Issuu on Google+


faites l’expérience

page 2

page 3

Le bois à l’échelle de la ressource

page 3

Le bois à l’échelle de l’objet

page 4

Le bois à l’échelle de l’architecture

page 5

Le bois à l’échelle du matériau

page 6

Le bois à l’échelle de l’économie

page 7 1

Les boisminos

page 8

Atelier : « L’arbre sondeur »

page 9

page 10

page 16


faites l’expérience

Objectif général : Cette exposition permet au visiteur d’envisager le bois sous différents aspects (ressource, objet, architecture, matériau et économie) et à travers différents métiers. Elle met ainsi en évidence l’omniprésence, le caractère innovant et la promesse d’avenir du bois.

La visite : Le visiteur pénètre dans un univers en pleine extension, celui du bois du XXIème siècle. Il y découvre sa culture, sa capacité d’innovation, sa réponse à nos besoins, son adaptation à nos modes de vie. L’exposition démarre donc dès l’extérieur du bâtiment avec la réalisation d’éléments architecturaux en bois. L’exposition est dans sa forme, une réalisation artistique qui présente cette matière sous un aspect surprenant et très créatif laissant aussi une place aux rêves. Les sens du visiteur sont aussi sollicités : la vue, le toucher tiennent une place primordiale pour que le visiteur fasse ce que l’on appelle l’expérience bois et le découvre par ce biais.

Matériau Recherche Design

Économie

Bois dans la ville

2 Ressource

Matériau Innovation Objet Boismino

Atelier

Architecture


faites l’expérience

Le bois à l’échelle de la ressource Objectif : Montrer que le bois est une matière aux multiples visages. Le bois est une ressource très riche. Dès son arrivée, le visiteur a la possibilité de voir grâce à une série de photographies, le bois dans différents états.

En regardant et en touchant des échantillons, le visiteur entre ensuite à l’intérieur de la matière pour découvrir la ressource du visible jusqu’à l’infiniment petit. (copeaux, sciures écorces … à l’état brut)

La ressource se découvre également par des informations clés disposées sur des plots disséminés dans l’exposition : Le bois c’est durable : A chaque fois qu’un arbre est coupé, cinq sont replantés pour assurer le renouvellement. La forêt française augmente ainsi de 500 000 hectares chaque année. Le bois stocke : Le bois capte du CO2 tout au long de sa vie. Le bois c’est recyclable : Les déchets du bois peuvent être transformés en broyats valorisés sous forme de matière ou d’énergie. Le bois c’est local : La forêt des landes est la plus grande forêt d’Europe occidental (12 650 km²).

3


faites l’expérience

Le bois à l’échelle de l’objet Objectifs : Montrer grâce à des objets du quotidien l’omniprésence du bois. Découvrir les propriétés du bois. Découvrir les métiers du bois. Apprendre en s’amusant Le bois est partout. Une multitude d’objets en témoignent et parfois des plus surprenants (vernis à ongles, essence …). Un mur constitué de carrés mobiles permet de découvrir tous ces objets à l’aide d’un jeu sur les propriétés du bois et les différents métiers du bois Il suffit de faire un demi-tour à tous ces carrés et découvrir ainsi l’image cachée qu’ils reconstituent.

4


faites l’expérience

Le bois à l’échelle de l’architecture Objectif : Montrer comment le bois investit les espaces à travers des réalisations et projets architecturaux en Bois Le bois est un atout artistique. Cette étape trouve déjà son préambule à l’extérieur du bâtiment de Cap Sciences grâce aux réalisations architecturales présentées. Mais présenter l’architecture c’est également plonger le visiteur dans des projets fous à travers des photos de réalisations d’habitats bois aux 4 coins du monde.

5

Le bois investissant les espaces urbains, Bordeaux se prête au jeu ! De la passerelle Kawamata sur les quais aux constructions de maison bois dans le quartier des Chartrons, le visiteur se plonge dans la ville de Bordeaux, grâce à une immense carte au sol, pour découvrir plusieurs réalisations concrètes et projets en cours de réflexions.


faites l’expérience

Le bois à l’échelle du matériau Objectif : Montrer que le bois est un sujet innovant de recherche scientifique et technologique Le bois est innovant.

Il s’agit de montrer des projets innovants à l’aide de 15 échantillons. Ces échantillons sont des résultats de recherches dans les laboratoires qui ont vu le jour et qui sont désormais industrialisés. Chaque échantillon est accompagné d’un texte et de photos qui permettent de découvrir les procédés utilisés pour leur fabrication, leurs spécificités et leurs usages.

D’autres innovations sont aussi présentées à travers le design. Le public découvre l’univers d’un designer précurseur dans ce domaine, Christian Colvis. Son but, valoriser le bois à travers des réalisations surprenantes où beauté et design sont au cœur de ses préoccupations. Il cherche à apporter de la valeur ajoutée aux déchets du bois (bois d’élagage urbain, copeaux de rabotage) et utiliser la matière première au maximum (écorces, aiguilles et pignes de pin). Au milieu d’un mur d’échantillons, Christian Colvis interpelle le public à travers un film en trois parties : la recherche et le choix de la matière première, les méthodes de coloration et les techniques de presse et de finition.

6


faites l’expérience

Le bois à l’échelle de l’économie Objectifs : Connaître la filière du bois Expliquer ce qu’est un pôle de compétitivité tel que Xylofutur Présenter des projets labellisés par ce pôle Le bois a de l’avenir

Cette partie cherche à montrer les grands enjeux de la filière bois en France et en Aquitaine, à travers la présentation du pôle de compétitivité Xylofutur, son fonctionnement et ses ambitions.

Le bois demain c’est quoi ? Pour mieux comprendre les enjeux de la filière, l’interview de plusieurs acteurs de la filière offre des regards croisés sur l’avenir du bois. Présentation originale, chacun de ces acteurs illustre son discours à l’aide de Kaplas (petits morceaux de bois). Le film « Forêts, le grand réveil. » nous présente, au travers du portrait d’une sylvicultrice, les difficultés de cette filière suite à la tempête Klaus et les solutions envisagées pour la développer.

Pour faire écho aux plots concernant la ressource, de nouveaux supports proposent ici de faire le tour de la filière en découvrant des informations clés. La filière bois c’est : Gérer des ressources : 16 millions d’hectares de forêt = 30% du territoire. La région Aquitaine est la première région française de production de bois. Créer des emplois : 450 000 personnes, travaillent dans la filière forêt-bois en France. C’est 1,7 % de l'emploi en France. Développer une économie : La filière bois en France c’est 60 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel Faire face aux tempêtes : La tempête Klaus de 2009, a ravagé 700 000 hectares de forêt en France

7


faites l’expérience

Les boisminos Objectifs : Comprendre les mécanismes d’assemblage du bois Connaître quelques types d’assemblage du bois Savoir les identifier Apprendre en s’amusant Ce jeu, qui reprend le principe des dominos, fait le lien entre l’architecture et les matériaux. Il permet de présenter tous les assemblages réalisables et des exemples d’objets utilisant ces assemblages. Le jeu est présenté sur une table rappelant l’univers familiale avec tous les membres réunis autour d’une table pour jouer à un jeu de plateau. Les dominos sont visibles et accessibles aux visiteurs. Un cartel précise les règles du jeu. Règle du jeu Ce sont exactement les mêmes règles que les dominos. Prélever chacun son tour, les yeux fermés, un boismino dans le bac central jusqu’à en avoir 7 chacun Le plus jeune pose son premier boismino Chaque joueur joue à son tour (dans le sens des aiguilles d’une montre) et l'on constitue ainsi une chaîne dont les parties voisines peuvent s’assembler. Lorsqu'un joueur n'a pas de boismino qui convient, il en pioche un dans le bac central et passe son tour, c'est le suivant qui joue. Le vainqueur est celui qui a placé le dernier de tous ses dominos.

