Page 1

Kaze lhak azel

Publication de la Confédération War’l Leur N°81 Avril 2012


// éditorial .............................................................................................. 3 // confédération ................................................................................ 5 - Assemblée Générale 2011 - Organigramme confédéral - Un nouveau salarié - Livret des cercles

Confédération culturelle bretonne danse i Costumes i Formation i Broderie

// danse ...................................................................................................... 10 - Visionnage 2011 : Interview de Solenn Boënnec - Kement Tu et Gouel War’l Leur - Classement 2011 - Beuzec-Cap-Sizun : le Cercle du bout du monde - Test A.D.N. : Un projet, deux confédérations

// forMations ....................................................................................... 23 - Retour sur les formations confédérales : Formation Jeunes, Miz du, stage Fédération/Confédération : War ar menez, formation Broderie, stage Loustig, stage Plescop, visionnage ...

// costuMes ............................................................................................ 27 - Un fonds iconographique, le marché aux costumes 2011, War’l Leur / Office de Tourisme de Riec. - Dons et collectages 2011

// Sommaire taolenn List d’artiq - J’adore chiner ... - Reine de Cornouaille 2011

// broderie ............................................................................................... 31 - Broderie : Au service d’un Art

// fédérations ....................................................................................... 33 - Tribune libre aux Fédérations - Résultats des concours fédéraux - Les Assemblées du Bourg de Batz

// partenaire .......................................................................................... 38 © Fred Harnois

- Chubri : au service du Gallo

// dossier / reGard extérieur .................................................... 40 - Le Bas Léon par le Cercle Beg an Douar de Saint-Renan - Question de « style » Par Alan Pierre // HoMMaGes à Joëlle Le Meur & Jacques Le Lay .............................. 51 > Cercle de Malestroit

// brÈves .................................................................................................... 52 // calendrier ......................................................................................... 54

Couverture : © Fred HARNOIS - Cercle « Boked er Lann » de Larmor-Plage

Kaze lhaK azel

embannadur ar c’hengevred War’l leur Niv 81 Ebrel 2012

directrice de la publication : Joëlle DUBOIS. rédaction : Joëlle DUBOIS, Marie LE GOFF, Audrey PAVAGEAU, Florian FERRé, Solenn BOËNNEC, Fred FAUSSIER, Karl BLANCHET, Pauline VERCRUYSSE, Jean Pierre LARVOR, Françoise POULIQUEN, Jacqueline POLETTi, éric BLANDIN, Tristan GLOAGUEN, Marlène LE QUERLER, Stéphanie SéHéDIC, Odile LE GUYADER, Marc MUROS, War’l Leur Penn ar bed, Erwan RIVALANT, Nathalie RADIN, Yann CHAMAILLARD, Carine GUILLOSSOU, Carole FLOCH, Alan PIERRE, Marie RIOUAL, Viviane HéLIAS. Conception : Florian FERRé. impression : MCI Lorient. tirage : 1700 exemplaires. informations et correspondances : Confédération War’l Leur - 3 rue des Gentilshommes -29 340 Riec-sur-Bélon Tél. : 02 98 06 57 57 - warleur@wanadoo.fr - www.warleur.org


// Editorial - Pennad stur - Lë biyèt d’la redijrî

Bonjour à toutes et à tous, 2012 est l’année des 45 ans de la Confédération. Que de chemin parcouru depuis le jour où 8 groupes ont décidé de se fédérer ! Depuis 1967 plus d’une centaine de personnes ont siégé au comité directeur ou dans les différentes commissions. Chacun, en apportant ses idées, a contribué à faire évoluer la Confédération et ses objectifs pour en faire ce qu’elle est devenue aujourd’hui : une association culturelle bretonne spécialisée dans la danse et les costumes. Le dynamisme de la Confédération a permis de collecter et de préserver des chants, musiques, broderies, danses et costumes qui auraient pu tomber dans l’oubli sans la passion de quelques uns. La Confédération a su responsabiliser les Cercles, qui, au fil des ans, ont effectué des recherches sur le patrimoine de leur terroir. Ces recherches, bien que importantes à ce jour, doivent être encouragées car il reste encore beaucoup de choses à découvrir et à apprendre de nos anciens. Rester sur nos acquis, c’est prendre le risque de voir une partie de notre patrimoine se perdre à jamais. Collecter est donc aujourd’hui encore possible et nous devons encourager les groupes à devenir collecteurs de leur terroir ! « Collecter pour transmettre » est avant tout une de nos responsabilités : c’est ce qui a abouti depuis toutes ces années à l’évolution que nous constatons avec cette incroyable vitalité et ce modernisme empreint de tradition.

// Bienvenue Donemad au N° 81 d’an niv. 81 Mais que sera la danse bretonne dans 45 ans ? Pour qu’une culture perdure, il faut qu’elle continue d’évoluer sous peine de rester figée et de dépérir. C’est dans ce but des danseurs des Confédérations War’l Leur et Kendalc’h se sont retrouvés en fin de l’année 2011 autour du TEST « ADN » ( Anciennes danses nouvelles ) de Roland Becker pour créer de nouvelles danses sur une musique s’écartant des rythmes habituels. L’expérience se révélant très positive, elle sera renouvelée en 2012 et permettra de continuer à ouvrir la danse bretonne vers de nouveaux horizons. Ainsi pourront se côtoyer des danses anciennes récemment « redécouvertes » et des danses « nouvelles », le tout donnant un cocktail breton des plus dynamiques bien ancré dans le XXIe siècle. Je souhaite à tous les membres de War’l Leur que 2012 soit une année d’initiatives créatrices et de réussites culturelles afin que dans 45 ans la Confédération War’l Leur soit toujours aussi active dans une culture bretonne qui aura su garder son identité dans ce monde en évolution constante. Bonne saison à vous tous ! Joëlle DUBOIS Présidente de la Confédération War’l Leur

p.3


// Editorial - Pennad stur - Lë biyèt d’la redijrî Bon jour trtout(t), 2012 ée l’anée dé 45 an dl’agrouée. Si sa i’a chmine dedpée l’jour q’8 group desiditt dë s’agroue ! Dedpée 1967, pu d’un sent d’bonn jen on te menbr du qomite dirijant ou bèn dé qomision. Châq a done sn’idée e a aide d’mém a ferr l’agrouée e sé but chanje pourr nen ferr sq’èl’ée astourr : un souâton d’la qhulturr brtonn espesialize den lé danss e lé pouyment. L’alant dl’agrouée sa i’a sèrvi ao mondd pourr ale rasére e garde lé chanson, lé muziq, lé brodri, lé danss e lé pouyment qhi’arèn pu parti a la devarinadd si ni’aret pâ zu qhoq bonn jen qhi tèn marchand d’sa. L’agrouée a su ferr lé Sèrqlh s’avize d’lou dvaer, e den l’qou, il’on cherche a nen savaer pu fort su l’patrimouènn dedd sée yeû. Lé z’ensèrch-la, mém q’i son vrae qonseqentt astoursi, fao pouse l’mondd a nen ferr davantaij pasqë ni’a qorr ardi d’chôzz a deqouvri e a aprendd do lz’ansièn. Si j’reston su s’që j’savon deja, ni’a grand risq q’un bout d’nôtt patrimouènn partiret a la devarinadd. On peu qorr rasére ao jour d’anet e j’avon që d’pouse lé group a devni dé rasérou d’lou péyiz ! « Rasére pourr rdone », s’ée nôtt dëvaer pu q’tout : aprêe toutt sé z’anée, s’ée bèn sa qhi nouz’a mne a l’evolusion që j’pouvon nouz’avize, o un’alant pâ qrayablh e ùnn modèrnite marqée parr la qoutum. Mée qae q’sa sra lé danss brtonn den 45 an ? Pourr q’ùnn qhulturr pardurr, fao q’è qontinu d’evolue, sensa è va feje e s’mouri. S’ée bèn pourr sa q’dé dansou dz’agrouée War’l Leur e Kendalc’h s’entr trouvitt ao qomensment d’2011 alentourr du Test « ADN » (Anciennes danses nouvelles) dë Roland Becker pourr qraye dé danss nouvèll su ùnn muziq qhi s’elegn dé rim q’on’a qoutum. Qom l’esae sa tet bèn, sa sra rfet en 2012 e pée sa fra la danss brtonn qontinue a s’ouvri a d’aotr mondd. E s’ée d’mém që dé vey danss « rdeqouvèrtt » pouron vaizine o dé danss « fréech fètt », e tout sa sa doñra un mélayâ brton vrae alant e bèn plhante dan l’21m sieq. J’souètt a tout lé menbr dë War’l Leur që 2012 say ùnn anée d’lansment d’projèt invensionouz e pée d’bonn fezurr qhulturall pourr që den 45 an l’agrouée War’l Leur sret qorr aosi ajisantt den ùnn qhulturr brtonn qhi’ara su garde sn’identite den un mondd qhi’evolu tout l’ten. Bonn sézon trtout ! Joëlle DUBOIS Przidentt dë l’agrouée War’l Leur

Demad d’an oll, 45 vloaz a vo ar c’hengevred e 2012. Tremenet eo an amzer abaoe ma oa daet ar soñj strolliñ da eizh kelc’h ! A-houde 1967, muioc’h a gant den o deus kemeret perzh er penn-komite pe er strolladoù-labour. Peb-heni, dre gas e soñjoù, en deus kaset war-raog ar C’hevredad hag e balioù pennañ ewid ma vo War ‘l Leur evel m’ema hiziw an deiz : ur gevredigezh a gultur Breizh a ra war-dro an dañsoù hag an dilhadoù. Gant jourdoul tud War ‘l Leur e oa bet miret kanennoù, tonioù, broderezh, dañsoù ha dilhadoù hor bro ; hebze e vefent aet da goll. Evelte e oa bet furchet en o c’horn-bro gant ar c’helc’hioù. Daoust m’ emaint bras, an enklaskoù-se zo da vout kendalc’het : chom a ra traoù c’hoazh da gaved ha traoù c’hoazh da zeskiñ digant ar re gozh. Ne fell ket lezel a-gostez ul lodenn ag hor sevenadur e kenkaz e vefe kollet dimp. Dastumit eta e-barzh ho kornbro, dastumit ewid kendalc’h : setu unan ag hor c’hargoù pennañ, rag-se ema bew c’hoazh hor sevenadur, gwir mesklaj ar giz kozh hag ar giz arnewez. Petra a vo d’ an dañs a-benn 45 vloaz ? E penn kentañ 2011 o doa kenlabouret dañserion War ‘l Leur ha Kendalc’h ewid sevel TEST « ADN » ( Anciennes Danses Nouvelles ), ragtres Roland Becker ; krouet eo bet eta dañsoù newez war ritmoù n’int ket anavet e Breizh. E 2012 e vo dalc’het al labour-se ewid roiñ ul levezon newez da zañsoù hor bro. Kejet e vo dañsoù kozh adkavet newez ‘zo ha dañsoù newez ewid krouiñ ur mesklaj leun a vegon, spered an XXIved kantved. Hetiñ a ran d’an oll ma vo 2012 ur bloawezh leun a grouidigezh hag a bennvad ewid ma kendalc’ho War‘l Leur war ar memez hent. Ra vo War ‘l Leur ken oberiant evel m’ema hiziv an deiz a-benn 45 vloaz. Daomp de’i ewid 2012 ! Joëlle DUBOIS Prezidantez c’hengevredad War’l Leur

p.4


// ConFédération - Kengevredad - agrouée

2011

// aSSemBlée Bodadeg générale 2011 veur 2011 Retour sur l’Assemblée Générale 2011

L

e samedi 15 et dimanche 16 octobre 2011, la Confédération War’l Leur organisait pour la seconde année sa grande fête de fin de saison : Gouel War’l Leur. Un week end parmi tant d’autres que la Confédération offre à ses adhérents pour se rencontrer, échanger et tisser des liens. Plus particulièrement, Gouel War’l Leur accueille un moment primordial dans la vie d’une association, un temps de participation et de choix : son Assemblée Générale. Vous avez été nombreux cette année à participer à l’Assemblée Générale, cette conclusion qui vous permet à tous, adhérents, membres des cercles, partenaires, institutions de connaître le bilan des activités de notre Confédération. à War’l Leur l’activité des commissions marque les thématiques de ce qui constitue l’identité de la Confédération et des cercles : le visionnage , le costume, la formation et la communication. Toutes portent une vision conservatrice et vivante de la danse, du costume, de notre culture.

p.5

des coMMissions actives Fleuron de la Confédération, la direction visionnage a réussi à mener à bien le travail entamé sur le nouveau règlement visionnage. La mise en place des spectacles « Kement-Tu » qui suscitaient tant d’interrogations a été un franc succès tant sur le point pratique de visionnage des groupes que du regard amené par ceux-ci. Pour cette seconde année, la Confédération avec le travail de la commission fête, a réussi à s’associer au Festival Le Cornouaille de Quimper, au Festival Interceltique de Lorient et à monter de toutes pièces en collaboration avec la Fédération War’l Leur Morbihan « Kement Tu » à Grandchamp : la rencontre des cercles de troisième catégorie à l’espace 2000. Un par tenariat qui se sera avèré enthousiasmant tant du coté Confédéral que Fédéral. La Direction visionnage s’est également engagée dans la construction d’une formation enrichissante afin de former ses visionneurs pour que chaque fiche rédigée soit plus constructive pour les cercles et serve de tremplin pour un


la communication : l’image de la Confédération. élement essentiel de travail pour diffuser et montrer la qualité du travail en formation, au niveau des costumes et spectacles que nous produisons. Cette année, la commission aura réalisé un gros travail par le biais de Florian sur le Livret des Cercles, publié récemment, destiné aux fêtes et festivals pour la promotion des groupes. Quant à la relance et la continuité du Kazel : pari gagné puisque vous lisez en ce moment même la 2nd parution de cette nouvelle mouture. Et tous les travaux de relations et d’image visuelle de la Confédération. Au programme cette année la conception d’outils pédagogiques, des panneaux, des kakemonos, un stand, des cahiers terroirs, un projet d’édition broderie... pour étoffer notre visibilité. Après le départ de Pauline, notre secrétaire comptable, la confédération a embauché Tristan Gloaguen, il a posé ses cartons à Riec au mois de janvier, cartons remplis de projets et de dynamisme ! Les différentes commissions vont donc travailler avec lui dans les mois à venir à l’élaboration de cahiers terroirs, de cahiers broderie, d’éditions de CD, DVD etc.

travail de positionnement artistique. Faire progresser, et inciter fortement les visionneurs à participer aux différents stages pour accroitre leur culture générale. la commission fêtes et festivals va poursuivre son travail, continuer sa collaboration avec les fêtes, et tenter de décrocher de nouveaux partenariats afin de visionner encore plus de groupes lors des rencontres « Kement Tu ». L’une des valeurs de la Confédération, vous le savez, c’est la formation. Il est important de mutualiser l’expérience et les connaissances de chacun. War’l Leur s’attache à former ses adhérents dans tous les domaines qui constituent notre Culture : la danse traditionnelle, le costume à travers les stages couture et broderie, mais aussi donner des conseils pour mener un groupe. Qu’ils soient destinés aux adultes, aux ados ou bien aux enfants, les stages toujours très suivis sont les rendez-vous incontournables de War’l Leur.

la commission costume a poursuivi ces travaux de sauvegarde et de propagation des savoirs dans le domaine du patrimoine vestimentaire. La commission, à travers le travail quotidien de Marlène et Odile pour la partie broderie aident les groupes dans leurs reconstitutions de costumes et recherche des matériaux les plus adaptés. L’an dernier une douzaine de Cercles a demandé les conseils de la Confédération pour la réalisation de leurs projets. La commission travaille sur un projet d’exposition / défilé à thème dont vous en apprendrez bientôt davantage. Cette exposition nous proposera de découvrir ou re-découvrir des modes vestimentaires atypiques et méconnues.

p.6

Ces activités nous rassemblent tous. Le déroulement de l’Assemblée Générale sur ce week-end Gouel Warl Leur a un sens fort puisque de plus en plus d’adhérents des cercles viennent écouter, rencontrer les acteurs institutionnels de la Confédération. Les projets proposés visent à améliorer la reconnaissance des cercles comme acteurs vivants de la culture traditionnelle (conser vateurs et dynamiques), à développer des compétences chez les danseurs, responsables de répétition, costumes… , offrir des soutiens, répondre aux interrogations, rassurer et encourager les adhérents à poursuivre, s’améliorer. Et qu’est ce qu’une assemblée générale d’association sans ses adhérents ? Rien, nous réussissons donc à réunir les acteurs sur ce temps fort, à nous d’en faire encore davantage une vitrine du dynamisme de la Confédération et un lieu d’échange et de discussion, de participation. Marie le gOFF


joëlle dubois

joël le rudulier

Marie rioual

Marcel Kerloc’H

viviane Hélias

Cercle de Saint-Malo

Cercle de Nantes

Cercle de Pont-l’Abbé

Cercle de Beuzec-Cap-Sizun

Cercle de Pont-l’Abbé

Vice-Présidents

Présidente

Marie le Goff

jacqueline poletti

didier Miossec

stéphanie séHédic

Cercle du Croisty

Cercle de Pont-Péan

Cercle du Riec

Cercle de Concarneau

Secrétariat

Présidents Honoraires

florian ferré

Marlène le Querler

Trésorerie

tristan GloaGuen

odile le GuYader

Salariés

// organigramme organigramm confédéral Membres du Comité Directeur

jean-pierre larvor

pauline vercruYsse

françoise pouliQuen

philippe cHaQuin

eric blandin

audrey pavaGeau

natacha Meunier

Cercle de Goussainville

Cercle de Concarneau

Cercle de Perros-Guirec

Cercle du Croisic

Cercle de Saint-Malo

Cercle de Clisson

Cercle de Perros-Guirec

Présidents de fédérations

Direction Visionnage

nathalie radin

Marc Muros

Yann cHaMaillard

david le Goanvic

erwan rivalant

solenn boënnec

Cercle de Saint-Malo Ille-et-Vilaine

Cercle de Locoal-Mendon Morbihan

Cercle d’Orléans Divroët

Cercle de Quimper Finistère

Cercle de Batz-sur-Mer Loire-Atlantique

Cercle de Pont-l’Abbé

p.7


< Tristan Gloaguen, nouveau salarié à la Confédération War’l Leur

// Un nouveau Un implijad Salarié newez Votre nouvel animateur culturel à la Confédération War’l Leur

N

otre Confédération vient d’accueillir un nouvel animateur culturel, suite au départ de Pauline Vercruysse. Tristan Gloaguen a intégré notre association en janvier dernier pour prendre en charge la formation ainsi que l’organisation des manifestations War’l Leur, telles que les Kement Tu ou encore Gouel War’l Leur. Je profite de ce nouveau Kazel Ha Kazel pour vous présenter Tristan, que vous avez certainement rencontré lors des derniers week-ends de formation. Danseur au Cercle de Spézet de 1995 à 2005, il connaît bien les réalités du terrain et la vie des cercles aujourd’hui. Chorégraphe de ce cercle du Kreiz Breizh pendant quelques années, il a beaucoup appris auprès de l’ancien président Iffig Cloarec.

Sonneur de bombarde, de clarinette et de saxophone, il commence à collecter en 2003 et a déjà rencontré plus d’une cinquantaine de chanteurs, sonneurs ou danseurs. Au sein de War’l Leur, il va travailler sur des projets qui mettront en valeur les richesses musicales de notre région. Moniteur de danse depuis 14 ans au sein du Groupe Loisirs de Chateauneuf du Faou, et professeur de musique à l’école de musique de Spézet, il est titulaire du DEM de musique traditionnelle depuis 2007. Ses qualités pédagogiques seront mises au service de nos actions de formation. Ancien animateur culturel de la Fédération War’l Leur Penn Ar bed ( à mi-temps en 2011 ), Tristan continue à donner des cours au nom de la Fédération dans les groupes loisirs de Plovan et de Quimper. En échange, des nouveaux projets vont voir le jour avec les animateurs culturels finistériens Alan Pierre et Thierry Riou.

p.8

Ancien membre actif de Kendalc’h, Confédération où il s’est bien investi, il sera un nouveau pont entre nos deux structures et contribuera à l’élaboration de projets communs. Titulaire du diplôme de l’école supérieure de Commerce de Brest, ses dix ans d’expérience dans le secteur des assurances lui ont permis d’acquérir de nombreuses compétences qui lui seront utiles pour mener au mieux nos projets. Merci de réserver le meilleur accueil à notre nouvel animateur afin qu’il puisse mettre tout son dynamisme au service de notre Confédération. Joëlle DUBOIS


de diffusion de nos spectacles. Ceux-ci méritent d’être largement diffusés car chaque ensemble de danse produit un travail de création musicale originale, un travail chorégraphique qui répond et plait à des spectateurs avisés ou non. Une trentaine de personnes se voit toutes les semaines, répéte les mêmes choses avec toujours autant d’implication, met des milliers d’euros dans la conservation et la reproduction de costumes. De plus, la scène traditionnelle souffre d’une image « désuette » qui, dans la plupart de nos cercles, n’est plus d’actualité en ce qu’elle est nourrie de nos vies actuelles ( qui ne se cantonnent plus à l’échelle d’un bourg ou d’un territoire… ). « souffre » car les organisateurs de spectacle, qui ont déjà du mal à trouver des informations sur nos spectacles, ne vont pas spontanément vers une pratique culturelle « underground » ! La commission a donc beaucoup échangé sur le contenu du livret et sur sa finalité. Il est apparu clairement, que dans une société où la communication se fait dans un temps court, il nous fallait éviter le recueil de textes semblables et

La perceptive du livret Ce livret va évoluer comme les cercles ! Nous le réactualiserons régulièrement afin qu’il reste représentatif de ce que proposent les cercles et de leurs évolutions. Pour cela nous aurons plus que jamais besoin de votre soutien à tous, adhérents des cercles. Comment ? Par l’apport régulier de nouvelles informations sur ce que vous souhaitez mettre en place sur scène, la démarche artistique que vous avez adoptée, vos projets de création, de voyage, l’attention portée à diffuser et transmettre des photographies modernes et bien prises, vous montrant en situation de spectacle par exemple, ou encore, pourquoi pas en donnant votre avis et prenant part à la commission communication de War’l Leur pour être au cœur du sujet ! Nos projets, à nous les cercles, montrent le dynamisme de notre culture et de ce que nous faisons. Les cercles sont intergénérationnels, c’est ce qui fait leur force et leur vitalité : à nous tous de mettre cela en valeur, de nous donner les moyens de le

// Le livret des Levrig cercles ar c’helc’hioù Une idée, Un projet Le livret des Ensembles traditionnels de Bretagne de la Confédération War’l leur est un projet né en 2008 à la suite des réflexions sur les D.A .M. ( danseurs acteurs moteurs : table ronde des adhérents de la Confédération ). Ces rencontres avaient donné naissance à la commission communication qui s’est donnée de nombreuses missions dont ce fameux livret des cercles. Pour que cette fabuleuse idée se concrétise à l’automne 2011, il a fallu du temps pour penser le livret, récolter des informations ( parfois déjà existantes sur le site ), réfléchir aux photos qui mettraient le plus en valeur les cercles, qui pourraient montrer toute la richesse et la diversité de ce que proposent les cercles de la Confédération.

