Page 1

Gem In Way

Numéro 11 - octobre 2009

L ’Apparence de Dali, le miroir de l’être

Dossier

Opinion

Culture

Croyance, Apparence, Appartenance page 7

Publicité Choc - Grippe A page 14

Cinéma - musique - mode.... page 20


Edito peut être On croit que le chapelier fou est fou our vivre, l’Homme a besoin assimilée mais le plus fou dans tout ça c’est de de Croire. Qu’il s’agisse de à l’appane pas croire que les fous ce sont religion, d’amour, d’averence. On nous. C’est vrai où avais-je la tête se nir,… il doit pouvoir se rattacher à croît sadit Roger. Roger ?? Roger Rabbit !!! quelque chose. Des concepts parvoir, on Dans beaucoup de cas finalement ce fois flous que l’on ne parvient pas p e ns e n’est pas la folie qui est en jeu, les soi-même à identifier, mais qui réconnaître personnages sont excentriques, colo- gissent la plupart de nos pensées. et finalerés, euphoriques, drogués,… mais Ces croyances permettent d’avanment la pas fous ! cer sans être envahi par des quesdouce iltions existentielles et encombrantes qui tiennent plus lusion se révèle au grand jour. lieu d’obstacles que d’une réelle Les croyances créent des apparteSans transition l’édito. pensée philosophique. La croyance nances. Elles permettent à beaucoup de s’identifier à un groupe. Ce sentiment d’appartenance rassure, nous protège. Il éloigne de la solitude et nous empêche de nous retrouver seul avec nous même… La croyance inhiberait-elle la pensée ?

P

4

News

6

t Portrai Dossier

7

. . . e r i a Somm

n o i n i p O e t i l o s n I JDA Ar t s

Le fou pense et l’autre croit penser. Je pense que je préfère être folle plutôt que de croire appartenir à un groupe qui n’est en fait qu’apparence… Aucunes illusions perdues, pas d’illusions déchues, sans elles nos pensées manqueraient cruellement de couleurs !!

e r u t l u et C

C S E t s o P

14 17 18 20 26

Embrouillés ? Perturbés ? Chavirés ? Je vous laisse tourner les pages et découvrir des articles qui vous donneront un semblant d’explications… Bien à vous Mélody Banquet


Mémo Allons-y gaiement ! Les connaisseurs en devise auront tout de suite reconnu celle du 29ème Bataillon des Chasseurs à Pied français « Allons-y gaiement ». Conquérants de tout temps, gémiens suivez l’exemple ! ’entrain et la jovialité qu’on lit dans cette devise devraient tracer la voix de la bonne humeur ambiante dans notre école. « Allons-y gaiment » ou comment savoir concilier vivre à GEM et plaisir d’être à GEM ! Mais c’est très simple l’ami ! Aller de l’avant : c’est poser les pierres de l’édifice de ta vie, gravir les échelons du temps, grimper les monts enneigés et franchir les gouffres insondables… ou plus simplement peut-être te lever

L

le vendredi matin. Aller de l’avant, et avec le sourire en plus, pour le plus grand bonheur de tes congénères qui eux aussi ont la langue pâteuse et les paupières lourdes mais sont malgré tout présents sur les sièges coulissants des amphis. Ne crois surtout pas être seul à connaître cette apathie qui te fond les neurones le vendredi matin et qui ne t’empêche pourtant pas de te mettre en rage contre ce siège coulissant qui ne tient pas en place ! Le vendredi matin et les chaises coulissantes des amphis sont deux énigmes qui te perturberont toute ta vie étudiante. Tu penses être entré en connivence avec le point d’équilibre de la chaise mais voilà ton portable vibre, tu te précipites

L’Agenda du mois

sur ta poche et la chaise se défile brutalement. Elle te laisse bras ballants et tête sous table. Tu te redresses sur le siège au prix de moult et vains efforts. Peine perdue ce vendredi matin ne t’accordera aucun répit. Pourtant on dit bien que vaincre sans péril reste un triomphe sans gloire. C’est oublier que la chaise de l’amphi n’a pas lu Le Cid et n’entend rien aux corneilles. L’énigme du vendredi matin et des chaises coulissantes te salue bien bas et espère te causer encore bien des dommages sans intérêts ! Ceci dit une solution s’offre à toi gémien contre les chaises coulissantes. Pour en finir avec ce drame quotidien, simplicité oblige : éteins ton portable, ne laisse rien par terre, comme ça tu n’auras pas à te baisser pour récupérer quoique se soit! Je t’en prie ne me remercie pas on me dit toujours pleine de bon sens. Céline Sandrin

15 Octobre :

la Chauff ’mut powered by Jai et K’fet

23 Octobre :

anniversaire Gigi !

25 Octobre: départ en vacances ! (nous souhaitons force et honneur aux 2A qui ont des rattrapages) 4 Novembre : amphi de dévoilement des listes (avant, tout doit rester top secret, n’est-ce pas les listeux !!) 5 Novembre : BigBand : la soirée des polos (revendique ton appartenance !) powered by Ongame et Forum 7 Novembre : 25 ans du BDS....Journée et Grosse soirée!!


News Interview Nathalie Chiabot Vous voilà aux portes de l’ESC, l’appréhension de l’inconnu vous taraude ! Qui prendra soin de moi entre les murs de l’école ? Une personne est là pour toi 1A. Mais je n’en dis pas plus et la laisse se présenter.

Gem In Way : Pourriez- vous vous présenter, nous parler de vous de manière informelle ?

vous le voyez, l’école bouge et évo- dans les coups durs et ils participent à notre VIE de tous les jours ! lue tout le temps ! Et surtout, surtout gardez TOUGem In Way : A quel sujet les 1A JOURS le sourire… Et rappelezdoivent s’adresser à vous (dans quel vous : il n’y a jamais de problème, uniquement des solutions :o) A but, quelle situation)? bientôt, Nathalie N.B : Je ne dirais pas dans toutes les situations mais presque… Vous devez avant tout consulter My Esc Te voilà maintenant avec tous les pour connaître vos interlocuteurs, outils en main pour réussir tes premais si vous ne trouvez pas votre miers pas à GEM. Il faut savoir bonheur vous pouvez venir me voir profiter des bons côtés de cette ou m’adresser un mail et j’essaierai école mais comme tout abus il est de trouver la personne qui elle dangereux pour la santé. Ne crois pas que l’information te sera servi saura y répondre… sur un plat d’argent il faudra invoGem In Way : quels conseils pour- quer MyESC à la recherche du sériez-vous leur donner pour s’épa- same qui t’ouvrira les portes du nouir dans leur première année à savoir (longue métaphore filée sur le thème d’Ali Baba j’en conviens). GEM ?

Nathalie Chiabot (Administratrice des 1A): J’ai un p’tit peu plus de 40 ans ! Mariée ! 2 grands enfants ! J’adore cuisiner pour recevoir mes Ami(e)s, le bon vin et faire la fête… Ma passion ? La moto ! Les sorties du dimanche et les longs weekends en moto… Mes dernières vacances en moto ? L’Autriche ! Génial ! Ma série préférée ? Les experts Las Vegas ! J’adore bouquiner, N.B : Se faire plein d’Ami(e)s et sursurtout qu’avec le trajet en train j’ai tout bien les choisir :o) Les Ami(e)s seront toujours là pour vous aider du temps devant moi. GIW : Pour reprendre une tournure plus sérieuse : va- t-il y avoir des changements cette année en première année ? N.B : Du changement ? Je viens de terminer un cycle puisque ma promo était la promo 2005-2008 et je peux vous dire que depuis il s’en est passé des choses… Déjà, vous avez plus de choix de parcours qu’avant : English Track, Trilingue, vous pouvez passer votre TOEIC dès votre 1ère année, les Groupes L et M n’existaient pas ! Alors comme

4

Interview réalisée par Céline Sandrin


News L’asso People en mouvement ! Non non « Be hot Be Kfiot » tient toujours la route, la K’Fêt était, est, et restera l’asso people de l’école, mais les peoples ne sont-ils pas à la source des tendances ? Cette année K’Fêt innove, K’Fêt se chauffe ! Gem In Way : Commençons par le vital : La K’Fêt innove-t-elle à travers ses formules des repas ? Fabrizio Bertozzi : De nouveaux plats envahissent nos rayons : des sachets de riz Uncle Ben’s aux Pasta Box (cf mezzo di pasta) en passant par les pizzas Domino’s nous varions largement nos propositions tout en restant les moins chers. Nous avons également un projet de Sushi et bien d’autres surprises tout au long de l’année ! GIW : Après la réussite du repas indien l’an dernier, la K’Fêt introduira-t-elle de nouvelles cultures? Fab : Nous parcourrons évidemment d’autres contrées cette année. De la culture indienne nous passe-

rons aussi par exemple au repas martiniquais et nous essayerons de mettre à l’honneur encore d’autres pays pour un tour du monde de la gastronomie !

locaux pour les assos et leurs GP, bref nous nous mettons en quatre pour vous ! GIW : La K’Fêt et l’administration?

