Issuu on Google+

Le Rendez-vous

Citoyen

Le Conseil Général s’engage aux côtés des Réunionnais

Le Conseil général

cultive son plan

“AMBITION JEUNESSE”

Numéro 10 2013


Retrouvez nous chaque jour sur www.cg974.fr et suivez toute l’actualité du Conseil Général de La Réunion et beaucoup d’autres sujets. 974 TV, ce sont : - Des informations sur nos dispositifs - La présentation des manifestations à venir - Une découverte des sentiers La Réunion - Votre rendez-vous magazine Lien Social - Un programme d’initiation au langage des signes - Et bien d’autres nouveautés à venir.

Regardez 974 TV en continu et visionnez vos émissions favorites grâce à la vidéo à la demande (VOD). Ecrivez-nous sur 974tv@cg974.fr, pour nous faire part de vos remarques ou nous envoyer vos vidéos.


l’édito de la présidente Chères Réunionnaise, chers Réunionnais,

La pauvreté à La Réunion est une triste réalité. Deux études commandées par le Conseil Général à l’Insee sont d’ailleurs venues confirmer la gravité de la situation et approfondir nos connaissances sur ce sujet.

l’édito

42% de la population réunionnaise vit en dessous du seuil de pauvreté. Tel est le premier enseignement de ces études. L’autre élément qui était jusque là peu connu était la cartographie de cette pauvreté. Elle est inégalement répartie sur le territoire et on ne peut que constater que même les quartiers dits aisés restent plus pauvres que la moyenne nationale. Au-delà des données brutes, ces deux études ont été une mine de renseignements pour les services du Conseil Général qui les ont rigoureusement analysées afin que nous puissions élaborer une politique innovante et dynamique de lutte contre la pauvreté ; une politique à la fois globale et territorialisée, et ce malgré nos difficultés budgétaires et nos inquiétudes pour l’année 2014. Globale, à travers des mesures qui concerneront l’ensemble du département et qui ont d’ailleurs été présentées à François Chérèque, chargé par le Gouvernement d’élaborer un plan national de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion, lors de sa visite sur l’île. Je pense notamment au passage depuis le 1er décembre à 30 heures des contrats aidés afin de soutenir le pouvoir d’achat des agents au sein du Conseil Général. Nous espérons que l’Etat, que nous avons saisi de cette question, acceptera de l’élargir à l’ensemble des contrats aidés de l’île. Notre combat se veut également territorialisé. Aussi, sur la base de données objectives, 8 quartiers prioritaires ont été ciblés afin que le Conseil Général puisse y déployer une politique de proximité, repondant aux préoccupations des populations concernées. Il ne s’agit pas de stigmatiser ces quartiers qui ont déjà assez soufferts de critiques souvent injustes. Il s’agit, au contraire, de faire taire ces préjugés, de redonner de l’éclat à ces quartiers et de la fierté à leurs habitants. C’est bien là la volonté de notre politique de lutte contre la pauvreté mise en place depuis plusieurs années et qui se poursuivra et se renforcera en 2014. Redonner aux Réunionnais confiance en leur avenir, en leur potentiel. Tout simplement rendre aux Réunionnais la fierté d’être Réunionnais. C’est à cette seule condition que nous pourrons mener une politique de solidarité économique efficace et qui profitera à tous.

Je vous souhaite une excellente année 2014

Nassimah Dindar Présidente du Conseil Général

Le rendez-vous citoyen

3


SOMMAIRE 5

6

Actu

Actu en images

12

Plan ambition jeunesse : accompagner les jeunes Réunionnais vers l’Excellence

16

Pauvreté : La Réunion un département “hors norme”

14

Le Conseil Général à l’heure de l’innovation sociale

18

Une classe de CM2 sur les traces de Roland Garros

NumÉro 10

Magazine édité par le Conseil Général de La Réunion Service Communication Hôtel du Département 2, rue de la Source - 97488 Saint-Denis Cedex Téléphone : 0262 90 30 30 - Fax : 0262 90 39 99

Site internet : www.cg974.fr

4

8

Le rendez-vous citoyen

Challenge des créateurs : les Réunionnais sont formidables

Direction de la publication Nassimah Dindar

responsableS d’édition Christian Leuck - Rémi Labedan Textes Mounice Najafaly Photos Daniel Lebon, Bruno Bamba, Alexandre Rivière (Service Communication) P.A.O. Ilfrid Dorval (SARL KOM.ID) Impression Ah Sing


Un guichet unique

pour simplifier la vie des administrés d’accueil, un référent, un dossier», s’est félicitée Nassimah Dindar. Ce guichet unique préfigure ls 31 futures Maisons Départementales. Cette implantation sera également un outil au service du développement d’initiatives économiques et sociales dans le monde rural grâce à la réhabilitation du site de l’APECA. «Il est nécessaire de renforcer le partenariat avec le monde économique pour élargir les zones d’exploitation dans les Hauts. Nous avons des ingénieries de savoirfaire. Nous allons les valoriser car un territoire qui gagne, c’est la population qui gagne » a terminé la Présidente du Département.