Objectifs L’objectif premier était avant tout de Communiquer sur nos groupes à destination des fêtes et des festivals en Bretagne mais aussi nationalement. Nous partageons tous actuellement dans nos cercles les mêmes inquiétudes quant à la possibilité

rébarbatifs sur l’histoire des groupes et davantage montrer l’essentiel de ce qui fait nos spectacles en mettant en avant ce qu’attendent les organisateurs de spectacles : les spécificités artistiques et scéniques des groupes, les capacités de chacun en production de spectacle ou d’animation, le nombre de danseurs et de musiciens etc. Il est nécessaire que la communication des cercles en dehors de ce qu’elle travaille déjà, soit orientée par ces principes et qu’elle permette aux organisateurs de spectacle de savoir ce qu’ils produisent et ce qui va se faire sur scène. Le monde de la culture traditionnelle s’est professionnalisé, entraînant une technicisation de l’approche scénique qu’il nous faut suivre pour être mis en valeur et reconnus. War’l Leur excelle sur de nombreux points : la conservation du patrimoine, la créativité de ses acteurs etc. Ce livret va enfin nous permettre de diffuser l’information et de proposer une offre culturelle claire et pratique. Une vitrine dont la Confédération ne peut se passer.

p.9

montrer pour faire changer les mentalités et redonner ses lettres de noblesses à la danse traditionnelle de notre région. Audrey Pavageau

Pour recevoir votre livret des Ensembles de la Confédération War’l Leur, envoyez votre adresse postale à > communication.warleur@orange.fr Erratum : Suite à une réclamation du Cercle de Sarzeau « An Dañs Kozh » de la Confédération Kendalc’h, et à une erreur de notre part, le Cercle « Danserien Ruiz ar Mor-Bihan » n’est pas de la ville de Sarzeau mais de Noyalo et de communes environnantes. Nous leur prions d’accepter nos excuses pour cet erreur et procédons à la correction de celle-ci.


// Danse - Dañs - Dans autres. L’entente y est très cordiale. Les décisions sont toujours prises à la majorité. A noter que les membres ne représentent en aucun cas leurs groupes, ils sont là pour le fonctionnement général du visionnage. Les membres de la Direction sont cooptés après de bons et loyaux services au sein de la Commission Visionnage. Cette dernière regroupe l’ensemble des visionneurs de tous les cercles de la Confédération, un groupe fort d’une centaine de membres. La Direction visionnage réfléchit à l’optimisation et à la pérennisation du visionnage. Elle soumet des propositions et des modifications de règlement au Comité Directeur. C’est ce dernier qui valide ou non ces changements. Nous travaillons donc à améliorer le visionnage d’année en année, en s’adaptant aux nouveaux usages, aux nouveaux fonctionnements ou dysfonctionnements comme le fait que les groupes aient de moins en moins de dates de sorties. En hiver, les réunions s’attachent plus au système : comment l’améliorer ? le perfectionner ? Au printemps, nous commençons à travailler sur la forme, sur

> Solenn Boënnec, responsable de la Direction Visionnage

// Visionnage Priziiñ 2011- 2012 2011 - 2012 La Direction Visionnage a une nouvelle responsable : Solenn Boënnec Retour avec elle sur la saison écoulée et la préparation de cette nouvelle saison Bonjour Solenn, tu es la nouvelle responsable de la Direction visionnage au sein de la Confédération War’l Leur. Avant de commencer, peux-tu nous parler un peu de toi pour ceux qui ne te connaîtraient pas ? Solenn Boënnec : Bonjour, j’ai 35 ans, je suis native du Pays Bigouden. Je travaille au musée d’ethnologie de la ville de Pontl’Abbé où je suis chargée des collections et de la médiation. Cela fait presque 30 ans que j’appartiens au Cercle « Ar vro vigoudenn » de Pont-l’Abbé que j’ai mené de 1995 à 2009. J’ai été également permanente à la Confédération War’l Leur pendant plusieurs années. Je m’occupais principalement de la formation en danse. Mon investissement au sein du visionnage remonte lui-aussi au XXe siècle. Aujourd’hui, je suis toujours active au sein de mon cercle. J’adore la danse

pour elle-même, j’adore le collectif et le travail en équipe. La Direction Visionnage c’est quoi ? Peux-tu nous présenter cette commission et nous parler de son travail ? S. B. : La Direction Visionnage... Il s’agit du groupe de personnes qui pilote le visionnage. Nous sommes une dizaine de membres : Béatrice Day du cercle de Saint-Grégoire vient de rejoindre la Direction tout comme Stéphane Harnay, du cercle de Quimperlé. Il y a aussi Noalig Tanguy également du cercle de Quimperlé, Anne Le Bris du Croisty, Philippe Chaquin du Croisic, Philippe Lenormand de Saint-Malo, Dorothée Gy-Bédard et Gaëlle Sadeq-Combaud de Vannes, Cécile Chamaillard d’Orléans, Fred Faussier de Beuzec et Marie Rioual de Pont-l’Abbé. Ce groupe est relativement stable. Lorsque des gens partent comme Odile Guyader de Concarneau après des années et des années de bons services, nous réfléchissons à leur remplacement. Il ne sert à rien d’être très nombreux, par contre nous tâchons d’être efficaces ! Les débats y sont animés mais toujours dans un très grand respect les uns des

p.10

la fiche de visionnage, sur les formations, sur les Kement tu... L’été est le moment le plus chronophage. En effet, nous sommes tous responsables d’une dizaine de membres de la Commission. Nous les encadrons durant toute la saison, nous pilotons les dates de visionnage, nous nous assurons qu’il y aura du monde à visionner, nous les relançons pour la rédaction des fiches, nous les relisons, conseillons, corrigeons... Nous sommes les signataires de l’ensemble des feuilles. En fin de saison, nous nous réunissons pour classer les groupes en fonction des niveaux attribués par chacun des visionneurs et soumettons au Comité Directeur le classement, les lauréats et le Champion de Bretagne. Je suis responsable de la Direction mais le groupe n’est pas du tout hiérarchisé et vu la dose de fortes têtes, on va dire que je suis plutôt coordinatrice et animatrice !  ;-). Chaque année nous nous répartissons les tâches, mais c’est très mouvant. Nous sommes en tel questionnement qu’aucune année ne ressemble à la précédente ! Nous donnons tous beaucoup de temps au visionnage tout au long de l’année et sommes de fait les plus exposés aux mécontents...


le niveau attribué par le visionneur n’est pas en adéquation avec ce qu’il a vu mais les feuilles pêchent parfois par manque d’analyse, de recul ou de connaissances culturelles. De fait, avec ces feuilles, on passe à côté de l’une des missions essentielles du visionnage qui est celle du soutien que nous devons à nos groupes. Qui dit quantité de feuilles, dit évidement quantité de travail pour nous, relecteurs et signataires. Nous n’oublions pas les salariés de la Confédération qui se chargent de poster aux groupes les visionnages, ce qui demande aussi un temps considérable et surtout une disponibilité en haute saison. A posteriori, nous nous sommes rendu compte que nous manquions aussi de visibilité durant l’été et donc de réactivité. Qui a été vu, à combien de reprises ? Le nouveau salarié de la confédération va largement nous seconder en ce sens puisque le visionnage sera l’une de ses missions.

Noalig Tanguy

Dorothée Gy-Bédard

Philippe Lenormand

Il faut néanmoins bien comprendre que les niveaux sont proposés par les visionneurs et non pas par la Direction. Nous n’en faisons que la synthèse. Nous pensons sincèrement que ce système est juste et viable. Pour autant, cette année, le mot d’ordre pour tous sera la bienveillance, car s’il est une faille dans le système, c’est peut-être ce manque...

Stéphane Harnay

Fred Faussier

Tu as donc pris la tête de la Direction Visionnage, quel a été le bilan de cette direction pour la saison passée ? S. B. : Une très bonne saison en terme quantitatif, puisque nous avons dépassé les 230 visionnages. Malheureusement, comme tous les ans, parmi de très bonnes feuilles se cachent quelques visionnages un peu plus en creux. C’est toujours dommage pour les cercles concernés. Cela ne veut pas dire que

p.11

Béatrice Day

En conclusion, nous ne pouvons que féliciter les visionneurs qui ont fait un travail formidable cet été. En regard, les dysfonctionnements sont relativement mineurs. Si nous pouvions effectivement faire en sorte que les visionnages arrivent aux relecteurs 15 jours maximum après la prestation, ce serait formidable et cela pour deux raisons. Premièrement, notre rôle de soutien aux groupes serait pleinement assuré et deuxièmement, nous ne recevrions pas 80% des feuilles courant septembre... Des améliorations sont-elles amenées à rentrer dans le règlement pour la saison 2012 ou au delà ? S. B. : Nous allons ajouter un seul mot dans le nouveau règlement, le terme « validées ». Nous ne prendrons dorénavant en compte que les feuilles qui seront validées et non pas toutes les feuilles réalisées... Petite nuance, puisque avant, même si les feuilles étaient trop vides


pour être envoyées aux cercles, elles étaient comptabilisées et entraient dans le quota de visionnage que les cercles devaient fournir. Les visionneurs seront donc informés de la validation ou non de leurs feuilles, de même que les groupes dont sont issus les visionneurs. Nous espérons ainsi gagner en qualité. Dans la logique de ce que je viens d’expliquer précédemment, nous aimerions faire en sorte que les visionnages nous arrivent beaucoup plus vite. Il est bien noté dans le règlement qu’il faut qu’ils arrivent sous 15 jours, mais c’est tout de même

au bon vouloir des visionneurs. A nous de les encourager ! Il y a encore d’autres éléments qui sont dans le règlement mais qui ne sont pas forcément bien pris en compte. J’en parlais tout à l’heure, il s’agit de la bienveillance. Le règlement stipule que les feuilles trop engagées ou méchantes ne seront pas prises en compte. J’ai envie de dire qu’il n’y aura maintenant plus que les feuilles bienveillantes qui le seront ! à nous, Direction, de faire l’effort de communiquer à ce sujet et d’exiger des visionneurs que leurs feuilles soient rédigées de la sorte. Le visionnage est fait par les cercles et pour les cercles, il n’y a pas de raison pour que cela reste un vœux pieux. La formation visionnage est quelque chose qui revient souvent dans les discussions. Peux-tu nous parler de ce qu’il en sera maintenant ? S. B. : Le problème est que nous ne pouvons offrir dans une petite mallette toutes les connaissances culturelles nécessaires à l’exercice. Sans pouvoir tout connaître, il est néanmoins essentiel d’avoir un bagage minimum, faute de quoi les feuilles sont relativement vides. Il est donc important qu’en parallèle les visionneurs se forment

au sein de la Confédération, de leurs Fédérations, en participant activement aux diverses formations. La curiosité est très importante pour un visionneur ! Il est très intéressant aussi d’aller voir les autres groupes en spectacle sans pour autant faire des feuilles, d’aller voir d’autres formes de danse, d’autres spectacles... Cela permet de prendre du recul sur nos propres pratiques. Au-delà de ce bagage culturel, la Direction a toujours proposé une formation pour se lancer dans le visionnage. Malheureusement, ces dernières années, cette journée ou

Gaëlle CombaudSadeq

Marie Rioual

demi-journée ne semble plus suffire. L’année dernière déjà, nous souhaitions mettre en place un week-end complet de formation. C’est chose faite cette année. Cela permettra d’approfondir largement différents éléments fondamentaux. L’idée est de donner aux visionneurs ( à tous les visionneurs, pas seulement aux primo-visionneurs ) des outils d’analyse tant en danse, en costume, en musique qu’en mise en scène. Pour la Direction, cela serait formidable de pouvoir réunir notre centaine de visionneurs afin d’échanger avec eux tout un week-end. L’ensemble des ateliers sera animé par les membres de la Direction.

p.12

Des « Kement Tu » mis en place depuis maintenant 2 ans, tu en as été l’une des juges à Lorient. Peux-tu nous rappeler la conception de ces rencontres et tes impressions en qualité de juge ? S. B. : Les « Kements tu » se sont imposés à nous plus que nous ne les avons imposés. Plusieurs éléments ont fait que nous avons dû nous orienter vers cette proposition. Ce sont plutôt des dysfonctionnements qui nous ont amenés à organiser ces rencontres. Tout d’abord, notre idée était de proposer à tous les groupes des conditions scéniques correctes et

Philippe Chaquin

Cécile Chamaillard

équivalentes, ce qui est loin d’être toujours le cas lors des sorties. Pour certains groupes, il s’agit parfois de la seule scène correcte qu’ils auront de toute la saison et donc le seul visionnage réalisable, faute de propositions de sorties. De plus, il est intéressant pour la Direction de pouvoir comparer les groupes sur des durées équivalentes. Nous voulions aussi proposer des « super-visionnages » en choisissant dans la composition des « jurys » au moins un référent en danse, un en costume, un en mise en scène et un musique et ainsi produire une feuille de visionnage très complète. Il y avait aussi le fait qu’il y a trois ans, lorsque nous avons imaginé les Kement


tu, nous étions en perte de vitesse en quantité de visionneurs. Si nous ne pouvions plus aller vers les cercles, il fallait trouver une solution pour amener les cercles à nous. Nous avons fort heureusement pallié ce manque depuis. Tout ne s’est pas toujours déroulé comme nous l’entendions... Mais on s’améliore de date en date ! Il faut savoir que nous tenons à débattre ensemble à chaud, ce qui nous emmène à des heures très très tardives... Mais les débats et rédactions des fiches sont toujours très constructifs et très intéressants. Je pense que nous sommes conscients de nos loupés sur quelques Kement tu et travaillons à y remédier. Nous souhaitons sincèrement que ces Kement tu soient des moments de rencontres conviviales et non pas une pseudo ambiance de concours puisque concours il n’y a pas ! Cependant, il ne faut pas se leurrer. Le fait de faire se rencontrer plusieurs cercles d’un même niveau le même jour attise certainement la volonté de se démarquer, de bien faire, de faire mieux... et si cela booste la création, ce n’est que mieux ! Ces feuilles, comme pour les visionnages classiques, proposent un niveau. Ce dernier sera pris en compte lors de la réunion de fin d’année. Il compte cependant pour la moitié du niveau final et est donc en ce sens relativement important. Si on fait un très bon kement tu et une saison pas top, le résultat sera obligatoirement moyen ! Il s’agit plus d’une proposition de mise en catégorie. Nous nous sommes rendu compte que les niveaux proposés lors des Kement tu étaient quasiment les mêmes que ceux des visionnages classiques. Mes impressions... On passe toujours un très bon moment à regarder les cercles dans de belles conditions. Il est très intéressant de pouvoir échanger avec les juges, surtout lorsque nous sommes plusieurs sur la même « discipline ». J’étais avec Yann Busnel ( du cercle de CessonSévigné ) en mise en scène à Lorient. On ne se connaissait pas mais l’échange a été formidable. La rédaction des fiches se fait à chaud alors la fin de soirée fut un peu rude question neurones... On essaie d’apprécier à sa juste valeur le travail de chaque cercle, de les encourager, de les conseiller, de les questionner aussi.

plus assez de visionneurs pour pouvoir assurer correctement les missions qui sont les nôtres. La plupart des cercles ont été classés par défaut en 2009. Il n’y avait plus assez de feuilles pour les classer et ils ont donc conservé leurs classements de 2008. Il fallait trouver différentes solutions pour relancer la machine. Jusqu’alors, nous nous basions sur le volontariat et peu de cercles jouaient le jeu. Nous avons donc dû forcer un peu la main aux groupes et imposer ce système de pénalités. Depuis 2010, le règlement impose donc aux groupes de première et seconde catégories de produire cinq feuilles dans la saison et deux feuilles aux groupes de troisième et quatrième, sans quoi ils perdent 1/3 de niveau. Je pense sincèrement que tous les groupes ont la possibilité de réaliser ces feuilles. Il n’y a pas moins de gens débordés, moins occupés, avec moins de responsabilités dans les groupes de première et deuxième que dans les groupes de troisième et quatrième, encore moins de gens incapables... Le visionnage est fait par les cercles et pour les cercles et si tout le monde joue le jeu, le système perdurera sans problème. Il n’y aura alors plus besoin de pénalités. En 2010, pas mal de groupes ont perdu 1/3 de niveau. Ils pensaient certainement qu’on n’appliquerait pas le règlement. Il faut bien comprendre que nous n’avons pas instauré ça pour pénaliser les cercles mais au contraire pour que nous ayons

plus de feuilles afin de pouvoir attribuer aux groupes le niveau qui est le leur et pas celui que nous donnaient une feuille ou deux. En 2011, il n’y a plus eu qu’une dizaine de groupes à être pénalisée. Plus de 230 feuilles ont été faites, contre une centaine en 2009. Nous n’en sommes pas encore à la moyenne idéale de trois feuilles par groupe, mais nous y tendons. Le mot de la fin ? S. B. : Suite à différentes réunions que nous avons eu avec des cercles, nous nous sommes rendu compte que nous pêchions cruellement par manque de communication. Lorsque le système est bien expliqué, décortiqué, analysé, tout le monde semble adhérer. Aussi, cet échange tombe à point pour nous. Le règlement est envoyé tous les ans aux cercles ainsi qu’aux visionneurs. Il ne faut pas hésiter à le demander, à le lire. Pour terminer, je voudrais dire aux visionneurs qu’ils sont très importants pour nous, pour la Confédération, pas juste pour faire les feuilles mais pour tout l’engagement que cela implique. Merci à vous. Le mot de la fin sera : bienveillance encore et toujours ! propos recueillis par Florian Ferré © Photos : Confédération War’l Leur

Anne Le Bris < Formation visionnage du 10 et 11 Mars 2012

Un système de pénalités a été mis en place par la Direction visionnage depuis 2 ans. Peux-tu nous redéfinir ces pénalités et leurs finalités ? S. B. : Comme je l’expliquais, le système était au plus mal il y a trois ans. Nous n’avions

p.13


// Kement Tu Unan, daou, tri & Gouel War’l Leur Round Un Championnat de Bretagne de danse bretonne suivi et remarqué qui a le vent en poupe. Retour sur les trois dates de Kement Tu et Gouel War’l Leur.

L

a Confédération a mis en place cette année, grâce aux partenariats avec la Fédération War’l Leur Morbihan, le Cornouaille - Quimper et l’Interceltique de Lorient, les rencontres « Kement Tu » afin de mettre en valeur les acteurs de la Confédération War’l Leur : les cercles et leurs danseurs et musiciens. Pour la première fois, nous avons permis à 23 cercles de pouvoir se produire sur de belles scènes, dans d’excellentes conditions, mais plus encore de se rencontrer. Pour la première fois, j’ai eu la chance de participer à ces trois évènements, dans trois rôles différents : spectateur, acteur en coulisse et artiste. Je vais donc tenter ici de relater ce que j’ai vu : du plaisir et de la créativité !

> Ensemble bagad & cercle de Combrit

p.14


> Cercle de Plœmel

Unan… être spectateur. Le 9 Juillet à Grandchamp, la Fédération War’l Leur Morbihan a accueilli chaleureusement les cercles de Malestroit, Riec, Rhuys, Lorient/Brizeux, Plœmel, Locoal-Mendon, Orléans et Pont-Péan. Brizeux a ouvert la soirée et un voyage en pays vannetais ponctué par les cercles de Pont Pean et d’Orléans. Ce que j’ai pu apprécier c’est la diversité des choix scéniques : le respect de la forme traditionnelle de la danse, des tableaux représentant des tranches de vie du début du XXe, des situations humoristiques ou plus intimistes avec une valse romantique, musicaux ( l’énergie du bagad d’Orléans, groupe de musique avec des ajouts d’instruments comme le saxophone pour Riec, donnant une couleur à la scène, couple biniou bombarde…) mais aussi sur la mise en valeur des costumes. Bien que majoritairement de la même région, les cercles présents ont su décliner les particularités de chacun de leurs terroirs autant en danse qu’au niveau des costumes, coiffes…. On sentait dans ce spectacle l’implication et l’application qu’avait mis chacun des danseurs pour offrir un spectacle de qualité. Ce qui m’a frappé également, c’est que la danse traditionnelle bretonne est souvent représentée comme une activité de loisirs « has been », réservée aux personnes âgées. La soirée cassait ce préjugé. Parmi tous les cercles, était mis en valeur chacun des danseurs quel que soit son âge et les représentations finement pensées, comme le cercle de Plœmel qui a développé un thème autour de l’école sans tourner au ridicule les danseurs pour lesquels cela pouvait représenter un challenge. Enfin, j’ai été très émue par la gavotte finale qui a rassemblé les danseurs de la soirée mais aussi le public. Cela donnait une bonne image, que nous défendons et portons à War’l Leur, celle d’une culture à la fois soucieuse de maintenir la qualité

et la diversité des costumes, des danses et aussi de la faire évoluer.

> Ensemble Giz’ Kalon de Quimperlé

Daou… en direct des coulisses… Je vous propose de me suivre le 23 Juillet dernier, lors du Kement Tu accueilli par l’organisation du festival le Cornouaille, dans les coulisses du Théâtre de Quimper,

> Armor Argoat de Lorient

p.15

pendant ce marathon… Bon, ne vous fiez pas trop au timing, j’ai tellement couru que la notion du temps s’est envolée ! 14 h 00 : Arrivée au Théâtre de Cornouaille, les salariés sont déjà sur le pont, les kakemonos de la Confédération se dressent de part et d’autre de la scène. Le premier bus est arrivé. On fait connaissance avec l’équipe de techniciens et on prend nos marques dans le théâtre. 15 h 00 : Les balances commencent. La majorité des cercles est déjà sur place. Les danseurs prennent un café, fument dehors, une bigoudène s’habille aidée par sa mère…. Le bagad de Lann Bihoué débarque... Nous avons nos premiers coups de pression : où met- on les musiciens pour qu’ils puissent laisser leurs instruments en sécurité, les danseurs pour qu’ils s’habillent avec les 2 loges que nous avons et la toute petite arrière scène qui reste une fois les décors / accessoires de Quimperlé et Beuzec stockés. Entre temps, sur scène, défilent les groupes avec leurs musiciens… C’est le moment des derniers essais, des derniers repérages. Les danseurs prennent leurs marques… Nous donnons les consignes de circulation… Bref, je commence à regretter mon choix de chaussures. 18 h 18 : Les derniers cercles font leurs balances, les danseurs s’habillent. Répètent une dernière fois, la tension monte. De jeunes gens anonymes, on commence à voir émerger petit à petit des coiffes, des costumes, des broderies marquant leur appartenance à une région, un cercle, une tradition. 19 h 00 : Apéritif au Chapeau Rouge. L’équipe des bénévoles se détend un peu. On discute, on rit, la soirée s’annonce bien. Une fois que les groupes ont mangé. On avale son repas et c’est reparti ! Les coulisses sont en place, on a calé l’arrivée des danseurs et des musiciens en fonction des passages. On peut commencer. 20 h 30 : Le spectacle commence. Sébastien Miossec de sa voix suave présente la


> Cercle Bugale Melrand

soirée et la qualité des groupes qui vont se présenter. La salle est pleine ! Malheureusement, trop pleine pour devoir refuser du public ! Cependant, un honneur pour une scène nationale comme le Théâtre de Cornouaille. 20 h 40 : Giz’ Kalon ouvre le bal. Ils nous proposent une suite truculente sur la rencontre entre la culture traditionnelle et les cultures dansantes afro-américaines des années 30, 40, voir 50 qui marquent le début d’une certaine mondialisation culturelle. Un air de Nouvelle-Orléans sonne de bon goût dans la salle ! Des costumes partout en coulisse, leur staff est concentré et affairé. 21 h 05 : Les danseurs de Beuzec sont sur scène, il y a du monde sur et autour de la scène. Les foires de Pont-Croix peuvent commencer. Toute leur équipe est prête et opérationnelle… pour nous c’est le stress car nous manquons de place. Il faut garantir aux danseurs le maximum de place pour les changements sur les côtés de la scène… 21 h 30 : Le cercle du Croisty décline ensuite son monde de magie et de féerie… avec Soñjal, le nom de leur dernière création, histoire inspiré d’un cabaret ayant existé au Pays Pourlet. 21 h 50 : La tension monte chez les jeunes danseurs de Pont-l’Abbé avant leur entrée sur scène. Ils sont splendides, on sent toute l’attention émise et la pression pour être parfait. Et cela, jusqu’au détail du sautoir en fleur de cire que les filles revêtent au cours de leur suite… Majestueuses et bien récompensées par la direction visionnage avec le prix du costume attribué en 2011 en octobre dernier. Elles sortent les traits détendus et fières.

