Page 1

le magazine d’informations de la ville

décembre 2010

N°13

Petite enfance

La crèche municipale s’agrandit, le Réseau d’assistantes maternelles déménage et un nouveau site d’accueil des moins de 3 ans va voir le jour 

page 7

Faire battre le Cœur de ville

La nouvelle maison des projets, un atout important pour revitaliser le centre ville 

page 8

Le village de Noël

La fête bat son plein, et les petits comme les grands ont bien l’intention d’en profiter jusqu’au dimanche 2 janvier 

page 15

Le stade Brouhot, c’est parti

Coup d’envoi réussi avec la victoire du Vierzon Foot 18, le jour de l’inauguration de ce beau complexe sportif. 

page 16

L’eau est à nous Au 1er janvier, la Ville reprend sous son aile la gestion de l’eau. Cette remunicipalisation va permettre de faire baisser la facture d’eau des habitants et d’améliorer le fonctionnement des installations. 

page 10


La science, c’est pas triste Un centre des Congrès transformé en Village de la science ; plus de 1 500 visiteurs, de tous âges, passionnés par les expositions, les conférences, les animations, les ateliers ; des inventeurs en herbe bourrés d’imagination… La fête de la Science, cette année, a remporté un beau succès. Preuve que la curiosité n’est pas un vilain défaut.

Retour sur l’actualité de la ville

p. 4

6

• Rencontre entre des jeunes

et d’anciens résistants

•U  n 11 novembre très pacifiste • C  ommerces, inauguration

d’un bureau d’étude, démarrage des travaux pour les grues Vinci… un nouveau souffle pour la vie économique de la commune

p. 10

13

• La nouvelle année s’ouvre sous

le signe de la remunicipalisation de l’eau. • À la clef, des économies pour les habitants et un meilleur fonctionnement des installations

Actualité culturelle et sportive

p. 15

16

• Un village de Noël qui illumine

la ville et fait le bonheur des petits et des grands • Les habits neufs du stade Brouhot

p. 14

• Laurent Cachot, meneur d’équipe

Les rendez-vous de la ville

p. 7

à l’agence France-Loire

9

• D  u neuf pour les tout-petits • A  vec la Maison des projets,

la revitalisation du centre ville, c’est parti !

•L  e point sur les travaux •B  us et parkings gratuits

pour les fêtes

p. 17

Expression des groupes politiques p. 19

p. 18

à Vierzon est une publication de la Ville de Vierzon • Place de l’Hôtel-de-Ville. 18100 Vierzon • Tél. : 02 48 52 65 00 • www.ville-vierzon.fr • Directeur de la publication : Nicolas Sansu, maire de Vierzon • Directrice de la rédaction : Annie Fadeau, directrice de la communication • Conception maquette : Anatome • Rédaction et réalisation : Anatome • Photos : Ville de Vierzon - Philippe Bouchut • Impression : Imprimerie Rapide. 6 bis, passage Lévêque. 18 100 Vierzon • Tirage : 15 000 exemplaires • Diffusion : Mediapost • ISSN : en cours


Questionsau

maire de Vierzon

Au 1er janvier, l’eau redevient un service public municipal. Pourquoi avoir fait ce choix ? Au-delà de la promesse électorale, il s’agit surtout de la maîtrise publique affirmée d’un bien commun. Nous allons maîtriser la production et le coût. Pour les Vierzonnais, cela va se traduire à la fois par une baisse de l’ordre de 8 à 10 % du prix de l’eau appliqué aux usagers et par une augmentation des investissements pour moderniser les installations et le réseau qui en ont bien besoin. Après la remunicipalisation de la restauration scolaire et de l’éclairage public, cette régie municipale de l’eau est pour nous un symbole. Elle démontre que le service public a une utilité et un avenir dans notre pays. Ce n’est pas vraiment l’objectif de la réforme des collectivités territoriales… C’est le moins qu’on puisse dire. Imposée par le gouvernement, elle incite les municipalités à confier les services publics aux entreprises privées, ce qui se traduit toujours par une envolée des prix et une limitation de l’accès aux services. à Vierzon, nous avons fait le choix inverse, celui de conforter et développer les services publics locaux. La Ville devient ainsi pour ses habitants, un rempart contre les difficultés et la réduction des prix permet de redonner du pouvoir d’achat aux familles. La réforme des collectivités prépare également une remise en cause des cofinancements entre les régions, départements et communes. Or, c’est justement grâce à ces partenariats que les communes peuvent s’équiper, comme le montrent la réalisation du complexe sportif de Brouhot ou le réaménagement de la place Péri. Il s’agit encore d’une mauvaise réforme, mais rien n’est jamais définitif. La Maison des projets a ouvert ses portes fin novembre. Une étape importante dans la renaissance du centre ville ? Oui. Le centre ville est un des enjeux de la redynamisation de Vierzon. C’est pourquoi nous avons lancé un vaste programme de rénovation qui englobe l’habitat, le commerce et l’aménagement urbain. Une équipe entièrement dédiée à cette mission vient d’être installée à la Maison des projets. Elle est à la disposition de tous et notamment des commerçants pour aider au développement de leurs activités et à monter leurs projets. à l’approche de Noël, comment la ville contribue-t-elle à donner un peu de chaleur humaine aux Vierzonnais ? C’est bien l’intention de l’équipe municipale avec la troisième édition de Noël à Vierzon sur l’esplanade de La Française. Noël, c’est d’abord la fête des enfants mais aussi une fête familiale qui rassemble tous les publics, même si le contexte économique est difficile. Tout le monde a droit à sa part de bonheur et les fêtes de fin d’année sont un grand moment de partage et de solidarité. Joyeuses fêtes à tous ! 

Propos recueillis par Jean-Michel Bénard

3


[exposition Félix Pyat]

Un Républicain à l’honneur

[11 Novembre]

Cérémonie pour la paix

Les cérémonies officielles de commémoration de l’Armistice du 11 novembre ont été suivies par une cérémonie de la Paix organisée par six associations pacifistes. Le Mouvement de la Paix, l’Union pacifiste, l’ARAC, la Ligue des droits de l’homme, la Libre Pensée et les Amis de Louis-Lecoin appelaient à un rassemblement devant le beau symbole de la fraternité entre les peuples qu’est le monument aux morts, pour dire non à la guerre, à toutes les guerres. Les participants se sont retrouvés ensuite en mairie où ont eu lieu plusieurs prises de paroles, entrecoupées de lectures de textes de Jean Jaurès et d’Henri Barbusse, de chansons de Jean Ferrat et Jean-Jacques Goldman ainsi que de la fameuse « Chanson de Craonne », qui dénonce la boucherie de 14-18. Annie Frison, parlant au nom des six associations, a précisé qu’il était important de « rendre hommage à toutes les victimes des guerres, et d’agir ensemble afin de bâtir un monde de paix ».

