Issuu on Google+

BEL : 2,80 € - CH : 5,50 FS - CAN : 8 $C – A : 3,60 € - D : 3,60 € - ESP : 3,20 € – GR : 3,20 € - ITA : 3,20 € – LUX : 2,80 € – NL : 3,30 € - PORT.CONT. : 3,20 € –DOM : AVION : 4 € – MAROC : 30 DH – TUNISIE : 4,200 TDU - ZONE CFA AVION : 3 000 CFA - ZONE CFP AVION : 950 CFP. PHOTOS : G. MERILLON/FEDEPHOTO POUR VSD - E. GREGOIRE POUR VSD - SIPA

2,40€ N° 1693 - DU 3 AU 9 FÉVRIER 2010

VSD.FR

LE PREMIER HEBDO D’INFORMATION DU WEEK-END

EXCLUSIF

HANDBALL

EN COULISSES AVEC SARKOZY DE VILLEPIN À CARLA, UNE SEMAINE DE POLÉMIQUES

LES BLEUS DANS L’HISTOIRE

HIGH-TECH

LA TABLETTE D’APPLE, GADGET OU RÉVOLUTION ?

«AVATAR» CE QUE LE FILM PHÉNOMÈNE A CHANGÉ

SON STYLE, SON IMAGE, SON COUPLE

T 01713 - 1693 - F: 2,40 E

3:HIKLRB=XUWYU[:?l@g@t@d@a;

COUV-VSD1693S001.indd 3

RÉPOND AUX CRITIQUES «TAPER SUR MOI, C’EST DEVENU UN JEU» 1/02/10 15:49:53


EN COUVERTURE RELAX Aucun stress à deux heures du 13-heures. Jean-Pierre Pernaut a trop de métier pour ça. Installé dans son bureau, au troisième étage de la tour de TF1, il a devant lui le menu quasi définitif de son journal du 29 janvier et, à portée de main, son inséparable paquet de cigarettes.

JEAN-PIERRE PERNAUT FACE AUX CRITIQUES

«TAPER SUR PERNAUT, C’EST AMUSANT» Succès populaire, son prime-time avec Nicolas Sarkozy le 25 janvier a fait parler de ce « type normal », qui aime peu se livrer. L’occasion d’en savoir un peu plus sur cet inconnu si familier des Français. Par Sandrine Mouchet et Julie Gardett. Photos : Georges Mérillon/Fedephotos pour VSD

14

VSD1693D014.indd 14-15

VSD N° 1693 DU 3 AU 9 FÉVRIER 2010

VSD N° 1693 DU 3 AU 9 FÉVRIER 2010

15

1/02/10 15:38:37


Jean-Pierre Pernaut face aux critiques

« Taper sur Pernaut, c’est amusant » Succès populaire, son prime-time avec Nicolas Sarkozy le 25 janvier a fait parler de ce « type normal », qui aime peu se livrer. L’occasion d’en savoir un peu plus sur cet inconnu si familier des Français. Par Sandrine Mouchet et Julie Gardett. Photos : Georges Mérillon/Fedephotos pour VSD

VSD n° 1693 du 3 au 9 février 2010

15


poLITIqueSREPORTAGE

Une première Le président, accompagné de Christine Lagarde, s’est rendu le 27 janvier au 40e Forum économique mondial de Davos, en Suisse, récitant son leitmotiv sur la moralisation du ­capitalisme financier.

De TF1 à CLEARSTREAM, coulisses d’une semaine VRAIMENT PAS ordinaire

sale temps pour

La nouvelle ère se voulait apaisée. Mais les irritations de la majorité, et la guerre affaiblir davantage nicolas Sarkozy ? 22

