{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade.

Page 1

S MA T R A C I FABR

G

Début de l’atelier danse-théâtre au LEPP avec la Cie «Jusqu’au souffle».

19 et 20 octobre

Restitution du projet «Mon voyage chez vous» conduit par Mathilde Syre avec le DDAMIE*** dans le cadre du festival «Le Grand Bivouac».

11 novembre

Restitution des projets autour du 100e anniversaire de l’Armistice à la salle polyvalente de Doussard, de 15h à 18h. Entrée gratuite, ouverte à tous.

Théâtre - intervention de la Cie «La fédération, Cie Philippe Delaigue» au collège et au lycée.

du 7 au 14 novembre

Semaine d’atelier cirque avec le Cie du Chaos, en partenariat avec l’IME et «les Subsistances», laboratoire de création artistique (Lyon). Parc Berger, sous chapiteau.

10 novembre

Spectacle de cirque (mat chinois), dans le parc Berger, sous chapiteau à 18h. Entrée gratuite, ouverte à tous, durée 20’.

22 novembre

Spectacle «Petites mythologies» de la Cie Philippe Delaigue. Entrée gratuite, ouverte à tous, salle polyvalente de Faverges.

Fabric’Arts est un projet de développement culturel intercommunal mis en oeuvre par la ville de Faverges-Seythenex

15 décembre

Restitution du projet danse hiphop avec la Cie Anothaï, 19h à La Soierie.

17 décembre Restitution de l’atelier théâtre avec la Cie «Jusqu’au souffle» à La Soierie.

De janvier à mars

Ateliers danse avec Sophie Neumann dans les écoles de Viuz, Seythenex et Saint-Ferréol.

du 14 au 18 janvier

Intervention de «What’s up» au collège. * Lycée d’Enseignement Professionnel Privé. ** Etablissement Public d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes. *** Dispositif Départemental d’Accueil de Mineurs Isolés Etrangers.

Tesmine, élève de CM2 de Cons Sainte-Colombe a participé à l’atelier autour des dix mots de la langue française proposé par Sylvie Santi. Une restitution s’est déroulée le 23 mars dernier, dans la cour de la médiathèque. Un très bon souvenir pour Tesmine qui décrypte ses sensations. Moi, j’avais peur de monter sur scène mais Sylvie [Santi] nous a expliqué qu’il ne fallait pas avoir peur car quand on monte sur scène, on ne doit pas être soi-même. On rentre dans

Lire plus en page 2

la peau d’un personnage. Ça m’a rassurée et je suis montée en tout confiance, j’ai vraiment aimé ça et j’espère recommencer très vite. En plus, la représentation avait lieu la veille du carnaval, et le lendemain pendant le défilé, des gens m’ont reconnue et ils m’ont félicitée, ça m’a fait plaisir et j’étais fière de moi.

FabricArts74 - www.fabricarts.fr - 07 50 12 86 42 / 04 50 32 57 57 - Mairie - 98 rue de la République - 74210 Faverges-Seythenex

F. Leproust

A quel projet participe Marin depuis septembre et qui «l’a marqué» ? A lire en page 6.

N. Gierlotka

octobre

Du 12 au 23 novembre

Restitution de la Cie Delaigue. Entrée gratuite, ouverte à tous.

Ecole de Cons Ste-Colombe classe de Mme Tissot

M. Dufournet

7 décembre

jusqu’au 16 novembre Expo photos «Un mot, un geste», restitution de l’atelier réalisation conduit par Mathilde Syre au LEPP* et à l’EPHAD** Alfred Blanc. Exposition visible dans la cour de l’EPHAD. Entrée libre.

R. Sowinski

tesmine dahmani,

HK, Saïd et les enfants - concerts à doussARD - 27 et 29 mars 2018 avec l’orchestre jeunes de l’école de musique de Faverges-Seythenex - 450 enfants du territoire se produisent en concert.

OUVREZ-MOI !


S MA T R A C I FABR

G

Lu sur la page Facebook de Fabric’Arts : «Un grand merci pour les enfants. Ils sont ravis, un super moment. Ils ont plein de choses à raconter, les yeux qui pétillent. Belle expérience».

Amandine duret, Musicienne intervenante en milieu scolaire Le souvenir de ces deux concerts est encore très vif pour moi. C’était une vraie aventure, le partage d’une expérience culturelle commune avec des enfants du territoire et deux artistes.

près de 1000 spectateurs pour chaque concert !

