Page 1

REVUE EXPÉRIMENTALE D’ARTS APPLIQUÉS


PJT /1

PJT /2 PJT /3

PJT /4

WRK / SHP

PJT / XPRS


MANAA

DIALOGUES ENTRE FORMES ET VOLUMES

SX

ONZ

Design Graphique 1re année

TYPOGRAPHIE MODULAIRE

DZE

ANNEXE | PAPETERIE

X-SPT

Mise en situation

Design Graphique 2e année

PROJETS PROFESSIONNELS

X-HT

VNGT-TRS

Design d’Espace 2e année

UN RÉCIT URBAIN

VNGT-QTR

VNGT-NF

Design Graphique et d’Espace 1re année

17 - 20 juin 2014

WORKSHOP UN POINT DE VUE SUR LA VILLE

TRNT

TRNT-CNQ

Design Graphique et d’Espace 2e année

FLASHING LIGHT

TRNT-SX

TRNT-HT


EDTO A l'ère où le design légitime presque avec évidence sa place dans l'espace muséal étant donné l'appareil conceptuel et la dimension esthétique véhiculés dans la réception des objets « design », il n'est pas moins évident que la différence entre art & design peut être saisie à travers le concept de « faire projet ». Malgré la frontière de plus en plus floue entre art & design, nous pouvons dire que « faire projet » est une spécificité du designer et non pas de l'artiste qui, quant à lui, n'est pas confronté aux exigences du cahier des charges. Ceci dit, il est également évident que art & design nécessitent une part d'expérimentation qui est essentielle à leur accomplissement. Le numéro 2 de XPMT poursuit l'itinéraire de l'expérimentation jusqu'à sa matérialisation en projets réels. Dans ce contexte, les étudiants concernés se sont confrontés à des commanditaires réels. Ainsi, ils ont interrogé des problématiques concrètes et par là leur propre regard sur le monde professionnel. Si l'on se place du point de vue de l'étudiant dans le questionnement de son propre regard, au-delà de la réalité du projet, le plaisir d'expérimenter apparaît comme plaisir de faire, et donc à envisager comme activité esthétique à part entière. César Ramirez

Given the conceptual and a esthetic dimension at work in how we see design pieces, design has clearly earned its right to occupy gallery and museum space. And yet it is clear that the difference between art and design can still be grasped through the notion of the project. Distinguishing between the two can seem more and more difficult, but the reality of working on a project places us firmly in the world of the designer, not of the artist, who doesn't have to face up to the requirements of a client's brief. Nonetheless, art and design both involve experimentation as an intrinsic part of the journey toward achieving the goals that are set. The second issue of XPMT follows the trail of this experimentation through to the concrete endpoint of the successful project. Our students are often working with real-world clients and commissions, and as such, facing up to concrete problems and challenges, examining and evaluating how they see professional life in their chosen field. From the student's point of view as they question their vision, stepping aside from the reality of a project that is underway at a given moment, the pleasure of experimentation becomes the pleasure of acting, doing and creating, an aesthetic pleasure in its own right.


MANAA

Dialogues entre formes et volumes


Ce travail réalisé avec les classes de mise à niveau arts appliqués est inspiré de la production de l'artiste japonais Tadashi Kawamata. Plusieurs enjeux sont mis en place dans la globalité de ce projet. La conception de ces maquettes démarre avec une mise en dialogue entre deux matériaux très différents : le carton plume et le bois sous forme de petites bribes plates et sans couleur. Ces deux matériaux sont disposés en volume sous des formes opposées : le carton est employé à définir des volumes carrés, réguliers, géométriques et solides, tandis que le bois à vocation à définir également des masses mais en mouvement, dynamiques et aériennes. Le travail de composition sur les différentes maquettes donne lieu tantôt à des schémas de tension, tantôt à des schémas d'harmonie entre ces deux matériaux et les différents volumes constitués. D'autres rapports peuvent également se dégager : envahissement, saturation, remplissage, recouvrement, occupation, complémentarité, etc. La neutralité des matériaux retrouve une potentialité évocatrice importante lors de l'intégration des silhouettes qui donnent l'échelle ; nous pouvons désormais parler d'architecture utopique, de sculpture habitable, de design fondamental, et d'autres lectures que la force de ces images peut susciter. En effet, le projet trouve son aboutissement dans la prise de vue de la maquette, cela permet aux étudiants d'envisager autrement le travail de la prise de vue par la manipulation photographique afin de décider ce que l'on donne à voir, et l'image que l'on garde du travail. Ainsi une opposition supplémentaire apparaît : la pérennité de l'image virtuelle s'oppose à la dimension éphémère de l'objet constitué à base de matériaux pauvres.