ACTU

La Présidente du Conseil Général, Nassimah Dindar, inaugurait le 6 novembre dernier le Guichet Unique de Bois Court, un site qui permet désormais aux habitants de la Plaine des Cafres d’effectuer toutes leurs formalités administratives sur un même site grâce au regroupement de plusieurs services. «Il faut aujourd’hui un choc de simplification dans les procédures. C’est la raison pour laquelle le Conseil Général a décidé de donner une nouvelle dynamique de réorganisation de ses services pour se rapprocher des Réunionnais et simplifier leurs démarches : un lieu

Nassimah Dindar

annonce une aide pour les petites retraites

C

omme chaque année, le Conseil Général organisait au Jardin de l’Etat la journée départementale des personnes âgées. Plus de 10 000 personnes, jeunes et moins jeunes, ont participé à ce moment festif. A cette occasion, la Présidente du Conseil Général, Nassimah Dindar, a rappelé combien le bien-être et l’épanouissement de nos gramounes sont essentiels. «Il est injuste de vivre avec 400 euros. Le Conseil Général a toujours été à vos côtés et a mis en place de nombreux dispositifs pour vous soutenir. Nous continuerons à vous aider. Je vous annonce que les élus et les services de la Collectivité travaillent sur une nouvelle mesure pour faire face à la cherté de la vie : un coup de pouce pour les petites retraites, notamment agricoles », a indiqué la Présidente du Département. Une annonce saluée par le public.

Le Conseil Général

à l’écoute des acteurs économiques uite aux inquiétudes exprimées par « La aussi pu noter la réelle incompréhension SConseil Réunion Économique », la Présidente du des acteurs économiques quant à la nonGénéral, Nassimah Dindar, a reçu le prise en compte par le Gouvernement de 15 octobre dernier les principaux membres. Elle a pu acter la très grande inquiétude des représentants des entreprises. Elle a

leurs réelles difficultés. A cette occasion, la Présidente du Conseil Général a pu réaffirmer sa volonté de maintenir, autant

que possible, le niveau de commande publique. Elle a aussi pu affirmer sa volonté de créer un véritable parcours de vie pour les citoyens les plus défavorisés avec en bout de course une finalité d’insertion par l’activité économique.

Le rendez-vous citoyen

5


actu en images

Mon Ile dit Non à la Violence. Grande journée de promotion de la non-violence au Jardin de l’Etat

Un stèle en mémoire des enfants de la Creuse a été inaugurée à l’aéroport Roland Garros par Nassimah Dindar en présence des associations

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences à l’égard des femmes, une minute de silence a été observée dans plusieurs collèges (ici au collège Bois de Nèfles - Saint-Denis)

6

Le rendez-vous citoyen

Nassimah Dindar salue le travail des pompiers sur l’incendie de la Roche-Ecrite


Réception de rentrée des principaux de collège. Une réception placée sous le signe de la culture et de la mémoire au Lazaret de la Grande-Chaloupe

Hervé Houin, directeur de l’ONF nous quitte : son travail salué par les conseillers généraux

Félicitations à Saméry Técher, élu président du Conseil général des jeunes (ici avec Bruno Mamindy-Pajany, vice-président à l’Education)

Semaine Bleue : le Conseil général aux côtés des personnes âgées. (ici, la Présidente en visite à l’unité de soins de longue durée de St André)

Journée départementale des Personnes âgées : plus de 10.000 personnes ont participé à la journée. La Marche Bleue a aussi été un grand succès

974TV, la télé du Conseil général, désormais disponible sur les box Zeop. Un nouvel élan.

Améliorer le cadre de vie de nos collégiens. C’est le collège de l’Oasis qui a remporté la première édition du plus beau collège fleuri

Le rendez-vous citoyen

7


pauvreté

La Réunion, un territoire « hors norme »

plusieurs années, La Réunion Dd’uneepuis traverse une crise économique et sociale ampleur sans précédent, creusant les inégalités, poussant de plus en plus de Réunionnais vers la détresse sociale, et provoquant une hausse considérable du chômage et des demandes d’aides sociales. Si la réalité de terrain était jusque là bien connue, très peu de données venaient la confirmer et apporter des informations qualitatives et quantitatives sur son ampleur. C’est désormais chose faite grâce à deux études élaborées par l’Insee à la demande du Conseil Général. Premier enseignement, avec 343 000 personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté monétaire, soit 42% de la population, La Réunion est un département hors norme. L’île compte autant de personnes pauvres que les Bouches du 8

Le rendez-vous citoyen

Rhône dont la population avoisine les 2 millions d’habitants. Cette situation touche toutes les catégories de la population et tous les âges. L’autre élément qui était jusque là peu connu était la cartographie de cette pauvreté. Elle est inégalement répartie sur le territoire. Les difficultés les plus importantes se concentrent principalement dans les régions Ouest et Sud. Cependant, même les quartiers dits aisés restent plus pauvres que la moyenne nationale. «Le constat est alarmant. Le modèle actuel a montré ses limites. La Réunion n’a pas réussi à prendre le virage d’un nouveau modèle permettant de transformer les revenus de transferts en revenus productifs, d’allier solidarité sociale et solidarité économique, de consolider la cellule familiale plutôt que de la déconstruire», analyse Nassimah

Dindar, Présidente du Conseil Général. Fort des enseignements de ces études, le Conseil Général a souhaité mettre en place une politique innovante et dynamique de lutte contre la pauvreté afin de donner un nouveau souffle à ses politiques publiques ; une politique à la fois globale et territorialisée. Globale, à travers des mesures qui concerneront l’ensemble du département et qui ont d’ailleurs été présentées à François Chérèque, chargé par le Gouvernement d’élaborer un plan national de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion, lors des Assises de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion qui se sont déroulées à La Réunion le 29 octobre dernier. Ce combat se veut également être territorialisé. Les politiques publiques


