Page 1

le nouveau

BEL : 2,80 € - CH : 5,50 FS - CAN : 8 $C – A : 3,60 € - D : 3,60 € - ESP : 3,20 € – GR : 3,20 € - ITA : 3,20 € – LUX : 2,80 € – NL : 3,30 € - PORT.CONT. : 3,20 € –DOM : Avion : 4 € – Maroc : 30 DH – Tunisie : 4 200 TDU - Zone CFA Avion : 3 000 CFA - Zone CFP Avion : 950 CFP. photos :  laban-mattei/afp - mousse/abaca - afp

2,40e N° 1656 - Du 20 au 26 mai 2009

le premier hebdo d’information du week-end

roland-garros

les secrets du phénomène nadal

scientologie

le procès historique qui pourrait interdire la secte en France

Christophe Willem

il se réinvente en star disco

Sarkozy, chirac, mitterrand…

Pouvoir et médias

Les pressions de l’Élysée

vsd.fr


sportportrait

richard gasquet Le rêve brisé du prodige

Contrôlé positif à la cocaïne le 28 mars, le tennisman man Alors que sa carrière peine à décoller, il risque deux ans

U

n couac, un vrai. Aussi énorme qu’inattendu. Ayant été contrôlé positif à la cocaïne après une soirée branchée au Set, un club de Miami où mixait le DJ français Bob Sinclar, Richard Gasquet se retrouve au cœur de la tempête. Et, surtout, le « petit Mozart du tennis » connaît l’épisode le plus délicat d’une carrière qui peinait déjà à prendre l’ampleur attendue. Si personne ne sait précisément ce qui a pu se passer le 27 mars dernier, les faits avérés sont les suivants : dans l’aprèsmidi, le Français passe une IRM qui confirme une douleur à l’épaule ; sa ­décision de déclarer forfait pour le ­Masters Series de Miami est prise. Le soir, il se rend donc au Set, bavarde avec Bob Sinclar puis avec Thierry Champion, ­ancien coach de Gaël Monfils, et PaulHenri ­Mathieu. Personne ne remarque

’’

Fabrice Santoro

Gachassin, le président de la Fédération française de tennis (FFT) : « D’après ce qu’il m’a dit, il s’est fait avoir. Il savait qu’il n’allait pas jouer. Il a fait sans doute une troisième mi-temps un peu difficile. » Seul Henri Leconte condamne ouvertement l’attitude du Français : « On a tous fait la fête, bu un coup, on aime tous se marrer, mais de là à passer de l’autre côté, je ne suis plus d’accord. En tant que sportif de haut niveau, on se doit d’être irréprochable », attaque l’ancien numéro 5 mondial. Suspendu provisoirement par la Fédération internationale (ITF), Richard Gasquet manquera donc Roland-Garros puis Wimbledon. Il risque jusqu’à deux ans de suspension.

une écrasante réputation de surdoué Au-delà de ce dérapage, c’est la carrière en dents de scie du Biterrois qui interpelle. À presque 23 ans, et près de sept saisons chez les professionnels, son niveau se situe à des années-lumière d’un Nadal ou d’un Federer. Dans les rangs tricolo-

prodige. Il remporte à Tarbes, à seulement 12 ans, le tournoi des Petits As, face à des garçons de deux ans de plus que lui.

bardou/presse sports

guillaume herbaut/presse sports

enfance. En 1995, au côté de son père, Francis, qui fut son premier entraîneur à Sérignan.

‘‘

Je l’ai eu au téléphone, Il est triste et vraiment choqué

une ­attitude particulière du Français, qui boit quelques verres. Le lendemain, ­Gasquet officialise son retrait du tournoi, entre temps il se serait fait contrôler avec 151 mg de cocaïne dans ses urines. Le 9 mai, l’information filtre dans les médias. Le 10, le ­Biterrois confirme que la contreexpertise est bien positive. Avant d’expliquer : « Compte tenu de la complexité de ce dossier, je réunis les preuves de mon ­innocence et fixerai le moment opportun pour m’exprimer ». Le temps des expli­ cations ne semble pas encore venu puisque Nicolas Lamperin, son agent joint par VSD, ­affirme que Gasquet n’a pour le moment pas prévu d’en dire plus. Dans le microcosme du tennis, c’est l’étonnement. Certes, le 21e joueur mondial aime bien sortir en boîte, mais on ne lui connaît pas d’addiction à l’alcool ni à la cigarette. Encore moins à la drogue. « Ça me surprend énormément parce que ça ne lui correspond pas. Je l’ai eu au téléphone, il est triste et vraiment choqué », a confirmé Fabrice Santoro sur Europe 1. Même son de cloche chez Jean

18

VSD n° 1656 du 20 au 26 mai 2009


sylvie peru/tennis mag/dppi

quera Roland-Garros. de suspension Par Baptiste Blanchet

incertitude Cette menace de suspension est un coup dur pour une carrière ­entamée alors que le joueur n’avait que 9  ans. Quatorze ans après, il n’a jamais vraiment confirmé ses exceptionnels débuts.

res, Tsonga ou Simon se montrent plus réguliers que lui. Gasquet possède un ­talent fou. Mais sa motivation fluctue comme son assiduité à l’entraînement, alors que certains de ses forfaits apparais-­ sent suspects. Seule sa saison 2007, qu’il termina à la huitième place mondiale en disputant les demi-­finales à Wimbledon, fut pleinement convaincante. Le jeune homme semble également traîner comme un fardeau son image de surdoué. « Vous savez, j’ai grandi avec le

‘‘

J’ai grandi avec le regard des autres sur moi et ça n’a pas été facile

’’

Richard Gasquet

regard des autres sur moi et ça n’a pas été facile tous les jours. On m’appelait “le ­génie”, “Mozart”, et ça colle à la peau. “Mozart”, c’est quand même beaucoup. Le côté “On y va, ­allez !” je ne suis pas né comme ça, je n’ai pas développé ma ­carrière en me disant que j’allais tout écraser en bouffant les autres », confiaitil, l’année dernière, à L’Équipe. Pourtant, l’histoire de Gasquet avait tout du conte de fées. En couverture de Tennis Magazine à 9 ans, vainqueur des

VSD n° 1656 du 20 au 26 mai 2009

philippe millereau/dppi

mousquetaires. Avec Tsonga, Simon et Monfils, lors du match contre la République chéque en mars, pendant la Coupe Davis.

antoine couvercelle/tennis mag/dppi

héros malgré lui. En 2008, Gasquet répond aux sollicitations pendant sa préparation pour Wimbledon.