GIW : De nouvelles animations fe- Fab : Nous voulons de plus en plus ront-elles de la K’Fêt un endroit à impliquer l’administration dans cette Place to be, lieu de rencontre. ne pas manquer ? Pourquoi ne pas lancer aussi un Fab : Nous avons établi un nouveau événement régulier où professeurs partenariat avec la radio, appelée et étudiants discuteraient ensemble Micro-Onde qui prépare une autour d’un café. émission régulière intitulée e K’Fêt’show (le côté fun de la K’Fêt GIW : La K’Fêt remet-elle au goût se lâchera joyeusement ce jour-là) du jour des événements, en crééeet une animation quotidienne à t-elle de nouveaux ? thème (jazz, rock, etc …) de 13h à Fab : Nous allons voir pour rétablir 14h. Pour ceux qui auraient remarqué les pots de Noël à la K’Fêt. Que je l’écran de télé : si on nous laisse l’ac- m’explique les pots de Noël se décès aux télécommandes (en négo- roulaient un des derniers jours ciation) nous prévoyons la rediff de avant les vacances de Noël. Les étumatchs, de clips, etc. ainsi que la diants et les professeurs se quitdiffusion de supports vidéos pour taient en se souhaitant de joyeuses d’autres assos. Cela reste encore en fêtes dans une ambiance détendue et joviale. suspens … Nous avons aussi des idées en cours pour créer un aerwork régulier GIW : la K’Fêt et les assos ? dans un bar à proximité à des tarifs Fab : Un nouveau plus que réduits pour les étudiants. poste a été mis en place, « Responsable GIW : Le p’tit mot du prez ! Inter-Asso », pour simplifier et rendre Be hot Be Kfiot ! Plus sérieusement plus efficace le travail on fait un max d’efforts pour avoir avec les autres assos. les tarifs les plus bas pour les étuNous livrons des diants et on se défonce encore plus sandwichs et des bois- fort pour mettre l’ambiance en soisons sur des événe- rée, c’est ça la K’Fêt : du rêve non ments ainsi qu’en stop ! Interview réalisée par réunion, nous metCéline Sandrin tons à disposition nos

5


Portrait Eco responsable? Pas seulement... Le développement durable pour toi n’est qu’une histoire de mode ? Former les managers de demain n’est pour toi qu’une Utopie ? Nous avons décidé d’interviewer Jordan Defas, Vice-président de l’association Dolce Vita et responsable de la compétition Sife qu’il va nous présenter, pour vous convaincre du contraire.

ment, de l’entrepreneuriat durable, les valeurs d’équité et d’ouverture. GIW: Quelles ont été tes motivations pour t’engager dans ce projet?

J.D: Je suis arrivé à Gem après une classe prépa, sans forcément être engagé ni sensibilisé au développement durable mais je Gem In Way: Peux-tu nous expli- cherchais un projet porteur de quer ce qu’est SIFE ? Quelles sont valeurs en complément de ma les actions de cette association ? participation à une liste BDE ou aux différents évènements de société. Son but ? l’école et à ma vie au Barreau. Jordan Defas: Sife (Students In Free Comme la plupart des étudiants GIW: A ton avis comment va évoEnterprise) repose sur 4 grands pi- j’avais un apriori sur ce qu’était le luer le développement durable ? développement durable : recyclage, liers : •Favoriser l'esprit d'entre- écologie, contraintes permanentes. J.D: Pour moi il n’y a pas d’avenir sans développement durable. Eviprise et encourager un comportement socialement responsable Pour moi il y a mille façons de faire demment, les films chocs tels du développement durable, repen- qu’Home ou Une Vérité qui déauprès des étudiants. •Développer l'esprit citoyen ser l’approche de nos cours en y in- range d’Al Gore sont là pour nous auprès de nos interlocuteurs : en- tégrant une dose de durabilité et le rappeler, l’urgence écologique est d’éthique, accompagner les entre- un fait et ne doit pas être le fardeau treprises, écoles, étudiants. •Apporter des opportunités prises dans leurs stratégies de que nous laisserons aux générade rencontres et de collaborations transformations de leurs modes de tions futures mais bien le défi face production, de management et in- auquel nous nous devons de nous entre étudiants et entreprises. •Promouvoir et valoriser tégrer au jour le jour les idées et les préparer. des projets étudiants sur l'entrepre- réflexions de demain, voila ce qui Cependant, le développement duneuriat ayant une utilité sociale et m’a attiré. Sife est une belle vitrine pour le dé- rable va bien au-delà, il va et doit un intérêt général. veloppement durable, la compéti- devenir un gage d’efficacité à la fois Les projets menés par les étudiants tion internationale doit permettre écologique et économique pour sont présentés lors de la compéti- de montrer aux plus pessimistes l’entreprise en fournissant de noution à un jury de professionnels que le développement durable n’est velles opportunités de marchés issus des plus grandes entreprises pas synonyme d’écologie, de mais aussi une nouvelle définition mondiales. Ce rendez-vous annuel contraintes et d’inefficacité mais du concept même d’entreprise. réuni des étudiants venus de 48 une approche différente et engagée Interview réalisée par pays partageant le goût de l’engage- du monde de l’entreprise et de la Mélodie Banquet

6


Do ssie r

Croyance, Apparence, Appartenance


Dossier La vie en ESC et la foi, font-elles bon ménage ? Que pensent les plus concernés par le fait de « vivre leur foi en ESC » ? Les tribulations d’une catholique, d’un musulman, et de deux juifs étudiants à GEM. ’intérêt est vraiment ici d’essayer de comprendre comment nos principes religieux s’accommodent de notre vie en ESC (soirée, alcool, etc.). Je m’adresse maintenant à vous en tant qu’étudiante catholique.

L

Le thème de la débauche est abordé de multiples manières dans la Bible et la condamne dans tous les cas. Où trouver alors les limites des

La foi catholique présente dans les contrées les plus étranges

gosier) je ne détruis pas mon intégrité, ma foi catholique s’en accommode sans problème. Le moment où je décide de boire pour être grisée, de boire pour oublier, autrement dit que je bois à la recherche des effets néfastes de l’alcool; à ce moment là je commets une faute. Je renie ma qualité d’être humain libre de corps et d’esprit puisque je lie mon sort aux effets de l’alcool sur mon corps. Ainsi, effectivement, je peux dire que ma foi catholique est mise à rude épreuve en ESC car par exemple l’usage que j’ai de l’alcool dépasse souvent la dégustation ou le simple verre de l’amitié. Je peux choisir d’ignorer les principes de ma foi et de m’enivrer, cependant avec la conscience que je suis en porteà-faux avec mes croyances religieuses (Elles conservent pourtant leur force, une ambiguïté que je n’explique pas).

plaisirs en ESC ? Si je prends le cas Pour faire un bilan, je dirai que ma de l’alcool. Boire de l’alcool n’est vie étudiante ne remet pas en cause pas mal en soi, toutefois l’intention ma foi. Je n’estime pas vivre dans que je mets derrière modifie le fait un monde de débauche systémade boire. Si je bois par goût, par re- tique, mais que la tentation est cherche d’un plaisir simple grande de dépasser les limites. (comme le vin rouge de table qui Dans ces occasions ma foi cathoaccompagne le fromage dans mon lique ne fait pas bon ménage avec

8

ma vie en ESC. Je terminerai, néanmoins, en rappelant que bien souvent la Bible illustre des comportements exemplaires plutôt que des interdits. La liberté d’agir se fait donc plus importante et du coup plus responsable. Je laisse la parole à un étudiant musulman. Avant toute chose je souhaiterais préciser un détail important à mes yeux: même si la religion (ici l’Islam) dicte une unique ligne de conduite, je considère pour ma part qu’elle est tributaire de l’interprétation de chacun et qu’elle reste, une affaire personnelle. Dès lors, les lignes qui vont suivre n’engagent que ma vision des choses et une manière personnelle de vivre sa religion. Les bases étant jetées, entrons dans le vif du sujet ! Le séjour en école de commerce peut s’apparenter à la célèbre émission de téléréalité : «l’île de la tentation ». Alcool, drogues (douces), sexe, etc. Bienvenue en enfer, lieu de débauche et de tentation. Que ce soit au Wei, aux « préchauffes » ou aux soirées du jeudi soir, l’alcool est omniprésent et coule à flot. Les gens sont saouls et ne respirent pas l’intelligence… Quoi de plus légitime alors que d’avoir envie de boire pour se désinhiber et se lâcher totalement. Mais non. Non, je n’en ressens pas l’envie. Oui je m’amuse sans boire. Je dirai même que la religion


Dossier constitue un atout de ce point de vue là puisque le fait de ne pas boire me permet d’éviter de nombreuses erreurs et autres comportements que je constate. Mesdemoiselles messieurs, sachezle, la sobriété est un atout non négligeable… Il existe cependant quelques contraintes dans la vie d’un musulman dans l’école. Celles-ci sont certes minimes, mais elles existent. Un exemple simple et parlant d’une situation que j’ai vécue bon nombre de fois : je pénètre dans notre chère K-Fêt, l’eau à la bouche après une rude matinée, dans le but de « dévorer » un sandwich ou un panini ; avant de repartir bredouille, l’estomac sur les talons. La raison ? Il ne reste que des sandwichs et des paninis au jambon…La contrainte la plus pesante reste le mois de Ramadan. Même si ce mois passe finalement assez vite, il constitue néanmoins une rude épreuve. En effet, participer pleinement à la vie en Esc (Wei, cours, pots, sports, travail associatif, etc) le ventre vide du matin au soir n’est pas une mince affaire. La fatigue et la faim deviennent des compagnons d’infortune… Malgré tout, exercer sa foi en école de commerce me semble être un acte faci-

lement réalisable puisqu’ en ce qui me concerne, la religion ne doit en aucun cas s’aventurer au-delà des frontières de la sphère privée. A l’école, j’essaye, dans la mesure du possible, d’être un gémien comme un autre…

d’idées reçues, l’alcool n’est pas interdit dans la religion juive, en école de commerce non plus... ça tombe bien ! La présence d’alcool aux soirées ne constitue donc pas un handicap pour un juif souhaitant s’intégrer dans la vie de son école. Parfois même, le puissant breuvage permet de pouvoir discuter de manière enrichissante et constructive car sans complexes sur certains sujets réputés tabous en période d’abstinence. Cela ne veut pas dire non plus que le judaisme cautionne les soirées aux 2C et ce qui s’y passe lorsque, le gémien moyen s’en va, ses consos dans le nez, taquiner la gémienne au son des Salopes Salopes , Sal’…opes ! Dans la religion comme à l’ESC, il s’agit de trouver sa voie.

