Page 1

CHARLEROI MAG FÉVRIER / MARS 2017

CARNAVAL / RIVE GAUCHE / LE CHARLEROI DE MÉLANIE DE BIASIO


SOMMAIRE 4-5 LE CHARLEROI DE

16-17

• Mélanie De Biasio

BIG FIVE 2016 EN IMAGES

6-9

18-23

DOSSIER

L’ACTUALITÉ DANS VOTRE VILLE

• Rive Gauche

10-13 À LA UNE • Le carnaval

14-15 LES GRANDS TRAVAUX • BSCA : le nouveau terminal • Le théâtre de l’Ancre

• Cérémonie • Expo • Campagne • Photographie • Travaux • Propreté • Voiries • Culture • Citoyenneté • Jeunesse

CHARLEROI MAGAZINE Bimestriel Éditeur responsable : Christophe Ernotte, Directeur général f.f. Place Charles II, 14-15 6000 Charleroi

Rédaction et coordination : Catherine Coquette Pierre Burssens Collaboration : Jean-François D’Angelo Michaël Collet

24-28 LA VILLE À VOTRE SERVICE • Déménagement de l’AIS • Appel à projet pour les personnes handicapées • Les PEPS • Le Médibus • Vérifiez vos détecteurs d’incendie • Le Médiateur communal • Enquête publique d’urbanisme

29 TRIBUNE POLITIQUE

30-31 L’AGENDA

Contact : pierre.burssens@charleroi.be Mise en page : Sabine Giloteau Photos : Mireille Simon Luc Denruyter

Le magazine communal CHARLEROI MAGAZINE est une réalisation de la Division Communication de la Ville de Charleroi.

Tirage : 105.000 exemplaires distribués gratuitement dans toutes les boîtes aux lettres de la ville de Charleroi


CHARLEROI MAGAZINE

FÉVRIER / MARS 2017

CARTE BLANCHE

DENIS FONTAINE INITIATEUR DE LA FONDATION PAPILLON

Lors de l’élaboration d’un précédent projet, je me suis rendu compte qu’avec un peu d’ambition et de volonté, il était possible d’apporter de l’aide aux moins chanceux, simplement via son réseau d’amis et de connaissances. J’ai donc décidé de mettre la barre haut et de commencer cette nouvelle aventure pour les enfants de ma région. La Fondation Papillon, créée en 2011, se mobilise pour offrir un toit et un espace de vie à 40 enfants et adolescents mixtes de 6 à 18 ans. Il s’agit du “Projet Cocon”. Il y a environ 40.000 jeunes orphelins en Belgique. Bon nombre d’entre eux vivent dans des situations particulièrement précaires voire dans une grande solitude. Dans notre région, il manque cruellement de places pour accueillir correctement ces enfants. Les structures existantes deviennent peu appropriées et trop souvent vétustes. Aucune infrastructure de ce genre n’a été construite depuis plus de 40 ans! De plus, si l’Aide à la Jeunesse subventionne le personnel d’encadrement des enfants, leur prise en charge quotidienne (les loisirs, l’école, la santé, etc.) et le fonctionnement de l’institution; par contre, elle ne subventionne pas les investissements en infrastructure et en équipements. L’objectif de la Fondation est donc de créer un nouveau centre d’hébergement réservé à ces jeunes enfants dont les parents ont été déchus de leurs droits. Nous souhaitons leur proposer une aide directe, leur offrir des conditions de bien-être avec un accompagnement de qualité. Cette maison est une nouvelle chance pour leur épanouissement et leur avenir. Nos actions se réalisent au profit des enfants de la Cité de l’Enfance et sont menées en toute transparence, sans business ni aucune conviction philosophique ou récupération politique. Nous agissons uniquement dans l’intérêt des enfants. Chaque année de nombreuses manifestations animent nos agendas et rassemblent, à chacune d’entre elles, un public de plus en plus large. La Fondation Papillon ne pourra déployer ses ailes que grâce au soutien de partenaires, citoyens, soucieux de l’avenir de l’enfance. Et si chacun participait à une action dans l’intérêt de la communauté, il en tirerait une satisfaction personnelle qui provoquerait en lui l’envie d’aider, de tirer vers le haut, ceux nés sous une moins bonne étoile… Cette aventure humaine vous inspire-t-elle? D’une manière ou d’une autre, voulez-vous nous soutenir dans cet élan de solidarité et de générosité afin de garantir à ces enfants un cadre de vie agréable? Faites un don : IBAN BE60 0016 3630 0070 (BIC GEBABEBB).

