Issuu on Google+

ASSIGNMENT/PROPOSAL . ARTH 358 DUE: April 6 2010 (+ free week delay) / April 13

CALLIGARO VICTORIA # 9721274 (International Student Winter term only)

1


Après mes recherches, j’ai décidé de me concentrer sur le travail de Carsten Höller et sa pièce Three Fold delayed Infrared room (2005), des connexions qu’il établit entre les notions d’écran contrôle, de dispositif vidéo invisible, car ces écrans font intervenir un feedback singulier à l’œuvre. Les écrans dont il est question peuvent être aussi dans une certaine mesure être requalifiés d’interfaces-prothèses (dans le cas de cette œuvre) puis je me concentrerai surtout sur la temporalité fragmentaire et étirée qui caractérise ces écrans. Au départ, je m’étais orientée sur les nouvelles présences urbaines et muséales de nouveaux écrans (hyper-écrans comme il y a de l’hypertexte, ou encore la réalité augmentée définie dans le cours du 29 mars comme un espace qui fait lien/ interface à un contenu digital externe). Je m’attache plus désormais à ausculter la typologie du dispositif d’écrans utilisé par Carsten Höller, en ce ce qu’il soulève des questions en lien avec notre environnement quotidien et contemporain. L’exploration de cette œuvre et des divers aspects qui y entrent en jeu m’amèneront aussi à consulter des œuvres telles que Time delay room (1974) de Dan Graham mais aussi Sleep de Andy Warhol et enfin les œuvres récentes de Bik Van der Pol Sleep with me et Sculpture publique (Sous les pavés la plage) (2009). La « Screen culture » dans la pratique contemporaine, convoque moins des écrans-tableaux intouchables et hors de portée, que des dispositifs auxquels nous sommes directement confrontés, voire en contact (intégrant ainsi littéralement une notion haptique). Loin de ces dispositifs faisant intervenir le dernier cri technologique, Carsten Höller vient à soulever des questions fondatrices de ces nouvelles pratiques avec un procédé simple et référencé. Il met en regard des notions souvent traitées de façon collatérale dans nombres d’œuvres de ses contemporains qui axent plus leurs démarches autour des enjeux de topologie ou de codification.

2


(fig.1)

(fig.2)

3


L’œuvre Three Fold delayed Infrared room (fig.1), se compose d’une pièce de galerie (ou de musée) plongée dans le noir. Sur l’un des murs sont projetées trois images captées par trois caméras infrarouges invisibles pour le visiteur. Les images accusent un retard ce qui perturbe la perception du visiteur de ses propres mouvements. Au départ, Le feedback dérange plus qu’il n’aide la personne pour se repérer dans l’espace noir. Le moindre geste est décomposé trois fois, ce qui lui greffe une temporalité inattendue. A l’instar de la chronophotographie (fig.2) du début du siècle qui visait à comprendre la mécanique de certains mouvements complexes, mais surtout à garder une archive de ces mouvements, Carsten Höller nous interroge sur la persistance de notre image dans notre environnement aujourd’hui. L’artiste fait référence sans doute possible aux systèmes de video surveillance qui détermine tout l’environnement urbain : un contrôle à la fois invisible et intrusif de nos gestes. L’accent est ainsi mis sur le rapport inégal de force entre celui qui peut voir (ici mis en exergue par l’aspect infrarouge), et celui qui ne peut pas voir, de plus, qui est vu. On ne peut négliger de référencer cette œuvre aux côtés de l’œuvre de Dan Graham, Time delay room (fig.3 : Dan Graham, «Time Delay Room», 1974 Installation view, exhibition ctrl_space, ZKM Karlsruhe, 2001/2002 ) qui déjà en 1974 voyant émerger ces dispositifs dans l’environnement quotidien de métropoles qui s’urbanisent et se modernise, nous met en présence de cette image − notre image − : écho technologique qui nous accapare une présence malgré nous sur écran. De plus, avec la même sensibilité, Dan Graham ne nous confronte pas directement avec cette sensation d’être constamment épié, mais cherche à déployer lui aussi les possibilités technologiques du système. Plutôt qu’une critique en règle et frontale, il se démarque en usant des codes ainsi établis pour les détourner et en faire un usage ludique. En se concentrant sur la temporalité de ces séries d’images (comme le fera aussi Carsten Höller), Dan Graham explore la fascination que peut exercer ces images presque immobiles, ce feedback continu et distendu dans le temps. Mais c’est encore un des auteurs de [Ctrl]Space, Gregor Stemmrich, qui en parle le mieux, en nous décrivant cet aspect fascinant de l’œuvre Time delay room : 4


