Page 1

PLU de Villepinte - Orientations d’aménagement - Dossier approuvé le 4 juillet 2012

Plan Local d’Urbanisme 3-Orientations d’Aménagement Dossier approuvé le 4 juillet 2012 1


PLU de Villepinte - Orientations d’aménagement - Dossier approuvé le 4 juillet 2012

ORIENTATION D’AMENAGEMENT SITE DE LA PEPINIERE Ce site, d’une superficie d’environ 13ha, se situe entre le boulevard Ballanger, l’autoroute A104 et la rue Vaillant-Couturier. Il est limitrophe de l’hôpital intercommunal et bénéficie donc d’une situation quasiment en entrée de ville. La desserte actuelle en transports collectifs est assurée par plusieurs lignes de bus venant de Sevran ou Aulnay vers Tremblay ou Villepinte, et qui empruntent le boulevard Ballanger. La gare du RER B de Sevran-Beaudottes est située à moins d’1km et est inscrite dans le schéma de transports du Grand Paris pour une station du métro automatique. Le site de la Pépinière comporte des constructions existantes, notamment le long du Boulevard Ballanger.

Circulations L’aménagement du site est guidé par un principe d’ouverture sur les quartiers avoisinants dans lesquels il s’insère, et notamment sur le boulevard Ballanger par un parc paysager assurant une fonction de liaison avec l’entrée de ville. Le projet permet également de ré-ouvrir le site de la Pépinière en créant de nouveaux cheminements, avec l’ambition à terme de créer une passerelle vers le parc du Sausset. De même, l’écoquartier participe à rendre crédible la réalisation d’une ligne de TCSP par la masse critique qu’il apporte au territoire. Ce site est donc appelé à devenir un lieu de promenade, de vie, d’échanges pour les habitants de Villepinte qui le traversent pour leurs sorties en forêt, ou pour profiter des nouveaux aménagements en plein air.

Grands principes Le quartier est organisé autour d’un axe de vie, lien d’usage favorisant le désenclavement du site et l’accès à l’ensemble des constructions futures, aux équipements et aux espaces de nature. La trame verte de l’ancienne pépinière devient le support d’une trame généreuse d’espaces paysagers dans laquelle s’infiltrent des constructions nouvelles qui sont à l’échelle du bâti proche (petits immeubles ou maisons de ville, par petites unités)

Espaces verts - Empreinte environnementale L’objectif est de réaliser un écoquartier et donc de limiter au maximum l’empreinte écologique : une réflexion sur l’orientation des constructions doit être intégrée, les bâtiments seront peu consommateurs d’énergie, l’offre en stationnement sera diversifiée, les aménagements paysagers des espaces publics et collectifs de qualité, et des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales seront mises en œuvre. Outre le parc forestier au nord essentiellement situé dans le secteur naturel Nl, un parc paysager sera aménagé le long du site de l’hôpital, et un parc urbain est prévu afin de maintenir une liaison verte nord sud traversante au cœur du site et faisant la jonction avec les quartiers sud du boulevard Ballanger. Le quartier fait également la part belle à de nombreux cœurs d’îlots, espaces hautement pacifiés, destinés aux résidents du quartier.

Eléments de programmation Un programme résidentiel est envisagé, avec une part globale de l’ordre de 25% de logements sociaux. Des équipements publics sont prévus dont un groupe scolaire.

2


PLU de Villepinte - Orientations d’aménagement - Dossier approuvé le 4 juillet 2012

3


PLU de Villepinte - Orientations d’aménagement - Dossier approuvé le 4 juillet 2012

ORIENTATION D’AMENAGEMENT LA TRAME VERTE VILLEPINTOISE -

Contexte

La trame verte urbaine

La trame verte urbaine s’appuie sur les espaces verts, réservoirs de biodiversité, préalablement identifiés et des liens possibles entre eux ainsi que des coupures urbaines. De manière générale, la trame verte urbaine se décompose en 3 parties du fait des coupures urbaines difficilement franchissables, voire infranchissables telles que l’Autoroute 104 ou la voie ferrée.

La trame verte et bleue constitue l’un des engagements phares du Grenelle de l’Environnement. Cette démarche vise à maintenir et à reconstituer un réseau d’échanges sur le territoire national pour que les espèces végétales et animales puissent, comme l’homme, communiquer, circuler, s’alimenter, se reproduire, se reposer. Il s’agit d’un outil d’aménagement du territoire qui vise à reconstituer un réseau écologique cohérent permettant de relier les « réservoirs de biodiversité » entre eux. Il est donc nécessaire de mettre en place un maillage vert au sein de la commune permettant de relier les différents espaces naturels entre eux en s’appuyant sur les liaisons douces ou les alignements d’arbres. Mais la trame verte et bleue doit également être pensée et organisée à l’échelle de l’intercommunalité. Ainsi Villepinte doit s’attacher à garantir des liaisons avec les autres réservoirs de biodiversité des communes environnantes. La commune se distingue par une couverture végétale importante qui permet d’entrevoir une « armature verte » favorable à la constitution de cette trame. Les enjeux de la trame verte de Villepinte sont donc doubles : - relier les réservoirs de biodiversité de Villepinte et des communes avoisinantes en s’affranchissant des coupures urbaines, - recréer une trame verte.