HK, Saïd et les enfants

FABRIC ARTS MAG

- Près de 1000 spectateurs à chaque représentation. - De nombreux parents bénévoles qui ont aidé à l’organisation et à la préparation des repas des enfants,

1

- 16 enseignants impliqués, - 1 Dumiste (musicienne intervenante en milieu scolaire) sur laquelle le projet s’est articulé, - 2 mécènes qui ont accompagné l’événement : Intermarché Faverges et ISA workwear.

Que des enfants puissent être des artistes sur scène, c’est quand même exceptionnel ! J’ai trouvé les enseignants vraiment investis dans le projet. Ils ont mis en place un réel travail de reprise entre deux séances de musique. Ils ont retravaillé les textes et à Viuz et Saint-Ferréol, ils se sont même vus pour chanter ensemble les chansons des copains.

Volet musique

Romain trolong-bailly enseignant (en photo) R. Sowinski

- 8 titres «création» chantés par 200 élèves de CM1-CM2 le 27 mars, - 8 titres «interprétation» chantés par 200 élèves de grande section maternelle au CE2 le 29 mars, accompagnés par l’orchestre junior de l’école de musique de Faverges-Seythenex (sur les deux concerts, les enfants ont été accompagnés par des musiciens professionnels),

F. Lperoust

«Deux belles soirées, preuve que culture et éducation peuvent s’associer à merveille. Une éducation et une culture qui permettent à de nombreux enfants de chanter, de rencontrer des artistes, de découvrir le plaisir de l’écriture, de se produire dans de vraies conditions de scène. Une éducation et une culture qui font naître des moments intenses, comme des petites graines semées pour les enfants sur le long chemin de l’éveil culturel et du vivre ensemble. Une éducation et une culture possibles grâce à un investissement considérable de chacun au-delà de sa mission, grâce au soutien public et privé... Bravo à tous !»

M. Dufournet

De décembre 2017 à mars 2018, 16 classes de Doussard, Faverges-Seythenex, Lathuile, Saint-Ferréol et Val de Chaise ont travaillé sur un projet «musique» avec le chanteur HK et le guitariste Saïd. Ce projet d’envergure s’est concrétisé par deux concerts les 27 et 29 mars. Il a incontestablement renforcé la cohésion entre les écoles du territoire et les liens entre toutes les personnes impliquées : enseignants, enfants, partenaires, parents, artistes…

On voudrait déjà commencer par noter le côté très professionnel de Saïd et de HK, derrière leur style décontracté. Au début, le projet était un peu flou pour nous mais on a très vite été emportés et mis sur les rails. On souligne la très bonne organisation du projet avec une mise en scène importante et appréciable les jours de concert. On a ressenti à travers le projet un vrai «vivre ensemble» en réunissant les enfants du territoire. C’est très rare qu’ils se retrouvent ensemble dans un même but sans compétition.

Vous pouvez découvrir le film des concerts sur le site de Fabric’Arts : www.fabricarts.fr

Lionel exertier directeur

Ecole de Saint-Ferréol

Le projet nous a permis d’avoir une relation plus ludique avec les enfants, moins frontale. Une autre façon d’apprendre et de travailler avec du plaisir. Malgré la durée du projet et un nombre important de répétitions, jamais aucun enfant n’a montré le moindre mécontentement. La musique réunit… être à la fois seul en tant qu’individu sur scène tout en étant ensemble en rythme, c’est génial comme expérience, on en parle encore aujourd’hui avec les enfants mais aussi avec les collègues quand on se voit. Même nous en tant qu’adulte, on était pressés d’arriver à la date du concert.

Quant à HK et Saïd, ils se sont mis à la portée de tous. Ils étaient dans l’écoute et l’adaptation, à la fois force de proposition, tout en écoutant nos demandes. C’était un travail de collaboration très riche. Pour les enfants, je trouve que c’était une expérience unique. Ils se sont rendu compte de la chance qu’ils avaient au fur et à mesure du projet. Ils étaient super investis, écoutaient les paroles, répétaient les gestes. Ils ont aussi fait découvrir cet univers à leur famille. C’était un vrai échange. Et les textes qu’ils ont écrits montrent une dimension de solidarité très importante qui, moi, m’épate.

