage, j’avais peut-être besoin de ressentir le mal à son paroxysme… pour oser me lancer à réveiller le loup dans son antre… Je pourrais être là en position même de conjurer ma perte, Peut-être est-ce même travailler ma ruine, je serai peut-être encore plus con que je ne l’ai été jusque là mais je te souhaite réceptif. et c’est là que ça commence à ânonner. Trêve de mise à sol, je passe ma route. J’ai pris l’habitude de voir toutes les choses auxquelles je m’attache s’échapper ou me tourner le dos, j’ai aussi pris la fâcheuse habitude de mal vivre ces retournements de situation. Depuis le temps ou ça a commencé à s’enchaîner, je me suis couvert d’une carapace protectrice pour contrer toutes les attaques potentielles de survenue, il faut dire que le temps est bien souvent orageux du côté où je crèche. Cette carapace avec le temps, n’a fait que s’alourdir, le bouclier n’a fait que s’agrandir… à tel point que je me suis retrouvé incapable de me débarrasser de mon lourd fardeau aux portes de mes hôtes. Ce qui n’a fait que ralentir mon ascension des marches de leurs personnes… L’air se faisant de plus en


Idées

17

même pas vrai, même en considérant que si l’on se dit encore qu’on s’aime, c’est bien moins parce qu’on le croit que parce que c’est une façon plus polie de se demander réciproquement ce dont on sent qu’on a besoin. Ce fût un démarrage en côte et ce n’était pour me déplaire. Et puis ça a commencé son petit bout de chemin et ça montait tant bien que mal. Ou même pas. Juste bien. « Jamais

le courant passe vraiment avec quelqu’un » me suis-je

plus rare en haut, une manne sur le dos. Regagner la terre ferme n’a jamais pour autant été rude besogne, ma lourdeur sur les deux dos. C’est à même le sol que je me retrouve éjecté

toujours dit, pourtant jamais je n’avais eu d’arythmies à voir quelqu’un sourire, jamais je n’avais pensé que je pourrais sortir de ce que je considérais être l’histoire de ma putain de vie en n’ayant même pas en perspective de chercher l’autre en toi... C’était de la démence... Je ne considère pas être quelqu’un qui est dans l’artifice ni dans le reflet de l’image. La simplicité m’envoûte. Il y avait de la rigueur dans la douceur de la chose, c’était simple, ça se devait d’être bon. Et ce fut bon sans le soupçon d’un effort… La vie de ! Ça devait être la solution miracle à couple ne me semblait pas être desti- toutes mes souffrances, et ça l’a été ! née. Et puis nous dans tout ça, des « Je t’aime » balancés au bout d’une seSouhail Bouziane maine. J’ai dit « balancés ». Ce n’est

GIW GEM IN WAY


18

Le Battle

Les 2C vs Le Drac Ouest Après le battle Café Tempo/ K’fêt, cette nouvelle rubrique impose qu’on lui applique des références gémiennes pour être assuré que tous les étudiants aient les mêmes acquis. Place aux lieux mythiques des soirées gémiennes !

Aux 2C (« les Deux Colombes », pour ceux qui l’ignorent encore) on est toujours sûr de faire de nouvelles rencontres, et ce très aisément, grâce à son fameux mur ! Avantage 2C. Ce qui est encore mieux, c’est que si cette rencontre s’avère devenir une véritable histoire d’amour, on peut même s’y marier. Avantage 2C.

se marier aux 2C, un rêve ?

Une vraie boite pour faire une soirée, c’est mieux ! Avantage Drac Ouest. Les soirées les plus mythiques ont lieu aux 2C, les play-off par exemple comme pourront vous le dire tous les anciens listeux. Avantage 2C. Parce que certains gémiens adorent jouer à cache-cache. Avantage Drac Ouest. Il est préférable de pouvoir trouver la sortie en fin de soirées, chose difficile au Drac Ouest avec ses multiples salles. Avantage 2C. Les étudiantes les plus chevronnées pourront s’essayer au pole dance au Drac grâce à ses nombreuses barres qui bordent la piste de danse. Avantage Drac Ouest. Pour aller aux 2C, c’est gratuité assurée ! Avantage 2C. A 3 contre 5 on observe donc une victoire franche des Deux Colombes, chères à nos cœurs gémiens, qui ne pourraient se passer de l’ambiance festive hebdomadaire qui y règne. Catherine Carow

GIW GEM IN WAY


Insolites

19

» e. » ujours. » . » gée ! n é i i s p i t u n s c To elle e un ! » x c’est la tre côté. discussio e r i a e i a u u es pe av en vendr es anima ller de l'a avancer l p i Brèv r g l a a it ur dur, l c’est po n fait sur u'on veut ord, ça fa f u œ qu’o eins ac c nt q ns l’ « Da n a deux r entation pas de po qui est d' im n o « Si ire expér quand y'a quelqu'u c p « La t toujours cuter ave s is « C'e e bien d m i « J 'a