8


faites l’expérience

Atelier : « L’arbre sondeur » Objectifs : Se questionner sur les enjeux autour du bois Confronter son raisonnement avec celui des autres, débattre Raisonner sur les 6 descripteurs suivants :  Ecologique  De demain  Innovant  Créatif  Design  Rassembleur Participer à un sondage sur un sujet de société, être citoyen

Le principe : L’arbre sondeur est une création graphique qui rassemble les opinions des personnes sondés. Elles peuvent participer à ce sondage sur internet ou directement dans l’exposition. L’arbre figure une expression organique du vote des sondés. Chaque fusion de sondage métamorphose cet arbre pour être au fur et à mesure de plus en plus pertinent grâce aux données accumulées. Cette « expérience » accumulée par l’arbre sondeur se visualise par la croissance de l’arbre. L’espace permet de sonder 16 personnes simultanément au sein de l’ exposition.

Le déroulement : L’animateur présente et explicite les données figurées par l’arbre sondeur : La taille du tronc de l’arbre correspond au nombre de personnes ayant participé à ce sondage. Le nombre de personnes ayant participé depuis le début est indiqué au centre. Les 6 branches poussent en fonction des notes attribuées aux descripteurs par les visiteurs. Plus la branche est grande, plus les personnes estiment le critère important dans le bois. L’animateur propose ensuite aux groupes de participer à enrichir l’arbre sondeur. Trois thèmes vont être évalués avec une note de 0 à5 selon 6 descripteurs : Thèmes : Descripteurs : Jouet en bois Ecologique De demain Maison en bois Innovant Créatif Forêt des landes Design Rassembleur Le visiteur obtient alors un profil bois qui lui est propre et qu’il peut venir additionner aux profils des précédents visiteurs. Il a ainsi participé au sondage.

9


faites l’expérience

Programme de collège Socle commun collège La matière et les matériaux. L’expérience immédiate – météorologie, objets naturels et techniques – révèle la permanence de la matière, ses changements d’état – gaz, liquide, solide – et la diversité de ses formes. Parmi celles-ci, le vivant tient une place singulière, marquée par un échange constant avec le non -vivant. L’eau et l’air, aux propriétés multiples, sont deux composants majeurs de l’environnement de la vie et de l’Homme, ils conditionnent son existence. La diversité des formes de la matière, de leurs propriétés mécaniques ou électriques, comme celle des matériaux élaborés par l’homme pour répondre à ses besoins – se nourrir, se vêtir, se loger, se déplacer… –, est grande. Des grandeurs simples, avec leurs unités, en permettent une première caractérisation et conduisent à pratiquer unités et mesures, auxquelles s’appliquent calculs, fractions et règles de proportionnalité. Les réactions entre ces formes offrent une combinatoire innombrable, tantôt immédiatement perceptible et utilisable (respiration, combustion), tantôt complexe (industrie chimique ou agro-alimentaire), précisément fixée par la nature des atomes qui constituent la matière. La conception et la réalisation des objets techniques et des systèmes complexes met à profit les connaissances scientifiques sur la matière : choix des matériaux, obtention des matières premières, optimisation des structures pour réaliser une fonction donnée, maîtrise de l’impact du cycle de vie d’un produit sur l’environnement. Les sociétés se sont toujours définies par les matériaux qu'elles maîtrisent et les techniques utilisées pour leur assurer une fonction. La maîtrise, y compris économique, des matériaux, les technologies de leur élaboration et transformation sont au cœur du développement de nos sociétés : nouveaux matériaux pour l'automobile permettant d'accroître la sécurité tout en allégeant les véhicules, miniaturisation des circuits électroniques, biomatériaux.

Programme d’Arts plastiques au collège L'architecture L'architecture est l'art de construire et d'aménager des espaces sur les plans technique, fonctionnel et esthétique. Les élèves sont invités à voir, à vivre et à comprendre ces espaces. A travers une sélection d'opérations simples, les élèves sont sensibilisés aux phénomènes physiques liés aux matériaux, à la dimension plastique des volumes et à la relation à l'environnement. L'élargissement de ces questions à celles de l'urbanisme permet aux élèves d'analyser les données de l'espace dans lequel ils évoluent.

10


faites l’expérience

Progra mme d e Technolog ie 5 e Ét ude d es m at é riau x Connaissances Propriétés des matériaux : - propriétés intrinsèques (aspect physique, propriétés mécaniques, acoustiques, thermiques).

Propriétés mécaniques et esthétiques d’une structure : - résistance ;

Capacités M ettre en place et interpréter un essai pour définir, de façon qualitative, une propriété donnée. Classer de manière qualitative plusieurs matériaux selon une propriété simple à respecter.

Commentaires Les propriétés mécaniques des matériaux sont : dureté, résistance mécanique, résistance à la déformation plastique (pliage, formage), aptitude au soudage et au collage. Les essais, qui mettent en évidence les propriétés des matériaux ne doivent pas être une fin en soi, ils doivent être replacés dans le contexte de l’objet technique étudié et en rapport direct avec les fonctions de service attendues.

M ettre en relation, dans une structure, une ou des propriétés avec les formes, les matériaux et les efforts mis en jeu.

Les propriétés des matériaux et des structures sont présentées sous l’angle qualitatif, l’aspect quantitatif n’étant précisé que lorsque cela est particulièrement significatif.

Identifier l’origine des matières premières et leur disponibilité.

À cette occasion, on pourra aborder la disponibilité géographique des matières premières et la conséquence sur le choix de certains matériaux en fonction des régions.

- déformation ; - esthétique. Origine des matières premières et disponibilité des matériaux.

Associer le matériau de l’objet technique à la (ou aux) matière(s) première(s). Identifier l’impact d’une transformation et d’un recyclage en terme de développement durable.

Le champ d’application peut être élargi avec les matériaux rencontrés en sixième.

Évolution de l’objet technique Connaissances

Capacités

Commentaires

Évolution d’objets techniques dans un contexte historique et socio-économique.

Identifier l’évolution des besoins.

Cette capacité s’applique à des objets techniques réalisant la même fonction mais construits et utilisés à des époques différentes.

Évolution des styles en fonction des principes techniques et des tendances artistiques.

Repérer sur une famille d’objets techniques, l’évolution des principes techniques ou des choix artistiques.

Il ne s’agit pas de faire un inventaire exhaustif des grands inventeurs, ingénieurs ou artistes mais de sensibiliser l’élève à la relation « personnage – époque – principe technique ».

Évolution des outils et des machines.

Différencier outil et machine.

Associer les grands inventeurs, ingénieurs et artistes et leurs réalisations.

M ettre en relation une tâche avec différents outils et machines utilisées au cours des âges.

Cette activité est menée en priorité à partir d’observations d’objets réels, de maquettes fidèles et de recherches documentaires.

11


faites l’expérience

Progra mme d e Technolog ie 4 e Ét ude d es m at é riau x Connaissances Propriétés des matériaux : - propriétés intrinsèques (aspect physique, propriétés mécaniques, électriques, thermique) ; - aptitude à la mise en forme.

Capacités Classer de manière qualitative plusieurs matériaux selon une propriété simple imposée par les contraintes que doit satisfaire l’objet technique. M ettre en place et interpréter un essai pour mettre en évidence une propriété électrique ou thermique donnée. Vérifier la capacité de matériaux à satisfaire une propriété donnée.

