Page 1

208 Chabbat Parachat A’harei-Kedochim - Hebdomadaire édité par le Beit Machia’h de Arnona-Talpiot 058-4770055 - viveleroi770@gmail.com - www.viveleroi770.com Bonnes Nouvelles Editorial

Iyar 5773 : Ouvrir un Beit Machia’h ! Photo de la semaine

Jérusalem Beit Machia’h Centre Ville 6, rue Yavets Rav Doron Oren - 052-3618770 Parade de Lag Baomer Beit Machia’h Arnona Cours de Tanya et Dvar Mal’hout et Ala’hot le mardi soir à 20h15, le Chabbat, reprise des cours sur Pirkei Avot à 18h00 - 19/5 rue Chalom Yehuda 058-4770055 Parade de Lag Baomer Beit Machia’h Har ‘Homa 34, rue Rav Its’hak Nissim Farbengen, jeudi soir Grand feu de camp pour Lag Baomer proche du Kikar - Rav Shlomo Yossef Tsion 050-4147725 Minyane ‘Habad à Baka le Chabbat à 10h30 suivi d’un Farbrengen 1, rue Dan à Baka synagogue «Tefila LeDavid» 058-4770055 Katamon : Beit ‘Habad francophone de Katamon Rav Avraham ‘Haviv 054-4866072

A vendre : Affaire à saisir sans frais d’agence à Bétar : Grand appartement de 211m2, 7,5 pces, vue panoramique sur un étage, cuisine de Pessa’h, proche des synagogues ‘Habad et du centre commercial, 3 grands balcons, Guiva A. 052-6996770

Travaux d’impression numérique logos, graphisme

Demandez John pour service en français

072-2424245 print@colorprint.co.il

Dans la Newsletter de cette semaine, nous avons interviewé le Chalia’h du Rabbi Roi Machia’h Chlita à Har ‘Homa Rav Shlomo Yossef Tsion afin de nous faire part de ses activités, mais aussi du grand Farbrengen, la réunion ‘hassidique de jeudi soir dernier, un moment de pure Sim’ha avec le Rav Chalom Israël Shneibelg… La Newsletter : Rav Tsion, donneznous une idée de l’historique du Beit Machia’h à Har ‘Homa ? Rav Tsion : Le 24 Tévet 5772-2012 a été inauguré le Beit Machia’h afin d’ouvrir nos cours et nos réunions ‘hassidiques au grand public. Tout a commencé lors du Chabbat Ouparatsta qui eut lieu quelques semaines auparavant à Nathanya. Un Chabbat dédié aux jeunes couples qui débutent dans la Chli’hout. Le thème du Chabbat était de renforcer le point de la «Bessorat HaGuéoula, la nouvelle de la délivrance imminente». Et lors de la réunion ‘hassidique qui eut lieu ce même Chabbat, le Rav Zimroni Tsik a évoqué l’idée de monter de nouveaux Batei Machia’h et a posé la question à la fin de son intervention : « Qui veut s’engager à monter un nouveau Beit Machia’h dans son quartier ? », j’ai donc levé le doigt en disant que j’étais prêt à monter un Beit Machia’h ! Et ainsi, avec une grande aide d’Hachem, nous avons eu le privilège d’ouvrir et d’inaugurer le Beit Machia’h le 24 Tévet, jour de la Hilloula de l’Admour Hazaken… La Newsletter : D’où vient cette initiative d’organiser des Farbrengens déjà célèbres à Har ‘Homa ? Rav Tsion : A l’origine, le Farbrengen, la réunion ‘hassidique à la veille du Chabbat pour renforcer le public grâce à des paroles de ‘Hassidout, des histoires personnelles évoquant les miracles par l’intermédiaire des Igueroth Kodech. Tout cela parce que notre génération souffre principalement de cette fin d’exil emplie de difficultés multiples... Le Farbrengen donne de la joie, une énergie nouvelle due au fait que nous soyons tous ensemble, on fait « Le’haïm » ensemble, on chante, on danse on donne à chacun le sentiment qu’il est unique, on prête attention à chacun en particulier. La Newsletter : Que s’est-il passé lors du Farbrengen de jeudi soir dernier Parachat Tazria-Metsora ? Rav Tsion : J’ai rencontré le Rav Chalom Israël Shneibelg au centre «Machia’h et Guéoula» du centre ville à Jérusalem. Je lui ai décrit nos activités et lui ai demandé d’intervenir lors du Fabrengen du jeudi soir. Il a accepté avec plaisir et pour décrire un peu le person-

