Issuu on Google+

Berlusconi

BEL : 2,80 € - CH : 5,50 FS - CAN : 8 $C – A : 3,60 € - D : 3,60 € - ESP : 3,20 € – GR : 3,20 € - ITA : 3,20 € – LUX : 2,80 € – NL : 3,30 € - PORT.CONT. : 3,20 € –DOM : AVION : 4 € – MAROC : 30 DH – TUNISIE : 4,200 TDU - ZONE CFA AVION : 3 000 CFA - ZONE CFP AVION : 950 CFP.

NOUVEAU

NOUVEAU SCANDALE SEXUEL POUR IL CAVALIERE

Affaire

WOERTH/BETTENCOURT

LE RETOURDES

BARBOUZES ? Accusé d’espionner les journalistes, l’Élysée contre-attaque...

Zahia et les Bleus

L’ALIBI DE BENZEMA SUR LA SELLETTE L’affaire rebondit sur la personnalité sulfureuse de Camélia, son témoin clé

Une journée avec

CHRISTOPHE ROCANCOURT

‘‘Le pire pour moi ? Que ma fille devienne Miss France !’’ VSD.FR

2,40€ N° 1733 - DU 10 AU 17 NOVEMBRE 2010

COUV-VSD173S001.indd 1

T 01713 - 1733 - F: 2,40 E

3:HIKLRB=XUWYU[:?l@h@d@n@a; 7/11/10 11:33:35


Époque Enquête

ZAHIA L’AFFAIRE REBONDIT CAMÉLIA, QUI DÉFEND KARIM BENZEMA CONTRE L’ESCORT-GIRL, AURAIT LANCÉ UN CONTRAT CONTRE UN JOUEUR DE FOOT. PAR SYLVAIN MONIER ET MATHIEU JANIN

Fin de la confrontation

J

Karim Benzema et Camélia auraient « dormi simplement »

D. R.

Jeudi 4 novembre, Zahia sort du palais de justice, à Paris. Devant le juge d’instruction, elle a maintenu ses dépositions. Oui, elle a bien couché avec Benzema, moyennant finances.

VSD1733D016-S018.indd 16-17

eudi 4 novembre, palais de justice de Paris. Dans le bureau du juge d’instruction Yves Dando : Zahia, Camélia et Karim Benzema. Objet de la convocation : démêler le vrai du faux, sur les circonstances de la soirée, qui s’est déroulée dans un hôtel parisien en mai 2008, avec l’attaquant du Real Madrid. Résumons : Zahia aurait rencontré Karim Benzema lors d’une soirée au World Place après la remise des Oscars du foot, sur Canal+. Ensuite, le manager du joueur aurait conduit l’escort-girl, mineure aux moments des faits, à l’hôtel Méridien, porte Maillot. Là, Benzema l’aurait rejointe dans une chambre pour un rapport sexuel tarifé 500 euros. Voilà pour la version de l’escort-girl. Mais Benzema nie. « Je ne vois pas en quoi la parole de mon client vaudrait moins que celle d’une prostituée », précisait à l’époqueMe Sylvain Cormier, son avocat. Mieux, plusieurs mois après le début du scandale intervient un témoin providentiel pour le joueur du Real : Camélia. Cette jeune femme de 26 ans certifie que Benzema ne peut pas avoir couché avec Zahia ce soir-là puisque, selon sa déposition de l’époque, il était avec elle au Méridien. Le couple aurait dormi simplement, « sans avoir eu de rapports sexuels », et c’est un proche de l’international qui se serait glissé dans les draps de Zahia. Jeudi dernier, lors de la confrontation, Yves Dando n’en aura pas appris beaucoup plus. Zahia, Camélia et Benzema ont campé chacun sur leurs positions. Rien de neuf, alors ? Si. Car un élement nouveau est venu mettre en doute la fiabilité du témoignage de Camélia, le témoin providentiel de Benzema. Comme l’a révélé le quotidien France Soir dans son édition du 5 novembre, l’affaire démarre début juillet. Quand Camélia apparaît dans l’affaire Zahia et demande à témoigner pour innocenter Benzema, les policiers de la brigade de répression du proxénétisme ont des doutes sur la véracité de son témoignage. Résultat, ils décident de mettre sur écoute la jeune Niçoise et sa mère, Marcelle. Les enregistrements vont se révéler fructueux. Car le fait est que Camélia et Marcelle, qui se disent « à fond dans le foot » et « supportrices de l’OGC Nice », avaient une dent contre le footballeur Loïc Rémy.

