Page 1

BEL : 2,80 € - CH : 5,50 FS - CAN : 8 $C – A : 3,60 € - D : 3,60 € - ESP : 3,20 € – GR : 3,20 € - ITA : 3,20 € – LUX : 2,80 € – NL : 3,30 € - PORT.CONT. : 3,20 € –DOM : Avion : 4 € – Maroc : 30 DH – Tunisie : 4,200 TDU - Zone CFA Avion : 3 000 CFA - Zone CFP Avion : 950 CFP. photos : c. guibbaud/abaca - maxppp - eliot press

Albert enfin case ! Les raisons d’un mariage tant attendu

le premier hebdo d’information du week-end Charlene et son prince

Affaire Bettencourt

Éric Woerth peut-il encore sauver sa tete ?

Mondial 2010

Rama 1 Roselyne 0 Les dessous de leur bras de fer

vsd.fr 2,40e N° 1714

Du 30 juin au 6 juillet 2010

après la débâcle des Bleus


deux ego, un ministère En janvier dernier, la benjamine avait, comme il se doit, pris la parole en dernier pour les vœux conjoints du ­ministère de la Santé et des Sports. ­Charismatique et plébiscitée par les Français, quoique en baisse dans les sondages, Rama Yade affirme « prévenir Roselyne Bachelot de ce qu’elle prépare et faire relire ses ­interviews par son cabinet ». Une docilité contre nature ?

‘‘aujour

Sommée de se taire après ses propos sur les Bleus, la secrétaire d’État reprend l’avantage sur sa ministre de tutelle Roselyne Bachelot et occupe le terrain pour reconstruire le foot français. Entre passes d’armes larvées et déclarations pacifiées, elle s’explique dans VSD. Par Caroline Derrien 14


Rama Yade

rd’hui, les gens me donnent raison’’

15

olivier coret/fedephoto

en couverture


ÉpOquereportage

Atmosphère d’émeutes Le 20 juin, après la dispersion du cortège vers 16 h  3 0, des échauffourées ont éclaté. Une cinquantaine de manifestants ont ­affronté une dizaine de jeunes Noirs, qui ne participaient pas

24

au défilé. Trois ­individus d’origine chinoise ont été interpellés, manifestants et forces de ­l’ordre se sont de nouveau violemment opposés. Le retour au calme a eu lieu vers 23 heures.

la de


Des milliers d’immigrés asiatiques, exaspérés d’être la proie des voleurs, ont manifesté dans ce quartier populaire de la capitale. Une première depuis leur implantation, en 1985.

Par Sandra Tosello. Photos : Fanny Tondre pour VSD

A

des chinois belleville

Emmanuel Devaux/VSD

colère

lexandre – son nom en chinois est trop compliqué à prononcer, selon lui –, le ­patron de la cantine bellevilloise le Wenzhou, se désole devant le spectacle d’une rue de Belleville à moitié vide sous le soleil. « Les images désastreuses des quelques voitures renversées en fin de cortège nous ont fait ­perdre beaucoup de clientèle. Les supermarchés estiment même cette perte à 40 % ! Déjà que, depuis cinq ans, les touristes chinois de l’étranger ne viennent plus, dégoûtés par les sites Internet chinois qui martèlent que ­Belleville n’est plus sûr… » Car le quartier, nous explique ce Parisien depuis 1987, est une galerie commerciale à ciel ouvert pour toute la communauté de la région d’Île-de-France (500 000 personnes environ) : coiffeurs, fleuristes, ­personnels de supermarchés, de ­restaurants… tous les métiers sont représentés. « Alors vous pensez bien que le mot d’ordre de la 

25


ÉpOqueenquête

Budgets de crise

quand la défense

se serre

la ceinture

Alors que la garden-party de l’Élysée est annulée, visite au cabinet d’Hervé Morin pour constater les économies réalisées et les zones d’ombre.  Par Isabelle Spaak. Photos : Michel Slomka/VSD

U

ne feuille d’oreille d’éléphant, de grands phalaenopsis et hop, c’est fait ! Vous avez un bouquet pour moins de 10 euros ! » Œil aux aguets, l’intendant du ministère de la Défense fait ses courses dans la halle aux fleurs de Rungis comme s’il était chez lui. « J’achète de moins en moins de fleurs coupées. Sauf quand le ministre reçoit quelqu’un de très important. Sinon, je préfère les cactus, ou les mini-plantes. Elles durent au moins trois semaines et je les recycle. »

fini, les bouquets facturés 200 euros Deux fois par mois, depuis un peu plus de deux ans, à 5 heures du matin, le « patron », comme il est d’usage d’appeler cet incontournable de la Maison du ministre, vient faire son marché en personne. C’est lui qui a eu l’idée de cette tournée à Rungis pour réduire le « budget fleuriste ». Résultat : depuis deux ans, 40 % d’économies et une enveloppe réduite à 5 000 euros annuels. Ce matin, la facture s’élève à moins de 50 euros. Au lieu des 200 euros par bouquet facturés autrefois par les professionnels. Et le souci d’économie prôné par le premier maître Patrice Clémencet – six ans d’intendance au ministère de la Défense à son actif, après vingt-deux ans de service aux cuisines de la Marine – vient se nicher partout. Y compris sur la table d’Hervé Morin. « Monsieur le ministre adore les fruits rouges. En ce moment, je 30