[concertation]

Nombre de Vierzonnais, même ceux qui habitent la rue qui porte son nom, savaient peu de choses de Félix Pyat. Un oubli réparé grâce à l’exposition « Vive la République, Félix Pyat en son temps » qui s’est tenue du 2 au 22 octobre, à la médiathèque, pour honorer la mémoire de cette figure du socialisme et de la Commune de Paris, né il y a 200 ans à Vierzon. Affiches, revues, publications, discours, caricatures… de nombreux documents ont permis de faire revivre celui qui fut homme de théâtre et journaliste, et que la Révolution de 1848 fera entrer en politique. Toujours du côté du peuple. Toujours du côté de la République. Ce qui lui vaudra 30 années d’exil. Comme l’ont souligné lors de l’inauguration le maire de Vierzon et Roger Coulon, commissaire de l’exposition, les combats de Félix Pyat restent d’une brûlante actualité.

Assises de la citoyenneté De nombreux habitants ont participé, durant novembre, aux 3es Assises de la citoyenneté, qui se sont tenues dans les quartiers. Mais c’est surtout la réunion de concertation générale, le jeudi 9 décembre, que les Vierzonnais attendaient avec impatience afin de faire le point sur le travail déjà réalisé et débattre des projets de la municipalité pour les mois et les années à venir.

Les assises au centre ville

4

Les assises à Villages


Vite dit Films en contre-plongée Le premier festival du cinéma aquatique a eu lieu à la mi-octobre, à l’occasion du congrès des aquariophiles de France. Entre les films en compétition, la bourse aux poissons, les expositions de photos, les Vierzonnais ont pu plonger dans un monde encore trop mal connu.

À toute vitesse

Mai 1940, rue de la République, lors de l’exode : la population du Nord de la France fuit vers le sud pour échapper à l’avancée de l’armée allemande.

[contre l’oubli]

Rencontre entre jeunes et anciens Résistants

Entre les 24 heures pédestres du Cher (notre photo) les 9 et 10 octobre et le cross des collègiens, qui a réuni, le 9 novembre, 136 élèves de sixième des quatre collèges de la ville et a vu la victoire de la sixième B d’édouard-Vaillant, les Vierzonnais n’ont plus à démontrer qu’ils ont d’excellentes foulées.

Dialogue fructueux entre des collégiens et des lycéens vierzonnais et des anciens qui, à leur âge, ont pris les armes contre l’occupant nazi. Les uns avaient autour de 20 ans en 1940 ; les autres auront 20 ans dans les années qui viennent. Les uns se sont levés pour libérer le pays ; les autres, élèves à édouard-Vaillant, à Fernand-Léger et à Albert-Camus, avaient envie de savoir, de comprendre, comment leurs aînés étaient devenus acteurs de la résistance au nazisme, ce qu’ils avaient fait, ce qu’ils en tiraient comme leçon soixante ans plus tard. Cette rencontre a eu lieu au Mac Nab, le 18 octobre, à l’occasion de l’inauguration du Musée de la Résistance et de la Déportation* qui vient de s’ouvrir à Bourges. Parmi ceux qui ont rencontré les élèves de Vierzon, un Britannique, Léonard Fitch Ratcliff, engagé volontaire dans la Royal Air Force et Jean-Louis Crémieux-Brihac, qui a rejoint de Gaulle en 1941 et est devenu une des voix de la radio de Londres. Il y avait également, venus en voisins, les Vierzonnais Abel Beguin, Louis Duroir et Jean Guyader qui furent, malgré leur très jeune âge, d’actifs résistants à l’occupant. Tous trois se rendent régulièrement dans des établissements scolaires pour répondre

aux innombrables questions que se posent les adolescents sur cette période sombre de l’Histoire de France. Pour Louis Duroir comme pour Jean Guyader (tous deux résistants dès 16 ans) cette démarche est importante. « Ce que je souhaite, c’est que ces rencontres éveillent la curiosité des élèves. Et qu’ils se précipitent pour en savoir plus, en parler avec leurs grands-parents. L’oubli est porteur de graves dangers », souligne Louis Duroir. Jean Guyader, lui aussi, parle du « devoir de mémoire » et se réjouit de voir les jeunes « très investis, très attentifs ». D’autant que, selon lui, « pour construire l’avenir, il ne faut pas que le passé s’efface ». Faire vivre le passé ? C’est un des rôles du nouveau Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher.

Sport à l’affiche Beaucoup de monde pour l’inauguration de l’exposition « Le sport à Vierzon, de 1884 à nos jours » réalisée par les Archives municipales. Photos, coupures de presse, coupes, trophées, maillots… montrent que la ville a l’âme sportive depuis belle lurette. Si vous n’avez pas encore été la visiter, courez vite voir l’expo avant le coup de sifflet final. Salle Denbac. Jusqu’au samedi 18 décembre.

* Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher. Site des archives départementales Rue Heurtault-de-Lamerville. Bourges Ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30. Tél. 02 48 55 82 60 Web : www.resistance-deportation18.fr

5


[vie économique]

Le chantier du Parc technologique Sologne (coloré en jaune) sera lancé en janvier.

Quand la ville se développe au nord Travaux de Vinci à l’Aujonnière, nouveaux commerces à l’Orée de Sologne, construction du Parc technologique Sologne, nouvel avenir pour le site LFM : décidément ça bouge au nord de Vierzon ! Qui a dit, très récemment, que Vierzon était « au centre de tout » ? Qui s’est réjoui que la ville soit située « sur un nœud autoroutier » ce qui facilite grandement transports et déplacements ? Un élu désireux de faire mousser sa commune ? Non. Ces mots sont du maître d’ouvrage de Vinci Construction, pour expliquer son impatience de voir s’achever, sur les huit hectares de l’Aujonnière, les travaux qui vont permettre l’implantation de la future plate-forme de maintenance d’un parc de grues. Si tout se passe dans les temps, Vierzon accueillera, d’ici septembre, une des plus grandes plates-formes de stock age de matériel de chantier du pays. Avec, à la clef, une activité industrielle qui va se développer et, évidemment, des emplois (dans un premier temps, vingt salariés, dont dix venus du site d’Orléans). Comme le groupe canadien SNC Lavallin, Vinci a

6

fait le bon choix, celui de Vierzon. D’ici là, le chantier du Parc technologique Sologne, qui va être lancé en janvier près de l’échangeur autoroutier, sera déjà bien avancé. Objectif : rassembler sur un même site, compétences et capacités d’innovation pour favoriser la création et l’installation d’entreprises et le développement d’activités économiques créatrices d’emplois. Vierzon pourra ainsi enfin tirer le meilleur parti de sa situation exceptionnelle au carrefour de trois grandes autoroutes. En face de la cité Henri-Sellier, elle aussi en plein renouvellement, l’ancien site LFM est en passe de connaître une nouvelle jeunesse avec l’installation de plusieurs entreprises dont un grand laboratoire régional d’analyses médicales. Dans le commerce aussi, les choses commencent à bouger, avec l’Orée de Sologne. Ce parc commercial et les commerces de toute la ville offrent désormais aux Vierzonnais la possibilité de faire leurs achats sur place. Et on vient même de toute la région. Le pari est en passe d’être gagné.  F.H. Vinci Construction s’ implante à l’Aujonnière


[petite enfance]

Pour les tout-petits, ça s’agrandit Déménagement du Réseau d’assistantes maternelles (RAM), extension de la crèche du Clos du Roy, projet de création d’un nouveau site d’accueil des moins de trois ans… De nouveaux moyens pour la petite enfance. Avec 602 visites et 1 628 appels en 2009, le RAM est une structure appelée à se développer. Dans les nouveaux locaux qu’il occupe, au parc de la Noue, enfants, « nounous » et parents seront mieux accueillis.

