Page 1

BLAYAC Bureau Etude Thermique

Etude d’optimisation énergétique par simulation dynamique Exemple de rapport août 2013

Construction de maison ossature bois à Montpellier

Lieu de construction

Maître d'ouvrage

Adresse

Avenue du Père Prévost 34000 Montpellier

Nom

M. et Mme MARTIN

Adresse

343 route du littoral 34000 Montpellier

Tél

Maître d'œuvre

Etude réalisée par

Nom

M. MXXXXX

Adresse

185 rue de Ferran 34000 Montpellier

Tél

06 XX XX XX XX

Vincent BLAYAC

www.consultant-energies.com siret : 538 303 538 00010


2 BLAYAC-BE-Thermique


Sommaire

Chauffage et confort (enveloppe) _______________________________ 4 Préambule et méthodologie ______________________________________ 4 Présentation du site et du bâtiment _______________________________ 5 Résultats de la simulation de base _______________________________ 12 Optimisation n°1 ________________________________________________ 14 Optimisation n°2 ________________________________________________ 16 Synthèse des optimisations ______________________________________ 18

Chauffage et confort

(système)______________________________ 19

Comportement du système ______________________________________ 19 Choix du système : le poêle à bois ________________________________ 20

Eau chaude sanitaire _________________________________________ 21 Les besoins _____________________________________________________ 21 Le réseau _______________________________________________________ 21 Le ballon _______________________________________________________ 21 Consommation et coût annuel ___________________________________ 21

Eclairage ____________________________________________________ 23 Le confort ______________________________________________________ 23 La quantité de lumière __________________________________________ 24

3 …

BLAYAC-BE-Thermique


CHAUFFAGE ET CONFORT (enveloppe) Préambule et méthodologie La simulation thermique dynamique vise à fournir aux décideurs les éléments pertinents qui leur permettront de choisir les meilleures solutions techniques afin d’optimiser l’efficacité énergétique du futur bâtiment tout en préservant le niveau et la qualité du service rendu et du confort d’usage; et ce au meilleur coût global (investissement, exploitation, entretien et maintenance, amortissement). Pour cela, l’étude intègre de la façon la plus précise possible, les éléments influant sur l’efficacité énergétique (données climatiques du lieu, contraintes de conception) ainsi que les consignes d’utilisation du bâtiment liées à ses divers usages. Les calculs sont réalisés à l'aide du logiciel PLEIADES + COMFIE. Il réalise un calcul dynamique sur un pas de temps horaire permettant de prendre en compte le comportement de l'enveloppe, les apports gratuits afin d'estimer les besoins en chaud et en froid. Les objectifs de la simulation sont : •

prévoir le comportement bâtiment projet,

assurer le confort dans le bâtiment tout le long de l'année,

proposer différentes pistes de solutions concernant la géométrie du bâti, la structure, et les équipements.

thermique

du

4 BLAYAC-BE-Thermique


Présentation du site et du bâtiment Site

du site d'effectuer rection des ures par à l'altitude on météo.

Nom

Montpellier

Altitude

248 m

Longitude

3° 58' 12"O

Latitude

43° 34' 48"N

Station météorologique Le fichier météo comporte 4 valeurs pour chaque heure de l’année (8760 heures) : la température extérieure sèche, le rayonnement global horizontal, le rayonnement diffus horizontal et le rayonnement direct normal. Nom

MONTPELLIER

Altitude

6m

Longitude

3° 58' 12"O

Latitude

43° 34' 48"N

Température

Minimale : -5.00°C

Maximale : 36.30°C

Moyenne : 14.82°C

Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommations d’énergie en proportion de la rigueur climatique. DJU18

1769

Jan

Fév

Mars

Avr

Mai

Juin

Juil

Aout

Sep

Oct

Nov

Déc

327

299

238

148

67

17

0

5

25

94

225

323

Quelques DJU annuel de villes en France Nîmes

Mont Aigoual

Toulouse

ClermontFerrand

Paris

Strasbourg

1782

3928

2035

2509

2406

2706

5 …

BLAYAC-BE-Thermique


Masques de l’environnement et ligne d'horizon Afin de maximiser les apports solaires durant l’hiver, il est préférable de dégager les obstacles au soleil entre le sud-est et le sud-ouest.