-

La trame verte intercommunale

Elle est qualifiée de potentielle en raison des aménagements devant être réalisés pour que celle-ci soit fonctionnelle et doit s’inscrire à plus grande échelle dans la trame verte départementale identifiée dans le Schéma de L’Environnement Vert en Seine-Saint-Denis (SEVES). Cette trame verte intercommunale potentielle part de la forêt de Bondy, rejoint et traverse le parc national forestier de la Poudrerie sur les communes de Villepinte et Sevran, puis franchit la voie ferrée (passerelle à créer) dans le prolongement du Bois de la Tussion à Sevran. Ensuite, elle passe sur Sevran par le secteur Montceleux, et rejoint Villepinte au niveau des secteurs à dominante pavillonnaire (avenue Montceleux). Une fois la passerelle RN2-Parc du Sausset franchie, la trame verte intercommunale potentielle prend deux directions pour rejoindre les espaces agricoles de Tremblay et la ripisylve du Sausset : o Soit elle traverse les secteurs pavillonnaires et les jardins privatifs associés puis rejoint le parc de l’Abreuvoir, o Soit elle emprunte le chemin rural dit du «nid de pie » pour rejoindre directement les espaces agricoles de Tremblay.

La carte de la trame verte présentée ci-après, résulte d’un travail d’identification des réservoirs de biodiversité et des corridors écologiques, couplé à la réceptivité du territoire villepintois, en tenant compte des futurs secteurs d’urbanisation et des projets devant se réaliser.

4


PLU de Villepinte - Orientations d’aménagement - Dossier approuvé le 4 juillet 2012

Orientations d’aménagement Selon les différentes catégories d’espaces identifiés au sein de la trame verte, des prescriptions d’aménagement sont définies : - Les Espaces Boisés Classés sont des espaces à protéger de l’urbanisation. - Les secteurs Parc devront préserver au minimum 95% d’espaces libres, d’espaces verts, d’aires de jeux et de loisirs. Cependant, les constructions en lien avec l’usage du site et sa mise en valeur touristique sont autorisées à hauteur de 5% de la surface protégée. Dans ces secteurs, l’abattage d’un arbre doit être compensé par la plantation d’un arbre de même qualité. - Dans les secteurs paysagers sont admis les constructions, ouvrages ou installations autorisés dans la limite de 30% de l’emprise protégée et en préservant, dans la mesure du possible, les arbres ou plantations existantes. - Les secteurs de jardins familiaux sont des terrains cultivés à protéger. Seuls y sont autorisés les abris de jardin d’une SHOB inférieure à 20m² et d’une hauteur de mois de 3,5m au faîtage. Au moins 80% de leur superficie doit être végétalisée ou cultivée. - Les alignements d’arbres sont à conserver, ou à développer dans les secteurs au sein desquels la continuité de la trame verte est à recréer. - Les cœurs d’îlots et jardins privatifs en secteurs pavillonnaires sont également à préserver. En effet, ceux-ci participent à la trame verte urbaine. Les fonds de parcelle situés au-delà de 25m à partir de la limite de la voirie, sont donc inconstructibles.

Le projet en cours d’étude sur le secteur de la Pépinière prendra en compte le tracé de la trame verte intercommunale afin d’intégrer la trame verte en : - conservant une partie de son périmètre en zone naturelle, - favorisant sa desserte par des liaisons douces arborées, - aménageant des parcs paysagers constituant des réservoirs de biodiversité et améliorant la qualité du cadre de vie des habitants. D’autres part, la trame verte se doit d’être accessible aux habitants afin qu’elle participe à la qualité de leur cadre de vie et qu’elle constitue un espace de respiration et de loisirs. Pour ce faire, des aménagements favorisant l’accès de cette trame par des liaisons douces doivent être développés grâce à un réseau de voies piétonnes et de pistes cyclables basé sur celui de la trame verte. Ils constitueront ainsi des espaces de promenade le long du canal ou du cours d’eau du Sausset, et permettront de relier les espaces verts de la ville entre eux.

La continuité de la trame verte doit être assurée en permettant le franchissement des grandes coupures urbaines comme les routes ou les voies ferrées. Ainsi : - Une passerelle doit être créée au niveau de la route Nationale 2 afin de rejoindre le parc départemental du Sausset. - le tracé préférentiel de la trame verte emprunte ensuite la passerelle (à requalifier) au niveau de l’avenue du Sausset de manière à relier le reste du territoire avec le nord de la commune.

5


PLU de Villepinte - Orientations d’aménagement - Dossier approuvé le 4 juillet 2012

6

PLU Villepinte - Orientation d'aménagement Pépinière et Trame verte  

PLU Villepinte - Orientation d'aménagement Pé