Les propositions du Conseil Général à l’Etat pour lutter contre la précarité des Réunionnais ◗ Création sur la base d’un programme exceptionnel de financement en 2 ans de 300 places d’établissements médico-sociaux pour enfants handicapés et de 400 places de service d’éducation spéciale et de soins à domicile ◗ Instauration pour les personnes reconnues en situation d’urgence sociale d’un étalement de la dette pour l’eau potable et l’électricité sur une durée maximale de 10 ans incluant une période de gel de la dette ◗ Revalorisation des petites retraites, notamment des retraites agricoles ◗ Exonération de la taxe d’habitation et de la taxe foncière pour les personnes âgées ayant des revenus équivalents au minimum vieillesse (ASPA) ◗ Exonération des frais bancaires pour les familles en situation de grande précarité ◗ Soutien de l’Etat à la construction de résidences spécialisées suite à une hospitalisation et développement d’unités de soins de longue durée pour les personnes âgées ◗ Utilisation des établissements scolaires comme pivots d’une politique éducative ouverte sur les quartiers ◗ Priorisation de l’insertion des jeunes majeurs de l’Aide Sociale à l’Enfance dans le cadre de la Garantie des Jeunes ◗ Passage de 22 à 30H de tous les contrats aidés, en cofinancement avec l’Etat et les collectivités, et augmentation de la durée des contrats pour permettre une véritable insertion professionnelle (la proposition a fait l’objet d’un courrier adressé au Premier ministre en septembre) ◗ Activation automatique du RSA Activité pour les bénéficiaires des contrats aidés

Le Conseil Général de La Réunion montre l’exemple globales ne peuvent pas répondre efficacement à certaines problématiques spécifiques à certains quartiers, telles que le logement, le développement économique ou la lutte contre le chômage. Aussi, sur la base de données objectives, 8 quartiers prioritaires ont été ciblés afin que le Conseil Général puisse y déployer une politique territorialisée, au plus près des préoccupations des populations concernées.

◗ Passage à 30H depuis le 1er décembre de tous les contrats aidés du Conseil général, pour une durée de 24 mois. Chaque bénéficiaire a ainsi vu son salaire net mensuel passer de 872 euros à 1 006 euros (hors RSA activité). Les services seront aussi mobilisés pour permettre l’activation du RSA Activité. 635 emplois aidés sont concernés au niveau du Département ◗ Création d’un guichet unique du Conseil général, favorisant les démarches des administrés ◗ Optimisation des politiques publiques pour en faire des leviers de création de richesses et d’emplois (ex : filière bois de goyavier) ◗ Installation de nouvelles Académies de Dalons, notamment sur Le Port et Saint-Benoît

«Il ne s’agit pas de stigmatiser ces quartiers qui ont déjà assez souffert de critiques souvent injustes. Il s’agit, au contraire, de faire taire ces préjugés, de redonner de l’éclat à ces quartiers et de la fierté à leurs habitants», précise la Présidente du Conseil Général. « A travers cette politique de lutte contre la pauvreté, nous avons la forte volonté de redonner aux Réunionnais confiance en leur avenir, en leur potentiel. Tout simplement leur rendre la fierté de leur péi», conclut-elle. Le rendez-vous citoyen

9


pauvreté

Les chiffres de la précarité La pauvreté est une combinaison de deux facteurs :

◗ L’absence d’emploi : 43% des 15-64% occupent un emploi (64% en Métropole) ◗ La taille des familles : 1 ménage sur 3 compte au moins 4 personnes (1 ménage sur 5 en Métropole)

Des minima sociaux pour réduire la pauvreté :

◗ 150 000 foyers, soit 240 000 personnes, bénéficient d’au moins un minima social ◗ Le RSA est le premier minimum social avec 86 300 personnes : 16% d’allocataires parmi les 15 à 64 ans contre 3,5% en Métropole ◗ Sans ces minima sociaux, le taux de pauvreté serait de 46% contre 42% ◗ Les minima sociaux permettent de réduire l’intensité de la pauvreté

Les personnes âgées sont pauvres et dépendantes

◗ 42% des 65 ans et plus vivent en dessous du seuil de pauvreté ◗ 30% des 60 ans et plus sont allocataires du minimum vieillesse

Les jeunes sont fortement touchés par la pauvreté :

◗ La moitié des moins de 20 ans vit en dessous du seuil de pauvreté ◗ La pauvreté des jeunes résulte souvent de l’absence d’emploi des parents (36,7% des enfants vivent avec des parents sans emploi)

Concernant les personnes porteuses de handicap :

◗ 31 400 personnes recensées par la MDPH (4% de la population réunionnaise) ◗ La situation est proche de la moyenne métropolitaine en termes de bénéficiaires d’une aide liée au handicap.