Fabric’Arts MAG Directeur de la publication : Marcel Cattaneo, maire de Faverges-Seythenex Rédacteur en chef : Philippe Serre, chef de projet Fabric’Arts Conception : service communication FavergesSeythenex - Rédaction : N. Gierlotka, Ph. Serre, F. Leproust - Impression : Kalistene Tirage : 8 200 exemplaires Dépôt légal : octobre 2018 Fabric’Arts : 04 50 32 57 57 coordination@fabricarts.fr


S MA T R A C I FABR

G

elise carrier, Ecole de Cons Ste-Colombe classe de Mme Tissot

Cie Sylvie Santi

M. Dufournet

isir de l’amour des mots, le plaission ont

C’est au travers de plusieurs stages et interventions dans les écoles que ce travail s’est concrétisé, de même que lors d’ateliers à la médiathèque, en partenariat avec le graffeur High. L’ensemble des interventions s’est déroulé de janvier à mars 2018 et une très belle soirée de restitution a eu lieu le 23 mars dans la cour de la médiathèque.

placoter, ohé, jactance, volubile, truculent, bagou… Les dix mots du concours «Dis-moi dix mots» étaie nt bien présents sur le gâteau offert par la boulangerie Martins, mécène de Fabric’Arts !

Les enfants et les jeunes, heureux de se produire devant un public, ont présenté leur travail. Ils étaient extrêmement impliqués, très investis dans leur rôle et leurs mots, pleins de fantaisie.

Les participants aux ateliers et stages :

- des jeunes de l’IME, - des jeunes et des adultes réunis lors des ateliers mis en œuvre à la médiathèque.

Le projet était bien car on a exprimé des textes et des mots avec des gestes, on a exprimé une parole qui s’animait, les gens étaient plus intéressés. Moi, si je pouvais le refaire, ce serait avec enthousiasme ! Sylvie S. nous a appris à surjouer et j’aime bien ça, elle nous a montré que pour chaque texte il peut il y avoir plusieurs façons de l’exprimer. Avant, j’aimais bien le théâtre et maintenant encore plus, car je vais m’inscrire à des cours.

laura tissot, Directrice

école de Cons Sainte-Colombe

R. Sowinski

- des élèves de l’école de Cons SainteColombe et leur enseignante Laura Tissot (classe de CE1 à CM2) - des élèves de 6e du collège et leur enseignante de français Sarah Cointepas,

R. Sowinski

la sm représentation, de la tran au long de ses guidé Sylvie Santi tout i désir de vra interventions, avec un de mettre ns, atio voc des faire naître fraîcheur. r leu en avant les jeunes et

F. Leproust

Sylvie Santi a travaillé cette année l’expression orale et la mise en jeu de la parole devant un public dans le cadre du dispositif national de sensibilisation à la langue française «Dis-moi dix mots».

M. Dufournet

dis-moi dix mots

N. Gierlotka N. Gierlotka

La Cie a par ailleurs bénéficié d’une aide dans le cadre de sa résidence de création.

FabricArts74 - www.fabricarts.fr

2

M. Dufournet

Pour la première fois, Fabric’Arts a pu proposer un projet cirque, avec une compagnie locale, basée à Lathuile, la Cie «Un de ces 4». Cette action s’est insérée dans le projet d’école du groupe scolaire de Viuz. C’est ainsi que «Un de ces 4» a travaillé de mars à juin avec des élèves de cycle 3 sur le cirque, celui-ci étant un moyen d’aborder la confiance en soi par l’humour.

N. Gierlotka

FABRIC ARTS MAG

cie «un de ces 4» J’ai apprécié l’apport d’un regard artistique... Ça nous sort du cadre scolaire et nous permet de voir autre chose. C’était très intéressant pour moi de voir les élèves travailler autour de textes qui n’avaient pas forcément de sens pour eux. Et puis de sentir qu’ils comprenaient le sens avec la mise en scène : le travail que Sylvie leur a montré, la façon de s’exprimer en marchant, dans le but de faire comprendre quelque chose. Je vois une différence en classe après le projet, surtout dans l’apprentissage des poésies, notamment au moment de les dire. Maintenant, les élèves expriment leur poésie avec des gestes. Le projet a montré beaucoup de soutien entre les élèves, c’était un chouette projet.


Près de 150 personnes ont assisté au spectacle donné en extérieur.

S MA T R A C I FABR

G

La troupe s’est réunie en moyenne un samedi par mois pour préparer le spectacle. Au fil des mois, les stagiaires ont développé leur concentration, leur rapport au corps, leurs maîtrise du souffle mais surtout… ils ont tissé des liens très forts entre eux, qui ont participé à la réussite du spectacle !

Photo M. Dufournet

Travaillant sur les textes de Laurent Gaudé, les stagiaires ont abordé et traité un sujet sensible mais néanmoins important et d’actualité : les migrants. Le spectacle qui a conclu ce projet de longue haleine s’est déroulé le 2 juin dans le parc Simon Berger. «De sang et de lumière»*, ou voyage d’un migrant vers l’Europe, était mis en scène par Claude Brozzoni, assisté par Dominique Vallon. La musique, les chants originaux et l’accordéon ont été menés par Claude Gomez. Pour enrichir le spectacle, les comédiens étaient également accompagnés par un chœur dirigé par Frédéric Stoz.