Les masques ont été saisis suite à un relevé sur site. Ce sont les obstacles à l’ensoleillement, ils peuvent être : •

Proches (arbre, bâtiment, etc) et ils sont modélisés par des objets autour du bâtiment, ou,

Lointains (montagne, colline, etc.) et ils sont modélisés par une ligne d’horizon comme représenté sur le graphique suivant.

Ces éléments ont un impact décisif sur la climatologie locale et les apports solaires (gratuits).

Orientation du bâtiment

6 BLAYAC-BE-Thermique


Zonage thermique Plans et vues des zones et des pièces Une zone thermique définie de manière pertinente est un regroupement de pièces ayant un fonctionnement "identique" à savoir : •

un comportement proche au niveau thermique,

des scénarios de fonctionnement identiques.

Plan Rdc

Plan Rdc 7 …

BLAYAC-BE-Thermique


Vue 3D et zonage thermique

Sommaire des zones et des pièces Zone

Surface (m²)

Volume (m3)

Zone chauffée

110.55 m²

262.63 m

Zone non chauffée

10.10 m²

28.44 m

3

3

Récapitulatif des pièces Zone

Pièces

Surface (m²)

Volume (m3)

Zone chauffée

RDC - 1 Cuisine/Séjour/Salle à manger 1

43.02 m²

107.54 m

Zone chauffée

RDC - 3 - Cellier 1

4.22 m²

11.81 m

Zone chauffée

RDC - 4 - WC 1

1.42 m²

3.54 m

3

Zone chauffée

RDC - 5 - Rangement 1

3.36 m²

8.41 m

3

Zone chauffée

RDC - 6 - Escalier 1

2.01 m²

5.01 m

3

Zone chauffée

R+1 - 7 - Chambre 1

12.50 m²

28.30 m

3

Zone chauffée

R+1 - 8 - Dégagement 1

9.90 m²

24.38 m

3

Zone chauffée

R+1 - 9 - Chambre 2

11.74 m²

26.12 m

3

Zone chauffée

R+1 - 10 - Chambre 3

11.84 m²

25.77 m

3

Zone chauffée

R+1 - 11 - Salle de bain 1

7.11 m²

15.17 m

3

Zone chauffée

R+1 - 12 - Escalier 2

3.43 m²

6.57 m

Zone non chauffée

RDC - 2 - Garage 1

10.10 m²

28.44 m

3

3

3 3

8 BLAYAC-BE-Thermique


Scénarios Les scénarios permettent de renseigner des informations liées aux fonctionnements de systèmes ou aux comportements (présence de personne) dans le but de décrire un usage proche du futur bâtiment, il y a : le pourcentage d’occupation, la consigne de température, la puissance dissipée, le pourcentage de ventilation et le pourcentage d’occultation (par des volets ou des brises-soleil).

Scénarios de température de chauffage 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Semaine

17°C

19°C

17°C

Scénarios d’occupation en pourcentage (4 persones) Les scénarios d’occupation permettent de définir la chaleur apportée par chaque occupant (80 Watts par personne). 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Lun, Mar, Jeu, Ven

70 %

100 %

Mercredi

70 %

100 %

Samedi et dimanche

70 %

0% 0%

100 % 100 %

70 % 70 %

100 %

Chaque personne émet de la chaleur de 80 W (pour une activité de repos) à 300 W (pour un travail lourd).

70%

Scénarios de ventilation en pourcentage 3

Débit de ventilation moyen : 65 m /h Système : ventilation simple hygroréglable B 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Lun, Mar, Jeu, Ven

70 %

100 %

Mercredi

70 %

100 %

Samedi et dimanche

70 %

0% 0%

100 % 100 %

100 %

70 % 70 % 70%

Selon la norme EN 13779, le débit de ventilation préconisé pour une qualité d’air modérée est de 29 3 m /(h.personne).

