Page 1

DEGOIS VIOLETTE Le président chinois Hu Jintao est attendu dans le Sichuan pour rencontrer des victimes du tremblement de terre qui pourrait avoir fait plus de 50.000 morts, rapporte l'agence Chine nouvelle. Il s'agit du premier déplacement du chef de l'Etat dans les régions frappées par le tremblement de terre de lundi, d'une magnitude de 7,9 sur l'échelle de Richter. Non loin de l'épicentre, le Premier ministre Wen Jiabao a à nouveau exhorté les sauveteurs à poursuivre leurs efforts tant que subsiste un espoir, mais les chances de survie s'amenuisent pour les quelque 25.000 personnes bloquées sous les décombres. Face à l'absence de vivres, certains survivants s'impatientent. "L'accent est mis sur le sauvetage de vies, et ils disent que la nourriture et un endroit pour s'abriter sont accessoires tant que l'on est vivant. En fait, c'est devenu très important", proteste Fan Xiaohua, qui supervise des volontaires dans un centre de coordination des secours, à Mianzhu. A Yingxiu, dans le Sichuan, où des cadavres sont alignés au bord de la rivière, un responsable du Parti communiste a mis en garde contre les risques d'épidémies si les corps ne sont pas rapidement enterrés ou incinérés.


Ce responsable, Bai Licheng, a aussi souligné que la nourriture et l'eau potable parachutées étaient en quantités très insuffisantes. Le ministère de la Santé a ordonné que les corps soient enterrés au plus vite, loin des nappes aquifères et des zones peuplées. PARACHUTAGES Plus de 3.000 soldats recherchent des survivants à Yingxiu, une localité de 6.000 habitants. Bai Licheng a expliqué que des corps étaient toujours enfouis sous les décombres et que les éboulements qui bloquent les routes empêchaient les machines de levage de passer. A Shifang, un petit hôpital s'efforce de traiter les blessés en les installant dans chaque recoin disponible, y compris dans un parking couvert à l'arrière de l'établissement et dans des tentes dressées sur le trottoir. Des centaines de barrages endommagés font aussi craindre des ruptures qui risqueraient d'inonder des villes. La Chine a demandé aux Etats-Unis des images satellite pour faciliter la localisation des victimes et des dégâts aux infrastructures.


Elle a aussi accepté une aide étrangère et un premier groupe d'une soixantaine de Japonais est arrivé vendredi au Sichuan. La Chine a également accepté l'envoi d'équipes de Russie, de Corée du Sud et de Singapour, a annoncé le ministère des Affaires étrangères. Le ministère des Affaires étrangères a confirmé qu'une équipe de 55 sauveteurs partirait vendredi pour Chengdu, chef-lieu du Sichuan. A Wenchuan, épicentre du séisme, les forces aériennes chinoises ont réussi pour la première fois jeudi à larguer du matériel, rapporte Chine nouvelle en citant des sources militaires. Ces parachutages avaient été jusque là entravés par des pluies diluviennes et d'épais brouillards. Version française Nicole Dupont Le président chinois Hu Jintao est attendu dans le Sichuan pour rencontrer des victimes du tremblement de terre qui pourrait avoir fait plus de 50.000 morts, rapporte l'agence Chine nouvelle. Il s'agit du premier déplacement du chef de l'Etat dans les régions frappées par le tremblement de terre de lundi, d'une magnitude de 7,9 sur l'échelle de Richter. Non loin de l'épicentre, le Premier ministre Wen Jiabao a à nouveau exhorté les sauveteurs à poursuivre leurs efforts tant que subsiste un espoir, mais les chances de


survie s'amenuisent pour les quelque 25.000 personnes bloquées sous les décombres. Face à l'absence de vivres, certains survivants s'impatientent. "L'accent est mis sur le sauvetage de vies, et ils disent que la nourriture et un endroit pour s'abriter sont accessoires tant que l'on est vivant. En fait, c'est devenu très important", proteste Fan Xiaohua, qui supervise des volontaires dans un centre de coordination des secours, à Mianzhu. A Yingxiu, dans le Sichuan, où des cadavres sont alignés au bord de la rivière, un responsable du Parti communiste a mis en garde contre les risques d'épidémies si les corps ne sont pas rapidement enterrés ou incinérés. Ce responsable, Bai Licheng, a aussi souligné que la nourriture et l'eau potable parachutées étaient en quantités très insuffisantes. Le ministère de la Santé a ordonné que les corps soient enterrés au plus vite, loin des nappes aquifères et des zones peuplées. PARACHUTAGES Plus de 3.000 soldats recherchent des survivants à Yingxiu, une localité de 6.000 habitants.


Bai Licheng a expliqué que des corps étaient toujours enfouis sous les décombres et que les éboulements qui bloquent les routes empêchaient les machines de levage de passer. A Shifang, un petit hôpital s'efforce de traiter les blessés en les installant dans chaque recoin disponible, y compris dans un parking couvert à l'arrière de l'établissement et dans des tentes dressées sur le trottoir. Des centaines de barrages endommagés font aussi craindre des ruptures qui risqueraient d'inonder des villes. La Chine a demandé aux Etats-Unis des images satellite pour faciliter la localisation des victimes et des dégâts aux infrastructures. Elle a aussi accepté une aide étrangère et un premier groupe d'une soixantaine de Japonais est arrivé vendredi au Sichuan. La Chine a également accepté l'envoi d'équipes de Russie, de Corée du Sud et de Singapour, a annoncé le ministère des Affaires étrangères. Le ministère des Affaires étrangères a confirmé qu'une équipe de 55 sauveteurs partirait vendredi pour Chengdu, chef-lieu du Sichuan. A Wenchuan, épicentre du séisme, les forces aériennes chinoises ont réussi pour la première fois jeudi à larguer du matériel, rapporte Chine nouvelle en citant des


sources militaires. Ces parachutages avaient été jusque là entravés par des pluies diluviennes et d'épais brouillards. Version française Nicole Dupont

violette  

zjgqsjgqsdk

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you