{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade.

Page 1

Journal d’information de

Faverges-Seythenex Commune nouvelle

N°14 janvier 2020 www.faverges-seythenex.fr

DOSSIER

Numerica Photos Club

Novembre 2019, inauguration de la Halle économique et culturelle

Projet urbain : le groupe d’habitants présente le fruit de sa réflexion Lire le cahier spécial en fin de journal. Retrouvez votre ville sur

Faverges Actu

@Faverges_74


N°13 - octobre 2019

Compte tenu de la période pré-électorale qui a débuté le 1er septembre 2019, «Le Chemin de l’info» ne comportera pas d’éditorial du maire jusqu’à ce que les élections municipales se soient déroulées.

Hommage

Le maire et le conseil municipal vous souhaitent une excellente année Famille Terrier

2020

L’oeil pétillant et le sourire sincère, toujours attentif aux autres, charmeur à ses heures, sérieux et impliqué, si conscient de l’intérêt public et collectif, Raymond Terrier vient de nous quitter à l’âge de 92 ans le 2 décembre dernier. Entré dès 1946 chez Bourgeois, il est un des premiers salariés de cette toute jeune entreprise qui va marquer la vie de la cité. Pendant 40 ans, Raymond Terrier participera à chaque changement auquel l’entreprise devra s’adapter. Passant de poste en poste, Raymond explore toutes les pistes, grâce à sa polyvalence et son savoir-faire : il commence par peindre des radiateurs, puis apprend à souder, à plier des tôles, à faire de l’émaillage... Prototypiste à partir de 1970, il fabrique les projets conceptualisés par les ingénieurs avec une petite équipe de jeunes. A la transformation en SCOOP en 1981, Raymond Terrier fait partie de l’expérience et devient responsable de production jusqu’en 1986, quand sonne pour lui l’heure de la retraite.

2

A compter de 1989, il se lance dans une autre aventure, qui le conduira jusqu’en 2005, au terme de trois mandats d’élu local dont le dernier a été écourté pour raisons de santé. De 1989 à 2001, c’est en tant qu’adjoint au maire en charge des travaux, de la voirie, des réseaux et du fleurissement, qu’il s’est révélé et a imprimé sa marque. Humain, pragmatique, avec un sens aigu de la chose publique, Raymond Terrier était présent, aux côtés des employés municipaux. Très investi dans sa fonction d’élu municipal, il était à l’écoute des administrés. Passionné par la politique et l’histoire, il se révélait incollable sur la guerre et la résistance locale. A ce titre, soucieux de garder la mémoire des faits et des acteurs, de faire le lien entre les époques et les générations, il était fier de représenter la commune, notamment lors des commémorations. L’ensemble du conseil municipal et les membres du personnel communal s’associent à la douleur de sa famille.

sommaire 3 4

Point de vue

6

Financement

M. Dufournet

DOSSIER Le budget 2020 des services publics

8

Centrale photovoltaïque Un projet innovant

9 10 12

Eau potable Programme immobilier

Travaux OVE De nouveaux locaux

13 14 19 20 21

Micro-Folie Actualité

Rétrospective Expression politique En bref Cahier spécial Projet urbain Commune nouvelle de Faverges-Seythenex Le chemin de l’info

N°14 - Janvier 2020 Directeur de la publication : Marcel Cattaneo. Rédacteur en chef : Philippe Serre. Conception, rédaction, photos : Service communication mairie, F. Leproust, Ph. Serre. Impression : Kalistene. Tirage : 4 200 exemplaires. Dépôt légal : janvier 2020. Imprimé sur papier recyclé.


Point de vue N°14 - janvier 2020

Changement de directeur de site pour La Sambuy et le Val de Tamié Après trois ans passés en tant que directeur de site, Grégoire Chavanel a décidé de relever un nouveau défi. C’est pourquoi il a rejoint Le Semnoz le 7 janvier dernier. Son remplaçant, Lionel Muraz, prendra ses fonctions début avril. La commune a tenu à remercier Grégoire Chavanel pour son engagement et pour avoir su piloter la stratégie 4 saisons de la station. Durant ces trois années, la contribution de la commune a baissé de plus de 20% et le chiffre d’affaire augmenté de plus de 50%.

DR - photo d’archives

Grégoire Chavanel a quant à lui tenu à dire qu’il avait passé une très bonne période à Faverges-Seythenex et qu’il avait été heureux de piloter ces sites et ces projets.

Lionel Muraz, en avril prochain, vous serez le nouveau directeur de la régie La Sambuy / Val de Tamié. Tout d’abord, comment connaissezvous la station ? Lionel Muraz : Lorsque je faisais mes études à Annecy, il y a dix ans déjà, je passais en voiture par Faverges car je venais de Tarentaise. Je savais donc que La Sambuy était la station de proximité mais j’avoue ne pas avoir eu le temps d’y tester les pistes. J’étais loin de me douter que je prendrais un jour sa gestion !

afin que La Sambuy reste un coup de cœur pour les familles de Faverges-Seythenex et des alentours, ainsi qu’une belle découverte pour les touristes logés au bord du lac.

Quelle image avezvous d’elle ? LM : Pour moi, La Sambuy, c’est avant tout une station familiale qui a su garder son côté authentique tout en étant avantgardiste. De par la diversité des activités proposées, c’est une des premières stations ayant réussi à réaliser son chiffre d’affaires majoritairement l’été. La Sambuy est donc devenue légitimement une référence en terme de station 4 saisons. La Sambuy, c’est aussi une superbe porte d’entrée vers le Parc des Bauges, site d’exception avec vue sur le lac d’Annecy et regorgeant de petits coins de nature préservée ! Je souhaite que nous poursuivions cette image de marque

Pouvez-vous nous dire ce qui vous a attiré dans cette nouvelle fonction ? LM : J’ai toujours été baigné dans le monde de la montagne et du ski. Au lycée de Moûtiers à l’époque, nous avions eu une présentation de l’école d’ingénieurs des Arts et Métiers par un des directeurs de la station de La Plagne. J’ai tout de suite accroché et j’ai immédiatement pensé que mon objectif serait de rentrer dans ce domaine d’activité qui m’anime. C’est un rêve de gosse en quelque sorte ! Prendre la direction de La Sambuy, c’est avoir un métier transverse et polyvalent liant trois facettes qui m’intéressent : technique, commercial et management.

Quatre questions à Lionel Muraz Futur directeur de La Sambuy J’ai hâte de pouvoir travailler sur le terrain en étant accompagné d’une équipe solide connaissant les rouages de la station. Quel est votre parcours ? LM : Mon parcours en quelques mots : je suis un enfant du pays, né à Annecy et grandi dans la vallée de Méribel. Après mes études d’ingénieur, j’ai travaillé deux ans au Canada, puis trois ans sur l’île de la Réunion en génie civil dans la gestion d’une centrale à béton. Puis, j’ai rejoint ALTEN à Nice en 2017, société de conseil en ingénierie au sein de laquelle j’ai la responsabilité d’une agence de 35 personnes. Après ces premières années d’expérience professionnelle, je souhaite aujourd’hui retourner vers mes racines et apporter mon dynamisme pour promouvoir notre belle région.

3


DOSSIER - le budget 2020 N°14 - janvier 2020

Recettes de fonctionnement 2020

Budget

2020

Le budget a été voté en conseil municipal le 6 janvier 2020. Le budget principal a été adopté par 23 voix «pour», 7 «contre» et 1 abstention.

Atténuation de charges 0,50 %

Produits financiers 0,01 %

Autres produits de gestion courante 1,90 %

Produits exceptionnels 0,90 % Produits des services et du domaine 7,00 %

Dotations, subventions et participations 26,90 %

Section de fonctionnement : 12 630 000 e Section d’investissement : 7 808 000 e Autres budgets : La Sambuy - Val de Tamié 27 voix «pour», 4 «contre» Service des eaux (affermage) 27 «pour» 4 «contre» Service des eaux (régie) unanimité Forêt, 30 «pour» 1 abstention

Impôts et taxes 62,80 %

Dépenses de fonctionnement 2020

Section du couchant, unanimité

Action économique 4%

Section du levant, unanimité Section de Frontenex, unanimité. Le budget 2020 est le dernier de la mandature 2014-2020. Grâce à la bonne santé financière de la commune, il est encore marqué par une stabilité de la fiscalité, un maintien du service public ainsi que par un volet d’investissement très important pour poursuivre la logique d’attractivité. Cela étant, par respect pour le prochain scrutin municipal de mars 2020, la majeure partie des projets prévus n’aura pas de démarrage juridique d’ici aux élections, si bien qu’une nouvelle municipalité pourra les remettre en cause.

