Issuu on Google+

ZESTE • ZEST

3

4

ZESTE • ZEST

ILLUSTRATION: Rick Rakon

Love from our readers... “I am ALMOST at a loss for words. Almost. First and foremost, what I just saw in your magazine is EXACTLY what I have been desperate to see since I was about 12. I grew up like every other girl, wanting to be a model. Since I was always told that would never happen I tried to find solace in Plus Size magazines, which were then and even more now, extremely hard to come by. And when I did find one I was heartbroken when I would get it home to discover the girls looked NOTHING like me. Size 12, 14, 16 looks MUCH different than a size 24. Even now at 33, I struggle to find something that I can relate to, but to no avail. UNTIL THIS VERY MOMENT. Tears continue to stream down my face as I write this. I wasn’t like the other fat girls I would see. I was always very happy, comfortable and sexy in my own skin but I learned quickly that my confidence made people very uncomfortable. Your girls are the first GLAMOROUS, FASHION-FORWARD, GORGEOUS, RELATE-ABLE women I have ever seen in my life that were presented in a way that was serious, not mocking or in a “before” picture. Not just your plus, or super-plus girls, but your girls over 30, your girls with incredible muscles, your Asian girls, your Black girls....On behalf of all of us UNREPRESENTED girls, what else can I say but thank you.” “Velvet d’Amour takes fantastic photos that normalize all sorts of bodies by glamorizing them. It’s a worthwhile undertaking and so well done.” -V “I am truly on a mission to reinvent, revamp, renew, refresh and get excited about the rest of my life. I cannot express how instrumental you and your work has been. Honestly I have only become aware of you very recently and I just can’t get enough! Your photography, your mission, Your spirit! It’s all so encouraging. The fact that you and I are around the same age.....I look at you, your inner beauty as well as outer beauty. The commitment that you have for what you believe. The joy, free spirit and confidence you exude in your own photos and videos. I wanna be THAT girl! Lol! I look at the big beautiful confident women you photograph and I am beginning to believe I AM that girl! Thank you for what your doing and know that you are appreciated so much.” - AN “What could be better than an arty plus sized fashion magazine with high production values that really pushes aesthetic boundaries? I’ll tell you. An arty fashion magazine with high production values that is truly inclusive, where there’s no one “ideal” look! That is why I am in a state of total joy right now over Velvet d’Amour’s new project, VOL•UP•2. It is difficult to express exactly how much ass this publication kicks: possibly more ass than any of us are sporting.” - Fat blog Phat Ally http://phatally.blogspot.fr/ “Velvet D’Amour is KILLING IT with her new magazine – dedicated to women of all shapes, sizes, colors and ages. Her newest edition of Volup 2 has not disappointed. Every turn of a page had me more excited, more in love and almost to tears with how beautiful these women are. I really can’t talk about it much more than this – there are no words to explain Volup 2 besides pointing you towards it. So go read it!!” -Curvysta Haven Blog http://www.pghbloggers.org/ bloglistings/the-curvysta-haven/ “I love what Velvet stands for , love the magazine, love clothes, fashion everything that goes with it.” - JB “I love Velvet D’Amour and Volup2! It’s amazing to see beautiful women of all shapes and sizes, ages, ethnic backgrounds, and physical abilities. The magazine also has a funky, colorful, out-of-the-box aesthetic that really speaks to me. I’ve always loved fashion, but the fashion magazines I grew up with took a toll on my self-esteem.” - L “Velvet is a hero of mine and inspiration! Her beauty, talent and gift is beyond words. Her photography has had me stunned at the amazing shots and models she gets. Her Magazine Volup2 is a breath of fresh air!” - LLF “Both issues I’ve seen have been so inspiring- so inclusive - such wondrous images of women in all shapes and sizes and I love it.” - SR “ You inspire me and help me get through the tough spots by showing me beauty and exotic in everything. So thanks and please keep it up!” - R “This is fucking gorgeous and I just looked at it from cover to cover, loving every turn of the virtual page. Seriously beautiful, celebratory, hot as hell, inspiration. So much good fatshion. So much body love.” - Radical Self Love blog http://365daysofselfcare.wordpress.com/ “Volup Magazine is such a dream come true! I love Velvet’s photography and vision. I would love grace those pages one day. Lol. “ - M “You’ve been inspiring me for years. Thank you for always being so authentic and fearless.” - QTC “I think what your doing is absolutly great ...love the idea , makes me feel like a beautiful person ...again ...love it :-*** big fan from slovakia

6

ZESTE • ZEST

Z E S T E

Z E S T

contents

54

294

on the cover

70 FRONT COVER MODEL: Clementine Desseaux Photographed by: Velvet d’Amour HAIR & Makeup: Mounira Boughanem

BACK COVER MODEL: Stephanie Woodard Majors Photographed by: Velvet d’Amour Makeup: Laura Merle CLOTHING: Jibri, Jibri on Etsy NECKLACE: Velvet’s own

239 122

editorial 14 Hope springs Eternal 26 Every Leaf is a Flower 33 Dance to Happiness 53 My Own Best friend 65 Glitter in my veins 70 Expressing Beauty 91 Creative World Order 97 Limitless 102 Sue will Rock you 122 The Power of One 134 You fancy huh 140 Smile! 154 Choose Joy 160 Fearless 183 Amazing

188 Rich pleasures 190 You have it 206 Innocent Angels 228 Ivory Energy 239 Fun is Good 250 Beauty Found 255 Ya gotta luv it 258 Ain’t no stoppin’ me now 280 Think for yourself 294 Where you lead 304 Pot of Gold 321 Be the Poem 344 Earth’s crammed with Heaven 368 The skin of my Mother 384 Friends

44 INTERVIEW: Maimouna Coulibaly 49 ART: So Very Happy Art 85 INTERVIEW: Caroline Fassone 87 ART: Chine Carnella 110 INTERVIEW: Sue Rock Originals Everyone 118 ART: Autumn Rose 135 Philippe Fournier, Ma femme et moi 136 ART: Ana Gonzalez 176 INTERVIEW: Dear Curves, Linda Idegwu 179 ART: Kico Art 202 ART: Lady Coco 222 INTERVIEW: Pauline et Julie 234 ART: Marilee C. Jones

270 INTERVIEW: Catherine T. 274 ART: S.J. Hart 310 INTERVIEW: Youtheary Khymer 313 ART: Jennifer Mercede Art 339 ART: RococcoLA 358 INTERVIEW: Hannah Judson 363 ART: Stephan Brusche 386 Volup2 Loves Etsy Feature 388 Blog Love 389 Featured Bloggers 390 Recipes 392 Paperdoll Feature: Marilyn Wann 393 Lemon-Aided Workout

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

feature

7

O n t

c o n t r i b u é

à

c e

n u m é r o

C O N T RIBU T O Rs

PHOTO: Velvet d’Amour Excersise Diva Jeanette

Culinary Coco

Alain

Jeanette DePatie (A.K.A. The Fat Chick) is a plus-sized, certified fitness instructor and personal trainer who has helped hundreds of people who haven’t worked out in a while (or ever) learn to love their bodies and love exercise again. She is author of the award-winning book and DVD, “The Fat Chick Works Out!” and she shares her workouts live on her website at: www.thefatchick.com. She is also co-creator of the forum at www.fitfatties.com with Ragen Chastain.

When I grow up, I wanna become a cook”, Coco, 5 years old. No more, no less. Then I grew up and almost lost my life getting an operation to lose weight. After that, everything in my life, in my head, in my taste buds and in my stomach changed forever. The kitchen became my queendom...spices are treasures, so are kitchen tools. It makes magic happen, in everyday’s life. After ranking in the top 60 amateur cooks in Masterchef France, I became a mother. Today, I cook for my family, for my neighbors, for my friends. All of this with my baby girl. French cuisine, recipes from all over the world, tips and tricks, the best ingredients to use or the ones to avoid, healthy food or plain sinful dessert...Sharing all this on Volup2 and on my blog. Coming soon: video tutorials! Until then, feel free to mail me any culinary questions you got at: coco.cinelle@hotmail.com Blog: frenchalicious.wordpress.com

Hello, my name is Alain, and I often go by ‘RickRakon’ or ‘Ray-Norr’ on DeviantArt. com and around the internet. I am a Master’s student currently studying Astronautical Engineering, but I am also passionate about art which I pursue as a hobby. I am especially interested in art related to size-acceptance and plus-size women. I live in sunny Southern California in the United States. rickrakon.deviantart.com

Jeanette DePatie, « The Fat Chick » (la grosse), est entraîneuse personnelle et monitrice de conditionnement physique pour les personnes fortes. Grâce à elle, des centaines de personnes qui ne faisaient plus d’exercice depuis longtemps, ou qui n’en avaient jamais fait, ont réappris à aimer leur corps et à faire de l’exercice. Elle est l’auteure d’un livre récompensé et d’un DVD, « The Fat Chick Works Out! » (la grosse fait de l’exercice physique) et diffuse ses séances d’entraînement en direct sur son site Web, www.thefatchick.com. Enfin, elle est la cofondatrice, avec Ragen Chastain, du forum www.fitfatties.com.

Bonjour, je m’appelle Alain, mais sur Internet et DeviantArt.com, je suis plus connu sous les noms de « RickRakon » ou « Ray-Norr ». Je suis étudiant en maîtrise de génie astronautique, mais je suis passionné par tout ce qui a trait à l’art et pratique beaucoup d’activités artistiques. Je m’intéresse tout particulièrement à l’art lié à l’acceptation de la grosseur (size acceptance) et aux femmes de grande taille. Je vis en Californie du Sud, là où il fait toujours beau. rickrakon.deviantart.com

Quand je serais grande, je serais cuisinière”, Coco, 5 ans. Ni plus, ni moins. Puis, j’ai grandi, et j’ai failli perdre la vie pendant une operation chirurgicale pour maigrir. Aprés ça, tout a changé dans ma vie, dans ma tete, dans mes papilles gustatives et dans mon estomac; pour toujours. La cuisine est devenu mon royaume... les épices sont des trésors, de même pour mes ustensiles de cuisine. Ils créent de la magie, dans la vie de tout les jours. Aprés être arrivée dans le top 60 des meilleurs cuisiniers amateurs dans Masterchef France, je suis devenur mère. Aujourd’hui, je cuisine pour ma famille, mes voisins, mes amis...avec ma petite fille. Cuisine Française, recettes du monde entier, trucs et astuces, les meilleurs ingrédients ou ceux à éviter, nourriture saine ou gourmande comme le péché, je partage tout ça sur Volup2 et dans mon blog, avec bientôt des tutoriaux en vidéo. D’ici là, n’hésitez pas à m’écrire si vous avec des questions culinaires à coco.cinelle@hotmail.com Blog: frenchalicious.wordpress.com

ZESTE • ZEST

9

MODEL: Aymeric Bergada du Cadet Photographed by: Velvet d’Amour

Like us on Facebook!

ZEST est là ! Je continue à être sidérée par l’accueil incroyable qui a été fait à mes 2 premiers numéros ! On a sorti pour l’instant que deux numéros de VOLUP2 et le succès est indéniable! Grâce à vous, ils ont déjà été vus 6 millions de fois!!! Je tiens aussi à remercier tous ceux qui ont pris le temps d’en parler sur Facebook, d’avoir mis un lien sur leur blog vers http://volup2.com/blog/, sur Twitter https://twitter.com/velvet_damour , de partager l’une de nos photos ( http://velvetdamour.tumblr.com/ ), ou d’avoir rejoint nos fans sur FB http://www.facebook.com/#!/Volup2 ! Sachez-le, je puise mon énergie tous les jours dans le soutien apporté par mes lecteurs. Et d’ailleurs, voilà la définition de ZEST pour moi : Energie, Esprit, Vitalité, Couleur, Force ! Ce n’est ni tout noir, ni tout blanc, c’est plus subtil que ça et sujet à interprétation. Je mets beaucoup de ZEST dans ma vie et je profite de chaque minute (quand je ne dors pas bien sûr ! A l’heure où j’écris ces mots, il est 3h33 du matin parce que, croyez-moi, il en faut des nuits blanches pour créer ce magazine) et je vous encourage à faire pareil ! Nous allons vous présenter des gens magnifiques dans ce numéro, et j’ai ajouté quelques articles puisqu’il m’a été réclamé un peu plus de textes, j’ai donc fait plusieurs interviews. Dites-moi si vous voulez que je continue dans les prochains numéros. Et à ce sujet, j’ai le plaisir de vous annoncer déjà que le thème du 4ème numéro sera: le TRI-linguisme! Oui, absolument! Grâce à Janie Martinez, notre nouvelle traductrice espagnole et wonder woman! Et en prime, dans ce numéro, vous allez faire la connaissance de notre prêtresse de la gym, auteur de « The Fat Chicks Works Out ! », Jeanette DePatie, qui va vous donner des exercices ZEST et originaux que vous pourrez faire à la maison. Une fois la gym terminée, vous pourrez vous précipiter dans votre cuisine pour tester les merveilles de notre nouvelle chroniqueuse culinaire: l’extraordinaire Culinary Coco qui nous offrira de nouvelles recettes de sa composition à chaque nouveau numéro! En plus, nous avons décidé de créer une nouvelle rubrique intitulée BLOG LOVE donc, si vous voulez que nous parlions de votre blog, envoyez-nous un petit descriptif à voluptwo@yahoo.com et si ça nous plait, nous serons ravis de le faire connaitre dans nos pages. Et enfin, pour couronner le tout, nous sommes ravis d’accueillir parmi nous Elizabeth Blevins, la reine des activités manuelles que vous retrouverez dès le prochain numéro. On vous a donc bien gâtés avec de magnifiques photos, des interviews, des recettes et pleins de choses très ZEST! Donc, si vous aimez VOLUP2 et si vous voulez que l’aventure continue, soutenez-nous en nous faisant un don et en parlant de nous autour de vous le plus possible! Assez discuté, let’s get ZESTY ! ZEST! It’s here! ! ! I continue to be blown away by the incredible response the first two issues have garnished! VOLUP2’s success is 100% grassroots, and thanks to you, we have well over 6 million page views!!! I so appreciate every one of you who takes the time to post a blurb on your Facebook, or make an entry on your blog http://volup2.com/blog/ , a tweet https://twitter.com/velvet_damour , sharing one of our Tumblr pix http://velvetdamour.tumblr.com/ , or joining our FB fan page http://www.facebook.com/#!/Volup2 you name it, the spirit behind my readers infuses me with energy on a daily basis. And that’s what ZEST is all about for me, Energy, Spirit, Vitality, Color, and Force! It can’t be defined in a black and white manner it’s more interpretive. I live my life in a very ZESTY manner, I get the most out of each waking minute (as I write this its 3h33am in Paris now, there are lots of waking minutes to bring you this mag, lol), and I encourage others to do the same. We are bringing you so many beautiful people this issue as well as a little experiment, since some folks would like to see articles included, thus I popped a few interviews in for your perusal, and so let me know if that’s something you would like me to continue in the next issue. Speaking of the next issue, I’m so excited to announce that it will be TRI lingual! Yes indeed! Thanks to our new Spanish translator and all around wonder woman, Janie Martinez! On top of that, this issue you get to meet our exercise diva, of The Fat Chick Works out fame, Jeanette DePatie, bringing you an original ZESTY workout you can try at home! Once you finish your work out head into the kitchen with yet another new contributor chef extraordinaire, Culinary Coco who will be bringing us new exciting original recipes each issue! Beyond that we have added a new BLOG LOVE feature so if you would like your blog considered then feel free to send it for review to voluptwo@yahoo.com And last but not least, we are thrilled to be welcoming Elizabeth Blevins on board as our Queen of Craft starting next issue! So you not only have photos galore, but interviews, excersizes, recipes and all around Zesty goodness! More important news, we are postponing naming the theme this time around since we are starting a KICKSTARTER campaign with seriously cool rewards like, NAMING THE NEXT ISSUES THEME! Or a trip to Paris to model for VOLUP2! So if you love VOLUP2 and would like to see it continue, then please invest and spread the word as far and wide as you can.

Enough talk, let get ZESTY!!!

10

ZESTE • ZEST

ZESTE • ZEST

11

Velvet d’Amour Editor, Creator, Art Director, + Photographer Green Couch Designs Production + Web Design www.greencouchdesigns.com

Special thanks to / Merci beaucoup : Elodie Guitteaud, Phillipos and Anastasia Broikos, Mounira Boughanem, Laura Merle, Shy Burgos, Stanley Debas, David Garchey, Coco Cinelle, Olivier Mulin, Grace Teshima, Andrea Facchini, Don Bapst, Kelley Archer, Laurence Salva, Agnes Missonier, Jamel Elgharbi, Larissa Pommeraud

Crée par Velvet d’amour, premier mannequin grande-taille à avoir infiltré le monde élitiste parisien de la Haute Couture, veut encourager ses lectrices (et ses lecteurs) à se révéler dans toute leur « imperfection » et à devenir fières de leur corps dans sa magnifique intégralité ! Velvet a longtemps combattu la vision étriquée que la société a des critères de beauté, en essayant de mettre à l’honneur, le plus possible, des femmes de gabarits et d’âges différents. Ce magazine est le fruit de ce travail, à savoir une célébration visuelle de la beauté ronde, associé à une volonté de renforcer l’estime de soi de ses lectrices. sortira le jour de la Saint Valentin et aura pour Le premier numéro de thème : “l’extase“. Autre exemple de thème dans les numéros suivants : la féminité et le pep’s ! Les photographes et les rédacteurs qui aimeraient participer sont invités à se faire connaitre auprès de Velvet après la lancée du premier numéro. Elle leur fournira alors des directives éditoriales et la liste des thèmes qu’elle voudra aborder dans les numéros suivants. Created by supermodel Velvet d’Amour, the first supersize-plus model to infiltrate the elite world of Parisian couture, encourages readers to revel in their every “imperfection” and celebrate their bodies in their glorious entirety. Born out of Ms. d’Amour’s work to expand society’s limited notion of beauty by building awareness about women of every size and shape, the magazine is a visual celebration of fullfigured beauty, combined with a self-affirming message of inspiration. Future issues will feature themes such as Femininity and Zest. Contributors of photographic work and essays are invited to submit work for consideration. Submission guidelines are available on our website: www.volup2.com For more information, advertising information, submission guidelines and opportunities, please contact : voluptwo@yahoo.com

© 2012 Velvet d’Amour Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite, utilisée sous aucunes formes ou par quelque procédé que se soit, électronique ou mécanique, mise en mémoire ni transmise sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit: électronique, mécanique, par photocopie ou autre, sans autorisation préalable écrite du rédacteur en chef. Tous les articles et les publicités inclus dans cette publication expriment les opinions de leurs auteurs respectifs, et ne sont pas forcément partagées par le rédacteur en chef et/ou l’éditeur. No part of this publication may be reproduced, shared, stored, or transmitted by any method or means without written permission from the Editor. All articles and advertising included in this publication reflect the views of their respective authors and not necessarily those of the Editor/Publisher.

12

ZESTE • ZEST

Si vous aimez VOLUP2 et que vous souhaitez le voir continuer à se développer, s’il vous plaît ...

If you enjoy VOLUP2 and would like to see it continue to thrive, please...

Click here

KICKSTART Cliquez ici

ZESTE • ZEST

13

PHOTO: ©Velvet d’Amour

MODEL: Stephanie Woodard Majors Photographed by: Velvet d’Amour Makeup: Laura Merle CLOTHING: Jibri, Jibri on Etsy Red shoe chair Special thanks to Temika, and Grace Teshima

14

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

15

ZESTE • ZEST

16

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

17

ZESTE • ZEST

18

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

19

ZESTE • ZEST

20

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

21

ZESTE • ZEST

22

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

23

ZESTE • ZEST

24

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

25

ZESTE • ZEST

Model, hair and make-up: Miss Honey Bare Photographed by: Diana Thompson Vintage Clothing: Michelle of Red Bows Boutique, a vintage plus size specialist, available on Etsy Necklaces: Tatty Devine Flowers and headresses: Pearls and Swine

26

ZESTE • ZEST

PHOTO: DIANA THOMPSON

27

ZESTE • ZEST

28

ZESTE • ZEST

PHOTO: DIANA THOMPSON

PHOTO: DIANA THOMPSON

29

ZESTE • ZEST

30

ZESTE • ZEST

PHOTO: DIANA THOMPSON

PHOTO: DIANA THOMPSON

31

ZESTE • ZEST

32

ZESTE • ZEST

PHOTO: DIANA THOMPSON

Model: Maimouna Coulibaly, Blog, MySpace Photographed by: Velvet d’Amour Makeup: Sarah Machal http://www.facebook. com/#!/sarah.machal Clothing: Models own: Long red dress: XULY BëT Strapless red dress: Sadio Bee Red leopard jumpsuit: Butch Diva by Tiffany Rhodes Jewelery: Kinanoé bijoux

ZESTE • ZEST

33

34

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

35

ZESTE • ZEST

36

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

37

ZESTE • ZEST

38

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

39

ZESTE • ZEST

40

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

41

ZESTE • ZEST

42

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

43

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

Maimouna Coulibaly

44

Interview par Velvet

ZESTE • ZEST

Interview by Velvet d’Amour

I N T E R V I E W Qu’est ce qui t’a inspiré pour commencer les cours de Booty Therapy et la création de ta propre compagnie de danse féminine Les Ambianceuses? Comment as-tu trouvé ces deux belles et originales idées de nom? Pourquoi seulement des femmes dans ces groupes? Il y a toujours eu quelque chose qui m’a poussé à danser avec les fesses. J’adore ça, je trouve que c’est libérateur ! Et pourtant, on est dans une société où on ne doit pas bouger des fesses car ça a une mauvaise image… Pour moi, c’est quelque chose de tellement naturel. Je suis née et j’ai grandi dans un univers féminin. Je fais partie d’une famille où il y a 9 filles et un garçon, même père, même mère. Je pense qu’à travers Les Ambianceuses, j’ai besoin de retrouver cet univers féminin. Dans ce que j’exprime artistiquement, j’aime parler de ce que je connais, je ne suis pas un homme donc…Booty Therapy, toutes les danses que j’enseigne tournent autour des fesses, du Booty (N’Dombolo, Coupé Décalé, Ragga Dancehall, Kuduro). Et plusieurs de mes élèves disent qu’en dansant à mes cours, ça les faisait se sentir bien, oublier les soucis, moins de complexe et s’assument comme elles sont… Une vraie Therapy ! Pour le nom des Ambianceuses, c’est depuis mon adolescence, avec mes sœurs, dès qu’on arrivait à une soirée et que personne ne dansait, on était toujours les premières à mettre l’ambiance, on lançait les soirées. Ensuite tout le monde nous suivait. Comment la danse t’inspire t-elle et comment vois/ ressens tu que ça inspire tes élèves? C’est d’abord la musique qui m’inspire. Quand j’écoute des morceaux qui me plaisent beaucoup et qui me rappellent un moment, une sensation, une envie, ça me transporte et me donne envie de bouger, de danser et de faire des mouvements plus ou moins précis pour extérioriser cette sensation. Je pense que c’est la sincérité qu’il y a dans ma façon de danser qui plaît à mes élèves et le fait que je ne les juge pas seulement sur leur aptitude à savoir danser. Mais plus sur le ressenti. Elles savent qu’elles peuvent se lâcher sur la musique et bouger tel que le sentiment et le corps le désire, mais en suivant une chorégraphie bien spécifique.

Tu ne portés que du rouge, quel autre excentricité as-tu? Non, je ne pense pas… Je n’aime pas que d’autres danseuses portent du rouge sur scène. C’est tellement naturel pour moi de porter du rouge… Après je ne sais pas, il faudrait demander aux autres. Tu as deux belles filles, es-tu consciente de la manière dont elle vont s’accepter et vont intégrer la danse dans leur vie, particulièrement dans un processus d’acceptation d’elles-mêmes? Pour la plus petite c’est un peu trop tôt mais je vois déjà que la grande elle s’accepte, elle ressort souvent mon discours en disant «ha oui on est des femmes on a le droit de faire ça!». Je pense qu’elle à conscience de son corps et moi j’essai de la canaliser car il y a des mouvements qui peuvent être un peut sexy, que l’on peut faire sur scène mais pas dans la rue. Donc j’essai de lui faire comprendre ça en lui disant qu’il y a des choses qu’elle peut faire sur scène mais pas dans la rue ou en plein milieu d’un magasin. Maintenant elle sait où elle peut danser. Et même dans sa façon de s’habiller, quand elle va à l’école elle s’habille vraiment simplement elle, ne veut pas être sexy et avoir des aires des dames comme les autres filles de son âge. Mais par contre quand elle va sur scène elle sait qu’elle peut se permettre des choses qu’on ne fait pas dans la rue. Je pense qu’elle est assez à l’aise avec son corps. La danse ça les aide à bien grandir. La plus petite adore la musique, elle est toujours entrain de danser et de bouger, elle sait faire le grand écart! Je pense que c’est bien qu’elles grandissent dans cet univers. Je n’y ai jamais pensé mais c’est une très bonne idée. C’est clair qu’il y a des choses à faire avec ces trois femmes/filles. Celle de 2 ans, 11 ans et moi qui en ai 37. C’est vrai que moi je suis surtout sur la sensualité et là aller dans quelque choses de plus familiale et essayer de trouver une chorégraphie où la plus petite arrive à suivre, ça serait très intéressant. Je vais y réfléchir.

C’est d’abord la musique qui m’inspire.