Communes Zones peu ou pas peuplées Type de quartiers : 1 - plus jeunes qui cumulent les difficultés 2 - propriétaires pauvres et ruraux 3 - pauvres et moins enclavés 4 - mixtes dans la moyenne départementale 5 - nouveaux quartiers résidentiels 6 - plus aisés

Sources : Insee ; Département © IGN

10

Le rendez-vous citoyen


Marie-Claude Sinacarpin bénéficie du passage à 30 heures «Une très bonne surprise» Marie-Claude Sinacarpin est agent d’entretien au sein de la Direction E-administration et Modernisation des Services (DEMS) du Conseil Général. Elle bénéficie du passage à 30 heures de son contrat et de la hausse salariale qui s’accompagne depuis le 1er décembre. «C’est une très bonne surprise», se réjouit cette femme célibataire, mère d’un enfant. Entretien. Madame Sinacarpin, comment avez-vous accueilli votre passage à 30 heures de travail ? Ce fut une très bonne surprise à laquelle je ne m’attendais pas du tout. Lorsque j’ai ouvert le courrier annonçant cette nouvelle, je n’y croyais pas mes yeux. Je suis très émue et je remercie la Présidente et les élus d’avoir pris cette décision. Avez-vous eu des difficultés à vous adapter à l’accroissement de votre temps de travail ? Non pas du tout. D’abord c’est un plaisir de travailler et de côtoyer mes collègues. Et puis, ça me permet de mieux faire mon travail, en ayant plus de temps pour le faire

encore plus consciencieusement. Cette augmentation de temps était nécessaire vu la charge de travail. Qui dit passage à 30 heures dit également hausse du pouvoir d’achat. Une bonne nouvelle en ces temps de crise ? Aujourd’hui, tout augmente : la nourriture, l’essence, les impôts… A la fin du mois, il ne me reste plus grand-chose et je suis parfois obligée de me serrer la ceinture en attendant le versement de mon salaire. Cette petite monnaie en plus est la bienvenue. C’est un véritable soulagement !


Education

Le plan «Ambition Jeunesse» :

accompagner les jeunes Réunionnais vers l’Excellence

D

ans le cadre du plan départemental pour la famille réunionnaise, le Conseil Général a inscrit la jeunesse au cœur de ses priorités. Des premiers pas en passant par le collège, l’université et jusqu’à l’insertion professionnelle durable, le Conseil Général accompagne pas à pas les jeunes Réunionnais vers la réussite éducative et professionnelle. Le plan «Ambition Jeunesse» voté par les conseillers généraux est ainsi la traduction de l’engagement de la Collectivité de faire de la jeunesse réunionnaise les représentants de La Réunion de l’Excellence.

Académie des Dalons :

l’école du savoir-être et du savoir-faire a vocation à grandir

après son lancement, la pertinence et l’efficacité de l’Académie des Dalons ne sont plus à démontrer. Une première promotion a déjà 6cettemois terminé son internat et a débuté sa confrontation avec le monde professionnel grâce au service civique. Une deuxième promotion, féminine fois, a fait son entrée et devrait terminer son internat dans les prochaines semaines. Fort du succès de cette première Académie, le Conseil Général porte le projet d’ouvrir des structures sur le Port et Saint-Benoît, deux « quartiers » où la jeunesse est vraiment en difficulté. Chaque année, 120 jeunes pourraient ainsi s’inscrire dans un projet d’insertion.

12

Le rendez-vous citoyen


Emplois d’avenir : c’est signé !

C

’est le 2 septembre dernier que la Présidente du Conseil Général, Nassimah Dindar, a signé les 35 premiers emplois d’avenir de la collectivité donnant le coup d’envoi des autres embauches. «C’est une véritable chance pour eux aujourd’hui, c’est un levier avec la possibilité d’avoir un travail dans une grande Collectivité qui bouge», a souligné la Présidente du Département. Au total, le Conseil Général financera 750 emplois d’avenir pour un budget annuel de 5 millions d’euros. 250 emplois d’avenir seront embauchés au sein même de la collectivité. 250 emplois sont réservés aux ligues et comités sportifs et 250, en cofinancement, au secteur marchand. «C’est un effort considérable, à la hauteur de l’ambition du Conseil Général pour la jeunesse réunionnaise», a résumé Nassimah Dindar.

L’apprentissage : toujours un grand succès chaque année, le Département rencontrait le 5 novembre dernier les apprentis du Cserviromme Conseil Général. Arrivants ou partants, leur engagement et leur volonté de travailler et de la population réunionnaise ont été salués par les élus présents. «Vous avez choisi la voie royale pour vous insérer durablement dans la vie active. Je suis convaincu que cette expérience vous enrichira et vous permettra de bâtir un véritable projet de vie et de construire votre avenir professionnel», leur a déclaré Bachil Valy, vice-président du Conseil Général. Pour l’année 2013, et malgré les contraintes budgétaires croissantes, la Collectivité sera une nouvelle fois exemplaire en accueillant 105 nouveaux apprentis. «L’apprentissage est un versant concret de ce plan. Avec 495 jeunes accueillis entre 2006 et 2013 sur ce dispositif, cette politique est sans conteste une véritable réussite», se réjouit Nassimah Dindar.

Paroles d’apprentis Kevin Payet, titulaire d’un CAP agent polyvalent en restauration, apprenti à la cantine du collège Auguste Lacaussade de Salazie : «Ce fut une expérience enrichissante. J’avais beaucoup d’a priori à propos des métiers de cantine. J’ai découvert un métier technique et très intéressant. Je compte désormais m’orienter vers les métiers de la restauration collective» Ericka Law Wing Ping, en licence pro «activité et technique de communication», apprentie au service communication interne de la DRH du Conseil Général : «J’espère acquérir des connaissances sur un nouveau domaine de métier pour être prête à directement m’intégrer dans la vie professionnelle. J’étais sortie pendant quelques temps du cursus scolaire. L’apprentissage a facilité mon retour dans ce circuit, m’a remotivé et m’a permis de me fixer de nouveaux objectifs. J’ai enfin la satisfaction d’avoir réussi quelque chose».

