Issuu on Google+

RIPOU?

Michel Neyret

BEL : 2,90 € - CH : 5,50 FS - CAN : 8 $C – A : 3,60 € - D : 3,70 € - ESP : 3,20 € – GR : 3,20 € - ITA : 3,20 € – LUX : 2,90 € – NL : 3,30 € - PORT.CONT. : 3,20 € – DOM : Avion : 4 € – Maroc : 30 DH – Tunisie : 4,200 TDU - Zone CFA Avion : 3 200 CFA - Zone CFP Avion : 950 CFP

LA CHUTE D’UN GRAND FLIC

CARLA

MAMAN L’HEUREUX

EVENEMENT QUI NE CHANGE RIEN POUR PAPA ! Car les affaires continuent...

SONDAGE EXCLUSIF

48% des Français pensent qu’elles font le jeu du FN

PRESIDENTIELLE M 01713 - 1780 - F: 2,50 E

3:HIKLRB=XUWZUZ:?l@r@i@a@a;

VSD1780S001.indd 1

L’UMP déjà prête à remplacer Sarkozy, au cas où...

2,50 € N° 1780 - DU 6 AU 12 OCTOBRE 2011

03/10/11 18:59


Époque Les gens

Le choc La semaine passée, le procès opposant le Dr Conrad Murray et la famille Jackson s’est ouvert avec l’image terrible de Michael sur un sordide brancard d’hôpital, les yeux clos et la bouche ouverte, un morceau de ruban adhésif entre celle-ci et le nez. Mort et abandonné.

MICHAEL

ATMOSPHÈRE CAUCHEMARDESQUE AU PROCÈS DU DR MURRAY : PHOTOS ET ENREGISTREMENTS ACCABLENT CE BIEN ÉTRANGE MÉDECIN. PAR OLIVIER CACHIN VSD1780D016-S018.indd 16-17

L’AGONIE DE BAMBI SIPA

JACKSON

03/10/11 16:14


Époque Les gens

Le choc La semaine passée, le procès opposant le Dr Conrad Murray et la famille Jackson s’est ouvert avec l’image terrible de Michael sur un sordide brancard d’hôpital, les yeux clos et la bouche ouverte, un morceau de ruban adhésif entre celle-ci et le nez. Mort et abandonné.

MICHAEL

ATMOSPHÈRE CAUCHEMARDESQUE AU PROCÈS DU DR MURRAY : PHOTOS ET ENREGISTREMENTS ACCABLENT CE BIEN ÉTRANGE MÉDECIN. PAR OLIVIER CACHIN VSD1780D016-S018.indd 16-17

L’AGONIE DE BAMBI SIPA

JACKSON

03/10/11 16:14


Époque People Bonne pour la visite Le 17 septembre pour les Journées du patrimoine, Carla Bruni est allée accueillir les visiteurs dans les jardins du palais de l’Élysée. Son mari était à ses côtés pour signer des autographes.

La première dame passe son temps à raconter aux médias qu’elle veut préserver l’intimité de cet « événement privé ». Pas sûr que cette opération de com suffise à restaurer l’image d’un président cerné par les affaires. P A R F R A N Ç O I S J U L I E N

VSD1780D022-024.indd 22-23

J. BRINON/AP/SIPA

RETOUR SUR UNE GROSSESSE SI DISCRETE 03/10/11 20:36


Époque People Bonne pour la visite Le 17 septembre pour les Journées du patrimoine, Carla Bruni est allée accueillir les visiteurs dans les jardins du palais de l’Élysée. Son mari était à ses côtés pour signer des autographes.

La première dame passe son temps à raconter aux médias qu’elle veut préserver l’intimité de cet « événement privé ». Pas sûr que cette opération de com suffise à restaurer l’image d’un président cerné par les affaires. P A R F R A N Ç O I S J U L I E N

VSD1780D022-024.indd 22-23

J. BRINON/AP/SIPA

RETOUR SUR UNE GROSSESSE SI DISCRETE 03/10/11 20:36


Époque Politique

ET SI SARKO NE SE REPRESENTAIT PAS ?

Homme providentiel ? Sa cote de popularité fait d’Alain Juppé la personnalité la plus à même de remplacer le chef de l’État. Il déclarait déjà en juin : « Si [Nicolas Sarkozy] n’était pas en mesure de se présenter, voilà, je tenterais ma chance. »

Selon notre sondage, les affaires à répétition profitent au FN. La candidature de Nicolas Sarkozy, au plus bas de sa popularité, n’est plus une évidence, y compris pour l’UMP. Alain Juppé s’est même positionné en cas de renoncement. PAR CHRISTELLE BERTRAND

VSD1780D.indd 30-31

03/10/11 20:40


Époque Politique

ET SI SARKO NE SE REPRESENTAIT PAS ?