Petits As à 12 ans, il bat tous les records de précocité. Mais la vie sur le circuit avec ses voyages incessants ne le rend pas heureux. Malgré l’argent (1,5 million d’euros de revenus en 2008 selon L’Équipe Magazine) qui lui permet de s’offrir un appartement de 180 m2 dans le 16e arrondissement et une Aston Martin. Malgré les filles, dont il apprécie la compagnie. « On sent qu’il n’est pas épanoui, on le sent un peu perdu, car il a le cul ­entre deux chaises : il écoute tout le monde et personne, il ne s’affirme pas vraiment ou alors avec maladresse. C’est dommage, il gâche son énorme talent », souligne Henri Leconte. « Il s’est construit dans la facilité, il n’a pas appris à gérer l’adversité. Contrairement à Fe-­ derer, il lui manque sans doute un objec-­ tif sportif clair pour dépasser certaines barrières psychologiques », poursuit le préparateur mental Antoni Girod. Dès aujourd’hui (ce mercredi), une audience préliminaire aura lieu entre ses avocats et le tribunal antidopage de l’ITF, l’audience définitive étant prévue au plus tard pour la mi-juillet. D’ici là, Gasquet, spécialiste du tennis offensif, aura tout son temps pour peaufiner sa défense. J 19


EN COUVERTURE

LES PRÉSIDENTS SE SONT TOUJOURS MÊLÉS DES AFFAIRES DE LA TÉLÉVISION

DÉFIANCE Entre Nicolas Sarkozy et le patron des télés publiques, Patrick de Carolis, le courant ne passe pas vraiment. Il y eut même parfois des éclats de voix. Aussi le chef de l’État ne reconduira-t-il probablement pas Carolis en juin 2010.

POUVOIR ET MÉDIAS, LES LIAISONS DANGEREUSES BELZIT/SIPA

Comme Giscard, Mitterrand ou Chirac, Nicolas Sarkozy cède parfois à l’interventionnisme. Mais lui ne s’en cache pas et suscite la polémique. Enquête sur un chef de l’État qui se rêve patron de chaîne. Par Antoine Dreyfus et Stéphane Lepoittevin

20

vsd1656d020.indd 20-21

VSD N° 1656 DU 20 AU 26 MAI 2009

VSD N° 1656 DU 20 AU 26 MAI 2009

21

18/05/09 17:12:02


Les présidents se sont toujours mêlés des affaires de la télévision

pouvoir et médias, liaisons dangereuses

belzit/sipa

Comme Giscard, Mitterrand ou Chirac, Nicolas Sarkozy cède parfois à l’interventionnisme. Mais lui ne s’en cache pas et suscite la polémique. Enquête sur un chef de l’état qui se rêve patron de chaîne. Par Antoine Dreyfus et Stéphane Lepoittevin

VSD N° 1656 du 20 au 26 mai 2009

21


PolitiqueSdécryptage dominique de villepin et François bayrou

lequel est le meilleur Le leader du MoDem et l’ancien premier

P

our 2012, les prétendants au titre du meilleur opposant à Nicolas Sarkozy sont peu nombreux à droite. Jean-François Copé passe son tour, pour viser 2017. Pour le moment, Alain Juppé n’est pas encore vraiment sorti du bois. Seuls François Bayrou et ­ Dominique de ­Villepin affichent ouvertement leurs ambitions et s’emploient déjà à taper sur le président, parfois si fort que les ­socialistes se contentent d’assister au spectacle. État des forces en présence.

ministre fourbissent déjà leurs

‘‘

Dominique de Villepin est candidat à la place de Nicolas Sarkozy, mais pas contre

’’

Hervé Mariton, député UMP

2012

C

L

es deux politiques veulent s’afficher comme des hommes de lettres, inscrits dans l’histoire, par opposition à ­celui qu’ils taxent d’« inculte agité ». Le leader du MoDem cultive l’image du Béarnais courageux ; Villepin, celle d’un énarque, diplomate de haut vol. Il espère que les Français ont plus retenu son discours à l’ONU que la crise du CPE. « Par son élégance et sa hauteur de vues, il est le ­Barack Obama blanc », ose croire son ­ ex-ministre à la Ville, Azouz Begag. 26

frères d’opposition Les deux hommes, ici en 2004, sur le perron de l’Élysée, n’ont jamais été ­proches. Mais ils se parlent aujourd’hui de façon informelle.

guez/afp

L’image

ludovic/rea

onvoquant l’héritage du général de Gaulle, tous deux se voient comme des hommes providentiels. « Ils vivent cette élection dans la posture de l’homme à la rencontre d’une nation », commente le politologue Stéphane Rozès, ­directeur de la société de conseil Cap. Personnage clé du vote de 2007, François Bayrou, 58 ans, se sent prédestiné pour être ­celui de 2012. L’échéance l’obsède, au point de publier Abus de pouvoir 1, un pamphlet contre le locataire de l’Élysée – un succès d’édition –, en pleine campagne des européennes. Pour ­Dominique de ­Villepin, « la crise a été le déclic », assure le ­député François Goulard. Mais l’ex-Premier ministre, qui, à 55 ans, ne s’est jamais présenté devant les électeurs, est obligé de se montrer plus retenu que Bayrou dans ses intentions. Le 24 avril, il a dit sur France 3 : « L’élection, c’est une question de circonstances […] En l’occurrence, il se trouve que cela ne s’est pas présenté. Mais je souhaite fort que cela soit possible. »

VSD n° 1656 du 20 au 26 mai 2009


ennemi du président  ?

armes en vue de la présidentielle. À chacun son style et ses atouts. Par Pascale Tournier

La stratégie

B

ayrou espère mener un front anti-Sarkozy qui ratisse à droite et à gauche. Son avenir repose sur l’échec de la gauche à s’unir et à se rénover. Villepin veut incarner le candidat de droite des nostalgiques du gaullisme. Et peut-être audelà. « Dominique Strauss-Kahn et François Hollande sont très fréquentables », prétend le député villepiniste Jean-Pierre Grand. Ciblant des électorats proches, les deux prétendants se sont déjà rencontrés. Mais la perspective d’un rapprochement semble impossible entre ces deux ego. La campagne pour les européennes offre au Béarnais une exposition forte. Villepin ira, lui, sur le terrain (Nîmes, Vannes). Un site Web sous son nom devrait voir le jour, à la rentrée. Le procès Clearstream, auquel il comparaîtra en septembre prochain, sera aussi politisé. « Il en fera un débat sur la démocratie et le fonctionnement de la justice », prévient le député Georges Tron.

Les idées

C

ulte de l’argent, pouvoir clanique, médias sous contrôle… Le centriste tire à boulets rouges sur le président et veut être son miroir antithétique. « Il ­explicite ce que beaucoup de Français sentent confusément », certifie Corinne Lepage, du ­MoDem. Pour sa part, critique sur l’exercice ­actuel du pouvoir, l’ex-­locataire de Matignon souhaite rester une alter­native à la majorité. « Il est candidat à la place de Nicolas Sarkozy, mais pas contre », souligne le député Hervé Mariton. Dans son livre La Cité des hommes2, à paraître le 11 juin, il présentera son ­gaullisme du XXIe siècle.