Caractéristiques économiques des matériaux : - coût de mise à disposition

M ettre en relation le choix d’un matériau pour un usage donné, son coût et sa capacité de valorisation.

- valorisation (au sens de l’écologie).

Commentaires Les matériaux (métalliques, céramiques, organiques et composites) sont abordés dans le contexte de l’étude d’un objet technique. Les propriétés mécaniques des matériaux sont : dureté, résistance mécanique, résistance à la corrosion. L’aptitude à la mise en forme regroupe : la coupe (cisaillage, poinçonnage, usinage), la déformation plastique (pliage, formage), le soudage et le collage. Les essais, qui mettent en évidence les propriétés des matériaux ne doivent pas être une fin en soi ; ils doivent être replacés dans le contexte de l’objet technique étudié. Cette capacité déjà présente en classe de sixième, s’applique ici à d’autres familles de matériaux pour lesquels la valorisation est un problème critique. On traitera ce point à partir de l’étude du recyclage ou de la destruction des composants de supports étudiés en classe.

12

Évolution de l’objet technique Adaptation aux besoins et à la société.

Associer l’utilisation d’un objet technique à une époque, à une région du globe. Comparer les choix esthétiques et ergonomiques d’objets techniques d’époques différentes.

Évolution des solutions techniques : - non-mécanisées ; - mécanisées ; - automatiques ; - informatisées.

Repérer dans les étapes de l’évolution des solutions techniques la nature et l’importance de l’intervention humaine à côté du développement de l’automatisation.

L’analyse de différentes solutions technologiques prises à des époques différentes doit prendre en compte certes l’évolution des besoins de l’Homme, mais doit aussi se placer dans un cadre plus général lié à l’évolution des énergies, des matériaux, des goûts et des techniques de réalisation.

Cette activité est conduite à partir des objets techniques présents dans le laboratoire, complétée par des recherches sur les objets plus anciens ou plus récents assurant la même fonction. Les objets techniques sont choisis de telle sorte que la mise en évidence des évolutions permette également de réfléchir sur le sens de celles-ci.


faites l’expérience

Programme de Technologie 3 e Étude des matériaux Connaissances

Capacités

Commentaires

Critères de choix d’un matériau pour une solution technique donnée.

Identifier les relations principales entre solutions, matériaux et procédés de réalisation.

La relation Fonction – Forme – Procédé – M atériau est privilégiée en prenant en compte le besoin auquel répond l‘objet technique et les contraintes définies dans le cahier des charges (environnementales, économiques…)

La mise en forme des matériaux.

Identifier quelques procédés permettant de mettre en forme le matériau au niveau industriel et au niveau artisanal.

Une recherche documentaire de courte durée doit permettre d’envisager les avantages et inconvénients du travail artisanal et des métiers d’art par rapport aux procédés industriels.

M éthodologie de choix de Matériaux

Identifier les propriétés pertinentes des matériaux à prendre en compte pour répondre aux contraintes du cahier des charges.

Les études antérieures menées sur les matériaux et leurs propriétés permettent à l’élève de réinvestir ses acquis pour le conduire à un choix raisonné et argumenté.

Hiérarchiser les propriétés. Choisir un matériau dans une liste fournie en fonction d’un critère défini dans le cahier des charges. Origine des matières premières et disponibilité des matériaux.

Identifier l’origine des matières premières et leur disponibilité. Identifier l’impact d’une transformation et d’un recyclage en terme de développement durable.

À cette occasion, on pourra aborder la disponibilité géographique des matières premières et la conséquence sur le choix de certains matériaux en fonction des régions. Le champ d’application peut être élargi avec les matériaux rencontrés en sixième.

Évolution de l’objet technique Connaissances Progrès technique, inventions et innovations, développement durable.

Capacités Situer dans le temps les inventions en rapport avec l’objet technique étudié. Repérer le ou les progrès apportés par cet objet.

Commentaires Le choix des objets étudiés devra permettre un balayage important de l’histoire débouchant par exemple sur la construction d’une frise historique fournissant les grands repères de l’histoire des techniques.

Repérer dans un objet technique donné une ou des évolutions dans les principes techniques de construction (matériaux, énergies, structures, design, procédés). Repérer les époques et identifier les mesures qui ont entrainé l’homme à prendre conscience de la protection de l’environnement. Veille technologique.

Organiser une veille technologique.

Il s’agit de sensibiliser l’élève à l’évolution des technologies qui va nécessairement conduire à l’émergence de nouvelles solutions techniques et à la nécessité de suivre ces évolutions.

13


faites l’expérience

Programme de lycée Programme de seconde Enseignement d’exploration Création et culture design acquérir les bases d’une pratique exploratoire et créative du design appréhender une démarche de conception fondée sur des approches sensibles, plastiques, technologiques, économiques de différentes cultures et différentes époques Création et innovation technologiques comprendre la conception d’un produit ou d’un système technique faisant appel à des principes innovants et répondant aux exigences du développement durable explorer de manière active des domaines techniques et les méthodes d’innovation Méthodes et pratiques scientifiques se familiariser avec les démarches scientifiques autour de projets interdisciplinaires comprendre l’apport et la place des sciences dans les grandes questions de sociét é découvrir certains métiers et formations scientifiques Sciences de l’ingénieur analyser comment des produits ou des systèmes complexes répondent à des besoins sociétaux à travers la question du développement durable découvrir les objectifs et les méthodes de travail propres aux sciences de l’ingénieur Sciences et laboratoire découvrir et pratiquer des activités scientifiques en laboratoire apprendre à connaître et utiliser des méthodologies et des outils propres aux différentes disciplines scientifiques concernées

14


faites l’expérience

Enseignement professionnel Programme d'enseignement d'arts appliqués et cultures artistiques V. 1. 3 Le design d'espace et d'environnement Il traite de la relation de l'homme avec son environnement et concerne plus particulièrement l'aménagement des espaces privés et publics. L'étude d'un lieu de vie, de travail ou de loisir, pérenne ou éphémère, pourra servir d'appui aux activités suivantes : - À l'aide d'une grille de questionnement fournie par le professeur, procéder oralement ou par écrit : . au repérage des principes constructifs ; . à la description des formes ; . à l'identification des fonctions. - Avec des matériaux pouvant être aisément travaillés en classe ou à l'atelier (papier, carton, matériaux souples, bois, terre, etc.), réaliser des maquettes d'étude testant différentes hypothèses de résolution de problèmes simples. - En ville, à l'aide d'un scénario d'enquête, procéder à un reportage photographique ou à un relevé sous forme de croquis d'aménagements ou de scénographies urbaines. - À partir d'une ou plusieurs organisations d'espaces ayant la même destination, relever sous forme de croquis analytiques des associations de plans, de volumes, de matériaux, de couleurs. - À partir d'espaces et d'environnements géographiques ou historiques diversifiés, repérer les analogies et les différences : . d'apparence ; . de matériaux ; . de structures. - En référence à une démarche clairement circonscrite, proposer, sous forme de croquis, de montage ou de maquette volume, des réponses à un problème d'espace et d'environnement limité, lié à une étude de cas préalable.

15


faites l’expérience

Les contenus de l’exposition repris ici dans le détail, peuvent être réutilisés en classe.

Le bois à l’échelle de l’architecture Objectif : Découvrir des projets architecturaux en tenant compte de la dimension technique, fonctionnelle, esthétique et durable des constructions.