Photo M. Dufournet

Durant plus d’un an et demi, dans le cadre de Fabric’Arts, la compagnie Brozzoni a encadré un projet théâtre mêlant formation, réalisation et sorties spectacle gratuites à Bonlieu Scène Nationale avec une dizaine de stagiaires, jeunes et adultes, amateurs ou confirmés.

Photo M. Dufournet

cie brozzoni

* D’après «De sang et de lumière» et «Eldorado» de Laurent Gaudé.

«C’est comment l’collège ? Avec le Labo des histoires Cette année encore, en partenariat avec le Labo des histoires et à la demande d’un professeur du collège, Fabric’Arts a fait appel à l’écrivain annécien Laurent Gidon pour un projet dans le cadre de la liaison CM2-6e visant à dédramatiser l’entrée au collège. De mars à juin, Laurent Gidon est intervenu auprès d’une classe de 6e et de deux classes de CM2, l’une à Giez et l’autre à Doussard. Le projet a permis de récolter des écrits sur les impressions, les peurs, les attentes de tous ces élèves selon leurs idées, leur propre perception, leurs mots… Les écrits issus de ces ateliers ont été présentés sous forme de grandes affiches et exposés durant deux semaines, en juin dernier, dans le hall de l’Office de tourisme.

en photo, quelques-uns des jeunes qui ont participé au projet, lors de l’inauguration, avec des élus, des représentants du Labo des histoires et Nicolas Auguste, professeur au collège initiateur du projet.

Cette année, ces écrits serviront de base à un travail filmique avec le réalisateur Pierre Beccu et trois autres classes du territoire (deux classes de CM2 et une classe de 6e).

FABRIC ARTS MAG 3

A. Rouquet

laurent gidon

détail - L’affiche «Ce qui compte»


S MA T R A C I FABR

G

lorence ninet, Enseignante

«On a appris à être directeur de plateau, acteur, à faire le son, à se taire quand la caméra tourne, à manipuler le matériel. On a découvert les objets du cinéma, on a vu qu’il y avait plusieurs rôles. Et le film est génial et on espère qu’il vous plaira !» les enfants, Créateurs de la fiction

«Notre parcours, dans ce projet, re-questionne la place des écoles dans la ville et plus particulièrement celle des cours qui sont des espaces fermés. Souvent transformés au fil des interventions en parking de supermarchés car on a enlevé des bordures, des espaces...»

hors champs avec le caue, le collectif «etpuisquoiencore», l’association «Label vie d’ange» Quatre classes du groupe scolaire René Cassin à Faverges ont participé au renouveau de leur cour d’école de janvier à mai 2018. Un projet pédagogique et participatif conduit avec les élèves et leurs enseignants. «HORS CHAMPS» se concrétise par : – une cour transformée, de la verdure, du bois, des arbres fruitiers, des structures-parcours en bois… – une fiction imaginée, écrite, tournée, sonorisée et montée par les enfants. En liant architecture, paysage et vidéo, le projet avait pour but d’interroger les élèves sur leur cadre de vie à l’école et particulièrement la cour. L’enjeu est d’observer, analyser, concevoir et intervenir sur ce site en le considérant comme un espace public, un espace de vie. Le fil conducteur «HORS CHAMPS» permet de prendre en compte tout ce que l’on ne voit pas directement (notamment les sons).

avec le collectif «capoucap» D’avril à juillet 2018, une quinzaine d’élèves de l’école René Cassin à Faverges a participé à l’atelier «Les petits architectes» dans le cadre des Nouvelles Activités Périscolaires. Cet atelier s’est déroulé à la médiathèque de Faverges-Seythenex, avec le collectif CAPouCAP. Il avait pour objectif d’aménager et d’embellir l’une des deux cours de la médiathèque pour en faire un lieu convivial et de détente. Tout a été entièrement imaginé et conçu par les enfants et les architectes de CAPouCAP qui ont travaillé à partir de matériaux de récupération.

Cet espace est ouvert à tous les lecteurs de la médiathèque, adultes et enfants ; c’est un lieu pour lire et pour échanger. L’image de la bibliothèque, lieu où l’on ne fait qu’emprunter des livres ou étudier, n’est plus d’actualité. La bibliothèque devient un lieu de vie, de convivialité et d’échanges. Lieu dédié à la vie sociale, un espace où les individus peuvent se rencontrer, se réunir et échanger.