Des étudiants juifs s’expriment : En théorie, l’école de commerce, laïque, ne devrait pas poser de problèmes d’ordre religieux aux étudiants. Dans la pratique, les choses sont un peu différentes. Les fêtes juives ont toutes la bonne idée de tomber pendant les jours de cours et l’on se retrouve très vite « à la rue » à force de s’absenter sans jamais rattraper. Sans parler du programme 2A ou des cours commencent à faire leur apparition le Chabat, jour du seigneur chez les juifs. Venons en maintenant au sujet principal qui nous occupe… Les Céline Sandrin et autres étudiants. soirées et l’alcool en école de comla religion musulmane ne compte merce. Contrairement à beaucoup plus ses fidèles à travers le monde

9


Dossier Burqa et liberté, faut-il chercher l’erreur ? La burqa, est trop facilement perçue comme un outil de plus pour soumettre la femme aux hommes qui l’entourent, on l’apparente alors à la peur, la honte. Mais cette interprétation arbitraire n’oublie-t-elle pas quelque part la religion, base même du principe du port de la burqa ?

es femmes voilées font partie du paysage français, c’est un fait. Nous avons tous nos idées sur le sujet, mais qui, parmi les gémiens, a déjà demandé à une femme portant le voile, pourquoi elle le faisait ? Pourtant, inutile d’aller bien loin, on a tous croisé dans nos couloirs certaines femmes de ménage voilées…

L

sont alors directement et uniquement destinés à Dieu, car, d’un point de vue croyant, il est « l’unique et le seul digne d’être adoré ». Dans ce cas là, de la même manière qu’une femme remplit ses obligations de jeûne ou de prière dans le but de respecter les valeurs musulmanes, elle portera le voile ou la burqa. Nous ne voyons que quelques centimètres carré de peau de ces femmes, il est vrai qu’il est difficile de ne pas qualifier la burqa de «pri-

«

La pudeur est une vertu

»

son ambulante » comme l’ont désigné certains parlementaires. Et pourtant, contrairement aux idées reçues, l’Islam accorde une place privilégiée à la femme : le Saint Coran dote la femme d’une personnalité distinguée, elle est digne et noble. L’Islam n’impose pas la burqa, juste le voile. Par contre, et c’est là tout l’enjeu de la burqa, il prône la pudeur.

Aujourd’hui la femme musulmane n’est malheureusement pas toujours considérée dans son individualité. Ainsi, quand elle agira dans le sens de la religion, on cherchera les hommes qui l’entourent pour expliquer son action. La femme musulmane adore Dieu, elle se soumet, en tant qu’être humain - donc au même titre que son père ou son mari - à Dieu. Leurs actes religieux La pudeur est en effet une vertu défendue par bien des cultures, et l’Islam en fait une qualité essentielle de l’homme. Ainsi, en quoi serait-ce plus

10

légitime de tolérer une femme au décolleté plongeant et à la jupe aussi longue qu’une ceinture qu’une femme dont on ne voit que les yeux et les mains ? La femme musulmane qui, par choix, manifeste sa foi est-elle moins libre que celle qui se dénude ? Que la pudeur choque, pourquoi pas. Mais dans ce cas, soyons choqués dans les deux sens, ne tentons pas de défendre un corps sous prétexte qu’on en voit directement la peau. Assimiler une femme portant la burqa à une prisonnière est le discours de quelqu’un qui se dit libertaire. Malheureusement cette personne là ne verra la liberté que là où cela l’arrange… Est-il aujourd’hui vraiment difficile de croire que l’on peut vénérer un Dieu de son plein gré ? Surtout quand on est une femme musulmane, parce que grâce à certains mouvements tels que « Ni Putes Ni Soumises » qui se veulent révolutionnaires, la femme musulmane de la France d’aujourd’hui n’a plus le choix qu’entre deux profils, la pute ou la soumise. Grande nouvelle messieurs les libertaires : la liberté de la femme musulmane, en soutenant ce genre de mouvements, c’est vous qui la lui enlevez. Houria Senouci


Dossier Tolérer l’intolérable? Loin de l’idéologie musulmane, la burqa n’est pas une prescription coranique : c’est une interprétation des textes par certains intégristes (mouvement salafiste en France). Au-delà de cette clarification, concentronsnous sur ce qui dérange chez certains français lorsqu’une femme portant la burqa ou le Niqad passe devant eux.

soumission à une société masculine qui ressort. Loin d’une égalité hommes/femmes, ces fantômes noirs nous inquiètent, nous effraient même. C’est une question de liberté individuelle. Peut-on appeler pudeur (cf Larousse : Disposition à éprouver de la gêne devant ce qui peut blesser la décence, devant l'évocation de choses très personnelles et, en particulier, l'évocation de choses sexuelles) le

l’égalité hommes/femmes sont loin d’être des valeurs catholiques. « Le Coran ne fait ni allusion à la burqa ni au foulard » affirme la secrétaire générale de l’association ’’Ni Putes Ni Soumises’’ (Asma GUENIFI). Ce n’est donc pas un débat entre catholiques et musulmans, c’est un débat basé sur des valeurs occidentales, comme les libertés individuelles. S’il est malheureux de devoir les imposer, il est en revanche de notre devoir de les promouvoir sur notre sol.

renez un guide touristique pour aller en Egypte, et il vous sera conseillé de ne pas Voici un commentaire de porter des décolletés, des la cour de cassation pour mini-jupes etc. Pourquoi? justifier son refus d’accorSimple respect de la culder la nationalité franture de ce pays. En effet, çaise à une femme une fois sur place, il appaportant la burqa : "Elle raît déplacé pour les mène une vie presque refemmes d’être trop dénucluse et retranchée de la dées. En France, porter la société française. Elle n'a burqa n’est pas un signe aucune idée sur la laïcité d’assimilation de la culou le droit de vote. Elle vit ture occidentale. Un logement fait de porter la burqa ? Cacher ses dans la soumission totale aux HLM a été refusé à une femme por- poignets n’est pas un signe de pu- hommes de sa famille et semble tant la burqa en avril dernier. Cela deur. trouver cela normal. L'idée même de contester cette soumission ne Le Coran ne fait ni Des centaines de femmes en France l'effleure même pas". La burqa n’est se croient obligées de porter la donc pas un symbole d’émancipaallusion à la burqa burqa à cause de cette « pudeur ». tion. Or à l’origine, ce qui n’était porté ni au foulard que dans certaines tribus d’Afgha- L’éternel débat revient : a fait polémique, mais devant un nistan a été imposé par le gouver- Doit-on tout tolérer pour plus de litel communautarisme, il paraît im- nement en place. C’est donc une berté, ou doit-on interdire l’intolépossible d’intégrer ces femmes. poignée d’hommes qui a imposé ce rance ? voile aux femmes, et non pas Dieu. Sous des arguments de pudeur, Mais ne parlons pas de religion là Swann FERRAND c’est une honte de son corps, une où elle est absente. La liberté et

P

«

»

11


Dossier La Identidad latinoamericana ? Ya sé que pocos me van a leer. Sé también que a muchos no le va a gustar este articulo y que muchos no van a ser de acuerdo conmigo. Pero hablando de identidad me pareció interesante hablar de eso. Primero de todo y para buscar los rasgos principales de la identidad hay que evitar los discursos simplificadores (aun que al parecer si somos buenos en esto)..

ara muchos la “latinoamericanidad”, parece haber sucumbido frente a los embates de los nacionalismos regionales (quien dijo de Chavez?). Me queda la sensación de que al final la única cosa en la que los latinoamericanos no son de acuerdos es la definición de una “identidad”. Así, por una parte, muchos aceptan que los rasgos propios en literatura, fútbol o política se han desperfilado como contribuciones locales y tienden a desaparecer en la globalización y mercantilización de la cultura. Lo que para muchos constituye una identidad. Y, por otra parte, desconfían de aquellas definiciones “esencialistas” o “fundamentalistas” sobre el ser latinoamericano que quizás aludan a la religión o los factores étnicos. Lo que, para mí no tiene que ser.