Les projets architecturaux

16


faites l’expérience

1) Chesa Futura, Saint Moritz, Suisse, 2003 Architectes : Foster and Partners / Küchel Architects Cette résidence de 6 appartements de standing conçue par Lord Norman Foster offre une vue magnifique sur le lac de Saint M oritz. Cet édifice aux formes arrondies est en rupture totale avec le vocabulaire architectural attendu dans un lieu aussi préservé ce qui lui confère une puissance architecturale d’autant plus importante. Chesa Futura (maison du futur) allie haute technologie informatique et savoir-faire ancestral. La forme innovante n’en est pas moins constituée d’une simple ossature et d’un habillage en bardeaux de mélèze choisi pour l’évolution constante de ses nuances. Cette construction de 3 étages et d’un sous-sol repose sur des pilotis ayant permis de conserver au sol son relief naturel et d’offrir aux usagers une vue dont il n’aurait pu bénéficier au rez-de-chaussée.

2) Metropol Parasol, Séville, Espagne, 2011 Architecte : Jürgen Mayer H. Jurgen M ayer propose avec le M etropol Parasol un espace urbain unique et contemporain au cœur de la ville médiévale dans le cadre de la réhabilitation de la Piaza de la Encarnacion à Séville. Cet ouvrage de 28m de haut est l’un des plus grands édifices en bois au monde. L’ensemble couvre une surface de 11000m2 pour un volume de bois utilisé de 2500m3. Tandis que le sous-sol abrite un musée archéologique, le rez-de-chaussée est utilisé comme une place de marché. Les toitures habitées pourront recevoir des grands évènements. Les sommets des parasols accueillent un restaurant et constituent une promenade publique offrant une vue magnifique sur Seville. Sa structure est constituée de 3400 panneaux de de kerto-Q (LVL à plis croisés) recollés formant une trame de 1,5m x 1,5m. La taille de chaque élément est fonction de sa charge réelle et est de ce fait très variable avec des épaisseurs d’éléments finis allant de 68 à 311mm. Le plus grand des composants mesure 16,5mx3,5 m. L’assemblage des éléments entre eux se fait par des tiges d’acier collées dans le bois avec une résine epoxy. La conservation de l’ouvrage est assurée par un vernis polyuréthane bi-composant de 3mm d’épaisseur imperméable à l’eau mais perméable à la diffusion de la vapeur d’eau qui recouvre l’ensemble des pièces de bois préalablement traitée en autoclave.

3) Letterbox House, Blairgowrie, Australie, 2009 Architecte : McBride Charles Ryan Cette maison de vacances de 290m2 située dans les environs de M elbourne s’inspire librement des vérandas traditionnelles australiennes qu’elle interprète dans une architecture sculpturale contemporaine. La liberté formelle met l’accent sur le rapport incertain intérieur / extérieur. La volumétrie angulaire évoquera tour à tour un bateau renversé ou une vague échappée de l’océan. Le long mur incliné s'étend de la boite à lettres à la véranda. Ce plan incurvé à l’extérieur libère un espace où se reposer à l’ombre du mur.

4) Clubhuisje, Exposition d’art contemporain et design, Caen, France, 2011 Architecte : Remy & Veenhuizen Créé pour un festival, ce pavillon de jardin temporaire est une interprétation de la gloriette d’antan par deux artistes néerlandais.

17


faites l’expérience

5) Banyan Drive Treehouse, Los Angeles, USA, 2009 Architecte : Rockefeller Partners Architects Située dans les collines de Brentwood avec une vue plongeante sur le centre de Los Angeles, cette micro-architecture de 15m2 trouve son inspiration dans la cabane dans l’arbre de notre enfance. Cette retraite confortable dont la forme est directement issue des contraintes du site intègre néanmoins lit, cheminée, eau courante et espace de travail. L’ensemble des espaces créés offre un lien visuel direct sur la nature qu’il surplombe posé sur ses fines jambes d’acier inoxydable faute d’arbre permettant d’ancrer la structure. La qualité des matériaux mis en œuvre nous éloigne de la cabane de planches, lui conférant plutôt un statut d’œuvre d’art, qui convient au propriétaire collectionneur. Les murs intérieurs se parent de lambris en noyer quand l’extérieur est habillé de cèdre et d’ipé. Les fenêtres d’acajou cadrent soigneusement sur un environnement choisi. 6) Hus1, Suède Architecte: Torsten Ottesjö Cette Hus (maison en suédois) joue la carte de l’intégration à l’environnement avec ses formes organiques. M icro-architecture ou nano-habitat, toujours est-il que cette maison de 25m2 abrite l’ensemble des pièces de vie habituelle mises en symbiose avec l e site où elle prend place. Si l’architecte trouve son inspiration dans les formes de la nature, il s’inspire également des avions, des voitures des bateaux auxquels la nécessaire mobilité confère une esthétique particulière souvent d’une grande liberté formelle malgré d’importantes exigences de résistance, de légèreté et de confort. Dans la conception de ses plans et de ses structures en lamellé-collé, Ottesjo aura la même exigence d’optimisation. "Les petites maisons sont économes en énergie et respectueuses de l'environnement. Elles exigent moins de matériaux de construction et sont donc moins chères. Elles sont plus facilement chauffées et nettoyées. « L'impact d'une petite maison est limité, à la fois quand il s'agit de ressources ainsi que pour la terre où elle est placée. Les petites maisons sont également plus faciles à manipuler et à transporter. Je voulais avoir la possibilité de construire toute la maison dans un couloir afin de le soulever facilement et de le transporter, par la route, en un seul morceau» T. Ottesjö

7) Fireplace For Children, Trondheim, Norvège, 2009 Architecte : Haugen / Zohar Arkitekter La municipalité de Trondheim souhaitait un espace de jeu extérieur pour un jardin d’enfant. Au-delà des installations classiques, les architectes souhaitaient intégrer un espace clos dédié à la narration, au feu et au jeu. Compte tenu du budget très limité, la construction ne pouvait se faire qu’avec des matériaux de récupération. Elle a ainsi été réalisée avec des petits éléments de bois récupérés sur un chantier voisin. La structure est composée de 80 couches de bois circulaires de diamètres variées séparés par de petites entretoises de chêne. Chaque couche est constituée de 28 pièces de pin ponctuellement espacées. Les intervalles créés assurent l’effet cheminé et la diffusion de la lumière naturelle. Les enfants s'installent autour d’un feu allumé dans une coupe d’acier posée sous l’évent.

8) Urban Woods, Osaka, Japon, 2011 Architecte : Yoshiaki Oyabu Architects Le concept d’Urban Woods, c’est l'introduction de l’ART -NATURE dans un environnement urbain et commercial très passant. Une forêt de pièces de bois forme un exo -squelette autour d’un bâtiment existant comme une installation parasitaire qui sera bientôt recouverte de végétation. Des arbres et du lierre ont été planté autour de l’édifice. A l'âge adulte, ce bâtiment se comportera comme une forêt urbaine apportant de l’air pur dans les rues et de l’ombre à l’intérieur des locaux.

18


faites l’expérience

9) MOTAT, Museum of Transport And Technology, Aviation Display Hall, Auckland, Nouvelle Zélande, 2011 Architecte : Studio Pacific Architecture L’ Aviation Hall accueille une collection d’avions anciens. Sa structure est constituée de portiques de LVL massif de 42m de portée. Les exigences du développement durable sont parties intégrantes du processus créatif. L’accent a été mis sur la ventilation et la convection naturelle pour réchauffer et rafraichir ce bâtiment de plus de 3000m2. L’édifice est une vitrine technologique du savoir -faire néo-zélandais en matière de construction bois et a reçu de nombreux prix. Le travail remarquable sur la double peau de la façade Nord met en évidence un mur de panneaux de placages de chêne de Tasmanie, ignifuges et perforés à vocation esthétique et acoustique derrière une enveloppe de Plexiglas.