VSD N° 1693 DU 3 AU 9 FÉVRIER 2010


S

i même son parti, affecté par l’affaire Villepin, joue les opposants… Rien ne va plus pour l’omniprésident. Entre les bougies de son cinquante-cinquième anniversaire et la ­poignée de main complice à Hillary Clinton, c’est bien lui, Nicolas Sarkozy qui avait scellé les listes des ­régionales. Mais l’UMP, le 30 janvier, lors du Conseil national à Paris, les a accueillies sous les sifflets. À trop concéder de places à ses mino­rités du Nouveau Centre et du reste, la majorité s’exaspère. Qu’importe. « Le président fera la campagne avec le cœur », dit-on à l’Élysée. Fini, les estrades et les pensums qu’il réserve pour l’heure à ses ministres-candidats.

le président relancée contre dominique de Villepin peuvent-elles

Par Caroline Derrien. Photos : Élodie Grégoire pour VSD VSD N° 1693 DU 3 AU 9 FÉVRIER 2010

un président plus à l’écoute, pour une fois Mais « le cœur » est-il seulement à la fête ? Cette supposée nouvelle séquence à mi-mandat avait pourtant bien ­commencé. Une discussion de café à TF1, en pleine polémique sur les fonctions et les salaires très allongés d’Henri Proglio. L’audience lui laissait entrevoir des lendemains chantants : huit millions et demi de Français attentifs à sa parole, feutrée pour l’occasion, celle d’un président tout ouïe, « lui qui n’a jamais écouté de sa vie, mais qui masque de mieux en mieux son agressivité », estime le politologue Jean-Marc Lech. « Beaucoup ont fait des photos souvenirs avec le président », rapporte l’un des onze Français « castés » par la chaîne. « Il y a chez lui une familiarité surprenante, on dirait un chef d’entreprise qui tutoie ses employés », confie le senior du plateau de TF1, Jean-Georges Berteloot. « Je veux changer la pratique de la République : plus de simplicité, plus de proximité, plus d’authenticité », entonnait déjà le futur président en 2007. Ragaillardi par un audimat « histo­ rique », selon l’Élysée, il ne jurait au  23


ÉpOqueenquêtE

photos : fredy muller/fedephoto - H. voelker/cosmos

mode d’action Cagoulés, les Black blocs viennent perturber le sommet de l’Otan, le 4 avril 2009, à Strasbourg. Ils ont incendié un hôtel, une pharmacie et un ancien poste de douane. À droite, à Rostock (Allemagne), qui accueille le G8 en juin 2007, ils défilent en rangs serrés.

des militants ultra-radicaux

les confessions d’un black bloc

Julien fait partie de Ces activistes violents et organisés qui défient la police et l’armée 38

VSD N° 1693 DU 3 AU 9 FÉVRIER 2010


P

as moins de 5 000 militaires assuraient la sécurité du Forum de Davos, en Suisse, qui rassemblait la semaine dernière 2 500 dirigeants du monde entier. L’objectif, contenir la violence des désormais inévitables Black blocs. C’est à Berlin-Ouest, en 1980, que sont nés les Black blocs. La police allemande vide alors les squats anarchistes et affronte des émeutiers agissant en groupes mobiles, camouflés sous des habits noirs, qu’elle baptise « Schwarzer block ». Le phénomène renaît en 1999 à Seattle, où les Black blocs se mêlent violemment aux manifestations contre la réunion de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Depuis, ils sont de tous les contre-sommets, au grand dam des altermondialistes. À Copenhague, la police a même décidé d’arrêter « préventivement » près d’un millier de manifestants, qui furent aussitôt relâchés.

