Page 8

PRÉSENTATION DES ACTES Le Colloque international d'Albi Langages et Signification a réuni en juillet 2009 des chercheurs sur le thème des « Ecritures évolutives ». Deux aspects de l'évolution des écritures furent plus particulièrement analysés, d'une part l'aspect transgressif marquant une évolution contre les pratiques existantes, ou se situant à leur marge, d'autre part l'aspect créateur ouvrant sur des perspectives novatrices. Bien sûr transgression et création ne sont pas toujours disjointes, et certaines des communications qui suivent montrent comment l'une et l'autre se conjuguent dans les domaines sémiotiques et culturels. Le champ couvert par l'ensemble des communications est large, et recoupe bon nombre des préoccupations de la recherche contemporaine. C'est ainsi que dans le domaine de la littérature, le genre de l'autofiction est appréhendé comme une évolution de l'écriture, que le statut de « l'auteur » semble se diluer sous l'influence d'Internet, des blogueurs, de la littérature S.M.S et de la poésie numérique. Modernité et post-modernité s'affrontent sur le même terrain, mais elles nous laissent le temps de contempler d'un regard nouveau le code d'Hammourabi, le cylindre de Cyrus ou les graffiti pompéiens. L'humour, thème de notre précédent colloque, a toujours sa place, quand dans le sillage de Rabelais, Pagnol, et d'autres, il est question des farcissures du « francitan », voire quand l'acte lectoral est perturbé par des balivrernes et flagrants délivres, quand le support matériel du texte semble tourner en dérision le texte dont il est le soutien… Les rapports entre le texte, l'image (photo, cinéma, bande dessinée), la voix, et le son ont donné lieu à des analyses très en prise avec les exigences du monde d'aujourd'hui. Le discours scientifique et la philosophie occupèrent également certaines séances du colloque. L'écriture novatrice imprégnée du tragique de l'histoire, (autre caractéristique de la post-modernité) des pays du Maghreb, de l'Afrique noire et des Antilles (créolité) provoqua bien des débats. La rhétorique et la stylistique ne furent pas oubliées, la sémiotique non plus. Puisqu'il est très souvent question d'autofiction ces temps-ci, soyons reconnaissants à Stéphanie Michineau d'avoir abordé des éléments essentiels d'une question dont elle a fait un objet d'étude et une thèse. Rendant à César ce qui est à César, elle affirme que la paternité du terme autofiction revient à Doubrovsky, ce qui est confirmé par ce dernier dans un article du supplément du journal Le Monde du vendredi 26 mars 2010 (p. 3) : « Quand j'ai proposé ce terme, je croyais l'avoir créé à mon usage, pour expliciter la nature d'un livre que je venais d'écrire et qui, croyais-je, inaugurait un genre nouveau. » Dans ce même article Doubrovsky cite parmi ses précurseurs Colette (La naissance du jour) et Céline (D'un château à l'autre). Selon Stéphanie 7

Profile for Robert gauthier

ECRITURES EVOLUTIVES  

Evolutuin ou trangression

ECRITURES EVOLUTIVES  

Evolutuin ou trangression

Profile for walterap
Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded