Issuu on Google+

LES GRANDES DÉCOUVERTES

Cahier des élèves


1. Les raisons de partir en terre inconnue Au Moyen Âge, le commerce européen avec l'Orient (soie, épices) se réalisait à travers la route de la soie, qui parcourait le Méditerranéen, arrivait à Constantinople et traversait dès là l'Asie centrale. Mais en 1453 les turcs ont conquis Constantinople et ils ont entravé les voies traditionnelles de commerce avec l'Orient. C'est pour cela qu'il est devenu nécessaire de trouver des nouvelles voies maritimes afin d'accéder à certains produits de luxe qui procédaient de l'Orient. Les grandes découvertes du XVe-XVIe siècles ont des différentes raisons: 1) La manque d'or. Les européens ont besoin d'or pour fabriquer leur monnaie. Ce métal précieux étant rare en Occident, il faut partir le chercher ailleurs... 2) La quête des épices. Les intermédiaires des épices coûtent très cher et les marchands européens aimeraient trouver une route qui leur permettrait d'atteindre l'Inde directement. 3) La diffusion de la foi chrétienne. Les chrétiens sont animés d'un esprit de mission. C'est notamment le cas des espagnols et des portugais qui, ayant achevé la reconquête catholique de la péninsule Ibérique, aimeraient maintenant convertir des peuples lointains. 4) La soif de découverte. Au XVe siècle, les intellectuels redécouvrent les documents de l'Antiquité. Les scientifiques et les explorateurs, piqués de curiosité, veulent à tout prix en savoir plus et partir à la découverte du monde.

Source: Histoire-Junior, novembre 2011. • •

Les grandes découvertes, en flash, d'après MEMO: http://www.memo.fr/PlayFlash.asp?ID=MOD_DEC_000.swf Une carte muette des explorations à remplir: http://a6.idata.over-blog.com/2/27/86/16/carte-exploration---compl-ter-copie-1.jpg


Inventée au début du XVe siècle par les Portugais, la caravelle est un navire rapide et léger. Équipée d'un système de voiles carrées et triangulaires et d'un gouvernail d'étambot (appareil placé à l'arrière du bateau et adapté aux manoeuvres délicates), elle est facile à manier. Elle mesure vingt à trente mètres de long, peut embarquer une trentaine d'hommes, et sa vitesse de pointe peut aller jusqu'à huit noeuds (c'est-à-dire environ quinze kilomètres à l'heure)! Par contre, la caravelle est incapable de transporter de lourdes charges: pour les activités commerciales, il faudra choisir un autre modèle de bateau. Un portulan (dans beaucoup de langues portolan), au XIVe siècle ou plus tard, était une sorte de carte nautique servant essentiellement à repérer les ports et connaître les dangers qui pouvaient les entourer : courants, bas-fonds... Les portulans étaient grossièrement dessinés, les détails ne s'attachant qu'à ce qui avait de l'importance pour la navigation. L'établissement de ces cartes nautiques était basé sur un mode de navigation par cabotage (navigatio proche des côtes)."

"L'astrolabe (du grec astrolabus signifiant « instrument pour prendre la hauteur des astres » est une double projection plane (le plus souvent une projection polaire) qui permet de représenter le mouvement des étoiles sur la voûte céleste."

Une boussole indique le nord magnétique, qui est légèrement différent du nord géographique. Dans les navires, une boussole s'appelle un compas. Le mot « boussole » vient de l'italien bussola, qui signifie « petite boîte », en référence à la boîte dans laquelle on plaçait la boussole pour la protéger.