lors des sommets économiques et politiques. Par Dominique Sanchez

VSD N° 1693 DU 3 AU 9 FÉVRIER 2010

la stratégie du coucou Aujourd’hui, les Black blocs étendent leur action aux petites manifestations moins surveillées par la police. Le 10 octobre, 150 à 200 casseurs, répondant à l’appel d’un obscur « collectif anticarcéral », ont ravagé le centre de Poitiers, causant 40 000 euros de dégâts. Cinq manifestants ont été condamnés à de la prison avec sursis et trois autres à un mois ferme. Le 14 janvier, les cinq comparaissaient en appel, le parquet demandant des « peines exemplaires » : dixhuit mois, dont dix fermes (le délibéré sera rendu le 19 février). Mais même l’avocat de la Ville qualifie les prévenus de « lampistes » : les vrais coupables courent toujours. Mobiles, cagoulés, les Black blocs connaissent la loi. Le plus souvent, ils quittent les lieux à temps. À Poitiers, une information judiciaire a été ouverte pour « organisation d’un attroupement armé », mais sans résultat. « L’enquête suit son cours », déclare à VSD le procureur de la République, Pierre Sennes. Pendant ce temps, les Black blocs narguent la police : dans une lettre publiée le 21 octobre dans Le Monde, intitulée « Coucou c’est nous ! », ils revendiquaient leur stratégie : s’incruster dans les manifestations. Nous avons rencontré un de ces émeutiers incontrôlables. J  39


WEEK-ENDcinéma PLANÉTAIRE Lors d’une avant-première d’Avatar, au Japon, le réalisateur James Cameron (à dr.), accompagné de sa femme Suzy Amis (au centre) et de son producteur Jon Landau (à g.), pose avec des stars locales. Partout où le film est sorti, il a pris la tête du box-office.

ce que le film phénomène LE SUCCÈS HISTORIQUE DU DERNIER JAMES CAMERON LAISSERA UNE MARQUE INDÉLÉBILE DANS 50

VSD n° 1693 Du 3 au 9 février 2010


a changé

es chiffres, d’abord. Plus de 1,9 milliard de dollars gagnés à travers le monde, dont plus de 550 millions rien qu’aux États-Unis, le tout pour un budget oscillant entre 300 et 500 millions de dollars, selon les sources. Quelque douze millions d’entrées en France, où les magasins croulent sous les précommandes de Blu-ray, malgré l’absence de date officielle de mise en vente des DVD. An-

L’HISTOIRE DU CINÉMA. Par Olivier Bousquet avec Hervé Tropéa à Los Angeles VSD n° 1693 Du 3 au 9 février 2010

photos : f. robichon/epa/corbis - d. R.

L

noncé comme une révolution, Avatar a d’ores et déjà marqué au fer rouge l’histoire du cinéma, devenant le film le plus vu – et le plus lucratif – de la planète. À Pékin comme à New York, le public afflue sans discontinuer pas seulement pour voir un film, mais aussi pour vivre une expérience. Il faut avoir vu Avatar pour se prononcer tant sur les inclinations politiques du film (impérialiste ou anti-Bush ?) que sur les mensurations des Na’vis. Le comble du snobisme  51


WEEK-ENDVOYAGES

Citylaguide vienne métamorphose 64

VSD N° 1693 DU 3 AU 9 FÉVRIER 2010


➝ must Chez Demel, les violettes candies de Sissi (16 €) sont présentées dans une boîte délicieusement rétro et le chocolat chaud reste le meilleur de la ville (5,10 €), Kohlmarkt 14, (00) 43.1 5.35.17.170.

séance de rattrapage Ceux qui auraient manqué l’exposition parisienne d’Annie Leibovitz doivent se rendre à la Kunst Haus avant sa clôture, le 21 février, Untere Weissgerberstrasse 13, (00) 43.17.12.04.95.

la capitale au prestigieux passé impérial tutoie désormais l’avant-garde de la mode, sans sacrifier pour autant son élégance.  Par Delphine Sampic Berger.

Photos : Michel Slomka/VSD

VSD N° 1693 DU 3 AU 9 FÉVRIER 2010

hôtel artyL’Altstadt, et ses chambres « barock » designées par Matteo Thun, est le point de chute des artistes, Kirchengasse 41, (00) 43.1 5.22.66.66.