22 h 15 : Le cercle de Larmor-Plage est installé, les tabliers et autres changements de costumes sont prêts. Les danseuses se déploient sur scène envoutant le public conquis (si si on le sent des coulisses, ils sont captivés, charmés) … Vannes passe dans une demi-heure et l’accordéoniste a perdu son instrument ! Nous nous activons tous les bénévoles sont réquisitionnés pour pister l’accordéon perdu… 22 h 45 : On a retrouvé l’accordéon dans une des loges des bagadoù. Les danseurs du cercle de Vannes remis de leurs émotions, rentrent en scène. Le cercle de Cesson est déjà dans les starting blocks. Il y a du stress mais aussi du partage, tout le monde se regarde, s’encourage, discute des derniers changements… 23 h 15 : Yann Busnel du cercle de CessonSévigné conte une histoire envoûtante, celle de la légende de Brocéliande. 23 h 40 : les filles de St-Malo arrivent portant une statue de la vierge, toutes de blanc

chante, on danse, on échange sur la vie dans nos cercles, sur la soirée… bref…..et tout ça jusqu’à tard dans la nuit, et plus loin encore dans l’antre des techniciens, enchantés de leur soirée et du partenariat. Une belle récompense pour nous et une belle reconnaissance pour leur travail de l’ombre qui change tout à ce que nous avons présenté ce jour-là.

Tri… « C’est vous les artistes » « C’est vous les artistes » (pour le lire mettez un accent galicien, c’est nettement plus charmant). C’est ce que nous a dit une fois Carlos Nuñez à la fin du spectacle « Dañs Ar Vuhez » à Queven en 2001.Cela m’est toujours resté dans la tête. Pourtant c’était tellement évident : même la création en danse traditionnelle est une démarche artistique en soi. Et encore une fois, si cela ne le prouve pas : notre arrivée à Lorient

> Cercle Bleunioù Lann an Aven de Riec-sur-Bélon

vêtues. Dans les lumières des coulisses, c’est surréaliste ! Les changements de scène et les tableaux s’enchainent, les changements de costumes, les incidents de « manchettes qui tombent sous la scène »…. Dans une joyeuse bousculade qui s’efface sur scène pour laisser place à la majesté de la mise en scène. 0 h 00 : Le rideau se referme sous une salve d’applaudissements du public convaincu que « Kement Tu / Quimper » aura montré le meilleur de la danse traditionnelle contemporaine bretonne. 0 h 30 : Les cercles ont déjà quitté le théâtre, nous finissons de ramasser les déchets qui trainent, enlever la signalisation, aux côtés des techniciens qui démontent, sans tarder, pour le spectacle du lendemain. Le jury déménage pour finir de délibérer tranquillement après un dernier café. Après 1 h : Nous sommes invités avec les techniciens pour un apéro au pied du car du cercle de Larmor-Plage, il y a des danseurs de partout, on discute, on

p.16

sous le grand chapiteau, l’installation dans les loges et les premiers contacts

> Cercle de Pont-Péan


avec les techniciens venaient bien le confirmer. C’était bien nous qui étions au centre des préoccupations, c’est bien nous qui faisions le spectacle. Il pleut des cordes dehors. La pression monte. On s’habille partout, on retouche les derniers rubans, les dernières épingles. On fait les derniers essais, les derniers tests en conditions réelles avec les costumes. Certains cherchent le calme dans les canapés, les yeux fermés la tête posée de côté tout en restant attentifs à l’état de leur tenue ! L’apéro et le déjeuner sont pris gaiement mais dans une certaine attente, l’heure du spectacle se rapproche. Un maquilleur s’active auprès des filles de Melrand. Le spectacle démarré nous sommes en arrière scène, nous essayons tant bien que mal de suivre ce qui se passe sur scène. On capte des influences et des inspirations différentes mais toujours la même implication des danseurs dans la réussite. Nous sommes les derniers. Nous sommes en place, on voit les derniers danseurs donner encore le meilleur d’eux-mêmes en une sortie dynamique et pêchue. Les lumières nous éclairent, le public est en attente. Les techniciens sont mobilisés, les musiciens à fond. C’est parti pour le grand saut. On peut tout donner. Malgré la pluie, nous avons tous fait honneur au courage du public qui s’était déplacé et à la culture bretonne dans ce Haut Lieu de la reconnaissance mondiale, cette vitrine internationale exceptionnelle de notre culture. Ce qui différencie bien Kement Tu, d’un concours, c’est ce que nous en faisons nous, les cercles. Ce sont des moments de rencontres et de convivialité avant tout, et c’est bien sur cela qu’il faut continuer à travailler ensemble : un spectacle de bonne qualité qui mette en valeur nos compétences ( costumes, musique, danses, mise en scène ) et des rencontres conviviales.

> Kement Tu / Quimper Rencontre d’ensembles de 1e catégorie.

> Kement Tu / Lorient. Rencontre d’ensembles de 1e & 2e catégorie

Audrey PAvAgeAU © Photos : Fred HARNOIS

> Kement Tu / Grand-Champ. Rencontre d’ensembles de 2e & 3e catégorie

p.17

> Ensemble Danserien ar vro Pourlet du Croisty


© Fred Harnois

< Quic en Groigne de Saint-Malo, sacré champion de Bretagne de danse traditionnelle .

// claSSement 2011 CHaMPion de Bretagne 2011 Quic en Groigne de Saint-Malo Lauréat SeConde Catégorie Bleunioù Lann an Aven de Riec-sur-Bélon Lauréat troiSiÈMe Catégorie A Greiz Kalon de Guérande Prix « Costume homme » Cercle de Beuzec-Cap-Sizun Prix « Costume femme » Cercle de Pont-l’Abbé Prix « Coup de coeur scénique » Cercle d’Orléans Prix « Musique » Cercle du Croisty pour le groupe « Skolpad » Prix «visionneur» : ( Meilleur visionneur )

Béatrice Day Prix « Primo visionneur » : ( Premier visionnage )

Jean-Pierre Larvor Prix «Cercles visionneurs » : ( Cercle ayant participé le plus au visionnage )

Cercle de Vannes et Cercle de La Forêt-Fouesnant

renkadoù 2011

PremiÈre Catégorie Beuzec-Cap-Sizun Le Croisty Saint-Malo Vannes Clisson Larmor-Plage Quimperlé Cesson-Sévigné Concarneau élliant Landrévarzec Lorient (Armor-Argoat) Lorient (Bugale) Pont-l’Abbé

troisiÈme Catégorie 1+ 1+ 1+ 1+ 1 1 1 1111111-

seConde Catégorie Melrand Pays d’Iroise Quimper (Danserien) Saint-Grégoire Riec-sur-Bélon Bannalec Batz-sur-Mer La Forêt-Fouesnant Le Croisic Nantes Orléans Perros-Guirec Bordeaux Combrit Fouesnant La Baule Quimper (Moulin Vert)

p.18

2+ 2+ 2+ 2+ 2+ 2 2 2 2 2 2 2 22222-

Goussainville Guérande Locoal-Mendon Pont-Péan Ancenis Malestroit Plœmel Querrien Chartres-de-Bretagne Crozon Plérin Vern-sur-Seiche

3+ 3+ 3+ 3+ 3 3 3 3 3333-

QuatriÈme Catégorie Blois Caen Languidic Lille Lorient (Brizeux) Noyalo Saint-André-des-Eaux Baden Penmarc’h Plœmeur

4+ 4+ 4+ 4+ 4+ 4+ 4+ 4 4 4

grouPes non Classés Clermont-Ferrand Equeurdreville L’Hermitage


// Beuzec Cap Sizun : Cercle du bout du monde

Au terme de la saison 2011, le Cercle de Beuzec Cap Sizun, s’est hissé parmi l’élite des groupes de 1+ de la Confédération. Un travail de longue haleine qui finit par payer et sur lequel Fred Faussier, responsable du groupe, va nous en dévoiler un peu plus.

B

onjour Fred, tu es le responsable du Cercle des Bruyères, peuxtu nous présenter succinctement l’ensemble de Beuzec-Cap-Sizun ? Fred Faussier : Le Cercle des Bruyères est un ensemble qui a été créé en 1969

Beuzec ar c’hap : Kelc’h penn ar bed

à Beuzec-Cap-Sizun, un petit bout du monde, à la pointe sud finistérienne, appelé traditionnellement le « Cap Sizun ». Le Cercle est classé depuis fin 2011 en 1+ de la Confédération War’l Leur et compte actuellement environ quarante-cinq danseurs adultes et une soixantaine d’enfants. Le Cercle travaille depuis toujours et indissociablement avec le Bagad Beuzeg ( 45 sonneurs ) qui évolue en première catégorie de la Bodadeg ar Sonerien, l’assemblée des sonneurs de Bretagne. D’autres sections composent cet ensemble riche de plus de 200 membres : un atelier couture, un

p.19

atelier broderie, une école de formation en musique traditionnelle et un Bagadig. Le Groupe des Bruyères est l’une des plus grosses associations du Cap Sizun ! Beuzec est donc un ensemble bagad cercle comme il en existe peu maintenant en Bretagne, comment ça se passe de travailler avec un bagad ? Et quelle est la démarche artistique de Beuzec ? F. F. : Il y a toujours eu une bonne entente entre le Bagad et le Cercle. Il y a une très forte complicité, due à notre manière de concevoir un concert ou une suite chorégraphique. Une


commission « spectacle » a été créée avec des représentants du Cercle et du Bagad. Souvent le Cercle travaille en amont sur des thèmes possibles de spectacle, des idées générales, des lignes directrices etc. Mais il n’est pas question que chacun avance dans son coin, avec une mise en commun 15 jours avant une présentation au public ! C’est un travail à l’année avec beaucoup de rencontres formelles et informelles. Les propositions vont dans les deux sens, chacun exprime ses idées, ses envies, autant danseurs que musiciens. Ça fonctionne très bien si l’on est capable de comprendre les contraintes des uns et des autres et de discerner les forces et les faiblesses des uns et des autres. Les membres du Bagad peuvent proposer des idées de mise en scène, les danseurs proposer des idées musicales. Nous formons un seul groupe et avançons tous ensemble. Le point de départ est souvent le terroir imposé du concours de Printemps du Bagad. Chaque année, le terroir change et la rotation exploite la totalité des terroirs bretons aussi bien du terroir bigouden au terroir nantais. Sur ces terroirs, les musiciens commencent à faire un premier choix sur les airs à danser, les marches et les mélodies. Ceux-ci sont dans un premier temps proposés et discutés avec le Cercle. Ensuite démarre la phase d’écriture musicale qui après beaucoup d’écoutes, de rencontres, de témoignages, forme un premier jet qui est ensuite discuté entre les responsables musicaux du Bagad. Cette étape est réalisée dans un souci de respect du terroir en adéquation avec le règlement du concours B.A.S. mais aussi et bien sûr, dans un souci de mise en scène future. Ensuite, nous finalisons l’écriture avec les arrangements « à la Beuzec » : pêchue mais en respectant l’authenticité des thèmes. Le Cercle lui, écrit ses chorégraphies sur les « suites concours » du Bagad. Mais elles ne sont pas figées, il y a toujours la possibilité de modifier les thèmes musicaux en rajoutant ou en supprimant certains. Une fois que l’on s’est mis d’accord, les chorégraphes passent à l’écriture des suites. Cela demande beaucoup d’écoute et une profonde immersion dans la suite musicale pour décotter toutes les subtilités des arrangements et ainsi répondre chorégraphiquement à la musique. Nous travaillons essentiellement sur bande son. Généralement, il n’y pas plus de une à deux répétitions générales

avant la grande première. Nous attachons une importance particulière à la compréhension de ce que nous dansons et de ce que les musiciens jouent. Pour ça, le sonneur se doit d’être danseur au moins à minima ! Et vice-versa pour le danseur sur la compréhension musicale. En ce sens, nous avons par exemple réalisé un stage commun Bagad/Cercle avec Alan Pierre sur la danse en Pays de Calanhel. Tout le monde s’est pris au jeu et cela a créé une complicité certaine pour la suite entre musiciens et danseurs. La complicité, je pense que c’est vraiment la force de Beuzec. Et cette ambiance on la retrouve aussi bien en répétition que sur scène lors de nos différentes prestations.

Définirais-tu Beuzec comme un groupe dit «traditionnel» ? F. F. : Oui et non. Oui dans le sens où l’on pratique la danse traditionnelle, on porte des costumes ou des reconstitutions qui se rapprochent le plus de la tradition, on fait des choix de thème de spectacle en se référant à la tradition (je pense par exemple au spectacle « Foar Ar Pont »). Et d’un côté, non car lorsque l’on choisit de monter sur scène, et de faire de la chorégraphie, nous ne sommes plus dans la danse traditionnelle et la tradition. Je pense par exemple à notre précédent spectacle «Kab’an Diaoul» dans lequel nous avions fait le choix de danser du French Cancan et du Charleston. Souvent, on retrouve dans divers groupes des danses inventées ou mixées issues

p.20

« d’autres univers ». Les cercles ont pas mal innové ces dernières années, ça évolue et il le faut, mais il faut trouver le juste milieu. Chez nous à Beuzec « la danse traditionnelle » occupe quand même une bonne partie de nos spectacles. Vous venez d’accéder à la catégorie 1+ l’année dernière, le cercle très fermé des meilleurs groupes de Bretagne, quels sont, penses-tu les axes sur lesquels vous avez beaucoup travaillé et qui auraient marqué ? F. F. : Notre point fort de ces dernières années c’est notre patrimoine vestimentaire. Depuis de nombreuses années, nous avons fait un travail considérable de recherches de pièces anciennes et de documentation iconographique sur les costumes du Cap Sizun, ces recherches portent aujourd’hui leurs fruits. La direction visionnage nous a décerné le prix «costumes» pour les spectacles « Kab’an Diaoul » et « Foar Ar Pont ». De plus à Beuzec nous avons la chance d’avoir un effectif féminin important, ce qui nous permet de bien exploiter et de mettre en valeur ce riche vestiaire Capiste. Et puis, je pense que notre travail chorégraphique a aussi évolué ces dernières années, l’équipe s’est rajeunie, amenant de nouvelles idées. Je suppose que tu n’es pas tout seul à gérer le Cercle. Peux-tu nous présenter ton équipe de travail ? F. F. : Je suis entouré d’une très bonne équipe. Aux répétitions « trad » il y a Anthony Guéguen, Fabien Danzé, Morgane Le Guirriec et moi-même. On gère essentiellement la transmission (et le perfectionnement) des danses traditionnelles aux autres danseurs soit par nous-même soit par un référent. A l’écriture chorégraphique, il y a Anthony Guéguen, Stéphanie Le Corre et Morgane Le Guirriec. Et aux costumes, il y a Marie Poulhazan et moi-même. En lien, on a également une équipe de couturières et de brodeuses qui compte soit des danseurs et danseuses du groupe soit des leurs mères. Et sans oublier à l’écriture musicale du Bagad, Gildas Le Bihan, le Penn Sonneur. Comment concevez-vous la formation et la transmission à Beuzec ? F. F. : à Beuzec, on estime que la formation et la transmission sont très importantes pour la vie et la pérennité d’un cercle. Cela se passe bien sûr au niveau du groupe enfants. Sur cette formation, nous avons une très bonne équipe bien structurée issus du Cercle et cela se passe


Hormis un titre, quelle serait ton souhait avec le Cercle ? Une scène particulière ? Une collaboration ? F. F. : Une scène que j’aurais aimé faire est celle des « nuits de la Saint-Patrick ». Je pense que cela devait être assez impressionnant à vivre. Quand à une collaboration avec un autre groupe pourquoi pas, nous l’avons déjà fait avec le cercle de St-Evarzec, c’était très enrichissant, mais aussi très prenant, à voir. Mais c’est vrai que mon rêve serait quand même de décrocher ce titre de « Champion de Bretagne ». Ça serait quand même le summum pour le groupe. Un jour peut-être ... > Kab an Diaoul, le cabaret breton création 2010

relativement bien. On compte 60 enfants inscrits depuis quelques années et nous nous arrêtons à ce chiffre ( en faisant des déçus chaque année ! ), dans un souci de bonne organisation. Déjà nous sommes obligés de répartir ces 60 enfants en 4 groupes avec des horaires et des lieux de répétition différents pour chacun et cela demande beaucoup à notre équipe d’encadrants. Le cercle « enfants » reste avant tout un vivier indéniable et irremplaçable qui nous garantit chaque année l’arrivée de nouveaux danseurs au groupe adulte. Pour le Cercle c’est un sujet plus difficile et c’est l’une de mes principales préoccupations. Lorsque j’ai commencé à mener le Cercle, nous étions classés en 3e catégorie, nous avons gravi les échelons petit à petit, avant de pouvoir atteindre le haut du tableau aujourd’hui. Cela fait environ 20 ans que je suis à ce poste et j’aimerais bien que quelqu’un ou quelqu’une prenne le relais. Ce n’est pas facile, il faut s’investir pleinement, pouvoir et savoir motiver ses troupes constamment autour d’un ou plusieurs projets. Le Cercle occupe une très grande place dans la vie quotidienne avec ses peines bien sûr mais aussi et surtout ses joies. Car je pense que je n’aurais pas continué autant de temps si le Cercle n’avait pas été un plaisir avant tout. Personnellement, aujourd’hui je me dis que ma « carrière » de meneur de répé et de danseur touche à sa fin. Il est temps de voir plus loin et de former aussi les futurs encadrants ! J’y tiens. Il ne faut pas se satisfaire d’avoir atteint un niveau. C’est la pérennité du Cercle qui m’importe.

en République Tchèque mémorable. Ensuite il y a l’année 2000 avec notre nomination comme ensemble départemental du Finistère et l’élection d’Hélène Kerloc’h comme Reine de Cornouaille. Il y a eu aussi l’élection de Marie Poulhazan, Reine de Cornouaille 2006 et plus récemment celle de Marine Plouhinec en 2010 comme deuxième demoiselle d’honneur. Autre moment fort, la création du spectacle « Euredenn » en collaboration avec le cercle de St-Evarzec. Une manière différente de travailler, des moments d’échanges et de belles rencontres. Et bien sûr l’année dernière, avec un superbe cadre que l’ensemble du groupe des Bruyères m’a offert sur scène lors de la Fête des Bruyères à Beuzec. A la conclusion de tous ces beaux et bons moments, il y a eu notre montée en catégorie en 1+ en octobre dernier. > Foar Ar Pont, création 2011

Quelles sont tes plus beaux souvenirs avec le groupe ? F. F. : Il y en a pas mal ! Je vais commencer par l’année 1993 et un voyage de dix jours

p.21

Un petit mot sur votre prochain spectacle ou c’est top secret ? F. F. : On travaille actuellement sur notre prochaine création : Les foires de PontCroix. On a créé un premier tableau l’année dernière que l’on a présenté à Kement Tu et durant tout l’été. Pour cette saison, nous travaillons actuellement sur le deuxième tableau avec pas mal de nouveautés, des surprises au niveau des costumes, mais je n’en dis pas plus. Il faudra venir nous voir cet été tout simplement ! Propos recueillis par Florian Ferré Photos : Fred HARNOIS, Cercle de Beuzec


> Roland Becker, initiateur du projet

un repas convivial au cours duquel les discussions furent légères et particulièrement enjouées, comme pour exorciser peut-être certaines appréhensions communes, de celles que nourrissent parfois le doute et l’incertitude. Une seule chose était sûre : aucune dimension mégalomaniaque ni aucune prétention néo-révolutionnaire ne viendraient animer cette expérience… juste l’envie d’essayer, de tenter, d’expérimenter. Une fois les corps réveillés et les esprits mis en alerte par une demi-heure d’échauffements ludiques, les premières notes des compositions de Roland Becker retentirent dans la salle : l’aventure pouvait alors commencer... Les danseurs-explorateurs esquissèrent de suite quelques pas sur ces musiques de prime abord familières ( de par notamment les instruments utilisés ) pour en découvrirent soudainement la singularité. Oubliés les rythmes et structures dont tous étaient coutumiers : aujourd’hui, les gavottes passent à neuf temps, l’hanter dro en oublie un, les laridés en alignent une douzaine et les arrangements mènent vers d’autres dimensions !

// Test « ADN » : un projet, deux confédérations.

T

out a commencé il y a un peu plus d’un an et demi… Sur invitation du musicien Roland Becker, des responsables des Confédérations War’l Leur et Kendalc’h se sont réunis pour esquisser les premiers contours d’un projet pour le moins original : partir ensemble à la découverte d’un répertoire de danses bretonnes… qui n’existent pas ! Ces danses, supposément cachées dans les méandres d’un labyrinthe où tradition et imagination s’entremêleraient, seront l’objet d’une quête, celle que mèneront des danseuses et danseurs venus des quatre coins de la Bretagne. Ainsi, le 1er octobre 2011, une cinquantaine de membres des cercles des deux Confédérations de danse rejoignirent à Elven l’initiateur de cette aventure, Roland Becker, dont les créations musicales serviraient de portes d’entrée vers un dédale où toutes et tous allaient partir, avec humilité et curiosité, à la recherche d’une tradition nouvelle, entre passé à venir et futur d’autrefois… Après quelques mots d’introduction des différents responsables sur les tenants et aboutissants du projet, tous les protagonistes partagèrent en premier lieu

Test «ADN» : ur ragtres, daou gengevred

Chaque nouvelle mélodie entrouvrit alors un passage que l’individu franchissait pour découvrir un chemin des possibles sur lequel il devait avancer, n’ayant pour boussole que l’héritage de notre tradition dansée, afin d’y recueillir des éléments qui, une fois réunis, feraient naitre, peut-être, une ronde nouvelle, un cortège insolite ou une chaine singulière… Qu’importe par ailleurs que cette exploration imaginaire se fasse en solitaire pour les uns ou main dans la main pour d’autres car ce qui transparaissait alors de façon lumineuse, dans l’ici et le maintenant, c’était la fougue, l’envie, l’entrain dont tous firent preuve. Et d’esquisses prometteuses en tentatives avortées, de gestes maladroits en trouvailles surprenantes, l’alchimie parfois fonctionna, faisant éclore une danse, suffisamment fluide, évidente, pour que tout le monde veuille instinctivement s’y mêler et goûter au plaisir d’une découverte alors partagée. Mais il n’est pas de labyrinthe sans impasses et au milieu du voyage, force est de constater que beaucoup s’étaient peut-être perdus. Non point qu’ils aient oublié le sens de leur quête, tant il était évident que chacun avait toujours su

p.22

garder intact le précieux fil entre tradition et imagination, mais s’aventurer en terre inconnue n’est pas une mince affaire. La fatigue et le doute guettent, l’inspiration cède le pas à l’hésitation… Cependant la désorientation aura été éphémère : le temps d’une gavotte classique et après une collation rapide, chacun retrouva ses repères, se recentra, pour enfin repartir explorer à nouveau. Il y eu encore de belles choses dans cette dernière partie du voyage et quand l’heure du retour à la réalité sonna, toutes et tous surent qu’ils venaient de participer à une excursion riche de promesses à venir, chacun ayant deviné que cette première journée en appelait forcément d’autres, pour que ce test d’un jour soit, peut-être, au final, seulement la première des escales d’une grande odyssée. En me relisant, je devine par avance le sourire qu’auront plusieurs de mes amis – et peut-être d’autres - en découvrant ces quelques lignes : ils s’amusent souvent, mais toujours avec bienveillance, des phrases alambiquées et du lyrisme de pacotille symptomatiques de mes textes traitant des sujets qui me tiennent par-

ticulièrement à cœur. Et ce projet, dont je témoigne ici en tant qu’observateur attentif, en est clairement un tant il fut annonciateur de bons présages : celui tout d’abord de pouvoir vivre à nouveau des journées aussi enrichissantes que celle-ci autour de notre passion commune pour une même culture ; celui, utopique peut-être, de voir émerger du dédale ne serait-ce qu’une de ces « Anciennes Danses Nouvelles » tant convoitées ; quand au troisième, il ne tiendrait qu’à nous d’en faire peut-être un jour une réalité : l’éclosion d’une seule et unique Confédération de danse bretonne, fruit de l’union de War’l Leur et Kendalc’h, car après cette journée, j’en suis sûr, c’est ensemble que nous pourrons dessiner le plus beau des avenirs pour la danse bretonne ! Karl Blanchet © Photos : OZ Production


// Formation - Stummiñ - Formézon

> Atelier Broderie, formation « Loustig » 2011

// Le cycle de formation Une politique et un plan de formation annuel qui chaque année fait le plein : retour sur les formations confédérales.