CapOuCap

Jérémy Huet,

F. Leproust

Membre du collectif «Etpuisquoiencore»

petits architectes réunis dans la cour de la médiathèque lors de l’inauguration, le 5 juillet 2018.

première projection puberlique

CapOuCap

2018. de la fiction «Hors champs», 1 juin

petits architectes

FABRIC ARTS MAG

Séance de peinture.

4

CAUE 74

«Cette expérience a constitué un vrai projet pour notre classe et créé une vraie entente entre les enfants. Une alchimie est née ; c’est vraiment un bonheur quand cela se passe ainsi. Et les enfants ont beaucoup appris, notamment à être autonomes dans un groupe…»

petits architectes

Agnès Millet

Conseillère pédagogie et culture CAUE 74 (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement)

Quelle était la spécificité du projet CAUE/Fabric’Arts cette année ? Le projet CAUE/Fabric’Arts s’est concentré, cette année, sur l’école du centre-ville, René Cassin, pour travailler sur la réhabilitation de la cour ainsi que la réalisation d’un film de fiction. Avec le collectif «Etpuisquoiencore» (architectes-paysagiste) et l’association «La Belle Vie d’Ange» (réalisateurs), le CAUE de Haute-Savoie a souhaité rendre acteurs les élèves dans la démarche de création et la prise de conscience de leur environnement. La spécificité du projet est d’investir les élèves à la conception du projet et ce, dès l’analyse du site car, c’est avant tout LEUR lieu de vie. En les impliquant dans la réflexion, les élèves s’approprient l’espace, se questionnent sur leurs usages et imaginent les pistes d’une «nouvelle» cour. Quelle est la plus-value de ce genre de projets pour les enfants ? Quels sont vos retours à ce sujet ? La dynamique de projet se crée par le principe d’appropriation de l’élève. A travers l’observation et le questionnement, les élèves identifient les besoins et expriment leurs envies. S’en suit la réalisation de mobilier, d’une fiction et la plantation de végétaux. La plus-value de ce type de projet est aussi dans l’après ! Depuis que la cour de l’école a été réhabilitée, les enfants ne vivent plus les temps de récréation de la même manière. Ils se sont réappropriés l’espace et ont changé leurs usages de manière évidente. Depuis la fin du projet, la cour n’est plus vécue comme avant.


S MA T R A C I FABR

G

Volet cinéma, court-métrage avec Mathilde Syre «Un mot, un geste»

Aider, qu’est-ce que ça veut dire ? Etre aidé ? Comment se construit une relation d’aide ? Quel regard je porte sur l’autre que je dois aider ou qui m’aide ? Comment accepter d’être dépendant de l’autre ? Comment établir une relation de confiance à l’autre ? Pourquoi ce choix de métier ? Quelles sont mes appréhensions ou mes envies ? Autant de questions auxquelles ce projet tente d’apporter des réponses en confrontant trois regards : celui de professionnels travaillant en EHPAD, celui des résidents et celui d’élèves qui se préparent aux métiers d’aide à la personne.

avec une classe de héry sur ugine et de jeunes mineurs isolés

Au LEPP La Fontaine D’avril à juin 2018, une classe du lycée professionnel (section aide sociale et service à la personne) a mené un projet mêlant cinéma-photo et documentaire sonore à l’EPHAD Alfred Blanc de Faverges, avec la réalisatrice Mathilde Syre. Durant plusieurs semaines, des groupes d’élèves se sont rendus à l’EHPAD pour photographier, filmer, interviewer les résidents ainsi que le personnel des différents services. De ces rencontres et échanges ont découlé des interviews poignantes, des photos émouvantes ! Et de précieux liens se sont noués entre les jeunes et les différents publics de l’EHPAD. Expo-photos visible dans la cour de l’EPHAD jusqu’au 16 novembre. Entrée libre et ouverte à tous.

Film-documentaire à retrouver sur le site de Fabric’Arts : www.fabricarts.fr

l’expo «Un mot, un geste» Chaque photo est accompagnée d’une légende, expression d’un sentiment éprouvé : «Je me sens utile, ça fait du bien d’aider quelqu’un».

FABRIC ARTS MAG

Correspondance vidéo entre une classe unique de Héry sur Ugine et de jeunes migrants vivant à Doussard et Lathuile. Ce film documentaire est le résultat d’une rencontre avec le chanteur HK* et les jeunes élèves de Héry, puis avec les jeunes migrants suivis par le DDAMIE (Dispositif d’Accueil de Jeunes Mineurs Isolés Etrangers). Accompagnés par Mathilde Syre, les élèves et les jeunes mineurs isolés ont entamé une correspondance vidéo qui a permis de réaliser un court documentaire sur ce thème des migrants que les enfants connaissaient peu. Le projet s’est inscrit dans le cadre du dispositif «Passeurs d’images». Il vient d’être valorisé au festival du Grand Bivouac, dans le cadre des «Premiers pas de l’aventure».

