Page 42

FILIÈRES

■ ■ ■ lages ménagers recyclés en 2016. Un seuil que la loi Grenelle 1 lui avait théoriquement fixé pour 2012. « La dynamique pour recycler 400 000 t supplémentaires d’ici 2016 existe. Ce qui n’était pas le cas il y a 3 ans. Cette montée en puissance s’accompagnera d’une augmentation de la dotation aux collectivités qui couvrira alors 80 % de leurs coûts », avance Sophie Legay. Reste que de nombreux obstacles subsistent dans les grandes villes pour y parvenir. Le premier est lié à un habitat urbain ancien et vertical. Construit majoritairement dans les années 70, il dispose de locaux de propreté qui ne prévoyaient évidemment pas d’espace pour le tri sélectif à l’époque. Du coup, ils sont souvent trop petits pour accueillir des bacs jaunes (parfois bleus) pour les emballages et blancs pour le verre. « Il y a une telle pression immobilière que tous les espaces disponibles sont transformés en logement. Aujourd’hui, 83 % des immeubles parisiens sont dotés de bacs jaunes. Difficile de faire plus. Il faut donc travailler sur l’intégration de bacs enterrés plus volumineux. Ce qui permet aussi de limiter la fréquence de collecte, donc les coûts induits », préconise Philippe Cheval. Un choix adopté par de plus en plus

INTÉGRER IMPÉRATIVEMENT LE TRI SÉLECTIF DANS LA CRÉATION DES 500000 NOUVEAUX LOGEMENTS EN FRANCE.

de mairies. Plus globalement, au plan national, il est indispensable d’intégrer le tri sélectif dans la création de 500 000 nouveaux logements. Il devrait être la condition sine qua non à l’obtention du permis de construire. Le turn-over des résidants en centre-ville et en habitat vertical constitue un second frein. Un travail pédagogique permanent doit être mené avec les mairies, les bailleurs et les entreprises de collecte. « On se rend compte que la qualité du tri diverge d’un quartier à un autre. Nous travaillons avec l’éco-organisme pour identifier les actions à mener. Cela passe notamment par les Ambassadeurs de

tri. Nous échangeons également avec les autres collectivités pour adopter les bonnes pratiques, notamment en termes de collecte », poursuit Philippe Cheval. Car dépendant du prix de l’énergie et du poids de la masse salarial, le coût du ramassage est orienté à la hausse. « L’habitat urbain peut toutefois contribuer à l’optimiser en adaptant la fréquence et les tournées de collecte pour que chaque camion soit rempli au maximum. Si la collectivité reste souveraine dans son organisation, Éco-Emballages peut toutefois lui formuler des prescriptions », relève Sophie Legay. La mutualisation des collectes sélectives pourrait également y contribuer. Si les collectivités ont ni la vocation ni l’obligation de collecter les emballages des entreprises privées, des accords peuvent être passés pour faire d’une pierre deux coups. Sur Paris, 2 500 contrats ont signé pour la collecte des bacs jaunes. « Mais on se retrouve là sur un secteur concurrentiel, face à de grands acteurs privé, et on n’a pas de dumping à mener pour y entrer », précise Philippe Cheval. Même si d’un point de vue environnemental, on peut s’interroger sur l’intérêt de faire passer deux bennes pour collecter un même endroit. ❚

Petit abrégé du tri Centre de tri

Installation où les déchets issus des collectes sélectives (bacs jaunes ou bleus) sont séparés et conditionnés par catégorie de matériaux en vue de leur recyclage.

Emballage ménager

ÉCO-EMBALLAGES/PIERRE DESGRIEUX

Tout emballage répondant à 3 critères cumulés : • emballage associé à la commercialisation d’un produit ; • emballage dont le produit est consommé ou utilisé par un foyer ; • emballage séparé dans le but de la consommation ou de l’utilisation directe du produit par un ménage, peu importe le circuit de distribution du produit et son lieu de consommation ou d’utilisation.

Collecte sélective Collecte des déchets ménagers, préalable-

42

MARS 2013 /// ACTEURS URBAINS

ment triés par les habitants, en vue de leur valorisation. Deux modes de collecte sont organisés : – en porte-à-porte : enlèvement des contenants spécifiques disposés sur le domaine public ou privé par les habitants (une fois par semaine, deux fois à Paris et Lyon). – en apport volontaire : prélèvement de conteneurs spécifiques installés en permanence sur la voie publique et qui sont accessibles à toute la population qui y dépose ses emballages.

Plastique

Sur le million d’emballages en plastique mis sur le marché chaque année, seul un quart est recyclé. La raison : il en existe plusieurs catégories (PET, PVC, PEHD, PP…) et toutes ne sont pas intégrées à la chaîne de

retraitement. Si les bouteilles d’eau et les flacons peuvent être recyclés, en revanche les barquettes alimentaires, les yaourts ou les gobelets doivent être jetés avec les ordures ménagères. Eco-Emballages teste actuellement avec une cinquantaine de collectivités l’intégration d’une partie de ces plastiques dans la collecte sélective.

Point Vert

Apposé sur les emballages, il signifie que son producteur adhère et contribue financièrement à sa valorisation via EcoEmballages. Pour autant, tous les emballages le portant ne sont pas recyclés. En France, 190 milliards d’emballages portent ce symbole. En juin 2012, il a été complété d’un nouveau pictogramme « Info Tri

Point Vert » qui permet aux entreprises d’afficher les consignes de tri (« à jeter » ou « à recycler ») et aux consommateurs de ne pas se tromper de poubelle. 300 marques l’ont déjà adopté.

Recyclage

Opération visant à transformer les déchets d’emballages, issus des centres de tri, en nouvelles matières en les réintégrant dans un cycle de production en remplacement total ou partiel d’une matière première vierge.

Refus

C’est la part des emballages triés, refusés en centre de tri. Elle est liée aux erreurs de tri chez les habitants.

Valorisation

Terme générique recouvrant le réemploi, la réutilisation, la régénération, le recyclage, la valorisation organique ou énergétique des déchets.

Profile for Isabelle  Besson-Moreau

ACTEURS URBAINS N°10 - MARS 2013  

Le premier magazine mensuel des décideurs de la distribution urbaine de marchandise. Porté par le développement du e-commerce notamment, la...

ACTEURS URBAINS N°10 - MARS 2013  

Le premier magazine mensuel des décideurs de la distribution urbaine de marchandise. Porté par le développement du e-commerce notamment, la...

Advertisement