Les réseaux

A

u MoDem, le nombre de militants est fixé à 50 000, même si beaucoup ont déserté le navire, après 2007. Marielle de Sarnez d’abord, puis Corinne Lepage et JeanFrançois Kahn constituent le premier cercle. Quatre députés portent ­l’étiquette orange à l’Assemblée nationale. « C’est un parti qui joue sur l’image d’une seule personne », ­observe Damien Abad, président des Jeunes Centristes. Dominique de ­Villepin est, lui, un général sans ­armée. Il n’a ni mouvement, ni club, ni association. Il fédère une dizaine de députés fidèles. C’est la bande du mardi soir. Quelques chiraquiens les rejoignent parfois. Conscients de la nécessité d’une organisation, les villepinistes réfléchissent à la structure la plus ­adéquate.

boisot/riva press

Nicolas Sarkozy

gaullien Le 1er avril, Villepin avait donné une conférence sur l’Otan à l’Assemblée ­nationale. Il renouvelle l’exercice sur l’Europe, le 27 mai prochain. tandem Bayrou ne décide rien sans l’aval de ­Marielle de Sarnez, tête de liste ­MoDem en Îlede-France pour les européennes (ici, en 2008).

Villepin a rendez-vous avec la justice

Le procès Clearstream attend l’ex-premier ministre en septembre Le sujet est tabou chez les villepinistes, qui savent que le combat de leur chef sera long. L’ancien Premier ­ministre comparaîtra pour « complicité de dénonciation calomnieuse » dans l’affaire du faux listing où apparaît le nom du chef de l’État. Une accusation ­inédite et ­difficile à prouver puisqu’il s’agira de ­démontrer que Villepin était l’instigateur de la calomnie et qu’il avait connaissance de la « fausseté du fait dénoncé ». Reste qu’il encourt, pour « dénonciation ­calomnieuse », une peine de un à cinq ans de prison selon les articles 226-10 à 226-12 du nouveau code pénal. A. de T.

‘‘

François Bayrou explicite ce que beaucoup de Français ressentent confusément

’’

Corinne Lepage, cofondatrice du MoDem

E

n 2006, Sarkozy, fraîchement élu à la tête de l’UMP, propose au député des Pyrénées-Atlantiques de former une alliance pour contrer Jacques Chirac. En vain. Depuis, ils s’affrontent. Entre Villepin et Sarkozy, en concurrence pour l’Élysée, jusqu’en 2006, la détestation est plus ­viscérale. L’affaire Clearstream a figé une haine ­réciproque entre les deux ténors, qui n’ont plus aucun contact. Aujourd’hui, le ­ président n’est pas inquiet du retour de Villepin sur la scène médiatique, même s’il envoie ses lieutenants au front pour déjouer ses attaques. Il prend, en revanche, très au sérieux la menace du centriste, qui a obtenu plus de 18,5 % des voix au premier tour en 2007 et qui pourrait être conforté par les européennes. « Les Français jugeront entre ceux qui aboient et ceux qui travaillent », espère Dominique Paillé, porte-parole adjoint de l’UMP. J (1) et (2) Plon.

VSD n° 1656 du 20 au 26 mai 2009

27


Époqueenquête

D

ancien adepte Après quinze ans passés dans la secte, Alain Stoffen en est sorti en 2001. Depuis, il a porté plainte pour escroquerie et vient de publier le récit de son expérience. photos : M.-E. Ho-van-ba pour VSD - Fayolle/sipa - D.R.

ans les prétoires, Olivier Morice est devenu la bête noire des scientologues. Voilà plus de quinze ans que ce ténor du barreau parisien défend d’anciens adeptes dans leur combat contre la secte. « Cette fois, il faut que les masques tombent, prévient-il. Ce procès peut conduire à une interdiction, voire à une dissolution civile de la Scientologie en France. » C’est en effet la première fois que l’organisation de Ron Hubbard est poursuivie en tant que personne morale pour « escroquerie en bande organisée ». Jusqu’ici, seuls ses membres avaient été inquiétés par la justice. Une différence cruciale, tant les avocats de la Scientologie ont l’habitude de se retrancher derrière les « dérapages individuels » pour mieux protéger les structures. A partir du 25 mai, derrière les sept scientologues mis en cause, c’est

scientologie : UN

Poursuivie pour escroquerie en bande organisée, la secte fondée par Ron Hubbard donc l’organisation elle-même qui sera face aux juges. « Une campagne soigneusement orchestrée », se défend Danièle Gounord, porte-parole de la Scientologie en France, qui dénonce déjà un « lynchage médiatique en règle ».

en 2006, le dossier a failli être classé L’affaire débute à Paris, en mai 1998. Abordée à la sortie du métro Opéra, Aude-Claire M., 32 ans, se voit remettre un « test de personnalité » gratuit. Cette série de deux cents questions, très connue des scientologues, a pour seul but d’orienter la jeune femme vers le centre parisien de la secte. En quelques mois, elle y dépensera près de 30 000 euros en cours et en matériel, avant de saisir la justice. « On ne saurait tolérer, 30

sous couvert d’un masque prétendument philosophico-religieux, que se développe en toute impunité une entreprise d’escroquerie en bande organisée », écrit alors Olivier Morice. Plusieurs plaintes semblables sont déposées dans la foulée. Mais, après huit ans d’instruction, l’affaire manque d’être classée. En septembre 2006, contre toute attente, le parquet requiert un non-lieu général. Stupeur des parties civiles. « On ne peut interpréter le traitement judiciaire de la Scientologie autrement que comme une volonté avérée et délibérée de la protéger », déplore même Nicolay Fakiroff, avocat dans une précédente affaire. Pression politique ou poids financier ? Depuis 2002, trois plaignants se sont désistés dans le dossier parisien en échange d’une transaction. L’un d’eux a

‘‘ La

Scientologie rembourse ses anciens adeptes rubis sur l’ongle pour éviter les poursuites

’’