Les ors de la République.  Hervé Morin, dans son bureau de l’hôtel de Brienne, ancienne résidence de la mère de Napoléon Ier.

lui en sers beaucoup. L’autre jour, il s’est inquiété : “Ce n’est pas trop cher ?” Je l’ai rassuré, c’est la saison. Les prix sont corrects. » Nous sommes loin des dépenses somptuaires qui ont longtemps prévalu dès lors que les occupants de l’hôtel de Brienne, ex-résidence de la mère de Napoléon Ier, souhaitaient laisser une preuve de leur passage en modifiant ce magnifique palais de la République à leur goût. L’un choisissant de masquer les lambris dans ses appartements privés, l’autre de bannir les voitures dans la cour, obligeant ses services à creuser un tunnel de circulation. Les seuls aménagements réalisés par Hervé Morin se réduisent à l’achat d’un mobilier contemporain pour la salle à manger du logement privé, qu’il n’occupe qu’exceptionnellement mais où il déjeune sou-

vent. « Le jour où le ministre s’en ira, les meubles pourront être recyclés, la table dans un bureau par exemple », commente l’intendant. Quant aux touches contemporaines, comme les tapisseries du hall d’honneur qui ont remplacé les chefs-d’œuvre du XVIe siècle, « mis au repos », ce sont des prêts du Mobilier national choisis personnellement par Hervé Morin. Comme dans chaque cabinet ministériel, c’est le directeur de cabinet qui tient les cordons de la bourse. En l’occurrence, la dotation annuelle allouée par l’État à chaque ministre pour son cabinet dès le lendemain de sa prise de fonction. Notifiée par téléphone, elle est ensuite confirmée dans les jours qui suivent par une lettre officielle du secrétariat général du gouvernement. Son montant ? Comme 

menu payant. Six cuisiniers et un chef, assistés de six maîtres d’hôtel, servent quelque cent cinquante ­repas par jour aux conseillers et invités du ministre, à un ­tarif de 6,10 € par personne, contre 4,90 € en 2008. Dans beaucoup de ministères, ­cette « popote » est gratuite.


31


TOUT EN IMAGESCYCLISME

C’était La route du tour !

Alors que l’édition 2010 s’élance samedi, flash-back sur l’âge d’or de la Grande Boucle, de 1957 à 1962. Par Antoine de Tournemire

E

n feuilletant l’album aux teintes pastel du Tour, on se souvient avec nostalgie de cette épreuve à la bonne franquette, à mi-chemin entre les photos en noir et blanc des tandems sur la nationale 7, lors des premiers congés payés de 1936, et des couleurs de La Grande Vadrouille, en 1966. Même les champions prenaient leur temps. Anquetil roulait en moyenne à 37 km/h, contre 42 km/h pour les meilleurs aujourd’hui. Preuve que les forçats d’alors ne buvaient que de l’eau de source ? Une grande illusion ! Dès 1924, Albert Londres témoigne du dopage au sein du peloton. Dans Le Matin, il raconte comment les frères Pélissier passent aux aveux, après leur abandon. « Vous voulez savoir

comment nous marchons ? ça, c’est de la cocaïne pour les yeux et ça, du chloroforme pour les gencives. Et des pilules… » « Dans les années cinquante, les coureurs prenaient tous des amphétamines », confirme le Dr Jean-Pierre de Mondenard, spécialiste de la lutte antidopage*. Et que dire de l’omniprésence des marques sur les routes de la Grande Boucle ? Le Tour étant d’abord une invention publicitaire, le peuple de France vient tout autant admirer ses héros que la fameuse caravane. À l’époque où ces photos ont été prises, elle forme un ruban multicolore de 85 véhicules à l’enseigne des plus grandes marques, défilant à 70 km/h, devant les yeux écarquillés de millions de Français. J (*) Contre-enquête, 36 histoires du Tour de France, Hugo&Cie.

PHOTOS : KEYSTONE/GAMMA

Une légende roulante  Jacques Goddet, directeur du quotidien L’Équipe et du Tour de France cycliste de 1936 à 1987, pose devant sa 403 officielle, en 1956.