5

Au LEPP La Fontaine Des élèves de Terminale AMA (Artisanat et Métiers d’Art option communication visuelle et pluri-média) ont travaillé de septembre à février 2018 sur un projet de courts films d’animation, intégré à leur programme scolaire. Mathilde Syre est intervenue sur ce projet pour : - accompagner l’écriture du scénario, - initier les jeunes aux différentes techniques du cinéma d’animation, - les encadrer techniquement lors du tournage, de la prise de son/bruitage et du montage. Les jeunes ont ainsi produit huit films d’animation (1 à 2 minutes par film), sur le thème de l’identité. Vous pouvez découvrir ces films sur le site de Fabric’Arts : www.fabricarts.fr

* Auteur de la musique du film «J’ai marché jusqu’à vous».

Film à découvrir sur le site de Fabric’Arts : www.fabricarts.fr


S MA T R A C I FABR

G

Marin - classe de cm2 Ecole de Doussard

Sais-tu ce qu’est Fabric’Arts ? Qu’est-ce que tu en as compris ?

Oui, c’est une espèce d’association un peu pour les enfants et ils organisent des choses.

Du 3 au 11 novembre, les communes des Sources du lac d’Annecy s’unissent pour commémorer le 100e anniversaire de l’Armistice de 1918. Avec le concours de Fabric’Arts qui met en oeuvre trois projets dans les écoles primaires de sept communes. Lancée en mars 2018, cette initiative locale a rassemblé de nombreux habitants, bénévoles et associations locales dans le but de créer un évènement d’une semaine commémorant le centenaire de l’Armistice. Une association, Mémoire aux sources, a été spécialement créée pour mettre en oeuvre ce programme fédérateur. Et Fabric’Arts a été sollicité pour participer à cet évènement en proposant trois projets en partenariat avec les écoles primaires des sept communes. Depuis septembre, ces projets se déroulent dans les écoles, et une restitution ouverte à tous est programmée le dimanche 11 novembre.

Volet cinéma avec mathilde syre La réalisatrice Mathilde Syre travaille avec une classe de premier degré sur un court film d’animation.

Volet écriture avec Isabelle millet-ursin En partenariat avec le Labo des histoires, l’écrivain Isabelle Millet-Ursin, de Doussard, conduit un projet avec une classe de premier degré autour de la prose, la poésie ou le genre épistolaire.

Volet arts plastiques avec laurent castelain Le céramiste Laurent Castelain de Cons Sainte-Colombe intervient dans sept classes de cycle 2/cycle 3 du territoire à la création de panneaux de deux mètres d’envergure sur des thèmes comme la paix, la fraternité, etc.

Et qu’est-ce que tu en penses ?

Moi, je trouve ça chouette. La dernière fois, j’avais fait ça avec HK, j’étais content d’être avec lui, c’était ça qui était intéressant, d’être avec un artiste comme si c’était quelqu’un de tous les jours.. Qu’est-ce que vous faites avec Isabelle ? Et pourquoi ?

On fait de l’écriture sur la paix, la guerre… Parce que la guerre, ça a été un moment important dans la vie et tout le monde doit savoir ce qui s’est passé. Le 11 novembre, il y a la fête des morts. On fait de l’écriture. Par exemple, on doit écrire des textes avec un enfant trouvailleur et un soldat..

FABRIC ARTSMAG

C’est quoi un enfant trouvailleur ?

6

C’est un enfant qui, plutôt que d’être sur le front, est en retrait et cherche des trucs pour fabriquer de nouvelles choses, des solutions pour arrêter la guerre.

Tu aimes ce projet ? Pourquoi ? C’est différent de HK mais j’aime aussi, oui, parce que j’aime bien les discussions un peu sur la paix et la guerre. Ca m’a marqué.

lucille - classe de cm2 Ecole de Doussard

Ce projet rentre dans le cadre de la commémoration du centenaire de la grande guerre. Qu’est-ce que tu en as compris ?