Aménagements urbains Environnement 14 %

Services généraux 25 %

Logement 1% Famille 9%

Sécurité salubrité publiques 5%

Social santé 2% Sport jeunesse 8% Culture 13 %

4

Enseignement formation 19 %


DOSSIER - le budget 2020 N°14 - janvier 2020

Zoom

Dépenses d’investissement 2020 Action économique 7%

Services généraux 12 %

Aménagement et services urbains 38 %

Centre médical Sécurité et salubrité publiques 2% Enseignement 9%

Culture 23 % Famille 1%

Sport et jeunesse 9%

Montant total 1 775 000 e HT Subvention de la CCSLA* 350 000 e Coût pour la commune 1 425 000 eHT

Halle

Montant total 1 171 000 e HT Subventions Conseil départemental 152 000 e Région Auvergne Rhône-Alpes 200 000 e Région Auvergne Rhône-Alpes Bois local 50 000 e Coût pour la commune 769 000 e HT

Principaux investissements

2020

VOIRIE ET RÉSEAUX 782 000 e

RÉSEAUX ÉLECTRIQUES

Enfouissement lignes moyenne tension La Sambuy 100 000 e Eclairage public (rénovation et mise en performance) 50 000 e

SÉCURITÉ PUBLIQUE Matériel vidéoprotection 100 000 e

ENSEIGNEMENT

Accessibilité des groupes scolaires, ascenseurs 250 000 e

SPORT

Provision stade synthétique de Doussard pour le football et le rugby 400 000 e

CULTURE / PATRIMOINE Site du Thovey 50 000 e Pôle muséologique 300 000 e La Forge travaux 200 000 e La Forge maîtrise d’oeuvre 300 000 e

Musée de Viuz

Ateliers municipaux études et maîtrise d’oeuvre 150 000 e Centrale phovoltaïque 300 000 e Foyer rural et petite salle associative Seythenex 300 000 e Parking de l’école de Seythenex, achat des terrains nus 50 000 e

ViseeA

DR

Numerica Photos Club

DR

PROJETS VILLE

5


Actualité N°14 - janvier 2020

Accord des communes

sur le financement des services publics partagés Depuis septembre 2019, la convention d’entente proposée par Faverges-Seythenex est désormais validée par l’ensemble des communes de la CCSLA*. Un processus engagé en 2017, adopté par deux, puis cinq et enfin six communes du territoire, pour accompagner Faverges-Seythenex dans le financement des équipements et services bénéficiant aux habitants du territoire.

6 4

A partir de l’été 2017

Les centres de loisirs de l’été sont financés par cinq communes autres que FavergesSeythenex (Doussard, Giez, Lathuile, SaintFerréol, Val-de-Chaise).

Novembre 2017

Contexte Depuis des dizaines d’années, la commune de Faverges, devenue depuis Faverges-Seythenex, assure son rôle de communecentre en développant, dans l’intérêt de l’ensemble du territoire, des services publics concourant à l’attractivité du territoire, à la solidarité, à l’émancipation et à la qualité de vie des habitants. Ceci est particulièrement évident dans les domaines du sport, de la culture et de l’enfance.

C’est pourquoi une analyse précise a été conduite pour permettre d’engager un débat serein et respectueux avec les autres communes du territoire sur la question du financement des équipements à vocation intercommunale.

Depuis quelques années, la charge correspondant à ces services d’intérêt extra-communal est de plus en plus lourde et met en questionnement la capacité de la commune de Faverges-Seythenex à continuer à accompagner le milieu associatif dans ses objectifs de proposer des activités de loisirs, sportifs, culturels, sociaux et éducatifs.

- Une contribution selon le coût du service pour prendre en charge 20% des frais d’exploitation calculée au nombre d’habitants. - Une contribution minimale obligatoire de deux associations mettant en œuvre des politiques publiques d’intérêt général : La Soierie et l’école de musique. - Une possibilité pour les communes d’investir ensemble sur la réhabilitation lourde ou la création de nouveaux équipements. - Une possibilité d’évolution par l’intégration dans le financement de nouveaux équipements ou la révision des contributions. Cette évolution devra faire consensus car prise à l’unanimité.

Paradoxalement, ce sont les habitants de Faverges-Seythenex qui ont en moyenne 20 % de revenus en moins que les habitants des autres communes par unité de consommation (référence de l’INSEE), qui contribuent le plus en impôts locaux pour financer notamment ces services à vocation extra-communale.

Historique

Les principes

* Communauté de communes des Sources du lac d’Annecy.

Le conseil municipal de Faverges-Seythenex délibère pour inciter les autres communes à un financement solidaire du service public et indique vouloir appliquer, si aucun accord n’est trouvé, des « tarifs différenciés » entre les habitants des communes qui contribuent et les autres.

Septembre 2018

Deux communes (Doussard et Lathuile) acceptent de signer la première convention de solidarité. Les autres communes refusent. Des tarifs différenciés commencent à s’appliquer à la médiathèque, l’école de musique et La Soierie. L’hypothèse de tarifs différenciés dans le domaine du sport est abandonnée.

A partir de novembre 2018

Les centres de loisirs des petites vacances sont financés par trois communes autres que Faverges-Seythenex (Doussard, Lathuile, Saint-Ferréol).

A partir de janvier 2019

La commune de Faverges-Seythenex relance les discussions sur la base d’une nouvelle proposition de convention d’entente avec les six communes de la Communauté de communes qui regroupe l’ensemble des conventions existantes.

Septembre 2019

Entrée en vigueur de la nouvelle convention acceptée par toutes les communes.


Actualité N°14 - janvier 2020

Les associations concernées L’école de musique La Soierie

Les équipements concernés Foyer municipal Faverges-Seythenex Ecole de musique Faverges-Seythenex Médiathèque Faverges-Seythenex Cinéma Doussard Stade Madrid Stade Carquex Stade Baroni Faverges-Seythenex Stade Doussard Stade Saint-Ferréol Salle omnisports Faverges-Seythenex Salle multisports Faverges-Seythenex DOJO Faverges-Seythenex DOJO Doussard Courts de tennis Faverges-Seythenex Salle Nicolas Blanc Faverges-Seythenex Bâtiments scolaires pour les centres de loisirs Faverges-Seythenex

Repères

130 000 € :

c’est approximativement le montant des contributions des six autres communes qui viennent « allèger » la charge de Faverges-Seythenex.

7/7 :

les sept communes de la Communauté de commune ont approuvé cette convention et s’engagent à participer au financement de services à vocation supra-communale.

3/7 :

Nouveau en mairie

Trois questions à Julien Michel Nouveau directeur des services techniques Julien Michel, vous avez pris vos fonctions de directeur des services techniques de la ville début janvier. Pouvez-vous nous dresser en quelques mots votre parcours ? Julien Michel : Je suis originaire de Couffé, une petite commune à côté de Nantes. J’ai travaillé dans le domaine des déchets dans l’agglomération de Saumur puis dans le Pays Rochois. J’ai ensuite rejoint les services techniques du Grand-Bornand pour gérer la voirie, le cadre de vie, l’informatique, les manifestations et les travaux divers et variés. Puis j’ai assuré la direction des services techniques de SaintPierre d’Albigny.

Quels sont les éléments qui ont déterminé votre envie à rejoindre notre ville ? Vivant sur Serraval, je suis venu profiter souvent des nombreux services et animations de Faverges-Seythenex. L’opportunité était trop belle pour venir œuvrer à la réussite de ces différentes activités et me rapprocher de mes enfants. Quelle image avezvous de FavergesSeythenex ? Une commune dynamique, avec des projets ambitieux et des équipements nombreux. Un territoire qui fait le lien entre la plaine et la montagne.

c’est le nombre de communes qui bénéficient de financement de leur équipement (quatre équipements à Doussard, douze à Faverges-Seythenex et un à SaintFerréol).

17 :

c’est l’ensemble des équipements concernés.

2:

ce sont les associations concernées.