2. Le projet et les voyages de Colomb Christophe Colomb, explorateur d'origine italienne, navigue depuis l'âge de 14 ans. Il a longuement étudié les livres des savants de l'Antiquité et les cartes géographiques. Il sait que la terre est ronde et il est persuadé que s'il met le cap vers l'ouest, il tombera sur le Japon et la Chine (autrefois appelés Cipangui et Cathay), puis l'Inde. Mais il ne peut partir seul: il a absolument besoin d'un soutien politique et financier. En 1485, il soumet son projet à Jean II, roi du Portugal, mais les scientifiques jugent que le voyage est irréalisable et qu'il vaut mieux se concentrer sur l'Afrique. Colomb tente alors sa chance auprès des rois d'Espagne, d'Angleterre et de France: tous pensent que cette expédition serait une folie. Ce n'est qu'en 1492, après la chute de Grenade, que les souverains espagnols Ferdinand d'Aragon et Isabelle de Castille se laissent convaincre par la détermination de Colomb. Dans les Capitulations de Santa Fe on établissait que Colomb recevrait les titres de "amiral de la mar océana" et "vice-roi" des territoires qu'il découvre, ainsi que la dixième partie de toutes les bénéfices obtenus. Le 3 août 1492, du port de Palos se préparent à prendre le large trois navires peuplés d'hommes et chargés de vivres: le Santa María, commandé par Colomb, la Pinta et la Niña, menées par les frères Pinzón. Après l'escale des Canaries (9 août – 6 septembre), les marins sans à peine des nourritures et touchés par les maladies, arrivent le 12 octobre à l'île de Guanahani (dans les Bahamas), qu'ils batiseront immédiatement San Salvador. Les marins seront de retour en Espagne le 15 mars 1493.

Source: Histoire-Junior, novembre 2011. •

Un dossier du Musée du Quai Branly sur Christophe Colomb:

http://modules.quaibranly.fr/d-pedago/explorateurs/pdf/MQB-DP-Explorateurs-CColomb.pdf

Pour en savoir plus sur les voyages de Colomb: http://www.medarus.org/NM/NMPersonnages/NM_10_05_Biog_Others/nm_10_05_christ_colomb.htm


Les voyages de Colomb. Source: http://www.medarus.org

Le « partage du monde » En suivant la mentalité de l'époque, les Rois Catholiques ont sollicité au Pape que leur accordât la souveraineté des territoires découverts par Colomb afin de les explorer et les évangéliser. Mais le Portugal aspirait aussi au contrôle des mers et des territoires explorés par ses marins. Pour éviter des conflits, on a enfin signé le Traité de Tordesillas (1494). Ce document établissait une ligne imaginaire 370 lieues à l'Ouest des Îles Cap Vert qui répartissait les territoires à coloniser: à l'ouest du méridien ce seraient pour Castille, à l'est pour le Portugal.


3. Les peuples précolombiens Lorsque les espagnols arrivent dans le Nouveau Monde, celui-ci compte trois civilisations principales. En Mésoamérique (Mexique, Guatemala, Belize), ils découvrent les mayas, en déclin depuis le XIe siècle, et les aztèques qui, depuis le début du XIVe siècle, édifient un vaste empire. Dans les Andes, ils pénètrent sur le territoire où les incas se sont progressivement imposés. Les civilisations mésoaméricaines et andines se sont développées sans influence extérieure. Ces civilisations sont essentiellement agricoles. Haricots, courges et maïs constituent la nourriture principale des mésoaméricains. Dans les Andes, la pomme de terre est la base de l'alimentation. Ces produits et d'autres (tomate, avocat, piment, vanille...) seront - Une carte plus précise sur les grands empires ramenés en Europe par les conquistadores. précolombiens: est peu répandu. L'absence http://www.ladocumentationfrancaise.fr/cartes/cartes- L'élevage historiques/c000981-les-grands-empires-precolombiens d'animaux de trait explique peut-être celle de la roue. Ces civilisations pratiquent le sacrifice humain, parfois à grande échelle comme chez les aztèques qui immolent des prisonniers de guerre. Ces sacrifices constituent des actes d'expiation: celui qui fait immoler une victime meurt symboliquemente à travers elle et expie ainsi ses fautes. C'est également un devoir cosmique: les coeurs et le sang des hommes et des animaux nourrissent les dieux, créateurs des hommes, en particulier le Soleil et la Terre. •

Un extrait-vidéo sur les peuples du soleil, par vodeotv: http://www.youtube.com/watch?v=bnYRBxCDisU

