__MAIN_TEXT__

Page 1

20 21

NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER Directeur musical


P a r t o n s e n V O YAG E Nikolaj

avec

SZEPS-ZNAIDER

«Le véritable voyage, ce n’est pas de parcourir le désert ou de franchir de grandes distances sous-marines, c’est de parvenir en un point exceptionnel où la saveur de l’instant baigne tous les contours de la vie intérieure.» Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince


La première chose que j’ai vue en atterrissant à Lyon, c’est le nom de Saint-Exupéry. Depuis lors, à chaque fois, je repense à cet homme célèbre non seulement pour sa place dans l’histoire, comme pionnier de l’aviation mondiale, mais aussi pour sa prose philosophique. «Le véritable voyage, écrit-il, ce n’est pas de parcourir le désert ou de franchir de grandes distances sous-marines, c’est de parvenir en un point exceptionnel où la saveur de l’instant baigne tous les contours de la vie intérieure.» Quelle manière poétique de nous convier à être là, dans l’instant présent !

VOS CONCERTS AVEC NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER JE. 17 SEPT. (p. 15) CONCERT D’OUVERTURE — SA. 26 SEPT. (p. 17) BERLIOZ / SCHUMANN — JE. 19 & SA. 21 NOV. (p. 32) BRAHMS 2 / SCHUMANN 1 — DI. 22 NOV. (p. 34) MUSICIENS DE L’ONL & EMANUEL AX — JE. 26 & SA. 28 NOV. (p. 35) SAINT-SAËNS / RAVEL — JE. 3 & SA. 5 DÉC. (p. 38) SYMPHONIE HÉROÏQUE — JE. 21 & SA. 23 JANV. (p. 51) MAHLER 3 — JE. 28 & SA. 30 JANV. (p. 53) BRAHMS 1 / SCHUMANN 4 — ME. 17 FÉV. (p. 56) SYMPHONIE ALPESTRE — SA. 27 FÉV. & MA. 20 AVR. (p. 57 & 73) LA BELLE AU BOIS DORMANT — SA. 5 JUIN (p. 82) CHOPIN / SCHUMANN — VE. 11 & DI. 13 JUIN (p. 85) LE VAISSEAU FANTÔME

Le thème de notre première saison, Le Voyageur, est inspiré par SaintExupéry à de nombreux égards. Ce thème m’a également incité à retrouver mes racines – non seulement pour avoir parcouru des milliers de kilomètres comme musicien au cours des trente dernières années, mais également pour avoir grandi au contact de la musique d’Europe centrale et m’identifier fortement à elle. Dans ma jeunesse, j’ai vécu et étudié à Vienne pendant plus d’une décennie et, comme violoniste, j’ai toujours ressenti une affinité naturelle avec le répertoire germanique de Mozart, Beethoven, Mendelssohn, Schumann et Brahms. Et c’est mon amour pour Mahler, Wagner, Bruckner et Richard Strauss qui m’a poussé à devenir chef d’orchestre. Le programme de notre première saison puise à ces racines et chemine en musique à travers le xixe siècle, parallèlement à mon propre parcours de musicien sillonnant l’Europe.

Le Voyageur

À l’exception notable de Bach, Mozart et quelques autres, le moment où la musique a vraiment commencé à explorer les «contours de la vie intérieure», c’est l’aube du xixe siècle, en Europe centrale. Un formidable creuset de compositeurs s’y est formé, et de cette émulation a surgi ce qui se révélerait être un héritage extraordinaire. Beethoven a donné le signal d’un nouvel âge d’or des Lumières où la musique commençait à se faire ouvertement expression individuelle. De nombreux compositeurs ont suivi ses traces et, à mesure que le rythme du xixe siècle s’accélérait, la révolution industrielle se mit en marche, apportant encore un surcroît d’énergie et d’invention, nous portant d’une seule traite jusqu’au seuil de Gustav Mahler. Notre première saison explore ce voyage extraordinaire, et les routes respectives des artistes invités se croisent, elles aussi, à Lyon : de quoi former un kaléidoscope géographique dans lequel le thème du Voyageur se nourrit et se déploie avec éclat. Je ne pouvais pas rêver meilleures circonstances pour ouvrir ce nouveau chapitre de ma vie musicale. L’Orchestre national de Lyon est installé dans une ville bouillonnante, qui offre un soutien entier et significatif à ses institutions culturelles – au sein desquelles l’orchestre constitue un joyau particulièrement précieux. C’est une phalange magnifique, dotée d’un son qui n’appartient qu’à elle et riche de musiciens fiers de leur héritage tout en ayant soif d’atteindre de nouveaux sommets. J’ai hâte que la saison commence et que nous embarquions ensemble pour ce qui promet d’être un passionnant voyage musical. Un voyage où il ne sera pas nécessaire «de parcourir le désert ou de franchir de grandes distances sous-marines» car nous allons l’entreprendre chez nous, à Lyon, tous ensemble. Nikolaj Szeps-Znaider Directeur musical de l’Orchestre national de Lyon 3


Un souffle puissant

Un grand élan d’enthousiasme porte la saison 2020/2021. Ce souffle venu du nord de l’Europe s’incarne dans un visage : celui du Danois Nikolaj Szeps-Znaider, nouveau directeur musical de l’Orchestre national de Lyon. J’ai hâte qu’il vous emporte à votre tour dans son univers musical si intense et si vivant. C’est son charisme, sa musicalité, sa personnalité chaleureuse, son don pour exalter l’émotion dans la musique et la transmettre à chacun de nous qui nous ont convaincus de lui confier la baguette de l’Orchestre national de Lyon. Venez le rencontrer à l’Auditorium, salle emblématique de la musique à Lyon, mais aussi dans la ville, où il vient à votre rencontre à l’occasion de concerts événements, notamment lors des Journées européennes du patrimoine. Parallèlement à cette arrivée, notre maison poursuit son ouverture à toutes les formes de musiques : de la musique symphonique aux musiques du monde et électroniques. Cette saison, à côté des programmes enthousiasmants imaginés par Nikolaj Szeps-Znaider pour notre orchestre, vous pouvez entendre le Concertgebouworkest d’Amsterdam, des pépites françaises comme Café Zimmermann ou étrangères comme Thomas Hengelbrock et son Balthasar Neumann Chor & Ensemble, Chopin sous les doigts d’Ingrid Fliter, l’univers bouillonnant de Rone ou celui envoûtant de Fatoumata Diawara, Singin’ in the Rain en ciné-concert ou une création avec la chanteuse Camille et de la chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin pendant la Biennale de la danse. Sans oublier ces programmes conçus tout spécialement pour le jeune public qui font la renommée de l’Auditorium depuis plus de vingt ans ! Découvrez notre orchestre ensorcelé lors d’un spectacle de magie nouvelle, l’orgue converti en boîte à histoires avec la complicité d’Élodie Fondacci, et nos espaces transformés pour deux nouvelles journées dédiées aux tout-petits. Nous vous attendons aussi, en famille, pour un voyage musical autour de Tintin en cette Année de la BD. Bref, nous vous proposons de partir vers des horizons variés mais toujours aussi riches et stimulants.

Établissement de la Ville de Lyon, l’Auditorium-Orchestre national de Lyon est subventionné par l’État (ministère de la Culture).

L’Auditorium est une salle de spectacle d’aujourd’hui : nous inventons sans cesse pour répondre à vos attentes, pour que chacun vienne pousser nos portes et se sente bien chez nous, qu’il fréquente le quartier de la Part-Dieu ou qu’il vienne de plus loin. Nos Afterworks vous permettent d’aborder la musique autrement, tout en passant un moment convivial autour d’un verre en fin de semaine. Nos Ateliers sonores, si plébiscités par les enfants, s’adressent aussi aux adultes curieux de ce que la musique peut apporter à leur quotidien. Notre atrium, investi par la dynamique et créative équipe de La Commune, poursuit sa mue pour vous offrir des parenthèses gourmandes et musicales au cœur de la frénésie urbaine, même en dehors des moments de concerts. Je vous attends avec impatience ! Aline Sam-Giao Directrice générale de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon


Les concerts par dates

8

Les concerts par catégories

10

La programmation détaillée

12

Les concerts hors les murs

90

AUTOUR DES CONCERTS

CHAMBER ORCHESTRA OF EUROPE CAMILLE & ROBYN ORLIN ARCADI VOLODOS IMANY

BRYCE DESSNER CONCERTGEBOUWORKEST GRIGORI SOKOLOV ÉTIENNE KLEIN

EMANUEL AX GREGORY PORTER JANINE JANSEN FATOUMATA DIAWARA

ORCHESTRE NATIONAL DE LYON NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER SIR ANDRÁS SCHIFF YUJA WANG JOYCE DiDONATO

LES CONCERTS

Les Ateliers sonores (adultes / enfants)

92

Les visites et conférences

94

Les + : avant et après-concert

94

AUDITORIUMORCHESTRE NATIONAL DE LYON

L’Orchestre national de Lyon

98

Nikolaj Szeps-Znaider

102

Les artistes associés

106

L’Auditorium et l’orgue

110

Les équipes

113

Mécénat et partenariats

114

PRATIQUE

Accès et services

118

Abonnements

120

Moins de 28 ans

122

Billetterie et tarifs

124

Index des compositeurs et des artistes

126


LES CONCERTS par dates SEPTEMBRE

NOVEMBRE

VE. 11 & SA. 12 SEPT. P. 13 ROBYN ORLIN, CAMILLE & PHUPHUMA LOVE MINUS Biennale de la danse

LU. 2 NOV. HOMMAGE À MICHEL PETRUCCIANI

P. 28

JE. 3 & SA. 5 DÉC. SYMPHONIE HÉROÏQUE Beethoven

P. 38

VE. 1er & SA. 2 JANV. GOSPEL Concerts de Nouvel An

JE. 5 & SA. 7 NOV. NUITS D’ÉTÉ Sir Andrew Davis

P. 29

ME. 9 DÉC. IMANY Voodoo Cello

P. 39

VE. 6 NOV. DURUFLÉ Requiem

P. 29

VE. 11 DÉC. BEETHOVEN / MOZART Concert expresso

P. 39

MA. 10 NOV. BRAHMS / BEETHOVEN Musiciens de l’ONL

P. 30

VE. 11 DÉC. JOYCE DiDONATO My Favourite Things

P. 40

SA. 14 NOV. P. 30 L’ORCHESTRE ENSORCELÉ Concert magique

SA. 12 DÉC. NOËL BAROQUE Bach, Händel, Corelli

P. 41

DI. 15 NOV. YVES CASTAGNET Vierne

DI. 13 DÉC. CLARA SCHUMANN / MENDELSSOHN Musiciens de l’ONL

P. 41

JE. 17 SEPT. P. 15 CONCERT D’OUVERTURE Nikolaj Szeps-Znaider / Yuja Wang SA. 19 SEPT. L’ONL AUX SUBS Journées européennes du patrimoine VE. 25 SEPT. EXPRESSO DU CHEF Concert expresso

P. 16

JANVIER

FÉVRIER

MARS

JE. 4 & SA. 6 FÉV. P. 55 RAVEL Concerto pour la main gauche

JE. 4 & SA. 6 MARS TRIPLE CONCERTO Beethoven

P. 58

ME. 6 JANV. P. 44 RENAUD CAPUÇON Philharmonique de Strasbourg

DI. 7 FÉV. BARTÓK / BERNSTEIN Musiciens de l’ONL

P. 55

DI. 7 MARS BACH / FAURÉ Violoncelle et orgue

P. 59

VE. 8 JANV. SOIRÉE PHILIP GLASS Piano and Organ Works

P. 45

ME. 17 FÉV. SYMPHONIE ALPESTRE Nikolaj Szeps-Znaider / Nelson Freire

P. 56

LU. 8 MARS CHUCHO VALDÉS La creación

P. 59

DI. 10 JANV. BEETHOVEN / MOZART Musiciens de l’ONL

P. 45

VE. 15 JANV. AFTERWORK #2

P. 95

P. 43

SA. 27 FÉV. P. 57 LA BELLE AU BOIS DORMANT Arthur et Lucas Jussen

P. 16

SA. 26 SEPT. BERLIOZ / SCHUMANN Nikolaj Szeps-Znaider

P. 17

DI. 27 SEPT. LA PETITE TAUPE Ciné-concert

P. 18

ME. 30 SEPT. L’ARPEGGIATA Mediterraneo

P. 19

P. 31

JE. 19 & SA. 21 NOV. P. 32 BRAHMS 2 / SCHUMANN 1 Nikolaj Szeps-Znaider / Emanuel Ax VE. 20 NOV. P. 33 WERTHER Orchestre et Maîtrise de l’Opéra de Lyon

OCTOBRE JE. 1er OCT. CONCERT POUR LES ÉTUDIANTS Beethoven

P. 19

SA. 3 OCT. L’EMPEREUR Beethoven

P. 20

DI. 4 OCT. ORCHESTRE DU CNSMD Alexandre Bloch

P. 21

SA. 10 OCT. P. 21 TINTIN AUTOUR DU MONDE Journée BD ME. 14 & DI. 18 OCT. FESTIVAL LUMIÈRE Ciné-concerts

P. 22

SA. 17 OCT. MENDELSSOHN Concerto pour violon

P. 22

DI. 22 NOV. EMANUEL AX / NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER Musiciens de l’Orchestre national de Lyon

P. 34

JE. 26 & SA. 28 NOV. SAINT-SAËNS / RAVEL Edgar Moreau

P. 35

VE. 27 NOV. GREGORY PORTER Jazz

P. 37

LU. 30 NOV. GRIGORI SOKOLOV Récital

P. 37

JE. 17, VE. 18 & SA. 19 DÉC. P. 42 SINGIN’ IN THE RAIN Orchestre national de Lyon ME. 30 & JE. 31 DÉC. GOSPEL Concerts de Nouvel An

P. 43

SA. 16 JANV. P. 47 DOCTOR ATOMIC Journée Science et Musique DI. 17 JANV. ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE Thierry Escaich

P. 48

LU. 18 JANV. P. 49 CAFÉ ZIMMERMANN Concertos brandebourgeois

ME. 10 MARS P. 60 CONCERTGEBOUWORKEST Janine Jansen / Philippe Jordan

VE. 4 JUIN AFTERWORK #4

P. 95

SA. 5 JUIN CHOPIN / SCHUMANN Nikolaj Szeps-Znaider / Marie-Ange Nguci

P. 83

VE. 11 & DI. 13 JUIN LE VAISSEAU FANTÔME Nikolaj Szeps-Znaider

P. 85

VE. 18 JUIN ORCHESTRE DÉMOS LYON MÉTROPOLE Concert final

P. 86

SA. 19 JUIN PETER PAN Conte musical

P. 87

VE. 25 & SA. 26 JUIN RONE Avec l’Orchestre national de Lyon

P. 88

MA. 29 JUIN LES CHANTIERS DE LA CRÉATION MUSICALE Projet pédagogique

P. 89

SA. 10 AVR. NOUVEAU MONDE Dessner / Labèque

P. 69

DI. 11 AVR. PULSE Carte blanche à Bryce et Aaron Dessner

P. 69

P. 70

P. 71

VE. 12 MARS AFTERWORK #3

P. 95

JE. 15 & SA. 17 AVR. ROMÉO ET JULIETTE Gautier Capuçon

DI. 14 MARS À VOS INSTRUMENTS Concert participatif

P. 61

LU. 15 MARS P. 62 LA CHARRETTE FANTÔME Sjöström

VE. 22 JANV. LUMIÈRE LOINTAINE Concert expresso

P. 52

SA. 20 MARS P. 63 SYMPHONIE PASTORALE Beethoven / Dean

LU. 25 JANV. UN SOIR AU TEMPS DU CINÉMA MUET Ciné-concert

P. 52

DI. 21 MARS P. 64 INGRID FLITER Nocturne et Préludes de Chopin

DI. 31 JANV. P. 54 AMSTERDAM SINFONIETTA Fazil Say

P. 82

P. 61

VE. 19 MARS BEETHOVEN / HAYDN Concert expresso

P. 54

VE. 4 JUIN SCHUMANN Musiciens de l’ONL

JE. 11 & SA. 13 MARS HOMMAGE À PIAZZOLLA Pablo Ziegler

P. 51

VE. 29 JANV. FATOUMATA DIAWARA Musiques du monde

JUIN

SA. 3 & ME. 7 AVR. P. 67 LE GRAND MÉCHANT RENARD ET AUTRES CONTES Ciné-concert

LU. 12 AVR. GABRIELA MONTERO Chaplin

JE. 21 & SA. 23 JANV. MAHLER Symphonie n° 3

JE. 28 & SA. 30 JANV. P. 53 BRAHMS 1 / SCHUMANN 4 Sir András Schiff

AVRIL

P. 62

JE. 25 & SA. 27 MARS LE CHANT DE LA TERRE Simone Young

P. 65

MA. 30 MARS HÄNDEL À ROME Les Nouveaux Caractères

P. 66

ME. 31 MARS MUSIQUES KLEZMER Musiciens de l’ONL

P. 66

VE. 16 AVR. P. 72 TROMPETTE & ORCHESTRE Concert expresso DI. 18 AVR. SAINT-SAËNS Musiciens de l’ONL

P. 72

MA. 20 AVR. P. 73 LA BELLE AU BOIS DORMANT Arthur et Lucas Jussen MA. 27 AVR. ARCADI VOLODOS Récital piano

P. 73

VE. 30 AVR. P. 74 CIRCA & QUATUOR DEBUSSY Opus

MAI SA. 8 MAI P. 75 ALICE AU PAYS DES MERVEILLES The Amazing Keystone Big Band DI. 16 MAI P. 76 THOMAS HENGELBROCK Israël en Égypte ME. 19 MAI MAHLER CHAMBER ORCHESTRA Leif Ove Andsnes

P. 77

JE. 20 MAI PHILHARMONIQUE DE RADIO FRANCE Wagner / Bruckner

P. 78

MA. 20 & ME. 21 OCT. P. 23 JOURNÉES DES TOUT-PETITS Parcours musical VE. 23 OCT. EXPRESSO ORGUE Concert expresso

SA. 22 MAI FAUST Ciné-concert

P. 79

SA. 24 OCT. P. 25 MON ORGUE À HISTOIRES Concert conté

MA. 25 MAI SIR ANDRÁS SCHIFF Bach / Beethoven

P. 79

DI. 25 OCT. CHAMBER ORCHESTRA OF EUROPE Sir András Schiff

VE. 28 & SA. 29 MAI BEETHOVEN / SIBELIUS Benjamin Grosvenor

P. 80

DI. 30 MAI QUINTETTES Musiciens de l’ONL

P. 81

LU. 31 MAI NATHAN LAUBE Liszt / Wagner

P. 81

P. 24

P. 26

JE. 29 & SA. 31 OCT. P. 27 RACHMANINOV / TCHAÏKOVSKI Leonard Slatkin / Nicholas Angelich VE. 30 OCT AFTERWORK #1

8

DÉCEMBRE

P. 95

9


LES CONCERTS

ORGUE

par catégories SYMPHONIQUE JE. 17 SEPT. P. 15 CONCERT D’OUVERTURE Nikolaj Szeps-Znaider / Yuja Wang SA. 26 SEPT. BERLIOZ / SCHUMANN Nikolaj Szeps-Znaider

P. 17

SA. 3 OCT. L’EMPEREUR Beethoven

P. 20

DI. 4 OCT. ORCHESTRE DU CNSMD Alexandre Bloch

P. 21

SA. 10 OCT. P. 21 TINTIN AUTOUR DU MONDE Journée BD SA. 17 OCT. MENDELSSOHN Concerto pour violon

P. 22

DI. 25 OCT. P. 26 CHAMBER ORCHESTRA OF EUROPE Sir András Schiff JE. 29 & SA. 31 OCT. RACHMANINOV / TCHAÏKOVSKI Leonard Slatkin / Nicholas Angelich

P. 27

JE. 5 & SA. 7 NOV. NUITS D’ÉTÉ Sir Andrew Davis

P. 29

P. 33

JE. 26 & SA. 28 NOV. SAINT-SAËNS / RAVEL Edgar Moreau

P. 35

JE. 3 & SA. 5 DÉC. SYMPHONIE HÉROÏQUE Beethoven

P. 38

SA. 12 DÉC. NOËL BAROQUE Bach, Händel, Corelli ME. 30 & JE. 31 DÉC. VE. 1ER & SA. 2 JANV. GOSPEL Concerts de Nouvel An

P. 41

P. 43

ME. 6 JANV. P. 44 RENAUD CAPUÇON Philharmonique de Strasbourg SA. 16 JANV. P. 47 DOCTOR ATOMIC Journée Science et Musique DI. 17 JANV. ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE Thierry Escaich

P. 51

P. 48

FORMATIONS INVITÉES

CHŒURS ET VOIX VE. 11 & SA. 12 SEPT. P. 13 ROBYN ORLIN, CAMILLE & PHUPHUMA LOVE MINUS Biennale de la danse

JE. 28 & SA. 30 JANV. P. 53 BRAHMS 1 / SCHUMANN 4 Sir András Schiff

ME. 30 SEPT. L’ARPEGGIATA Mediterraneo

P. 19

DI. 4 OCT. ORCHESTRE DU CNSMD Alexandre Bloch

P. 21

ME. 30 SEPT. L’ARPEGGIATA Mediterraneo

P. 19

DI. 31 JANV. P. 54 AMSTERDAM SINFONIETTA Fazil Say

DI. 25 OCT. CHAMBER ORCHESTRA OF EUROPE Sir András Schiff

P. 26

JE. 5 & SA. 7 NOV. NUITS D’ÉTÉ Sir Andrew Davis

P. 29

JE. 4 & SA. 6 FÉV. P. 55 RAVEL Concerto pour la main gauche

P. 29

VE. 6 NOV. DURUFLÉ Requiem

P. 29

VE. 6 NOV. DURUFLÉ Requiem

VE. 20 NOV. WERTHER Orchestre et Maîtrise de l’Opéra de Lyon

P. 33

P. 40

ME. 17 FÉV. SYMPHONIE ALPESTRE Nikolaj Szeps-Znaider / Nelson Freire

P. 56

SA. 27 FÉV. P. 57 LA BELLE AU BOIS DORMANT Arthur et Lucas Jussen

VE. 20 NOV. P. 33 ORCHESTRE ET MAÎTRISE DE L’OPÉRA DE LYON Werther VE. 11 DÉC. IL POMO D’ORO & JOYCE DiDONATO My Favourite Things

P. 40

VE. 11 DÉC. JOYCE DiDONATO My Favourite Things

ME. 6 JANV. PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG Renaud Capuçon

P. 44

ME. 30 & JE. 31 DÉC. VE. 1er & SA. 2 JANV. GOSPEL Concerts de Nouvel An

DI. 17 JANV. ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE Thierry Escaich

P. 48

SA. 20 MARS P. 63 SYMPHONIE PASTORALE Beethoven / Dean JE. 25 & SA. 27 MARS LE CHANT DE LA TERRE Simone Young

P. 65

LU. 18 JANV. P. 49 CAFÉ ZIMMERMANN Concertos brandebourgeois

JE. 25 & SA. 27 MARS LE CHANT DE LA TERRE Simone Young

SA. 10 AVR. NOUVEAU MONDE Dessner / Labèque

P. 69

VE. 22 JANV. P. 52 ORCHESTRE D’AUVERGNE Lumière lointaine

MA. 30 MARS P. 66 LES NOUVEAUX CARACTÈRES Händel à Rome

JE. 15 & SA. 17 AVR. ROMÉO ET JULIETTE Gautier Capuçon

P. 71

DI. 31 JANV. P. 54 AMSTERDAM SINFONIETTA Fazil Say

DI. 16 MAI P. 76 THOMAS HENGELBROCK Israël en Égypte

MA. 20 AVR. P. 73 LA BELLE AU BOIS DORMANT Arthur et Lucas Jussen

ME. 10 MARS P. 60 CONCERTGEBOUWORKEST Janine Jansen / Philippe Jordan

VE. 11 & DI. 13 JUIN LE VAISSEAU FANTÔME Nikolaj Szeps-Znaider

ME. 19 MAI MAHLER CHAMBER ORCHESTRA Leif Ove Andsnes

MA. 30 MARS P. 66 LES NOUVEAUX CARACTÈRES Händel à Rome

JE. 4 & SA. 6 MARS TRIPLE CONCERTO Beethoven

P. 58

ME. 10 MARS P. 60 CONCERTGEBOUWORKEST Janine Jansen / Philippe Jordan JE. 11 & SA. 13 MARS P. 61 HOMMAGE À PIAZZOLLA Pablo Ziegler

JE. 19 & SA. 21 NOV. P. 32 BRAHMS 2 / SCHUMANN 1 Nikolaj Szeps-Znaider / Emanuel Ax VE. 20 NOV. WERTHER Orchestre et Maîtrise de l’Opéra de Lyon

JE. 21 & SA. 23 JANV. MAHLER Symphonie n° 3

P. 77

JE. 20 MAI PHILHARMONIQUE DE RADIO FRANCE Wagner / Bruckner

P. 78

VE. 28 & SA. 29 MAI BEETHOVEN / SIBELIUS Benjamin Grosvenor

P. 80

SA. 5 JUIN CHOPIN / SCHUMANN Nikolaj Szeps-Znaider / Marie-Ange Nguci

P. 83

VE. 11 & DI. 13 JUIN LE VAISSEAU FANTÔME Nikolaj Szeps-Znaider

P. 85

JE. 21 & SA. 23 JANV. MAHLER Symphonie n° 3

P. 43

DI. 16 MAI BALTHASAR NEUMANN CHOR & ENSEMBLE Israël en Égypte

P. 76

ME. 19 MAI MAHLER CHAMBER ORCHESTRA Leif Ove Andsnes

P. 77

JE. 20 MAI PHILHARMONIQUE DE RADIO FRANCE Wagner / Bruckner

P. 78

P. 65

P. 85

BAROQUE

DI. 27 SEPT. LA PETITE TAUPE Jeune public

P. 18

DI. 18 OCT. FESTIVAL LUMIÈRE Ciné-concert

P. 22

ME. 14 & DI. 18 OCT. FESTIVAL LUMIÈRE

P. 22

VE. 23 OCT. EXPRESSO ORGUE Concert expresso

P. 24

SA. 24 OCT. P. 25 MON ORGUE À HISTOIRES Concert conté VE. 6 NOV. DURUFLÉ Requiem

P. 29

DI. 15 NOV. YVES CASTAGNET Vierne

P. 31

VE. 8 JANV. SOIRÉE PHILIP GLASS Piano and Organ Works

P. 45

DI. 17 JANV. ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE Thierry Escaich

P. 48

DI. 7 MARS BACH / FAURÉ Violoncelle et orgue

P. 59

RÉCITALS DI. 15 NOV. YVES CASTAGNET Vierne

P. 31

LU. 30 NOV. GRIGORI SOKOLOV Piano

P. 37

VE. 8 JANV. SOIRÉE PHILIP GLASS Piano and Organ Works

P. 45

DI. 21 MARS P. 64 INGRID FLITER Nocturne et Préludes de Chopin

VE. 22 JANV. 12h30 & 15h P. 52 LUMIÈRE LOINTAINE

LU. 15 MARS P. 62 LA CHARRETTE FANTÔME SA. 3 & ME. 7 AVR. P. 67 LE GRAND MÉCHANT RENARD ET AUTRES CONTES Jeune public LU. 12 AVR. GABRIELA MONTERO Chaplin

P. 70

SA. 22 MAI FAUST

P. 79

MUSIQUE DE CHAMBRE P. 30

MA. 20 & ME. 21 OCT. P. 23 JOURNÉES DES TOUT-PETITS Parcours musical VE. 30 OCT AFTERWORK #1

P. 95

VE. 15 JANV. AFTERWORK #2

P. 95

DI. 7 FÉV. BARTÓK / BERNSTEIN

P. 55

DI. 7 MARS BACH / FAURÉ

P. 59

ME. 31 MARS MUSIQUES KLEZMER

P. 66

SA. 10 & DI. 11 AVR. P. 68, 69 UN WEEK-END AVEC BRYCE DESSNER

DI. 18 AVR. SAINT-SAËNS

P. 72

VE. 4 JUIN AFTERWORK #4

DI. 30 MAI QUINTETTES

P. 81

SA. 16 JANV. P. 46, 47 UNE JOURNÉE AVEC ÉTIENNE KLEIN Science et Musique

MA. 29 JUIN LES CHANTIERS DE LA CRÉATION MUSICALE Projet pédagogique

P. 89

DI. 27 SEPT. LA PETITE TAUPE Ciné-concert

VE. 11 & SA. 12 SEPT. P. 13 ROBYN ORLIN, CAMILLE & PHUPHUMA LOVE MINUS Biennale de la danse ME. 30 SEPT. L’ARPEGGIATA Mediterraneo

P. 19

LU. 2 NOV. HOMMAGE À MICHEL PETRUCCIANI

P. 28

VE. 27 NOV. GREGORY PORTER

P. 37

ME. 9 DÉC. IMANY Voodoo Cello

P. 39

P. 43

VE. 8 JANV. SOIRÉE PHILIP GLASS Piano and Organ Works

P. 45

VE. 29 JANV. FATOUMATA DIAWARA

P. 54

LU. 8 MARS CHUCHO VALDÉS La creación

P. 59

ME. 31 MARS MUSIQUES KLEZMER Musiciens de l’ONL

P. 66

DI. 11 AVR. PULSE Carte blanche à Bryce et Aaron Dessner

P. 69

VE. 25 & SA. 26 JUIN RONE Avec l’Orchestre national de Lyon

P. 88

P. 95

CONCERTS GRATUITS

P.95

JEUNE PUBLIC

P. 86

P. 41

ÉVÉNEMENTS & WEEK-ENDS

VE. 12 MARS AFTERWORK #3

MUSIQUES ACTUELLES / DU MONDE / JAZZ

ME. 30 & JE. 31 DÉC. VE. 1er & SA. 2 JANV. GOSPEL Concerts de Nouvel An

P. 45

VE. 18 JUIN ORCHESTRE DÉMOS LYON MÉTROPOLE Concert final

SA. 12 DÉC. NOËL BAROQUE Bach, Händel, Corelli

P. 82

DI. 10 JANV. BEETHOVEN / MOZART

PROJETS PÉDAGOGIQUES

P. 81

VE. 4 JUIN 15h SCHUMANN

P. 41

P. 73

LU. 31 MAI NATHAN LAUBE Liszt / Wagner

VE. 16 AVR. 12h30 & 15h P. 72 TROMPETTE & ORCHESTRE

DI. 13 DÉC. CLARA SCHUMANN / MENDELSSOHN

MA. 27 AVR. ARCADI VOLODOS Piano

P. 40

P. 62

SA. 10 OCT. P. 21 TINTIN AUTOUR DU MONDE Journée BD

P. 70

VE. 11 DÉC. JOYCE DiDONATO My Favourite Things

VE. 19 MARS 15h BEETHOVEN / HAYDN

P. 39

SA. 19 SEPT. P. 16 JOURNÉES DU PATRIMOINE

LU. 12 AVR. GABRIELA MONTERO Chaplin

P. 79

P. 66

P. 52

DI. 22 NOV. P. 34 EMANUEL AX / NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER

P. 81

VE. 23 OCT. 12h30 & 15h P. 24 EXPRESSO ORGUE VE. 11 DÉC. 12h30 BEETHOVEN / MOZART

LU. 31 MAI NATHAN LAUBE Liszt / Wagner

MA. 25 MAI SIR ANDRÁS SCHIFF Bach / Beethoven

MA. 30 MARS HÄNDEL À ROME Les Nouveaux Caractères

LU. 25 JANV. UN SOIR AU TEMPS DU CINÉMA MUET

P. 16

P. 42

MA. 10 NOV. BRAHMS / BEETHOVEN

P. 19

LU. 18 JANV. P. 49 CAFÉ ZIMMERMANN Concertos brandebourgeois

JE. 17, VE. 18 & SA. 19 DÉC. SINGIN’ IN THE RAIN

CONCERTS EXPRESSO VE. 25 SEPT. 12h30 EXPRESSO DU CHEF

LU. 15 MARS P. 62 LA CHARRETTE FANTÔME David Cassan

ME. 30 SEPT. L’ARPEGGIATA Mediterraneo

DI. 16 MAI P. 76 THOMAS HENGELBROCK Israël en Égypte

10

P. 18

P. 51

SA. 20 MARS P. 63 SYMPHONIE PASTORALE Beethoven / Dean

VE. 30 AVR. P. 74 CIRCA & QUATUOR DEBUSSY Opus

CINÉ-CONCERTS

DI. 27 SEPT. LA PETITE TAUPE Ciné-concert

P. 18

MA. 20 & ME. 21 OCT. P. 23 JOURNÉES DES TOUT-PETITS Parcours musical SA. 24 OCT. P. 25 MON ORGUE À HISTOIRES Concert conté SA. 14 NOV. P. 30 L’ORCHESTRE ENSORCELÉ Concert magique SA. 3 & ME. 7 AVR. P. 67 LE GRAND MÉCHANT RENARD ET AUTRES CONTES Ciné-concert

SA. 19 SEPT. L’ONL AUX SUBS Journées européennes du patrimoine

P. 16

JE. 1er OCT. CONCERT POUR LES ÉTUDIANTS Beethoven

P. 19

DI. 4 OCT. ORCHESTRE DU CNSMD Alexandre Bloch

P. 21

DI. 14 MARS À VOS INSTRUMENTS Concert participatif

P. 61

VE. 18 JUIN ORCHESTRE DÉMOS LYON MÉTROPOLE Concert final

P. 86

MA. 29 JUIN LES CHANTIERS DE LA CRÉATION MUSICALE Projet pédagogique

P. 89

SA. 8 MAI P. 75 ALICE AU PAYS DES MERVEILLES The Amazing Keystone Big Band SA. 19 JUIN PETER PAN Conte musical

P. 87

11


VE. 11 SEPT. 20h SA. 12 SEPT. 18h DANSE & VOIX

Robyn Orlin, Camille & Phuphuma Love Minus

G

TARIF

ROBYN ORLIN, CAMILLE & PHUPHUMA LOVE MINUS

LES CONCERTS

19e Biennale de la danse … alarm clocks are replaced by floods and we awake with our unwashed eyes in our hands … a piece about water without water Robyn Orlin conception et mise en scène Camille danse, chant Phuphuma Love Minus danse, chant

À l’instigation de la Philharmonie de Paris (où ce spectacle est créé en mai 2020), la chorégraphe Robyn Orlin réunit le chœur d’hommes Phuphuma Love Minus et la chanteuse Camille dans un melting-pot de cultures.

Chorégraphe majeure du continent africain, Robyn Orlin a fait de la complexité culturelle et des déchirures de son pays, l’Afrique du Sud, sa principale source d’inspiration. Elle confronte son univers à celui de Camille, chanteuse virtuose et inclassable flirtant volontiers avec le folk, le R’n’B, les percussions corporelles façon Bobby McFerrin et même la danse – qu’elle pratique pieds nus. Les deux femmes (qui se sont rencontrées lors du spectacle Ilo veyou faisant suite à l’album homonyme de Camille) partagent la scène avec les Phuphuma Love Minus. Ce chœur d’hommes pérennise la tradition de l’isicathamiya : un genre mêlant le chant a cappella et une danse légère et furtive, né il y a plus d’un siècle parmi les ouvriers zoulous exilés dans les faubourgs de Durban et Johannesburg. Création Philharmonie de Paris. En coproduction avec la 19e Biennale de la danse. Ce spectacle est labellisé dans le cadre de la saison Africa2020 de l’Institut français, avec le soutien de son Comité des mécènes. Les + : Rencontre avec la chorégraphe à 19h le vendredi ; Rencontre d’après-concert le samedi (30 min). Atrium, entrée libre.

12

13


“Ouverture de

saison” Lors de cette saison, la première que je passe à la tête de l’Orchestre national de Lyon, de nombreux programmes sont liés à l’idée du voyage – voyage qui s’entend à la fois dans son sens littéral et comme l’évolution de chacun de nous en tant qu’être humain. Nous rejoindrons les compositeurs dans les voyages incroyables que leur musique nous fait entreprendre, mais aussi dans ceux que constituent leurs vies respectives. Car, en fin de compte, le plus grand voyage pour chacun d’entre nous n’est-il pas son voyage personnel, ce voyage intérieur qui offre constamment de nouvelles expériences et de nouvelles dimensions à nos vies ? Comme aucune autre forme d’art, la musique a le pouvoir de relier les êtres humains, en créant un espace où tous les voyages collectifs se rejoignent. C’est pourquoi, dès les prémices de notre réflexion sur cette saison, nous avons imaginé une série de programmes passionnants qui illustrent ce fil conducteur, Le Voyageur, qui nous guidera jusqu’à l’été. Nous vous invitons à présent à embarquer avec nous pour une année de découvertes.