Scénarios de puissance dissipée La puissance dissipée correspond à la chaleur émise par les appareils consommant de l’électricité comme l’éclairage, les appareils multimédias, informatique, etc. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Lun, Mar, Jeu, Ven

1.14 W/m²

5.7 W/m²

Mercredi

1.14 W/m²

5.7 W/m²

Samedi et dimanche

1.14 W/m²

1.14 W/m² 1.14 W/m²

5.7 W/m² 5.7 W/m²

5.7 W/m²

1.14 W/m² 1.14 W/m² 1.14W/m²

Les appareils électriques produisent de la chaleur en hiver mais également en été ce qui peut engendrer des périodes de surchauffe.

9 …

BLAYAC-BE-Thermique


Caractéristiques de l’enveloppe Les parois définies ci-après, sont les parois ayant un impact sur la performance énergétique du bâti. Ainsi les parois entre 2 locaux chauffés ne sont pas prises en compte. Correspondance des libellés Plus le R est grand, plus le matériau est isolant. 1 cm de laine est aussi isolant que 65 cm de mur en pierre ou 50 cm de béton.

Libellé

Unité

Epaisseur

E

cm

Conductivité thermique

λ

W/(m.K)

Coefficient de transmission thermique

U

W/(m².K)

Résistance thermique

R

(m².K)/W

Les parois opaques (plancher, murs, etc.) Oss Bois-Plancher intermédiaire léger Composants

E

λ

U

R

Bois léger

2.0

0.150

7.50

0.13

Laine de chanvre

5.0

0.039

0.78

1.28

Bois léger

2.0

0.150

7.50

0.13

0.65

1.55

Total

Plancher hourdis PSE sur VS isolé sous chape | Up=0.23 Composants

E

λ

U

R

PSE EM fond plat à lang. 60mm rect. - 2 alv. - lt 1 - Entrax.1

26.0

0.106

0.41

2.45

Béton lourd

5.0

1.750

35.00

0.03

Plaques polystyrène expansé CFC (avec peau)

5.0

0.031

0.62

1.61

Béton lourd

5.0

1.750

35.00

0.03

0.24

4.12

Total

Mur parpaing Composants

E

λ

U

R

Mortiers ciment ou chaux ( ? > 2000)

2.0

1.800

90.00

0.01

Blocs béton creux 2 rangs 20 x 25 x 50

20.0

0.870

4.35

0.23

4.15

0.24

Total

10 BLAYAC-BE-Thermique


Oss Bois-Toiture 300 Composants

E

λ

U

R

Laine de bois

30.0

0.042

0.14

7.14

Bois léger

2.0

0.150

7.50

0.13

0.14

7.28

Total

Oss Bois-Mur ext 145 Composants

E

λ

U

R

Panneau de fibre de bois ( ? = 200)

3.5

0.070

2.00

0.50

Laine de chanvre

14.5

0.039

0.27

3.72

Lame d'air 50 mm flux asc.

5.0

0.313

6.25

0.16

Plâtre gypse

1.3

0.420

32.31

0.03

0.23

4.41

Total

Cloison légère 72/48 Composants

E

λ

U

R

Placoplatre BA 13

1.3

0.325

25.00

0.04

Laine de roche

4.8

0.041

0.85

1.17

Placoplatre BA 13

1.3

0.325

25.00

0.04

0.80

1.25

Total

Baies vitrées et portes Porte d’entrée isolante et étanche l’air Coeff U 1.50 W/(m².K)

Fenêtre double vitrage peu émissif 4/16/4 sur châssis bois Coeff Uw (fenêtre)

Facteur Solaire moyen

Coeff U partie vitrée

Coeff U partie non vitrée

1.3W/(m².K)

0.49

1.1 W/(m².K)

2 W/(m².K)

11 …

BLAYAC-BE-Thermique


Résultats de la simulation de base Le bâtiment

ETANCHEITE

VENTILATION

Elle est définie à la valeur maximum de la RT 2012, Q4 Pa_surf = 3 2 0.6 m /(h.m )) entrainant un débit 3 d’infiltration de 0.1 vol/h soit 33 m /h (calculé selon la norme EN13790).

Le système est une ventilation simple flux hygroréglable B qui permet de moduler le débit en fonction de l’occupation.

ENVELOPPE

SCENARIOS

Se reporter à la partie Caractéristiques de l’enveloppe page 9.

Se reporter à la partie Scénarios page 8.

Saison de chauffage Bilan énergétique Les apports (gratuits et besoins en chaud) compensent les déperditions pour que la température intérieure reste constante.

