Issuu on Google+

The

2011/2012 winter picture certified

journaL

Décembre 2011

Lautaret : Nos sessions de novembre Présentation : 2012 Frenzy Ultralite Les Trois Evêchés. Vintage : Norvège 2005 USA 2011 : FISH LAKE


2011/2012 winter picture certiďŹ ed Laurent Hemard Shop Kites and Boards Phil Grab Col du Lautaret 2011-11-12


SOmmaire Lautaret : Sessions de novembre Nos sessions au Lautaret durant le mois de novembre

2012 Frenzy Ultralite

Présentation de la 2012 Ozone Frenzy Ultralite

Trois Eveches

Première session 2012 vers les mythiques Trois Evêchés

Vintage : Norway 2005

Dans chaque numéro de WK, un voyage il y a longtemps

USA 2011 : Fish Lake Une session snowkite grâce à des motoneiges en Utah


wk Francis Richard Vol relax Les Trois Eveches Col du Lautaret 2011-11-11


Photo hiver 2011/2012 certifiée

2011/2012 winter picture certified editOrial Nous sommes début décembre, les (premières) stations de ski vont à peine ouvrir. Sur tous les médias, TV, radios, facebook, journaux, le même message : «C’est parti pour le ski dans les premières stations qui ouvrent. Super. Extra. Génial. Fantastique. Etc...» Hé, mais... les enfants, atterrissez, allo ici la terre, nous ça fait deux mois et demi que l’on skie avec nos kites sur la neige poudreuse. Ah, ah, ah :-) Le premier numéro de White Kite racontait la session au Col de la Croix de Fer du 20 septembre dernier. Bref, voici donc le numéro # 4 de WK qui parle de notre version personnelle du ski, du snowboard, du vol en sécurité, du freeride, du freestyle, de la randonnée de montagne, dessinant notre propre trace avec personne alentour à part nos deux ou trois copains de session, tout cela bien loin des pistes surpeuplées et surtout, notre ski hors-piste sans le moindre risque d’avalanche. Je veux parler évidemment : du SNOWKITE !!! Dans ce numéro # 4 je vais parler de nos sessions du mois de novembre au Lautaret, seul spot de snowkite en France à cause de la neige seulement au-dessus de 2.000m jusqu’à ce jour. On ira sur le spot mythique des Trois Evêchés car le vent de sud-est a soufflé un jour, on n’a pas raté l’occasion. Une courte présentation de la nouvelle Frenzy Ultralite. La page Vintage nous emmènera en Norvège, au cours d’un séjour en avril 2005. Enfin, une session dans l’Utah que l’on a faite après un trajet en forêt de 35km avec des motoneiges. Bon, à l’heure où j’écris cet édito, la neige tombe à bloc dans nos Alpes françaises. Le prochain numéro de White Kite verra sans doute de nouveaux articles remplis d’images de poudreuse toute fraîche. Profitez de cette belle neige. Restez prudents et vigilants avec votre kite dans les montagnes. Tcho. :-) Boulgakow


COL du La

NOs sessions de Avec la neige seulement au-dessus de 2.000m, le Lautaret est resté le seul spot praticable en France durant ce début de saison. Parfois surpeuplé, nous n’avions pas d’autre choix, même pour ceux qui habitent très loin. Fin octobre / début novembre, tout avait bien commencé,

on a eu de la belle poudreuse comme on peut le voir sur la photo ci-dessous, prise lors de la toute première session, c’était sur le spot au-dessus du Jardin Alpin. Sur la photo de droite, Francis Richard se promène près du Col, derrière l’Hôtel des Glaciers. On y croyait.


2011/2012 winter pictures certiďŹ ed

autaret e nOvembre

wk


Mais le vent du sud chaud a soufflé cinq jours de suite juste après la première chute de neige. La belle poudreuse a disparu. On a eu ensuite trois semaines difficiles avec de la neige béton et des plaques d’herbe ou des rochers de partout. On avait tout de même de la chance de pouvoir kiter quand aucune station de ski n’avait de neige en dessous de 3.500m dans les Alpes du Nord. Pendant une longue période de dix jours, les météos prévoyaient continuellement du vent de sud-est, ce vent tant attendu pour monter en direction du Galibier vers des neiges douces et abondantes. Alors on montait au Col jusqu’à deux fois par semaine. Et chaque jour les météos avaient tout faux. Parfois on bloquait à l’Antenne Relais, ce qui est une belle montée déjà. On en voit une illustration sur l’image ci-dessus et il fallait