Le Chalia’h Rav Shlomo Yossef Tsion et à droite le Rav Chalom Israël Shneibelg

nage, il faut savoir qu’il est un ‘hassid descendant de plusieurs Admourim, c’est à dire de Rabbis responsables de communautés entières, des centaines de familles. Lors de ses études de Torah dans lesquelles il excellait, il a pris conscience de la proximité de la délivrance, des paroles inhabituelles du Rabbi de Loubavitch et surtout de sa fonction de Roi Machia’h… C’est alors que tout a commencé. Il a immédiatement réagit en diffusant dans sa Yéchiva la nouvelle de la délivrance immédiate et donnait des cours régulièrement autour de lui. Il a décidé par luimême de recevoir l’aide divine par l’intermédiaire des Igueroth Kodech. Et a dès ce moment suivit leurs directives à la lettre. Inutile de conter les nombreux miracles qu’il a vécu, avant son mariage lorsqu’il est parti au 770 à New-York, ainsi que par la suite… des récits qu’il faudrait tout un livre pour évoquer, en bref, Rav Chalom Israël a renforcé par la joie et les chants, les récits et les enseignements tous les nombreux présents, ce fut un moment inoubliable dans la joie de la Guéoula.

La Newsletter : Quelles sont les activités du Beit Machia’h et que prévoyezvous pour Lag Baomer ? Rav Tsion : Des cours de Torah tous les soirs, Guémara, ‘Hassidout, Tanya, Dvar Mal’hout pour toutes informations (horaires et jours) : 050-4147725. Mais aussi pour les dames, mon épouse Mme Hila Tsion, est réellement à l’origine de toute cette entreprise, car c’est avec elle qu’ont débuté les cours, chez nous à Har ‘Homa, mais aussi à Guilo, elle pensait offrir un cadeau au Rabbi Roi Machia’h Chlita. La Newsletter : Grâce à D.ieu, c’est cadeau de qualité ! Rav Tsion : Le téléphone pour le cours des femmes est le : 050-4147723. NB : Le couple Tsion responsables du Beit Machia’h de Har ‘Homa organisent une grande soirée de Lag Baomer avec immense feu de camp, activités pour les enfants, une loterie, avec de nombreux prix de qualité. Tout ceci aura lieu à l’entrée de Har ‘Homa, proche du Kikar.


www.viveleroi770.com L’Edit Royal - Dvar Mal’hout Résumé du discours de Chabbat Parachat A’harei-Kedochim 13 Iyar 5751-1991 du Rabbi de Loubavitch Roi Machia’h Chlita

La Guéoula dans le Kodech HaKodachim Au début de la Paracha A’harei, est décrit le service du Cohen-Gadol, le Grand-Prêtre dans le Kodech HaKodachim (le Saint des saints) « Ainsi viendra Aharon dans le Kodech etc. » Il s’agit d’un exemple en miniature de ce que sera la délivrance : Le Cohen-Gadol dans le Kodech HaKodachim. Le Kodech HaKodachim est l’endroit le plus sacré au monde. C’est l’endroit dans lequel la divinité brille de manière dévoilée (sans caches, ni voiles). En même temps, c’était un endroit réel dans le monde, et le Cohen-Gadol y pénétrait en tant qu’âme vêtue d’un corps [contrairement au cas de Nadav et de Avihou, le «Ratso», l’aspiration métaphysique sans le «Chov», le retour vers la matière]. Le royaume des Cohanim Guedolim Tous les enfants d’Israël sont appelés « Un royaume de Cohanim, de Prêtres » (1), « de Grands Prêtres (2) », et de manière dévoilée dans la perfection, ceci aura lieu lors de la délivrance véritable et complète (3). Et chaque Juif possède donc, grâce à cela, en tant qu’âme dans un corps, un rapport avec le niveau de sainteté du Kodech HaKodachim, la perfection de la sainteté. Et comme le tranche le Rambam (4), « Il n’y a pas que la tribu de Lévi, mais aussi tout homme… qui Lui consacre son esprit… celui-là arrive au niveau de la sainteté du Kodech Kodachim etc. » Et selon le Midrach, «A chaque moment où il voudra entrer, il entrera», il faut souligner que chaque