Les apport sont c d’apports (corps usages) et solaires.

Apports gratuits Besoins thermiques nets Toiture Plancher Infiltrations Ponts thermiques Ventilation Murs Baies & Portes -20

-10

0

10 20 en kWh/m²

30

40

50

12 BLAYAC-BE-Thermique

Les besoi miques net chaleur qu tème de devra dégag


Besoins et puissance Besoins thermiques nets annuels

Besoins thermiques nets annuels surfaciques

Puissance de chauffage

2 380 kWh/an

22 kWh/(m².an)

6.7 kW

Consommation en énergie Type de chauffage

Consommation d’énergie de l’appareil

Coût annuel en énergie

Poêle à bois (rendement annuel de l’appareil : 50 %)

4650 kWh

170 € (2.5 stères)

Température maximale atteinte

Durée de T°C > 27°C

Amplification de la température extérieure

30.8 °C

420 heures

32 %

Confort thermique d’été

Analyse La ventilation est le premier poste de consommation. Afin de réduire les déperditions de ce poste, une ventilation double flux peut être installée. La durée de l’inconfort est trop longue. Il est possible de résoudre ce problème par l’installation de stores extérieurs sur les baies de façade orientée Ouest.

13 …

BLAYAC-BE-Thermique


Optimisation n°1 Le bâtiment

ETANCHEITE

VENTILATION

Elle est définie à la valeur maximum de la RT 2012, Q4 Pa_surf = 3 2 0.6 m /(h.m )) entrainant un débit 3 d’infiltration de 0.2 vol/h soit 66 m /h (calculé selon la norme EN13790).

Le système est une ventilation double flux qui permet de récupérer la chaleur de l’air extrait pour la transférer à l’air entrant. Ce type de ventilation entraine une plus grande déperdition par infiltration.

ENVELOPPE

SCENARIOS

Aucun changement, se reporter à la partie

Les stores extérieurs laissent passer 15 % de lua lumière durant l’été (15 mai au 15 septembre) et 100 % le reste de l’année.

Caractéristiques de l’enveloppe page 9.

Se reporter à la partie Scénarios page 8.

Saison de chauffage Bilan énergétique Les apports (gratuits et besoins en chaud) compensent les déperditions pour que la température intérieure reste constante.

Les apport sont c d’apports (corps usages) et solaires.

Apports gratuits Besoins thermiques nets Toiture Plancher Infiltrations Ponts thermiques Ventilation Murs Baies & Portes -20

-10

0

10 20 en kWh/m²

30

40

50

14 BLAYAC-BE-Thermique

Les besoi miques net chaleur qu tème de devra dégag


Besoins et puissance Besoins thermiques nets annuels

Besoins thermiques nets annuels surfaciques

Puissance de chauffage

2 080 kWh/an

19 kWh/(m².an)

6.6 kW

Consommation en énergie Type de chauffage

Consommation d’énergie de l’appareil

Coût annuel en énergie

Poêle à bois (rendement annuel de l’appareil : 50 %)

4350 kWh

150 € (2.3 stères)

Température maximale atteinte

Durée de T°C > 27°C

Amplification de la température extérieure

29.5 °C

290 heures

32 %

Confort thermique d’été

Analyse Les baies vitrées sont le premier poste de déperditions mais ne pose pas de réels problèmes de déperdition car elles engendrent un bilan positif car elles apportent plus d’énergie qu’elles n’en perdent de par leur orientation.

La durée de l’inconfort est trop longue. Il est possible de résoudre ce problème par la mise en œuvre d’un plancher béton permettent au bâtiment d’acquérir une meilleure inertie afin de stocker la fraicheur des nuits.

15 …

BLAYAC-BE-Thermique


Optimisation n°2 Le bâtiment

ETANCHEITE

VENTILATION

Elle est définie à la valeur maximum de la RT 2012, Q4 Pa_surf = 3 2 0.6 m /(h.m )) entrainant un débit 3 d’infiltration de 0.2 vol/h soit 66 m /h (calculé selon la norme EN13790).

Le système est une ventilation double flux qui permet de récupérer la chaleur de l’air extrait pour la transférer à l’air entrant. Ce type de ventilation entraine une plus grande déperdition par infiltration.