Quelles sont les influences ethniques que tu utilisés dans tes chorégraphies? Qui est ton chorégraphe préféré? On peut dire que les danses traditionnelles de l’Afrique de l’ouest comme le mbalax, la danse soninké ou encore les danses ivoiriennes, tout ce que j’ai pu voir dans les danses traditionnelles de l’Afrique de l’ouest. Ensuite il va aussi y avoir les danses traditionnelles de l’Afrique centrale, avec tout ce qu’il y a comme mouvements du bassin. Mais je me positionne plus dans les danses afro urbaines. Il est vrai qu’à la base il y avait ces danses traditionnelles où j’avais besoin de retrouvé mon africanité, mais maintenant je suis plus dans les danses afro urbaines, comme le N’Dombolo, ou le Coupé Décalé qui me correspondent plus. Ce sont des danses qui existent depuis peu de temps et qui représentent l’Afrique qui me correspond. J’ai grandi en France en ville, je ne suis pas une fille du village or c’est dans les villages que l’on voit le plus les danses traditionnelles. Alors que les danses afro urbaines, c’est vraiment pour la fille de la rue, la fille de la ville. Je n’ai pas de chorégraphe préféré, je m’inspire plus des gens dans la rue, des gens que j’aime bien, des connaissances que je fais. Mais pour citer des personnalités que j’aime il y a Alvin Ailey, Bilty Jones et Bob Fosse qui est un chorégraphe que j’ai découvert récemment grâce au film « Cabaret », ce qu’il fait en tant que chorégraphe réalisateur, et même sa vie représentent ce que j’aimerais faire. J’aimerais pourvoir exploiter tout mon art à travers ces différents supports. J’aime les recherches qu’il a pu faire les rendus qu’il y a pu y avoir et tout ce que ça dégage.

Tu as emmener ta compagnie à San Francisco, et également au festival d’Avignon ici en France, je me demande quelles sont les différences et le similarités entre le public américain et le français? Et quand tu donnes tes cours à ces deux groupes vois-tu une différence dans leur manière d’aborder leur corps? La différence qu’il y a pu y avoir c’est qu’aux États-Unis on a eu des standing ovation à chaque représentation, ce qui n’a pas forcément été le cas ici en France. On en a eu de temps en temps mais pas tout le temps. Je pense qu’aux États-Unis ce qu’il leur a plut c’est qu’on a pu aborder des choses qu’ils n’ont pas l’habitude ou le droit d’aborder. On a mis les pieds dans le plat directement, en assumant le fait qu’on est des femmes, qu’on veut être sexy etc. Plusieurs personnes nous ont remercié pour leur avoir aidé à assumer leur pêché comme la luxure ou l’avarice etc. Les femmes s’étaient totalement identifiées à notre discours sur scène, plusieurs personnes ont pleuré et l’aspect politique est beaucoup plus fort là bas. On avait beaucoup plus la sensation de franchir des barrières. Par rapport aux stages de danses, il n’y a pas de grandes différences. Des deux côtés il y a une appréhension au début, elles n’osent pas parce que c’est trop sexy, mais finalement elles se laissent emporter par la musique et y vont. Celles qui m’ont le plus impressionnées dans les pays où j’ai fait des stages sont les suédoises, elles se sont lâchées comme je n’ai jamais vu ! C’était incroyable ! Elles ne connaissaient pas du tout ce genre de danse, au début elles ont regardé, il y a eu quelques secondes de réflexion ensuite elles se sont déhanchées comme jamais. C’est elles qui m’ont le plus impressionnées. Mais les américaines et les françaises se valent. Tu es danseuse, chorégraphe et actrice, qu’est ce qui t’a amener à ces métiers et y a t-il une femme importante dans ta vie qui t’aurait influencé dans tes choix? Où peut-on en voir davantage sur toi? Quand j’étais plus jeune j’avais beaucoup de mal à m’exprimer oralement, j’avais trop de choses à dire, je voulais trop m’exprimer, il y a toujours eu ce besoin de parler. Par exemple dans la rue il y a encore 5 ans quand je voyais des gens qui faisaient des sondages je me mettais devant pour être interrogée parce que je veux donner ma voix, je veux qu’on m’entende, je veux avoir mon avis et qu’il compte. continued / suite ...

ZESTE • ZEST

45

I N T E R V I E W En plus comme je l’ai déjà dit je fais partie d’une famille de 10 enfants c’était donc difficile de se faire entendre, on n’écoute pas tout le monde de la même façon et plusieurs fois j’ai du me taire car on n’avait pas le temps d’écouter ce que chacun voulait dire. Il y a plein de choses qui bouillaient en moi. Depuis très tôt j’ai voulu danser. Et j’ai vu qu’à travers la danse il y avait énormément de choses qui passaient et de façon plus visible que la parole. C’est ce qui m’a poussé à danser. En tant qu’actrice ce qui m’a attirer c’est le fait de pouvoir vivre des choses différentes. Être une maman, puis une jeune femme, être triste puis joyeux, le fait de jouer de pouvoir vivre plusieurs vies. Dans la vie on peut s’ennuyer mais pas en jouant la comédie. J’avais ce fantasme d’être différentes femmes et de voir les différentes facettes des femmes. En tant que chorégraphe depuis toujours tout ce que je vois ça me donne envie de le reproduire. Le mouvement des choses qui m’entourent, la démarche des personnes, le mouvement des objets, le mouvement des roues d’une voiture etc. Je m’inspire plus des choses qui m’entourent que des grand chorégraphes. Je regarde souvent les fesses des gens dans la rue, s’ils ont un tic, un déhanchement particulier… Tout cela m’inspire des histoires, des débuts de chorégraphies que j’ai envie de développer. Ces corps de métiers me permettent de dire ce que j’ai envie de dire. La femme qui m’a le plus influencé dans mes choix on peut dire que c’est Toni Morrison, c’est un auteur afro-américain prix Nobel de la littérature en 1993 je me retrouve totalement en elle, en ses écrits. La première pièce que j’ai monté c’est un de ses romans que j’ai adapté. Je l’ai découverte quand j’avais 18-20 ans, et je suis tombée amoureuse de ses romans. Elle dénonce énormément de choses dans ses livres, elle parle des afro-américains du 19ème et 20ème siècle, et ce qui est bizarre c’est que je me trouve complètement dans son écriture. C’est ce qui m’a donné l’énergie, la puissance, la motivation de défendre ce que j’avais envie de dire à travers la danse et le théâtre Je vois que la danse est un bon libérateur et peut être un formidable outil pour aider les gens à apprécier et aimer leur corps, mais aussi une fantastique manière de faire de l’exercice pour toutes les corpulences. As-tu des suggestions pour les femmes qui n’auraient pas explorer cet art, ou qui se sentiraient trop timides pour le faire? Sur internet en tapant Maïmouna Rouge Coulibaly. Ensuite de novembre à décembre on va jouer « Hééé Mariamou » au théâtre de la Reine Blanche à paris, c’est la pièce que j’ai écrite quand j’avais environ 20 ans et les gens l’aiment tellement que l’on va la reprendre. Il y a aussi New-York en février 2013, où on va jouer Shake That Sin. Et j’attends des réponses pour différents festivals, dont peut être Londres en aout. Je fais également un stage du 20 au 26 aout au Centre de danse du Marrais. Le meilleur conseil est de vraiment se lâcher, de faire abstraction de tout le coté sexuel qu’il peut y avoir autour du bassin. La première chose est peut être de s’entrainer toute seule dans sa chambre, bouger des fesses, regarder ses fesses. Je trouve que les fesses sont une très belle partie du corps, il faut s’apprendre à s’aimer si on veut que les gens nous aiment, c’est très important. Il y a plein de femmes qui sont complexées, moi au début je l’étais. J’ai même voulu me faire refaire les seins après mon premier enfant mais en fait je trouve qu’il y a une harmonie à trouver dans son corps pour se sentir bien. J’aime mon corps tel qu’il est. Parfois je trouve mon ventre trop gros mais ce n’est pas grave si je veux je le rentre mais dans tous les cas je suis une femme donc j’ai un ventre et voila ! Il faut juste mettre de coté toutes les images que l’on peut nous donner dans les magazines, à la télé etc, le diktat de la minceur… Tout cela c’est des bêtises pour moi, la première personne qui doit donner un avis c’est nous même, ce n’est pas les autres qui doivent décider pour nous. Tout est dans la tête, bougez les fesses ! Acceptez-vous tel que vous êtes. Je n’ai pas une forte poitrine mais pourtant je plais aux hommes et c’est parce que je m’assume, j’aime mon corps et ils le voient. Les filles complexées ont plus de problèmes avec les hommes et les autres en générale. Il faut aussi oser venir aux cours de danse. Il n’ya pas de jugement, c’est très convivial, mes cours sont tout niveau, et pour tout le monde et on s’y amuse beaucoup.

46

ZESTE • ZEST

Si tu pouvais prendre le thé avec trois femmes du passé ou du présent qui seraient-elles et pour quoi les auraient tu invitées? Toni Morrison et Erykah Badu parce qu’elles touchent des aspects intéressants. Je voudrais plutôt ajouter une personne du futur, la première présidente africaine, par ce que les femmes sont tellement placées derrière les hommes en Afrique. J’aimerais voir l’évolution des choses. J’ai hâte de voir comment une femme va faire pour se faire accepter, comment elle va réussir à faire comprendre aux hommes que la femme n’est pas là que pour faire des enfants et les repas. J’aimerais danses sur les chansons d’Erykah Badu et demander à Toni Morrison de m’écrire une pièce. Y a-t-il quelque chose d’autre que tu voudrais partager avers lecteurs? Shake your body ! Quelque soit sa taille, sa forme, il faut trouver l’harmonie qu’il y a en soi et ne pas se prendre la tête avec les diktats. Il faut continuer à s’amuser et bouger des fesses. Enfin pour le Festival d’Avignon nous avons réussi à collecter 8045 euros grâce aux contributions et à la mobilisation des personnes qui soutiennent Les Ambianceuses sur le site KissKissBankBank. Désormais une nouvelle page s’ouvre avec le nouveau projet des Ambianceuses qui est leur représentation à New York. Vous aurez très bientôt plus d’informations. Special thanks to Elodie Guitteaud for translating

I N T E R V I E W What was your inspiration to start your BOOTY THERAPY dance classe and to start your own female dance company, Les Ambianceuses? How did you come up with these two great original names? Why only women in the groups? There has always been something that pushes me to dance with my booty. I like it, I think it’s liberating! Nevertheless, we are in a society where we should not move our booty, because it has a negative image… For me, it’s so natural. I was born and I grew up in a female universe. I come from a family of 9 girls and only one boy, with the same mother and father. I think that through Les Ambianceuses, I needed to find this female universe again. I love speaking about what I know in my artistic expression, and I am not a man… The Booty Therapy, all the dances that I teach, deal with the booty (N’Dombolo, Coupé Décalé, Ragga Dancehall, Kuduro). Several of my students say that dancing in my classes makes them feel good, forget about their worries, lose their complexs and assume themselves as they are. It’s a genuine Therapy! As to the name, “Ambianceuses”, it’s been around since my adolescence. Once my sisters and I arrived at a party and we saw that nobody was dancing, we were the first to liven things up, we launched the parties, set the Ambiance -then everybody was following us.

What are the ethnic influences you use in your choreography? Who are your own personal favorite choreographers? We can say that the African traditional dances of West Africa like Mbalax, Soninké dance, or Ivory Coast dances along with everything that I saw in West African traditional dance influence’s me. There are also the traditional dances from Central Africa, with it pelvic movement. But I set myself more in the Afro-Urban dances. It’s true that at the base of my education there were these traditional dances which allowed me to find my “Africanism”, but now I am into Afro-Urban dances, like N’Dombolo, or Coupé Décalé. They resonate more strongly for me. I grew up in France, in the city. I am not a girl from a village which is where we can see the more traditional dances. Whereas Afro Urban dances are for the more urban girl, like me. I don’t have any favorite choreographer. I am inspired by people in the street, people I like, people I meet . But we could say Alvin Ailey, Bill T. Jones and Bob Fosse which is a choreographer I have discovered lately thanks to the movie “Cabaret”. His work as a choreographer, director and also his life, represent what I would want to do. I would like to exploit all my artistic abilities in the same manner. I love the research that he did, the outcome of his research and all the things that wriggle out of him.

First of all, music inspires me.

How does dance inspire you and how do you see/feel that it inspires your students? First of all, music inspires me. When I listen to some songs that I like and that remind me of an event, a feeling, a desire, it entrances me and gives me the desire to move, to dance and do movements more or less precise, in order to externalize this feeling. I think that it’s the sincerity in the way I dance that my students appreciate, and the fact that I don’t judge them in their ability to dance, but rather the feeling behind the movement. They know that they can hang out and move as their feelings and body wants to, but by following a specific choreography.

You wear only RED, what other eccentricitys have you? No, I don’t think so… Maybe the fact that I don’t like other dancers to dress in red on stage? It’s so natural for me to wear red… After all, I don’t know... you should ask the other people who know me. You have two beautiful daughters, are you consiencous of how they will accept themselves and will you incorperate dance into their lives, partically as a mechanism of self acceptence? Have you ever considered creating a dance which all three of you perform together? For the youngest it’s too early to say but I have already noticed that my oldest daughter accepts herself, and often says things like, “We are women, so we can do this!” I think that she is aware of her own body, and I try to cool her down because there are some movements that can be sexy, and that can be done on stage, but not in the street. So I try to help her understand that saying, ‘there are things you can do on stage, but not on the street or in a middle of a shop’. Now she knows where she can dance. And also on her manner of dressing, when she goes to school she dresses simply, she doesn’t want to be sexy and to look like a lady, but instead wants to look like the other kids her age. But when we are on stage, she knows that she can allow herself to things that we can’t do outside. I think that she feels comfortable with her body. Dance helps us to grow up. The youngest loves music, she is always dancing, moving, she can do the grand gap! I think that it’s good for them to grow up in this kind of universe. I never thought about it but It’s a good idea to do a dance with all three of us perfoming together. It’s obvious that there are things we can do together. My youngest daughter is 3, and my other daughter is 11 and I am 37. It’s true that I am more into the sensuality, but going into something more familial and trying to find choreography where the youngest can follow, would be very interesting. I am going to think about it. You have brought your dance company to San Francisco, as well as the coveted Festival de Avignon here in France, I wondered what the differences and similarities are within both an American and a French audience? And when you teach classes to these groups do you see a difference as to how women relate to their bodies? The difference is that in United States, we always had a standing ovation from the public, for each show. From time to time we had a standing ovation in France. I think that in the USA, they loved the fact that we deal with subjects they are not used to, or they are not allowed to speak about. We put our foot in the mouth, assuming the continued / suite ...

I N T E R V I E W fact that we are women and that we want to be sexy. Many people thank us for allowing them to accept their sins, like luxury or greed. Women totally identify with what we are saying, several people cried, and the political aspect is stronger in the US. About the dance classes, there is no difference. Both have a part of apprehension at the beginning. They don’t dare to dance because It’s too sexy, but finally, they get it and they end up expressing themselves. Those who most impressed me in the countries where I trained people were the Swedish. >They released as I have never seen before! It was incredible! They were not at all familiar with this kind of dance, at the beginning they watched, the, there were a few seconds of reflection, then they swayed hips as if it came naturally to them. I was most impressed by them. But the Americans and the French were the same. You are a dancer, choreographer, and actress, what drew you to these callings and has there been any important women in your life which influenced your choices? When I was younger I had difficulties in expressing myself orally, I had too many things to say. I wanted to express myself so much, and I always needed to speak. For example in the street 5 years ago, when I saw people who made polls, I put myself in frontof them to be questioned, because I wanted to give my voice, I wanted people to listen to me. I wanted to share my opinion and make it count. Moreover, as I have already said, I am a member of a family of 10 children, it was difficult to be listened to, we do not listen to everybody in the same way and a several times I had to keep silent, because we did not have the time to listen to what each person wanted to say. There were alot of things which boiled in me that I wanted to get out. Since very early on I wanted to dance. And I saw that through dance there was a great deal of things which passed and in a more visible way than through words. It is what urged me to dance. As an actress, I was attracted to be able to live out different things. To be a mom, then a young woman, to be sad, then joyful, the fact to play and to be able to live several lives. In life we can get bored but not when acting. I had this fantasy to be various women and to see the various facets of these women. As choreographer, for a long time all that I saw tempted me to reproduce it. The movement of the things which surrounded me, the approach of the people, the movement of objects, the movement of the wheels of a car etc. I am more inspired by things which surround me, than in big choreographers. I often look at people’s booties in the street, if they have a trick, a particular way of swaying hips … All this inspires my stories, and the beginning of my choreography which I want to continue to develop. This association gives me a voice. The woman who most influenced me would be Toni Morrison, she an Afro-American author and Nobel prize winner in literature (in 1993). I find myself totally in her, in her writing. The first play that I created was based on one of her novels that I adapted. I discovered her when I was 18-20 years old, and I fell in love with her novels. She denounces many things in her books, she speaks about Afro-Americans of the 19th and 20th century, and what is strange it is that I completely identify with her writing. That’s what gave me the energy, the power, and the motivation to defend what I wanted to say through the dance and theater.

I feel that dance is a great liberater and can be a tremendous tool in helping people to appreciate andget to know their bodies, as well as a fantastic FUN way to excersize for all body types. Would you have any suggestions to give to women who may not have explored this art, or who may feel shy about delving in? The best advice is to really let yourself go. And to ignore the sexual connotations surrounding the booty. The first thing you can try is to train alone in your room, to move your booty, to watch it. I find that the booty is very beautiful part of the body, it is necessary to learn to like your body. If we want people to love us, it is very important to love yourself. Lots of women have complexes and I used to be like that too. I even wanted to get a boob job after my first child was born. But now I see that there is a harmony to be found in the body to feel good. I like my body as it is. Sometimes I find my stomach too big, but it’s not important, if I want,I can suck it in. In any case, I am a woman, thus I have a stomach! It is necessary to ignore all of the images that the magazines give us, and on TV etc., the dictate of thinness … all of this is stupid to me. The first person who has to express an opinion is you, it is not the others who have to decide for you. Everything is in your head, move your body! Accept you as you are. I have no big breast but nevertheless I please men and it is because I accept myself. I like my body and they that. Girls who have complexes have more problems with the men and others generally. It is also necessary to dare to come to dancing lessons. There is no judgment, it is very friendly, my courses are for every level and for everybody and we have alot of fun. Where can we see more of you? By typing Maïmouna Rouge Coulibaly online. Then from November through December we are going to perform!”Hééé Mariamou” at the theater of Reine Blanche in Paris. It is the play which I wrote when I was approximately 20 years old and people liked it so much that we are bringing it back. There is also New York in February, 2013, where we are going to perform, “Shake That Sin”. I am waiting for answers from various festivals, like London Carnival in August. I also teach a course from the 20 to the 26 August at the Dance Center of Marrais. If you could have a tea party with three women from the past or present who would they be and why would you invite them? Toni Morrison and Erykah Badu because they touch upon such interesting aspects of life. I would prefer to add a person from the future, the first female African president, since women are placed behind men in Africa. I would like to see the evolution of this mindset. I look forward to see what a woman will do in order to be accepted, how she is going to manage to make men understand that women are not just there to have children and do the cooking. I would like to dance to the songs of Erykah Badu and to ask to Toni Morrison to write me a play. Is there anything else you would like to share with our readers? And how can people donate to your company should they be interested? Shake your body! Whatever its size, its shape, it is necessary to find the harmony that you have and not to care about the dictates. It is necessary to continue to have fun and to move your booty. Finally for the Festival of Avignon we managed to collect 8045 Euros thanks to the contributions and to the mobilization of the persons who support Les Ambianceuses on the site KissKissBankBank. Henceforth a new page opens with a new project of Les Ambianceuses which is their performance in New York. You will have information about this available in the near future.

Meadow by the Sea

Artist Feature: So

Very Happy Art

Orange Sea

Artist Feature: So

Very Happy Art

Renewal

Artist Feature: So

Very Happy Art

Yellow Chairs by the Pool

Artist Feature: So

Very Happy Art

Model: Marianne Ternois Photographed by: Velvet d’Amour Makeup: Camille ClothING: Jill Alexander

PHOTO: ©Velvet d’Amour

ZESTE • ZEST

53

54

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

55

ZESTE • ZEST

56

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

57

ZESTE • ZEST

58

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

59

ZESTE • ZEST

60

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

61

ZESTE • ZEST

62

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

63

ZESTE • ZEST

64

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

MODEL: Kellie Futch Photographed by: Stanley Desbas Stylist: Tuesdai Win Make Up: Jeffrey Lindsey aka Picasso Hair: Aliza Belinda

PHOTO: Stanley Debas

PHOTO: Stanley Debas

67

ZESTE • ZEST

68

ZESTE • ZEST

PHOTO: Stanley Debas

PHOTO: Stanley Debas

69

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

Model: Caroline Fassone Photographed by: Velvet d’Amour Makeup: Janet Domann ClothING: Celine Perrier and Arnaud-Yves Dardis

70

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

71

ZESTE • ZEST

72

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

ZESTE • ZEST

73

74

ZESTE • ZEST

PHOTO: Stanley Debas

PHOTO: ©Velvet d’Amour

75

ZESTE • ZEST

76

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

77

ZESTE • ZEST

78

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

79

ZESTE • ZEST

80

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

81

ZESTE • ZEST

82

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

83

ZESTE • ZEST

84

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

I N T E R V I E W 1) Parlez nous de vous Je m’appelle Caroline Fassone, j’ai 36 ans et je vis entre Marseille et la corse. Je suis née avec le syndrome de Treacher-Collins, une malformation plus ou moins sévère du visage.

Caroline

2) Comment avez vous connue Volup2 ? C’est en regardant un reportage sur Velvet que j’ai eu envie de mieux connaître son personnage et son magasine, j’ai adoré son concept de mettre à la une des rondes, des personnes âgées, des handicapés. 3) Quelle a été votre expérience comme modèle pour Volup2 ? Ce fut une super expérience de poser pour Velvet, elle est très professionnelle et elle m’a mis à l’aise de suite. 4) Ce qui vous a attiré au modèle ? J’avais envie de tenter une nouvelle expérience, de montrer que même en étant handicapé nous pouvions être attirantes, de plaire, de poser un autre regard sur le handicap. 5) Vous travaillez en tant qu’enseignante de tennis, comment l’enseignement a eu un impact sur votre handicap ? J’ai toujours voulu être monitrice de tennis, j’ai passé mes diplômes comme tout le monde, et aujourd’hui je suis reconnue dans le metier pour mes qualités et non pour mon handicap, c’est pour moi une récompense. Le terrain de tennis est le seul endroit ou j’oublie mon handicap car c’est ma compétence qui est mise en avant. 6) Vous êtes née avec le syndrome de Treacher-Collins, pouvez Vous nous dire à ce sujet quelle a été l’incidence sur vitre vie? Dans mon handicap j’ai eu de la chance que le syndrome ne soit pas trop sévère, malgré 27 opérations je pense qu’aujourd’hui mon visage est correct, même si mes 2 cicatrices sous les yeux me complexes toujours, je le vis bien. Cela n’a pas toujours été le cas petite ou a l’adolescence, j’ai été mature très tôt à 5 ans, une petite fille qui va se faire raser la tête pour une opération ce n’est pas banal. Ma plus grande chance c’est d’avoir eu une famille qui m’a soutenue et s’est donné les moyens de me faire opéré par les meilleurs chirurgiens. 7) Y a t’il des groupes de soutien pour les personnes atteintes du syndrome de Treacher-Collins ? Non a part un site ou les grands parents de la petite Coline ont créé un groupe pour faire connaître cette maladie mais sinon cela reste une maladie encore inconnue 8) Comment vit on avec le syndrome de Treacher-Collins ? J’ai eu la chance de grandir dans une famille qui m’a donné les,moyens de réussir, au plus profond de moi je savais que j’allais réussir ma vie, j’ai toujours cru en moi et en mes rêves, même si la vie n’est pas toujours rose. 9) Quels conseils pouvez vous donner aux personnes qui peuvent être pris en charges ou tout simplement la vie en général ? De bien choisir son chirurgien spécialisé, de prendre son temps , bien réfléchir à l’opération, puis de toujours croire en soi. 10) Ou puisez vous la force ? L’envie et le besoin de prouver que je pouvais faire aussi bien voire mieux que les autres, l’amour de ma famille et le devoir de leur faire honneur. 11) Lors de notre shooting, vous m’avez parlé de votre chéri, quelle a été votre expérience dans les sites de rencontres ? Je l’ai connu sur un site il y a presque 12 ans, c’était le début des sites de rencontre sur internet et j’y suis allé car je suis curieuse !!! C’était nouveau à l’époque et je trouve que c’est positif pour les handicapés qui sont à la recherche de l’âme sœur.

Fassone

Interview par Velvet

Interview by Velvet d’Amour

12) Comment l’image de la femme est elle perçu dans les magasine, chanteuses, actrices, ? Je la vois souvent comme un objet de marketing, c’est dommage de montrer uniquement des mannequins squelettiques, c’est donner une mauvaise image de la femme à des gamines qui ne rêvent que d’une chose leur ressembler. 13) Que changerai tu dans les médias ? Je ferai comme Velvet, j’aurai le courage de montrer de vrais personnes, celle que nous voyons tous dans la vie réelle de tous les jours. 14) Y a t’il un organisme de bienfaisance ou les gens peuvent faire des dons et si oui lesquelles ? L’association Coline, http://fsgt30.chez-alice.fr/Coline/ASSOCIATION-COLINE.htm sinon il faut donner au Telethon, l’argent est destiné à récolter des fonds pour faire avancer la recherche. Pour finir, je voudrai dire à tous que vous soyez handicapé ou non, croyez en vous et n’oubliez jamais vos rêves. À mes parents, ma marraine, je vous aiment et merci d’avoir toujours été auprès de moi, l’équipe médicale à Paris, à mon homme, à toutes les personnes qui ont croisés ma route et qui m’ont aidé à être heureuse, mais surtout à toi ma Mamie qui a été la personne que j’ai tant aimé.

http://www.tcsaroundtheworld.org Special thanks to Elodie Guitteaud for translating continued / suite ...

