Issuu on Google+

203 Chabbat Parachat Vayakel-Pékoudei - Hebdomadaire édité par le Beit Machia’h de Arnona-Talpiot 058-4770055 - viveleroi770@gmail.com Bonnes Nouvelles

Editorial

De Adar à Nissan : Transformer sa vie Dans notre génération, celle de la délivrance véritable et complète, chacun et chacune peut entrer dans un Beit ‘Habad et demander à ce que sa vie change et évolue vers un avenir meilleur dans l’optique de la Guéoula dont nous a tellement parlé le Rabbi de Loubavitch Roi Machia’h. Quel est le secret, comment ce miracle est-il possible, d’où vient cette ouverture, la réalisation de son vœu le plus cher ? Photo de la semaine

Jérusalem Beit Machia’h Centre Ville 6, rue Yavets Rav Doron Oren 052-3618770 Beit Machia’h Arnona Cours de Tanya et Dvar Mal’hout et Ala’hot le mardi soir à 20h15 - 19/5 rue Chalom Yehuda 058-4770055 Beit Machia’h Har ‘Homa 34, rue Rav Its’hak Nissim Rav Shlomo Yossef Tsion 050-4147725 Minyane ‘Habad à Baka le Chabbat à 10h30 suivi d’un Farbrengen 1, rue Dan à Baka synagogue «Tefila LeDavid» 058-4770055 Katamon : Beit ‘Habad francophone de Katamon Rav Avraham ‘Haviv 054-4866072 Guilo : Beit ‘Habad francophone de Guilo Rav Its’hak ‘Haviv 054-4833764 Sortie du recueil des Dvar Mal’hout en français Pour nous aider à la publication télephoner au 08-6717466 ou 054-9204594 - POB 246 Kyriat Mala’hie Rav Mena’hem Volica

Travaux d’impression numérique logos, graphisme

Demandez John pour service en français

072-2424245 print@colorprint.co.il

La joie de la Guéoula à Pourim avec le Rav Eléazar Peretz, Chalia’h du Rabbi Roi Machia’h Chlita à Nathanya

La clé nous a été transmise à de nombreuses reprises dans le Dvar Mal’hout qui nous dit que tout est en dépôt dans un coffre, et la clé du coffre a été donnée à chacun, il suffit qu’un Juif désire y puiser car la récompense est d’ores et déjà disponible. Et quelle est cette clé si précieuse ? Le Rabbi Roi Machia’h Chlita nous donne la réponse en nous disant qu’il s’agit de rencontrer le Prince de la génération, le Roi Machia’h lui-même, et qu’il accomplit toutes les demandes en échange d’un progrès, d’un simple acte supplémentaire dans la pratique des Mitsvot, des Commandements divins ou de l’étude la Torah et plus particulièrement de la ‘Hassidout et encore plus précisément du célèbre Dvar Mal’hout (discours des années 1991-1992). Mais aujourd’hui, alors que de voir le Rabbi Roi Machia’h Chlita n’est plus aussi évident qu’à l’époque (bien qu’il se dévoile à de nombreuses personnes de manière matérielle), il nous suffit d’aller dans un Beit ‘Habad, ou chez un Chalia’h du Rabbi Roi Machia’h Chlita pour y consulter les incontournables livres des Igueroth Kodech. Des centaines de milliers de miracles, dont le récit nous prendrait des siècles, se réalisent grâce à eux tous les jours aux quatre coins du monde. Actuellement, à l’ère de la Guéoula, où l’évolution de la technologie nous permet de communiquer instantanément et sans limites, nous pouvons aujourd’hui ouvrir les Igueroth Kodech sur internet en direct et chez soi. Prendre une décision de rajouter par exemple une pièce à la Tseddaka le matin, un psaume, un Tehilim, ne serait-ce que son propre Tehilim, une Mitsva que nous ne faisions pas encore, se renforcer dans Chabbat, Cacherout, éducation des enfants, allumage des bougies pour les femmes et jeunes filles Juives, Tefilin pour les hommes, étude de la Torah (la plus importante des Mitsvot et qui les vaut toutes) et principalement sur les sujets de Guéoula et de Machia’h. Nous connecter avec un futur de joie et de grandeur, grâce à la parole de Royauté du Rabbi Roi Machia’h Chlita, et faire des miracles pour nous-mêmes et notre entourage, chanter, danser