ENVELOPPE

SCENARIOS

Le plancher intermédiriare initialement en bois est remplécé par un plancher béton monté sur poteau béton.

Les stores extérieurs laissent passer 15 % de lua lumière durant l’été (15 mai au 15 septembre) et 100 % le reste de l’année.

Caractéristiques de l’enveloppe page 9.

Se reporter à la partie Scénarios page 8.

Saison de chauffage Bilan énergétique Les apports (gratuits et besoins en chaud) compensent les déperditions pour que la température intérieure reste constante.

Les apport sont c d’apports (corps usages) et solaires.

Apports gratuits Besoins thermiques nets Toiture Plancher Infiltrations Ponts thermiques Ventilation Murs Baies & Portes -20

-10

0

10 20 en kWh/m²

30

40

50

16 BLAYAC-BE-Thermique

Les besoi miques net chaleur qu tème de devra dégag


Besoins et puissance Besoins thermiques nets annuels

Besoins thermiques nets annuels surfaciques

Puissance de chauffage

2 080 kWh/an

19 kWh/(m².an)

6.6 kW

Consommation en énergie Type de chauffage

Consommation d’énergie de l’appareil

Coût annuel en énergie

Poêle à bois (rendement annuel de l’appareil : 50 %)

4350 kWh

150 € (2.3 stères)

Température maximale atteinte

Durée de T°C > 27°C

Amplification de la température extérieure

28.5 °C

290 heures

32 %

Confort thermique d’été

Analyse Les baies vitrées sont le premier poste de déperditions mais ne pose pas de réels problèmes de déperdition car elles engendrent un bilan positif car elles apportent plus d’énergie qu’elles n’en perdent de par leur orientation.

La durée de l’inconfort est trop longue. Il est possible de résoudre ce problème par la mise en œuvre d’un plancher béton permettent au bâtiment d’acquérir une meilleure inertie afin de stocker la fraicheur des nuits.

17 …

BLAYAC-BE-Thermique


2 380 kWh

2 080 kWh

1 870 kWh

22 kWh/m²

19 kWh/m²

18 kWh/m²

Base

Opt. N°1

Opt. N°2

Besoins thermiques Consommation en surfaciques chauffage

Energie & Confort

28,0

29,7

30,8

Temprature maximale

130 €

150 €

170 €

Coût en chauffage

60 €

60 €

-

Surcoût d’exploitation par rapport à "Base"

Economique

3 500 € (Plancher béton)

4 500 € (Centrale double flux)

-

Coût d’investissement

Synthèse des optimisations

18

BLAYAC-BE-Thermique


CHAUFFAGE ET CONFORT (système) Comportement du système L’appel de puissance varie au cours de l’année en fonction des déperditions (la température extérieure et la montée en température à l’intérieur). Le graphique ci-dessous représente l’appel de puissance cumulée sur l’année.

Une puissance inférieure à 3 kW est utilisée pendant 90 % de la saison de chauffe.

La poêle devra avoir une puissance nominale au environ de 3 kW et une puissance maximale de 6 à 8 kW.

19 …

BLAYAC-BE-Thermique


Choix du système : le poêle à bois La puissance Les poêles sont tous définis par une puissance maximale et une puissance nominale. •

Lors de l’étude thermique, on calcul la puissance maximale de chauffage qui est définit généralement le jour le froid de l’année. Cette puissance maximale devra correspondre à la puissance maximale du poêle.

La puissance nominale est définie par le fabricant pour un rendement maximum de l’appareil. Elle devra être assez basse car dans la plupart des cas, on utilise moins de 50 % de puissance maximum durant les 2/3 de la saison de chauffe.

L’étanchéité IL existe aujourd’hui des poêles étanches à l’air. Cela signifie que l’air pour la combustion est puisé à l’extérieur, froid. Il n’est pas nécessaire de puisé l’air chaud du logement pour la combustion, de plus ce système crée une aspiration supplémentaire dans le logement synonyme de consommation de chauffage. La prise d’air pour le poêle peut se faire à l’extérieur ou dans le vide sanitaire. Il n’existe encore à l’heure actuelle aucune certification du degré d’étanchéité des poêles.

