Issuu on Google+

Avoir un cheval pieds nus et performant exige un parage de prÊcision...c’est le REEQUILIBRAGE DU SABOT !

Ecole de Parage Holistique Votre centre de formation professionnel

www.ecoledeparage.ch


Rééquilibrage du sabot: objectif la PERFORMANCE!

Par Patricia WYSSENBACH – Responsable technique EPH (WWW.ecoledeparage.ch)

De plus en plus de chevaux bénéficient de pouvoir évoluer sans fer et c’est un bilan positif pour la santé en général de nos équidés.

Mais combien de personnes savent que dans la réalité des faits, un sabot sans fer, dans un mauvais équilibre et donc mal paré est bien plus préjudiciable à la santé du cheval que si ce dernier évoluait toujours de manière traditionnelle ? Le pied nu n’est à prendre à la légère !

Le déferrage est, dans la majorité des cas, un acte thérapeutique. Et ce pas seulement lors de syndrome naviculaire ou autres boiteries avérées. Pour rappel, c’est seulement depuis les années 2000 que des études sérieuses ont été à nouveau entreprises sur la biomécanique du pied du cheval. Avant cela, on se basait essentiellement sur des connaissances, parfois empiriques, datant du XIXème siècle.

L’une des clefs pour assurer aux chevaux un confort optimal et un niveau de performance élevé dans le cadre de la locomotion pieds nus est dès lors de comprendre le rôle de chaque structures internes du sabot pour leurs redonner toute leur fonctionnalité.

Il faut aussi pouvoir connaître et reconnaître un pied dans ou hors de son équilibre propre, menant soit à la guérison et donc à la performance ou alors en direction de pathologies plus ou moins lourdes.


Reconnaître un pied en équilibre La clef de voute pour reconnaître un sabot équilibré ou non est, dans un premier temps, la démarche du cheval. Pour que le sabot puisse jouer ses différents rôles à la perfection (amortissement des chocs, retour sanguin optimal vers le cœur, maintien de la qualité osseuse des tissus du pied, propulsion de la masse du cheval,....) il est impératif que le développement de la foulée se fasse avec, en premier, le poser du talon, phénomène plus marqué aux allures vives, bien évidemment. Effectivement, c’est dans la région de l’arrière du pied que se trouvent toutes les structures amortissantes du sabot ainsi que le système hémodynamique assurant un bon retour sanguin. C’est également de cette manière que le développement de la sole cornée pourra se faire d’une manière optimale, donnant aux tissus une densité adéquate pour assurer un bon support aux structures osseuses sous-jacentes, évitant trébuchements et démarches hésitantes de nombreux chevaux pieds nus. L’avant du pied, quant à lui, ne possède aucune structure lui permettant d’amortir les chocs résultants des déplacements du cheval. On comprend dès lors que ces mêmes chocs répétitifs sur des structures non prévues à cet effet peuvent provoquer des inflammations des tissus podophylleux (tissus irrigués) qui ne sont ni plus ni moins qu’une forme de fourbure atténuée ! De telles inflammations peuvent parfois se voir par une coloration rougeâtre de la paroi ou des épanchements sanguins situés dans la ligne blanche.

Attention : une ligne de pince parfaitement rectiligne n’est pas un critère fiable du bon équilibrage d’un sabot, pas plus que son alignement avec l’axe du paturon ! Pour terminer, nous dirons qu’un pied en équilibre est un pied en situation d’auto-parage et est réalisable chez tous les chevaux. Nous pourrons aussi reconnaître ce sabot parfait lorsque ce dernier présente une avalure ainsi qu’une usure similaire tant en pince qu’en talons, et ce dans le sens de la verticalité.


Pied déséquilibré : conséquences et corrections Un pied mal paré ouvre la porte à une multitude de pathologies : pied plat, pince longue, inflammation des tissus podophylleux, encastelure, syndrome naviculaire, trébuchement, sole trop fine, ligne blanche stretchée, sabot faible dans sa globalité, problèmes de talons, bleimes, déformation de la ligne de la couronne, problèmes ligamentaires et tendineux, œdème coronaire, ischémie, cheval cherchant à mordre lors du sanglage et la liste n’est pas exhaustive.... Encastelure, déformation des cartilages et de la couronne ainsi que des glomes...