souvent slalomer sur les névés pour atteindre les vraies pentes de neige plus haut. Mais avec l’espoir initial de kiter aux Trois Evêchés, la déception était présente. Dans ces conditions, on se rabattait à chaque fois dans les combes situées au-dessus du Jardin Alpin pour des sessions principalement de vol de pente car aucune perspective de randonnée ne s’ouvrait en dehors de la route du Galibier que le vent n’alimentait pas. L’espace derrière le grand hôtel des Glaciers près du col était praticable également, plus accessible. Sur l’image de droite on voit Jeff Blachon dans ces combes du haut, lors d’un des nombreux vols de pente en sécurité, jamais loin de la neige, une nouvelle pratique qui va séduire de nombreux snowkiteurs, on en reparlera plus en détails d’ici peu sur les pages de White Kite.


Jeff Blachon Col du Lautaret 12-11-2011

wk


v Durant ce mois de novembre un peu spécial, avec seulement des plaques de neige dure comme du carrelage, on avait de la chance de pouvoir monter en semaine et d’éviter les week-ends. Car les snowkiters affluaient de toute la France, et même de Suisse, d’Italie. On a vu certains dimanches plus de kites dans le ciel que durant les Snowkitemasters. A la fin, les conditions devenaient carrément limites, plus d’herbe que de neige, des rochers de partout, des ruisseaux profonds, impossible de kiter. Il restait quand même quelques irréductibles qui parvenaient à monter en zig-zag sur les bouts de névés restants, puis s’élançaient des collines pour voler magnifiquement et poser avec une précision millimétrique pile sur des surfaces

de neige pas plus grandes qu’une boîte d’allumettes. De vrais champions. Au moment où j’écris ces lignes la neige tombe fort et alors on va retrouver les conditions que l’on voit sur l’image ci-dessus. Lolo, sur la page de droite, pourra à nouveau replaquer ses vols de pente en douceur sur une neige toute poudreuse, c’est sûr. Comme vous l’aurez compris en parcourant le sommaire, nous avons malgré tout cela réussi à aller une fois jusqu’aux Trois Evêchés, car par un miracle incroyable, Windguru et Météo France ont eu juste lors d’une journée un peu spéciale qui a été le 11 novembre 2011. Nous allons voir cela un peu plus en détails dans les pages qui vont suivre cet article de novembre.


Laurent Hemard Shop Kites and Boards Col du Lautaret 12-11-2011

wk


Christophe Aribert Col du Lautaret 22-11-2011

Sur l’image ci-dessus on peut comprendre que des bouts d’herbe n’empêchent pas de kiter tranquille. Le temps a été très ensoleillé durant tout le mois de novembre mais très froid ce qui maintenait la neige dure, et donc suffisante pour skier. On a déjà parlé de la nouvelle tendance du vol de pente lors du numéro consacré au Col de la Croix de Fer et on y reviendra sur les pages de White Kite pour un article consacré aux précautions à prendre pour cela. Voler est à la portée de tout le monde, ce n’est pas réservé à une élite auto-proclamée, et je pense qu’il vaut mieux expliquer comment se lancer en toute sécurité, ce qui invitera la pratique à se développer et à progresser grâce aux futurs arrivants. Le nouveau vol de pente permet

de planer le plus longtemps possible tout en restant près de la neige. Le vol à grande hauteur a toujours eu tendance à nous terroriser, nous les spectateurs. Même si les adeptes maîtrisent parfaitement ce qu’ils font. A droite, Francis contrôle toujours sa voile, réussit à tourner en vol pour aller exactement où il veut et enfin se pose avec grande précision. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi j’aimerais bien le voir moins souvent aussi haut dans le ciel au-dessus d’une neige dure comme du ciment et des rochers de partout. C’est juste mon opinion. Le débat est ouvert :-) Bon, maintenant, partons pour les Trois Evêchés.