7


Environnement N°14 - janvier 2020

La gestion de l’eau potable Centrale photovoltaïque Les travaux de réalisation de la centrale photovoltaïque vont commencer.

Le conseil municipal du 6 janvier a validé l’ensemble des autorisations légales à ce propos. Désormais, la commune est actionnaire à 45% de la société qui va construire et exploiter la centrale, avec une minorité de blocage sur tous les choix stratégiques de l’entreprise. Les prochaines étapes permettront de proposer aux entreprises du territoire des contrats d’achat d’électricité verte locale à des tarifs attractifs et de proposer aux habitants de participer au financement de la centrale. Dans un deuxième temps, la municipalité devra se positionner sur la création de nouvelles ressources d’énergie renouvelable afin de proposer à tous les habitants ces contrats de fourniture d’électricité avantageux.

La loi du 7 août 2015 dite «loi NOTRe» prévoyait le transfert obligatoire aux communautés de communes des compétences eau potable et assainissement, au 1er janvier 2020. La loi du 3 août 2018 est venue assouplir ce dispositif de transfert obligatoire de compétences. Elle prévoit que les communes membres d’une communauté de communes peuvent s’opposer au transfert de la compétence eau potable au 1er janvier 2020, dans la mesure où au moins 25% des communes membres de cette communauté, représentant au moins 20% de la population totale de celle-ci, s’opposent au transfert, par délibération rendue exécutoire avant cette date. Dans la mesure où une telle minorité de blocage serait réunie, le transfert obligatoire de ces compétences sera reporté au 1er janvier 2026, au plus tard. Aussi, afin d’éviter le transfert automatique de l’eau potable à la Communauté de communes des Sources du Lac d’Annecy au 1er janvier 2020, la majeure partie des communes de la CCSLA s’est opposée au transfert, considérant que : - le 30 novembre 2018, l’ensemble des maires de la CCSLA et le président ont interpellé le préfet de la HauteSavoie pour que leur soit permis la capacité de s’opposer au transfert de la compétence eau potable au 1er janvier 2020, - les communes de la CCSLA ont aujourd’hui adopté des stratégies différentes pour la gestion future de l’eau potable et les tentatives de convergences et de mise en commun sur cette compétence ne sont pas à ce jour optimales,

Janvier-avril

Travaux d’aménagement du site

Mars-avril

Proposition de participation au financement pour les habitants

Avril-mai

Proposition de contrat d’achat aux entreprises

Mai-juillet

Installation des panneaux solaires

Septembre

Lancement de la centrale photovoltaïque

2021-2022

Création de nouvelles sources d’énergie renouvelable

8

- l’intérêt actuel des populations et la volonté des élus communaux consistent à poursuivre leur engagement pour le développement de ce service public et mettre à profit un report pour améliorer le dialogue et les convergences territoriales. S’agissant de Faverges-Seythenex, l’eau potable continuera à être gérée par Veolia Eau jusqu’en octobre 2020, date à laquelle un nouveau choix de mode de gestion sera fait, soit par une nouvelle délégation de service public, soit par un passage en régie ou encore par une convention d’entente avec la régie des eaux du Grand Annecy.


Actualité N°14 - janvier 2020

Ouverture du centre médical Le centre médical a ouvert ses portes début janvier. L’un après l’autre, les occupants du centre ont pris leurs marques dans les

locaux réalisés par la commune avec l’appui financier de la Communauté de communes des Sources du lac d’Annecy.

Praticiens présents dans le centre médical 6 médecins généralistes 3 kinésithérapeutes 1 orthophoniste 1 ophtalmologue 1 orthoptiste 4 infirmières 1 diététicien

Ch. Bailly

9


Travaux N°14 - janvier 2020

L’actu des travaux

Usine

d’ultrafiltration Située sous le hameau du Fontany, sur la commune de Saint-Ferréol, l’usine d’ultrafiltration devrait être opérationnelle au premier semestre 2020 après une période d’essais. Construite sous l’égide du syndicat du Nant d’Arcier, elle alimentera en eau potable près de 80% de la population de notre commune. La mise en place des équipements et de la chaudronnerie inox est en cours dans un nouveau bâtiment d’une superficie de près de 150 m2. En parallèle, différents travaux sur le réseau concernant le raccordement

de cette installation et le remplacement d’un certain linéaire de conduites se réalisent.

Infos

Maison funéraire Des travaux de peinture ont été réalisés et des tentures neuves installées.

Cet équipement permettra de garantir d’une façon constante un haut niveau de qualité de l’eau potable, tout particulièrement en matière de turbidité. Ceci, tout en limitant l’utilisation de produits chlorés, grâce à un procédé de séparation par membranes qui élimine les particules en suspension dont la taille est de l’ordre de 10 nanomètres.

Ch. Bailly

1 nanomètre (nm) : 1 milliardième de mètre.

express

10

Pont d’Englannaz Les travaux d’étanchéité du pont d’Englannaz sont terminés depuis fin novembre.

Zone des Boucheroz L’aménagement de la zone d’activité des Boucheroz se poursuit. Vidéoprotection Des caméras ont été installées sur le secteur de la Halle, place Carnot.


Travaux N°14 - janvier 2020

Illuminations de Noël De nouveaux motifs ont été installés place de l’église, sur la Halle, place Piquand et place Carnot, ainsi que sur la route de Viuz.

Place Gambetta Dans la continuité de l’aménagement du centre médical, du Relais Assistantes Maternelles et du programme immobilier Emblématik, des travaux sont en cours au niveau de la place Gambetta. Ils portent sur des aménagements de voirie mis en œuvre par la commune, avec pour objectif de mettre en valeur le secteur, d’insérer de petits espaces verts et d’élargir des trottoirs. En parallèle, le Syane 74 procèdera à l’enfouissement des réseaux sur ce secteur.

11


Actualité N°14 - janvier 2020

La fondation OVE

a inauguré de nouveaux locaux La Fondation OVE, à la tête de plus de 100 établissements et services médico-sociaux en France, présente à Faverges depuis 1959, a inauguré le 6 novembre dernier de nouveaux locaux pour son Service d’Education Spéciale et de Soins à Domicile et pour un Etablissement et Service d’Aide par le Travail.

Le Service d’Education Spéciale et de Soins à Domicile Le SESSAD de Faverges a pour mission de proposer un accompagnement médico-social à des enfants et adolescents présentant tous types de difficultés ou déficiences qui les empêchent de se développer d’une manière satisfaisante. Une équipe de professionnels composée de personnels de soins et de personnels éducatifs travaille à ce que l’environnement proche de ces enfants et adolescents puisse prendre en compte leurs difficultés et que ceux-ci profitent pleinement de leur scolarité et de leur vie sociale. L’Etablissement et Service d’Aide par le Travail L’ESAT, quant à lui, propose des situations de travail à une trentaine de travailleurs handicapés dans les domaines des espaces verts, de la blanchisserie et de la sous-traitance industrielle. Encadrés par des moniteurs d’ateliers, ils fournissent des services ou une activité de production dans le cadre de marchés conclus avec des acteurs économiques locaux. Ce sont par exemple, des collectivités

12

territoriales, des particuliers ou des entreprises de taille plus importante telles que les établissements Dupont, Stäubli ou bien encore Récréalire.

pédagogique, repassage, travaux d’entretien des espaces verts, mais aussi cuisine et parcours psychomoteurs.

Ces deux établissements sont financés par l’assurance maladie sous le contrôle de l’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône-Alpes.

Les visiteurs ont également pu prendre connaissance du travail photographique de Romain Etienne conduit à l’occasion d’une résidence d’artistes dans les locaux de l’ESAT. C’est entre novembre 2018 et mars 2019 que «la Compagnie du Chaos» de Rafaël De Paula s’est installée à Faverges dans le cadre de la création de son nouveau spectacle «Ikuemän». Ce projet, conduit en collaboration avec Fabric’Arts, a permis aux habitants de Faverges de découvrir la pratique du « mât chinois » et aux personnes accompagnées d’être les témoins de cette démarche de création. Occasion d’une authentique rencontre humaine, cette aventure a fait l’objet d’un reportage photographique exposé dans les locaux et distribué aux participants sous la forme d’un livret.