5/11/10 21:15:23


Époque Enquête

ZAHIA L’AFFAIRE REBONDIT CAMÉLIA, QUI DÉFEND KARIM BENZEMA CONTRE L’ESCORT-GIRL, AURAIT LANCÉ UN CONTRAT CONTRE UN JOUEUR DE FOOT. PAR SYLVAIN MONIER ET MATHIEU JANIN

Fin de la confrontation

J

Karim Benzema et Camélia auraient « dormi simplement »

D. R.

Jeudi 4 novembre, Zahia sort du palais de justice, à Paris. Devant le juge d’instruction, elle a maintenu ses dépositions. Oui, elle a bien couché avec Benzema, moyennant finances.

VSD1733D016-S018.indd 16-17

eudi 4 novembre, palais de justice de Paris. Dans le bureau du juge d’instruction Yves Dando : Zahia, Camélia et Karim Benzema. Objet de la convocation : démêler le vrai du faux, sur les circonstances de la soirée, qui s’est déroulée dans un hôtel parisien en mai 2008, avec l’attaquant du Real Madrid. Résumons : Zahia aurait rencontré Karim Benzema lors d’une soirée au World Place après la remise des Oscars du foot, sur Canal+. Ensuite, le manager du joueur aurait conduit l’escort-girl, mineure aux moments des faits, à l’hôtel Méridien, porte Maillot. Là, Benzema l’aurait rejointe dans une chambre pour un rapport sexuel tarifé 500 euros. Voilà pour la version de l’escort-girl. Mais Benzema nie. « Je ne vois pas en quoi la parole de mon client vaudrait moins que celle d’une prostituée », précisait à l’époqueMe Sylvain Cormier, son avocat. Mieux, plusieurs mois après le début du scandale intervient un témoin providentiel pour le joueur du Real : Camélia. Cette jeune femme de 26 ans certifie que Benzema ne peut pas avoir couché avec Zahia ce soir-là puisque, selon sa déposition de l’époque, il était avec elle au Méridien. Le couple aurait dormi simplement, « sans avoir eu de rapports sexuels », et c’est un proche de l’international qui se serait glissé dans les draps de Zahia. Jeudi dernier, lors de la confrontation, Yves Dando n’en aura pas appris beaucoup plus. Zahia, Camélia et Benzema ont campé chacun sur leurs positions. Rien de neuf, alors ? Si. Car un élement nouveau est venu mettre en doute la fiabilité du témoignage de Camélia, le témoin providentiel de Benzema. Comme l’a révélé le quotidien France Soir dans son édition du 5 novembre, l’affaire démarre début juillet. Quand Camélia apparaît dans l’affaire Zahia et demande à témoigner pour innocenter Benzema, les policiers de la brigade de répression du proxénétisme ont des doutes sur la véracité de son témoignage. Résultat, ils décident de mettre sur écoute la jeune Niçoise et sa mère, Marcelle. Les enregistrements vont se révéler fructueux. Car le fait est que Camélia et Marcelle, qui se disent « à fond dans le foot » et « supportrices de l’OGC Nice », avaient une dent contre le footballeur Loïc Rémy.

5/11/10 21:15:23


Époque Politique Discrétion « Je suis juste une paysanne, ce n’est pas mon habitat naturel », confiait Penelope Fillon au « Sunday Telegraph » après l’arrivée de son mari à Matignon. Mais, dès que le protocole l’exige, la Gallo-Sarthoise se prête au jeu diplomatique, comme en novembre dernier lors du dîner d’État en l’honneur du président irakien.

Penelope, Michèle, Béatrice et Nadia...