JE. 17 SEPT. 20h Le mot du directeur musical

NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER

L E V O YA G E U R

SYMPHONIQUE

Concert d'ouverture

A

TARIF

CONCERT D’OUVERTURE

Nikolaj Szeps-Znaider / Yuja Wang Ludwig van Beethoven Ouverture des Créatures de Prométhée Felix Mendelssohn Bartholdy Mer calme et Heureux Voyage Richard Wagner Ouverture du Vaisseau fantôme Alexandre Scriabine Prométhée, ou Le Poème du feu Igor Stravinsky L’Oiseau de feu (suite d’orchestre de 1919) Orchestre national de Lyon Nikolaj Szeps-Znaider direction Yuja Wang piano Claudia Stavisky dramaturgie et mise en scène

Sur les flots de Mendelssohn et Wagner, en compagnie de Prométhée le voleur de feu, embarquez pour le voyage trépidant d’une nouvelle saison en compagnie de Nikolaj Szeps-Znaider, pour sa prise de fonctions à la tête de l’Orchestre national de Lyon. Avec en guest star la pianiste Yuja Wang.

Le voyage est découverte, partage, émerveillement. Il est aussi grands espaces, comme dans les deux peintures marines de Mendelssohn et Wagner. Mer calme et Heureux Voyage commence par un tableau sonore idyllique puis laisse éclater l’euphorie du départ. Le voyageur de Mendelssohn est béni des dieux, au contraire du Hollandais volant de Wagner, condamné à errer sur les flots sur son fantomatique voilier pour avoir défié Dieu. La tempétueuse ouverture du Vaisseau fantôme donne un aperçu de la puissance de l’ouvrage entier, que Nikolaj Szeps-Znaider et l’Orchestre national de Lyon nous feront entendre in extenso pour refermer la saison (voir p. 84). Le voyage est aussi quête. Et celle de Prométhée n’est-elle pas la quête ultime ? Lui aussi défia les dieux en dérobant le feu sacré au sommet de l’Olympe, ce qui lui valut un terrible châtiment de la part de Zeus : être attaché à un rocher où l’Aigle du Caucase venait chaque jour dévorer son foie, qui repoussait la nuit suivante. Ce mythe ne pouvait qu’inspirer deux compositeurs qui comptèrent parmi les plus audacieux : Beethoven dans son ballet Les Créatures de Prométhée et Scriabine dans Prométhée, ou le Poème du feu. Une œuvre à la démesure du mythe, mi-poème symphonique mi-concerto pour piano, réunissant un orchestre colossal, le grand orgue de l’Auditorium et un «orgue de lumière» projetant les couleurs correspondant par synesthésie à certains sons. Avec au piano Yuja Wang, virtuose étourdissante, l’effet promet d’être impressionnant. L’Oiseau de feu complétera ce programme de ses mille couleurs et de ses rythmes irrésistibles. Nouvelle production Auditorium-Orchestre national de Lyon. Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

14

15


SA. 19 SEPT. 18h & 19h

VE. 25 SEPT. 12h30

SA. 26 SEPT. 18h

JOURNÉES DU PATRIMOINE

EXPRESSO

SYMPHONIQUE

L’ONL aux SUBS

Expresso du chef

GRATUIT

E

TARIF

Berlioz / Schumann

B

TARIF

CONCERTS HORS LES MURS

L’ONL AUX SUBS

Journées européennes du patrimoine Orchestre national de Lyon Nikolaj Szeps-Znaider direction

Nikolaj Szeps-Znaider part à la rencontre du public dans un lieu emblématique, les Subsistances, en compagnie de l’Orchestre national de Lyon.

Nikolaj Szeps-Znaider a choisi la Verrière des Subsistances pour offrir deux concerts exceptionnels avec l’Orchestre national de Lyon, samedi 19 septembre à 18 heures et 19 heures. Ces Journées européennes du patrimoine sont également l’occasion pour les musiciens de l’ONL de partager des moments de musique chaleureux avec les Lyonnais. Vous pouvez les retrouver tout au long de l’après-midi en petites formations, pour un itinéraire surprise dans différents lieux de la cité. Pendant que les musiciens de l’ONL investissent la ville, l’Auditorium de Lyon, bâtiment labellisé Patrimoine du xxe siècle, vous ouvre ses portes : découvrez ses coulisses samedi 19 septembre de 13 heures à 18 heures à l’occasion de visites libres. En partenariat avec Les SUBS. Programme détaillé et réservations à partir du 9 septembre 2020 sur auditorium-lyon.com.

16

EXPRESSO DU CHEF

En 55 minutes chrono Programme surprise Orchestre national de Lyon Nikolaj Szeps-Znaider direction

Une première saison commune est pour l’orchestre et son directeur musical un temps particulier : le temps de se rencontrer, de se connaître et de s’apprivoiser. Sans doute en va-t-il un peu de même avec le public ; laissez-vous convaincre par l’Expresso du chef Nikolaj Szeps-Znaider.

N’est-ce pas excitant que de se laisser conduire vers une destination inconnue ? C’est une expérience qui relève de l’acte de confiance et de l’abandon de soi. Le programme surprise permet au chef et à l’orchestre de renouer avec la spontanéité, d’aborder un programme et de l’interpréter en accord avec les idées et envies du moment. Et, pour le public, c’est la possibilité de se débarrasser des préjugés, d’accueillir la musique pour ce qu’elle est plutôt que pour ce qu’on en attend. Vivre la musique autrement, avec simplicité et ferveur, tel est le défi de ce programme surprise.

BERLIOZ / SCHUMANN Nikolaj Szeps-Znaider Hector Berlioz Harold en Italie Robert Schumann Symphonie n° 2, en ut majeur Orchestre national de Lyon Nikolaj Szeps-Znaider direction Lawrence Power alto

Pour sa première saison lyonnaise, Nikolaj SzepsZnaider relève le défi d’une intégrale des quatre symphonies de Schumann. Il commence par la plus personnelle, la Deuxième, et lui adjoint une autre symphonie écrite à la première personne : Harold en Italie.

Lorsque Schumann aborde le genre de la symphonie en 1841, après s’être consacré au piano et au lied, il est comme un enfant découvrant le feu, touchant à une nouvelle matière qui lui brûle les mains. Les deux premières composées (Première et Quatrième) naissent dans l’euphorie de son mariage. La Deuxième (1846) et la Troisième, la puissante Rhénane (1850), accompagneront le lent vacillement de son esprit. Ces circonstances se traduisent par des tableaux fauves, aux couleurs vives, à la matière dense, au trait épais. L’orchestration schumannienne exige donc, de la part du chef, un art du détail et une adresse exceptionnelle pour révéler ses subtils équilibres. Chaque instrumentiste doit prendre conscience de sa place dans l’édifice et, tel un musicien de chambre, se glisser dans l’entrelacs des lignes. Née dans ces circonstances très tourmentées, la Deuxième Symphonie est pourtant une partition pleine

de vie ; elle est de ces œuvres qui métamorphosent un orchestre. Parce que Schumann y parle à la première personne, Nikolaj Szeps-Znaider lui associe Harold en Italie, une rêverie autobiographique, chefd’œuvre d’invention orchestrale, dans laquelle l’alto principal incarne à la fois Berlioz et le héros de Byron. L’Orchestre national de Lyon y accueille pour la première fois Lawrence Power, altiste révélé par sa victoire au Concours international William-Primrose en 1999, qui mène depuis lors une magnifique carrière de soliste et de chambriste – il se produit notamment régulièrement aux BBC Proms de Londres.

Concert proposé dans l’Abonnement du Chef (voir p. 120). Les + : Propos d’avant-concert à 17h (30 min). Atrium, entrée libre.

17


DI. 27 SEPT. 14h, 16h et 18h

ME. 30 SEPT. 20h

JE. 1ER OCT. 20h

JEUNE PUBLIC – DÈS 3 ANS

BAROQUE / MUSIQUES DU MONDE

SYMPHONIQUE

La Petite Taupe

JP TARIF

LA PETITE TAUPE © 2011 Les films du Préau – DR

Ciné-concert

Zdeněk Miler La Petite Taupe, six courts métrages d’animation La Petite Taupe et l’Étoile verte – La Petite Taupe et la Radio – La Petite Taupe au zoo – La Petite Taupe peintre – La Petite Taupe et le Bulldozer – La Petite Taupe photographe Paul Goussot improvisations à l’orgue Julien Baissat bruiteur Damien Laquet comédien-voix

L’adorable Petite Taupe est de retour à l’Auditorium, avec l’équipe d’artistes qui nous a tant fait rire et rêver lors des deux précédentes éditions.

C’est en 1957, en trébuchant sur une taupinière lors d’une promenade en forêt, que Zdeněk Miler imagina la Petite Taupe, qui devint rapidement le personnage le plus célèbre du dessin animé tchèque. Jusqu’en 1994, il réalisa plus d’une vingtaine d’épisodes mettant en scène l’adorable animal et ses fidèles amis. Aujourd’hui encore, Krtek (c’est son nom en version originale) reste l’idole des enfants tchèques, avec à Prague plusieurs magasins spécialisés ! Après le succès rencontré lors des deux précédentes éditions, Paul Goussot (improvisations à l’orgue), Damien Laquet (la voix officielle des Lapins crétins) et Julien Baissat (bruiteur) proposent aux tout-petits une nouvelle sélection de ces courts-métrages et donnent vie en direct aux délicieuses aventures du petit animal. Trois artistes complices, qui se fondent dans la poésie et la drôlerie de l’œuvre originale tout en y ajoutant la finesse et l’inventivité de leur art.

En partenariat avec l’Institut Lumière.

18

L'Arpeggiata

B

TARIF

L’ARPEGGIATA Mediterraneo

Musiques traditionnelles italiennes, grecques, turques et espagnoles Œuvres de Maurizio Cazzati, Henry de Bailly, Girolamo Kapsberger L’Arpeggiata Christina Pluhar direction et théorbe Céline Scheen soprano Vincenzo Capezzuto alto Katerina Papadopoulou chant Anna Dego teatrodanza

De la minorité grecque du Salento, au bout de la botte italienne, aux villages de Majorque ou de Macédoine, Christina Pluhar et L’Arpeggiata sillonnent le bassin méditerranéen et croisent les musiques traditionnelles avec le répertoire baroque et l’improvisation.

Traverser la Méditerranée en musique, écouter le dialogue enchanteur des cordes pincées de la tradition méditerranéenne avec les cordes baroques, se laisser griser par des tarentelles chantées en grec comme on le faisait dans les villages gréco-albanais de Calabre ou des Pouilles… C’est le voyage auquel nous invitent Christina Pluhar et L’Arpeggiata. Sur le navire embarquent également quatre compagnons de longue date de L’Arpeggiata : la soprano Céline Scheen, Vincenzo Capezzuto et sa voix androgyne, Katerina Papadopoulou, l’une des meilleures spécialistes du chant traditionnel grec, et Anna Dego qui, aux confins de la danse et du théâtre, traduit la mélancolie, la douleur qui se cache derrière l’ivresse dionysiaque de la tarentelle.

En coproduction avec le Centre culturel de rencontre d’Ambronay, dans le cadre du 41e Festival d’Ambronay. Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

Concert pour les étudiants

GRATUIT

CONCERT POUR LES ÉTUDIANTS Beethoven

Franz Schubert Symphonie n° 8, en si mineur, «Inachevée» Brett Dean Concerto pour piano «Gneixendorf Music, a Winter’s Journey» (création française) Ludwig van Beethoven Concerto pour piano n° 5, en mi bémol majeur, «L’Empereur» Orchestre national de Lyon Gemma New direction Jonathan Biss piano

Deux des plus belles œuvres du répertoire et une création française interprétées par l’Orchestre national de Lyon face à plus de 2000 étudiants : voilà des ingrédients simples mais efficaces pour une soirée placée sous le signe de la jeunesse !

Le concert pour les étudiants est un rendez-vous annuel gratuit que l’Auditorium-ONL propose depuis plus de 25 ans. Et, à chaque fois, c’est la même joie et la même énergie qui passent de la salle à la scène et inversement. Schubert n’a que 25 ans lorsqu’il compose l’Inachevée ; Gemma New n’en a guère plus, mais la cheffe d’orchestre néo-zélandaise est déjà associée à plusieurs orchestres d’Amérique du Nord. Brett Dean s’inspire quant à lui de l’Empereur, à deux cents ans d’intervalle, pour composer son propre concerto pour piano. Autant de preuves que le talent et la musique n’ont ni âge ni temporalité. Depuis deux saisons, la tradition veut qu’un étudiant tiré au sort dans la salle dirige l’orchestre lors d’un bis. Une expérience inoubliable pour l’heureuse ou l’heureux élu et la promesse d’une ambiance électrique dans la salle ! Gratuit, réservation à partir du 17 septembre 2020 sur auditorium-lyon.com.

19


Beethoven

Franz Schubert Symphonie n° 8, en si mineur, «Inachevée» Brett Dean Concerto pour piano «Gneixendorf Music, a Winter’s Journey» (création française – commande de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon, de l’Orchestre philharmonique de Dresde, de l’Orchestre philharmonique de Wrocław NFM, de l’Orchestre symphonique de Melbourne, de la BBC et du Saint Paul Chamber Orchestra) Ludwig van Beethoven Concerto pour piano n° 5, en mi bémol majeur, «L’Empereur» Orchestre national de Lyon Gemma New direction Jonathan Biss piano

«Je voue une admiration sans borne à Beethoven», confie Jonathan Biss. Le pianiste américain a invité Brett Dean, autre amoureux de Beethoven, à écrire un concerto répondant à la modernité de l’illustre Empereur. Un face-à-face dont Schubert est l’arbitre.

En 1809, Napoléon n’est plus qu’un despote aux yeux de Beethoven. Composé en réaction à l’occupation française de Vienne, l’Empereur n’en est pas moins une œuvre impériale. Le nouveau concerto pour piano de Brett Dean répond à ce «chant de triomphe», d’«attaque» et de «victoire» (pour reprendre les termes mêmes de Beethoven) par une allusion au séjour difficile que fit Beethoven chez son frère à Gneixendorf. Surdité, difficultés familiales, solitude, à revivre comme si vous pénétriez le cerveau du maître. Le + : Propos d’avant-concert à 17h (30 min). Atrium, entrée libre.

SA. 3 OCT. 18h SYMPHONIQUE

L’Empereur

B

TARIF

“ Voyage d’hiver ”

Ce programme incarne l’esprit du thème de notre saison – Le Voyageur. Il culmine avec le dernier concerto pour piano de Beethoven, le puissant Empereur, qui, avec son entrée en matière saisissante, son adagio solennel et son rondo final animé, continue d’aiguiser l’imagination du public et des compositeurs, comme le montre ce programme inventif. Après la Symphonie inachevée de Schubert, qui est l’une des œuvres les plus aimées du répertoire, Brett Dean écrit en effet une nouvelle page de l’histoire de la musique avec un concerto pour piano plein d’invention et inspiré, à deux cents ans d’intervalle, par celui de Beethoven.

Le mot du directeur musical

L’EMPEREUR

NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER

L E V O YA G E U R

DI. 4 OCT. 16h

SA. 10 OCT. 18h

SYMPHONIQUE

SYMPHONIQUE

Orchestre du CNSMD

GRATUIT

ORCHESTRE DU CNSMD Alexandre Bloch

Théophile Dreux Œuvre nouvelle (création mondiale) Sergueï Prokofiev Concerto pour violon n° 1, en ré majeur Claude Debussy Prélude à «L’Après-midi d’un faune» Béla Bartók Le Mandarin merveilleux (version de concert) Orchestre du Conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon Alexandre Bloch direction

En recevant chaque saison les musiciens de demain, l’Auditorium-Orchestre national de Lyon participe à la mission de transmission qui est au cœur du CNSMD de Lyon.

Fondé en 1980, le Conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon a fait de l’insertion professionnelle de ses étudiants une priorité. Le concert annuel sur la scène de l’Auditorium est pour les étudiants une étape marquante sur le chemin qui les mène souvent vers le métier de musicien d’orchestre. Il est confié cette année à la baguette d’Alexandre Bloch, jeune et très talentueux directeur musical de l’Orchestre national de Lille. Deux étudiants s’inscrivent plus personnellement dans le projet : Théophile Dreux, étudiant des classes de composition, dont on entendra une œuvre nouvelle ; et un étudiant des classes de violon, qui sera le soliste du poignant Premier Concerto de Prokofiev. La seconde partie fera entendre deux partitions maîtresses du répertoire orchestral, qui sont également de capiteux ouvrages chorégraphiques : le Prélude à «L’Après-midi d’un faune» de Debussy et le Mandarin merveilleux de Bartók.

Gratuit, réservation à partir du 4 septembre 2020 sur auditorium-lyon.com. Le + : Propos d’avant-concert à 15h (30 min). Atrium, entrée libre.

20

Tintin autour du monde

JP C TARIF

TINTIN AUTOUR DU MONDE Journée BD

Œuvres de Ray Parker et Jim Morgan, Aram Khatchatourian, Elmer Bernstein, Ryuichi Sakamoto, Giacomo Puccini, John Cage, Dirk Brossé, Arturo Márquez, Charles Gounod, Mason Bates, John Williams Musiques traditionnelles d’Afrique, de Chine, du Tibet et d’Amérique précolombienne D’après un spectacle de l’Orchestre Pasdeloup Orchestre national de Lyon Dirk Brossé direction NN soprano Damien Laquet comédien

Objectif lune à l’Auditorium de Lyon ? L’ONL célèbre l’Année de la BD lors d’une journée de festivités. En point d’orgue, un spectacle mêlant narration, documents sonores et pièces orchestrales, un tour du monde réjouissant qui nous fera sortir de notre bulle.

En 1929, Tintin montait dans le train pour le pays des Soviets, premier d’une longue série de voyages mêlés d’aventures. Au fil des albums, c’est un véritable concert qui se dessine : l’égyptologue Philémon Siclone entonne Madame Butterfly, la Castafiore ressasse l’«Air des bijoux» du Faust de Gounod en souvenir de ses triomphes à la Scala de Milan… Outre ces airs, le récit de ces aventures sera ponctué de pages orchestrales (Danse du sabre de Khatchatourian, Atlas Eclipticalis de Cage…), de musiques traditionnelles, d’archives sonores, de bandes originales (Les Sept Mercenaires, Le Dernier Empereur, Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne) et de la comédie musicale Tintin : Le Temple du Soleil, dont le compositeur, Dirk Brossé, sera à la baguette. En partenariat avec Lyon BD Festival, dans le cadre de BD 2020. Programme détaillé de la journée à partir du 4 septembre 2020 sur auditorium-lyon.com. Le + : Propos d’avant-concert à 17h (30 min). Atrium, entrée libre.

21


ME. 14 OCT. 20h DI. 18 OCT. 11h

SA. 17 OCT. 18h

CINÉ-CONCERTS

SYMPHONIQUE

Festival Lumière

TARIF

LUMIÈRE

FESTIVAL LUMIÈRE

Ciné-concerts

Mendelssohn

B

TARIF

MENDELSSOHN Concerto pour violon

Titres des films communiqués ultérieurement

Felix Mendelssohn Bartholdy Sinfonia pour cordes n° 10 Felix Mendelssohn Bartholdy Concerto pour violon en mi mineur Georges Enesco Octuor (version pour orchestre à cordes)

Orchestre national de Lyon (14 oct.) Timothy Brock direction

Orchestre national de Lyon Rosanne Philippens violon et direction

Paul Goussot accompagnement improvisé à l’orgue (18 oct.)

Deux ciné-concerts, accompagnés l’un par l’orchestre et l’autre par l’orgue, pour redécouvrir les classiques du cinéma muet dans toute leur splendeur.

Depuis 2009, l’Auditorium de Lyon accueille chaque saison le public cinéphile et mélomane dans le cadre du festival Lumière. Deux films muets sont au programme cette année, qui retrouveront leur éclat accompagnés respectivement par l’Orchestre national de Lyon et par l’orgue. L’écran géant, l’impact de la musique jouée en direct, les pépites dénichées par l’Institut Lumière concourent à faire de ces séances des événements. Rendez-vous en octobre pour célébrer ensemble le cinéma !

En coproduction avec l’Institut Lumière, dans le cadre du festival Lumière (du samedi 10 au dimanche 18 octobre). Hors abonnement. Informations et réservations à partir de juillet sur festival-lumiere.org.

22

Lors de la saison 2018/2019, sa fougue a électrisé le public et l’orchestre dans les huit Saisons de Vivaldi et Piazzolla. Rosanne Philippens prête cette fois son archet-baguette à l’illustre concerto de Mendelssohn.

Plutôt que de longues listes de prix internationaux, c’est le tempérament qui parle pour Rosanne Philippens. Dans les plus belles salles de concert comme dans la brasserie Oedipus qui reçoit son Amsterdam Salon, elle partage son insatiable curiosité musicale avec le plus large public possible. Mendelssohn, c’est non seulement ce concerto ultra-célèbre et à l’élan irrépressible, mais aussi douze symphonies pour cordes méconnues, d’un entrain délicieusement juvénile. Achevées par un compositeur âgé de 12 à 14 ans, elles feraient presque de l’Octuor d’Enesco (composé à 19 ans) une œuvre de maturité. Avec Rosanne Philippens, l’Orchestre national de Lyon s’offre une cure de jouvence.

Le + : Propos d’avant-concert à 17h (30 min). Atrium, entrée libre.

MA. 20 OCT. 9h > 17h ME. 21 OCT. 9h > 17h JEUNE PUBLIC – 3 MOIS > 3 ANS

Journées des tout-petits

JP TARIF

JOURNÉES DES TOUT-PETITS Parcours musical

L’Auditorium de Lyon met à l’honneur la petite enfance avec cette seconde édition consacrée aux tout-petits.

À l’âge où le cerveau se forme, la musique est un matériau de construction de tout premier ordre. Après le succès de la première édition, l’Auditorium ouvre de nouveau ses portes aux tout-petits et leur propose un parcours musical d’une heure pensé exclusivement pour eux ! Au programme, une découverte de la musique sous toutes ses formes : micro-concerts, manipulation d’objets sonores, découvertes sensorielles, écoutes actives. Accompagnés par des musiciens de l’Orchestre national de Lyon et de musiciens intervenants spécialistes de la petite enfance, les tout-petits déambulent au fil des

espaces dans un univers enchanteur créé de toutes pièces et sur mesure par les scénographes plasticiens de l’atelier Scenorama. Tous les sens de vos enfants seront en éveil !

Créneau horaire d’une heure à choisir au moment de votre réservation. Offre de restauration spéciale : La Commune vous propose des découvertes gustatives tout au long de la journée et une formule déjeuner «À la découverte des goûts» (5 € enfant / 11 € adulte). Réservez votre table : contact.auditorium@lacommune.co.

23


VE. 23 OCT. 12h30 et 15h

SA. 24 OCT. 10h, 15h et 17h

EXPRESSO

JEUNE PUBLIC – DÈS 3 ANS

Orgue

E

TARIF

EXPRESSO ORGUE

En 55 minutes chrono Georg Friedrich Händel Zadok the Priest (transcr. Paul Goussot) Johann Sebastian Bach Sinfonia de la Cantate BWV 146 (transcr. Marcel Dupré) – Choral «Ertöt uns durch dein Güte», de la Cantate 22  (transcr. Paul Goussot) Piotr Ilyitch Tchaïkovski Casse-Noisette (extraits) Charles-Marie Widor Finale de la Symphonie n° 6 Sergueï Prokofiev Toccata (transcr. Jean Guillou) Paul Goussot orgue

Éclat, charme et virtuosité sont à l’affiche du concert multicolore conçu par Paul Goussot.

Depuis le couronnement de Jacques II, Zadok the Priest accompagne celui de tous les souverains anglais, en plus… des matches de la Ligue des champions de football. Une majesté qui sied parfaitement à l’imposant orgue de l’Auditorium. Comme lui siéent la joie de la Cantate BWV 146, le charme de la «Valse des fleurs» de Casse-Noisette, l’éclat du final de la Sixième Symphonie de Widor (composée pour les concerts inauguraux de notre instrument, en 1878 au palais du Trocadéro de Paris) ou la virtuosité diabolique de la Toccata de Prokofiev. Sous les doigts de Paul Goussot, il y en aura pour tous les goûts !

Mon Orgue à histoires

JP TARIF

MON ORGUE À HISTOIRES Concert conté

Élodie Fondacci autrice et récitante Paul Goussot accompagnement improvisé à l’orgue Scenorama mise en espace

Mon premier est une histoire, mon deuxième est un immense instrument, mon tout est un concert inédit !

Élodie Fondacci, autrice de contes musicaux, est une merveilleuse conteuse. Sa voix séduit les jeunes auditeurs de Radio Classique depuis des années, et ses livres-disques bercent les nuits de très nombreux enfants. Elle nous propose pour ce concert une histoire inédite, écrite spécialement pour les plus jeunes. Pour l’accompagner en musique, l’organiste Paul Goussot s’assied à la console de l’orgue de l’Auditorium, comme s’il était aux commandes d’une immense machine à voyager dans le temps… Préparez-vous, vous serez vous aussi les acteurs d’un concert qui s’annonce comme une aventure fantastique !

Nouvelle production Auditorium-Orchestre national de Lyon.

24

25


SYMPHONIQUE

Chamber Orchestra of Europe

A

TARIF

CHAMBER ORCHESTRA OF EUROPE Sir András Schiff

Robert Schumann Introduzione et Allegro appassionato pour piano et orchestre (Konzertstück) Edvard Grieg Concerto pour piano en la mineur Johannes Brahms Symphonie n° 4, en mi mineur Chamber Orchestra of Europe Sir András Schiff piano et direction

L’harmonie européenne s’étiole mais le Chamber Orchestra of Europe, souvent cité comme le meilleur orchestre de chambre au monde, demeure un modèle d’unité sonore. Membre honoraire de l’ensemble, Sir András Schiff le dirige du piano et du podium, dans un programme d’un «romantisme éclatant» qui est également son premier concert à l’Auditorium de Lyon en tant qu’artiste associé.

Fondé par d’anciens membres de l’Orchestre des jeunes de la Communauté européenne, le Chamber Orchestra of Europe (COE) n’a ni salle, ni chef attitré ; il s’apprête néanmoins à fêter dignement son quarantième anniversaire. S’il fallait donner des gages de son excellence, sa discographie parlerait d’elle-même : sous la direction de Claudio Abbado (son premier mentor), de Nikolaus Harnoncourt, Bernard Haitink, Paavo Berglund, Yannick Nézet-Séguin ou Murray Perahia, il a produit d’inoubliables enregistrements. Depuis 1985, Sir András Schiff entretient des liens privilégiés avec le COE, dont il confiait au Telegraph : «Il y a de bons orchestres, des orchestres excellents, et puis il y a le Chamber Orchestra of Europe. C’est un ensemble unique. Il n’y a pas de routine.» Certes, les dimensions du COE le rapprochent des grandes formations symphoniques, mais c’est bien l’esprit de la musique de chambre qui l’anime. Toujours selon Sir András Schiff, «il y a un haut

26

niveau d’écoute des uns et des autres ; les musiciens viennent de différents pays et écoles de jeu, mais ils ont leur propre son en tant qu’ensemble. Les répétitions sont une joie». Clara Schumann pourrait être le discret trait d’union de ce concert. Elle était bien sûr la soliste lors de la première audition de l’Introduction et Allegro appassionato de son génial époux, à Leipzig en 1850, qualifiant la partition de «morceau magnifique d’un romantisme éclatant». Mais elle était également adulée par Brahms, et c’est elle qui donna à Grieg l’inspiration de son concerto en jouant devant lui celui de Schumann. Le concerto de Grieg est le joyau offert par le compositeur à sa chère épouse et à leur premier enfant. Dans un mélange de fougue et de tendresse, de virtuosité et de délicatesse, l’œuvre raconte l’amour et la Norvège natale. Luxuriance et majesté concluent le programme avec la Quatrième Symphonie de Brahms, couronnée par une monumentale passacaille dans la lignée des grandes polyphonies de Bach. Une «symphonie d’automne», selon le musicographe Claude Rostand ; dans ses humeurs changeantes brûlent les derniers feux du romantisme allemand.

NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER

L E V O YA G E U R

“L’appel de

l’ailleurs” Deux grands compositeurs russes et l’achèvement de l’intégrale Tchaïkovski menée par Leonard Slatkin à Lyon : quelles magnifiques soirées en perspective ! C’est avec Leonard Slatkin que j’ai fait mes débuts de violoniste au Konzerthaus de Vienne, il y a des années ; depuis lors, nous avons collaboré à de nombreuses reprises. C’est donc pour moi une émotion spéciale que de présenter, en tant que nouveau directeur musical de l’Orchestre national de Lyon, deux de ses concerts. Nous entendrons un «tube» du répertoire – le Troisième Concerto pour piano de Rachmaninov, avec ses amples mélodies et sa virtuosité éblouissante –, ainsi que la Symphonie Manfred de Tchaïkovski, qui suit le héros de Lord Byron au cours de ses errances dans les Alpes – errances dans la nature qui sont une métaphore de son voyage spirituel. Un programme riche, romantique et émouvant.

Le mot du directeur musical

DI. 25 OCT. 16h

RACHMANINOV TCHAÏKOVSKI Leonard Slatkin Nicholas Angelich

Sergueï Rachmaninov Concerto pour piano n° 3, en ré mineur Piotr Ilyitch Tchaïkovski Symphonie Manfred, en si mineur Orchestre national de Lyon Leonard Slatkin direction Nicholas Angelich piano

«Je suis un compositeur russe», affirmait Rachmaninov ; en embarquant pour l’Amérique, le compositeur et pianiste eut la sensation de se perdre un peu lui-même. Nicholas Angelich et Leonard Slatkin suivent aujourd’hui sa trace, en passant par les Alpes de Manfred qui, elles aussi, sonnent terriblement russe.

Symphonies, concertos, ballets, sérénades et ouvertures : durant neuf ans en tant que directeur musical puis directeur musical honoraire de l’Orchestre national de Lyon, Leonard Slatkin n’a cessé de réaffirmer sa passion pour le lyrisme brûlant de Tchaïkovski. De ses sept symphonies, seul Manfred nous avait jusqu’à présent échappé. Pourtant, quelle puissance d’émotion dans cette partition si dramatique ! Le compositeur se reconnaissait probablement dans le personnage de Byron, sa souffrance, son errance, son sentiment de culpabilité, cet amour interdit et ce désir de salut. L’orchestre tchaïkovskien peint l’implacabilité du destin, l’appel de l’ailleurs et l’exil forcé, non sans écho avec le Troisième Concerto, composé par Rachmaninov sur le navire qui le conduisait à New York. Le + : Petits Concerts sur grand orgue avec Octavian Saunier, le jeudi à 19h, le samedi à 17h (25 min). Grande salle, placement libre sur présentation du billet.

JE. 29 OCT. 20h SA. 31 OCT. 18h SYMPHONIQUE

Rachmaninov Tchaïkovski

B

TARIF

Le + : Propos d’avant-concert à 15h (30 min). Atrium, entrée libre.

27


JE. 5 NOV. 20h SA. 7 NOV. 18h

VE. 6 NOV. 20h

SYMPHONIQUE

CHŒURS ET VOIX / ORGUE

Nuits d’été

B

TARIF

NUITS D’ÉTÉ Sir Andrew Davis LU. 2 NOV. 20h

Edward Elgar In the South Hector Berlioz Les Nuits d’été Felix Mendelssohn Bartholdy Symphonie n° 4, en la majeur, «Italienne»

JAZZ

Hommage à Michel Petrucciani

Orchestre national de Lyon Sir Andrew Davis direction Michèle Losier mezzo-soprano

B

C

TARIF

DURUFLÉ Requiem

Frank Martin Messe pour double chœur Maurice Duruflé Requiem Spirito Jeune Chœur symphonique Nicole Corti direction Thierry Escaich orgue

TARIF

D’Elgar à Mendelssohn en passant par Berlioz, un radieux soleil italien baigne ce programme conduit par Sir Andrew Davis. De quoi réchauffer les cœurs au milieu de l’automne.

HOMMAGE À MICHEL PETRUCCIANI Géraldine Laurent saxophone alto Lucienne Renaudin-Vary et Flavio Boltro trompette Tony et Philippe Petrucciani guitare Jacky Terrasson, Laurent Coulondre et Franck Avitabile piano, Fender Rhodes Géraud Portal contrebasse André Ceccarelli batterie Aldo Romano batterie et narration

De grands noms de la scène jazz célèbrent un musicien unique, l’une des rares figures du jazz hexagonal à devenir une star internationale.

Michel Petrucciani (prix Django-Reinhardt 1981) a laissé une trace indélébile auprès d’un public qui a largement dépassé le cercle des initiés. Son charisme, sa technique phénoménale tout entière dévolue à la musique, son lyrisme généreux ont replacé l’émotion au cœur du jazz. Michel Petrucciani fut aussi l’une des rares figures du jazz hexagonal à devenir une star internationale. À l’occasion de ce concert qui se veut 28

Duruflé

Pilier des Proms à Londres, défenseur ardent de la musique anglaise et de Berlioz, Sir Andrew Davis est l’un des plus éminents chefs anglais. Après un bain de soleil sur la riviera ligure avec son compatriote Edward Elgar, il nous offrira de douces Nuits d’été en compagnie d’Hector Berlioz et Théophile Gautier, avec le concours de la mezzo-soprano canadienne Michèle Losier (qui fut la Cenerentola de Rossini à l’Opéra de Lyon fin 2017). Puis il nous plongera au cœur de la Ville éternelle avec l’irrésistible Italienne, fruit du Grand Tour européen entrepris par le jeune Mendelssohn. Ne ratez pas le départ !

Parmi les œuvres emblématiques créées sur l’orgue de l’Auditorium de Lyon, lors de ses vies antérieures à Paris, figurent deux monuments du répertoire choral français : le Requiem de Fauré (1900) et celui de Duruflé (1947), unis dans une même vision apaisée et consolatrice de la mort. Le Requiem de Duruflé est donné ici non pas dans sa version première avec grand orchestre et orgue, mais dans une version ultérieure accompagnée à l’orgue seul. Aux côtés du chœur Spirito et de sa directrice musicale, Nicole Corti, on y retrouve un autre compositeur-organiste, Thierry Escaich, qui se trouve être le successeur de Duruflé à la tribune parisienne de Saint-Étienne-du-Mont. Une lumière tout aussi douce baigne la Messe pour double chœur de Frank Martin, que le compositeur suisse conserva quarante ans dans ses tiroirs avant d’accepter enfin de la publier. Spirito et le Jeune Chœur symphonique n’allaient pas laisser filer une telle pépite : ils l’ont enregistrée en compagnie de pièces de Bruckner, et ce concert constitue également la soirée de lancement de ce disque.

Le + : Propos d’avant-concert le jeudi à 19h, le samedi à 17h (30 min). Atrium, entrée libre.

En coproduction avec Spirito. Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

joyeux et créatif, de nombreux musiciens, parmi lesquels de grands noms du jazz actuel, se réuniront pour célébrer le pianiste et compositeur disparu et interpréter ses compositions.

En coproduction avec Jazz à Vienne. Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

Dans la rare Messe pour double chœur de Frank Martin comme dans l’illustre Requiem de Duruflé rayonne une lumière douce et apaisée, une lumière de beauté et d’espérance. Dans le Requiem, le chœur Spirito retrouve, à l’orgue, Thierry Escaich.

29


MA. 10 NOV. 20h

SA. 14 NOV. 11h et 18h

DI. 15 NOV. 16h

MUSIQUE DE CHAMBRE

JEUNE PUBLIC – DÈS 7 ANS

RÉCITAL / ORGUE

Brahms / Beethoven

D

TARIF

L’Orchestre ensorcelé

JP

Yves Castagnet

TARIF

D

TARIF

CE CONCERT A LIEU AU THÉÂTRE DE LA RENAISSANCE (OULLINS)

BRAHMS BEETHOVEN

Musiciens de l’ONL Johannes Brahms Trio pour clarinette, violoncelle et piano en la mineur Ludwig van Beethoven Trio avec piano n° 4, en si bémol majeur, «Gassenhauer» François Sauzeau clarinette Nicolas Hartmann violoncelle Pierre Thibout piano

Les musiciens de l’Orchestre national de Lyon investissent le Théâtre de La Renaissance à Oullins pour un concert réunissant deux des trois grands «B» de la musique allemande – Beethoven et Brahms – autour du timbre soyeux de la clarinette.

En cette année où l’on célèbre le deux cent cinquantième anniversaire de la naissance de Beethoven, les musiciens de l’Orchestre national de Lyon ne pouvaient manquer de jouer sa musique lors de leur désormais traditionnel concert annuel au Théâtre de La Renaissance. Leur choix s’est porté sur ce trio pour violon, violoncelle et piano que le compositeur a également prévu dans une version avec clarinette. L’œuvre tient son surnom de «Trio Gassenhauer», littéralement «Trio du “tube”», à l’air très en vogue dans la Vienne de l’époque qui est soumis, dans le troisième mouvement, à une série de brillantes variations. Le trio de Brahms présente des couleurs plus crépusculaires et plonge au cœur d’un romantisme intense. Un magnifique cadeau du vieux maître à son ami le clarinettiste Richard Mühlfeld, qu’il appelait en plaisantant sa «Mademoiselle Clarinette» ou son «cher rossignol».

En coréalisation avec le Théâtre de La Renaissance, Oullins Lyon Métropole.