toir p m o de c

Le savi ez-vous

? La vé rité sur

les meu Ils déco bles Ike ncerten t les non a sans fin -Suédoi sur Inte s dep rn les nom s de leu et mais les diri uis des années g rs prod giques. uits son eants d'Ikea so et sont l'objet d e nent biz n Quelque arreme t catégoriques blagues s e x e mp n : t, ils so le -Lits, ar nt parfa même si moires, s : i t ement l m -Tables oà mange eubles d'entrée r : -Etagèr es : pro et chaises : no noms de lieux nor f m e ss s -Tissus, rideaux ions et prénom de lieux suédo végiens. is. :p s -Bols, va ses, bou rénoms fémini masculins sca nd ns gi de lieux suédois es et bougeoirs scandinaves. inaves. . : expres sions ar gotiques suédois es, nom s

l 'est le seu ont c r a c d n o f s volume à l'immeuble née le e c d e v s a r u r u m n s rre ont j'ai ho oisin étudiant que le oposer l'apéro... L'a d e u iq s u r p em uv j'ai mis un ndre à mon nouvea om de l'album et me i, u 'h d r u n re Aujo aire comp nu me demander le f r u o p n e ve moy fins. Il est t n e m e m extrê ngue. va être lo

VDM

GIW GEM IN WAY


20

Sport

Formule 1 : c’est l’heure du bilan ! Souvenez vous, l’an dernier le GIW présentait cette saison 2010 comme un tournant dans l’histoire de ce sport automobile : nouvelles réglementations, nouveau partage des points, nouveaux leaders… en bref une belle promesse avec cerise sur le gâteau, le retour de l’incontournable Michaël Schumacher. Huit mois et seize courses plus tard qu’en est-il ?

L

a première chose à noter c’est qu’il n’y a pas un ou deux leaders qui se disputent le titre mondial comme cela se passait encore l’an dernier mais cinq pilotes en course pour le titre : Alonso, Button, Hamilton, Vettel et Webber. Chacun d’entre eux ont gagné deux ou trois courses. Supériorité de la voiture ? Talent inné ? (Mal)chance ? Peut-être

, mais la nouvelle répartition des points y est pour beaucoup aussi : plus que jamais les pilotes se battent pour finir une course. Résultat : plus de compétition et donc plus de spectacle ! Mais que dire cette décision d’arrêter les arrêts ravitaillements et d’obliger les pilotes à emprunter les deux types de pneus durant la course ? … pas grand-chose si ce n’est qu’en voulant augmenter la compétitivité en cham-

GIW GEM IN WAY

pionnat, ils ont eu l’effet inverse : il n’y a qu’à voir la saison dernière où deux voire allez, trois pilotes se disputaient le titre de champion du monde. Cette année encore quand on décortique une course finalement que se passe-t-il ? Certes, il y a un peu plus d’actions que quand Schumacher écrasait toute la concurrence en Ferrari mais sinon, c’est encore et toujours dans les stands que se joue la course. Forcément, les pilotes ne vont pas user leurs précieux pneus sur la piste en sachant très bien que 30 tours plus tard ils devront les remettre. Enfin le plus intéressant du sujet : les écuries et leurs pilotes. Malgré deux classements extrêmement serrés, l’avantage est à donner aux RedBull Renault qui ont toujours été aux avant-postes. On attendait beaucoup du jeune Vettel, futur Schumacher selon certains, on a eu autant et même plus de son coéquipier Webber qui a su montrer que l’ancienneté n’enlevait rien à la fougue et au talent d’un pilote. On retrouve derrière les McLaren portés par Hamilton et par Button réguliers sur les courses et toujours aussi efficaces. Il n’empêche s’il fallait donner un leader dans

cette équipe, Hamilton prend nettement l’avantage… Quant à Ferrari qu’on croyait mort, Alonso a su réveiller le cheval cabré ces dernières semaines et montrer que l’écurie la plus ancienne et titrée du championnat avait encore toute sa place… même sans Schumacher. Parlons justement du septuple champion du monde. Au volant de l’écurie championne du monde en 2009, on pouvait s’attendre à un retour flamboyant. Que nenni et c’est bien dommage. Le talent est toujours là mais la voiture ne suit pas. Il n’y a qu’à voir les performances de Rosberg pour le comprendre. Mercedes Benz c’est la déception de cette saison. (En passant, pour les mauvaises langues qui diront que Schumi est devenu un has-been qu’ils viennent en parler au local). En pleine période des transferts, les passionnés attendent tout autant de savoir ce qu’il en sera l’an prochain que de connaitre le déroulement de cette saison à Abu Dabi … il parait (me dit-on) que les aficionados de Chuck Norris l’attendent aussi. Allez Walker revient bientôt en force ! laëtitia Beninca


Dolce Vita

21

Les algues : nouveau carburant ?

A

lors que la demande en énergie est croissante, arriverons nous un jour à limiter la dépendance aux énergies fossiles ? En effet, les ressources en pétrole sont limitées, et la combustion des hydrocarbures génère des gaz à effet de serre. La production de biocarburants à base de végétaux (soja, tournesol, colza…) présente aussi beaucoup d’inconvénients : outre la consommation excessive en engrais et en pesticides, ces végétaux alimentent aussi les hommes et leurs bêtes. D’où l’augmentation du prix des produits alimentaires et la déforestation.