et remercier D.ieu pour tout ce qu’Il fait pour nous à chaque instant, telle est la porte qui s’ouvre à nous aujourd’hui. Alors, entrons dans le monde de la délivrance véritable et complète et faisons entrer le Roi Machia’h dans notre maison comme l’a dit le Rabbi Roi Machia’h Chlita au grand Rav d’Israël, le Rav Morde’haï Eliahou de mémoire bénie. Maintenant, notre mission est de transmettre ce message autour de nous pour apaiser, rassurer, guérir et réjouir tous ceux que nous connaissons, tout notre entourage, car comme le dit la chanson: « Le Rabbi a dit : «c’est la Guéoula!», il n’y a rien à comprendre, c’est la Guéoula !!! ». Alors connectons nous, transmettons ce message à notre famille, nos amis et déclarons tous ensemble dans la joie de Adar et dans la Sim’ha de la Guéoula : « Vive le Roi Machia’h Now, Mamach !».


www.viveleroi770.com L’Edit Royal - Dvar Mal’hout Résumé du discours de Chabbat Parachat Vayakel-Pékoudei - 25 Adar 5752-1992 du Rabbi de Loubavitch Roi Machia’h Chlita

La divinité est la base où la réalité se renouvelle à chaque instant Vayakel parle du rassemblement des enfants d’Israël. Et Pékoudei parle du compte des dons au Michkan. Il y a une autre explication, enseignement et indication que contiennent en soi les noms «Vayakel» et «Pékoudei» en ce qui concerne l’ensemble du service de l’homme envers son Créateur. Car à ce niveau-là, Vayakel fait allusion au rassemblement des sujets du Sanctuaire et Pékoudei au compte des enfants d’Israël. Car le travail se fait à travers deux optiques ; celle de « Vayakel » et celle de « Pékoudei ». Vayakel, qui permet de rassembler toutes les vertus de l’homme, les dix forces de son âme et les trois vêtements de l’âme, la pensée, la parole et l’action de tous les enfants d’Israël et tous les sujets du monde par lesquels se fait le travail des Juifs, sont rassemblés vers le Michkan, le Sanctuaire. Et Pékoudei, fait le compte de tous les petits détails des sujets du monde, et comment les exploiter au service du Sanctuaire. Lorsque l’on médite sur la réalité de chaque détail (Pékoudei), on ressent à prime abord l’existence du monde, une réalité de grande importance d’un niveau spécifique. Et donc notre travail sera d’asservir cette réalité et de l’exploiter pour construire le Sanctuaire comme dans la Michna (1) « J’ai été créé pour servir mon Créateur » dans laquelle est ressentie en premier lieu la réalité du «J’ai», du «Je», et la nouveauté ici est que la réalité du monde est une base et que s’y renouvelle la divinité à chaque moment. Et lorsque l’on débute à partir du niveau global qui tend à tout rassembler pour la constitution du Sanctuaire (Vayakel), on ressentira a priori Son Existence, qu’Il soit béni. « Et ils Me feront un Sanctuaire », « En Mon Nom ». On ressentira principalement, non pas son existence qui est exploitée par les besoins du Sanctuaire, mais ils ressentiront que toute leur existence n’est autre qu’un Sanctuaire, pour Lui qu’Il soit béni, c’est ce que l’on appelle : La divinité est la base où la réalité se renouvelle à chaque instant.

nulation de la cause de l’exil), on montrera plus par là, l’élévation du niveau de chacun qui est une «Parcelle divine d’En-Haut, véritablement, Mamach». En parlant d’un langage doux et avec affection, même lorsque l’on doit contraindre, comme pour le cas d’un père avec son fils «celui qui retient son bâton, hait son fils» (3) où même un coup sera donné avec amour.