30

L’ORCHESTRE ENSORCELÉ Concert magique

Modest Moussorgski Une nuit sur le mont Chauve Piotr Ilyitch Tchaïkovski 2e mouvement de la Symphonie n° 6, en si mineur, «Pathétique» Johannes Brahms 2e mouvement de la Symphonie n° 2, en ré majeur Paul Dukas L’Apprenti sorcier Camille Saint-Saëns «Bacchanale» de Samson et Dalila Robert Schumann 3e mouvement de la Symphonie n° 4, en ré mineur Camille Saint-Saëns Danse macabre Orchestre national de Lyon Lucie Leguay direction Étienne Saglio magie

Chaque spectacle d’Étienne Saglio est un voyage dans un monde magique où nos repères tanguent, où nos esprits s’évadent et où l’imagination n’a aucune limite.

Magicien, dresseur de fantômes, enchanteur, ensorceleur, Étienne Saglio est aujourd’hui une référence incontournable de la magie nouvelle. Accompagné par l’Orchestre national de Lyon placé sous la direction de la jeune et talentueuse Lucie Leguay (nommée cheffe assistante de trois orchestres français pour la saison 2019/2020), il nous entraîne dans un spectacle plein d’humour et de poésie où, dit-il, il veut «revenir au mystère, travailler à la frontière entre le possible et l’impossible». N’en doutons pas, nous avons rendez-vous avec un concert magique où de grands chefs-d’œuvre du répertoire symphonique se prêtent au jeu de l’illusion.

Création de l’Orchestre national de France.

YVES CASTAGNET Vierne

Louis Vierne Cathédrales, Feux-follets, Clair de lune et Carillon de Westminster, extraits des Pièces de fantaisie Louis Vierne Symphonie n° 1, en ré mineur Yves Castagnet orgue

Organiste de Notre-Dame de Paris, Yves Castagnet rend hommage à la cathédrale dévastée au travers de l’un de ses plus illustres prédécesseurs, Louis Vierne, dont on célèbre les 150 ans de la naissance.

Inscrit dans l’histoire de la musique grâce à ses Vingtquatre Pièces de fantaisie et à ses six symphonies pour orgue, Louis Vierne est entré dans la légende en mourant brutalement aux claviers du grand orgue de Notre-Dame, alors qu’il y donnait son 1750e concert. Avec lui, l’orgue se fait poète : les Pièces de fantaisie forment un sublime pendant aux préludes pour piano de Debussy, nés quinze ans plus tôt. La majesté de Cathédrales, la virtuosité légère de Feux follets, la mélodie envoûtante de Clair de lune, la grandiose carte postale londonienne du Carillon de Westminster répondent ici aux six mouvements de la juvénile Première Symphonie, couronnée par une éblouissante toccata.

Le + : Propos d’avant-concert à 15h (30 min). Atrium, entrée libre.

31


JE. 19 NOV. 20h SA. 21 NOV. 18h

VE. 20 NOV. 20h

SYMPHONIQUE

OPÉRA EN CONCERT

Brahms / Schumann

B

Werther

TARIF

BRAHMS 2 / SCHUMANN 1 Nikolaj Szeps-Znaider / Emanuel Ax Johannes Brahms Concerto pour piano n° 2, en si bémol majeur Gustav Mahler What the Wild Flowers Tell Me (arrangement de Benjamin Britten) Robert Schumann Symphonie n° 1, en si bémol majeur, «Printemps» Orchestre national de Lyon Nikolaj Szeps-Znaider direction Emanuel Ax piano

Nikolaj Szeps-Znaider poursuit son intégrale des symphonies de Schumann et en explore l’héritage dans le Deuxième Concerto de Brahms, pour une soirée d’automne très printanière en compagnie d’Emanuel Ax.

«Je ne vous cache pas que j’ai écrit un petit, petit concerto pour piano, avec un petit, petit soupçon de scherzo», écrit Brahms à la pianiste Elisabeth von Herzogenberg. En quatre mouvements comme une symphonie, l’ouvrage n’a rien de petit. Et, au piano, il lui faut un très grand. Depuis son succès au Concours ArturRubinstein dans les années soixante-dix, Emanuel Ax a largement montré qu’il pouvait prétendre à ce titre. Son dialogue avec Nikolaj Szeps-Znaider sera d’autant plus naturel que les deux hommes s’apprécient comme chambristes (voir p. 34). Le chef cueillera ensuite les fleurs mahlériennes dans un mouvement de la 32

Troisième Symphonie revu par Benjamin Britten, avant de retrouver Schumann pour l’aurore orchestrale qu’est sa Première Symphonie. «Comme un appel au réveil», disait le compositeur à propos de la première sonnerie des trompettes.

Le + : Rencontre d’après-concert avec Emanuel Ax et Nikolaj SzepsZnaider (30 min). Atrium, entrée libre.

A+ TARIF

WERTHER

Orchestre et Maîtrise de l’Opéra de Lyon Jules Massenet Werther Orchestre et Maîtrise de l’Opéra de Lyon Daniele Rustioni direction Simon Keenlyside baryton (Werther) Stéphanie d’Oustrac mezzo-soprano (Charlotte) Jean-Sébastien Bou baryton (Albert) Florie Valiquette soprano (Sophie) Marc Barrard baryton (le Bailli)

Comme c’est désormais la tradition chaque année, musiciens et chanteurs de l’Opéra de Lyon traversent le Rhône pour donner à l’Auditorium un opéra en version de concert. Après trois ouvrages de jeunesse de Verdi, Werther inaugure un nouveau cycle consacré à Massenet. Avec un plateau d’exception et sous la baguette toujours fouillée et vive de Daniele Rustioni.

Lorsque Massenet présenta Werther au directeur de l’Opéra-Comique, Léon Carvalho, celui-ci s’effraya : «J’espérais que vous m’apporteriez une autre Manon ! Ce triste sujet est sans intérêt. Il est condamné d’avance.» C’est donc l’Opéra de Vienne qui assura la création, en 1892, de ce qui deviendrait l’opéra le plus populaire de Massenet. Dans cet ouvrage de la période médiane,

l’énergie de la jeunesse s’allie à un langage déjà aguerri et novateur. Si l’on ajoute la force du roman épistolaire de Goethe, œuvre culte de la génération préromantique, on comprend l’attrait qu’exerce cet opéra. La plume de Massenet se montrera plus raffinée encore dans des ouvrages ultérieurs comme Thaïs ou Don Quichotte. Mais jamais elle ne s’adressera plus directement au cœur. Pour incarner Werther, le choix d’un baryton ne doit pas surprendre. Massenet réalisa lui-même cette version alternative pour une reprise à Saint-Pétersbourg en 1902. Voilà qui nous permet d’admirer l’art de Simon Keenlyside, chanteur britannique rompu au chant français, qu’il sculpte de son excellente diction et des mille nuances de son ample voix. Autour de lui, la distribution est d’aussi haute volée. On y retrouve notamment Stéphanie d’Oustrac, dont la prise de rôle en Charlotte, à l’Opéra de Nancy en mai 2018, avait été particulièrement remarquée. Production de l’Opéra de Lyon et du Théâtre des Champs-Élysées, en partenariat avec l’Auditorium-Orchestre national de Lyon. Ce concert n’est pas disponible au tarif abonnés mais peut être souscrit dans le cadre d’un abonnement. Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

33


DI. 22 NOV. 11h

JE. 26 NOV. 20h SA. 28 NOV. 18h

MUSIQUE DE CHAMBRE

SYMPHONIQUE

Emanuel Ax Nikolaj Szeps-Znaider

D

Saint-Saëns / Ravel

TARIF

EMANUEL AX NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER

SAINT-SAËNS / RAVEL Edgar Moreau

Musiciens de l’Orchestre national de Lyon Wolfgang Amadeus Mozart Quatuor avec piano n° 1, en sol mineur Antonín Dvořák Quintette avec piano n° 2, en la majeur Emanuel Ax piano Nikolaj Szeps-Znaider violon Musiciens de l’Orchestre national de Lyon : Florent Souvignet-Kowalski violon – Jean-Pascal Oswald alto – Nicolas Hartmann violoncelle

Nikolaj Szeps-Znaider troque la baguette pour l’archet et, en compagnie d’Emanuel Ax et des solistes de l’Orchestre national de Lyon, nous offre deux pages maîtresses du répertoire de chambre signées Mozart et Dvořák.

Nikolaj Szeps-Znaider appartient au gotha des violonistes, et sortir son Guarnieri del Gesù – instrument mythique qui appartint au légendaire Fritz Kreisler – est un magnifique cadeau qu’il réserve au public de l’Auditorium de Lyon. Un cadeau double, puisque le directeur musical de l’Orchestre national de

34

B

TARIF

Lyon entraîne dans l’aventure Emanuel Ax, qui nous aura tout juste enchantés dans le Second Concerto de Brahms. Avec les solistes de l’Orchestre national de Lyon, ils jouent deux joyaux du répertoire de musique de chambre. Le Quintette en la majeur de Dvořák est une partition au lyrisme généreux, au romantisme intense, teinté de folklore tchèque – la douce rêverie de la dumka autant que les rythmes vivifiants du furiant. De quoi balayer les ombres entraperçues auparavant dans le Quatuor en sol mineur, l’un des sommets de la musique de chambre de Mozart.

Lili Boulanger D’un matin de printemps Camille Saint-Saëns Concerto pour violoncelle n° 1, en la mineur Albert Roussel Symphonie n° 3, en sol mineur Maurice Ravel La Valse Orchestre national de Lyon Nikolaj Szeps-Znaider direction Edgar Moreau violoncelle

Du haut de ses 26 ans, auréolé de nombreux prix et victoires, Edgar Moreau est devenu un chouchou du grand public sans avoir rien sacrifié de sa sonorité bouleversante ni de sa haute exigence artistique. Il se glisse dans un programme mêlant pages célèbres et découvertes de la musique française.

Parmi les souhaits de Nikolaj Szeps-Znaider à la tête de l’Orchestre national de Lyon figure celui d’approfondir le répertoire français et d’en redécouvrir les trésors. Certains sont très fréquentés, à l’instar de ce Premier Concerto de Saint-Saëns virtuose et lyrique, où le violoncelle d’Edgar Moreau ensorcelle de sa voix ample et chaleureuse ; ou de l’illustre Valse de Ravel, qui assiste, sur des rythmes capiteux de valse viennoise, à l’autodestruction du «Monde d’hier», pour reprendre

l’expression de Stefan Zweig. Ce programme nous réserve également des pages plus rares, telle la Troisième Symphonie de Roussel – cette partition d’une insolente jeunesse dont Poulenc disait : «C’est vraiment merveille d’allier tant de printemps et de maturité.» Le jugement du compositeur de Babar aurait pu s’appliquer aussi bien à D’un matin de printemps de Lili Boulanger, page d’une grâce et d’une poésie vibrantes, œuvre d’une toute jeune fille (la sœur de Nadia Boulanger) emportée par la maladie à l’aube d’une carrière qui s’annonçait éclatante.

Concert proposé dans l’Abonnement du Chef (voir p. 120). Le + : Propos d’avant-concert le jeudi à 19h, le samedi à 17h (30 min). Atrium, entrée libre.

35


VE. 27 NOV. 20h

LU. 30 NOV. 20h

JAZZ

RÉCITAL

Gregory Porter

F

TARIF

GREGORY PORTER

B

TARIF

GRIGORI SOKOLOV

Le King du jazz sur la scène de l’Auditorium, deux ans après son triomphe à Jazz à Vienne.

Programme en cours d’élaboration

Encore inconnu il y a une décennie, Gregory Porter est incontestablement l’une des plus grandes voix du jazz actuel. Repéré par Wynton Marsalis, signé par le prestigieux label Blue Note, récompensé aux Grammy Awards : le chanteur au timbre profond et enveloppant connaît une ascension irrésistible depuis ses débuts et le succès de 1960 What ?. Sur scène, il incarne l’héritage vocal jazz et soul comme nul autre, avec le charme d’un entertainer, en habitué des planches de Broadway. En 2020, il dévoile son nouvel album, le bien nommé All Rise, destiné à faire applaudir debout les publics de tous les continents. À l’été 2018, il avait partagé le plateau du Théâtre antique de Vienne avec l’Orchestre national de Lyon pour un hommage à Nat King Cole aussi impeccable que soyeux. Les musiciens lui cèdent désormais leur scène lyonnaise pour un concert des plus attendus.

Grigori Sokolov piano

En coproduction avec Jazz à Vienne. Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

36

Grigori Sokolov

Grigori Sokolov construit patiemment chacun de ses programmes, le mûrit jusqu’à en maîtriser la moindre note et le moindre silence. Une quête de perfection nullement utopique.

Grigori Sokolov n’est pas un pianiste parmi d’autres. Son style s’impose par la mesure plutôt que par la démesure, jamais ostentatoire ou clinquant. Car Grigori Sokolov prend son temps. Le temps de la réflexion et du travail. L’amour du détail lui évite de s’égarer dans la superficialité ou la séduction trop immédiate de certaines idées. Longtemps, le pianiste russe s’est tenu en marge des studios d’enregistrement ; aujourd’hui, il fuit la course au concert, refuse la multiplication des programmes qui oblige à effleurer les choses. Loin de lui le besoin de plaire, d’exagérer les effets ou de sacrifier à l’esbroufe : il s’en remet à la seule vérité de la partition. Lors de son dernier récital à l’Auditorium, il joua Mozart et Schumann avant d’extraordinaires bis schubertiens. À l’heure où nous publions notre brochure, son prochain programme n’est pas encore arrêté ; à l’auditeur de fermer les yeux et de lui faire confiance…

En partenariat avec Les Grands Interprètes. Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

37


Beethoven

Lara Morciano Riji (commande de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon et de GRAME, Centre national de création musicale – création mondiale) Karl Amadeus Hartmann Concerto funèbre Ludwig van Beethoven Symphonie n° 3, en mi bémol majeur, «Sinfonia eroica» Orchestre national de Lyon Nikolaj Szeps-Znaider direction Jennifer Gilbert violon

À 135 ans d’écart, la Symphonie héroïque de Beethoven et le Concerto funèbre de Hartmann traduisent une même haine de la tyrannie et des atrocités qu’elle entraîne. Voyage au cœur de pages sombres de l’histoire, mais surtout de magnifiques partitions.

La Symphonie héroïque devait à l’origine s’intituler Bonaparte. Mais son encre était à peine sèche que Napoléon se fit sacrer empereur. Beethoven entra dans une colère noire, avant de la débaptiser : «Ainsi, ce n’est donc qu’un homme ordinaire, et rien de plus ! Désormais, il foulera au pied les droits de l’homme et ne vivra que pour sa propre vanité ; il se placera au-dessus de tout le monde pour devenir un tyran !» En 1939, le Munichois Karl Amadeus Hartmann n’en est plus à parler au futur des atrocités du régime hitlérien. Il les dénonce dans ce poignant concerto qui rappelle Bartók autant que Chostakovitch. Une partition à découvrir absolument, qui trouvera en Jennifer Gilbert, violon solo supersoliste de l’Orchestre national de Lyon, sa digne ambassadrice. Le + : Propos d’avant-concert à 19h le jeudi, à 17h le samedi (30 min). Atrium, entrée libre.

JE. 3 DÉC. 20h SA. 5 DÉC. 18h SYMPHONIQUE

Symphonie héroïque

38

B

“Au cœur de

l’Histoire” L’une des raisons qui m’ont poussé à devenir directeur musical, après de nombreuses années comme violoniste et chef d’orchestre invité à voyager d’une ville à l’autre et à monter des programmes pour une soirée unique, c’est que je pourrais enfin me sentir comme le membre d’une famille. Désormais, je participe à l’élaboration de programmes qui prennent leur sens au sein d’une saison entière. Ce qui distingue ce programme, c’est que la musique y met en connexion des œuvres apparemment disparates, qui saisissent deux moments particulièrement forts de l’histoire. Il culmine avec la Symphonie héroïque de Beethoven, l’une des réalisations les plus magistrales et les plus illustres de l’histoire de la musique.

Le mot du directeur musical

SYMPHONIE HÉROÏQUE

NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER

L E V O YA G E U R

ME. 9 DÉC. 20h

VE. 11 DÉC. 12h30

MUSIQUES ACTUELLES

EXPRESSO

Imany

G

TARIF

IMANY

Voodoo Cello Un concert spectacle conçu par Imany Mise en scène de Macha Makeïeff Arrangements musicaux d’Imany Dans Voodoo Cello, la chanteuse Imany jette un sort à huit violoncelles pour transformer des tubes incontournables de l’histoire de la pop, de Nina Simone à Radiohead en passant par Cat Stevens, Donna Summer, Ohzie, Tattu ou Bob Marley.

Sans aucun artifice, Imany utilise la magie combinée des cordes et de sa voix grave pour ensorceler les spectateurs et éveiller leurs consciences autour de la puissance du féminin. Depuis dix ans, Imany séduit le public français au rythme de compositions nourries de ses inspirations soul, folk et blues. Du triomphe de ses deux singles, Don’t Be So Shy et You Will Never Know, et de ses deux albums à la bande originale du film Sous les jupes des filles, elle enchaîne les succès partout dans le monde. Après une pause consécutive à de longues tournées internationales, elle retrouve la scène pour marier les chaudes sonorités de sa voix à un ensemble de violoncelles : voici une rencontre que nous ne pourrions manquer.

Beethoven / Mozart

E

TARIF

BEETHOVEN MOZART

En 55 minutes chrono Franz Schubert Entracte n° 3 de Rosamunde Ludwig van Beethoven Romance pour violon et orchestre n° 2, en fa majeur Wolfgang Amadeus Mozart Symphonie n° 29, en la majeur Orchestre national de Lyon Giovanni Radivo violon et direction

De l’archet, Giovanni Radivo dirige un programme placé sous le signe du charme et de la grâce, avec la prodigieuse trinité viennoise formée par Mozart, Beethoven et Schubert.

Violon solo supersoliste de l’Orchestre national de Lyon, Giovanni Radivo a régulièrement l’occasion de faire valoir sa sensibilité, ses phrasés exquis, sa sonorité lumineuse lors de solos d’orchestre. Mais il aime également conduire un travail en formation de chambre, ajoutant aux quatre cordes de son instrument celle de meneur d’hommes et de femmes. Dirigeant du violon comme c’était souvent le cas à l’époque, il propose deux pages au lyrisme irrésistible : l’entracte de Rosamunde (une musique de scène écrite par Schubert pour une pièce aussi oubliée que cet entracte est resté célèbre) et la Seconde Romance pour violon et orchestre de Beethoven (250 ans presque jour pour jour après la naissance du compositeur). Des pièces lumineuses et tendres, dans lesquelles il fait bon s’abandonner. Le mouvement lent de la Vingt-neuvième Symphonie n’est pas moins gracieux, entouré qu’il est de mouvements qui pétillent au contraire de toute l’énergie mozartienne.

TARIF

39


VE. 11 DÉC. 20h

SA. 12 DÉC. 18h

DI. 13 DÉC. 16h

BAROQUE / VOIX

SYMPHONIQUE

MUSIQUE DE CHAMBRE

Joyce DiDonato

A+ TARIF

JOYCE DiDONATO

My Favourite Things Airs d’opéras et pièces instrumentales de Luigi Rossi, Claudio Monteverdi, Antonio Cesti, Tarquinio Merula, Giovanni Battista Buonamente, John Dowland, Johann Adolph Hasse, Georg Friedrich Händel et Christoph Willibald Gluck Il Pomo d’Oro Francesco Corti clavecin et direction Joyce DiDonato mezzo-soprano

Elle est américaine mais c’est la France qui, la première, a reconnu l’immensité de son talent. On lui attribuerait sans hésitation la pomme d’or comme prix de beauté vocale : carte blanche à Joyce DiDonato pour une promenade pleine de surprises dans l’Europe baroque.

«La musique baroque est la plus pure et la plus transparente des musiques», s’enthousiasme Joyce DiDonato. La mezzo-soprano apprécie la liberté particulière que lui laissent l’ornementation et l’embellissement des airs, la traduction des passions et des caractères. Il faut dire que la soprano américaine développe une affinité très forte avec ses personnages. Au point de «tomber amoureuse de chacun d’eux». Son récital s’annonce comme une fascinante galerie de portraits. Parce que la multiplication des rôles rend plus profonde encore l’exploration de soi-même, la chanteuse fera tomber les masques. Pour sa plongée dans le royaume des âmes baroques, elle aura pour partenaires Francesco Corti et les musiciens d’Il Pomo d’Oro : une garantie d’authenticité stylistique et, pour les personnages, la possibilité de pouvoir parler d’eux-mêmes.

Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

40

Noël baroque

B

TARIF

NOËL BAROQUE

Bach, Händel, Corelli Johann Sebastian Bach Sinfonia de la Cantate 174 Francesco Manfredini Sinfonia da chiesa op. 2/12, «Pastorale per il Santissimo Natale» Tomaso Albinoni Concerto pour hautbois op. 9/2 Arcangelo Corelli Concerto grosso op. 6/8, «Fatto per la notte di Natale» Michel Corrette Symphonie de Noël n° 1 Johann Sebastian Bach Concerto pour deux violons en ré mineur Georg Friedrich Händel Concerto à deux chœurs n° 1, en si bémol majeur Orchestre national de Lyon Giovanni Radivo violon et direction Jennifer Gilbert violon Jérôme Guichard hautbois

Violons angéliques ou hautbois de bergers ? Laissezvous gagner par l’esprit des fêtes au son de musiques de Noël.

Qu’il est doux de fredonner les noëls anciens, ceux-là mêmes que Michel Corrette a réunis dans six joyeuses symphonies instrumentales ; chaque mélodie y est une petite enluminure racontant la douceur et la féerie de la pastorale sacrée. Dans son Concerto «fait pour la nuit de Noël», Corelli ne recourt pas aux thèmes traditionnels, mais son concerto grosso, l’un des plus célèbres du genre, n’en préserve pas moins le mystère religieux. De même celui de Manfredini, avec sa gavotte en musette stimulant notre imaginaire de ses bourdons et mélodies de pipeaux. Avec Bach, Händel et Albinoni, en compagnie des deux violons solos supersolistes de l’Orchestre national de Lyon, voici la promesse d’un Noël baroque et atemporel.

Clara Schumann / Mendelssohn

D

TARIF

CLARA SCHUMANN / MENDELSSOHN Musiciens de l’ONL

Clara Schumann Trio avec piano en sol majeur Felix Mendelssohn Bartholdy Trio avec piano n° 1, en ré mineur Musiciens de l’Orchestre national de Lyon : Pierre Thibout piano – Amélie Chaussade violon – Pierre Cordier violoncelle

«C’est le maître trio de notre époque», l’œuvre d’un «nouveau Mozart», écrit Schumann à propos du trio de Mendelssohn. Ce n’est qu’une «œuvre de femme», juge Clara Schumann quant à son propre ouvrage. Un siècle plus tard, ces préjugés n’ont heureusement plus cours.

En 1846, Clara Schumann confie la satisfaction que lui apportent la composition et la possibilité d’entendre ses œuvres. Époque oblige, elle doute de la pertinence de son travail, s’interroge sur la force et l’invention de son trio, pour en conclure «qu’une femme ne doit pas prétendre composer». Il est donc urgent de réécouter sa musique et de révéler l’injustice d’une telle auto-discrimination. Chez Clara Schumann comme chez Felix Mendelssohn, l’équilibre instrumental est parfait, la parole se répartit harmonieusement entre le clavier et les cordes. Les formes sont classiques, les idées belles, et chez l’un comme chez l’autre s’invite une savoureuse fantaisie romantique. Nulle compétition. Plutôt la rencontre de deux grands esprits musiciens.

Le + : Propos d’avant-concert à 17h (30 min). Atrium, entrée libre.

41


ME. 30 DÉC. 20h JE. 31 DÉC. 20h VE. 1ER JANV. 16h SA. 2 JANV. 18h

TARIF B TARIF A+ TARIF A TARIF A

SYMPHONIQUE / VOIX

© MGM / DR

Gospel

GOSPEL

Concerts de Nouvel An

JE. 17 DÉC. 20h VE. 18 DÉC. 20h SA. 19 DÉC. 18h

Gospels et chants de Noël Orchestre national de Lyon Chœur Gospel Experience Chœur amateur issu de la région lyonnaise Pascal Horecka direction et arrangements

CINÉ-CONCERT

Singin' in the Rain

B

TARIF

Gospel Philharmonic Experience, ce sont près de deux cents musiciens et chanteurs réunis sous la bannière du gospel. De quoi conclure l’année 2020 en beauté et commencer la suivante sous les meilleurs auspices.

SINGIN’ IN THE RAIN Orchestre national de Lyon

Stanley Donen et Gene Kelly Chantons sous la pluie [Singin’ in the Rain] – États-Unis, 1952, couleur, VO sous-titrée / avec Gene Kelly, Debbie Reynolds, Donald O’Connor [1h43] Musique de Lennie Hayton Chansons de Nacio Herb Brown (musique) et Arthur Freed (paroles) Orchestre national de Lyon Ernst van Tiel direction

L’Orchestre national de Lyon interprète en direct la partie orchestrale de la musique de Nacio Herb Brown, mais c’est bien Gene Kelly qui «chante sous la pluie» et Debbie Reynolds qui nous souhaite «Good mornin’» dans l’éblouissante comédie musicale de Stanley Donen !

À Hollywood, aux premiers jours du cinéma parlant, la vedette féminine – une star du muet à la voix nasillarde ( Jean Hagen) – est remplacée par une inconnue (Debbie Reynolds), et le nanar annoncé devient une éblouissante comédie musicale. Devenue mythique (en particulier grâce à la chanson titre), cette comédie musicale en Technicolor incarne la quintessence d’une époque, la fin des 42

années vingt aux États-Unis. Elle évoque avec drôlerie cette période clef où le cinéma devint parlant (thème repris dans The Artist de Michel Hazanavicius), laissant sur le carreau certaines stars du muet. Les acteurs sont époustouflants dans leurs numéros de claquettes, merveilleusement chorégraphiés par Gene Kelly et Stanley Donen. Sans doute l’un des plus beaux films au monde, l’un des plus accomplis et des plus fascinants.

En partenariat avec l’Institut Lumière. Le + : Propos d’avant-concert à 19h les jeudi et vendredi, à 17h le samedi (30 min). Atrium, entrée libre.

En avril 2018, l’Auditorium a vibré d’une ferveur particulière lorsque l’Orchestre national de Lyon, les douze chanteurs professionnels de Gospel Experience et un chœur amateur de cent personnes ont uni leur excellence, leur enthousiasme et leur émotion sous la baguette de Pascal Horecka dans les plus beaux gospels : une grande première à cette échelle et une expérience inoubliable pour le public, les organisateurs et les artistes. Un nouveau chapitre s’ouvre à présent dans cette belle aventure commune de Gospel Philharmonic Experience, autour d’un répertoire où le gospel flirte avec les chants de Noël : Oh Holy Night, Have Yourself a Merry Little Christmas, Jingle Bells ou l’«Alleluia» du Messie de Händel seront au programme ! Un concert qui réchauffera les cœurs et ouvrira la nouvelle année sur un message de paix, de joie et d’espoir.

Les + : Propos d’avant-concert à 19h les mercredi et jeudi, 15h le vendredi et à 17h le samedi (30 min). Atrium, entrée libre. Offre de restauration spéciale : avant ou après votre concert, La Commune vous propose un menu festif et des assortiments sucrés ou salés. Réservez votre table : contact.auditorium@lacommune.co.

43


ME. 6 JANV. 20h

VE. 8 JANV. 20h

DI. 10 JANV. 16h

SYMPHONIQUE

RÉCITAL / MINIMALISME

MUSIQUE DE CHAMBRE

Renaud Capuçon

B

TARIF

RENAUD CAPUÇON

Philharmonique de Strasbourg György Ligeti Concerto românesc Maurice Ravel Tzigane, rapsodie de concert Maurice Ravel Sonate pour violon et piano en sol majeur (orchestration de Yan Maresz) Béla Bartók Concerto pour orchestre Orchestre philharmonique de Strasbourg Marko Letonja direction Renaud Capuçon violon

De son archet enchanteur, Renaud Capuçon nous transporte de Paris au bassin des Carpates en compagnie de l’Orchestre philharmonique de Strasbourg et de son directeur musical, le chef slovène Marko Letonja.

Lorsque Bartók fit la connaissance de Ravel, à l’occasion d’un concert à Paris avec Jelly d’Arányi, sa première réaction fut : «Il est plus petit que moi.» De cette rencontre naquit toutefois un profond respect mutuel et cette Tzigane, composée pour la violoniste hongroise. Une page étincelante, la seule écrite par Ravel pour un violon concertant ; d’où l’idée excellente d’orchestrer la sonate, afin de consoler les violonistes de ce manque… Par-delà le folklore tsigane fantasmé par Ravel se dessinent ceux plus authentiques du Concerto românesc, avec ses irrésistibles rythmes roumains, et du Concerto pour orchestre, nourri de toutes les musiques populaires d’Europe centrale et d’ailleurs que Bartók a collectées et étudiées sans relâche. Une des plus grandes pages du répertoire orchestral, un émouvant voyage intérieur composé dans la maladie et l’exil américain, et pourtant d’une impressionnante vitalité.

Soirée Philip Glass

C

TARIF

SOIRÉE PHILIP GLASS Piano and Organ Works

Philip Glass The Hours, Études pour piano, Glassworks, Satyagraha, Dance (extraits) – Mad Rush Maki Namekawa piano James McVinnie orgue

S’il a débuté à la flûte, c’est derrière les claviers – piano, orgue et synthétiseur – que Philip Glass a œuvré durant sa carrière. Et c’est pour eux qu’il a imaginé ses partitions les plus emblématiques.

À travers ses opéras et symphonies, ses créations pour son ensemble et ses collaborations avec Allen Ginsberg, David Bowie, Ravi Shankar ou Leonard Cohen, Philip Glass a marqué la vie musicale et artistique de son temps d’une manière sans égale. Si son Einstein on the Beach a modifié notre perception de ce que peut être un opéra, Glass a signé bien d’autres révolutions marquant durablement les rapports entre musique et image (la trilogie Qatsi), musique et mouvement (Dance avec Lucinda Childs). Interprète majeure du compositeur américain, la pianiste Maki Namekawa est impressionnante de dextérité dans les Études pour piano, dont elle a enregistré la première intégrale et joue ici une sélection. Elle nous offre également le plaisir rare d’entendre des extraits de la bande originale de The Hours, trésor de la discographie de Philip Glass. L’Anglais James McVinnie revient quant à lui sur des œuvres des années 1970 et 1980, période plus radicale, dont seul l’orgue révèle toute la puissance.

Beethoven / Mozart

D

TARIF

BEETHOVEN MOZART

Musiciens de l’ONL Ludwig van Beethoven Quintette pour piano et vents en mi bémol majeur Wolfgang Amadeus Mozart Quintette pour piano et vents en mi bémol majeur Musiciens de l’Orchestre national de Lyon : Philippe Cairey-Remonay hautbois – Thierry Mussotte clarinette – Francois Apap basson – Stéphane Grosset cor – Pierre Thibout piano

«La meilleure chose que j’aie composée de ma vie», écrit Mozart à son père à propos de son tout récent quintette pour piano et vents. Treize ans plus tard, Beethoven semble lui donner raison en s’en inspirant dans sa propre partition.

Les deux quintettes débutent par une introduction comparable, grave mais sans excès, comme si Beethoven nous glissait un indice de sa source d’inspiration. Dans l’œuvre de Mozart comme dans celle de son cadet, une même noblesse, une même aspiration spirituelle écartent les vents du ton du simple divertissement. Chez Beethoven, toutefois, le clavier paraît plus distant des vents, comme s’il jouait au soliste face à un petit orchestre d’œuvre concertante. Mozart combine davantage les timbres, multiplie les relais au sein même des instruments à vent, cherche des effets de lumière et de couleur. Mais les deux œuvres déploient le même plaisir sonore et nous invitent dans les salons des grands amateurs viennois.

Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

44

45


SA. 16 JANV. 18h SYMPHONIQUE

Doctor Atomic

UNE JOURNÉE AVEC ÉTIENNE KLEIN

Science et Musique

Avec pour guide le physicien Étienne Klein, infatigable passeur de connaissances, l’AuditoriumOrchestre national de Lyon explore les liens ancestraux entre musique et science. Au programme de cette journée : ateliers, expériences, concerts et rencontres qui passionneront tous ceux qui aiment se poser des questions ! Populaire sur internet grâce notamment à des vidéos de vulgarisation scientifique – il y explique par exemple pourquoi la nuit est noire –, Étienne Klein est physicien et philosophe des sciences, mais aussi professeur, producteur et présentateur de l’émission La Conversation scientifique sur France Culture. Il est également l’auteur de nombreux ouvrages scientifiques et philosophiques. Le guide idéal pour cette journée à laquelle il prêtera sa curiosité, ses connaissances et son expertise ! Programme détaillé à partir de novembre 2020 sur auditorium-lyon.com

46

C

TARIF

DOCTOR ATOMIC

Journée Science et Musique John Cage 4:33 Joseph Haydn «Chaos» de La Création William Herschel Symphonie John Adams Doctor Atomic Symphony Orchestre national de Lyon Christian Reif direction

En clôture de la journée Science et Musique, l’Orchestre national de Lyon revêt sa blouse blanche et nous ouvre son laboratoire dans ce concert qui sera présenté.

Tout commence par le silence : dans ces 4 minutes 33 que lui offre l’extravagant compositeur américain John Cage, l’auditeur entend sa propre musique à travers les bruits de son environnement, perçoit son propre corps comme s’il se trouvait dans une chambre anéchoïque. La musique comme moyen d’explorer l’homme et le monde ? Les Antiques déjà mêlaient musique, arithmétique, géométrie et astronomie au sein de leur Quadrivium. Tout comme l’Anglais d’origine allemande William Herschel, scientifique à la double casquette : passé à la postérité comme le découvreur de la planète Uranus et des rayons infrarouges, ce brillant astronome fut également un musicien convoité, qui fit carrière

d’organiste et de compositeur à Édimbourg, Halifax et Bath. Contemporain de Haydn, il est notamment l’auteur de vingt-quatre symphonies que l’on redécouvre avec délices depuis une vingtaine d’années. Plus célèbre, le «Chaos» ouvrant La Création de Haydn emprunte au magnifique récit biblique de la Genèse plutôt qu’à la raison des sciences ; mais c’est une parfaite traduction sonore du désordre originel, à une époque où l’on s’interroge sur les balbutiements de l’univers. La science pense la musique et la musique pense la science. Au point d’en dénoncer les dangers avec John Adams et la symphonie qu’il a tirée de l’opéra Doctor Atomic. Cet ouvrage, sur un livret de Peter Sellars, se remémore la contribution de J. Robert Oppenheimer au Manhattan Project, les premiers essais de la bombe atomique et la panique qu’elle suscita. Un concert explosif. 47


DI. 17 JANV. 16h

LU. 18 JANV. 20h

SYMPHONIQUE / ORGUE

BAROQUE

Orchestre national de Lille

B

TARIF

ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE Thierry Escaich

Concertos brandebourgeois Johann Sebastian Bach Concertos brandebourgeois nos 2, 3 et 4 Concerto pour violon en la mineur Suite pour orchestre n° 3, en ré majeur

Orchestre national de Lille Alexandre Bloch direction Thierry Escaich orgue

Café Zimmermann Céline Frisch et Pablo Valetti direction artistique

Depuis quatre ans, Alexandre Bloch a repris la tête de l’Orchestre national de Lille et a su imposer son nom, après quatre décennies où la phalange nordiste semblait indissolublement liée à celui de Jean-Claude Casadesus. Le jeune chef français rend un double hommage aux compositeurs-organistes, avec Pelléas et Mélisande de Gabriel Fauré (qui comprend la fameuse «Sicilienne») et le Premier Concerto de Thierry Escaich, irrésistible déferlement de rythme et d’énergie. L’Orchestre national de Lille et son directeur musical poursuivent dans la veine du lyrisme et de la passion avec la capiteuse symphonie de Chausson, qui s’inscrit dans le sillage de celle de Franck.

Le + : Propos d’avant-concert à 15h (30 min). Atrium, entrée libre.

B

TARIF

CAFÉ ZIMMERMANN

Gabriel Fauré Pelléas et Mélisande (suite d’orchestre) Thierry Escaich Concerto pour orgue n° 1 Ernest Chausson Symphonie en si bémol majeur

«Faire dialoguer différentes énergies dans le partage de la musique», c’est selon Alexandre Bloch le rôle principal du directeur musical. Avec un tel programme, l’énergie déferlera sans nul doute, à commencer par le concerto de Thierry Escaich – joué par son auteur.

48

Café Zimmermann

Ses vingt bougies à peine soufflées, Café Zimmermann – ensemble en résidence au Grand Théâtre de Provence – repart sur les traces de Bach et des ensembles instrumentaux que le compositeur dirigea lorsqu’il était en poste à Cothen et Leipzig.