I N T E R V I E W

Tell us about yourself. My name is Caroline Fassone, I am 36 years old and I live between Marseille and Corsica. I was born with Treacher-Collins syndrome, a more or less severe deformation of the face. How did you come across VOLUP2 magazine? While looking at a TV show on Velvet, I wanted to get to know her and learn more about her magazine. I adored her concept of highlighting curvy women, and the elderly, handicapped people etc. What was your experience like modeling for VOLUP2? It was a great experience to pose for Velvet, she is very professional and she made me feel comfortable right away. What drew you to model? I wanted to try a new experience and to show that even when handicapped, we can be seen as attractive, pleasing, and also to put another face on being handicapped. You are passionate about teaching tennis, how has teaching and being involved in sports effected your life? I always wanted to be a tennis instructor. I passed my diplomas like everyone else, and today I am known in the business for my skills and not for my handicap, which is a rich reward for me. The tennis court is the only place where I forget my handicap because when I am on the court its my skills which take precedence. You were born with Treacher-Collins syndrome, can you tell us about this and what effect it has on your life? I am lucky that my Treacher-Collins syndrome isn’t too severe, in spite of 27 operations I think that today my face is alright, even if the 2 scars by my eyes always give me a complex. I think I am fine. This wasn’t always the case, when I was a young child and an adolsecent, I had to mature very quickly, at 5 years old I was getting my head shaved for an operation, this is not commonplace. My greatest fortune is having had a family which supported me, who had the means to take me to the very best surgeons. Are there any support groups for people dealing with TreacherCollins syndrome? No, aside from one site made by the grandparents of a girl named Coline, they created a group to familiarize people with the disease but otherwise it remains a mystery to most. How has living with Treacher-Collins syndrome strengthened you? I was lucky to grow up in a family which gave me the means to succeed, in my heart I knew that I was going to make a success of my life, I always believed in myself and in my dreams, even if life is not always perfect. What advice can you give to people who may be struggling either with a medical issue, or just life in general? To choose your specialized surgeons wisely, to take your time, and indeed reflect about the operation, and then to believe always in yourself.

Where do you draw strength from? The urge and the need to prove that I can do as well, if not better then others, the love of my family and the duty to honour them. You have a lovely longterm boyfriend you mentioned when we were shooting, what was your experience in the dating scene? I met him on a site almost 12 years ago, it was the beginning of dating sites on the Internet and I joined because I was curious!!! It was new at the time. I think its positive for handicapped people in search of their soulmate. How does the image of women within the media (models in mainstream magazines, actresses, singers etc.) affect you? I often see it as a marketing tool. It’s a pity to show only scrawny models, it gives a bad image to woman and children who dream only to look like them. What changes can media make to be more inclusive in your opinion? I would do the same as Velvet, have the courage to show real people, people that we see everyday in real life. Is there a Treacher-Collins syndrome charity that people can donate funds to, and if so what is it please? Here in France, The Coline Association, http://fsgt30.chez-alice.fr/Coline/ASSOCIATION-COLINE.htm otherwise, you can give to the Telethon, the money is intended to advance research. To summerize, I say to everyone, handicapped or not - Believe in youself and never forget your dreams. To my parents, my godmother, I love you and thank you for having always been by my side, the medical team in Paris, to my boyfriend, and all the people who have crossed my path and helped me to be happy, but especially to you, my Grandma, who was the person that I loved so very much.

http://www.tcsaroundtheworld.org

Artist Feature: China

Carnella

Artist Feature: China

Carnella

Artist Feature: China

Carnella

Artist Feature: China

Carnella

Model: Josh Quinton, Rebecca Strauch, Mattie Laquiff, Naddy Sane Photographed by: Andre Augusto and Justin Cuthbertson Makeup: Mattie LaQuiff STYLING: Naddy Sane and Ava Sfez ClothING: Ava Sfez knitwear by Jylle Navarro Art Direction: Ava Sfez

ZESTE • ZEST

91

92

ZESTE • ZEST

ZESTE • ZEST

93

94

ZESTE • ZEST

ZESTE • ZEST

95

96

ZESTE • ZEST

Model: Neiiko Photographed by: Velvet d’Amour ClothING: Chubby Cartwheels

PHOTO: ©Velvet d’Amour

ZESTE • ZEST

97

98

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

99

ZESTE • ZEST

100

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

101

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

Model: Toli Nameless Photographed by: Theo.Dora Clothing Designer: Sue Rock Stylist: Gia Gia M

102

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

103

ZESTE • ZEST

104

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

105

ZESTE • ZEST

106

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

107

ZESTE • ZEST

108

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

109

ZESTE • ZEST

sue rock originals EVERYONE brooklyn, NY

Interview par Velvet Interview by Velvet d’Amour

Comment as-tu entendu parler de VOLUP2 ? Je suis ce que tu fais depuis tes premiers succès dans la mode. Je lis beaucoup de magazines disponibles aux États-Unis qui représentent la beauté de manière conceptuelle, visuelle et créative. Alors, lorsque j’ai appris que tu allais sortir un magazine, j’ai tout de suite su qu’il serait spécial ! Qu’est-ce que Sue Rock Originals ? Sue Rock Originals Everyone, Inc. est un organisme à but non lucratif reconnu mondialement et dont la mission est d’aider les femmes victimes-survivantes de violences domestiques. Étant donné le faible pourcentage de ces femmes qui arrivent à quitter de telles situations dans notre pays, il nous a semblé important de venir directement en aide à celles qui ont le courage de faire le premier pas pour s’en sortir. Nous les aidons de deux façons : 1. Chaque année, nos bénévoles reçoivent des matières premières afin de créer de NOUVEAUX vêtements et accessoires pour des femmes qui sont hébergées temporairement dans des foyers. Bien souvent, les femmes qui quittent des environnements de violence domestique n’ont pas d’autres vêtements que ceux qu’elles portaient en partant. Nos bénévoles, par leur travail, leur offrent des vêtements, du linge de maison et, le plus important, de l’espoir. 2. Le programme d’autonomisation des victimes de violences domestiques de Sue Rock Originals : les victimes-survivantes de violences domestiques ont accès à notre studio de création de 1 200 m2 dans lequel elles peuvent, pendant 6 à 8 mois, apprendre à coudre afin de créer leurs propres vêtements ou du linge de maison pour remplacer ceux qu’elles ont perdus. Dans notre cours de création de vêtements de base (Core Apparel), elles apprennent à confectionner les vêtements de base nécessaires, des sous-vêtements aux manteaux ; et dans le cours de création de linge de maison (Home Décor), elles apprennent à confectionner du linge de maison, de la nappe au tapis.

110

ZESTE • ZEST

Ce programme est COMPLÈTEMENT GRATUIT ! Si nous sommes capables d’aider ces femmes, c’est parce que nous sommes basés à New York, l’une des capitales mondiales de la mode : nous recevons des dons des maisons de confection qui œuvrent dans le domaine de la mode et du linge de maison, ainsi que d’entreprises de dessin textile. Toutes ces entreprises nous font don de tissus, de projets et d’échantillons qui normalement auraient été jetés au rebut. Nous bénéficions ainsi de matières premières illimitées pour former les femmes à qui nous venons en aide. Notre travail n’est financé par aucuns frais ni organismes. Depuis huit ans, l’intégralité du financement vient de nos propres deniers et de notre créativité (y aurait-il des bonnes âmes parmi les lecteurs ? Lol !). Nous avons créé un système de financement unique, Sue Rock Originals. Il s’agit d’une marque de vêtements recyclés à coordonner : à partir des tissus récupérés auprès d’entreprises de décoration d’intérieur et de création de vêtements, nous avons créé Back to Basics (retour aux fondamentaux), une ligne de vêtements à coordonner adaptés à toutes les morphologies. Nos classiques incluent la robe tunique, le pantalon portefeuille, la jupe droite et la jupe parapluie. Nous avons choisi ces modèles de base (souvent difficiles à trouver dans le commerce) que nous confectionnons avec de fantastiques tissus, certains vintages, d’autres contemporains ! Depuis combien de temps êtes-vous actifs ? Cela fait huit ans que l’organisme existe.

I N T E R V I E W Dans quelle mesure Sue Rock Originals est-il une affaire familiale ? Comment les femmes de votre famille ont-elles contribué à tes compétences en couture ? Lorsque les autres petites filles étaient occupées à tirer les cheveux de leur poupée Crissy ou à mijoter de bons petits plats dans leur four Easybake, toi, possédais-tu une petite machine à coudre qui ne te quittait jamais ou un crochet ? Comment t’es venue cette passion ? C’est intéressant que tu me poses cette question sur l’aspect familial de Sue Rock Originals, car c’est grâce à la collaboration d’une femme (moi, Sue) et de son mari (le mien, Rock) que Sue Rock Originals a pu voir le jour. Bien que nous ayons également à notre disposition une base perpétuelle de bénévoles, c’est grâce à notre énergie à tous les deux que l’organisme fonctionne ! Nous avons tous les deux été inspirés par la créativité des femmes dans nos familles. Dans celle de mon mari, c’est sa mère qui excellait dans toutes les activités manuelles : création de bijoux, de vêtements, de chapeaux, et j’en passe ! Dans la mienne, ma grand-mère m’a appris le crochet, et ma tante cousait et créait des chapeaux et des sacs à main (qui pouvaient, généralement, être portés avec n’importe quelle tenue !). Les Noirs-Américains possèdent une riche tradition en matière de couture et je pense que cela se reflète également dans ma famille...

Je me suis rappelé la fois où j’avais vu Tyleasha tard le soir. En réalité, elle venait juste d’arriver des Poconos, après avoir fui sa maison... en survêtement – c’était le SEUL vêtement qu’elle avait pu emporter... Et lorsque je ne l’avais plus revue pendant quelque temps, ce n’était pas parce j’avais été occupée, mais parce qu’elle était retournée chez elle... Cette expérience m’a hantée pendant des mois. Quelque temps après, mon mari et moi cherchions à créer une entreprise. À New York, la mode était aux petits créateurs indépendants et aux projets de haute couture. L’industrie vestimentaire connaissait un net déclin et, à cause de cela, l’offre de tissus envahissait le marché, sur Craigslist et Wastematch. Les personnes âgées mourraient et leurs familles, intéressées par le dynamisme du marché immobilier, vidaient leurs sous-sols remplis de tissus, de machines à coudre et de bien d’autres choses, vestiges d’une époque créative passée... Ces matières premières et ce matériel, d’aucune valeur pour l’époque d’alors, étaient données gratuitement et en abondance. Nous avons commencé à ramasser ces éléments et à les entreposer tout d’abord dans notre maison, puis dans des entrepôts de plus en plus grands que nous avons achetés.

En ce qui concerne ma passion, je suis un produit des années 60 et 70, où coudre et être créatif en couture était de mise. Le tricot et le crochet devenaient populaires, et les carrières débutantes de créatrices comme Mary Quant commençaient à vraiment influencer la mode. À l’époque, des milliers de manuels, de modèles et de patrons de vêtements sortant de l’ordinaire, personnalisés, brodés, en applique, en patchwork et en crochet étaient disponibles.

Rapidement, nous nous sommes rendu compte que nous avions largement atteint nos objectifs : nous avions amassé plus de matières premières qu’il n’en fallait pour nous faire vivre, nos enfants et nous ! Or, nous ne pouvions pas refuser une telle générosité !

C’était tout à fait fascinant, et il m’était impossible de ne pas envisager ma vie d’adulte entourée de femmes et d’hommes créatifs et dynamiques, qui créeraient des vêtements classiques uniques, mais aussi des vêtements commercialisés en magasin. Les vêtements de marque n’étaient pas encore à la mode, c’est dans les années 80 qu’ils ont été popularisés...

Et petit à petit, une idée a commencé à germer. La Nouvelle-Orléans a été ravagée par Katrina, l’Asie du Sud-Est, par un tsunami, et j’ai commencé à me poser des questions : et si l’on mettait entre les mains de centaines, de milliers de femmes et d’hommes qui savaient ENCORE coudre, tricoter, tisser ou faire du crochet ces matières premières ILLIMITÉES, leur permettant ainsi de confectionner des vêtements pour les personnes dans le besoin ? Et si, en faisant cela, on essayait d’aider les victimes de violences domestiques de façon à ce qu’elles ne retournent pas chez elles ? Et c’est comme qu’est né Sue Rock Originals Everyone.

Lorsque j’étais jeune, j’étais immergée dans tous les aspects de cet art. Je me souviens quand les jeans Tommy sont sortis. À l’époque, les jeans brodés à la main représentaient le nec plus ultra : il fallait les broder SOI-MÊME et pas en acheter de tous faits ! J’en ai moi-même brodé une paire avec une jambe à l’effigie des Who et l’autre à celle d’Elton John ! FABuleux ! On faisait ça pour passer le temps, entre amis ou tout seul ! Qu’est-ce qui t’a amené à aider les femmes victimes de violences domestiques ? Tu sais, le genre de femmes sur qui on tombe régulièrement ? Celle qu’on croise les cheveux noués à l’aide d’un foulard ou en survêtement. Celle qu’on rencontre pour la première fois alors qu’elle prend son café alors qu’on promène son chien à une heure du matin, en sortant de boîte de nuit. Lorsque l’on se revoit, on parle des enfants, etc. Ensuite, on se recroise tôt le matin et on échange enfin nos noms en allant chercher le journal. Nous avons toutes déjà fait ce genre de rencontres. C’est comme ça que j’ai rencontré Tyleasha, cette voisine super sympa avec qui on reste bavarder pendant des heures sur le parking. À l’hiver 2004, lorsque j’ai vu les avis de funérailles affichés sur les portes et dans la rue, je me souviens avoir pensé qu’elle devait être morte d’une maladie comme le lupus ou d’une maladie de longue durée. Elle était jeune, elle devait avoir dans les 32 ans, était fonctionnaire (elle travaillait dans les transports) et vivait dans les Poconos avec ses deux enfants et son mari (qui travaillait aussi dans les transports). Je me suis dit qu’elle devait souffrir d’une maladie cardiaque depuis toute petite, la pauvre... Aux funérailles, lorsque j’ai embrassé sa mère, l’une des personnes âgées de notre communauté, et qu’elle m’a soufflé à l’oreille « c’est son mari qui l’a tuée », puis à l’autre « il s’est lui-même tué » et qu’elle m’a dit en me regardant dans les yeux « et les enfants y sont toujours », mon sang n’a fait qu’un tour...

Pendant tout ce temps-là, je n’arrêtais pas de penser à la tragédie de la saison passée...

Remarque : Le nom de notre ligne de vêtements est Sue Rock Originals. Nous avons inclus le terme « Originals », car chaque pièce créée est unique en raison des quantités limitées des tissus magnifiques que nous utilisons ! Lorsque nous avons créé l’organisme caritatif, nous avons ajouté « Everyone », parce que tout le monde peut y participer, créer et œuvrer pour insuffler le changement. Comment la prise en charge des femmes battues a-t-elle évolué depuis que vous avez commencé ? Honnêtement, cela n’a pas beaucoup évolué – ce sujet continue de mettre mal à l’aise. Ce sont des situations qui sont remplies de honte, de souvenirs et d’énergie, et qui sont caractérisées par un repli sur soi. Nous devons faire preuve de beaucoup de créativité lorsque nous approchons ces femmes. Il faut aussi garder à l’esprit que pour être capables de recevoir de l’aide, les victimes doivent être arrivées à un stade où elles peuvent regarder leur vie en face et se dire la vérité : « j’ai vécu cela », « j’ai besoin d’aide » ou « je crois toujours en la beauté de la vie ». Quant à moi, je continue de parler de ce que nous faisons, car ces personnes doivent savoir qu’elles peuvent être aidées. En général, lorsque nous montrons les tissus, il n’y a plus aucune réticence : vous avez dit crêpe-charmeuse en SOIE ?! Pourquoi une thérapie par les textiles ? C’est drôle, parce que ce sont les textiles qui se sont révélés à nous comme ressources, nous n’y sommes pour rien ! Après nos premiers ramassages de tissus, nous sommes rapidement devenus un dépositaire pour tout ce qui avait trait à la couture : des livres, des mannequins, des machines à tricoter et des machines à coudre de toutes tailles et de tous âges sont littéralement venus frapper à notre porte ! continued /suite ...

ZESTE • ZEST

111

I N T E R V I E W Ces huit dernières années m’ont appris que la couture possède une interculturalité et une internationalité capables de faire remonter beaucoup de souvenirs : tout le monde a une histoire épique à raconter sur sa grand-mère ou son grand-père qui avait confectionné les robes de la sœur de la mariée et de ses quatre demoiselles d’honneur en une semaine, qui avait un jeté de lit au crochet pour un lit queen size en un week-end, qui leur faisait « toute leur garde-robe » ou qui possédait « l’une de ces machines à coudre équipées d’une pédale qui monte et qui descend » ! Ces souvenirs partagés rappellent des jours heureux avant le drame... Aussi, les savoir-faire liés aux textiles font partie d’un patrimoine commun à tous les hommes, ils semblent inscrits dans nos gênes. On peut avoir dans sa famille un mathématicien ou un universitaire, mais dans toutes les familles, il existe quelqu’un qui possède des compétences en couture. Les textiles ont ce pouvoir de créer un lien universel entre nous, nos bénévoles et ces femmes qui ont besoin d’aide, facilitant ainsi le processus d’apprentissage, de guérison et de partage. Parmi les projets auxquels vous avez participé récemment, le Bel Kan Girls Camp vous a permis, à vos bénévoles et à toi, de confectionner 200 jupes à la main. Peux-tu nous en dire plus sur ce camp pour jeunes filles, la façon dont vous avez connu son existence et vos motivations à y participer ? Les choses finissent toujours, de la façon la plus merveilleuse qui soit, par venir à nous ! L’année dernière, j’ai rencontré Myrdith McCormak, une manucure professionnelle qui travaille pour les vedettes et l’industrie de la mode. À l’époque, elle travaillait avec Diesa Eleonore, la fondatrice et directrice de l’organisme United Initiatives for Peace. Elles étaient en train d’organiser ce camp pour 100 jeunes filles de la région de Port-au-Prince, d’une durée de huit jours et qui comprenait un programme de valorisation. Sue Rock Originals a fourni 150 jupes portefeuilles confectionnées par nos bénévoles dans le cadre de la campagne Sewing for Haïti 2010. Vous avez participé à un autre projet original et, ô combien, nécessaire dont l’objectif était de fournir des serviettes hygiéniques aux jeunes filles défavorisées des pays en voie de développement. Comment en êtes-vous venus à y participer ? Days for Girls International a pour mission de fournir des serviettes hygiéniques lavables aux personnes qui en ont besoin et qui n’en auraient pas autrement. Des milliers de bénévoles, dans le monde entier, cousent, collectent les matériaux nécessaires, échangent entre eux et récoltent des fonds afin de fournir à ces jeunes filles plus de dignité et d’éducation, une meilleure santé et plus de possibilités. Le magazine BUST, qui a sponsorisé une journée entière de couture dans un bar tiki de New York, avait entendu parler de notre travail et m’a contactée pour que nous puissions y participer. Nous avons donné des mètres et des mètres de tissus qui ont servi à confectionner des petites pochettes afin d’y mettre les serviettes hygiéniques lavables fabriquées lors de cette journée. Grâce à votre campagne Sewing for Survivors, vous avez fabriqué 50 courtepointes pour les victimes de violences domestiques. J’imagine très bien combien quelque chose d’aussi simple qu’une courtepointe peut être rassurante : le fait que tant de mains aient aidé à sa confection et ce sentiment d’unicité que ces femmes doivent ressentir lorsqu’elles repensent à ce geste plein de gentillesse. J’imagine également vos bénévoles réunis autour d’une table, en train de coudre tout en causant et en sirotant leur thé, un peu comme dans le film Beignets de tomates vertes. Des activités qu’avant on faisait assis sous le porche et que maintenant vous faites à Brooklyn. J’idéalise certainement un peu trop... mais comment recrutez-vous vos bénévoles ? Quelle atmosphère réside-t-il dans votre atelier pendant ce type de projet ? Nous avons rencontré des femmes et des hommes originaires du monde entier. Beaucoup de gens souhaitent devenir bénévoles et participer à des événements de groupe. Les gens viennent nous voir afin de pouvoir concrètement changer les choses. Généralement, les gens trouvent notre mission et notre approche des questions liées à la violence domestique extrêmement pertinentes. Ils trouvent chez nous le type d’expérience qu’ils recherchent et qu’ils peuvent effectuer selon leurs moyens et leur disponibilité. L’atelier aide beaucoup, car il centralise toutes les ressources et offre des quantités suffisantes pour que chaque personne puisse travailler à son aise.

112

ZESTE • ZEST

L’atmosphère y est... exceptionnelle ! Il n’y a aucun drame ! On n’entend que des « oooh » et des « aaah », des « on pourrait faire quelque chose avec ça » ou encore « ma mère avait une robe EXACTEMENT comme celle-ci ! ». Nous organisons des événements allant de formations personnelles à des activités pouvant compter 300 personnes. Tout se déroule toujours très bien. La majorité des gens qui viennent sont des débutants, et en raison de la nature de notre travail, nous repoussons toujours plus loin, et avec créativité, les limites de nos bénévoles. C’est très euphorisant. Tu as certainement déjà vécu cela au cours des séances photo avec des mannequins débutants. Cela se passe différemment qu’avec des « professionnels ». Il y a ce sentiment d’exaltation que l’on ressent lorsque l’on encourage une personne à atteindre un autre niveau et qu’on assiste à la surprise et au plaisir que cette personne ressent à mesure qu’elle se découvre ! Nous nous racontons beaucoup d’histoires et nous faisons beaucoup de découvertes créatives. Nous encourageons les gens à travailler ensemble, qu’ils plient du tissu ou qu’ils travaillent sur l’assemblage d’une courtepointe. Souvent, on se croirait dans l’atelier du père Noël, avec de la musique, des petites choses à grignoter et plein de rires, de partages et d’accolades ! Comment faire pour être bénévole, ou pour faire un don de tissu ou d’argent ? À Sue Rock Originals Everyone, nous sommes reconnaissants pour tous les dons que nous recevons, car ils sont notre unique source de financement extérieure. Nous acceptons les dons d’argent et les dons de matières premières. 1. Les dons d’argent peuvent être envoyés par Paypal, à suerockoriginals@yahoo.com. Nous recevons les fonds immédiatement et pouvons tout de suite les utiliser pour nos programmes de formation destinés aux femmes. 2. Les dons de tissu et de matériel de couture peuvent être envoyés à l’adresse suivante : Sue Rock Originals Everyone Design Studio 1069 Bergen Street Brooklyn, New York 11226 États-Unis Il peut s’agir de patrons, de crochets, de boutons, de tissus, de fil, de techniques, de mannequins de couture, de machines à coudre, de métiers à tisser, de livres, etc. Tout ce matériel sera ensuite utilisé par les victimes de violences domestiques afin d’apprendre à coudre. Tout le monde, homme ou femme, peut devenir bénévole. Notre adresse électronique est la suivante : suerockoriginals@yahoo. com. Nos bénévoles viennent de tous les horizons. Nous avons déjà accueilli, entre autres, des photographes, des graphistes, des artistes textile, des designers, des journalistes, des avocats et des planificateurs stratégiques. N’hésitez pas à nous contacter et à nous expliquer comment vous voulez nous aider : nous avons besoin de vous ! Comment doit-on s’y prendre si l’on souhaite vous proposer de participer à un projet afin d’aider une cause en particulier ? Bien que notre objectif principal soit de venir en aide aux femmes, nous nous sommes engagés à aider toute personne ayant survécu à des violences domestiques. Nous apportons également notre soutien aux organismes qui ont besoin de tissus pour confectionner des vêtements et du linge de maison pour les gens dans le besoin. Quelle est la place de votre organisme dans l’écologie ? Nous sommes extrêmement bien placés. À New York, l’industrie du textile est encouragée à trouver des solutions pour l’utilisation finale des tissus et est même récompensée pour cela. Au cours d’une année, les équipes de création passent en revue des centaines de mètres de tissus afin de choisir les tissus dont elles ont besoin pour leurs modèles. Une fois que les décisions de fabrication ont été prises, les tissus, ainsi que les échantillons et les techniques, sont mis au rebut, et il en va de même chaque saison, et ce, à tous les niveaux de l’industrie.

I N T E R V I E W Sue Rock Originals Everyone aide à réduire l’empreinte des déchets de tissus en prenant en charge ces matières premières et en les remettant à des femmes dans le besoin. Nous avons déjà reçu, par exemple, des tissus des ateliers de création de Marc Jacobs, de Liz Claiborne et de Van Heusen (chemises pour hommes). D’où te vient ta motivation philanthropique ? J’ai déjà évoqué les années 60 et 70, qui sont à l’origine de ma créativité, mais ce sont également elles qui m’ont poussée vers cette voie... « philanthropique », comme tu dis. Je me souviens des tubes de l’époque : « Every Day People », « What The World Needs Now (Is Love Sweet Love) », « It’s A Small World After All ». L’Organisation des Nations Unies était en train de devenir ce qu’elle est aujourd’hui, plusieurs mouvements sociaux commençaient à voir le jour aux États-Unis, on récoltait des bonbons d’Halloween et des pence pour l’UNICEF... À l’époque, aux États-Unis, la tendance collective était de se réunir pour insuffler un changement positif dans la vie de chacun. Je suis devenue une « philanthrope de la créativité »... même si j’attends toujours les retombées financières (rires) ! Si tu pouvais confectionner une tenue pour trois femmes historiques, qui seraient-elles et pourquoi ? Le nom de notre ligne étant une combinaison de mon nom (Sue) et de celui de mon mari (Rock), nous nous sommes concertés pour répondre : Jackie Onassis, Chanel et Michele Obama. Il s’agit de trois personnalités reconnues dans le monde entier et confectionner un modèle pour elles signifierait, pour nous, travailler avec des femmes qui savent 1) s’habiller, 2) porter les vêtements qui leur siéent le mieux et 3) lancer des tendances (au lieu de l’inverse).

