Page 31

B. B.

tions. Plutôt que de durcir leur réglementation comme à La Rochelle ou à Monaco, elles seraient bien inspirées, selon le chercheur Daniel Boudouin, de créer des zones d’accueil à proximité des centres urbains. Ou de mettre en œuvre des points-relais qui laisseraient les professionnels libres de s’organiser et de contracter entre eux. « Dans ce cas, tous les transporteurs y trouveraient leur compte car cela leur permettrait d’accélérer leurs rotations sachant qu’ils ne sont plus obligés d’attendre l’ouverture des magasins », souligne Daniel Boudouin.

Amont et aval Il juge que le seul moyen pour limiter les surcoûts de la rupture de charge est d’améliorer le taux de remplissage des véhicules pour pénétrer dans les zones denses. Certains projets s’y attellent. Notamment à Lille où a démarré le projet

Jean-Michel Genestier (directeur des Affaires publiques SNCF Geodis)

de la messagerie étant faibles, nous ne pouvons pas nous permettre de lancer de nouveaux services qui nous mettent en difficultés financières », souligne le porte-parole de Geodis. Le cas de Geodis montre que les villes ont intérêt à favoriser l’émergence de nouvelles organisa-

CMDU (centre multimodal de distribution urbaine) piloté par le GIE éponyme (voir p. 24). Avec cet outil, le GIE veut aider les opérateurs à faire des économies en réorganisant les 5 à 10 % des flux qui ne sont pas rentables. « Le principe étant de mutualiser, d’optimiser et de

DƒPïTS DE LIVRAISON UNIQUES DANS CHAQUE QUARTIER Face aux difficultŽs de circulation en ville et à la demande de nouveaux services liée notamment à la progression du e-commerce (+19 % encore pour 2012), le groupement Astre planche sur l’idée de créer des dépôts uniques dans chaque quartier. « En obligeant les particuliers à venir chercher leur colis, cette solution aurait le mérite de limiter les émissions

coordonner les livraisons en centre-ville grâce à l’optimisation des circuits existants », résume Didier Lieven, chef de projet au sein du GIE-CMDU. Situé à moins de 3 km du centre-ville, le port devrait réserver 2 000 m2 aux futures infrastructures logistiques qui accueilleront le flux de marchandises provenant de la route, du train et des voies d’eau. L’occasion pour certains prestataires d’apporter des services à valeur ajoutée. Une pratique courante dans le milieu maritime. « Pour valoriser les ruptures de charge contraintes à la descente des navires, les logisticiens proposent à leurs clients des opérations de contrôle qualité, de conditionnement ou de personnalisation de produits », rapporte Romuald Lacoste, chercheur au CETE. Les spécialistes de l’immobilier logistique planchent sur la probléma-

« Sur le plan économique, elles devraient arriver à l’équilibre dès 2013 puis devenir rentables ». GEODIS

cheur au Cret-Log, les ruptures de charge en ville représenteraient de l’ordre de 1 € par colis carton et entre 3 et 4 € pour une palette. « Les surcoûts concernent notamment les heures de manutention, les coûts d’investissements dans des plateformes équipées de quais et des engins de levage. Sans oublier la facture du gazole nécessaire à la desserte des différents sites », détaille pour sa part Élisabeth Charrier (FNTR Ile-deFrance) qui conseille vivement aux adhérents d’anticiper cette organisation. « C’est un tel calvaire d’entrer dans les villes que nous allons être amenés à développer un système de livraison avec une rupture de charge en périphérie des grandes agglomérations  », assène Olivier Hollander, délégué régional de

TLF Nord-Picardie.Une évolution qu’anticipe déjà Geodis en allant même un cran plus loin avec Distripolis et les bases logistiques urbaines écologiques (Blue) au plus près des lieux de livraison (garage, entreprises, petites et grandes surfaces..). Ces derniers sont livrés soit par véhicules électriques pour les colis de moins de 200 kg soit par camion Euro 5 ou hybride. Pour que le service soit pérenne, le groupe s’appuie sur un système informatique complexe pour optimiser les kilomètres parcourus et assembler des flux provenant des ses réseaux de sa division messagerie et express. Huit bases sont programmées à Paris. Deux sont ouvertes. « Sur le plan économique, elles devraient arriver à l’équilibre dès 2013 puis devenir rentables » indique Jean-Michel Genestier, directeur des Affaires publiques de SNCF Geodis « Les marges

polluantes et d’abaisser les coûts de transport », fait valoir Jean-Claude Plâ, président du groupement Astre créé en 1992 (170 entreprises adhérentes). Il s’inspire du service « Palet System » déployé avec une quarantaine de membres. Le dispositif s’appuie sur un outil informatique qui suit chacun des colis au départ des hubs et à leur arrivée chez leurs

destinataires. Le groupement souhaiterait appliquer cette organisation au transport de petit colis sachant que celuici prend des parts de marché sur l’envoi de palettes. « Mais ce projet prendra du temps car il faudra mailler le territoire avec suffisamment d’opérateurs », indique le transporteur en discussion avec d’autres groupements et réseaux.

tique des livraisons et ruptures de charge. Exemple : Sogaris complète son offre de plateformes logistiques urbaines situées en périphérie des villes avec des hôtels logistiques et des espaces urbains de distribution situés en centre-ville. À l’instar de l’espace que vient d’investir Chronopost pour livrer les 15 et 16e arrondissements de Paris. « Nous accompagnons nos clients vers la mise en réseau de leurs flux de manière à faire baisser les coûts de transport et de logistiques et diminuer l’impact de leur activité sur l’environnement », note Christophe Ripert, directeur immobilier. « Mais pour en tirer avantage, l’entreprise de transport doit revoir son organisation en amont et en aval », prévient le représentant de Sogaris. ❚ ACTEURS URBAINS /// MARS 2013

31

Profile for Isabelle  Besson-Moreau

ACTEURS URBAINS N°10 - MARS 2013  

Le premier magazine mensuel des décideurs de la distribution urbaine de marchandise. Porté par le développement du e-commerce notamment, la...

ACTEURS URBAINS N°10 - MARS 2013  

Le premier magazine mensuel des décideurs de la distribution urbaine de marchandise. Porté par le développement du e-commerce notamment, la...

Advertisement