Avant d’être un des meilleurs ensembles de musique baroque actuels, le Café Zimmermann fut un des hauts lieux de la musique baroque. L’établissement tenu par Gottfried Zimmermann à Leipzig accueillait le Collegium Musicum, qui rassemblait les meilleurs musiciens de la ville. Pour cet ensemble, Bach composa un certain nombre de pièces instrumentales et de cantates profanes – notamment la bien-nommée Cantate du café ! Il dirigea également des œuvres composées lorsqu’il était maître de chapelle de la cour à Coethen, tels les Concertos brandebourgeois et les Suites pour orchestre. Inutile donc de souligner combien Café Zimmermann est à son aise dans ce répertoire : il forme l’ADN de l’ensemble depuis sa fondation par deux anciens étudiants de la Schola Cantorum de Bâle, Pablo Valetti et Céline Frisch.

Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

49


“Embrasser l'univers entier”

JE. 21 JANV. 20h SA. 23 JANV. 18h Le mot du directeur musical

NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER

L E V O YA G E U R

SYMPHONIQUE

Mahler

B

TARIF

MAHLER

Symphonie n° 3 Gustav Mahler Symphonie n° 3, en ré mineur

Dans sa Troisième Symphonie, Mahler a voulu embrasser l’univers entier ; cette partition est un voyage à travers les merveilles de la nature, à travers l’humanité et sa quête suprême de l’amour éternel. Ce qui fascine chez Mahler, c’est le contraste entre l’emphatique et l’intime, la tension entre le banal et l’idéal de beauté dans sa représentation la plus élevée. Il peint l’humanité et l’univers sous toutes leurs facettes  : le brutal, le grotesque, le sublime. L’apothéose de la Troisième Symphonie est son dernier mouvement qui, à mes yeux, incarne une beauté que l’on ne trouve en principe que dans la nature mais que Mahler traduit miraculeusement en sons. Dans ce morceau, la musique devient l’interface entre l’expérience humaine et l’univers. En résumé, la Troisième Symphonie de Mahler est l’une des partitions les plus extraordinaires jamais écrites. Venez l’écouter. Lorsque vous quitterez la salle de concert, vous serez une autre personne.

Orchestre national de Lyon Nikolaj Szeps-Znaider direction Anna Larsson contralto Spirito (préparation Nicole Corti) Jeune Chœur symphonique (préparation Pascal Adoumbou et Tanguy Bouvet) Maîtrise de la primatiale Saint-Jean de Lyon (préparation Thibaut Louppe)

«Inutile de regarder le paysage, il a passé tout entier dans ma symphonie» : la naissance du monde, les rocs, les fleurs et les bêtes insouciantes, l’enfant, l’homme et les anges : la Troisième Symphonie de Mahler est une réjouissante célébration de la vie.

À cheval sur les xixe et xxe siècles, les symphonies de Mahler sont un accomplissement et un commencement, apothéose finale de la symphonie romantique et invention de l’orchestre moderne. Le terme même de symphonie ne désigne plus une forme : il renoue avec son étymologie (concordance de sons/de voix) dans la réunion des plus grandioses architectures instrumentales avec la cantate et le lied. Pour Mahler, écrire une symphonie revient à «construire un monde avec tous les moyens techniques existants». Avec la Troisième Symphonie, le compositeur repousse encore plus loin les limites du genre. Il convoque un orchestre immense, multiplie les mouvements. «Ce n’est presque plus de la musique, explique Mahler. Ce ne sont pour ainsi dire que des bruits de la Nature. Cela donne le frisson de voir comment la vie se dégage progressivement de la matière inanimée et pétrifiée.» En deux parties et six mouvements, un programme se dessine. L’approche de l’été, le cortège de Bacchus et, déjà, le miracle du printemps qui s’accomplit : «Tout vit, tout respire, tout fleurit et tout chante, tout aspire à mûrir.» Le premier mouvement est l’un des plus ambitieux de tout le répertoire. Puis les mots se mêlent aux notes, la voix à l’orchestre. Pour l’occasion, l’Orchestre national de Lyon et Nikolaj Szeps-Znaider accompagnent Anna Larsson, que réclament depuis plus de vingt ans les plus grands chefs mahlériens. Rien de plus émouvant que ses graves pénétrants dans le terrible avertissement du Zarathoustra de Nietzsche «Ô homme, prends garde !», puis sous les voix d’enfants dans un poème populaire issu du Cor merveilleux de l’enfant, avant la vision d’un amour infini dans le sublime Adagio final. La Troisième Symphonie nous adresse un message actuel, célèbre une nature idéale et fragile tout en rappelant l’imperfection de l’homme, auquel elle livre une vibrante leçon d’amour. Impossible de ne pas frissonner à son écoute, de ne pas se laisser gagner par son incommensurable beauté.

Concert proposé dans l’Abonnement du Chef (voir p. 120). Le + : Propos d’avant-concert le jeudi à 19h, le samedi à 17h (30 min). Atrium, entrée libre.

50

51


VE. 22 JANV. 12h30 et 15h

LU. 25 JANV. 20h

JE. 28 JANV. 20h SA. 30 JANV. 18h

EXPRESSO

CINÉ-CONCERT

SYMPHONIQUE

Lumière lointaine

E

TARIF

LUMIÈRE LOINTAINE

En 55 minutes chrono Arvo Pärt Fratres Pēteris Vasks Concerto pour violon n° 1, «Lumière lointaine» Orchestre national d’Auvergne Sergueï Krylov direction et violon

De l’archet, Sergueï Krylov nous emmène dans un voyage transcendantal dans l’immensité du temps et de l’univers.

Chacun à sa manière, l’Estonien Arvo Pärt et le Letton Pēteris Vasks sont en quête de transcendance. Fratres [Frères, en latin], œuvre sans effectif instrumental fixe, explore l’éternité du temps grâce à cet avatar personnel du minimalisme que Pärt appelle tintinnabuli, inspiré de chants religieux ancestraux. Tālā gaisma [Lumière lointaine] cherche dans le scintillement d’étoiles à des milliers d’années-lumière la réponse à la fragilité de notre terre, à la perte de spiritualité de notre humanité. Voyage vertigineux dans l’immensité.

Un soir au temps du cinéma muet – 2e

UN SOIR AU TEMPS DU CINÉMA MUET 2e édition

Thierry Frémaux conception et présentation Didier Martel accompagnement au piano

Un rendez-vous cinéphile en musique à l’Auditorium de Lyon : après le succès d’une première soirée en 2020, nouveau voyage à travers les splendeurs du cinéma muet.

Sur la scène et l’immense écran de l’Auditorium de Lyon, l’Institut Lumière prolonge cette célébration des premiers temps du cinéma commencée en janvier 2020. Un spectacle entraînant qui mêle avec bonheur cinéma et musique, imaginé par Thierry Frémaux.

Une production de l’Institut Lumière.

52

D

TARIF

Brahms / Schumann

B

TARIF

BRAHMS 1 / SCHUMANN 4 Sir András Schiff

Johannes Brahms Concerto pour piano n° 1, en ré mineur Josef Strauss La Libellule, polka-mazur Robert Schumann Symphonie n° 4, en ré mineur Orchestre national de Lyon Nikolaj Szeps-Znaider direction Sir András Schiff piano

Face-à-face impérial entre le piano et l’orchestre dans le Premier Concerto de Brahms, sous les doigts de Sir András Schiff et la baguette de Nikolaj Szeps-Znaider ; mais aussi entre Brahms et son mentor Schumann, dans ce troisième volet de l’intégrale de ses symphonies.

Après un captivant récital «de Bach à Brahms» la saison dernière, nous retrouvons Sir András Schiff là où il nous avait laissés, auprès de ce Brahms qu’il sert si bien. Mais les pièces courtes et crépusculaires du récital font place ici au concerto titanesque d’un jeune homme conquérant. De son poulain, qu’il voyait incarner les «Voies nouvelles» (titre de l’article prophétique annonçant l’avènement de ce nouveau génie), Schumann attendait la composition de grandes formes ; mais le jeune Brahms se sentait incapable de se confronter au genre de la symphonie, intimidé disait-il d’entendre sans cesse «les pas d’un géant [Beethoven] résonner derrière

lui». C’est donc par le biais de ce Premier Concerto, aidé par la présence du piano qu’il connaît si bien, que Brahms digère le modèle beethovénien ; un concerto aux dimensions proprement symphoniques, dont l’introduction est digne du «chaos» initial de l’illustre Neuvième Symphonie. Bien sûr, Schumann s’était posé lui aussi la question du dépassement de Beethoven. L’une de ses réponses fut une «fantaisie symphonique» prenant un chemin moins prévisible, plus poétique que la forme reine : Robert y évoquait sa Clara bien-aimée. Devenue la Quatrième Symphonie, cette fantaisie n’a rien perdu de sa singularité. Une délicate libellule pointe l’aile au milieu de ces géants, gracieuse polka-mazur du frère de Johann Strauss. Le + : Petits Concerts sur grand orgue le jeudi à 19h, le samedi à 17h (25 min). Grande salle, placement libre sur présentation du billet.

53


VE. 29 JANV. 20h

DI. 31 JANV. 16h

JE. 4 FÉV. 20h SA. 6 FÉV. 18h

DI. 7 FÉV. 16h

MUSIQUES DU MONDE

SYMPHONIQUE

SYMPHONIQUE

MUSIQUE DE CHAMBRE

Fatoumata Diawara

C

TARIF

FATOUMATA DIAWARA Fatoumata Diawara voix et guitare Sékou Bah basse Yacouba Kone guitare Arecio Smith clavier Jean Baptiste Gbadoe batterie

Voix incontournable de l’Afrique d’aujourd’hui, la chanteuse malienne exalte les traditions musicales de son pays et les conjugue au futur.

Luttant contre l’excision, dénonçant l’extrémisme religieux, Fatoumata Diawara est devenue la porteparole d’une Afrique en constante mutation. Des convictions exprimées notamment au cinéma – son premier amour – dans les films d’Abderrahmane Sissako (elle est Fatou, la chanteuse, dans son magnifique Timbuktu). Également chanteuse, compositrice, guitariste, Fatoumata Diawara s’est surtout imposée comme une voix majeure de la musique africaine d’aujourd’hui. Invitée de marque de nombreux artistes, d’Herbie Hancock à Gorillaz, en passant par M au sein de son collectif Lamomali, elle pare les rythmes et mélodies de la tradition wassoulou de couleurs jazz et funk, avec un talent et un charisme renversants.

En coproduction avec Jazz à Vienne.

54

Amsterdam Sinfonietta

B

TARIF

AMSTERDAM SINFONIETTA Fazil Say

Anton Arenski Variations sur un thème de Tchaïkovski Dmitri Chostakovitch Concerto pour piano n° 1, en ut mineur Piotr Ilyitch Tchaïkovski Sérénade pour cordes Fazil Say The Moving Mansion (version pour orchestre à cordes) Amsterdam Sinfonietta William Hagen violon et direction Fazil Say piano

Ovni de la scène musicale, Fazil Say propose avec l’Amsterdam Sinfonietta une petite histoire de la musique russe et une composition toujours aussi personnelle et lumineuse.

Par son histoire personnelle, par sa culture plurielle où Mozart et le jazz conversent avec bonheur, Fazil Say est un musicien inclassable. Parfois attaqué pour ses propos dans sa Turquie natale, cet infatigable militant de la liberté d’expression ne cesse de délivrer son message de paix. Avec l’Amsterdam Sinfonietta – un ensemble sans chef attitré –, il nous raconte la musique russe sur trois générations et est le soliste du Premier Concerto de Chostakovitch, avec son éblouissante partie de trompette ; il nous invite également dans son propre univers, étrange et envoûtant, avec une partition – La Maison déplacée – qui rend hommage à l’humanisme d’Atatürk.

Le + : Propos d’avant-concert à 15h (30 min). Atrium, entrée libre.

Ravel

B

TARIF

RAVEL

Concerto pour la main gauche Maurice Ravel Concerto pour piano en ré majeur, pour la main gauche Dmitri Chostakovitch Symphonie n° 8, en ut mineur Orchestre national de Lyon Leonard Slatkin direction Cédric Tiberghien piano

Bartók / Bernstein

D

TARIF

BARTÓK BERNSTEIN

Musiciens de l’ONL Béla Bartók Sonate pour deux pianos et percussions Leonard Bernstein «Danses symphoniques» de West Side Story Arturo Márquez Danzón n° 2 Musiciens de l’Orchestre national de Lyon : Pierre Thibout et Pierre-Yves Hodique piano – Guillaume Itier et Adrien Pineau percussions

Composée en 1943, la Huitième Symphonie de Chostakovitch est un chant de la mort et de la vie, un écho des grondements de canons et des pluies d’obus, une tragique réponse au Concerto pour la main gauche de Ravel qui devait se souvenir de la Der des ders.

Des folklores d’Europe centrale aux percussions mexicaines en passant par les musiques des rues new-yorkaises, ce programme est un irrésistible éloge du rythme et de la danse.

Rares sont les chefs aussi sensibles que Leonard Slatkin à la manière dont Chostakovitch a jonglé avec les obscures raisons de la Russie soviétique. La censure ayant frappé la Huitième, on ne sait de quelle horreur ou de quel monstre totalitaire la symphonie se fait l’amère critique. Avec le Concerto pour la main gauche, le sens est plus clair. Wittgenstein a perdu sa main droite durant la Première Guerre mondiale, et le défi est grand pour Ravel de lui offrir un concerto. Si la prouesse technique est époustouflante à voir, à l’oreille la singularité de l’œuvre transparaît à peine. Le piano de Cédric Tiberghien, dernier Français à avoir remporté le premier grand prix du Concours Marguerite-Long, saura bien sûr trouver le plus parfait équilibre avec l’orchestre.

Pourrez-vous rester immobiles sur vos sièges ? C’est le défi que vous lance ce programme endiablé. Certes, la Sonate pour deux pianos et percussions n’est pas que rythme et danse. Œuvre maîtresse du compositeur hongrois, elle recèle bien d’autres trésors – à commencer par les fascinantes trouvailles sonores du mouvement lent. Mais son finale où se croisent danses populaires hongroises, roumaines et slovaques est un feu d’artifice ! Dans West Side Story, en revanche, tout ou presque est danse, même la bagarre entre les Jets et les Sharks. Son célèbre Mambo n’a-t-il pas encore réussi à vous soulever de vos sièges ? Le Danzón d’Arturo Márquez (popularisé par Gustavo Dudamel et son Orquesta Sinfónica Simón Bolívar) s’en chargera, c’est sûr !

Le + : Propos d’avant-concert le jeudi à 19h, le samedi à 17h (30 min). Atrium, entrée libre.

55


Nikolaj Szeps-Znaider Nelson Freire Robert Schumann Ouverture de Manfred Edvard Grieg Concerto pour piano en la mineur Richard Strauss Une symphonie alpestre Orchestre national de Lyon Nikolaj Szeps-Znaider direction Nelson Freire piano

Un concert au sommet : ceux des paysages alpins sublimés par Schumann et Strauss, celui aussi du talent de Nelson Freire et de son toucher inimitable. Du fracas, de la douceur, et un torrent d’émotions.

Bien sûr, tout concert de Nelson Freire est un sommet. Celui patiemment atteint après une longue ascension de travail et de réflexion, une quête dont l’objet est à la fois l’homme et la musique. Car c’est bien là le défi lancé par Nikolaj Szeps-Znaider lorsqu’il revêt sa tenue de montagnard. Manfred, le héros de Byron qui inspira également Tchaïkovski (voir p. 27), gravit les pentes raides des Alpes suisses et fait face au vide, tout à sa passion dévorante et impossible pour Astarté. Avec Strauss, la montée est moins douloureuse, mais non moins puissante : un orchestre colossal nous guide à travers forêt, pâturages et glaciers, déchaîne un terrible orage, fait entendre ruisseaux, cascade et cors des Alpes. Laissez-vous gagner par l’ivresse des hauteurs. Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

ME. 17 FÉV. 20h SYMPHONIQUE

Symphonie alpestre

B

TARIF

“Sur les

sommets alpins”

Ce programme est l’un de ceux que j’ai eu le plus de plaisir à élaborer. C’est un voyage au cœur des montagnes – dans un sens propre autant que métaphorique. De l’ouverture de Manfred de Schumann, illustrant les tribulations atroces du héros byronien à travers les Alpes, nous mettons le cap au nord. Grieg évoque magnifiquement les fjords profonds, magiques de Norvège dans son concerto pour piano, qui prend modèle lui-même sur le concerto pour piano de Schumann. Notre retour vers le sud est d’autant plus saisissant que, lorsque Richard Strauss écrivit sa Symphonie alpestre, l’Europe était au bord de la guerre. Tournant le dos au chaos créé par l’homme, Strauss chercha la libération et l’inspiration dans les montagnes. La Symphonie alpestre reste l’une des plus somptueuses évocations musicales de la nature.

SA. 27 FÉV. 18h Le mot du directeur musical

SYMPHONIE ALPESTRE

NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER

L E V O YA G E U R

SYMPHONIQUE

La Belle au bois dormant

B

TARIF

LA BELLE AU BOIS DORMANT

Arthur et Lucas Jussen Camille Saint-Saëns «Bacchanale» de Samson et Dalila Francis Poulenc Concerto pour deux pianos Piotr Ilyitch Tchaïkovski La Belle au bois dormant (extraits) Orchestre national de Lyon Nikolaj Szeps-Znaider direction Arthur et Lucas Jussen piano Retrouvez ce programme également le 20 avril, p. 73.

Une musique pour tous les jours, simplement heureuse et belle : voici ce que désirait Jean Cocteau et que nous proposent ici Nikolaj Szeps-Znaider et les frères Jussen.

Une pincée de Mozart, une autre de gamelan balinais, un peu de Rachmaninov et de Ravel, des bribes de chansons de guinguette et une intense envie de danser : tels sont les ingrédients du Concerto pour deux pianos de Poulenc, qui permet d’accueillir les frères Lucas et Arthur Jussen pour la première fois à l’Auditorium de Lyon. Les années folles terminées, la musique française aspire encore à l’insouciance, plaide pour le divertissement et l’enthousiasme populaire. Quelques décennies plus tôt, dans l’opéra le plus célèbre de SaintSaëns, elle se parait des ravissants joyaux de l’Orient pour nous entraîner dans une enivrante bacchanale. Et parce que la musique aime traverser les frontières, Tchaïkovski puise dans l’un des plus célèbres contes de Perrault et des frères Grimm la matière de son deuxième ballet, au sein duquel Nikolaj Szeps-Znaider a choisi les morceaux les plus séducteurs. Concert proposé dans l’Abonnement du Chef (voir p. 120). Le + : Propos d’avant-concert à 17h (30 min). Atrium, entrée libre.

56

57


JE. 4 MARS 20h SA. 6 MARS 18h

DI. 7 MARS 16h

LU. 8 MARS 20h

SYMPHONIQUE

MUSIQUE DE CHAMBRE

JAZZ

Triple Concerto

B

TARIF

TRIPLE CONCERTO Beethoven

Louise Farrenc Ouverture n° 1, en mi mineur Ludwig van Beethoven Triple Concerto pour violon, violoncelle et piano en ut majeur Felix Mendelssohn Bartholdy Symphonie n° 1, en ut mineur Orchestre national de Lyon Ben Glassberg direction Giovanni Radivo violon Nicolas Hartmann violoncelle Pierre Thibout piano

Avec le Triple Concerto, Beethoven a vu les choses en grand. Trois musiciens de l’Orchestre national de Lyon y unissent leur talent et y montrent leur complicité, sous la baguette du chef invité associé de l’orchestre, Ben Glassberg.

Dans la lignée des symphonies concertantes de Mozart ou Haydn, le Triple Concerto de Beethoven multiplie les solistes dans un dialogue foisonnant. Dans le rôle du modérateur : Ben Glassberg, grand prix du jury et coup de cœur du public du Concours de Besançon, coup de cœur de l’ONL aussi, qui a accompagné la finale de ce concours et l’a aussitôt nommé chef invité associé. Avec la rare Première Symphonie de Mendelssohn, Ben Glassberg dévoile la partition avec laquelle le compositeur a révolutionné la direction d’orchestre en tournant le dos au public. Nous aurons auparavant découvert une page orchestrale de Louise Farrenc dont Berlioz, pourtant avare de compliments, avait loué en son temps toutes les qualités.

Le + : Rencontre d'après-concert avec Ben Glassberg (30 min). Atrium, entrée libre.

58

Bach / Fauré

D

TARIF

BACH / FAURÉ Violoncelle et orgue

Johann Sebastian Bach Sonate pour violoncelle et orgue n° 1, en sol majeur André Caplet Adagio Marcel Dupré Cantilène César Franck Pièce héroïque Camille Saint-Saëns «Le Cygne», extrait du Carnaval des animaux Josef Rheinberger Pastorale Gabriel Fauré Élégie Édouard Sapey-Triomphe violoncelle Christian Ott orgue

Édouard Sapey-Triomphe, violoncelle solo de l’Orchestre national de Lyon, et Christian Ott, organiste de la cathédrale Saint-Louis de Versailles, unissent deux instruments peu habitués à se fréquenter et qui ont pourtant énormément à partager.

Placé sous les auspices de Bach, «père spirituel» des violoncellistes autant que des organistes, ce programme nous entraîne ensuite à la fin du xixe siècle et au début du xxe avec deux des plus illustres pages du répertoire de violoncelle – le Cygne de Saint-Saëns et l’Élégie de Fauré – et d’autres moins connues et tout aussi séduisantes. Christian Ott rend hommage au passé prestigieux de l’orgue de l’Auditorium de Lyon en jouant la Pièce héroïque, l’une des trois pièces que César Franck composa pour ses concerts inauguraux en 1878, dans sa première demeure – le palais du Trocadéro.

Chucho Valdés

A

TARIF

CHUCHO VALDÉS La creación

Première partie : piano solo Deuxième partie : La creación (Olodumare) Chucho Valdés piano et composition Hilario Durán et John Beasley claviers et arrangements Yunior Terry basse Miguel Valdés percussion Erick Barberia batás et voix Roman Diaz et Diosvany Valladares batás (Distribution vocale en cours) Et en «invité spécial» Dafnis Prieto batterie

Le légendaire pianiste cubain fête ses 80 ans avec une… creación en hommage à Olodumare, le Créateur suprême du panthéon yoruba.

Chucho Valdés représente à lui seul la puissance et la richesse de la fusion musicale des traditions cubaines et africaines. Lors de ce concert exceptionnel, il présente deux facettes de son jeu : le piano solo en première partie, puis une nouvelle composition, La creación (Olodumare), oratorio afro-cubain en hommage à Olodumare (le Créateur suprême, l’une des trois manifestations de l’Être suprême des Yorubas) racontant l’arrivée de la culture yoruba dans les Caraïbes. Fondateur du groupe de musique cubain Irakere (1973), fils du musicien Bebo Valdés, Chucho Valdés conjugue sans relâche ses racines cubaines à des moyens d’expressions plus contemporains. Plus de cinquante ans d’une carrière riche en collaborations et en récompenses internationales (8 Grammy Awards) ont fait de lui un des plus grands pianistes jazz aux côtés de Bill Evans, Oscar Peterson, Herbie Hancock ou Chick Corea. En coproduction avec Jazz à Vienne. Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

59


ME. 10 MARS 20h

JE. 11 MARS 20h SA. 13 MARS 18h

DI. 14 MARS 16h

SYMPHONIQUE

SYMPHONIQUE

CONCERT PARTICIPATIF

Concertgebouworkest

A+

Hommage à Piazzolla

TARIF

CONCERTGEBOUWORKEST Janine Jansen / Philippe Jordan Johannes Brahms Concerto pour violon en ré majeur Richard Strauss Till l’Espiègle Richard Strauss Le Chevalier à la rose (suite d’orchestre) Concertgebouworkest (Amsterdam) Philippe Jordan direction Janine Jansen violon

Événement exceptionnel : le Concertgebouworkest d’Amsterdam vient à l’Auditorium de Lyon. Anobli par la reine Beatrix en 1988, à l’occasion de son centenaire, le plus aristocratique des orchestres brillera de mille feux dans un répertoire réunissant Strauss et Brahms autour de Janine Jansen et Philippe Jordan.

Le Concertgebouw, c’est l’une des plus belles salles de concert au monde, inaugurée en 1888 au cœur d’Amsterdam et devenue aussitôt un haut lieu de la musique. Mais c’est aussi l’orchestre attaché à cette enceinte, qui a développé au fil de sa prestigieuse histoire un jeu d’une précision et d’une chaleur incomparables. Pour s’en convaincre, rien de mieux que la musique de Richard Strauss : les partitions de ce génial orchestrateur n’ont pas leur égal pour révéler la beauté d’ensemble d’une formation autant que la valeur individuelle de ses musiciens ; l’orchestre entretient en outre un lien privilégié avec ce compositeur, qui lui a 60

dédié en 1898 son poème symphonique Une vie de héros. Délicieusement mozartienne et viennoise, la suite du Chevalier à la rose réunit quelques moments clefs de l’opéra de Strauss ; il nous semble y entendre, sur fond de valse, les rires du jeune Octavian et de la gracieuse Sophie s’échangeant leurs premiers regards amoureux. Till l’Espiègle déploie au contraire un orchestre vif et foisonnant, à l’instar de son impertinent héros. Le Concertgebouworkest donne la réplique à Janine Jansen dans l’illustre concerto pour violon de Brahms. On ne présente plus la violoniste néerlandaise, ovationnée à l’issue d’une soirée de musique de chambre à l’Auditorium en 2019. Son Stradivarius réclame les meilleurs partenaires ; pouvait-il rêver plus belle compagnie que celles du Concertgebouworkest et du très charismatique Philippe Jordan ? Un concert royal.

Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

B

TARIF

HOMMAGE À PIAZZOLLA Pablo Ziegler

Œuvres d’Astor Piazzolla, Arturo Márquez et Pablo Ziegler Orchestre national de Lyon Clark Rundell direction Pablo Ziegler piano Walter Castro bandonéon Luciana Mancini mezzo-soprano

À vos instruments

GRATUIT

À VOS INSTRUMENTS Concert participatif

Arturo Márquez Danzón n° 2 Piotr Ilyitch Tchaïkovski «Valse des fleurs», extraite de Casse-Noisette* Zoltán Kodály Danses de Galánta Jean-Baptiste Lully «Marche pour la cérémonie des Turcs», extraite du Bourgeois gentilhomme* Georges Bizet «Farandole» de L’Arlésienne* Orchestre national de Lyon NN direction

Au son des plus beaux tangos, l’Orchestre national de Lyon vous entraîne dans les faubourgs de Buenos Aires avec la complicité de Pablo Ziegler – le pianiste de Piazzolla – et d’artistes rompus à cette tradition.

Si le tango est né dans les faubourgs de Buenos Aires, Astor Piazzolla (qui aurait eu 100 ans le 11 mars 2021) l’a porté dans les plus grandes salles de concert en créant le tango nuevo. En compagnie du bandonéoniste Walter Castro et de la mezzo-soprano Luciana Mancini, Pablo Ziegler – le dernier pianiste de Piazzolla – reprend aujourd’hui le flambeau. Ensemble, enveloppés de l’Orchestre national de Lyon, ils nous feront chavirer avec Oblivion, Fuga y Misterio ou Yo soy Maria. Le + : Propos d’avant-concert le jeudi à 19h, le samedi à 17h (30 min). Atrium, entrée libre.

* Pièces participatives

Venez vivre une expérience musicale enchantée avec les musiciens de l’Orchestre national de Lyon !

Le concert participatif est un rendez-vous incontournable de la saison de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon. Il consiste à jouer de sa place, en salle, avec les musiciens de l’ONL. Cette saison, c’est un programme musical dédié à la danse qui résonnera à 360 degrés… grâce à vous ! Auditeurs, musiciens débutants ou confirmés, petits et grands, ce concert est ouvert à tous les passionnés. À vos instruments ! Gratuit, réservation à partir du 15 février 2021 sur auditorium-lyon.com.

61


LU. 15 MARS 20h

VE. 19 MARS 15h

SA. 20 MARS 18h

CINÉ-CONCERT

EXPRESSO

SYMPHONIQUE

La Charrette fantôme

D

TARIF

LA CHARRETTE FANTÔME Sjöström

Victor Sjöström La Charrette fantôme [Körkarlen] Suède, 1921, noir et blanc, muet / avec Victor Sjöström et Hilda Borgström [1h33]

Beethoven / Haydn

E

TARIF

BEETHOVEN HAYDN

En 55 minutes chrono Programme surprise Orchestre national de Lyon Brett Dean direction

David Cassan accompagnement improvisé à l’orgue

Grand film fondateur et puissamment évocateur, La Charrette fantôme mène sa course infernale sous les doigts de David Cassan, un habitué du grand orgue de l’Auditorium. Frissons garantis !

Dans un cimetière, trois vagabonds fêtent la SaintSylvestre en s’enivrant d’eau-de-vie. L’un d’eux, David Holm (incarné par Sjöström), raconte la légende de la charrette fantôme : le 31 décembre, au douzième coup de minuit, le dernier être humain qui meurt devient le nouveau «cocher de la mort» : il doit alors parcourir le monde jusqu’au Nouvel An suivant pour ramasser les âmes perdues. À minuit, assommé par ses camarades saouls, David trépasse : à lui désormais de conduire la charrette fantôme. Il voit sa vie défiler et se souvient notamment d’Edith, une religieuse qui avait tenté de le remettre dans le droit chemin… La Charrette fantôme présente une structure narrative très audacieuse. Mêlant flash-back, actions parallèles et simultanées, le film annonce avec trois décennies d’avance Alf Sjöberg ou Ingmar Bergman. Victor Sjöström utilise des procédés très novateurs – surimpression d’images, caméra très mobile – tout en y ajoutant un sens particulier du fantastique. La Charrette fantôme a beaucoup inspiré l’expressionnisme allemand, notamment Friedrich Wilhelm Murnau, mais aussi des cinéastes comme Julien Duvivier – qui en tourna un remake en 1938. En partenariat avec l’Institut Lumière.

62

«Vous me faites l’impression d’un homme qui a plusieurs têtes, plusieurs cœurs, plusieurs âmes», aurait déclaré Haydn à Beethoven. Puis le maître et l’élève se sont éloignés, sans renier pour autant la profonde admiration qui les unissait. Surprises garanties dans ce concert placé sous leur double égide.

Brett Dean aime la musique de Beethoven. Il faut dire qu’elle était presque son quotidien quand il était membre de l’Orchestre philharmonique de Berlin, et qu’il la jouait tant au sein de l’orchestre qu’en quatuor. Aujourd’hui encore, il l’accueille dans son propre univers de compositeur comme une source inépuisable d’inspiration ; il devient Beethoven lui-même lorsque, dans Testament, il lui emprunte sa plume pour partager son expérience de la surdité et son désespoir d’homme isolé. Pour ce concert «55 minutes chrono», Brett Dean dirige la musique de celui qu’il admire tant. Et comme nul séjour viennois ne serait réussi sans une visite à «Papa Haydn» (surnom donné par Beethoven à son professeur), il n’oublie pas de réunir l’élève et le maître. De Haydn, il apprécie l’humour et les surprises ; quoi de mieux pour un programme revendiquant la brièveté et l’inattendu ?

Symphonie pastorale

B

TARIF

SYMPHONIE PASTORALE Beethoven / Dean

Ludwig van Beethoven Symphonie n° 6, en fa majeur, «Pastorale» Brett Dean In this Brief Moment. An Evolution Cantata (création française – commande de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon, du City of Birmingham Symphony Orchestra, des Sydney Philharmonia Choirs) Orchestre national de Lyon Spirito (préparation Nicole Corti) Jeune Chœur symphonique (préparation Pascal Adoumbou et Tanguy Bouvet) Brett Dean direction Siobhan Stagg soprano Patrick Terry contreténor

Avec la Pastorale de Beethoven et la nouvelle cantate de Brett Dean, compositeur associé de l’AuditoriumOrchestre national de Lyon, ce programme est un vibrant hymne à la nature, dans sa beauté et sa fragilité.

In this Brief Moment, explique Brett Dean, est une célébration darwiniste, évolutionniste de la création, le pendant de La Création de Haydn qui en est la vision biblique. C’est, dit encore le compositeur australien, «l’occasion de nous émerveiller de ce qui a été, de ce qui est et de ce qui pourrait bien être perdu». Ce questionnement sur le temps qui passe, le sens de l’instant, est le prolongement idéal de la Pastorale. Dans cette symphonie, Beethoven chante les ruisseaux et les oiseaux, les mélodies paysannes, la tempête et le retour du beau temps. «Quel plaisir de pouvoir errer dans les bois, les forêts, parmi les arbres, les herbes, les rochers, confiait-il. Personne ne saurait aimer la campagne comme moi.» Avec ou sans les mots, la musique nous parle. Le + : Rencontre d’après-concert avec Brett Dean (30 min). Atrium, entrée libre.

63


DI. 21 MARS 16h

Ingrid Fliter

B

TARIF

INGRID FLITER Nocturne et Préludes de Chopin Frédéric Chopin Vingt-quatre Préludes Nocturne en si majeur, op. 9/3 Sonate n° 3, en si mineur Ingrid Fliter piano

Second prix du Concours Chopin de Varsovie à l’aube du troisième millénaire, Ingrid Fliter nous entraîne sur les traces du compositeur polonais et de son incroyable palette d’humeurs.

«Chacun d’eux prélude à une méditation», écrit André Gide à propos des Préludes de Chopin ; «nulle part Chopin ne s’est montré plus intime». Puis l’auteur des Nourritures terrestres s’en remet à Victor Hugo (Un peu de musique) pour préciser comment chaque pièce «crée une atmosphère particulière, pose un décor sentimental, puis “s’éteint comme un oiseau se pose ; tout se tait”». En confrontant petites et grandes formes, Ingrid Fliter explore les arcanes du caractère de Chopin. Au fil de ces «plumes d’aigle détachées de toutes les couleurs sauvagement agencées» (Schumann), elle traduit les joies, les douleurs et les colères du Polonais exilé à Paris, l’accompagne dans ses rêveries nocturnes, puis s’engage dans sa Troisième Sonate, la plus aboutie peut-être des trois.

NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER

RÉCITAL

“Au fond de l’âme

mahlérienne” Je suis un fan absolu de Mahler, et ce programme est tout simplement de ceux que vous ne pouvez pas manquer. Il s’agit de deux œuvres de la fin de la vie de Mahler, qui traversait alors une profonde dépression. Voici ce qu’il écrivait : «J’ai perdu toutes mes certitudes quant à qui je pensais être, et je dois réapprendre le b-a-ba comme un  nouveau-né.» Mais, au contraire de la plupart des autres compositeurs, Mahler avait la capacité de transcender son propre chagrin ; tout en exprimant l’affliction qui le rongeait, ces deux œuvres délivrent un message universel d’espoir et de beauté. Cette musique a le pouvoir de changer votre vie.

Le mot du directeur musical

L E V O YA G E U R

LE CHANT DE LA TERRE Simone Young

Gustav Mahler Adagio de la Symphonie n° 10 Gustav Mahler Le Chant de la terre Orchestre national de Lyon Simone Young direction Michaela Schuster mezzo-soprano Stuart Skelton ténor

À 50 ans, Mahler tire sa révérence et laisse sa Dixième Symphonie inachevée. Reste l’Adagio, magnifique adieu à la vie et à la nature que le Chant de la terre vient de célébrer. Plongée dans les derniers monuments symphoniques d’un monde que la guerre anéantira.

«Il semble que la Neuvième [de Mahler] soit une limite. Celui qui veut aller au-delà doit mourir», écrivait Schönberg, avant d’ajouter qu’il pourrait y avoir dans cette œuvre quelque chose «que nous ne devrions pas encore savoir, car nous ne sommes pas encore prêts.» Un siècle plus tard, l’énigme perdure ; les mélodies de l’Adagio nous entraînent toujours aussi profondément dans l’indicible. À Simone Young, directrice musicale désignée de l’Orchestre symphonique de Sydney, de nous guider au cœur de ce labyrinthe orchestral. Familière du dernier romantisme allemand, elle en recherche aussi les clés à travers les mots et les couleurs orientales du Chant de la terre, en compagnie de Michaela Schuster et de Stuart Skelton – l’un des Heldentenor majeurs d’aujourd’hui. Le + : Propos d’avant-concert le jeudi à 19h, le samedi à 17h (30 min). Atrium, entrée libre.

JE. 25 MARS 20h SA. 27 MARS 18h SYMPHONIQUE

Le Chant de la terre

B

TARIF

En partenariat avec Les Grands Interprètes. Le + : Propos d’avant-concert à 15h (30 min). Atrium, entrée libre.

64

65


MA. 30 MARS 20h

ME. 31 MARS 20h30

SA. 3 AVR. 11h et 15h ME. 7 AVR. 15h

BAROQUE

MUSIQUE DE CHAMBRE

JEUNE PUBLIC – DÈS 5 ANS

Händel à Rome

B

TARIF

Musiques klezmer

D

TARIF

Le Grand Méchant Renard

JP TARIF

CE CONCERT A LIEU AU RADIANT-BELLEVUE (CALUIRE)

Les Nouveaux Caractères Georg Friedrich Händel Dixit Dominus – Nisi Dominus – Laudate Pueri Dominum Antonio Vivaldi Sinfonia «Al Santo Sepolcro» – Concerto pour quatre violons et violoncelle en si mineur, op. 3/10 Antonio Caldara Crucifixus à seize voix Les Nouveaux Caractères Sébastien d’Hérin direction

Avant d’être «le Gros Ours» des Anglais, Händel fut «le cher Saxon» des Italiens. Les Nouveaux Caractères nous transportent à Rome et nous révèlent l’exubérante musique sacrée du plus italien des Allemands d’Angleterre.