On va accrocher les panneaux, comme ça, plus tard avec nos petitsenfants, on pourra le voir et ce sera bien car on pourra leur expliquer dans quelle classe on était et comment on l’a fait. Vous avez étudié la grande guerre avant de commencer le projet ?

christophe ribes, Conseiller municipal de Lathuile,

président de «Mémoire aux sources»

Cette période de commémoration permettra à chaque commune du territoire de proposer un ou plusieurs évènement(s) en rapport avec le thème de l’armistice, de la grande guerre mais aussi de la paix par exemple. Je retiens tout particulièrement l’accueil très favorable de la part des élus, des associations (culturelles, historiques, musicales..), des directeurs d’écoles et des enseignants. C’est aussi la rencontre d’associations qui pourront s’unir pour proposer un événement, une exposition... C’est la rencontre avec les habitants, jeunes ou anciens, des résidents avec les touristes, français ou étrangers. Ce sont des temps d’échanges intergénérationnels, interculturels ou chacun peut s’enrichir

de l’autre, du présent et/ou du passé. De nombreuses animations s’organiseront autour de cet évènement. Nous souhaitions mettre les enfants au cœur de ce grand hommage. Les faire travailler sur un projet pédagogique en classe avec une restitution de leur travail lors d’un grand hommage sur scène le 11 novembre. Après avoir assisté à différentes restitutions des projets Fabric’Arts menés par les enfants et relevé la qualité des prestations, faire appel à Fabric’Arts pour mettre au point ce travail de mémoire était une évidence. Le défi était ambitieux puisque devant être mené en moins de trois mois. Philippe Serre et son équipe ont tout de suite accepté de le relever.

INVITATION AU GRAND HOMMAGE

rendu par les enfants des écoles et par l’ensemble des formations musicales des Sources du lac d’Annecy Dimanche 11 novembre, de 15h à 18h à la salle polyvalente de Doussard. Entrée libre et ouverte à tous.

Je me souviens plus très bien. Mais on a lu beaucoup. Dans certaines villes par exemple, il y a des grosses tombes pour les guerriers pour que le 11 novembre, on puisse se les remémorer. Qu’est-ce que tu as compris du projet céramique ?

J’ai compris qu’il fallait beaucoup s’appliquer et que c’était très dur car au début tu dois dessiner, décalquer, tu dois ensuite repasser au stylo sur la plaque puis tu dois prendre un clou et le taper et s’il y a des trucs plus petits, tu peux prendre un cure-dent. C’est très technique mais on s’en sort tous bien, ils nous expliquent bien.. Tu aimes bien ce projet ? Tu connaissais déjà la céramique avant ou tu n’en avais jamais fait ?

OUI ! Moi, j’aime bien faire de l’art en fait, parce que je suis très artiste. J’avais jamais fait de céramique, je sais que ma mamie fait de la poterie mais j’avais jamais essayé. Je suis contente d’avoir découvert, c’est intéressant. Je trouve ça encore plus chouette que ce que j’imaginais.


S MA T R A C I FABR

G

Volet danse Cie anothaï

Volet théâtre Cie La fédération - philippe delaigue Cie Transports en commun La Cie «La Fédération» interviendra lors d’ateliers de pratique autour des mythologies contemporaines. Ces ateliers se dérouleront au collège, auprès de toutes les classes de 3e, et également au lycée, à la demande de deux professeurs. Restitution le 7 décembre. Parallèlement, la Cie «Transports en commun» interviendra auprès de trois classes de CM2 de l’école de Viuz à Faverges-Seythenex, avec la création d’une pièce inédite par les enfants et les artistes. Restitution au troisième trimestre. La Cie «La Fédération - Philippe Delaigue» sera en résidence de création sur le territoire.

sophie neumann

collectif what’s up Le collectif «What’s up» propose à des collégiens un atelier d’initiation aux arts numériques (techniques de retouche d’images et de vidéos, utilisation de techniques cinématographiques). La finalité de cette action serait la production d’un média audiovisuel des travaux des élèves, de 5 à 6 minutes, constitué d’une série de 14 tableaux d’environ 20 secondes chacun.

Conventionnée avec le Dôme théâtre, lui-même scène conventionnée pour la danse, Sophie Neumann interviendra auprès de six classes de cycle 2 de trois écoles primaires du territoire (Seythenex, Viuz et SaintFerréol) pour un projet sur l’expression de soi par la danse. Le projet sera valorisé sous forme d’un spectacle au troisième trimestre.

A l’issue de l’atelier, les créations passeront en post-production pour donner naissance à un film collaboratif montrant la capacité d’un jeune à se raconter et à s’engager pour une cause en recourant aux arts (littérature, plastiques, numérique).