trois q uestions à

Marie-Hélène Bodin, adjointe

au maire déléguée aux solidarités

« Mieux répondre aux besoins des parents » La ville de Vierzon manquet-elle de places d’accueil pour les moins de 3 ans ? Il y a, comme dans beaucoup de villes, des besoins non satisfaits. C’est pourquoi nous voulons qu’une nouvelle structure voit le jour. Et nous pensons aussi qu’il faut diversifier l’offre de modes de garde pour mieux répondre aux besoins des parents. Dans un avenir proche, toutes les structures devront offrir la souplesse du multi accueil qui fonctionne sur des horaires plus larges. Pourquoi avoir choisi le site de la rue Bernard-Palissy pour implanter le multi accueil ? D’abord pour qu’il soit dans un autre secteur que la crèche. Mais nous avons aussi pensé que la proximité de la gare pouvait permettre aux parents qui ne travaillent pas à

Vierzon de déposer leurs enfants en allant prendre le train. Sans compter que cet emplacement, très accessible puisqu’il est près d’un arrêt de bus, se trouve également proche de l’hôpital. Au-delà des structures, quels sont les axes de la politique en direction de la petite enfance ? Je suis très attachée au travail éducatif de découverte des apprentissages et de prévention. Nous devons être toujours plus attentifs à la souffrance éventuelle des enfants et des familles. Dans tous nos lieux d’accueil, au RAM, à la crèche, dans le futur multi accueil, nous avons à cœur d’être dans une relation d’écoute et d’échanges entre les professionnels, les familles et les enfants. Propos recueillis  

Accompagnement administratif des familles, ateliers de lecture et de jeux, formation des professionnels, le RAM est un lieu de rencontre et d’échanges qui, depuis son déménagement début décembre, a gagné 50m 2, un jardin et l’accès à un parc boisé de 11 hectares. Par ricochet, cette nouvelle installation profite au personnel et aux usagers de la crèche du Clos-du-Roy… Sur le point de subir de profondes modifications (pour un budget de 950 000 euros), celle-ci va gagner 150 m 2 et s’offrir « un nouveau visage », juge Guislaine Morand, directrice du service petite enfance, enfance et jeunesse. Et de préciser : « Nous réalisons deux extensions, et nous faisons aussi des travaux d’embellissement intérieur et extérieur. » Pendant les travaux, les 25 enfants de grande section, « les lutins », seront accueillis à l’école Jacques-Prévert afin de libérer de la place. Quand tout sera fini, en juillet 2011, la crèche du Clos-du-Roy pourra accueillir 55 enfants, au lieu de 50 actuellement, sur une surface de près de 800 m 2. Enfin, pour compléter son offre d’accueil de la petite enfance, la Ville étudie un projet de construction d’une structure dite de « multi accueil ». Il s’agit d’une crèche qui accueille des enfants sur des rythmes classiques, du lundi au vendredi, en journée, mais aussi ceux dont les parents ont des besoins plus atypiques, en raison d’horaires décalés ou de temps partiels. Cet équipement devrait voir le jour d’ici fin 2012 sur une parcelle de terrain rue Bernard-Palissy, près de la gare.  I.F.

par Isabelle Friedmann

7


[aménagement urbain]

La maison du cœur de ville

Inaugurée le 19 novembre, la Maison des projets, située 6 rue Voltaire, est un lieu d’information et de rencontre pour les commerçants, les propriétaires de logements et tous les Vierzonnais qui souhaitent en savoir un peu plus sur la rénovation du cœur de ville. C’est une petite équipe bien soudée autour d’un objectif, faire revivre le centre de Vierzon, qui s’est installée, début novembre, dans les locaux de la nouvelle Maison des projets. Jeune et souriante, Daphnée Franchet tient l’accueil, informe et oriente les visiteurs, tandis que ses collègues, Danielle Moteau-Martin et Jean-François Piolot, sont souvent sur le terrain. Si la première est plus spécifiquement chargée d’accompagner les commerçants (voir ci-dessous), tandis que le second traque l’habitat insalubre et cherche des solutions pour recréer des logements attractifs, l’équipe de la SEM Territoria – qui a signé en juin dernier une concession avec la Ville – travaille main dans la main. Car tout est lié. « Certains immeubles ont des commerces défraîchis en rez-de-chaussée, des logements insalubres au-

dessus et des espaces publics dégradés devant, explique Patrick Rivard, directeur de la SEM Territoria. C’est pourquoi il faut penser la revalorisation du centre ville de façon globale. » C’est d’ailleurs l’imbrication des problématiques qui a conduit la Ville à faire appel à un aménageur, à la fois coordinateur des différents acteurs et porteur financier du projet puisqu’il investira 80 millions d’euros au cours des 10 années de la concession. Accompagnement des commerçants ou des propriétaires dans le montage de leurs dossiers de demande d’aide, mise en place d’un plan d’animation pour faire vivre le commerce de centre ville ou encore utilisation d’outils fiscaux pour attirer des investisseurs, tout se tient si on veut enclencher le cercle vertueux de la redynamisation. Il passe par le double retour, en centre ville, des habitants et des commerçants. I.F.

La nouvelle Maison des projets, un lieu accueillant et très utile.

Contact : Maison des projets, 6 rue Voltaire. Tél : 02 48 52 17 43

Danielle Moteau-Martin, fédératrice d’énergies À peine arrivée, Danielle MoteauMartin a déjà frappé à la porte de pas mal de commerçants. Non pas pour délivrer la bonne parole, plutôt pour se mettre à leur écoute. « Je veux me présenter, mais aussi connaître leur mode de fonctionnement et comprendre pourquoi tel ou tel type de commerce a quitté le cœur de Vierzon », explique cette spécialiste des études urbaines et des problématiques de centre ville. Titulaire d’un DEA de droit économique, d’une maîtrise de droit privé, Danielle Moteau-Martin a aussi suivi une formation continue de management à HEC. Énergique et organisée, elle a l’habitude de

8

« fédérer et de mobiliser toutes les é ne rgies », précise-t-elle, pour mener à bien des projets transversau x. Dotée d ’u ne b e l l e expérience en matière de restructuration de centre ville, elle tient cependant à souligner que « ce qui a marché ailleurs, ne fonctionnera pas forcément ici. Il faut étudier les spécificités de chaque centre ville et comprendre l’historique de l’installation et de la désertion des commerces. » 

Pour initier des actions susceptibles de porter leurs fruits. Grâce aux questions posées par l e s c o m m e rçants, lors de la réunion du 8 novembre, D a n ie l le Moteau-Martin voit se dessiner des pistes de réflexion : elle va rapidement mettre en place des groupes de travail avec eux pour aborder des thèmes qui vont de la sécurité à l’animation du centre ville. I.F. 


Vite dit Diagnostic en marche

deux q uestions à

Franck Michoux,

adjoint au maire chargé de l’urbanisme, des travaux et du PRU.