Au coeur de la ville Cette implantation au cœur du quartier de Viuz, à proximité des établissements ST Dupont et Stäubli mais aussi des établissements scolaires et culturels (La Forge), témoigne de la volonté de la Fondation OVE d’accompagner les personnes dans leur participation à la vie sociale à travers l’accès à la scolarité, au travail et à la culture. Trente travailleurs handicapés et plus de cinquante enfants et adolescents vont donc désormais bénéficier d’installations leur permettant d’accéder à ces services dans un cadre accueillant et adapté. Lors de l’inauguration, ils ont pu partager leur quotidien avec les visiteurs lors d’ateliers proposés : conditionnement de matériel


Actualité

«Le grimoire animé», conte immersif. Prochaine séance : mercredi 29 janvier à 16h.

N°14 - janvier 2020

Micro-Folie

Un beau démarrage pour le musée numérique La Micro-Folie de Faverges-Seythenex est ouverte depuis le 4 novembre 2019. Accueil du public et des scolaires, animations, ateliers créatifs pendant les fêtes de fin d’année, la Micro-Folie, musée numérique, se positionne comme un élément moteur et original dans l’animation du territoire. Situé dans la partie bureaux de l’ancienne usine Bourgoise, le musée numérique accueille le public les mercredis après-midi de 14h à 17h et les samedis de 9h à 12h. L’entrée est gratuite. Il n’est pas nécessaire de s’inscrire pour accéder au musée. La Micro-Folie permet à tous de découvrir les oeuvres des grands musées nationaux (le Louvre, le Centre Pompidou, le musée du Quai Branly, le musée d’Orsay...) et d’aller plus loin dans la découverte

des oeuvres grâce à des tablettes numériques qui présentent des explications approfondies et de petits jeux interactifs (puzzles...). Une façon ludique, originale et détaillée d’explorer l’univers de Gauguin, Boticelli, la musique, l’architecture... En parallèle à ces ouvertures au public, la Micro-Folie reçoit également les élèves des écoles du territoire pour des sessions de travail préparées avec les enseignants.

A Noël, la Micro-Folie s’est insérée dans le programme des animations proposées pendant les fêtes. Des ateliers très appréciés ont été proposés : tournoi de danse, création de décors de Noël au stylo 3D, projection de films d’animation, séance de conte immersif «Le grimoire animé». VENIR EN ACCÈS LIBRE

Seul, en famille ou en groupe, chacun visionne à son rythme et de manière autonome un film présentant plusieurs oeuvres, projeté sur un écran géant. On peut ainsi découvrir du contenu enrichi et interactif sur tablette numérique.

DÉCOUVRIR LA RÉALITÉ VIRTUELLE

Vivez l’expérience de la réalité virtuelle avec cinq casques mis à disposition et découvrez des jeux originaux (Monument Valley, Tengami, etc.).

PRÉPARER UNE VISITE POUR UN GROUPE

Les enseignants ou les éducateurs ont la possibilité de préparer leur sélection d’oeuvres et de la projeter à leur classe ou groupe (sur réservation).

Atelier création au stylo 3D.

Découverte des collections du musée par les scolaires.

Micro-Folie Musée numérique 130 rue Maurice Bourgeois Contact : 06 19 45 85 93. Gratuit.

13


M. Dufournet

LA RÉTROSPECTIVE - en images

La Forge

M. Dufournet

14

Numerica Photos Club

M. Dufournet

La Kinkerne, Cafetera Roja, Serge Papagalli et sa tragi-comédie sur le monde des petites exploitations agricoles, le Caf’ Pop’ accueillant Albert Mouhkeiber, docteur en neurosciences cognitives... La Forge s’ouvre au public.


Soutenir l’action des sapeurs pompiers La commune de Faverges-Seythenex vient de recevoir le label «Collectivité citoyenne Employeur de sapeurspompiers», échelon or, pour «sa contribution à l’effort de sécurité civile et son implication aux côtés du Service Départemental d’Incendie et de Secours». Ce label est décerné par le SDIS et met en lumière l’implication de la ville dans le développement du volontariat au sein du corps des sapeurs-pompiers. La commune autorise, depuis vingt ans, certains de ses agents sapeurs-pompiers à s’absenter de leur lieu de travail, soit pour intervenir sur des sinistres et des urgences, soit pour tenir des permanences au centre de secours.

Un prix pour la commune En octobre, la commune a été récompensée pour son action entreprise dans le cadre de Fabric’Arts, portant l’an passé sur le réaménagement de la cour de l’école René Cassin. Le président du CAUE de Haute-Savoie lui a ainsi décerné le premier prix du palmarès départemental du paysage devant Argonnay et son nouvel éco-quartier, Yvoire avec la rénovation de son centre-ville et une douzaine d’autres projets sur tout le département. A l’unanimité du jury, les élus et techniciens ont considéré que l’approche participative développée à l’école Cassin avec les enfants méritait cette distinction.

Témoignage de soutien C’est sans doute une toute petite goutte d’eau dans la multitude de témoignages qui sont arrivés après l’incendie de la mairie d’Annecy, survenu le 10 novembre dernier. Mais c’est un signe de soutien sincère, adressé par la mairie de Faverges-Seythenex et ses employés à la mairie d’Annecy sous forme d’une jolie lettre comportant des messages manuscrits.

15


LA RÉTROSPECTIVE - en images

Numerica Photos Club

Inaugurée !

Plaisir de se retrouver au coeur de la ville pour des moments d’échanges, de concerts et de rencontres... la Halle économique et culturelle a été inaugurée le 10 novembre dernier.

The Blues Brothers’n Co

Cérémonie du 11 novembre

M. Dufournet

16

Black Beat Blue Band


Abrités ! Depuis le 6 décembre, le marché de producteurs a pris ses marques sous la Halle. Tous les vendredis, vous pourrez retrouver Cyril, Patricia, Frédérique, Florence... sous l’arche bienveillante de la Halle. Concernant le marché du mercredi matin, le transfert d’une partie des exposants sous la Halle et sur la place Piquand, devant l’Office de tourisme, se prépare. Après des réunions de concertation avec les commerçants non sédentaires, il devrait s’effectuer vers la mi-mars.

Motivés ! Un petit tour dans les commerces du centre-ville pour le Père Noël, avec la volonté de souligner les animations mises en place en cette fin d’année. On se souviendra notamment d’une matinée enjouée sous la Halle avec vin et chocolat chauds et bugnes offerts par les commerçants.

17


En bref

Expression politique

N°14 - janvier 2020

La Forge se déplace En attendant les travaux et pour assurer le confort des spectateurs, les prochains spectacles de La Forge se dérouleront à la salle polyvalente ou à la salle omnisports de FavergesSeythenex. La question du chauffage s’étant posée sur les derniers événements, avec des pannes sur les chauffages d’appoint installés tout spécialement, La Forge a décidé de déplacer ses prochains spectacles en janvier, février et mars.

CAF’ POP’ Caf’ Pop’ avec HK

« Vivre ensemble aujourd’hui, est-ce un chemin possible ou une folle utopie » Jeudi 23 janvier à 19h – salle polyvalente

THÉÂTRE DANSE Juste avant que la glace ne cède

Avec la Cie Monsieur K Vendredi 31 janvier à 20h30 – salle polyvalente

DANSE HIP-HOP Pockemon Crew

Avec la Cie Pockemon Crew 1e partie Danse Aimant’ Vendredi 14 février à 20h30 – salle omnisports

HUMOUR BEAT-BOX Faut pas louper l’Kosh

Avec Kosh Samedi 7 mars à 20h30 – salle polyvalente

Nouveau rendez-vous CAF’ POP’ «Trait de vie»

Caf’ Pop’ spécial avec la projection du film de Sophie Arlot et Fabien Rabin Mercredi 29 janvier à 20h – Micro-Folie Manu, Lucie, Philippe, Amandine et Martial ont l’image de paysans et paysannes hors du temps, de fous, de doux rêveurs. Pourtant, c’est dans la recherche d’un bien-être que ces débardeurs, maraîchers ou céréaliers travaillent avec des animaux de trait.

18

Jean-François Fréalle a démissionné de son poste de conseiller municipal, membre de la liste «Faverges au coeur», en novembre 2019.