P

Se queda, entonces, con un nacionalismo que triunfa y con una latinoamericanidad vacía de contenido. A lo más, muchos reconocen una “sensibilidad” latinoa-

12

mericana “hecha de naturaleza y sociabilidad natural, de defectos, de impulsos caracteriales”. Pero el recurso a esta sensibilidad casi natural, peca también de esencialismo y se contradice con su sospecha acerca de esas soluciones. Aun que para mi decir que existen “impulsos caracteriales colectivos” es tan estupido como decir que un frances reacciona como un aleman o como qualiquier otro europeo. Como si para ser latinoamericano compartiéramos (si si ya sé no soy latinoamericano pero bueno …) rasgos morales. La latinoamericanidad no consiste en una psicología compartida. ¿Motivo entonces para decir que no existe? No lo creo. Si por esa “sensibilidad común” se entiende un cierto sentido de fraternidad y lealtad con los otros miembros de la “comunidad imaginada”, bueno, creo que si existe. Quieren pruebas? No hay nada más simple que eso... Suben hasta el segundo pizo

y piden a cualquier latinoamericano. El problema es cuáles son sus contenidos. Pienso que entre una dudosa y vaga “sensibilidad común” y el nacionalismo (o comunismo, como dicen mis amigos de la Universidad Nacional de Colombia) existen otras posibilidades. Tampoco creo que lo específico de las tradiciones locales se vaya desvaneciendo con la globalización. Por ejemplo, la adopción de las hamburguesas, de los jeans y de las fiestas de Halloween es una realidad en muchas partes de América Latina, pero hasta el momento no veo que tengan mayores impactos identitarios. ¿Cuáles son los contenidos entonces de la identidad latinoamericana? La respuesta hay que buscarla en la intersección de muchas cosas, pero tratando de evitar los relatos simplificadores que ponen el acento exclusivo en un rasgo privilegiado: sea el catolicismo, o la raíz indígena o el mestizaje. Baptiste.


Dossier Le Donjon ou l’Ecurie, où ira crêcher Raoul ? Il y a quatre ans, le rappeur gabonais Lestat a envoyé un message à Omar Bongo Ondimba (Président du Gabon), pour lui demander : «Tenez compte du talent plus que de l'appartenance ethnique des Gabonais ! ». e message paraît clair: l’appartenance à un peuple, à une ethnie ne fait pas la qualité de l’Homme. Le titre de l’article met en scène le nom de certaines des colocs de l’ESC. Pour la plupart des lieux déjà mythiques dans les têtes de nos étudiants. J’aborde le thème des collocs qui sont à mon sens l’emblème d’un sentiment d’appartenance très fort. On ne naît pas Roux on le devient ! Le nom du Donjon ne reflète en rien l’amour de la coloc pour le Moyen Age et les châteaux-forts… Non ! Mais si jamais vous observez un des colocs donjoniens, vous remarquerez qu’il se sentira un peu chez lui dans tous les donjons dés-

C

ormais. Appartenir à … devient donc « devenir » au futur, « transformer » au futur proche. Voilà ainsi l’envie profonde qui anime nos jeunes gens à GEM. On veut appartenir pour ressembler à, j’aurais voulu être un artiste, la Zone Art me voilà ! Le cheminement de cette théorie semble simplissime, approfondissons encore un peu. Alors que faire. Rester soi-même et s’isoler en se construisant seul ? Intégrer un groupe, quitte à transformer notre personne, notre approche de la vie ? Avez-vous demandé à un Pulpsection ce qu’il pensait de la vache Milka avant les listes BDE, puis après ? Son regard n’est plus le même. Ne pas avoir peur de se laisser façonner par nos groupes d’appartenance. Le plus dur est de choisir à qui faire confiance pour créer son identité! Une autre facette se dessine à tra-

vers cette dernière phrase, si on se laisse façonner, il y en donc pour façonner dans notre groupe. Et oui appartenir à un groupe c’est agir dans le groupe, orienter ce que l’on veut en faire ! (autre banalité qui mérite d’être rappelée). Choisir d’appeler la Coloc « le Barreau », c’est créer une identité qui nous ressemble (attention les gars du Barreau ne me faites pas dire ce qui n’est pas écrit ici !). N’oublions pas alors que le meilleur moyen de respecter ce que nous sommes, de forger notre propre personnalité, ce n’est pas en fuyant les groupes, listes BDE, assos, colocs qui paraissent formater leur membres mais en intégrant le groupe de son choix, en participant à son devenir et donc au nôtre. Un but commun s’atteignant de multiples façons ne soyez pas surpris des mésententes, des dissensions, vos camarades de galère vous apprécient un tant soit peu quand même ! Car pour finir « Appartenir à», cache les moments de plaisir à vivre en communauté avec d’autres personnes qui, si elles ne sont pas le miroir de vos volontés, vous aiment et vous accordent leur confiance, ont envie de vous revoir le soir pour manger ou boire un pot! Céline Sandrin Escapade, l'asso dont tu ne ressorts pas indemne... En vous remerciant, Aurevoir !

13


Opinion Publicité meurtrière ? times : 28 millions de personnes sont mortes mondialement et chaque jour 5000 nouvelles victimes s’y ajoutent. On pourrait alors conclure au succès de la campagne. Toutefois, utiliser l’image des plus grands ’image ne laisse pas de mar- pourfendeurs des droits de bre. Le spot télévisuel non l’homme, de sa dignité et de son plus. « Das comittee » crée la polémique avec sa campagne publicitaire pour la journée mondiale contre le sida. La société allemande a en effet défié la chronique en utilisant pour la personnification du SIDA les visages d’Hitler, de Saddam Hussein et de Staline. Jusqu’où peut-on aller dans la provocation ? Où se situe la limite entre la provoc’ et le malsain ? Le but de la publicité, surtout pour des campagnes de maladies, est d’attirer l’attention, de provoquer la réaction du public mais à quel prix ? La portée de la campagne est impressionnante : le spot a été traduit en anglais et en allemand et est diffusé sur différents sites (mais a toutefois été retiré de youtube). L’ objectif des créa- respect dans une publicité passe teurs est donc atteint. L’association difficilement comme une lettre à la a voulu choquer pour remettre poste. l’épidémie sous les projecteurs. En effet, l’intérêt pour la cause décroît, Si le sida peut être assimilé à un contrairement au nombre de vic- tueur de masse le risque est que le Hitler, Staline et Saddam Hussein à chaque coin de rue, dans les magazines ou à la télé …allez ne faites pas de manières, c’est pour la bonne cause…

L

14

qualificatif soit attribué aux porteurs du virus et non plus à la maladie elle-même. A présent, imaginez vous croiser un séropositif… Quelle est la première image qui vous viendrait en tête ? Les porteurs du virus sont déjà suffisamment stigmatisés, l’image de tueur de masse n’était pas forcément nécessaire. La lutte ne doit pas se porter sur les séropositifs mais bien sur le virus. Or, la personnification appelle à l’amalgame entre Hitler et les malades. On ne peut pas assimiler un virus, si terrible soit-il, à un monstre à figure humaine. Certains me répondront que le séropo qui fait l’amour sans se protéger est un tueur mais cette campagne ne fait qu’entretenir la peur et l’insécurité face à la maladie et donc face aux malades. Aucune trace du virus, d’un préservatif, juste une femme et Hitler en plein ébat (d’ailleurs qui est le séropositif dans l’histoire ?!) et cette phrase…« Le sida est un meurtrier de masse. Protégez-vous. » A cause de leur maladie, les séropositifs voient des amis disparaître de leur vie, ils sont obligés de renoncer à certaines relations amoureuses… Il est difficile de voir la peur dans le regard des autres


Opinion quand on attend de l’amour ou de l’amitié. Déjà qu’ils sont effrayés à l’idée de le transmettre, mais de voir la peur inscrite dans les yeux qui leur font face n’arrange clairement rien. La stigmatisation, les discriminations et la pénalisation ne peuvent que produire des effets délétères, à savoir que les séropos tairont leur maladie et que les séronegs ou séroignorants (qui ne connaissent pas leur statut sérologique) se feront moins ou pas du tout dépister (quand une maladie est stigmatisante et discriminante, voir culpabilisante, on n’a pas envie de savoir si on l’a). Un des risques également est la banalisation de personnages ou de faits historiques graves. Aujourd’hui les gens parlent d’Hitler et de ses pairs avec un détachement déconcertant. Nous appartenons à une génération qui n’a pas vécu l’histoire de cette période mais qui l’a apprise. Comment parvenir à garder une certaine réserve face à des sujets qui nous échappent totalement ? Car ne nous leurrons pas, nous sommes loin de comprendre ce qui a pu réellement se passer au siècle dernier. Nous sommes donc totalement incapables d’imaginer la portée de tels actes. On peut rire de tout mais pas avec tout le monde…On peut utiliser des images chocs pour sensibiliser mais pas n’importe lesquelles ! Mauvais calcul les mecs ! Ce n’est pas la première fois que des images chocs sont utilisées dans le

monde publicitaire. A chaque fois ces publicités sont des campagnes de préventions, des appels à l’aide, des cris de désespoirs. Leur but est de dénoncer, de sensibiliser afin que les gens se rendent compte d’un problème dont ils n’ont pas forcément conscience ou qui est bien loin de leurs préoccupations quotidiennes. Je pense tout d’abord à cette jeune femme qui a accepté de poser nue pour dénoncer l’anorexie. Certains affirmaient que ce genre de message n’était pas acceptable car il risquait de choquer la France. Le problème est que des personnes qui ne sont pas anorexiques ou qui n’ ont pas dans leur entourage des personnes qui le sont ne se rendent pas compte de l’importance de cette maladie sans de telles campagnes. Ce n’ est donc pas le fait d’utiliser des images choquantes qui est gênant mais l’image choisie et l’usage que l’on en fait. Cette fille a émis la volonté de poser pour dénoncer sa maladie. Elle a fait preuve d’un courage exemplaire, et cette photo a le mérite d’être claire : l’anorexie détruit des vies !