SONT-ELLES

LUDOVIC/REA

MATIGNON COMPATIBLES ? VSD1733D.indd 20-21

Penelope Fillon n’en fait pas mystère : elle supporterait mal de rester jusqu’en 2012. Les compagnes de Jean-Louis Borloo, de François Baroin et – on ne sait jamais – de Jean-François Copé, pressentis pour le poste, sont-elles prêtes ? PAR CAROLINE DERRIEN ET TIPHAINE THUILLIER

5/11/10 19:13:28


Époque Politique Discrétion « Je suis juste une paysanne, ce n’est pas mon habitat naturel », confiait Penelope Fillon au « Sunday Telegraph » après l’arrivée de son mari à Matignon. Mais, dès que le protocole l’exige, la Gallo-Sarthoise se prête au jeu diplomatique, comme en novembre dernier lors du dîner d’État en l’honneur du président irakien.

Penelope, Michèle, Béatrice et Nadia...

SONT-ELLES

LUDOVIC/REA

MATIGNON COMPATIBLES ? VSD1733D.indd 20-21

Penelope Fillon n’en fait pas mystère : elle supporterait mal de rester jusqu’en 2012. Les compagnes de Jean-Louis Borloo, de François Baroin et – on ne sait jamais – de Jean-François Copé, pressentis pour le poste, sont-elles prêtes ? PAR CAROLINE DERRIEN ET TIPHAINE THUILLIER

5/11/10 19:13:28


Époque Politique

BERLUSCONI

Au cœur d’un énième scandale sexuel, le président du Conseil italien est de plus en plus fragilisé. Retour sur ses frasques.

PHOTOS : BUREAU 233

LE CHAUD LATIN

Parfum de femmes

Il Cavaliere en flagrant délit de drague avec la sénatrice Ada Spadoni. « Je suis le Jésus-Christ politique. Je me sacrifie pour tout le monde. Je m’entends avec tout le monde », dit-il. Enfin surtout avec les très jeunes femmes, telle Ruby (en médaillon), celle par qui le scandale arrive.

PAR SYLVAIN MONIER

VSD1733D018-D020.indd 18-19

5/11/10 12:53:24


Époque Politique

BERLUSCONI

Au cœur d’un énième scandale sexuel, le président du Conseil italien est de plus en plus fragilisé. Retour sur ses frasques.

PHOTOS : BUREAU 233

LE CHAUD LATIN

Parfum de femmes

Il Cavaliere en flagrant délit de drague avec la sénatrice Ada Spadoni. « Je suis le Jésus-Christ politique. Je me sacrifie pour tout le monde. Je m’entends avec tout le monde », dit-il. Enfin surtout avec les très jeunes femmes, telle Ruby (en médaillon), celle par qui le scandale arrive.

PAR SYLVAIN MONIER

VSD1733D018-D020.indd 18-19

5/11/10 12:53:24


Époque Monde Un rêve américain

L’avocat célèbre sa victoire aux élections de mi-mandat, le 2 novembre, dans la ville de Coral Gables. Il est entouré de sa mère Oria, une ancienne femme de ménage, émigrée cubaine, de sa femme Jeanette et d’Amanda, un de leurs quatre enfants.

Marco Rubio HANS DERYCK/REUTERS

PAR SOPHIE DE BELLEMANIÈRE

ÉLU SÉNATEUR DE FLORIDE À 39 ANS, CE RÉPUBLICAIN, SOUTENU PAR LE TEA PARTY, POURRAIT BRIGUER LA MAISON-BLANCHE EN 2012. UN ADVERSAIRE CORIACE POUR OBAMA.

LE NOUVEAU VISAGE DE L’ AMERIQUE VSD1733D030-032.indd 30-31

5/11/10 20:04:17


Époque Monde Un rêve américain

L’avocat célèbre sa victoire aux élections de mi-mandat, le 2 novembre, dans la ville de Coral Gables. Il est entouré de sa mère Oria, une ancienne femme de ménage, émigrée cubaine, de sa femme Jeanette et d’Amanda, un de leurs quatre enfants.