The foundation year classes worked on this project which draws its inspiration from the world of Japanese artist Tadashi Kawamata's work and involved several different challenges. The first step in designing the models was opening up a dialogue between the two very different materials, cardboard and wood, here in the form of thin little shavings. The two materials are used here to make volumes in contrasting shapes: the cardboard in regular, solid, square, geometrical shapes whereas the shapes formed by the pieces of wood seem mobile, aerial, full of movement and energy. Looking at the different models, it's clear that their composition can give rise to very different feelings between the two materials and the volumes they form: it can as equally be a question of harmony as of contrast and tension. Other relationships also emerge: one form or one space invading the other, filling it, complementing it, covering it or occupying it. The materials that at the outset seem neutral and lacking in identity take on another dimension once human figures are added to each scene to give an impression of scale. Questions of utopian architecture, of sculpture as living space and of basic elementary design arise in our minds as we study each piece. The project culminates at the moment when the students take photos of their models, gaining a new understanding of their work as they decide which angle to choose, what to render visible and what will be the lasting image of their work. A further dimension comes into play: the permanence of the image as opposed to the ephemeral nature of the object, born out of humble, fragile materials.

/ SPT


HT /

3

4


5

6

2/ RĂŠmy Boulhol, Claire Salvadori 3/ C  amille Meyselle, Charline Duvilers 4/ S eda Sahin, Jennifer Capelli 5/ C  amille Nodon, Alexandra Kern 6/ E  lise LĂŠonnard, Nina Marco

/ NF


7

8

9

7/ Farah Maakel, Julie Duffau 8/ Camille Bacalhau, Sixtine Descours 9/ Antoine Renaud, Maxime Langrais 10/ Lucas Pinatel, Albéric Georges, Mélaine Gord


10


1RE / DESIGN GRAPHIQUE

DX

Typographie modulaire

De Saint-Étienne La Typographie Modulaire Du 14 au 31 mars 2014 1


Dans cet exercice de création typographique mené avec des étudiants de design graphique, il a été question de la conception d’une série de formes modulaires en vue d'une diversité combinatoire. L’ensemble des modules reste proche des formes géométriques élémentaires : le carré, le rectangle, le cercle et d'autres formes dérivées. A partir de ces formes de base d’autres formes se déclinent déterminant la hauteur de la lettre mais également la largeur du fût. Cette combinaison de modules est ensuite déployée sur une gille pour définir la hauteur de « x », les montantes et descendantes ainsi que la hauteur des capitales. Nous nous sommes inspirés de la série de modules conçus par le designer et typographe allemand Joseph Albers en 1926 lors de son enseignement à l’école du Bauhaus à Dessau en Allemagne. La typographie créée par le designer allemand avec ces mêmes modules s’appelle Architype et elle a été souvent distribuée sous le nom de Futura Black après quelques modifications par d’autres typographes. En relation à l'économie de moyens mobilisés dans sa conception, ce projet entre en résonance avec certaines formes de design fondamental ; à l'évidence l’ensemble des alphabets obtenus n'est utilisable que pour des gros titrages. Nous avons utilisé ces alphabets dans laconception d’une campagne d’affiches pour la promotion d’un événement fictif à Lyon autour du design contemporain. La consigne étant l'évocation des formes modulaires utilisées à l’origine de la typographie, avec la typographie créée pour écrire quelques mots en gros caractères comme éléments principaux de l’affiche. L'intérêt capital de cet exercice revient ainsi à tester les possibilités d'un système de formes typographiques, fortement connoté vintage, avec les exigences du graphisme contemporain mises à l'œuvre dans la composition d'affiches.