voire nécessaire. Les publicitaires se délectent de pouvoir voguer sur cette tendance provoc’…et il faut se l’avouer, nous aimons ça ! La première fois que j’ai vu la publicité avec le visage d’Hitler, je l’ai trouvé efficace et donc justifiée. La provocation est un bon moyen de retenir l’attention du public. La sensibilisation n’est pas un travail aisé et les gens sont réceptifs à ce genre de message. Après avoir étudié un peu le sujet, j’ai compris que l’efficacité des images chocs ne devait pas pour autant nous faire oublier d’en user avec précaution et intelligence. Quand la provoc’ porte atteinte à la vie personnelle, elle devient malsaine. Mélody Banquet Becoming a donor is probably your only chance to get inside her

Ce type de publicité est un moyen efficace dès lors qu’il y a une cause à défendre, cause qui peut être autre que sanitaire. L’adoption, le développement durable, les conditions de travail de certains corps de métiers,… être choc est aujourd’hui inévitable

15


Opinion La grippe A t’ennuie, tu veux en finir avec « La psychose de la grippe A » et savoir ce qu’il en est réellement ? Dans cet article : La grippe A, expliquée par le Docteur JL Denis aux étudiants de l’ESC Grenoble.

courbatures et toux). Non, on ne doit pas en avoir peur, en tout cas, pas plus qu’une grippe « normale ». Par contre si on a des pathologies qui nous fragilisent (ex : insuffisance cardiaque…), auxquelles on ajoute la grippe A, cela peut deveGem In Way : Pouvez vous vous nir plus dangereux que prévu et présenter ? dans ce cas, il faut absolument consulter un médecin. JL Denis : Je suis Jean-Luc Denis, médecin généraliste à Valence. J’ai GIW : Quels sont les moyens de fait mes études à Lyon, puis deux contamination de la grippe A ? ans de stage à Valence où j’exerce depuis 1978. JLD : Les malades sont vecteurs de la maladie. Maladie qui se transmet GIW : Pouvez vous nous expliquer par voie aérienne (postillons et ce qu’est la grippe A ? toux), par contact direct rapproché avec une personne malade (quand JLD : La grippe A est une grippe qui n’a rien d’extraordinaire : fièvre intense, courbatures, toux. Pas de gravité particulière pour des étudiants en bonne santé. Cependant il existe un risque chez les femmes enceintes et les jeunes enfants. Nos défenses naturelles nous permettent de nous battre contre cette grippe, la plupart des malades peuvent tout à fait guérir sans traitement spécifique. Il existe deux antiviraux efficaces s’ils sont pris assez tôt : Tamiflu et Relenza ; traitements qui facilitent la on lui serre la main ou quand on guérison. l’embrasse) puis par contact indirect avec des objets touchés par la GIW : Est-ce douloureux d’être personne malade (poignée de contaminé par la grippe A ? De- porte..). Les malades à la patholovons- nous en avoir peur ? gie non équivoque étant généralement rapidement isolés, le risque JLD : Ce n’est pas douloureux mais de contamination repose chez les très inconfortable (40 de fièvre, malades à la pathologie moins évi-

16

La grippe A’nodine dente qui continuent à se déplacer et à contaminer les autres. D’où la nécessité de respecter les consignes d’hygiène : se laver les mains, tousser de manière hygiénique (dans un mouchoir ou dans ses manches), éviter de faire la bise et de serrer la main. GIW : Sachant qu’un étudiant de l’ESC Grenoble a été atteint par la grippe A, y a-t-il de forts risques de propagation au sein de l’école ? JLD : Oui le risque de propagation augmente dès lors qu’un cas a été déclaré, mais s’il a été isolé et que tout le monde prend soin de respecter les consignes d’hygiène, les risques de propagation diminuent et il n’y a pas lieu de s’inquiéter. GIW : Selon vous, ce buzz médiatique autour de la grippe A est-il justifié ? JLD : Oui car cela apprend aux gens les mesures de précautions en cas d’épidémies. Même si cette grippe A est moins grave que prévue, ces précautions vont nous servir pour les prochaines épidémies. Cette fois on ne pourra pas reprocher aux autorités « qu’elles savaient et qu’elles n’ont rien fait ». En l’occurrence, c’est plutôt : « elles ne savaient pas et elles ont trop fait»… politique tout de même plus rassurante. Christina Bergström


insolite Il est l’heure des insolites ! 2 razy JT où c n u r u o p tes ran. rci à Planè de tenir l’éc n fi a s e 1 grand me ir a s s taient néce personnes é

Les Insolites en chiffres: O, le nombre des victoires des jaunes à Koh Lanta (et oui je suis found of Denis Brognart) 731kcal dans un Bigoo du Quick, 540kcal dans un BigMac du MacDo, 235kcal dans 6 Chicken MacNuggets du MacDo… on se sent mince là d’un coup. 1000 excuses pour les 31 fautes du GIW n°10. 18mois de prison ferme pour Antonio Judd (Etats Unis), il a subtilisé un hot dog...Ca fait cher le déjeuné!

Les insolites du bac : « Toute sa vie Montaigne a voulu écrire mais il n’a fait que des essais» « Plus le train ralentit moins sa vitesse est plus grande » « La capital de la Suède est Ikéa » La SNCF nous fera toujours rever

Et dans l’école: Quoi de 9 ? Des 100taines « La Jaï on t’encule » entendus au WEI : sans doute la douleur s’estompe-t-elle à force… 24 : le nombre de personnes ayant rejoint le Forum cette année. 24bis : le nombre de com’ inutiles dans le forum (joooke) : spéciale dédicace à la com’ gobelet qu’honore notre vice prez’…

Monaco, rocher prestigieux et over bétonné mais où il fait apparemment bon vivre , seuls 1800 euros vous seront nécessaires pour louer votre… 18m² (pour un mois, il va de soi). Et bien j’espère qu’on paye au moins la vue sur Albert Le Sexy !

A

4000 litres d’alcool prévus au WEI (et le black out et le black out)

17


JDA

Pour la 8e année consécutive, Roots’n’Culture fait encore battre le cœur de la vie culturelle grenobloise au rythme du reggae, du ska et prépare encore une année riche en rebondissements ! Musique et solidarité e concept reste le même : allier musique et solidarité. Depuis 4 ans, La Banque Alimentaire de l’Isère est notre partenaire, et à cet effet, nous lui reversons chaque année des tonnes de nourriture non périssables qui participent à l’élaboration de plus de 10 000 repas, repas distribués aux Restos du Cœur en particulier. Nous récoltons cette nourriture grâce à nos entrées. En effet, pour une place de concert, une partie peut être payée en DNP (Denrées non périssables), l’autre en argent. De plus, nous faisons un effort constant pour rendre accessible à tous nos concerts en proposant des prix très bas, et même des prix encore plus avantageux si la personne compte payer avec des DNP. Notre esprit solidaire se manifeste enfin lors du Festival Roots’n’Culture qui se déroule pendant une semaine en avril, dont 2 jours sous chapiteau sur le campus, puisque nous organisons sur ce même site un forum associatif où sont conviées des assos telles que Amnesty International.

L

18

Ambiance festive

Une équipe sur motivée

ous organisons tous les mois des concerts dans différentes salles de Grenoble, l’occasion pour nous de mettre en avant les artistes de la scène grenobloise. Ces artistes adhèrent avec enthousiasme à notre projet puisqu’ils acceptent de jouer gratuitement. Une ambiance chaleureuse et festive assurée à chaque fois !

Actuellement une équipe d’une dizaine de 2A sur motivée de dingue ! Nous allons recruter pas mal de 1A afin de les former et les intégrer à notre projet, que ce soit en com, en logistique, en prog, … Beaucoup de choses restent à faire, mais c’est une belle et éprouvante expérience ! En tout cas, n’hésite pas à passer au local Zone Art pour plus d’infos ou sur notre site internet www.rootsnculture.net !

N

Zoom sur Roots’n’Culture

le

Festival

Le festival Roots’n’Culture qui se déroule chaque année en avril sur 5 jours est un événement incontournable sur l’agglomération grenobloise. Le Off les 3 premiers jours dans des bars grenoblois, le In sous chapiteau sur le campus. C’est l’aboutissement d’un travail de toute une année, des artistes nationaux et internationaux qui se déplacent pour venir jouer pour nous (Macka B à la dernière édition, les N&SK, …). Bref, un événement qui rassemble à lui tout seul un public de 1500 personnes rien que sur les deux derniers jours !