L’attraction vers le bas et l’élévation du bas vers le haut Le travail selon la Parachat «Pékoudei» est du niveau d’attraction et de dévoilement de la divinité dans la réalité du monde, un niveau de divinité qui appartient au monde. Et le travail selon «Vayakel», et du niveau d’élévation, rassembler et élever tous les sujets du monde grâce à leur extraction des limites du monde afin de les élever à un niveau de divinité qui est au-dessus du monde. Et l’on trouvera, en fait, que dans la Parachat « Pékoudei », on ressent davantage la constitution d’une résidence pour D.ieu dans ce monde-ci. Alors que Vayakel, on ressentira plus que la résidence est « Pour Lui, qu’Il soit béni ». Que dans chaque chose, il y aura le

dévoilement de Son Essence, qu’Il soit béni. On retrouve tout cela précisément dans cette année (5752-1992) «Ce sera une année de merveilles en tout». «Des merveilles en tout», cela signifie que dans tous les sujets, mais point tellement dans les préoccupations personnelles, l’on voit des merveilles dans l’actualité, dans les événements qui nous entourent, et plus particulièrement dans les merveilles qui concernent la délivrance véritable et complète, « comme aux jours de ta sortie d’Egypte, Je vous montrerai des merveilles » (2). Et pour activer et rapprocher tout ceci de la manière la plus concrète, on doit rajouter plus d’attention et plus de force dans l’amour du prochain, dans l’unité d’Israël, (l’an-

Le Carnet : Mazal Tov pour le mariage de Nissim et Deborah Zaoui - Pour la réussite de ‘Hanna Bat Mercedès, Line Bat Mercedès, Michaël Ben Mercedès, Henri ‘Haïm Ben Julia, Mena’hem Mendel Israël Ben Gabriel, Noa Bat Menou’ha Ra’hel et Perla Bra’ha Bat Menou’ha Ra’hel pour la famille Liraz Touval, pour Gary Chlomo Ben Tserouya et David Ben Tserouya Pour la bonne santé de Mercedès Sarah Bat Fifine Réfoua immédiate Leilouï Nichmat de ‘Haïm Yeochoua Ben Choulamite, Norbert Avraham Ben Pnina Beckouche, Yossef Ben Solika, Meyer Benchoam, Fifine Bat Habiba, Julia et Rachel Pessa'h, ‘Haya Sim’ha Bat Avraham, Yossef Abitbol Ben Clara, ‘Hanna Bat Ra’hel, Ruth Sarah Isska Bat Gabi et Sarah Bat ‘Haya Dona

Et l’on devra rajouter dans la Mitsva de Tseddaka car «Grande est la charité qui rapproche la délivrance». Et que la volonté soit, et c’est le principal, qu’une bonne décision en ce sens amènera immédiatement la récompense. En contrepartie de « La Tseddaka que le Saint béni soit-Il a fait à Israël lorsqu’Il les a dispersé parmi les nations » (4). Grâce à cela, Hachem fera envers nous la véritable Teddaka, « Sonne du Grand Choffar pour nous libérer… Et réunis-nous des quatre coins du monde vers notre Terre » (5). « Avec nos jeunes, nos vieux… nos fils et nos filles » (6). « Une grande assemblée (Et Moshé réuni toute l’assemblée des enfants d’Israël) reviendra ici » (7), vers notre Terre Sainte, à Jérusalem, ville Sainte, sur la montagne Sainte, vers le troisième Temple (triple, qui contient et le premier et le second Temple – 8), vers le Saint des saints, vers l’armoire Sainte, qui contient les premières et les secondes Tables de la Loi. Que soit reconstruit le Temple de manière immédiatement, Mamach. Notes 1/ fin de Kiddouchin 2/ Mi’ha 7-15 3/ Proverbes 13-24 4/ Pessa’him 87b 5/ Prière de la Amida 6/ Bo 14-9 7/ Jérémie 31-7 8/ Zohar Hadach