Marco Rubio HANS DERYCK/REUTERS

PAR SOPHIE DE BELLEMANIÈRE

ÉLU SÉNATEUR DE FLORIDE À 39 ANS, CE RÉPUBLICAIN, SOUTENU PAR LE TEA PARTY, POURRAIT BRIGUER LA MAISON-BLANCHE EN 2012. UN ADVERSAIRE CORIACE POUR OBAMA.

LE NOUVEAU VISAGE DE L’ AMERIQUE VSD1733D030-032.indd 30-31

5/11/10 20:04:17


Époque People

LA VIE RÊVÉE

DE

ROCANCOURT À Paris, l’ex-escroc a des habitudes de pacha. Nous l’avons suivi durant près d’une journée. Question frime, il assure comme un grand gamin.

Luxe, calme et volupté

Rocancourt petit-déjeune à l’hôtel Park Hyatt, rue de la Paix, à Paris. L’homme aime le luxe et ne s’en cache pas. Désormais écrivain, il est toujours sous le coup d’une procédure lancée par Catherine Breillat. La cinéaste l’accuse de lui avoir soutiré 650 000 euros.

PAR DOÏNA LÉRAUD - PHOTOS : FIFTHAGENCY.COM/K-REINE

VSD1733D022-024.indd 22-23

5/11/10 18:58:46


Époque People

LA VIE RÊVÉE

DE

ROCANCOURT À Paris, l’ex-escroc a des habitudes de pacha. Nous l’avons suivi durant près d’une journée. Question frime, il assure comme un grand gamin.

Luxe, calme et volupté

Rocancourt petit-déjeune à l’hôtel Park Hyatt, rue de la Paix, à Paris. L’homme aime le luxe et ne s’en cache pas. Désormais écrivain, il est toujours sous le coup d’une procédure lancée par Catherine Breillat. La cinéaste l’accuse de lui avoir soutiré 650 000 euros.

PAR DOÏNA LÉRAUD - PHOTOS : FIFTHAGENCY.COM/K-REINE

VSD1733D022-024.indd 22-23

5/11/10 18:58:46


Époque Reportage À chacune son style Si, aux États-Unis, les actrices se produisent en solo, en France, elles forment une troupe : le Cabaret New Burlesque. Toutes sont des stars et adorent se retrouver. Ici (de g. à dr.) Dirty Martini, Mimi Le Meaux et Kitten On The Keys.

LE BURLESQUE

Bienvenue dans les coulisses d’un strip-tease new look avec les artistes de « Tournée », le film de Mathieu Amalric. Ludique et drôle.

EN PLEINES

FORMES

PAR ISABELLE SPAAK. PHOTOS : JEAN PICARD/VSD

VSD1733D038-040.indd 38-39

5/11/10 5:28:55


Époque Reportage À chacune son style Si, aux États-Unis, les actrices se produisent en solo, en France, elles forment une troupe : le Cabaret New Burlesque. Toutes sont des stars et adorent se retrouver. Ici (de g. à dr.) Dirty Martini, Mimi Le Meaux et Kitten On The Keys.

LE BURLESQUE

Bienvenue dans les coulisses d’un strip-tease new look avec les artistes de « Tournée », le film de Mathieu Amalric. Ludique et drôle.

EN PLEINES

FORMES

PAR ISABELLE SPAAK. PHOTOS : JEAN PICARD/VSD

VSD1733D038-040.indd 38-39

5/11/10 5:28:55


À MAINS NUES

Recroquevillé au fond d’un égout, Hassan remue les eaux usées de Shakari Bazar, le quartier des bijouteries de Dacca. Il récoltera de l’or dispersé parmi des centaines de litres de boue. Des ­poussières d’or qui ont échappé à la vigilance des joailliers, non équipés de filtres de récupération. Une lacune qui assure un revenu non négligeable à quelques débrouillards dans un pays où le revenu quotidien moyen ne dépasse pas 1 euro.


Tout en images monde

l’or

De

dans les

egouts

À Dacca, au Bangladesh, DES orpailleurs plongent dans Les eaux usées, Pour quelques grammes de métal précieux. Au péril de leur santé. Par Julien Pannetier/Zeppelin/Deal Team. photos : ZEPPELIN


Un courant de révolte

Les généraux birmans ont été pris de court par l’émergence de mouvements de jeunes liés à la musique et aux modes occidentales. Difficile de savoir si l’élan sera réprimé, ou non.