10a) Parlement Sáme, Karasjok, Norvège, 2001 Architecte : Stein Halvorsen & Christian Sundby Situé au Nord du cercle polaire, le Sámediggi abrite le nouveau parlement des Sáme de Norvege. Ce bâtiment de 5300 m2 à la composition géométrique rigoureuse est constitué d’un demi-cercle à deux étages comprenant une bibliothèque, des salles de réunion et des bureaux. A l’une des extrémités se situe la salle de l’assemblée plénière en forme de lavvu (habitat traditionnel lapon). Ce bâtiment a reçu plusieurs prix d'architecture honorant notamment l'alliance réussie d’une architecture moderne avec une culture ancestrale. Les architectes jouent également la carte de l’intégration à l’environnement boisé avec une peau de mélèze permettant au bâtiment de se fondre dans le paysage.

19 10b) Chapelle des Arts Saint-Henrik, Turku, Finlande, 2004 Architecte : Sanaksenaho Architects Oy Cette chapelle est un sanctuaire œcuménique voué au silence dans un environnement naturel paisible. Elle abrite également un lieu d'exposition et accueille des concerts. Cette polyvalence a induit la conception d’un espace modulable de 300m2 .Extérieurement la chapelle se prése nte comme une sculpture de cuivre monolithique dont l’entrée se fait par une porte dissimulée dans la façade. Les entrées de lumière se font par deux verrières latérales étroites donnant sur le bois alentour. L’intérieur est imprégné d’une sensation de paix mais aussi de puissance rythmée par une structure rigoureuse en lamellé-collé. Verticalité et profondeur sont renforcées tour à tour par la forme pointue des arches et la déambulation depuis l’entrée jusqu’à l’autel. L’ensemble des parois intérieures est habillé de planches de pin naturel tandis que la structure est en sapin rouge.

11) Rollercoaster, Beijing, Chine, 2011 Architecte : Interval Architects Cet espace de rassemblement est situé dans une école de Pékin. il vise à donner une image emblématique de l'institution ainsi qu’à redéfinir l’utilisation de l’espace public existant sur la place centrale du campus prévue initialement pour recevoir une sculpture monumentale. S’est alors posé le problème du manque d’un réel espace public pour le rassemblement des étudiants. L’agence a alors proposé ce projet en trois dimensions à l’image de montagnes russes qui offre dans ses plis et ses recoins une m ultitude d’espaces aux caractéristiques diverses tels que jardins ouvert s ou pavillons ombragés où la structure devient banc et les plafonds s’habillent de persiennes.


faites l’expérience

12) Paletten Pavillon, Obersdorf, Allemagne, 2005 Architecte : a.ml und partner La conception de ce pavillon provisoire réalisé pour les championnats du monde de ski d’Obersdorf devait intégrer les particularités suivantes: IL devait être réalisé en bois dans cette région fortement identifiée, un minimum de déchets devaient être produits, il devait être constructible par des étudiants et démontable et l'ensemble devait constituer un lieu à part entière où les gens aiment se reposer. M athias Loeberman concevra alors cet extraordinaire bâtiment de 18m de long par 8m de large et 6m de haut avec pour seul matériau 1300 palettes Europe assemblées au moyen de tirants ancrés dans le sol et de sangles de traction. Il en résulte une douce et confortable caverne rythmée par la lumière qui pénètre par les intervalles des palettes.

13) Yellow Treehouse Restaurant, Warkworth, Nouvelle Zélande, 2008 Architecte : Pacific Environments Architects Ce restaurant suspendu à un séquoia de 40m de haut et d‘1m70 de diamètre en pied fait émerger de notre imagination les références les plus diverses, de la chrysalide au coquillage en passant par la gousse d’ail mise à sécher. Rien d’étonnant pour une architecture en totale adéquation avec l‘environnement naturel d’éveiller les images les plus organiques qui soient. L’accès se fait par une étroite passerelle qui serpente entre les arbres. L’excroissance architecturale de 10m de larg e vient se greffer autour de l’arbre par avec une charpente en lamellé-collé de pin fixée en tête et en pied par des ferrures d’acier. La peau en peuplier posée à claire-voie ménage des ouvertures sur l’extérieur et permet de tamiser la lumière entrante tandis que des feuilles d'acrylique abritent l’intérieur de l’ouvrage permettant une utilisation par tout temps.

14) Gazebo for TV Show, Russie, 2011 Architecte : Za Bor Architects Cette cuisine d'extérieure évoquant une coque de bateau brisée a été conçue pour un capitaine de bateau dans le cadre d’une émission de télévision d’architecture et de design visant à intervenir chez des particuliers volontaires. La structure à facettes hélicoïdale comporte 14 pièces formées de planches de mélèze collée s ensemble. La transparence et l'ouverture sont les maîtres de mot de cette composition architecturale et de la relation homme / nature qu’elle met en scène conformément au souhait des architectes d’aller au-delà de la simple fonctionnalité en développant une structure complexe et dynamique qui permet de préserver le contexte existant du site. La teinte neutre du mélèze blanchi permet de faire cohabiter une architecture quelque peu audacieuse pour cette banlieue moscovite avec les couleurs changeantes de l’environnement au gré des saisons.

15) Observatoire, Korkeasaari Zoo, Helsinki, Finlande, 2002 Architecte : Avanto Arkkitehdit Oy Cette tour d’observation de 10m da haut située sur l’ile de Korkeasaari est le résultat d’un concours d'étudiants en architecture depuis la conception jusqu’à la réalisation. La transparence de la structure révèle le paysage par la multiplicité de son maillage. Sa structure porteuse à voile mince de type panier est composée de 72 lattes de lamellé collée de 60mmx60mm cintrée sur site à la vapeur et de 600 articulations. Le bois recevra une protection à base d’huile de lin. La forme curviligne est directement inspirée par les éléments du paysage local.

20


faites l’expérience

16) Boxy wooden Treehouse, Reusel, pays Bas, 2009 Architecte : Atelier Een Architects Cette tour de 25m de haut accueille sur ses parois des installations sportives comme l’escalade et la descente en rappel. Elle se compose de 6 cubes de bois suspendus à un noyau de colonnes d’acier. Elle est parcourue d’escaliers traversant les «boîtes» de part en part. Depuis la plateforme du cube supérieur, la tour offre une vue panoramique sur le paysage environnant. La composition autour de ce jeu de cubes orthogonaux donne une sensation d’équilibre atteint mais insta ble que pourrait rompre tout déplacement d’un des cubes créant une architecture totalement en adéquation avec les activités proposées. Le travail sur la peau de ces cubes s’inspire de l’environnement avec l’utilisation de demi-rondins juste écorcés favorisant une insertion réussie de la structure dans son environnement.

17) ICD / ITKE Research Pavillon, Stuttgart, Allemagne, 2011 Architecte : Institute for Computational Design / Institute of Building Structures and Structural Design / University of Stuttgart Ce pavillon de 72m2 est la manifestation annuelle d’une composante ingénierique de l’Université de Stuttgart qui traduit ici ses recherches appliquées en architecture biomimétique avec une structure directement inspirée du squelette d’oursin. Le projet dont la conception est entièrement informatisée est composé de 850 plaques de bois polygonales de 6,5mm d’épaisseur assemblées par 100000 joints. Installé aujourd’hui sur un parvis de l'université, son système modulaire lui permet cependant d’être aisément monté et démonté.