(fig.3)

5


« The time-lag of eight seconds is the outer limit of the neurophysiological short-term memory that forms an immediate part of our present perception and affects this «from within». If you see your behavior eight seconds ago presented on a video monitor «from outside» you will probably therefore not recognize the distance in time but tend to identify your current perception and current behavior with the state eight seconds earlier. Since this leads to inconsistent impressions which you then respond to, you get caught up in a feedback loop. You feel trapped in a state of observation, in which your self-observation is subject to some outside visible control. In this manner, you as the viewer experience yourself as part of a social group of observed observers [instead of, as in the traditional view of art, standing arrested in individual contemplation before an auratic object]. » (1) A la fois acteur et spectateur à des temps différents, la fascination exercée par l’aspect intrusif des cameras de Dan Graham (situées dans une autre pièce) et celles de Carsten Höller (infrarouges), est un élément fondateur pour comprendre nombre de névroses bénignes de nos sociétés contemporaines comme l’explore plus en détails l’essai d’Olivier Asselin (2) sur les questions notamment d’identités : que faire de ces identités résiduelles à ces imageséchos ? L’artiste nous prend à contre-pied ici et nous révèle l’aspect non pérenne de ces images. Ce qui est inattendu dans ce dispositif et qui démarque le travail de Carsten Höller, c’est l’absence de mémoire du système mis en place. L’archive vidéo est de l’ordre de la fraction de seconde après quoi elle disparaît. Notre image résiduelle qui apparaît sur les écrans n’est qu’une persistance rétinienne de cette vidéo surveillance. L’artiste laisse présager la mise en échec de ce système de contrôle qui, pour être efficace, doit enregistrer constamment ce qu’il voit. L’œil omniscient qui promet de sécuriser la ville est condamné à une hypermnésie comme l’a caractérisé Nicolas Bourriaud dans son essai Le Radicant où il introduit l’idée d’omnimémoire (p.99) (3) : « (…)nous vivons dans un univers pomme S, une société en sauvegarde automatique dans laquelle l’enregistrement et l’archivage des faits culturels s’avèrent étendus et systématiques. »