Un succès populaire  Comme ces boulistes installés au plus près de la route, des millions de Français suivent le 29e Tour de France, en juillet 1962. Cette annéelà, Anquetil fait face à Poulidor, qui prend le départ avec un poignet dans le plâtre.


week-endcinéma

La saga

QUINZE ANS APRÈS L’ÉPISODE INAUGURAL, LE TROISIÈME VOLET DE L’épopée DES JOUETS DÉBOULE SUR NOS ÉCRANs. RETOUR SUR UNE SÉRIE PHARE QUI CONTINUE DE RÉVOLUTIONNER LE cinéma D’ANIMATION.

Par Olivier Bousquet


Photos : Disney - D. R.

LE RETOUR DES HÉROS Délaissés par leur propriétaire, Woody, Buzz et Jessie décident de se réfugier dans une garderie, supposée être le paradis des jouets…

toy story C

e sont les stars les plus attendues de cet été. Et on ferait bien d’en profiter, car il n’est pas dit qu’on revoie un jour Woody et Buzz dans une aventure d’une telle ampleur, même si Lee Unkrich, le réalisateur, a fait miroiter quelques apparitions dans de futurs courts-métrages. On ne le souhaite pas, d’ailleurs, tant le final de ce Toy Story 3 brille par son intelligence et clôt en beauté une trilogie débutée en 1995. Ne comptez pas sur nous pour dévoiler la fin. On ne devrait jamais raconter un film du studio Pixar mais

juste se laisser porter vers les rivages de l’enfance. Des rivages dont Andy s’éloigne inexorablement. Andy, c’est le petit garçon qui, dès le premier épisode, imaginait des batailles homériques avec les jouets de sa chambre, sans se douter une seule seconde qu’en son absence ces derniers avaient leur propre vie. Aujourd’hui, Andy est en partance pour la fac. La voix a mué. Le corps est perpétuellement avachi devant un écran d’ordinateur. Ses jouets ne sont plus que des réceptacles à nostalgie. Rangés dans un sac-poubelle, ils s’attendent à couler une retraite bien méritée. Mais le sac se retrouve avec les ordures. Et le camionbenne arrive… La suite, des millions de spectateurs américains se précipitent pour la connaître. Dès son premier

week-end, le film a engrangé plus de 109 millions de dollars (87,9 millions d’euros), un record dans l’histoire de Pixar. Mieux que Le Monde de Némo, Cars et autres Ratatouille. À titre de comparaison, le premier épisode avait rapporté aux états-Unis 191 millions de dollars (154 millions d’euros) durant son exploitation en salles. Un triomphe, à l’époque, pour le premier dessin animé en images de synthèse. Un pari fou, aussi, pour une petite compagnie créée sous l’égide de George Lucas en 1979 et vendue à Steve Jobs sept ans plus tard. Après quelques démos et courts-métrages censés 

47


WEEK-ENDMODE

LOO de Surfeur ou BCBG, cet été, sur le sable. orchestré par (Robert Laffont) Gér

Photos : Olivier

La bimbo

où la croiser ? Sur la Côte d’Azur, plus précisément à Saint-Tropez sur la plage du Nikki Beach, ou à Ibiza.

profession Serveuse, comédienne, gogo danseuse, esthéticienne, ancienne participante à une émission de télé-réalité.

look Minijupe, microshort en jean, robe en crochet façon filet de pêche, platform shoes ou méduses à talons. Top au-dessus du nombril les jours de grand froid.

dans son sac de plage Un kit de manucure, de l’huile solaire, des chaussures à talons, un Voici, une trousse de maquillage (la bimbo n’est pas là que pour bronzer), des flyers pour une full moon party.

phrase type

‘‘

En arrivant sur une plage de la Méditerranée :

’’

Génial ! Elle est haute ! emblèmes Victoria Silvstedt, Loana.

Maillot de bain en polyamide, 85 €, Club Med, 01.53.35.39.04. Lunettes solaires, monture métal, 195 €, D&G. dolcegabbana.com. Aux poignets : bracelet serpent, 120 €, Gas. gasbijoux.fr. Montre-gourmette, 199 €, Marc Ecko, 01.56.55.53.60. Manchette façon panthère, 15 €, Mango, 0811.60.00.09.


OKS plage bimbo ou bobo, vous les croiserez, En attendant la mer, un décryptage les auteurs du Dictionnaire du look aldine de Margerie et Olivier Marty.