www.viveleroi770.com Actuel

L’Eternel combattra pour vous ! Nous devons remercier D.ieu pour cet extraordinaire miracle qui a lieu face à nous. Se concrétise le verset : « L’Eternel combattra pour vous et vous restez silencieux (Bechala’h 14.14) », tout ceci nous donne la possibilité de nous occuper des sujets de Machia’h et Guéoula dans la tranquillité, de rajouter dans l’étude de la Torah et plus particulièrement dans l’enseignement du Rabbi Roi Machia’h Chlita. Lors de ses entretiens avec les chefs du gouvernement israélien, le Rabbi Roi Machia’h Chlita, à de nombreuses reprises, a mis en garde au sujet du « cessez-le-feu », des accords de « paix » en tous genres. Il a décrit les énormes dangers dans lesquels le gouvernement plonge le pays Juif en entier. Mais en même temps, il continue jusqu’à ce jour d’encourager et de déclarer que «La Terre d’Israël est l’endroit le plus sûr au monde». Tout d’abord, parce que la Terre d’Israël possède la plus grande surveillance divine : « Une terre… vers laquelle les yeux de l’Eternel ton D.ieu sont tournés du début à la fin de l’année ». De plus, la Terre d’Israël est l’endroit du saint Temple, et la troisième raison est que des millions de Juifs y habitent… Guerres internes Mais en ce qui concerne les événements en Syrie et au Liban, depuis déjà quelques mois, mise à part la guerre civile en Syrie contre le gouvernement d’Assad, se font jour de nombreuses échauffourées entre les différents partis palestiniens. Ces deux dernières semaines nous montrent un nouveau développement, significatif pour nous, lorsque l’organisation du Hezbolla qui agissait jusqu’ici principalement au Liban a déclaré qu’il entrait dans le combat aux côtés de l’armée syrienne face aux rebelles. Le Hezbolla a débuté ses activités en tant qu’organisation terroriste au Liban. Avec le temps, il s’est transformé en corps d’armée qui a soutenu l’Iran et la Syrie. Il a acquis un impact politique important et de par sa structure et son armement ultramoderne il est devenu principalement pendant la seconde guerre du Liban, une menace pour la sécurité. Les événements en Syrie ont une implication directe pour le Hezbolla, car celui-ci recevait un sérieux soutien armé de la Syrie. La chute d’Assad et la clôture de la bande de la frontière libanaise fermerait les vivres en provenance de Syrie et serait un coup dur pour le Hezbolla. Et ceci est la raison de l’entrée en guerre de cet organisation en Syrie. Au niveau de la force militaire, le Hezbolla possède l’avantage sur les rebelles, qui eux-mêmes constituent

Récit

La lettre arriva à son destinataire…

« Un déménagement n’est pas une mince affaire – pensait en lui-même le Rav Chnéour Zalman Gafni de Bné Brak – et plus particulièrement lorsqu’il s’agit de la ville de Tsfat, un endroit bien différent et lointain ». Pendant près de quarante ans, il s’était consacré à la Yéchiva pour Baalé Techouva anglophones leur propre armée au fur et à mesure «Or Temimim» qu’il avait fondé à Kfar ‘Habad.