Quelles sont les trois femmes qui ont le plus influencé ta créativité et comment cette influence se manifeste-t-elle dans ton travail ? C’est une question intéressante. Je dirais que je suis plus influencée par un type de femme du XXe siècle que par trois femmes en particulier : il s’agit d’une femme dynamique qui possède le sens de l’entreprise. Adepte du multitâche, elle sait prendre des risques. À New York ce week-end, elle prépare déjà un voyage à Paris pour le mois prochain. Elle réfléchit rapidement et est prête pour la prochaine réunion, la prochaine classe ou le prochain événement. Elle doit être bien habillée et maintenant ! Elle adopte un style classique, mais aux accents contemporains, et voyage d’un lieu à l’autre naturellement. Qu’elle organise ou participe à un événement, elle est toujours impeccablement habillée, à tout instant. Tu vois notre dilemme ? Cette femme existe partout : elle est celle qui va à des conférences universitaires, celle qui cherche les accessoires parfaits pour le mariage de son amie ou encore celle qui préside une réunion de directeurs. Elle tient beaucoup à sa famille et à ses amis, et aspire à inspirer l’évolution et le changement. Elle est mince ou grosse, petite ou grande, mère de quatre enfants ou célibataire. Elle représente la femme à qui nos créations sont destinées. Bel Kan Girls Camp http://www.youtube.com/watch?v=ptUlIX6MMe8 http://www.unitedinitiatives.org/raiseher.html Days for Girls http://www.daysforgirls.org Special thanks to Elodie Guitteaud for translating

How did you hear about VOLUP2? I have been following your work since that success of your fashion debut. I enjoy many of the magazines available in the US which are creative in expressing visual concepts of beauty. When I saw that your magazine was in development, I knew it was going to be something very special! What is Sue Rock originals all about? Sue Rock Originals Everyone, Inc is the internationally acclaimed textile non profit committed to supporting the lives of survivors of domestic violence. With such a small percentage of women leaving domestic violence situations nationwide, we felt it was important to provide direct support to these women who have made the courageous first steps towards change. We help women in two ways: 1. Each year our volunteers receive the raw materials to create NEW clothing and accessories women living in temporary housing need. Women leaving the cycle of violence often leave with the clothes on their back. Volunteers create hand crafted apparel, home decor and what’s more - a sense of hope! 2. Sue Rock Originals Domestic Violence Empowerment Program. – Domestic Violence survivors come to our 1200 square foot design studio and over a period of 6 – 8 months learn the needle arts skills to make the things they have lost – either apparel or home décor. The Core Apparel course includes everything from underwear to coat/cape. The Home Décor course includes everything from tablecloths to floor rugs This program is FREE OF CHARGE! We are able to do this because we are one of the fashion and textile capitals – New York City. We receive fabric donations from design houses in the garment, home décor and textile design industries. Fabrics/notions/samples which would go into the garbage are donated to us – providing unlimited resources of materials with which to train women who leave!

This work is not funded by any supplement or organization – it has been completely out of our own pockets and creativity for the past 8 years (any Angels out there? Lol!) What we have done is created a unique funding engine Sue Rock Originals. Sue Rock Originals is an eco-fashion brand of women’s separates. Using reclaimed fabrics from the interior design and garment industries, Sue Rock Originals has a line of “Back to Basics” separates which are flattering to every figure. Our standards include Tunic Dress. Wrap Pants, Pencil Skirt, Circle Skirt – we chose basic styles (often hard to find) but have paired with fantastic fabrics – some vintage some contemporary! How long have you been in business? We have been running this organization for eight years. How much is Sue Rock Originals a family affair? And how have the women in your family contributed to your own textile skills? When everyone else was pulling out the hair on their talking Chrissy doll, or baking in their Easybake oven, did you have a little sewing machine you never left, or a set or crochet needles? How did this passion begin with you? Its interesting that you ask about he family aspect of Sue Rock Originals. The partnership of myself (Sue) and my husband (Rock) are what make Sue Rock Originals happen. We have an on going group of volunteers, but it the energy of my husband and myself that make the organization spin! We were both inspired by the creativity of the women in our family. For my husband it was his mother who excelled at anything she put her hands to – jewelry making, sewing, millinery, you name it! For me it was my grandmother who taught me to crochet and my aunt who sewed and could make hats and purses (generally to match every outfit!) African Americans have a rich tradition in advanced levels of all aspects of the needle arts and I think that rings true in my family as well…. continued / suite ...

ZESTE • ZEST

113

As for my passion, I think I am a product of the 1960’s and 70’s where creativity in the needle arts was commonplace. Knitting and crocheting were having a resurgence and the burgeoning careers of designers like Mary Quant really influenced fashion. One of a kind, individualized, appliqué, patchwork, crochet, embroidery and lots and lots of patterns and instructions were available. It was interesting, I could only envision adulthood including a community of dynamic creative men and women creating unique classic styles as well as store bought clothing. Branded clothing was not the thing – that happened in the 80’s….. I immersed myself in all aspects of this art when I was a child. I remember when Tommy came out – hand embroidered jeans were big (and that means hand embroidering your OWN jeans, not that you went out and bought embroidered jeans!) I completely embroidered a pair of jeans – one leg Who themed, one leg Elton John!! FABulous! It’s what we did for fun alone or with friends! What drew you to help abused women? ….you know that person you always bump into? ….you with your hair in a scarf, she in sweats. She is getting coffee and you are walking your dog, after coming home from the club at 1 AM……next time you see each other you talk about kids and. Next time you see her its early morning, you finally get each other’s names as you walk to get the newspaper. We have all had that experience. That’s who Tyleasha was to me. That great neighbor you get caught in a two hour conversation with while parking the car……. When I saw notices on doorways and street signs in the winter of 2004 of her funeral services, I remember thinking “Wow, I wonder if it was lupus, or maybe a long standing illness?” I mean she was young – 32 maybe, worked a state job (in transportation) lived in the Poconos – had two children, was married (he also worked in transportation) –“It must have been a heart condition that she had known about since child hood….so sad…..” And so when I hugged her mother – one of our elders in the community- and she whispered in my ear “Her husband did it” and then hugged me on the other side and whispered “and he killed himself too” and then looked at me face forward and said “ an the kids are inside – my blood turned to ice………

With a focus on keeping women from going back home Sue Rock Originals Everyone was born….

I began to remember when I had seen Tyleasha……..Late nights….she was just arriving from the Poconos, after running from her home…….. In sweats – that was ALL she was able to leave with……Not see her for a while – no it wasn’t because I had been busy – she had gone back home….. This experience stayed with me for many months. Soon afterwards, my husband and I were in the process of planning a business for ourselves. Indie fashion and “Project Runway” were all the rage New York. The garment industry was in a sharp decline and as a result fabric began to flood the market via Craigslist and Wastematch. Elders were passing and their family members – interested in quick turn over of NY properties were also unloading basements full of fabrics, sewing machines and much more from a creative time gone by….. These materials – of no value to current times – were being offered for free and in abundance. We began to make pickups of these items, storing them first in our home and then purchasing ever growing storage units. It became self evident that no matter how enterprising we were, we had MORE than enough materials for items for ourselves and our children! And we were not going to not receive this valuable bounty! Thinking/feeling the previous season’s tragedy…. An idea began to gel and form. Katrina happens, then the Tsunami and I began to wonder…. What if the hundreds, no thousands of women and men who STILL sew/knit/weave/crochet had UNLIMITED materials to make clothing for people in need?

114

ZESTE • ZEST

A little side note: The name of our clothing line is “Sue Rock Originals” – the “Originals” put in there because each of the items is one of a kind due to the limited quantity of the beautiful fabrics we would be creating with! On creating the charity organization – we added “EVERYONE” – because Everyone could participate to create and make something positive happen. How has the treatment of battered women changed since you have been in business? Not much really –it is still not a topic people are comfortable with dealing with. It is a situation that is filled with shame, memories and a lot of energy folded in on itself. We are required to be very creative in reaching survivors of domestic violence. Remember, in order to receive help, an individual has to be in a place where they can bear witness to their own life and speak out their truth – enough to say “I have had this experience” or “I need help” or “I can believe life can be magnificent” I continue to speak bout what we do because people need ot know there is real help available. Generally once we show them the fabric its no problem (“did you say this is SILK charmeuse?”) Why textiles therapy? You know its funny, textiles revealed themselves to us as a resource, we had nothing to do with it. After the first few fabric pickups, we quickly became a repository for all things needle arts – books, mannequins, knitting machines, sewing machines of every size and age just came parading through the door.

Days for Girls International works to get washable feminine hygiene kits into the hands of those that would otherwise go without. Thousands of volunteers worldwide sew, gather supplies, create connections and raise funds that all add up to more dignity, more education, more health and more opportunities. BUST magazine sponsored an event at a NY Tiki Bar - all day sewing for Days for Girls and I was contacted by one of the participants. She knew of our work and we donated yards of fabric to become bags for reusable feminine products being compiled for the Days for Girls Organization. With Sewing for Survivors you created 50 handcrafted quilts for survivors of domestic violence. When I think of quilts I imagine how something so simple can be so reassuring, the fact that many hands go into creating a quilt, and how special the survivors must feel to be thought of with this wonderful gesture of kindness. I also get an image of your volunteers packed around a table sewing away whilst chatting and sipping tea, very sort of Fried Green Tomatoes, lol, what we might be doing back in the day on a porch, yet you are based in Brooklyn, I may be over-romanticizing this, but how have the majority of your volunteers found their way to you? What is the atmosphere like at your shop during the creative process? We have met men and women from around the world who come to our studio. Many people are interested in volunteering and participating in group events. People are coming to us who want to have a hands on approach to change in the world. When searching for opportunities, people find our mission and the way we approach domestic violence issues really powerful. I think we offer people that experience - within their hectic lives and within their skill level. Having the studio helps, everything is right there and in the quantity where each person coming can participate comfortably – The atmosphere here is simply put – Delightful! You have to remember – there’s no drama around fabric. Only “Oooooos” and “aaaah”s and “I could make something with this” or “I remember my mom had a dress JUST like this….”.

In these eight years, I have learned that textiles are cross cultural, international and ancient. Everyone has the epic story of the grandmother or father who could • Make dresses for the sister and 4 bridesmaids in a week • Crochet a queen size spread in a weekend • Made “all of their clothes” • Had “one of those sewing machines with the pedal that goes up and down!” As these memories have been shared with me, they are consistently happy ones of times Before the drama…. Textile skills are also part of our common human experience - in the blood as it were. You might say, a person may or may not have had a mathematician in their family or a college student, but everyone has had many many people with textile skills in their own family line. It creates a universal bond between us and our volunteers/us and the people who come for help….. making the teaching/healing/sharing process effortless. Your recent projects include Bel Kan Girls Camp where you and your volunteers created 200 handcrafted skirts, can you tell us about this girls camp and how you came across them, and were inspired to donate? In a wonderful way, word always gets out about the work which we do! Last year we met Myrdith McCormak, a celebrity and fashion manicurist. She was partnering with Diesa Eleonore who is the Founding Director for United Initiatives for Peace. They were in the process of planning “Bel Kan”, an 8 day summer camp and enrichment program for 100 girls within the Port Au-Prince area. Sue Rock Originals provided 150 of the wrap skirts our volunteers created during our 2010 Sewing for Haiti event. Another project was providing sanitary pads for Girls In Need which helps girls in developing countries, yet another original and much needed service which we would likely overlook, how did that union come about?

We have had everything from 300 person sewing events to one on one teaching session and they are all just as wonderful. I find the experience exhilarating. The majority of people who come are beginners. Due to the nature of the work, we are creatively stretching the boundaries for folks. You have probably experienced this yourself – working with budding models on their firs “real” shoot. Its different than with seasoned professional – there is the thrill to encouraging a person to reach an new level and watching the surprise and then delight on their face of self-discovery! With our volunteers and participants there’s a lot of storytelling and creative breakthrough. People are encouraged to work together whether folding fabric or pinning quilts. Its more like Santa’s workshop – with music playing, snacks and lots of laughter, sharing and hugs! And if someone would like to volunteer with your organisation, or possibily donate textiles or money, how can they go about doing so? Sue Rock Originals Everyone is grateful for donations that come. We are not funded through grants and so we depend on the donations of people who discover our work. We accept donations in two ways – Financial and Raw Materials 1. Financial donations can be sent via paypal at suerockoriginals@ yahoo.com. We receive the funds immediately and put them right into our educational programs for women. 2. Raw material donations of textile and needle arts materials can be sent to : Sue Rock Originals Everyone Design Studio 1069 Bergen Street Brooklyn, New York 11226 USA Raw materials are things such as patterns, hooks, needles, buttons, fabric, yarn, notions, mannequins, sewing machines, looms, craft books and similar. These materials are all given to domestic violence survivors to teach then how to create! continued / suite ...

ZESTE • ZEST

115

I N T E R V I E W We accept everyone as volunteers - men and women. We can be contacted at suerockoriginals@yahoo.com. We have had volunteers who are photographers, graphic artists, textile artists, designers, media writers, attorneys, strategic planners, sewers and much more! Contact us and let us know what you love to do – we could use your help! Likewise should someone have a cause they feel might be aided via SUE ROCK what are the guidelines needed for you to take a project on? Our work is primarily women focused, however we have a commitment to empowering all people who have left domestic violence situations. We also support groups doing work for people who need fabric to create for those in need. How important is being environmentally conscious within your organization? Right now we are in a perfect location. In New York, all industries which use textiles are being encouraged and rewarded for their “enduse” solutions. Design teams go through hundreds of yards of fabric throughout a year making choices for their various styles. Once the manufacturing decisions are made. this fabric -as well as the samples and notions are discarded And that is every season for every level of the industry. SROE helps to reduce that textile trash footprint by taking responsibility for these raw materials and getting them in the hands of women in need. We have received fabric from the design departments of Marc Jacobs, Liz Claiborne and Van Heusen (men’s shirting) Where has your sense of philanthropy arisen from? I mentioned before the ‘60’s and ‘70’s inspiring my creativity. It also sparks what you’d call my “philanthropic” tendencies….. I remember the theme music that carried through that time “Every day People”,” What the World Needs Now (is Love Sweet Love)”,”It’s a Small World After All” – these were contemporary hits. The United Nations was coming into its own at the same time as various social movements were on the rise here in the United States. Halloween candy collecting including getting pennies for UNICEF. The collective mood in the United States was of coming together to make positive change for everyone. A “Creativity” Philanthropist is what I have become (though I am still waiting on the financial part – (laughter )

116

ZESTE • ZEST

If you could design for three women from history, who would they be and why? Our line is a combination of Sue (me) and Rock (my husband) so we collaborated on this answer: Jackie Onassis, Chanel and Michele Obama We realize all of these women are world figures, but making clothing for them would mean we would be working with women who– 1) knew how to wear clothing, 2) knew which clothes looked good on them and 3) set the trends (instead of the other way around). Who are the three women who have most influenced your own design sense and how does that influence manifest itself in your work? This is an interesting question. I find myself answering this question for you in a different way. Rather than describing three different women – I think I am influenced by a certain type of 20th century woman: She is a dynamic woman with an entrepreneurial sprit. Multi-tasking, she takes her show on the road. She may be in New York this weekend while scheduling a tip to Paris next month. She thinks on her fee, ready for the next meeting, class or event. She needs to me be well put together and now! Her style is classic with contemporary accents and she travels effortlessly. Whether hosting an event or attending one, she is deliciously appointed at every turn. So you see our dilemma – We find this woman everywhere~ She is the one who goes to the school conferences or the one who finds the right accents for the friend’s wedding, or the one who chairs a board meeting. She care’s deeply about family and friends and strives to be at the forefront of growth and change. She is full or slim, tall or short, a mother of 4 or single - This is the woman we design for. Bel Kan Girls Camp http://www.youtube.com/watch?v=ptUlIX6MMe8 http://www.unitedinitiatives.org/raiseher.html Days for Girls http://www.daysforgirls.org

ZESTE • ZEST

117

Artist Feature: Autumn

Rose

Artist Feature: Autumn

Rose

Artist Feature: Deirdre AutumnWest Rose

Artist Feature: Autumn

Rose

MODEL: Chacha Photographed by: Velvet d’Amour Makeup: Janet Domann CLOTHING: Croissance Mode

122

ZESTE • ZEST

124

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

125

ZESTE • ZEST

126

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

127

ZESTE • ZEST

128

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

129

ZESTE • ZEST

130

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

131

ZESTE • ZEST

132

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

133

ZESTE • ZEST

PHOTO: Julian Wilde 134

Photography and retouching: Julian Wilde Styling: Raven Wilde Hair and Makeup: Jodi Vaughn

ZESTE • ZEST

Ma femme et moi

Etre amoureux est le truc le plus sympa dans la vie. Avec peut-être les insecticides, les matelas en mousse et les massages finlandais. J’aime ma femme et elle m’aime. Je me demande comment cela est possible ? Je suis profondément ennuyeux. Je n’apprécie pas les rapports humains. Les repas m’ennuient, surtout s’il y a une entrée et un dessert. Il n’y a que Schopenhauer qui me fasse rire. Ma femme me reproche un peu tout ça. Ce matin, elle m’a dit : « Hier soir chez les Rollmops tu n’as parlé que de tes angoisses, c’était fatigant. Ils ont failli téléphoner à un exorciste ! » Mes angoisses sont quand même très limitées. Je n’ai vraiment peur que de la mort. Ma femme est très rassurante. Elle rassure autant qu’un bunker ou une armure. Quand je suis morose, elle me prépare une tête de veau vinaigrette. Quand j’ai cru avoir l’encéphalopathie de Wernicke (je regarde trop Dr House !), elle m’a emmené au cinéma pour voir Breakfast chez Tiffany. Je l’ai aimée dès le premier regard. Et quand je l’ai touchée, ça a été très émoussant ; elle a la douceur de la plume d’oie. Elle est très belle, mais elle n’a rien d’un mannequin. Elle est ronde. Elle pèse 75 kilos pour les amis et les relations, 90 en vérité. Elle est magnifique et je la classe au même niveau que la Joconde, le Mont Saint-Michel, le tunnel sous la Manche et les chutes du Niagara. Nue, elle est beaucoup mieux que le mont Saint-Michel ! Je voudrais être un type épatant pour la rendre heureuse. Ce n’est pas évident. Depuis que j’ai découvert que la mort est inéluctable, j’ai très peu de considérations pour la vie. Je me pose des tas de questions. Quelle est la meilleure façon de mourir ? Qu’est-ce qui est le plus exquis : fumer des cigarillos ou des gros Havanes ? L’impolitesse est-elle une tare ou une défense ? Et pourquoi les Beatles n’étaient-ils que quatre ? Je travaille depuis plusieurs mois sur mon roman. Ma femme en est l’héroïne. Elle a toutes les meilleures répliques. Moi je suis le narrateur. Attention : j’interviens dans la plupart des scènes. Mon passage préféré, pour l’instant, c’est mon rêve avec les chevaliers français lors de la bataille d’Azincourt en 1415. Je me trouve sur place parce que je suis le porteur du drapeau royal ; j’ai obtenu cette grâce en fayotant auprès du roi et en lui disant qu’il avait vachement de sex-appeal. Je dois absolument me placer à l’avant de la troupe. Mais au moment du départ, j’aperçois une cavalière qui s’approche. Je regarde bien et je reconnais ma femme. Alors, je vais vers elle malgré les cris du duc de Brabant : « Ne bouge, sale mulot ! » Je m’en fous, je cours à l’encontre de ma femme. Elle descend de cheval et me tend une écharpe. « Tu as oublié de la prendre mon chéri. Tu vas choper un gros rhume ! » Pendant ce temps, les français avancent vers l’ennemi anglais. Et tous les braves chevaliers s’enfoncent dans la boue jusqu’à la taille. Et les anglais les mitraillent de flèches. « Tu as eu chaud ! En plus, tu n’as pas tes bottes ! » me dit ma femme. Finalement, je grimpe sur le cheval avec elle et nous rentrons chez nous. Le lendemain, nous lisons dans le journal que les français ont perdu la bataille et que le roi s’est fait piquer son épée, sa couronne et ses médicaments contre le mal de tête. Quand je lui ai raconté ce rêve, ma psychanalyste a dit : « C’est intéressant ! » Elle dit sans cesse cela. Ma psy est une espèce de robot ou d’ordinateur ; les techniciens d’Apple ce sont d’ailleurs servi de son physique pour le design du MacBook Air. Ma femme, elle, m’a fait remarquer que je ne porte jamais d’écharpe. Je pense que c’est pour cette raison que j’ai été grippé durant deux mois dernièrement (le premier mois je croyais que c’était un syndrome paranéoplastique ; mon nez avait pris la forme d’une espadrille). J’ai quand fait d’énormes progrès. Avant, dans mes rêves, je me faisais tuer dès les premières secondes. Dans mon rêve sur le naufrage du Titanic, je suis même tombé à l’eau au moment de l’embarquement. Ma femme a la patience d’un ange. C’est peutêtre un ange ? Est-ce que les anges cuisinent du bœuf bourguignon ? ~ Philippe Fournier

Artist Feature: Ana

Gonzalez

Artist Feature: Deirdre Ana Gonzalez West

Artist Feature: Ana

Gonzalez

Artist Feature: Deirdre Ana Gonzalez West

PHOTO: ©Velvet d’Amour

MODEL: Daphne Demaison Photographed by: Velvet d’Amour Makeup: Virginie Michaux Peria CLOTHING: Eddy and Bri

140

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

141

ZESTE • ZEST

142

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

143

ZESTE • ZEST

144

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

145

ZESTE • ZEST

146

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet Saima Altunkaya PHOTO: d’Amour

147

ZESTE • ZEST

148

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

149

ZESTE • ZEST

150

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

151

ZESTE • ZEST

152

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

153

ZESTE • ZEST

PHOTO: Jessi Olden, EGO Photos 154

Model: Lisa Sweiczkowski & Courtney “Deva” Porter MUA: Kat Lindsey HAIR: Jennae Schnek of Elegant Hair Designs Shoes: EccEntric Styles Inc Shirt: Rurban Tutus: Accessorize by Tasha Nails: Abstract Nails and Wellness Courtneys accessories by: Nubian Naturals

ZESTE • ZEST

PHOTO: Jessi Olden, EGO Photos

Model: Stephanie Conlin Nentrup MUA: Karen Hudson HAIR: Jennae Schnek of Elegant Hair Designs Shoes: EccEntric Styles Inc Shirt: Rurban Tutus: Accessorize by Tasha Nails: Abstract Nails and Wellness

ZESTE • ZEST

155

PHOTO: Jessi Olden, EGO Photos 156

Model: Hadley Piper MUA: Karen Hudson HAIR: Katie Turner Shoes: EccEntric Styles Inc Shirt: Rurban Tutus: Accessorize by Tasha Nails: Abstract Nails and Wellness

ZESTE • ZEST

PHOTO: Jessi Olden, EGO Photos

Model: Cierra Bailey MUA: Karen Hudson HAIR: Jenna Jones Shoes: EccEntric Styles Inc Shirt: Rurban Tutus: Accessorize by Tasha Nails: Abstract Nails and Wellness ACCESSORIES: Nubian Naturals

ZESTE • ZEST

157

PHOTO: Jessi Olden, EGO Photos 158

Model: Courtney “Deva” Porter MUA: Kat Lindsey HAIR: Jennae Schnek of Elegant Hair Designs Shoes: EccEntric Styles Inc Shirt: Rurban Tutus: Accessorize by Tasha Nails: Abstract Nails and Wellness ACCESSORIES: Nubian Naturals

ZESTE • ZEST

PHOTO: Jessi Olden, EGO Photos

Model: Susie Conlin MUA: Holly Moran HAIR: Jenna Jones Shoes: EccEntric Styles Inc Shirt: Rurban Tutus: Accessorize by Tasha Nails: Abstract Nails and Wellness

ZESTE • ZEST

159

PHOTO: ©Velvet d’Amour

MODEL: Marie B Photographed by: Velvet d’Amour Makeup: Nallah B. Sangare CLOTHING: Dearcurves

160

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

161

ZESTE • ZEST

162

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

163

ZESTE • ZEST

164

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

165

ZESTE • ZEST

166

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

167

ZESTE • ZEST

168

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

169

ZESTE • ZEST

170

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

171

ZESTE • ZEST

172

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

173

ZESTE • ZEST

174

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

175

ZESTE • ZEST

PHOTO: Alt & Ego Photography 176

dearcurves Linda Idegwu Interview par Velvet Interview by Velvet d’Amour

ZESTE • ZEST

I N T E R V I E W 1. En quoi tes origines nigérianes influencent-elles tes créations ? C’est inspirée par les femmes africaines que j’ai créé Dearcurves. Ma décision d’utiliser l’ankara comme marque de fabrique ainsi que pour l’ensemble de la collection printemps-été 2012 a été directement influencée par ma mère et les femmes que je côtoyais quand j’étais petite, dans les années 80, ainsi que par leur sens de l’habillement. Toutes ces influences découlent directement de mes racines nigérianes. 2. Comment choisis-tu tes mannequins et que ressens-tu quand tu portes tes propres modèles ? Être capable de concevoir ses propres modèles est une expérience inimaginable ! Voir un concept prendre forme et devenir réalité procure un sentiment incroyable ! En ce qui concerne le choix des mannequins, je les choisis représentatifs de ma marque, c’est-à-dire avec des formes voluptueuses. 3. Je sais que tu as fait beaucoup d’études. Peux-tu me dire où tu as étudié et quels sont tes diplômes ? As-tu toujours eu envie de travailler dans la mode ou as-tu d’autres rêves que tu souhaites concrétiser ? Je suis diplômée en gestion des affaires et en technologies de l’information. En septembre, j’espère intégrer un programme d’études supérieures en études sur le développement à la London School of Economics and Political Science. Grâce à ce programme, je disposerais des compétences nécessaires pour mieux atteindre mon objectif, à savoir, venir en aide aux orphelins en Afrique. J’ai malheureusement perdu mes parents très récemment et cette épreuve m’a donné la force pour « redonner vie » à ces enfants qui, sans quoi, partiraient avec un handicap dans la vie. Grâce à la Linus Idegwu Orphans Foundation que j’ai créée à la mémoire de mes parents, je peux aider les orphelins en utilisant les fonds recueillis pour acheter des livres, payer les frais de scolarité, et acheter de la nourriture, des fournitures médicales et des jouets pour eux. 4. Comment fais-tu pour mélanger les styles anglais et africains ? Comment le développement de Dearcurves en Afrique et en Angleterre a-t-il influencé ton travail ? Je mélange les styles anglais et africains en utilisant des tissus traditionnels africains, comme l’aso oke, qui est généralement porté en pagne (un pagne est un morceau de tissu que l’on noue autour des hanches et qui couvre le corps, de la taille aux genoux ou aux pieds, en fonction des désirs de la personne qui le porte), pour créer une robe de soirée moderne OU comme l’ankara, pour créer une robe de bal de promo, par exemple ! Ayant eu la chance de grandir sur ces deux continents, cela me permet d’être plus créative et d’utiliser les différents moyens qui s’offrent à moi pour représenter l’Afrique de manière plus créative et moderne. 5. Si tu devais créer une tenue pour trois célébrités, qui choisiraistu et pourquoi ? Et si tu devais créer une tenue pour trois femmes historiques, quelles seraient-elles et pourquoi ? Jill Scott : je l’aime, je l’aime, je l’aime ! Nigella Lawson : elle est super sexy et serait encore plus sexy dans l’une de mes créations ! Velvet d’amour : on ne peut pas faire plus féroce, non ?! Velvet est absolument magnifique. Elle me fait penser à ces femmes très féminines peintes par Pierre Paul Rubens (1635). En ce qui concerne les femmes historiques, j’aurais adoré créer une tenue pour Hattie McDaniel, Marilyn Monroe et Dorothy Dandridge ». Pour moi, elles incarnent la beauté et la voluptuosité.