L

le cycle 2011 / 2012 des formations de la Confédération War’l Leur s’est parfaitement déroulé ! Le passage de relais entre Pauline et Marlène avec Tristan, nouvellement arrivé en pleine saison de formation a été un succès . L’extrême richesse du programme a été saluée par de nombreux encouragements de la part des membres avec pour les années à venir des propositions étonnantes et pertinentes. Vivement l’automne !

FORMATION JEUNES ( 11 - 16 ans )

C

e sont donc les jeunes de 11 à 15 ans qui ont lancé les festivités avec la formation « Jeunes » de la Toussaint qui s’est déroulée le 31 octobre et 1er novembre 2011. Ils ont pu découvrir ou approfondir leurs connaissances en Pays Cap Sizun avec Fred Faussier et Morgane Le Guirriec, en Pays de Chateauneuf avec Tristan Gloaguen, en Gavottes de l’Aven

Heuliad ar stummiñ

avec Damien Quiniou, Emeline Thiéry, Audrey Le Douce et Pauline Vercruysse et sur le Pays Goëlo avec Yvette L’Hostis. En fin de journée, une soirée Halloween animée par Yann Hiriat, DJ, a été organisée à Amzer Nevez afin de diversifier le week-end et permettre aux stagiaires de relacher un peu. La Confédération a pour vocation principale de transmettre son patrimoine breton, mais elle se garde aussi avant tout de donner à ses stages des conditions agréables de convivialité et d’ouverture. La formation s’est terminée par une révision générale des danses acquises durant le weekend et qui auront donné aux stagiaires une vision plus large de leur pratique bretonne. Ce stage a rassemblé quelque soixante-dix jeunes. Pauline VERCRUYSSE © Photos : Confédération War’l Leur

< Atelier Dañs Fisel, formation MIZ DU 2011

p.23


STAGE MIZ DU Formation danse et broderie adulte.

G

rand rendez-vous de l’automne, dans le calendrier des formations adultes, MIZ DU a rassemblé cette année soixante dix stagiaires d’une quinzaine de cercles.En formation danse, il aura été abordé cette année la danse Fisel, les danses du Léon, les danses du Cap Sizun et le Kas a barzh vu sous 3 modes avec 3 intervenants différents. Une expérience concluante pour permettre l’approche d’une danse à travers ses enseignements et la confrontation de celle ci. En soirée, un atelier « chant dans la ronde en Gallo » animé par Mathieu Guitton aura permis d’entrer dans la danse et de toucher à la langue gallèse et ses subtilités. MIZ DU c’est également un stage avec une initiation sur une autre culture dansée. Cette année, c’est le répertoire Klezmer qui aura été mis à l’honneur. La culture Klezmer correspond à la tradition musicale issue de l’identité religieuse des juifs Ashkénazes d’Europe centrale et d’Europe de l’Est. Si sa culture musicale jouit d’un plus grand écho de part sa renommée, sa richesse rythmique et son mélange avec les cultures où elle s’est implantée ( identités slaves et tziganes ), les stagaires y auront abordé la danse dans toute sa complexité. L’une des grandes différences en dehors d’un départ pied droit, réside dans le langage corporel d’improvisation, en particulier par les mouvements des bras et des mains, ainsi que par le jeu de jambes chez les hommes, qui tranche avec la «réclusion» du corps chez les bretons. Un excercice difficile et étonnant qui n’aura pas empêché quelques uns de laisser échapper de bien belles expressions. Côté broderie, une vingtaine de personnes était au rendez-vous. Entre la confection de filet, le filet brodé, le macramé (fils et rubans) et les projets personnels, il y avait de quoi échanger en matière de costumes. Effet non récent, mais qu’il faut souligner, de nombreux jeunes, filles commes garçons, étaient présents dans un cadre toujours bon enfant ! Pauline Vercruysse

WAR AR MENEZ / Danse - Musique- Kan Ha Diskan Une formule concluante

P

our une première à Brasparts, ce stage (organisé en partenariat avec la Fédération War’l Leur penn ar bed) fut une parfaite réussite, de l’aveu même des participants et des animateurs. Venu pour ma part filmer des extraits, je me suis pris au jeu et reparti avec une bonne dizaine d’heures de video. Samedi 28 janvier après-midi, entre un avant deux de Bazouges enseigné par Jeanne et Jean Luc Dubois, et une gavotte Kernevodez par Gilles Le Goff, les danseurs ont pu appréhender bien d’autres choses qu’une technique de danse, ils ont été plongés dans le terroir, son histoire, son esprit. Le dimanche après-midi, les frères Lallour ont porté haut les couleurs de Calanhel. De chacune des interventions, les jeunes danseurs (et quelques moins jeunes) auront retenu qu’au delà de la technique, chacun met sa touche personnelle pour s’approprier la danse. Dimanche matin, après un magnifique lever de soleil immortalisé par Florian et un petit déjeuner de remise en forme, Viviane Hélias a fait partager sa longue expérience du collectage, images et verbe à l’appui. Intervention complétée de celles de Gilles Le Goff et de Jean-Luc Dubois, mettant en exergue l’importance qu’a revêtu ce collectage dans la transmission du patrimoine. Sans ce travail de fond et de longue haleine, combien de danses seraient-elles parvenues jusqu’à nous ? Grands moments d’émotion et de respect… Dans la salle voisine, c’est Josiane Irvoas, secondée par Hervé ( père ) qui présentait les costumes et coiffes de son terroir, et ce n’est pas sans émotion que j’ai revu entre ses mains la coiffe de Marie Larvor ( épouse Riou ), cousine germaine de mon propre père et dernière femme de Saint Goazec à avoir porté le costume traditionnel chaque jour. Les stagiaires et les animateurs n’en ont cependant pas perdu l’appétit et tous ont apprécié la qualité de la cuisine préparée par l’équipe du centre. C’est sans doute pour les remercier que les premiers chants se sont fait entendre à la fin du dîner de samedi, entraînant les convives dans une gavotte improvisée. La soirée se poursuivra avec Alan Pierre qui mènera le chant dans la ronde avec l’enthousiasme qu’on lui connaît, avant que le couple d’Hervé Irvoas père et fils ne viennent faire la surprise de sonner quelques airs, vite rejoints par quelques talabarders présents dans l’assistance. Le groupe de musiciens emmené par Tristan prenait ensuite le relais pour la plus grande joie de tous. Merci donc à vous tous, animateurs, stagiaires, y compris ceux qui ont oeuvré dans l’ombre, de m’avoir permis de vivre un week end de rêve. J’attends avec impatience de renouveler cette expérience, l’an prochain sans doute ? Jean-Pierre LARVOR Pour information, vous pouvez visionner sur le profil « YouTube » de la Confédération les images des stages de danse.

> Les stagiaires de War ar menez

p.24


« Tour du pays gallo » animé par Alan Pierre Chants à danser, chants à répéter, danses jeux se sont succédés. Alan a fait notamment chanter son fameux Penn gobilo, Penn gobilobili avec les 2 phrases fétiches « le feu dans la paillasse a pris, j’ai trouvé mon mari rôti ». Et là, des éclats de rire à chaque groupe. Le must : la découverte de l’accordéon, Alan, avec passion, est parti de l’harmonica, pour leur expliquer le fonctionnement de cet instrument, et un accordéon démonté a fait le reste. Soufflet, boutons des basses et des accords, sommier de la première rangée n’ont plus de secrets pour eux. Initiation au breton animé par Thierry Riou En premier, les loustigs ont travaillé sur les chiffres unan, daou, tri… nav, dek, et en très peu de temps, en répétant après Thierry, ils sont entrés dans la langue bretonne, inconnue pour la majorité des stagiaires. Ensuite, ils ont enchaîné avec l’histoire de « daou gi bihan o vont d’ar c’hoad », puis les couleurs avec « Lulu al lapin ». Ensuite, le jeu de la chaise musicale leur a permis de mettre en application l’apprentissage des couleurs. Pour finir, le conte de Fanchig et sa chèvre a été le fil conducteur de coloriages. Avec tout ce programme, Thierry leur a transmis les bases et surement l’envie de continuer l’apprentissage de la langue bretonne.

FORMATION LOUSTIG (6 -10 ans) Carton plein ! Le stage des enfants de 6 à 10 ans s’est déroulé les 10 et 11 février au centre Amzer Nevez à Plœmeur. Les loustigs étaient au rendez-vous malgré des températures négatives. La première étape pour les groupes éloignés : « caler les estomacs » avec un pique-nique. Puis, Tristan et Florian ont accueilli nos loustigs et le ton a été donné par un premier jeu. Il s’agissait de trouver son groupe sur les affiches aux quatre coins du hall : c’était l’effervescence, ils étaient fiers de venir réclamer un ruban de la couleur de leur groupe : melenn (jaune), ruz (rouge), glaz (bleu) ou gwenn ha du (noir et blanc). Super, la couleur leur permettait de savoir par quel atelier ils allaient commencer, c’était donc très facile de se repérer.

Soirée Après le repas, la soirée a débuté par la prestation du bagad Sonerien An Oriant. Il s’agissait de l’avant-première du concours des bagadoù de première catégorie au Quartz à Brest. Cette répétition a permis aux loustigs de danser une gavotte. Et puis le fest-nozig animé par Thierry, Alan, Erwann et Tristan a eu un réel succès. Les enfants de plusieurs groupes ont même chanté pour leurs copains et tout le monde dansait. Les accompagnateurs se sont impliqués dans cette soirée, par des danses jeux et des chants à répéter. Très bonne ambiance durant cette soirée !

Musique Verte animé par Erwan Lherminier Découverte, étonnement, surprise, magie ! Erwan les a emportés dans son monde magique de musique verte. Les loustigs ont découvert qu’une feuille, un gland, des herbes, de l’eau, du bois sont des instruments naturels émettant des sons. Erwan a produit des sons de divers oiseaux en parlant leur langage. Les apprentis sonneurs et luthiers en herbe ont fabriqué des mirlitons, et le soir, des concerts ont eu lieu dans certains dortoirs, preuve qu’ils ont adopté l’enseignement d’Erwan !

Fin de stage : Dimanche vers 16 h30 après un goûter bien mérité, une dernière danse « mains aux genoux » chantée par Thierry a réuni les loustigs. Puis le débriefing a été très instructif. Ils étaient contents et ont aimé tous les ateliers, avec une mention spéciale pour la broderie. Ils ont lancé plein d’idées pour l’année prochaine : Atelier couture, Fabrication de costumes, Initiation aux costumes et aux coiffes, Jeux bretons, Histoire de la Bretagne, Dessin…

Initiation à la broderie Viviane, Carine, Jocelyne et Elisabeth ont animé l’atelier le samedi et le dimanche, avec toujours autant de succès. Les aiguilles enfilées et les premières explications « sur le point de tige », les loustigs étaient au maximum de leur concentration, les premiers points apparaissaient et les fruits prenaient forme. Il suffisait de suivre le trait du dessin avec application, les yeux brillants quand ils levaient le bout du nez en disaient long sur leur réussite.

Félicitations aux intervenants pour la réussite de ce stage et à Tristan et Florian pour l’organisation sans faille. Françoise POULIQUEN NB : des vidéos de chaque atelier sont consultables sur le profil Facebook de la Confédération.

< Stage «Loustig»

p.25


< Stage Plescop, initiation aux danses asturiennes

Stage Plescop Un partenariat prometteur

de chanter dans la ronde et c’est avec plaisir que nous nous y sommes adonnés. Une petite surprise nous attendait… une inscription au concours de chant de l’après-midi ! Là, je dois avouer que j’étais un peu sceptique, comme quelques uns d’entre nous. Mais Catherine a su nous mettre en confiance et nous nous sommes pris au jeu en reprenant plusieurs fois quelques chants. Nous avons fini nous-mêmes par choisir ce que nous voulions chanter : laridés jeu, rond et bal paludier menés par la jolie voix de Maïna du Cercle de Guérande. Roue Waroch restant avant tout un festival « familial », surtout le dimanche, ce concours s’est révélé très sympathique, le public s’est joint à nous pour danser et tout le monde a bien suivi. Je garde de ce week-end un agréable souvenir d’échanges et de découvertes et je suis prête pour un nouveau rendez-vous. Un grand merci aux animateurs de ces deux jours.

Un nouveau rendez-vous à Plescop dans le cadre du festival du Roue Waroch nous attendait les 18 et 19 février dernier. Cette année, Roue Waroch s’étant mis aux couleurs des Asturies, nous avons commencé le week-end avec une découverte des danses asturiennes. Stage animé par Paulino SANTIRSO et Maria VASQUEZ, la «crême de la danse asturienne ». L’ambiance était là : Il faut dire que l’entrain des intervenants et de leurs musiciens et le dynamisme de leurs danses y ont été pour beaucoup. Nos bras et nos jambes s’en sont souvenus pendant quelques temps… Après un passage aux gîtes, petit plongeon dans l’univers du festival avec concerts et festoù-noz où nous avons pu retrouver nos amis asturiens et esquisser quelques pas avec eux. Le dimanche retour dans le pays vannetais avec plusieurs ridées chantées en compagnie de Dorothée GY-BEDARD et Catherine PASCO. L’originalité de ce stage a été

Jacqueline Poletti

FORMATION VISIONNAGE Un véritable succès

Reader, facilitant les transferts de fiches dans les cercles. En fin de journée, l’assemblée a pu apprécier l’apéritif et le repas. à 21 h 00, débuta la mise en place des ateliers tournants, et ce, jusqu’au dimanche après-midi. Dans une ambiance agréable et détendue, l’ensemble des visionneurs ont enchainé les différents ateliers afin d’être sensibilisé aux attentes de la Confédération. Costumes, mises en scène, techniques de danse et musique. Pour terminer ce week-end, l’heure arriva au bilan… Bilan, plutôt positif, à la vue de la satisfaction de chacun. Pour conclure, aucune réserve ne fut émise, ce qui motive l’équipe de direction à continuer dans ce sens. Alors, rendez-vous l’année prochaine ! éric BLANDIN

Le samedi 11 et dimanche 12 mars 2012, était organisé pour la première fois un grand week-end de formation consacré aux visionneurs. Sans conteste, ce week-end fut un véritable succès. Pas moins de 128 visionneurs présents pour 12 h 30 de formation intensive. Samedi, à 13 h 30, tout le monde s’est retrouvé autour d’un café de bienvenue. L’après-midi commença en séance plénière, avec pour objectif, un rappel des principes fondateurs du visionnage. Ensuite, la nouvelle fiche de visionnage fut présentée. Cette dernière a pour nouveauté, la possibilité d’être remplie directement dans un formulaire sous Acrobat

< Atelier musique - formation visionnage

p.26


// Costumes- Dilhad - Pouyement

< Le fonds iconographique de la Confédération War’l Leur

// costume

L

a Confédération War’l Leur s’engage chaque année dans le collectage et la pérennisation du vestiaire traditionnel de Bretagne. La commission travaille sur des objectifs d’acquisition ou de reconstitution de costumes, mais aussi sur des projets d’exposition en lien avec le fond de costumes de la Confédération. Depuis deux ans, la Commission travaille autour d’une nouvelle exposition à thème qui verra le jour très prochainement. L’idée de cette exposition, exploiter une période méconnue, pour la travailler autour du ou des costumes, enrichir la Confédération d’éléments vestimentaires et documentaires afin de faire de cette exposition uné référence.

Bodad - labour evid ar gwiskamantoù

Un fonds Iconographique pour la Confédération Depuis deux ans, la Confédération sous l’impulsion de la commission costume a lancé un vaste projet de collectage d’un fond iconographique sur le costume traditionnel breton. But de la formation de ce fonds On entend souvent dans les commentaires de « spécialistes » du costume traditionnel dire avec persuasion que ceci ou cela ne s’est pas fait dans la tradition. Que cela ou encore ceci n’a jamais existé. Bien consciente qu’il est difficile au jour d’aujourd’hui de retrouver exactement les mêmes matériaux, matières ou accessoires qu’il y a presque 100 ans maintenant, chacun cherche à se rapprocher au plus près de la vérité. Alors comment peut-on affirmer avec exactitude la véracité de dire que « cela ne s’est pas fait » ou que « ceci s’est fait». face à ce constat, Il est apparu pour la commission que la solution la plus efficace de répertorier les modes et les costumes ( en dehors de Dilhad ) était de

p.27

constituer un fond iconographique sur le costume. Photos de famille, photos de mariage, photos de mariés, dessins, gravures, peinture, cartes postales etc. seront les composants de ce fond. Une source iconographique propre qui se voudra ouverte et à la disposition de ses adhérents Les prémices de ce fonds ont été entamées il y a un an au gré des brocantes et braderies. Aujourd’hui la Confédération dispose d’un fonds honorable qui grossira au fur et à mesure des acquisitions. Pour cet ouvrage, War’l Leur compte également sur la participation de ces Cercles pour l’aider dans cette tâche. Florian FERRé


> Costume de Quimperlé (env. 1940)

< Lot de châles cachemire et de châles velour

Coiffes et dentelles >

MarcHé aux costuMes 2011 La troisième édition du marché aux costumes de la Confédération s’est tenue le dimanche 16 octobre 2011 à Amzer Nevez. Si en 2010, avec plus d’une centaine d’entrées, le marché avait doublé sa fréquentation, en 2011, une nouvelle marche de progression a été établie. L’idée de ce marché aux costumes à destination des passionnés du vêtement traditionnel breton fait son petit bonhomme de chemin. La petite nouveauté de cette année, avec les démonstrations de broderie et de repassage de coiffes a été fortement appréciée tout au long de la journée. En 2012, le marché sera réitéré et nous vous ferons part des prochaines informations sur son organisation. Rendez-vous est donc pris lors de la Gouel War’l Leur le 13 octobre 2012 !

> Veste Pontivyenne > Costume de communiante de Lorient

Florian Ferré

partenariat office de tourisMe de riec / confédération War’l leur été 2011, suite à une demande de l’Office de Tourisme de Riec sur Bélon, la Confédération War’l Leur prenait part dans un partenariat dans le développement du tourisme local à travers deux journées thématiques. Sous le nom « Passion & tradition », la journée comprenait la visite d’une ferme traditionnelle locale et d’une partie de l’exposition « Dilhad » montée à cette occasion dans les bureaux de la Confédération. Face à l’étroitesse de l’accueil au sein de nos locaux, ce n’est que par petit groupe de 15 à 20 personnes que la Confédération et l’Office ont pu accueillir le public français, pour la plupart, mais aussi anglais ou néerlandais. C’est donc dans un exercice particulier que les salariés de War’l Leur ont du faire découvrir la richesse du patrimoine traditionnelle vestimentaire en anglais ! Une expérience très intéressante et un partenariat réussi qui conforte la Confédération dans son idée de centre de ressources autour des costumes bretons. A renouveller !

< Veste nord vannetaise (dons du Cercle de Vannes)

acQuisitions & dons 2011 En 2011, la Confédération a reçu de nombreux dons en costumes anciens et a fait des acquisitions afin d’étoffer son conservatoire de costume. Beaucoup de pièces de l’Aven / Lorient, mais aussi du Pays Rennais, principalement dues à la proximité des déplacements effectués par Marlène ou encore par moi même dans les brocantes / braderies, et autres lieux de ventes. Le Cercle de Vannes a également fait don à la Confédération de trois vestes anciennes de la région nord Vannetaise et Pontivyenne. Cette démarche généreuse de la part de Vannes montre à quel point les Cercles de la Confédération War’l Leur doivent se sentir concernés par la centralisation des connaissances en matière de costume. Sur ce sujet la confédération War’l Leur rappelle une nouvelle fois à ses cercles qu’elle peut se porter acquéreur de pièce que le groupe ne pourrait pas acheter. N’hésitez donc pas à rediriger votre contact ou à nous passer un coup de fil pour nous faire part de vos plans. La Confédération remercie toutes les personnes qui par leurs donations ou leurs prêts assurent une totale confiance dans le travail de conservation et de mise en valeur de leur patrimoine familial. Florian Ferré

Florian Ferré

Photos : Confédération War’l Leur

p.28


< Marlène Le Querler, chargée du patrimoine vestimentaire de la Confédération

j’adore cHiner... Une collection est à la fois un regroupement d’objets correspondant à un thème, et l’activité qui consiste à réunir, entretenir et gérer ce regroupement. Il peut s’agir d’un loisir : la personne qui constitue et stocke la collection est alors un collectionneur. Et cela est une partie de mon travail. Je suis rentrée en septembre 2002, comme salariée à la Confédération War’l Leur pour constituer une collection de costumes traditionnels en vue d’une exposition. Quelques pièces anciennes existaient déjà dans le vestiaire de l’association. En mai 2003, j’ai présenté la première de « Dilhad collection » à la chapelle Sainte-Anne de Plœmeur. La collection compte aujourd’hui 40 costumes entiers et de nombreux éléments de costumes. Le but de cette recherche est surtout de constituer un fonds de pièces anciennes, pour qu’à terme nous ayons un centre de ressources sur le costume paysan de Bretagne. Nous devons nous rappeler que ces pièces sont des « antiquités », qu’elles ont une histoire, une âme. Nous devons nous souvenir qu’il est important de transmettre à nos futures générations, notre héritage, le témoin du temps passé. Pour rechercher ces témoignages, j’ai fait passer des annonces dans les deux grands quotidiens bretons, ce qui m’a permis de rencontrer des « personnages » bien différents, j’ai eu des rendez-vous étonnants, par exemple sur un parking, « au cul du camion », ou dans la campagne de Cornouaille, chez une paysanne, qui préférait me vendre le costume de sa mère sans rien dire à ses frères et sœurs. Ce fut donc un rendez-vous entre chien et loup, en laissant ma voiture bien en amont. On n’était que toutes les deux, mais elle me parlait tout bas comme dans

une église, pour ne pas que la transaction ne vienne déranger les esprits de la maison ; J’ai acheté ce jour là le plus beau costume que War’l Leur possède. Mon plus gros travail, pour constituer le début de cette collection, a été de chiner chez les brocanteurs , sur les puces, les vides greniers de Bretagne, et de France. Chiner, examiner, scruter, fureter, rechercher, fouiller, farfouiller, trifouiller, tous ces verbes pour parler de cette quête de la bonne affaire, j’adore ça ! Quand j’arrive sur des puces j’ai une certaine excitation : agitation, coup de fouet, énervement, enthousiasme, fébrilité, fièvre, frénésie, griserie, nervosité, stimulation. J’ai peur de rater la bonne affaire, c’est alors qu’il faut fouiller, et surtout prendre son temps. Il ne faut pas hésiter à se baisser et farfouiller. Bien des fois, c’est sous un amas invraisemblable que se cache le « trésor ». Et quand on l’a trouvé, là commence la négociation, et le marchandage peut être rude. De retour à la maison, je fais le tri de mes trouvailles et je commence le nettoyage. La dernière pièce que j’ai achetée est un costume de communiante du pays de Lorient, en nansouk blanc. Il n’avait rien de blanc, plusieurs taches de rouille et des taches sombres sur la piécette, surement des éclaboussures du « fricot » de communion ! Commence alors le blanchiment. J’adore cette étape du passage du marron sale poussiéreux à un blanc éclatant. J’aime redonner ce blanc immaculé à ces pièces qui ont souvent été laissées à l’abandon des dizaines d’années. Je vous donne ma recette, celle que j’ai toujours vue utiliser par ma mère et ma grand-mère. Maintenant, au travail ! Pour ce lavage, je ne fais guère confiance à la machine à laver, je préfère le travail à la main. J’utilise une bassine en plas-

p.29

tique et un faitout. Je remplis ma cuvette avec une eau bien chaude additionnée de lessive ( Génie sans bouillir, pour ne pas citer la marque ! ) Je laisse tremper une journée, en remuant régulièrement pour que la lessive imbibe bien les fibres. Puis, je procède à un rinçage à l’eau claire. Ensuite vient le moment de faire bouillonner le linge, c’est là qu’intervient le faitout du pot au feu ! Je le remplis d’eau avec de la lessive et le linge rincé, je porte à ébullition. Je laisse sur le feu une bonne heure en remuant avec le manche d’une cuillère en bois. Un deuxième rinçage suit à grand eau. Je savonne les pièces au savon de Marseille et je les étale sur la pelouse du jardin. Le soleil se chargera de finir de les blanchir. S’il pleut, pas de problème, ça a le même effet, la nature est vraiment bien faite ! Le blanchiment avec l’eau de javel est le dernier recours. Les taches de rouille sont enlevées avec de la rubigine ( surtout bien rincer ). Le dernier rinçage se fait dans une eau bleutée par du bleu Reckitt ( oui je sais j’ai encore la chance d’avoir une bonne réserve ). Ne tordez jamais le linge. Ensuite, je les mets à sécher, dehors au grand air, pour que l’eau s’écoule tranquillement. Et voila le blanc pur et lumineux est de retour, il ne me reste plus qu’à ramasser le linge pour le stoker ou le repasser. Mais je vous en reparlerai une autre fois, donc bonne lessive à tous ! Marlène le QUerler