Juif possède le pouvoir de se hisser au niveau de « Kodech HaKodachim » et c’est ce qu’il adviendra lors du monde futur. L’histoire de Yoach Et l’on pourra mieux comprendre tout ceci en s’inspirant de l’histoire des Prophètes (5) : lorsqu’au moment du danger, Yehocheva cacha Yoach (qui était un descendant de lignée royale) et sa nourrice et l’installa dans « la Chambre des lits », qui était dans la montée, en direction du Kodech HaKodachim, du Saint des saints (6), « Et il resta avec elle dans le Temple de l’Eternel, se tenant caché pendant six ans... (7) ». De là, nous comprenons que, alors qu’il était dans le Kodech HaKodachim, il avait là-bas même, tous ses besoins

matériels ; le manger, le boire et le sommeil. Et, en vérité, c’est exactement là-bas, la véritable place de tout Juif, dans le Kodech HaKodachim (comme nous le constaterons, lors de la délivrance véritable et complète), mais ceci se dévoila lors d’une descente (le danger), à l’image de l’élévation, comme, par exemple, l’élévation de la délivrance qui vient grâce au travail réalisé pendant la «Gola». La symbolique d’Israël Arié Leib On se doit de relier tous ces points avec celui dont on célèbre le Yortseït (anniversaire du décès), le 13 Iyar : Israël Arié Leib (8). Tout d’abord, même s’il s’agit du nom de quelqu’un de privé, il a un point commun avec tous les enfants d’Israël (alors qu’ils sont tous d’un seul tenant, une réalité unique – 9). Et plus particulièrement, en sachant que son premier nom est Israël, le nom général de tout Juif et de tous les enfants d’Israël. La force du lion Et l’on doit expliquer comment tout cela se traduit dans le service divin : En priorité, tout Juif a besoin de savoir qu’il est un « Israël ». Et que

l’origine et la racine de sa vitalité vient de la lettre qu’il possède dans la Torah, ainsi, chaque chose qu’il fait doit être basé sur les directives de la Torah. Et la façon de faire son travail se fait grâce à « Arié Leib » : « Sois… courageux comme un lion pour faire la volonté de ton Père qui est dans les cieux (10) », il doit surmonter tous les voiles et les caches du monde en plus de la maîtrise de soi qui caractérise son travail dans la sainteté. Il se maîtrise aussi dans le domaine des choses permises et profanes, dans les domaines des choses du monde. Et l’on doit ajouter que « Leib » représente aussi les lettres du mot «Lev, le cœur» avec un Youd au milieu, qui fait allusion au cœur de l’homme (le cœur) et les dix forces de l’âme (Youd). Car le travail d’un « Israël » est de faire une demeure icibas, et aussi par les dix forces de son âme, comme ils sont enveloppés dans le cœur de l’homme, car le cœur d’un « Israël » est toujours entier (11), «Je dors et mon cœur est en éveil (12)». Et l’on peut dire que « Lev » entoure le Youd, ce sont les trois vêtements de l’âme, la pensée, la parole et l’action, qui enveloppent les dix forces, qui s’expriment lors du travail de l’homme dans l’action, ici-bas (13). A l’instant même… Et d’après ce que l’on a expliqué plus haut, il y a quelques enseignements que l’on peut retirer, en ce qui concerne le travail des enfants d’Israël pour amener la Guéoula, et la façon dont ils doivent amener la délivrance, alors que nous nous tenons maintenant vraiment à la fin du moment de l’exil, la Gola, et voici, voici que nous nous trouvons dans la Guéoula. En ce qui concerne l’action La Guéoula ne vient que par le tra-

Le Carnet : Pour la réussite de ‘Hanna Bat Mercedès, Line Bat Mercedès, Michaël Ben Mercedès, Henri ‘Haïm Ben Julia, Mena’hem Mendel Israël Ben Gabriel, Noa Bat Menou’ha Ra’hel et Perla Bra’ha Bat Menou’ha Ra’hel pour la famille Liraz Touval, pour Gary Chlomo Ben Tserouya, David Ben Tserouya et pour Ofir Ben Rina et Sivan Bet Sarah Haddassa afin qu’ils aient des enfants Pour la bonne santé de Mercedès Sarah Bat Fifine, de Keren Bat Esther et de Chiran Bat Rina Leilouï Nichmat de ‘Haïm Yeochoua Ben Choulamite, Norbert Avraham Ben Pnina Beckouche, Yossef Ben Solika, Meyer Benchoam, Fifine Bat Habiba, Julia et Rachel Pessa'h, ‘Haya Sim’ha Bat Avraham, Yossef Abitbol Ben Clara, ‘Hanna Bat Ra’hel, Ruth Sarah Isska Bat Gabi, Sarah Bat ‘Haya Dona et Emmanuel Ben Yéochoua