6. Quelle personne a le plus influencé ton travail et pourquoi ? Ma mère. C’était une véritable fashionista, très créative et passionnée par la mode. Elle engageait des couturières avec qui elle créait des tenues africaines pleines de style et très chics. Quand j’étais petite, je me souviens que je passais tout mon temps à les regarder travailler et que ça me fascinait. 7. Comment Dearcurves incarne et représente-t-elle l’Afrique ? Par l’utilisation de tissus, comme l’aso oke, les tie and dye et l’ankara, pour notre collection, qui caractérisent véritablement l’Afrique et qui jouent un rôle fondamental dans la mode et l’esthétique africaines. Grâce à ces matériaux, nous contribuons à représenter l’Afrique dans le monde occidental en utilisant, pour ce faire, la mode. 8. Dans quelle mesure Dearcurves crée-t-elle des opportunités commerciales durables pour l’industrie manufacturière ? Dearcurves crée des opportunités commerciales durables en faisant affaire avec des producteurs de tissus locaux pour l’aso oke, les tie and dye et les geles. Nous créons également des emplois permettant ainsi à nos employés de subvenir à leurs besoins. 9. Aide-t-on les femmes africaines lorsque l’on achète l’une de tes créations ? Oui, nous reversons 10 % de nos bénéfices à la Linus Idegwu Orphans Foundation. Cet argent sert à acheter des livres, à payer les frais de scolarité et à acheter des vêtements et des jouets pour les orphelins. Chaque mois, nous parlons avec les responsables de diverses institutions afin de connaître leurs besoins. Ensuite, nous en choisissons une à qui donner de l’argent en fonction de critères prioritaires. J’essaie de venir en aide au plus d’orphelinats possible. De plus, l’achat de mes créations permet de garantir un emploi aux femmes qui fabriquent l’aso oke et à celles qui travaillent directement pour moi. 10. Les tailles proposées par Dearcurves tournent principalement autour du 44/46 (taille 16/18 au Royaume-Uni). Cela va-t-il changer ? Allez-vous proposer de plus grandes tailles ? L’objectif est de proposer nos modèles dans toutes les tailles. Actuellement, je suis en train de développer la production et j’espère pouvoir proposer nos modèles jusqu’à la taille 60 (32 au R.-U.). Ainsi, dans quelque temps, les clientes qui font une taille allant du 44 au 60 (du 14 au 32 au R.-U.) pourront s’offrir n’importe lequel de nos modèles à partir de notre site Web. 11. Quels sont tes créateurs préférés et quelle a été leur influence sur ton travail ? Quels sont tes créateurs français préférés ? Peux-tu présenter les créateurs nigérians les plus en vue à nos lecteurs ? Ma créatrice préférée est ma mère. Créateurs nigérians : Ejiro Amos Tafiri, Lanre Da Silva et Tiffany Amber. Créateurs français : Jean-Paul Gaultier, Hermès et Madeleine Vionnet. 12. Est-ce que tu écoutes de la musique quand tu travailles ? Si oui, qu’est-ce que tu écoutes ? Holding Back To Years de Simply Red He Lives In You de Lebo M. All Of My Life de Phil Collins 13. À quel type de femme tes créations sont-elles destinées ? À toutes les femmes qui ont des courbes. 14. Quelque chose d’autre à nous confier ? Je suis mannequin grande taille, actrice et complètement accro aux biscuits ! Translation by/Traduction par Élodie Guitteaud http://www.linusidegwuorphansfoundation.com http://www.dearcurves.com

continued / suite ...

ZESTE • ZEST

177

I N T E R V I E W How do you feel your Nigerian roots influence your designs? Dearcurves was formed as a result of me having been inspired by African women. My decision to use Ankara as the brands staple fabric, as well as the entire SS12 collection, is directly influenced by my Mum, (the women I saw out and about whilst growing up in the 80’s), and her dress sense. All these factors are directly linked and originate from my Nigerian roots. How do you choose your models and how do you feel when you model your own designs? Being able to model my designs is a surreal experience!!! The entire journey of having a concept and seeing it become a reality is such an incredible feeling. In terms of working with models, I choose models that are an accurate representation of my brand; I work with voluptuous models. I know you are very highly educated, I wondered where you have studied and what degrees you have acquired and if you were always driven towards creating fashion or if there are other dreams that you are working towards as well? I graduated with a degree in business management and IT. I hope to start studies for my post graduate degree in September at the London School of Economics and Political Science. I will be enrolling for the development studies program. This program will allow me to acquire the skills needed to further actualize my goal of helping orphans in Africa. I unfortunately lost my parents very recently and through their death, am able to give “life” to children who otherwise will not have a fair shot at life. I founded the Linus Idegwu orphans foundation in honor of my parents memory and through this, I reach out to orphans, monies raised are used to buy books, pay for school fees, food, medical and fun materials for the orphans. How do you mix UK and African styles, and how has your growing up in both Africa and England effected the way you design? I mix UK and African styles by using indigenous African fabric such as ase-oke which traditionally is worn as a wrapper (a wrapper is a piece of fabric tied round the waist, and stops at the knee or ankle depending on how long the wearer wants it to be) to create a contemporary evening dress. Or my usage of Ankara print to make a typical prom dress!!! Having had the good fortune to grow up in both continents, allows me to be more creative and embrace the numerous ways I can represent Africa in a creative and contemporary manner.

In what ways do you ‘create sustainable business for the people in the manufacturing process’? Dearcurves creates sustainable business by patronising indigenous makers of fabrics such as Aseoke, Tie and dye fabrics, and Gele. We also create job opportunities and employ people thereby supporting their livelihood.

If you could design for any three celebritys who would they be and why? If you could design for any three women in history who would they be and why? Jill Scott; love love love her!!! Nigella Lawson ; Nigella is a sexy chef and would look even hotter in one of my numbers. Velvet d’Amour; I mean, who else is the fiercest of them all???? Velvet is absolutely Gorjuss. She reminds me of some of those beautiful and very feminine 1635 art works by sir Peter Paul Rubens.

I noticed that the sizes are primarily all 16/18 will this change and can larger sizes be accomidated in any way? The goal is for our products to become available in all sizes. I am expanding production and aim to increase our size range to go up to UK size 32. In due time, customers UK size 14-32 will be able to purchase any items they want from our site.

When someone purchases one of your garments, are they helping African women in doing so? Yes, we donate 10% of profits made to the Linus Idegwu Orphans Foundation. This money is used to purchase books/school fees, clothes and toys for orphans. Each month, we speak to the matrons of various homes to find out whats needed, we then decide which home to donate monies to, in order of priority. I try to support the orphanage as much as I possibly can. Also, purchasing my products means I am able to keep the women who make the Ase-oke fabrics, and those that directly work with my brand in paid employment.

The following Historic women, I would have loved to design for them as they, in my opinion epitomised curves and beauty::Hattie McDaniel Marilyn Monroe Dorothy Dandridge

Who are your favorite designers and how have they influenced your designs? Who are your favorite French designers? Can you introduce our readers to some of the top Nigerian designers? My favourite designer is my Mum Nigerian designers, Ejiro Amos Tafari, Lanre da Silva, Tiffany Amber. French designers: Jean Paul Gaultier, Hermes and Madeleine Vionnet.

Which person has been the strongest fashion influence in your life and why? My Mum, she was a true fashionista, very creative and passionate about fashion. She had some in-house seamstresses and together they came up with the most stylish, and chic African outfits. I remember as a child, i spent so much time watching them work and being so fascinated by it all.

Do you listen to music when you are creating and if so what do you like to listen to? Holding Back the Years by Simply Red He lives in You by Lebo M All of my life by Phil Collins

How does Dearcurves ‘promote and epitomise Africa’? Fabrics such as Ase-oke, Tie and dye, Ankara, which we use for our collection, are true representations, and play a fundamental role in African fashion and aesthetics. By using fabrics such as these, we continue to bring Africa to the Western world, using fashion as a means to achieve this.

What type of woman do you design for? Any woman with curves Anything else you would like to share? I am a plus size model, an actress and am massively addicted to biscuits!!!! Translation by/Traduction par Élodie Guitteaud http://www.linusidegwuorphansfoundation.com http://www.dearcurves.com

178

ZESTE • ZEST

Artist Feature: Deirdre Kico ArtWest

Artist Feature: Deirdre Kico ArtWest

Artist Feature: Deirdre Kico ArtWest

Artist Feature: Deirdre Kico ArtWest

MODEL: Arian Levanael / Amazing Ari Photographed by: Velvet d’Amour & Paul Jones (cowboy hat)

ZESTE • ZEST

183

184

ZESTE • ZEST

PHOTO: Paul Jones

186

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

188

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

MODEL: Vanessa Blareau Photographed by: Velvet d’Amour CLOTHING: Birthday suit provided by Maman et Papa

PHOTO: ©Velvet d’Amour

ZESTE • ZEST

189

PHOTO: ©Velvet d’Amour 190

MODEL: Laetitia Laatisha Kamba Photographed by: Velvet d’Amour MAKEUP: Laura Merle CLOTHING: Jeremy Bueno Special thanks to Retoucher Shy Burgos

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

191

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour 192

surrender... ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

193

ZESTE • ZEST

194

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

195

ZESTE • ZEST

196

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

197

ZESTE • ZEST

198

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

199

ZESTE • ZEST

200

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

201

ZESTE • ZEST

Artist Feature: Deirdre Lady Coco West

Artist Feature: Deirdre Lady Coco West

Artist Feature: Deirdre Lady Coco West

Artist Feature: Deirdre Lady Coco West

PHOTO: ©Velvet d’Amour

MODEL: Gaelle-Vanessa Prudencio Emmanuelle Noel Photographed by: Velvet d’Amour HAIR & MAKEUP: Carole Douard CLOTHING: Pauline et Julie

206

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

207

ZESTE • ZEST

208

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

209

ZESTE • ZEST

210

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

211

ZESTE • ZEST

212

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

213

ZESTE • ZEST

214

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

215

ZESTE • ZEST

216

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

217

ZESTE • ZEST

218

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

219

ZESTE • ZEST

220

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

221

ZESTE • ZEST

Le site Internet http://www.paulineetjulie.com/

© Sophie Garcia - mairie de Clichy

Le blog Pauline et Julie http://blog.paulineetjulie.com/ La page Facebook https://www.facebook.com/paulineetjulieparis

pauline et julie

Interview par Velvet Interview by Velvet d’Amour

Parlez nous de vous- Pourriez vous vous présenter ? Pauline et Julie est une nouvelle marque de mode créateur qui propose une ligne de vêtements tendance et jeune pour les femmes rondes. Du 42 au 54, nos créations «made in France» subliment les courbes des femmes. Chaque modèle est créé pour souligner les atouts des femmes et des rondes, en particulier. Notre objectif, repousser les limites des diktats de la mode pour donner aux rondes le plaisir de porter des vêtements «fashion». Pauline et Julie, c’est avant tout une idée, un contexte, une histoire. C’est l’envie de créer des vêtements qui iraient à Julie mais qui plairaient aussi à Pauline. Nous sommes 2 sœurs, 2 créatrices aux physiques en parfaite opposition mais sur la même longueur d’onde. La marque Pauline et Julie, c’est le résultat de notre complicité. Pourquoi une association entre sœurs / pourquoi avoir décidé de travailler en famille ? Pauline est styliste et a travaillé pour des créateurs notamment Alexis Mabille, mais aussi pour de grandes maisons comme Balenciaga et Givenchy et moi, Julie je suis architecte et j’avais envie de changé de cap. On a toujours voulu créer quelque chose ensemble. Malgré nos quelques années d’écart, notre relation est fusionnelle…On a une grande complémentarité ce qui fonde un bon duo. « Pauline, c’est ma moitié…dans tous les sens du terme ! De la création à la réalisation, on fait tout ensemble en se répartissant le travail en fonction de nos compétences… Ne cherchez pas, vous ne me verrez jamais avec une aiguille à la main. C’est Pauline qui coud ! »

222

ZESTE • ZEST

I N T E R V I E W Comment votre relation de sœurs influence t-elle vos créations ? Nos créations, c’est un peu de nous… surtout cette collection Printemps Eté 2013 qui s’inspire de notre enfance, de nos souvenirs, de notre complicité. Notre culture, notre éducation sont identiques et même s’il existe de grandes différences dans nos caractères, nos références et nos goûts s’assortissent. On se connaît par cœur et on anticipe. Pas besoin de mots… Parfois, un regard suffit. Nos créations sont le reflet de nos envies. Créer une collection de vêtements, c’est intime, c’est s’exposer presque comme se mettre à nu. Pauline et Julie, c’est notre histoire. Quels aspects de vos personnalités distinctes peut-on retrouver dans vos créations ? Pauline est minutieuse, chaque détail compte… Julie en veut toujours plus, il faut savoir la freiner… Quand vous étiez enfants, est ce que vous vous imaginiez être créatrices. Pauline veut être créatrice depuis toujours. A 3 ans, elle choisissait déjà ses looks et créait des bijoux pour accessoiriser ses tenues… Avoir sa marque, c’est juste suivre son chemin de vie. Julie s’est cherchée plus longtemps, toujours baignée dans un univers créatif et plutôt admirative des grands créateurs, ce n’est que récemment qu’elle s’est vue comme créatrice. Est-ce que vous faisiez des vêtements pour vos poupées Barbie ? Petite, on avait toute une collection de Barbie, mais notre jeu favori c’était de créer une énorme maison au sol avec des meubles en bois faits par notre grand père et toute une panoplie d’accessoires détournés. Le look de nos Barbie variait en fonction de leur métier, et une amie couturière nous faisait les robes que l’on voulait. On a tout gardé. Jouer au Barbie, c’était nous créer un univers, la maison de nos rêves…

déjà présentes sur le marché de la mode ronde ? Ce qui nous différencie des autres, c’est qu’avant de parler de mode ronde, on parle de mode et de femmes. Les rondes sont justes des femmes aux formes plus marquées… qui ont besoin d’avoir des vêtements coupés pour les mettre en valeur. S’habiller, c’est s’amuser et se sentir belle. Pensez vous que la mode pour ronde ressort plus en France en comparaison de celles présentes dans d’autres pays Européens ? Comment ressentez vous cette comparaison en général ? En France, la mode ronde n’est pas très développée alors que de nombreuses femmes sont concernées. On constate quand même une évolution ces dernières années même si le fossé qui nous sépare des autres pays Européens est encore grand. Les bloggeuses et E-zine spécialisés œuvrent à ouvrir la voie, et les associations aident les Françaises rondes à aimer leur corps et à ne pas l‘oublier. On espère qu’un jour, la France, pays de la mode sera aussi celui de la mode ronde. Une aura un peu mystérieuse entoure la femme française, quelle femme voyez vous porter les vêtements Pauline et Julie ? La femme Pauline et Julie est une femme ronde résolument moderne et en phase avec son époque. Notre marque s’adresse donc à toutes les femmes qui ont envie de se sentir belles dans leurs « fringues », qui aiment la mode et qui veulent avoir un look adapté à leur état d’esprit. Notre démarche créative s‘inscrit autour de la beauté du corps et dans une mise en valeur des rondeurs.

On se connaît par cœur et on anticipe. Pas besoin de mots… Parfois, un regard suffit.

Qu’est ce qui vous a motivées à créer votre marque ? L’idée trotte dans nos têtes depuis tellement longtemps. Il fallait juste trouver le bon moment pour se lancer. C’est notre relation qui a fait éclore ce projet. On a toujours fait du shopping ensemble et c’était toujours la même déception dans les magasins. Pauline me faisait alors des tenues sur mesure en fonction de mes envies … et c’est comme ça que l’on s’est lancée. Face au constat de la difficulté de trouver son bonheur quand on est jeune et que l’on veut être à la mode, on a voulu proposer des collections jeunes et pointues adaptées. L’idée Pauline et Julie, n’est pas de créer une marque ciblée mais de créer une marque moderne, fraîche et à son image pour des jeunes femmes rondes. S’habiller pour se faire plaisir. Pauline et Julie, c’est juste montrer que l’on peut être ronde et bien dans ses baskets. Quels sont vos créateurs préférés ? Ceux spécialisés en mode pour les rondes ? Givenchy, Marc Jacobs et N2 par Les néréides pour les accessoires, Pura Lopez pour les chaussures. Dans la mode ronde, on aime beaucoup les créations de JIBRI. C’est fun et coloré…

Dans quelle catégorie de prix seront vendus les vêtements Pauline et Julie ? Pauline et Julie est une marque créateur « made in France ». Ce sont de petites séries et certains modèles sont même numérotés. Tops, Jupe moulante, tuniques et robes « streetwear » pour la femme active, manteau/trench pour une allure urbaine sans oublier nos robes pour un style plus sophistiqué pour le soir ou un évènement particulier. Nos prix varient donc en fonction des tissus, des coupes et des détails de 120€ à 700€. Est-il possible de faire du sur mesure ? Nous proposons un service Sur Mesure pour créer la tenue dont chaque femme rêve, une tenue sur mesure ... A chaque budget sa solution! Chaque femme a une morphologie différente et le vêtement sur mesure, c’est un vêtement qui s’adapte parfaitement au corps, qui correspond à nos envies et qui met la femme en valeur. Pauline et Julie «SUR MESURE», c’est : * créer un modèle unique pour mettre en valeur les formes et les rondeurs, * trouver le tissu et la couleur qui vous convient, * adapter sa tenue à son état d’esprit * se sentir belle et se faire plaisir. De la robe de mariée à la tenue working girl, tout est possible mais il faut faire attention aux délais… Mais nous nous tenons à dispositions par mail info@paulineetjulie.com De quelle façon votre expérience de la haute couture a influencé vos choix et décisions dans le design et la création des vêtements mais aussi dans l’approche marketing de la marque Pauline et Julie L’expérience de Pauline dans la Haute Couture nous a influencées dans le choix des tissus, dans un souci du détail et de la finition du vêtement. Nous ne sommes pas en Haute Couture mais le souci de toujours

Quels sont les éléments qui différencient votre marque de celles continued / suite ...

ZESTE • ZEST

223

I N T E R V I E W offrir un travail de qualité est notre ligne de conduite. Penser le vêtement comme un plaisir. Travailler chaque pièce de la collection pour créer une osmose entre le vêtement et la femme qui le porte Du point de vue marketing, Pauline et Julie s’inscrit dans une offre haut de gamme pour les femmes rondes qui aiment la mode et qui veulent affirmer leur personnalité en étant en adéquation avec leur tenue. Si vous pouviez habiller 3 personnages historiques (femmes), qui serait –ce ? Pourquoi ? Et si vous deviez choisir 3 femmes célèbres qui choisiriez vous et pour quelles raisons ? Marie Antoinette, pour son aspect frivole et ses excès… La Vénus Callipyge, pour ses belles fesses… même si c’est juste la statue d’une déesse ! et Jessica Rabbit, la femme de Roger, car elle est tellement sexy. Gossip parce qu’elle revendique ce qu’elle est… une Rockstar, La voisine d’à coté qui n’est certes pas célèbre mais qui comme A.Warhol le disait : « a droit à son ¼ d’heure de célébrité ». Quand vous créez, quelles sont vos influences ? On trouve nos influences dans notre enfance, nos souvenirs, nos voyages. Notre première collection, c’est un peu de tout ça mélangé à l’univers de la rue, à l’imprégnation des autres arts, à nos lectures, à nos rencontres et à nos rêves… Écoutez-vous de la musique et quel type ? La musique tourne en boucle et nos goûts sont très éclectiques (jazz,rock ,pop,…). Nova comme trait d’union à nos PlayList où se fonde Brigitte, Gossip, The raptures et Ella Fidgerald. Notre dernière découverte Nameless un groupe Pop Rock Français. Vous avez choisi la bloggeuse GVP en tant que muse pour votre premier défilé : qu’est ce qui vous a attiré chez elle ? On a rencontré Gaëlle a un Vide Dressing CosmoPlus. Virtuellement, on la connaissait déjà mais c’est ce jour là qu’elle nous a séduites… Son regard, son sourire, sa façon d’être elle. On s’est regardées avec Pauline et on a tout de suite su qu’elle pourrait représenter à

merveille, cette première collection Pauline et Julie parce qu’il y a chez elle, un je ne sais quoi de pop et coloré. C’est une « princesse » faite de ce mélange de culture et d’esprit, une beauté africaine. Si des femmes souhaitent devenir mannequin pour votre marque, quelles sont vos critères ? Comment doivent-elles s’y prendre ? Nous fonctionnons au coup de cœur… Nous n’avons ni limite d’âge, ni critères physiques particuliers sauf celui d’être bien dans ses baskets, de faire une taille 42 à 54, et d’avoir envie de porter nos créations. Pour devenir mannequin pour les évènements Pauline et Julie, il suffit de nous envoyer un mail avec les informations nom /prénom / âge / coordonnées / mensurations (taille-tour de poitrine-tour de dessous de poitrine-tour de taille-tour de hanche-taille de vêtementspointure) et 2 photos (portrait + de pied) à l’adresse casting@ paulineetjulie.com Si des personnes souhaitent acheter des vêtements de votre marque, quel est le meilleur moyen pour le faire ? La marque n’est pas encore distribuée car la collection sortira au printemps 2013. Pour les plus impatientes, quelques modèles Automne-Hiver 12/13 sortiront au mois d’octobre 2012 pour une collection capsule en série limitée. Pour être informée des dates de vente, il faut nous envoyer un mail : « Vente privée » sur info@paulineetjulie.com On propose dès aujourd’hui des modèles sur commande. Comme pour le « Sur Mesure », il suffit de nous demander des informations et on voit ce que l’on peut faire par rapport aux besoins, aux envies, aux délais. C’est très simple, en nous envoyant un mail sur info@paulineetjulie. com avec vos coordonnées, on vous répond le plus rapidement possible. Et pour celles qui veulent nous suivre...pour être les premières informées, il y a notre site internet http://www.paulineetjulie.com/ , notre blog http://blog.paulineetjulie.com/ ou la page Facebook https://www.facebook.com/paulineetjulieparis et bientôt en s’inscrivant à la newsletter Pauline et Julie. Dernière information, le site va aussi être en version anglaise dans peu de temps… Traduction : Alexandra Alsén Dykler

Tell us about yourselves. Pauline et Julie is a new designer brand which offers a range of trendy clothes for young curvy women. Our brand offers clothes from (French) size 42 up till size 54. Our designs, are all made in France, and made to compliment the curves of every women. Every design is made to compliment every asset of women, and especially curvy women. Our goal is to break some dictates that you can find in the fashion industry, so curvy women can also enjoy the pleasure of wearing trendy clothes. Pauline et Julie is above all an idea, “a context”, a story. It’s the desire to design clothes that would suit Julie but would also be to Pauline’s liking. We are two sisters, two designers with complete opposite physical appearance although we think alike. The brand Pauline et Julie is the result of our complicity. Why a sister team? Pauline is a fashion designer and has worked for a lot of them in particular Alexis Mabille but also for famous houses like Balenciaga and Givenchy. And me (Julie) I’m an architect but I wanted to do something else for a living. We have always wanted to create something together. Even if we’re not the same age, we have an exclusive relationship… We are complementary which allows us to form a great duo. “Pauline is my other half… in every sense! From the creation to the realization, we do everything together. We share the work according to our skills… Don’t ask you’ll never see me with a needle in my hand. It’s Pauline who sews. How does your sisterhood influence your designs? Our designs are like small parts of us… Especially this 2013 Spring/Summer collection inspired by our childhood, our memories, our complicity. Our culture and the way we were brought up are identical but even if there are a lot of differences in our character, our references and ideas match. We know each other inside out. There’s no need for words… Sometimes only a look is enough. Our designs are the reflection of our desires. To design a collection it’s something very intimate, and it’s almost like showing your true self. Pauline et Julie is our story.