Durant trois ans, l’Auditorium-Orchestre national de Lyon accompagne Les Nouveaux Caractères dans un projet consacré à Händel. Après le succès du Messie la saison dernière, l’ensemble de Caroline Mutel et Sébastien d’Hérin traverse les Alpes pour y retrouver il caro Sassone. Né en Allemagne, Händel passa en effet trois années en Italie avant de s’installer à Londres. Il y côtoya Corelli, Caldara, Marcello, Scarlatti. Dans la ville papale, l’opéra est prohibé ; luthérien chez les catholiques, Händel se tourne naturellement vers la musique sacrée, aussi somptueuse que les palais. Le chant y est d’une virtuosité inouïe, oratorios et psaumes y sont les expressions éclatantes de doute et de foi, de douleur et de joie. Un moment décisif pour comprendre le génie händélien.

MUSIQUES KLEZMER

Musiciens de l’ONL Musiques klezmer (arrangements de Ludovic Lantner) Musiciens de l’Orchestre national de Lyon : Ludovic Lantner et Benjamin Zekri violon – Vincent Dedreuil-Monet alto – Themis Bandini violoncelle – Nans Moreau clarinette

Les musiciens de l’Orchestre national de Lyon s’emparent du klezmer, vigoureuse et envoûtante tradition musicale des juifs d’Europe centrale et orientale.

Typique des juifs ashkénazes, la musique klezmer est un art de la fête et un art populaire. Il faut en imaginer les interprètes, parfois tailleurs ou cordonniers de métier, sortant leurs instruments pour faire danser leur shtetl (village) lors d’un mariage ou d’une Bar Mitzvah et perpétuant ainsi une tradition pluriséculaire. Les musiciens de l’Orchestre national de Lyon s’emparent de cette musique mêlant accents orientaux et folklores d’Europe centrale et orientale, où le violon et la clarinette sont rois. Une musique sur le fil entre rires et larmes, réalités et légendes, mélancolie et espérance. Une musique qui nous parle, comme le veut son étymologie : le klezmer est à la croisée entre l’instrumental (kli) et le chant (zemer).

LE GRAND MÉCHANT RENARD ET AUTRES CONTES Ciné-concert

Un bébé à livrer – Le Grand Méchant Renard – Il faut sauver Noël Film de Benjamin Renner et Patrick Imbert – scénario de Benjamin Renner et Jean Regnaud – France, 2017, couleur [1h20] – Musique de Robert Marcel Lepage FOLIVARI, PANIQUE! ET STUDIOCANAL PRÉSENTENT

Musiciens de l’Orchestre national de Lyon

«Et si on se retrouve brutalement maman adoptive de poussins, doit-on leur apprendre à se comporter comme des humains ou comme des poules ?» Voici une question brûlante que Benjamin Renner se souvient s’être posée du haut de ses 6 ans et demi.

Ceux qui pensent que la campagne est un lieu calme et paisible se trompent, on y trouve des animaux particulièrement agités, un Renard qui se prend pour une Poule, un Lapin qui fait la Cigogne et un Canard qui veut remplacer le Père Noël. Si vous voulez prendre des vacances, passez votre chemin… Le Grand Méchant Renard est l’adaptation de la bande dessinée homonyme

signée Benjamin Renner – le coréalisateur de ce bijou d’animation qu’est Ernest et Célestine. Accompagné en direct par les musiciens de l’Orchestre national de Lyon, ce film fin, élégant et tendre est à mettre entre toutes les mains, même les plus grandes ! César du meilleur film d’animation 2018, il est ici présenté pour la première fois en ciné-concert.

Création Auditorium-Orchestre national de Lyon / Studiocanal / 22D Music, en coproduction avec l’Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie. En partenariat avec l’Institut Lumière.

© FOLIVARI / PANIQUE! / STUDIOCANAL / RTBF / VOO / BeTV

HÄNDEL À ROME

Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

66

67


SA. 10 AVR. 18h

DI. 11 AVR. 20h

SYMPHONIQUE

MUSIQUES ACTUELLES

Nouveau Monde

UN WEEK-END AVEC BRYCE DESSNER 10 & 11 AVRIL

Mini-concert et rencontre avec Bryce Dessner et les musiciens de l’Orchestre national de Lyon le samedi 10 avril à 15h. Entrée libre, dans la limite des places disponibles. Programme détaillé à partir du 10 mars 2021 sur auditorium-lyon.com

Célébré par les plus prestigieuses institutions musicales, le guitariste et compositeur Bryce Dessner est l’un des musiciens les plus prisés de notre époque. Peu préoccupé par les frontières esthétiques, le guitariste du groupe The National s’inscrit dans une tradition américaine de collaboration artistique par-delà les genres musicaux et dresse un pont invisible entre musique contemporaine et rock. Adoubé par Steve Reich et Philip Glass, il a développé un style très personnel teinté de ses influences américaines (le courant minimaliste) et européennes (de Stravinsky à Lutosławki), sans oublier l’énergie viscérale du rock, qui donne à sa musique une pulsation omniprésente. Remarqué très tôt grâce à ses compositions pour le Kronos Quartet, il écrit autant pour les grands orchestres symphoniques que pour la danse et le cinéma. Lors de ce week-end, l’Orchestre national de Lyon interprétera deux œuvres concertantes dans un programme qui réunit son collaborateur de toujours – son frère jumeau le guitariste Aaron Dessner, autre pilier de The National – et ses collaboratrices privilégiées – les sœurs Katia et Marielle Labèque, avec lesquelles il a partagé la scène de l’Auditorium avec Thom Yorke en 2019. Bryce Dessner cultive l’art des rencontres et des performances partagées. À travers ses nombreux projets et les festivals qu’il a inventés avec son frère, de Cincinatti à Berlin, il n’aime rien autant que de réunir des familles musicales éphémères. Pulse sera un de ces moments rares et fous dont l’affiche sera dévoilée cet automne.

B

TARIF

NOUVEAU MONDE

Dessner / Labèque Bryce Dessner St. Carolyn by the Sea Bryce Dessner Concerto pour deux pianos Antonín Dvořák Symphonie n° 9, en mi mineur, «Du Nouveau Monde» Orchestre national de Lyon André de Ridder direction Katia et Marielle Labèque piano Bryce et Aaron Dessner guitare électrique

Les sœurs Labèque, les frères Dessner et l’Orchestre national de Lyon tendent une passerelle entre l’Europe et l’Amérique.

Dans l’impressionnante liste des compositeurs ayant écrit pour le duo de pianistes formé par Katia et Marielle Labèque, le nom de Bryce Dessner occupe une place de choix, grâce au flamboyant Concerto pour deux pianos qu’il a créé pour elles. Virtuose pour les solistes comme pour l’orchestre, l’œuvre déploie des couleurs et énergies qui doivent autant aux traditions musicales des deux côtés de l’Atlantique, répondant ainsi à l’illustre Symphonie «Du Nouveau Monde», composée par Dvořák à New York. Avec à ses côtés son frère jumeau Aaron (cofondateur avec lui du groupe The National), Bryce Dessner nous rappelle que la musique peut être, aussi, une histoire de famille.

Pulse

G

TARIF

PULSE

Carte blanche à Bryce et Aaron Dessner Bryce et Aaron Dessner invitent artistes, amis et collaborateurs pour un concert unique.

Depuis quinze ans, les frères Dessner sont au centre d’une galaxie musicale dont Brooklyn et leur groupe The National furent l’épicentre. Au disque comme sur scène, leur goût du partage les a conduits à réunir des artistes de tous les horizons (du classique à la pop, des arts plastiques à la danse). Cet esprit d’ouverture a apporté un souffle nouveau à leurs compositions, comme à celles d’artistes comme Sufjan Stevens, Bon Iver, Feist et tant d’autres. Ce rendez-vous unique, dont l’affiche sera annoncée à l’automne, tire son nom de la pulsation (pulse), ce battement régulier qui est au centre de la musique.

Le + : propos d’avant-concert à 17h (Atrium, entrée libre).

68

69


Chaplin

Sergueï Prokofiev Sarcasmes Sergueï Prokofiev Sonate pour piano n° 2, en ré mineur Sergueï Rachmaninov Sonate pour piano n° 2, en si bémol mineur Igor Stravinsky Sonate pour piano en fa dièse mineur Charles Chaplin L’Émigrant [The Immigrant] – États-Unis, 1917, noir & blanc, muet / avec Charles Chaplin et Edna Purviance / musique improvisée au piano par Gabriela Montero Gabriela Montero piano

«C’est quelque chose de viscéral. Une fois l’improvisation réalisée, elle m’échappe.» Nourri par cette urgence de l’improvisation, le piano de Gabriela Montero s’incarne dans ce programme original mêlant récital et ciné-concert.

Compositrice et improvisatrice, la Vénézuélienne Gabriela Montero s’est prêtée au jeu des concours internationaux mais, à l’exercice du récital, a rapidement préféré les projets originaux. Révélée par Martha Argerich, cette artiste engagée passe du baroque à la création, de la musique d’Amérique latine au répertoire russe. Féroce ou tendre avec Prokofiev, emportée avec Rachmaninov, elle devient un «Beethoven frisé» (pour reprendre les termes de Stravinsky à propos de son ironique sonate anticlassique et antiromantique) et prête finalement son imagination à Charlot en accompagnant un court-métrage aussi drôle que le sujet est tragique. Son piano intuitif et enthousiasmant nous rappelant ainsi qu’il n’est pas de plus sûr eldorado que la musique pour les Russes confrontés à la révolution comme pour le plus célèbre mendiant du cinéma.

“Sur les pas du

Vagabond”

Le mot du directeur musical

GABRIELA MONTERO

NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER

L E V O YA G E U R

JE. 15 AVR. 20h SA. 17 AVR. 18h SYMPHONIQUE

Roméo et Juliette

ROMÉO ET JULIETTE

Ce programme plein de vie approfondit l’expérience de l’immigration. Connue pour son extraordinaire talent d’improvisatrice, Gabriela Montero accompagne de sa propre invention L’Émigrant, courte comédie muette de Charlie Chaplin où l’on suit le personnage du Vagabond, Charlot, dans ses aventures transatlantiques. La pianiste entoure ce film d’œuvres de Prokofiev, Rachmaninov et Stravinsky – autant de compositeurs qui émigrèrent après la révolution russe, qui éclata en cette même année 1917 où Chaplin sortait son film. Fascinant, drôle mais aussi poignant.

Gautier Capuçon

Maurice Ravel Ma Mère l’Oye, cinq pièces enfantines Guillaume Connesson Concerto pour violoncelle Sergueï Prokofiev Roméo et Juliette (extraits) Orchestre national de Lyon Stéphane Denève direction Gautier Capuçon violoncelle

Stéphane Denève et Gautier Capuçon sont des ambassadeurs. Lorsqu’ils associent le concerto de Guillaume Connesson aux enfantines de Ravel et à un illustre ballet de Prokofiev, la création est accessible à toutes les générations.

Pour Stéphane Denève, le chef d’orchestre doit se faire l’ambassadeur des nouveaux compositeurs. Parmi eux, Guillaume Connesson – qui a tissé des liens privilégiés avec l’Orchestre national de Lyon en étant compositeur associé. Ici granitique, là plus vocal, son concerto pour violoncelle laisse apparaître ailleurs des myriades d’oiseaux et d’insectes dans un jardin des Hespérides au timbre d’orgue de verre. L’Ambassadeur, c’est justement le nom du violoncelle de Matteo Goffriller que joue Gautier Capuçon, bien connu du grand public par ses Carnets radiophoniques (Radio Classique) et la très populaire émission télévisée Prodiges. De bonnes raisons pour suivre ces deux interprètes, mais aussi de prendre le Petit Poucet pour guide dans les mondes enchantés de Laideronnette et de la Belle et la Bête, avant de célébrer l’amour avec Roméo et Juliette.

En partenariat avec l’Institut Lumière et Les Grands Interprètes. Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

LU. 12 AVR. 20h

70

C

TARIF

© Lone Star Corp.

RÉCITAL / CINÉ-CONCERT

Gabriela Montero

B

TARIF

Le + : Petits Concerts sur grand orgue le jeudi à 19h, le samedi à 17h (25 min). Grande salle, placement libre sur présentation du billet.

71


VE. 16 AVR. 12h30 et 15h

DI. 18 AVR. 11h

MA. 20 AVR. 20h

MA. 27 AVR. 20h

EXPRESSO

MUSIQUE DE CHAMBRE

SYMPHONIQUE

RÉCITAL

Trompette & orchestre

E

TARIF

TROMPETTE & ORCHESTRE

En 55 minutes chrono Edward Elgar Introduction et Allegro pour cordes Johann Baptist Georg Neruda Concerto pour trompette en mi bémol majeur Antal Doráti Sérénade américaine (12h30) Béla Bartók Divertimento pour cordes (15h) Orchestre des Pays de Savoie Nicolas Chalvin direction Lucienne Renaudin-Vary trompette

Lucienne Renaudin-Vary, révélée par l’émission télévisée Prodiges, est la protagoniste de ces deux concerts Expresso qui nous transportent d’Europe centrale aux États-Unis.

Compositeur tchèque de l’époque charnière entre baroque et classique, Neruda est connu essentiellement pour ce concerto où la trompette de Lucienne Renaudin-Vary tiendra tête à elle seule à la masse des cordes. Le néo-classique Divertimento de Bartók, écrit juste avant l’exil américain, alterne au programme avec une pièce pleinement américaine, quant à elle, de son élève le chef d’orchestre Antal Doráti, qui défendit si bien sa musique. Elgar ajoute son élégance et son lyrisme anglais à ce patchwork transatlantique.

Saint-Saëns

D

TARIF

SAINT-SAËNS Musiciens de l’ONL

Camille Saint-Saëns Tarentelle – Sonate pour clarinette et piano – Odelette pour flûte et piano Franz Doppler Andante et Rondo Guillaume Connesson Techno-Parade Malcolm Arnold Grand Fantasia Musiciens de l’Orchestre national de Lyon : Nans Moreau clarinette – Jocelyn Aubrun flûte – Pierre Thibout piano

De Saint-Saëns, on connaît surtout le Carnaval des animaux, la Danse macabre et la grandiose Symphonie avec orgue ; le centenaire de sa disparition nous invite à découvrir ses partitions moins connues mais tout aussi séduisantes.

Qualifié par Gounod de «Beethoven français», SaintSaëns a réhabilité la musique de chambre sur la scène musicale française. De la Sonate pour clarinette et piano, on admire le sens du divertissement, la fantaisie, la maîtrise des formes traditionnelles. Avec la Tarentelle, flûte et clarinette nous font tournoyer ; l’envol est promis par une Odelette très aérienne. Et parce qu’un anniversaire peut en cacher un autre, les trois musiciens célèbrent également le bicentenaire de la naissance de Franz Doppler, virtuose hongrois de la flûte, et le centenaire du Britannique Malcolm Arnold, l’auteur de l’inoubliable musique du Pont de la rivière Kwaï. Pour parfaire le programme, nous retrouvons avec plaisir Guillaume Connesson dans une pièce à laquelle la musique techno inspire des boucles irrésistibles et des effets quasi bruitistes, dans une formidable énergie rythmique.

La Belle au bois dormant

LA BELLE AU BOIS DORMANT

Arthur et Lucas Jussen Camille Saint-Saëns «Bacchanale» de Samson et Dalila Francis Poulenc Concerto pour deux pianos Piotr Ilyitch Tchaïkovski La Belle au bois dormant (extraits) Orchestre national de Lyon Nikolaj Szeps-Znaider direction Arthur et Lucas Jussen piano Retrouvez ce programme également le 27 février, p. 57.

Une musique pour tous les jours, simplement heureuse et belle : voici ce que désirait Jean Cocteau et que nous proposent ici Nikolaj Szeps-Znaider et les frères Jussen.

Une pincée de Mozart, une autre de gamelan balinais, un peu de Rachmaninov et de Ravel, des bribes de chansons de guinguette et une intense envie de danser : tels sont les ingrédients du Concerto pour deux pianos de Poulenc, qui permet d’accueillir les frères Lucas et Arthur Jussen pour la première fois à l’Auditorium de Lyon. Les années folles terminées, la musique française aspire encore à l’insouciance, plaide pour le divertissement et l’enthousiasme populaire. Quelques décennies plus tôt, dans l’opéra le plus célèbre de SaintSaëns, elle se parait des ravissants joyaux de l’Orient pour nous entraîner dans une enivrante bacchanale. Et parce que la musique aime traverser les frontières, Tchaïkovski puise dans l’un des plus célèbres contes de Perrault et des frères Grimm la matière de son deuxième ballet, au sein duquel Nikolaj Szeps-Znaider a choisi les morceaux les plus séducteurs. Concert proposé dans l’Abonnement du Chef (voir p. 120). Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

72

B

TARIF

Arcadi Volodos

B

TARIF

ARCADI VOLODOS Programme en cours d’élaboration Arcadi Volodos piano

«C’est le pays qui compte. On ne peut pas passer son temps à se passionner pour les chemins qui y mènent !» À l’acharnement technique, Arcadi Volodos préfère la lente maturation, la connaissance intime de l’œuvre. Le suivre est toujours une passionnante aventure, même lorsque la destination est inconnue.

«Je n’ai pas été un enfant prodige», assure Arcadi Volodos. Formé initialement au chant, le pianiste ne s’est pleinement consacré à son instrument qu’à l’âge de 16 ans. Ses professeurs le trouvaient déjà trop vieux, l’imaginaient accordeur car il bénéficiait d’une excellente oreille. Arcadi Volodos s’est fait confiance et a mis tout le monde d’accord. Ne croyant pas en l’acharnement technique, Arcadi Volodos préfère l’objectif aux moyens. La musique est pour lui «affaire de cœur et de cerveau», réclame moins la maîtrise des doigts que la compréhension du langage ; elle s’acquiert plus sûrement par l’exercice de la transcription ou de l’improvisation que par la répétition d’effets clinquants. Chaque programme est longuement mûri : «J’explore, je lis beaucoup mais je chemine lentement» poursuit le musicien, qui refuse d’annoncer trop tôt ses choix. «Qui me dit que j’aurai envie de jouer telle chose dans deux ou trois ans ?». S’ajoutent quelques récitals pris sur le vif, pour la spontanéité. Arcadi Volodos n’a pas été enfant prodige, mais ainsi qu’il le rappelle, c’est bien l’après qui importe, et le degré de maturité auquel on porte les œuvres.

En partenariat avec Les Grands Interprètes. Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

73


VE. 30 AVR. 20h

SA. 8 MAI 15h et 18h

NOUVEAU CIRQUE

JEUNE PUBLIC – DÈS 7 ANS

Circa & Quatuor Debussy

B

TARIF

CIRCA & QUATUOR DEBUSSY Opus

Dmitri Chostakovitch Élégie (Adagio) – Quatuors à cordes nos 11, 8 et 5 Compagnie Circa Yaron Lifschitz mise en scène et décors Jason Organ lumières et décors Libby McDonnell costumes Quatuor Debussy

Depuis sa création le 19 juin 2013 aux Nuits de Fourvière (producteur du spectacle), Opus rencontre un succès international. À l’origine de ce ballet circassien, l’amour que partagent la compagnie australienne Circa et le Quatuor Debussy pour Chostakovitch et ses quatuors à cordes, devenus le cadre quasi narratif du spectacle.

Avec Opus, Circa et le Quatuor Debussy (qui souffle cette saison 30 bougies) ont conquis la planète : outre les principales villes australiennes et canadiennes, ils ont joué à New York, Barcelone, Istanbul, Hong Kong aussi bien qu’au Barbican Centre de Londres, au Müpa de Budapest ou à la Philharmonie de Paris. La scène immense de l’Auditorium offre un cadre idéal à ces acrobaties impressionnantes d’énergie, de beauté, de puissance. La chorégraphie de Yaron Lifschitz colle à cette musique bouleversante, tantôt délicate, tantôt bestiale. Musiciens et acrobates livrent un spectacle où l’individu, dans sa force et sa fragilité, ne cesse de repousser ses propres limites – celles du cirque comme celles de la musique. «J’ai rarement écouté la musique de Chostakovitch avec autant d’attention», écrivait le critique du New York Times.

Alice au pays des merveilles

JP TARIF

ALICE AU PAYS DES MERVEILLES The Amazing Keystone Big Band

Lewis Carroll Alice aux pays des merveilles (adaptation de Sandra Nelson) The Amazing Keystone Jazz Big Band Bastien Ballaz, Jon Boutellier, Fred Nardin et David Enhco composition et direction artistique

«Mais alors, dit Alice, si le monde n’a absolument aucun sens, qui nous empêche d’en inventer un ?»

Après le succès de leurs adaptations Pierre et le Loup… et le jazz ! et Le Carnaval jazz des animaux, les dix-sept musiciens de The Amazing Keystone Big Band continuent leur aventure pour que les publics jeunes et adultes découvrent le jazz dans toutes ses expressions. Lauréats des Victoires du jazz dans la catégorie Groupe de l’année, ils reviennent cette fois-ci avec une création haute en couleur d’Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. La musique qui accompagne l’histoire est composée spécialement pour cette nouvelle création par Bastien Ballaz, Jon Boutellier, Fred Nardin et David Enhco. Chaque protagoniste est associé à un style de jazz pour permettre une approche ludique de cette musique. Le texte original est adapté en un conte musical puissant, drôle et lumineux par Sandra Nelson.

En complicité avec Jazz à Vienne.

74

75


Georg Friedrich Händel Israël en Égypte Balthasar Neumann Chor & Ensemble Thomas Hengelbrock direction

Israël en Égypte est un oratorio quasi cinématographique ; grenouilles, insectes, pluies et autres plaies s’abattent sur Pharaon jusqu’à l’engloutissement par la mer Rouge de ses armées. De cette fresque imagée et grandiose, Thomas Hengelbrock s’empare avec délice pour fêter les trente ans de sa formation.

Violoniste et chef d’orchestre, Thomas Hengelbrock a développé une conscience aiguë des réalités musicologiques aux côtés de Nikolaus Harnoncourt et des Amsterdamse Bach Solisten, a participé à la fondation de l’Orchestre baroque de Fribourg. Mais sa création la plus personnelle demeure le Chœur Balthasar Neumann, associé quatre ans plus tard à un ensemble instrumental. L’un des «meilleurs chœurs au monde», selon le magazine Gramophon, avec des choristes jouant régulièrement le rôle de solistes. Les voici à Lyon pour nous faire découvrir Israël en Égypte, un oratorio pour lequel Händel n’a pas hésité à piocher dans des partitions plus anciennes, de lui-même ou de ses pairs. Le texte est tiré du livre biblique de l’Exode, mais l’ouvrage, de deux ans cadet de l’illustre Messie, se destine bien au théâtre londonien. Et la fuite des Hébreux prend une ampleur particulière, grâce à l’orchestre qui ne cesse d’agrémenter et d’amplifier le puissant récit choral. Une musique à voir, déjà hollywoodienne. Le + : Propos d’avant-concert à 15h (30 min). Atrium, entrée libre.

DI. 16 MAI 16h BAROQUE

Thomas Hengelbrock

76

B

TARIF

“Exil en

Égypte” Händel était un compositeur allemand ; il vécut à Londres, fut inspiré par la musique italienne et écrivit un oratorio à propos d’Israël en Égypte  : à n’ en point douter, il correspond pleinement au thème de notre première saison. De tous ses oratorios,  Israël en Égypte  n’est dépassé que par Le Messie pour ce qui est de la puissance dramatique. Il n’est qu’à écouter ces chœurs qui donnent vie à l’intrigue en faisant entendre grêlons, éclairs, bourdonnements de mouches et sauts de grenouilles. Faire l’expérience de cette musique en concert, c’est s’immerger au cœur de l’action. Un récit visionnaire et une musique qui déborde de vie !

ME. 19 MAI 20h Le mot du directeur musical

Israël en Égypte

NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER

THOMAS HENGELBROCK

L E V O YA G E U R

SYMPHONIQUE

Mahler Chamber Orchestra

A

TARIF

MAHLER CHAMBER ORCHESTRA Leif Ove Andsnes

MOZART MOMENTUM 1786 : Wolfgang Amadeus Mozart Ouverture des Noces de Figaro, KV 492 Concerto pour piano n° 23, en la majeur, KV 488 Symphonie n° 38, en ré majeur, KV 504,«Prague» Concerto pour piano n° 24, en ut mineur, KV 491 Mahler Chamber Orchestra Leif Ove Andsnes piano et direction

Quatre partitions jubilatoires nées au cours de la formidable année 1786, un orchestre de chambre d’une souplesse et d’une beauté idéales, et l’un des pianistes les plus sensibles et les plus enthousiasmants de notre temps : ce concert s’annonce comme un hommage éblouissant au génie du divin Mozart.

Si ces partitions au programme de ce concert possèdent des numéros de catalogue Köchel (KV) relativement proches, ce n’est pas le fruit du hasard : elles ont toutes quatre vu le jour en cette année 1786, où Mozart, âgé de trente ans, composa son premier opéra en collaboration avec Lorenzo Da Ponte : Les Noces de Figaro, qui rencontra un succès retentissant à Vienne. Pourtant, quoi de commun entre l’étincelante ouverture de cet ouvrage si plein de vitalité et le déchirant mouvement lent du Vingt-troisième Concerto, comme une douce berceuse de la mort ? Toute la richesse du génie mozartien est saisie dans ce passionnant instantané photographique d’une vie entière de création. L’année 1786 est également celle du premier grand succès international de Mozart : la reprise triomphale des Noces à Prague, après les premières représentations

viennoises, et la commande d’un nouvel opéra – ce sera Don Giovanni. En remerciement, Mozart offre à la capitale bohémienne sa Trente-huitième Symphonie, où la légèreté des Noces s’infléchit au contact de la majesté terrifiante de Don Giovanni. Pour défendre cette musique dans toute la finesse de son détail, dans toute la variété de ses affects, quel meilleur ensemble que le Mahler Chamber Orchestra ? Fondé en 1997 par Claudio Abbado, rassemblant 45 musiciens issus de 20 pays, le MCO est un ensemble nomade animé par une seule volonté : partager des expériences musicales exceptionnelles avec les publics du monde entier. Mais plus encore est-ce peut-être vers le piano de Leif Ove Andsnes qu’il faut se précipiter : le pianiste norvégien est l’une des plus belles âmes musicales du moment, et un absolu magicien du son.

Le + : Rencontre d’après-concert avec Leif Ove Andsnes (30 min). Atrium, entrée libre.

77


SA. 22 MAI 18h

MA. 25 MAI 20h

CINÉ-CONCERT

RÉCITAL

Faust

C

TARIF

FAUST

Orchestre national de Lyon

JE. 20 MAI 20h SYMPHONIQUE

Philharmonique de Radio France

Friedrich Wilhelm Murnau Faust, une légende allemande [Faust – Eine deutsche Volkssage] Allemagne, 1926, noir et blanc, muet / avec Gösta Ekman Sr., Emil Jannings, Camilla Horn, Yvette Guilbert [1h47] Musique de Timothy Brock

B

TARIF

Orchestre national de Lyon Timothy Brock direction

PHILHARMONIQUE DE RADIO FRANCE Wagner / Bruckner Richard Wagner Wesendonck-Lieder Anton Bruckner Symphonie n° 3, en ré mineur Orchestre philharmonique de Radio France Marek Janowski direction Iwona Sobotka mezzo-soprano

Un an après son succès sous la direction de Philippe Herreweghe, l’Orchestre philharmonique de Radio France revient à l’Auditorium de Lyon en compagnie de Marek Janowski, qui en a fait l’une des meilleures phalanges françaises pour entrer dans le xxie siècle.

Directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Radio France de 1984 à 2000, Marek Janowski en a façonné le son et le répertoire et en a fait la formation d’excellence qu’elle n’a plus cessé d’être. «Je sais que j’ai un nez pour la pulsation de la musique de Wagner», 78

affirmait le chef après avoir fait ses armes à la tête des grands orchestres germaniques. Au Philhar’, il a offert son premier Ring de Wagner – un monument qu’il a dirigé au Festival de Bayreuth et enregistré avec la Staatskapelle de Dresde. Orchestre et chef nagent donc en eau familière dans ce programme éminemment wagnérien ; la Polonaise Iwona Sobotka – plus jeune chanteuse à avoir remporté le Concours ReineÉlisabeth – y est la soliste des sensuels WesendonckLieder, avant la Troisième Symphonie, surnommée «Wagner-Symphonie», que Bruckner dédia «avec le plus grand respect» au maître de Bayreuth.

Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

Adaptation du poème de Goethe, Faust est un fleuron du cinéma expressionniste allemand. Il est accompagné en musique par l’Orchestre national de Lyon et Timothy Brock, qui dirige une partition de sa composition.

Sir András Schiff

B

TARIF

SIR ANDRÁS SCHIFF Bach / Beethoven

Johann Sebastian Bach Fantaisie chromatique et Fugue en ré mineur Ludwig van Beethoven Sonate pour piano n° 17, «La Tempête» Johann Sebastian Bach Capriccio sopra la lontananza del suo fratello dilettissimo Ludwig van Beethoven Sonate n° 26, «Les Adieux» Johann Sebastian Bach «Ricercare à trois voix» de L’Offrande musicale Ludwig van Beethoven Sonate n° 32, op. 111 Sir András Schiff piano

Désespéré de voir que sa science ne suffit pas à sauver sa ville natale de la peste, le docteur Faust signe avec le diable un pacte fatal… Dernier film allemand de Murnau, qui partit ensuite pour les États-Unis (où il tourna, l’année suivante, L’Aurore), Faust brasse plusieurs sources dans un grand élan visionnaire, entremêlant références picturales (Böcklin, Rembrandt, Gustave Doré, …), clairsobscurs expressionnistes et effluves de romantismes wagnériens. Effets spéciaux, décors, lumières : la perfection technique de ce film fascina Éric Rohmer, qui lui consacra un long essai. Petit bonus : c’est Yvette Guilbert, l’immortelle interprète de Madame Arthur, qui tient le rôle de Marthe. La musique de Timothy Brock, invité régulier de l’Orchestre national de Lyon et des plus grands orchestres, porte ce film mystique et ténébreux de près de deux heures et nous plonge dans cette fable captivante, pierre angulaire de l’expressionnisme allemand.

Bach et Beethoven en miroir, ce sont des tempêtes et des adieux, des contrepoints vertigineux et des inventions inouïes, de subtils jeux de reflets ; un programme passionnant, dans lequel on reconnaît bien la patte de Sir András Schiff.

En partenariat avec l’Institut Lumière. Le + : Propos d’avant-concert à 17h (30 min). Atrium, entrée libre.

En partenariat avec Les Grands Interprètes. Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

À propos de Bach, Beethoven aurait suggéré que «ce n’est pas Bach [ruisseau] mais Meer [mer] qu’il faut l’appeler, à cause de son infinie richesse, inépuisable en combinaisons sonores et en harmonies». Aujourd’hui, on rapproche plutôt les deux compositeurs parce que tous deux incarnent à la fois un point d’orgue de la musique germanique et une formidable ouverture vers l’avenir. Ce que Bach a fait pour les sautereaux du clavecin, Beethoven l’a fait pour les marteaux du piano. Sous les doigts de Sir András Schiff, tous deux se retrouvent dans la fantaisie des formes, la densité du propos, la jouissance du son. Vingt ans séparent la mort de l’un et la naissance de l’autre. Presque rien et pourtant beaucoup.

79


VE. 28 MAI 20h SA. 29 MAI 18h

DI. 30 MAI 11h

LU. 31 MAI 20h

SYMPHONIQUE

MUSIQUE DE CHAMBRE

RÉCITAL

Beethoven / Sibelius

B

TARIF

BEETHOVEN SIBELIUS

Benjamin Grosvenor Camille Pépin La Source d’Yggdrasil Ludwig van Beethoven Concerto pour piano n° 3, en ut mineur Jean Sibelius Symphonie n° 2, en ré majeur Orchestre national de Lyon Ben Glassberg direction Benjamin Grosvenor piano

Benjamin Grosvenor a fait ses débuts à l’Auditorium en janvier 2019 dans un saisissant concerto de Saint-Saëns ; avec Ben Glassberg, chef invité associé de l’Orchestre national de Lyon, il représente une nouvelle génération incroyablement talentueuse.

Lors de leurs débuts respectifs à l’Auditorium de Lyon, le public a été pareillement conquis. Amis dans la vie – ils sont issus tous deux de la Royal Academy of Music de Londres –, Benjamin Grosvenor et Ben Glasberg partagent leur enthousiasme et leur amour de la musique dans le Troisième Concerto de Beethoven, le plus orageux et le plus lyrique des cinq, doté d’un Largo central d’une exquise poésie. La Deuxième Symphonie de Sibelius puise sa force tellurique dans les immensités de la nature finlandaise et le panthéisme du Kalevala, la saga nationale finnoise. Jeune compositrice auréolée de sa récente Victoire de la musique (février 2020), Camille Pépin puise elle aussi dans la mythologie scandinave. Elle s’abreuve à La Source d’Yggdrasil, dessinant cet arbre mythique, pilier de l’univers, «symbole de la lutte perpétuelle entre les forces de vie et les puissances destructrices», qui relie le monde du ciel et des dieux, celui des hommes et de la guerre, et celui, souterrain, des morts. Le + : Propos d’avant-concert le vendredi à 19h, le samedi à 17h (30 min). Atrium, entrée libre.

80

Quintettes

D

TARIF

QUINTETTES Musiciens de l’ONL

Ludwig van Beethoven Quintette à cordes en ut majeur Johannes Brahms Quintette à cordes n° 2, en sol majeur Musiciens de l’Orchestre national de Lyon : Léonie Delaune et Ludovic Lantner violon – Marc-Antoine Bier et Claire-Hélène Rignol alto – Tomomi Hirano violoncelle

À cinq plutôt qu’à quatre, un second alto venant renforcer le traditionnel quatuor à cordes, la musique de chambre acquiert une densité particulière. C’est un véritable orage qui éclate dans le finale de Beethoven, tandis que Brahms dit sereinement adieu à la composition.

Si, dans le mouvement lent de son quintette, Beethoven se tourne vers son aîné Mozart, le finale surprend par ses tremblements et ses tourbillons de doubles croches, qui lui ont valu parfois le surnom de «Tempête». Tout le contraire du Second Quintette de Brahms, dans lequel le vieux compositeur voyait le terme paisible de sa carrière : «Avec ceci, vous pouvez dire adieu à ma musique», annonça-t-il à son éditeur. L’œuvre souleva l’enthousiasme du sévère critique viennois Eduard Hanslick, qui en salua «la généreuse et splendide solidité de facture, l’intensité expressive et l’admirable concision de la forme», tandis qu’une élève de Brahms entendait dans cette partition crépusculaire «l’œuvre d’un homme de 30 ans».

Nathan Laube

D

TARIF

NATHAN LAUBE

Liszt / Wagner Richard Wagner Ouverture de Tannhäuser* Franz Liszt «Funérailles», extrait des Harmonies poétiques et religieuses* Karol Beffa Œuvre nouvelle Franz Liszt Sonate pour piano en si mineur* Nathan Laube orgue * Arrangements de Nathan Laube

Prodigieux virtuose, le jeune Américain Nathan Laube fait ses débuts lyonnais dans un programme propre à exalter la palette sonore et la puissance de l’orgue de l’Auditorium.

Philharmonie de Berlin, Konzerthaus de Vienne, Philharmonie de l’Elbe à Hambourg, cathédrale Notre-Dame de Paris, Royal Festival Hall de Londres, et bien sûr toutes les grandes salles des États-Unis ou d’Asie : Nathan Laube aime la compagnie des orgues les plus imposants, qui le lui rendent bien. Aux commandes de ces réservoirs presque infinis de couleurs et de puissance, il peut se livrer à l’un de ses exercices favoris : la transcription. Ou comment rendre à l’orgue la complexité compositionnelle et la richesse sonore d’un orchestre symphonique. Homme de défis, il relève également celui de traduire sur l’instrument à tuyaux l’un des monuments absolus du répertoire pianistique, la Sonate en si mineur de Liszt. Qu’il fasse déferler la sensualité de Tannhäuser, qu’il donne une grandeur orchestrale aux poignantes Funérailles ou qu’il s’approprie la virtuosité démoniaque de la Sonate en si mineur, Nathan Laube se résume toujours au même adjectif : époustouflant.

Le + : Propos d’avant-concert à 19h (30 min). Atrium, entrée libre.