© Charlotte Yann

Concarneau fut choisie par l’empereur Napoléon III, en 1856 pour être la 1e station de biologie marine au monde. En effet, la baie de Concarneau a été sélectionnée pour la qualité de son eau, ce qui a permis de développer les techniques d’aquaculture et particulièrement l’élevage des huitres. Des viviers sont alors construits à l’initiative de Victor Coste, naturaliste et professeur au collège de France ( 1807-1873 ) et d’Etienne GUILLOU ( 1818-1887 ), à l’époque pilote du port de Concarneau. A cette époque, les produits issus de la pêche représentent une source d’alimentation importante pour les habitants concarnois. L’huitre à l’époque, connait un franc succès auprès des bourgeois du centre ville, à tel point que les chaloupes tirant des dragues, parcourent chaque hiver les bancs naturels de la baie. Cette technique permet de ramasser en grande quantité l’huitre sauvage et permet donc de vendre celle-ci plus facilement. A l’époque, l’huitre n’est pas seulement connue à Concarneau, mais également dans les Côtes du Nord ( Cancale, Saint-Brieuc ) ou dans le nord Finistère ( Brest ). Sa renommé est devenue

> émeline LE DU, Reine de Cornouaille 2011

// La Reine est Concarnoise

C

ette année, l’élection fut exceptionnelle : 18 prétendantes au titre. Danseuse depuis 13 ans au cercle « Ar Rouedoù Glas » de Concarneau, émeline a eu l’honneur de se présenter à l’élection de la Reine de Cornouaille 2011, le 24 juillet dernier. Elle fut couronnée Reine de Cornouaille avec Claire Le Plenier pour première demoiselle d’honneur ( du cercle de Plougastel-Daoulas ) et Fanny Lautrou en deuxième demoiselle d’honneur ( du cercle de Carhaix ). C’est la première fois depuis 20 ans qu’une Concarnoise accède au titre de reine de Cornouaille.

Eus Konk-Kernew ema ar rouanez si grande que les Morbihannais arrivent très nombreux sur les côtes Concarnoises pour récolter ces huitres naturelles. à cette période, sur tout le littoral sud de Bretagne, les quantités d’huitres péchées baissent dans des proportions alarmantes. Dans les années 1855, le bassin Pénéroff a vut le jour. Il servira aux premières expériences d’élevage d’huitres. Les résultats n’étant pas concluants, en 1860 le pilote du Port Guillou céda son bassin pour permettre d’agrandir le bassin d’échouage des bateaux. C’est en 1852, que Coste réussit enfin à recueillir des huitres naissantes afin de les faire grandir sur des supports artificiels ( branchage et amas de coquilles vides ) : un nouveau métier est né : l’ostréiculture ! En 1862, Concarneau possède le premier vivier laboratoire du monde, où au fil des ans défileront des savants de la science marine, appelé aujourd’hui : le Marinarium.

émeline porte un costume authentique : un costume de mariée d’artisane de la fin XIXe siècle ( 1888 précisément ) C’est un costume porté en ville close à Concarneau. Le costume comporte : un châle, un tablier et un jabot en tulle blanc brodé main. Deux jupons dont un en dentelle anglaise avec pli religieux et une jupe de gaze sur le dessus. Seul un chemisier en organdi a été refait. Tout le costume est amidonné. La coiffe est une cornette de cérémonie en filet brodé. Lors de son élection, elle a soutenu un mémoire sur « Concarneau précurseur dans l’élevage des huitres ». Naissance du métier d’ostréiculteur dans la baie de Concarneau dans les années 1850-1860. Dont voici un petit extrait :

Par ailleurs étudiante en DUT de Gestion Logistique et Transports à Quimper, la jeune fille de 20 ans, transmet depuis la rentrée sa passion aux plus jeunes du Cercle enfant de Concarneau.  Stéphanie Séhédic Présidente du Cercle «Ar Rouedoù Glas » de Concarneau

p.30


// Broderie- Broderezh - Brodrî

bref HistoriQue La commission Broderie a vu le jour en 1980 grâce à la persévérance de quelques personnes * ( cf. page suivante ). Partant du constat qu’il restait peu de brodeurs traditionnels, et que les techniques de broderie risquaient de disparaître, chacune de ces personnes, par ses connaissances, a donné un nouveau départ à la transmission de cet art traditionnel qu’est la broderie. La commission « Broderie » avait pour but d’aider les cercles à réaliser euxmêmes leurs coiffes et leurs costumes. Rapidement, les stages se sont ouverts au grand public, tant la demande était importante. La commission s’est ensuite agrandie de nouveaux moniteurs, formés par l’équipe du départ. Parmi ceux-ci,

la broderie sur tulle Technique réservée à l’origine au clergé et à la noblesse, elle s’est développée sous l’influence de la bourgeoisie durant le 19 e siècle. Introduite dans nos campagnes par les religieuses qui enseignaient la broderie et la couture, elle est essentiellement utilisée sur les coiffes, mais aussi pour les châles, robes de baptême, costumes de cérémonie et napperons. Cette technique a beaucoup évolué entre la fin du 19 e siècle et le milieu du 20 e. En effet, le tulle légèrement brodé s’est transformé en une broderie totalement ajourée où nous ne voyons plus du tout le tulle, ce qui est une spécificité bretonne.

la broderie ricHelieu Nous retrouvons cette technique dans toute la Bretagne mais elle s’est développée surtout dans les pays vannetais et Pourlet. C’est une broderie ajourée dont les motifs sont reliés par des brides, barrettes ou araignées.

// Broderie : au Service d’un art plusieurs ont fait carrière, le plus connu étant Pascal Jaouen qui a créé son école de Broderie. Fin 1999, la Confédération embauche deux salariées pour perpétuer le travail accompli jusque là par une équipe de bénévoles très motivés. Odile Le Guyader et Joëlle Le Meur ont ainsi continué à transmettre ce savoir faire dans le cadre d’interventions pour les cercles adhérents, les écoles, les festivals et autres associations.

ZooM sur les différentes tecHniQues transMises au sein de War’l leur Toutes les techniques de broderie que nous enseignons sont issues des costumes traditionnels bretons. Voici une description rapide des huit principales techniques transmises au sein de War’l Leur :

Broderezh : ewid servij an arzoù

confection de filet

broderie sur filet

filet brodé

Cette technique s’est développée principalement dans les ports de pêche, comme Douarnenez ou Concarneau.Elle a pour but de fabriquer d’abord le fond qui servira de base aux coiffes. Une fois le filet confectionné, il est possible de le broder de deux façons : soit directement sur le filet, soit après application de tulle ou baptiste.

le perlaGe

Mode apparue dans les années 30 en Bretagne, l’emploi des perles atteint son apogée à la veille de la guerre 39-45 du pays de Plougastel (costumes de mariées) au Sud de la Cornouaille, des montagnes noires jusqu’au fin fond du vannetais, en passant par le pays de Baud et le pays Pourlet

p.31


la broderie vue par une staGiaire

la peinture à l’aiGuille Principalement du pays vannetais, cette technique permet de broder un motif afin d’imiter l’effet d’une peinture.

le MacraMé

Il s’agit de franges de lacets de soie ou de fils tressés et noués présentant des jours et agrémentant des châles de différents terroirs comme le Léon ou le Trégor.

la broderie aux rubans Datant des années 20, la broderie aux rubans ou style « Roccoco » est une technique nouvellement proposée à la Confédération War’l Leur et peu exploitée à ce jour dans les reconstitutions des costumes des cercles.

points spécifiQues

« Depuis la rentrée, il ne se passe pas une semaine sans que je n’entende parler du stage Miz Du. Mais, pour quelqu’un comme moi nouveau dans le circuit, qu’est ce donc que ce fameux stage Miz Du ? Et les filles du cercle de me répondre : weekend, stage, danse, fest noz et broderie. Et voilà dit le mot magique : BRODERIE ! Arrivée : 9 h avec valises et sacs de couchage. 9 h-9 h 30 : retrouvailles pour certaines, présentations pour d’autres, café pour tout le monde. 9 h 30 : début d’une journée studieuse de cours. D’un côté, Andrée (Le Floc’h ), secondée de Pauline ( Vercruysse ) est aux manettes de l’atelier « confection de filet et filet brodé ». De l’autre côté, l’atelier « macramé » sous le regard et le savoir de Carine ( Guillossou ). Entre les deux, éclats de rire, recettes de cuisine et Breton se mélangent. Ce sont en tout une vingtaine de stagiaires venus des 4 coins de la Bretagne : de Perros à Nantes en passant par Rennes, l’Aven, le Glazik, le Vannetais et plus encore puisque Bordeaux et Blois sont aussi représentés, qui s’essaient à ces techniques de broderie qui font la fierté des Bretons. La nuit fût courte ( Fest Noz oblige ), le week end bien rempli et c’est la tête pleine d’excellents souvenirs que nous repartons dans nos foyers, attendant avec impatience le stage de Février. Et dire que certains vous diront que Novembre est un mois noir ! Je lui trouve plutôt des belles couleurs gaies et festives, celles du partage et de la convivialité. Pascale FABre Cercle Ar Rouedoù Glaz - Concarneau

Points spécifiques Dans certains terroirs, les brodeurs ont adaptés des points de base pour en faire des spécificités locales. Nous pouvons citer par exemple le galon d’Elliant ou de Plougastel, ou encore le neudé bigouden.

un nouvel ouvraGe sur la broderie en cours de réalisation C’est sur ce dernier point, le neudé bigouden, que la Confédération travaille actuellement pour éditer un premier « Cahier » de broderie. Ce livret présentera plusieurs motifs dessinés par Odile Le Guyader et Joëlle Le Meur. Des calques seront joints pour permettre aux brodeurs de réaliser des cadres, des bracelets, des broches et même pour intégrer ces motifs brodés à des vêtements. Parution prévue cet été ! Odile le gUYADer & tristan glOAgUen © Photos Confédération War’l Leur

Sources : « La Broderie en Basse Bretagne », Geneviève Jouannic et Viviane Hélias, aux éditions JOS. « Broderie en bretagne », Viviane Hélias et Hélène Cario, aux éditions Coop Breizh * Viviane Hélias, Geneviève Jouannic qui a co-écrit avec Viviane le livret sur la broderie en Basse Bretagne, Madame Yaouank, Brodeuse de Lorient, Jean Michel Perennec, dernier brodeur de tradition, professionnel toujours en activité chez Le Minor, Marie Le Bec brodeuse du pays bigouden et Mimie Kerloc’h du Cap Sizun. p.32


// Fédérations - kevredadoù - Lé z’agrouée Fédération War’L Leur Mor Bihan 2012 en vue !

Spectacle jeunes danseurs Comme chaque année la Fédération War’l Leur Morbihan produira son spectacle jeunes danseurs lors d’une journée qui leur est dédiée. Cette année sera exceptionnelle, en effet elle aura pour support la Fête de la Bretagne et bénéficiera de deux sponsors : Emgleo an Orient et la Mairie de Plœmeur. Elle se déroulera le samedi 19 mai après-midi. Ce partenariat permettra la diffusion de la communication sur le spectacle et l’attribution de la salle Océanis à un tarif préférentiel. 11 cercles sont inscrits à ce jour : Armor Argoat, Bugale an Oriant, Bugale Melrand ,Le Croisty, Plœmel, Locoal-Mendon, Vannes, Brizeux, Ruiz, Languidic et la cerise sur le gâteau le cercle de Groix que nous retrouvons avec grand plaisir. Cet effectif très conséquent nous oblige à abandonner pour cette édition la présence d’un cercle extérieur, la commission spectacle , abordera le sujet lors de sa prochaine réunion. Le spectacle sera filmé et une large diffusion sera mise en place avec l’aide de la Confédération. Après l’effort, le réconfort, un repas sera pris à Amzer Nevez, cette grande tablée concernera en priorité les cercles un peu éloignés, et si cela est possible, tous les

< Gouel ar vugale 2011

Fédération War’L Leur Penn ar bed Gouel ar Vugale & Menez Meur La Fédération War’l Leur Penn ar bed qui souhaite mettre l’accent sur la formation et notamment sur celle des enfants organise le dimanche 20 mai 2012 Gouel Ar Vugale, le grand rassemblement des cercles enfants de la Fédération. Depuis de nombreuses années, cette manifestation fait la part belle aux enfants. Après Carhaix, c’est à la Forêt-Fouesnant qu’est revenue la fête. Au total, 16 groupes de tout le Finistère représentés et des musiciens en nombre. Plus de 300 enfants en costumes traditionnels qui auront l’occasion pour les enfants de s’exprimer tout au long de la journée, l’opportunité d’admirer les prestations

// Tribune komzoù aux fédérations ar c’hevredadoù participants. Puis l’estomac rempli, tous prendront la direction des rives du Scorff, près de la petite chapelle St-Christophe pour retrouver tous les autres groupes participants au défilé en soirée qui emprunte le pont des Indes réunissant ainsi Lorient et Lanester, animations et feux d’artifice, puis triomphe. Avec tous ces jeunes en costume on se croira presque à la grande parade Interceltique. Il sera alors temps pour chacun de regagner son chez soi après cette journée, pleine d’images et de rencontres. Un autre plaisir sera offert au cercle de Groix qui dormira sur le continent, avant un retour dimanche matin après une nuit « sage ». Les plus heureux sont tous ces jeunes danseurs qui ont appris cette programmation en début d’année et qui pour rien au monde, ne voudraient manquer ce rendez-vous. Nous espérons que cette initiative pourra se perpétuer dans l’avenir, mais en attendant un grand merci à nos deux sponsors et bien sûr à tous les cercles qui participeront à cette belle journée.

scéniques et les costumes des enfants, la possiblité de passer une agréable journée dans un environnement exceptionnel. Au programme, à partir de 10 h 30 diverses animations gratuites à Concarneau ( carré des Larrons ), à Fouesnant ( place de la mairie ) et à La Foret-Fouesnant ( Penity ), puis rendez-vous à 14 h pour un grand défilé du théâtre de verdure de Penity au centre culturel Le Nautile à la Forêt-Fouesnant. Puis à 15 h spectacles des groupes au centre culturel Le Nautile. Dans l’après-midi, les enfants auront la possibilité de participer à plusieurs ateliers animés par des personnes référentes : conte, jeux breton (en extérieur) et broderie. KENSTRIVADEG DAÑS AR VRO, DEIZ KENTAÑ A VIZ GOUERE CONCOURS DE GAVOTTES DE MENEZ-MEUR, LE DIMANCHE 1ER JUILLET Rendez-vous au parc animalier de Menez-Meur en Hanvec pour le 24e concours de gavotte montagne ! C’est l’occasion de pratiquer (et de valoriser ! ) ces gavottes ( gavotte du pays Dardoup, gavotte du pays de Calanhel, gavotte du Poher, gavotte du pays Kernevodez ), de « goûter » à l’ambiance et de prendre du « plijadur » avec les 500 autres participants (enfants et adultes). Mais également d’ écouter les 20 sonneurs et chanteurs (deus ar re wellañ a vez kavet er vro !) invités chaque année et de discuter avec les 30 juges présents de leurs visions de la danse. Ou alors de visiter le parc animalier en famille Deuit niverus neuze ! Venez nombreux ! Informations et inscriptions à war’l leur penn-ar-bed : warleur. pennarbed@gmail.com ou 02 98 64 68 37 War’l Leur Penn ar bed

Les Concours danses Plusieurs concours sont à venir : les danses dans le cadre du Trophée Ronsed Mor sur le terroir vannetais à Locoal-Mendon puis celui de Gourin en septembre lors des championnats sonneurs de couples koz et braz sans oublier les duos. Une nouveauté est à l’ étude pour l’animation du samedi après midi à Gourin, avec un concours réservé aux enfants, ainsi qu’un autre projet … mais chut … pour l’instant, réflexion et concertation, avec les différents partenaires afin de finaliser ce projet, mais on vous tiendra au courant. Marc Muros Président de War’l Leur Mor-Bihan

p.33


Fédération War’L Leur LOIRE-ATLANTIQUE Changement à la Fédération

L

ors de sa dernière Assemblée Générale, la Fédération War’l Leur Loire-Atlantique a changé de présidence. En effet après des années à sa direction, Sylvie Boisnard a choisi de passer le relais. Erwan Rivalant, du cercle des Paludiers de la presqu’île Guérandaise a accepté de prendre la fonction. Rapidement, le Comité Directeur fédéral a proposé sa nouvelle vision des choses. De la nouveauté : création de commissions. Plusieurs activités de notre association sont désormais réparties en différentes commissions. Celles-ci auront pour tâches de travailler en petites structures sur les projets décidés par la Fédération. Commission « Musique et Danses », commission « Costumes », commission « Festival Enfants », commission « Communication » etc. Un des projets les plus importants est l’organisation d’un événement fédérateur pour les 10 groupes de Loire-Atlantique. Rapidement la commission « Musique et Danses » a proposé sa vision de cette journée fédérale. Dans un même lieu, le même jour, proposer 3 stages : de danse, de musique

Fédération War’L Leur Divroët Une Assemblée Générale kernevodeçoise !

l

e week end de travail sur le terroir Kernevodez, terroir méconnu de la plupart des stagiaires présents a commencé le samedi vers 13 h 30. Une vingtaine de personnes s’est réunie dans la petite commune de Pressagny l’Orgueilleux, près de Vernon ( 27 ). Les stagiaires venaient essentiellement de Gaillon - les locaux -, Orléans et Goussainville. Le groupe de Caen n’avait pu être représenté car pris par une animation locale. Gilles Le Goff accompagné de Michèle a comme a son habitude fait partager sa passion et sa parfaite connaissance du terroir. La gavotte Kernevodez était bien entendu au centre de cette rencontre, appuyée par les photos et films qui ont été montrés et commentés, Michèle quant à elle co-animait avec une énergie sans faille. En fin d’après-midi de ce samedi, l’Assemblée Générale s’est tenue validant l’exercice passé et les projets de stages pour la saison à venir, dont un stage multi-ateliers mêlant danse, musique, broderie, chant, langue bretonne, pour

et un dernier permettant de travailler sur les costumes. La commission « Festival Enfants » a déjà réalisé sa première tâche. Il s’agissait de rédiger un cahier des charges quant à l’organisation du festival afin d’être utilisé par le cercle accueillant le festival. La commission communication doit poursuivre le travail. Sa mission porte l’organisation des moyens de communication et de la diffusion des informations des événements que chacun des groupes organise. Profiter des réseaux sociaux, créer un véritable site internet, organiser les affichages verticaux ( stand ), rédiger des plaquettes de communications, diffuser dans les journaux et utiliser la charte confédérale avec entre-autre un nouveau logo sur la base de celui de la Confédération. Les commissions sont toutes très motivées pour la réussite des projets. Déjà, un très bon travail a été fait puisque la journée fédérale du 18 mars à Couëron a été mise en place. Tandis que le festival Enfants, sera reçu cette année à Batz-sur-Mer le 13 mai 2012. D’autres projets en tête : « baptiser » les événements récurrents, imaginer un fest noz ... Erwan RIVALANT, Président de War’l Leur Loire-Atlantique

adultes et enfants, et pourquoi pas cuisine ou bourse aux costumes... également en projet un désir de présenter à nouveau le spectacle Divroët Breizh Tour dans un lieu et à une date à définir, en France ou à l’étranger ! Après un dîner convivial, le groupe de musique Irlandaise de Meskañ, groupe de Gaillon qui accueillait le stage a animé la première partie de la soirée, avant de cèder la place à leurs homologues du groupe de musique bretonne, l’accordéon de Gilles a du se mettre au travail lui aussi, pour relayer une gavotte Kernevodez sonné par le couple biniou bombarde de Meskañ. Dimanche matin après un petit déjeuner pris en commun les stagiaires ont poursuivi leur apprentissage, la démonstration de coiffure faite par Michèle avant de revêtir le costume traditionnel qu’avait apporté Gilles. Puis le repas permettant une pause bienvenue, la fatigue commençant à se faire sentir. Les participants se sont séparés vers 16 h, fourbus mais ravis d’avoir pu partager de bons moments, trop rares pourtant.

Cercle de Plérin De nouveaux costumes !

L

e Cercle « Le Roselier » de Plérin, présente pour l’année 201 2 de nouveaux costumes féminins. Du haut de ses bientôt, 5 ans d’existences, le Cercle oriente sa reconstitution de costume vers un travail de qualité. Dorénavant les Plérinaises présenteront 12 costumes de la Bourgeoisie locale ! Les tissus utilisés pour la confection sont l’Ottoman pour les jupes et les caracos. Dans le pays du Penthièvre, la sobriété fait l’élégance; c’est pourquoi la mode est rapidement passée aux teintes foncées dés les années 1890. Toutefois des caracos de couleurs viennent agrémenter ses teintes pour de grands évènements. La coiffe portée est le Bonnet de la région de Saint-Brieuc. Il est porté dans les bourgs des communes périphériques à Saint Brieuc, on le trouve même jusqu’à Guingamp. On le reconnaît par sa forme ronde, et ses nombreux tuyautés sur la devantière, et sur l’arrière. Le talent de la repasseuse de coiffe se calcule au nombre de tuyautés, car plus ils sont nombreux, mieux c’est ! La spécificité locale se caractérise en la façon de porter le bonnet, plus ou moins sur l’arrière, et sur le nœud des jugulaires ( de gauche, à droite, en passant par le milieu ). La mode de Plérin est le nœud à gauche. Il y eu pour le cercle un travail de collectage pour les patrons des costumes et celui des coiffes. 10 nouveaux bonnets ornent dorénavant les costumes. Le temps de repassage pour un bonnet est de 4 à 6 h. Le Cercle à donc, présenté ses nouveaux costumes le samedi 31 Mars en présence de représentants de collectivités locales, ainsi que de groupes voisins, en toute convivialité. Les invités ont reconnu à l’unanimité l’ampleur du travail effectué pour un si jeune cercle. Jérémy DUPONT pour « Le Roselier » - Plérin

Yann Chamaillard Président de War’l Leur Divroët < Les nouveaux costumes de Plérin © Cercle de Plérin

p.34


Cercle de Perros-Guirec Le Macramé, un sac de noEuds !