6


Or ici l’artiste révèle une image invisible à l’œil sans l’enregistrer. Notre reflet retardé glisse sur l’écran sans y adhérer. La critique est donc subtile ; pourquoi filmer de manière intrusive des gestes aussi banals sans même les enregistrer, ou plus précisément, sans avoir l’intention de consulter les archives accumulées ? Ces écrans de contrôle incrustés dans notre quotidien, augmentent nos gestes d’une dimension temporelle : à ces images sont associées des notions de mémoire et de fraction de temps. Les trois images projetées par Carsten Höller n’étant pas synchrones, semblent étirer le temps de l’action. Comme pour déceler une erreur, ou distancier notre propre image, l’artiste use du vocabulaire policier voire clinique dans son dispositif. L’infrarouge fait écho aux rayons X utilisés en imagerie médicale, à même de détecter, de révéler ce qui est caché. Ici il n’est pas question de révéler quelque chose que l’on cache mais plutôt de donner à voir par le biais d’un sens qui serait exo-corporel. Le visiteur ne peut appréhender son espace car il est plongé dans le noir, alors au lieu de se sentir captif et de surcroît épié, il voit son image captée en infrarouge projetée sur le mur. Agissant ainsi comme un senseur ou un radar les trois caméras sont détournées de leurs significations premières, détournant aussi au passage l’a priori que l’on peut avoir confronté à un système de caméras infrarouges. Comme si la caméra infrarouge était une interface-prothèse pour un visiteur rendu aveugle par le noir de la pièce. J’emploie cette terminologie à dessein car l’artiste soulève cette question de nos extensions, ici ce sont des prolongements de notre image sur écran. Ainsi l’artiste fait appel au bon vouloir du visiteur pierre angulaire de son œuvre, l’interaction est la colonne vertébrale de son dispositif. La notion d’ « alteraction » developpée par Louise Poissant met en lumière cet aspect : « the notion is even more interesting since it puts the emphasis not only on the action but also on the encounter with the ohter, who, in the context of cyberspace, risks becoming evanescent because this ‘other’ is not necessarily there, present on the screen. » (4) Toujours dans ce texte, l’auteur montre bien que ces instruments (ici cameras et écrans contrôle) agissent comme des « interfaces operate also on a 7


rehabilitation of forgotten, neglected, or lost sensoriality. » (5), puis “interfaces − understood as sensorial organs − first engendered a deconstruction of our usual modes of perception, a sort of fragmentation/ dislocation of the body.” (6) D’une certaine manière nous avons à faire avec un dispositif de surveillance qui agirait comme un exo-sens (j’entends exo dans son acception latine, signifiant « hors de », ici hors du corps du visiteur) mais reste une coquille vide, il n’enregistre rien, mais paradoxalement sans lequel nous n’avons aucun repère dans le temps et l’espace de cette pièce. Dans un champ des arts médias où les dispositifs de surveillance appartiennent au dernier Cercle dans la mythologie de l’Enfer de Dante, il est rare de voir un artiste qui fait montre de sa possible présence inoffensive, non nocive. Notre perception de l’espace et du temps projeté sur ces trois écrans est donc difficile à appréhender. L’artiste semble vouloir retenir le flux d’images qui passe sur ces écrans, le fractionner pour le donner à analyser par le propre sujet des vidéos. Notre présence dans ce lieu n’est témoignée que par ces bribes vidéo à retard car nous ne pouvons nous même nous localiser avec précision dans cette pièce.

8


(fig.4)

9


Cette notion de l’image vidéo comme fragment d’image étirable fait écho à la vidéo Sleep de Andy Warhol (fig.4), où figure un homme assoupi filmé en plan fixe et plan séquence de plusieurs heures. Dans ce cas précis ce qui nous intéresse est de voir la transformation effectuée grâce à l’outil vidéo de la captation de cette scène : Andy Warhol passe cette bande vidéo avec un ralenti très léger, presque imperceptible dans lequel réside la teneur de l’œuvre. « The films are projected not at the standard sound speed of 24 frames per second, but at silent speed–16 fps–thus further retarding the minimal action » (7) C’est ce ralenti qui permet de comprendre ce rapport à l’archivage, à une mémoire d’écran, hypothétique voire fantasmée. Pour Carsten Höller il s’agit aussi d’interpeller sur une mémoire d’écran, hypothétique, mais loin de la poésie de Warhol, il choisit de nous confronter à une réalité sous-jacente à chacun de nos gestes dans les lieux publics (et certains lieux privés). Pour l’artiste, ces écrans de contrôle n’ont aucune mémoire, il va même les rendre inoffensifs voire grotesques grâce à son dispositif cocasse qui relève plus d’un jeu de miroir déformant (ici temporellement déformant) que d’une fouille d’un contrôle douanier. Les images de nos gestes sont décuplées, pour étirer notre présence dans ce sas. Notre écho vidéo inaccessible d’habitude et ainsi par ignorance, soumis à maintes suspicions, est rendu trivial, amusant. Emphase à notre présence anodine et éphémère dans ce lieu, sous l’œil de ces caméras. Au final, l’artiste renverse même ce processus de contrôle : c’est le visiteur qui veut bien rester sous l’œil de ces caméras lui donnant à voir les gestes qu’il veut bien faire mais surtout, c’est le visiteur et seulement lui qui gardera une trace, un souvenir de cette expérience. Son image sur l’écran de contrôle ne subsistera pas mais lui en gardera mémoire.