81


Schumann

E

TARIF

Nikolaj Szeps-Znaider Marie-Ange Nguci Frédéric Chopin Concerto pour piano n° 1, en mi mineur Robert Schumann Symphonie n° 3, en mi bémol majeur, «Rhénane»

SCHUMANN

Musiciens de l’ONL Robert Schumann L’Amour et la Vie d’une femme (arrangement pour quatuor à cordes de Pierre Thibout) Robert Schumann Quintette avec piano en mi bémol majeur Musiciens de l’Orchestre national de Lyon : Tamiko Kobayashi et Yaël Lalande violon – Seungeun Lee alto – Philippe Silvestre de Sacy violoncelle – Pierre Thibout piano Brenda Poupard chant

Des joyaux dignes d’un anneau nuptial : tels sont L’Amour et la Vie d’une femme et le Quintette offerts par Robert Schumann à sa chère Clara. Dans chaque mélodie, le puissant élan de l’amour ; dans le quintette, la passion renouvelée après deux ans de mariage. Une histoire d’amour follement romantique.

Deux mois avant d’épouser Clara Wieck, Robert Schumann lui rend un magnifique hommage dans son cycle de lieder L’Amour et la Vie d’une femme : les poèmes de Chamisso disent la naissance de l’amour, les fiançailles et le mariage, la nuit de noces et la maternité, mais aussi le deuil. Durant l’été 1842, il compose le quintette, aussitôt dédié à Clara, qui en assure la première exécution publique à Leipzig. Peut-être Schumann a-t-il voulu, dans cette nouvelle pièce, se faire pardonner quelque chose ; n’a-t-il pas reproché à la jeune femme d’avoir délaissé le foyer pour partir en tournée ? L’amour est là, entier avec ses merveilles et ses contraintes. Il a besoin d’elle, mais elle doit mettre la musique entre parenthèses. Ensemble, lieder et quintette forment un petit bout de récit conjugal. Le quintette parle au masculin, les lieder au féminin. Une histoire de famille ponctuée de grands bonheurs et de grandes douleurs. Une vie.

82

Orchestre national de Lyon Nikolaj Szeps-Znaider direction Marie-Ange Nguci piano

Le romantisme déferle dans toute sa passion, son lyrisme, son mystère dans ce programme qui permet d’accueillir pour la première fois à l’Auditorium une jeune pianiste au talent sidérant, Marie-Ange Nguci.

S’il fallait une musique pour symboliser la beauté grandiose du Rhin, ce serait le début de la Rhénane. Cette symphonie traduit la majesté du fleuve autant que le mystère des légendes nées à ses abords ou les vives couleurs projetées à travers les vitraux de la cathédrale de Cologne. L’âme polonaise imbibe au plus profond la musique de Chopin. Pour traduire la fièvre du Premier Concerto, nous accueillons l’un des talents les plus accomplis et les plus singuliers de la jeune génération en la personne de Marie-Ange Nguci. Une pianiste dont le tempérament et l’intelligence musicale ont conquis Nikolaj SzepsZnaider à la première écoute.

“Sur le R h i n”

Le mot du directeur musical

EXPRESSO

L E V O YA G E U R

CHOPIN SCHUMANN

NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER

VE. 4 JUIN 15h

Schumann fut un visionnaire, ni plus ni moins. Évoluant au carrefour des musiques et des peuples d’Europe centrale, il est le successeur direct de Beethoven et s’est fait le champion du jeune Brahms. Comme critique musical, il a également scruté et commenté la musique de ses congénères, et on lui doit ce commentaire prophétique sur Chopin : «Chapeau bas, messieurs  ! Un génie.» C’est pourtant sa propre Troisième Symphonie qui constitue le point culminant de ce programme. La Rhénane déborde de passion et de puissance, tout en déployant un lyrisme irrésistible. L’Adagio à lui seul est un petit miracle.

Le + : Propos d’avant-concert à 17h (30 min).Atrium, entrée libre.

SA. 5 JUIN 18h SYMPHONIQUE

Chopin / Schumann

B

TARIF

83


“Un voyage s a n s f i n” À l’origine du Vaisseau fantôme se trouve un périple qui fut déjà en lui-même épique. En poste à Riga, Wagner y avait accumulé tant de dettes qu’il décida de prendre la poudre d’escampette. Las, le bateau sur lequel le jeune compositeur prit la fuite essuya une terrible tempête et fut contraint de se réfugier dans un fjord norvégien. Le voyage pour Londres dura finalement trois semaines, et il aurait inspiré la scène de la tempête dans l’opéra. Ces deux représentations du Vaisseau fantôme forment l’acmé de notre première saison, tout en ouvrant la voie aux saisons à venir : l’opéra deviendra en effet un rendez-vous annuel majeur de notre programmation, dans des scénographies conçues spécialement pour l'Auditorium-Orchestre national de Lyon. L’ ouvrage de Wagner raconte l’histoire d’un voilier fantôme condamné à errer sur les mers pour l’éternité. Il traduit donc l’idée d’un voyage sans fin. Une idée qui trouve écho en chacun de nous, car nous vivons tous nos vies sans savoir où nos voyages individuels nous porteront ! Cet opéra séduit à plusieurs titres. Intellectuellement, parce que l’œuvre de Wagner représente une révolution complète dans l’histoire de la musique  ; mais aussi et surtout émotionnellement, parce que sa musique offre une expérience si intense qu’elle devient addictive. Elle est emplie de force, de vie et de passion. Elle vous saisit et ne vous lâche plus.

Le mot du directeur musical

NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER

L E V O YA G E U R

VE. 11 JUIN 20h DI. 13 JUIN 16h OPÉRA

Le Vaisseau fantôme

A

TARIF

LE VAISSEAU FANTÔME Nikolaj Szeps-Znaider Richard Wagner Le Vaisseau fantôme Orchestre national de Lyon Spirito (préparation Nicole Corti) Jeune Chœur symphonique (préparation Pascal Adoumbou et Tanguy Bouvet) Nikolaj Szeps-Znaider direction Juliette Deschamps mise en espace Emily Magee soprano (Senta) Egils Silins basse (le Hollandais) Peter Seiffert ténor (Erik) Stephen Milling basse (Daland) Michal Doron mezzo-soprano (Mary)

Avec son quatrième opéra, Le Vaisseau fantôme, Wagner s’éloigne de l’héritage de Spohr et Weber et trouve sa voie propre, offrant à l’orchestre un rôle primordial. Les instruments déferlent dès la célèbre ouverture, que Nikolaj Szeps-Znaider a fait entendre dans le concert d’ouverture de la saison (voir p. 15). Ainsi se referme, en majesté, le grand arc formé par cette saison 2020/2021 autour du thème du Voyageur.

«C’est Sandvike ! Je connais bien cette baie», s’exclame le cupide Daland au début de l’acte I du Vaisseau fantôme. Une référence au fjord norvégien où avait dû se réfugier le bateau sur lequel Wagner fuyait Riga. Auteur du livret de son quatrième opéra, Wagner avait tout le loisir de se faire des clins d’œil à lui-même. Mais cette référence souligne surtout à quel point l’épisode de la tempête infléchit la composition de l’opéra : «Le passage des récifs norvégiens exerça une impression extraordinaire sur mon imagination ; la légende du Hollandais volant, que je pus vérifier de la bouche des marins, prit une couleur particulière, étrange que seules mes aventures maritimes pouvaient lui avoir donnée.» Le Vaisseau fantôme ouvre la voie aux opéras de maturité. Le thème de la rédemption par l’amour (le sacrifice de Senta délivrant le Hollandais de la malédiction qui l’oblige à l’errance) deviendra un sujet récurrent dans les ouvrages ultérieurs. Dès la somptueuse ouverture, l’orchestre enveloppe et porte les voix comme dans aucun opéra auparavant, tantôt flots déchaînés, tantôt tapis mystérieux. De quoi sublimer le plateau vocal de haute volée, constitué de piliers du Festival de Bayreuth.

Nouvelle production Auditorium-Orchestre national de Lyon. Concert proposé dans l’Abonnement du Chef (voir p. 120). Le + : Propos d’avant-concert le vendredi à 19h, le dimanche à 15h (30 min). Atrium, entrée libre.

84

85


VE. 18 JUIN 19h

SA. 19 JUIN 15h et 18h

PROJET PÉDAGOGIQUE

JEUNE PUBLIC – DÈS 5 ANS

Orchestre Démos Lyon Métropole

GRATUIT

Peter Pan

ORCHESTRE DÉMOS LYON MÉTROPOLE Concert final

86

TARIF

PETER PAN Conte musical Peter Pan Adaptation d’Éric Herbette Musique d’Olivier Penard Orchestre national de Lyon NN direction NN comédien

Orchestre Démos Lyon Métropole Orchestre national de Lyon

Déployé depuis octobre 2017 par l’AuditoriumOrchestre national de Lyon sur le territoire de la Métropole de Lyon, Démos (Dispositif d’éducation musicale et orchestre à vocation sociale) est un projet de démocratisation culturelle s’adressant à des enfants de 7 à 12 ans, issus de quartiers relevant de la politique de la ville (QPV) ou de zones de revitalisation rurale (ZRR) et n’ayant jamais pratiqué la musique. Il s’attache à favoriser l’accès à la musique classique par la pratique instrumentale en orchestre. Le dispositif doit sa réussite notamment à un encadrement éducatif adapté, à la coopération entre acteurs de la culture et du champ social et au développement d’une pédagogie collective spécifique. Démos fête cette année son dixième anniversaire, confirmant ainsi la pertinence du projet et sa pérennité. Fort de cette expertise et de l’expérimentation déclinée ces trois dernières saisons avec les communes de Bron, Décines-Charpieu, Givors, Lyon, Vaulx-en-Velin, l’Auditorium-Orchestre national de Lyon renouvèle son engagement, avec ses partenaires, pour permettre à 105 nouveaux instrumentistes d’intégrer un cycle

JP

d’apprentissage de trois ans. Ce concert, partagé avec les musiciens de l’Orchestre national de Lyon, clôt cette première année d’apprentissage de la musique en orchestre pour nos jeunes musiciens.

Démos est un projet lancé et coordonné par la Cité de la musique – Philharmonie de Paris. Il trouve sa force dans un réseau solide de partenaires. Outre l’engagement des collectivités territoriales partenaires, il est soutenu à l’échelle métropolitaine par la Préfecture du Rhône, la Métropole de Lyon, la Caisse d’allocations familiales du Rhône et la Fondation philharmonique-Cercle des mécènes de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon, et ses mécènes. Sa mise en œuvre est également rendue possible par l’implication et le soutien financier de l’État (ministères de la Culture, de la Cohésion des territoires via l’ANCT, de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, des Outre-mer), de la Ville de Paris, de l’Union européenne, des Caisses d’allocations familiales, de la Fondation Éducation contre le racisme de Lilian Thuram, du Mécénat musical Société générale (grand mécène fondateur), de la Fondation Daniel et Nina Carasso, de la Fondation Total (mécènes principaux), de la Fondation Résidences & Solidarités (grand mécène bienfaiteur), de Bpifrance (grand mécène ambassadeur), de la Fondation SNCF et de The EHA Foundation (grands mécènes historiques) et de ses plus de 3 600 donateurs, grands donateurs, entreprises ou fondations mécènes qui se sont mobilisés pour le projet.

Gratuit, réservation à partir du 18 mai 2021 sur auditorium-lyon.com.

Peter Pan est un petit garçon bien étrange. Il ne connaît pas son âge et ignore beaucoup de choses, par exemple ce qu’est un baiser. Un jour, il rend visite à une jeune fille, Wendy, au cœur de Londres. Elle est intriguée par ce petit bonhomme accompagné d’une lumière tintinnabulante nommée Clochette. D’où vient-il donc ? «Je me suis enfui le jour de ma naissance, répond Peter Pan. Je ne veux pas devenir adulte, alors, depuis ce moment, je vis au pays des fées…» Wendy et ses deux frères n’hésiteront pas longtemps avant de suivre Peter Pan et Clochette au pays de l’Imaginaire… au risque de croiser le redoutable Capitaine Crochet, l’ennemi juré de Peter ! Le roman de James Matthew Barrie Peter et Wendy (1911) a suscité de nombreuses adaptations, la plus célèbre restant celle des Studios Disney qui, en 1953, a fait la gloire du personnage qui refuse de grandir. Pour le centenaire du roman, Olivier Penard a créé ce spectacle plébiscité par le public, devenu ensuite un livre-disque tout aussi apprécié. Pleine de fraîcheur et d’invention, la musique y pare magnifiquement le texte original, adapté pour le jeune public.

87


VE. 25 JUIN 20h SA. 26 JUIN 20h

MA. 29 JUIN 20h

MUSIQUES ACTUELLES

PROJET PÉDAGOGIQUE

Rone

Les Chantiers de la création musicale

G

TARIF

RONE

Avec l’Orchestre national de Lyon

En quelques disques, Rone s’est imposé comme une figure majeure de la scène électronique française. Avide de rencontres et d’expériences artistiques, il a marié ses beats avec des imaginaires de romanciers (Alain Damasio), de chorégraphes (La Horde), de compositeurs classiques (Benjamin Britten) et de réalisateurs de cinéma (Frédéric Farrucci). D’Étienne Daho à The National, nombreux sont les artistes qui l’invitent à remixer ou produire certains de leurs titres. L’originalité de ses productions et sa culture musicale lui confèrent une place à part dans le 88

LES CHANTIERS DE LA CRÉATION MUSICALE Projet pédagogique

Rone Orchestre national de Lyon

Le bouillonnant Rone présente sa première création électro-symphonique en compagnie de l’Orchestre national de Lyon.

GRATUIT

paysage musical : adoubé par des pairs tels que JeanMichel Jarre, il sait aussi amener un nouveau public vers l’électro. Après un concert remarqué à la Philharmonie de Paris et une première composition avec orchestre, née de sa collaboration avec le compositeur et orchestrateur Romain Allender, il offre aujourd’hui son univers musical au dialogue avec un orchestre symphonique pour un concert entre nouveautés et relectures orchestrales de ses titres marquants. Nouvelle production Auditorium-Orchestre national de Lyon, avec Décibels Productions. Concert en vente à partir de juillet 2020.

Les Chantiers de la création musicale mettent la pratique collective et la découverte de l’univers de l’orchestre au cœur d’un projet au long cours, en partenariat avec le Conservatoire à rayonnement régional (CRR) de Lyon, la Ville de Lyon et l’Inspection académique du Rhône.

Cent cinquante enfants issus de trois écoles élémentaires de la Ville de Lyon sont embarqués dans un processus de création musicale aux côtés d’un compositeur. Un thème, fil conducteur de la composition musicale, est défini en début de projet par l’ensemble des participants. Plusieurs grands rendez-vous jalonnent ensuite l’année : rencontres, échanges et travail régulier avec le compositeur, séances de travail avec des musiciens de l’Orchestre national de Lyon… Pas à pas, le spectacle

s’imagine, s’écrit, se perfectionne, pour prendre vie sur la scène de l’Auditorium de Lyon. Ce spectacle est le fruit d’une année de travail, où les idées des enfants ont nourri celles du compositeur pour créer une partition commune. Chant, danse, scénographie, création se mêlent à la musique dans un spectacle à la croisée des arts. Un chemin de création où les enfants, emmenés par le compositeur, les enseignants, les musiciens intervenants du conservatoire et les musiciens de l’Orchestre national de Lyon, deviennent, le temps d’une année, de véritables artistes. Gratuit, réservation à partir du 28 mai 2021 sur auditorium-lyon.com. En partenariat avec le Conservatoire à rayonnement régional de Lyon, la Ville de Lyon et l’Inspection académique du Rhône.

89


Au-delà des nombreux concerts qu’il donne à l’Auditorium, l’Orchestre national de Lyon rayonnera à nouveau sur les plus grandes scènes internationales, tout en maintenant une forte présence sur le territoire national et particulièrement en région Auvergne-Rhône-Alpes.

FESTIVALS D’ÉTÉ 2020

SAISON 2020/2021

TOURNÉE EN EUROPE

Lyon (69) Les Nuits de Fourvière

Clermont-Ferrand (63) Opéra-Théâtre

– 2 juillet [Beethoven, Symphonie n° 9]

– 30 octobre [Rachmaninov, Tchaïkovski]

Amsterdam, Heilbronn, Bregenz, Liège, Mannheim, Wuppertal, Viersen, Eindhoven, Essen, Francfort

Vichy (03) Opéra

Lyon (69) Les Subs

– 14 juillet [Airs et extraits d’opéras français et italiens]

Journées européennes du patrimoine – 19 septembre

Saint-Tropez (83) Les Nuits du château de la Moutte

– 23 juillet, place des Lices Avec Yuja Wang et Gautier Capuçon La Côte-Saint-André (38) Festival Berlioz

– 21 août [Berlioz, L’Enfance du Christ] Avec Spirito et John Nelson

Oullins (69) Théâtre de La Renaissance

– 10 novembre [Brahms, Beethoven] Paris (75) Philharmonie

– Du 21 avril au 10 mai 2021 [Saint-Saëns, Poulenc, Mendelssohn, Tchaïkovski, Ravel, Berlioz] Orchestre national de Lyon Nikolaj Szeps-Znaider direction Arthur et Lucas Jussen piano

AUTOUR DES CONCERTS

LES CONCERTS HORS LES MURS

– 18 février [Schumann, Grieg, Strauss] Caluire (69) Radiant-Bellevue

– 31 mars [Musiques klezmer] Grenoble (38) MC2 Grenoble – 3 juin 

[Chopin, Schumann]

90

91


LES ATELIERS SONORES Découvrir et pratiquer la musique ensemble

S’accorder une pause en chantant, réviser ses classiques, nourrir sa curiosité, s’éveiller, faire l’expérience de la musique en groupe et découvrir ce que peut nous apporter sa pratique : voici ce que proposent les Ateliers sonores, conçus sur mesure pour les passionnés et les curieux, à chaque âge de la vie !

ADULTES LE VENDREDI À 12H30 pour une pause-déjeuner en musique !

LE MERCREDI À 18H30 pour s’aérer l’esprit après le travail !

La voix dans tous ses états

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur…

Connaissez-vous si bien votre voix ? Parlée ou chantée, votre voix s’exprime de multiples façons. Mieux la maîtriser peut vous aider au quotidien ou dans votre vie professionnelle. Session de 3 séances d’1 heure – 45 €

Vous avez besoin d’une petite mise à jour de vos connaissances en musique ? Nous vous proposons d’aborder ensemble toute une série de sujets passionnants, avec humour et décontraction. Nul besoin d’être musicien, nous proposons une approche tout en douceur. Session thématique de 3 séances d’1h30 – 60 €

Session 1 : 6 nov. / 13 nov. / 20 nov. Session 2 : 26 mars / 2 avr. / 9 avr.

Tapez fort ! – Atelier percussions

Venez faire le plein d’énergie et ressentir tout le plaisir de jouer ensemble grâce à cet atelier de pratique collective autour de la percussion. Session de 3 séances d’1 heure – 45 € Session 1 : 2 oct. / 9 oct. / 16 oct. Session 2 : 26 fév. / 5 mars / 12 mars

Tous en chœur – Atelier chant

En abordant toutes les musiques, ces ateliers n’ont d’autre but que de proposer une approche ludique, énergique et collective du chant. Ouvert à tous et surtout aux débutants ! Session de 3 séances d’1 heure – 45 € Session 1 : 20 nov. / 27 nov. / 4 déc. Session 2 : 30 avr. / 7 mai / 21 mai

30 sept. / 7 oct. / 14 oct. : Baroque, l’exemple de Bach 2 déc. / 9 déc. / 16 déc. : Beethoven, classique ou romantique ? 24 fév. / 3 mars / 10 mars : À chaque nation son style ! 28 avr. / 5 mai / 12 mai : Wagner, vers la fin de la tonalité

Nouveau ! Les apéros de l’Audito

Et si nous prenions le temps de discuter ensemble ? Nous avons imaginé ces nouveaux rendez-vous comme autant de soirées entre amis. Venez débattre autour d’un verre ! Séance thématique unique d’1h30 – 6 € 4 nov. : Doit-on comprendre la musique pour l’aimer ? 27 janv. : Beethoven a-t-il de l’avenir ? 7 avr. : La musique doit-elle être belle ?

La Commune vous propose une formule apéritive en vente sur place ou à réserver sur contact.auditorium@lacommune.co.

EN FAMILLE Faites le buzz en famille

Un atelier parents/enfants dédié à la découverte des cuivres et des percussions. Chaque participant choisit son instrument, le prend en main et apprend les bases de l’émission du son. Un temps d’improvisation collective clôt cet atelier. Dès 7 ans / Séance unique d’1h45 Le samedi à 10h – 14 nov. / 30 janv. / 27 mars / 29 mai Adulte : 16 € / moins de 12 ans : 8 €

Préparation au concert participatif À vos instruments !

Cet atelier est proposé à tous ceux qui souhaitent préparer activement leur participation au concert À vos instruments ! (voir p. 61). Rendez-vous pour deux heures de répétition et de coaching avec des musiciens de l’ONL. Dès 7 ans / Séance unique de 2 heures Le samedi 13 mars à 10h Adulte : 16 € / moins de 12 ans : 8 €

ENFANTS ET ADOS Nouveau ! Concerts pour les bébés

Tapez fort ! – Atelier percussion

L’Auditorium-Orchestre national de Lyon associe trois solistes de renommée internationale à sa programmation pour les tout-petits. Résultat : trois mini-concerts, trois rencontres exceptionnelles avec des artistes de haut vol et leurs instruments, trois moments uniques à partager avec votre enfant. Dès la naissance / 30 minutes Le mercredi à 16h – 15 € par binôme adulte/enfant Dates communiquées ultérieurement.

Venez faire le plein d’énergie et ressentir tout le plaisir de jouer ensemble grâce à cet atelier de pratique collective autour de la percussion. 5 ans > 7 ans / Session de 3 séances d’1 heure Le mercredi à 14h – 45 € par enfant

Éveil musical et sensoriel

Cet atelier permet une initiation sensorielle à la musique : écoute, comptines et manipulation d’objets sonores et instruments. 3 mois > 3 ans / Session de 3 séances de 30 minutes Le mercredi à 10h – 45 € par binôme adulte/enfant 3 ans > 5 ans / Session de 3 séances de 45 minutes Le mercredi à 11h – 45 € par enfant Session 1 : 30 sept. / 7 oct. / 14 oct. Session 2 : 4 nov. / 18 nov. / 25 nov. Session 3 : 2 déc. / 9 déc. / 16 déc. Session 4 : 6 janv. / 13 janv. / 20 janv. Session 5 : 24 fév. / 3 mars / 10 mars Session 6 : 17 mars / 24 mars / 31 mars Session 7 : 28 avr. / 5 mai / 12 mai Session 8 : 19 mai / 26 mai / 2 juin

Session 1 : 30 sept. / 7 oct. / 14 oct. Session 2 : 2 déc. / 9 déc. / 16 déc.

8 ans > 10 ans / Session de 3 séances d’1 heure Le mercredi à 14h – 45 € par enfant Session 1 : 13 janv. / 20 janv. / 27 janv. Session 2 : 17 mars / 24 mars / 31 mars

Monte le son ! – Atelier chant pour ados

Imaginés pour tous les jeunes qui désirent mieux connaître leur voix, cet atelier propose une approche ludique et active du chant, tout en abordant ses principes fondamentaux, avec quelques clefs pour se lancer ! 10 ans > 12 ans / Session de 4 séances d’1h30 Le mercredi à 16h – 64 € par enfant Session 1 : 23 sept. / 30 sept. / 7 oct. / 14 oct. Session 2 : 25 nov. / 2 déc. / 9 déc. / 16 déc.

12 ans > 14 ans / Session de 4 séances d’1h30 Le mercredi à 16h – 64 € par enfant

Session 1 : 13 janv. / 20 janv. / 27 janv. / 3 fév. Session 2 : 17 mars / 24 mars / 31 mars / 7 avr.

Informations et réservations à partir du 11 juin 2020 sur auditorium-lyon.com. 92

93


JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE Sa. 19 sept. 13h > 18h

Pendant que les musiciens de l’Orchestre national de Lyon investissent la ville (voir p. 16), l’Auditorium de Lyon, bâtiment labellisé Patrimoine du xxe siècle, vous ouvre ses portes. Découvrez l’envers du décor en suivant un parcours ludique et adapté à tous les âges, l’occasion unique d’accéder à certaines parties techniques inaccessibles le reste de l’année ! Entrée libre, dans la limite des places disponibles.

VISITES Pour découvrir l’architecture de l’Auditorium de Lyon et la grande salle, des visites sont proposées tout au long de l’année. Le public est guidé dans l’Auditorium pendant une heure et découvre la vie de la salle de concert et de l’orchestre. À noter : les parties techniques de l’Auditorium sont accessibles uniquement lors des Journées européennes du patrimoine. Individuels

Inscriptions à partir de septembre 2020 sur auditoriumlyon.com ou auprès de la billetterie. Sa. 6 fév. 14h Sa. 13 mars 14h Sa. 29 mai 14h

LES + Nous poursuivons cette saison nos trois offres autour des concerts. Les Propos d’avant-concert offrent 30 minutes de présentation du programme musical par des conférenciers ou musicologues, avant la majorité des concerts. Les Petits Concerts sur grand orgue sont des rendezvous de 25 minutes pour retrouver ou découvrir toute la richesse de cet instrument hors norme. Les Rencontres d’après-concert proposent aux spectateurs un échange de 30 minutes avec le soliste ou le chef d’orchestre dans l'Atrium. Retrouvez toutes ces propositions au gré des pages de cette brochure, au-dessous des textes de présentation des concerts.

CONFÉRENCES En partenariat avec la Société philharmonique de Lyon, l’Auditorium-Orchestre national de Lyon propose au cours de sa saison plusieurs rendez-vous avec des musiciens, musicologues et conférenciers. La variété et la richesse de la saison 2020/2021 se reflète dans les thèmes de ces conférences. Les thématiques et dates précises sont à retrouver à partir de septembre 2020 sur auditorium-lyon.com.

30 OCT. – 15 JANV. 12 MARS – 4 JUIN

AFTERWORKS Concerts symphoniques

10 €

Des soirées pas si classiques !

Tarif : 5 € / Gratuit pour les abonnés de l’AuditoriumONL et les membres de la Sophily de Lyon.

Tarif : 6 € par personne Groupes et associations

Les visites de l’Auditorium sont proposées uniquement sur rendez-vous et présentent différents aspects d’une salle de concert : histoire, architecture, acoustique, fonctionnement de la salle et de l’orchestre… Groupe de 20 personnes maximum. Tarif : 60 € par groupe Amilia Perez amilia.perez@mairie-lyon.fr 04 78 95 95 08

18h > 22h #Concert #Food #Drinks #DJ set #ONL En partenariat avec

94

95


QUAND VOUS N’ÊTES PAS AU CONCERT

TV-REPLAY-NETFLIX-YOUTUBE

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT NOTRE APPLICATION

AUDITORIUMORCHESTRE NATIONAL DE LYON

DÉCOUVREZ NOTRE SÉLECTION

97


L’ORCHESTRE NATIONAL DE LYON Nikolaj Szeps-Znaider, directeur musical Biographie

Fort de 104 musiciens permanents, l’Orchestre national de Lyon (ONL) a pour directeur musical Nikolaj SzepsZnaider depuis septembre 2020. Héritier de la Société des Grands Concerts de Lyon, fondée en 1905 par Georges Martin Witkowski, l’ONL est devenu permanent en 1969, sous l’impulsion de l’adjoint à la Culture de la Ville de Lyon, Robert Proton de la Chapelle. Après Louis Frémaux (1969-1971), il a eu pour directeurs musicaux Serge Baudo (1971-1987), Emmanuel Krivine (1987-2000), David Robertson (20002004), Jun Märkl (2005-2011) et Leonard Slatkin (20112017), aujourd’hui directeur musical honoraire. L’ONL a le privilège de répéter et jouer dans une salle qui lui est dédiée, l’Auditorium de Lyon (2100 places).

98

Interprète reconnu de Ravel, Debussy ou Berlioz, l’ONL explore un répertoire éclectique, du xviiie siècle à nos jours. Il passe régulièrement commande à des compositeurs d’aujourd’hui, tels Kaija Saariaho, Thierry Escaich, Guillaume Connesson ou cette saison Brett Dean, compositeur associé. La richesse de son répertoire se reflète dans une vaste discographie, éditée notamment chez Naxos.

Discographie 2012-2020

Pionnier dans ce domaine, l’ONL s’illustre avec brio dans des ciné-concerts, qu’il s’agisse de grandes sagas comme Le Seigneur des anneaux et Star Wars ou de chefsd’œuvre du cinéma muet. Il s’implique dans les actions pédagogiques et la médiation, avec notamment une politique tarifaire forte à l’égard des plus jeunes, des projets ambitieux pour les écoles et les familles, et un nouvel équipement, l’Espace découverte, qui accueille toute l’année des Ateliers sonores. En 2017/2018, l’Auditorium-Orchestre national de Lyon a lancé le projet Démos (Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale) dans la Métropole de Lyon. Au-delà des concerts qu’il donne à l’Auditorium, l’ONL se produit dans les plus grandes salles mondiales. Premier orchestre symphonique européen à s’être produit en Chine, en 1979, il a joué ces derniers mois dans les principales métropoles d’Allemagne (Philharmonie de Berlin, Leipzig, Munich…), de Chine (Pékin, Shanghai, Guangzhou…) et de Russie (Moscou, Saint-Pétersbourg…). Il fait cette saison une tournée en Allemagne, en Autriche et aux Pays-Bas.

Intégrale Maurice Ravel — Symphonique

Vol. 1, 2012 : Alborada del gracioso / Pavane pour une infante défunte / Rapsodie espagnole / Pièce en forme de habanera / Shéhérazade, ouverture de féerie / Menuet antique / Boléro Vol. 2, 2013 : La Valse / Gaspard de la nuit / Valses nobles et sentimentales / Le Tombeau de Couperin Vol. 3, 2016 : Orchestrations : Tableaux d’une exposition – Danse et Sarabande – Menuet pompeux – Carnaval Vol. 4, 2017 : Daphnis et Chloé Vol. 5, 2017 : Antar / Shéhérazade Avec André Dussollier, récitant / Isabelle Druet, mezzosoprano Vol. 6, 2019 : Concertos pour piano / Tzigane Avec François Dumont, piano / Jennifer Gilbert, violon

Les œuvres orchestrales d’Hector Berlioz 2012 : Symphonie fantastique / Le Corsaire 2014 : Harold en Italie / Rêverie et Caprice / Le Carnaval romain / Ouverture de Benvenuto Cellini Avec Lise Berthaud, alto / Giovanni Radivo, violon 2019 : Roméo et Juliette / Ouvertures de Béatrice et Bénédict et Le Roi Lear Saint-Saëns 2015 : Symphonie «avec orgue», Cyprès et Lauriers, Danse macabre Avec Vincent Warnier (orgue)

— Opéra

2015 : L’Enfant et les Sortilèges – Ma Mère l’Oye 2016 : L’Heure espagnole – Don Quichotte à Dulcinée

Sous la direction de Leonard Slatkin – Enregistrement NAXOS

99


LES MUSICIENS DE L’ORCHESTRE NATIONAL DE LYON JENNIFER GILBERT

Violon solo supersoliste PASCAL CHIARI

Violon I

ROMAN ZGORZALEK

Violon I

GIOVANNI RADIVO

Violon solo supersoliste

JACQUES-YVES ROUSSEAU

Premier violon solo

CONSTANTIN CORFU

ANDRÉANE DÉTIENNE

Violon I

Violon I

NN

FLORENT SOUVIGNETKOWALSKI

Violon I

Violon II, premier chef d’attaque

LUDOVIC LANTNER

AUDREY BESSE

YVES CHALAMON

Second violon solo

Violon I

Violon I

ANNABEL FAURITE

SANDRINE HAFFNER

Violon I

Violon I

AMÉLIE CHAUSSADE

MATTHIEU CHASTAGNOL

Violon I

Violoncelle BOTOND KOSTYÁK

VLADIMIR TOMA

PAULINE DEPASSIO

GÉRARD FREY

EVA JANSSENS

YAËL LALANDE

PHILIP LUMBUS

Contrebasse solo

Contrebasse solo

Contrebasse

Contrebasse

Violon I

Violon I

Contrebasse co-soliste

LÉONIE DELAUNE

MARTA SÁNCHEZ GIL

NN

JOCELYN AUBRUN

Contrebasse

Contrebasse

Flûte solo

EMMANUELLE RÉVILLE

Violon II

Seconde flûte

PHILIPPE CAIREYREMONAY

PASCAL ZAMORA

NANS MOREAU

Cor anglais

Clarinette solo

CATHERINE MENNESON

TAMIKO KOBAYASHI

CHARLES CASTELLON

Violon II, premier chef d’attaque

Violon II, second chef d’attaque

Violon II

CLARISSE MOREAU

Hautbois solo CATALINA ESCOBAR

Violon II

ELIAD FLOREA

Violon II

VÉRONIQUE GOURMANEL

Violon II

KAÉ KITAMAKI

JULIEN MALAIT

DIEGO MATTHEY

MAÏWENN MERER

Violon II

Violon II

Violon II

Violon II

OLIVIER MASSOT

Basson solo JULIE ODDOU

Violon II

AURIANNE PHILIPPE

Violon II

SÉBASTIEN PLAYS

BENJAMIN ZEKRI

Violon II

Violon II

CORINNE CONTARDO

JEAN-PASCAL OSWALD

Alto solo

Alto solo

FABRICE LAMARRE

Alto co-soliste

YVES STOCKER

100

CATHERINE BERNOLD

MARC-ANTOINE BIER

VINCENT DEDREUIL-MONET

Alto

Alto

MANUELLE RENAUD

CLAIRE-HÉLÈNE RIGNOL

Alto

Alto

NN

Alto

VINCENT HUGON

SEUNGEUN LEE

CAROLE MILLET

LISE NIQUEUX

Alto

Alto

Alto

Alto

NICOLAS HARTMANN

ÉDOUARD SAPEY-TRIOMPHE

PHILIPPE SILVESTRE DE SACY

Violoncelle solo

Violoncelle solo

Violoncelle co-soliste

STEPHEN ELIASON

VINCENT FALQUE

TOMOMI HIRANO

Violoncelle

Violoncelle

Violoncelle

Second hautbois LOUIS-HERVÉ MATON

Basson solo STÉPHANE GROSSET

GRÉGORY SARRAZIN

Cor grave

MICHEL HAFFNER

FABIEN LAFARGE

Seconde trompette

Trombone solo

CHARLIE MAUSSION

THEMIS BANDINI

Violoncelle

FRANÇOIS APAP

Second basson

Cor grave

Cor aigu

Alto

PIERRE CORDIER

Violoncelle

Trombone solo

STÉPHANE PELEGRI

THIERRY HUTEAU

GUILLAUME ITIER

Second timbalier

Première percussion

Seconde percussion

Flûte solo

NN

JÉRÔME PORTANIER

Violoncelle VINCENT MENNESON

Contrebasse HARMONIE MALTÈRE

Piccolo

NN

Violoncelle

BENOIST NICOLAS

Contrebasse

JÉRÔME GUICHARD

Hautbois solo

FRANÇOIS SAUZEAU

THIERRY MUSSOTTE

LILIAN HARISMENDY

Clarinette solo

Petite clarinette

Clarinette basse

STÉPHANE CORNARD

GABRIEL DAMBRICOURT

GUILLAUME TÉTU

PAUL TANGUY

Contrebasson

Cor solo

Cor solo

Cor aigu

MANON SOUCHARD

SYLVAIN KETELS

CHRISTIAN LÉGER

ARNAUD GEFFRAY

Cor grave

Trompette solo

Trompette solo

Seconde trompette

GUILLAUME DIONNET

Timbalier solo

FRÉDÉRIC BOULAN

MATHIEU DOUCHET

Second trombone

Trombone basse

FRANÇOIS-XAVIER PLANCQUEEL

Claviers solo

Seconde percussion

PIERRE THIBOUT

Tuba solo ÉLÉONORE EULERCABANTOUS

Harpe solo

ADRIEN PINEAU

101


BIOGRAPHIE

NIKOLAJ SZEPSZNAIDER Directeur musical En septembre 2020, Nikolaj Szeps-Znaider devient le septième directeur musical de l’Orchestre national de Lyon. Étape marquante dans une carrière internationale de premier plan, au sein de laquelle la baguette rejoint depuis plusieurs années l’archet.

Après une saison 2019/2020 où se sont déjà écrites de belles pages communes – le concert d’ouverture de saison, une tournée dans les principales salles russes –, Nikolaj Szeps-Znaider prend en 2020/2021 la direction musicale de l’Orchestre national de Lyon. Ce poste est la concrétisation d’une carrière de chef d’orchestre qui, depuis quelques années, monte irrésistiblement en puissance. Outre les liens étroits qu’il a tissés avec l’Orchestre symphonique de Londres, Nikolaj Szeps-Znaider est désormais l’invité régulier des plus grandes phalanges mondiales ; parmi ses prestations récentes et prochaines figurent des concerts avec l’Orchestre symphonique de Chicago, l’Orchestre de Cleveland, l’Orchestre philharmonique de New York, la Staatskapelle de Dresde et les Orchestres philharmoniques de Stockholm, Bruxelles et Oslo. Nikolaj Szeps-Znaider s’affirme également sur la scène lyrique. Après le succès éclatant de ses débuts à la Semperoper de Dresde dans La Flûte enchantée, il y a été immédiatement réinvité dans Le Chevalier à la rose à l’automne 2019. En 2020/2021, il fait ses débuts à l’Opéra royal du Danemark dans une nouvelle production de La Flûte enchantée. Reconnu comme l’un des meilleurs violonistes au monde, Nikolaj Szeps-Znaider conserve un calendrier très dense de concerts en soliste et en récital. Lors de la saison 2018/2019, il a été artiste en résidence auprès de l’Orchestre symphonique de Vienne, se produisant au violon ou à la baguette lors de multiples projets, faisant notamment ses débuts de chef au Musikverein dans la Première Symphonie de Mahler. Il joue un Guarneri del Gesù de 1741, qui fut autrefois celui de l’illustre virtuose Fritz Kreisler et que lui prête à long terme le Théâtre royal du Danemark grâce à la générosité des Fondations Velux, de la Fondation Villum et de la Fondation KnudHøjgaard.