224

ZESTE • ZEST

I N T E R V I E W What aspects of both of your personalities are woven into your designs? Pauline is fiddly, every details count… Julie always wants more, she must be tempered… When you were young did you ever imagine becoming designers? Pauline has always wanted to be a designer. At age 3, she was already choosing her looks and was designing jewelry to accessorize her outfits… To have her own brand is just the logical outcome of her growing up. It took longer for Julie to find herself; she has always been wrapped in a creative atmosphere and was an admirer of designers, it’s only recently that she saw herself as a one. Did you make clothes for your Barbie dolls? When we were small we had a huge collection of Barbie dolls but our favorite game was to create a huge doll house with wood pieces of furniture made by our grand-father and a whole bunch of diverted accessories. The look of our Barbie’s changed according to their jobs and a friend, who’s a designer, kindly made the dresses we wanted. Of course we kept everything. Playing with Barbies was like creating a whole new universe for us, the house of our dreams... What drew you to start the company? We had this idea for such a long time. We only needed the perfect time to start the adventure. It’s our relationship that made the project possible. We have always done our shopping together and it was always the same disappointment when at the shops. Thus, Pauline started making me tailor-made clothes according to my wishes... And that’s how we started.

There is a mystic surrounding French women, what type of women do you see wearing Pauline et Julie apparel? The woman wearing Pauline et Julie is a curvy lady, totally modern and in sync with her time. Our brand is for every woman who wants to feel beautiful in her clothes, who loves fashion and who wants to have a look adapted to the way she thinks. Our creative approach is all about the beauty of the body and how to compliment curves. What is the price range of your collection? Pauline et Julie is a designer brand « made in France » It’s small collections and some models have a number on the tag to show that only a few are made. Tops, stretch skirts, tunics, and « streetwear » dresses for modern women. Coats and trench for a city-look and let’s not forget our dresses to be worn during a night out or for a special event, for a more sophisticated style. Our price range depends on the fabrics, the cuts and the details. It begins at 120€ and can go up to 700€. Can items be special ordered? We do offer tailor-made clothes so every women can have the outfit of her dream : there’s a solution for every budget ! Every woman is different and tailor-made clothing is an outfit which adapts itself perfectly to the body wearing it, it has also to be to the liking of the one wearing it, and must compliment the woman. Tailor-made clothing by Pauline et Julie is : • To create a unique design to compliment the curves • To find the right fabric • To adapt the outfit to your spirit • To feel beautiful and to indulge oneself From the wedding gown to the working girl outfit, everything is possible but you must keep in mind timing so that we can plan ahead. We are at your disposal by email at info@paulineetjulie.com

We know each other inside out. There’s no need for words… Sometimes only a look is enough.

When you can’t find what you like, when you’re young, and when you want to follow fashion, we thought we could offer young and trendy clothes collections adapted to curvy women. The idea of Pauline et Julie is to create a modern and trendy clothing brand for curvy women. To dress up and enjoy it ! Paulie et Julie, it’s simply to show that you can be curvy and still be fab. Who are each of your favorite mainstream designers? Have you favorite plus size designers? Our favorite brands are : Marc Jacobs and N2 by Les Néréides for the accessories. Pura Lopez for the shoes. In the plus industry, we especially like the designs of Jibri. It’s fun and colorful... What separates your line of clothes from what already exists in plus size fashion? What makes us different from other brands is that before talking about plus fashion, we’re thinking fashion and women. Curvy ladies are simply women with more generous attributes... Who need clothes to be cut correctly in order to complement their curves. To dress up is to have fun and to feel beautiful. Do you feel that the plus size clothing industry in France stands out in relation to its European counterparts? How do you feel it compares/competes on a more global level? In France, the plus industry is not very developed although alot of women are actually curvy. However, there’s still a positive evolution these last years but we still are far behind other European countries. The bloggers and online magazines do work to make this market grow, and the associations do help French curvy women to learn how to love their bodies and not mistreat them. We hope that one day, France which is the country of fashion, will also become the one for the plus fashion industry.

How has working in haute couture colored your choice of construction, execution and marketing? The experience Pauline gained while working in Haute Couture influenced us when choosing the fabrics but also in the attention given to details on the clothes. Our brand is not Haute Couture but quality work is our motto, that, and seeing clothing as pleasure - to design every piece of the collection, to create a perfect match for the woman wearing the design. On the marketing side, Pauline and Julie is a high-end brand for curvy women who love fashion and who want to assert their personalities while matching their outfit. If you could dress 3 women from history who would they be and why? And if you could dress 3 existing women who would they be and why? Marie Antoinette for her frivolous and excessive side... The Vénus Callipyge for her beautiful bottom... even if it’s only the statue of a goddess ! Jessica Rabbit, Roger’s wife, because she’s so sexy. Beth Ditto of GOSSIP because she claims what she truly is : a rockstar. Our friendly neighboor who is of course not famous but as A. Warhol said : « everybody deserves his moment of glory ». When you design what are your greatest influences? We are influenced by our childhood, our memories, our travels. Our first collection is all about that, mixed with the street universe, other form of arts, from our readings, the people we meet and of course our dreams... When you create do you listen to music and if so what do you listen to? Music is always playing in our house and our taste is very eclectic (jazz, rock, pop, etc). Our playlists mix up Brigitte, Gossip, The Raptures and Ella Fitzgerald. continued / suite ...

ZESTE • ZEST

225

I N T E R V I E W Our latest discovery is Nameless, a French pop rock band http://nameless.fr/ . You chose blogger Gaelle-Vanessa Prudencio as the muse for your first runway show, what drew you to choose Gaelle? We met Gaëlle during the private sale Of CosmoPlus. We knew of her before thanks to her blog, but that was the day she really did seduce us... Her eyes, her smile, the way she was being herself. We looked at each other and we knew that she could perfectly represent this first collection of Pauline et Julie as there’s something fun and so colorful in her. She is a « princess » with different cultures and spirits : an African beauty. If women are interested in becoming models for your line, what is the best course of action? We have no criteria when it comes to choose our models... there’s no age limit, no special requirements. The only thing requested is that you feel great about yourself, that you are between a size 42 and 54 and that you want to wear our designs. To become a model for the Pauline et Julie events, all you need to do is send us an email with your personal details : first name, last name, age, address, measurements (height, chest size, waist size, hips size, clothes size, shoes size), two photos (portrait and one showing your full body) at the email address : casting@paulineetjulie.com If someone is interested in buying some of the clothes in your line what is the best way to go about that? The brand is not yet sold anywhere as the collection will be launched during Spring 2013. However, if you can’t wait to get your hands on some of the pieces in the 2012/2013 Fall/ Winter collection, they will be sold in very limited quantities in October of 2012. If you want to know the sales date, you must send us an email, stating « vente privée » in the subject line to info@ paulineetjulie.com As with the tailor-made clothing, all you have to do is to send us an email with your inquiry and we’ll do everything possible to satisfy everybody. It’s easy, send us an email at info@paulineetjulie. com with all your details and we will get back to you as quickly as possible. And for those who would like to follow us : Here’s our website : http://www.paulineetjulie. com/ Our blog : http://blog.paulineetjulie.com/ Our fan page : https://www.facebook.com/ paulineetjulieparis Soon there will be a Pauline et Julie newsletter. And finally, the website will be available in English soon... Translation by Alexandra Alsén-Dykler

226

ZESTE • ZEST

PHOTO: Debas Photography 228

MODEL: Ivory Kalber Photographed by: Debas Photography HAIR: Aliza Belinda MAKEUP: Bre Kali CLOTHING: Curvy Girls Bridal jewelry: Emeka Chukwu Stylist : Stanley / Ivory Produced by: Stanley Desbas / Ivory May Kalber

ZESTE • ZEST

PHOTO: Debas Photography

229

ZESTE • ZEST

230

ZESTE • ZEST

PHOTO: Debas Photography

PHOTO: Debas Photography

231

ZESTE • ZEST

232

ZESTE • ZEST

PHOTO: Debas Photography

PHOTO: Debas Photography

233

ZESTE • ZEST

Artist Feature: Deirdre Marilee

C. West Jones

Artist Feature: Deirdre Marilee

C. West Jones

Artist Feature: Deirdre Marilee

C. West Jones

Artist Feature: Deirdre Marilee

C. West Jones

238

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

MODEL: Melissa Laycy, Hugh’s Models UK Photographed by: Velvet d’Amour HAIR & MAKEUP: Mounira Boughanem CLOTHING: Carmakoma

ZESTE • ZEST

239

240

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

241

ZESTE • ZEST

242

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

243

ZESTE • ZEST

244

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

245

ZESTE • ZEST

246

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

247

ZESTE • ZEST

248

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

249

ZESTE • ZEST

250

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

251

ZESTE • ZEST

252

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

253

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour 254

MODEL: Ana Stan Photographed by: Velvet d’Amour HAIR & MAKEUP: Mounira Boughanem Retoucher: Viktoria shadowvik1988@gmail.com

ZESTE • ZEST

ZESTE • ZEST

255

PHOTO: ©Velvet d’Amour

MODEL: Melissa Laycy, Hugh’s Models UK Photographed by: Velvet d’Amour HAIR & MAKEUP: Mounira Boughanem CLOTHING: Vivienne Westwood

256

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

257

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour 258

MODEL: Catherine T Photographed by: Velvet d’Amour HAIR & MAKEUP: Mounira Boughanem CLOTHING: Martina Marekova

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

259

ZESTE • ZEST

260

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

261

ZESTE • ZEST

264

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

265

ZESTE • ZEST

266

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

267

ZESTE • ZEST

268

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

269

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour 270

catherine t www.etpourtantjeveuxvivre.blogspot.com

Interview par Velvet Interview by Velvet d’Amour

ZESTE • ZEST

I N T E R V I E W Comment avez-vous rencontré VOLUP2? Quelle a été votre expérience lors de votre rencontre avec la styliste, puis le fait de venir à Paris, et d’être photographiée? J’ai répondu à une annonce lue dans un magazine de santé en ligne. On cherchait des femmes ayant eu le cancer pour servir de modèle. J’ai envoyé deux photos et les choses se sont passées très vite. La styliste est venue chez moi avec une valise pleine. J’ai essayé de tenues qui étaient totalement différentes de ce que j’ai l’habitude de porter, plus audacieuses - moi je m’habille plutôt classique. J’ai aimé tous ces vêtements pleins de couleur et de gaité; la robe noire était élégante et originale, je me sentais très jolie en la portant. Ma venue à Paris était comme une grande aventure. J’ai vécu dans le Quartier des Abbesses où les photos ont été prises. La nouveauté était de me retrouver maquillée par une professionelle... et me retrouver entrain de poser en plein air! Je n’ai jamais posé comme modèle donc été surprise de voir que j’étais si jolie sur les photos! Jouer au top model d’un jour était très amusant grâce à la personalité très chaleureuse de Velvet. Velvet a été source d’inspiration, plein d’énergie et iradiant le ‘zeste’ qu’elle souhaitait insuffler dans son edition. Vous êtes en train de lutter contre le cancer, comment cela a-t-il changé votre vie? Cela a changé la façon dont je regarde tout. Je ne sais jamais lorsque je fais ou je vois quelque chose, si c’est pour la dernière fois. C’est très triste. Mais, je me dis que, puisque ma vie peut être courte, alors je dois vraiment en profiter plus que jamais. J’ai des émotions plus profondes pour les choses belles et je ressens un amour plus profond pour les gens autour de moi, mon fils, ma famille, mes amis. Je sais mieux où sont mes priorités dans la vie car je ne peux plus me permettre de perdre du temps et de l’énergie sur les petites choses. J’ai fait une liste des choses que je veux encore à faire dans ma vie, ma “bucket list”, et j’ai commencé à réaliser mes plus grands rêves, un par un. Comment votre lutte contre le cancer a-t-elle affecté le ressenti personnel de votre féminité? À un certain moment, après une chirurgie lourde et plusieurs mois de chimiothérapie, la douleur physique m’a fait me sentir horrible. La cicatrice sur mon ventre me faisait penser que je devais ressembler à Elephant Man - je me sentais à peine humaine. Progressivement ces sentiments sont partis. La cicatrice? C’est mon histoire écrite sur moi, comme un tatouage. Je m’y habitue. Mais avoir les cheveux courts reste quelque chose de difficile: je me sens trop masculine et peu attirante, manquant terriblement de féminité. Les photos prises avec Velvet m’ont aidée à bien des égards à me sentir beaucoup mieux dans mon nouveau look. Cela a été un moment important dans ma reprise de confiance en moi. Je sens maintenant que je peux à nouveau paraitre féminine. Vous êtes la mère d’un garçon de 10 ans, comment le diagnostique vous a-t-il affectée en tant que parent? Je me sentais vraiment coupable même s’il n’y avait aucune raison: je n’ai rien fait pour attraper ce cancer, au contraire j’était très sportive. Mais j’étais terrifiée de penser que ma mort prématurée allait ruiner l’enfance et toute la vie de mon fils. J’ai perdu ma mère à cet âge, donc je ne sais que trop bien à quel point il est difficile pour un enfant à vivre sans sa mère. Mais j’essaie de ne pas trop m’inquiéter, et de faire des choses pour lui. Je suis plus attentive à son propre monde, ses jeux et ses héros. Nous sommes allés en vacances au ski entre deux traitements, il a adoré. Je vais bientôt subir une nouvelle chimiothérapie pour une paire de mois, mais je pense déjà aux vacances que nous aurons ensuite. Je veux qu’il ait une enfance vraiment belle avec des tas de beaux souvenirs inoubliables. Avez-vous quelques sages conseils à partager avec d’autres personnes dans la même situation? C’est vraiment difficile, mais nous devons accepter notre nouvelle réalité et faire de notre mieux avec ce qui nous reste. Il faut du courage et cela ne peut venir que de nous-même. Mais il y a aussi beaucoup de gens autour de nous qui sont prêts à aider. Accepter l’aide des autres est vraiment important, car les traitements sont trop longs et douloureux pour qu’on y soit confronté seul.

Le fait que vous vous battez contre le cancer change-t-il la façon dont les gens vous traitent? Oui, bien sûr. Beaucoup de gens ont montré une générosité exceptionnelle et ont voulu aider d’une manière ou d’une autre. Je ne savais pas que tant de gens m’aimaient jusqu’à ce que je sois malade! Beaucoup de gens m’ont envoyé des cartes, e-mails, des fleurs ...! C’était très touchant. J’ai plus d’amis maintenant qu’avant. Pour certains, je suis devenu une source d’inspiration parce que j’ai essayé de rester positive et forte. Dans ma vie professionnelle, je suis chercheur en psychologie et j’ai donc utilisé ma connaissance et mon esprit scientifique pour trouver et partager quelques idées sur un blog pour aider les patients qui passent par là. J’y raconte ma nouvelle vie en tant que patiente et j’explique ce que je tente de faire pour continuer à aller le mieux possible et rester active face à la maladie. Il y a un effet boule de neige: Plus vous êtes battant, plus vous attirez les gens, et plus vous recevez soutien et donc plus cela aide à rester fort. Certaines personnes que j’avais trouvées amicales avant ma maladie n’ont pas été présentes - le genre de personnes qui disent qu’ils vont vous rendre visite mais ne le font jamais. Sont-ils effrayés par les maladies? Leur silence signifiait pour moi qu’ils ont pris leurs distances. C’est très triste et presque insultant, parce que je ne suis pas le cancer, je suis toujours moi. Heureusement ce n’est qu’une petite minorité et je suis désolée pour eux. Je leur en ai voulu mais c’est passé. Vous avez mentionné qu’un jour alors que vous étiez dans la salle d’attente à l’hopital, il y avait un magazine dédié aux femmes qui ont le cancer. Parmi les magazines féminins ordinaires, pensez vous que ces magazines ont un effet psychologique sur les femmes? Que pensez-vous que les magazines ou les médias en général peuvent faire pour être plus inclusifs? Au cours de mon traitement contre le cancer (hors de France), il y avait des magazines dédiés à des patients cancéreux dans les salles d’attente à l’hôpital ou au centre de rééducation. Dans ces magazines, j’ai vu pour la première fois des photographies des femmes qui avaient perdu leurs seins ou portaient des cicatrices importantes comme la mienne. Les images étaient artistiques et les femmes étaient très belles, en dépit de leurs cicatrices. Cela m’a beaucoup frappée. J’ai réalisé alors que je serais ok après le traitement et qu’une cicatrice ne défigure pas l’ensemble du corps et ne définit pas une personne. Ce qui rendait ces femmes si belles, c’est qu’elles étaient encore en vie, en bonne santé à nouveau, elles riaient et semblaient si heureuses de vivre! Les autres magazines féminins, et il y a beaucoup de salles d’attentes, honnêtement je les ai progressivement évités: Tous les modèles ont les cheveux longs et splendides qui volent au vent, et la plupart des articles parlent d’amour et de sexualité. Pour moi qui avait perdu mes cheveux longs lors de la chimio, regarder ces créatures me faisait du mal. J’étais célibataire et les espoirs de construire une nouvelle relation semblaient désormais impossibles. J’avais désespérément besoin de quelque chose qui allait m’aider à me sentir mieux et me redonner des forces. Or ces magazines me faisaient sentir marginale et laide. Qu’est-ce qui vous donne de la force? Je continue à faire des projets pour l’année à venir, en dépit des incertitudes. Je ne sais pas si je vais être en bonne santé ou même vivante dans un an. Cependant, je continue à organiser mes prochaines vacances et je réfléchis à quelques projets. J’ai plusieurs projets d’écriture à l’esprit, et je travaille sur un livre une à deux heures par jour. Cela me donne une raison de me lever le matin. Que vous apporte la paix? J’ai fait de mon mieux. Je n’ai pas eu une vie parfaite, mais jusqu’à présent, j’ai vraiment fait de mon mieux. J’ai travaillé dur. J’ai eu de bons moments. J’ai beaucoup voyagé. J’ai pris des risques. Et je n’ai pas de regret. Penser que j’ai eu une bonne vie, malgré des moments difficiles, et que j’ai fait de mon mieux, me permet de me sentir en paix avec moi-même. continued / suite ...

ZESTE • ZEST

271

Quels sont vos trois citations préférées? Je n’ai pas de citations préférées, mais j’ai des images préférées. J’ai à l’esprit l’image d’un nageur néerlandais qui a remporté une médaille d’or olympique quelques années après avoir vaincu son cancer - personne ne pensait qu’il serait jamais en mesure de revenir à un niveau de compétition. J’ai aussi à l’esprit le portrait d’une femme que j’ai vu dans un magazine. Elle a été photographiée parce qu’elle a eu une récividive de son cancer des ovaires il y a 26 ans. Selon les statistiques, elle ne devrait pas être encore vivante. Et pourtant, elle est toujours là. Et j’ai vu sur internet un homme marchant sur les mains ... il était dans un fauteuil roulant! Imaginez, il se tenait debout sur ses mains avec ce fauteuil au-dessus de sa tête: Combien d’heures de formation faut-il, d’échecs, de volonté et de motivation pour y parvenir? Combien de personnes doivent lui avoir dit d’arrêter d’essayer et qu’il ne serait jamais capable de le faire? Ce sont des images que je rappelle à ma mémoire quand le courage me lâche et que j’ai besoin d’inspiration et d’espoir.

How did you come across VOLUP2? And how was your experience meeting the designer, coming to Paris, and being photographed? I replied to an advertisement seen in an online health magazine. They were asking for women who had cancer to come and model. I sent two pictures and things happened really quickly. The designer came at my home with a large suitcase. I tried outfits that were totally different from what I usually wear, more daring. I usually dress rather classic. I loved the colorful clothes, full of freshness; and the black dress was elegant and original, I felt very pretty in it. Coming to Paris felt like a big adventure. I’ve lived in the Quartier des Abbesses where pictures were taken. The novelty came from wearing a professional make-up and posing in an open space. I had never modelled before, so I was surprised to see that I could look so pretty on Velvet’s pictures! To play the top model for one day was really fun, because of Velvet’s warm personality. Velvet was inspiring, full of energy and iradiating the ‘zest’ that she wanted for the issue. You are currently fighting cancer, how has this changed your life? It changed the way I look at everything. I never know if something I do or see is for the last time. It’s very sad. But, I keep telling myself that, since my life may be short, then I should really enjoy it more than ever. I have deeper emotions for beautiful things and deeper love for people around me, my son, my family, my friends. I know better where my priorities in life are and can’t afford to loose time and energy on small things. I’ve made a list of the things I still want to do in my life, my “bucket list,” and I’ve started to do them, one by one.

PHOTO: ©Velvet d’Amour

How does dealing with cancer effect your personal sense of womanhood? At some point, after a heavy surgery and chemotherapy, the physical pain made me feel horrible. The scar on my belly made me feel that I was Elephant Man, hardly a human anymore. Progressively these feelings went away. The scar? It’s my history written on me, like a tatoo. I get used to it. But having short hair is still something I find confronting: I feel too masculine and not attractive, terribly missing feminity. The pictures taken for this issue with Velvet helped me in many ways to feel much better about my new look. It has been a turning point. I feel now that I can look feminine again.

272

You are a mother to a 10 year old boy, how has your diagnosis effected you as a parent? I felt really guilty even though there is no reason - I did nothing wrong to get cancer, on the contrary, I was very sportive. But I was scared that my premature death would ruin his childhood and his life. I have lost my mother at this age, so I am in really good position to know how terrible it is to live without a mother at this age. But I try to not worry too much, and to do things for him. I am more attentive to his own world, his games and his heroes. We went on ski holidays in between two treatments, he loved it. I will undergo another chemotherapy soon for a couple of months but I am already planning a holidays for both of us afterwards. I want him to have a really great childhood with lots of unforgettable moments.

ZESTE • ZEST

Have you any words of wisdom to share with other people in the same situation? It’s just hard but we have to accept our new reality and make the most with what remains. It takes courage and can only come from us. But there are also a lot of people around us who are willing to help. It’s important to accept people’s help, because these treatments are too long and painful to go through all this alone. Does the fact that you are battling cancer color how people treat you? Yes, of course. A lot of people have shown exceptional generosity and wanted to help in some ways. I didn’t realize so many people liked me until I was sick. Many people sent me cards, emails, flowers...! It was very touching. I have more friends than I ever had before. For some I have become a source of inspiration because I have tried to remain positive and strong. In my professional life I am a researcher in psychology and so I’ve used my knowledge and scientific skills to find out and to share some ideas on a blog to help other patients going through this. I share my life as a patient and I explain what I’m learning to try to keep on feeling well and remain actively fighting the disease. There is a snowball effect: The stronger you are and the more you attract people and so the more support you get and the stronger you become. Some people whom I found friendly before my disease have not been supportive - the kind of people who promiss they will come to visit but never do. Are they scared by diseases? Their silence meant for me that they took their distances. This is very sad and almost insulting, because I am not cancer, I am still me. Fortunately it’s only a small minority and I am just sorry for them. I used to resent them but not anymore.

What gives you strength? I keep on making projects for the coming year, in spite of the uncertainties - I do not know if I will be in good health or even alive in one year. However, I keep on organizing my next vacations, and building projects. I have several writing projects in mind, and I work on a book, a few of hours a day unless I am unwell due to the treatments. This gives me a reason to get up in the morning.

What brings you peace? I’ve done my best. This has not been a perfect life, but so far, I’ve really done the best I could. I have worked hard. I had good times. I’ve travelled a lot. I took risks. I have no regrets. Thinking that I had a good life, despite some hard times, and that I did my best, enables me to feel at peace with myself. What are your three most favorite quotes? I do not have favorite quotes, but I have favorite images. I have in mind the image of a Dutch swimmner who won an Olympic Gold medaille a few years after figthing cancer - nobody thought he would ever come back to a competition level. I have in mind the portrait of a lady whom I saw in a magazine; she had been photographed because she had an ovarian cancer recurrence 26 years ago. According to statistics, she should not have survived. And yet, she is still among us. And I have seen on the internet a man walking on his hands... he was in a wheelchair! So he was standing on his hands with this wheelchair above his head: How many hours of training does it take? How many times did he fail, and how much will power and motivation does it take? How many people must have told him to stop trying and that he would never be able to do it? These are images that I bring back to my mind when I lose courage and I need inspiration and hope.

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

You mentioned that when you are in the waiting room at the hospitol, there was a magazine which was aimed towards women with cancer. Amongst the more mainstream womens magazines, do you feel that magazines have a psychological effect on women? What do you think magazines or media in general can do to be more inclusive? During my cancer treatment (outside France), there were magazines dedicated to cancer patients in waiting rooms at the hospital or at the reeducation center. In these magazines, I’ve seen for the first time photographies of women who had lost their breasts or had large scars like mine. The pictures were artistic and women all looked very beautiful in spite of their scars. It had a very strong effect on me. I felt for the first time that I would be ok after the treatment and that a scar doesn’t defigurate the entire body. What made these women beautiful was that they were still alive, looking healthy again, laughing and enjoying life. The other feminine magazines, and there are plenty in waiting rooms, honestly I ended up avoiding them: All models have long and georgeous hair, and most articles are about love and sexuality. For me who had lost my long hair during chemo, this was hard to look at these creatures. I was single and hoping to start a relationship felt impossible. I desperatly needed something to lift up my spirits and give me strength. But most women magazines made me feel marginal and ugly.

273

Artist Feature: S.J.

Hart

Artist Feature:

S.J. Hart

Artist Feature: S.J.

Hart

Artist Feature:

S.J. Hart

Artist Feature: S.J.

Hart

Artist Feature: S.J.