Alain Stoffen

même touché plus de 30 000 euros pour se faire oublier. Un système d’indemnisation parfaitement rodé : en France comme à l’étranger, l’organisation préfère « racheter » le témoignage de ses anciens adeptes (voir document ci-dessus), plutôt que de se frotter à la justice et mettre en péril son image. Mais, à Paris, Aude-Claire M. n’a pas retiré sa plainte. Et en septembre dernier, l’affaire est renvoyée devant le tribunal correctionnel. Au terme d’une ordonnance de soixante-dix pages, le juge d’instruction Jean-Christophe Hullin estime même que la Scientologie a eu pour seul but de capter la fortune des plaignants. Le magistrat stipule même dans son ordonnance : « La dissimulation de ces gains personnels, tant à l’égard de l’administration fiscale que VSD N° 1656 du 20 au 26 mai 2009


nes de fax envoyés à mon bureau, les manifestations devant le palais de justice et les plaintes déposées contre moi, les scientologues ne m’ont rien épargné », se souvient Georges Fenech. à l’épo­que, le journaliste Serge Faubert révèle même qu’un ancien commissaire de la cellule antiterroriste de l’élysée a été enrôlé par les scientologues2. Malgré ces pressions, le verdict est sévère : trois ans de prison avec sursis et 500 000 francs (76 250 euros) d’amende pour le fondateur de la branche lyonnaise. Treize ans plus tard, la justice va donc devoir à nouveau se prononcer sur les méthodes déjà condamnées à Lyon : les cours et les ouvrages vendus à prix d’or, les dangers de la cure de purifi­cation et le rôle controversé du fameux électro­

un avocat déterminé Olivier Morice se bat depuis plus de quinze ans contre la secte.

condamnation En 1996, Jean-Jacques Mazier, le fondateur de la branche lyonnaise, est condamné pour escroquerie. transaction Envoyé il y a quelques années à un ancien adepte, ce courrier montre comment la Scientologie cherche à éviter les plaintes.

PROCÈS HISTORIQUE Par Emmanuel Fansten

risque l’interdiction pure et simple en France. pour des raisons obscures, apporte un éclairage net sur la mauvaise foi des mis en examen. » Poursuivis pour escroquerie ou exercice illégal de la pharmacie, les sept scientologues visés sont tous des habitués du Celebrity Center, le QG parisien de la secte. Durant des années, le pianiste Alain Stoffen a lui aussi fréquenté ce bâtiment luxueux du 17e arrondissement. Avant de quitter l’organisation avec des dossiers compromettants, il y a englouti environ 45 000 euros. « Aujourd’hui, la Scientologie rembourse ses anciens adeptes rubis sur l’ongle pour éviter les poursuites », explique Alain Stoffen, qui vient de publier un témoignage édifiant sur sa descente aux enfers1. Il y décrit notamment les méandres d’une organisation extrêmement structurée, où VSD N° 1656 du 20 au 26 mai 2009

chaque membre a un rôle bien précis. L’instruction de son dossier est toujours en cours au cabinet du juge Hullin, mais Alain Stoffen a été appelé comme témoin dans le prochain procès.

des liens troubles avec le monde de l’entreprise à la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), dont le rapport annuel sort ces jours-ci, on suivra également de près cette nouvelle bataille judiciaire. à l’heure où François Fillon doit arbitrer sur les objectifs exacts de la mission, son président, Georges Fenech, attend impatiemment le verdict. Cet ancien magistrat a été juge d’instruction lors du grand procès contre la Scientologie à Lyon, en 1996. « Entre les centai-

‘‘

Chaque procès qui touche à la Scientologie est précédé par un lynchage médiatique

’’

Danièle Gounord

mètre, censé « mesurer l’état ou les changements spirituels ». Un procès qui sera aussi l’occasion d’explorer les liens troubles entre la Scientologie et le monde de l’entreprise. Partie civile au côté d’Aude-Claire M., une autre plaignante a refusé de retirer sa plainte. Employée dans une société immobilière, Nelly R. avait également commencé par un test de personnalité. Mais, face à son refus de poursuivre les programmes de la secte, la jeune femme a fini par être licenciée. Mis en examen, son patron a reconnu lors de son audition qu’il lui arrivait de recevoir des « récompenses » pour le recrutement de nouveaux adeptes… J (1) Voyage au cœur de la Scientologie, éd. Privé (2) Une secte au cœur de la République, éd. Calmann-Lévy

31


Époquesport Il convoite un sixième titre à Roland-Garros

Les 4 secrets de Nadal Des muscles et un mental d’acier, une famille soudée et le sens du business ont propulsé l’Espagnol au sommet du tennis . Par Jérôme Jessel et Jean-François Pérès/RMC Sport

e visage dévoré de tics, il bondit. Il cogne. Il hurle sa rage de vaincre, le poing fermé. Sur le court, Rafael Nadal est impitoyable. Un prédateur qui ne lâche jamais sa proie. Sa volonté insatiable lui a permis de se hisser à la première place du classement ATP. À quelques jours de Roland-Garros, le jeune champion de 23 ans, fort de ses cinq ­titres consécutifs, part grand favori.

1

La machine à gagner « Il est simplement extraordinaire, explique Guy Forget, capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis. Il a une capacité à imposer sa volonté et il n’abdique jamais, se battant sur chaque balle comme si sa vie en dépendait. Il ­déploie une rage de vaincre incroyable, mais en même temps sa force est de rester serein quelles que soient les circonstances. » Côté physique, la machine Nadal est aussi redoutable. Effet de la gonflette ? Le Majorquin, à qui les journalistes ont posé la question à maintes reprises, jure que non et répète : « Tout le monde pense que je fais de la musculation toute la ­journée, mais j’en fais sûrement moins que les autres. C’est ma morphologie ­naturelle. Je tiens cela de ma famille. Mon oncle Miguel, qui a joué au FC Barcelone, est encore plus costaud que moi. » Joan Forcades, son préparateur physique, a d’ailleurs entrepris un travail pour que son 32

2

Le clan Avec Toni, son oncle et entraîneur, Rafael vit une relation quasi fusionnelle, comme il le confiait dans L’Équipe du 28 octobre 2008 : « C’est une relation qui a commencé il y a bien longtemps, je devais avoir 2 ou 3 ans. C’est le membre de ma famille avec qui je passe le plus de temps. Il y a beaucoup de respect entre nous. » Le champion espagnol racontait à VSD, après sa première victoire à Roland­Garros : « Nous sommes une famille très unie. C’est important pour mon équilibre. Nous habitons tous la même maison, j’ai vraiment besoin de vivre avec mes parents, mes oncles et mes grandsparents. » Ainsi, au premier étage de l’imposante maison de Manacor, à 50 kilomètres de Palma, sur l’île de Majorque, se sont installés le grand-père et la grandmère. Le deuxième est occupé par son oncle Toni, sa femme et leurs trois filles. Les parents du tennisman ­ vivent au ­troisième tandis que Rafael loge au ­quatrième, avec sa sœur Maria Isabel.

3

Sa rivalité avec Federer « Tennistiquement et techniquement, Roger Federer reste le joueur le plus complet, d’ailleurs, je pense qu’il est également le meilleur joueur de toute l ’ h i s t o i r e  » , 

‘‘ ‘‘IlIl n’abdique

n’abdique jamais, se jamais, sur se battant battant sur chaque chaque balle balle si comme comme si sa vie en sa vie en dépendait dépendait

’’ ’’

Guy Forget

pochat/presse sport

L

protégé affine sa silhouette. Le but : éviter les risques de blessures consécutives à une masse musculaire trop importante.