des combats, et au niveau numérique c’est eux qui possède l’avantage. Tout cela qui promet de furieux combats entre les adversaires. La semaine dernière, le Hezbolla a annoncé qu’il placerait la majorité de ses effectifs dans la guerre en Syrie et ceci laisse prévoir une lutte acharnée entre forces ennemies d’Israël. Remercier pour les miracles A la veille de la première délivrance du Peuple d’Israël, il s’est produit un processus du même type. Ce fut lorsque les aînés égyptiens sont partis en guerre contre l’armée d’Egypte et qu’ils s’entretuèrent comme nous le dit le verset: « Pour frapper l’Egypte par ses premiers-nés ». Tout ceci intervint dans le but de permettre aux Enfants d’Israël de faire leurs préparatifs afin de sortir d’Egypte, comme Moché Rabbénou le leur a ordonné, dans le calme et la tranquillité. Actuellement, il en est de même et dans une plus large mesure alors que nous nous tenons dans l’époque de la délivrance, la délivrance véritable et complète, alors que nous avons entendu de sa sainte bouche l’annonce de la délivrance sur laquelle il nous a été promis : «Car vous ne sortirez pas en fuyant ni en vous dépêchant», «vous serez libérés dans la tranquillité». Nous devons remercier D.ieu pour l’extraordinaire miracle qu’Il produit à nos yeux, véritablement face à nous, alors que s’accomplit la promesse d’Hachem : « L’Eternel combattra pour vous, et vous, restez en silence », ce processus nous permet de nous occuper des sujets de Machia’h et Guéoula en toute sérénité. Rajouter dans l’étude de la Torah, dans sa partie dévoilée et dans la ‘Hassidout et plus particulièrement dans l’étude de l’enseignement du Rabbi Roi Machia’h Chlita. Rajouter dans l’accomplissement des Mitsvot de la plus belle manière, rajouter dans la diffusion de la nouvelle de la délivrance à tous les gens de la génération jusqu’au dévoilement du Rabbi Roi Machia’h Chlita immédiatement de la manière la plus concrète. Rav Zimroni Tsik, directeur de la Si’hat HaGuéoula

Ce ne fut que lorsqu’ils avaient reçu une réponse positive du Rabbi Roi Machia’h Chlita par l’intermédiaire des Igueroth Kodech au sujet de ce changement qu’ils commencèrent réellement les préparatifs. Il y a un mois de cela, le Rav Gafni et son épouse décidèrent de se rendre au nouvel appartement afin d’y superviser les derniers travaux. C’était le 11 Chevat, alors qu’ils étaient encore à Tsfat, que le téléphone sonna chez le Rav Gafni « Rav, c’est Ifra’h, votre élève de la Yéchiva… ». Le Rav Gafni se rappelait. Ifra’h habitait à cette époque à l’étranger lorsqu’il s’est rapproché, il y a douze ans de cela, au Judaïsme. Il avait l’habitude de participer aux cours du soir ainsi qu’aux réunions ‘hassidiques, les «Farbrengens». Après quelques temps, il se rendit de nouveau à l’étranger et là-bas, il monta une affaire de Judaïca. « Je dois transmettre quelque chose d’important au Rav. Je suis rentré en Israël pour le Yortseït de ma mère. Cela fait plusieurs jours que je cherche le Rav et ce n’est qu’aujourd’hui que j’ai réussi à obtenir le numéro du Rav». Le Rav Gafni lui expliqua qu’il était dans son nouvel appartement à Tsfat afin de tout mettre en ordre en vue du déménagement qui devait avoir lieu le lendemain. Il lui donna l’adresse et un moment après, les deux se rencontrèrent avec grande émotion. « Le Rav connaît mon activité dans le domaine du Judaïca. Je me suis rendu dernièrement chez le Rabbi Roi Machia’h Chlita et pendant que je résidais à New York, j’ai rencontré un Juif, collectionneur en Judaïca qui m’a proposé de lui rendre visite afin de me montrer quelques pièces de collections de valeur. « Au fait, j’ai une collections de lettres qui en tant que Loubavitch pourraient t’intéresser ». Il sortit un classeur et lorsqu’il l’ouvrit, je pus voir une petite pile de lettres que le Rabbi Roi Machia’h Chlita avait écrit à différentes personnes. Puis, j’eus la surprise de remarquer deux lettres qui vous étaient adressées. Je décidais alors de les acquérir afin de vous les apporter ».