« Un projet de revitalisation du centre ville » En quoi l’ouverture de la Maison des projets représente-t-elle une étape dans la rénovation du centre ville ? Depuis le lancement de l’opération en 2008, les études se sont enchaînées. Maintenant, les commerçants et les propriétaires qui veulent se lancer dans des réhabilitations disposent d’un lieu d’information et ont des interlocuteurs pour les aider à monter leurs dossiers de demande d’aide. Comment se répartissent les compétences entre le concessionnaire et la Ville ? On a souhaité avoir un concessionnaire sur site qui coordonne les opérations liées au commerce et au logement et qui puisse intervenir, en complément de la Ville, sur l’aménagement urbain. Mais quel que soit le domaine d’intervention de la SEM, rien n’échappe au contrôle de la municipalité. Ce dispositif a été testé ailleurs, à Tulle ou Dieppe par exemple. Il est très adapté pour mener à bien un tel projet de revitalisation du centre ville, notamment parce qu’il s’appuie sur la Caisse des dépôts et consignations, qui représente une garantie financière.  Propos recueillis par Isabelle Friedmann

Vous l’avez peut-être croisée, avec son sac à dos et son gilet fluo, arpentant trottoirs, passages piétons ou escaliers publics. Cette jeune femme, qui note sur son ordinateur portable tout ce qui peut être une entrave à la circulation des piétons, des personnes à mobilité réduite ou des parents avec poussette, a été embauchée par le cabinet Mobilhis. Cette société spécialisée a été mandatée par la Ville pour mener une étude sur l’accessibilité de la voirie et des espaces publics afin d’établir un diagnostic qui permettra, ensuite, de programmer les travaux nécessaires. Pour les transports urbains, le diagnostic est achevé et l’élaboration d’un schéma directeur est en cours. L’étude concernant la voirie devrait être terminée début février 2011. Le coût total de cette étude absolument nécessaire s’élève à environ 30 000 euros.

Politique de la ville

Bonne nouvelle : on vient d’apprendre que le Contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) est reconduit jusqu’en 2014. Rappelons que le CUCS permet aux partenaires concernés (Ville, État, Conseil général, Caisse d’allocations familiales, Caisse des dépôts, les deux bailleurs sociaux de la commune) de mener des actions pour l’emploi, l’éducation, la santé, la prévention de la délinquance, etc. Mauvaise nouvelle : il semble que les subventions accordées notamment par l’Etat vont considérablement baisser. Affaire à suivre.

9


u

Après la restauration scolaire et l’éclairage public, c’est la gestion de l’eau que la Ville reprend sous son aile, mettant fin à une délégation de service public de plus d’un demi-siècle. À dater du 1er janvier, la remunicipalisation de l’eau va permettre non seulement de faire baisser la facture d’eau payée par les Vierzonnais, mais aussi de multiplier les investissements nécessaires au bon fonctionnement des installations. Dossier rédigé par Isabelle Friedmann

10


L’eau, un bien public l’enjeu n’est pas mince, la Ville a choisi de procéder par étapes. La nouvelle régie de l’eau et de l’assainissement de Vierzon – REA VIE – va dans un premier temps reprendre le pilotage des investissements et l’accueil du public. D’ici deux ans, elle reprendra aussi la facturation et le relevage des compteurs, confiés en attendant à des prestataires de services. Quant à l’exploitation proprement dite de l’usine de production d’eau potable, des sites de stockage et de la station d’épuration, elle continuera d’être assurée par Veolia, avec qui la Ville vient de signer deux marchés de cinq ans, l’un pour la production d’eau, l’autre pour l’assainissement.

L’eau est un bien commun. Rare, précieux, qui suppose d’être maîtrisé. C’est pourquoi la majorité municipale a souhaité mettre un terme à la délégation de service public qui confiait intégralement la gestion de l’eau, depuis 57 ans, à une entreprise privée. Ce système, très généralisé en France depuis les années 1970, a pour incidences une perte de contrôle totale sur la politique d’investissement, sur les choix techniques, sur la maîtrise des coûts… « Aujourd ’ hui, nous voulons reprendre la main sur cette exploitation, explique le maire. Car c’est un moyen d’en assurer la qualité et d’en maîtriser le prix. » Après avoir réalisé un audit technique, juridique et financier pour préparer cette remunicipalisation dont

Si l’équipe municipale n’a pas fait le choix de la régie complète, c’est qu’elle a estimé qu’elle n’avait pas, pour l’instant, les compétences nécessaires pour assurer sur le terrain, les missions très spécifiques réalisées actuellement par les équipes de Veolia implantées à Vierzon (une cinquantaine de personnes). « Veolia possède des compétences que la Ville n’a pas encore », reconnaît le maire, sans fermer aucune porte pour l’avenir. En attendant, le tournant amorcé début 2011 reste majeur. Car l ’opération permet de dégager des marges financières importantes, grâce à la réduction des frais facturés par l’entreprise privée. « La remunicipalisation va générer des économies qui seront pour partie reportées sur le prix de l’eau et pour partie investies, explique Philippe Fournié, adjoint au maire chargé des services publics et de la sécurité. Nous avons fait des choix prudents pour à la fois alléger les prix payés par les Vierzonnais et en même temps assurer l ’avenir. Nous ne prenons pas le risque de devoir augmente r les prix dans deux ans. » Concrètement, le prix de la consommation d’eau va baisser de 8 à 10%, passant de 4,05 euros TTC le m3 à 3,64 euros. Soit 41 centimes d’économie par m3.

11


Pour une famille de 4 personnes, qui consomme en moyenne 120 m 3 d’eau par an, l’économie annuelle frisera les 50 euros. Par ailleurs, la Ville a prévu un plan d’investissements important pour garantir la qualité du service public. Cela passe, d’abord, par le rachat et la modernisation des compteurs d’eau pour mettre en place la radio relève (voir ci contre), ce qui représente un budget hors taxes de 1,5 million d’euros. « Il s’agit aussi de poursuivre le remplacement des branchements en plomb sur le réseau et sa rénovation progressive, indique Patrick André, directeur des services techniques de la ville et de REA VIE. Le budget qui y sera consacré est en augmentation de 50%, ce qui va permettre d’améliorer le rendement du réseau. » Entendez : diminuer les fuites sur les 220 kilomètres de canalisations à bientôt 50 ans, produit 8000 m 3 que compte Vierzon. Un enjeu à la d’eau par jour. fois économique Après la remuet écologique. n ic ipa l isat ion « La remunicipalisation de la restauraTout comme le va générer des plan de sécurisation scolaire et économies qui seront tion des installade l ’ éc la i rage pour partie reportées tions qui prévoit publ ic , « c’est sur le prix de l’eau et une nouvelle étape la mise en place pour partie investies » dans la recond’un périmètre Philippe Fournié adjoint au maire chargé des services de protection de quête des services publics et de la sécurité. la prise d’eau : « publics. Un choix politique essenIl va falloir protiel, au cœur du contrat passé avec les téger les rives du Cher, en amont de Vierzonnais durant la campagne des l’usine de pompage, explique Patrick élections municipales », souligne André, et créer une station d’alerte Nicolas Sansu. Pour une famille pour pouvoir arrêter l’usine en cas de dont les deux enfants sont inscrits pollution éventuelle. » Inscrit au plan à la cantine, le cumul des éconopluriannuel d’investissements qui mies constatées sur les factures de court jusqu’en 2015, ce projet est restauration scolaire et d’eau devrait estimé à 4 millions d’euros. s’établir autour de 300 euros sur l’année 2011. Un gain en pouvoir À plus long terme, c’est aussi la d’achat et en qualité qui prouve construction d’une nouvelle usine que le service public a encore de de pompage qui est envisagée pour l’avenir. remplacer l’usine Saint-Lazare qui,

12

La station de traitement des eaux de Saint-Lazare.

zoom La « radio relève », cette inconnue

Ce dispositif permet de relever les compteurs à distance, depuis la rue, sans avoir besoin d’entrer dans les logements. Grâce à ce système, il sera possible de relever les compteurs deux fois par an. Avec deux avantages : un meilleur suivi de la consommation, mais aussi une plus grande réactivité pour détecter les fuites. Les deux factures annuelles seront donc calculées en fonction de la consommation réelle des ménages et non plus - pour l’une d’entre elle - à partir d’une estimation. Dans trois ans, tous les compteurs auront été changés de manière à pouvoir mettre en œuvre la radio relève.