21

18) Eco-camping, Captieux, France, 2010 Architecte : Arc-En-Bois Cet éco-camping comporte 13 «chrysalides» en bois de 8m de haut disséminées au milieu des pins et des chênes. Le plateau de la cabane se situe à 4m et est prolongé d’une terrasse en porte-à-faux. La structure intégralement en bois est composée d’aiguilles en lamellé-collé et d’un habillage à claire-voie en planches de pin. Le toit en polycarbonate permet d’admirer le ciel et la cime des pins depuis son lit. La structure repose sur des Technopieux vissés dans le sol sans aucune adjonction de béton. Le camping comporte également un bâtiment d’accueil, un snack et un local sanitaires réalisés intégralement en bois avec la part belle donnée au pin maritime avec notamment l’utilisation de panneaux de contreplaqué de pin maritime rétifiés. Les éléments de structur e sont les plus naturels possible comme le montre l’emploi de tronc d’arbre simplement écorcés et fraisés.

19a / 19b) Treehouse world of living, King of frog, Rheinau Baden-Linx, Allemagne Architecte : Baumraum, Andreas Wenning Architekt Les maisons dans les arbres de Baumraum sont de véritables chefs -d’œuvre de l’art arboricole. Le confort moderne offert enthousiasmera le plus fervent des citadins. Puits de lumière, fenêtres cintrées, boiseries et bardage en aluminium sont l’expression d’un vocabulaire architectural résolument contemporain bien loin de la cabane dans les arbres dont l'architecte offre ici une relecture fortement modernisée. King of frogs posée sur ses échasses d’inox perdues au milieu des perches de bambou plane au-dessus du bassin alors que l’accès se fait en surplombant les nénuphars. Habillée de zinc et de tatajuba, la finesse de la structure permet d’intégrer des surfaces vitrées de très grandes dimensions.


faites l’expérience

20) Wild Reindeer Centre Pavilion, Dovre, Norvège, 2011 Architecte : Snøhetta Ce pavillon d’observation situé dans le Parc National de Dovrefjell -Sunndalsfjella a pour vocation d’offrir aux randonneurs un poste d’observation panoramique sur le paysage des montagnes environnantes. Ce refuge de 90m2 à la façade ondulante cernée d’une coque d’acier dont la couleur rouille se confond avec la roche environnante est le résultat d’une composition remarquable autour de 3 matériaux, le bois, le fer et le verre et d’un élément incontournable, le paysage, à l’origine de la forme orga nique donnée au mur bois qui apparaît comme sculpté dans la masse. A la fois intérieur et extérieur, ce mur est constitué de pièce de pin massif de section 30x30 modélisées informatiquement. L’assemblage quant à lui est fait de manière traditionnelle avec des chevilles de bois pour toutes fixations. Le bois est ensuite protégé par du goudron de pin

21) Comptoir Forestier, Marche en Famenne, Belgique, 1996 Architecte : Samyn and Partners Commandé par la Région wallonne et par le M inistère de l'Environnement, des Ressources naturelles et de l'Agriculture, Le Comptoir Forestier de M arche-en-Famenne a comme mission de récolter dans les peuplements et vergers wallons les graines de toutes les espèces forestières tant majeures que secondaires et de commercial iser ces graines par l’intermédiaire d’un catalogue annuel. Cet œuf de verre qui semble émerger du bois de chêne dans lequel il prend place n’est pas sans rappeler les graines qu’il renferme. La simplicité formelle proposée par Samyn and Partners sert à merveille la technique constructive utilisée, les deux se sublimant mutuellement. Entre architecture organique de par sa forme ovoïde et futuriste de par sa brillante peau de verre en dialogue constant avec l'environnement, cette imposante structure de de 48,6 m de long, 24,1m de large et 11,4m de haut ne révèlera le secret de sa charpente qu’une fois à l’intérieur. Celle-ci est composée de 51 arcs de forme identique réalisés à partir de sciages de petites dimensions d’épicéa ardennais permettant ainsi de travailler de manière artisanale avec des essences locales. Plusieurs process de cintrage de bois vert ont été testés pour aboutir à la méthodologie suivante. Les pièces de bois verts sont étuvées pendant 3 jours à 75° et 87% d’humidité. Elles sont ensuite cintrées pendant qu'elles sont chaudes et humides sur un gabarit en acier maintenu en 5 point puis ré-étuvées pendant 1 jour avant d’entrer dans le cycle normal de séchage de 8 jours. Les arcs sont ensuite traités puis lasurés. A noter que les arcs ont ensuite été assemblés sur chantier, évitant ainsi les lourds transports d’éléments encombrants.

22) Kastrup Sea Bath, Kastrup, Danemark, 2004 Architecte : White arkitekter AB Cette zone de baignade publique s’inscrit dans un projet global de revitalisation du front de mer de Kastrup. Une longue jetée de bois mène à cette installation sculpturale située à 100m du rivage. Sa courbe crée une arène dont l’eau est la piste. Elle abrite des plongeoirs dont un à 5m de haut accessible par une rampe qui se déroule doucement et des bancs protégés du vent par cette haute spirale de bois dont la trame ajourée laisse passer le regard sur l’eau. Cette architecture d’une grande clarté traduit la volonté de l’architecte «M on idée était de réaliser une sculpture, une forme dynamique qui peut être vue de la terre, de la mer et de l’air» explique Fredrik Pettersson. L’éclairage mis en place vient sublimer forme et matière dès la tombée du jour. L’intégralité de la structure a été réalisée en azobé, aussi appelé bois de fer pour sa densité, pour sa durabilité et sa résistance aux attaques du milieu marin. De ce projet émane une extraordinaire sensation de plénitude, de celle que l’on atteint quand une relation aussi sensible que celle qu'entretiennent l’homme et la mer trouve un subtil et fragile équilibre.

22


faites l’expérience

23) Digital Origami Emergency Shelter, Sydney, Australie, 2011 Architecte : LAVA Architects, Chris BOsse, Tobias Wallisser, Alexander Rieck Ce projet a été présenté dans le cadre d’une exposition sur l’architecture d’urgence en comme en réponse aux milliers de personnes touchés par les catastrophes naturelles au Japon. Ce concept de molécule habitée s’inspire du mouvement architectural japonais M étaboliste et de sa capsule préfabriquée comme espace de vie. La molécule de base pourrait être expédiée dans les zones sinistrées en paquet plat de contreplaqué local puis l'intérieur habillé avec des matériaux locaux tels que du bois, du carton ou des journaux. Le refuge peut accueillir le couchage de deux adultes et un enfant.

24) The Termite Pavilion at Pestival, Londres, Royaume Uni, 2009 Architecte : Softroom Architects, Freeform Engineering, Atelier One, Chris Watson, Haberdasherylondon, KLH and Pestival. Le pavillon termites est une installation temporaire du Pestival (une fête qui célèbre les insectes dans l’art et l’art d'être un insecte). Inspiré par les termitières de Namibie, ce pavillon qui apparait comme sculpté dans la masse est en fait composé d’une structure en lamellé croisé. Il offre un espace de déambulation de 6m2 au cœur de formes extraordinairement organique. Le pavillon est la coupe en 3 d’une termitière élargie pour accueillir l'être humain avec pour objectif avoué d’inspirer la construction de notre habitat en prenant exemple sur ces monticules remarquablement peu gourmands en énergie.

