Page 33

Le musée de la main à rendez-vous avec son public (DG) A l’approche de ses 20 ans, l’institution lausannoise crée un nouvel espace de convivialité et d’animations. Tout le monde pourra en profiter, visiteurs et voisins immédiats. En 1997, la fondation Claude Verdan inaugurait à Lausanne le musée de la main, dédié à la main et à la culture scientifique et médicale. Cet outil de sensibilisation et de débat sur des enjeux de société est devenu au fil des ans un lieu de rencontre incontournable. Depuis 2013, son appellation “musée de la main UNIL-CHUV” traduit la mue officielle d’une collaboration de longue date avec ces deux institutions.

Les “Nights du musée” L’équipement technique de la nouvelle salle sera également optimisé pour accueillir les “Nights du musée”, qui rencontrent un énorme succès, notamment auprès des jeunes de 18 à 35 ans. Ce concept importé des Etats-Unis par Francesco Panese, directeur de l’institution, consiste à distiller science et savoir lors d’une soirée ludique et décoiffante. Depuis cinq mois le public répond présent à ces invitations, “Night d’amour” ou “Night de rêve” ont drainé jusqu’à 550 personnes chacune. «Nous sommes nous-mêmes surpris de l’ampleur de ce succès» avoue Francesco Panese. «Par exemple, un soir nous avions prévu une seule séance d’hypnose collective pour 25 per-

Nouvelle identité A l’aube de ses 20 ans, le musée a voulu donner une nouvelle identité à son espace polyvalent qui pourra accueillir bientôt une cafétéria et les nombreuses animations liées aux expos. Sol en bois, murs colorés, mobilier élégant et vintage, bar et petite cuisine transformeront les 150 m2 en lieu d’accueil convivial, destiné aussi bien aux visiteurs du musée qu’aux travailleurs et

© www.atelierpoisson.ch

étudiants des institutions environnantes, une petite ville dans la ville qui compte aujourd’hui près de 10 000 “habitants”.

sonnes et ce sont plus de 200 personnes qui ont participé à cette activité que nous avons dû répéter tout au long de la Night». Toucher de nouveaux publics Cette animation phare offre au musée l’occasion de toucher de nouveaux publics, tout en gardant le cap de ses ambitions scientifiques servies par les expositions thématiques, des conférences et des débats. «Deux conditions sous-tendent ce type d’animation-événement»

précise encore le directeur, «il faut une programmation souple et rapide, et établir un rituel à la fois festif et culturel comme les premiers jeudis du mois». Le musée et son nouveau lieu d’accueil réouvriront leurs portes le 18 juin prochain avec une expo consacrée à la violence. Une nouvelle occasion d’imaginer des animations originales en collaboration, notamment, avec la police cantonale et les maisons de quartier. A suivre …

Vers la naissance d'un pôle botanique sur la colline de Montriond

115501138 Bulletin Musees No 71.indd 33

DR

Au milieu du siècle passé, Alphonse Laverrière nourrissait de grandes ambitions pour l’ensemble de la colline de Montriond, en projetant de créer une circulation qui rassemblerait la place de Milan, le jardin botanique et le crêt de Montriond. Le tout chapeauté par une entrée monumentale au nord du parc. De manière beaucoup plus modeste, les musée et jardin botaniques lausannois souhaitent initier aujourd’hui un projet dans le même esprit.

Le pavillon Laverrière et la serre tropicale de 1971

Les travaux sont prévus dès cette année et s’achèveront en 2016, coïncidant avec le 70e anniversaire de l’institution. Différents axes sont explorés: construction d’une serre pour l’accueil des collections de plantes carnivores, succulentes et tropicales en remplacement

de la serre datant de 1971, rénovation du bâtiment dessiné par Alphonse Laverrière, amélioration des infrastructures, accès facilités. Ce renouveau est aussi l’occasion de se projeter vers une vision plus large en imaginant un pôle botanique qui mettrait en valeur les arbres de la colline et le jardin botanique, sur son versant sud. Une collaboration est déjà bien entamée avec la Ville de Lausanne pour ce qui concerne l’étiquetage des arbres. Des activités de médiation seront également développées pour les différents publics. Une carte à jouer A l’heure à laquelle Lausanne avance à grands pas vers la création d’un pôle muséal à la gare, les musée et jardin botaniques de Lausanne ont certainement une carte à jouer. Comme le montrent

régulièrement les statistiques de l’association des musées suisses, les jardins botaniques font partie des institutions les plus visitées en Suisse après les parcs zoologiques. Mais tout n’est pas gagné d’avance: l’institution a pris du retard sur la modernisation de ses infrastructures et des espaces d’accueil sont à créer. En particulier, des solutions restent encore à trouver pour le remplacement du bâtiment administratif qui ne répond plus aux normes actuelles. D’autres défis à relever ces prochaines années!

33

DR

Premier acte: près d’un million de francs vient d’être attribué par les autorités vaudoises pour améliorer leurs infrastructures, comme première étape de la mise en œuvre du programme scientifique et culturel finalisé en 2013 par l’institution.

(DG) Pour mettre en valeur leurs collections, les musée et jardin botaniques cantonaux de Lausanne, situés au pied de la colline de Montriond, débutent la mise en œuvre de leur programme scientifique et culturel, et veulent se donner une plus grande visibilité.

Un mardi botanique dans les plantes alpines

12.05.15 08:01

Profile for Ville de Lausanne

Bulletin de musées no 71  

Juin-septembre 2015 www.lausanne.ch/musees

Bulletin de musées no 71  

Juin-septembre 2015 www.lausanne.ch/musees