Programme d’ici la fin de l’année 13 Novembre : soirée ska/reggae à Condillac, sur le campus 4 Décembre : nuit électro à l’Ampérage (ex-Adaep) Victoria Bocquet


JDA Crescendo Le concert inter-étudiant C’est pour cela que, cette année, Crescendo innove et organise un concert début Février, dont la proLa musique classique, c’est pas un grammation sera entièrement truc de geek composée d’étudiants ! L’an passé, beaucoup de Gémiens avaient été rescendo, l’événement musique classique de la Zone Art, est bien décidé à prouver que musique classique et vie en ESC, et bien c’est compatible ! D’une part parce qu’il y a plein d’artistes dans chaque promo, et d’autre part, parce qu’il y a une énorme différence entre écouter un opéra de Mozart sur CD dans sa chambre par agréablement surpris par ce regisun dimanche pluvieux et assister à tre musical qui est encore malheuun concert donné par un orchestre reusement connoté comme élitiste ou par des élèves de GEM ! : ils ont retrouvé sur scène des ca-

Crescendo… ou comment remettre d’actualité la musique classique

marades sous un nouveau jour, émus par cette forme d’expression qui leur était jusque là inconnue. C’est bien avec Crescendo que la musique classique devient accessible à l’ESC !

C

Les castings Tu as des talents d’instrumentiste (piano, vents, cordes, triangle…etc) ou de chanteur? Tu veux jouer/chanter en solo, duo, voire plus si affinités ? N’hésite pas à t’inscrire pour les castings, tu n’as rien à perdre : ils auront lieu à la rentrée des vacances de la Toussaint. Tu peux d’ores et déjà envoyer un mail à christine.chiu@grenobleem.com.

La Fanfare e Sud-ouest débarque à Grenoble avec toute la chaleur de sa culture. Les férias de Bayonne, Dax et Mont Marsan n’ont plus de secrets pour ton foie et tes pieds ? Tu as encore ton foulard rouge comme une relique épinglée au dessus de ton bureau ? La fanfare te fera revivre les paquitos de tes férias. Toute la magie des chansons populaires, leur jovialité, la bonne humeur et l’envie de danser sont contenues en

L

quelques notes ! La fanfare est avant tout une culture festive des villages basques et béarnais, qui peu à peu est partie à la conquête du grand Sud-ouest, et

espère maintenant investir la région grenobloise sous tes doigts. La fanfare ne demande pas un grand niveau musical mais du dynamisme, l’envie de s’éclater tout en jouant. Nous pouvons être partout, match de rugby, lancement du Dahu des neiges, avant-premières de la Zone-Art, etc … La fanfare est un groupe mobile de musiciens dont le plaisir de jouer s’entend dans tous les lieux ! Contacter Gigi : celine.sandrin@grenobleem.com

19


Music Je t’aime, moi non plus… endredi 28 août, 21h50, coup de tonnerre sur le parc de Saint-Cloud : un organisateur monte sur scène pour nous annoncer qu’Oasis ne jouera pas ce soir à Rock en Seine, ils annulent le reste de la tournée et le groupe est fini. Noel et Liam se sont encore battus dans les coulisses, la fois de trop. Le public est abasourdi, Madness tentera bien de nous redonner le sourire mais rien n’y fait… Ceci n’aurait pu être qu’un nouvel épisode puéril dans la tumultueuse histoire d’Oasis, mais cette fois cela semble sérieux. Noel le confirme sur le site officiel d’Oasis puis dans le NME. Maintenant il voudrait continuer en solo tandis que Liam espère continuer Oasis malgré les doutes des autres membres du groupe. La séparation de Noel et Liam m’inspire surtout de la nostalgie. L’album Definitely Maybe a été pour moi et pour beaucoup de personne de notre génération, la première claque sonore, le premier album vraiment écouté et apprécié. Certes nous étions jeunes mais nous avons tous un frère, une sœur ou un cousin à qui nous l’avions emprunté.

V

vient habillé de noir et blanc. La folie colorée s’estompe laissant place à un doux spleen aérien. Les textes écrits en grande partie par Brigitte Fontaine (8 chansons) sont très poétiques et les mélodies douces et raffinées. Le résultat, assez cinématographique, est subtil et nuancé.

es musiciens, comme tous les autres hommes, fantasment aussi sur Scarlett Johansson. Et certains, comme Pete Yorn (surtout connu pour ses BO) arrivent à réaliser leurs rêves. Celui-ci voulait enregistrer un album où lui jouerai Serge Gainsbourg et Scarlett ferait sa Bardot. L’album Break Up avait été conçu avant Anywhere I Lay My Head enregistré avec David Sitek (de TV On e Radio) et était resté un certain temps dans les cartons. Finalement l’album à assez peu à voir avec les arrangements de Gainsbourg, nous avons ici une collection de morceaux pop-folk frais et légers, cuisinés par un musicien qui connait bien son métier. Pas très original mais sympathique à écouter ans après Qui de Nous Deux,- en ce début M-, l’un des artistes les plus d’automne. intéressants de la scène musia y o n cale française actuelle, revient avec groove, un nouvel album intitulé Mister Wax TayMystère.-M- a abandonné l’extravagance des opus précédents et re-

6

L

lor revient avec In the Mood for Life. Au programme, beat hip-hop et trip-hop et sampling instrumentaux tirés du meilleur de la soul, du funk et du jazz des années 50, 60 et 70. D’excellents ingrédients qui donnent un très bon disque. nfin un petit coup de pub pour un groupe de 6 parisiens extrêmement doués. L’ambiance des morceaux sur le myspace nous ramènerai presque en 1969, quelque part entre les Etats-Unis et le psychédélisme toxique et sombre des Doors et du Velvet Underground, et L’Angleterre où le ton se durci avec des groupes comme Led Zeppelin ou Black Sabbath. Je vous conseille de jeter un coup d’œil à leur myspace (http://www.myspace.com/scarletqueens) ou d’aller les voir en concert si vous en avez l’occasion.

E

R

Les psychédéliques Scarlet Queens

20

Louis Quignon


Cinéma Jacques Audiard, le nouveau

un escroc égoïste qui l’entraîne dans un univers mafieux, et le souvenir de sa mère qui l’avait initié au piano, instrument qui représente pour lui une échappatoire à un monde cruel et sans issue. Finalement, ses aspirations artistiques prennent le dessus sur ses activités illicites et l’arrachent d’une réalité moribonde.

prophète du cinéma français 7ème boulevard vous présente un réalisateur français hors norme acques Audiard reste peu connu du grand public français et pourtant, sa filmographie est plus qu’impressionnante : Son premier film, Regarde les hommes tomber, a remporté le césar du meilleur premier film. Un héros très discret s’est vu attribuer le prix du meilleur scénario au festival de Cannes en 2006. Sur mes lèvres a reçu 9 nominations aux césars. De battre mon cœur s’est arrêté a connu un grand succès et a été salué presque unanimement par la critique. Son nouveau film, Un Prophète, a reçu le Grand Prix du festival de Cannes en 2009. Il faut dire que Jacques Audiard a de qui tenir puisqu’il n’est autre que le fils de Michel Audiard, qui a notamment écrit les dialogues magiques des Tontons Flingueurs. Cependant, son registre est nettement différent de celui de son paternel : ses films sont sombres, brutaux, et ils mettent en scène des personnages marginaux, souvent criminels. Une des forces d’Audiard, c’est de concevoir des scénarios brillants évitant tous les stéréotypes de la plupart des films français et de laisser place à la psychologie et à la complexité des personnages. Dans De battre mon cœur s’est arrêté, le personnage principal est tiraillé entre son père,

J

mélancolique et des jeux d’ombres et de lumières créant une atmosphère indéfinissable. Un Prophète renferme tout ce savoir faire et c’est d’ailleurs le film le plus abouti d’Audiard. Il raconte l’ascension d’un jeune délinquant fragile (interprété par Tahar Rahim) envoyé en prison et qui apprend très progressivement à se constituer un réseau criminel lui permettant de passer du statut de larbin à celui de nouveau caïd. La complicité entre Tahar Rahim et le réalisateur est évidente, la tension est palpable tout au long de l’intrigue et l’atmosphère carcérale est parfaitement rendue. Avec ce film, Audiard révolutionne l’approche du film de gangsters en créant un antihéro qui devient puissant en se soumettant d’abord aux autres pour mieux les manipuler ensuite. Un film à voir absolument, réalisé par celui qui est sans doute le réalisateur français le plus doué de ces dix dernières années. 7ème boulevart et Aloha vous donnent rendez vous mardi 20 Octobre au club pour une soirée spéciale Halloween.