With our graphic design students we carried out this exercise in typographic design to produce a series of modular building blocks and a multitude of possible combinations. Our constituent elements for the letter-forms were all very close to elementary geometric shapes : the square, the rectangle, the circle and other shapes which are closely derived from them. The basic shapes were extended to make others and to fix the height of the letter and the width of the stem. This group of units was then placed onto a grid to fix the x-height, the dimensions of the ascender and descender and the capital height. We drew inspiration from the series of modular units created by the German typographer and designer, Joseph Albers, during his time teaching at the Bauhaus School in Dessau, Germany. The typeface created by Albers using these constituent units was named Architype, and with a few modifications by other typographers it would become widely known and used in its later incarnation as Futura Black. With the simplicity of the basic units used here, our project is a question of elementary design. The alphabets we created here are clearly only practical for writing headlines or the main titles on a page or on a poster. We then put these alphabets to use in a series of promotional posters for an imaginary festival of contemporary design in Lyon. This was the logical conclusion of the project, as our students' brief was to suggest the basic modular forms present at the birth of typography while using the typeface they had created to write the few words in large type that make up the essential message of the poster. The students thus explored the possibilities of using a system of typographic forms which have a rather retro look in the creation of a series of posters with an awareness of the challenges of contemporary graphic design.

/ TRZE


/ QTRZ

2 & 8/ Pierre Mounier 3 & 4/ Emilie Rey-Flandrin 5 & 6/ Samantha Mercier

2

3

4

17 - 20 juin 2014

17 - 20 juin 2014

5

6

7

t Etienne

De Sain

phie

La Typogra re Modulai

au 31 Du 14 3 mars 201


8


9

Saint-Étienne

La Typographie Modulaire Du 14 au 31 mars 2014


10

1, 7 & 9/ Paul Eudeline 10/ Karen Brouze 11/ Laura Casenne

20 - 30 mars 2014

Lyon

11

du 23 janvier au 31 mars

ĂŠdition

/ X-SPT


2E / DESIGN GRAPHIQUE

Projets professionnels


Les pages qui suivent présentent deux projets de création d'identité visuelle : Le projet de Mathilde Rigaut pour l'association lyonnaise AÉ (Association pour une Agriculture Écologique Équitable), et le projet de Benoît Beracassat pour Küng Kaffee, entreprise suisse de torréfaction de café. Tous les deux sont présentés à partir d'un choix de supports réalisés selon différentes pistes proposées.

In the following pages you will find two professional projects for a visual identity : Mathilde Rigaut's project for AÉ, an association based in Lyon working for a fair and just agriculture which respects the environment, and Benoît Beracassat's project for Küng Kaffee, a Swiss coffee roasting company. The two projects are presented here with a selection of the materials created which illustrate the variety of the proposals.

/ X-NF


Plongé dans la problématique du mode alternatif de distribution alimentaire que constituent les AMAP (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne), le projet de Mathilde Rigaut pour l'identité visuelle de AÉ (Association pour une Agriculture Écologique Équitable), associe avec sensibilité un graphisme frais et raffiné avec une déontologie de l'équitable entre consommateurs et producteurs.

Mathilde Rigaut's project was the creation of a visual identity for AÉ, an association devoted to promoting fair, eco-friendly agriculture, which belongs to the umbrella group of the AMAP, associations which defend small-scale, community-supported agriculture. Her work directly speaks to these problems of alternative channels of food distribution and shows a certain sensitivity in the way it brings together a fresh, refined graphic style with their code of conduct which establishes a fair relationship between consumers and producers. The range of media used to make up the project's visual identity focus on the choice of a typeface which corresponds perfectly to the association's ethical values and the philosophy behind its project. Typography is used here with care and sensitivity and each line of research foregrounds it just enough to carry out its essential role.

