Page 6

SYNDIC'ARÈNE Le pluralisme des idées

Ferme des 1.000 vaches

« C’est un projet agricole comme les autres » Responsable du projet de la "ferme des 1.000 vaches" dans la Somme – pour l’heure autorisé pour 500 laitières – Michel Welter ne comprend pas les inquiétudes des agriculteurs (voir Terre-net Magazine n°30 et 31 p. 10-11) et dénonce les actions "terroristes" des opposants. PROPOS RECUEILLIS PAR ARNAUD CARPON // acarpon@terre-net-media.fr

Q

Mais pour faire taire la polémique, l’agriculteur et associé de la Scl (société civile laitière) "Lait pis carde" s’explique : « Notre projet ne doit pas être considéré comme un modèle, mais comme un choix de production pour continuer à faire ce métier, rien de plus. » La "ferme des 1.000 vaches", acceptée pour l’instant pour 500 laitières, ne suscite pas seulement la contestation farouche de l’association locale Novissen et de la Confédération paysanne. Les agriculteurs, eux aussi, sont inquiets de voir une structure de ce type sortir de terre. Pas au regard de sa taille, celle-ci ayant reçu toutes les autorisations nécessaires, mais par le fait qu’elle soit portée par un industriel (cf. Terre-net Magazine n°30 et 31 p. 10-11). « Le financement extérieur direct d’exploitations agricoles fait courir un

exploitant agricole fait aussi de la prestation en travaux de terrassement, lui reproche-ton quelque chose ? Ces inquiétudes sont guidées par la jalousie ! »

© TERRE-NET MÉDIA

uand on lui parle de l’opposition au projet qu’il dirige pour le compte de l’industriel Michel Ramery, et plus précisément des opérations de "sabotage" menées courant septembre par la Confédération paysanne, Michel Welter, responsable du chantier de la "ferme des 1.000 vaches" près d’Abbeville dans la Somme, se refuse d’abord à tout commentaire. « Tout a déjà été dit ! Nous n’allons pas nous justifier éternellement alors que nous avons obtenu tous les avals administratifs ! »

Pour construire leur projet, Michel Ramery, le promoteur, et Michel Welter se sont inspirés du modèle allemand, où les fermes de grande taille, comme sur cette photo, sont légion.

risque à notre profession, car c’est la porte ouverte à une intégration plus poussée », insiste Olivier Thibaut, éleveur laitier adhérent à la Fdsea de la Somme. Yohann Pesquerel, éleveur membre de la Coordination rurale du Calvados, craint que cet exemple donne l’idée aux industriels laitiers d’investir directement dans de grandes fermes, au détriment des agriculteurs eux-mêmes.

1.000 VACHES POUR LA CAMPAGNE 2015-2016 Ces craintes, Michel Welter les balaie d’un trait. « C’est un projet agricole comme les autres car Michel Ramery est engagé dans l’agriculture depuis très longtemps en tant qu’associé de la Scea Cote de la justice. Il n’a pas pu être agriculteur comme il l’aurait souhaité quand il était plus jeune. Il a développé son entreprise de travaux publics et a réussi. Quel mal à cela ? Lorsqu’un

Ils se sont exprimés à propos de la "ferme des 1.000 vaches"

Malgré les récentes actions de la Confédération paysanne, l’agriculteur reste confiant. « Nous gardons l’objectif de démarrer la production pour la prochaine campagne laitière. » Soit courant avril 2014. La Scl "Lait pis carde", qui compte actuellement six associés, dont la Scea Cote de la justice, produit déjà 2,8 Ml avec 300 vaches réparties sur deux sites. L’ensemble du cheptel sera ensuite transféré sur le nouveau site en construction. « Et lorsque nous serons prêts à franchir encore une étape, nous déposerons un nouveau plan d’épandage permettant d’atteindre la capacité souhaitée ». Michel Welter espère bien réunir les 1.000 vaches d’ici 2015 ou 2016, en intégrant de nouveaux associés qui viendront apporter des références laitières supplémentaires. « Dans un secteur où le nombre de cessations laitières augmente, ce ne sera pas un problème. » ● Retrouvez leur témoignage dans la rubrique Syndic’arène de Terre -net Magazine n°30 et 31 (p. 10-11)

Vincent Chombart - Confédération paysanne

Olivier Thibaut - Fnsea

Polyculteur-éleveur - 14.

Polyculteur - 80.

Polyculteur-éleveur - 80.

« Qui va être capable de reprendre ces exploitations surdimensionnées ? »

« Des projets socialement destructeurs »

« Un risque d’intégration de la production laitière »

Yohann Pesquerel - Coordination rurale

Benoît Rigolle - Jeunes agriculteurs

6

« La structure doit être financièrement autonome, poursuit-il. Le groupe Ramery n’a pas fait de chèque, comme certains le prétendent ! Nous avons frappé à la porte des banques comme tout le monde ! Ce projet n’est pas le jouet de Michel Ramery. C’est un projet d’investissement agricole et non un projet de capitalisation. »

Polyculteur-éleveur - 80.

Pierre Thomas - Modef

Francis Capelle - Non syndiqué

Eleveur de bovins viande - 03.

Producteur de grandes cultures - 02.

« La surmédiatisation nuit à l’image de notre métier »

« Des projets néfastes pour les agriculteurs, les consommateurs et les territoires »

« Une évolution nécessaire pour rationaliser le capital et le travail »

Terre-net Magazine I Janvier 2014

Terre-net Magazine n°32 - Janvier 2014  
Terre-net Magazine n°32 - Janvier 2014  

Nouveautés machinisme - la sélection du chef. Maïs grain - Viser 200q/ha. Ferme des mille vaches - Un projet agricole comme les autres ? Pac...