Page 7

Sur cet album, dans des titres tels que «At the well» ou «Bleeding the pigs», pour ne citer qu’eux, vous avez une vision très sombre de l’humanité en y tenant comme une place de spectateur dans notre monde. Comment se sent Neurosis en rapport à ce monde ? Y avez-vous trouvé une place d’ailleurs ? Nous ne nous y sentons toujours pas à notre place, ce pourquoi nous nous sommes tournés vers la musique underground. Notre seule vraie place dans ce monde est notre propre expression. Le fait que d’autres personnes aiment notre musique est assez incroyable car nous

créons la musique que nous voudrions entendre et nous nous sommes rendus compte que d’autres la trouvaient inspirante. J’espère que l’héritage que nous laisserons sera défini par l’originalité, l’intensité et le fait que nous ayons toujours fait les choses à notre façon. J’espère qu’on laissera derrière nous quelque chose d’original, intense et toujours singulier. En ce qui concerne le sentiment d’être humain et notre place en tant qu’être humain, je pense que c’est une bataille constante et c’est pourquoi nous avons besoin de Neurosis comme exutoire.

INTERVIEW

une telle inspiration dans le flot de la rivière qui ressemble au fil de nos vies, de nos émotions. La montagne peut être un refuge, un défi ou encore une solution. Le désert est un endroit dur, de désolation ou l'endroit où les étoiles sont les plus visibles. Le soleil est la métaphore la plus puissante que nous pouvons utiliser et nous l'avons fait un nombre incroyable de fois mais nous ne pouvons nous en empêcher. Il peut être l'oeil qui fixe en permanence, le créateur des déserts, la force de fertilisation qui amène ce qui est vert et bon, il peut être le sauveur des ténèbres, il peut être n'importe quoi.

Je vous ai vu de nombreuses fois en concerts et ceux-ci me semblent êtres toujours des expériences très particulières intenses, riches en émotions. Vous semblez être en communion entre membres de Neurosis comme si vous étiez possédés par un même esprit qu’est la musique. Peux-tu me décrire ce que vit Neurosis sur scène ? Le but ultime, que nous avons découvert il y à longtemps par accident, est de trouver un espace de transe. Nous ne sommes pas des artistes nés, nous ne sommes pas capables de nous lever et d’imiter un singe ou quoique ce soit d’autre, nous nous sommes rendus compte que notre musique nous aide à nous libérer de nos corps, nous nous livrons à elle. Parce qu’elle est très intense, il serait inapproprié de ne pas nous livrer totalement à elle en essayant uniquement de l’incarner. Ce n’est pas toujours parfait, chaque soir comporte son lot d’insatisfactions, il arrive que des problèmes techniques interviennent, que des flashs nous éblouissent, que nous sortions de cet état de transe et c’est très frustrant car nous avons totalement quitté nos corps pour devenir le son comme si l’esprit de Neurosis nous attrapait et coulait en nous très naturellement. Je n’aime pas me sentir moi-même pendant un concert, alors bien sûr nous devons bien sûr rester assez conscients de ce que nous faisons pour jouer de nos instruments mais lorsque tout se passe bien, rien d’autre que le son n’existe. J’allais en venir justement, quel est un bon concert, un bon public ? Comment les préfères-tu ? Un bon concert est un concert où nous sommes capables de faire ce que je décrivais avant. Il faut que le son soit bon et que les gens puissent ressentir les basses. Il nous faut aussi le moins de distraction possible qui pourrait nous empêcher de trouver cet état de transe. Chaque endroit à ses vibrations, je n’aime pas vraiment jouer en extérieur, ce qui est assez contradictoire car j’aime être

7

Profile for w-fenec magazine

W-Fenec Mag#3  

W-Fenec magazine novembre 2012 : Neurosis, Guns of Brixton, Birds in Row, Motörhead, Turbonegro, Lambwool, NoSwad, The Arrs, Down, Slash, Zo...

W-Fenec Mag#3  

W-Fenec magazine novembre 2012 : Neurosis, Guns of Brixton, Birds in Row, Motörhead, Turbonegro, Lambwool, NoSwad, The Arrs, Down, Slash, Zo...

Profile for w-fenec
Advertisement