L’eau municipale en vogue Gestion en régie, délégation de service public, système hybride… Après moult valses hésitations, depuis le 19e siècle, la gestion de l’eau en France aurait tendance à se remunicipaliser. Certaines grandes entreprises (la Générale des eaux devenue Suez, la Lyonnaise devenue Veolia, la SAUR) se sont longtemps partagées la production, la gestion et la distribution de l’eau dans la quasi totalité des villes françaises. Avec des parenthèses, au début du 20e siècle, puis un retour en force dans les années 1960. Aujourd’hui, alors que près des deux tiers des collectivités locales sont encore sous le régime de la délégation de service public, il semble qu’on assiste à un nouveau retour de balancier. En faveur des régies de service public.

Pour en savoir plus Qu’est-ce que la remunicipalisation de la gestion de l’eau va changer pour les habitants ? Elle va d’abord entraîner une baisse du prix de la consommation d’eau de l’ordre de 8 à 10%. Elle va aussi garantir une amélioration de la qualité, grâce à des investissements plus importants sur les infrastructures de production et de distribution de l’eau. Quand verra-t-on apparaître cette baisse du prix de l’eau ? Elle n’apparaîtra pas sur la facture de janvier 2011 qui couvre la période du 1er juillet 2010 au 31 décembre 2010, soit avant l’entrée en vigueur de la régie. Mais elle sera effective à partir de la facture de juillet 2011. Comment lire la facture ? Sur une facture, il y a le prix de l’eau, mais aussi le montant de l’abonnement et des taxes. Désormais la facture sera simplifiée avec d’un côté la redevance, soit 75% du montant, de l’autre les taxes, TVA et contribution à l’Agence de l’eau. A qui faudra-t-il s’adresser en cas de réclamation ou de fuite ? La régie REA VIE, installée rue Nicolas-Boileau, à côté de la mairie, sera désormais votre seul interlocuteur. C’est là que devront aller s’inscrire les nouveaux abonnés, c’est aussi là que vous irez pour tout problème rencontré.

La ville de Grenoble en Une famille de quatre 1999 a initié ce personnes consomme mouvement : en en moyenne 120 m3 mettant fin à 42 d’eau par an. ans de contrat avec ce qui équivaut à la Lyonnaise, elle a 81 120 bouteilles permis une baisse d’eau d’1,5 litre ! de 25 à 30% du p r i x d e l ’e a u . Autre exemple, à Castres, ville de 25 000 habitants, le passage en régie, en juillet 2004, a entraîné une baisse du prix de 21 % et une réduction des fuites de 15 %. Il s’est aussi accompagné d’une augmentation de 300 % des investissements sur les infrastructures. Le cas de Paris, plus complexe vu la diversité des acteurs impliqués dans le secteur, est malgré tout emblématique : depuis le 1er janvier 2010, une régie publique assure tous les aspects du service de l’eau. Avec un peu de recul, les bilans de ces premières expériences étant très positifs, on peut penser que la gestion publique de l’eau fera tache d’huile. D’autant que, d’ici 2015, les trois quarts des contrats de délégation de service public vont arriver à échéance.

13


Clément Cachot, meneur d’équipe

Ancien sportif professionnel, très à l’écoute des locataires, Clément Cachot souhaite diriger l’agence France-Loire de Vierzon avec un réel esprit d’équipe. À Dijon, Clément Cachot a grandi dans une HLM. Et quand il parle du logement social, des cages d’escalier ou de la vie de quartier, on sent qu’il y a du vécu. « Un attachement », même, pour reprendre ses termes. Voire une reconnaissance : « Aujourd’hui, avec mon frère, on se dit que sans ces logements de qualité à bas prix, ma mère n’aurait pas pu nous payer toutes les activités qu’on a faites. » Du handball essentiellement. À haute dose, car le nouveau responsable de l’agence France Loire du secteur de Vierzon fut sportif de haut niveau dans une autre vie. À peine trentenaire, Clément Cachot a déjà une belle histoire. Avec ses heures de gloire, quand il joue en D2 ; mais avec ses coups durs, aussi, quand, en 2004, une nécrose de l’astragale brise sa carrière. Six ans après, 15 kilos plus tard et la cheville toujours fragile, le Bourguignon est pourtant retombé sur ses pieds. Grâce à son mental de sportif

14

et au choix qu’il a fait de travailler dans le domaine des relations humaines, « pour essayer de comprendre les gens », confie-t-il. Abandonnant brutalement ses rêves de podiums et son projet de devenir professeur de sport, Clément Cachot enchaîne alors un DUT de « gestion d’entreprise et d’administration », un master 1 de « management et stratégies » puis un master 2 « gestion des ressources humaines et relations sociales ». Une première expérience dans les ressources humaines ne le séduisant qu’à moitié - un domaine « trop cloisonné » il découvre la direction d’équipe et le travail de terrain à la tête d’une association d’aide à domicile : « J’ai compris que j’étais bien dans une structure avec des gens autour. » C’est ce qui le séduit dans le poste que propose France Loire. Depuis son arrivée, avant l’été, il y fait vivre sa volonté « d’avancer en équipe » avec les 23 salariés de son agence. Et avec les locataires, dont près de 1100 à Vierzon, il souhaite renforcer le dialogue. « Les conseils de quartier m’ont permis de nouer des contacts, mais je voudrais améliorer la communication. » Homme de dialogue, courageux, il souhaite aller à la rencontre des habitants. Pour affronter leurs critiques et mesurer leurs attentes. Avec l’énergie de ses 28 ans, Clément Cachot a pris à bras le corps sa nouvelle fonction. Arrivé à 8 heures le matin, il fait des journées de 12 heures pour prendre connaissance de tous les projets de rénovation prévus à Tunnel-Château ou au Clos-du-Roy, pour découvrir les projets de construction, démolition, reconstruction… Ses journées sont aussi intenses et « passionnantes », assure-t-il, que du temps où il faisait quatre heures I.F. de sport par jour, en plus de l’école. 


zoom Marchés de Noël

Un marché a eu lieu en centre ville les 11 et 12 décembre avec les commerçants du centre ville. Un autre est organisé par l’association des commerçants et artisans de Bourgneuf, avec animation, manèges et exposition de peintures salle Collier, dimanche 19 décembre, de 9h00 à 19h00, quartier Bourgneuf.