Jacques Audiard parvient à chaque fois à immerger le spectateur dans ses films grâce à sa capacité à dérouler lentement l’intrigue sans mise en scène superflue, son talent pour saisir et mettre en valeur les émotions des acteurs et grâce à sa faculté pour faire émerger de la beauté chez des personnages laids physiquement ou moralement. Le tout accompagné par une musique

Adrien Bonan


Book’in Le jour où le ciel nous est tombé sur la tête Jean-Marie Messier signe avec ce livre son grand retour sur la scène française. En effet, Jean-Marie Messier, surnommé autrefois J6M (JeanMarie Messier Moi-Même Maître du Monde), nous avait quitté avec le scandale Vivendi Universal. Dans ce livre, Le jour où le ciel nous est tombé sur la tête, il tente de nous expliquer la crise que le monde actuel traverse. près son passé sulfureux qui a laissé dans tous les esprits son surnom, ruine de son passé, le voir ainsi revenir grâce à un livre sur la crise, qui a mis en exergue d’autres scandales, est d’une douce ironie qu’il faut savoir apprécier. C’est donc avec une logique implacable que celui-ci débute son roman avec une entreprise de réhabilitation de sa propre personne. Il est vrai qu’il reconnaît certaines erreurs, mais, à le lire, ces erreurs sont minimes et il avait surtout été coupable d’être trop en avance sur son temps (cf« la stratégie de la convergence » qui lui avait été reprochée et qui aujourd’hui, selon lui, régit toutes les stratégies). Qu’il est bon de vouloir prouver que même dans nos échecs nous avions tout de même raisons et mieux encore que nous fussions des avant-gardistes incompris! Une fois cette entreprise terminée, ses explications sur la crise débutent. Il bénéficie d’une certaine expertise à cet égard étant donné qu’il travaille depuis quelques temps aux

A

22

Etats-Unis, dans son entreprise Messier & associé. Son parcours est intéressant. Dénigré de tous et laissé pour compte par autant de personne après l’affaire Universal, il doit son salut à l’aide d’une personne et d’un pays qui, de part son histoire et sa culture, croit en la seconde chance plus que tout autre pays. Les Etats-Unis furent la terre naturelle de sa renaissance. Revenons-en maintenant à ses explications sur la crise. Dans ce domaine, il faut l’avouer, J6M n’est pas mauvais. Il arrive assez à vulgariser ses propos pour les rendre accessibles à tous mais reste assez technique pour ne pas être trop simpliste et donc passer à côté des vrais problèmes et des vraies explications. Cette qualité est essentielle dans toute tentative pour expliquer cette crise qui est tout de même complexe. Pour ne pas être trop rébarbatif sur un sujet qui peut vite le devenir, J-M Messier entrecoupe ses explications, ou plutôt appui ses explications, d’anecdotes concernant les principaux intéressés. Certains moments clés de la crise nous sont rapportés avec des détails impressionnants qui nous donnent l’impression d’être le spectateur impuissant d’événements qui, nous le sa-

vons, vont indéniablement arrivés. Cependant, il retombe par moment dans ses travers de « j’avais raison et je justifie donc mes choix d’antan » ce qui fait toujours sourire mais devient assez agaçant. Cela reste un livre à lire, ne serait-ce que pour goûter à certains passages soit instructifs soit ironiques, en tout cas intéressants. Jordan Paci

Jean-Marie Messier Le jour où le ciel nous est tombé sur la tête Edition du Seuil


Mode Guess what’s next? C’est ici que les créateurs de mode puisent leur inspiration, que les magazines trouvent les sujets de leurs articles, que les designers reniflent l’air du temps. C’est ici que l’on peut savoir ce qui est cool avant même que cela ne le devienne. C’est le site américain Trend Hunter. 8 000 chasseurs de tendance à travers le monde, 9 millions de connexions par mois et une capacité inégalée à anticiper « the next big thing ». Ce site est un concentré d’idées capables de titiller la créativité des business men comme celle des artistes les plus hype. Il n’est pas in, il est à l’avantgarde.

2

Il répertorie les 60 trucs à faire avant de mourir. Il prédit que bientôt, les premiers sex robots seront commercialisés et qu’ils se vendront plus vite encore que les iphones. Il analyse les fashion weeks en cours et promet un été 2010 aux couleurs « clashtastiques ». Il traque les 40 meilleures idées de cartes de visites au monde. Et sur chaque page cette question, qui fait rebondir votre curiosité

d’articles en reportages vidéo : « Can you guess what’s next ? » Commencez votre update sans attendre avec les 20 tendances les plus fortes de 2009. En fouinant je suis tombée sur un post qui m’a interpellé, peut être parce qu’en école de commerce nous sommes tous enclins à la « geekification ». Alors ne vous inquiétez pas petits polards, vous aussi vous pouvez mettre un peu de piment dans vos vies fades, un peu de couleurs dans vos existences ternes. Faites pétarader les feux d’artifices, briller les arcs en ciel et si vous manquez d’imagination, laissez faire les créatifs, les artistes farfelus aux idées plus électriques les unes que les autres. Laissezvous emporter par un tourbillon d’images dont les formes vous surprendront et dont les tons vous raviront. Il vous suffit juste de trouver les bons plans et pour ça on vous fait confiance, vous savez farfouiller. Si vous vous êtes toujours demandés comment devenir un « sexy geek » (oh ce n’est probablement pas si difficile…), Constantin Belias, un étudiant de Greek a créé une série d’images hilarantes qui donneront aux utilisateurs des ré-

seaux sociaux une raison de sourire. « Hey Babe, wanna come over to myspace and twitter my yahoo’til I google all over your facebook ». Je vous laisse à votre curiosité débordante pour découvrir le message caché et à votre imagination prolifique pour nous concocter de petites phrases pleines d’humour et de subtilités. N’hésitez pas à voguer sur ce site qui peu au premier abord, paraitre quelque peu fouillis mais qui regorge de trésors qui raviront vos petites pupilles insatiables. Fashion, business, economy, pop culture, ads, science, sex…Tout le monde y trouvera son compte car

si tous les goûts sont dans la nature, trend hunter est d’une nature bien généreuse. Votre curiosité est votre meilleure amie. Laissez là vous confier ces secrets les plus intimes. www.trendhunter.com Mélody Banquet

23


Millesi’mets Quand l’appétit va tout va... ! Cette semaine, Millési’Mets vous replonge dans l’ambiance du WEI en vous dévoilant la recette de la Sangria Blanche, incontestablement le cocktail le plus apprécié du pot des assos ! Et pour l’accompagner, nous vous proposons une bruschetta à la niçoise. on, les enfants, la recette du dernier numéro était vraiment facile à réaliser. Mais attention, maintenant qu’on s’est mis en jambes, le niveau de difficulté augmente un peu ! Voilà ce qu’il vous faudra pour préparer à boire à une vingtaine de personnes : Ingrédients : 5 litres de vin blanc sec 1 bouteille de limonade 10 cl de liqueur à l'orange type Grand-Marnier 400 à 600 grammes de sucre (selon votre goût) 4 citrons, 4 oranges et 6 pêches 4 bâtons de cannelle 1 cuillère à café de grain de poivre blanc 3 clous de girofle Commencez par chauffer un litre de vin blanc avec les épices, puis ajoutez la moitié du sucre. Laissez infuser une heure, puis ajoutez le reste du vin blanc et du sucre, la liqueur, et les fruits coupés en cubes avec la peau. Remuez, et pour la sangria soit au top, laissez macérer dans un endroit frais pendant 24 heures minimum.

B

Les boissons sont prêtes, il est temps de préparer de quoi nourrir vos invités. Ingrédients : 2 baguettes 4 cuillères à soupe d’huile d’olive 1 cuillère à soupe de câpres 1 tomate épépinée et finement hachée 30 grammes d’olives finement hachées 180 grammes de thon à l’huile égoutté et émietté 1 oignon rouge finement haché 2 cuillères à soupe de jus de citron Coupez la baguette en tartine et frottez chaque tartine dans un bol contenant l’huile d’olive et une partie de l’oignon. Passez ensuite les tartines sous le gril pour les faire dorer. Mélangez les câpres, le thon, la tomate, les olives, le reste de l’oignon et le jus de citron dans un saladier, puis répartissez cette préparation sur les bruschettas. C’est prêt, il n’y a plus qu’à servir, chaud ou froid selon votre préférence. Avouez que c’est quand même plus sympa que l’habituel couple vodka/pomme & pizza surgelée !

24


Dahu Au Dahu, on aime Liberty Pizza, on adore l’Escarette et on chérit les 2C, mais sais tu que la capitale des Alpes ne se réduit pas à cela ? En exclusivité pour toi ce mois ci, voici une sélection qui te permettra d’étendre un peu ton champ de vision !

MANGER Le RU Ceci est un message dédié aux 1A : tu en as assez des sandwichs de 13cm de long de la Kfêt ? Viens faire un tour au Restaurant Universitaire qui se trouve à 5min de l’école. Pour moins de 3 euros tu auras un repas complet et franchement pas mauvais ! Certes, cela t’oblige à manger entouré par des polards des Ecoles d’ingé avoisinantes, mais avec un peu d’entrainement, cette épreuve ne te paraitra plus insurmontable. Sois fort. Greg & Jerry’s, 2, Rue des Bergers Tu les as vus avec le Dahu au WEI et tu n’as pas encore commandé ton burger ?! Oublie les Quick et autres

les 2C te met la bague au doigt !