Ifra’h, très ému, sortit de son sac deux lettres. La première, de petit format, datée de 5728-1968, contenait principalement des bénédictions de « Ktiva et ‘Hatima Tova » pour la nouvelle année. La seconde lettre dont le format était plus grand était datée du 28 Iyar 5767-1967. Le Rav Gafni lu avec concentration la lettre qui lui avait été envoyée 46 ans plus tôt ! Il murmura : « C’est incroyable ! ». Et il lut à haute voix « En ce qui concerne l’emménagement dans son nouvel appartement, que ce soit en un moment fructueux et pour la réussite, que soit la volonté d’Hachem qu’il soit béni, que tout se passe d’une manière que lorsque l’on change d’endroit, on change de Mazal pour le bien et à tous niveaux. Matériellement et spirituellement en tous leurs besoins. Au bas de la lettre à côté de la sainte signature du Rabbi Roi Machia’h Chlita figurent les mots suivants à la main : Bénédiction pour que tout s’organise pour le bien matériellement et spirituellement ». La date montrait l’intention première de la lettre. C’était pour son emménagement à l’époque à Bné Brak dans leur appartement de la rue Ralbag, c’est là qu’il habitait jusqu’à dernièrement. Le Rav Gafni relu la lettre et précisa qu’il n’avait jamais reçu cette lettre, apparemment, elle avait été perdue en chemin jusqu’à sa vente au collectionneur. Et maintenant 46 ans après, elle parvient à son destinataire ! Exactement au moment où celui-ci emménage à Tsfat dans son nouvel appartement. C’est bien à sujet que le Rabbi Roi Machia’h Chlita nous dit : « Voici je suis avec vous ». Traduit de la Si’hat HaGuéoula


www.viveleroi770.com Guéoula

Emissaires du Machia’h Mon beau-père, le Rabbi nomma de nombreux émissaires. Et l’on sait que la valeur numérique du mot «Chalia’h, émissaire», augmentée de dix est celle de « Machia’h ». Ainsi, lorsque le Chalia’h, émissaire du chef de la génération, se consacre à sa mission par toutes les dix forces de son âme, il dévoile en lui celui qui le mandate, le Machia’h. Car le chef de la génération est aussi le Machia’h de la génération, oint pour conduire le Peuple d’Israël. Bien plus, il ne faut pas craindre de dire qu’il est le Machia’h de la génération. Il est, en effet, à chaque époque, quelqu’un qui joue le rôle de Moché, notre maître. Or, Moché est le Machia’h, car le « premier libérateur » est également le « dernier libérateur ». En conséquence, le chef de la génération en est le Moché et le Machia’h. Puis, lorsqu’il nomme, à son tour, un Chalia’h, il lui donne la possibilité, dès lors que celui-ci investit les dix forces de son âme dans l’accomplissement de sa mission, de devenir à son tour le Machia’h, c’est-àdire de révéler en lui celui qui a confié cette mission et, de cette manière, de faire venir notre juste Machia’h. Certains prétendront que ce qui vient d’être dit les dépasse et qu’ils ne peuvent en aucune façon le comprendre. Mais, peu importe qu’ils le comprennent ou non et l’on ne peut surtout pas attendre qu’ils y parviennent. Qu’ils interprètent donc comme ils le veulent l’affirmation selon laquelle le chef de la génération en est le Machia’h. Mais, en tout état de cause, qu’ils soient Chalia’h, qu’ils mènent à bien la mission confiée par le chef de notre génération, en particulier la diffusion de la foi en la venue du Machia’h et la nécessité de l’attendre. C’est ainsi qu’ils hâteront sa révélation concrète. (Veille de Sim’hat Torah 5746-1985) Allumage des Bougies Chabbat Parachat Vayakel-Pékoudei