10


(fig.5)

11


En empruntant des voies similaires, l’artiste Bik Van Der Pol met en scène des fragments vidéo projetés là encore, de scènes banales filmées en plan fixe, comme une archive d’un moment. Dans son œuvre Sculpture publique (Sous les pavés, la plage)(2009)(fig.5), il joue avec notre mémoire de ce qu’il nous a projeté. Nous voyons un film de vacance projeté. Plus tard dans l’exposition nous croisons çà et là des morceaux du décor de ce film, ou plutôt des récoltes de l’environnement qui fut le lieu de captation de ce film. Agissant comme des extensions tangibles de l’écran et de la vidéo, ces objets sont des catalyseurs qui facilitent notre mémoire de la vidéo projetée. L’artiste ici peut questionner le visiteur de l’exposition, son œil est-il seulement un réceptacle provisoire de son œuvre vidéo ? Le dispositif de l’écran de projection formate-t-il ainsi le regardeur ? Mais plus encore que cette interrogation sur notre mémoire à court terme, Bik Van der Pol semble prendre à rebours le processus d’hyperréalité développé par Baudrillard. Quand nous sommes nez à nez avec la plateforme du ponton où s’ébattaient des enfants en vacance, nous avons à faire avec un référent spatial d’une image évanescente d’un écran à l’autre bout de l’exposition. Ces indices dans l’espace semblent ajouter du temps, là encore, là où l’écran formate. L’objet est présent là mais aussi à l’écran. Le processus que Baudrillard appelle l’hyperréalité est : « a simulation process where the natural world and all its referents are gradually replaced with technology and self-referential signs ». (7) Déplier l’écran pour faire apparaître des bribes de réalité tangible mais qui sont exposées dans un musée, dans le contexte muséal, l’artiste soumet son œuvre vidéo à une sorte d’archéologie filmique. L’écran n’est plus le seul référent de l’œuvre, il faut désormais l’accorder à des éléments extérieurs.

.

12


Ces écrans qui mettent en jeu des codes contemporains et triviaux détournent chacun à leur manière un système d’exploitation des images − dans le but soit de les archiver, soit des les analyser, soit de divertir − de leur objectifs initiaux. Les artistes remettent en question la place de ces écrans dans notre environnement. Dans le cas de l’œuvre Three-fold delayed infrared room, il s’agit des moniteurs de contrôle et du rapport à l’archive qui est entretenu entre les images apparaissant à l’écran et leur sauvegarde. Par ailleurs, en jouant avec nos préconceptions de ces dispositifs, chaque artiste évoque les fantasmes qui circulent silencieusement autour de ces images, de ces écrans. De la sensation d’être épié, à une analyse à la limite du diagnostic médical en passant par le désir de voir les réactions d’autrui hors de sa présence, maintes inventions qui naissent grâce à ces jeux d’écrans. La présence du visiteur peut être une des nombreuses grilles de lectures de ces œuvres, et ici elle fait naître d’autres problématiques. Au final on est en droit de questionner la place du regardeur, spectateur. Est-il réellement actif ? Influe-t-il réellement sur la dimension écran ? Quelle place doit-on accorder à ces écrans perméables au réel : surface poreuse qui tend à confondre les fictions créées dans la matrice de l’écran avec le monde tangible. Ici nous avons vu que l’écran est totalement dépouillé des codes qu’on lui attribue, il n’est plus que le réceptacle de la présence du regardeur, visiteur. Ce n’est plus ni une machine, ni une surface, ni une image. La notion de présence de cette personne devient ainsi les principes fondateurs de ces installations d’artistes. Et son image dupliquée, disséquée et étirée dans le temps, se propage d’un écran à l’autre. Ces écrans qui se multiplient de façon exponentielle dans notre environnement, et s’accumulent à l’aune des bonds technologiques. Ils ne retiennent pas ces images perpétuellement renouvelées ou en boucle, c’est un écho déjà lointain de ces personnes, de ces présences qui s’étend peu à peu dans notre espace, dans cette perspective toujours plus folle, des écrans qui deviennent l’exclusive interface au réel possible et qui tendent à « recouvrir le monde » comme la fameuse Carte dans la nouvelle de Jorge Luis Borges qui visait à dupliquer à l’échelle 1 :1 un territoire. (in De la Rigueur de la science, Aleph, Jorge Luis Borges, 1949)