Francis Richard Vol engagé Col du Lautaret 18-11-2011

wk

Photo hiver 2011/2012 certifiée


LEs Trois Eveches Franchement, qui croira que cette photo a été prise en novembre dernier ? La neige avait durci à cause du redoux, donc bien béton en sous-couche, et une épaisseur de poudreuse bien froide en surface, idéal pour les sensations de freeride, quasiment aucun risque d’avalanche ce jour-là. Sur l’image, on voit Romain Mandier, je prends la photo depuis un point haut, mais on ira encore bien plus loin vers le sommet derrière nous, au cours de cette session. On peut deviner le point de départ tout au fond de la vallée au pied des forêts de mélèzes que l’on aperçoit au centre de l’image. Nous avons cheminé grâce à nos voiles et au vent léger le long des dômes de neige dans l’axe à droite de la voile. Ce parcours n’est pas très

difficile. La première fois, mieux vaut suivre les habitués, c’est tout simple. Il faut juste que le très rare vent de sud-est souffle gentiment. Une légère variation depuis le Sud ou l’Est et ça ne monte plus, le parcours s’arrêtant au niveau de la photo en page suivante. Nous avons eu la très grande chance d’aller sur ce spot mythique lors du fameux 11-11-2011 et évidemment j’ai tenté de faire une photo à 11h11mn11s pour faire le malin. GG Josserand et Gauthier Alghisi ont réssi à y retourner deux fois, dans une fenêtre météo étroite et un ciel bouché. Un grand bravo à eux deux. Quand pourrons-nous retourner sur ces pentes magnifiques une fois encore ? Personne ne le sait.

Photo hiver 2011/2012 certifiée


wk Romain Mandier Les Trois Eveches Col du Lautaret 11-11-2011


Le snowkite est la plus fabuleuse version du ski ou du snowboard. Le 11 novembre, aucune station de ski n’était encore ouverte. Tous les freeriders rêvaient de poudreuse en ce début d’hiver. Ils réussissaient uniquement à rêver. Bien sûr, les peaux-de-phoqueurs pouvaient comme nous toucher cette belle neige. On en a d’ailleurs croisé une poignée ce jourlà. Mais bon, ils marchent pendant quatre heures, ensuite ils descendent, une seule fois, en dix minutes. On ne peut pas vraiment appeler ça du freeride. Avec nos kite, on est en freeride tout le temps. Pendant les six heures de la session. A la montée. En traversées. A la descente, que l’on peut reproduire autant de fois que l’on veut puisqu’on remonte la pente en trois minutes. Le 11 novembre, le vent était super léger, on ne pouvait pas foncer à la montée, on suivait notre voile en

wk

glissant doucement comme sur un téléski. On pouvait admirer le paysage. Une douceur. La voile de kite est notre téléski ! Notre forfait saison!! Notre forfait saison international !!! Sur l’image ci-dessus, je monte au-dessus de la première antenne relais. C’est à ce niveau que l’on a dû stopper souvent en novembre car le vent n’était pas dans l’axe pour aller plus loin. En haut à droite de cette arrête, on peut basculer sur la combe de neige d’où est prise l’image, puis continuer vers le haut du parcours. Sur la photo 2 en haut à droite, on voit bien tout le trajet parcouru sur les dômes depuis la vallée que l’on aperçoit au fond en noir. C’est plusieurs kilomètres de freeride pur. La photo 3 est prise près du sommet. On a profité des champs devant nous pour faire une session sympa de vols de pente avec les copains Francis, Eric, Jeff, Richard.


LEs Trois Eveches

Photos hiver 2011/2012 certifiées


The Frenzy ultralite PrĂŠsentation de la voile OZONE frenzy 2012 Ultralite.


white kite

Christophe Aribert Col du Lautaret 22-11-2012


La nouvelle Frenzy Ultralite de Ozone est la meilleure voile de snowkite que j’ai eue depuis les débuts de la marque. Construite avec une haute qualité de tissus Ultralite et Skytex plus des lignes en Edelrid gainées, la voile peut rester en vol dans du vent extrêmement léger. J’ai pu m’en rendre compte lors des sessions de novembre dans des conditions de vent presque inexistant. Ce n’est pas la légèreté (appréciable) qui est sa principale qualité. La Ultralite est d’une rapidité de vol inégalée. Par exemple, c’est ce qui lui permet de voler dans le vent faible, à mon avis c’est plus déterminant que sa légèreté. La qualité principale, qui fait de la Frenzy Ultralite une voile en avance sur son temps, c’est la régularité de son virage en entier, que l’on appelle le loop, ainsi que la sensation absolument constante de pression et de précision que l’on conserve dans la barre de pilotage. Cette perception homogène du vol de la voile dans toutes les circonstances de vent apporte une confiance et une sensation de sécurité totales. Cet incroyable contact avec la voile