Alors que les solutions s’amenuisent, un nouveau carburant surgit du fond des mers : les micro-algues ! Ces algues poussent par photosynthèse en transformant l’énergie solaire en énergie chimique. Malgré leur petite taille (de 2 à 40 millièmes de millimètre), elles ont un rendement 10 fois supérieur à celui des végétaux terrestres. Un hectare d'algues peut produire 30 à 120 fois plus d'huile qu'un hectare de colza ou de tournesol. Leur population double chaque jour, si bien qu’un hectare et demi de culture suffit à produire plusieurs tonnes d’algues ! Elles sont cultivées dans de grands bassins en plein air ou dans des bioréacteurs. Le but est d’extraire de ces algues (qui se nourrissent d’eau

les Etats-Unis ou Israël en sont déjà au stade du développement industriel. La société américaine Greenfuel a par exemple déjà mis en place un projet de construction de 1 300 m2 de panneaux d'algues. Bien que le projet soit encore au stade de la recherche, des sociétés sud-africaines et allemandes ont déjà commandé des réacteurs de conversion du CO2 en biogazole. A l’heure actuelle, plus de soixante sociétés travaillent sur les micro-algues. Certains grands groupes, s’y intéressent de près, comme Shell ou Boeing, ce dernier ayant déjà commencé une collaboration avec Virgin Fuels et General Electrics pour trouver les secrets de fabrication de ce carburant, afin d’en équiper ses avions.

et de CO2), une huile pouvant représenter jusqu’à 80 % de leur matière, après absorption du CO2 environnant. Les algues présentent donc une triple efficacité: leur carburant pourrait remplacer le pétrole, il serait facilement cultivable et réduirait le taux de CO2 ! En France, l’ANR finance le projet Shamash, qui cherche à produire un biocarburant sous forme d’ester de méthyl à partir de ces algues. D’autres pays sont beaucoup plus en avance :

Selon des chercheurs de Greenfuel, il faudrait pour le moment 20 000 km2 de panneaux pour satisfaire la consommation américaine. Mais, ils estiment que 25 % du carburant utilisé dans les transports pourraient être remplacés par l'huile d'algue. S'agissant des coûts de production, ils annoncent une rentabilité à partir d'un prix du baril de 19 à 57 dollars. Va-ton bientôt trouver une borne « algues » aux stations services ? Les panneaux d'algues vont-ils faire partie de notre paysage? Réponse dans le Gem in Way 2020 ! Sophie Pereira

GIW GEM IN WAY


22

Zone Art

La CoMu reprend du service ! Comment et pourquoi la Comédie Musicale est-elle devenue le second meilleur évènement à GEM ?

L

a CoMu...ah la CoMu ! Demandez à tous les 2A, c’est bien un évènement pour lequel ils n’ont pas regretté de dépensé de l’argent. Et on les comprend ! Il faut dire qu’avec plus de 1000 spectateurs répartis sur 2 soirs de représentations, un buzz autour de l’évènement qui dure plus de 5 mois, un thème tenu secret, et enfin une salle qui a permis de réaliser les plus folles ambitions de l’équipe de responsables de l’année dernière, la surprise, le plaisir et le divertissement se lisaient sur le visage de tous les spectateurs qu’ils soient Gémiens ou non !

de danseuses, et d’une équipe de décors et costumes. Ainsi, tout GEM s’est accordé pour faire de la CoMu le second meilleur évènement de l’année 2010 !

Si depuis 2 ans, la CoMu ne cesse de prendre de l’ampleur (des annonces dans la presse, un passage à France Bleu Isère, un nombre de spectateurs croissant, un casting massif de plus de 200 étudiants…), cette année notre ambition est de passer un nouveau cap et d’explorer de nouveaux horizons. En effet, notre objectif est de s’éloigner encore plus d’un spectacle étudiant pour se rapprocher d’une performance professionnelle que ce soit au niveau de nos partenaires, de nos répétitions (grâce notamment à la nouvelle salle entièreMais tout ceci n’aurait jamais existé ment dédiée à la musique), à l’énorme sans la participation et l’implication soutien de la Zone Art, et la motivation d’une troupe de comédiens de tous de la nouvelle équipe de responsables. bords, de zichos, d’acteurs/chanteurs,

GIW GEM IN WAY

Si tu te sens l’âme d’un artiste sans pour autant avoir déjà de l’expérience dans ce domaine, viens tenter ta chance aux castings de la CoMu qui auront lieu du 11 au 22 Octobre. Nous ne recherchons pas de compétences particulières, la porte est ouverte à tout le monde, donc à toi de nous montrer que tu es une des personnes qu’il nous faut grâce notamment à ton talent, ton dynamisme et surtout ta motivation ! Pour plus d’informations, n’hésite pas à contacter Soufiane Hilali, le responsable du projet. Son adresse mail est soufiane.hilali@grenoble-em.com. Passe aussi au local Zone Art pour t’inscrire aux castings !