www.viveleroi770.com vail de l’exil, de la Galout, le dévoilement du Maître du monde, d’Aloufo Chel Olam, dans la Gola, afin que cette génération, la dernière de l’exil, soit la première génération de la délivrance, la Guéoula. Et le Saint béni soit-Il nous aide à voir les derniers événements dans le monde et comment le monde, lui-même, aide et amène la Guéoula. L’explication est simple : chaque Juif doit rajouter dans « nos actes et notre travail » car de manière globale, on introduit la délivrance, et comme nous l’avons dit dans la réunion précédente, grâce à l’étude de la Torah orientée sur les sujets qui concernent la Guéoula, la délivrance, dans la Torah écrite (car tous les livres en sont remplis - 14), ainsi que dans la Torah orale, la Michna, la Guemara et les Midrachim etc. Et encore plus précisément, que tout se dévoile et que se réparent toutes les choses qui sont apparemment perdues, ou qui se sont réellement perdues pendant l’exil, ou perdues dans le bon sens du terme (au-dessus de tout dévoilement), le dévoilement de la fin que «le cœur ne dévoile pas à la bouche (15)». Et Machia’h, notre juste qui vient alors que l’on ne s’y attend pas (16), car c’est une trouvaille, comme il est dit « J’ai trouvé David, mon serviteur (17) » et ceci dévoile le cantique 90, Tsadik, « Que la bienveillance de l’Eternel, notre D.ieu, soit avec nous! Fais prospérer l’œuvre de nos mains, oui, l’œuvre de nos mains, fais-la prospérer (18) », dans le troisième Temple, lors de la délivrance véritable et complète, la Guéoula de tous les enfants d’Israël, « Par nos jeunes, nos vieux…, nos fils et nos filles ». Notes 1/ Yitro 19.6 2/ Baal Hatourim sur le verset 3/ Baal Hatourim 4/ A la fin des lois de la Chemita et du Jubilé 5/ Rois II 11-1 6/ Rachi 7/ Rois II 11.3 8/ frère du Rabbi Chlita – Ndt 9/ Likoutei Torah au début de la Parachat Nitsavim, Tanya Ch.32 10/ Avot 5.20 11/ Rambam lois du divorce, fin Ch.2 12/ Chir Hachirim 5.2 13/ Tanya Ch.4 14/ Rambam, lois des rois Ch.11.2 15/ Zohar Hadach, Bérechit 8.1 16/ Sanhedrin 97a 17/ Psaume 89 18/ Psaume 90.17

Récit

Une sortie d’Egypte à Aman… Le jeune Dael Benyamin Shikiar, étudiant à la Yéchiva « Oro Chel Machia’h » dans le centre « Machia’h et Guéoula » au cœur de Jérusalem raconte : « Ce n’est pas la première fois que nous évoquons des sujets qui sont difficiles comme «l’ouverture de la mer des joncs». Un acte qui est demandé à l’homme pour la première fois dans sa vie représente parfois le bris de tous ses préjugés pour atteindre au final, la largesse d’esprit… Une telle histoire est arrivée à un ami de la Yéchiva, Chlomo, citoyen américain. La vie de Chlomo se divise en deux. La première se situe avant qu’il ne reconnaisse son Créateur, et la seconde à la suite de cela, lorsqu’il s’est rapproché de Lui. Jusqu’à il y a quelques années, Chlomo n’était pas conscient de son Judaïsme. Il vivait principalement ici en Terre Sainte et passait son temps en aller-retour réguliers entre la frontière et celle-ci. Une habitude qui tient jusqu’à ce jour pour des raisons techniques. Il y a près de deux ans, il rencontra pour la première fois le stand de Tefillins du centre « Machia’h et Guéoula » dans la rue piétonne en ville, et là, fut pris un premier contact avec lui. Et dernièrement nous l’avons de nouveau rencontré là aussi, un vendredi, alors qu’il mettait les Tefillins. Mais cette fois, Chlomo se présenta, prêt à entendre et recevoir des informations concernant le Judaïsme… Puis, en peu de temps, il transforma sa vie selon l’enseignement de la Torah, il commença à pratiquer les Mitsvot, mit une Kippa et des Tsitsit. Quelques jours avant la fête de Pourim, cette année, Chlomo se rendit sur son lieu de travail qui consistait, bien avant son retour aux sources, à enseigner l’anglais et la musique dans une école internationale de Aman, la capitale de Jordanie. Bien qu’il ait dû, là bas, cacher sa judéité, nous étions toujours en contact avec lui par emails et par téléphone. En effet, il avait besoin de conseils pour progresser dans sa pratique et lors de chaque stade, il nous interrogeait pour savoir quel comportement adopter. Lorsque s’approcha la fête de Pessa’h, nous lui expliquâmes qu’il devait passer la fête selon ses nombreuses lois y compris l’organisation de la soirée du Seder ! Ce ne fut pas évident pour lui, un homme qui n’avait jamais pris part à un Seder de Pessa’h de toute sa vie, et il ne possédait à ce sujet aucune connaissances ni informations.