Homme providentiel ? Sa cote de popularité fait d’Alain Juppé la personnalité la plus à même de remplacer le chef de l’État. Il déclarait déjà en juin : « Si [Nicolas Sarkozy] n’était pas en mesure de se présenter, voilà, je tenterais ma chance. »

Selon notre sondage, les affaires à répétition profitent au FN. La candidature de Nicolas Sarkozy, au plus bas de sa popularité, n’est plus une évidence, y compris pour l’UMP. Alain Juppé s’est même positionné en cas de renoncement. PAR CHRISTELLE BERTRAND

VSD1780D.indd 30-31

03/10/11 20:40


Époque Reportage

Le fief Strauss-Kahn a été élu député du Val-d’Oise dès 1986. À Sarcelles, il a lancé sa campagne à l’investiture socialiste pour l’élection présidentielle de 2007.

S

BIENVENUE EN STRAUSS-KAHNIE!

Témoignages anonymes, menaces et loi de l’omerta

Dans cette commune du Val-d’Oise, certains administrés se plaignent que les barons du clan DSK se livrent régulièrement à des manœuvres d’intimidation ou à des pressions. P A R N A T H A L I E G I L L O T . P H O T O S : L O U I S E O L I G N Y P O U R V S D

VSD1780D034-036.indd 34-35

CHESNOT/SIPA

Sarcelles

arcelles, 2011. Autour de la mairie, installée dans un ancien manoir niché dans un trou de verdure, règne d’ordinaire unequiétude propre à la vieille ville. À quelques minutes de là, le quartier des Flanades – des tours plantées au-dessus d’un centre commercial donnant sur une vaste esplanade – s’anime comme une fourmilière. Deux mondes se côtoient : celui du maire, François Pupponi, le dauphin de Dominique Strauss-Kahn qui a fait de cette agglomération de soixante mille habitants son fief depuis vingt-cinq ans ; et celui des administrés qui ont en tête leurs problèmes de logement, de boulot ou d’aide sociale qui ne vient pas. Bienvenue en « strausskahnie » où, depuis peu, les langues se délient. Depuis que DSK est empêtré dans l’interminable affaire de New York, et sommé de s’expliquer face à une jeune romancière française, les pratiques du clan sont disséquées à la loupe. La première salve est venue d’outre-Atlantique, quand les avocats de Nafissatou Diallo ont fait savoir, début juillet, qu’ils étaient prêts à recueillir les témoignages d’autres femmes qui auraient pu se plaindre de Strauss-Kahn. Trois mois plus tard, plusieurs personnes se seraient fait connaître à David Koubbi, l’avocat de Tristane Banon, ou à Thibault de Montbrial, le correspondant du cabinet new-yorkais qui réprésente la femme de chambre. Certains de cestémoignages, recueillis sous couvert d’anonymat, émanent de Sarcelles, où, semble-t-il, s’impose une loi du silence impossible pour l’heure à lever. De quoi s’agit-il exactement ? De rumeurs malveillantes surfant sur les rebondissements de l’affaire Strauss-Kahn ou bien de vrais indices d’une atmosphère viciée par des pressions, menaces ou intimidations mettant cette commune du Val d’Oise en coupe réglée ?

03/10/11 20:10


Époque Reportage

Le fief Strauss-Kahn a été élu député du Val-d’Oise dès 1986. À Sarcelles, il a lancé sa campagne à l’investiture socialiste pour l’élection présidentielle de 2007.

S

BIENVENUE EN STRAUSS-KAHNIE!

Témoignages anonymes, menaces et loi de l’omerta

Dans cette commune du Val-d’Oise, certains administrés se plaignent que les barons du clan DSK se livrent régulièrement à des manœuvres d’intimidation ou à des pressions. P A R N A T H A L I E G I L L O T . P H O T O S : L O U I S E O L I G N Y P O U R V S D

VSD1780D034-036.indd 34-35

CHESNOT/SIPA

Sarcelles

arcelles, 2011. Autour de la mairie, installée dans un ancien manoir niché dans un trou de verdure, règne d’ordinaire unequiétude propre à la vieille ville. À quelques minutes de là, le quartier des Flanades – des tours plantées au-dessus d’un centre commercial donnant sur une vaste esplanade – s’anime comme une fourmilière. Deux mondes se côtoient : celui du maire, François Pupponi, le dauphin de Dominique Strauss-Kahn qui a fait de cette agglomération de soixante mille habitants son fief depuis vingt-cinq ans ; et celui des administrés qui ont en tête leurs problèmes de logement, de boulot ou d’aide sociale qui ne vient pas. Bienvenue en « strausskahnie » où, depuis peu, les langues se délient. Depuis que DSK est empêtré dans l’interminable affaire de New York, et sommé de s’expliquer face à une jeune romancière française, les pratiques du clan sont disséquées à la loupe. La première salve est venue d’outre-Atlantique, quand les avocats de Nafissatou Diallo ont fait savoir, début juillet, qu’ils étaient prêts à recueillir les témoignages d’autres femmes qui auraient pu se plaindre de Strauss-Kahn. Trois mois plus tard, plusieurs personnes se seraient fait connaître à David Koubbi, l’avocat de Tristane Banon, ou à Thibault de Montbrial, le correspondant du cabinet new-yorkais qui réprésente la femme de chambre. Certains de cestémoignages, recueillis sous couvert d’anonymat, émanent de Sarcelles, où, semble-t-il, s’impose une loi du silence impossible pour l’heure à lever. De quoi s’agit-il exactement ? De rumeurs malveillantes surfant sur les rebondissements de l’affaire Strauss-Kahn ou bien de vrais indices d’une atmosphère viciée par des pressions, menaces ou intimidations mettant cette commune du Val d’Oise en coupe réglée ?