[décembre en fête]

Noël à Vierzon, le bonheur des Berrichons

Les enfants à la fête Pour la municipalité, il est important d’offrir, sur le temps scolaire, aux 1500 élèves des écoles élémentaires de Vierzon, Méry-sur-Cher et Thénioux, l’occasion de participer gratuitement aux animations jusqu’au vendredi 17 décembre.

Cette troisième édition, plus attractive encore que les années précédentes, dure jusqu’au dimanche 2 janvier. Au rendez-vous, des attractions et des animations comme l’an passé… et d’étonnantes nouveautés. Depuis le début du mois, le site de La Française a revêtu ses habits de Noël. Nombreux sont les habitants à avoir déjà retrouvé, avec un plaisir évident, la double piste de glisse géante, les patinoires, les nombreux manèges, la grange du Père Noël ou la Sphère de cristal. Au milieu de chalets (qui font la part belle aux métiers de bouche ou à l’artisanat) et d’animations culturelles et musicales. Ajoutez à cela les nouveautés, qui suscitent beaucoup de curiosité. Comme l’imposant carrousel (12 mètres de diamètre) totalement écologique grâce à diverses technologies (une éolienne, des panneaux photovoltaïques… et les pédales actionnées par parents et enfants) qui lui donnent un fonctionnement autonome. Et pour que ce Noël soit totalement réussi, il ne faut surtout pas manquer, à l’Office du tourisme, une exposition très animée et unique en région Centre, « le jouet d’hier à aujourd’hui à travers le monde industriel et agricole ». Des petits personnages et machines qui racontent, en mouvement, le travail agricole d’hier à une maquette reproduisant une ferme tournée vers

les technologies les plus récentes, en passant par des tracteurs à pédales pour amuser les gamins à des tracteurs radiocommandés que chacun peut faire circuler, il s’agit d’une vraie expo interactive. Pour toute la famille. Grande nocturne

Le vendredi 17 décembre, le village de Noël reste ouvert jusqu’à 21h00. Au programme notamment, animations musicales, cracheurs de feu, échassiers.

À ne pas manquer.

Bon à savoir

• Le jeu concours, en liaison avec

les commerçants vierzonnais, dure jusqu’au 2 janvier (tirage au sort le mardi 4 janvier) tandis que le concours de décoration de façades et de vitrines se conclut le 24 décembre. À la clef, plus de 4 500 euros de bons d’achat à faire valoir chez les commerçants. Mardi 21 décembre, la salle Madeleine-Sologne se transforme en salle de jeux… rétro. Le matin est réservé aux centres de loisirs. L’aprèsmidi, entrée libre pour tout public, avec apprentissage et découverte. Remise de lots à 18 h. Et de 18h30 à 23 h, la soirée est consacrée à des tournois en équipe pour les plus de 15 ans.

Aussi, chaque classe doit passer une demi-journée sur le site. Encadrés par du personnel municipal, les enfants sont conviés à des animations à la patinoire et la piste de glisse ainsi qu’à la superbe exposition sur les jouets à l’Office du tourisme. Les petits de maternelle ne sont pas oubliés. Ils ont droit à un film (« Laban le petit fantôme », pour les toutpetits et « Panda petit Panda » pour les 4-6 ans) qu’ils vont aller voir au Ciné Lumière, le mardi 14 décembre. On doit également remettre aux 900 élèves de maternelle de Vierzon et de la communauté de communes, outre un paquet de friandises, deux tickets de manège afin qu’ils puissent en profiter durant les vacances scolaires.

15


[sport]

Coup d’envoi réussi pour le stade Brouhot L’inauguration officielle du nouveau stade, samedi 27 novembre, a été marquée par une belle victoire du Vierzon Foot 18. De bon augure pour l’avenir de ce complexe sportif haut de gamme.

1-0. Belle victoire du Vierzon Foot contre l’ES Bonchamp lors du match d’ inauguration du stade.

16

Le ciel était avec Vierzon, ce samedi 27 novembre. À l’heure où Orléans et ses alentours étaient pris dans une véritable tempête de neige, rien de tel dans la commune où l’inauguration du stade et le premier match officiel disputé sur la pelouse synthétique de Brouhot se sont déroulés dans de bonnes conditions. Et pas seulement climatiques… En effet, malgré le froid, tout le monde était heureux quand le maire, en présence du sous-préfet, Romuald de Pontbriand, a coupé la banderole tricolore, étrennant ainsi, après deux ans de travaux, un stade tout nouveau, tout beau, qui fait honneur à la ville et à ses habitants. Quant aux spectateurs (plus de quatre cent cinquante) venus assister gratuitement au match du Vierzon Foot, ils ont particulièrement apprécié la victoire des footballeurs locaux qui ont gagné de belle manière leur premier match de championnat par un but de Nasser Smaïl contre l’ES Bonchamp. Évidemment, il n’est pas écrit que cette magnifique pelouse synthétique ne connaîtra que des bonheurs sportifs aussi nets. N’empêche que le succès de cette soirée inaugurale est un signe encourageant. Aussi bien pour le club, qui ne sera plus obligé de partager le stade Robert-Barran avec les rugbymen des SAV, que pour les scolaires ainsi que d’autres associations sportives qui pourront, lorsque leurs terrains seront impraticables, fouler l’une des deux pelouses synthétiques de Brouhot.

Les coulisses d’une rénovation Ce stade comporte désormais 2 terrains synthétiques, un bâtiment tribune de 500 places, avec vestiaires, un club house, des locaux de rangement, un panneau d’affichage, des gradins bitumés face à la tribune, des parkings et des abords aménagés, un éclairage extérieur et des guichets. La Ville n’a payé que 20% de ces réalisations. Un exemple de partenariat réussi.


- travaux jusq - coût : 2 100

Le point sur les travaux

2

cimetière Bou - réalisation d - achèvemen - coût : 130 0

3

assainisseme - résidence M monmoussea - achèvemen - coût : 335 0

4

3

3

33

5

création d'îlot mobilité rédu - carrefour ro - travaux déc

44 99 Bâtiments 11 11

11 88 6 6

2

77

10 10

2

33 3 3

33 5

5

Voirie  1 Place Gabriel-Péri Réaménagement Travaux jusqu’en juin 2011 (interruption des travaux du 17 décembre au 16 janvier) Coût : 2 100 000 euros

2 Cimetière Bourgneuf Extension Colombarium Réalisation d’allées avec réseaux eaux pluviales Achèvement mi janvier Coût : 130 000 euros

assainisseme - avenue Edo Jeanne Labo - travaux déc - coût : 165 0

3 Assainissement eaux usées (Résidence Mermoz nord et sud, Rue Gaston Monmousseau, Route de Vieilfond, Rue de la Fringale) Achèvement janvier/février Coût : 335 000 euros 4 Assainissement eaux pluviales : avenue Edouard Vaillant, côté pair partiel (entre la rue Jeanne Labourbe et la rue des Longueraies)