Collège du Tampon : construire pour réussir i la réussite éducative se mesure avant tout sur la capacité de nos jeunes à décrocher des diplômes et à s’insérer durablement dans la vie professionnelle, Sactions elle réside également dans la construction de structures adaptées à l’épanouissement et au bien-être des élèves et à l’accompagnement à travers des périscolaires. C’est pourquoi, le Conseil Général mène une politique active et dynamique de construction et d’aménagement des collèges. Dernière structure sortie de terre, le nouveau collège du Tampon permettra d’accueillir, à terme, près de 900 élèves. Plus de 20 millions d’euros ont été investis par le Conseil Général pour doter ce collège d’équipements de qualité, respectant l’environnement.

Le rendez-vous citoyen

13


budget 2014

Le Conseil Général

à l’heure de l’innovation sociale

omme chaque année, les élus du Conseil Cplénière Général se sont réunis en séance le 17 octobre 2013 à l’occasion des débats d’orientation budgétaire. Des débats qui se déroulaient dans un contexte «plus que difficile» pour la collectivité et la population réunionnaise, a rappelé la Présidente du Département, Nassimah

14

Le rendez-vous citoyen

Dindar. Malgré tout, ces orientations s’inscrivent sous le sceau de «l’innovation sociale». Trois grands axes d’action ont ainsi été définis, conformément au projet de mandature de la majorité : - le renforcement du rôle de «bouclier social» du Conseil Général

- le plan «Ambition Jeunesse» - le soutien au monde économique «L’innovation sociale, c’est rester cohérent dans l’action, en prenant en compte nos difficultés budgétaires, mais sans renier la réalité socioéconomique», a ainsi résumé la Présidente.


(prévisions)

2014

467

(projections)

2012

460

2012

2011

454

597

2011 2010

396

559

2010

478

La situation budgétaire du Conseil Général est critique. En cause, une très forte augmentation du budget consacré au paiement des allocations de solidarité, à savoir le RSA, la PCH, l’APA. En effet, depuis que l’Etat a transféré ces compétences au Conseil Général, à partir de 2004, jamais les sommes n’ont été totalement compensées. Ainsi, en cumulé depuis 2004, près de 700 millions d’euros manquent dans les caisses de la Collectivité au titre de ces allocations. Et 100 millions pour la seule année 2012. «Malgré nos demandes répétées à l’Etat, quel que soit le Gouvernement, d’entendre nos cris d’alarme, nous n’avons jamais été entendus. Mais nous n’avons jamais abandonné les Réunionnais et toujours mis en place des politiques publiques volontaristes», souligne Nassimah Dindar.

DEPENSES (en M€) RECETTES (en M€)

2014 (prévisions)

Un contexte budgétaire alarmant

681

- Solidarité sociale : accès aux loisirs et aux vacances pour les enfants accueillis chez les assistants familiaux, mise en œuvre du

- Solidarité économique : réhabilitation et reconstruction des gîtes publics, développement des sentiers, développement de la production locale et de la consommation de produits péi, développement d’activités économiques (écotourisme), soutien à l’émergence de filières innovantes ou traditionnelles : bois de goyavier, ferblantier, bardeautage

(projections)

- Ambition Jeunesse : Académie des Dalons, Pack Jeunes, Service civique, mobilité professionnelle, construction et équipement

Les actions nouvelles

- Ambition Jeunesse : développement de l’apprentissage, nouveau cadre d’attribution de la bourse départementale, 750 emplois d’avenir, passeport éducatif du collégien

2013

- Solidarité économique : préservation du foncier agricole et valorisation des friches, soutien à la structuration des filières agroalimentaires et à l’innovation agricole, soutien à la commande publique, challenge des Créateurs, aide à la création d’entreprise (dispositifs Aden et Preface)

465

- Solidarité sociale : Chèque santé, chèque marmaille, Pass Loisirs, Pass Transports, aide à l’amélioration de l’habitat, répit-repos, aide ménagères, aide à l’installation des assistantes maternelles et à l’ouverture des MAM, SOS Zamal, Journée départementale des personnes âgées et Journée départementale des personnes handicapées

guichet unique de l’action sociale

2013

des collèges, politique départementale de lutte contre l’illettrisme

628

Les principales actions reconduites

Montant ces allocations 3 dépenses de solidarité Montantcumulé cumulédedes

«La Corrèze et la Guyane ne sont pas plus françaises que La Réunion» En 2012, le Président de la République annonçait le déblocage d’une aide exceptionnelle de 170 millions d’euros en faveur des départements les plus en

difficultés. Seulement 3,6 millions d’euros ont été accordés à La Réunion contre 12,4 millions pour la Corrèze. Un choix dénoncé par l’ensemble des

conseillers généraux. Depuis, le gouvernement a alloué 6 millions pour la Guyane, qui compte pourtant moins de 300.000 habitants.

comparaison en fonction de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté LA RÉUNION LA RÉUNION LA RÉUNION Pop : 839 500