Mais, là, vinrent à son aide les merveilles de la technologie, et la Haggada de Pessa’h, il put la trouver sur internet et l’imprimer avec sa traduction anglaise. Il n’eut aucun problème non plus à se procurer les ingrédients de la table du Seder, mais nous étions désemparés concernant les Matsot, comment lui transmettre des Matsot ?! Au départ, Chlomo imagina cuire lui même des Matsot, mais cette idée fut vite abandonnée à cause des nombreuses lois qui, dues à son ignorance auraient pu le faire trébucher involontairement. C’est pourquoi, il fut tissé spécialement pour lui, un nouveau type de « Mivtsa Matsa, opération Matsa » tout à fait original en son genre : Transmettre des Matsot à un Juif en Jordanie… Nous avons pris contact avec le Rav Yaacov Shmulevits, Chalia’h (émissaire) du Rabbi Roi Machia’h Chlita, à Beit Chean non loin des frontières jordaniennes. Un rendezvous fut pris avec le Chalia’h pour

une heure bien précise, mais n’était pas encore clarifiée la façon dont il allait faire passer la frontière au paquet de Matsot. Pendant qu’il se creusait la tête et se demandait comment réaliser l’opération sans risquer de problèmes particuliers, apparut au loin, face à lui, un véhicule officiel d’ambassade. Le Rav Yaacov, grâce à D.ieu, n’eut pas longtemps à négocier et le chauffeur accepta avec joie de prendre avec lui ce paquet de Matsot et ainsi évita de longues heures de vérifications, d’enquêtes et autres désagréments… Aujourd’hui, Chlomo est réellement « sorti d’Egypte », il a reçu une réponse du Rabbi Roi Machia’h Chlita par l’intermédiaire des Igueroth Kodech « de répandre la lumière de la Torah » et de fait, à Aman en Jordanie, il a fait le Seder et a prononcé le souhait qui s’est réalisé : « L’an prochain à Jérusalem » et « Ye’hi Adoneinou Morénou VéRabbénou Mele’h HaMachia’h Léolam Vaèd !!! ».


www.viveleroi770.com Actuel

Restaure Tes juges comme autrefois... Cette prophétie a été dite au sujet du Machia’h car chez lui, la prophétie se manifestera avant la rédemption, comme le Rabbi l’a annoncé lors du Chabbat Parachat Choftim 5751-1991 : « Nous pouvons constater qu’il existe une manifestation de la prophétie (chez le Machia’h avant la délivrance), jusqu’à la principale prophétie que la délivrance intervient de manière immédiate et incessamment, « voici qu’il (le Machia’h) arrive » tout de suite, concrètement. » Au centre de la philosophie du Rabbi et au centre de sa gérance du Peuple Juif et de l’humanité toute entière, se trouvent ses puissants efforts afin d’activer la venue du Machia’h (le messie). Ce sujet fondamental est l’objet de son attention plus qu’aucun autre. Nous pouvons constater, que concrètement, lors de chaque allocution, chaque discours, ainsi que dans ses correspondances se trouvent invariablement des références explicites au sujet du Machia’h. Dans presque toutes ses formes d’expressions orales ou écrites, nous pouvons remarquer la formulation de ses souhaits pour le dévoilement immédiat du Roi Machia’h rapidement et de nos jours. Le mot « souhaits » n’est pas réellement adapté ici, mais nous pouvons plutôt parler d’un cri du fond du cœur, un réel désir spirituel qui transperce le cœur des auditeurs, qui ne peuvent plus rester indifférents à cet appel. Ces dernières années, le Rabbi nous apprend que concrètement, le Machia’h est là. Tout est prêt, tout est disponible et le monde entier est mûr pour le processus de la délivrance véritable et complète, en fait, ce qu’il reste à accomplir ne se résume qu’à ouvrir les yeux, reconnaître que le Machia’h est là et nous devons juste l’accueillir. Nombreux sont ceux qui ne reconnaissent pas un réel besoin de cette délivrance par le truchement du Machia’h ; pourtant, tout ceci apparaît clairement dans la foi Juive et dans la Torah. Ceux qui ont compris cette idée émise par les ‘hassidim du Rabbi, pensent carrément que les droits d’auteurs en appartiennent à ‘Habad ! En vérité, l’attente du Machia’h est l’un des fondements principaux de la foi Juive dès ses origines, foncièrement ancrée dans la Torah écrite et orale. Le mouvement ‘Habad n’a fait que transformer, par Allumage des Bougies Chabbat Parachat A’harei - Kedochim