P.3


CHARLEROI MAGAZINE

P.4

FÉVRIER / MARS 2017

© ALEXANDRA IONESCU

LE CHARLEROI DE MÉLANIE DE BIASIO

LE CONSERVATOIRE

LA BIBLIOTHÈQUE RIMBAUD

J’y ai passé beaucoup de temps. De 8 à 15 ans, après l’école, j’y passais toutes mes soirées. Le conservatoire m’a fait rêver, a été fécond et m’apportait ce que l’école ne permettait pas. Il m’a porté dans mon enfance. J’ai rejoint l’orchestre d’harmonie de Charleroi, et ça a été ma première histoire d’amour avec la musique. Jouer dans un ensemble, avec quelque chose de plus grand que soi, participer à une dynamique... Et j’ai eu la chance de vivre ça en tournée, puisque l’orchestre est parti en tournée au Canada. A 12 ans, pour moi, c’était extraordinaire !

Mélanie De Biasio a beaucoup de souvenirs de cet endroit. J’y suivais des cours de dessin au sous-sol et je me souviens de l’odeur, un mélange d’huile, de peinture et du vinyl posé par terre... Ce sont des sensations, comme le bruit des livres feuilletés aux étages, l’odeur du papier. Pour moi c’était un coffre à rêves. Je ne sais pas si les Carolos vont souvent en bibliothèques, mais ils devraient. Ca ne coûte rien, on peut feuilleter, découvrir, il y a des livres pour tous les goûts. Et puis ce sont des lieux calmes, qui élèvent... oui, juste bien !


CHARLEROI MAGAZINE

FÉVRIER / MARS 2017

C’est au lendemain de son dernier concert à l’Eden que la chanteuse de jazz nous avait décrit “son” Charleroi. Il s’agit toujours d’un moment particulier, dans un endroit que l’on connaît et devant pas mal de gens que l’on connaît. Et puis, à Charleroi, le public est très spontané. Il aime ou pas et ça se voit, un peu comme un enfant. Quelque part, c’est une chance, mais il s’agit aussi d’une arme à double tranchant qui implique pour moi de la vigilance et un exercice de funambule. Mélanie De Biasio se produit sur les plus grandes scènes internationales, et comme le visuel de son dernier album, reste associée à notre ville : Je ne sais pas si je suis une Ambassadrice, mais je comprends et j’aime d’où je viens. Mais il ne s’agit pas d’une marque de fabrique. Pour “Blackened Cities”, j’ai été séduite au premier abord par cette image de Stephan Van Fleteren, c’était un élan de cœur, puis j’ai reconnu Charleroi. Ce paysage pourrait avoir tout pour déplaire, mais il comporte de l’espace, de la lumière, il élève, par une improbable alchimie...

LA PISCINE HELIOS

LES TERRILS

Dans la mesure du possible, j’essaye de nager tous les jours, je suis très “poisson”. Je trouve que les piscines devraient vraiment pratiquer des tarifs minimum. La piscine favorise la rapport du corps à l’eau, à la propreté. Il s’agit d’un élément fondamental. En Orient, il existe des “temples d’eau” qui sont accessibles à tous, pour pas grand-chose, et on remarque qu’ils ont une influence positive sur la population. Pour l’artiste, Helios est l’une des plus belles du coins: j’y ai passé de très beaux moments. J’y suis retournée une ou deux fois depuis ses transformations et l’endroit est magnifique !

J ‘adore ces endroits de nature en pleine ville ou site industriel, juste à côté des maisons. Il existe plein de petits sentiers qui sillonnent les terrils et j’ai l’impression que les Carolos, tout en vivant à côté, ne les connaissent pas encore bien. Parfois, on est à deux pas de chez soi et pourtant, sur certains terrils, on a la sensation d’être en pleine forêt vierge. C’est aussi l’occasion de prendre de la hauteur, de voir les choses autrement... J’ai découvert un site remarquable à ce sujet, on y apprend plein de choses et je vous le recommande : www.cheminsdesterrils.be 

P.5


P.6

CHARLEROI MAGAZINE

FÉVRIER / MARS 2017

DOSSIER

RIVE GAUCHE : LE JOUR J APPROCHE !