Les déclinaisons des supports qui composent l'identité visuelle dans ce projet portent souvent sur l'utilisation de la typographie en totale adaptation à la philosophie du projet et aux valeurs éthiques de l'association. La typographie est manipulée avec discrétion et les différents axes de recherche lui accordent la place nécessaire et suffisante pour assurer son rôle central. Dans la lignée de Pierre Bernard et son « graphisme d'utilité publique » le travail de la jeune graphiste reste assez efficace en ce qui concerne les besoins de communication ; il empreinte l'économie de moyens propre aux valeurs de l'association qui cherche à débarrasser l'activité commerciale de tout élément superflu et ostentatoire. Il n'en reste pas moins que la richesse des propositions mobilise une large variété de médiums et de supports pour un résultat qui se positionne avec élégance et discrétion dans les usages et l'air du temps.

Following in the style of Pierre Bernard and his “graphic design for the common good”, our young graphic designer's work here is very effective in terms of meeting the basic needs of communication and following the association's lead in keeping things simple, in accordance with their values and their aims of doing away with the superfluous and the showy. With their wide variety of media and materials, the array of proposals given here do nonetheless show a great deal of good judgment and elegance ASSOCIATION AÉ while sitting well in the context of current proAXE 1 LOGOTYPE ductions in the field.

UN ÉQUILIBRE ENTRE VILLE ET NATURE

ASSOCIATION POUR UNE AGRICULTURE ÉCOLOGIQUE ET ÉQUITABLE

ASSOCIATION AÉASSOCIATION AÉ Amap aé

Amap aé

Association pour une agriculture écologique et équitableAssociation pour une agriculture écologique et équitable

Distribution de panier de Légume locauxDistribution de panier de Légume locaux Siège social 114 boulevard du 11 novembre 1918 69626 Villeurbanne

Siège social 114 boulevard du 11 novembre 1918 69626 Villeurbanne

Contact Bertrand Simon président de l’association 06 04 59 24 17

Contact Bertrand Simon président de l’association 06 04 59 24 17

PROJET PROFESIONNEL - MATHILDE RIGAUT - SESSION 2014

PROJET PROFESIONNEL - MATHILDE RIGAUT - SESSION PROJET2014 PROFESIONNEL - MATHILDE RIGAUT - SESSION 2014

cia

t i on

l co eÉ ur ult ric Ag une pour

og

iq

ue

aé-lyon@hotmail.fr

q u it a ble et É

As

As

aé-lyon@hotmail.fr

so

so

cia

t i on

l co eÉ ur ult ric Ag une pour

og

iq

ue

q u it a ble et É

AXE 2 AXE 2

UN LABEL AMAPUNAÉLABEL AMAP AÉ CARTE DE VISITE ET PLAQUETTE CARTE DE VISITE ET PLAQUETTE


DÉCLINAISON DU LOGOTYPE

ASSOCIATION AÉ

AXE 4

ASSOCIATION AÉ

AXE 4

LE TRAVAIL DE LA TERRE SACHERIE LE TRAVAIL DE LA TERRE SACHERIE

PROJET PROFESIONNEL - MATHILDE RIGAUT - SESSION 2014

PROJET PROFESIONNEL - MATHILDE RIGAUT - SESSION 2014

PROJET PROFESIONNEL - MATHILDE RIGAUT - SESSION 2014

Sac en toile de coton réutilisable

Sac en toile de coton réutilisable

PROJET PROFESIONNEL - MATHILDE RIGAUT - SESSION 2014

N 2014

/ VNGT-N


Le projet de création d'identité visuelle de Benoît Beracassat, commandé par la entreprise suisse Küng Kaffee s'attache à la combinaison de deux valeurs : la tradition et le savoir faire que l'activité de la torréfaction de café véhicule d'une part, et d'autre part à la contribution du graphisme contemporain dans la création d'identités visuelles en accord avec les exigences de notre époque. En dialogue permanent avec son client, le jeune graphiste réalise un projet global qui propose au commanditaire de choisir parmi une diversité de pistes, lesquelles se positionnent différemment face aux besoins de communication d'aujourd'hui. Le logotype est l'objet d'un long parcours, il a été crée en 1920 en même temps que l'entreprise, et remis au goût du jour dans ce projet : la couleur rouge renvoie à un des codes chromatiques de l'identité suisse, l'utilisation de la typographie avec des fûts importants le rend solidement présent et le décalage du « K » et la descendante du « g » créent un cadre virtuel qui englobe l'ensemble en faisant une unité cohérente.