ET LA COMU ! COMU ! Vincent Doutreleau Julien Giacomarra


Zone Art

23

Artagem est l’événement de la Zone Art situé au croisement de la création artistique et du management culturel. Cette année, nous comptons bien rythmer la vie culturelle de l’école

Artagem

au jour le jour, ouvrir les esprits et révéler les talents ! En effet, véritable fourmilière, s’ouvre à toutes les envies, des plus créatifs aux plus professionnels, tout le monde y trouvera sa place. Artiste ou non, si tu as envie de créer, tu pourras t’exprimer ou te découvrir dans un de nos pôles : dessins, BD, comics avec le pôle dessin, sorties et création autour de la photo, cours de dessins donnés par des professeurs des Beaux Arts avec les Ateliers… Si le monde du management culturel t’attire : participe à la mise en place d’un concours photo

GEM

et inter-écoles, organise des conférences-

débats, des expo photos/peinture… S’il y a un peu de tout ça dans tes envies, si tu as juste envie de t’évader un peu et de découvrir plus amplement le monde de l’art et de la culture, viens avec nous : visite-ateliers au musée de Grenoble, au Centre National d’Art Contemporain, à la

MC2

ou encore

dans les coulisses d’un théâtre…

Enfin, l’événement phare de l’année aura lieu le

22 mars 2010

: l’exposition

pluridisciplinaire réunira la fine fleur des artistes grenoblois pour un grand vernissage : sculpture, peinture, dessins et beaucoup de surprises envahiront l’école et plus encore…

Contact : julie.tirard@grenoble-em.com GIW GEM IN WAY


24

Music

Highlander n’est pas rockeur

S

i vous avez été détruit moralement lors de la séparation des spice girl, ou que la fin des 2be3 a laissé en vous un vide que seul l’alcool pouvait combler, imaginez alors le désarroi des milliers de fans des Who lorsqu’ils apprirent la mort de Keith Moon par overdose en 1978. Toutes les bonnes choses ont une fin et le monde de la musique n’échappe pas à ce funeste dicton. Pauvre Keith Moon (le batteur des Who) lui qui avait survécu à l’ingestion d’un somnifère pour cheval mourut d’une surdose de médicaments pour traiter son alcoolisme (32 pilules). Il n’est pas le seul, ses plus illustres homologues connurent le même sort. La mort des artistes se divise en 5 grandes catégories : overdose, crash avion, étouffement dans son vomi, suicide et mort débile. Chaque catégorie a ses champions tachons de passer quelques un d’entre eux en revue. C’est l’histoire du jeune Sid Vicious, fan des sex pistols il devient rapidement leur bassiste, un an plus tard le groupe se dissout et comble du malheur, la

GIW GEM IN WAY

même année, il retrouve sa femme Nancy poignardée dans le chambre d’hôtel. Accusé puis blanchit il est néanmoins incarcéré 2 mois pour agression. A sa sortie de prison il décide de fêter ça avec ses amis, il ne s’en remettra jamais car il mourut d’overdose ce soir là à 21 ans. Paye ta liberté. Il ya aussi Jim Morrison, Janis Joplin et que dire de John Entwistle bassiste des Who qui mourut d’une overdose de cocaïne en 2002 à 58 ans

ça. Comme quoi ne soyez pas dégoutés par ces braves gens qui retapissent le sol des 2C, de gentils enfants de cœur à coté de ça.

Bon, jusque là les anglo-saxons trustent les premières places. Voici enfin venu le moment pour la France de briller, de mettre à bas son éternel complexe vis-à-vis de la musique anglosaxone. Oui, messieurs dames permettez moi de vous annoncez que pour ce qui est des morts débiles nous sommes numéro 1 grâce à Claude François et son sèche cheveux. Saluons tout de même la belle performance de Duane Allman mort dans une collision avec un bus, ou celle de Jeff Buckley qui s’est noyé dans le Missippi étant saoul. Enfin last but not least en « hors catégorie », Marvin Gay abattu par balle par son père lors d’une dispour fêter les retrouvailles avec les pute. Paye ton amour paternel. autres membres du groupe. Vous voyez, les forts liens entre l’inLa catégorie reine… l’étouffement dans dustrie pharmaceutique et la musique son vomi. Jimi Hendrix meure étouffé prouvent que le management et la mudans son vomi sous l’effet de la drogue sique peuvent avoir des liens plus évide l’alcool. Bon Scott le chanteur ori- dents qu’il n’y parait. ginel d’ACDC et retrouvé mort dans son vomi dans une voiture. Le batteur Mathieu Larroque Laborde de Led Zeppelin aussi est mort comme Benjamin Jebira


Cinéma

25

Asia Power Petit tour du côté Est du monde où quelques perles cinématographiques placent le cinéma asiatique comme l’un des plus originaux.