A

Carine Guillossou « Ar Skewell » - Perros-Guirec

© Confédération War’l Leur

chaque fois que nous portions le costume, à l’occasion de représentations ou de spectacles, nous constations que nos châles étaient très abimés. Une décision s’est imposée : les châles traditionnels ne seraient plus portés. Dé sormais , nous le s conser vons précieusement, et nous les ressortons uniquement pour les expositions. Nous avons donc été obligés de nous lancer dans la confection de grands châles, pièce essentielle de notre costume trégorois ! Nous avons effectué des recherches sur le tissu ( qualité, couleur ), et sur le macramé ( motifs, points, fils, lacets … ). Le macramé est une technique de nœuds utilisé pour la confection des franges de nos châles.

Après des essais afin de choisir un motif, souvent celui de nos châles de famille, nous nous sommes réunies pour des « après-midi macramé ». Réaliser un motif de macramé ( de 1,5 cm à 3 cm ) nécessite environ 2 h de travail ! Je vous laisse calculer le temps nécessaire à la réalisation des 4 mètres de macramé pour la confection d’un châle… Au bout des quatre mètres, il faut encore coudre le macramé sur le tissu et couper les franges à la bonne hauteur. Aujourd’hui, tous les châles que nous portons sont réalisés entièrement par nos soins, non seulement le macramé mais aussi la broderie pour certaines danseuses !

Fédération War’L Leur Ille-et-vilaine Priorité à la formation

C

omme la plupart des groupes et fédérations nous trouvons très important de promouvoir la formation. C’est pourquoi, nous organisons tous les ans des stages ciblés par rapport aux besoins des groupes ou des personnes. Ainsi les groupes scéniques auront un stage de danse différent des groupes loisirs ou encore des enfants. Afin de faire participer un maximum les groupes le lieu du stage change tous les ans et le groupe qui reçoit choisit la danse qu’il souhaite étudier. Pour parfaire les besoins et envies de tous, la fédération organise également tous les 1er dimanche du mois à Pont-Péan un stage de broderie animé par Gaby Onno et avec une fois dans l’année un intervenant différent ( cette année ce sera Marie-Pierrette Le Gac ) Enfin en parallèle du stage enfant, nous organisons un stage de chant gallo afin de ne pas oublier cette partie de notre culture trop souvent mis à l’écart. Nathalie RADIN Présidente de War’l Leur Ille-et-Vilaine

// Concours kenstrivadegoù fédéraux ar c’hevredadoù Résultats des concours de danses des Fédérations 2011

Menez Meur à Hanvec Fédération War’l Leur Penn ar Bed

( Concours de Gavottes ) Enfants de moins de 10 ans Garçons : 1er Donnart Armel, 2e Salaun Julien Filles : 1re Sauron Elsa, 2e Mariel Gladys, 3e Plouzennec Annaëlle Jeunes de 10 à 14 ans Garçons : 1er Tudal Gaetan, 2e Corentin Leap, 3e Cédric Morvan Filles : 1 re Mélanie Jegousse, 2 e Marie Baussard 3e Le Corre Aziliz

© Cathy Goubil

< Concours de gavottes de Menez Meur - Catégorie enfants

GAVOTTE MODE BIDAR

GAVOTTE MODE DARDOUP

GAVOTTE MODE Poher

Hommes 1 er Christophe Le Guern & Woingue Dagrou Franck, 2 e Gwenaël Merrer 3e Gwendal Hervé Femmes 1er Annaïg Griffon, 2e Myriam Nédélec 3e Aude Francès

Hommes 1er Bernard Pétillon, 2e fabrice Gouby, 3e Arnaud Couloigner Femmes 1re Myriam Nédélec, 2e Aude Francès, 3e Elise Charpentier

Hommes 1er Gwenaël Merrer, 2e Kevin Le Beuvan, 3e Woingue Dagrou Franck et Gwendal Hervé Femmes 1re Myriam Nédélec, 2e Elise Charpentier, 3e Annaïg Griffon et Ginette Rannou

p.35


GAVOTTE MODE Calanhel

Gavotte dite « mod Pouldreuzig »

COUPLE INVERSé

Hommes 1er Gwenaël Merrer, 2e Gwenael Gargan, 3e Joseph Le Breton Femmes 1re Guylaine Sergent, 2e Charlène Le Gac, 3e Thérèse Bernard

1er Kévin Le Beuvant & Marine Peron 2e Anthony Kerhom & Mélanie Jegousse 3e Gilles Kersaudy & Gwenaelle Le Pape

Guillaume Le Guernévé & Daphné Le Garrec

Vainqueur du trophée yann kaourintin Ar Gall: Kévin Le Beuvant & Marine Peron

PLUS DE 45 ANS 1er Cécile & Marcel Pinot 2e Jean & Louise Menguy 3e (exequo) Marie-Hélène Conan & Michel Guillerme et Jo & Isabelle Conan

GAVOTTE MODE KERNEVODEZ 1er Jonathan Cloarec & Louise Tavennec 2e Gwenaël Merrer & Myriam Nédélec 3e Christophe Le Guern & Lénaick Kerhoas

Concours Kas a barzh de Larmor-Plage

MEILLEURS SONNEURS DANSE Yves Guével et Fred Gauthier

Cercle de Larmor-Plage

Concours de gavottes

( Kas a barzh ) Trophée Menez Meur 2011

Fédération War’l Leur Penn ar Bed

Gwenaël Merrer & Myriam Nédélec

MOINS DE 15 ans MODE CARNAC

( Gavottes Glazig)

Trophée Yann Kaourintin Ar Gall de Pont-l’Abbé

1er Enora Cosquer & Maëllane Hervé 2e Fiona Mellet & Morgan Cosquer 3e François Le Plain & Léa Guillerme

GAVOTENN DAOU HA DAOU-GAVOTTE DE CONCOURS Mod Kemper

Fédération War’l Leur Penn ar Bed

( Gavottes Bigoudennes)

MODE CARNAC

Gavotte dite « mod Pont-L’abbé »

1er Sébastien Miossec & Justine Arzé 2e Eric Blandin & Delphine Goulian 3e Guéna Merrer & Vanessa Brunet

1er Kévin Le Beuvant & Marine Peron 2e Ronan deniel & Audrey Le Douce 3e Marie Ansquer & Michelle Le Draoulec

Gavotte dite « mod Penmarc’h » 1er Tanguy canevet & Anais Le Meur 2e Ronan Deniel & Audrey Le Douce 3e Jérome Guillopé & Béatrice Baudin

MODE LANGUIDIC 1er Eric Le Corre & Magali Ermel 2e Ronan Hervé & Lénaïg Mellet 3e Delphine Goulian & Michel Le Querler

COUPLE IMPROBABLE Thierry Riou & Nadine Royan

Prix encouragement à Marine Soulaine & Océnane Friquet. 1er Sebastien & Sandrine Poupon 2e David Le Goanvic & Aude Francès 3e Jean-Jacques Grall & Thérèse Bernard

GAVOTENN TU AVEN-GAVOTTE EN QUADRETTE dite Mod Landudal 1er Sébastien Le Nours - Alice Boisseau Kevin Le Beuvant - Lena Cloarec 2e Jérémie Pochic - Marie Ansquer - David Le Goanvic - Aude Francès

// Bureau des Dilennidi ar Fédérations 2011-12 c’hevredadoù 2011-12 War’l Leur Penn ar Bed Président : David Le Goanvic Présidente d’honneur : Viviane Hélias Vice-Président : Aude Francès & Laurent Lauden Secrétaire : Marine Peron Secrétaire-Adjoint : Ronan Fournier Trésorier : Emeline Thierry Trésorier-Adjoint : Damien Quiniou Membre : Frédéric Hervé

War’l Leur Loire-Atlantique Président : Erwan Rivalant Vice-Président : Sylvie Boisnard Trésorier : Patrick Vince Trésorier adjoint : Cédric Hallereau

Secrétaire : Anne Fourrier Secrétaire adjoint : Agnès Robin

War’l Leur Morbihan Président : Marc Muros Vice-Président : Yvon Colman Secrétaire : Isabelle Boutserin Secrétaire-Adjointe : Jocelyne Le Duic Trésorier : Jean-Paul Couty Trésorier-Adjoint : Jean-Christophe Le Plain Membres : Jacques Bellec, Armelle Boudine

War’l Leur Divroët Président : Yann Chamaillard Vice-Présidents : Eric Blaiseau

p.36

& Jean-Pierre Larvor Secrétaire : Cécile Chamaillard Secrétaire adjointe : Céline Pelloille Trésorier : Jocelyne Blaiseau Trésorière adjointe : Valérie Genillier Commissions : Gwen Le Noir

War’l Leur Ille-et-Vilaine Présidente : Nathalie Radin Vice-Président : Didier Hainry Secrétaire : Jacqueline Poletti Secrétaire-Adjointe : Marc Houtin Trésorier : Maurice Penvern Trésorière-Adjoint e : Lénaïg Trémeur Membres : Amélie Mauduit, Solange Lemarie, Mylène Bolzer

© Cathy Goubil

< Concours Kernevodez, Menez Meur


L

es Assemblées du Bourg de Batz pourraient être au Pays Paludier ce que la « Gallésie en fête » de Monterfil est à la culture Gallèse Rennaise, l’un de ces «petits» festivals ancrés «terroir» et qui font rythmer la vie locale avec une grande effervescence. Les Assemblées - appelées communément ainsi - ont été créées en 2000 à la suite des 30 ans du Fest-noz de Kervalet. Non content d’avoir tenu jusque là un Fest-noz légendaire, certains ont voulu aller plus loin et au delà du simple rassemblement nocturne. En 2001, il fallait donc autre chose. Au constat de voir les derniers tenants de la tradition, les chanteurs, les musiciens et les danseurs du pays Paludier partir les uns après les autres, et il apparut urgent de créer un évènement destiné à transmettre les connaissances et les savoirs aux générations plus jeunes afin qu’elles apprennent à connaître la richesse et la vitalité des pratiques orales et musicales du Terroir Paludier. Pour qu’une tradition soit vivante, elle doit s’exprimer. Et quoi de mieux fut-il pensé qu’un concours de chants, danses et de musique pour en être la preuve ? Les concours sont un moyen d’entretenir le patrimoine passé et présent, mais aussi de faire jouer l’interprétation personnelle faite de manière différente ou parfois insolite et d’y octroyer une place pour un patrimoine futur.

// Les assemblées du Asambleioù bourg de batz Bourc’h-Bas 11e Assemblée du Bourg de Batz Programme 2012 Samedi 21 et dimanche 22 avril Maison des Paludiers - SAILLE / stages – conférences – concert avec la participation de DASTUM 44 à l’occasion de leur 20 e anniversaire

L’idée de ces festivals hors saison a déjà fait ses preuves à l’exemple du festival Roue Waroch de Plescop au Pays vannetais, le concours fisel ( illustre exemple en bretagne ), le trophée Roñsed Mor de Locoal-Mendon, Menez Meur sur les gavottes etc. Mais au delà du festival, ce sont surtout des gens, des personnes référentes d’une extrême gentillesse qui portent avec amour le soin de partager leur terroir d’une manière tout à fait inhabituelle si l’on prend le système de formation classique des Cercles. A travers ces festivals, on y privilégie l’intégration, l’immersion totale pour en faire ressortir toutes les subtilités sensationnelles et auditives du terroir. Un gage d’authenticité en quelque sorte.

Vendredi 27 avril Espace Petit Bois et salle des fêtes - BATZ-SUR-MER Concert à l’Eglise Saint-Gwénolé Samedi 28 avril Concours de sonneurs et chanteurs - couple Koz et Braz, Duo libre « Terroir Presqu’ile Guérandaise » - Prix spécial Paludier – Trophée Christophe Caron . Concours de danses : ronde et bal paludier – Trophée Jean Rivalant. Agneau grillé - Concours duo improvisé au Bar de la Tour et scène ouverte dans les bars du Bourg. FEST-NOZ le soir en deux salles

L’idée a donc germé en devenant une rencontre festive autour du territoire paludier avec un concours de danses et de chants. Les Assemblées s’inscrivent aujourd’hui dans cette lignée des grands concours organisés chaque année en Bretagne et qui se distinguent par l’extrême convivialité autour de l’amour du terroir Paludier dans un cadre intimiste. Rares sont ces festivals qui ont su garder leur public, mais tel peut être le défi aujourd’hui de montrer un culture qui s’échange et se partage et non gardé jalousement.

Dimanche 29 avril Marche chantée et sonnée avec les veuzous de la Presqu’île. Apéro-concert - dégustation d’huitres - repas - concert

Note : Le titre Assemblée du Bourg est un clin d’œil à l’affiche que vous pouvez découvrir au musée des marais salants. « L’Assemblée » était ce rassemblement qui était déjà organisé dans les années 1883 à l’arrivée du Train. Florian Ferré

Contacts : Gwenn TRIMAUD 06.22.18.24.56 Bernadette RIVALANT 02.40.42.37.70 lassembleedubourg@hotmail.fr

p.37


// Partenaires - keñvererion - Lé souètou

> Bertrand Obré, coordinateur de Chubri

// cHuBri : au Service du gallo introduction

C

onsidéré encore pour la plupart comme un « patois » ou un français « exotique », le Gallo n’en demeure pas moins qu’une bien et belle langue à part entière classée par les linguistes dans la famille des langues d’Oïl. Langue romane, tout comme le normand, le poitevin ou le picard, le gallo est parlé principalement en Haute-Bretagne dans une aire allant du sud-est de Nantes à l’est de Fougères et de l’ouest de Saint-Brieuc à l’est de Vannes. Une aire gallophone ciblée sur l’Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, 2/5e du Morbihan et 3/5e des Côtes d’Armor. > Collectage auprès des locuteurs

L’effacement progressif du Gallo dans le paysage linguistique régional résulte d’un ensemble de facteurs principalement venus des politiques publiques linguistiques menées en France depuis la fin du 18e siècle. Politiques recherchant constamment à exclure les langues régionales de l’école, de l’espace publique, du monde du travail, etc. Ce n’est qu’au cours des années 70, que le gallo fait l’objet d’un regain d’intérêt auprès des Hauts-Bretons qui ne voient

plus là leur « patois » comme un parler de sot breton à oublier le plus vite possible pour entrer dans le monde moderne, mais comme une langue à part entière. Cette période est étroitement liée avec la création en 1976 de l’association des « Amis du parler Gallo » qui deviendra plus tard « Bertaeyn Galeizz ». En 1977, la charte culturelle bretonne, cosignée par l’état et les cinq conseils généraux est le premier texte offficiel ( bien que

p.38

mineur ) à reconnaître la langue gallèse. Dans le début des années 80, le gallo fait son entrée dans les options du baccalauréat de l’Académie de Rennes. L’impact médiatique de cet option résonne et sensibilise le public de Haute-Bretagne. Faute à l’état qui coupe court à tout développement de l’enseignement des langues régionales, le nombre d’élèves stagnera.


Au délà de la restitution d’une langue, c’est toute une redécouverte et une mise en valeur de la culture Haute-Bretonne qui resurgit. Des évènements forts et qui aujourd’hui tiennent encore tête comme les Assemblées gallèses de Monterfil, la Bogue d’Or de Redon, ou encore les qontou et qontouerr comme Albert Poulain, Ujeen Cogrel ou Eugénie Duval qui ont largement contribué à la diffusion de cette culture. De ces années militantes, une période de productions éditoriales et médiatiques s’en suivra dans les années 90 et 2000 ( un album de Tintin en gallo, le Motier galo - premier dictionnaire bilingue -, le Petit Matao - second volume plus complet-, une grammaire gallèse, etc. ).

il s’agit concrètement de recenser les sources documentaires disponibles, de collecter sonorement ou audiovisuellement auprès des derniers locuteurs natifs sous forme de conversations à thème afin d’en dégager tous les usages langagiers. Ce collectage est ensuite retranscrit dans une base de données. Passe ensuite le second domaine d’action qui est de faire l’adaptation de la langue gallèse au monde d’aujourd’hui. Il s’agit de construire une ingénierie linguistique pour permettre le développement du gallo. Codifier l’orthographe, rechercher et diffuser les terminologies et actualiser la langue dans des domaines bien spécialisés et récents comme les technologies modernes, les médias, la

Par exemple, une grande campagne de collectage sur tout le territoire, une campagne d’information sur la réalité linguistique avec une priorité sur la Loire-Atlantique ( qui demeure encore un vaste territoire de recherches ), la sortie de documentations et publications en langue gallèse numériques ou physiques, la mise en place dans les médias de programmes en langue gallèse, un programme d’enseignements et de difusion du gallo à plus grande échelle  etc. Vaste projet également, un service de traduction digne de ce nom pour les institutions, les associations ou les entreprises. Malgré des coopérations qui se structurent, des politiques publiques naissantes, au jour d’aujourd’hui, le blocage est principalement financier et la véritable volonté politique de mettre le Gallo sur le devant de la scène. Chubri, c’est aujourd’hui 5 postes en temps partiel mais réellement 3 sur la structure, trop peu pour répondre au sauvetage d’une culture linguistique. Pour conclure, un article d’Ar Men résumait le devenir du gallo à cette phrase : «L’heure n’est plus à la question de l’intérêt qu’on voit ou non dans le gallo. La question est désormais : “Comment agir pour transmettre le gallo ?”. Tout est à faire ! Florian Ferré © Photos : Xavier Dubois - ArMen

> Formation au Gallo

En 2000, c’est le quartet Ôbrée Alie qui créera l’évènement en mettant en valeur le répertoire chanté gallo. 2002, Plum’fm, basé à Sérent, lance les premières productions radiophoniques de cette langue. 2003 Bertaeyn Galeizz lance «Mill Goll» le premier évènement autour du gallo à Rennes. Ainsi, en décembre 2004, le Conseil régional de Bretagne reconnut « officiellement, aux côtés de la langue française, l’existence du breton et du gallo comme langues de la Bretagne ». Une étape « historique » qui décidera le lancement de Chubri.

CHUBRI

science etc. Puis enfin, le dernier domaine : le développement de la pratique de la langue. Ce dernier point tend à favoriser l’émergence de nouveaux espaces pratiques pour le gallo. Chubri travaille sur ce domaine à faire prendre en compte le gallo par les institutions territoriales et les collectivités, à accompagner et soutenir la formation de la langue avec les écoles, les universités, les médias, les éditeurs, par le biais de colloques, d’interventions pédagogiques, de collaboration. Mais également à la formation grand public avec des stages, des ateliers du soir, des formations professionnelles etc.

«Chubri» - en français le roseau - naît en 2006, et entend travailler à réhabiliter et à revaloriser cette langue oubliée de Haute-Bretagne. Chubri tend à exister et à travailler sur trois domaines. Le premier, faire l’inventaire, l’étude et la restitution des usages langagiers. Améliorer les connaissances sur le Gallo pour la rendre ainsi possible à un enseignement de qualité. Dans ce domaine

La philosophie de Chubri réside dans ce profond et précis collectage de terrain qu’il mène auprès des derniers locuteurs de naissance encore existants.Trop de choses restent à faire en si peu de temps afin de pouvoir conserver le peu sur la matière gallèse. La finalité de ces travaux est bien entendu de rendre plus visible la langue gallèse et pour cela Chubri a de nombreux projets.

p.39

« D’la Galètt dë blhe naer » Des galettes de sarrasin. Collectage d’enquêtes menées de juin 2008 à juillet 2009 autour de paroles en gallo sur le sarrasin et les galettes. Un disque audio exceptionnel rassemblant les témoignages de locuteurs de naissance de toute la Haute-Bretagne (Côte d’Armor, Ille-etVilaine, Loire-Atlantique, Morbihan) - 73 minutes - + un livret numérique de la transcription des paroles ( 61 pages ) à télécharger gratuitement sur le site www.chubri.org Contacts: www.chubri.org


// dossier - teuliad - La qadèrnn

Couple de Ouessant vers 1900 >

Goueled LEon

// le BaS-léon

préSentation générale PrEZantiÑ oLLEG L

e Léon est délimité par des frontières naturelles : Les Monts d’Arrée et la rivière de l’Elorn au Sud, La Manche, sa côte maritime au Nord, la mer d’Iroise à l’Ouest et la rivière de Morlaix et une ligne Lesneven-Landerneau à l’Est. Ainsi comme l’écrivait R.Y. CRESTON, « la personnalité du terroir est clairement définie ». Le Léon est réparti en trois sous-terroirs : le Haut-Léon, le Bas-Léon et le Pays Pagan et comprend trois îles : Ouessant, Molène et Batz. En tant que groupe de la région de Saint-Renan, nous souhaitons vous présenter plus en détail notre terroir le Bas-Léon. Le Bas Léon est la partie la plus à l’ouest du territoire, bordé par la Manche, la mer d’Iroise, la rade de Brest et le cours de l’Elorn, c’est un ensemble d’une cinquantaine de communes auxquelles viennent s’ajouter les îles d’Ouessant et de Molène. à noter que les communes de Saint-Frégant, Kernouës, Plouider et Kernilis sont des communes frontalières et mixtes avec le pays Pagan.

p.40

l’origine du mot « léon »

L

e Léon est l’un des anciens diocèses de la Bretagne historique, qui couvre la partie ouest du Nord Finistère. On notera que la ville de Brest constitue une exception étant historiquement une ville-garnison française. Plusieurs théories cohabitent quant à l’origine du nom de cette région. Il pourrait venir de la présence d’une légion romaine, le mot aurait par la suite été déformé. Cependant, les prêtres du diocèse expliquaient eux que le nom venait du latin leonis, la bête christianisée par saint Pol Aurélien lors de son arrivée dans la ville déserte de son cousin Gwithur, identifiée à un lion.


sacralisé comme le démontre les 1700 croix de pierre qui bordent les chemins léonards et devant lesquelles jusqu’aux années 1940 ou 1950, on ne passait pas sans se signer. Le clergé a une influence directe sur la politique et il guide les votes des paroissiens. De même, il n’hésite pas à dénoncer les évolutions vestimentaires des femmes ou culturelles comme la pratique de la danse. à Tréglonou, le recteur parvint encore, entre les deux guerres, à obtenir que les cafés demeurent fermés à l’heure de la messe et des vêpres.

portrait

L

e paysan léonard est perçu comme un arriéré, un sauvage par plusieurs écrivains du 19 e siècle. On le présente souvent comme une personne austère, plutôt grave, discipliné et très attaché à la religion et au clergé. Il est économe de ses paroles, de son temps et de son argent. Les habitants s’identifient à une communauté géographique ( Saint-Renan, Ploudalmézeau ) mais on parlera principalement de civilisation paroissiale. Celle-ci se distingue de ses voisines par des traits de mentalité, par des coutumes, des détails de costumes et une langue. La religion tient une place primordiale dans la vie des habitants. En 1913, André Siegfried compare l’influence de l’église à « une puissance devant laquelle tout autre puissance plie ou disparaît ». Selon lui, tous les bretons sont religieux, mais le Léonard, lui, est clérical. Ainsi, Louis Elégoët écrit que le taux de messalisants au début du 20 e siècle, c’est à dire de personnes allant à la messe dominicale, approche les 100 % dans presque tous les cantons du Léon. De même, Buez ar zent ( La Vie des Saints ) est lue à haute voix dans de nombreuses familles du Bas-Léon jusqu’en 1950. Les vocations religieuses sont très nombreuses dans le terroir. Par ailleurs, l’espace rural est

Famille Léonarde vers 1890 >

aperÇu économiQue

L

e Léon, est un pays maritime, mais n’occupe pas, paradoxalement, une place importante dans le commerce international : on transporte bien plus pour le compte des autres que pour le sien. Au XIVe siècle, on commence à produire du lin dont on fait des voiles de marine qui alimentent le marché, en particulier en Grande-Bretagne. En 1661, 100 bateaux immatriculés à l’Aber Ildut ( aujourd’hui Lanildut ) sont tout de même répertoriés à Bordeaux. Ils livraient principalement du poisson séché, du lin et repartaient avec du vin. Une usine d’iode est construite en 1895 sur la dune de Porspaul, à Lampaul Plouarzel. Elle connut une activité importante, et procurait du travail à

MANCHE

Saint-Frégan Kernouës Plouider

Landéda

Ploudalmézeau

St-Pabu

Situation du Bas-Léon > Landunvez

Tréglonou

Plourin

Ouessant

Ploudaniel

Kersaint Plouédern St Thonan

Milizac Gouesnou

St-Renan Guilers

Molène

Trémaouézan Plabennec

Lanrivoaré Plouarzel

Ploumoguer

Le Folgoët Lesneven Lanarvily St-Méen Trégarantec Le Drennec

Bourg Blanc

Brélès Lampaul Plouarzel

Loc Brevalaire Plouvien

Coat Méal Guipronvel

Tréouergat

Lanildut

Kernilis

Lannilis

Plouguin Porspoder

HAUT-LéON

PAYS PAGAN

Lampaul Ploudal

Bohars

St Divy Guipavas

Landerneau La Forêt Landerneau

Relecq Brest Kerhuon Plouzané Trébabu Locmaria Plouzané CORNOUAILLE Le Conquet Plougonvelin < Carte des communes du groupe de costumes Bas Léon selon Y. R. Creston

OCéAN ATLANTIQUE

p.41


des centaines de goémoniers. Aujourd’hui, le port voisin de Lanildut centralise la récolte de goémon, qui est revendu à des fins agro-alimentaires, pharmaceutiques et cosmétiques. Lanildut est aussi connue pour son exploitation de granit qui fut notamment utilisé pour la base de l’obélisque de Louksor à Paris. Au 20 e siècle, on découvre à Saint-Renan une importante présence de minerai d’étain. L’exploitation dura jusqu’en 1975 et fut très importante. Le minerai extrait fut vendu à l’Espagne ou la Grande-Bretagne. L’importance de cette exploitation minière valut à SaintRenan le titre de « Capitale européenne de l’étain ». Le Léon reste un pays profondément rural et les innovations mettent du temps à arriver. Cependant, entre le milieu du 19 e siècle et 1914, un gros effort est accompli pour mettre de nouvelles terres en valeur. Au cours de cette période, près de la moitié des landes et des terres incultes sont mises en culture. Les cultures seront principalement céréalières.