102

103


ENTRETIEN

LA MUSIQUE EN PARTAGE Entretien avec Nikolaj Szeps-Znaider

À l’aube de sa première saison en tant que directeur musical de l’Orchestre national de Lyon, Nikolaj Szeps-Znaider se confie sur la manière dont il voit cette mission et la musique : l’expérience partagée de la beauté et de la joie.

— Quelle fut votre première rencontre avec l’Orchestre national de Lyon ? — N. S.-Z. : Je me rappelle notre première semaine de travail : nous répétions la Sixième Symphonie de Tchaïkovski, une partition très connue, et donc dangereuse pour l’orchestre comme pour le chef. Dangereuse parce qu’elle fait revenir en mémoire des souvenirs qui peuvent perturber, voire inhiber le jeu. Les instrumentistes sont tentés de s’installer dans une routine quand il s’agit de monuments du répertoire aussi souvent visités. Avec l’ONL, ce fut exactement le contraire ! C’ est une formation qui aime découvrir, expérimenter, avec pour objectif d’atteindre le meilleur. Cette quête nous a immédiatement connectés : nous partageons un idéal, qui, certes, n’est jamais atteint mais qui nous motivera à chaque instant, j’en suis certain. — En quoi votre maîtrise du violon influence-t-elle la manière dont vous dirigez ? — N. S.-Z. : Je pense qu’un chef ne doit pas se consacrer exclusivement à la direction. Il faut jouer d’un instrument, composer ou toute autre pratique concrète, la direction d’orchestre étant, elle, abstraite. L’avantage de l’exercice instrumental est qu’il vous immerge dans le son, la vibration, la résonance, le timbre. Violoniste, je suis évidemment sensible au jeu de mes collègues de l’orchestre mais je prête la même attention à tous les pupitres, dans leurs spécificités et leur élan collectif. — Sur quels atouts de l’ONL voulez-vous fonder votre travail ? — N. S.-Z. : Je suis impressionné par son remarquable niveau instrumental et la beauté de sa sonorité. C’est sur ces fondations que nous allons bâtir notre partage de la musique et le sens que nous voulons donner à l’interprétation. Tout commence dès la première répétition où, d’emblée, se soude le collectif – dont j’ai la responsabilité. Travailler, puis jouer devant le public est extrêmement sérieux et exigeant mais doit se faire dans la joie. Joie de chaque détail de la partition et joie contagieuse, qui circule entre les musiciens et se répand dans la salle. Cette joie est elle aussi de ma responsabilité. 104

— Comment le directeur musical que vous êtes conçoitil une saison de concerts ? — N. S.-Z. : C’est la grande question et le délice de ma fonction ! Chaque concert doit posséder son identité, sa saveur, tout en apportant sa pierre à l’ensemble de la saison – laquelle, pour être réussie, ne peut se contenter d’être la somme des soirées successives. Au cours de notre voyage – puisque tel est le fil rouge de cette saison –, l’orchestre et moi allons faire des haltes attendues, telles de grandes symphonies de Beethoven, Schumann ou Mahler, mais aussi des étapes plus surprenantes, invitant le public à la découverte. Et, de même que chaque concert participe de la saison tout entière, on conçoit une saison en pensant déjà la suivante… — Quelles sont vos affinités avec la musique française ? — N. S.-Z. : Je dirige Berlioz, Ravel, Debussy, dont le génie est irréductible à tout autre. Mais, au cours des prochains mois, j’aimerais également faire découvrir certains compositeurs français moins connus. Sans vouloir en minimiser la singularité, je suis frappé par les connexions entre la musique de Vincent d’Indy, Édouard Lalo, Albéric Magnard ou Albert Roussel et celle de l’Europe centrale. Il me semble intéressant de mettre en lumière ces relations. — Comment concevez-vous la mission de l’ONL dans l’espace culturel et social ? — N. S.-Z. : Un orchestre ne peut se concevoir comme une entité à part. Il y a tant de manières, de nos jours, de dépenser son temps et son argent : les loisirs, le sport, les voyages… Et, au sein de la musique, tant de styles différents, du baroque au rap, en passant par l’opéra, le jazz ou la chanson. Je pense que la musique classique est une expérience de vie, de sens, une philosophie. Et qu’un orchestre est un collectif apte à fédérer une communauté autour de lui, avec lui. Je sens que la ville de Lyon est légitimement fière de l’ONL et lui confie une mission essentielle : aller au devant de nouveaux auditeurs, avec enthousiasme et respect.

— Vous allez désormais séjourner fréquemment à Lyon. Que pensez-vous de la ville ? — N. S.-Z. : Avant tout, je suis bien décidé à apprendre le français ! Lyon est une ville magnifique, dynamique et vibrante, et je vais profiter de mes plus longs séjours pour visiter les musées, les quartiers, les places et les quais. Et, si je suis souvent sur le podium du chef, j’aime aussi me glisser dans les rangs des spectateurs. Je me sens bien au milieu du public que je trouve ouvert, accueillant, sans a priori. Qu’il soit jeune ou moins jeune, féru de musique ou néophyte, chacun trouve sa place et son bonheur à l’Auditorium. 105


LES ARTISTES ASSOCIÉS

Leonard Slatkin

Ben Glassberg

Sir András Schiff

Directeur musical honoraire

Chef invité associé

Soliste associé

«Le mot “parfait” n’existe pas en musique. S’il m’arrivait de sortir de scène en pensant que le concert n’aurait pu être meilleur, c’est qu’il serait temps pour moi d’arrêter.»

Seconde saison de collaboration entre l’Orchestre national de Lyon et Ben Glassberg, vainqueur du Concours international de Besançon 2017 (où il dirigeait l’ONL) et nouveau directeur musical de l’Opéra de Rouen Normandie.

«La musique vient du silence», professe Sir András Schiff en titre d’un recueil d’entretiens. Aux yeux de ce pianiste discret mais extrêmement respecté, l’œuvre musicale est presque magique. Est-ce cette conscience qui rend son art si fascinant ? Son intelligence artistique pourrait n’être qu’écrasante. Mais au service d’un tel toucher, d’une telle grâce, elle devient sublimation.

Chef de renommée mondiale, Leonard Slatkin a été le directeur musical de l’Orchestre national de Lyon (ONL) de septembre 2011 à juin 2017. Il en est à présent le directeur musical honoraire. Également directeur honoraire de l’Orchestre symphonique de Détroit (DSO), il poursuit une activité intense de chef d’orchestre invité, tout en œuvrant comme compositeur, auteur et pédagogue. Au cours de la saison 2019/2020, il a célébré son soixante-quinzième anniversaire avec plusieurs des orchestres qu’il a dirigés au cours d’une carrière d’un demi-siècle, notamment les Orchestres symphoniques de St. Louis et Nashville, le National Symphony Orchestra (Washington), le DSO et l’ONL. Leonard Slatkin a réalisé plus de 100 enregistrements, qui lui ont valu 6 Grammy Awards et 34 nominations. Parmi ses dernières publications discographiques, citons des œuvres de Saint-Saëns, Ravel et Berlioz (avec l’ONL) et des œuvres de Copland, Rachmaninov, Borzova, McTee et John Williams (avec le DSO). Par ailleurs, il a enregistré l’intégrale des symphonies de Brahms, Beethoven et Tchaïkovski avec le DSO (disponible seulement en téléchargement). Après Conducting Business, il a sorti en 2017 un second livre, Leading Tones : Reflections on Music, Musicians, and the Music Industry. Leonard Slatkin a dirigé les principaux orchestres mondiaux. Comme directeur musical, il a été en poste à La Nouvelle-Orléans, St. Louis, Washington et Londres (Orchestre symphonique de la BBC) avant Détroit et Lyon. Il a été premier chef invité à Pittsburgh, Los Angeles, Minneapolis et Cleveland. Né à Los Angeles dans une éminente famille de musiciens, Leonard Slatkin a étudié la direction d’orchestre avec son père, Felix Slatkin, puis avec Walter Susskind à Aspen et Jean Morel à la Juilliard School de New York. Concerts : 29 et 31 oct., 4 et 6 fév.

106

— Quel bilan dressez-vous de votre première année avec l’ONL ? — B. G. : J’ai eu la chance de diriger des œuvres diverses, de la symphonie Les Adieux de Haydn à la Symphonie alpestre de Strauss, et nous avons trouvé ensemble le style adapté à chacune de ces œuvres. Il y a peu d’orchestres qui savent servir un répertoire aussi varié, et notre confiance réciproque grandit à chaque concert. — Cette saison, vous dirigez les œuvres de plusieurs compositrices… — B. G. : J’adore la musique de Camille Pépin (née en 1990). Quant à Louise Farrenc, une des créatrices les plus originales du xixe siècle, j’ai voulu qu’elle précède le Triple Concerto de Beethoven – où brilleront des solistes de l’ONL – et la Première Symphonie de Mendelssohn. Cette symphonie me tient particulièrement à cœur : je l’ai découverte, comme timbalier, sous la direction de Roger Norrington ! — Pourquoi diriger du Sibelius ? — B. G. : Il mérite d’être plus souvent joué en France. En Angleterre d’où je viens, il est très apprécié. Sa Deuxième Symphonie est lumineuse, contrastée, vraiment exaltante pour l’interprète comme pour l’auditeur. — Que pouvez-vous nous dire du pianiste Benjamin Grosvenor, que vous accompagnerez dans le Troisième Concerto de Beethoven ? — B. G. : C’est un compatriote, un grand ami, un fabuleux pianiste et un artiste avec lequel le bonheur de partager la musique est constant. L’orchestre, lui et moi allons vivre des moments intenses.

Est-ce sa prédilection pour la littérature, la peinture et l’architecture qui donnent à Sir András Schiff son profil d’honnête homme ? Et est-ce sa fréquentation assidue de l’œuvre de Jean-Sébastien Bach qui a développé en lui le sens de l’équilibre entre la structure et le détail, la spiritualité de la musique et sa sensualité dansante, la liberté de l’interprète et l’intégrité de la partition ? Né à Budapest en 1953, formé à l’Académie FranzLiszt – cursus dont, d’ailleurs, il ne conserve pas le meilleur souvenir – le pianiste, Européen convaincu, s’est établi en Autriche puis à Londres, poursuivant une double carrière de soliste et de chef d’orchestre. Esprit vif, incisif, homme engagé fustigeant tout autant l’autoritarisme politique que les dérives du capitalisme, Sir András Schiff est, au clavier, un ambassadeur du bon goût et de l’intégrité face à la partition. Éclectique, son répertoire raconte l’histoire de la musique, de Bach à Janáček et Bartók, en passant par Mozart, Beethoven1, Schubert ou Brahms. Sa technique imparable souligne les piliers harmoniques et les enroulements du contrepoint, nourrit le plus enveloppant legato et, soudain, honore la nature percussive du piano. Son exploration de l’instrument passe aussi par l’interprétation des œuvres sur instruments d’époque, comme en témoigne un fascinant enregistrement Schubert paru en 2019 et réalisé sur un pianoforte viennois des années 1820. Régulièrement, Sir András Schiff partage son expérience et sa haute culture auprès de ses jeunes collègues lors de master-classes où il enrobe ses indications précises, exigeantes, d’un voile d’humour tout-à-fait irrésistible. 1

Concerts : 4 et 6 mars, 28 et 29 mai

Le label ECM a réédité l’intégrale des sonates en coffret de 11 CD. Concerts : 25 oct., 28 et 30 janv., 25 mai

107


AIRF_2002226 Brochure auditorium de Lyon • LYS 4 • SP + 5 mm de débord • 200 x 280 mm • DIVERTISSEMENT • Q • Parution le 27/févr./2020 • Remise le 20/02 Jeu

CTR • BAT • …

LES ARTISTES ASSOCIÉS

Brett Dean

Les Nouveaux Caractères

Compositeur associé

Ensemble associé

Seconde saison de collaboration avec l’Australien Brett Dean et ses partitions aux couleurs vives, à l’humanité profonde. Deux œuvres nouvelles sont au programme : un concerto pour piano, «Gneixendorf Music», et une grande cantate, «In This Brief Moment».

S’impliquant dans la dynamique artistique de Lyon et de sa région, l’Auditorium-Orchestre national de Lyon a tissé des liens plus approfondis sur trois ans avec l’ensemble baroque Les Nouveaux Caractères, cofondé et dirigé par Sébastien d’Hérin.

— Quels liens avez-vous noués avec l’Orchestre national de Lyon ? — B. D. : Deux de mes œuvres ont été programmées par l’ONL, en 2003 et en 2007 où j’ai joué mon concerto pour alto. Compositeur et interprète «associé», je lance des passerelles, tant aux instrumentistes qu’au public, vers la musique de notre temps. Ce dialogue est tout aussi enrichissant pour moi.

— Comment est née votre collaboration avec l’ONL ? — S. d’H. : Les Nouveaux Caractères sont un ensemble lyonnais, soutenu par la Ville et la Région. Il y a deux ans, nous avons donné le Messie de Händel à l’Auditorium : un défi très intéressant que de confronter une partition du xviiie siècle à une grande salle de ce type. De cette belle expérience est née l’idée de renforcer le lien entre le public de l’Auditorium et le répertoire baroque.

— Présentez-nous vos œuvres à l’affiche cette saison. — B. D. : Gneixendorf Music est un hommage à Beethoven en ce 250e anniversaire ; un écho au finale de son concerto L’Empereur – l’effectif orchestral est identique – et une plongée dans sa psyché tourmentée, lors de son dernier automne à Gneixendorf, en 1826. In This Brief Moment est une «cantate de l’évolution» sur un livret de Matthew Jocelyn inspiré de Darwin. Elle interroge la place complexe de l’homme dans la nature. — Est-il émouvant de diriger la Pastorale de Beethoven lorsque l’on a votre sensibilité écologique ? — B. D. : Absolument. Beethoven trouvait réconfort et stimulation créatrice dans la nature. La structure même de la Pastorale en témoigne. Je l’ai souvent jouée comme altiste à l’Orchestre philharmonique de Berlin et suis très excité de la diriger pour la première fois, à la tête de l’ONL. — Quelle est aujourd’hui la place du compositeur ? — B. D. : Malgré les défis qu’elle lance, notre époque est plus prospère, stable et solidaire que l’Europe de 1938 par exemple. Bien sûr, on ne doit rien tenir pour acquis et la musique ne peut changer le monde. Mais quel privilège de s’exprimer dans cet espace de silence et de partage qu’est la salle de concert ! Puisse cela durer longtemps ! Concerts : 1er et 3 oct., 19 mars, 20 mars

— Quel est l’axe de votre programmation ? — S. d’H. : Précisément Händel, avec un focus sur ses jeunes années romaines. Il y composa, pour de riches mécènes, princes et cardinaux, des œuvres spectaculaires et bénéficia de l’orchestre formé par le violoniste et compositeur Arcangelo Corelli, dont les spécificités instrumentales constituent pour nous un fil rouge. Le Dixit Dominus, sa troisième œuvre romaine d’envergure, sera entourée de pièces contemporaines qui permettront au public de goûter les saveurs de Händel. — Le public est-il ouvert à ces aventures ? — S. d’H. : Il voyage de plus en plus facilement entre les esthétiques. Le baroque, par sa séduction immédiate, devrait plaire à un auditeur passionné des symphonies de Chostakovitch, même s’il reste encore un peu travail à accomplir ! — Imaginez-vous des projets communs avec l’ONL ? — S. d’H. : Oui, je rêve d’alliance entre nos formations, pourquoi pas en nous «prêtant» réciproquement nos artistes. Une manière de montrer que, dans la musique, tout est différent et, à la fois, tout est semblable. Ce serait vraiment stimulant !

SPECTACULAIRE�! Nouvel écran tactile�:�découvrez un écran HD plus grand pour profiter des dernières sorties cinéma, des dessins animés, de la musique et des jeux vidéo, depuis le décollage jusqu’à l’atterrissage.

Afterwork : 30 oct. – Concert : 30 mars AIRFRANCE.FR

108

France is in the air : La France est dans l’air. Mise en place progressive sur une partie de la flotte long-courrier Boeing 777 et Boeing 787.

109


L’AUDITORIUM Colossal vaisseau de béton et d’acier, l’Auditorium de Lyon inscrit sa silhouette singulière depuis plus de 40 ans au cœur du quartier de la Part-Dieu. À son inauguration le 14 février 1975, c’est la première salle aussi vaste à être construite en France à destination du seul usage musical. L’édification de l’Auditorium était devenue nécessaire pour accueillir l’Orchestre national de Lyon, de plus en plus à l’étroit salle Rameau, qui avait été construite pour lui et où il répétait et se produisait depuis 1908. Sous l’impulsion de Robert Proton de la Chapelle, adjoint à la Culture du maire Louis Pradel, l’Auditorium est conçu par Charles Delfante, urbaniste de la Ville de Lyon, et Henri Pottier, architecte, prix de Rome. Sa construction nécessite trois ans de travaux titanesques et a constitué l’un des plus grands chantiers à Lyon à dans les années 1970. Cette impressionnante coquille de béton entièrement précontraint abrite une salle de 2100 places qui est, depuis sa rénovation dans les années 1990, unanimement

saluée pour son confort et le rapport idéal que sa forme de théâtre romain crée entre la scène et le public. Du niveau orchestre comme des premier et deuxième balcons, chaque place offre une agréable proximité visuelle et acoustique avec les artistes. Sièges en bois et flanelle aux propriétés acoustiques spécifiques, éclairage polyvalent, système de traitement de l’air, dispositif scénique sophistiqué avec un plateau en chêne composé de modules indépendants et automatisés permettant de faire varier la configuration de la scène : au fil des ans, la grande salle a été dotée d’aménagements de pointe qui en font l’une des plus belles salles de l’Hexagone. La présence en fond de scène de l’orgue, protégé par deux immenses rideaux de bois, parachève l’aspect unique et majestueux de la salle.  L’Auditorium de Lyon bénéficie depuis 2012 du label «Patrimoine du xxe siècle», aux côtés d’une quarantaine d’autres bâtiments remarquables de Lyon.

L’ORGUE Les facteurs d’orgue : Aristide Cavaillé-Coll (1878) Victor Gonzalez (1939) Georges Danion/S. A. Gonzalez (1977) Michel Gaillard/Manufacture Aubertin (2013)

Construit pour l’Exposition universelle de 1878 et la salle du Trocadéro, à Paris, cet instrument monumental (82 jeux et 6500 tuyaux) fut la «vitrine» du plus fameux facteur de son temps, Aristide Cavaillé-Coll. Les plus grands musiciens se sont bousculés à la console de cet orgue prestigieux, qui a révélé au public les Requiem de Maurice Duruflé et Gabriel Fauré, le Concerto pour orgue de Francis Poulenc et des pages maîtresses de César Franck, Charles-Marie Widor, Marcel Dupré, Olivier Messiaen, Jehan Alain, Kaija Saariaho, Édith Canat de Chizy, Thierry Escaich ou Philippe Hersant. Remonté en 1939 dans le nouveau palais de Chaillot par Victor Gonzalez, puis transféré en 1977 à l’Auditorium de Lyon par son successeur Georges Danion, cet orgue a bénéficié en 2013 d’une restauration par Michel Gaillard (manufacture Aubertin) qui lui a rendu sa splendeur. La variété de ses jeux lui permet aujourd’hui d’aborder tous les répertoires, de Bach ou Couperin aux grandes pages romantiques et contemporaines. C’est, hors Paris (Maison de la Radio et Philharmonie), le seul grand orgue de salle de concert en France. En juin 2019, il a accueilli la première édition à l’orgue du Concours international Olivier-Messiaen. 110

Discographie – Les Nuits hallucinées

Escaich (Les Nuits hallucinées, Concerto pour violon, La Barque solaire) – Thierry Escaich (orgue) / Orchestre national de Lyon / Christian Arming et Jun Märkl (direction) – Universal 2011 – Organ Symphony

Saint-Saëns (Symphonie «avec orgue», Cyprès et Lauriers, Danse macabre) – Vincent Warnier (orgue) / Orchestre national de Lyon / Leonard Slatkin (direction) – Naxos 2015 – Fairy Tales

Moussorgski (Tableaux d’une exposition), Liszt (Concerto pathétique), Tchaïkovski (La Belle au bois dormant) – Véra Nikitine (orgue) / Katherine Nikitine (piano et orgue) – Hortus 2017 – Vocalises

Purcell, Händel, Franck, Saint-Saëns, Rachmaninov, Glière, Puccini, Satie, Piaf, Bernstein, Parker, Jackson, improvisations – Romain Leleu (trompette) / Thierry Escaich (orgue) – Aparté 2017 – La Passion de Jeanne d’Arc

Film muet de Theodor Dreyer – Karol Mossakowski (accompagnement improvisé à l’orgue) – Gaumont 2017 (DVD/Blu-Ray)

111


LES ÉQUIPES DIRECTION Aline Sam-Giao Directrice générale Nikolaj Szeps-Znaider Directeur musical Agnès Burnier Assistante de direction Bénédicte Soulat Chargée de mission amélioration des processus

ARTISTIQUE

RÉGIE TECHNIQUE Guillaume Bloch Régisseur de salle

MÉCÉNAT Mathias Faizand Responsable du mécénat

Abdelhamid Djelloud Frédéric Terras Régisseurs techniques

Justine Chevalier Chargée du mécénat

Vincent Bonin Benjamin Mirlocca Mathias Made Électriciens NN Philippe Vercher Guillaume Odile Machinistes, agents de maintenance

Ronald Vermeulen Délégué artistique Claire Delamarche Musicologue, conservatrice de l’orgue Marc Cardonnel Conseiller musiques actuelles*

PRODUCTION

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

Carole Boulanger Assistante logistique et administrative Arnaud Brovillé Attaché pédagogique Cécile Martinon Coordinatrice du projet Démos Amilia Perez Chargée de développement culturel

Emmanuelle Durand Secrétaire générale COMMUNICATION & MARKETING Yara Blanc Directrice de la communication et du marketing

ADMINISTRATION, FINANCES & EXPLOITATION DU BÂTIMENT

NN Directeur de production artistique et technique

Yannis Adelbost Chargé de communication numérique

Véronique Coulon-Sow Administratrice de production

Coralie Audren Églantine Chabasseur Chargées de communication

François Campama Assistant juridique marchés publics

Marie-Marc Bonneviale Chargée des partenariats médias et marketing

Bernard Rustant Régisseur comptable

Julia Alquier Eugénie Bourdy Mathilde Gutter Chargées de production Simon Michel Assistant de production Et la régie des loges PARTOTHÈQUE Gaétane Guégan Partothécaire Matthieu Fichet Partothécaire assistant RÉGIE D’ORCHESTRE Romain Chevalier Régisseur général Philippe Delon Jérôme Peyret Régisseurs d’orchestre Chloé Bonnet Apprentie régie d'orchestre Nicolas Fazzalari Johan Guyon Pierrik Moulin Techniciens d’orchestre

Sarah Brun Chargée des relations publiques et presse

Stéphanie Papin Directrice administrative et financière

Léa Oriol Bruno Steinmetz Gestionnaires de paies

Séverine Gueffier Chargée du webmarketing

Angèle Pinquier Antenne de gestion ressources humaines

Pascale Moncharmont Chargée de l’édition et de la publicité

Thierry Maire Responsable de l’exploitation du bâtiment

Élodie Saby Chargée de projet web et billetterie

Hervé Geinet Stéphane Lachize Laurent Moulin Franck Ponsero NN Gardiens

Hélène Segré Attachée de presse* BILLETTERIE Raphaël Charnay Marieke Jablonski NN Opérateurs de billetterie Géraldine Soufflot Opératrice de billetterie (groupes) ACCUEIL Mathieu Quintin Responsable de l’accueil des publics Et toute l’équipe des agents d’accueil

112

ACTION CULTURELLE Jane-Lise Meunier Responsable de l’action culturelle

* Collaborateurs extérieurs Équipe au 12 mars 2020

113


DEVENEZ MÉCÈNE DE L’AUDITORIUM-ORCHESTRE NATIONAL DE LYON Rejoignez la Fondation philharmonique

La Fondation philharmonique a été créée en 2017 pour soutenir les activités de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon. Elle administre les dons des particuliers, des entreprises et des fondations avec l’ambition de partager la musique avec le plus grand nombre, de faire rayonner l’Orchestre national de Lyon au-delà de nos frontières et d’offrir un lieu de vie chaleureux pour tous nos visiteurs. En 2019, la générosité de ses donateurs a contribué à la réalisation de projets dont nous sommes fiers : l’apprentissage musical des enfants du projet Démos, l’acquisition d’un nouveau piano pour l’orchestre, le financement du 4e prix du Concours international d’orgue Olivier-Messiaen et une partie du nouvel aménagement de l’Atrium. Nous les remercions chaleureusement !

En 2020/2021 : 3 projets emblématiques

L’Auditorium-Orchestre national de Lyon a besoin de votre soutien pour concrétiser de nouveaux objectifs. Chaque projet est unique et correspond peut-être à vos valeurs philanthropiques. Encouragez la formation d’un nouvel Orchestre Démos Lyon Métropole

L’Orchestre Démos permet à 120 enfants de tous les horizons de découvrir la pratique musicale en orchestre. Parce que la première promotion a tenu toutes ses promesses, nous sommes heureux de reconduire le projet pour les trois prochaines années. Objectif : contribuer au développement personnel en levant les freins sociaux et culturels.

Contribuez à l’organisation des tournées internationales

Les tournées internationales portent de forts enjeux artistiques et professionnels. Elles représentent également l’occasion de valoriser Lyon et la France aux niveaux culturel, économique et touristique. Cette saison, soutenez l’Orchestre national de Lyon dans sa tournée européenne en Allemagne et aux Pays-Bas. Objectif : conforter la notoriété de notre orchestre et de notre territoire à travers le monde. Des contreparties exclusives Vous êtes un particulier

Pour vous, la musique doit être partagée et transmise au plus grand nombre. Votre soutien est remercié par des rencontres avec nos musiciens, une priorité de réservation sur les abonnements de saison et d’autres avantages à découvrir. Vous êtes une entreprise ou une fondation

Pour vous, la musique est un formidable vecteur d’opportunités et de rencontres professionnelles. Nous construisons ensemble un partenariat sur mesure en fonction de vos attentes et de votre stratégie de mécénat d’entreprise.

PARTENAIRES L’Auditorium-Orchestre national de Lyon remercie ses partenaires Institutionnels LYON

VILLE DURABLE CHARTE DE COOPÉRATION CULTURELLE

Une relation privilégiée

Une équipe dédiée est à votre écoute pour vous présenter l’ensemble de nos projets et répondre à vos questions. Elle vous accompagne dans votre engagement et vous fait découvrir les coulisses d’une grande salle de concert. Mathias Faizand Responsable du mécénat mathias.faizand@mairie-lyon.fr 04 78 95 95 23

Soutien aux tournées internationales de l’ONL

Entreprises

Justine Chevalier Chargée du mécénat justine.chevalier@mairie-lyon.fr 04 78 95 95 03

Participez au développement des Ateliers sonores

Les Ateliers sonores permettent de découvrir et de pratiquer la musique ensemble. Forts du succès rencontré lors de la première année d’activité, nous souhaitons élargir notre offre en proposant de nouveaux ateliers pour les petits comme les plus grands. Objectif : promouvoir la découverte musicale pour tous et à tous les âges. 114

Médias La Fondation philharmonique est placée sous l’égide de la Fondation Bullukian, reconnue d’utilité publique.

115


117

PRATIQUE


ACCÈS ET SERVICES Comment venir ?

Ouverture des portes

- 1h30 avant le début des concerts en après-midi et en soirée. - 1h15 avant le début des concerts en matinée. - 30 minutes avant le début des conférences et des ateliers. Accès en salle 30 minutes avant le début du concert.

RUE GARIBALDI

SE AU

RUE BEL LECOMBE

RUE PETREQUIN

BE

RT

AVENUE THIER S

IA

E

RUE WALD ECK

ROUS SEAU

SF AV R LE

JU

BD

RUE LALA NDE

E

AVENUE THIER S

SF AV R

LE JU BD

RUE BELL ECOMBE

  TTE RUE DE LA VIL LE

RUE TEM O IS

RUE SAIN TE GENEV IÈVE

RUE BEL L ECOMBE

BD DES BROTTEAUX

R U E NE Y

RUE NEY

RUE MASSÉNA

RUE TÊT E D’OR

RUE BEL LECOMBE

WAL DE

SE AU ROUS ECK WA LD

RUE

TEAUX

BD DE S BROT

R U E NE Y

RUE MASSÉNA

RUE MA S SÉN A

BD VIVIER MERLE

RUE BELL ECOMBE

RUE GARIBALDI

 IÈRE RUE GAN DOL

RUE FLA NDI

 DIN

IA L

RUE

FL AN

RA N

D

ILLOT

RICHE

GA B

É TIE

NNE

RU E

DIN

RUE ER NI ON IS S

MO E RU

 

JOUAUX

N

 RUE ESSLING

RUE DU LAC

RUE GARIBALDI

CHAR

RUE PAU L BER T

FL AN

R

RUE DES R A NC Y

E

RUE DU PE N

INE

GN

AN TO

SA

Y

RUE

RUE DES R A NCY

ZE

E

RI

NE T

RU

A

N DU VER

 L DE

RUE MO UTO

E

RUE DU PENSIONNAT

AVENUE GEORGES POMPIDOU

RUE

Place Renaudel

RU E DA N T ON

È TR

RUE DESAIX

BD VIVIER MERLE

E

RUE DANTON

RUE PAU L BER T RIZ

RUE DE LA BANNIÈRE

RUE LÉON JOUAUX

E LA

RUE DE LA VIL LE

TTE

RUE DES CUIRASSIERS

RUE DES RANC Y

ED

 RU

Parc Jugan

VILLETTE

RUE ANDRE PHILIP

RUE

BD DE S BROT

RUE NEY

RUE VIRICEL

RUE TÊT E D’OR RUE TÊTE D’OR

RUE BA RRIER

RUE ROBER T

FÉLIX BENOÎT PASSAGE

 

RUE DU LAC

AV POMPIDOU

RUE DESAIX

Y

FRANCFORT GARE

DEPOSE MINUTE

Métropole Métropole de de Lyon Lyon

Place des Martyrs

RUE ANDRE PHILIP

Réservations : contact.auditorium@lacommune.co

Place de Francfort

 OU

RUE D’AU BIGN

GARE PART-DIEU VILLETTE

AS

IN TAM

AC

E SA

Gare Part-Dieu

RU

Place Béraudier

 RUE CLOS S UIPHON

CK R O US

TEAUX

RUE T Ê T E D’OR

RUE BARRIER

RUE GARIBALDI

RUE BOILEAU

RUE DUSSAUSSOY

RUE M A S SÉN A

RUE VIRICEL

RUE GARIBALDI

RUE BOILEAU

Place du Lac

Square Ste-Marie Perrin

RUE D’A RMÉNIE

GNY

LPA GARE

RUE DUGUESCLIN

RUE ANDRE PHILIP

RUE BOUCHUT

RUE DUSSAUSSOY

RUE BOILEAU

Bibliothèque Bibliothèque

Entrée + plat ou Plat + dessert : 15 € 

FRANCFORT

Cité Cité administrative administrative

Plat du jour (viande, poisson ou végétarien) : 11,50 €

RUE SAIN T ANTOINE

RUE

PAUL

119

BER T

RUE GARCIN

RUE D’A UBI

RUE DUGUESCLIN

RUE RIB OUD

 RUE DUGUESCLIN

RUE SERVIENT

Centre Centre Commercial Commercial

RUE ST ANTO INE

RUE DUGUESCLIN

OM

Place de Milan GARE PART-DIEU VIVIER MERLE

AZ

RUE DE BONNEL

TOUR OXYGENE

.L AV

UG

La Commune vous accueille aussi à midi !

COURS LAFA YET TE

RUE DUGUESCLIN

Auditorium Auditorium

RUE L A NN ES

 Tour Tour Oxygène Oxygène

NOUVEAU

Horaires : 12h > 14h30

ED

THIERS LAFAYETTE

RU

RUE VOLATIRE

 BD EUGENE DERUELLE

R

RO

RUE GER MAIN

RD

COURS LAFA YET TE

GARIBALDI BONNEL

RUE DE LA VIABERT

Depuis septembre 2019, La Commune et l’Auditorium-Orchestre national de Lyon sont entrés en résonance, avec une offre culinaire inspirée et des propositions faisant écho à la programmation. L’équipe de La Commune s’associe ponctuellement à des artistes pour animer ces moments de convivialité. Avant ou après le spectacle, à l’entracte, partagez

PE TIT E RUE DE LA V

RUE DE LA VIA BERT

RUE VOLTAIRE

COURS LAFA YET TE

RUE DE LA G AÎTÉ

RUE VOLATIRE

ISIE

LL E

RUE CHEV ILLA

VO E LA

E VI

RUE VAUB AN

RUE D’ARMÉNIE

R

RU

RUE VAUBAN

RU

OY

TE

RUE FOURNE T

ER

ET

RUE ROBER T

IL L

IE

M

EV

CA

RUE DES RANC Y

LI

RUE DUGUESCLIN

RU

RUE VERLET HANUS

RUE ETIENNE DOLET

RUE PAUL BERT

118

E

BERT

JU

R

PAUL RUE

TT

RUE DE BONNEL

RUE CHAPONNAY

RUE VERLET HANUS

Place Voltaire

E

IE

RUE DE LA GAÎTÉ

COLLÈGE BELLECOMBE

vos émotions autour d’un verre, de planches, de plats sucrés ou salés, pour allier découvertes artistiques et culinaires. Venez profiter d’un nouvel espace réaménagé de 250 m2 dans l’Atrium, pouvant accueillir plus de 200 convives le midi, du mardi au samedi, et les soirs de concerts. Découvrez une cuisine simple et conviviale, qui évolue au fil des saisons. Tous les produits proposés sont faits maison, cuisinés sur place à base de produits frais.

  

RU

M CA

CUIRASSIERS

RUE MAZENOD

LIE

RUE DE LA PART-DIEU

T

PLACE GUICHARD BOURSE DU TRAVAIL

BROTTEAUX

L BRO SS E

N

D

O

AU

M

RUE DE LA PART-DIEU

RUE MAZENOD

E

RUE SERVIENT

MB

JU

Tour Tour Part-Dieu Part-Dieu

Y

RU

CE

RUE JE AN BROQUIN

BROTTEAUX

Britannia Britannia

PALAIS DE JUSTICE MAIRIE DU 3EME RUE SERVIENT

RA

O

EL

M

RUE DUNOIR

R

RUE DE BONNEL

Y

IE M

E

CE

CA

ICH

E RU

RU

SAXE-PRÉFECTURE

N

Dépose-minute autorisée pour les véhicules transportant des personnes à mobilité réduite place  Charles-de-Gaulle. Le stationnement étant interdit sur la place, nous vous invitons à utiliser les places

RUE DUNOIR

E

AV. GÉNÉ RA

RUE LO UIS BLANC

Y

TT

EM

 BONNEL SERVIENT

CE

LIE

RU

N

LES HALLES

Halles Halles Bocuse Bocuse RUE DE BONNEL

O

D

RUE LE ROYER

M

JU

Distribué gratuitement en salle et disponible sur auditorium-lyon.com une semaine avant le concert.

E

UE

Programme de salle

RUE ROBER T

RU

R

 Accessibilité et handicap 

RUE ROBERT

RUE RA BELAIS

RUE CUVIER

RUE BUGEAUD

RUE VAUBAN

Place de l’Europe

COURS LAFA YET TE

BAU

RUE LOUIS BLANC

RA M

RUE VAUBAN

La Commune est un lieu de vie unique où se retrouver à n’importe quel moment de la journée pour boire un verre, se restaurer, se divertir. Ce lieu pluriel né en 2018 dans le quartier Gerland à Lyon se définit comme un accélérateur de concepts culinaires et un tremplin pour des chefs cuisiniers. C’est également un lieu culturel et événementiel.

RUE GODINOT

S

RUE VAUBAN

S

GE

RUE CUVIER

RUE BUGEAUD

RUE AMÉDÉE BONNET

DE

EL

RUE AMÉDÉE BONNET

AU

SB

PL. EDGAR QUINET

ER

RUE CURTELIN

RUE DEDIEU

Place Surveillé, gratuit et obligatoire pour les objets Jules Ferry encombrants (petites valises, poussettes, casques, grands parapluies, etc.).