A

et dure de la série Crows Zero. Les références-clés de sa filmographie renvoient fortement au cinéma américain de Lynch, Verhoeven ou encore Carpenter. Seul point commun à tous ses films, la violence, explicite, sanglante, parfois insoutenable, qui surgit de manière imprévisible. Rappelons que pour la projection d’Ichi the Killer au Festival de Toronto, des sacs à vomir furent distribués au public avec le logo. Cependant les valeurs transmises par les films sont propres au cinéma et à la culture japonaise : la fidélité, l’honneur, ou encore le courage…

vouons que les films étrangers sont parfois durs à aborder et qu’un film slovène du milieu du XXème siècle ne soit pas forcément excitant aux premiers abords. Pourtant le cinéma asiatique regorge de merveilles qui, bien souvent font concurrence aux blockbusters américains Continuons notre voyage en Corée du Sud, avec plusieurs réalisateurs enraCommençons notre road-trip asiatique gés dont les plus marquants sont supar le Japon, où un réalisateur crée à rement Park Chan-Wook et Kim chacun de ses films controverse et po- Jee-Woon. Le premier se distingue en lémique, j’ai nommé Takashi Miike. Ce 2002 par Sympathy for Mr Vengeance, réalisateur japonais ayant plus d’une qui narre la descente en enfers d’un quarantaine de films à son actif, baigne homme ayant kidnappé la fille de son dans tous les styles différents, passant patron. Mais l’œuvre phare de ce réahabilement des films de yakuzas de lisateur reste Old Boy, qui fut la grande Dead Or Alive, au romantisme sadique claque du Festival de Cannes en 2004. d’Audition ou à l’ultra violence d’Ichi Malsain, génial, éprouvant, sadique et the Killer, en passant par l’action pure émouvant, le film collectionne les qua-

lificatifs et reste une expérience à part entière où la curiosité du spectateur est sans cesse titillée et sa bienséance remise en cause. Ce film à l’ambiance oppressante suit le parcours d’Oh Dae Soo, enfermé 15 ans dans une cellule sans aucune raison. Au terme de sa captivité, il compte bien retrouver son ravisseur et découvrir la mystérieuse raison de son calvaire. Le second réalisateur maîtrise lui aussi plusieurs styles, comme le prouve l’horrifique 2 Sœurs, qui dépasse rapidement le statut du film d’horreur pour s’installer dans un milieu où l’émotion se mêle au suspense. Citons aussi l’excellent A Bittersweet Life, qui retrace la vengeance d’un tueur trahi par ses « frères » de son ancien gang, ou encore Le Bon, la Brute et Le Cinglé. Ce dernier, qui pastiche clairement les westerns spaghettis de Sergio Leone, reprend les codes des westerns traditionnels en y ajoutant humour, dérision et surtout un cadre inhabituel, la Mandchourie. Dans la filmographie de ces deux réalisateurs, les personnages sont hyper-stylisés, et de même que les scènes d’actions qui semblent souvent chorégraphiées. Guillaume Pascual

GIW GEM IN WAY


26

Millé’simets

The Success’ Recipe Il paraît que le GIW te donne les clés de la réussite. Il paraît que Millési’Mets te donne la recette du succès ! Bon d’accord tu ne seras pas riche et célèbre grâce à nous, mais tu pourras te régaler et faire plaisir à ta dulcinée. Entendons nous bien, ici on parle de pâtisserie ! Le succès est un gâteau fait de disques de biscuit aux amandes et de crème, proche du malakoff ou de la dacquoise. Généralement au chocolat, il peut également être à la praline ou aux fruits. A mi-chemin entre la meringue et la pâte à macaron, le fonds du succès à l’amande s’accorde merveilleusement bien avec la mousse au chocolat qui l’accompagne. Bien sûr cette gourmandise saura faire vibrer vos papilles … mais nous ne ferons Le biscuit : pas tout le boulot à votre place. Mettez la main à la pâte et vous ne serez pas -6 blancs d’œufs -250g de poudre d'amandes déçu -150g de sucre en poudre La réalisation : -1 c. à soupe de farine -Sel Le biscuit : Battre les blancs en neige avec une pincée de sel. Ajouter proLa mousse : gressivement le sucre en continuant à fouetter pour obtenir une pâte brillante -200g de chocolat noir et lisse. Ajouter la farine et la poudre d'amandes. Mélanger délicatement de -50g de beurre bas en haut avec une spatule. Verser dans un moule rectangulaire recouvert -3 œufs de papier sulfurisé beurré. -20g de sucre en poudre Préchauffer le four à 150°C (Th.4). Le glaçage : Cuire la préparation durant 40mn à cette température. Faire refroidir le bis-150g de chocolat noir cuit sur une grille puis le couper en deux dans le sens de l'épaisseur pour -4 c. à soupe d'eau obtenir deux morceaux identiques.  Sinon vous pouvez cuire la pâte en deux -50g de sucre glace temps. -30g de beurre La mousse : Pendant que le biscuit refroidit, casser le chocolat en petits morceaux et le faire fondre (sans eau) dans une casserole au bain-marie. Hors du feu, incorporer petit à petit le beurre coupé préalablement en petits morceaux. Verser le mélange ainsi obtenu sur les jaunes d'œufs en remuant vivement. Battre les blancs fermes avec sel et sucre. Incorporer délicatement à la préparation. Verser sur l'une des moitiés du biscuit. Recouvrir la préparation avec la seconde moitié et mettre au frais. Le glaçage : Au bain-marie, faire fondre le chocolat cassé en petits morceaux avec les 4 c. à soupe d'eau. Ajouter le beurre en parcelles puis le sucre glace. Napper entièrement le gâteau. Mettre au frais avant la dégustation.