L’aventure

BIRMANIE

No future à Rangoun

C

inquante millions d’habitants, dont vingt-cinq millions de moins de 20 ans. La structure démographique de la Birmanie a de quoi effrayer n’importe quel préfet de police en période de manifs lycéennes ! Et cette jeunesse n’a connu qu’un seul paysage politique, celui des généraux au pouvoir, depuis les années soixante. Grandir avec la certitude que se réunir à plus de cinq ou écouter U2 peut coûter trente ans de prison a de quoi faire déjanter plus d’un jeune Birman. Alors, depuis deux ans, les lignes bougent à Rangoun, l’ancienne capitale. Les militaires, poussés par la folie des grandeurs et la paranoïa, ont transporté la nouvelle administration à Nay Pyi Taw, en pleine jungle. Et un monde est né de l’oppression, entre modes vestimentaires déglinguées, concerts underground et références politiques hallucinées, qui compliquent singulièrement la lecture. « Normal », nous explique Zaw San, un Mohawk à crête bleue originaire de Mandalay, la deuxième ville du pays, où vit en résidence surveillée Aung San Suu Kyi. « Seul notre drapeau national était interdit de représentation. On en a donc choisi d’autres. » Au hasard, le svastika, adopté comme emblème par les nazis, la figure de Che Guevara ou encore l’Union Jack anglais, qui ornent les blousons élimés et les pantalons moulants, bousculent « les sentiments et les énergies » bien mieux que la bannière monégasque ou la croix helvète et témoignent de leur absence de culture historique et politique. Dans les faits, les autorités se montrent tolérantes vis-à-vis de cette jeunesse. Par son signalement, celle-ci se livre ellemême à leur contrôle. Il leur suffit alors de veiller aux débordements. Les militaires autorisent même l’usage

VSD1733D050-052-054.indd 50-51

ÇA BOUGE DANS L’EX-CAPITALE ! LA JEUNESSE, ABRUTIE DE DICTATURE, SE TOURNE VERS LES MOUVANCES PUNK, HIP-HOP OU GOTHIQUE. PAR JEAN ROSSI - PHOTOS : MC TRESSIN/GAMMA-RAPHO

5/11/10 12:54:24


Un courant de révolte

Les généraux birmans ont été pris de court par l’émergence de mouvements de jeunes liés à la musique et aux modes occidentales. Difficile de savoir si l’élan sera réprimé, ou non.

L’aventure

BIRMANIE

No future à Rangoun

C

inquante millions d’habitants, dont vingt-cinq millions de moins de 20 ans. La structure démographique de la Birmanie a de quoi effrayer n’importe quel préfet de police en période de manifs lycéennes ! Et cette jeunesse n’a connu qu’un seul paysage politique, celui des généraux au pouvoir, depuis les années soixante. Grandir avec la certitude que se réunir à plus de cinq ou écouter U2 peut coûter trente ans de prison a de quoi faire déjanter plus d’un jeune Birman. Alors, depuis deux ans, les lignes bougent à Rangoun, l’ancienne capitale. Les militaires, poussés par la folie des grandeurs et la paranoïa, ont transporté la nouvelle administration à Nay Pyi Taw, en pleine jungle. Et un monde est né de l’oppression, entre modes vestimentaires déglinguées, concerts underground et références politiques hallucinées, qui compliquent singulièrement la lecture. « Normal », nous explique Zaw San, un Mohawk à crête bleue originaire de Mandalay, la deuxième ville du pays, où vit en résidence surveillée Aung San Suu Kyi. « Seul notre drapeau national était interdit de représentation. On en a donc choisi d’autres. » Au hasard, le svastika, adopté comme emblème par les nazis, la figure de Che Guevara ou encore l’Union Jack anglais, qui ornent les blousons élimés et les pantalons moulants, bousculent « les sentiments et les énergies » bien mieux que la bannière monégasque ou la croix helvète et témoignent de leur absence de culture historique et politique. Dans les faits, les autorités se montrent tolérantes vis-à-vis de cette jeunesse. Par son signalement, celle-ci se livre ellemême à leur contrôle. Il leur suffit alors de veiller aux débordements. Les militaires autorisent même l’usage