RUE BUGEAUD

ÉM

ES

DE

Vestiaire

ED

RU

BD

RUE BUGEAUD

S

RUE BOSSUET

RUE CUVIER

PL. EDGAR QUINET

GE

10 minutes de la gare Part-Dieu, 8 minutes de la place Guichard. À vélo : stations Vélo’v : Servient-Garibaldi, Part-Dieu-Garibaldi, Les Halles, Bourse du Travail. Stationnement vélos : place Charles-de-Gaulle. En voiture : dépose-minute, au 149 rue Garibaldi. Parkings payants, ouverts 24h/24 : Bonnel-Servient (44-49, rue de Bonnel) ; Les Halles (156, rue Garibaldi). NOUVEAU Ouverture d’un parking Garibaldi-Bonnel dans l’extension du centre commercial (accès possibles par la rue Bonnel et la rue  Servient). Parcs relais TCL : Oullins, Vaise, Gorge-de Loup, … À pied :

HEL

EL

RUE BOSSUET

RESTAURATION ET BAR

MIC

SB

RUE BOSSUET

RUE

DE

MASSÉNA

peut être proposé aux personnes déficientes visuelles. Les chiens-guides sont acceptés en salle. Merci de le préciser au moment de votre réservation auprès de la billetterie au 04 78 95 95 95. L’équipe des agents d’accueil est à votre disposition en cas de besoin.

CHARPENNES

Contrôle visuel des sacs, petits bagages et vêtements amples à l’entrée de l’Auditorium. Valises et bagages de format supérieur au modèle «cabine» (55 x 25 x 35 cm) interdits dans l’enceinte du bâtiment.

Dans le hall d’accueil, à l’issue des concerts, des écrans TCL indiquent en temps réél les horaires de passage des transports en commun desservant l’Auditorium. RUE CUVIER

BD

Sécurité et bagages

En transports en commun :

RUE DE S DRO ITS DE L’HOM ME

onlymoov.com.

Les aménagements du quartier Part-Dieu placent l’Auditorium au cœur d’un projet de ville plus ouverte, plus connectée et plus accessible. Les travaux engagés modifient les axes de circulation et les différents accès à l’Auditorium. Pour connaître en temps réel les conditions d’accès à l’Auditorium, consultez le site Métro B arrêt Place Guichard (Bourse du Travail). Tramway T1 arrêt Part-Dieu-Auditorium, T3 ou T4 arrêt Gare Part-Dieu-Villette. Bus à proximité : 38, C3, C9, C13, C25.

PMR des parkings Les Halles et Bonnel-Servient. Pour accéder en salle, un ascenseur situé dans le hall d’accueil dessert les 1er et 2e balcons. Au 1er balcon, des places spécifiques sont réservées aux personnes en fauteuil et à leurs accompagnateurs (à préciser lors de l’achat du billet). Un placement particulier en salle


ABONNEMENTS NOUVEAU

Abonnement du Chef

Abonnement Libre

Abonnement Jeune Public

5 concerts pour voyager toute la saison au gré de programmes dirigés par Nikolaj Szeps-Znaider.

À partir de 4 concerts au choix

À partir de 3 spectacles Jeune Public

Liberté de choix :

Réservation prioritaire et placement privilégié :

1 Berlioz / Schumann

Vos avantages

Sa. 26 sept. (p. 17)

2 NIKOLAJ SZEPS-ZNAIDER

Saint-Saëns / Ravel

Je. 26 nov. ou sa. 28 nov. (p. 35)

3 Mahler 3

Je. 21 janv. ou sa. 23 janv. (p. 50-51)

4 La Belle au bois dormant

Sa. 27 fév. (p. 57) ou ma. 20 avril (p. 73)

5 Le Vaisseau fantôme

Je. 11 juin ou sa. 13 juin (p. 84-85)

Directeur musical

obtenez les meilleures places en avant-première (séries 1 et 2 exclusivement) jusqu’à l’ouverture des ventes de billets à l’unité. Tarif très préférentiel : bénéficiez de 30 % de réduction sur 5 concerts emblématiques de la première saison du nouveau directeur musical (34 € au lieu de 49 € en série 1 et 25 € au lieu de 35 € en série 2). Profitez ensuite du tarif abonnés (jusqu’à 20 % de réduction sur tous les autres concerts de l’année). Rencontre exclusive : rencontrez Nikolaj SzepsZnaider et partagez un moment privilégié avec lui à l’issue d’un des 5 concerts. Newsletter dédiée aux abonnés : 3 fois par an, recevez une newsletter avec des bons plans et des informations en exclusivité. Facilité de paiement : payez en 4 fois jusqu’au 16 juillet. Bons de réduction : si vous complétez votre abonnement avec un autre concert, vous bénéficiez des bons de réductions (découvrez leur fonctionnement page 121). Réservation prioritaire et placement privilégié :

5 concerts à 178 € (série 1) ou 129 € (série 2)

Les concerts de l’Abonnement du Chef ne sont ni échangeables ni remboursables.

choisissez les concerts et le placement que vous souhaitez, aux dates qui vous conviennent le mieux, tout au long de la saison. Réservation prioritaire et placement privilégié : obtenez les meilleures places en avant-première (jusqu’à l’ouverture des ventes de billets à l’unité). En souscrivant un Abonnement Libre, vous pouvez également réserver en exclusivité un abonnement Expresso 15h (5 concerts pour 40 €). Tarif préférentiel : bénéficiez de réductions jusqu’à moins 20 % sur le tarif plein selon les séries et les tarifs pour les concerts de votre abonnement, et par la suite sur tout billet supplémentaire acheté en cours de saison. Facilité de paiement : à partir de 75 €, payez en 4 fois jusqu’au 16 juillet. Échange gratuit : changez de concert ou de date jusqu’à 24 heures avant le concert. Newsletter dédiée : 3 fois par an, recevez une newsletter avec des bons plans et des informations en exclusivité. Bons de réduction : à partir de 6 concerts différents achetés, nous vous remercions pour votre fidélité et vous remettons des bons offrant une réduction de 25 %. Partagez votre passion de la musique et offrez-les à vos proches ! – 1 bon de réduction pour l’achat de 6 à 9 concerts – 3 bons de réduction pour l’achat de 10 à 13 concerts – 4 bons de réduction pour l’achat de 14 à 19 concerts – 6 bons de réduction pour l’achat de 20 concerts et plus Ces bons sont valables sur tous les concerts de la saison 2020/2021 achetés à l’unité et sans minimum d’achat. Ils sont cessibles, non cumulables, non remboursables et s’utilisent sur place ou par courrier jusqu’au 26 juin 2021.

Contact billetterie : 04 78 95 95 95 onl.billetterie@mairie-lyon.fr

choisissez vos concerts et obtenez les meilleures places en avantpremière (jusqu’à l’ouverture des ventes de billets à l’unité). Tarif préférentiel : l’adulte accompagnateur bénéficie d’une réduction d’environ 20 % sur le tarif plein, et par la suite du tarif abonnés pour l’ensemble des concerts de la saison 2020/2021. Enfant de moins de 12 ans : 8 € la place. Dates des concerts Jeune Public p. 11.

Abonnement Expresso 15h 5 concerts de 55 minutes le vendredi après-midi

8 € la place au lieu de 10 €, soit 5 concerts à 40 €. Vous bénéficiez par la suite du tarif abonnés pour l’ensemble des concerts de la saison 2020/2021. Tarif préférentiel :

Dates des concerts Expresso p. 11. À noter : les concerts Expresso ne sont pas échangeables.

Abonnements collectivités, entreprises et groupes NOUVEAU

Abonnement Afterworks : 4 concerts à 32 €

Des soirées pas si classiques ! De 18h à 22h : un before pour se retrouver entre amis ou collègues, un concert symphonique d’une heure présenté aux spectateurs et un after pour prolonger la soirée.

Abonnement Expresso 12h30 : 5 concerts à 40 € Abonnement du Chef : 5 concerts Abonnement Libre : à partir de 4 concerts Abonnement Jeune Public : à partir de 3 spectacles Dates des concerts p. 10-11.

Contact groupes : Géraldine Soufflot 04 78 95 95 78 geraldine.soufflot@mairie-lyon.fr

À l’heure où nous imprimons cette brochure, au vu de la crise sanitaire, nous ne sommes malheureusement pas en mesure d’annoncer les dates d’ouverture des réservations pour les abonnements et la vente à l’unité. Restez informés sur auditorium-lyon.com. 120

121


MOINS DE 28 ANS Plus de 150 concerts à petits prix, avec des places jusqu’au dernier moment.

Carte 3 entrées Pour ceux qui veulent juste essayer 15 €, soit 5 € la place

Carte non nominative, pré-créditée de 3 places de concert, à utiliser en une ou plusieurs fois, seul ou à plusieurs, sur l’ensemble des concerts* de la saison. Achat de la carte : en ligne ou au guichet dernière minute le soir du concert (justificatif d’âge nécessaire). Modalités d’utilisation : retrait des places uniquement une heure avant le concert. La carte peut être partagée (entre personnes de moins de 28 ans) et rechargeable à volonté.

Carte intégrale

À L'AUDITORIUM, LA MUSIQUE EST UN CADEAU Offrez des instants uniques !

Pour ceux qui aiment sans compter 60 € tout illimité

Carte nominative valable un an donnant un accès illimité à l'ensemble des concerts* programmés à l'Auditorium-Orchestre national de Lyon. Achat de la carte : en ligne, sur place ou par téléphone (justificatif d’âge et photo d’identité nécessaires). Modalités d’utilisation : réservation sur internet, par téléphone ou sur place, à partir d’une semaine avant le concert, retrait des billets sur place le soir du concert. * Dans la limite des places disponibles.

Concert gratuit réservé aux étudiants Je. 1er oct. 20h – Beethoven (voir p. 19) Orchestre national de Lyon – Gemma New direction Jonathan Biss piano

— Profitez de cette occasion unique pour découvrir la grande salle de l’Auditorium et son orchestre symphonique, lors d’une soirée imaginée rien que pour vous ! Plus qu’un concert, c’est à chaque fois une ambiance et une énergie incomparable qui parcourent la salle jusqu’à la scène, avec de belles surprises qui vous sont réservées tout au long de la soirée. Réservez vos places à partir du 15 septembre sur auditorium-lyon.com.

122

Carte cadeau Valable 1 an, la carte cadeau est créditée du montant que vous souhaitez. Laissez ensuite le bénéficiaire de votre carte choisir parmi plus de 150 concerts.


BILLETTERIE

TARIFS

Horaires d’ouverture de la billetterie

04 78 95 95 95

Du lundi au vendredi de 11h à 18h, les soirs de concert jusqu’à l’entracte. Les samedis de concert de 14h à l’entracte. Les dimanches de concert : le matin une heure avant le concert, l’après-midi ou le soir une heure trente avant le concert puis jusqu’à l’entracte. Une heure avant chaque concert, la billetterie est réservée à la vente de celui-ci. Fermeture estivale : du mercredi 22 juillet 2020 au mardi 18 août 2020 inclus.

Tarif plein

AUDITORIUM-LYON.COM

Tarif A+

Tarif A

Ouverture des réservations

Plan de salle

Tarif B

2E BALCON

ir pa Cô té

pa

(paiement sécurisé). Sur place : 149, rue Garibaldi – 69003 Lyon. Par téléphone : 04 78 95 95 95 du lundi au vendredi de 11h à 17h (de 14h à 17h les samedis de concert). Billets à l’unité seulement, uniquement par CB ou carte cadeau. Par courrier : Service réservation – 84, rue de Bonnel – 69431 Lyon cedex 03.

Tarif C

ir

Sur internet : auditorium-lyon.com

ORCHESTRE

SÉRIE 1

Sur internet : à

27,50 €

3 série

36 €

34 €

18 €

1re série

59 €

52 €

29,50 €

2e série

45 €

40 €

22,50 €

3e série

26 €

24 €

13 €

1 série

49 €

42 €

24,50 €

2 série

35 €

30 €

17,50 €

3e série

16 €

14 €

8€

1 série

39 €

32 €

19,50 €

2e série

25 €

20 €

12,50 €

3 série

10 €

8€

8€

Série unique

17 €

13 €

8,50 €

Tarif E

Série unique

10 €

/

/

1re série

48 €

44 €

44 €

2e série

38 €

34 €

34 €

1re série

38 €

34 €

34 €

2e série

28 €

24 €

24 €

Série unique adulte

16 €

13 €

8€

Série unique enfant (moins de 12 ans)

8€

8€

/

Série unique adulte

10 €

8€

5€

Série unique enfant (moins de 12 ans)

5€

/

/

Série unique (accompagnateur supplémentaire)

14 €

/

/

Série unique (moins de 18 ans)

8€

/

/

/

/

Tarif G

SÉRIE 3

SÉRIE 2

Tarif JP (Jeune Public) Grande Salle

Plan de salle spécifique aux tarifs F et G 2E BALCON

ir pa

pa

im ir

Cô té

Tarif JP (Jeune Public) Petites salles

té Cô

1ER BALCON

Tarif pédagogique

ORCHESTRE

Modes de règlement

SÉRIE 1

e

Tarif D

En cas de réimpression des e-billets au guichet, des frais de 3 € s’appliquent.

acceptées jusqu’à 300 € Chèques acceptés jusqu’à 1500 €

34,50 €

50 €

e

Tarif F

Obtention des billets

Espèces

62 €

55 €

re

im

1ER BALCON

Réservations individuelles

télécharger sur smartphone ou à imprimer sur feuille A4 depuis votre espace personnel sur billetterie.auditorium-lyon.com en cliquant sur «Mon compte». Pour les bénéficiaires du tarif réduit, les billets sont à retirer au guichet sur présentation d’un justificatif valable le mois en cours ou précédent. Par téléphone : envoi par mail, par voie postale jusqu’à 10 jours avant le concert (frais d’envoi de 2 €) ou retrait à la billetterie.

69 €

2e série

re

té Cô

À l’heure où nous imprimons cette brochure, au vu de la crise sanitaire, nous ne sommes malheureusement pas en mesure d’annoncer les dates d’ouverture des réservations pour les abonnements et la vente à l’unité. Restez informés sur auditorium-lyon.com.

SÉRIE 2

Cartes bancaires

Tarif réduit

1re série

e

Réservez vos places !

Tarif abonnés/groupes

Cartes réservées aux moins de 28 ans

Carte 3 entrées

15 €

Carte intégrale

60 €

/

/

Conférences

Série unique

6€

Gratuit

/

Carte cadeau de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon, Chèques vacances, Pass’Région, Pass culture

Réservations groupes et collectivités

> Tarif privilégié à partir de 10 places achetées. > Possibilité de poser des options de réservation. > Conseil et accompagnement sur mesure. Par mail : geraldine.soufflot@mairie-lyon.fr. Par téléphone : 04 78 95 95 78.

124

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE Modifications : les changements de programme ou de distribution et l’interruption

CONDITIONS TARIFAIRES Tarif abonnés et groupes : réservé aux abonnés (valable pour toute place achetée, en complément de l’abonnement) et aux groupes constitués à partir de 10 personnes.

du spectacle au-delà de la 30e minute ne peuvent donner lieu à un remboursement. Horaires des concerts/retardataires : les concerts débutent à l’heure précise. Le placement n’est plus garanti après l’heure indiquée sur le billet. Les retardataires seront placés en loge dans la limite des places disponibles, ou au mieux pendant les pauses, si le concert le permet. Règlement intérieur : l’achat d’un billet implique l’adhésion au règlement intérieur de l’établissement, affiché à l’Auditorium et disponible sur : billetterie.auditoriumlyon.com. Accès à la salle : l’accès à la salle est interdit aux enfants de moins de 3 ans et fortement déconseillé aux enfants de 3 à 5 ans (sauf concerts dédiés).

Tarif réduit : accordé aux moins de 28 ans, demandeurs d’emploi et bénéficiaires du RSA (sur présentation du dernier avis de paiement du mois en cours ou précédent), ainsi qu’aux titulaires de la carte mobilité inclusion mention invalidité (et à leurs accompagnateurs si mention «Besoin d’accompagnement»). Tarif dernière minute : 8 €, accordé aux moins de 28 ans une heure avant le début des concerts, dans la limite des places disponibles. Accessible également aux demandeurs d’emploi, aux bénéficiaires du RSA et aux titulaires de la carte mobilité inclusion, mention invalidité. Tarif pédagogique : réservé aux lycées, écoles de musique, conservatoires. Une gratuité est accordée à un accompagnateur par groupe de 10 personnes de moins de 18 ans. Tout accompagnateur supplémentaire bénéficie d’un tarif à 14 €. Ces tarifs sont disponibles uniquement auprès de Géraldine Soufflot, réservations groupes et collectivités, contact p. 124. Concerts gratuits : places à retirer à la billetterie de l’Auditorium ou sur auditorium-lyon.com dans le mois précédant le concert et dans la limite des places disponibles. Le placement en salle n’est plus garanti 15 minutes avant le concert. Concerts de musique de chambre : gratuits pour les enfants de 6 à 12 ans accompagnés d’un adulte (3 enfants maximum par accompagnateur). Échange de billets : 3 € par billet / gratuit pour les abonnés. Échange à effectuer au plus tard 24 heures avant le concert, aux heures d'ouverture de la billetterie, sur présentation des billets (à tarif équivalent), dans la limite des places disponibles. E-billets échangeables par téléphone ou au guichet. Réimpression billets web : 3 € seront demandés en cas de réimpression d’un e-billet au guichet.

125


INDEX DES COMPOSITEURS ET ARTISTES

Andsnes Leif Ove, piano et direction

p. 77

Larsson Anna, contralto

p. 51

p. 55

Angelich Nicholas, piano

p. 27

Laube Nathan, orgue

p. 81

Ma Mère l’Oye, cinq pièces enfantines

p. 71

Ax Emanuel, piano

Laurent Géraldine, saxophone

p. 28

Sonate pour violon et piano r (orch. Maresz)

p. 44

Avitabile Franck, piano et Fender Rhodes

p. 28

Leguay Lucie, direction

p. 30

Tzigane

p. 44

Bah Sekou, basse

p. 54

Les Nouveaux Caractères

p. 66

La Valse

p. 35

Baissat Julien, bruiteur

p. 18

Letonja Marko, direction

p. 44

Balthasar Neumann Chor & Ensemble

p. 76

Lifschitz Yaron, mise en scène et décors

p. 74

Barrard Marc, baryton

p. 33

Losier Michèle, mezzo-soprano

p. 29

Maurice Ravel Concerto pour la main gauche

Josef Rheinberger Zadok the Priest

Ernest Chausson Symphonie en si bémol majeur

COMPOSITEURS

Frédéric Chopin

John Adams Doctor Atomic Symphony

p. 47

Tomaso Albinoni Concerto pour hautbois op. 9/2

p. 41

Anton Arenski p. 54

Concerto pour piano n° 1

p. 82

Joseph Haydn

Nocturne en si majeur, op. 9/3

p. 64

La Création («Chaos»)

Sonate pour piano n° 3

p. 64

William Herschel

Vingt-quatre Préludes

p. 64

Symphonie à déterminer

Malcolm Arnold Grand Fantasia

p. 72

Johann Sebastian Bach

Concerto pour piano n° 1

Danses de Galánta

Élégie (Adagio) pour quatuor à cordes

p. 74

György Ligeti

Quatuors à cordes nos 5, 8 et 11

p. 74

Concerto românesc

Symphonie n° 8

p. 55

Franz Liszt

p. 24

Guillaume Connesson

Cantate 146 (extrait)

p. 24

Concerto pour violoncelle

p. 71

p. 41

Techno-Parade

p. 72

p. 79

Arcangelo Corelli

Capriccio sopra la lontananza…

p. 49

Concerto grosso op. 6/8,

Concerto pour deux violons en ré mineur

p. 41

«Fatto per la notte di Natale»

Concerto pour violon en la mineur

p. 49

Michel Corrette

Fantaisie chromatique et Fugue en ré mineur

p. 79

Symphonie de Noël n° 1

L’Offrande musicale (extrait)

p. 79

Brett Dean

Sonate pour violoncelle et orgue n° 1

p. 59

Concerto pour piano

Suite pour orchestre n° 3

p. 49

«Gneixendorf Music, a Winter’s journey»

p. 63

Concerto pour orchestre

p. 44

In this Brief Moment. An Evolution Cantata Claude Debussy

Divertimento pour cordes

p. 72

Prélude à «L’Après-midi d’un faune»

p. 21

Le Mandarin merveilleux (version de concert)

p. 21

Bryce Dessner

Sonate pour deux pianos et percussions

p. 55

Concerto pour deux pianos

p. 69

St. Carolyn by the Sea

p. 69

Béla Bartók

Ludwig van Beethoven Concerto pour piano n° 3

p. 80

Concerto pour piano n° 5, «L’Empereur»

p. 19, 20

Les Créatures de Prométhée (ouverture)

p. 15

Quintette à cordes en ut majeur

p. 81

Sérénade américaine

p. 45

Théophile Dreux

Romance pour violon et orchestre n° 2

p. 39

Œuvre nouvelle

Sonate pour piano n° 17, «La Tempête»

p. 79

Paul Dukas

Sonate pour piano n° 26, «Les Adieux»

p. 79

L’Apprenti sorcier

Sonate pour piano n° 32, op. 111

p. 79

Marcel Dupré

Symphonie n° 3, «Sinfonia eroica»

p. 38

Cantilène

Symphonie n° 6, «Pastorale»

p. 63

Maurice Duruflé

Trio avec piano n° 4, «Gassenhauer»

p. 30

Requiem

Triple Concerto

p. 58

Antonín Dvořák

Œuvre nouvelle

Quintette avec piano n° 2 p. 81

p. 41

p. 19, 20

p. 72

Antal Doráti

Quintette pour piano et vents

Karol Beffa

p. 41

Franz Doppler Andante et Rondo

Symphonie n° 9, «Du Nouveau Monde»

p. 47 p. 47 p. 61 p. 44

Funérailles

p. 81

Sonate pour piano en si mineur

p. 81

Jean-Baptiste Lully

p. 72 p. 21 p. 30 p. 59 p. 29

Danzón n° 2 Messe pour double chœur

p. 29

Jules Massenet Werther

p. 33

Felix Mendelssohn Bartholdy

Cassan David, orgue

P. 62

New Gemma, direction

Castagnet Yves, orgue

p. 31

Nguci Marie-Ange, piano

p. 82

Castro Walter, bandonéon

p. 61

Orchestre et Maîtrise de l’Opéra de Lyon

p. 33

p. 39

Ceccarelli André, batterie

p. 28

Chalvin Nicolas, direction

p. 72

Orchestre Démos Lyon Métropole

p. 86

p. 19, 20

Chamber Orchestra of Europe

p. 26

Orchestre des Pays de Savoie

p. 72

Compagnie Circa

p. 74

Fazil Say The Moving Mansion Franz Schubert

p. 54

Rosamunde (Entracte n° 3)

Trio avec piano en sol majeur

Symphonie n° 4

Josef Strauss La Libellule, polka-mazur

Sinfonia pour cordes n° 10

p. 22

Symphonie n° 1

p. 58

Richard Strauss

Symphonie n° 4, «Italienne»

p. 29

Trio avec piano n° 1

p. 41

Lara Morciano Riji

p. 69

Wolfgang Amadeus Mozart

p. 82 p. 30, 53 p. 83 p. 15

Jean Sibelius

p. 15

Une nuit sur le mont Chauve

p. 41

Alexandre Scriabine

p. 22

p. 34

p. 38 p. 30

p. 80 p. 53

Le Chevalier à la rose (suite d’orchestre)

p. 60

Une symphonie alpestre

p. 56

Igor Stravinsky

p. 22, 79

Concertgebouworkest (Amsterdam)

p. 60

Corti Francesco, clavecin et direction

p. 40

Corti Nicole, direction

p. 29

Coulondre Laurent, piano et Fender Rhodes

p. 28

Davis Sir Andrew, direction

p. 29

Dean Brett, direction

p. 62, 63

de Ridder André, direction

p. 69

Dego Anna, teatrodanza

p. 19

Denève Stéphane, direction

p. 71

Dessner Aaron, guitare électrique

p. 69

Dessner Bryce, guitare électrique

p. 68, 69

D’Hérin Sébastien, direction

p. 66

Diawara Fatoumata, voix et guitare

p. 54

DiDonato Joyce, mezzo-soprano

p. 40

d’Oustrac Stéphanie, mezzo-soprano

p. 33

Doron Michal, mezzo-soprano

p. 85

Escaich Thierry, orgue

p. 29, 48

Fliter Ingrid, piano

p. 64

Fondacci Élodie, autrice et récitante

p. 25

Freire Nelson, piano

p. 56

Frémaux Thierry, présentation et piano

p. 52

L’Oiseau de feu (suite d’orchestre de 1919)

p. 15

Frisch Céline, direction artistique

p. 49

Sonate pour piano en fa dièse mineur

p. 70

Gbadoe Jean Baptiste, batterie

p. 54

Piotr Ilyitch Tchaïkovski

Gilbert Jennifer, violon

p. 38, 41 p. 58, 80

La Belle au bois dormant (extraits)

p. 57, 73

Glassberg Ben, direction

Casse-Noisette (extraits)

p. 24, 61

Gospel Experience

Sérénade pour cordes

p. 43

Orchestre national d’Auvergne

p. 52

Orchestre national de Lille

p. 48

Orchestre philharmonique de Radio France

p. 78

Organ Jason, lumières et décors

p. 74

Orlin Robyn, conception et mise en scène

p. 13

Papadopoulou Katerina, chant

p. 19

Petrucciani Philippe, guitare

p. 28

Petrucciani Tony, guitare

p. 28

Philippens Rosanne, violon et direction

p. 22

Phuphuma Love Minus

p. 13

Pluhar Christina, direction et théorbe

p. 19

Portal Géraud, contrebasse

p. 28

Porter Gregory, voix

p. 37

Power Lawrence, alto

p. 17

Quatuor Debussy Radivo Giovanni, violon

p. 74 p. 39, 41, 58

Reif Christian, direction

p.47

Renaudin-Vary Lucienne, trompette

p. 28, 72

Romano Aldo, batterie

p. 28

Rone, électronique

p. 88

Rundell Clark, direction

p. 61

Rustioni Daniele, direction

p. 33

Saglio Étienne, magie

p. 30

Say Fazil, piano

p. 54

Scheen Céline, soprano Schiff Sir András, piano et direction

p. 19 p. 26, 53, 79

Schuster Michaela, mezzo-soprano

p. 65

Seiffert Peter, ténor

p. 85

Silins Egils, basse

p. 85

p. 54

Goussot Paul, orgue

Symphonie Manfred

p. 27

Grosvenor Benjamin, piano

p. 80

Symphonie n° 6, «Pathétique» (extrait)

p. 30

Guichard Jérôme, hautbois

p. 41

Skelton Stuart, ténor

Pēteris Vasks

Hagen William, violon et direction

p. 54

Slatkin Leonard, direction

p. 18, 22, 24, 25

p. 45 p. 19, 20

p. 65 p. 27, 55

Thierry Escaich

Symphonie n° 29

p. 39

Concerto pour violon n° 1, «Lumière lointaine» p. 52

Hartmann Nicolas, violoncelle

p. 58

Smith Arecio, clavier

p. 54

Concerto pour orgue n° 1

Symphonie n° 38, «Prague»

p. 77

Louis Vierne

Hengelbrock Thomas, direction

p. 76

Sobotka Iwona, mezzo-soprano

p. 78 p. 37

p. 48

Louise Farrenc

Johann Baptist Georg Neruda

Ouverture n° 1

Concerto pour trompette en mi bémol majeur

p. 58

p. 53

Élégie

p. 59

Fratres

Concerto pour piano n° 2

p. 32

Pelléas et Mélisande (suite d’orchestre)

p. 48

Camille Pépin

Concerto pour violon

p. 60

César Franck

Quintette à cordes n° 2

p. 81

Pièce héroïque

Symphonie n° 2 (extrait)

p. 30

Philip Glass

Concerto pour deux pianos

Symphonie n° 4

p. 26

The Hours, Etudes, Glassworks, Satyagraha,

Sergueï Prokofiev

Trio pour clarinette, violoncelle et piano

p. 30

Dance (extraits) – Mad Rush

La Source d’Yggdrasil p. 59

p. 45

Edvard Grieg Concerto pour piano en la mineur

p. 72

Arvo Pärt

Gabriel Fauré

p. 26, 56

p. 52 p. 80

Pièces de fantaisie (extraits)

p. 31

Hill Moïse, création lumières et mise en espace p. 87

Sokolov Grigori, piano

Symphonie pour orgue n° 1

p. 31

Horecka Pascal, direction et arrangements

p. 43

Spirito / Jeune Chœur symphonique p. 29, 51, 63, 85

Antonio Vivaldi

Il Pomo d’Oro

p. 40

Stagg Siobhan, soprano

p. 63

Concerto pour quatre violons et violoncelle en si

Imany, voix

p. 39

Stavisky Claudia, dramaturgie

p. 15

p. 78

Szeps-Znaider Nikolaj, violon et direction p. 15, 16, 17,

mineur, op. 3/10

p. 66

Janowski Marek, direction

Sinfonia «Al Santo Sepolcro»

p. 66

Jansen Janine, violon Jeune Chœur symphonique

Richard Wagner

Francis Poulenc p. 57, 73

Tannhäuser (ouverture) Le Vaisseau fantôme

Concerto pour violon n° 1

p. 21

Wesendonck-Lieder

Roméo et Juliette (extraits)

p. 71

Charles-Marie Widor

Sarcasmes

p. 70

Symphonie pour orgue n° 6 (extrait)

p. 81 p. 15, 85 p. 78 p. 24

Jordan Philippe, direction

p. 60 p. 51, 63, 85 p. 60

32, 34, 35, 38, 51, 53, 56, 57, 73, 82, 85 Terrasson Jacky, piano et Fender Rhodes

p. 28

Terry Patrick, contreténor

p. 63

Jussen Arthur, piano

p. 57, 73

Thibout Pierre, piano

p. 58

Jussen Lucas, piano

p. 57, 73

Tiberghien Cédric, piano

p. 55

Keenlyside Simon, baryton

p. 33

Valetti Pablo, direction artistique

p. 49

Kobayashi Tamiko, violon

p. 83

Valdés Chucho, piano

p. 59 p. 33

Sonate pour piano n° 2

p. 70

Kone Yacouba, guitare

p. 54

Valiquette Florie, soprano

Concerto à deux chœurs n° 1

p. 41

Symphonie n° 1, «Classique»

p. 87

Krylov Sergueï, direction et violon

p. 52

van Tiel Ernst, direction

p. 42

Dixit Dominus

p. 66

Toccata

p. 24

L’Arpeggiata

p. 19

Volodos Arcadi, piano

p. 73

Israël en Égypte

p. 76

Sergueï Rachmaninov

Labèque Katia, piano

p. 69

Wang Yuja, piano

p. 15

Laudate Pueri Dominum

p. 66

Concerto pour piano n° 3

p. 27

The Amazing Keystone Jazz Big Band

p. 75

Labèque Marielle, piano

p. 69

Young Simone, direction

p. 65

Nisi Dominus

p. 66

Sonate pour piano n° 2

p. 70

Amsterdam Sinfonietta

p. 54

Laquet Damien, comédien-voix

Ziegler Pablo, piano

p. 61

Georg Friedrich Händel

p. 59

p. 35

Namekawa Maki, piano

Mer calme et Heureux Voyage

Concerto pour piano n° 1

Adagio

Moreau Edgar, violoncelle

p. 44

p. 72

Concerto pour violon en mi mineur

Octuor (version pour orchestre à cordes)

p. 47

p. 71

Capuçon Renaud, violon

p. 72

Tarentelle

Symphonie n° 2, en ré majeur

p. 45

André Caplet

Capuçon Gautier, violoncelle

Sonate pour clarinette et piano

Prométhée, ou le Poème du feu

Quintette pour piano et vents

4:33

p. 70

L’Amour et la Vie d’une femme

Frank Martin

Georges Enesco

John Cage

p. 85

Montero Gabriela, piano

Symphonie n° 3, «Rhénane» p. 55, 61

p. 34

p. 66

Milling Stephen, basse

p. 19

p. 17

p. 77

Crucifixus à seize voix

p. 13

Capezzuto Vincenzo, alto

p. 30, 57, 73

p. 32

Quatuor avec piano n° 1

Antonio Caldara

Camille, danse et chant

Samson et Dalila («Bacchanale»)

Symphonie n° 2

Les Noces de Figaro (ouverture)

p. 78

p. 72

Odelette pour flûte et piano

Symphonie n° 1, «Printemps»

p. 72

Symphonie n° 3

p. 45

p. 83

p. 29

Anton Bruckner

McVinnie James, orgue

p. 56

Introduction et Allegro pour cordes

p. 35

p. 74

p. 49

Quintette avec piano

In the South

Johannes Brahms

McDonnell Libby, costumes

Café Zimmermann

Manfred (ouverture)

p. 29

D’un matin de printemps

Brock Timothy, direction

p. 30

p. 32

Les Nuits d’été

Lili Boulanger

p. 35

Danse macabre

What the Wild Flowers Tell Me (arr. Britten)

p. 77

p. 61

Concerto pour violoncelle n° 1

p. 26

p. 77

L’Arlésienne («Farandole»)

p. 61

(Konzertstück)

Modest Moussorgski

p. 22

p. 51

Mancini Luciana, mezzo-soprano

p. 65

Concerto pour piano n° 24

Georges Bizet

Maîtrise de la primatiale Saint-Jean de Lyon

Symphonie n° 10 (Adagio)

Arturo Márquez

p. 77

p. 33

Introduzione et Allegro appassionato

p. 41

p. 85

Mahler Chamber Orchestra

p. 28

Robert Schumann

«Pastorale per il Santissimo Natale»

Magee Emily, soprano

p. 21, 48

Bou Jean-Sébastien, baryton

p. 51

Sinfonia da chiesa op. 2/12,

p. 19, 20

Bloch Alexandre, direction Boltro Flavio, trompette

Le Carnaval des animaux («Le Cygne»)

p. 65

Francesco Manfredini

Biss Jonathan, piano

p. 59

Camille Saint-Saëns

Symphonie n° 3

Concerto pour piano n° 23

p. 55

p. 35

Le Chant de la terre

Gustav Mahler

Edward Elgar

West Side Story, «Danses symphoniques»

Symphonie n° 3

Clara Schumann

p. 17

Leonard Bernstein

Albert Roussel

p. 61

(«Marche pour la cérémonie des Turcs»)

Harold en Italie

Hector Berlioz

p. 59

Symphonie n° 8, «Inachevée»

Le Bourgeois gentilhomme

Concertos brandebourgeois n 2, 3 et 4 os

p. 38

Zoltán Kodály p. 54

Cantate 22 (extrait) Cantate 174 (extrait)

p. 24

Karl Amadeus Hartmann Concerto funèbre

Dmitri Chostakovitch

Variations sur un thème de Tchaïkovski

126

p. 48

Pastorale

p. 32, 34

ARTISTES

p. 18, 87

127


LE CONCERT DE 20H TOUS LES SOIRS SUR FR ANCE MUSIQUE Chaque jour, un concert enregistré dans les plus grandes salles du monde

Julien Mignot et Vincent Lappartient sont tous deux photographes. Ils se sont rencontrés dans les backstages de mode il y a près de vingt ans. S’ils travaillent alors tous deux pour la presse, Vincent se spécialise rapidement dans la mode tandis que Julien s’ouvre à d’autres genres, en particulier le portrait. En 2012, ils fondent le studio J’adore ce que vous faites !, où Ava du Parc les rejoint quelque temps plus tard, à la fin de ses études en photographie. Investis ensemble auprès de la Philharmonie de Paris, d’Hermès ou du festival We Love Green, ils développent leurs activités de concert, jusqu’à leur résidence à l’Auditorium-Orchestre national de Lyon dont ils signent naturellement ensemble cette brochure.

Directrice de la publication : Aline Sam-Giao Direction éditoriale : Emmanuelle Durand et Yara Blanc Conseil en communication / Direction artistique : Jefferson And Son Coordination : Coralie Audren, Églantine Chabasseur et Claire Delamarche Textes : Claire Delamarche, François-Gildas Tual Avec la participation d’Arnaud Brovillé, Loïs Brulebois, Marc Cardonnel, Jane-Lise Meunier et de l’Institut Lumière. Entretiens (p. 104-108) : Emmanuelle Giuliani Photos : Julien Mignot, Vincent Lappartient et Ava du Parc Bertrand Gaudillère (p. 23, 87, 92 et 93) Benjamin Renner (illustration) p. 67

© Julien Mignot

Programme imprimé sur papier couché Magno Volume 100g ;

128

couverture Munken 240g – Imprimerie Chirat Licences nos 1109504, 1109505, 1109506

France Musique partenaire de l’Orchestre national de Lyon

98.0

+ 7 webradios sur francemusique.fr


Profile for Association Française des Orchestres

Brochure de saison 20-21 Orchestre National Lyon  

Brochure de saison 20-21 Orchestre National Lyon  

Advertisement