Liste «Faverges avance» et «Agir pour Seythenex» La majorité municipale vous adresse, en cette nouvelle année, ses meilleurs vœux de santé, de bonheur, d’accomplissement personnel et familial pour 2020. Nous continuons à penser, en cette période électorale, que cette tribune ne doit pas alimenter la polémique. Nous espérons un débat apaisé, serein et honnête pour l’élection municipale qui s’annonce et qui permettra à chaque citoyen de faire son choix librement et en connaissance de cause. Les élus de la majorité


N°14 - janvier 2020

Groupe «Faverges au coeur» Recevez de la part de l’ensemble des élus de notre liste nos meilleurs voeux pour 2020. Merci de nous avoir suivis. Patrick Duc, Valérie Amadio, Yves Chappaz, Emmanuelle Perret

Groupe indépendant «Faverges-Seythenex» Nous espérons que vous passerez tous de bonnes fêtes de fin d’année. Nous vous souhaitons une belle année 2020, pleine de joie, de bonheur et une bonne santé. Et pour commencer l’année, laissez-nous vous adresser ces quelques mots empreints de douceur et d’espoir : «Sois courageux, Bats-toi pour ce en quoi tu crois Et fais de tes rêves ta réalité» J. Leto Anne-Marie. Bernard, Sarah Di-Gleria, Khaled Adjérime, Eric Gerdil

Groupe «Faverges avec vous» Le droit de savoir, le droit d’écrire, les mêmes droits pour tous Le maire avait tenté de nous interdire notre tribune dans le dernier bulletin municipal au nom du code électoral. Ce dernier prévoit certaines restrictions en matière de communication pendant les six mois précédents le premier tour des élections. Ces restrictions visent à garantir l’égalité entre les candidats. Le but étant d’éviter que les élus sortants ne profitent de leur position dans le cadre de leur propagande électorale. Ainsi une municipalité sortante et les listes ne peuvent publier un bilan de leurs actions sur cette période. La programmation culturelle et d’animations doit être identique aux années précédentes. Alors qu’en est-il à Faverges-Seythenex ? - Un document électoral, sous forme d’interviews, a été distribué en novembre, il fait le bilan de l’action du maire, avec la seule mention « vu, le candidat », sans mentionner ni l’imprimeur, ni le nom du directeur de publication. - Le maire refuse de transmettre les documents de l’étude « Projet Urbain », faîte par à un bureau d’étude, en prétextant qu’ils ne sont pas validés par un comité de suivi. Il va s’en servir pour les élections, il s’agira donc d’un programme électoral financé par les citoyens pour son seul bénéfice. - La programmation depuis septembre en spectacles, conférences, concerts, et animations, bien souvent gratuits, est vraiment exceptionnelle. Elle masque à peine la volonté de satisfaire l’électorat. Que penser de la mobilisation des employés municipaux au service de la liste du maire sortant pour réaliser ce programme dans un lieu qui n’est encore qu’un hangar, non classé EPR, non chauffé et dont la qualité de confort des spectateurs est totalement indigne et irrespectueuse. - La programmation pour l’animation du centre-ville du 1er au 24 déc est sans précédent, pour soutenir les commerçants en cette dernière année seulement. Ça fait beaucoup ! L’Association des maires de France écrit : « Le maire, c’est celui qui possède le pouvoir politique, dirige, décide, le technicien fonctionnaire obéit et exécute ». C’est loin d’être le cas dans notre commune. Ce mandat se termine difficilement, la majorité s’est délitée au fil des mois (scissions, démissions…). A l’aube de 2020, nous vous souhaitons santé et bonheur partagés avec ceux qui vous sont chers. Faites qu’ensemble, nous puissions concrétiser de nombreux beaux projets. Jeannie Tremblay-Guettet, Claude Gaillard

19


En bref N°14 - janvier 2020

Permis de construire

Ciné Seythenex

Ateliers aînés

Défibrillateurs

Depuis octobre dernier, l’instruction des permis de construire, permis d’aménager, de démolir ainsi que les certificats d’urbanismes opérationnels se fait en mairie de Faverges et non plus à la Communauté de communes.

Un appel à bénévoles est lancé pour pérenniser l’existence des séances de cinéma au foyer rural de Seythenex. Depuis 2012, à raison d’un film par mois le mardi soir, ces séances de cinéma sur écran mobile fonctionnent grâce à la mobilisation de bénévoles. L’équipe, aujourd’hui réduite à un duo formé par André Gruffaz et Violaine Roux, souhaite confier la responsabilité de ces séances fort appréciées à d’autres personnes.

Le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de FavergesSeythenex met en place un cycle d’ateliers à destination des personnes de plus de 60 ans. Des temps d’échanges animés par SéréniMouve, une entreprise spécialisée dans l’accompagnement des aînés à leur changement de vie et de résidence, dans le cadre d’une convention avec le Conseil départemental de la HauteSavoie.

L’arrêt cardiaque inopiné est responsable de près de 50 000 décès par an en France. Pour pallier ce problème de santé publique, la commune met à disposition des habitants 14 défibrillateurs à l’intérieur, ou à l’extérieur, ou encore à proximité de ses bâtiments recevant du public : la salle omnisports, l’aire multisports, la salle polyvalente, la maison des associations (en extérieur), l’église de Viuz, le foyer rural de Seythenex (en extérieur), le foyer des Combes - Val de Tamié, le bas station de La Sambuy (en extérieur), l’arrivée du télésiège de La Sambuy, les vestiaires du stade Baroni, du stade Madrid et du stade Jean Carquex. Un défibrillateur est apposé contre le mur du CCAS, à proximité des escaliers conduisant à la salle du conseil municipal. Un autre est disponible dans le véhicule de la police municipale.

Le service Urbanisme est ouvert les mardis, mercredis et jeudis de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h. Pour faciliter vos démarches, nous vous invitons à prendre rendezvous au 04 50 32 57 68 ou faire votre demande par mail urba.mairie@faverges.fr

Wifi accessible maison des associations Depuis octobre dernier, un accès Wifi a été mis en place par la mairie à la maison des associations. Plusieurs bureaux sont mis à la disposition d’associations dans ce bâtiment et désormais, dirigeants et bénévoles peuvent accéder à l’Internet.

Elections Vous avez la possibilité de vous inscrire sur les listes électorales jusqu’au 7 février 2020. Vous pouvez le faire - en mairie, - par internet : service-public.fr - par courrier (formulaire CERFA n°12669*02 à télécharger sur service-public.fr) A tout moment, vous pouvez vérifier votre situation électorale ainsi que votre bureau de vote sur le site service-public.fr

20

Il s’agit de sélectionner un film chaque mois, d’assurer l’accueil du public et la billetterie et d’aider à la mise en place de la salle. Soit une soirée par mois et une heure de gestion du choix des films. Petit détail : il faut aider le projectionniste à la mise en place du projecteur et ce dernier pesant 60 kg... une personne vigoureuse serait la bienvenue parmi les nouveaux bénévoles ! Dernière précision, le foyer rural va faire l’objet d’une rénovation au printemps 2020. La reprise du cinéma devrait donc se faire en juillet prochain.

Jeudi 30 janvier, 14h30

Déménager pour bien vieillir chez soi

Le logement et son environnement constituent la clé de voûte d’un bien vieillir à domicile. Votre habitat permet-il ce bien vieillir en toute autonomie? Pourquoi et quand envisager un départ de chez soi et pour aller où ? Cet atelier vous propose d’échanger sur un sujet sensible : notre Chez Soi, avec son histoire, ses bons côtés et ses limites, mais aussi nos habitudes et nos repères. Un atelier où l’on discute en toute bienveillance de l’anticipation d’un départ vers un autre chez Soi, si cela doit être le cas.

Mardi 10 mars, 14h30 Pour toute information, vous pouvez contacter André Gruffaz au 04 50 46 32 20.

Organiser un changement de lieu de vie pour soi ou pour un proche

Comment s’y prendre et comment démarrer la démarche d’un changement de lieu de vie ? Quelles étapes et chronologie respecter pour limiter angoisse et épuisement ?

Ateliers gratuits. Lieu : salle du conseil municipal Info au 04 50 32 57 62.

Faciles à manipuler, les défibrillateurs permettent de délivrer le plus rapidement possible un choc électrique externe à la victime d’une attaque au moyen d’une électrode, sans attendre l’arrivée des secours. Selon le décret n°2007-705 du 4 mai 2007, les défibrillateurs peuvent être utilisés par tous, sans restriction ni formation, puisque l’appareil dicte lui-même l’ensemble des manipulations à réaliser en cas de problème.