As commissioned by the Swiss firm Küng Kaffee, Benoît Beracassat's project focuses on combining two distinct sets of values : on the one hand the time-honoured tradition and know-how of the coffee roasters, and on the other, the work of contemporary graphic design in designing visual identities that rise to the challenges of our times. By working in constant contact with his client, our young graphic designer has created a project of broad scope with a variety of ideas and a range of responses to today's needs in communicating with the customer.

Created in 1920 at the birth of the firm, the company logo has been re-imagined and brought up to date here. The red signals its identity with the Swiss flag, the choice of typography with solid, grand vertical strokes gives authority and the framing of the space between the “K” and the descender of the “g” makes a coherent visual unit. Among the various printed materials that have been created for the company's needs, including packaging, labels and advertising leaflets, the brochure is perhaps the most effective element of the package, La déclinaison des différents supports propres worthy of a Swiss firm, fruit of a nation where aux besoins de l’entreprise font que le graphiste graphic design is both a living tradition andBROCHU a se dirige naturellement vers la conception de cutting-edge concern. supports imprimés, parmi lesquels emballages, RECHERCHES NUMÉRIQUES | étiquettes et dépliants prennent une partie importante. La brochure est probablement l'un des supports les plus réussis, elle est à la hauteur d'une entreprise suisse, pays où le RECHERCHES NUMÉRIQUES | graphisme est synonyme à la fois de tradition et d'avant-garde. RECHERCHES NUMÉRIQUES | Le logotype existe depuis 1920 et n’a subi aucune modifications depuis. l’idée est de conserver l’ esprit de ce logotype, auquel les clients sont attachés, tout en le modernisant.

BROCHURE |

C e s re c h e rc h e s représentent u n e i dé e d’échange entre les pays producteurs et les pays consommateurs de café. Le code couleurs rappelle la matière du café et s’adapte à la communication des cultures biologiques et au commerce équitable.

Idée d’arômes qui se l torréfaction artisanale


URE |


2E / DESIGN D’ESPACE

Un récit urbain

Projet réalisé par Sadan Camara


Le travail des étudiants de design d'espace comporte un objectif double : interroger les possibilités narratives de l'image fixe, et rendre compte à partir d'un point de vue subjectif d'un parcours dans un espace délimité. Dans ce but le léporello se révèle être un support idéal puisque son dispositif d'une seule bande de papier pliée en accordéon reliant plusieurs pages collées les unes à la suite des autres, crée une syntaxe entre les éléments visuels ouvrant ainsi la narration.

There is a dual objective to this project carried out by students in interior design : to explore the narrative possibilities of the still image and to describe the subjective experience of a journey through a designated space. The foldout concertina book or “leporello” is the ideal means here because of its very design, a single strip of paper folded in accordion-like fashion with the pages opening out horizontally one after another. The book creates its own unique narrative logic as it is unfolded.

Les propositions sont très différentes par les médiums et moyens plastiques mis en œuvre. Elles sont différentes aussi par le fait que chacune trouve des stratégies particulières pour rendre compte d'un état des lieux sur un espace concret et porter un regard personnel sur l'expérience vécue.

Each piece is different in its choice of artistic media and techniques which are used. They also differ in that each one finds its own manner of depicting an actual place and of relating a personal experience. In doing so, two dimensions which could potentially clash are merged harmoniously : the recognisable geographic features which map out a route, and the artistic interpretation of the route that becomes a formative journey. Holding the foldout book is an experience in itself, the story unfolding as an event in time, in your very own hands.

Deux éléments en apparence antagonistes se combinent ainsi : les détails reconnaissables du territoire pratiqué telle une carte, et les éléments plastiques qui rendent compte du trajet qui prend des allures de parcours initiatique. Une toute autre expérience est celle suscitée par la manipulation même du léporello puisque sa richesse et le dévoilement progressif du récit constituent en soi un véritable événement « à portée de main ».