Marty pour VSD. Stylisme Paul Deroo

Le bcbg

où le croiser ? Sur la côte Atlantique et principalement dans les petites îles au climat capricieux, telles l’île d’Yeu, l’île de Ré, l’île d’Oléron, autour desquelles il a appris la navigation à grand renfort de stages d’Optimist et de catamaran.

profession Étudiant en école de commerce, en gestion ou en économie, « fils de », généralement promis à un bel avenir dans la finance.

look Polo, bermuda en toile, chaussures bateau, Rolex, serviette Ralph Lauren. Les soirs où il fait frisquet, le BCBG prendra soin de couvrir ses épaules d’un pull.

dans son sac de plage Raquettes de tennis de plage, épuisette, Les Echos.

‘‘

phrase préférée

J’ai réservé un tennis à 18 heures, qui en est ? emblème Jean Sarkozy.

’’

Polo en coton, 78 €, Lacoste, 01.44.82.69.02. Bermuda en coton, 110 €, et chaussures bateau en cuir, 130 €, Tommy Hilfiger, 01.40.15.04.00. Serviette en coton, 65 €, Ralph Lauren. ralphlaurenhome.com.


WEEK-ENDtendances

Cultivez vos propres légumes

le potager entre en ville

Sur les balcons et les rebords de fenêtre, des mini-potagers poussent au milieu des immeubles. Ils sont entretenus par des jardiniers citadins, gourmands avant tout. es salades poussent sur les Par Cécile Cau. Photos : Patrick Gherdoussi/Fedephoto pour VSD

L

balcons, la végétation sur les façades des magasins, les plants de tomates sur les toits. Par petites touches discrètes, la ville révèle sa nature. Du centre de Paname, il suffit de passer quelques stations de RER pour débouler en plein champ. La cité-jardin de Suresnes (Hauts-de-Seine), conçue au début du siècle, vient d’inaugurer de nouveaux potagers pris sur des terrains SNCF. Aussitôt après le bureau, de plus en plus d’urbains stressés par une vie à 100 à l’heure se ressourcent dans un minicarré de verdure. « Tous les soirs, je vais rendre ma petite visite à mes pousses », se réjouit Isabelle qui a planté 2 mètres carrés d’herbes aromatiques et de petits légumes dans les 100 dont elle dispose à Marseille. À l’image de la Guerrilla Gardening (VSD n° 1711), débarquée en France ce 1er mai, qui vise à essaimer partout en ville, sans autorisation, 

62


jardin secret Glissés entre quatre murs, les carrés de potagers urbains témoignent d’une envie de manger frais et sain, comme à la campagne, mais avec les avantages d’une vie citadine. Chaque année celui de Nanouk, à Marseille, s’agrandit et grignotte un peu plus sur la ville…

63


WEEK-ENDTVSD

christophe chevalin/tf1

tf1 perd son

Ultime challenge  Éric Hannezo (au centre) quittera TF1 après le 11 juillet, à l’issue du Mondial. Le jeune directeur des sports a cogité et géré l’ensemble des émissions couvrant cet événement majeur pour sa chaîne, dont « Coupe du monde, le mag » animé par Robert Pirès (à g.) et Denis Brogniart ( à dr.).

74


Focus

Éric Hannezo

atout majeur La résurrection de « Téléfoot », « 50 mn inside », « Harry Roselmack en immersion », c’est lui. Rencontre avec cet homme de l’ombre à qui la une doit beaucoup, mais dont elle se sépare.

Par Sébastien Le Délézir



P

our le grand public, Éric Hannezo est un parfait inconnu. Pourtant, dans le PAF, c’est un homme qui compte. De par sa fonction déjà : patron de TF1 production, chargé des sports et des magazines, il ­occupe, à 38 ans seulement, un poste ­stratégique. Qu’il quittera pourtant après le Mondial. C’est par ses idées qu’il s’est fait remarquer. En six ans, il a transformé l’image de la Une. Le ­rajeunissement de l’émission dominicale « Téléfoot » ? C’est lui. « 50 mn Inside », présenté par Nikos ­Aliagas et Cendrine Quétier, c’est sa création, tout comme « Harry Roselmack en ­immersion », taillé sur mesure pour le journaliste-vedette. Des succès d’audience mais aussi critiques, chose à laquelle TF1 n’est pas for­ cément habituée. Ce qui frappe quand on rencontre cet homme de l’ombre, c’est qu’il n’a pas le look de sa fonction. Crâne rasé, tee-shirt et pantalon noirs, trois grosses bagues aux doigts, on l’imagine plus rock star que ­ cadre sup. 

75


la griffe du chat Par Philippe Geluck

90

VSD N째 1714 Du 30 juin au 6 juillet 2010

VSD 1714 du 30 juin au 6 juillet 2010  

Le premier hebdo d'indormation du week-end