VSD1733D050-052-054.indd 50-51

ÇA BOUGE DANS L’EX-CAPITALE ! LA JEUNESSE, ABRUTIE DE DICTATURE, SE TOURNE VERS LES MOUVANCES PUNK, HIP-HOP OU GOTHIQUE. PAR JEAN ROSSI - PHOTOS : MC TRESSIN/GAMMA-RAPHO

5/11/10 12:54:24


L’aventure Moteur

C

heveux au vent, barbichette, veste en jean et gilet griffé Hell’s Angels, avec sa dégaine de d’Artagnan, Ptitpat surgit des entrailles du motoclub Paris. Motard affranchi, pilote de dragster et animateur du rassemblement Free Wheels de Courpière (Puy-de-Dôme), il s’avance d’un pas décidé vers la bécane. Œil critique et circonspect, il tourne autour de la nouvelle Harley SuperLow, lui reluque le pot, les roues, le guidon, tâte la selle. Une moue dubitative ponctue son inspection. « Personnellement, je ne suis pas fan du gros réservoir arrondi. On dirait une patate posée sur le cadre. Pourquoi ne pas avoir repris celui, magnifique, du Sportster ? J’aime pas les roues bâtons non plus, y a trop de boulonnerie, on dirait un Meccano. » En trois phrases assassines, la belle s’en prend plein les chromes. Le modèle phare de la gamme 2011 a intérêt à assurer sur le bitume. Contact. Un son rauque s’échappe des pots saucissons. Histoire de chauffer la gomme, Ptitpat s’offre un joli burn. Écran de fumée, odeur de caoutchouc brûlé, sous le regard médusé des badauds agglutinés sur le trottoir, notre essayeur s’offre un départ en fanfare. Le diamètre inhabituel des roues (18 pouces à l’avant, 17 à l’arrière) et la faible hauteur de la selle (69,5 cm) ont permis d’abaisser le centre de gravité. Cela semble plaire à notre essayeur. « La machine a une bonne tenue de route, la position de pilotage est agréable, et l’engin s’avère supermaniable. Tu peux prendre vachement d’angle. Mais ils l’ont tellement rabaissée qu’à chaque virage repose-pieds et béquille touchent le sol, quand ce n’est pas le cadre qui tape sur un ralentisseur ou un nidde-poule. Ça, c’est super-dangereux, explique Ptitpat. L’amortisseur arrière, un poil dur, n’arrange rien à l’affaire. Je trouve, en plus, que la position du frein et du sélecteur de vitesses, désaxés par rapport au repose-pied, est préjudiciable. Si tu chausses pas du 48, t’es sûr de manquer la pédale en cas d’urgence. Et pourquoi y a pas de repose-pieds à l’arrière ? Une moto à 8 500 euros sans place pour un passager, c’est dommage. D’autant que le moteur à injection, mœlleux et fiable, peut tenir 100 000 kilomètres sans problème. Les 53 ch m’ont paru un peu étouffés, il faudra voir quand le moteur sera rodé. Mais le 883 cm3 dispose de suffisamment de couple pour la ville ou les petits trajets. Rien à voir, quand même, avec le 1 200 cm3 taillé pour avaler les kilomètres. » Bon, alors Ptitpat, c’est quand même une Harley, la nouvelle SuperLow ? « Si tu veux un custom, c’est une Harley. C’est une moto pour les novices, une entrée de gamme. La marque a pris le meilleur de ses concurrentes pour fabriquer une bécane sûre, fiable et confortable, mais en voulant faire un engin moins radical, ils en ont oublié leur propre spécificité. Je la trouve efficace, mais trop consensuelle. À vouloir rendre le mythe accessible à tous… » Tout le monde n’a pas la chance, comme Ptitpat, d’avoir piloté plusieurs générations de Harley-Davidson. 