CORRÈZE GUYANE GUYANE CORRÈZE GUYANE Pop Pop : 243 654 Pop : 243 654 : 239 450

CORRÈZE

Pop : 243 654

Taux de chômage : 8,7%Taux de chômage : 8,7% Pop : 239 450 Pop : 239Taux 450de chômage : 22,3% de chômage : 8,7% Pop : 839 500 Pop vivant en dessous du Popseuil vivant en dessous du seuil Taux de chômageTaux : 22,3% Pop : 839 500 de pauvreté Pop vivant en dessous du seuil: 14% Taux de chômagePop : 22,3% de pauvreté : 14% vivant en dessous Pop vivant en dessous Nombre de bénéficiaires Taux de chômage : 30% de pauvreté : 14% Nombre de bénéficiaires Taux de chômage : 30% Pop vivant en du dessous seuil de pauvreté :seuil 25%de pauvreté : 25% du du RSA : 9 502 Nombre de bénéficiaires du RSA : 9 502 Taux de chômage : 30% Nombre de bénéficiaires du seuil de pauvreté : 25% Nombre de bénéficiaires du RSA : 9 502 Pop vivantPop en vivant dessous en dessous du RSA : 23 920 du RSA : 23 920 Nombre de bénéficiaires Pop vivant en dessous du RSA : 23 920 du seuil du seuil du seuilde pauvreté : 42% : 42% de pauvreté de pauvretéNombre : 42% de bénéficiaires Nombre de bénéficiaires Aide de l’Etat du RSA : 86 300 Nombre de bénéficiaires du RSA : 86 300 12,4M€

du RSA : 86 300

Aide de l’Etat

3,6M€

Aide de l’Etat

6M€

Le rendez-vous citoyen

15


le cadre d’un projet global sur le thème DConseilansde l’écologie et de l’art contemporain, le Général a souhaité faire découvrir le domaine de Chamarande (structure appartenant au Conseil Général de l’Essonne) à des collégiens de l’île. C’est ainsi que, sous l’impulsion de la Présidente du Conseil Général, 57 élèves des collèges de Dimitile et de Montgaillard se

Pendant 6 mois, ils ont travaillé avec l’artiste Xavier Daniel à la réalisation d’une création artistique contemporaine avec comme base de travail, la diversité réunionnaise sous ses facettes diverses, matérielles ou

immatérielles. Aussi, l’œuvre présentée à Chamarande est porteuse d’identités plurielles, dédiée au métissage de la vie et de la culture qui construit le « vivre ensemble » de La Réunion. Le Conseil Général s’implique et valorise ainsi la réussite scolaire pour tous et la construction personnelle de chacun, des axes majeurs et prioritaires de la politique éducative.

Des élèves d’une classe de CM2 sur les traces de Roland Garros A l’occasion du centième anniversaire de la traversée de la Méditerranée par le plus célèbre aviateur réunionnais de l’histoire, Roland Garros, le Conseil Général a réservé une belle surprise pour 27 élèves de la classe de CM2 de l’école Eudoxie Nonge du Chaudron. C’était le 7 septembre dernier. Un pilote de chasse en tenue annonçait à ces marmailles ébahis qu’ils s’envoleraient sur les traces de Roland Garros, pour découvrir, du 17 au 28 septembre, la vie de ce personnage historique et pour suivre pas à pas sa belle épopée qui amena cet aviateur à relier Fréjus à Bizerte (Tunisie), le 23 septembre 1913 à

16

sont envolés pour ce magnifique Domaine afin d’y présenter un projet artistique s’inscrivant dans une démarche de culture et de développement durable.

Le rendez-vous citoyen

bord du Morane-Saulnier.

« Le Conseil Général a porté cette opération car il est essentiel que les jeunes soient impliqués dans les événements importants du calendrier culturel et sportif. Les voyages sont nécessaires à leur épanouissement car ils ouvrent leur esprit tant sur la fragilité de l’environnement que sur les civilisations et les peuples du monde », a ainsi souligné Nassimah Dindar, à l’heure du départ de ces jeunes pour cette belle aventure. Une aventure appréciée durant laquelle ils ont pu faire le plein d’images et, surtout, de savoir !

Photo : DR

Culture et Patrimoine

Le «vivre ensemble» réunionnais à l’honneur à Chamarande

R

oland Garros en bref : né le 6 octobre 1888 à Saint-Denis, Roland Adrien Georges Garros est un aviateur français, lieutenant pilote lors de la Première Guerre mondiale, mort dans un combat aérien le 5 octobre 1918 à Saint-Morel (Ardennes), la veille de ses 30 ans. Sa célébrité est d’abord venue de ses exploits sportifs en aviation, et surtout de la toute première traversée aérienne de la Méditerranée, qu’il effectue le 23 septembre 1913 en 7 heures 53 minutes à bord du monoplan Morane-Saulnier.


Présidente du Conseil Général, LéluaNassimah Dindar, et Patrick Erudel, délégué aux personnes porteuses de

dans la fonction publique) en décembre 2012. «Avant la fin de la mandature, nous avons l’ambition d’atteindre handicap, rencontraient le 22 novembre les 6%, voire même de dépasser cet dernier les 18 nouveaux agents porteurs du objectif», souligne Nassimah Dindar handicap qui ont été embauchés au sein de qui indique que la campagne de la Collectivité depuis le 1er décembre. «C’est toujours un plaisir d’accueillir de nouvelles recrues. D’autant plus quand ce sont des personnes porteuses de handicap», a déclaré Nassimah Dindar.

recrutement va se poursuivre dans les mois à venir. Avec cette vague de recrutement, le Conseil Général compte désormais 145 agents porteurs de handicap.