Travaux janvier/février/mars Coût : 165 000 euros

5 Création d’îlots-refuges pour piétons et personnes à mobilité réduite, carrefour Route de Brinay et Route de Bellon Travaux décembre/janvier Coût : 69 000 euros 6 Rue Rabelais - Réfection de la chaussée et des trottoirs Achèvement des travaux mi-décembre Coût : 39 000 euros 7 Place de l’ancienne mairie des Forges Installation de toilettes publiques répondant aux normes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduites. Achèvement des travaux mi-décembre Coût : 55 000 euros

8 2 rue Nicolas Boileau Extension des services administratifs municipaux pour l’installation de la régie de l’eau Achèvement mi décembre 9 Stade Port Arthur Libération du site pour la construction de la future plate-forme d’analyses médicales régionale : Démolition des tribunes et vestiaires, dépose et récupération de l’éclairage, des filets, des mainscourantes… Achèvement des travaux en décembre Coût : 55 000 euros

6

Rue Rabelais - Réfection d - Achèvemen - Coût : 39 00

7

place de l'anc - installation d d'accessibilité - Achèvemen - Coût : 55 00

BÂTIMENTS 8

2 rue Nicolas Bo - Extension des pour l’installation - Achèvement m

9

Stade Port Arthu - Démolition des récupération de courantes … pou plate-forme d’an - Achèvement dé - Coût : 55 000.0

10

Relais d’Assistan - Aménagement Noue afin de libé - Travaux achev - Coût : 50 000.0

11

Réaménagemen - Extension des place dévolue au s'accompagnent couverture, du ré l'étage à destina - Travaux de déc - Coût : 950 000

10 Relais d’Assistantes Maternelles à la Noue Aménagement de locaux pour le transfert du relais à la Noue afin de libérer l’étage de la crèche municipale Travaux achevés depuis fin novembre Coût : 50 000 euros 11 Réaménagement de la crèche Extension des locaux permettant d’accroître la place destinée aux 3 tranches d’âge. Ces travaux s’accompagnent de la réfection et de l’isolation de la couverture, du réaménagement des locaux de l’étage à destination du personnel. Travaux jusqu’à fin juillet 2011 Coût : 950 000 euros

17


Repas des anciens

[Fêtes]

Bus et parkings gratuits

Les repas des anciens auront lieu les 16 et 17 février 2011 salle Madeleine-Sologne. En janvier, les 1 300 personnes concernées recevront du CCAS un courrier les informant des modalités d’inscription.

En cette période de fête, afin de rendre l’accès au centre-ville plus simple et de permettre de faire ses emplettes chez les commerçants locaux, les bus et le stationnement seront gratuits sur toute la ville le samedi 18 et le vendredi 24 décembre.

Colis de Noël La distribution des colis de Noël aux personnes âgées qui ont reçu un courrier du CCAS est organisée les 15 et 16 décembre, de 9h à 12h et de 14h00 à 17h00, au Centre de Congrès.

[Nos amis les chiens]

Canisettes

Marchés Les marchés traditionnels des samedis 25 décembre et du 1er janvier sont avancés aux vendredis 24 et 31 décembre.

Bébés nageurs La piscine municipale accueille tous les mardis, de 17h à 19h, les parents et les tout-petits pour l’activité « bébé à l’heure du bain ». Dorénavant, les frères et sœurs de moins de 10 ans seront également acceptés (avec l’obligation d’être encadrés par un parent). Tarif : 37,50 € les 10 entrées ou 5.35 € à l’unité.

[numéros utiles] Social .CCAS 2 bis, rue de la Gaucherie 02 48 83 11 80 .Assistantes sociales 02 48 83 11 80 .Personnes âgées 02 48 83 11 92 .Aides à domicile 02 48 83 11 94 .Portage repas à domicile 02 48 83 11 88 .Garde à domicile de nuit 02 48 83 11 80 02 48 83 11 88 .SE.SAME Relais pour personnes à mobilité réduite, foyer Léo-Mérigot

02 48 71 85 24 02 48 83 11 86

18

[permanences des élus]

Mairie 02 48 52 65 00 - Fax : 02 48 71 80 44 Courriel : info@ville-vierzon.fr Site : www.ville-vierzon.fr

Les élus reçoivent sur rendez-vous Nicolas Sansu, maire Poste 6504 ou 6612 Marie-Hélène Bodin adjointe au maire Solidarité

Poste 6530 Franck Michoux,

adjoint au maire Aménagement urbain, travaux, logement, PRU

Poste 6610. Le vendredi, de 9 h à 12 h Ralida Ferras,

adjointe au maire Enfance et jeunesse

En 2009, deux canisettes ont été construites par les services techniques municipaux afin d’améliorer la lutte contre les déjections canines. Constituées d’un enclos herbé, elles sont situées rue Bobby-Sands-et-des-Martyrs-Irlandais ainsi qu’au parc des Acacias, près du parking. À utiliser sans modération.

Fourrière

Poste 6681. Le mercredi, de 14 h à 17 h Philippe Fournié, adjoint au maire Services publics et sécurité

Poste 6668. Le jeudi après-midi Karine Chêne,

adjointe au maire Vie associative et vie citoyenne

Poste 6504 ou 6612 François Dumon,

adjoint au maire Sports et tourisme

Malgré les travaux rue du Petit-Râteau, le refuge-fourrière municipal est ouvert du lundi au samedi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h00 (accès par la route des Grands Ormes). De nombreux chiens attendent une famille d’accueil et les pensionnaires à quatre pattes sont toujours les bienvenus (notamment durant les vacances de fin d’année). Renseignements : 02.48.71.52.29

Poste 6671 Delphine Cotard,

adjointe au maire Enseignement

Poste 6681 François Porracchia,

adjoint au maire Voirie et espaces verts

Poste 6610 Jill Gaucher,

adjointe au maire Environnement et développement durable

Poste 6668 Frédéric Couturier,

adjoint au maire Culture et festivités

.Télé-assistance

.Restauration

Partenariat avec Smur, centre 115 et pompiers

02 48 52 69 69

02 48 83 11 88 .Crèche municipale Clos-du-Roy. Rue Hector-Berlioz 02 48 75 19 69 .Relais assistante maternelle Crèche du Clos-du-Roy 02 48 75 26 35

Enfance et jeunesse .Service enfance jeunesse 02 48 75 14 80 .Centre de loisirs 02 48 75 14 80 .Mission locale 02 48 75 85 12 .Point information jeunesse 02 48 52 09 18

Affaires scolaires .Service affaires scolaires 02 48 52 69 62

(commande ou annulation repas)

Culture et sport .Conservatoire de musique 02 48 75 35 49 .Médiathèque 02 48 75 48 48 .Piscine 02 48 75 64 17 .Dojo municipal 02 48 75 38 81

Poste 6671. Le jeudi, de 14 h à 16 h Jean-Paul Saboureau, conseiller municipal délégué Patrimoine, anciens combattants

Poste 6545. Le mercredi Élisabeth Hovasse-Prély,

conseillère municipale déléguée Santé

Poste 6500 Fabienne Montigny,

conseillère municipale déléguée Communication et image de la Ville

Transports

Poste 6681. Le mercredi Jean-Marc Duguet,

.Le Vib’ 02 48 53 03 80 .Créabus 02 48 52 00 52

conseiller municipal

Poste 6671 Jean-Bernard Sauvage,

Urgences

conseiller municipal délégué Jumelage, coopération décentralisée

.Commissariat 02 48 52 92 40 .Pompiers 18 (urgences)

02 48 52 77 00 (administration) .SAMU 15 .Sous-préfecture 02 48 53 04 40

Poste 6671

Jean-Claude Sandrier, député, président de la communauté de communes Poste 6504 ou 6612


Espace d’expression ouvert à chacun des groupes politiques du Conseil municipal en vertu de la loi sur la démocratie de proximité adoptée en 2002.