Il est donc primordial qu’un sabot soit mis dans son propre équilibre, un équilibre optimal qui est à lui seul acceptable pour avoir un cheval pieds nus et performant. Une fois que la prise de conscience de la nécessité d’une telle approche du parage est faite, il faut bien se rendre à l’évidence que le chemin pour redonner au cheval tout le potentiel de ses pieds peut être long : quelques mois, une année, parfois plus en fonction des dégâts constatés ou estimés à l’intérieur de la boite cornée. Bleimes en paroi – signe d’un podophylle endommagé.

C’est un travail à faire main dans la main avec un professionnel formé pour ce genre de rééquilibrage, connaissant parfaitement le cheminement à suivre pour arriver au but fixé, et ce en fonction du cheval, de son environnement, de son travail quotidien. Bien que la douleur soit totalement contreproductive lorsqu’il s’agit de parage et est à éviter autant que possible, les chevaux ayant vécus des années avec des pieds déséquilibrés peuvent avoir de la peine à retrouver une locomotion fonctionnelle et physiologiquement adaptée.

Oedème au niveau du bourrelet coronaire


Du temps est nécessaire pour rééduquer les structures internes du sabot, les fortifier, les drainer pour qu’elles puissent retrouver forces et santé.

C’est un travail d’équipe que de trouver le bon parage permettant d’aller de l’avant sans faire souffrir le cheval, bien que comme pour tout travail de rééducation, des phases plus pénible ne soient pas totalement à exclure.

Des parages très rapprochés dans le temps peuvent alors être nécessaires, en particulier en début de rééquilibrage.

Parfois une visite tous les quinze jours est une limite maximale à ne pas dépasser pour éviter que le sabot ne retombe dans son déséquilibre primaire, et ce en particulier lorsqu’un déplacement des structures osseuses peut être supposé avec tout ce que cela implique sur le plan ligamentaire et tendineux.

A noter que ce genre de parage est un des seuls demandant des interventions conséquentes au niveau de la sole, en région de la pince.


Aider le cheval Durant cette approche thérapeutique, différents moyens peuvent aider le cheval.

Premièrement, faire bouger son animal en fonction de ses capacités du moment, tant il est vrai que l’immobilité est un frein à la santé globale des équidés. Adapter le travail car un réel changement s’opère dans la manière qu’a le cheval de se mouvoir ce qui peut provoquer des hésitations venant de sa part, voir un peu de maladresse en tout début de processus. Il peut même être nécessaire d’éviter des parcs trop en pente durant un jour ou deux après la première intervention du pareur.

Ne pas hésiter à proposer au cheval des granules homéopathiques, par exemple de l’arnica, pour aider à soulager les tissus internes du pied. Il peut alors être intéressant de travailler avec une dilution légèrement plus haute pour toucher également le côté émotionnel (un cheval en souffrance au niveau de ses pieds vit un stress bien souvent ignoré mais qui peut-être à la limite destructeur psychologiquement).

Penser également aux produits soutenant le système veineux.

Des séances de massages, de stretching fait par des professionnels sont utiles pour permettre aux tissus internes de ce libérer des multiples dépôts et autres cristallisations douloureuses et réductrices quant à la mobilité articulaire s’opposant à une réhabilitation efficace, rapide et en douceur.

S’assurer que le cheval puisse s’abreuver à volonté pour éliminer les toxines libérées dans son organisme. Sinon nous courons le risque de les voir aller se fixer ailleurs dans le corps.


Ne pas hésiter à prendre des mesures régulières des sabots pour s’assurer d’une évolution positive : écartement des talons, largeur de la fourchette, hauteur de pince. Prendre des photos peut également être utile pour visualiser le nouvel emplacement des barres, la concavité, la formation des cals, l’épaisseur de la sole.... Travailler avec des massages drainants aux huiles essentielles choisies en fonction des problèmes à régler : circulation veineuse, laxité tendineuse ou au contraire contractions, épanchements synoviaux.... Rester particulièrement attentif aux moindres changements sur le plan de la locomotion pour pouvoir, le cas échéant, faire venir son pareur rapidement et parfois avant le rendez-vous préalablement agendé.

Le pied nu ne s’improvise pas, le pied nu n’est pas une affaire d’amateurs mais de vrais professionnels, conscient que chaque coup de râpe à des implications directes ou indirectes sur la santé globale du cheval.

Un parage de rééquilibrage est un cadeau que l’on offre à son cheval : celui du bien-être et de la santé !



parage de performance