Emploi

Le Conseil Général accueille 18 nouveaux agents porteurs de handicap

Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la politique départementale visant à atteindre les 6% d’agents porteurs de handicap. «C’est une priorité de la mandature. Nous avançons pas à pas vers cet objectif», se félicite la Présidente du Conseil Général. Une convention en ce sens avait d’ailleurs été signée avec le FIPHFP (Fonds pour l’insertion des personnes handicapées

«Le tout, c’est de savoir communiquer» Eric Sommère est un jeune Dionysien de 23 ans. Sourd de naissance, il fait partie des 8 nouveaux agents porteurs de handicap recrutés au sein de la Collectivité. Rencontre. Eric, pouvez-vous nous raconter votre parcours ? Je suis titulaire d’un BEP «métiers de la communication et industrie graphique» et d’un Bac Pro «production graphique». A la fin de mes études, j’ai essayé de postuler en entreprise mais mes candidatures étaient systématiquement refusées. Finalement, j’au vu la publicité du Conseil Général annonçant l’opération de recrutement. J’ai postulé, j’ai passé les entretiens de sélection et me voilà recruté en qualité d’opérateur numérisation aux Archives Départementales. Je suis très heureux ! Pensez-vous que votre handicap a constitué un obstacle à votre embauche en entreprise ?

Je pense que oui. Les recruteurs pensent peut-être que ça ne va pas passer, qu’il y aura trop de contraintes. J’avais beau leur expliquer que je pouvais m’adapter, qu’on pouvait surmonter cette difficulté, mais je me heurtais à des refus. Quel conseil donneriez-vous à des personnes porteuses de handicap qui n’arrivent pas à trouver un emploi ? Le tout, c’est de savoir communiquer. Montrer que derrière le handicap, il y a des compétences et un savoir-faire. C’est sur cela que les employeurs doivent se concentrer.

Le Chiffre : 13 000

C’est le nombre de travailleurs reconnus porteurs de handicap (RQTH) que compte La Réunion en 2012. C’est le principal enseignement d’une étude publiée par la Maison Départementale des Personnes Agées. Une première en France qui permettra de mieux cerner la population des travailleurs handicapés à La Réunion et aux pouvoirs publics d’adapter leurs politiques à la réalité du terrain. Plus d’infos sur www.mdph.re ou www.cg974.fr Le rendez-vous citoyen

17


Solidarité économique

Le Challenge des Créateurs récompense des Réunionnais formidables Pour la 16ème année consécutive, le Conseil Général organisait le 26 novembre dernier la remise des prix du Challenge des Créateurs. Ce concours récompense des femmes et des hommes qui ont choisi la voie de l’entreprenariat pour s’insérer durablement dans la vie active. «La voie d’insertion par excellence», souligne Nassimah Dindar, Présidente du Conseil Général qui rappelle que depuis 16 ans, 52 entreprises ont été récompensées et 43 sont toujours en activité, soit un taux de survie de plus de 80%. «Le tout, c’est d’avoir les leviers pour créer et pérenniser son entreprise. C’est le rôle du Conseil Général et de ses partenaires», ajoute la Présidente du Département. Ainsi, outre le dispositif Aden qui permet à un porteur de projet de bénéficier d’un prêt à taux zéro, le Conseil Général accompagne les créateurs d’entreprise à travers le dispositif

Preface, le Pack Jeune ou encore en s’appuyant sur le réseau Point Chance qui permet un soutien technique pour le montage des dossiers de création d’entreprise. Le Challenge des Créateurs distingue quant à lui des talents, des projets remarquables et des parcours d’insertion exemplaire. Les lauréats se sont vus remettre un prix d’un montant de 8 500 €, dont 7 000 € du Conseil Général, 500 € de Pôle Emploi et 1 200 € du CROEC. «Les Réunionnais sont formidables et nous en avons la plus belle preuve à travers les gagnants du Challenge des Créateurs. Ils démontrent qu’ils ont du savoir-faire et du savoir-être, non seulement dans les mains, dans la tête mais surtout, dans le cœur», conclut Nassimah Dindar.

Le Challenge des Créateurs 2013 en chiffres - 170 candidatures reçues - 54 femmes - 98% de TPE - 270 emplois créés

Les lauréats

• Prix de l’Insertion : Edith Jaldoreau : Christine Broderies • Prix de la Création d’Emploi : Raïssa Honorine : L’Eskal Gourman • Prix Produit Péi : Didier Folio : Ti Jus Péi • Prix de la Performance : Cédric Sora : AROS • Prix de l’Innovation : Julien Basora : Clear Lagoon • Prix du jury : Jean-Lionel Darie : Darie Production

Jean-Lionel Darie (prix du jury) : « le jeu vidéo a toute sa place à La Réunion » C’est ému et surpris que JeanLionel Darie a appris que le prix du jury lui était décerné. «Je suis ravi», souligne ce jeune homme qui, suite à une formation 100% réunionnaise, a pris son destin en main et a choisi de suivre sa propre voie, celle de l’entreprenariat. «Depuis tout petit, je suis passionné de jeux vidéo. J’aimais jouer, mais je voulais aussi comprendre comment ils étaient créés», racontet-il. Son Bac Pro

maintenance en poche, Jean-Lionel se tourne alors vers l’ILOI (Institut de l’Image de l’Océan Indien) où il suivra une formation «multimédia – images» de 4 ans.

près de 3 semaines (plus d’un million de téléchargements).

«Contrairement aux autres, je ne voulais pas me spécialiser dans un domaine de métier. Je voulais apprendre comment créer un jeu de A à Z. J’aime être polyvalent», indique le lauréat du prix du jury. «J’ai surtout toute la liberté pour créer mes propres jeux», ajoute-t-il.

«Ce jeu de course qui se déroule sur la route du littoral a permis de faire connaître La Réunion partout dans le monde», préciset-il, fièrement. Pour ce faire, Jean-Lionel a dû parcourir à plusieurs reprises la route du littoral pour numériser le tracé. «Ce sont plus de 3 000 photos… avec mon téléphone portable», explique-t-il tout sourire.