Les mayas sont organisés en cités-États gouvernées par un roi héréditaire. Plus de 100 cités ont été mises au jour par les archéologues. Certaines s'allient entre elles pour assurer leur domination sur d'autres et former des États (confédérations de cités, royaumes,...) plus vastes. Les guerres entre cités, confédérations et royaumes sont fréquentes. Le souverain dispose des pouvoirs politique, militaire et religieux. Assimilé au soleil ou au maïs notamment, il est tenu d'exécuter les rites qui assurent la survie et la prospérité du groupe. Il est aidé par une aristocratie. Les prêtres jouent aussi un rôle important dans le mantien de la bonne marche du monde. Grands astronomes, ils ont découvert la durée exacte de l'année solaire et la révolution de plusieurs planètes. Ils utilisent une écriture glyphique de type figuratif, qui représente soit le contenu soit les sons d'un mot. Les paysans sont les plus nombreux. Dans les villes vivent de nombreux artisans et marchands. Les cités mayas peuvent en effet compter plusieurs dizaines de milliers d'habitants. Les pyramides à degrés reproduisent la forme des montagnes et rapprochent l'homme des dieux. Elles sont couronnées par un temple, demeure de la divinité. Elles peuvent aussi servir de tombe royale. Les constructions sont en pierre.


Un extrait-vidéo sur les mayas, par imineo: http://www.youtube.com/watch?v=qLuDx69GYJQ Une vidéo de l'UNESCO sur la ville maya d'Uxmal: http://www.youtube.com/watch? v=Ar1oGgwCF6o&feature=plcp&context=C3dd4cd7UDOEgsToPDskIfda-hcV3tI8NbUMW3iff5

Selon la tradition, c'est en 1325 que les mexicas fondent leur cité, Tenochtitlan, dans la vallée de Mexico; à l'arrivée des espagnols, Mexico-Tecnochtitlan est la plus grande ville du Nouveau Monde: elle compte environ 100.000 habitants. La société aztèque était divisée en classes sous le pouvoir absolu du roi ou Tlatoani, qui était le plus haut prêtre et le chef militaire suprême. La classe régnante était la noblesse, c'est-à-dire les prêtres et les chefs des guerriers. Les classes inférieures formaient des groupes basés sur la famille ou l'occupation appelés "calpulli". Les agriculteurs constituaient la classe la plus basse, bien que leur travail agricole fût à la base de l'empire. •

Une vidéo sur la civilisation aztèque, par tagtéle: http://www.tagtele.com/videos/voir/31370

Lorsque les espagnols débarquent au Pérou, la civilisation inca se développe depuis un siècle. Au XVe siècle, elle a étendu sa domination de l'Équateur au centre du Chili. L'Inca est le chef civil, militaire et religieux de cet empire. Il est l'incarnation du soleil. Il dispose d'une armée disciplinée et d'un vaste réseau routier, estimé environ 20.000 km, et centré sur Cuzco, la capitale. Les terres appartiennent à l'Inca qui prélève un impôt sur la production et constitue des stocks importants destinés à l'armée, à l'aristocratie, aux prêtres, aux fonctionnaires et à la population en cas de nécessité. Mais cet empire est fragile. À la mort de Huayna Capac (1528), ses deux fils se disputent le pouvoir. De plus, la variole, apportée sur le continent par les conquistadores, décime la population. Pizarro, à la tête de 150 hommes, s'empare de l'empire Inca en 1533.