Jérusalem Entrée : 17h06 Sortie : 18h19

Sport en Guéoula

Trois fois « Ye’hi Adoneinou » et trois buts… « Fais de la publicité au Machia’h et réussis », tel est le slogan dit et répété par les gens de ‘Habad lorsqu’ils rencontrent des hommes d’affaire qui travaillent et cherchent le secret de la réussite. Ainsi de nombreuses entreprises qui se sont lancés dans cette campagne de publicité comme une branche d’activité de l’entreprise ont pu constater de l’aide divine qui leur était attribuée. Tout ceci en général concerne une petite ou moyenne entreprise, mais dans notre cas, il s’agit d’une véritable institution... Il y a de cela quinze ans, les équipes de sport sont entrées en campagne. Ce fut pour les fans de Basket une année mémorable. L’équipe Hapoél de Haute-Galillée a surpris des centaines de milliers de personnes lorsqu’elle a remporté la coupe nationale contre tous les pronostics et face aux plus grandes équipes qui dominent le Basket israélien. L’entraîneur de l’équipe, Pini Guerchon a dévoilé le secret de la victoire aux médias : «la publicité autour du Machia’h et de la Guéoula» lors des matches. Alors que les fans de l’équipe scandaient la chanson : «Machia’h, Machia’h, Machia’h…», les retransmissions montraient clairement aux téléspectateurs qu’il s’agissait bien là d’un miracle divin tout à fait au-dessus de la nature. La toute première fois que sont apparus le Rav Betsalel Kouptchik et le Rav Guerchon Fried dans la salle d’entraînement, les joueurs n’ont pas caché leur étonnement. Après que toute l’équipe eut mis les Tefilines, la discussion tourna en une demande de bénédiction par les joueurs et leur entraîneur, afin que leur équipe réussisse enfin à gagner leurs matches. Les deux ‘hassidim leur ont expliqué que tout dépendait du but de l’équipe « si son but est de diffuser l’annonce de la délivrance, il est clair qu’elle méritera la bénédiction de D.ieu ». Pour le reste, tout est inscrit dans l’Histoire.

L’entraîneur Pini Guerchon en compagnie du Rav Guerchon Fried

L’équipe du Hapoél ‘Haïfa Depuis ce moment, les vestiaires dans lesquels les joueurs se concentrent avant le match se transformèrent en Beit Midrach. Les émissaires du Rabbi Roi Machia’h Chlita rencontraient les joueurs, leur enseignaient la Torah, leur posaient les Tefilines pendant les heures de la journée. Les joueurs se renforçaient là-bas, dans un monde apparemment éloigné de toute réalité spirituelle.

Le Rav Guerchon Fried avec l’équipe du Hapoél ‘Haïfa - source www.hageula.com

L’allumage des bougies de ‘Hanouka sur le terrain était devenu incontournable alors que des dizaines de milliers de supporters répondaient «Amen» avec émotion aux bénédictions de l’allumage et ainsi ceci devint une activité supplémentaire pour de nombreux ‘hassidim de ‘Habad dans tout le pays. Il y a quelques jours, cette activité a connu un nouveau seuil. Ce fut quelques minutes avant le match de l’équipe « Hapoél ‘Haïfa ». Le site « One » dont le travail est de retransmettre les matches en live décrivit le phénomène : « A la veille du match, il était évident pour l’entraîneur Nir Klinger ainsi que pour les joueurs qu’une défaite pouvait bien être la cause d’une crise d’une telle ampleur qu’il serait bien difficile d’en sortir… Or, il se trouve que malgré tout le stress, dans les vestiaires régnait une joie peu commune. Juste avant que les joueurs ne montent sur la touche et reçoivent leurs dernières instructions, un invité très spécial est arrivé de Tsfat, le Rav Guerchon Fried un ‘hassid ‘Habad, a fait danser les joueurs sur des chants dans une joie extraordi-

naire et il leur a chanté des chants ‘hassidiques. » Une surprise sur le terrain L’un des joueurs nous a décrit l’émotion: «Le Rav nous a transmis une énergie indescriptible. Nous avons chanté et dansé comme s’il n’y avait aucun match dans quelques minutes. C’était une scène extraordinaire qui nous a complètement enflammés. Il y eut des danses avant le match mais aussi après bien entendu certains joueurs ont décrit le soulagement que leur ont procuré ces danses. L’équipe a eut le meilleur match de toute la saison et a marqué trois buts»… La vidéo sur le site nous montre le Rav Fried avec les joueurs qui prennent sur eux la royauté du Rabbi Roi Machia’h Chlita par la sainte déclaration : «Yé’hi Adoneinou…», puis ils chantent des chants ‘hassidiques. Le Rav Guerchon accompagne les joueurs en prophétisant : «Avec l’aide de D.ieu, aujourd’hui nous rentrerons avec trois points »… On peut voir cette scènes sur le site de la Guéoula www.viveleroi770.com.


Newsletter n°203 - Paracha Vayakel