Jérusalem Entrée : 18h35 Sortie : 19h49

sa philosophie et sa traduction dans l’action, cette idée d’un concept théorique abstrait en une réalité palpable et vivante. Nous pouvons découvrir par cela, l’une des vocations essentielles du mouvement historique de la ‘Hassidout, depuis l’époque du Baal Chem Tov où l’effort d’apporter au monde la délivrance à partir des Sphères Célestes et d’en faire découler une réalité concrète dans le monde au quotidien. C’est un effort qui a atteint son sommet dans le travail incessant du Rabbi et dans son comportement infatigable. Comme tous le savent, notre père Avraham était le premier Juif. De ce fait, les Juifs eux-mêmes, sont devenus un peuple quelques centaines d’années après en sortant d’Egypte et en témoignant du dévoilement divin sur le mont Sinaï. Deux événements qui sont indissociable du nom de Moché Rabbénou, le professeur et le grand Maître. Cette même sortie d’Egypte fut la première délivrance. Sauf qu’elle ne fut pas complète ni définitive, elle ne fut pas «une délivrance suivie d’aucun exil», car moins de 1000 ans après, le Peuple Juif tomba, de nouveau sous le joug des nations, il fut exilé de sa terre et dispersé parmi les peuples. Cet exil, plus connu sous le nom

d’exil de Babel, ne dura pas longtemps. En moins d’un siècle, les Juifs retournèrent dans leur contrée d’origine, la Terre d’Israël. Mais, comble de malheur, nous sommes toujours plongés dans un exil qui débuta près de cinq siècles après. Malgré tout, les prophéties de Moché Rabbénou qui furent consignées

dans la Torah, font référence à la délivrance véritable et complète du Peuple Juif. Les prophètes qui le succédèrent et plus exactement, le prophète Isaïe, développa le sujet de la rédemption finale en ajoutant de nombreux détails la concernant. Petit à petit, le Peuple Juif commence à entrevoir et à intégrer ce que nos ancêtres et nos prophètes savaient déjà à leur époque : Le monde arrivera à sa rédemption complète lorsque les Juifs se soumettront au règne du Machia’h, un roi, un dirigeant et un grand prophète, élu par le Saint béni soit-Il pour cette mission et qui méritera la reconnaissance du Peuple. Le Machia’h sera un homme d’une élévation sans équivalent, il sera motivé par l’ambition de diriger les Juifs et les nations du monde vers leur accomplissement, vers le but pour lequel ils furent créés. Lors de l’époque messianique, le monde sera imprégné de lumière, de bien, de bonté et le plus important, de la présence la plus tangible du Saint béni soit-Il, dans Son monde. Tout ceci n’empêchera pas le Peuple Juif de s’adonner complètement à l’étude de la Torah et les nations les aideront à cela. Professeur Yrmyaou Branover

Guéoula

Ouvrir les yeux Dans notre situation actuelle, le corps physique et même la matière du monde ont déjà été transformés et affinés. Il sont un réceptacle, prêt pour la révélation des lumières et de la spiritualité la plus haute, ce qui inclut, en particulier et essentiellement, la lumière de notre juste Machia’h, celle de la délivrance véritable et complète, de même que la Lumière de l’Essence de D.ieu, que le Machia’h révélera et qui s’exprimera dans le caractère infini que chaque Juif possède. Il ne manque donc, désormais, que ceci : un Juif doit ouvrir les yeux de la manière qui convient. Alors, il verra que tout est prêt pour la délivrance. (Sefer HaSi’hot 5752-1992, page 151)


Newsletter n°208-A'harei-Kedochim  

La Newsletter de la Guéoula

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you