CHARLEROI MAGAZINE / DOSSIER

FÉVRIER / MARS 2017

P.7

Longtemps espérée, longtemps attendue, l’ouverture du centre commercial Rive Gauche c’est pour bientôt ! Le 9 mars, une page importante s’écrira assurément dans l’histoire du cœur commercial de Charleroi. En effet, outre la galerie commerçante, c’est le nouveau visage de la Ville Basse que l’on va redécouvrir, tant l’implantation de ce géant amène, à plusieurs égards, une véritable redistribution des cartes.

Lancé en 2008, Rive Gauche c’est surtout un chantier pharaonique pour un méga-shopping center de près de 40 000 m2, qui se crée en pleine ville. Il en inclut certains éléments comme le passage de la Bourse, et joue la complémentarité avec des structures existantes (on pense au tout récent Quai 10). Une espèce de pari relevé en moins de 10 ans malgré des épisodes difficiles : une longue période d’expropriations, la problématique des colonnades, les irrégularités sociales de certains intervenants... Mais c’est aussi un énorme point de focalisation sur notre ville, des centaines d’emplois créés, une offre commerciale exceptionnelle en Wallonie. Moteur de renouveau, symbole de la redynamisation de Charleroi, on en mesurera le réel impact dans les mois et les années à venir. En attendant, Rive Gauche modifiera, n’en doutons pas, nos habitudes, puisque le réveil de ce géant a, notamment, pesé de tout son poids dans un nouveau plan de circulation à la Ville Basse. Le 9 mars, on découvrira le centre commercial, la place Verte, qui fera oublier la place Albert Ier, son immense parking souterrain de 900 emplacements... Et on fera la fête ! Parce que c’est un événement et parce que beaucoup le méritent vraiment, pour leur patience, pour oublier les difficultés et inconvénients liés au chantier, et pour commencer à écrire cette nouvelle page, plus souriante et tournée vers l’avenir. Un avenir qui verra notamment d’autres maillons s’ajouter au shopping center, un hôtel, des logements...

UNE FÊTE POUR TOUS

Mode : Bershka, C&A, Calzedonia, Etam, Fashion Club, H&M, Hunkemöller, JBC, Jn. Joy, Jules, Kiabi, Levi’s, Lola & Liza, Okaïdi, Primark, Pull & Bear, River Woods, Scotch & Soda, Springfield, Undiz, Zara.

Le jeudi 9 mars ce sera la fête. L’ouverture de Rive Gauche est un événement, plus encore quand on mesure combien le nouveau méga shopping center constitue une pièce maîtresse du redéploiement urbain de la Ville Basse. Ce sera donc l’occasion de fêter l’ouverture du centre commercial, mais pas que... Et comme à Charleroi, l’esprit de la fête se veut populaire, tout sera mis en place pour qu’il en soit ainsi, avec notamment de nombreuses animations sur la place Verte, appelée à devenir l’un des points attractifs et particulièrement animés de notre ville. Nous vous livrons ici les grandes lignes du programme de cette journée à marquer, n’en doutons pas, d’une pierre blanche. Un programme encore appelé à s’enrichir et se compléter alors que nous bouclons cette édition.

Chaussures et maroquinerie : 1001 pattes, Foot Locker, Maniet, Mano, Pronti, Take Off.

Plusieurs événements vont ainsi se succéder tout au long de la journée, de 10h à 21h :

Cadeaux et accessoires de mode : Bijouterie Laurent, Histoire d’Or, Moa, Perla, Swarovski, Veritas.

10h : ouverture officielle de Rive Gauche, rentrée des clients dans le centre

Beauté/Santé : Alain Afflelou, Di, Flormar, Franck Provost, Grand Optical, Hairdis, IU, Olivier Dachkin, Pearle, Planet Parfum, Rituals.

11h30, 14h30, 16h30 : animations pour les clients

Maison/Décoration : Flying Tiger, Zig Zag.