Noce - Le Conquet >

leS danSeS an DaÑSoÙ

L

es danses du Bas-Léon sont réparties en 3 catégories.

les Gavottes La gavotte du Bas-Léon est dansée sous différentes formes du Conquet à SaintRenan, en chaîne ouverte ou fermée. La Gavotte de Saint-Renan se démarque par son décrotté skolpad au temps 8. La Gavotte « mode Lannilis » est une évolution de la Gavotte du Bas-Léon, dansée en couple. les laridés Les principaux sont la danse Bro ac’h, le laridé de Lanrivoaré, le Rond de Landéda. les rondes à 3 pas dansées sur la côte, et dans les îles, elles sont principalement chantées. Rond d’Ouessant etc. à noter deux danses particulières : steredenn : danse de la région de Guilers, près de Brest, considérée comme récente ( début 20 e siècle ). rond de Molène : danse jeu dansée sur l’île de Molène.

Jeune filles à marier de Saint-Renan >

On a longtemps cru que le chant était le seul accompagnement dans le Bas-Léon. Cependant, Jean-Michel GUILCHER ( dont l’arrière grand-mère était de Porspoder ), a trouvé lors de collectage effectués en 1950, que des vielles étaient utilisées vers Porspoder et Lanildut en 1811, des violons à Ploudalmézeau jusqu’en 1914 et des clarinettes à Saint-Renan jusqu’en 1900.

< Goûter un jour de Pardon

p.42


< école de fille vers 1900

le coStume enfantS Les enfants portent le sarreau jusqu’à 6 ans. Ensuite, les fillettes portent le bonnet ou la coiffe de tissu blanc, et les garçons un pantalon et un gilet, identiques au costume adulte. Les enfants adoptent le costume adulte après la première communion, mais le châle, de couleur, n’est pas encore brodé, il n’est que frangé. à l’âge nubile, le châle de la jeune fille peut être brodé.

Couple de Ploumoguer, 1933 >

leS coStumeS ar GWiSKaMantoÙ L

e Bas Léon est un territoire excentré des grandes voies de communication, arrêtées à Brest principalement. Le Bas-Léon conservera ainsi ses modes vestimentaires plus longtemps que la plupart des autres régions.

le coStume maSculin

< Homme de Plabennec, 3e quart du 19 e siècle. peinture de Louis Caradec Homme de Saint-Pol de Léon, d’après René Yves Creston >

A

u début du 20e siècle, les hommes portent des pantalons à pont de couleur noire, en drap feutré pour les cérémonies. Pour le travail, ils peuvent porter un pantalon rayé gris ou à carreaux. La chemise est blanche à col droit avec parfois un ruban autour du cou aussi appelé nœud twist. Par-dessus, ils portent un gilet noir, en drap, avec un col droit, et fermé par 4 ou 5 boutons. Sur le gilet, la veste est courte et noire en drap de lainage feutré également, avec un col droit montant, et les revers cousus. Le bas des manches peut être boutonné. Elle reste ouverte mais compte quand même 4 à 5 boutons sur le côté. Enfin les hommes portent un chapeau : il s’agit d’une calotte entourée d’un ruban de velours pendant sur l’arrière, appelé « Guides », retenu par une boucle pouvant être en zinc, cuivre, argent ou vermeil. La ciselure de la boucle représente la profession de la personne et le métal utilisé, la richesse. Après la première guerre mondiale, le costume traditionnel masculin est rapidement abandonné et remplacé par le costume de ville. Les pêcheurs portent la tenue de marin, semblable sur tout le littoral.

p.43


le coStume féminin

L

e Bas-Léon est un Pays de Grands Châles. Une théorie laisse penser que, contrairement à ce qui est régulièrement présenté, les châles ne seraient pas venus des Indes par Lorient, où cette mode n’est pas répandue. Il est suggéré que le grand châle aurait été introduit par « les caboteurs faisant le trafic saisonnier ( légumes, oignons, pommes de terre, blé ) entre la Bretagne et l’Angleterre, dont les fabriques auraient fourni la matière première ». ( R.Y CRESTON, Le Costume Breton, page 168 ). à noter qu’effectivement le châle cachemire a pu être porté dans la région de Lorient, mais il s’agit là d’un châle véritablement originaire des Indes, réservé aux bourgeoises et femmes de capitaines ou armateurs. L’extension du groupe de costumes de Saint-Renan est l’une des plus importantes de Bretagne, après le comté Rennais, le Trégor et le bassin Nantais. la caMisole Les femmes portent une camisole de couleur noire, en lainage, avec en général un col ras du cou et des poignets droits ou boutonnés. Avec le grand châle des dimanches ou de cérémonie, elles ajoutent une petite broche sur l’avant de la camisole. la jupe En 1900, la jupe est longue et cache les chevilles. Elle est en mérinos noir froncée sur l’arrière et à plis plats sur le devant. Elle s’est raccourcit au cours des années. le tablier Il n’y a pas de restriction de couleur pour les tabliers, mais les couleurs restent plutôt sobres, en soie, satin, moire, crêpe ou velours floqué. Il a une grande ou moyenne bavette qui s’attache sur les plis du châle et peut être brodée ( broderie Richelieu notamment ).

Mariés vers 1920 >

le cHÂle Le grand châle est brodé ton sur ton en fil de soie et bordé de franges travaillées en macramé. L’importance de la broderie était proportionnelle à la richesse de la femme. Les couleurs sont discrètes : beige, vert, bordeaux, marron, violet ou noir. Après leur mariage, les femmes teignent leur châle en noir. Le châle est plié de telle façon qu’on peut connaître la commune d’origine de la femme qui le porte. La pointe du châle arrive au niveau des chevilles. Il était courant que dans une Costume de mariée, 1910 famille, les filles se partagent un même châle. Ainsi, on raconte que, parfois, elles allaient à des messes différentes afin de pouvoir se présenter chacune avec le châle de la famille. Le châle cachemire ou encore appellé « tapis » est porté dans le Bas-léon par les riches paysannes propriétaires et il se démocratise par la suite. On en recense beaucoup lors des mariages après les années 1915. Cependant, ils sont fréquemment loués pour l’occasion car trop onéreux pour de simples paysans. Pour le travail, le châle est moins grand et sans broderie ni franges, ou carrément petit, arrivant au milieu du dos, appelé « mouchoir ». Il peut être à carreaux, notamment sur la côte.

p.44


Coiffe Penn Paket

la coiffe Dans le Bas-Léon, elle est nommée Choukenn et est issue de la coiffe archaïque Supellinenn. La coiffe est similaire sur tout le Bas-Léon mais elle varie dans les détails du pliage et de l’agencement du fond. Les femmes accordent la plus grande attention à ces deux éléments afin de se différencier des autres femmes des communes voisines. La coiffe a la particularité d’envelopper toute la tête et est ainsi surnommée Penn Paket ( tête enveloppée, empaquetée ). Pour le travail, la coiffe est en coton blanc. Le dimanche, la coiffe est en gaze non brodée et les femmes portent leur grand châle noir. Dans les années 1900, le costume de mariage est composé d’une Penn Paket brodée sur le fond et la visagière, et d’un châle noir ou de couleur brodé ton sur ton. Certaines femmes portent la cornette avec un châle tapis ou un châle blanc à partir 1930. La cornette est également portée lors des grands pardons par les communiantes. Dans les bourgs, les femmes commerçantes ou les artisanes portaient la coiffe d’Artisane nommée Jenose. Au fil du temps, la coiffe rétrécit peu à peu et laisse apparaître les cheveux de plus en plus.

Couple de mariés vers 1910 / 1920 >

Femmes de Saint-Renan

Couple de mariés 1920 >

Coiffes du Bas léon (Creston)

à noter que le costume de Brest est un costume de ville quelque peu différent des costumes évoqués précédemment. En effet, il s‘agit là plus d’une coiffure de citadine ou d’artisane. On la retrouve plus dans les bourgs qu’à la campagne. On note la présence de la Jenose, ou Marmotte, et de la coiffe dite « horsles-murs ». Ces coiffes ont pour point commun d’avoir les brides pendantes sur le menton ou sur la poitrine. Le pliage du fond de coiffe des unes et des autres rappellent l’influence de la mode paysanne et de la Penn Paket. Généralement les femmes portent le grand châle commun à tout le Léon avec ces coiffes.

p.45


Le costume de l’île d’Ouessant est un costume à la fois très sobre et atypique. L’un des éléments principaux et le plus remarquable est la coiffe. Cette coiffe blanche, de cérémonie, interpelle par sa forme en bonnet carré qui laisse s’échapper les cheveux sur le dos. C’est la seule coiffe de femme de Bretagne qui n’enferme pas les cheveux dans la coiffe mais les laisse au vent. On peut expliquer cela par le fait que le vent et le climat rude de l’île d’Ouessant aurait abîmé ou fragilisé une coiffe trop haute ou trop délicate, c’est pourquoi ce bonnet carré retenu au visage par un ruban moiré était bien plus adapté à la vie des Ouessantines.

Mariés de l’île d’Ouessant >

le coStume d’oueSSant

D

e nombreuses légendes et théories ont longtemps été associées au costume de l’île d’Ouessant, ainsi qu’au mode de vie de ses habitants. C’est une société à caractère plutôt matriarcal. Les hommes sont très souvent marins au long cours. Les Ouessantines doivent donc assumer, en plus des tâches quotidiennes, le travail agricole afin d’assurer la survie alimentaire de l’île. On suppose que lors de leurs voyages leur époux leur rapportaient des étoffes et de riches bijoux venus d’autres pays. Par ailleurs, le fait que l’île soit retirée du continent et l’accoutumance à la vie quotidienne et au climat, expliquerait la singularité du costume en comparaison à celui des autres femmes du Bas-Léon.

p.46

Cette coiffe est un assemblage maintenu uniquement par des épingles. Elle se compose d’un fond de coiffe en toile, appelé Kouricher sur lequel est cousu un tissus à motif coloré ou noir pour les veuves, accroché à un carré d’organdi, replié à l’arrière, dépassant en un petit pan de tissu et nommé Losten. Sur le devant et les côtés de la coiffe est fixé un morceau réunissant les ailes Alkennou en dentelle et devant le Tuilioutou amidonné et repassé, tel une suite de « 8 ». Au cours des années, le losten a rétréci et les ailes ont grandi. Les pans du ruban moiré accroché à l’intérieur de la coiffe, et passé sous le menton, se rejoignent pour finir en nœud avec une boucle. Ce nœud se situe en général du côté opposé aux têtes des épingles de pardon fixées sur le châle ( sans doute afin que le ruban ne cache pas les têtes des riches épingles ). Le reste du costume est très sobre, par sa couleur presque totalement noire. à noter également que tous les éléments du costume sont assemblés uniquement par des épingles. Il se compose d’une jupe Kanfard, d’un tablier noir du bas léon Tancher, sans bavette, d’un corselet à bretelles, aussi appelé, Kamproz, sur un gilet à manches. Sur les épaules, on pose un petit châle Mouchoar à longues franges de lacets de soie dont les deux pointes avant sont rentrées dans le Kamproz, encadrant un dépassant blanc pour les veuves, rose ou bleu pâle pour les autres femmes. Il est fermé sur la poitrine par de longues épingles à tête de verre coloré ou nacré.


Dessin de V. Lhuer

Enfants de l’île d’Ouessant >

Très rapidement les petites filles s’habillent comme leurs aînées. Elles portent, comme les jeunes femmes, un Mouchoar de couleur ou à motif.

une boucle. Elle est composée d’un fond de coiffe en drap ou en velours sur lequel est fixé un grand nœud à deux pans de velours. Les cheveux sont, là, noués en nattes qui pendent sur les deux côtés du visage.

Dans les années 1900 pour la communion solennelle et le mariage, le châle blanc remplace le châle noir. C’est seulement à partir des années 1920 que le costume de mariée est devenu totalement blanc.

On ne connaît que par ouï-dire l’existence autrefois d’un costume d’homme. Mais depuis le siècle dernier, ils portent traditionnellement la casquette et la vareuse bleue des marins ou encore l’uniforme de la marine marchande.

Pour la semaine, le costume reste similaire dans l’ensemble. Le tablier est plus adapté au travail agricole ainsi que le Mouchoar et ils peuvent être de couleur ( dans les tons beige ). Le Mouchoar est accroché plus nonchalamment, sans dépassant et avec des épingles plus sommaires. C’est la coiffe qui marque encore la différence par rapport au dimanche et jours de fête. En effet, la coiffe de semaine est noire, c’est un bonnet, retenu au visage par un ruban noué sur le côté, en

Reconstitution du costume d’Ouessant par le Cercle Beg an Douar de Saint-Renan >

p.47


le Kig Ha farz L

e Kig Ha Farz est une spécialité culinaire du Léon. Son nom signifie « Viande et Farce ». Il s’agit d’un plat complet qui avait l’avantage de cuire tout seul pendant que tout le monde était aux champs. C’est une recette inspirée du pot-au-feu, composée de viande, à l’origine uniquement du lard, puis par la suite d’autres morceaux de viande ont été ajoutés, de légumes. La particularité de la recette réside dans le far qui peut être blanc ou noir ou des deux sortes. La pâte liquide du far est enfermée dans un grand sac de toile, que l’on dispose au fond d’une très grande cocotte avec la viande et que l’on recouvre de légumes et d’eau. On dit qu’il y a autant de recettes de Kig ha farz que de chapelles en Bretagne… ingrédients : 1 jarret de porc, 30 gr de lard de poitrine demi-sel, 500 gr de bœuf, 800 gr de carottes, 1 chou, 3 poireaux, 2 navets, 2 oignons Bouquet garni ( thym, laurier ), sel, poivre Faire dessaler le lard si nécessaire, mettez dans une marmite le bœuf, le sel, le poivre, les oignons et laisser cuire pendant une heure avant d’ajouter les légumes. Pendant ce temps préparer le far.

MoD Sant-rEnan

pour le far noir : 500 gr de farine 4 œufs, 1 pincée de sel, 50 gr de beurre 50 gr de saindoux, 1 pot de crème fraîche (20cl), ¾ de litre de lait, sel, poivre. Mélanger la farine et les œufs entiers, ajoutez le lait, le beurre fondu, le saindoux, le sel et le poivre. Verser le mélanger dans un sac à far, puis le ficeler et le mettre à cuire dans la marmite. Ajouter les légumes et le lard et laisser cuire doucement comme un pot-au-feu pendant environ 2 h 30 a 1 h 30 de la fin de la cuisson ajouter le chou.

Couper des échalotes en petits morceaux très fins. Les faire revenir dans une poêle avec un morceau de beurre ( environ 50gr ) et les laisser brunir. Ajouter le reste de la plaquette de beurre ( 200gr ) et laisser mijoter sans faire noircir le beurre dans la poêle. Verser sur l’ensemble du plat. Durée de cuisson totale : environ 3 h 30 à 4 h. Pour servir, sortir la viande et les légumes, disposer-les sur un plat. Retourner doucement les sacs comme une chaussette. égrener le far noir dans un plat et couper le far blanc en tranches.

pour le far blanc : 500 gr de farine, 5 œufs, ½ litre de lait, 3 cuillerées à soupe de sucre (facultatif), Sel. Délayer la farine avec les œufs, le sel, le lait et éventuellement le sucre. Verser le mélange dans le sac, le ficeler et plonger le dans la marmite du pot-au-feu 1h30 à 2h. pour le lipic (la sauce) : 250 gr de beurre, échalotes.

concluSion EViD KLoZiÑ L

e Léon fut longtemps considéré comme une région en retard. Ses croyances et ses coutumes étonnaient visiteurs et voisins. Au 20e siècle, le costume est peu à peu abandonné. L’économie se développe et l’agriculture connaît de nombreuses améliorations. Les Trente Glorieuses sont pour le Léon une période de révolution économique, sociale et culturelle : l’ancien terroir fragmenté et replié sur lui s’ouvre au monde et à la société moderne de consommation avec une rapidité extraordinaire. Le bassin brestois est aujourd’hui source d’emplois et héberge plusieurs grandes écoles. De nombreuses associations veillent à promouvoir et conserver la culture bretonne par la langue, la danse, le théâtre et tout autre forme.

Histoires du bout du monde » de Pierre Pailler http://anicetlepors.blog.lemonde.fr/2008/01/12/commentpeut-on-etre-leonard-bretagne-ile-de-france-fevrier-2008/ http://lecatablog.wordpress.com/2011/07/18/le-leon-histoireet-geographie-contemporaine-louis-elegoet/

reMercieMents Ronan AUTRET, Claudie et Guy KERHAMON, Marie-Paule SAVET, Charlène LE GAC.

crédits pHotos Claudie et Guy Kerhamon, Marie Paule Savet, Collection privée famille Rouzic, Collection privée Le Gac, Collection privée Ronan Autret, Collection War’l Leur, Cartopole de Baud, Collection privée Jos Saliou, de l’association des cartophiles du Finistère. R. Y Creston - Kendalc’h.

sources docuMentaires « Le costume Breton » de R.Y CRESTON, éd. en 1993 - « Ouessant, l’île sentinelle » de Françoise PERON - « Musique Bretonnes » Armen, 1996 - « La vie des paysans du Léon 1800-1950 » de Louis Elégoët et Marthe Le Clech - « Une famille de paysan » de Louis Elégoët - « Le Léon » de Marcel Siou - « Mémoires d’Iroise,

cArOle FlOch / Beg An DOUAr, cercle de Saint-renan.

p.48


// Question «Doareioù» : de « styles » : aze ‘ma an dalc’h ! Réalité ... ou vue de l’esprit ?

I

l suffit de se rendre sur les lieux où la danse et/ou la musique traditionnelle sont actuellement pratiquées pour entendre fréquemment évoquer les « notions de style » ! ( quel beau style, ils n’ont pas le style, ils manquent de style, son style est trop fade, pas assez marqué, etc. ). J’évoquerais donc ci-dessous plus particulièrement les notions de styles liés directement à la pratique de la danse, même si ces notions renvoient souvent aux accompagnements de celle-ci, qu’ils soient vocaux ou instrumentaux. Mais interrogeons-nous en premier lieu sur la définition de ce vocable en vérifiant sa définition dans le dictionnaire : « Façon de s’exprimer propre à une personne, à un groupe d’individu, à un type de discours. Manière particulière d’exprimer sa pensées, ses émotions, ses sentiments, manière personnelle d’agir, de se comporter ( style original, inimitable, particulier ). Manière particulière à un genre, à une époque

notamment en matière d’art, définie par un ensemble de caractères formels. Ensemble des goûts, des manières d’être de quelqu’un ; façon personnelle de s’habiller, de se comporter, etc. Qualité de quelque chose ou de quelqu’un qui représente des caractéristiques esthétiques originales. Part de l’expression qui est laissée à la liberté de chacun, et qui n’est pas directement imposée par des normes, des règles d’usage, de la langue ». Avant d’évoquer ce que recouvre la « stylistique » de la danse en Basse-Bretagne, il est essentiel de définir succinctement ce qui caractérisait plus spécifiquement cette pratique collective, liée à des « manières d’être » et des « savoir-faire » bien spécifiques par rapport à la danse traditionnelle en générale, et à la danse bretonne en particulier. La danse « traditionnelle » en Bretagne, était autrefois un « état », au travers duquel s’exprimaient la joie, mais aussi la peine, la tristesse voire la douleur des individus; cette pratique de la danse servait bien souvent d’exutoire aux peines et aux soucis quotidiens. Elle était aussi

p.49

simplement, le prolongement naturel de l’entraide collective et spontanée des différents travaux à la campagne, exemple parfait du « resserrement communautaire ». On peut globalement répartir ces occasions de danse, en deux grandes catégories : − Les occasions fréquentes ordinaires (travaux annuels) : battage, moissonnage, récoltes, foulage, écobuage, défrichage, fête du cidre, du cochon, ainsi que les fêtes « calendaires » telles que la Saint-Jean ou le carnaval, etc. − Les occasions plus extraordinaires telles que la réfection des aires à battre ( Al leur nevez ), et bien sur la circonstance la plus importante : le mariage ! Pour l’ensemble de ces circonstances, la même remarque peut-être faite : le danseur est avant tout au service de la collectivité, dans laquelle il s’exprime naturellement, mais avec un profond respect des usages et du protocole. Le regard du groupe social sur l’individu est dominant, et chaque danseur en est bien conscient ! La ronde communautaire,


est le symbole parfait du sentiment d’entraide, de partage et de solidarité. Après ces considérations non négligeables, attardons nous à présent sur la transformation de cet « état » en direction d’une « expression » plus actuelle, redessinée décennie après décennie, par les différentes évolutions et mutations de la société, et des personnes qui la composent. Que peut-on dire sur la place, le rôle, mais surtout sur l’expression corporelle des danseurs aujourd’hui ? Quelle est la part de conscience, d’inconscience, des individus quand à leur implication gestuelle et stylistique dans la danse ? Que transparaît-il à travers un collectif d’acteurs en mouvement ? Qu’est-ce qui concerne davantage l’expression propre d’un individu ?