VSD n° 1656 du 20 au 26 mai 2009


Un monstre de puissance Détail rare pour un gaucher, le coup droit de Rafael Nadal est son meilleur. Grâce au puissant effet lifté qu’il ­imprime à la balle, il parvient à préparer sa stratégie ­d’attaque du fond du court.

VSD n° 1656 du 20 au 26 mai 2009

33


Époqueportrait

son star-system L’enfant d’Avignon fêtera ses 51 ans le 21 mai, durant le Festival de Cannes. Il a invité Bill Clinton, Mick ­Jagger, 50  Cent, Beyonce et Lenny Kravitz, au VIP-Room de Jean-Roch.

Christian Audigier, le pape de la sape

Itinéraire d’un mé L’ex-vendeur de jeans, devenu un styliste star à Hollywood, livre sa légende dans Mon 36

VSD n° 1656 Du 20 au 26 mai 2009


D

ire que Christian Audigier est un fonceur, ressemblant au fils caché de Mickey Rourke et de JeanClaude Van Damme, avec la syntaxe de Johnny Hallyday, ne suffit pas. À la tête d’une entreprise employant cinq cent cinquante personnes aux États-Unis, ce créateur a révolutionné le marketing de la sape. En ressuscitant la marque Von Dutch et en lançant la griffe Christian Audigier, le célèbre Frenchy de Los ­Angeles a généré, en 2008, un chiffre ­d’affaires de 350 millions de dollars.

« je n’ai toujours pas lu Mon autobiographie »

galo griffé

American Dream. Par Antoine de Tournemire. Photos : Rémi Deluze pour VSD VSD n° 1656 Du 20 au 26 mai 2009

L’homme se targue de donner indirectement du travail à cent mille personnes dans le monde. Outre les vêtements et les accessoires, produits en bonne partie en Amérique pour être réactif, il décline son nom et celui de célébrités sur des bouteilles de champagne, de vodka, voire sur des voitures de golf. Et le « Vif », comme il se surnomme, négocie avec Michael Jackson, ­Madonna ou les Rolling Stones pour faire naître leur propre griffe. Grand manitou d’un ­réseau de cinquante boutiques dans le monde – vingt-cinq aux États-Unis et trois en France –, il possède un hôtel à Dubai et un night-club à Las Vegas, sur le Strip. Se comparant – sans rire – à Ralph Lauren, il a vendu dans le monde plus de 10 millions de tee-shirts et casquettes à des prix de luxe. Dans la limousine Maybach noire ­venue le chercher au George-V, l’enfant d’Avignon s’empresse de mettre son ­interlocuteur à l’aise : « Tu sais, je n’ai ­toujours pas lu mon autobiographie*, elle est bien ? » ­Sitôt, arrivé à la gare de Lyon, il est ­rejoint par sa bande de six « potes-associés ». Il finit sa cigarette et s’élance, roulant des épaules dans son blouson en cuir cintré caramel. Mâchant ostensiblement du chewing-gum,  37


WEEK-ENDmusique

la mue de la tortue 52

VSD N째 1656 du 20 au 26 mai 2009


antoine legrand/sony

timide ? « Je n’aime pas sortir, mais j’ai écouté des millions de fois Confessions On  A Dancefloor, de Madonna, en dansant seul dans mon salon ! C’est peut-être pourquoi mes concerts se transforment en boîte de nuit géante. »

DEUX ANS APRèS LE TRIOMPHE DE SON PREMIER ALBUM, Le lauréat de la NOUVELLE STAR 2006 EST DEVENU ADULTE. ASSUMANT SA SENSIBILITé ANDROGYNE ET SON GoûT POUR L’éLECTRO POP, IL SORT UN deuxième DISQUE, sensuel et ambitieux. Rencontre.  Par Nora Sahli

VSD N° 1656 du 20 au 26 mai 2009

53


WEEK-ENDCULTURE Pa G ES RÉALISÉES P AR F rançois Julien a v e c Olivier Bousquet e t Nora Sahli

Vente Marceau intime

Dispersion des centaines d’objets, meubles et œuvres d’art (y compris ses propres tableaux) accumulés par l’initiateur du moonwalk, décédé il y a deux ans. Les 26 et 27 mai, Drouot-Richelieu, Paris 9e. drouot.com

Rudolf Noureev

Une centaine de costumes de ballet et autant de photos célèbrent le danseur étoile. Jusqu’au 11 novembre, Centre national du costume de scène, Moulins (03). cncs.fr

William Eggleston

Après Kyoto et les déserts, le photographe américain rend hommage à Paris, et présente également ses peintures récentes. Jusqu’au 21 juin, Fondation Cartier, Paris 14e. 01.42.18.56.50.

spectacles, théâtre, concerts, expositions… l’actualité culturelle d’un coup d’œil.

« Vice-Versa »

Une adaptation festive et burlesque du roman homonyme de l’Anglais Will Self. Le sujet ? Le sexe, l’Angleterre et Margaret Thatcher. Jusqu’au 6 juin, au théâtre de la Cité internationale, Paris 14e. 01.43.13.50.50.

Luciole

Venue du slam, elle a conservé le goût des longs textes, désormais susurrés. Charmant. Les 27 et 28 mai, à Saint-Étienne (42). En tournée jusqu’à fin juillet. http://luciolesenvole.artiste.universalmusic.fr

58

« Cyrano de Bergerac »

Placido Domingo campe Cyrano dans l’opéra adapté de la pièce d’Edmond Rostand, accompagné par l’Orchestre de Navarre et le chœur du Châtelet. Jusqu’au 31 mai, au Châtelet, Paris 1er. 01.40.28.28.40.

VSD n° 1656 Du 20 au 26 mai 2009


PLUS D’infoS SUR vsd.fr

Jaime Azocar

Proche des héros de la figuration narrative, le Chilien revient avec de très grands formats assez olé olé. Jusqu’au 27 juin, à la galerie Lefor Openo, Paris 6e. 01.46.33.87.24.

Mylène Farmer

photos : p. victor - bimingham museums & art gallery - marge/dalle - blaser/dalle - ph noisette/dalle - massola/dalle - chloé g - D. R.

En attendant ses deux Stade de France en septembre, elle chauffe tous les Zénith de France à blanc, entre classiques et nouveautés. Du 23 au 27 mai, à Nantes (44). En tournée jusqu’en juin. universalmusic.fr

William Blake

« Fragments »

Ces fragments de pièces tombés de la plume de Beckett sont des diamants ciselés – en anglais dans le texte – par Peter Brook et trois excellents acteurs. Jusqu’au 20 juin, aux Bouffes du Nord, Paris 10e. 01.46.07.34.50.