GIW GEM IN WAY

Avec les 6 jaunes qui restent, vous pouvez faire une crème anglaise. Ingrédients : 125g de sucre, 1L de lait, 100g de sucre et une gousse de vanille. Faire chauffer le lait. Mélanger les jaunes d’œufs et le sucre. Verser doucement le lait bouillant et mélanger la préparation. Y ajouter les graines de vanille (à l’intérieur de la gousse) ou utiliser de l’extrait de vanille. Mettre le tout 2min au micro-onde en remuant à mi-temps.


Dahu

27

Manger et boire, quoi de plus naturel. Bon alors pour tout vous dire, il est vrai que ce début du mois d’octobre à GEM peut être un peu morose voire déprimant : nouvelle ville (d’apparence peu glamour, je dis bien d’apparence), fin des vacances, boulot (apparition ou retour de la MQAD pour certains), commencer ou recommencer à se faire des pas-très-très-bons-petits-plats... Et surtout pas de soirées, non toujours pas de soirées et ça ce n’est pas génialissime, non du tout. Mais ne vous fiez pas aux apparences. GEM est au cœur d’une ville pleine de ressources, et si vous prenez un autre chemin que celui qui vous emmène de votre appart à l’école, vous serez agréablement surpris.

T

out d’abord sachez que sans votre Dahu, vous ne trouverez pas ou peu de bons plans, n’hésitez pas à le prendre comme livre de chevet (dans votre sac ça suffira largement à vrai dire). Donc au vu des annulations successives des soirées, vous pouvez soit rester chez vous soit sortir prendre DES verres (attention, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé). Si vous avez manqué les sorties du Dahu pour vous emmener faire la tournée des bars grenoblois, je vous en conseille quelques uns :

- Passez aussi au London Pub, ambiance survoltée, rock from UK, soirées étudiantes, le QG de nombreux étudiants pour bien finir sa journée !

- L’incontournable Tord Boyaux. Au cœur du quartier Notre-Dame, vous le trouverez au milieu d’une multitude de bars et vous apprécierez les vins aromatisés originaux. - Le mythique Barberousse où règne une ambiance très sympa et convivial sur un fond de bateaux pirates. N’hésitez pas à tester de nouveaux shooters. - Dans un autre genre, le XO vous offrira une atmosphère lounge et décontractée, lumière tamisée et coktails sucrés.

Bien sûr, avant de sortir prendre vos verres, vous avez besoin de vous nourrir. Oui c’est conseillé et assez convivial. Mais quand on n’est pas en coloc’ ou que l’on mange encore seul dans son 20 m², ce n’est pas très convivial. Alors pourquoi ne pas se faire un restaurant ? Il en existe tellement, le choix peut-être compliqué, le Dahu est donc là pour t’aider à faire tes choix selon Voila, vous n’avez plus d’excuses pour tes goûts et envies. ne pas sortir à Grenoble, surtout avec Je vous conseille de vous laisser sur- le Dahu. prendre et d’essayer : - DiFérent : un bar restaurant artisCécile Safy

Voilà cette liste non exhaustive peut aussi contenir le Vertigo, la boite de nuit du centre ville grenoblois. Branché, musique House/Electro, chic et décontractée, c’est sympa quand même cette boite.

tique où vous dégusterez une cuisine fine et inventive. Les murs sont ornés d’œuvres d’art et l’événementiel artistique est favorisé: expositions, DJ, live… Tout le monde sait qu’un bon restaurant s’évalue aussi par la qualité de ses toilettes. Chez DiFérent, vous pourrez y visionner le Cinquième élément ou la Panthère Rose sur écran plat. - Le Comptoir du Sud, à deux pas de l’école, est un lieu agréable pour déjeuner et déguster des plats gouteux et inventifs. Très prisé le midi, vous aurez plus de places le soir. Le patron vous apportera toute son attention et vous serez surpris par l’originalité des plats !

GIW GEM IN WAY


28

Book’In

Les chroniques de San Francisco Tous les mois, la Com’litté te fait découvrir un livre de sa bibliothèque. Ce mois ci c’est Armistead Maupin et ses Chroniques de San Francisco qui est à l’honneur..

L

orsque Mary Ann Singleton quitte en 1976 son Cleveland natal pour s’installer à San Fransisco, elle pénètre dans un monde nouveau, sans tabou. On suit alors avec elle son périple pour s’adapter à sa nouvelle vie et l’auteur nous fait découvrir les différentes facettes de cette Amérique des seventies, assoiffée de liberté et en pleine révolution sexuelle. On part pour cela à la rencontre de Mme Madrigal, l’atypique logeuse du 28 Barbary Lane (quel lecteur n’a d’ailleurs pas rêvé qu’une place se libère pour lui dans ce lieu mythique des Chroniques ?), Mickael le colocataire gay, Brian l’hétéro macho… Finalement, Mary Ann c’est un peu nous quand on arrive à GEM : elle débarque dans un monde nouveau et plein de promesses. La plupart seront honorées, d’autres non, mais pour rien au monde elle ne retournerait à Cleveland. Son immersion dans le tourbillon de San Francisco nous est narrée sur un ton drôle, piquant et dynamique. Cela s’explique en grande partie par le fait que le roman soit d’abord paru sous forme de feuilleton dans le The San Francisco Chronicle (un quotidien de San Fransisco). Ainsi tous les chapitres sont courts et se terminent sur un rebondissement ;