Dès l’obtention de son diplôme, il fonde donc «Darie Production» et se lance dans la concrétisation de ses projets. Grâce à sa créativité et à sa spontanéité, ses jeux rencontrent rapidement un franc succès. L’un de ses premiers jeux, «Frantic Race» a même été classé parmi les applications les plus téléchargées au monde durant

Grâce à ce prix, Jean-Lionel compte bien investir dans du matériel de qualité pour améliorer ses jeux vidéo. Mais il voit surtout dans cette victoire un tout autre symbole : «cela prouve que le jeu vidéo a toute sa place à La Réunion. Qu’il y a du potentiel et de la matière à exploiter. J’espère bien que mon parcours servira d’exemple à d’autres jeunes», confie-t-il.


Expression des groupes politiques

C’est ainsi que près de 200 millions d’euros sont injectés chaque année par le Conseil Général dans l’économie réunionnaise. Cet effort se traduit très concrètement au quotidien à travers le soutien à la commande publique, l’aide au développement agricole sur le territoire, l’incitation et l’accompagnement des publics les plus en difficulté à créer leur entreprise, l’apprentissage, ou encore l’émergence de filières nouvelles telles que celle du bois de goyavier et le soutien à la création de 250 emplois d’avenir dans le secteur marchand.

groupe de l’opposition

Mais la solidarité économique ne saurait être efficace sans perspectives pour les chefs d’entreprise. Or, nous assistons, ces derniers

LE GROUPE OBJECTIF REUNION ET APPARENTES POUR UNE RECONNAISANCE DU STATUT DES SAGE-FEMMES

La France dénombre plus de 792.000 naissances et à la Réunion nous avons plus de 14.288 naissances chaque année. Toutes ces naissances ont été accompagnées par du personnel Sages- Femmes. Les naissances augmentant chaque année et les fréquences des naissances se rapprochant, le travail des Sages-femmes représente un maillon essentiel pour donner la vie. A la Réunion, les différents établissements de santé ont au sein de leur personnel plus de 69% des Sages-femmes rattachées au service maternité et aux différents services liés à l’enfant. Ayant été interpellé par un certain nombre de Sages-femmes du milieu hospitalier, nous avons pu constater que leur statut: « loi n°83634 du 13 juillet 1983 » doit être réactualisé.

mois, à une véritable attaque du Gouvernement contre le tissu entrepreneurial des DOM. Après la réforme de la défiscalisation et la suppression des exonérations partielles de charges outre-mer, les entreprises devront faire face, d’ici la fin de l’année, à la fin du bonus Cospar, ce qui risque de mettre gravement en difficulté les entreprises déjà fortement impactées par la crise.

Sensibles à cette situation, les élus du Conseil Général ont voté à l’unanimité plusieurs motions relatives au maintien en l’état du dispositif de défiscalisation et du système d’exonération des charges outre-mer, ainsi que du bonus cospar. Rien ne servira de mettre à genoux une économie déjà mal en point. En période de crise, nous devons impérativement donner aux entreprises l’envie d’investir, de créer de la richesse et in fine, de l’emploi. C’est bien là la base de la politique de solidarité économique mise en œuvre par le Conseil Général. Et nous demandons au Gouvernement d’entendre et de répondre à l’inquiétude légitime du monde économique réunionnais.

Depuis le 16 octobre 2013, une grève du personnel de Sages-femmes est en cours afin d’interpeller le gouvernement sur la reconnaissance d’un certain nombre de points par rapport à la fonction du personnel : les avantages salariales et autres affiliation directes du secteur médical. En effet ces Sages-femmes ne sont pas reconnues comme profession médicale, cela nous semble incohérent vu le travail exceptionnel et la technicité nécessaire. De ce fait, nous encourageons les différents syndicats représentants ce corps de métier à engagé les démarches nécessaires afin que leur revendications soient approuvées par le gouvernement socialiste. Celui-ci doit aujourd’hui prendre en considération la santé des futurs enfants et revaloriser la fonction des Sagesfemmes au sein des personnels médicaux. Le Conseil Général, qui a la compétence de l’enfance doit accompagner ses demandes au niveau du gouvernement. Nous ne pouvons rester insensibles à la démarche de ce personnel qui est un

GroupE majoritaire

Si le Conseil Général est le chef de file de l’action sociale, il se doit également de soutenir l’économie réunionnaise. Aussi, dès le début de la mandature, nous avons mis en place une politique volontariste et active de soutien au tissu économique, seul capable de créer de la richesse et d’offrir des solutions d’insertion durables.

maillon essentiel dans la vie de toutes les femmes. Nous ne pouvons que dénoncer le dialogue de sourds du gouvernement socialiste et de sa ministre de la santé Marisol Tourraine depuis la rencontre du mardi 22 octobre 2013, Gouvernement qui ne veut pas entendre les revendications et encore moins les propositions de cette profession. Nous appelons donc, l’ensemble des parlementaires et des élus de proximité a apporté leur soutien à cette profession qui est une profession médicale et qui doit être reconnue. Le groupe Objectif Réunion et Apparentés apporte son entier soutien aux Sagesfemmes et demande au gouvernement t de les reconnaître comme une profession à part entière dans le secteur médical. Pour le groupe politique Objectif Réunion et Apparentés Patrick Malet, Conseiller Général de la Rivière Saint Louis. Le rendez-vous citoyen

19



Rendez-vous citoyen news n°10