13


BIBLIOGRAPHIE (1) Gregor Stemmrich, «Dan Graham,» Thomas Y. Levin, Ursula Frohne, Peter Weibel (eds.), CTRL[SPACE]. Rhetorics of Surveillance from Bentham to Big Brother, ZKM, Center for Art and Media, Karlsruhe, 2001, The MIT Press, Cambridge, MA, London, 2002, p. 68. (2) Asselin, Olivier. “The Star and the Prisoner: The Spectacle and Surveillance of the Self on the Web.” Precarious Visualities: New Perspectives on Identification in Contemporary Art and Visual Culture. Ed. Olivier Asselin, Johanne Lamoureux, and Christine Ross. Montreal; Kingston: McGillQueen’s University Press, 2008. 198-225. (3) Nicolas Bourriaud, “Le Radicant”, Une esthétique radicante, ed. Denoel, Paris 2009 p.98-99 (4) Louise Poissant, Media Art Histories. Ed. Olivier Grau. Cambridge, MA ; London, UK : MIT Press, 2007. p.235 (5) ibid p.242 (6) ibid p.242 (7) John G. Hanhardt, The Films of Andy Warhol: A Cultural Context, in: Whitney Museum of American Art (ed.), The Films of Andy Warhol, exhib. cat., Whitney Museum of American Art, New York, 1988, p. 10. and http://www.medienkunstnetz.de/works/sleep/ (8) Best, Steven, and Kellner, Douglas. “Debord and the Postmodern Turn: New Stages of the Spectacle” (excerpt: read last two sections, “The Spectacle Continues… and Expands” and “New Stage of the Interactive Spectacle). Substance90(1999)p.129-156. http://www.uta.edu/huma/illuminations/kell17.htm. Plus : Minsky Marvin, « The society of mind », 1986 & Mitchell, William J. “Networked Eyes.” Sensorium: Embodied Experience, Technology, and Contemporary Art. Ed. Caroline A. Jones. Cambridge, MA: MIT Press, 2006. 174-179. N72 T4S44 2006 Web

14


APPENDICE

CARSTEN HÖLLER, Three-fold delayed infrared room, 2005 (3 infrared lamps, 3 computers, 3 Sony XCD-X710 infrared cameras on tripods, 3 repetitor, 3 beamer) •

in The expanded eye : stalking the unseen, (Kunsthaus Zürich), Bice Curiger, ed. Hatje Cantz Verlag, 2006. p. 203

http://www.terminartors.com/holler-carsten/three-fold-delayed-infraredroom-1024472-p

BIK VAN DER POL, Sculpture publique (Sous les pavés, la plage), 2009 http://www.bikvanderpol.net/?book=1&page=941 BIK VAN DER POL, Sleep with me, 1997 http://www.bikvanderpol.net/?book=1&page=137 DAN GRAHAM, Time delay room, 1974 http://www.mediaartnet.org/works/time-delay-room/images/5/ ANDY WARHOL, Sleep, 1964 http://www.medienkunstnetz.de/works/sleep/

15


ARTH 358 // Media Art - Screenology