Hart

PHOTO: ©Velvet d’Amour 280

MODEL: Yoelle Smith Photographed by: Velvet d’Amour HAIR: Carole Douard MAKEUP: Laura Merle CLOTHING: GOA at Anticode

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

281

ZESTE • ZEST

282

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

287

ZESTE • ZEST

288

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

289

ZESTE • ZEST

290

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

291

ZESTE • ZEST

292

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

293

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

MODEL: Leila Photographed by: Velvet d’Amour MAKEUP: Miki Suzuki SHOES: AX Paris

294

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

295

ZESTE • ZEST

296

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

297

ZESTE • ZEST

298

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

299

ZESTE • ZEST

300

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

301

ZESTE • ZEST

302

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

303

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour 304

MODEL: Stephanie Woodard Majors Photographed by: Velvet d’Amour MAKEUP: Laura Merle CLOTHING: Youtheary Khmer Glasses special thanks to Ginger Diamond Retoucher Shy Burgos Special thanks Larissa Pommeraud and Tameka

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

305

ZESTE • ZEST

306

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

307

ZESTE • ZEST

308

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

309

ZESTE • ZEST

theary khymer THEARY SIM, YOUTHEARY KHMER En quoi tes origines cambodgiennes influencent-elles tes créations ? J’adore mes origines. Elles ont une très grande influence sur ce que je fais. Des tissus à l’esthétique des modèles, tout y est lié et détaillé. Beaucoup de mes modèles peuvent avoir une signification particulière, de la façon dont on fait un nœud aux jeux de couleurs du tissu. Les coutumes cambodgiennes sont si accueillantes que l’on ne peut s’empêcher d’être inspiré par cette culture. Je pense d’ailleurs que mes collections seront toujours influencées par elle. Plus que des tendances, c’est un style de vie que je veux créer. Ton expérience en tant que mannequin a-t-elle une influence sur ton travail en tant que créatrice ? Le fait d’avoir été mannequin grande taille m’a permis de devenir une créatrice à part entière. En tant qu’ex-mannequin, je connais cette première impression que l’on ressent lorsque l’on est la première personne, en dehors de l’équipe de création, à voir un modèle fini. Le rôle d’un mannequin est de présenter un modèle au mieux, mais au fil du temps, nous apprenons à développer notre propre opinion, nous devenons des « supportrices silencieuses ». Même si on nous encourage à aimer les modèles que nous portons, nous nous faisons des notes mentales sur ce que nous achèterions ou ce que nous ne voudrions jamais porter, sur ce qui sied le mieux et sur ce qui rendrait

310

ZESTE • ZEST

Interview par Velvet Interview by Velvet d’Amour

un modèle encore plus fabuleux. Aujourd’hui, j’utilise ces notes mentales lorsque je crée mes modèles. J’essaie de garder à l’esprit les réflexions que je me faisais quand j’étais mannequin et de me rappeler des choses qui me permettraient d’améliorer mes créations. Aussi, heureusement pour moi, la trentaine de mannequins taille réelle de la Plus10 Division que j’ai créée sont là pour essayer mes modèles et faire office de supportrices pas si silencieuses que ça ! Qu’as-tu étudié à l’Université Clark Atlanta ? Quelle est la tendance dominante à Atlanta ? Tes modèles reflètent-ils cette tendance ? À l’Université Clark Atlanta, j’ai étudié le stylisme et le marchandisage dans le domaine de la mode, tout en préparant un MBA en marketing. Ici, la mode est très influencée par la culture du Sud. En matière de mode, le lieu a une influence incroyable. Et Atlanta ne fait pas exception à la règle : accents prononcés du Sud, personnalités hautes en couleurs et autres excentricités. Atlanta prend beaucoup de risques et n’a pas peur de sortir des sentiers battus. Mon déménagement de l’Oregon à la Géorgie a marqué un réel tournant dans mon style. À Atlanta, être différent n’est pas mal vu, j’ai appris à prendre des risques. Cette ville m’a permis de montrer mon style sans aucune limite. En plus, j’ai un profond respect pour l’innovation dont les locaux font preuve et la façon dont ils s’approprient les tendances pour créer leur propre style.

I N T E R V I E W Pour quelles célébrités as-tu travaillé lorsque tu étais styliste de célébrités ? Certains de leurs styles personnels se reflètent-ils dans ta façon de travailler ou dans tes créations ? Lorsque j’étais styliste de célébrités, je travaillais avec des artistes qui voulaient toujours quelque chose de différent et unique. Comme je n’arrivais jamais à trouver ce qu’ils voulaient, j’ai commencé à créer mes propres modèles. J’ai eu le plaisir de travailler avec Brian McKnight, Chrisette Michelle, Angie Stone, Ciara, Andre3000, Big Boi, Sherri Shepard, Monique et quelques autres. J’ai tellement appris en matière de stylisme et de création artistique que, pour moi, cela a été tout naturel de me lancer dans la mode. Quelle personne t’a le plus influencée dans ta vie et dans ta carrière, et pourquoi ? La personne qui m’a le plus influencée dans la vie est mon père. Quand j’étais adolescente, j’avais quelques doutes à propos de mon choix de carrière. Les familles asiatiques, en général, encouragent leurs enfants à choisir la stabilité financière. Une carrière artistique est un choix risqué, car on ne peut pas dire que ce soit vraiment stable d’un point de vue financier. Mon père m’a appris que le plus important dans la vie, c’est de vivre, et que si l’on n’est pas heureux, on ne connaîtra jamais ce que la vie à offrir. Après son décès, j’ai donc décidé de réaliser mes rêves et de ne jamais laisser le bonheur me filer entre les doigts. Tu es philanthrope dans l’âme. À quelles œuvres de charité fais-tu des dons et qu’est-ce qui te pousse à le faire ? Je me considère comme philanthrope dans l’âme, car mon père était un humanitaire et que mon cœur va là où il est. Je suis bénévole au Boys and Girls Club depuis l’âge de 13 ans. À l’avenir, j’aimerais ouvrir mon propre centre d’art pour les jeunes. Je passe également beaucoup de temps à m’occuper de l’organisme à but non lucratif que j’ai créé, Pretty Perfect, dont la mission est d’offrir un programme inspirant qui fournit aux jeunes un environnement positif dans lequel ils peuvent évoluer et être proactifs. Il faut apprendre aux jeunes filles qu’elles valent plus qu’un joli visage. Ton entreprise crée des vêtements très tendance et abordables. Cette décision fait-elle partie de ta démarche caritative ? Lorsque j’ai créé Youtheary Khmer, j’avais comme mission de remplir un vide : permettre des styles personnalisés et sans effort en offrant des vêtements bien coupés et de haute qualité, qui soient flatteurs et tendance. Je ne crois pas qu’il faille choisir entre qualité et prix. Je suis, avant tout, ma propre cliente. Si je n’ai pas l’intention d’acheter de robes à 300 $, je ne crée pas de robes à 300 $. Cette décision n’a rien à voir avec mon désir de venir en aide aux autres. Mon art est un don et un don ne prend de la valeur que lorsque l’on en fait profiter les autres. J’ai constaté que la taille de tes modèles s’arrête au 22 (taille 50 en France). Pourquoi ce choix ? Allez-vous proposer de plus grandes tailles ? (Dis oui !) Est-il possible de commander de plus grandes tailles contre un supplément ? Pour l’instant, les tailles vont du 12 au 24 (du 42 au 52). J’ai limité le choix des tailles à celles-ci afin d’avoir une idée du marché. Je suis nouvelle dans le domaine et mon but est de me focaliser sur le produit, pas sur les tailles. Pour moi, la taille n’est pas un facteur. Il s’agit d’offrir un produit avec lequel n’importe quelle femme pourra entretenir une relation à long terme. Au fur et à mesure que mon entreprise se développera, nous offrirons plus de tailles. Et non, les prix ne seront pas plus élevés pour celles qui ont davantage à offrir ! Les couleurs de ta collection sont magnifiques. Comment en es-tu venue à choisir ces couleurs ? Quelle importance la couleur revêtelle dans ton travail ? Je voulais créer une collection d’inspiration céleste, qui apporte une esthétique culturelle et des nuances électriques, créant ainsi une explosion de palettes de couleurs. Comme je suis un peu bipolaire sur les bords (!), j’ai forcé les combinaisons de couleurs discordantes et acidulées que l’on retrouve dans la nature. Le choix d’une palette de couleurs dépend énormément du thème. Une fois celui-ci arrêté, tout le reste semble se révéler par lui-même.

Quels sont tes créateurs préférés et quelle a été leur influence sur ton travail ? Quels sont tes créateurs français préférés ? Plusieurs créateurs ont influencé mon travail. J’adore l’innovation d’Alexander McQueen, j’admire la simplicité de Norma Kamali et les motifs reconnaissables entre tous de Missoni. Si je devais étiqueter ma collection, je choisirais la collection Lavin pour H&M, car elle offre des idées modernes tout en restant abordables. Mon créateur français préféré est, sans conteste, Chanel : lorsque l’on devient une référence, il n’est plus nécessaire d’évoluer, ce sont les autres qui évoluent autour de nous. Est-ce que tu écoutes de la musique quand tu travailles ? Si oui, qu’est-ce que tu écoutes ? J’écoute toujours de la musique quand je crée. Quand je travaillais comme styliste pour une société d’enregistrement, je baignais dans la musique. Écouter de la musique est donc devenu très naturel pour moi pendant le processus de création. Ce que j’écoute dépend de mon humeur et de la direction que je souhaite prendre. Si je veux créer une robe légère et un peu espiègle, j’écoute Norah Jones ou Gotye ou si je veux créer un blouson structuré au look futuriste, j’écoute Outcast ou Gym Class Heroes. Je crée au son d’une liste de lecture très personnelle. Si tu devais créer une tenue pour trois femmes historiques, quelles seraient-elles et pourquoi ? Si je devais créer une tenue pour trois femmes historiques, la première serait la première dame des États-Unis, Michelle Obama, la seconde Oprah Winfrey et la troisième Amber Riley, l’actrice qui joue dans Glee, elle ferait une ambassadrice idéale pour Youtheary Khmer. http://www.pretty-perfect.org Translation by/Traduction par Élodie Guitteaud

How do you feel your Cambodian roots influence your designs? I love my background. Being from Cambodia, everything I do has a major influence from my culture. From textiles to the design aesthetic, everything is so intricate and detailed. Many designs can have a specific meaning; from the way you tie a bow to the color pattern within the fabric. The traditions that locals have is so inviting that you become inspired with their culture. Every collection I develop will always involve influences from my heritage. It’s more than creating fashion trends; I want to create a lifestyle. Does your past experience as a model color your current experience as a designer? If so, how? Having experience as a plus size model gave me the ability to be a well-rounded designer. I had the opportunity to feel the first impression, meaning as models you get to experience the first look of a developed product outside of the creative team. As a model you are hired to display a product effectively, but you also develop an opinion that I call, silent supporters. We as models, are encouraged to like every outfit we get styled in, but we always make mental notes on which garments we would buy or never wear, what fits better on the body and what we would change that would make their product better. I use my mental notes when I design clothes today, I try to keep in mind the thoughts I had when I was a model and what things I would want to see that will help perfect my craft. Lucky for me, now I have 30 real size models from my Plus10 division that get to play dress up and be my not so silent supporters. What did you study at Clark Atlanta University? What is the predominant fashion flavor of the city of Atlanta and do your designs encompass that sense in any way? I studied Fashion Design and Merchandising with a dual MBA degree in Business Marketing at Clark Atlanta University. Fashion here in continued / suite ...

ZESTE • ZEST

311

I N T E R V I E W Atlanta has a lot to do with the southern culture. As we know fashion has a big influence with location, in the south is no different. Big southern accents, colorful personalities and eccentric styles, Atlanta takes a lot of risks and isn’t afraid to step outside of the box. Relocating to Georgia from Oregon, it was a big difference in style. Living in Atlanta I learned to take a chance and it’s ok if you’re different. Atlanta allowed me to showcase my talent without limittations and I have always respected their take on fashion and how Atlanlatns take on current trends and how they make it their own style. Who are some of the celebrity clients you worked with when you were a Celebrity Wardrobe Stylist? Did any of their personal style rub off on you or your designs? As a celebrity wardrobe stylist, I worked with artist that always wanted something different and unique. I could never find what they were looking for so I just started making it myself. I had the pleasure to style Brian McKnight, Chrisette Michelle, Angie Stone, Ciara, Andre3000, Big Boi, Sherri Shepard, Monique and a few others. I learned so much about style and the arts, that it was a natural transition into fashion design. Which person has been the strongest fashion influence in your life and why? The person that has been the strongest influence in my life is my father. I had doubts about my career choice as a teenager because typically in an Asian household you are encouraged to select a stable career. As an artist, it’s a chance that you take knowing that this may not be the most financially stable career. My father showed me that most important thing in life is to live. And if your not happy, you will never get to feel what life has to offer. When my father passed away, I decided to pursue my dreams and never watch happiness pass me by. You are a ‘Philanthropist at heart’, which charities do you donate to and what is the driving force behind that choice? I say that I’m a philanthropist at heart because my father was a humanitarian and my heart is where I keep him. I volunteered at the boys and girls club since I was 13 years old. In the future I plan open my own boys and girls club center for the arts. I also spend a great of time with my own non-profit organization. Pretty Perfect Non-Profit Organization’s mission provides an uplifting program where teens can get involved in a positive atmosphere and live a proactive lifestyle. Empowering young girls that we are more than a pretty face Your company makes highly fashionable clothes which don’t ‘break the bank’, is this decision part of your charitable attitude? When I launched Youtheary Khmer, I had a mission to fill a void. To provide custom, effortless looks by providing well made, high quality clothing that is flattering and trendy. I don’t believe that I should have to compromise quality with affordability. I am my own customer. If, I myself won’t buy a $300 dress, then I won’t be selling a $300 dress. My decision for keeping my clothing affordable, doesn’t have any influence with my charitable attitude. My craft is my gift.. And a gift is more special when it’s shared. I noticed that the size of your line stops at a 22, what influenced that choice, and will you consider extending the size range? (Please say yes!) And is it possible to order a larger size for an additional fee? At this time, I make sizes 12-24. I have limited to these sizes to just get a feel of things. I am new to the design field and I want to make sure that I focus on the product and not the sizes. Size is not a factor; it’s about providing a product that becomes every woman’s long-term relationship. I plan to have extended sizes as my company grows. And no, I will not charge an additional fee just because you have more to love. The choice of color in your collection is beyond sublime. How did you choose these colors? And how important is color for you when you design? I wanted to create a heavenly inspired collection that brings cultural aesthetic and electric shades creating a color palette

312

ZESTE • ZEST

explosion. I’m kind of Bipolar lol, so I forced clashing combinations of citrus colors that are found naturally in mother earth. Choosing a color palette during your design process is highly effected by the chosen inspiration. Once you have an inspiration, everything else seems to manifest itself. Who are your favorite designers and how have they influenced your designs? Who are your favorite French designers? I many have favorite designers that have influence my work, I love the innovation of Alexander McQueen, I admire the simplicity of Norma Kamali, and the recognizable motifs that Missoni crafts. If I were to brand my collection, I would choose Lavin for H&M because it provides, modern ideals with affordability. My favorite French designer is of course Chanel. When your classic like Chanel, you never have to change because fashion evolves around you. Do you listen to music when you are creating and if so what do you like to listen to? I listen to music every time I create. I was surrounded by music when I was a stylist for a record company. So, listening to music is very natural for me during my design process. The music I listen to depends on my mood and direction I want to go. If I want to create a soft, whimsical dress my play list may have Norah Jones or Gotye. If I’m looking to design a structured, futuristic blazer you might hear Outcast or Gym Class Heroes. I design to the beat of my own play list. If you could design for any three women in history which would they be and why? If I could design for any three women in history the first would be the first lady, Michelle Obama. Secondly, it would be Oprah Winfrey, and lastly I would love to design for Glee cast member Amber Riley, she is my ideal spokes woman for Youtheary Khmer. http://www.pretty-perfect.org Translation by/Traduction par Élodie Guitteaud

Artist Feature: Jennifer

Mercede Art, Etsy, Facebook

Artist Feature: Jennifer

Mercede Art, Etsy, Facebook

Artist Feature: Jennifer

Mercede Art, Etsy, Facebook

Artist Feature: Jennifer

Mercede Art, Etsy, Facebook

Artist Feature: Jennifer

Mercede Art, Etsy, Facebook

Artist Feature: Jennifer

Mercede Art, Etsy, Facebook

Artist Feature: Jennifer

Mercede Art, Etsy, Facebook

Artist Feature: Jennifer

Mercede Art, Etsy, Facebook

PHOTO: ©Velvet d’Amour

MODEL: Clementine Desseaux Photographed by: Velvet d’Amour HAIR & MAKEUP: Mounira Boughanem CLOTHING: Custom Yellow polkadot bikini BLACK CAT BIKINIs (available up to a size 6X), FAT CHICKS tshirt: Velvet d’Amour’s own, Dresses: Model’s own Special thank you to / merci a -Agnes Missonnier, Beatrice Calcales, and Vacation Heros!

ZESTE • ZEST

321

322

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

323

ZESTE • ZEST

324

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

325

ZESTE • ZEST

326

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

327

ZESTE • ZEST

328

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

329

ZESTE • ZEST

330

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

331

ZESTE • ZEST

332

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

333

ZESTE • ZEST

334

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

335

ZESTE • ZEST

336

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

337

ZESTE • ZEST

338

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

Artist Feature: RococcoLA

Artist Feature: RococcoLA

Artist Feature: RococcoLA

Artist Feature: RococcoLA

PHOTO: ©Velvet d’Amour 344

MODEL: Daisy van Egmond Photographed by: Velvet d’Amour HAIR: Carole Douard MAKEUP: Laura Merle CLOTHING: Anticode

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

345

ZESTE • ZEST

346

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

347

ZESTE • ZEST

348

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

349

ZESTE • ZEST

350

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

351

ZESTE • ZEST

352

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

353

ZESTE • ZEST

354

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

355

ZESTE • ZEST

356

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

357

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

Interview par Velvet Interview by Velvet d’Amour

358

ZESTE • ZEST

I N T E R V I E W Comment as-tu connu le magazine VOLUP2 ? Je suivais la carrière impressionnante de Velvet d’Amour depuis quelques temps. Quand le magazine est devenu accessible via un lien facebook, J’étais abasourdie par la qualité de chaque photo et aussi la direction sur la féminité et la beauté. Comment te décrirais-tu et comment décrirais-tu ta musique ? Je suis une chanteuse et une parolière avec un univers d’Art visuel. Pendant tout le temps que j’étudiais la peinture et le design, j’écrivais des chansons et je jouais dans des groupes de rock. Mes chansons montrent l’influence de plusieurs musiciens et de paroliers mais également de la Littérature, de la Poésie et de l’Art. J’offre des portraits de gens que j’ai rencontrés ou connus, je les amène en voyage et essaie de voir le monde selon leur perspective. Quelquesunes de mes chansons sont autobiographiques- Je pense que c’est difficile d’éviter ça- mais souvent la source d’une chanson vient de choses que les gens ont dites, écrites ou faites. Qu’est-ce qui t’as amené à la passion de la musique ? J’ai grandi dans une maison où la musique était en avant et centrale. Mon père était un biochimiste, mais la musique était son centre d’intérêt et sa passion. Il jouait du piano, du clavecin et une fois, il a construit un luth, mais ses intérêts se portaient surtout sur le médiéval et le baroque. Ma mère était plus inspirée par la musique du XXe siècle. Elle avait une collection fantastique de la période de la fin des années 50 au début des années 70 et je me délectais sur du Bob Dylan, Creedence Clearwater Revival, Les Beatles, Joan Baez, Peggy Seegar, ainsi de suite. Elle fut aussi celle qui fit rentrer Blondie et Bruce Springsteen à la maison. La radio était toujours allumée. Tu es bénévole au camp « PARIS GIRLS ROCK ». Comment as-tu trouvé cette expérience et consacres-tu du temps et tes talents ailleurs ? Comme tu as commencé le violon à l’âge de 5 ans, comment penses-tu que ta jeunesse a bénéficié du cadeau de la musique? Le camp « Paris Girls rock » est une organisation fascinante qui regroupe avec créativité des filles et des femmes qui explorent la musique tout en apprenant quelques-unes des ficelles de la composition de chansons et du travail dans un groupe. Traditionnellement, la musique a été enseignée et présentée de manière à exclure les gens du processus. Au camp, les filles et les femmes apprennent d’abord à jouer, car c’est là que commence la musique. Je suis reconnaissante pour les années de cours que j’ai eues, mais franchement, je ne l’ai pas ressentie comme un présent, c’était plutôt comme une bataille acharnée pour acquérir des compétences que je n’étais pas sûre de vouloir. Je ne me suis sentie à l’aise avec la musique que, quand j’ai commencé à écrire mes propres chansons. Tu es une artiste solo et ta musique est catégorisée comme  ‘folk’. Quelles sont les influences musicales majeures dans ta vie ? J’ai personnellement qualifié ma musique de ‘folk alternatif’ parce que je joue beaucoup à la guitare acoustique (mais pas toujours) et parce que les chansons racontent souvent des histoires, même si elles sont un peu tortueuses et urbaines. Les auteurs de chansons qui m’ont le plus influencé et qui sont en haut de ma liste sont Leonard Cohen, Neutral Milk Hotel, Liz Phair (ses premières compositions), Cowboy Junkies et Cat Power. J’aime les chansons risquées, qui sortent des sentiers battus et qui racontent quelque chose de nouveau. Ces styles de chansons peuvent mettre du temps à se faire comprendre et partent dans un voyage intéressant à la découverte de leur audience. La musique folk est l’art de conter des histoires. Qu’est-ce qui t’as amené à partager ce que tu fais avec tes propes paroles ? Étrangement, deux de mes paroliers préférés sont de Buffalo, NY Chris Trapper et Ani DeFranco. Qui sont les tiens ? J’adore aussi Ani DeFranco. Elle est fantastique et admirable à bien des égards. Je pense vraiment à mes chansons comme à des histoires. Comme je l’ai mentionné plus tôt, je ne suis pas une auteur compositeur classique. Je pense qu’il y a une tendance pour un public, à analyser les chansons comme si elles étaient des faits, autobiographiques, parce que cela aide à les localiser géographiquement. Quand j’écris des paroles, souvent je joue avec les mots et vois où ils me portent. Un monde commence à apparaître et quelquefois il devient quelque peu surréaliste. Je dois

alors m’arrêter et me demander « Qu’est ce qui se passe ici?. Quelle est l’image? » Écrire des chansons et un peu comme travailler avec de l’argile. Il peut se transformer en une forme amorphe si tu ne la surveilles pas, et tu dois pétrir encore et encore. Tu es une femme américaine et une mère et maintenant tu vis à Paris. Comment penses-tu que l’adaptation à une autre culture peut influencer ta musique ? Comment réagissent tes enfants au fait que tu sois une musicienne professionnelle ? As-tu écrit des chansons pour ou sur tes enfants et comment penses-tu qu’être mère puisse influencer ton art, si tel est le cas ? Nous avons déménagé en France en 2005. Ce n’était pas la première fois que je vivais à l’étranger mais c’était la première fois que je partais avec toute ma famille. De manière générale, J’ai toujours apprécié tellement de choses sur le fait d’habiter en Europe et plus particulièrement en France. Quand nous sommes partis de Chicago, je jouais dans des groupes de rock. J’ai pris beaucoup de matériels avec moi, mais j’avais l’impression que l’ère du groupe de rock était derrière moi. Je n’avais plus de réseau, mais j’ai poursuivi l’écriture de chansons avec l’idée de jouer en solo. Une fois prête, j’ai commencé à réserver des concerts et une chose a amené une autre. Maintenant, j’ai une belle poignée de musiciens avec qui je joue et mon réseau se développe. Ce que j’aime en France, c’est que le public vient pour écouter de la musique, s’asseoir et écouter réellement. Tu peux sentir les gens écouter même s’ils ne comprennent pas toutes les paroles. Je pense que mes enfants sont contents de voir leur mère avec une guitare à la main. Ils m’ont toujours connu comme ça. Quand mes enfants étaient très petits, j’ai écrit quelques chansons pour et sur eux, mais ça peut facilement devenir un peu sentimental et j’ai tendance à éviter cet aspect. C’est peut-être très personnel où peut être que je n’arrive pas à prendre assez de recul pour écrire quelque chose d’intéressant. Mais je n’ai pas encore composé une belle chanson d’amour pour mes enfants. L’industrie musicale peut buter sur l’âge et l’allure. Comment est-ce de travailler dans l’industrie elle-même et à Paris en particulier? L’industrie musicale est en train de se diviser si rapidement en sous-genres et en industries micro, que plaire aux masses n’est pas vraiment la seule option pour le maintien d’une carrière dynamique. Je n’ai jamais visé le milieu commercial, qui est l’endroit où tu trouves le plus, les décideurs ciblés «âge et look”. Mon âge et mon look sont très bien pour mon sous-genre particulier, et pour mon public. Tu écris ta propre musique et tes paroles. Si 3 artistes pouvaient jouer tes morceaux, qui seraient-ils et pourquoi? Très bonne question! Les gens qui me viennent à l’esprit ne sont pas tous vivants, mais voilà. Velvet Underground et Nico devraient certainement considérer mon travail. L’ambiance, les paroles et la qualité technique de Velvet Underground pourraient transporter quelques unes de mes chansons les plus sombres au point de culmination. Angus et Julia Stone, la sœur et le frère australiens, apporteraient une force gracieuse à mon travail. Et j’aimerais faire un duo avec Leonard Cohen, son phrasé graveleuse soutenant le mien. Souvent, les gens comme moi, qui ne jouent pas d’un instrument, regardent des artistes fascinants et souhaitent pouvoir jouer. Pour moi, c’était Sheila E, j’avais l’habitude de taper sur des poubelles avec des bâtons, certaine d’ETRE elle! Comment penses-tu que nous pouvons rendre plus accessible jouer à un instrument ou apprendre de la musique ? La musique a toujours été enseignée avec brio à quelques-uns, mais pauvrement à une majorité. La plupart des gens n’ont pas besoin de devenir des musiciens formés classiquement, ils ne le devraient pas, et la formation classique ne les transforme qu’en échecs musicaux. Le punk était si admirable, car les instruments ont été pris et joués, et des histoires ont été racontées et des voix ont été entendues, en éludant complètement l’ordre pré-établi. La prochaine génération de musiciens va être plus autodidacte que jamais, car les gens suivent leurs intérêts via Internet, plutôt que de suivre la traditionnelle circulation autoritaire de l’information, d’en haut. Pour le meilleur et pour le pire, nous allons voir plus de musique, plus d’invention, et des approches plus créatives au son.