Faverges-Seythenex à l’horizon 2030 ? Un groupe d’habitants livre sa vision

Automne 2018 : un encart dans le magazine municipal invite les habitants intéressés par une réflexion sur l’avenir de la commune à se manifester. Ils sont trente, de tous âges et profils, à se faire connaître. De décembre 2018 à mai 2019, le groupe consolidé autour d’un noyau régulier d’une vingtaine de personnes, accompagné par un médiateur extérieur à la commune, se réunit douze fois pour dessiner les contours de la commune à l’horizon 2030, puis pour exposer sa vision aux élus et aux habitants. Comment voyez-vous la commune à l’horizon 2030 ?

Tel était le cahier des charges très ouvert de la concertation lancée par la mairie à l’automne 2018. Pourquoi une telle interrogation ? Parce que c’est aujourd’hui, c’est-à-dire maintenant et d’ici les cinq ou six prochaines années, que doivent être prises les décisions – quelle que sera l’équipe municipale «aux manettes» - qui se concrétiseront dans dix ou vingt ans par divers aménagements. C’est à ce travail que se sont attelés six mois durant les habitants volontaires du groupe-témoin, tandis qu’en parallèle, une équipe d’urbanistes travaillait sur le même sujet. Deux approches différentes, quoique tendues dans le même but : imaginer le Faverges-Seythenex de demain.

Comment le groupe-témoin a-t-il travaillé ?

Avant même de parler de voirie, de construction ou d’aménagement, imaginer la commune de demain nécessite de se poser des questions plus larges, auxquelles le groupe-témoin a estimé indispensable de répondre : une ville pour qui ? une ville pour y vivre quoi ? une ville dotée de quel habitat, quels équipements ? une ville insérée dans quel environnement ? Au départ, le programme proposé par le médiateur recruté pour accompagner le travail du groupe-témoin comportait quatre réunions. Très vite, un petit groupe volontaire s’est réuni entre ces ateliers, afin de préparer les échanges en «plénière», au nombre de participants élargi. Un soir, deux membres de l’équipe des urbanistes sont venus questionner le groupe sur certains points particuliers. A chaque réunion, les échanges ont été nourris, vifs souvent : tout le monde n’a pas le même regard sur la commune, sur tel constat ou tel besoin… ni la même personnalité ! Il a fallu s’écouter, exprimer son point de vue aux autres, accepter la contradiction, puis s’accorder sur une vision partagée. Au terme de neuf réunions en soirée, les habitants étaient prêts à présenter leur travail aux élus (21 mai) et à la population (28 mai) : un exercice tout sauf anodin qui a nécessité encore trois réunions pour s’entraîner à la prise de parole en public !

Qui sont ces habitants ?

Des hommes et des femmes de 30 à 80 ans, qui habitent la commune de longue date (de nombreux y sont nés) ou s’y sont récemment installés, en centre-ville ou dans les hameaux, qui travaillent ou ont travaillé dans la commune ou à l’extérieur, ou sans emploi, souvent actifs dans des clubs ou associations, aux parcours de vie divers, tous très intéressés par leur cadre de vie, et motivés par le défi qui leur était lancé.

Le 24 octobre dernier, le groupe a confronté sa vision à celle d’urbanistes également consultés par la commune sur le même sujet. Entre habitants «experts du quotidien» et professionnels, les convergences se sont avérées nombreuses. Preuve de la qualité - et du réalisme - du travail accompli !

Lettre d’info PROJET URBAIN #2

1


Le diagnostic

Partir d’aujourd’hui LE DIAGNOSTIC : Faverges-Seythenex aujourd’hui

Une commune où il fait bon vivre, mais vieillissante, alanguie, en manque d’identité forte.

Qui aime bien châtie bien, pourrait-on dire. C’est parce qu’ils sont attachés à leur commune que les habitants du groupetémoin livrent ce constat. Un constat sans complaisance qui a fait débat, entre anciens et nouveaux venus. Vue d’Annecy ou d’autres communes alentour, Faverges a longtemps pâti d’une image négative : «Au lycée d’Annecy, un professeur recensait les élèves issus de «Faverges-les-Oies» ! «Une assistante sociale d’Annecy me disait : si on a un cas social, on l’envoie à Faverges». Des rues sombres, trop de façades défraîchies, un patrimoine peu mis en valeur, mal signalé… : autant de signes peu engageants. Comparée à d’autres communes, Faverges-Seythenex peut paraître moins dynamique. L’absence de lycée d’enseignement général, de médecins spécialistes, d’activités économiques capables d’équilibrer le poids élevé - bien qu’apprécié - des entreprises-phares locales, peu d’arrivées de jeunes couples actifs, en sont quelques signes.

2

Une marque de fabrique : l’authenticité

Comme si vous y étiez ! Tout au long de la démarche, les vidéastes Mathilde Syre et Florent Labre ont filmé les débats du groupe-témoin. A l’issue des travaux de celui-ci, plusieurs volontaires ont participé à un atelier de création-vidéo pour produire un film associant documents d’archives sur la commune et fiction prospective : Faverges-Seythenex hier et (après-) demain. Présentés le 28 mai en réunion publique, ces films donnent à voir le travail accompli «comme si vous y étiez» !

Vous pouvez consulter les films sur le site de la ville : https://www.faverges-seythenex.fr/projet-urbain/

Et pourtant, l’histoire de la commune lui a imprimé une personnalité particulière, somme toute attachante : «un passé ouvrier qui en fait une commune populaire, authentique, où l’on vit bien, tranquillement, simplement, riche en activités de toutes sortes ». Pour nombre d’habitants récents, comparée à des villes d’autres régions, Faverges-Seythenex paraît bien plus dynamique, foisonnante d’activités associatives, culturelles, sportives, d’artisans chevronnés, d’expérimentations sociales. Encore faudrait-il faire savoir et faire valoir les nombreux atouts actuels de la commune – et pas seulement son écrin naturel – et la doter d’autres atouts (équipements, activités, services, modes de déplacements…) susceptibles d’attirer une population nouvelle, de conserver les jeunes, de l’ouvrir aux évolutions de société, de la connecter aux innovations qui émergent dans tous les domaines, à Faverges-Seythenex et ailleurs. Faverges-Seythenex doit apprendre à séduire… sans artifice, en gardant son âme !


La vision

LA VISION : Faverges-Seythenex demain « Une commune attractive, accueillante, conviviale, innovante, performante, privilégiant le vivre ensemble et les démarches éco-responsables ». « Lâchez-vous, rêvez ! Il sera toujours temps de se confronter à la réalité des choses ! » Imaginer une ville à 10, 20 ou 30 ans nécessite de se projeter dans l’ailleurs et l’autrement : de s’inspirer de ce qui se dessine déjà ici ou dans d’autres villes, voire dans d’autres pays, d’intégrer les évolutions en cours, qu’elles touchent aux modes de vie, d’habitat, de production, de consommation, de déplacement. Les participants se sont volontiers livrés à cet exercice sans filet, tout en ayant à l’esprit l’inéluctable atterrissage, à savoir rapprocher le rêvé du possible.

Une commune attractive «Pour nous, c’est une commune qui donne envie, par son identité, son histoire, comme par les perspectives qu’elle ouvre à ses habitants, actuels et futurs, parce que branchée et connectée au monde actuel». Comment ? «En tirant parti de son passé attachant, authentique - un élément positif, dans l’air du temps - et en l’inscrivant dans un nouveau chapitre de l’histoire de la commune, relié à son temps et son environnement».

Une commune accueillante «Pour nous, c’est une commune où chacun, quel que soient son âge, son style de vie, ses origines ou ses ressources, peut facilement se faire une place, faire sa vie, et satisfaire sur place la plupart de ses besoins. Faire de Faverges une commune douce à vivre pour nos aînés, mais capable de garder les jeunes générations et d’attirer une population porteuse d’avenir. Donner envie d’y venir… et d’y rester !»

Une commune conviviale «Pour nous, c’est une commune où il est possible et agréable de vivre ensemble, malgré ou grâce à nos différences». «La réussite de ce projet, à travers son élaboration comme sa mise en œuvre, par une coopération durable entre élus, habitants, associations et entreprises».

Une commune innovante et exigeante «Nous aimerions que Faverges-Seythenex manifeste une réelle ambition : être LA commune où il se passe quelque chose, d’innovant, d’exigeant, dans un domaine particulier ou bien, et ce serait sans doute mieux, dans un équilibre bien pensé entre différents domaines». Comment ? «En renforçant la qualité sociale, architecturale, culturelle, environnementale et économique de la commune».

