Issuu on Google+

Fevrier 2013

Kudumail

BUREAU RÉGIONAL Projet Aliments pour la Vie au Bénin et au Niger

3. Les succès et les Bonnes pratiques • Le projet a déjà pu atteindre 1275 Scouts sur les 1500 ciblés d'ici à la fin de l'année 2013. • Le projet a permis d'acquérir une nouvelle technique agricole-JTS (Jardin Tropical Semences), qui a déjà été mise en application dans 3 régions. Les techniques permettent de mieux produire à toutes les saisons et les résultats sont certainement mieux et plus par rapport à la manière traditionnelle de l'agriculture. • Le projet a permis de fabriquer des pesticides naturels à base du neem qui sont naturels et efficaces à utiliser sur les cultures. • Le projet APV a aidé à promouvoir le scoutisme au Niger et le nombre des scouts a augmenté d’environ 3.000. • Dans le cadre du projet Aliments pour la Vie, ils ont été en mesure d'organiser le camping pour échanger des expériences entre les différentes régions. • Les écoles appuient le projet Aliments pour la Vie et par conséquent soutiennent le Scoutisme dans les écoles. Les enseignants appuient les élèves à exécuter les activités du projet Aliments pour la Vie. • Les Scouts du Niger ont été en mesure d'établir des partenariats avec la Banque Agricole du Niger, JTS.

Le projet Aliments pour la vie a démarré au Benin et au Niger en 2011 avec le soutien de la Finlande. Deux années Durant,le projet a rencontré des défis mais aussi des succès ainsi que de bonnes pratiques apprises. Le projet a été capable d’ammener des partenaires différents à collaborer et promouvoir le travail du scoutisme tant en quantité qu’en qualité dans les deux pays. Les réalités des deux pays étant diverses, par conséquent les techniques agricoles sont différentes. Dans les deux pays, le projet est bien soutenu par les responsables scouts et il s’est opéré une douce integration du projet dans les activités des scouts scolaires. Il est aussi important de noter l'accueil réservé au projet par les écoles et le soutien offert par l'administration des écoles en termes d’allocation de terrains, de soutien aux activités du projet par les élèves en consacrant du temps du scoutisme pour mener des activités de jardinage et même pour aider les élèves à établir un calendrier pour l'arrosage et pour prendre soin des cultures.

BÉNIN Le Bénin est en train d’exécuter le projet dans 7 régions. Les conditions météorologiques au Bénin ne sont pas aussi sévères qu'au Niger et il ya la disponibilité de l'eau et le sol est arable. Lorsqu'il n'y a pas d'eau à proximité, ils ont été capables de creuser des puits à proximité des sites du projet pour utiliser l'eau pour l'irrigation des cultures. Principalement, ils cultivent des légumes, qui durent entre 3 et 6 semaines dans le jardin, selon le type. Cela signifie qu'ils sont de nouvelles cultures après quelques semaines. Comme le Niger aussi, ils ont appris la technique pour faire des pesticides à l'aide des plantes. Il s'agit d'une technique biologique, qui n'est pas toxique pour les cultures ni qui endommagent le sol. Dans l’une des écoles, ils élèvent aussi des poules et des pintades.

NIGER Le pays exécute le projet dans 5 régions à savoir: Niamey, Tahoua, Tillabery, Maradi et Zinder. Le pays est très sec et surtout dans la partie nord et il est donc difficile de cultiver tout au long de la saison. Cependant, ils ont acquis une nouvelle technique JTS qui leur permet de cultiver toute l'année et avec une meilleure production. Jusqu'à présent, la technique a été mise en place dans 3 régions et ils espèrent l'étendre aux deux autres régions en 2013.

D'autres aspects concernant le projet D'autres aspects concernant le projet 1. La participation communautaire 1. La participation des communautés et des autres parties prenantes

Les parents: Les parents ont soutenu les Scouts pour démarrer le projet à la maison en fournissant un espace. Dans l'une des familles, une mère a effectivement repris la technique avec sa fille qui est une Eclaireuse pour produire de la nourriture pour sa famille et vendre le reste pour lui payer les frais de scolarité. Le projet de légumes à la maison a été très fructueux et productif. Dans la maison d’un scout, il a fait un jardin avec des amis qui n'ont pas adhéré au Mouvement Scout. Ensemble, ils ont planté des tomates, des légumes et du manioc. Un autre groupe scout a rassemblé des scouts et a utilisé un jardin, loin de l'école pour planter des noyers cendrés, du manioc et des légumes.

Les parents, les enseignants et les autorités scolaires ont été très réceptifs et favorables au projet. Les parents autorisent leurs enfants et les soutiennent dans l’exécution du projet. À la maison, ils ont fourni un peu d'espace pour les scouts pour poursuivre les activités de l’APV. Lors de la remise des insignes de compétence aux scouts, les parents ont accompagné les Scouts pour recevoir les insignes. Les autorités locales et le gouvernement: Lors de la remise des insignes, ils ont invité le maire de la ville pour être l'invité d'honneur lors de cette cérémonie. Ils ont aussi une relation cordiale avec le Ministère de la Jeunesse, qui a vraiment apprécié ce projet qui relève de l'une des principales priorités du gouvernement, «Réponse à la crise alimentaire au Niger."

Les succès et les bonnes pratiques • Faire des pesticides à partir des matières organiques locales pour protéger les cultures contre les attaques des insectes • Dans l'un des sites du projet visité, ils ont expliqué qu'ils étaient en mesure de récolter les graines de salade en permettant à la salade de reproduire et de produire des graines. • Promotion du Scoutisme • Le projet a été soutenu par les parties prenantes telles que les écoles d'administration, les parents et les enseignants • Les Responsables d'unités formés

2. Défis pour le Niger • • •

Le sol est tellement dur qu'il est si difficile de creuser et certains des équipements s’abiment dans le processus de creusement. Le pays est si vaste et c'est un défi de surveiller continuellement et d'évaluer toutes les régions. Manque de capacité des Adultes dans le Scoutisme qui résulte au manque de soutien aux Scouts permettant de les accompagner dans la réalisation de leurs activités. Le manque d'uniformes scouts puisque la priorité est d'acheter de la nourriture et non des uniformes

Les Défis • Certaines écoles n'ont pas de jardins et utilisent les terres d'autrui qui sont parfois reprises au milieu du projet • Le décaissement tardif des fonds • Ils ressentent le besoin d'une formation plus performante car ils sont encore en train d’utiliser des techniques anciennes.

3

© 2012 Bureau Mondial du Scoutisme – Bureau Régional Afrique


Kudumail Edition 17 FR