Burn to run L’allure générale de l’engin a conquis notre expert ès Harley, pour des trajets en milieu urbain. Ptitpat est en revanche beaucoup plus circonspect sur les qualités routières de la moto.

VSD1733D060.indd 60-61

PHOTOS : D. R.

“Une bécane fiable, efficace mais trop consensuelle”

Fiche technique

SuperLow

 Moteur Le bicylindre en V à 45 °, refroidi par air, un grand classique de la marque. Soupapes actionnées par poussoirs hydrauliques, tiges et culbuteurs procurent l’inimitable « potatoe sound » de toute Harley.  Freinage Le simple disque à double piston avant et le disque à simple piston arrière manquent de mordant. Une marque de fabrique, chez Harley.  Look Avec sa débauche de chromes, la petite nouvelle ne manque pas de charme.  Prix De 8 495 € à 8 995 €, selon la couleur.  C. C.

La Sportster 883 Super Low testée par un Hell's Angel

Que vaut

la baby Harley ?

LA DERNIÈRE PIN-UP MÉCANIQUE DE MILWAUKEEE NE FAIT PAS L'UNANIMITÉ, FOI DE PTITPAT.

PAR CAMILLE CLAIX. PHOTO : RICHARD AUJART POUR VSD

4/11/10 11:59:09


Que vaut

la dernière pin-up mécanique de Milwaukeee ne fait pas l'unanimité, foi de ptitpat.

baby Harley ? Par Camille claix. photo : richard aujart pour VSD


THIERRY ARDISSON

‘‘La télé? Ça ne s’arrange pas’’

A

près la création l’an passé de son site officiel thierryardisson.fr 1, qu’il a qualifié de « mausolée numérique », l’animateur s’associe de nouveau avec l’INA pour le lancement de La Boîte noire de l’homme en noir : un coffret monumental qui survole sa carrière en 7 DVD (env. 50 €). Un alibi en or pour le faire parler de ses émissions cultes… et de la télé d’aujourd’hui. Magnéto ! VSD. Pourquoi avoir décidé de réaliser un tel coffret ? ? Thierry Ardisson. Si le site Internet rassemble tous mes travaux, avec plus de 7 500 vidéos, le contenu du coffret est forcément moins exhaustif. On a dû faire une sélection rigoureuse. Au final, il y a environ vingt heures de programmes à visionner dans cette Boîte noire. Depuis vingt-cinq ans, j’ai interviewé la terre entière. Sur le plan sociologique, ces entretiens sont de véritables témoignages sur l’époque. Il aurait été dommage que ces images disparaissent. C’est très gratifiant pour moi de voir aujourd’hui tout mon travail réuni dans ce bel objet. VSD. En 1987, sur La Cinq naissante, vous animiez depuis les Bains Douches votre premier talk-show, « Bains de minuit ». Quel souvenir ? T. A. Cette émission hebdo, c’était un peu l’alibi culturel de Silvio Berlusconi, qui diffusait toute la journée des séries américaines sur sa chaîne. Aux Bains, j’étais vraiment dans mon élément. On pouvait fumer et boire du champagne. VSD. Comment en êtes-vous arrivé à remplacer les mythiques « Enfants du rock », l’année suivante, sur Antenne 2 ? T. A. À l’époque, j’ai été convoqué par le P-DG d’Antenne 2, M. Contamine, qui m’a demandé, à l’improviste, ce que je comptais faire s’il me donnait la case des « Enfants du rock » le samedi soir. Surpris, je lui ai répondu du tac au tac qu’au lieu de faire une émission « de rock » je ferais une émission « rock ». C’està-dire que je parlerais de tout sur un ton rock. Il a aimé le concept et le deal a été conclu ! Ça a donné « Lunettes noires pour nuits blanches ». À cette période, la télé était encore assez prude. Moi, je causais comme dans la vie de sexe, de drogue, de pognon. VSD. Vous avez le sens de la formule chic et de la forme. Cela est-il dû à votre formation de publicitaire2 ? T. A. Quand je suis arrivé à la télé, j’avais une culture graphique que n’avaient pas mes confrères. Je ne considérais pas la télé comme de la radio filmée, mais comme un art en soi. J’aime tout ce qui est habillage, générique, illustration sonore. VSD. Vous avez commencé à travailler avec Laurent Baffie dans « Double jeu ». Que vous a-t-il apporté ? T. A. La spontanéité. Baffie a été quelqu’un de très important pour moi. C’était un sale gosse, irrévérencieux. Il avait des fulgurances énormes.