GIW GEM IN WAY

une révélation, qui nous rend incapable de reposer le livre. Les histoires de tous les personnages se croisent, se mêlent (s’emmêlent parfois) mais rien à faire on reste captivé, et les pages défilent sans qu’on s’en rende compte. Certains argueront que le style laisse parfois à désirer, ou que les personnages sont stéréotypés… Libre à eux de le penser, il n’empêche que j’ai été enchantée par ce roman et que si on n’échappe pas à quelques clichés je me suis bien souvent retrouvée dans ces personnages, drôles et attachants et qui, quand on y regarde de plus près, se révèlent finalement plein d’humanité. Pour ceux qui ont apprécié le premier tome, sachez qu’il en existe 7 autres, le dernier allant paraitre aux EtatsUnis le 2 novembre 2010! Au fil des tomes, le temps passe, les époques changent et le ton se fait plus sombre, l’auteur aborde en effet des thèmes

comme le Sida, ou l’angoisse face à la mort… Quant aux personnages, ils évoluent ; murissent et finalement l’action se recentre sur Michael, qui s’avère le plus attachant de tous les personnages alors que Mary Ann se transforme petit à petit en stéréotype de la working woman des années 80. Cela dit, laissons lui une chance de se racheter dans le prochain tome, Mary Ann in the Autumn (en attendant le titre français), dans lequel Maupin nous réservera surement de belles surprises… Valentine d’Arbonneau


Tendances

29

L’équilibre, ça se paie, ou en tout cas, ça se vend Si vous n’avez toujours pas entendu parler du nouveau bracelet « in », le « power balance », c’est que vous n’êtes pas à la page, ou que vous vous êtes exilé(e) dans un pays lointain cet été, au quel cas vous êtes excusé(e). Pour le reste, le GIW est là.

C

e bracelet, censé apporter l’équilibre physique et intellectuel à celui qui le porte, promet monts et merveilles pour une trentaine d’euros. Mais surtout, il suscite la polémique depuis cet été. Alors, sommes-nous face à un objet révolutionnaire ou est-ce un produit de plus élaboré par des marketeurs en panne d’inspiration ? Procédons à un rapide « balance » (lire bilan en anglais) des points forts et points faibles de l’objet. De nombreuses célébrités l’ont arboré cet été, et notamment dans le monde du sport de haut niveau : 1 point. Par contre, ces stars ont touché un énorme cachet pour se montrer avec, et ce ne sont pas toujours des sportifs crédibles sur le plan des performances sportives (Laurent Blanc ou encore Rubens Barrichello pour n’en citer que quelques uns). Son argument vendeur est plus qu’efficace : le bracelet apporterait équilibre et amélioration des capacités mentales : 1 point. Mais le fait est que les personnes précédemment citées

qui l’ont porté décrédibilisent un peu brale, favoriserait une meilleure enducet argument. rance physique, offrirait davantage de flexibilité et, le meilleur pour la fin, Son mode de fonctionnement repose conduirait à « un équilibre gravitationsur une théorie scientifique reconnue nel grandement amélioré » : 1 point. de tous : le « power balance » rétabli- Vous l’aurez compris, c’est plus effirait la bonne fréquence dans le corps cace que la Redbull, avec le mauvais goût en moins. Sauf que, bien sûr, sur l’emballage du produit est clairement indiqué le fait que les effets peuvent varier d’une personne à l’autre, donc rien n’est strictement prouvé, d’autant que les médecins s’opposent sur la véracité des bienfaits attribués à l’accessoire.

humain, c’est-à-dire celle qui est d’environ 7,8 hertz, plus communément appelée Schumann Resonating Frequence, le tout pour un bon équilibre de notre balance électromagnétique, paraît-il. Mais attention, ce n’est pas tout – et oui il est quand même très fort ce petit bout de silicone – il permettrait également de maintenir le « flux d’énergie » à son maximum. Selon le site officiel de la marque, le bracelet améliorerait la fonction céré-

En revanche, il a un atout non négligeable : son esthétisme. Doté d’un design sobre et passe-partout, il n’en est pas moins dans la tendance actuelle et se porte aussi bien au poignet féminin qu’à celui des messieurs. En résumé, le power balance, c’est plus du bla-bla que le nouveau gadget indispensable aux maladroits congénitaux, mais il peut faire passer de bons moments à ceux qui voudraient le tester sur autrui ! Jennifer Matas