Le corps de chauffe Il y a des corps de chauffe métallique et d’autres recouverts de vermiculite (minéral ressemblant à la pierre ponce). La vermiculite isole le foyer et permet une température de combustion plus haute, ce qui augmente le rendement. Par ailleurs les plaques doivent être changées car elles cassent. C'est donc un investissement tous les 3 à 6 ans. Ainsi pour des appareils de mêmes rendements, votre choix devra se tourner vers un appareil avec un corps de chauffe métallique.

Les indications et labellisation La mention "maison BBC" sur les catalogues n'a aucune valeur. Elle permet seulement de repérer les poêles de petite puissance. Par contre le label "flamme verte" est une certification donc un gage de qualité. Les rendements et les puissances des poêles sont calculés selon la norme NF EN 13240.

Vous pouvez consulter sur le site www.flammeverte.org

)

20 BLAYAC-BE-Thermique


EAU CHAUDE SANITAIRE Les besoins

bit d’une sans réduc16 l/min. Le r permet de ar 2 la conon et miser 80 douche.

e moyenne douche en st de 10 mi-

Afin de réduire la consommation d’eau des réducteurs de débit pourront être mise en place sur certains points de puisage : •

la douche : 8 ou 9l/min,

le lavabo : 5l/min. Par ailleurs il existe des robinets à double débits, un premier cran pour les usages courants et un deuxième cran (grand débit) pour les tâches ménagères.

Le réseau Le réseau de distribution devra être le plus court possible et isolé de la production aux points de puisage (robinets, douches, etc.) dans les locaux non chauffés, les locaux chauffés et dans la dalle. Un tuyau non isolé de 10 mètres émet 150 Watts de chaleur vers le milieu ambiant durant chaque tirage. Cette chaleur contribue l’augmentation de la température intérieure en hiver comme en été.

Le ballon Le chauffe-eau devra être réglé sur une température comprise entre 55 et 60 °C, limitant les déperditions et la formation de calcaire. Un ballon contient de l’eau à 60 °C, il existe donc des déperditions de chaleur. En été, elles s’ajoutent à la chaleur ambiante et chauffe votre logement. Elles sont évaluées à 40 €/an. Ces déperditions peuvent être évitées en installant ou en fabriquant une jacket autour de la cuve. Pour un logement T4, un ballon de 200 litres répond aux besoins d’une famille de 4 personnes. Lorsque les besoins seront plus importants, son fonctionnement pourra être basculé en marche forcée.

Consommation et coût annuel Chauffe-eau électrique traditionnel (cumulus) Type de production

Besoins en énergie

Coût annuel

Electrique

3 400 kWh

400 €

Le coût d’un chauffe-eau électrique traditionnel et de son installation : 600 €

21 …

BLAYAC-BE-Thermique


Chauffe-eau électrique raccordé au poêle bouilleur La saison de chauffe est d’environ de 4.5 à 5 mois par an, ce qui permet d’évaluer la part de couverture des besoins à 45 %.

Type de production

Besoins en énergie

Coût annuel

Poêle bouilleur (bois)

1 530 kWh

60 €

Electrique

1870 kWh

225 €

Total

3 400 kWh

285 €

Le prix d’un poêle bouilleur peut être sensiblement égal au poêle traditionnel mais son installation engendre la mise en œuvre d’un réseau de chauffage par radiateurs ou plancher chauffant. Estimation du réseau de chauffage : 2 500 €

Chauffe-eau solaire avec appoint électrique Les panneaux solaires permettent de couvrir 60 % repartis sur l’année. Type de production

Besoins en énergie

Coût annuel

Panneaux Solaires

2 040 kWh

0€

Electrique

1 360 kWh

163 €

Total

3 400 kWh

163 €

Le coût des panneaux solaires et de leurs installations sont estimés à 4 500 €

Chauffe-eau électrique relié à un récupérateur de chaleur sur les eaux usées Type de production

Besoins en énergie

Coût annuel

Electrique

2 700 kWh

320 €

Le récupérateur de chaleur permet d’économiser entre 20 et 25 % d’énergie. Il est placé sous le bac à douche et transfère la chaleur à l’eau froide. Ce produit requiert l’installation de d’un robinet thermostatique. Les avantages de ce système est son faible entretien qui se résume à un nettoyage annuel avec un écouvillon et la durabilité du produit. Coût estimé pour le matériel et de l’installation : 1 200 €

22 BLAYAC-BE-Thermique


ECLAIRAGE Le confort Avec l’arrivée de technologies différentes, il est devenu compliqué de choisir une lampe pour un local. Les emballages sont recouverts de nombreuses caractéristiques.