19h : show son et lumière

Multimedia & Loisirs : Base, Club, Fox & Compagnie, JD Sport, Orange, Presshop, Proximus, Slumberland, Voo.

19h15 – 21h00 : Dj set sur la place Verte, bars et foodtrucks

Alimentation/Restaurants : AB Inbev, Australian, Black Coffee, Brasserie des Quais, Cosy Pasta, Guapa, Il Passatore, Leonidas, Neuhaus, Paul, Pizzeria Da Vinci, Proxy Delhaize, You Wok, Yoyogurt.

Des animations sont prévues les 10, 11 et 12 mars. Le centre commercial sera ouvert le dimanche 12 mars.

QUELS MAGASINS OCCUPERONT LES CELLULES DU MEGA SHOPPING CENTER… ?

Services : Altersmoke, TUI (Jetair).

18h45 : discours d’inauguration

Rive Gauche sera ouvert jusque 21h00.


P.8

CHARLEROI MAGAZINE / DOSSIER

FÉVRIER / MARS 2017

LES ABORDS, LES ENJEUX... On le sait, Rive Gauche ne se limitera pas à sa fonction commerciale ; un grand hôtel de qualité de 128 chambres et une cinquantaine d’appartements dans l’îlot Buisset compléteront l’offre. Cela participera sans aucun doute au renouveau de tout un quartier ! Il était important que tout ne soit pas uniquement orienté vers le centre commercial, explique Ornella Cencig, Echevine du Logement et de l’Urbanisme. Aujourd’hui, nous devons vraiment étudier les possibilités de redynamiser les rues adjacentes, à la fois par de petits commerces différents de l’offre de Rive Gauche et par du logement. La population de Charleroi en intra-ring était de 30.000 habitants dans les années 70’. Actuellement, elle représente 11.000 habitants, dont 3.000 à la Ville Basse. Cette zone s’est progressivement dédiée au commerce et aux services, mais a perdu sa population. Voyez comment des étages de commerces, habitables, ont peu a peu été consacrés exclusivement au stockage, comment certains bâtiments ont été fermés... Redynamiser la Ville Basse passe par y recréer un habitat de qualité. Des efforts sont consentis en ce sens. Les nouveaux appartements du projet Rive Gauche en seront une première étape, ensuite viendra le Left Side Business Park qui, outre ses immeubles de bureaux, consacrera deux de ses tours au logement. Et nous gardons espoir pour que l’émulation née des différentes réalisations du projet Phenix se poursuive avec d’autres investisseurs, d’autres développeurs soucieux de contribuer à ce renouveau. Pour Philippe Van Cauwenberghe, Echevin du Commerce et Président de l’asbl Charleroi Centreville, ce sont l’impatience et le soulagement

qui dominent : Cette fois, nous sommes dans la dernière ligne droite du projet, et j’espère vraiment que Rive Gauche pourra rayonner sur les commerces voisins qui se sont battus et ont tenu le coup pendant toute la durée du chantier. Rive Gauche va attirer du monde, ce qui devrait bénéficier à toute la zone. Nous allons, en tous cas, faire tout notre possible pour qu’il en soit ainsi. Avec Charleroi Centreville, nous avons développé le premier magasin partagé Pop & C, rue de Marcinelle ; d’autres dossiers sont en cours dans le cadre du projet Fabrique à Boutiques, et plus la date de l’ouverture de Rive Gauche approche, plus on mesure que d’autres commerçants ont envie de revenir en centre ville. Le plan commerce de la Région wallonne nous permettra de les y aider. Nous allons également nous pencher sur les cas particuliers de certaines rues comme la rue de la Montagne où les surfaces commerciales sont particulièrement grandes. Nous allons essayer d’y attirer des enseignes différentes de celles présentes dans le nouveau centre commercial. La rue de Dampremy devrait pouvoir profiter de la double dynamique de la place de la Digue et de la place Verte. Deux grandes brasseries vont s’y installer, ce qui devrait contribuer à y maintenir l’animation. Les maraîchers m’ont d’ailleurs approché pour pouvoir s’installer sur cette nouvelle place. On continue aussi à travailler sur le schéma de développement commercial, à la fois globalement et par zones. Le choix de promouvoir un aspect créatif à la rue de Marcinelle en résulte, et d’autres projets sont en cours. Enfin, l’ouverture de Rive Gauche va nous permettre de démarcher plus librement et précisément au Mapic auprès des grandes enseignes pour présenter et défendre tout ce qui se trouve autour du nouveau centre commercial.