Contributions de la majorité municipale Une loi injuste pour les collectivités L’adoption fin novembre de la réforme territoriale par les parlementaires de l’UMP et du centre, a été reléguée au second plan par la remise en cause de la retraite à 60 ans. Sur le plan de la méthode, on retiendra qu’elles ont toutes deux été imposées contre l’avis des intéressés. Sur le plan des objectifs: elles procèdent d’une même volonté: réduire les dépenses publiques pour compenser les déficits creusés dans les caisses de l’Etat par les cadeaux insensés aux plus riches et aux grands groupes privés responsables de la crise. Il s’agit donc d’abord pour la droite d’appliquer aux communes, conseils généraux et régions, l’austérité budgétaire qu’elle applique aux services de l’état, politique à courte vue car les collectivités locales assurent près des trois-quarts des investissements publics du pays. Avec tous les emplois que cela représente, on ne peut qu’avoir des craintes pour les secteurs de l’industrie, des transports ou du BTP qui travaillent le plus avec elles. Cette réforme territoriale prépare l’effacement des conseils généraux déjà étranglés par les charges indues que le gouvernement leur impose. Elle consacre une réduction du nombre et du champ d’action des élus locaux. Elle vise à faire pression sur les municipalités pour qu’elles réduisent la voilure des services qu’elles apportent à la population et de leur soutien à la vie associative, culturelle et sportive. Le maire et la majorité municipale refusent cette fatalité. Ils ont choisi la voie de la résistance et du développement des services publics comme en témoigne le retour en régie de la restauration municipale, de l’éclairage public et de la gestion de l’eau et de l’assainissement qui coûtent finalement ainsi moins chers aux usagers comme aux contribuables. C’est la voie de l’avenir.

Les élus communistes, socialistes, MRC, PRG, PG, écologistes et républicains de gauche

Au moment ou la Régie des eaux de Vierzon se met en place, nous, élus socialistes estimons que 3 politiques sont à explorer pour l’avenir. • La première politique à laquelle nous devons réfléchir est l’élargissement du périmètre de la Régie. Aujourd’hui, nous fournissons l’eau à 2 communes (Méreau, Saint-Hilaire-de-Court), nous sommes interconnectés avec Mery et Thénioux. Il est alors envisageable d’ouvrir des discussions pour un projet commun sur le prix et la qualité de l’eau ou sur l’assainissement, préférant dans un premier temps une intercommunalité de projets, avant-garde d’une grande intercommunalité si souvent annoncée. • La deuxième réflexion est de savoir si au bout des 5 ans de contrat sur l’eau et l’assainissement, nous intégrerons ces 2 services avec notamment la mise en service de la nouvelle station de production d’eau ; nous estimons qu’il faut tout mettre en œuvre : plan de formation, anticipation des besoins afin de gérer directement ces services. • Le 3e axe de réflexion est la mise en chantier de politiques de développement durable : investissements pour produire moins de boues, réutilisation des eaux usées, production d’énergie à partir des réseaux d’assainissement, sont des enjeux qui peuvent et doivent faire de notre régie municipale, après la restauration et l’éclairage public, un service public moderne et exemplaire au service des Vierzonnais, pour leur pouvoir d’achat, pour leur santé, pour leur environnement.

Groupe socialiste et Radicaux de gauche

Retraites, emplois, salaires : nous n’en resterons pas là La réforme des retraites a été votée par des assemblées à la botte du gouvernement, lui-même à la botte du grand patronat. Cela ne s’est pas fait sans réaction du monde du travail. Face aux licenciements, au chômage, à la précarité, au gel des salaires, au non remboursement de médicaments, au saccage des services publics, il faut que le monde du travail manifeste qu’il saura utiliser sa force collective pour se défendre, comme il a commencé à le faire ces trois derniers mois. C’est le seul moyen pour les travailleurs d’inverser le cours des choses. Les attaques contre le monde du travail vont continuer. Le gouvernement et le grand patronat nous expliquent que la rigueur est indispensable pour rembourser les dettes de l’État. Mais ces dettes ont été faites il y a deux ans pour sauver les banquiers menacés de faillite ou les patrons de l’automobile menacés de mévente. Ce n’est pas aux travailleurs, aux retraités, aux assurés sociaux, aux handicapés de payer ! De l’argent, il y en a puisque la presse a confirmé que les 40 plus grandes entreprises ont fait passer leurs profits de 47 à 84 milliards d’euros en un an ! Les élus de Lutte Ouvrière

Contributions des groupes de l’opposition Une nouvelle opposition s’organise Les 3 associations d’opposition municipale ont décidé de travailler ensemble et offrir aux Vierzonnais une alternative à la politique actuelle dans la ville et la communauté de communes. Dorénavant, les conseillers municipaux se reconnaissant dans cette démarche travailleront ensemble afin d’exprimer des positions communes et de faire des propositions en matière de développement économique, de préservation du commerce en centre-ville, du maintien et du développement de l’emploi, de politique fiscale, mais aussi en matière d’action sociale, de culture, etc. D’autres choix sont possibles. Unis, notre action sera renforcée. Nous serons mieux armés pour montrer les contradictions de la politique municipale.

Nouvelle opposition, nouvelle équipe, nouvelle organisation et nouvelle façon de faire : soucieux du contexte budgétaire difficile de Vierzon, nous proposons d’arrêter la mise à disposition des locaux de l’opposition de façon permanente, spécialement loués. Mesure symbolique certes, mais révélatrice de notre souci de gérer au mieux les deniers publics. Exemple à suivre par les responsables locaux. Les élus d’opposition : F. Morillon, F. Godard, J-L. Vallet, C. Baert, S. Mousset et M. Rousseau

Après 18 ans de mandat de maire, j’ai perdu les élections de 2008. Je suis donc structurellement conseiller municipal de l’opposition. Nous avons beaucoup fait : un dojo, un gymnase, un nouveau pont,

une station d’épuration moderne, 35 km de tout-à-l’égout, un nouveau théâtre, 7 salles de cinéma… La liste est longue. Beaucoup reste à faire. Une nouvelle équipe, celle de Nicolas Sansu, s’y emploie pour partie dans la continuité, pour partie dans l’innovation, pour partie en opposition à ce qui étaient nos choix. Je ne veux pas être un opposant systématique. Je voterai donc ce que j’approuve. Je justifierai ce que je refuse. « A la carte » ! Je reste à la disposition de tous les Vierzonnais. Je remercie tous ceux qui me témoignent leur amitié chaque jour. Vierzon mérite qu’on poursuive le combat. Ce n’est pas pour moi un combat contre quoi que ce soit. C’est le combat pour ma ville ! Jean Rousseau Maire honoraire de Vierzon Chevalier de la Légion d’Honneur

19


à Vierzon n°13  

Magazine de la ville de Vierzon