23


faites l’expérience

Le bois à l’échelle du matériau

Les projets d’innovations Objectifs : Découvrir des procédés permettant de mettre en forme le matériau au niveau industriel. Découvrir les matériaux produits et identifier leurs propriétés. 1° ABOVE 2+ Après avoir travaillé sur l’aboutage bois vert, la même équipe de projet s’attaque à d’autres transformations du bois vert : lamellation, fabrication de plaques et de coques. Les marchés envisagés sont la construction bien-sûr mais aussi la construction de bateau (projet green boat). Procédé La technologie de mise en œuvre est la pression sous vide, sans limitation de formes et de dimensions. Spécificité Le matériau se présente sous forme de couches de plis déroulés et de textiles. Les acteurs Gérard Vierge, Beynel Manustock, Groupe PGS, 16 route Suzon 33830 Belin Béliet Société Dubourdieu, Port de Larros, 33470 Gujan Mestras Université de Bordeaux, I2M, Régis Pommier 2° ABOVE = ABOUTAGE BOIS VERT 4 années de recherche et développement ont montré la faisabilité technico -économique de l’aboutage du bois vert. Cette technique permet d’obtenir un bois structural abouté à l’état vert, performant pour l’industrie et la construction notamment pour le pin maritime. Ce bois difficile et capricieux, de 2m40 de long, devient alors un bois droit, stable, long de 6 à 13m accédant ainsi à tous les modes constructifs. Procédé Le collage du bois vert consiste à transformer le bois avant de le sécher à sa teneur en eau d’usage. Les technologies de collage classiques nécessitent que le bois soit séché jusqu'à une teneur en eau bien inférieure au point de saturation des fibres (entre 9 et 14%) alors que les teneurs en eau d’usage en construction sont souvent au-dessus. Spécificité Le séchage du produit vert déjà transformé est facilité par une purge préalable permettant une économie de 30% minimum sur le poste de séchage. Les acteurs Gérard Vierge, Beynel Manustock, Groupe PGS, 16 route Suzon 33830 Belin Béliet Régis Pommier, Institut de Mécanique et d’Ingénierie de Bordeaux, 351 Cours de la Libération

24


faites l’expérience

3° LAMIBOIS Le lamibois (LVL) est un bois recomposé, de type contreplaqué, dont la première unité de fabrication, en Finlande, date des années 80. Procédé Cette technique est complémentaire du déroulage auquel les résineux et le peuplier sont les bois locaux les plus aptes. Il est constitué de placages épais de 3mm; superposés dans le même sens du fil avec éventuellement 2 placages croisés pour une épaisseur totale de 25 à 75mm. Forme et usages Panneaux de dimension courante 2m50x12m (adaptés à la surface d’un plancher de camion). Il est cependant possible d’avoir des dimensions allant jusqu'à 24m50. Stables et homogènes, ces panneaux sont ensuite découpés, collés ou cloués entre eux pour donner des poutres de grande section, des poutres en I et des caissons. Les acteurs Kerto - Finnforest France SAS-Construction, 11 avenue Dubonnet 92407 Courbevoie Rol Pin, 1964 rue de la Grande Lande 40210 Labouheyre

4° SCIAGE COURANT Les sciages courants sont soit massifs, soit aboutés (BMA) soit reconstitués (BMR). Le pin des landes cumule des contraintes pour faire du bois d’ossature (nœuds importants, difficulté de trouver des bois de plus de 3m, nervosité du bois). L’aboutage va répondre à l’ensemble de ces contraintes, en purgeant les défauts importants, le fil du bois coupé a moins de risque de travailler. Spécificités Moins de pertes et chutes de bois Rectitude et calibrage des bois facilitant la mise en œuvre Stabilité dimensionnelle Arêtes arrondies Traitement classe 2 des bois en sortie d’usine Collage des bois à la colle polyuréthane, inerte après mise en œuvre Forme et usages La fabrication de grande longueur (jusqu’à 9m) permet l’optimisation des bois et l’utilisation du pin maritime pour des montants d’ossature répondant aux caractéristiques exigées pour ce type de produit. Section standard de 45x120 / 145 / 220 mm en Europe ; 50x100mm en Amérique du Nord. Longueur standard 6m et 7m. Les acteurs Roland Belliard Société France-Poutres, 2 ZA Louis Blériot

25


faites l’expérience

6° DERIVES DU BOIS POUR TERRASSE Les produits dérivés du bois offrent une alternative au bois massif sur des terrasses soumises aux intempéries. De composition variable, les lames de terrasse composites ont un taux minimum de 50% de fibres de bois. Celui-ci peut atteindre 70% pour certains fabricants. S’ajoutent à ces fibres, des composants chimiques tels que le polypropylène recyclé ou le polyéthylène haute densité. De cet alliage résulte un matériau à densité beaucoup plus importante que celle du bois massif, et une dureté équivalente aux bois massifs les plus durs. Spécificités Alternative aux bois exotiques (dont l’importation est de plus en plus règlementée) alors reconnus pour résister aux intempéries. Le bois composite va garantir une stabilité dimensionnelle dans le temps. Résistance accrue à l’eau et au soleil. Forme et usages Les lames de terrasse en bois composite sont proposées en teintes et profils variés et dans des longueurs pouvant aller jusqu’à 4m. Les acteurs Piveteau Bois, 85140 Sainte Florence Fiberdeck, 2 rue de la Carnoy, 59130 Lambersart Géobois, 7 rue de Phalsbourg, 67000 Strasbourg 7° POUTRES EN I La poutre en I est composée de deux membrures (haute et basse) et d’une âme. Cette forme répond à une optimisation du fonctionnement mécanique d’une poutre bois qui travaille en flexion. En fonction des fabricants et des usages, les âmes sont en bois massif, en panneaux dérivés du bois ou même en métal. Les membrures sont en bois massif, en lamellé ou en LVL. Son utilisation en plancher sur vide sanitaire ou pilotis la rend particulièrem ent adaptée aux maisons bois. Elle permet ainsi de mener un chantier sec et rapide et d’obtenir facilement un coefficient d’isolation de plancher très supérieur aux normes en vigueur. Sur le marché depuis 1979, la poutre en I est plus que jamais d’actualit é avec le développement de la construction bois et l’augmentation des normes d’isolation. Spécificités Ces poutres sont très légères, manuportables. Elles ont des valeurs mécaniques supérieures à celles du bois massif. La plupart du temps utilisées comme composants cachés, certains fabricants, utilisant âme et membrures en bois massif, les laissent apparentes. Forme et usages Poutre de 12 à 15m de long. Elles répondent à de nombreux usages de structure en toiture ou en plancher mais aussi en ossature verticale où on peut intégrer une importante couche d’isolation. Les acteurs Société France-Poutres, 2 ZA Louis Blériot, 85190 Venansault Finnforest France SAS-Construction, 11 avenue Dubonnet, 92407 Courbevoie

26


faites l’expérience

8° BOIS THERMO-MODIFIE Le bois thermo-modifié est fabriqué à partir d’un procédé mis au point en Finlande dans les années 80/90. Le bois est chauffé à 180°C, protégé par la vapeur d’eau, certaines de ses propriétés sont modifiées suite à la dégradation thermique des hémicelluloses. Spécificités Le retrait et le gonflement dû aux changements d’humidité diminuent. Le matériau est plus stable. L’endurance biologique augmente sans utiliser de produits chimiques fortement contesté (résistance aux moisissures, aux insectes...). Forme et usages Terrasse et bardage de couleur sombre. Les acteurs Thermo-wood - Finnforest France SAS-Construction, 11 avenue Dubonnet, 92407 Courbevoie 9° BOIS SOUDE La soudure bois permet d’assembler des pièces de bois brut sans colle. Elle s'effectue sans aucun apport de matière et utilise les propriétés naturelles du bois. Procédé Des machines à frictions, généralement utilisées pour l'assemblage de plastique, sont réemployées. Les deux pièces de bois à assembler sont mises en contact. Des micro -frictions provoquent un échauffement superficiel des surfaces à souder. La chaleur produite (environ 200°C) fait fondre la paroi des fibres ligneuses du bois sans brûler. Les fibres se transforment dans un état qui leur permet de s'entrelacer. La surface soudée, présente un relief carboné dû à l'action mécanique. Il semblerait que le carbone renforce l'assemblage. Spécificités Mise en œuvre extrêmement rapide (quelques secondes). Dépenses énergétiques moindres (pas de matière à ajouter). Aucun rejet de gaz. Economie de colle (plusieurs milliers de tonnes utilisées par an en France). Assemblage définitif, solide et durable. Les acteurs Antonio Pizzi, Philippe Gérardin, LERMAB Faculté des Sciences et Technqiues Bd des Aiguillettes BP 70239 54506 Vandoeuvre-lès-Nancy