Pour résumer

Faire en sorte que chaque projet, chaque action, chaque réalisation future, soient menés sous ce double impératif : favorisent-ils le vivre ensemble ? peut-on les engager selon une démarche éco-responsable ? » Favoriser ce qui concourt aux économies d’énergies, aux transports non polluants, à l’économie circulaire (filière locale de production et de recyclage).

A chaque âge son rêve LES JEUNES permettre aux adolescents de recevoir un enseignement sur place disposer de lieux de rencontre «tous temps»

LES ADULTES, LES FAMILLES favoriser l’emploi innovant sur place disposer d’une offre de soins complète sur place

LES PERSONNES ÂGÉES LES PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE formats d’habitat adaptés à la diversité des besoins et capacités, favorisant l’intergénérationnel accès sécurisé aux voiries

TOUS lutter contre l’isolement partager les talents (culinaires, bricolages...), aider à leur valorisation (Festival des cabanes, lieu de répétition pour troupes de théâtre et groupes musicaux amateurs) et leur transmission (Maison et festival des savoir-faire locaux, cantine familiale) créer des lieux de rencontre tous publics / toutes activités / tous temps optimiser et mutualiser l’emploi des équipements culturels et sportifs (soirée, week-end, vacances) en toutes saisons, pour un usage individuel comme collectif

3


Les propositions

ACTIVITÉS économiques

ÉQUIPEMENTS publics HABITAT

Industrie, commerce, artisanat Autour de Stäubli et ST Dupont, rechercher des activités non polluantes de sous-traitance, complémentaires ou dérivées.

Urbanisme et habitat

Implanter une activité de recyclage électriques /électroniques / informatiques.

«Nous aimerions que la qualité architecturale et environnementale devienne un élément de l’identité et de l’attractivité de la commune. Pour cela, la priorité est de créer un cœur de ville vivant, aéré, respirant, piétonnier : un véritable cœur de vie.»

d’équipements

Valoriser les artisans locaux : création d’une Maison des artisans en centre-ville, à la place de l’Office du tourisme, ou bien dans l’actuelle Maison des associations en transférant les sièges associatifs qui s’y trouvent dans un autre bâtiment (îlot brûlé, voire au nouveau centre culturel). Inciter à l’installation de professions libérales et intellectuelles (ingénieurs, chercheurs, développeurs de start-up), actuellement tentées par Annecy. Créer un centre de recherche / exposition / animation sur les savoirs faire locaux, à partir des techniques et compétences développées dans les entreprises et par certains artisans, faisant le lien entre passé, présent et avenir. Vivifier le commerce local par un environnement urbain de qualité : charte qualitative pour les façades et les enseignes, circulation partagée et apaisée, mobilier urbain esthétique et confortable, stationnement de proximité (à 5mn à pied) et non forcément contigu, avec facilités pour les livraisons… A ce sujet, l’hypothèse de création d’un centre commercial inter-communal est contestée : ce modèle, fondé sur la distribution de produits de basse qualité, importés via des modes de transports polluants, est aujourd’hui dépassé. Le centre commercial des Boucheroz en est hélas l’illustration. Mieux faire communiquer les zones d’activité.

Agriculture Tendre vers une relative autonomie alimentaire, par l’implantation sur la commune de maraîchers et de producteurs (laitiers ou autres). Valoriser leur offre dans un lieu de vente-promotion permanent en centre-ville.

Tourisme S’interroger sur l’avenir de « l’or blanc », l’exploitation intensive de la neige et de la montagne, compte tenu du réchauffement climatique : envisager d’autres usages de la montagne, toutes saisons, plus respectueux de la nature.

La Halle

En faire un lieu centralité et de convivialité, avec à proximité des locaux attractifs (restaurant, maison des artisans et des producteurs locaux…)

Place de l’Eglise, rues Nicolas Blanc et Carnot

Réflexion de fond à mener pour ouvrir, aérer, créer des perspectives

Carré des Tisserands

Minérale, inhospitalière été comme hiver, cette place ne joue pas son rôle de lieu de détente et de rencontre. Elle est à remodeler.

L’îlot brûlé

Pas de construction ici, ou à la rigueur, sur une portion d’espace, un bâtiment intégrant la médiathèque, un restaurant, un lieu de convivialité, un magasin de souvenirs… Sur l’autre portion, aménager un square pour les enfants de 0 à 6 ans

Logements rénovés ou nouveaux, individuels et collectifs Il faut encourager la diversité dans l’offre d’habitat, tous standings. Conscients des lois et règlements qui obligent à densifier les centres-villes, nous estimons toutefois que les constructions nouvelles devraient s’ériger en périphérie du centre. Exemples : petits ensembles locatifs (R+1) type éco-quartier basse énergie, voire producteurs d’énergie, avec espaces et jardins partagés Mener une réflexion de fond sur l’avenir de secteurs anciens en centre-ville, de propriétés aujourd’hui privées mais qui pourraient constituer des opportunités intéressantes pour la collectivité

Partout

Adopter une palette colorée des façades, selon un plan précis, avec une vigilance sur le respect du nuancier (rue de la République et ailleurs) Choisir un mobilier urbain et une signalétique reflétant une identité forte, s’inspirant – entre autres – du festival des Cabanes et capitalisant sur son image Installer des toilettes sèches publiques.


Les propositions

ÉQUIPEMENTS publics HABITAT Equipements publics et para-publics « Cela peut ressembler à un catalogue à la Prévert. Mais nous raisonnons à vingt ans ou plus. Partant de l’existant, nous avons essayé de recenser les besoins des habitants actuels et futurs, et de voir comment y répondaient ou non les équipements actuels, puis envisagé – s’ils n’y répondaient pas – quels équipements devraient être réalisés. Des priorités devront être dégagées ».

JEUNES Création à proximité du lycée La Fontaine d’un lycée d’enseignement général, en lien avec l’inter-communalité ou le bassin de population (secteur Bout-du-Lac, Saint-Ferréol, Marlens, Les Eyssérieux), éventuellement étendu à Ugine, Saint-Jorioz, Thônes… Au lycée technique, ouverture des filières correspondant aux besoins et débouchés locaux Installation des aires de jeux pour les enfants de 0 à 6 ans, pour les adolescents (exemple : modules Parkour).

ADULTES Maison médicale : spécialistes, médecins de garde, para-médicaux. Une fois les sièges associatifs transférés (centre culturel…), utiliser les locaux rendus disponibles de la Maison des associations pour des bureaux d’accueil de services publics ou para-publics (assistantes sociales, emploi…).

SENIORS Foyer-logements partagés, intégrés dans des immeubles où résident des familles et des jeunes. Création de résidences s’inspirant de l’initiative privée « Maison des Babayagas», permettant aux personnes âgées de partager des espaces communs tout en disposant de lieux privatifs. Rapprocher les résidences pour seniors du centreville (à proximité de la Poste, de la Halle…).

TOUS PUBLICS Médiathèque-lieu de rencontre dans le bâtiment de l’actuelle Poste, ou dans l’îlot brûlé. Compléter l’offre du centre social de La Soierie par une programmation inter-générationnelle. Remarque : la présente démarche de réflexion a été entreprise avant l’ouverture de La Forge. Les activités qui s’y sont déroulées depuis vont dans le sens du souhait exprimé plus haut. Relancer le théâtre de plein-air (non plus au carré des Tisserands) et créer un cinéma d’Art et d’Essai en centre-ville. Relancer l’activité du château et du site archéologique (aménagement, programmation, accès, signalisation). Créer une salle multi-activités (sportives, associatives) couverte l’hiver, pouvant se découvrir l’été. Créer un VPC (Vital Parc Couvert), un boulodrome (également couvert). Envisager l’opportunité d’un équipement sportif par hameau.

COMMUNE Rassembler les locaux techniques municipaux, aujourd’hui éparpillés, en un lieu unique, à proximité de la déchèterie.

5


Les propositions

ESPACES VERTS Environnement « D’abord, préserver et valoriser l’existant. Ensuite, introduire partout de la verdure, non seulement à but environnemental, mais aussi à fin d’appropriation par chacun de la nature et de l’espace, de pédagogie, de sociabilité. Et aussi pour produire et consommer sur place les aliments qui s’inscriront dans les circuits courts, à la recherche d’une meilleure qualité alimentaire ».