CHARLEROI MAGAZINE / DOSSIER

FÉVRIER / MARS 2017

P.9

DE NOUVELLES HABITUDES À PRENDRE ! L’ouverture de Rive Gauche, son intégration au tissu urbain de la ville basse et l’affluence attendue vers le méga shopping-center a amené la Ville à revoir la circulation dans la zone du centre commercial et, plus largement, dans tout ce quartier. Le nouveau plan de circulation inclut des changements majeurs, mais aussi des atouts, comme les parkings tout proches et l’offre des transports en commun. Nous attirons donc votre attention vers les points suivants : - la nouvelle place Verte est une zone entièrement piétonne ; - le bd Tirou est accessible à la circulation automobile jusqu’à Molière à l’est et jusqu’à la place Saint-Fiacre à l’ouest ; - la rue de la Montagne est ouverte à la circulation, en zone 30 km/h, depuis la rue de Montigny jusqu’au bd de l’Yser ; - l’accès au parking Rive Gauche (situé au bd Tirou) et au centre commercial se fait par la sortie “Ville Basse” du R9 ; - plusieurs parkings avec accès direct au centre commercial : parking de la Digue, du Moulin, Rive gauche, l’Inno ;

- trois stations de Métro sont à votre disposition à 5 min à pied (400m) de Rive Gauche: Tirou, Villette et gare du Sud ; - la gare de Charleroi est située à 200 m de l’entrée du centre-commercial (côté place Buisset) ; - le parcours du City Bus permet de traverser la ville de part en part et de vous déposer en face de Rive Gauche ; -p  lusieurs rues ont étés rebaptisées : l ’ancienne place Albert 1er devient la place verte ; l ’ancien quai de Brabant devient le quai Arthur Rimbaud ; l ’ancien quai de Flandre devient le quai Paul Verlaine ; l ’ancienne rue Léopold devient la rue de Charleville. INFOS

Retrouvez ce plan détaillé dès le 9 mars sur www.charleroi.be


P.10

CHARLEROI MAGAZINE

À LA UNE

FÉVRIER / MARS 2017


CHARLEROI MAGAZINE / À LA UNE

FÉVRIER / MARS 2017

P.11

Le mardi 28 février, Charleroi baignera une nouvelle fois dans l’ambiance du carnaval. Symbole de renouveau saisonnier, victoire du printemps sur l’hiver, le carnaval figure aujourd’hui parmi les Big 5, événements festifs majeurs jalonnant notre calendrier carolorégien. Mais le Carnaval vit aussi, progressivement, son propre renouveau. Répondant à une volonté de la Ville et plus particulièrement de Julie Patte, son Echevine du folklore et des traditions, le carnaval et son cortège se transforment et redeviennent de plus en plus carolos. Notre ville ne peut se targuer d’une longue et riche tradition carnavalesque comme Binche ou Malmedy. Tant pis, elle assure son originalité et joue, dans ce domaine aussi, la carte de l’innovation. Encore modeste mais remarquée et appréciée l’an dernier, la participation de l’Eden au cortège est, cette fois, largement amplifiée. Les groupes du Centre culturel rassemblés sous le titre “Effervescence” comptent près du double de participants de l’édition 2016. La Grande Fabrique, chantier créatif du Carnaval développé par l’Eden et ses partenaires, tourne ainsi à plein régime depuis le 2 février. On s’y active comme des abeilles pour permettre à ces 16 groupes de citoyens carolos qui auront réalisé costumes, chapeaux et chars de défiler ensemble, dans les meilleures conditions possibles, au mardi-gras. Et c’est aussi de ce bouillonnement d’idées qu’est issu le principe du “brûlage du Corbeau” revisité. Car, grande nouveauté, cette année, pour la première fois, ce n’est pas le bonhomme hiver qui sera brûlé à l’issue du cortège, mais… les idées noires des citoyens carolos. Chacun est invité à les écrire, les dessiner, les présenter sur une feuille de papier, anonymement bien sûr. Et ce sont ces feuilles, boulettes d’idées noires, qui seront symboliquement brûlées pour faire place au renouveau du printemps. Vous pouvez déposer vos idées noires à l’Eden ou auprès d’une des associations participantes jusqu’au carnaval, elles seront également récoltées par un groupe le jour même, au long du cortège. Autre nouveauté, on retrouvera Julia, la géante créée pour les 350 ans de notre ville, parmi les autres géants. Mais que l’on ne se méprenne pas, les incontournables du carnaval seront évidemment de la fête : gilles, char à confettis, Spirou, Climbia’s... avec comme invités de marque les joyeux Chinels de Fosses-la Ville et les fameux Echasseurs namurois ! Bon Carnaval !