/ VNGT-CNQ


/ VNGT-SPT

Projet réalisé par Sophie Roche

VNGT - CNQ


VNGT - SX /

/ VNGT - HT

Projet réalisé par Alexis Chommaud


1RE / DESIGN GRAPHIQUE ET D’ESPACE

Workshop Un point de vue sur la ville


Ce workshop réunit les classes de 1re année des sections de design graphique et de design d'espace de l'école autour d'une thématique qui porte un regard sur l’espace urbain. Il a été conduit selon les principes de ce qu’on appelle « art contextuel », qui est un des courants de l’art contemporain. La thématique « Un point de vue sur la ville » cherche à singulariser le regard que les étudiants portent sur le quartier de Vaise, — quartier qu'ils pratiquent quotidiennement puisque l’école y est implantée — mais aussi à investir la richesse des possibilités offertes par l'univers de la rue en tant que « atelier sans murs » comme le suggère Paul Ardenne : « Élément moteur de l’imaginaire moderniste, palimpseste mental consignant ordre et chaos, organisation et entropie, bref, propriété naturelle de la culture occidentale, le milieu urbain semble en effet plus qu’aucun autre dévolu à l’art » (Un art contextuel, Flammarion, 2002). Après un travail de documentation historique, de prise de vue photographique et d’observation des particularités du quartier, les étudiants ont travaillé dans la conception des dispositifs plastiques qui révèlent ses particularités. Les moyens matériels sont d’une grande économie : des rouleaux de ruban adhésif rouge de 5 cm de large en guise d'« outil visuel », à la manière de Daniel Buren. Ces interventions au cœur du quartier établissent un dialogue avec son patrimoine historique, ses modalités de fonctionnement, sa perception visuelle, ainsi que l’état actuel de son évolution architecturale. Un autre dialogue tout aussi important s’est établi avec ses usagers, aspect d’autant plus intéressant si l’on considère la mixité de la population locale. Ce travail in situ saisit l'espace public, intervient sur lui pour produire des événements éphémères qui interpellent visuellement les passants, avec des actions qui vont jusqu'à susciter (et ressusciter) quelques gestes de sociabilité.

The first year graphic design and space and interior design classes joined forces in this workshop which was centred around a theme of exploring urban spaces. We applied the principles of the contemporary art movement known as “contextual art”. There were two aims to our theme, “A view of the city”. Firstly, helping our students forge a fresh, individual vision of Vaise, a neighbourhood that they spend time in each day as our school is based here, and secondly but equally important, exploring the wealth of possibilities that the streets offer them as a “workshop without walls” in the words of Paul Ardenne : “As the driving force behind the modernist imagination, a palimpsest that holds traces of order and chaos, of organisation and entropy, in short, the natural property of western culture, the urban setting seems better destined to art than any other” (Un Art Contextuel, Flammarion, 2002). The first steps were researching the historical background, taking photos and noting the particular characteristics of the neighbourhood. The students then went on to produce installations which highlight those specific local features. The materials used were very simple : rolls of adhesive tape with a width of 5cm, a “visual tool” in the style of Daniel Buren. This artistic intervention is a way of opening up a dialogue with the historical heritage of the neighbourhood, its everyday life, how it is seen and how its architecture is evolving today. Just as important is the dialogue that we established with the people who live and work here, especially considering the diverse nature of the local population. Our field work, this in situ workshop, is a means of engaging with public space, playing an active role in it by creating temporary events which draw the attention of passers-by, cause friendly encounters and make our exchanges in the street a little more kind-hearted, as they once were and can be again.

