Page 56

Shopping PARLER DE SOI C’EST DIRE D’OU ON VIENT

Je suis née à Abidjan, Côte d´Ivoire, le 4 Mars 1980 d´un père médecin et d´une mère sage-femme. Je grandis entourée de mes sœurs, mes tantes et mes deux grands-mères : Oukassa, ma grand-mère paternelle, belle femme Bété dont je suis le portrait craché, et Mémé, surnommée B12 en référence à la vitamine B12 car son extrême élégance «  soignait  » les jeunes garçons qui perdaient la tête à la regarder passer. Originaire d´Abengourou, une ville située dans l´est de la Côte d´Ivoire, Mémé est d´ethnie Agni. Elle me fascine. Elle me parle de mes origines royales.   Le sentiment de joie que j´éprouve quand elle sort ses « aflé » (perles) est indescriptible. Elle m´apprend à confectionner des bijoux de perles. L´idée de créer quelque chose qui n´existe pas est extraordinaire pour moi. Je demande qu´on m´achète des perles et fais des parures pour mes sœurs. Ma passion pour les bijoux est née!

Durant toutes ces années, je continue avec la création de bijoux. Je présente mes bijoux lors des journées culturelles à l´université. J´expose lors des soirées organisées au cours des sessions d´été de droit international auxquelles je participe. Mon travail à la Cour aura cependant un impact sur l´artiste que je suis. Parler de soi, c´est dire qui on est et aussi ce que l´on veut réaliser dans sa vie.

Avant d´être une juriste engagée et une créatrice de bijoux, je suis une africaine. Je suis une jeune femme d´une grande honnêteté que je préserve jalousement. Je suis entêtée. Je suis motivée par l´excellence. Très tôt, je revendique mon indépendance et porte peu d´importance aux qu´en-dira-t-on. Sensible, j´aime aider. Je chéris mes amitiés de plus de vingt ans et me réjouis des nouvelles.  Citoyenne du monde, je Malgré mon amour pour les bijoux de perles, je ne vis successivement en Côte d´Ivoire, au Canada, en pense pas en faire mon métier car je veux travailler Autriche, en Suisse, en Hollande et en Allemagne où dans l´humanitaire. La guerre civile qui ravage le je me marie. Toutes ces réalités influencent ma façon Libéria voisin envoie des images atroces de femmes de créer mais mon travail transformera mes bijoux. et d´enfants en détresse. Je suis choquée par des images d´enfants plus jeunes que moi en armes et je me promets de faire en sorte que la guerre n´arrive plus Dans ce milieu triste et noir de la guerre, je recherche jamais. J´entreprends un baccalauréat en science poli- de plus en plus la couleur. Je me mets à la peinture. tique à l´Université du Québec à Montréal avec pour Je décide également de montrer à travers mes bijoux but de travailler pour les Nations Unies. Dans mon que l´Afrique ce n´est pas uniquement la guerre, que cursus, je prends un cours de droit international qui l´Afrique possède une richesse culturelle extraordins´avèrera décisif. Moi qui n´est jamais fait de droit, aire qui transcende toutes les frontières. ce cours me transporte et je décide de continuer dans ce domaine. Je complète un second baccalauréat en droit international puis je rentre dans la prestigieuse Académie de Droit International Humanitaire et de Droits Humains de Genève où j´obtiens une maîtrise en droit international humanitaire (LL.M). Spécialisée en droit des conflits armés, je travaille au Bureau du Procureur de la Cour Pénale Internationale. Comble de l´émotion, je suis assignée à un cas d´utilisation d´enfants soldats lors d´un conflit armé en République Démocratique du Congo, le premier procès devant la nouvelle Cour. Je travaille avec passion. 55 suite page 58

WINKLERMAG 5 by mario epanya  

magazine dédié à la révolution de la beauté noire

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you