27


faites l’expérience

10° MENUISERIES Concevoir des menuiseries bois ou mixte bois/alu conformes à la réglementation thermique (RT2012) est un nouvel enjeu pour la filière. Le bois est un matériau naturellement isolant. Plusieurs fabricants conscients du marché potentiel, mais aussi de l’image désuète et peu pratique de la menuiserie bois, proposent des solutions thermiquement conformes et performantes. Elles peuvent obtenir des certifications pour maisons passives et offrent des garanties de pérennité égales aux autres produits sur le marché. Spécificités La sélection accrue des bois utilisés permet aujourd’hui de garantir une véritable stabilité dimensionnelle. Elles ont la capacité de s’intégrer à l’architecture traditionnelle d’un bâti ancien tout en étant performant. Forme et usages Ces menuiseries proposent tous les systèmes d’ouvertures possibles dans des essences françaises telles que le pin, le chêne mais aussi le mélèze et dans des coloris de finition des plus classiques aux plus contemporains. Elles s’adaptent aux constructions neuves et rénovations. Les acteurs Menuiserie Thoreau, 23 bis avenue Léon Jouhaux, 33210 Langon 11° CONSTRUIRE EN PALETTE Matériau de récupération par excellence, la palette a déjà fait l’objet de nombreux projets d’aménagement urbain voire architecturaux. Les concepteurs sont attirés par la valoris ation de ce produit, habituellement invisible dans notre paysage quotidien et pourtant très présent. Cette matière première est abondante et peu chère, elle constitue un véritable enjeu. Aujourd’hui pourtant, ces projets restent le plus souvent dans les cartons faute d’un accompagnement en ingénierie performant. Spécificités La palette étant un objet dont la fabrication est parfaitement réglementée, l’utilisateur peut compter sur une homogénéité du produit tant au niveau de ses composants que de sa fabric ation.

Forme et usages Les palettes existent en plusieurs coloris et plusieurs essences. La plus connue des palettes, la palette Europe (0,80m x 1,20m), supporte une charge uniformément répartie de 1500kg. Elle peut servir à la fabrication de logements d’urgence, installation provisoire ou pourquoi pas construction pérenne…

Les acteurs Gerard Vierge, Beynel Manustock, 16 route Suzon, 33830 Belin Béliet

28


faites l’expérience

12° SILENT WALL Ce programme de recherche vise à proposer des solutions de doublage de parois pour une isolation acoustique et thermique. La PAROI SILENCE est une structure multicouche constituée de panneaux de fibres de bois. La paroi extérieure est une plaque de MDF perforée, transparente aux ondes acoustiques. Le matériau fibreux absorbant est constitué de 2 panneaux de granulométries de fibres distinctes, dont l’ordre d’apparition devant l’onde est essentiel. Spécificité Absorption acoustique optimisée en basses fréquences. Les acteurs Christine Délisée, Institut de Mécanique et Ingénierie I2M, dépt Génie Civil et Environnemental GCE (ex US2B), 33400 TALENCE 13° DERIVES DU BOIS POUR L’ISOLATION La nouvelle réglementation thermique et les attentes des usagers en matière de produits sains favorisent la recherche sur de nouveaux matériaux d’isolation. Les dérivés du bois tels que la ouate de cellulose ou la fibre de bois s’imposent depuis quelques années comme composants de ces matériaux. Procédé Les produits présents sur le marché sont composés de papier recyclé pour la ouate de cellulose ou de fibre de bois. Ils sont traités pour résister aux moisissures, aux rongeurs et pour être ignifuge. Ces isolants bénéficient aujourd’hui des certifications CSTB. Spécificités Par rapport aux autres produits présents sur le marché, ces isolants ont u n déphasage plus important dû à leur densité, qualité non négligeable dans le cadre du confort d’été d’une construction à ossature bois. Ils résistent dans le temps au phénomène de tassement. Forme et usages Utilisables pour l’isolation des planchers, murs et charpentes, ces dérivés du bois existent en vrac et en panneaux de densité et d’épaisseurs variables. Leurs dimensions s’adaptent à l’entraxe des murs et planchers bois. Les panneaux rigides de fibre de bois peuvent également être utilisés comme pare -pluie voire comme voile travaillant pour certains. Les acteurs UniverCell – Soprema, 14 rte de Saint-Nazaire, 67025 Starsbourg Homatherm, 16 rue Marie Pierre Fache, 52410 Chamouilley

29


faites l’expérience

14° MURS CONTRECOLLES Les murs contrecollés sont des panneaux de grandes dimensions constitués de planches en bois massif de résineux de 17 ou 27mm d’épaisseur. Empilées en couches croisées à 90°, les planches sont ensuite collées entre elles sur toute leur surface. Certains panneaux contrecollés sont considérés comme étanche à l’air à partir de 5 plis. Spécificités Ces murs sont souvent découpés à la demande (portes, fenêtres...) et assemblés sur chantier assurant ainsi très rapidement le clos -couvert de maisons et immeubles divers. Forme et usages Panneaux allant jusqu’à 4,80m x 14,80m. Plusieurs qualités de finitions sont proposées par les fabricants en fonction de l’usage des panneaux. Les acteurs Finnforest France SAS-Construction, 11 avenue Dubonnet, 92407 Courbevoie

30


faites l’expérience

Les types d’assemblages Tenon-mortaise Le tenon est la partie mâle d'une pièce de construction destinée à être enfoncée dans la partie femelle d'une autre pièce et qui tient les deux par emboîtement. La partie femelle est appelée la mortaise. Un tel assemblage peut être chevillé à l'aide d'une cheville de bois. Il constitue un embrèvement. Tourillons Le tourillon crée un lien invisible et le plus solide possible entre deux pièces. Pour réaliser ce lien, on insère ces petits cylindres de bois sur une partie de leur longueur dans chacune des pièces à assembler. L'ensemble sera collé pour assurer un maintien ferme et définitif. Queue d’aronde C’est un type de liaison mécanique entre deux pièces. Une queue d'aronde se compose d'un tenon en forme de trapèze dans l'une des pièces, et d'une rainure de même forme dans la seconde pièce. Onglet à enfourchement Un assemblage par enfourchement simple consiste à réaliser en bout de l'une des deux pièces, un tenon central qui viendra s'emboîter dans une mortaise, centrale elle au ssi, réalisée en bout de l'autre pièce à assembler dans un plan perpendiculaire. Lamelles L'assemblage à lamelles consiste à réaliser une rainure de forme courbe dans les pièces à assembler avant d'y glisser une lamelle de bois encollée. Les lamelles, en core appelées gaufrettes, galettes, sont réalisées en bois comprimé. Entures multiples Cette technique d’assemblage aussi appelé « bouvetage à dents de scie » a l’avantage d’augmenter la surface de collage entre les pièces.

Assemblage à

Assemblage à

Assemblage onglet

queue droite

tourillons

à enfourchement

Assemblage à mi-bois

Assemblage rainure

Assemblage tenon

et languette

et mortaise

31


Dossier pédagogique bois