provient de son profil avec les caissons partiellement fermés dont le nombre a été augmenté afin d’en réduire la section, tout cela pour une performance maximale. Le système d’accélération à double poulies utilise les dernières Ronstan Orbit, les mêmes que celle située au-dessus du nouveau trimmer, des poulies sécurisées par le passage des lignes entre elles interdisant la perte de contrôle de la voile en cas improbable de rupture. Cette nouvelle Ultralite comporte les dernières avancées technologiques provenant des précurseurs mondiaux en parapente de compétition. Une sécurité totale est désormais active grâce au nouveau Contact Snow Control System qui met la voile en drapeau, retenue par une cinquième ligne. Les valves de dépressurisation ont été enlevées pour gagner en poids et en performance car les possesseurs de la Ultralite devront être capables de contrôler leur voile dans toutes les circonstances de haute montagne. Je prépare une vidéo qui montrera ces éléments novateurs en action sur la neige.


white kite


Guillaume Chastagnol Haardangersvida Avril 2005


RETRO

norvEge

2005 Dans chaque numéro de White Kite, un voyage de snowkite ou une session que l’on a pu faire il y a bien longtemps. On a vu une photo prise sur l’Etna en 2009 dans le numéro d’octobre. Cette fois nous (re)partons en Norvège, sur le plateau de Haardansgersvida près de Geilo, c’était en avril 2005 avec le team Ozone pour un travail sur les voiles 2006, Rob Whitall et Tom Bourdeau amélioraient les profils, je devais faire les photos pour le catalogue et les pubs, Chasta testait les modifications apportées aux voiles comme on peut le voir sur l’image à gauche. Un endroit impressionnant pour le snowkite. Des souvenirs indélébiles.


nOrvege 2005 Avril est le meilleur mois pour aller faire du snowkite en Norvège. Encore vraiment beaucoup de neige. Pas trop froid comme météo. N’essayez pas d’y aller en janvier... Et puis d’étranges couleurs pendant le coucher de soleil qui dure à cette époque de 16h à 22h. Nous rentrions souvent de session vraiment tard, pour après la douche prendre notre dîner à minuit... Un truc de ouf. Chacun sait déjà qu’en Norvège on va trouver des espaces immenses pour le snowkite mais sincèrement, quand on déplie la voile à côté de la

voiture et qu’on se prépare à partir vers ces plaines chargées de neige et ces montagnes arrondies, que l’on a devant nous jusqu’à l’infini comme sur la photo 1, c’est un sentiment de fascination qui est difficile à raconter sans risquer de passer pour un dingue. Sur la photo du bas, Chasta profite de ce petit barrage pour un handrail qu’il enchaîne par un indy-grab. C’est pas le moment de faire une erreur sur un run pareil. Heureusement, Chasta ne fait pas d’erreur avec un kite :-)


nOrvege 2005

Guillaume Chastagnol Haardangesvida Avril 2005


On s’est pris aussi quelques jours de mauvais temps. On est resté deux semaines alors toutes les sortes de ciels nous ont été apportés par les différents vents de printemps. Parfois, notre appartement que l’on voit sur l’image de gauche nous abritait de la tempête de neige et on restait sur les ordis pour travailler bien au chaud. Du coup, on était encore plus excités à l’idée de retrouver les hauts-plateaux avec toute la poudreuse nouvelle. Regardez Chasta sur la photo. Est-ce que ce n’est pas du pur freeride ? Quand on pense qu’il va pouvoir refaire le run autant qu’il le veut car il remontera la pente en une minute. Est- ce que vous apercevez le moindre risque d’avalanche ? Je peux vous donner la réponse : Nulle part !!! Globalement en snowkite, on n’a pas besoin d’hélico. On n’a pas besoin de forfait de ski hors de prix. Pas besoin de télésièges. On est bien loin des pistes surpeuplées et verglacées. De temps en temps on croise un groupe de chamois au loin. Parfois des perdrix blanches. C’est ça, le snowkite. Enorme.

ba


norvege 2005


Guillaume Chastagnol Haardangersvida Avril 2005

les tricks possibles que Chasta réussit à reproduire et qui lui viennent de ses années de snowboard, il a fait des vols tranquilles sur des longueurs hallucinantes en suivant ces collines arrondies de Norvège, on a même eu une session avec plus de 45 knds dans un vent super stable avec nos Frenzy 5m. Je m’en souviens car on a dû ensuite revenir de super loin avec nos 5m dans un vent qui était tombé à 3-5 knds... On a aussi pris le temps d’aller visiter les fjords. Et je ne m’imaginais pas que jamais je ne retournerai sur ce paradis du snowkite. C’est la vie. Les meilleurs moments ont une fin.