Mac Donald : le premier est clairement mauvais et beaucoup trop lent (est ce l’effet belge ?), et le second ne livre pas à la maison ! Reste chez toi, appelle les petits scooters roses et pour 6,70€, tu as ton menu livré à domicile. C’est bon et c’est frais : on en redemande! Chez Mémé Paulette, 2 rue Saint Hugues Voici un petit resto très sympathique. Le concept est simple : des tartines à 4€ environ, de bons indu Connemara par DJ CDN, et grédients et des mélanges origipourtant on y retourne ! naux ! La déco vous emmène 40 ans plus tôt avec une multitude ORGANISER UNE BOUFFE d’objets vintages et décalés. Resto CHEZ SOI parfait pour une petite bouffe entre amis. Super Ravioli, 1 rue Strasbourg Pour une fois, oublie le jambon FESTOYER premier prix du Casino ainsi que le Côte de Bergerac : fonce chez Le Vertigo, 18 Grand Rue Super Ravioli pour retrouver tous THE place to be à Grenoble? Possible, mais c’est avant tout un des les produits venus directement seuls lieux où l’on peut écouter de d’Italie et offre toi un diner qualibons DJ’s. Le DJ résident lui-même tatif avec tes potes. Ton estomac ne (Balazko) te fera passer une bonne pourra te dire qu’une seule chose : soirée ! Jette un œil sur le MySpace MERCI. du club et tu ne rateras pas DONS, MATER DES FILLES/DES MECS Michaël Canitrot SEXY (ou pas) et Make e Girl Cour Jean Jaurès Dance qui passe- De nombreuses prostituées ménoront prochaine- pausées dès la nuit tombée. La Polarthèque ment. Les 2C, quelque On y va pour découvrir ses mapart au bord de tières une semaine avant le partiel mais on y va aussi pour mater la l’autoroute J’étais obligé de jolie brune de la table d’en face. mentionner cette Pour plus de tranquilité, préférez la salle mythique : salle du fond. c’est moche, c’est Antoine Vigé Hélie sale, tout le monde en a marre des lacs

25


PostESC SILENCE …ON TOURNE ! « Me, myself and Aie » a-t-il dit. J’aime cette phrase car je pense qu’elle résume bien le personnage! Original, artistique, un brin déluré, cet ancien gémien jongle habilement entre la production et la réalisation en passant par la coordination artistique. J’ai juste envie de dire « Call him Nash » et place au spectacle

avec Martine Favre-Nicolin, Loïc Roche et Yannick Châtelain, dont l'implication dans les associations date elle aussi de mes années passées entre vos murs... Véritable fierté ? Avoir lancé le dernier journal satyrique et anonyme de l'école qui était à chaque sortie beaucoup plus lu par l'administration et les profs que par les élèves, tant nos oreilles étaient partout !

GIW : De manière plus détaillée maintenant, fais-nous partager les moments phares de ta vie professionnelle ? Vers quoi t’es-tu dirigé à la sortie d’école de commerce et où est-ce que cela GIW : Avant toute chose, Nash, présente toi et raconte-nous en t’as mené aujourd’hui ? quelques phrases tes années à l’ESC ? Faisais-tu partie d’une association Nash : J'ai eu la chance de faire mon stage de fin d'études chez à l’époque ? Bouygues Telecom, au départeNash : Je suis issu de la promo ment marketing Stratégique. Je de2001(dernière promo de moins de vais « inventer » ou tout au moins réfléchir à des débouchés commer300 élèves) J'y ai créé avec Xavier Hacq de la ciaux viables liés à des technologies même promo, la structure que vous totalement inconnues du grand connaissez aujourd'hui sous le nom public à l'époque telles que le Wid'ESCapade, avec 12500 Francs, fi, le bluetooth... Mais ByTel arripuis la k'fet que nous avons affublée vait à l'époque à maturité... et a de cet horrible nom à l'époque. donc gelé les embauches ! Mais à trop faire la foire, j'ai dû res- J'ai donc poursuivi chez Accor... ter une année de plus que tout le trois ans de pantouflage sans intérêt durant lesquels je faisais vivre monde dans cette école. Ca m'a permis de me lier d'amitié une association bénévole et gra-

26

tuite de management et de production d'artistes en collaboration avec d’autres anciens de GEM. En 2004, j'ai eu l'opportunité de travailler pour une émission de télévision grâce à un ami (Fred Testot, d'Omar et Fred) et ses contacts, ce qui m’a permis de démissionner enfin de chez Accor après avoir goûté à ce qui me plaît : apporter une différence et une compétence dans le monde du divertissement où très peu de gens, finalement, ont un parcours similaire aux nôtres... Depuis, et après avoir passé des années à travailler pour des émissions musicales à la télévision, je participe à tout un tas d'émissions, de projets en ayant un pied dans le cinéma et l'événementiel. Aujourd'hui, je crée une société de production.... suite au prochain numéro. GIW : Après coup, as-tu eu des regrets quant à la formation que tu as reçue en école de commerce par rapport aux métiers de producteur, réalisateur et coordinateur artistique que tu exerces aujourd’hui ? En quoi tes études ont-elles été un atout ou au contraire une défaillance dans le milieu au sein duquel tu évolues ? Nash : Aucun regret : on ne se fabrique qu'à travers des expériences diverses et variées. Je ne suis pas là où l'on attend un diplômé d'école de management ? La belle affaire : c'est une compétence distinctive.


PostESC siens au point le plus puant du terme, il ne faut pas oublier que c'est le plus souvent « qui » l'on connaît et non pas « ce que » l'on connaît, qui nous fait arriver là où l'on est... Ca m'est arrivé, ça m'arrivera encore... et je renvoie aussi l'ascenseur, maintenant que je suis en position de le faire. GIW : Que dirais-tu à ces étudiants de GEM Un atout ! Surtout quand vient qui comme toi, souhaiteraient se l'heure de créer sa propre structure! diriger vers les métiers de la comComprendre ce qu’est un executive munication, de la réalisation ou ensummary ou un BP, ça aide bien, core de la production et qui sont dans un monde fait d'intermittents, rebutés par l’aspect « technicité du de journalistes, d'artistes... métier» et/ou par la « fibre artistique » qu’ils estiment ne pas avoir GIW : As-tu Un conseil à donner en sortant d’une business school ? aux ESC pour améliorer leurs formations en la matière ? Nash : Ce qui est certain, c'est que tous les métiers ont leur part de « Nash : Il existe des formations par- technicité ». On ne me fera pas ticulières dans certaines écoles croire non plus qu'on sort d'une (ESSEC, Dijon…etc) mais je peux ESC en sachant parfaitement comvous dire aujourd'hui qu'il n'est ment occuper un poste dans l'enpour moi pas utile de lier une envie treprise, la plus classique soit-elle ! à une formation spécialisée. Nous C'est donc comme pour tout le ne sommes pas chirurgiens, nous reste : quand on veut, on peut. ne sauvons pas de vies ! Alors je me J'ai vu plus souvent des individus marre quand j'entends ces titres de sortis d'ESC occuper les postes diplômes... mais je reste tout à fait d'encadrement et financiers des soattentif à l'entreprenariat indivi- ciétés de production pour lesduel, à la motivation, à l'expérience quelles j'ai travaillé, mais je connais éclectique, et j'ai une faiblesse pour une ancienne d'HEC qui évolue en les « artistes » ou les doux rêveurs story editor chez Endemol ou en(s'ils sont sérieux évidemment!) core un tourneur-manager d'artistes qui sort de GEM (Benjamin Par ailleurs, comme dans tous ces Rittner) chez Astérios ! corps de métiers convoités parce que soi-disant rares et d'exception GIW : Dans ta carrière, on voit (luxe, couture, musique, ciné, TV...) d’une part la Star Ac’8, Secret et qui disons-le, sont parigots-pari- Story, et d’autre part les Francofo-

lies, One Shot Not…La téléréalité et la musique, des domaines qui sans s’opposer, sont différents. Aurais-tu une anecdote à nous raconter et qui te serait arrivée au boulot ? Nash : L’écart souligné vient du fait qu'il n'y a pas suffisamment d'émissions musicales pour que je vive uniquement grâce à elles. Par la suite, il a fallu que je « refasse » mon retard dans ce milieu à toute vitesse... sans quoi je serais toujours, à l'heure qu'il est, régisseur plateau. Ce qui ne m'intéresse pas en terme de plan de carrière ! Et puis un jour, la personne qui m'a fait entrer chez Endemol m'a dit ceci : « si tout se passe bien, du Endemol, tu en prends pour 5 ans ! » Une jolie façon de dire que les sociétés de production sont fidèles et ça permet de toucher en effet, à un peu toutes sortes de choses, bien différentes les unes des autres. Les anecdotes les plus amusantes me sont arrivées durant l'été 2007 : on m'avait envoyé programmer et filmer les Grandes Vacances de Canal+ à Saint-Tropez... 8 semaines de people en plastique, de nuits passées à poireauter au VIP pour choper 35 secondes de Tom Cruise... mais le mieux, c'est que vous pouvez les lire en intégralité, sur mon blog de l'époque : http://blog.myspace.com/callmenash

Réna Siklaoui

27


Gem In Way 11  

Octobre 2009, l'apparence de Dali, le mioir de l'être

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you