GIW GEM IN WAY


30

Post’ESC

A la rencontre d’un ancien gémien, Sébastien Thomasson Le GIW a rencontré pour vous ce mois-ci Sébastien Thomasson, manager chez Earnst&Young, promo 2003. GIW : Bonjour Sébastien, pouvez-vous vous présenter ? Quel est votre par- GIW : Earnst&Young est un cabinet d’audit qui a la côte auprès des étucours ? diants en école de commerce. Quel est Sébastien Thomasson : Avant d’inté- le profil recherché par Earnst ? grer Grenoble Ecole de Management, ST : Justement, des profils de diplôj’ai fait un IUT GEA à Grenoble (je fais més d’école de commerce dans 60% tout à Grenoble en fait !). Ensuite, en des cas. On s’intéresse également aux deuxième année je suis parti en ap- écoles d’ingénieur (environ 30%) et prentissage à la Caisse d’Epargne à les 10% restants ont des profils divers. Lyon, à la direction financière. Déjà à Cette année, sur le pôle Rhône-Alpes Gem, je faisais partie de l’asso (Lyon-Grenoble), nous avons recruté Oblig’action, aujourd’hui Traders. On une trentaine de personnes et nous voulait une salle de marché à l’époque cherchons essentiellement des profils et je suis content de voir que c’est au- dynamiques. Nous avons besoin de jourd’hui fait. Puis en troisième année personnes motivées et qui sont capaje me suis orienté vers le conseil en bles de rapidement s’adapter, d’où organisation. Je n’ai pas fait de par- notre recherche de profils ESC. D’ailcours à l’étranger, j’avais déjà fait un leurs, à ce que je crois, Earnst est le stage de 4 mois en Angleterre au troisième employeur de Gem, après cours de mon IUT. S’il est vrai qu’un Schneider et HP. parcours en apprentissage ne permet pas de prendre part à 100% dans la vie GIW : Y-a-t’il un mode de recrutement de l’école, c’est tout de même grâce à particulier ? cette expérience que j’ai pu intégrer Ernst & Young à l’issue de ma scolarité ST : Oui, il se fait en plusieurs phases. D’abord, les managers se rendent aux à GEM.

forums des écoles pour récolter des CV et s’entretenir rapidement avec les étudiants (à Gem cela se déroulera en Janvier et Février normalement). Ensuite, nous organisons des demiesjournées de recrutement au cours desquelles nous faisons passer aux candidats une série de tests, en langue par exemple, un entretien avec un manager, puis un entretien collectif. Ce processus de recrutement existe depuis cette année et a été mis en place pour faciliter le tout pour le candidat, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Pour ceux qui auraient réussi à passer cette étape, un dernier entretien est organisé avec un associé (en général un responsable RH). Une fois le candidat recruté, il suivra une formation de trois semaines en septembre pour être opérationnel dès le 1er octobre. Pendant 2 ans, on est « junior », puis on passe « senior » pendant 3 ans, et si tout va bien, on devient manager au bout de ces 5 années. GIW : Et manager chez Earnst&Young, ce n’est pas trop stressant ? ST : C’est vrai que le rythme est assez irrégulier : il nous arrive d’avoir des périodes sur lesquelles l’activité est un

GIW GEM IN WAY


Post’ESC

peu moins dense comme en septembre, et d’autres très actives, entre octobre et mars en particulier. Mais cela ne m’empêche pas d’avoir une vie de famille ! Il faut simplement s’adapter, mais c’est difficile d’avoir une activité régulière en-dehors. GIW : Pourtant, vous vous investissez encore beaucoup pour Gem… ST : Oui, j’ai fait partie du jury d’admission cette année, c’était intéressant, mais je regrette un peu la phase de l’interview : auparavant, les candidats devaient interviewer un membre du jury avec un objectif à atteindre préalable. Aujourd’hui, ça peut partir un peu dans tous les sens. Dans l’ensemble, les candidats étaient plutôt crispés, ce qui se comprend. Ca m’a rappelé mon oral d’allemand pour rentrer à Gem :

31

au bout de 30 secondes, le prof m’a dit site de 250 hectares, peuplé de labo« Bon, on va continuer en français » ! ratoires internationaux et d'entreprises de pointe, "un MIT à la française GIW : Vous participez également de ». Toutes les informations à ce sujet façon active au réseau des anciens. Où seront disponibles sur le site de Gratrouvez-vous le temps ? duate. C’est difficile de maintenir un lien une ST : Les managers chez Earnst ont une fois le diplôme obtenu, pourtant, le régrande autonomie dans la gestion et seau est l’occasion de rencontres prol’organisation de leur travail. Les as- fessionnelles très intéressantes. Nos sociés nous confient des dossiers, petits déj’ sont un moyen de réunir des pour le reste on se débrouille. Cela me anciens autour d’un sujet, et ainsi fapermet d’assumer le poste de vice- voriser des échanges informels pour trésorier chez Gem GN (Graduate Net- développer ce réseau. En Isère, nous work). Par ailleurs, avec Thibault sommes plus de 1 700 anciens diplôBaron, nous organisons régulièrement més, c’est énorme ! Il nous faut capides petits déj’ thématiques. Le pro- taliser sur ce réseau. Et d’un côté, cela chain devrait avoir lieu en novembre à me permet d’avoir une activité toute l’ESC. Le thème devrait être le projet autre que le cœur de métier d’Earnst. « Giant ». Ce projet de restructuration Propos recueillis par du polygone scientifique au confluent Jennifer Matas de l'Isère et du Drac vise à faire de ce

GIW GEM IN WAY



GIW 20