Un extrait-vidéo sur les incas, par imineo: http://www.youtube.com/watch?v=P7PAQT7FDZg Dossier de France 5 sur les peuples précolombiens:

Dans ce dossier, une comparaison entre les trois civilisations:

http://www.france5.fr/inca-maya-azteque/fr/14-education/03-azteque/origines-histoire.html http://www.france5.fr/inca-maya-azteque/fr/09-comparaison-civilisation/commun-difference.html

Recette du cacahuatl Broyer des graines de cacao avec quelques grains de maïs jusqu'à obtention d'une pâte. Ajouter des épices, vanille par exemple, et du miel. Rajouter de l'eau et battre le mélange jusqu'à ce qui'il soit homogène et mousseux.Servir froid. Proposée à Colomb que n'en apprécie pas le goût, cette étrange bouillie est ramenée en Espagne par Cortès. Son goût ne provoque pas tout de suite l'enthousiasme mais, progressivement, grâce à l'ajout de sucre ou de miel et servie chaude, elle devient une boisson à la mode. (…) Les premières tablettes de chocolat à croquer et les bonbons au chocolat datent du XVIIe siècle. Ce sont les Mayas qui, les premiers, ont cultivé le cacaoyer. Les graines de cacao étaient utilisées comme monnaie d'échange et le cacahuatl, offert en sacrifice aux dieux.


4. Conquête et organisation de l'empire américain

En vert : d'un côté les Indiens sont représentés presques nus. Ils offrent des cadeaux de bienvenu aux colons. C'est un peuple accueillant. De l'autre côté, les colons sont représentés en arme et ont une attitude visiblement méprisante pour ces Indiens. En rouge : des soldats installent une croix. C'est le symbole de la volonté de chritianiser les terres nouvellement conquises. En effet, une des justification de la colonisation et la mission que se donne l'Eglise catholique de sauver les âmes de tous les hommes. En bleu : la colonisation ne fait que commencer. Déjà, d'autres navires arrivent. Les Indiens ne semblent pas réaliser l'ampleur des changements qui s'annoncent...

L'exploration et conquête des nouveaux territoires américains par la Couronne de Castille -les appelées Indes espagnoles- est une entreprise très rapide. La rapidité de la conquête a été possible à cause de la supériorité militaire (des armes, des chevaux, des armures, de la poudre) et scientifique (des geógraphes, des botaniques, des ingénieurs militaires) des espagnols. En 1511, la conquête de toutes les grandes îles du Caraïbe (le Cuba, San Salvador, l'Haïti) était pratiquement finie. En 1518 part du Cuba l'expédition dirigée par Hernán Cortés qui a débarqué en territoire mexicain, en fondant la ville de Veracruz. Ce territoire était habité par les aztèques, soumis militairement après retenir son empereur Moctezuma comme otage. La conquête définitive aura lieu en 1521. Du territoire aztèque sont parties des expéditions pour incorporer la péninsule du Yucatán et les actuelles le Guatemala et l'Honduras. En 1531, Francisco Pizarro a dirigé la conquête de l'Empire Inca, accompagné de Diego de Almagro.

Les territoires conquis ont été incorporés à la Couronne de Castille, qui avait financé la découverte et contrôlé sa colonisation. On a immédiatement introduit la langue, la culture et, spécialement, la religion et les lois de Castille. À côté des colonisateurs sont aussitôt arrivés un grand nombre de prêtres chargés d'évangéliser les indigènes, ainsi que fonctionnaires du roi consacrés à organiser les nouveaux territoires. On a fondé deux vice-royautés: Nouvelle-Espagne (le Mexique, Centre de l'Amérique, le Caraïbe) et le Pérou (tout le sud jusqu'à la Patagonie). Les vice-royautés -à la tête desquels se trouvait un vice-roi- avaient des diverses provinces régies par des gouverneurs. On a fondé aussi des communes, des conseils municipaux pour gouverner les villes et les Audiencias (cours de justice). On a créé, à Castille, le Conseil des Indes, chargé des sujets américains et de rédiger les lois pour ce territoire.