ba

Sur la séquence en haut de page, Chasta commence par un step-up sur cette corniche de neige, ensuite deux trois slashes de poudre sur la crête et enfin un jump où il grabbe en Indy. Tout ce dont les meilleurs freestylers backcountry rêvent est sur cette photo. J’ai héssité avec une autre séquence, où Chasta fait un back 360° tail-grab pendant le step-up de la corniche. Mais y avait pas la voile, et pas de beau nuage de poudre sur le rebord du mur de neige. Enormisime. bon, comme vous pouvez le voir, on a eu de super sessions durant ces deux semaines de grande chance. Tout ce que le snowkite permet de faire : de la promenade, de la longue distance, des triangles immenses avec retour à la voiture, du freeride en grosse poudreuse, tous


Une méga session de snowkite qui a commencé par trente kilomètres de motoneige à travers les forêts de l’Utah pour déboucher sur un haut-plateau qu’aucun snowkiter n’avait encorre approché.

white kite


Fisih lake

Guillaume Chastagnol Utah FĂŠvrier 2011


Pendant notre voyage aux USA avec Chasta en février dernier, nos sommes allés sur un plateau dans l’Utah avec des motoneiges depuis un petit village touristique au bord d’un lac immense appelé Fish Lake. Le genre de lac qui doit marcher aussi en été pour le kitesurf, genre celui qui habite là il a tout compris. On a d’abord roulé deux ou trois heures depuis Mt Pleasant avec Brian Schenck et Marty Lowe qui avaient leur remorque et chacun deux motoneiges, donc une pour Chasta et une pour moi. Excellent. On est donc parti depuis Fish Lake est ses bungalows en bois peints et on a traversé dix kilomètres

de forêts, ensuite encore vingt kilomètres d’une plaine immense avec une grosse épaisseur de poudreuse avant d’arriver sur le spot de snowkite. C’était la première fois que je faisais de la motoneige, au début super prudent pour comprendre la machine, et ensuite, dans la grande plaine, je voyais le compteur à 180 mph, disons près de 90km/h à flotter à la surface de la neige poudreuse en essayant de suivre les trois furieux devant moi. On est arrivé à un terrain pas trop difficile pour le snowkite mais vraiment immense, sans aucune trace.


Fisih lake


C’était vraiment la session de snowkite parfaite comme chaque kiteur peut en rêver. Un nouveau secteur à explorer dans une épaisse neige poudreuse. Absolument aucun risque d’avalanche. Un vent de 5-10 knds super régulier. On pouvait aller où on voulait, les copains n’étaient jamais loin et on gardait tout le temps les motoneiges en vue en bas sur le plateau pour le cas où le vent tomberait d’un coup. Quand on avait sillonné toute la poudreuse, on pliait les voiles, on repartait en motoneige vers

des paysages de snowkite un peu plus loin. C’était jamais difficile comme terrain, juste un plaisir total de kiter dans la profonde. Chasta a profité de tous les reliefs pour du très bon freestyle et on le verra sur une vidéo prochaine. Il a fait pas mal de vols prolongés en suivant les pentes douces. Je ne remercierai jamais assez Brian et Marty pour nous avoir conduits sur cette session et prêté les motoneiges. Rien d’autre à mentionner de spécial mais c’était déjà un moment inoubliable.


Fisih lake white kite


Guillaume Chastagnol Skyline, Utah FĂŠvrier 2011


Le White Kite journal est un espace d’articles sur le snowkite. Qui montre au fil des pages ce que notre sport est en définitive : le plus fabuleux style de ski ou de snowboard, un véritable mode de vie. Toutes les photos, les textes, la mise en page, par Pascal Boulgakoff. Vous pouvez laisser un message ou poser vos questions à :

whitekitenews@orange.fr Infos du monde snowkite, rejoignez :

White Kite News sur Facebook Vous êtes allergique à facebook ? :

Bien plus d’infos snowkite sur :

www.boulgakow.com

White Kite News sur Overblog

Vous avez manqué les anciens WK ? :

Archives du White Kite journal Et si vous préférez les vidéos :

White Kite News video channel


Décembre 2011