S

ouvent cantonnée à l’image d’Épinal liée à son riche passé impérial, Vienne se pique de modernisme. Ou plutôt elle renoue, un siècle plus tard, avec les principes minimalistes des architectes Otto Wagner et Josef Hoffmann. À nouveau, le souci du design et l’effervescence créative sont partout, dans l’agencement des restaurants et des hôtels, dans l’ouverture de fondations pour l’art contemporain. De jeunes designers investissent le quartier de Neubau, et prennent d’assaut d’anciennes boutiques qu’ils transforment en ateliers et autres « showrooms ». Même les cafés dans lesquels depuis des siècles les Viennois se retrouvent, à toute heure de la journée, ont changé, devenant des cyberespaces cosy où l’on sirote une bière plutôt qu’un expresso en surfant sur Internet. Mais l’essentiel demeure, dans la patrie de Freud : le sens de la mesure, une ferveur intellectuelle qui remplit les nombreux musées et alimente les discussions dans les cafés, mais aussi les célèbres viennoiseries et autres gourmandises qui adoucissent la morsure du froid. Un froid bien réel en cette saison,

mais qui n’empêche pas de découvrir la ville. Au contraire, car la neige offre des plaisirs dont on n’a pas l’habitude dans les grandes métropoles. Patinage, luge ou ski de fond, Vienne se vit sur le mode glisse. Jusqu’à la fin mars, la plus grande patinoire d’Europe et six pistes de curling occupent l’esplanade de l’hôtel de ville. Dans le 2e arrondissement, 8 kilomètres de pistes de fond traversent le paysage du Prater tandis que l’Alte Donau, un bras mort du Danube, se transforme en patinoire naturelle.

en février, Une semaine gastronomique L’autre événement à souligner est le Dining City, une semaine gastronomique à petits prix organisée, du 22 au 28 février, par les plus grands restaurants, à l’instar d’Eisvogel (restaurantwoche.at). Avant de partir, surfez sur le site de l’office du tourisme autrichien (austria.info/ fr) et réservez un vol sur flyniki.com. La compagnie de l’ex-champion de formule 1 Niki Lauda offre tout le confort d’une compagnie régulière (sièges en cuir, film, plateau-repas) au tarif d’un low cost (à partir de 63 e l’A-R). J  65


WEEK-ENDMOTEUR

D. R.

des 68

VSD N° 1693 DU 3 AU 9 FÉVRIER 2010


jurassik parking Que ce soit en version trois ou cinq portes, l’architecture de base du Land Cruiser n’a pas changé depuis sa première présentation en 1951.

L

toyota land cruiser

le dernier dinosaures Les 4x4 traditionnels sont en voie d’extinction. Aujourd’hui, la septième génération de Land Cruiser est la dernière représentante de l’espèce.

Par Jean-Luc Moreau. Création photo : Yvoman pour VSD

VSD N° 1693 DU 3 AU 9 FÉVRIER 2010

e ciel s’est abattu sur le monde des 4x4 purs et durs. Ces dernières années, leur population, autrefois florissante, a vu ses effectifs fondre comme neige au soleil. De 33 000 en 2005, les ventes sont passées à 6 600 en 2008, et la baisse continue. La faute à des espèces plus évoluées, qui ont mieux su s’adapter aux bouleversements « climatiques ». Les SUV, plus aptes à un usage routier et familial, ont pris le pas sur les baroudeurs, imposants, lourds et trop gourmands en carburant. Toutefois, certains modèles résistent, tel, près de soixante ans après sa naissance (un âge canonique, dans l’automobile), le Toyota Land Cruiser. L’année 2010 marque l’avènement de sa septième génération, ce qui signifie que le dernier des dinosaures n’a pas simplement survécu : il a suivi, lui aussi, les règles de l’évolution.

un véritable 4x4 permanent Si le Land Cruiser passe pour un dinosaure dans la production actuelle de 4x4, c’est qu’il a conservé l’architecture originelle de ce type de véhicule, c’est-à-dire un solide châssis-échelle sur lequel est posée la carrosserie. Ainsi, l’engin ne craint pas de faire des dizaines de milliers de kilomètres de pistes alors que ses concurrents, équipés d’un châssis monocoque (c’est la carrosserie qui fait office de châssis) se tordent après quelques centaines d’heures de ce traitement. En  69


la griffe du chat Par Philippe Geluck

90

VSD n° 1693 Du 3 au 9 février 2010


VSD.1693 du 3 au 9 février 2010