ZESTE • ZEST

359

I N T E R V I E W J’ai remarqué ta vidéo ‘SOS 2000’ et je me suis demandée, à quel point selon toi, les clips sont importants pour porter un message ou commercialiser un artiste? La vidéo est l’audiovisuelle et Youtube est roi. Les vidéos amateurs sont aussi importantes que celles qui sont produites minutieusement. Youtube n’est pas seulement pour le téléchargement et le visionnage de vidéos. Il s’agit d’un site de réseau social, et les artistes doivent apprendre à l’utiliser pour trouver et à atteindre leur public. Les artistes doivent voir leur public en termes de cercles. Il y a le cercle intérieur, le public local et réel que tu atteins en jouant live, en participant au niveau local et en développant des relations. Tu restes probablement aussi en contact avec eux à travers les médias sociaux. Et puis, il y a le public plus large qui peut-être ne te verra jamais ‘live’, mais tu peux interagir et avoir des conversations individuelles avec eux à travers différents canaux de médias sociaux. Les deux groupes sont essentiels pour assurer la continuité créative. Tu es originaire du Maine, un état extrêmement étonnant. Comment la nature autour de toi ou de façon plus général ton entourage, influence ta musique? L’environnement est tout. C’est une des raisons pour laquelle j’aime la France. De Paris à la Campagne, c’est d’une beauté exceptionnelle. Je pense que tous les êtres humains prospèrent dans des environnements magnifiques, mais il faut plus que cela pour créer de l’art. Tu as besoin de stimulation, de désir, de voie, d’énergie, et quelque chose à quoi répondre. Si tout ce que tu avais, était une rivière qui coulait à travers un champ de fleurs sauvages encadrées par un arc-en-ciel, rien ne serait jamais fait. Personnellement, j’ai besoin de fissures dans le trottoir, de bosses dans la portière de la voiture et de cette ivresse à la fois destructrice et créatrice, pour me mettre au travail. Si les gens veulent acheter tes CD’s ou te voir jouer en concert, comment doivent-ils procéder? Et si quelqu’un veut t’engager pour un événement, qui doit-il contacter? Mon CD Underbelly est disponible sur iTunes ou CDBaby. J’ai quelques concerts en prévision à Paris. Les renseignements sur tous les concerts live sont disponibles sur le site de mon groupe. http://www.hannahjudson.com/shows.html Pour les réservations, veuillez me contacter: hannahjudsonmusic@gmail.com.

le site du groupe de Hannah Hannah sur Twitter Hannah sur Facebook La page facebook de Hannah Actualités MUSE + Blog Underbelly sur itunes

Souhaites-tu partager autre chose ? J’ai un blog sur la musique, sur la femme créative et sur tout ce qui m’interpelle. Voilà le lien : https://hannahjudson.wordpress.com. Merci Velvet! Translated into French by Leila Baroni. Traduit en Français par Leila Baroni.

How did you come across VOLUP2 Magazine? I had been following the impressive career of Velvet D’Amour for a while. When the magazine became available through a facebook link, I was really taken with the quality of each photograph, and also the command of the conversation of femininity and beauty. How would you describe yourself and how would you describe your music? I am a singer and songwriter with a background in visual arts. I studied painting and design, and all the while wrote songs and played in rock bands. My songs show an influence from a wide range of musicians and songwriters, but equally by literature, poetry and art. I offer portraits of people I have seen or known, take them on voyages and try to see the world through their perspective. Some of my songwriting is autobiographical – I think that’s hard to avoid – but often the source of a song will come from things other people say, do, write or make. What brought you to the passion of music? I grew up in a house where music was front and central. My father was a biochemist but music was his hobby and passion. He played piano, harpsichord, he built a lute once, but his interests were mostly medieval to baroque. My mother had more of a foot in the 20th century. She had a great record collection from the late 50s through the early 70s, and I would pour through Bob Dylan, Creedence Clearwater Revival, The Beatles, Joan Baez, Peggy Seegar, and so on. She was also the one to bring in Blondie and Bruce Springsteen into the house. The radio was always on. You are volunteering at PARIS GIRLS ROCK CAMP how did you find that experience and are there other areas in which you donate your time and talents? As you began playing the violin at age 5, how do you feel your own youth benefitted from the gift of music? Paris Girl’s Rock Camp is an amazing organization that brings girls and women together to creatively explore music while learning some of the nuts and bolts of the songwriting and working in a band. Music has traditionally been taught and presented in a way that made people feel excluded from the process. At band camp girls and women learn first to play, which is where music begins. I am grateful for the years of lessons I had, but truthfully, it didn’t feel like a gift, it felt like an uphill battle working towards skills I wasn’t sure I wanted. I didn’t feel at home with music until I started writing my own songs. You are a solo artist and your music is categorized as ‘folk.’ What are the major music influences in your life? I have self-categorized my music as alternative/folk because I am playing acoustic guitar a lot (but not always) and because the songs often tell stories, although a little twisted and urban. The songwriters who have influenced me the most, off the top of my head, are Leonard Cohen, Neutral Milk Hotel, Liz Phair (her early work), Cowboy Junkies and Cat Power. I like songs that are risky, that go out on a limb, that tell something new. Those are the kinds of songs that can take longer to understand, and go on an interesting voyage to find their audience. Folk music is a storytelling art, what leads you to share what you do within your own lyrics? Oddly enough two of my favorite lyracist hail from Buffalo, NY Chris Trapper and Ani DeFranco, who are some of yours? I love Ani DiFranco too! She is wonderful and admirable in so many ways. I really do think of my songs as stories. As I mentioned earlier, I am not a confessional songwriter. I think there is a tendency for an audience to analyze songs as if they are factual, autobiographical, because that helps locate them geographically. When writing lyrics, often I am playing with words, and see where the words take me. A world starts to appear, and sometimes it gets quite surreal. I have to stop and ask myself, “What is going on here? What is the picture?” Writing songs is a little like working with clay. It can turn into an amorphous blob if you don’t watch it, and you have to keep chiseling. continued / suite ...

360

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

361

ZESTE • ZEST

You are an American wife and mother and now you live in Paris, how have you found adapting to another culture influences your music? What is the reaction of your kids to the fact that you are a professional musician? Have you written any songs for or about your children and how do you feel motherhood influences your art, if indeed it does? We moved to France in 2005. This isn’t my first time living abroad, but it was the first time bringing my whole family. I have always appreciated so many things about living in Europe in general, and in France specifically. When we moved from Chicago I had been playing in rock bands. I did bring a lot of my equipment with me, but I had a feeling the rock band era was behind me. Because I no longer had a network, I continued writing songs with the idea of playing out solo. When I was ready I started booking gigs, and one thing lead to another. Now I have a handful of musicians I play with, and my network is evolving. Something I really like about France is that audiences come to hear music, sit down, and really listen. You can feel people listening, even if they don’t understand all of the lyrics. I think my children are happy to see their mother with a guitar in hand. That’s how they have always known me. When my children were really little, I wrote a few songs for and about them, but it can easily get a little sentimental, and I tend to veer away from that. Maybe its too personal, or maybe I don’t have enough distance from it to write something interesting, but I haven’t come up with a good love song for my kids. Yet. The music industry can be quite age-ist and look-ist, how do you find working in the industry itself and in Paris in particular? The music industry is splintering so rapidly into subgenres and micro industries, that pleasing the masses isn’t really the only option for sustaining a dynamic career. I never was aiming for the commercial middle of the road, which is where you find the most “age-ist and look-ist” decision makers. My age and my look are just right for my particular sub genre, and for my audience. You write your own music and lyrics, if you could have 3 performers cover your tunes who would they be and why? What a great question! Not everyone who comes to mind is still alive, but here goes. The Velvet Underground and Nico should definitely take a stab at my work. The vibe, lyrics and engineering quality of the Velvet Underground could take a few of my darker songs to the tipping point. Angus and Julia Stone, the Australian siblings, would bring a graceful strength to my work. And I would love to do a duet with Leonard Cohen, with his gritty phrasing supporting my own. Oftentimes people like myself, who don’t play an instrument, watch some amazing artist and wish that we did. For me it was Sheila E, I used to bang on the garbage cans with sticks, certain I WAS her! How do you think we can make playing instruments and learning music more accessible? Music has traditionally been taught brilliantly to a few, but taught poorly to most. Most people don’t need to become classically trained musicians, nor should they, and all the classical training does is turn them into musical failures. Punk was so admirable because instruments were picked up and played, and stories were told and voices were heard, completely sidestepping the establishment. The next generation of musicians is going to be more self taught than ever, as people follow their interests via the internet, rather than respond to the traditional authoritarian flow of information, from above. For better and for worse, we are going to see more music, more invention, and more creative approaches to sound.

362

ZESTE • ZEST

I noticed your video ‘SOS 2000’ and wondered how important music videos are to you in carrying across a message or marketing an artist in your opinion? Video is the new audio and Youtube is king. Informal videos are as important as meticulously produced ones. Youtube isn’t just for uploading and watching videos. It is a social networking site, and artists need to learn how to use it to find and reach their audience there. Artists should view their audience in terms of rings. There is the inner circle, the local real world audience you reach by performing live, participating locally and developing relationships. You will probably also stay in touch with them through social media. And then there is your larger audience who may never see you live, but you can interact and have individual conversations with them through various social media channels. Both groups are vital for creative continuity. You originate from Maine, an exceedingly stunning state, how does the nature around you or your environment in general effect your music? Environment is everything. This is one reason why I love France. From Paris to the countryside, it is exceptionally beautiful. I think all humans better thrive in beautiful environments, but it takes more than that to create art. You need stimulus, desire, prodding, energy, and something to respond to. If all we had was a river running though a field of wildflowers flowers framed by a rainbow, nothing would ever get done. I personally need cracks in the sidewalk, dents in the car door and a book of matches, metaphorically, to get working. If people want to purchase your cds or watch you play live how can they go about that? And if someone wanted to book you to perform who should they contact? My CD Underbelly can be purchased on itunes or CDbaby. I have a few live shows coming up in Paris. You can keep track of live shows on my bandsite. http://www.hannahjudson.com/shows.html For booking please contact: hannahjudsonmusic (at) gmail (dot) com. Hannah’s Bandsite Hannah’s Twitter Hannah on Facebook Hannah’s FB page MUSE news + Blog Underbelly on itunes Anything else you would like to share? I also blog about music, creative women and anything else that catches my eye. You can follow my blog here: https://hannahjudson.wordpress.com. Thank you Velvet!

Artist Feature: Stephan

Brusche

Artist Feature: Stephan

Brusche

Artist Feature: Stephan

Brusche

Artist Feature: Stephan

Brusche

PHOTO: ©Velvet d’Amour

367

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour 368

MODEL: Nefferth Bernadina Photographed by: Velvet d’Amour MAKEUP: Laura Merle CLOTHING: Anna Scholz Merci bcp a Cyrill Davy!

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

369

ZESTE • ZEST

370

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

371

ZESTE • ZEST

372

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

373

ZESTE • ZEST

374

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

375

ZESTE • ZEST

376

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

377

ZESTE • ZEST

378

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

379

ZESTE • ZEST

380

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

381

ZESTE • ZEST

382

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

PHOTO: ©Velvet d’Amour

383

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour 384

MODELS: Pitoune, Akasha,Geraldine, Alice Photographed by: Velvet d’Amour HAIR, MAKEUP, & STYLING: Velvet d’Amour

ZESTE • ZEST

PHOTO: ©Velvet d’Amour

385

ZESTE • ZEST

click image to view item on Etsy

click image to view item on Etsy

click image to view item on Etsy

Charcio

chouettes

Foxbury And Co

Custom Order Party Dress $75

Lemon Drop Earrings $19

Kisslock Frame Clutch $79

click image to view item on Etsy

click image to view item on Etsy

click image to view item on Etsy

Tangled Ties

Shirley Jonkers

Tat2Tina

Smiley Face Black and Yellow Clip-On Bow Tie $12

Big frilled shoulder dress

neon florescent glow in black light flaming hot rod robert keethler series $400

click image to view item on Etsy

click image to view item on Etsy

click image to view item on Etsy

shopSparklyPony

DaftCraftLLC

vintagebyalexkeller

Whale Tissue Holder $39.99

Aromatherapy “Zest� Candle $13

be happy - vintage wooden letter blocks $14.99

click image to view item on Etsy

click image to view item on Etsy

click image to view item on Etsy

simplygiftsonline

minusOne

MiNewtKites

Eyechart Typography Poster / You Are My Sunshine $15.80

Let go. ID bracelet. Personalized. $28

8ft Inflatable Aero-Porc ÂŁ110

click image to view item on Etsy

click image to view item on Etsy

Freshline

shopSparklyPony

click image to view item on Etsy

Kitchen Art Print - Live Your Life with Zest $18

Boyfriend in a Bottle $11.99

Go Play Outside graphic print $19

click image to view item on Etsy

click image to view item on Etsy

click image to view item on Etsy

JumpOffThePage

TheGroovyBaker

Jewelrybyandrea1

DanielaTabois

Lime in the Coconut - Lollipop $10

Neon Yellow Washer Pendant Necklace $7

Gold Sequin Flare Pant $180

388

ZESTE • ZEST

chacha

Gaelle

marie

Nefferth neIiko

ZESTE • ZEST

389

Coco Cinelle http://frenchalicious.wordpress.com

Artist Feature: Andrea

Facchini

Patates douces épicées, sauce au citron vert Pour 6 personnes Pour les patates: 4 patates douces de taille moyenne 2 cuillères à soupe d’huile d’olive 2 cuillères à café de cumin en poudre 1 cuillère à café de piment de cayenne ou de paprika fort. 1 cuillère à café de gingembre en poudre. Gros sel et poivre du moulin Quelques citrons verts en quartier pour la présentation 1. Préchauffer le four à 220°. Y laisser la plaque de cuisson (ou lechefrite) pour qu’elle chauffe elle aussi, environ 15 minutes. Pendant ce temps, laver, brosser, et couper les patates douces, d’abord en 2 dans le sens de la longueur, puis chaque moitié en trios “quartiers”. Mettre dans un sac congélation (je trouve que c’est plus pratique que dans un plat) avec l’huile, le cumin, le paprika, le gingembre, le sel, et le poivre, et secouer pour que la marinade enrobe bien les patates. 2. Sortir la plaque de cuisson du four et y disposer les quartiers de patate douce en une seule couche.(bien graisser la plaque ou mettre un papier sulfurisé pour pas que ça colle). Remettre au four et faire cuire jusqu’à ce que les patates soient croustillantes et dorées, environ 15 minutes. Les retourner et poursuivre la caisson, 15 minutes de plus. Tester que les patates sont bien cuites en les piquant soit avec un couteau, soit avec un cure dent, il doit pénétrer facilement. 3. Sortir du four, saler, poivrer, server avec des quartiers de citron vert et la sauce. Sauce au yahourt et citron vert. (dip) Pour un bol: 1 pot de yahourt nature 3 cuillères à soupe de coriandre fraîche ciselée 2 cuillères à soupe de cerneaux de noix grossièrement concassés Le jus d’un citron vert + zeste (non traité) 1/2 cuillère à café de cumin en poudre. Sel et poivre. Mélanger tous les ingredients dans un bol, couvrir de film plastique et garder au réfrigérateur le temps que les saveurs prennent entre elles. Se conserve 1 jour au frais si besoin. Pour ceux qui aiment, vous pouvez ajouter une demi gousse d’ail écrasée, pour relever le goût.

Spicy Sweet Potatoes with Lime yoghurt sauce Serves 6 4 medium sweet potatoes (about 2 1/2 pounds) 2 tbsp. olive oil 2 tsp. ground cumin 1 tsp. hot paprika (or cayenne pepper if you like it real hot) 1 tsp. ground ginger Coarse salt and freshly ground black pepper Lime wedges, for serving 1. Preheat the oven to 425 degrees. Heat a baking sheet in the oven until hot, about 15 minutes. Meanwhile, wash, brush, slice the sweet potatoes in half lengthwise; slice each half into 3 wedges. Place in a deep freeze bag (much more practical than in a bowl), and toss with the oil, cumin, paprika, and ginger. Season with salt and pepper. (If you want more flavor, you can leave this marinade for a couple of hours before baking it) 2. When the baking sheet is hot, remove from the oven. Arrange the sweet potatoes in a single layer on the sheet (use non stick spray to avoid “surprises” or a sheet of baking paper. Return to the oven; cook until the potatoes are crisp and golden on the bottom, about 15 minutes. Turn, and continue cooking until golden all over, about 15 minutes more. You can use a knife or a toothpick to see if the potatoes are wall cooked: it must slide in without any resistance. 3. Remove from the oven; season with salt and pepper. Serve with lime wedges and sauce. Yogurt Dipping Sauce Makes about 1 cup 1 cup plain yogurt 3 tbsp. roughly chopped fresh cilantro 2 tbsp. chopped toasted walnuts 1 tbsp. fresh lime juice 1/2 tsp. ground cumin Coarse salt Combine all the ingredients in a small bowl. Cover with plastic wrap, and refrigerate until ready to use, up to 1 day. (I like to add half a garlic clove in there, it gives more flavor!)

Sauce Citron Feta

Lemon and feta dip

1 pot de feta (ou un paquet sous vide) 1 zeste de citron bio 1 jus de citron bio 1 gousse d’ail écrasée (pensez à la dégermer pour une meilleure digestion ) 6 cuillères à soupe d’huile d’olive Thym frais Sel, poivre

8 oz of feta 1 organic lemon zest 1 organic lemon juice 1 clove garlic, chopped (and remember to take the green germ off, for a better digestion) 6 tbs of olive oil fresh thyme Salt and pepper

1/ Mettre tous les ingrédients sauf le thym dans un bol et tout écraser à la fourchette. On pourrait aussi faire avec un mixer, mais je préfère la texture moins lisse d’une sauce écrasée à la fourchette. 2/ Parsemer de thym frais et d’un peu d’huile d’olive pour la présentation 3/ Servir par exemple avec du pain pita ou ciabatta grillé au four avec huile d’olive et sel. Cette sauce peut être servie avec des tomates grillées au four, des filets de poulet mariné et grillé, de la kefta, des crudités…etc. Mon conseil : la déclinaison du traditionnel « pan tomat » espagnol : sur du pain grillé frotter un peu d’ail, une tomate très mure, verser un filet d’huile d’olive et saler. Ajouter la sauce citron feta par-dessus et déguster ! Voici de quoi tester un petit déjeuner salé équilibré et original.

1. Place feta in a bowl with the lemon zest, the lemon juice, the crushed garlic clove and the olive oil, season to taste with salt and pepper and mash hit all together with a fork. You could use a blender until smooth, but I find it has a better structure that way. 2. Sprinkle with thyme and a little olive oil for presentation. 3. Serve with grilled tomatoes and crispy pita or ciabatta bread drizzled with olive oil, sea salt, and thyme. This dip sauce can also be used with fresh raw veggies, or as a sandwich spread or served with marinated and roasted chicken breast. My favourite is to use it for breaskfast as a variation of the spanish « pan tomat » : rub a very ripe tomato and some garlic on a grilled baguette crust, add salt, pepper, olive oil, and some of the lemon feta dip. There you go ! A very healthy balanced and nutritious breakfast.

ZESTE • ZEST

391

lemon-aided workout jeanette depatt Photos: Kelly Varner

Utilisez des citrons pour faire de l’exercice! Les quelques exercices présentés ici, simples, vous aideront à exprimer plus de zeste dans votre vie! When life gives you lemons, make a lemon-aided workout! Here’s an awesome group of simple exercises that will help you express your zest for a beautiful life.

abdos-citrons / Lemon Crunches Difficulté : Modérée / Medium Pour renforcer vos abdominaux et votre dos, il vous suffit de placer un citron entre votre menton et la base de votre cou! Place a lemon between chin and neck and crunch away to build stronger abdominal muscles and protect your beautiful back.

1

Couchez-vous sur le dos, les genoux pliés et les pieds à plat sur le sol. Placez un citron entre votre menton et votre poitrine afin de maintenir votre tête dans la position appropriée. Soulevez votre tête et vos épaules du sol, en faisant travailler vos abdos. Revenez doucement en position initiale. VARIANTE : Pour plus d’efficacité, croisez les bras sur la poitrine.

Lie on your back with your knees bent and feet flat on the ground. Place a lemon between your chin and your chest to hold your head in the proper position. Lift your head and shoulders up from the floor, while engaging ab muscles. Lower slowly back to the ground. MODIFY: Cross arms over chest for a more powerful crunch!

continued / continued french ...

ZESTE • ZEST

393

2

levé de citrons / Lemon Lifts Difficulté : Facile / easy Cet été, pour avoir de jolies gambettes, accrochez un panier de citrons sur votre gros orteil et levez la jambe! Loop a bucket of lemons over your big toe and lift to build gorgeous gams this summer!

Asseyez-vous bien droit sur une chaise. Accrochez un petit filet de citrons sur vos orteils. Levez la jambe en étendant votre genou afin que votre jambe soit parallèle au sol. Revenez doucement en position initiale. VARIANTE : Pour une charge moins lourde, enlevez quelques citrons.

Sit upright in chair. Loop a small bucket filled with lemons over your toes. Extend your knee, fully raising your leg up paralell to the ground. Lower slowly back to the ground. MODIFY: Less lemons make a lighter load.

presse-citron / Lemon Squeezes Difficulté : Modérée/Difficile / Medium/Hard

3

Renforcez votre tronc, redéfinissez votre dos et tonifiez votre ventre, tout ça en pressant un citron entre vos genoux et en soulevant votre bassin! Squeeze a lemon between your knees as you lift your hips to strengthen your core, build your back and tone your tummy.

Couchez-vous sur le dos. Placez un citron entre vos genoux et levez les jambes bien droites, vos bras reposant à plat sur le sol le long de votre corps. Pointez les pieds vers le ciel, soulevez votre bassin, puis revenez doucement en position initiale.

Lie on your back. Lift your legs straight in the air with the lemon positioned between your knees and your arms flat on the ground beside you. Push your feet up towards the sky, lifting your hips off the ground, then slowly lower back down.

VARIANTE : Pour plus de facilité, pliez les genoux.

MODIFY: Make it easier by bending your knees.

flexions-citron / Lemon Curls Difficulté : Modérée/Difficile / Medium/Hard Une gourde ou une bouteille pour renforcer vos biceps! Curl up with some with some bottles or jugs of lemon juice to strengthen your upper arms.

4

Prenez dans vos mains une gourde ou une bouteille remplie d’eau. Les paumes vers le haut, tendez les bras devant vous, bien droits, puis tout en gardant les coudes collés aux flancs, levez les bras jusqu’aux épaules, puis revenez doucement en position en position initiale. VARIANTE : Vous pouvez vous asseoir ou rester debout. Pour une charge moins lourde, ajustez la quantité d’eau dans la gourde ou la bouteille.

394

ZESTE • ZEST

Get an underhanded grip on jugs or bottles with arms straight down in front. Keeping elbows tight to your sides, raise the bottles or jugs to shoulder height, then gently lower back down. MODIFY: Sit or stand. And lower the resistance with less liquid in the bottles.

tirage de citrons / Lemon Rows Difficulté : Modérée / Medium Pour redéfinir vos épaules, remplissez un filet de citrons et tirez! Fill a bag with lemons and shape your shoulders with some upright rows. Assis ou debout, tenez un sac de citrons avec vos deux mains, les paumes vers le haut, les bras tendus vers l’avant. En pliant les coudes, ramenez vos mains au niveau de votre poitrine, puis revenez doucement en position initiale.

5

VARIANTE : Pour une charge moins lourde, enlevez quelques citrons.

Sit or stand holding bag of lemons in front of you with an overhand grip with your hands close together and your arms straight. Bend your elbows and bring your hands up to chest height, then gently lower down. MODIFY: Less lemons make a lighter load.

développé de citrons / Lemon Presses Difficulté : Facile/Difficile / easy/hard Renforcez et redessinez vos épaules en attachant des filets de citrons sur un manche à balai. Le plus fun est de garder les filets de citrons en équilibre! Keeping the lemon buckets balanced is half the fun! Loop buckets of lemons over a broom handle and lift overhead to strengthen and shape your shoulders.

6

Attachez des filets de citrons sur un manche à balai (vous pouvez utiliser du ruban adhésif ou de la ficelle pour bien fixer les filets au manche). Debout, tenez le balai devant vous, à hauteur d’épaules, les coudes pliés et les paumes des mains vers l’avant. Soulevez le balai audessus de votre tête, en dépliant les coudes complètement, puis revenez doucement en position initiale.

Loop buckets of lemons over the broom handle. (It can be tricky keeping the lemons on the bar, you can cheat a little by using tape or string to tie the buckets to the bar). Stand holding broom handle in front of the body at shoulder height with elbows bent and palms facing forward. Press the broom handle overhead, extending elbows fully, then gently lower back down.

VARIANTE : Pour plus de facilité, utilisez des bouteilles de limonade.

MODIFY: Use bottles of lemonade for a lighter version of this exercise.

course aux citrons /The Lemon Course Difficulté : Facile / easy Un peu de cardio grâce à une course d’obstacles ou un relais aux citrons! Comme toutes les bonnes choses, c’est meilleur entre amis! Get your heart pumping by running through a lemon relay or obstacle course. Like all great things it’s even more fun when shared with friends!

7

Placez des citrons en zigzag sur le sol. Courrez aussi vite que possible entre les citrons. Ou alors, faites un « relais aux citrons » : ramassez les citrons et déposez-les de l’autre côté ou faites la course avec une autre personne en vous échangeant les citrons..

Place lemons in a zigzag pattern on the ground. Run around lemons as quickly as possible. Or make a lemon relay, either picking up lemons and placing them on the other side of the course, or passing them back and forth with a partner.

VARIANTE : Faites la course en deux étapes et avec un partenaire.

MODIFY: Share the aerobic fun by splitting up the course and sharing with a partner!

ZESTE • ZEST

395


Volup2 Zeste• Zest