03/10/11 20:10


Époque Enquête

Hamida Djandoubi

LE DERNIER GUILLOTINE

Condamné d’avance ? Hamida Djandoubi, un ouvrier agricole de 27 ans, ici lors de son procès aux assises d’Aix-en-Provence, avait peu de chances d’échapper à la peine capitale. Il était accusé d’un meurtre et de sévices sexuels sur mineures.

PAR STÉPHANE BOUCHET/ALERT PRESS POUR VSD

FOUET/AFP

Trente ans après l’abolition de la peine de mort, le 9 octobre 1981, voici l’histoire oubliée du dernier prisonnier exécuté par la France. C’était le 10 septembre 1977, à Marseille.

VSD1780D042.indd 42-43

03/10/11 15:42


Époque Enquête

Hamida Djandoubi

LE DERNIER GUILLOTINE

Condamné d’avance ? Hamida Djandoubi, un ouvrier agricole de 27 ans, ici lors de son procès aux assises d’Aix-en-Provence, avait peu de chances d’échapper à la peine capitale. Il était accusé d’un meurtre et de sévices sexuels sur mineures.

PAR STÉPHANE BOUCHET/ALERT PRESS POUR VSD

FOUET/AFP

Trente ans après l’abolition de la peine de mort, le 9 octobre 1981, voici l’histoire oubliée du dernier prisonnier exécuté par la France. C’était le 10 septembre 1977, à Marseille.

VSD1780D042.indd 42-43

03/10/11 15:42


Tout en images Nature

PROTECTION RAPPROCHÉE Ce lionceau qui marche fièrement dans la savane est un miraculé. Il vient d’échapper aux prédateurs grâce à la pugnacité maternelle. PHOTOS : JEAN-FRANÇOIS LAGROT

MÈRE POULE

Kenya, réserve nationale de Masai Mara, 5 heures du matin. Le petit, encore un peu groggy, l’a échappé belle. La lionne vient de batailler ferme durant deux heures pour le sauver des mâchoires des crocodiles. Le groupe de félins avait traversé la rivière Mara pour chasser l’un des huit cent mille gnous qui migrent chaque été vers l’autre rive, au gré de leurs pâturages.

VSD1780D048-050-052.indd 48-49

30/09/11 02:31


Tout en images Nature

PROTECTION RAPPROCHÉE Ce lionceau qui marche fièrement dans la savane est un miraculé. Il vient d’échapper aux prédateurs grâce à la pugnacité maternelle. PHOTOS : JEAN-FRANÇOIS LAGROT

MÈRE POULE

Kenya, réserve nationale de Masai Mara, 5 heures du matin. Le petit, encore un peu groggy, l’a échappé belle. La lionne vient de batailler ferme durant deux heures pour le sauver des mâchoires des crocodiles. Le groupe de félins avait traversé la rivière Mara pour chasser l’un des huit cent mille gnous qui migrent chaque été vers l’autre rive, au gré de leurs pâturages.

VSD1780D048-050-052.indd 48-49

30/09/11 02:31


L’aventure

Destination

Irlande

Le whisky à l’état brut

Le poitin, ancêtre du whisky, est toujours massivement distillé dans la clandestinité, tel un acte patriotique. PAR GILLES LUNEAU. PHOTOS :ACHIM MULHAUPT/LAIF-REA

Alcool de contrebande Padraig W., 70 ans, produit son poitin, ou gnôle, à l’abri d’un petite cabane dans les collines d’une des îles de l’ouest du Connemara. En général, il est vendu dans de vieilles bouteilles de vin ou de whisky, enveloppées dans du papier journal.

VSD1780D056_D058.indd 56-57

30/09/11 19:49


L’aventure

Destination

Irlande

Le whisky à l’état brut

Le poitin, ancêtre du whisky, est toujours massivement distillé dans la clandestinité, tel un acte patriotique. PAR GILLES LUNEAU. PHOTOS :ACHIM MULHAUPT/LAIF-REA

Alcool de contrebande Padraig W., 70 ans, produit son poitin, ou gnôle, à l’abri d’un petite cabane dans les collines d’une des îles de l’ouest du Connemara. En général, il est vendu dans de vieilles bouteilles de vin ou de whisky, enveloppées dans du papier journal.

VSD1780D056_D058.indd 56-57

30/09/11 19:49


VSD 1780