À l’occasion de la sortie de « La Boîte noire de l’homme en noir », il retrace les moments forts de sa carrière. PAR DAVID MIKANOWSKI

VSD. Et Stéphane Guillon, pour quelles raisons l’avez-vous engagé ? T. A. J’étais OK pour prendre Guillon dans « Salut les Terriens ! », à

une seule condition : je ne voulais plus qu’il fasse le portrait de l’invité, comme chez Stéphane Bern. Tu n’invites pas quelqu’un pour l’insulter ! Il fait donc la revue de presse de la semaine. Et ça se passe super-bien, surtout cette année où il est chez nous en exclusivité. VSD. « Tout le monde en parle », votre talk-show généraliste sur France 2, a duré sept ans, de 1998 à 2005. Pourquoi alterniezvous dans cette émission culture et sujets populaires ? T. A. C’est ma théorie. Sur le plateau, il faut toujours une pute et un archevêque. Si tu veux que les téléspectateurs s’intéressent à Bret Easton Ellis pendant trente-huit minutes, il vaut mieux prévoir Timsit avant et Loana après ! Sinon ils décrochent. Aujourd’hui les chaînes du service public n’ont plus l’ambition de marier le fond et le fun. Soit tu as Franz-Olivier Giesbert, soit tu as Patrick Sébastien. Mais ce qui serait intéressant, c’est l’intelligence de Giesbert et le spectacle de Sébastien dans la même émission. VSD. Il y a eu de nombreux dérapages dans l’émission. Dans le coffret, vous avez sélectionné un entretien avec Dieudonné… T. A. Dans « Tout le monde en parle », il y avait toujours un « infréquentable ». J’ai choisi Dieudonné, car c’est la première fois qu’un animateur dit à un invité : « Je ne vous inviterai plus. » Dans un pays qui a envoyé les juifs dans les camps de la mort, on ne peut pas jouer ou rigoler avec ça. C’est rare que je prenne des positions morales, mais Dieudonné n’a jamais présenté ses excuses. Et d’ailleurs, il a continué à s’enfoncer. VSD. Que vous inspire la télé de 2010 ? T. A. Franchement, ça ne s’arrange pas. Quand je vois que le service public nous propose en soirée une émission avec Laurie Cholewa qui reçoit Élodie Gossuin (« Dans l’univers de… », NDLR), c’est vraiment nul à chier. Même si je n’ai rien contre Laurie Cholewa... Le plus fou, c’est qu’il n’y a plus d’obligation d’Audimat, vu que la pub a été supprimée ! VSD. Que pensez-vous de l’affaire Jean-Luc Delarue ? T. A. Jean-Luc, il est plus à plaindre qu’à blâmer. Parce que la drogue, j’en ai pris beaucoup. Je l’ai toujours dit, je ne m’en suis jamais caché. Maintenant, si un animateur peut se taper 4 grammes de coke par jour et être aussi peu sanctionné par sa chaîne, je trouve ça bizarre… C’est presque une incitation à la défonce. Autant dire aux jeunes : prenez de la came ! 쐍 (1) Consultable aussi depuis le site ina.fr. (2) Il a été cofondateur de l’agence Business en 1978.

PHOTOS : FRANÇOIS DARMIGNY - D. R.

Je causais comme dans la vie de sexe, de drogue, de pognon

VSD1733D074.indd 74-75

Ce qui serait intéressant, c’est l’intelligence de Giesbert et le spectacle de Sébastien dans la même émission

5/11/10 5:23:42


Ce qui serait intéressant, c’est l’intelligence de Giesbert et le spectacle de Sébastien dans la même émission


VSD 1733 du 10 au 17 novembre 2010