/ TRNT-N


/ TRNT-DX

2

3


4

5

6

1/ Karen Brouze, Mathie Lepaire 2/ A  urĂŠlie Filipe, Margault Clementelli 3/ P  auline Marsanne, Laura Poinson 4/ A  mbre Rodrigues, Lucas Patronnat 5/ E  mma Fangous, Thibaut Forissier 6/ J osĂŠe Cristiano, Tanguy Rivory

/ TRNT- TRS


/ TRNT-QTR

7

8

9


10

7/ DaphnĂŠe Aduso, Claire Thivolle 8/ S arah Millet, Marie Lacraz 9/ M  athilde Alex, Emilie Rey-Flandrin 10/ L aura Casenne, ClĂŠmence Fraise

/ TRNT-CNQ


2E / DESIGN GRAPHIQUE ET D’ESPACE

Flashing light


Le projet Flashing light, conçu pour l'entreprise Rhônexpress, est le résultat d'un long parcours de recherche et d'expérimentation qui réunit deux enjeux importants. D'une part, le projet devait rejoindre l'esprit de la Fête des Lumières à Lyon, rassemblement qui prend des ampleurs de plus en plus importants au niveau national et international. D'autre part, il devait également véhiculer les valeurs de l'entreprise commanditaire, lesquelles sont ancrées sur l'efficacité d'un service de transport, le développement technologique, le voyage, l'évasion. Voulant servir cette double cause les propositions ont été axées initialement sur des projets de covering pour les rames, des dispositifs d'éclairage pour le terminus et les rames, pour se matérialiser finalement dans une installation lumineuse et sonore. Installé sur le terminus du trajet, derrière la gare de la Part-Dieu, rue de La Villette, le projet conçu par les étudiants de design d'espace et de design graphique, crée un véritable événement autour de lui en dynamisant l'espace à proximité par un retentissement sonore et lumineux. Inscrit dans la lignée d'artistes comme Ivan Navarro, François Morellet, Dan Flavin et autres créateurs contemporains qui manipulent le néon, le dispositif met en scène également une séquence de musique électronique en résonance avec cette manifestation culturelle dont la ville se fait une réputation de plus en plus solide dans la région. Du bon son et des effets visuels pour accueillir les visiteurs qui, après l'avion, commence un autre voyage.

Designed and installed for Rhônexpress, a local company that runs a high-speed tram link from the centre of Lyon to Lyon-Saint Exupéry Airport, Flashing Light is the fruit of a long process of research and experimentation that adresses two main challenges. Firstly the project had to fit the identity of the Fête des Lumières in Lyon, a major event that grows in national and international renown each year. Secondly it also had to embody the values of the company that commissioned it, values which centre around an effective transport link, technological advances, travel and getting away from it all. The initial propositions were based on ideas of covering the tramcars and putting in place a system to illuminate both the tramcars and the tram line terminus. The project took on its final form as a sound and light installation at the terminus behind Part-Dieu station in the La Villette neighbourhood of Lyon. Our students in graphic design and interior design worked together on the project, which follows in the footsteps of Ivan Morello, François Morellet and other artists who have worked with neon lighting, and in people's eyes and ears it gives this public space a new breath of life and energy. In choosing to feature a loop of electronic music, it also evokes another regular local cultural event and Lyon's growing reputation in this area. It sounds good and it looks good, a great welcome for people as they arrive from the airport to the city of Lyon and start on a new voyage.

/ TRNT-SPT


Projet réalisé par : Laura Casenne, Josée Cristiano, Thibaut Forissier, Inès Levézier, Jordan Meynet, Sarah Millet, Aliocha Porta, Emilie Rey-Flandrin, Alban Rotival

Photographies extraites d’une vidéo de l’installation


PAO CREATION - IMPRESSION OFFSET & NUMERIQUE - FAÇONNAGE

ÉLÉGANT CONCENTRÉ AFFÛTÉ SOUPLE L’œil de lynx

82 Route de Crémieu 38 230 Tignieu-Jameyzieu tél. : 04 78 32 23 19 e-mail : ica@imprimerie-ica.com H2O

ÉCO

www.imprimerie-ica.com


DIRECTION DE PUBLICATION SYLVIE MUSSO THOMAS ROSSET TEXTES ET ICONOGRAPHIE CÉSAR RAMIREZ TRADUCTION GORDON PAUL MISE EN PAGE ZOÉ LEMOINE LÉA MAURIN MARINE NIQUE AMÉLIE PIRON FRANCK BONACHERA VALENTIN CHASSAING TOM FREY

XPMT décembre 2014  

Revue Expérimentale d'Arts Appliqués. École Presqu'Île, Lyon (France)

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you