- à un degré moindre, les aspects davantage liés à sa personnalité, à ses traits de caractère, à son tempérament, ( timidité, affirmation, courage, pugnacité, fierté, humilité, patience, impatience, nervosité, égoïsme, générosité, sympathie, affabilité, etc. ).

Étant entendu que les gestes d’autrefois étaient appréhendés principalement par mimétisme, et fréquemment dès l’enfance ( « la danse s’empare de l’enfant avant qu’il ne s’empare d’elle » Jean-Michel Guilcher), quelle réelle perception corporelle d’eux-mêmes et des autres, possèdent les danseurs d’aujourd’hui ? Dès l’instant où ils ne passent plus tous forcément par les étapes fondamentales que sont… l’observation, l’imprégnation, l’apprentissage, la maturation, la digestion, puis la restitution du geste !

Soyons donc conscient que tous ces facteurs influencent directement et indirectement le style de chaque praticien dans la danse ! Il ne faut également nullement négliger la représentation mentale que chaque individu attribue à telle ou telle stylistique de danse ! Chacun possède en effet sa propre image, qui est la perception de telle ou telle manière de s’exprimer ( hauteur d’appuis, amplitude de pas, progression, utilisation des bras, énergie, etc. ) pour chaque danse. Cette image ne reste évidemment qu’une vision abstraite des danses, qui plus est, si l’on ne les pratique pas couramment !

L’expression qui se dégage d’un groupe de danseurs semble être le reflet de deux éléments majeurs et bien distincts : 1°) D’une part, l’aspect, le rendu, l’identité stylistique « globale » d’un mouvement qu’un observateur, ou plusieurs, peuvent constater : danse au « style » linéaire, horizontal, vertical, empesé, enfoncé, en suspension, énergique, dynamique, grave, lourd, élégant, précieux, vigoureux, marché, sautillant, rebondissant, presque couru, couru, etc…, tout en sachant que cette action collective est fortement dépendante de la « forme » sous laquelle elle s’effectue et de sa progression dans l’espace (ronde fermée, chaîne ouverte, chaîne mixte, chaîne courte, quadrette, cortège de couples, double-front, couple ouvert et couple fermé,…). 2°) D’autre part, les caractéristiques personnelles qui façonnent l’identité de chaque individu et qui détermine son « propre style » : - L es signes distinctifs liés à sa morphologie ( sa taille, son poids, sa carrure, son allure, sa tenue, sa démarche, sa souplesse, etc. ).

- Une prise de conscience, ou non, chez certains danseurs de ce que « l’acte dansé » représente : Le contrôle des gestes / La compréhension des mécanismes qui façonnent les styles / les prérequis techniques / L’influence de l’état psychique sur la gestuelle / L’analyse de la performance / La conscience de ses propres possibilités techniques / La volonté de mener, de diriger, de maîtriser, d’induire, …ou l’inverse ! etc.

Abordons à présent la transmission et l’enseignement des danses pour analyser comment sont étudiées les notions de style : On constate en général chez la plupart des transmetteurs, dans leur déroulement pédagogique, la prise en compte à la fois de la technique mais aussi de la stylistique d’une danse. Certains privilégient d’ailleurs davantage une de ces deux composantes par rapport à l’autre, alors que les deux sont évidemment imbriquées et n’ont de représentativité que si on les associe étroitement ! Si l’on considère que le discours de l’enseignant sert bien souvent à « verbaliser » le geste dans une transmission, il est évident que les conseils de celui-ci en matière de la stylistique d’une danse se rapprocheront évidemment de l’idée que lui même se fait, quant au style de cette dite-danse ! Et cette idée, si elle n’est pas plurielle et partagée par d’autres enseignants est forcément très, et trop restrictive, par rapport à une stylistique générale !

p.50

Venons-en à présent à la question de « modèle » ! Si les populations d’autrefois abordaient la danse presqu’uniquement par mimétisme ( imitation involontaire, surtout dans le jeune âge ), il n’en va pas de même aujourd’hui. Dans le paragraphe ci-dessus il était question pour le transmetteur de « verbaliser » le geste, c’est-à-dire de trouver les mots, expressions, phrases les plus justes pour renforcer sa pédagogie, qu’il s’agisse de la partie technique d’une danse ou de son aspect plus stylistique. Cette sémantique, même très judicieuse utilisée, correspond forcément à une transmission dirigée ! Et si l’on part du principe que tout en expliquant le transmetteur fait aussi les gestes, les pas,… Que vont alors privilégier les élèves : l’oreille ou l’œil ? L’écoute ou le regard ? La parole ou les gestes ? Les conseils ou l’imitation ? Les recommandations d’usage ou la liberté d’action ? Sachant que la plupart prendra sans doute un peu des deux, certains élèves sont cependant davantage concentrés sur les postures et l’attitude du transmetteur, jusque parfois reproduire ses gestes à l’identique ! N’y a-t-il pas là un risque de robotisation, d’imitation outrancière au risque pour l’élève d’y perdre sa propre « empreinte stylistique » c’est-à-dire celle qui correspond à la mouvance de son propre corps ! Il est donc sans doute nécessaire, voire indispensable, de faire se croiser plusieurs compétences de transmission afin de ne pas trop figer l’évolution naturelle de l’expression gestuelle de la danse ! Alan Pierre Animateur à la Fédération War’l Leur Penn ar Bed. © Photo : Confédération War’l Leur


// Hommage - Homaj - Omaij

Joëlle Le Meur Joëlle a été piquée par la fée broderie dès son plus jeune âge. En effet, fille de couturière et petite fille de brodeuse, elle a tissé au fil des années une chaine de points qu’elle n’aura jamais cessé de développer. Toute jeune, en résidence

à Paris ou en vacances en Bretagne à Kerlagatu, elle a toujours baigné dans le milieu de la culture bretonne, à travers la danse, la musique et la broderie. Elle a fait partie de plusieurs cercles sud Cornouaillais ( Pont-l’Abbé, Landrévarzec, Combrit et Penmarc’h ), restant toujours fidèle aux terroirs chers à son coeur, les pays glazig et bigouden. Initiée à la broderie par sa grandmère à Quimper, Joëlle s’est peu à peu spécialisée dans la broderie de costumes et de coiffes, au point d’être bénévole au sein de la Confédération War’l Leur. Toujours disponible elle s’est engagée au fil des années dans l’équipe de brodeurs mise en place par Viviane Hélias. Elle a participé à de nombreux stages, expositions, démonstrations et animations de broderie, dans les fêtes et festivals ( notamment les Brodeuses et le Cornouaille) et elle a enseigné en écoles, collèges et Lycées. Joëlle était salariée à mi-temps, avec Odile Le Guyader, depuis 12 ans, à la Confédération War’l Leur. Ces postes créés pour péréniser les interventions en milieu scolaire, se sont peu à peu

développés, en proposant de la formation dans les cercles, pour la reconstitution de costumes et vis à vis du grand public, pour les associations ou manifestations culturelles. Allier passion et profession a permis à Joëlle de transmettre avec ses qualités, sa grande application, sa constance et sa minutie, l’art de la broderie tant en Bretagne qu’ hors frontières. Ce fut aussi pour elle, l’occasion d’initier des centaines d’adultes et d’enfants, parmi lesquels se trouveront peut-être de futurs artistes. Joëlle a rejoint ainsi un autre maître de la broderie, François leSage, décédé la veille. Soyons assurés qu’au paradis des brodeurs, Joëlle continuera à tenir le fil et l’aiguille pour broder des Chaînes de Vie... Kenavo Joëlle ! Odile LE Guyader & Marie Rioual Hommage à Joëlle Le Meur, le 6/12/11 en l’église de Plomelin.

// Hommages

J

Jacques Le Lay

’ai connu Joëlle au cercle «Ar vro Vigoudenn» de Pont-L’Abbé en 1967. Elle accompagnait le groupe lorsqu’elle venait en vacances en famille à Plomelin. Elle faisait partie d’un cercle en région Parisienne et lorsqu’elle est venue vivre en Bretagne, elle a intégré le cercle de Landrévarzec. Nous avions la même passion pour la broderie. Joëlle était toujours prête à rendre service et c’est ainsi que nous avons commencé à donner des cours de broderie à l’école Saint-Gabriel, Les Carmes à PontL’Abbé dans le cadre de la découverte du patrimoine « Bigouden ». Toujours à Pont-L’Abbé, le comité de la Fête des Brodeuses avait décidé de réserver un espace pour des brodeuses dans le bois Saint- Laurent. Joëlle avait tout de suite accepté de venir faire des démonstrations de broderie pour les estivants qui étaient venus assister à la fête. Elle m’aidait aussi au montage de l’exposition précédant la fête. Joëlle s’est beaucoup investie dans la commission « Broderie » pour transmettre sa passion, aux membres des groupes, aux cours des stages et aux individuels. Elle faisait également partie des moniteurs de broderie qui participaient « au Samedi du Brodeur » au Musée Départemental Breton à Quimper. Puis la Confédération War’l Leur l’a embauchée avec Odile Le Guyader. Pour mes soixante ans, mes ami(e)s avaient fait un livre d’or. Joëlle avait mis une photo de 1967, avec cette légende : « Depuis toutes ces années des milliers de feuilles de neudé se sont envolées ». Toi aussi tu es partie, au revoir Joëlle. Viviane Hélias

in mars, de nombreux acteurs et défenseurs de la culture et de la langue bretonnes défilaient à Quimper. Jacques Le Lay, dit Jakez, aurait sûrement participé à cette manifestation, lui qui avait si souvent défilé au Cornouaille, aux Brodeuses, au Festival Interceltique... pour montrer son fort attachement à toutes nos traditions vivantes. Mais cette figure emblématique, à sa façon, de notre patrimoine breton est parti trop tôt au « Baradoz », vêtu de son costume de Ploaré, comme à l’ancienne. Comment « tonton Jakez », menuisier de métier, chanteur de kan-ha-diskan, passionné de culture populaire, a-t-il su faire part, à un groupe de jeunes douarnenistes et à tous ceux qui ont eu la chance de l’écouter, de son savoir et de ses convictions mesurées ? Tout simplement, avec toute la disponibilité, la discrétion et le sens du partage d’un vrai passeur de mémoire. Il n’imposait pas ses vérités, mais faisait prendre conscience de la richesse de notre identité, de la valeur de notre culture. « Da feiz hon tadoù kozh » mersi bras Jakez ! Marie Rioual

p.51

© Jean-Pierre Gonidec

F


// BrÈVes - Berr ha berr - Lé nouvèll qourtt

ConSeiL généraL du FiniStÈre

région Bretagne

un nouveau code MarQue

année du japon

La marque Bretagne fait des petits ! Après le conseil régional en janvier 2011, le Finistère a lancé son code marque fin septembre 2011. Dans la lignée de la Région, la marque se veut un renforcement de l’attractivité du département face aux autres territoires français et européens. Plus d’infos: www.toutcommenceenfinistere.fr

En 2012, la Bretagne se met à l’heure japonnaise. L’exposition « Bretagne Japon » mise en oeuvre par l’Association des Conservateurs des Musées de la Région Bretagne propose toute une série de manifestations sur le thème du Japon. Une belle occasion pour découvrir les collections des œuvres d’artistes bretons ou non, profondément marqués par l’inspiration japonaise. Pour l’occasion, douze musées régionaux se sont fédérés autour de cet événement qui vient de recevoir le label « Exposition d’intérêt national » par le Ministère de la Culture et de la Communication. Du 9 février au 31 décembre 2012. Plus d’infos sur le www.bretagnejapon2012.fr

Associations culturelles , institutions, partenaires. Vous souhaitez éditer un article dans notre publication, n’hésitez pas à nous contacter à warleur@wanadoo.fr

giZ’KaLon

sWinG Kalon en dvd La célèbre troupe Quimperloise sortira cet été son DVD de son spectacle « Swing Kalon ». Produit par l’Oz Production, les danseurs de Giz’Kalon et les musiciens d’Evit Dans concoctent un DVD / CD détonant qui sortira fin juin dans les bacs. De quoi en swinguer tout l’été ! Plus d’informations sur : http:// gizkalon.free.fr/

// BrÈveS Berr ha berr La Bretagne a L’étranger

destination le paradis Ca tourne au Croisty ! Après leur triomphe sur la scène de l’Olympia en mars, les Danserien ar vro Pourlet du Croisty embarquent pour quinze jours au paradis à l’occasion du 1er Festival Breton de Tahiti qui se déroulera du 2 au 13 avril 2012. îdilyque, collier de fleurs d’accueil au cou, le groupe aura cependant un programme très intense avec un spectacle d’une heure et demi, puis diverses présentations et animations quotidiennes à travers l’île. Sans oublier un programme de visite sur Tahiti et les îles voisines. La vingtaine de danseurs et musiciens qui convole avec le bagad de Lann Bihoué depuis maintenant deux ans retrouvera ses camarades musiciens marins une nouvelle fois dans ce périple. Vous pouvez suivre le groupe et ses péripéties sur un blog entièrement dédié à cet évènement à : http://lecroisty-tahiti.over-blog.fr

LangueS BretonneS

vers un .bZH ? En avril, l’association Point BZH, qui milite pour une extension du .bzh pour les sites bretons, déposera officiellement une demande à l’ICANN, l’organisme qui gère les attributions. Soutenu par plus de 20 000 signataires, le dossier sera également soutenu par la Région Bretagne qui prendra à sa charge les frais de dépôt de la demande. On croise les doigts ! Infos : www.pointbzh.com

p.52


Bodadeg Ar sonerion

Concours de printemps

Goussainville

40 ans et des envies

En février et mars, la Bodadeg Ar Sonerion organise les premières manches du championnat national des bagadoù. Le dimanche 12 février dernier se tenait au Quartz de Brest le concours des Bagadoù de première catégorie. Quatorze Ensembles musicaux se sont affrontés cette année sous le répertoire Montagne, fisel et Kost ar hoat où c’est à l’arraché que le Bagad Kemper s’est offert pour la seconde année le trophée. Dans un mouchoir de poche suivent le Bagad Cap Caval et la Kevrenn Alre. A Vannes, le 19 février, c’est le Bagad de Plougastel qui a survolé le concours de terroir « Bigouden » suivi du bagad de Pouldergat et du bagad Carhaix. En troisième catégorie, c’est le bagadig Cap Caval suivi du Glazik Kemper et de Ploërmel. En quatrième catégorie Concarneau prend la tête suivi d’An Arvorig et du bagad d’Hennebont. La suite cette été ! Résultats complets sur le www.bodadeg-ar-sonerion.org

Le Cercle Kan Ar Mor de Goussainville fête cette saison ses 40 ans. Après un Fest-Noz le 8 octobre 2011 et une Saint-Patrick le 17 mars dernier, ces deux évènements à Louvres (95), l’association prépare un grand fest noz qui réunira le 9 juin prochain à l’Espace Pierre de Coubertin de Goussainville un plateau prestigieux avec Sonerien Du, Carré Manchot, Trenk, Nicolas et Rouaud (Kan Ha Diskan). Du beau monde en somme. Plus d’informations sur : http://goussainville. gwalarn.org/

Dastum

40 ans au service d’un patrimoine oral et musical A l’occasion de ses quarante ans, l’Association Dastum organise tout au long de l’année 2012, quarante évènements en lien avec son réseau de collecteurs et de partenaires. ( Assemblée du bourg de Batz, Glomel, le printemps de Chateauneuf, Menez meur, la gallésie en fête ...etc.) Le concept de l’anniversaire est de proposer au public des séances de découverte des fonds sonores de Dastum avec la présence d’un collecteur ou d’un conférencier invité. Une manière de restituer aux habitants d’une commune, d’un pays, la mémoire sonore de leur territoire. Bon anniversaire, et long vie à Dastum ! Plus d’infos : http://www.dastum.net/FR/ actualites.php

Langues Régionales

Un droit, une loi ! Samedi 31 mars a eu lieu à Quimper le grand rassemblement breton en faveur des langues Régionales de France répondant à l’appel national lancé et relayé par la Kevre Breizh. Le temps d’une journée, Basques, Occitans, Corses, Alsaciens, Catalans, Créoles, Réunionais et Bretons ont parlé d’une même voix dans 8 grandes villes de France, de Bayonne à Strasbourg, d’Ajaccio à Quimper pour revendiquer une loi sur un statut légal des langues régionales. Près de 10 000 personnes ont répondu à l’appel. Un franc succès grâce auquel nous espérons de franches avancées sur la question. Plus d’informations sur : www.languesregionales.org et http:// deompdei-kemper2012.org/

Musée Bigouden

Renouvelée à chaque saison, l’exposition textile du musée vous révèle la diversité des costumes traditionnels bigoudens. Ce costume emblématique est singulier et pluriel ! Il se transforme suivant les époques, les moments de la vie, l’origine et l’identité de celui ou celle qui le porte. Cette saison, le musée présente le résultat de ses dernières recherches sur la mode particulière du petit port de Kerity à Penmarc’h. Partie intégrante du Pays Bigouden, ce port se distingue par le vêtement des femmes, très différent de celui des autres Bigoudènes. Est-ce là le dernier écho de la gloire déchue du port de commerce de Penmarc’h, l’un des principaux d’Europe aux XVe et XVIe siècles ? Une exposition à voir du 12 février au 7 novembre 2012 Rens. : www.ville-pontlabbe.fr/musee/ < Femme de Kérity vers 1930. A découvrir au musée Bigouden de Pont-l’Abbé p.53

© Musée Bigouden

La saison est lancée


// Calendrier - Deiziadoù - Qalendrier Confédération War’l Leur

Stage Loustig

Kement Tu (1)

Samedi 9 et dimanche 10 février 2013 à Amzer Nevez, Plœmeur.

Championnat de Bretagne de danse traditionnelle. Rencontre dans le cadre du festival « Folklore du Monde » de Saint-Malo le dimanche 1 juillet 2012 au Panier-Fleuri. Avec les Cercles de Bannalec, Bordeaux, Guérande, La Baule, la Forêt-Fouesnant, Locoal-Mendon, Nantes et Saint-Grégoire.

Kement Tu (2)

Formation visionnage Formation couture Monitorat Date à déterminer.

Trophée Yann Korentinn ar Gall Le samedi 14 juillet 2012 à Pont-l’Abbé

Concours de Gavotte Glazig Le samedi 28 juillet 2012 à Quimper dans le cadre du Festival Le Cornouaille / Quimper.

fest-Noz de la Fédération

Fédération Divroët Stage fédéral

Championnat de Bretagne de danse traditionnelle. Rencontre dans le cadre de la fête des Brodeuses le vendredi 13 juillet 2012 au Triskell de Pont-l’Abbé. Avec les Cercles de Concarneau, élliant, Landrévarzec, Lorient Armor Argoat, Lorient Bugale an Oriant, Pont-l’Abbé et Riec-sur-Bélon.

17 et 18 novembre 2012 à Bordeaux : Terroir Pourlet.

Kement Tu (3)

Fédération War’l Leur Ille-et-Vilaine

Le 31 octobre 2012. Stage avant le Fest-noz à la salle du Chapeau rouge à Quimper. Danses des broioù Cap Sizun et Penn sardin + Ile de Sein, Molène…

Stage Assemblée Générale & Stage fédéral 23 et 24 mars 2013, stage multi-ateliers danse musique costume à Orléans

Le 9 décembre 2012 Stage ouvert aux cercles et groupes loisirs lieu à définir. Danses en couples : Mazurka, Valse, Scottish …avec Marcel Glever

Stage Championnat de Bretagne de danse traditionnelle. Rencontre des Ensembles de première catégorie 1+ et 1 au théâtre de Cornouaille dans le cadre du Festival Le Cornouaille à Quimper le samedi 28

Place aux Garçailles Dimanche 13 Mai 2012 à Pont-Péan.

Le 12 janvier 2013 organisé par la Kevrenn an Arvorig et War ‘l Leur et Kendalc’h Penn ar bed + confédérence Kultur’dañs Montagne. Dans les communes du pays de Châteauneuf du Faou.

// Calendrier Deiziadoù 2011 / 2012 2011 / 2012 juillet 2012. Avec les Cercles de Beuzec, Clisson, Larmor-Plage, Quimperlé, SaintMalo et Vannes.

Concours de Costume de l’Aven 2012 Samedi 18 Août 2012 à la ferme du Moros à Concarneau.

Fédération War’l Leur Loire - Atlantique Festival des Cercles enfants de Loire-Atlantique. Dimanche 13 Mai 2012 à Batz-sur-Mer.

Assemblée du Bourg Du 27 au 29 avril à Batz-sur-Mer.

Gouel War’l Leur Samedi 13 octobre 2012 : Assemblée Générale, Marché aux costumes, FestNoz à Plœmeur. Programmation à venir.

Festival Anne de Bretagne Du 5 au 17 juin 2012 à Guérande.

Fédération Mor Bihan Concours de danses vannetaise Trophée ronsed Mor Le dimanche 13 mai 2012 à Locoal Mendon

Festival des Cercles enfants de la Fédération War’l Leur Morbihan Le samedi 19 mai 2012 à Plœmeur. Centre Amzer Nevez.

Concours de danse de Gourin Stage Yaouank Samedi 3 et dimanche 4 novembre 2012 à Amzer Nevez, Plœmeur.

Fédération War’l Leur Penn ar bed

Le dimanche 2 septembre 2012 à Gourin dans le cadre du championnat de Bretagne des sonneurs de couples.

Gouel ar Vugale Stage MIZ DU Samedi 24 et dimanche 25 novembre 2012 à Amzer Nevez, Plœmeur.

Le dimanche 20 mai 2012 au Nautile à la Forêt-Fouesnant.

Fête des cercles du Pays de l’Aven

Stage WAR AR MENEZ + stage broderie

Le dimanche 3 juin 2012 à Elliant.

Samedi 26 et dimanche 27 janvier 2013 à Brasparts. En partenariat avec la Fédération War’l Leur Penn ar bed

Le dimanche 1 juillet 2012 à Hanvec.

Menez Meur

p.54

Stage à Groix Le 15 et 16 septembre 2012

Concours Kas abarh Le samedi 10 et dimanche 11 novembre 2012 organisé par le Cercle Boked er lann à Larmor-Plage. Concours danse et musique, Fest-noz.


> S A I N T - M A L O

C O N TA C T S & R E N S E I G N E M E N T S : WA R L E U R . O R G / V I L L E - S A I N T - M A LO . F R

gouel War’l leur

SAM.

13

oCtoBre 2 0 1 2

+

S

u

r

P

r

i

S

e

S

marcHé aux coStumeS aSSemBlée générale CHAMPIONNAT DE BRETAGNE DE DANSE BRETONNE ( catégorie 1+ & 1 ) ---------> LE 28 JUILLET 2012 À 21H00 -----------------> THÉÂTRE DE CORNOUAILLE-----

annonce du classeMent du cHaMpionnat de bretaGne 2012 de danse bretonne de la confédération War’l leur

>Q-U-I-M-P-E-R

CONTACTS & RENSEIGNEMENTS : WARLEUR .ORG / FESTIVAL-CORNOUAILLE.COM

Confédération culturelle bretonne danse i Costumes i Formation i Broderie

© 2011 - Conception : Ferré Florian / Confédération War’l Leur

© Crédit photo : An Ozeganed par Fred Harnois - Conception : Confédération War’l Leur - Florian Ferré

CHAMPIONNAT DE BRETAGNE DE DANSE BRETONNE ( Catégorie 2 & 3 ) -----------> LE 1 JUILLET 2012 À 14H00 -------> AU PANIER-FLEURI


Avec le soutien de la RĂŠgion Bretagne

Kazel ha Kazel N°81  

Publication de la Confédération War'l Leur Avril 2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you