Gérald Genty

Première et très complète rétrospective du plus halluciné des romantiques anglais, précurseur des surréalistes, inspirateur d’Huxley et, partant, des Doors. Jusqu’au 28 juin, au Petit Palais, Paris 8e. 01.53.43.40.00.

Abd Al Malik

Léger et élégant, un poil loufoque et volontiers jazzy, Gérald Genty raconte poétiquement des histoires qui jamais ne lui arriveront. Le 23 mai, à Haguenau (67). En tournée jusqu’en octobre.

Adoubé par Juliette Gréco et consorts, il restera comme le rappeur ayant fait oublier MC Solaar, le plus cultivé, le plus grand public. Le moins hip-hop ? Le 25 mai, au Grand Rex, Paris 2e. En tournée jusqu’en 2010. abdalmalik.fr

www.geraldgenty.com

Kasabian

Entre Oasis et Primal Scream, les épatants Kasabian sont de retour, pour cette unique date française préestivale. Le 25 mai, au Trabendo, Paris 19e. http://blog.kasabian.co.uk

VSD n° 1656 Du 20 au 26 mai 2009

59


WEEK-ENDTENDANCES PaGES RÉA LISÉE S PA R  m yriam andré a ve c sébastien desurmont ET HERVÉ BORNE

le revival estival

TouS En BATEAU ! Alors que Docksides célèbre ses 40 ans, la chaussure bateau revient sur tous les ponts et s’impose comme le must des hommes de l’été. Par Hervé Borne

66

VSD N° 1656 du 20 au 26 mai 2009

photos : antonio calabrese - johansen krause - nicolas le corre/gamma - D. R. tous nos prix sont donnés à titre indicatif.

C

’est en 1969 que Sebago crée la première « boat shoe », la Docksides by Sebago-Moc. Le modèle, réservé à l’origine aux skippers, devient le symbole du style de vie à l’américaine. Très vite, la Docksides s’exporte et se déLégendaire. éric Tabarly ne quittait jamais ses cline à l’infini. Son Docksides qu’il préférait « ADN » ne changera jaau naturel, en cuir gold. 1 mais : une chaussure en 6 cuir à semelle en caout1/Bling bling. De chouc, pour ne pas enl’or pour fêter dignedommager les ponts. Le ment ses 40 ans, Sebago,135 €. plateau est lisse comme celui 01.56.03.60.00 d’un mocassin avec un laçage 2/ Montante. Une en cuir à deux œillets. déclinaison en cuir 2 souple, NDC, 200 €. Dans les années quatre-vingt, ndcmadebyhand.com. la Docksides devient un indis3/ Bicolore.  pensable, à condition d’être porUne icône revisitée en 5 bimatière, Italia Indetée pieds nus avec un jean et un pendent. 247 €. itapolo. Sebago emploie, à l’époque, liaindependent.com. environ huit cents employés et pro4/ Fantaisie. Modèle Sebago en séduit plus de deux millions de paires rie limitée. 180 €, Copar an. Au début des années deux mille, lette. 01.55.35.33.90. la Docksides perd de sa superbe. Elle de5/ flashy. vient trop classique, ne pouvant pas rivaliser En veau velours, elle 4 3 ose la différence avec avec les baskets. Aujourd’hui, la chaussure baune semelle à picots, Car Shoe. 270 e, teau revient et elle n’est pas ringarde ! Oublié le carshoe.com. trentenaire BCBG au pantalon « feu de plancher » et 6/ À l’anglaise. Docksides éculées. Bienvenue au beau gosse sportif chausSemelles fleuries, et look résolument sant ses « boat shoes » pour filer à Saint-Tropez ou Porto mode, Paul Smith, Cervo. Pour célèbrer dignement les 40 ans de sa chaussure féti275 e. 01.53.63.13.19. che, Sebago propose une mini-collection en exclusivité chez Colette. D’autres marques, de John Lobb à Paul Smith, n’ont pas manqué de lui emboîter le pas et déclinent des modèles pleins de couleurs et de fantaisie. Parfaits pour lever le pied en beauté cet été ! J


PLUS D’infoS SUR vsd.fr

PSST… ➤ L’effet diurne

de la taurine

Après avoir séduit les fêtards, Burn s’attaque à ceux qui ont besoin d’un petit remontant le jour. Ultra-sucré, vaguement fruité, Burn Day affiche des teneurs costaudes en caféine, en guarana et en taurine, mais aussi en vitamines B pour soutenir l’activité intellectuelle. Parfait pour éviter le coup de barre au bureau, mais à consommer avec modération si vous ne voulez pas vous changer en pile électrique. 1,76 €. en G. S. ➤ Ménage vert

Passez l’éponge en mode écolo avec ce nouveau modèle de ScotchBrite. Côté pile, une éponge d’origine végétale ; côté face, un grattoir en fibres naturelles. De quoi zapper définitivement les lingettes nettoyantes, nocives pour l’environnement.

Le skate magnétique aimante les apprentis riders

Cette planche à roulettes ne quitte plus vos pieds. Sensations garanties !

L

a planche à roulettes qui colle aux pieds séduit même les puristes. Inventé en 2007 par un mordu de glisse, Philippe Riandet, couronné au concours Lépine, l’engin convainc de plus en plus d’adeptes. L’idée ? La planche est équipée d’inserts métalliques qui permettent d’y adhérer à l’aide d’un aimant amovible logé dans les chaussures du skateur. Le skate devient, grâce à ce système breveté, aussi accessible que le roller ou le snowboard. « Si vous êtes un peu sportif, quelques heures suffisent pour maîtriser l’art du slalom urbain », promet son concepteur, qui proposera bientôt une déclinaison en longboard et en snowskate. La planche est vendue brute (sans les roulettes), avec des baskets aimantées. S. D. 179 €. 4size.com

La cosmétique alternative

➤ Un week-end

en beauté

trousse. En pharmacie.

VSD N° 1656 du 20 au 26 mai 2009

À suivre Miss Peau Douce

2,85 € le pack de deux éponges. En G. S.

Pour une escapade à la campagne, à la mer, ou un week-end cocooning à la maison, Klorane propose trois trousses. Chacune contient un gel douche, un shampooing ou un lait hydratant corporel en modèle 100 ml, et se glisse partout. Du 100 % pratique. 6,20 € la

en projet Après le skate, Philippe Riandet proposera un longboard et un snowkate magnétiques.