6

Préserver, créer et entretenir les espaces verts (retour de la brigade verte souhaité) Améliorer l’existant : parc du Thovey, parc des Pins, parc Simon Berger (plantations à ajouter ou préserver, mobilier attractif), A créer : devant le Genevois, Faire de l’îlot brûlé un poumon vert, Planter des arbres en centre-ville pour créer des zones ombragées favorisant un stationnement piéton convivial. Exemple : place derrière la Halle (revêtement qualitatif, végétalisation aérée, bancs…). Patrimoine ancien Faciliter l’accès et la jouissance de l’esplanade du château, Exploiter et signaler le site archéologique, Mettre en valeur et signaler les portes en bois anciennes, typiques de la région. Rivière Etudier ou faire connaître les études relatives au risque de crue, Faire des berges un lieu de promenade et de détente : plantations, sentier éducatif. Incitation aux pratiques économes, individuelles et collectives Jardins potagers partagés, compostage en pied d’immeubles et dans les quartiers, Vergers communaux, Production individuelle ou collective d’énergie renouvelable, dans le respect de l’environnement (visuel, auditif), Cheminements piétonniers non goudronnés entre espaces naturels, centre-ville et hameaux.


Les propositions PARTAGE D’USAGES, STATIONNEMENT, CONTRÔLES MUNICIPAUX Partager l’usage de la voirie nécessite le respect d’une règle du jeu précise entre utilisateurs des divers modes de déplacement. Des dérogations (circulation, stationnement, livraisons) devront être étudiées pour les riverains et les commerçants. Stationnements en zone bleue estimés trop nombreux et non sanctionnés. Corollaire d’un centre-ville piétonnier : aménager un parking hors du centre-ville, desservi par une navette.

DÉPLACEMENTS « Tout projet d’aménagement relatif à la mobilité devrait être réfléchi dans cet ordre : privilégier d’abord le piéton, puis les modes doux et les transports en commun, enfin la voiture ».

A l’intérieur de l’espace communal « Nous ne sommes pas opposés à la voiture, nous souhaitons seulement qu’elle ne soit plus prioritaire, surtout en ville. En outre, les évolutions actuelles et à 20 ou 30 ans amèneront à reconsidérer profondément sa propriété et son emploi, à titre individuel ou partagé ». UN CENTRE-VILLE PIÉTONNIER, ÉLÉMENT CLÉ DU CENTRE-VILLE CŒUR DE VIE Hypothèse basse : secteur rue de la République et halle (du haut du « T » jusqu’à la Maison de la presse) Hypothèse haute : périmètre étendu aux secteurs îlot brûlé, Twinner, Crédit agricole, plus parking de La Poste. « Nous sommes conscients de l’aspect contraignant d’un tel aménagement, surtout dans sa phase de mise en œuvre. Sans doute faudra-t-il y aller progressivement. C’est pourquoi nous proposons de soumettre ce sujet, comme celui du plan de circulation, et plus largement celui de la mobilité, à une concertation ».

TRANSPORTS COLLECTIFS Envisager la possibilité de faire passer la ligne 51 rue du Genevois (en prévoyant un aménagement pour les piétons). Mettre en place une desserte tous publics entre quartiers proches du centre (Grandes Pièces, Thovey, Soierie), excentrés (centre culturel, zone des Boucheroz) et les hameaux, véhicule électrique, à horaire fixe, avec application sur téléphone mobile. Etendre le ramassage scolaire à tous les enfants (actuellement limité aux enfants de plus de 6 ans), quels que soient leur âge et leur domicile, et revoir la circulation des bus de ramassage (moteur polluant, demi-tour problématique en centre-ville…). Lancer un « S’cool bus », vélo collectif pour 8 enfants et un conducteur, pratique et ludique. Recourir à des véhicules communaux propres (« Pourquoi pas une carriole à cheval pour l’arrosage des plantations ? »). MODES DOUX Elargir les trottoirs, afin de favoriser le croisement (piétons, poussettes, personnes à mobilité réduite, vélos, trottinettes…). Envisager la création d’espaces piétons au ras du sol, plus sûrs pour les personnes à mobilité réduite. Aménager des cheminements piétonniers, du centre-ville aux hameaux, sécurisés, parfois conjugués avec une piste cyclable. Construire une passerelle franchissant la route de Tamié, depuis le haut des escaliers. Aménager, baliser et sécuriser les pistes cyclables en visant une circulation à double-sens (pont d’Englannaz, rue Jean Cochet, etc.), du centre-ville vers la périphérie (jusqu’au rond-point d’Intermarché et au-delà).

Entre Faverges-Seythenex et les communes voisines Liaisons Seythenex-pôles touristiques de La Sambuy, du Val de Tamié, du Col de la Forclaz Aménager un parking à Seythenex et mettre en place des navettes jusqu’aux stations, hiver comme été, Sécuriser le trafic routier (route de Versonne-Mont-Bogon-Montmin rendue dangereuse par les navettes des parapentistes), Etudier l’opportunité d’un téléphérique (sachant que plusieurs communes y sont opposées),

Itinéraires cyclables longue distance Sur la route d’Annecy, la D 2508, Avec sécurisation du pont (entre chemin du Parc des Pins et route d’Englannaz). Co-voiturage Aménager et signaler les parcsrelais.

Liaison tram-train Faverges-Annecy, Faverges-Albrertville « Nous sommes unanimement favorables à ce projet (et opposés à celui d’un tunnel), pour des motifs écologiques, financier et de service (population desservie), dès lors que son tracé permet de desservir des zones urbaines, comme le nouveau centre culturel dont l’attractivité pourrait alors s’étendre à un bassin de spectateurs de plus de 100 000 habitants ».

7


S’il fallait choisir ?

De la coupe aux lèvres, du rêve à la réalité, de la vision à la programmation urbaine : confrontés aux contraintes naturelles (géologie, climat), techniques (faisabilité), foncières (réserve de terrains aménageables, possibilités de préemption municipale…), économiques (budgets requis) et légales (lois, règlements…), voire sociales (acceptabilité de certaines mesures), les membres du groupe-témoin ont bien dû faire leur choix. Pour eux, les priorités sont les suivantes : S’il fallait choisir, nous privilégierons les opérations suivantes : Faire du centre-ville un cœur de vie, social, culturel et économique, aéré, valorisé, à la circulation piétonne sécurisée. Mieux articuler le centre-ville et les hameaux. Créer les conditions d’une mobilité économe, douce, unificatrice, dans la commune et vers les communes voisines.

8

Implanter ces activités innovantes, diversifiées, attractives pour tous les âges, en toutes saisons. Faire en sorte que tous les projets soient marqués du sceau du développement durable et du vivre-ensemble. Et pour cela, favoriser la démocratie participative, les coopérations, la co-production entre élus, habitants, associations et entreprises.

« Nous avons apprécié que la commune nous sollicite, et la remercions de la confiance qu’elle nous a accordée. Chacun d’entre nous s’est investi de longues soirées, apportant sa connaissance du terrain, son expérience de vie, ses espoirs, ses craintes. Travailler entre habitants qui ne se connaissaient pas et confronter nos points de vue a permis des échanges passionnants, parfois rugueux, toujours fructueux. Le fait que nombre de nos propositions rejoignent certaines orientations des experts prouvent que notre vision de la commune à long terme n’est pas aussi irréaliste que cela. Nous souhaitons ardemment que notre travail soit pris en compte. Que nos propositions soient ou non retenues, nous prendrons connaissance avec la plus grande attention de l’avis argumenté que la municipalité portera sur elles. Nous nous réjouissons que ce travail soit rendu public, par la réunion du 28 mai et aujourd’hui par la présente synthèse. Une dynamique participative a été créée : qu’elle se poursuive ! ».

Faverges-Seythenex, le 5 décembre 2019

Mairie de Faverges-Seythenex - décembre 2019 - Lettre d’info PROJET URBAIN

Profile for Service communication - Mairie de Faverges

Le Chemin de l'info #14  

Journal d'information de Faverges-Seythenex, commune nouvelle - janvier 2020

Le Chemin de l'info #14  

Journal d'information de Faverges-Seythenex, commune nouvelle - janvier 2020

Advertisement