Volet cirque

Volet cinéma

compagnie du chaos

pierre beccu

En partenariat l’OVE et les Subsistances de Lyon La Fondation OVE, gestionnaire d’établissements et services médico-sociaux, s’est engagée depuis plusieurs années sur l’enjeu de participation des personnes accueillies au sein de ses structures, à la vie culturelle. Elle soutient et accompagne une dizaine de projets par an, imaginés avec ses équipes éducatives et soignantes, et des artistes et lieux culturels de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

La Cie «Jusqu’au souffle» sera en résidence sur le territoire.

La Fondation OVE renouvelle en 2018-2019, et en partenariat avec les Subsistances de Lyon, l’idée d’un programme d’accueils d’artistes en résidence dans plusieurs de ses structures ; cette fois-ci dans le domaine du spectacle vivant, et sur la base d’une thématique partagée : comment et pourquoi «faire groupe» ?

Projet « C’est comment l’collège ?» Pierre Beccu interviendra auprès d’une classe de 6e et de deux classes de CM2 de Giez et Doussard pour poursuivre le projet engagé en 2017-2018 au travers du volet écriture. Au printemps dernier (voir page 3), le projet s’était engagé dans la dédramatisation de l’entrée au collège. Les élèves concernés se serviront des textes produits par leurs camarades de l’année précédente pour construire leur propre scénario et exprimer leurs doutes, leurs craintes, leurs attentes, leurs rêves avant et après leur entrée au collège. Une courte oeuvre cinématographique sera réalisée à partir de ce matériau.

collectif zut

FABRIC ARTS MAG

La Cie «Anothaï» a bénéficié d’une résidence de création sur le territoire au premier semestre 2018.

Volet arts numériques

La Cie «Jusqu’au souffle» propose un projet de création collective (écriture de plateau) d’un spectacle de théâtre-danse avec les jeunes sur la notion «Être au monde». Réflexion au travers d’un travail artistique et créatif sur des questions comme «Quel est mon rapport au monde ? A l’autre ? A moi-même ? Comment transformer mes questionnements en matière artistique ?». Ce travail permettra aux jeunes de découvrir les outils de création d’un spectacle. Il s’effectuera auprès d’une classe du lycée La Fontaine.

Volet musique

7

De septembre à décembre, la Cie «Anothaï» propose 50 heures d’ateliers sur l’expression de soi au travers de la danse hip-hop. Ces interventions sont à destination des jeunes du territoire, en dehors du temps scolaire, avec une restitution programmée le 15 décembre à La Soierie. Le projet se construit avec l’association Passage, l’Institut Médico-Educatif, la maison d’enfants à caractère social «Le Gai logis» et le centre social et culturel La Soierie.

Des interventions «musique» seront développées cette année avec le collectif ZUT pour un projet d’ampleur. L’objectif sera la création de chansons par l’écriture de textes, leur mise en musique et la création d’un clip pour chaque morceau. Huit classes d’élémentaire en cycle 2, de toutes les écoles du territoire, seront concernées par le projet. Amandine Duret, musicienne intervenante de l’école de musique, interviendra dans certaines de ces écoles. Le projet sera valorisé sous forme de concert fin mars.

FabricArts74 - www.fabricarts.fr

Sollicité par la fondation OVE, Fabric’Arts a fait le choix d’un partenariat sur ce projet auprès des jeunes de l’IME, avec une équipe artistique qui explore la question du collectif : la Compagnie du Chaos, avec le circassien Rafael de Paula. Le projet sera valorisé lors d’une restitution courant janvier 2019. La «Cie du Chaos» sera en résidence de création sur le territoire.

Volet architecture CAUE L’objectif de l’atelier mis en oeuvre par le CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environntement) est d’expérimenter une approche du renouvellement urbain à l’échelle de l’école et à travers le regard des élèves. L’atelier se déroulera à l’école René Cassin de Faverges. Les élèves iront à la recherche des éléments de leur paysage les moins mis en évidence : cachés, oubliés, délaissés, ou simplement indifférents... L’enjeu sera pour eux d’apprécier les secteurs visités, d’en extraire les qualités, les interpréter afin de les redonner à voir aux usagers de la ville. L’action sera conduite en lien avec le projet urbain conduit par la ville de Faverges-Seythenex.

Profile for Service communication - Mairie de Faverges

Fabric'Arts MAG #3  

Journal de Fabric'Arts, projet de développement culturel territorial développé et mis en oeuvre par la ville de Faverges-Seythenex. Octobre...

Fabric'Arts MAG #3  

Journal de Fabric'Arts, projet de développement culturel territorial développé et mis en oeuvre par la ville de Faverges-Seythenex. Octobre...

Advertisement