L

ieu de découvertes et de bien-être, Aépure accueille une cinquantaine de marques indépendantes glanées dans le monde entier. François de Grossouvre, le créateur des lieux, a conçu cet espace épuré aux allures de bibliothèque pour mettre en valeur chaque label, aux packagings soignés. Présentés sur des piles de papier compactées, des lignes de soin naturelles ou high-tech et des parfums rares se côtoient à tous les prix. Indispensables : la ligne bio Mama Mio pour bébés, les senteurs addictives de Parfumerie générale, la très technique ligne anti-âge Recipe for men, ou les soins visage de Snowberry, une formule néo-zélandaise aux 130 ingrédients naturels. M. A. Aépure, 35, rue Guénégaud, Paris 6e. 01.40.51.72.54.

L’ex-miss France Sonia Rolland prête son corps de rêve à la marque de beauté Mixa. Elle vantera les bienfaits d’une nouvelle gamme à base de karité destinée aux peaux mates. La nouvelle égérie confie utiliser les produits Mixa Bébé pour sa fille. Et, pour elle, le Lait corps réparateur intensif reste son meilleur allié contre la peau de crocodile. Elle adore s’en tartiner après être passée au hammam. Pas de doute, ça lui réussit.

67


(*) l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. à consommer avec modération.

WEEK-ENDÀ TABLE

Temple du cocktail À l’Experimental Cocktail Club et au Curio Parlor, à Paris, Olivier Bon, Pierre Charles Cros et Romée de Goriainoff imaginent les cocktails les plus inventifs du moment.

68

VSD n° 1656 Du 20 au 26 mai 2009


Q

ui a dit que le cocktail* était un mélange d’alcools et de jus au petit bonheur ? Certainement pas les jeunes barmen stars du moment, à l’image de Yann Daniel, au Park Hyatt, ou d’Olivier Bon, à l’Experimental, deux des bars parisiens les plus créatifs du moment. Selon eux, nous commençons à peine à rattraper notre retard par ­rapport aux pays anglo-saxons, où le cocktail, tout à la fois un art et une ins­titution, connaît un succès phénoménal auprès des consommateurs. À tel point que la profession n’a pas ­hésité à créer le néologisme de « mixologie » pour se donner une caution ­professionnelle. Cependant, il existe plusieurs chapelles dans l’univers de la mixologie, et des manières de travailler différentes, qui donnent ainsi naissance à de grandes tendances dont s’inspire la profession.

Cet été, goûtez à la mixologie

mille et un

cocktails Comme à Londres ou à New York, où il fait un carton, cet alliage déchaîne les passions et la créativité des meilleurs barmen français.

Par David Batty. Photos : Jean-Brice Lemal pour VSD

naturel Concombre, menthe fraîche, pomme et elderflower, imaginé comme les suivants par Yann Daniels au Park Hyatt.

désormais, le mix peut aussi se manger « Une chose est commune, résume Olivier Bon, l’un des trois fondateurs de l’Experimental Cocktail Club, c’est la recherche de produits de base de grande qualité. » Il est loin le temps où réaliser un cocktail consistait à mélanger un mauvais whisky ou un rhum de grande surface et quelques jus de fruits à base de concentré. « Nous avons derrière le bar plus de quarante whiskys différents, dix tequilas, quinze gins d’exception, vingt liqueurs, des rhums super premium et des alcools très rares qui côtoient de la citronnelle fraîche, du gingembre en ­racine, des vanilles de Madagascar et ­de vrais beaux fruits pour réaliser les créations », explique Olivier Bon. Selon Yann Daniel, le chef barman du Park Hyatt, on peut dégager en 2009 quatre grandes tendances sur les cartes de cocktails. La première est un dérivé de la pâtisserie, mettant en valeur le côté VSD n° 1656 Du 20 au 26 mai 2009

Corleone Manhattan Cocktail mythique à base d’absinthe, de whisky et de liqueur de café. Lemon Pie Dégusté comme un ­dessert, il reprend les ­codes de la tarte au citron.

Écume de CoSmopolitan À partager à la cuillère, dans l’esprit des cocktails moléculaires tape-à-l’œil.

gourmand des créations. Le cocktail ne se boit plus, il se mange. Ou presque. « Nous avons créé le Lemon Pie comme une gourmandise à siroter, en lien avec la tarte au citron, grand classique de la pâtisserie contemporaine », cite Yann Daniel. L’idée consiste à utiliser des produits gourmands et assez ­riches pour imaginer des hybrides, entre dessert et cocktail. Autre cocktail du genre, le ­Celtic, composé de cacao blanc, de crème fraîche, de mousse de lait, de pistache et de Jet 27. Le barman de l’hôtel Scribe a, lui, imaginé toute une déclinaison de cocktails autour du chocolat, que l’on peut quasiment « boire » à la cuillère. Dans le même esprit, mais orienté sur des créations salées-sucrées, la tendance « naturelle » a donné naissance à des mix insolites à base d’herbes fraîches (romarin, sauge, par exemple), de fruits et de légumes, à l’instar du Bunny Mary (dérivé ludique du Bloody Mary) où se mélangent céleri haché, jus de carotte, jus de tomate, wasabi frais et vodka. « Nous répondons complètement à l’envie actuelle de naturalité, de plaisir et de bien-être avec ce type de cocktails », affirme Yann Daniel. On y voit même une déclinaison alcoo-  69


WEEK-ENDVOYAGES

transindia l’aventure

scénarisée

72

VSD N° 1656 DU 20 AU 26 MAI 2009


Arrivée remarquée  Les voitures Ambassador font leur entrée dans les ruelles commerçantes de Deogarh, pittoresque village du Rajasthan, où les participants à la Transindia sont amenés à relever des défis.

R

d’épreuves ludiques en rencontres insolites, ce voyagechallenge par équipes traverse l’Inde, de Delhi à Bombay.

Texte et photos : Guillaume Soularue pour VSD

VSD N° 1656 DU 20 AU 26 MAI 2009

éunion au sommet dans les jardins luxuriants de l’hôtel Maidens, à New Delhi. La veille au soir, un bus public, affrété pour l’occasion, nous conduisait de l’aéroport de la capitale indienne vers ce vieux palace à l’élégance très britannique. Première étape d’une aventure au scénario inédit. Répartis par équipes de quatre, nous recevons un livre de bord personnalisé. Chaque jour nous sera remis ce carnet de route indispensable au bon déroulement de l’expédition. « On ne divulgue que 50 % de l’itinéraire. L’effet de surprise est un moteur qui sublime le voyage », explique l’un des organisateurs de la Transindia. Notre mission : rejoindre Bombay en voiture Ambassador et relever un challenge ludique, ponctué d’épreuves révélées au fil du parcours. Sourire aux lèvres soulignant une moustache à la Gandhi, Arsh est notre traducteur. Une escadrille de rickshaws plonge notre joyeuse équipe dans le bain turbulent de la cité. Direction le temple Mandir Shri Ram Hanuma, où nous attend un brahmane. Vêtu d’une toge saumon, le saint homme nous éclaire sur l’apprentissage du yoga ou la signification du tikka, ce point rouge qui orne son front. Une belle entrée en matière pour sai-