La température de couleurs (K) C’est qui va nous permettre de dire si la lumière est chaude (orange) ou froide (bleue). Le graphique suivant représente la zone de confort qu’il existe entre la température de couleur et l’éclairement d’une surface (voir la définition ci-dessus).

Plus la pièce est éclairée, plus la température de couleur doit être élevée (pour la cuisine, la salle de bain) et moins la pièce est éclairée, plus la température de couleur doit être basse (salon, chambres) Lumière chaude

2 400 à 3 000 Kelvin

Lumière froide

5 000 à 7 000 Kelvin

23 …

BLAYAC-BE-Thermique


Indice de rendu de couleur (IRC) C’est la capacité d'une source de lumière à restituer les différences entre couleurs du spectre visible. L'indice maximum Ra=100 correspond ainsi à une lumière blanche « idéale » telle que la lumière naturelle, tandis que l'indice minimum Ra=0 correspond à la lumière émise par une lampe monochromatique. Pour un éclairage de bonne qualité, il est conseillé d'utiliser des lampes dont l'IRC est supérieur à 90. IRC Lampe classique à incandescence

100

Lampe halogène

100

Lampe fluocompacte

60 à 90

Lampe LED

70 à 85

La quantité de lumière Flux lumineux en Lumen (Lm) C’est la quantité de lumière émise, plus elle est grande plus la lampe éclaire. 250 Lumen

700 Lumen

1300 Lumen

Puissance d’une lampe classique

35 Watts

60 Watts

100 Watts

Puissance d’une lampe halogène

25 Watts

40 Watts

75 Watts

Puissance d’une lampe fluocompacte

8 Watts

12 Watts

22 Watts

Puissance d’une lampe LED

4.5 Watts

-

15 Watts

La caractéristique de la lampe LED est d’émettre la globalité de sa lumière d’un seul côté de la lampe alors que les autres émettent tout autour (du filament ou du tube) de la lampe. Ce qui engendre une meilleure efficacité de l’éclairage lorsque l’on veut éclairer une chose en particulier.

24 BLAYAC-BE-Thermique

On ne com deux lampe puissance leur flux lum


L’éclairement en Lux C’est le flux lumineux reçu par unité de surface, ce qui permet de définir des règles pour différents usages. Voici quelques repères Activité ou lieux concerné

Eclairement conseillé

Travail de minutieux

600 Lux

Couloirs et escaliers

100 Lux

Pièces de vie

100 à 200 Lux

Rue de nuit bien éclairée

20 à 70 lux

Les conseils Les lampes les plus performantes seront installées en priorité dans les pièces qui reste souvent allumées (séjour, cuisine, chambres des enfants etc.) En fonction du type de luminaire du type d’application certaines lampes seront utilisées plus efficacement :

Les spots encastrés Ils sont utilisés pour éclairer des espaces précis, ainsi la lampe LED de par sa technologie éclairant à la manière d’un faisceau est la lampe la plus efficace. Dans certaines pièces peu utilisés, les lampes halogènes pourront être mise en place.

Appliques, suspensions, luminaires équipés d’abat-jour Les luminaires à diffusion de lumière indirecte sont équipés de réflecteurs. Ils s’apparentent à des surfaces blanches ou réfléchissantes permettent de récupérer le flux n’allant pas dans la bonne direction. Ces luminaires peu efficaces sont dédiés à créer une ambiance chaleureuse. La multiplication des points lumineux permet un meilleur confort visuel. Les lampes les plus efficaces sont les flucompactes dans ce cas, dans les pièces peu utilisés, les lampes halogènes pourront être mise en place.

25 …

BLAYAC-BE-Thermique


Etude réalisée par

www.consultant-energies.com

26 BLAYAC-BE-Thermique

2013rapportstd  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you