Animation d'Hérodote sur la conquête de l'Amérique, par Vincent Boqueho: http://www.herodote.net/Note/video_AmLatine1.php

5. Colonisation de l'Amérique hispanique Les espagnols ne se limitent, comme les portugais, à installer des comptoirs sur les côtes. Ils pénètrent à l'intérieur du continent, s'y installent de manière durable, en grand nombre et exploitent les richesses. Pour encourager l'émigration et la colonisation du Nouveau Monde,Charles Quint accorde aux sujets de son Empire des concessions de terres. Les indiens installés sur ces terres sont « confiés » (commendar) aux colons. Ce système de l'encomienda permet en fait de réduire à l'esclavage les indigènes et de les mettre au travail dans les mines où ils extraient des métaux précieux (argent, or), dans les plantations (cacao, canne à sucre, riz, tabac, vigne, élevage...). Les grandes propriétés agricoles (latifundia) se développent surtout à partir du e XVII siècle. Parallèlement, la métropole exploite intensivement les riches gisements d'or (en Colombie) et d'argent (Zacatecas au Mexique, Potosí en Bolivie). Le coût humain de l'expansion coloniale est très lourd. La population amérindienne s'effondre, passant d'environ 80 millions d'habitants au début du XVI ème siècle à environ 12 millions cent ans plus tard. Les massacres, le travail forcé, les déportations, la destructuration des sociétés indigènes, et surtout les maladies amenées par les européens sont responsables de ce désastre. Les exactions des conquistadors espagnols ont été dénoncées à l'époque par le moine dominicain Bartolomé de Las Casas. En 1550, il parvient à imposer l'idée que les amérindiens ont une âme. Le roi d'Espagne Charles Quint avait par ailleurs commencé à restreindre le système de l' encomienda. •

Un petit dossier sur la « légende noire »:

http://www.pedagogie.ac-nantes.fr/1254907711980/0/fiche___ressourcepedagogique/&RH=1160251533531


Au XVIIIème siècle, les jésuites établissent des missions ou Reducciones, notamment au Paraguay avec les guaranis, en Bolivie, au Pérou ou au Brésil. Ce sont de véritables petites républiques, dont le but est d'évangéliser les amérindiens. Pour ce faire, les Jésuites reproduisent l'organisation des villes espagnoles, mais s'adaptent au mode de vie et accueillent les amérindiens qui fuient l'esclavage. Malgré les mauvais traitements infligés aux amérindiens (meurtres massifs, guerres, travail forcé) et aux noirs, l'Amérique latine, y compris le Brésil portugais, devient un exemple unique de société coloniale métissée. Dans cette société, les criollos étaient les descendants des colonisateurs; les mestizos, fils d'espagnols et amérindiennes; les noirs étaient des esclaves venus de l'Afrique pour travailler dans les plantations -surtout dans l'Amérique portugaise-; les mulatos étaient fils d'espagnols et noires; les fils des noirs avec les mulatas ce sont les zambos, etc. En vertu du monopole d'État, toute l'administration coloniale relève directement du Conseil des Indes, siégeant à Seville. Dans la même ville, la Casa de Contratación centralise le commerce et prélève les bénéfices royaux. Au XVIe siècle, le commerce s’organise à grande échelle entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique. On parle alors de commerce triangulaire : des vaisseaux quittent les grands ports européens chargés de pacotille, qu’ils vont échanger sur les côtes d’Afrique contre des femmes et des hommes en âge de travailler. Ensuite, ils mettent le cap vers les Antilles, le Brésil ou l’Amérique du Nord, où les esclaves sont vendus contre des épices, du sucre, du rhum, du café, du cacao, denrées destinées à être revendues en Europe. Malgré les pertes importantes d’esclaves, ce commerce rapporte de fabuleux profits aux marchands et fait la fortune de grands ports.

Pour en savoir plus: Un livre calaméo sur le voyage de Christophe Colomb, par Fred Dorémus: http://es.calameo.com/read/00040506272b3475ac763 • Dossier sur les grandes découvertes, de planetejeanjaures: http://planetejeanjaures.free.fr/histoire/renaissance/index_decouv.htm • Diaporama « L'Europe à la conquête du monde »: https://docs.google.com/present/view?id=dfhhwprv_2036hmsprsd8 • Dossier sur les grandes découvertes de «L' Histoire à la carte »: http://www.histoirealacarte.com/carte/10-grandes-decouvertes.php Une vidéo sur les grandes découvertes, de patriceladouceur: http://www.youtube.com/watch?v=_LHrkCiNfBY&feature=related •


Les grandes découvertes