Le faste princier. Dans la ville rose de Jaipur, une concurrente arrive près du palais des Vents et ses célèbres fenêtres ajourées. Le maharaja local réservera une réception royale dans les salons privés du City Palace.

sir l’omniprésence de la religion. Nous restons dans le sacré lorsque de petites princesses en sari nous parent de colliers de fleurs, à l’entrée de leur école primaire. Dans une salle de classe, nous révisons nos bases d’hindi lors d’un échange linguistique avec de sages écoliers en uniforme. Au déjeuner, « Pierre des Indes », un compatriote expatrié, nous fait partager son expérience de la vie indienne, consignée dans son blog flagrantdelhi. La visite d’Old Delhi reprend dans le vacarme de Chandni Chowk, principale artère, jusqu’à l’esplanade de Jama Masjid, la plus grande mosquée du pays. Le lendemain, rencontre avec Ashok, au volant de sa fidèle Ambassador. Fabriquée depuis un demi-siècle et réputée increvable, cette voiture au look années cinquante est une icône en Inde. Elle nous mène tout droit à Jaipur. La capitale surpeuplée du Rajasthan exhibe sa belle architecture d’influences moghole, rajput et coloniale, dans une joyeuse cohue où se mêlent rickshaws, bus  73


VSD_NRJ12_GENERATION MANNEQUIN.indd 1

5/05/09 13:13:44


WEEK-ENDTvsd

décryptage

déjà complices. Carlier, devant la station (ci-dessous). Il copine avec Julie et lui dévoile la montre qu’il s’est offerte avec son premier cachet, sous l’œil de Fogiel et de ses nouveaux confrères.

guy carlier

‘‘la radio, c’est le matin que ça se passe’’

P

rérentrée prometteuse pour l’animateur qui se fit connaître sur le télérépondeur de Delarue, sur Europe 1, il y a une dizaine d’années. En le croisant dans l’escalier de la station, Laurent ­Ruquier et Michel Field lui souhaitent la bienvenue. Avant de rencontrer ses nouveaux collègues, Guy Carlier ­revient sur son transfert. VSD. Pourquoi souhaitiez-vous repren-

dre du service avec Marc-Olivier Fogiel ? Guy Carlier. Je suis venu présenter mon

bouquin (*) chez lui, fin avril. L’émission a été extraordinaire. D’un regard, quand il s’adressait à moi, tout s’enchaînait ­naturellement comme à « ONPP » (« On ne peut pas plaire à tout le monde », NDLR). Il y a eu une telle ­atmosphère qu’on s’est juré de retravailler ensemble.



Par Antoine de Tournemire. Photos : Pascal Vila/VSD

Il y aura donc une chronique, sans doute entre 9 heures et 9 h 30. VSD. Étiez-vous toujours en contact ? G. C. On ­s’envoie des SMS, mais il nous

‘‘ Un

chauffeur de taxi m’a demandé quand je revenais à la radio…

’’

son arrivée vue par fogiel ils se retrouvent, mais pas question de recréer leur duo télé.

Quand on s’est quittés à la fin d’« ONPP », on s’était promis de retravailler ensemble, explique Marc-Olivier Fogiel pour expliquer la ­refondation du duo. C’est chose faite. Après un an, la matinale s’est installée. Guy n’aura pas le rôle de sniper, car on veut rester crédible sur l’info. Sa ­chronique sera impertinente. Bref, du Carlier à l’antenne ­entre 6 heures et 9 heures. De toute façon, son contrat prévoit une option pour qu’il reste entre 9 h et 9 h 30…

VSD n° 1656 Du 20 au 26 mai 2009

Après deux saisons sur RTL, le chroniqueur rejoindra la ­matinale d’Europe 1 en septembre. 

est ­difficile de nous voir : Marco se couche avec les poules !

chauffeur de taxi me demande quand je revenais à la radio… La preuve que les gens écoutent peu entre 19 et 20 heures. Je ne ­cachais pas que je ­voulais revenir le matin à l’antenne. Et ­Europe 1 me l’a proposé.

VSD. Aurez-vous votre liberté

VSD. Craignez-vous la concurrence de

de ­parole sur Europe 1 ?

Laurent Gerra, sur RTL, face à qui vous

G. C. Oui. Ils savent comment j’écris. S’ils m’avaient dit : « Venez, mais ne parlez pas de Lagardère… », j’aurais refusé !

risquez de vous retrouver ? G. C. Gerra a ce côté franchouillard à

VSD. Ne risque-t-on pas de revoir

la Gabin ou à la Lino Ventura. C’est un garçon qui me touche beaucoup.

un nouveau « ONPP » ?

VSD. Et Stéphane Guillon, sur France Inter ?

G. C. À l’époque, Marco m’avait de-

G. C. C’est un ami. Si on devient concur-

mandé de jouer les snipers. Là, je me cantonne à une chronique, et puis il y a Julie pour faire « contrepoids ». On ne peut pas rire sur l’actu… Les gens vont peut-être se ­demander quel est mon rôle. Sur le contrat, il est dit que j’ai une chronique avec l’option de pouvoir rester à l’antenne après.

rents, ça ne me gênera pas. VSD. Que pensez-vous de la réaction de Dominique Strauss-Kahn, après la chronique de Stéphane Guillon dans laquelle il évoquait sa vie privée ? G. C. J’ai été sidéré par la réaction de

DSK. Guillon n’a rien dit de scandaleux. VSD. Où serez-vous à la rentrée,

VSD. Depuis deux ans, vous étiez l’un

en plus d’Europe 1 ?

des polémistes d’« On refait le monde »,

G. C. Je continuerai sans doute « Stade 2 ».

sur RTL. Comment la station a-t-elle

J’ai aussi écrit un spectacle testé à Thionville. J’ai appelé François Rollin pour qu’il me mette en scène. Il ne rappelle pas, je suis très triste ! Il sera joué à La passerelle, sans doute en février 2010, avant une éventuelle tournée. J

réagi à votre départ  ? G. C. J’ai été très bien accueilli à RTL.

C’était une ambiance très familiale. Avec Nicolas Poincaré, dans « On refait le monde », j’ai croisé des gens bril­ lants… Mais la radio, pour moi, c’est le matin que ça se passe. Il arrivait qu’un

(*) La vie, l’amour, le foot : Les grandes équipes sont éternelles, éditions Jean-Claude Gawsewitch.

87


la griffe du chat Par Philippe Geluck

98

VSD n째 1656 Du 20 au 26 mai 2009

VSD 1656 du 20 au 26 mai 2009  

Le premier hebdo d'information du week-end

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you