PROGRAMME DU CARNAVAL 2017 > SAMEDI 25 FEVRIER < Dès 12 h Soumonces générales des sociétés de gilles et de fantaisie dans les artères du centre ville 18 h 30 Rondeau final place Charles II

> MARDI 28 FEVRIER < 15h30 Départ du cortège, avenue de Waterloo, avec : le Comité du carnaval ; le Collège communal ; les Spirou ; les Géants de la ville de Charleroi : Djean, Djenne, Djambo, El Mayeur et Julia ; le Char 3e Âge ; les Climbias ; le Char du Sporting de Charleroi ; le PAC ; les Chinels de Fosses ; les Echasseurs namurois ; les Peluches Disney ; Terra Brasil ; le Char à confettis ; le Char Charleking ; les groupes « Effervescence » de l’Eden : contraste, créativité, danses, fanfares, et récup’ pour un défilé de plus de 315 citoyens costumés. Vers 16h Place Charles II Départ du cortège des Gilles : les Gilles de la Ville de Charleroi ; les Gilles du Pays Noir ; les Gilles de la Jeunesse Commerçante de Charleroi ; les Récalcitrants ; les Rescapés ; les Paysans et Paysannes Vers 17h Place du Manège Défilé des groupes Les personnes à mobilité réduite peuvent assister au défilé des groupes sur la place du Manège à partir de la tribune où des places leur sont exclusivement réservées. Vers 18h30 Place du Manège Rondeau final Vers 19h Place du Manège Brûlage des Idées noires


P.12

CHARLEROI MAGAZINE / À LA UNE

FÉVRIER / MARS 2017

4 MARS LE JOYEUX SAMEDI DES CLIMBIAS ! Le samedi qui suit le mardi-gras a lieu le traditionnel bal masqué des Climbias. Cette année, ce sera le 4 mars… La Ruche verrière, place Edmond Gilles à Lodelinsart, s’animera pour son grand rendez-vous de l’année. L’édition 2017 s’annonce d’ores et déjà exceptionnelle, puisque ce sera la 125e fois que les gentilshommes verriers lodelinsartois mèneront la danse. LE 125e ! La fête débutera à 15h avec le traditionnel bal des enfants. Celui-ci se terminera vers 18h par la remise des friandises aux jeunes participants. Les Climbias se retireront alors en compagnie de leurs invités afin d’aller déguster la traditionnelle tête de veau dans une salle toute proche. Pendant ce temps, les nombreux bénévoles amoureux de cette manifestation haute en couleurs s’activeront et donneront le meilleur d’eux-mêmes afin de pouvoir accueillir les participants au bal des adultes. La salle ouvrira ses portes à 20h15 pour accueillir les costumés. Les Climbias y feront leur entrée en fanfare à 21h. Le bal sera officiellement ouvert après plusieurs farandoles avec les participants. Les Climbias promettent, cette année, une petite surprise entre 21h et 22h... Place ensuite au traditionnel concours des costumés qui passeront sur scène pour être évalués par le jury. Vers minuit et demi, la soirée pourra battre son plein grâce aux platines de DJ Junior. Le bal se terminera au petit matin pour les plus courageux. L’occasion d’entendre chanter les Climbias qui entonneront “Ce n’est qu’un au revoir”.

UNE LONGUE HISTOIRE ET DES TRADITIONS Le Royal Climbia’s Club a été fondé en 1893 à Lodelinsart. Il s’agissait au départ du Faquin’s club, regroupant quelques bons vivants du “petit Paris”, comme on nommait alors cette commune florissante grâce à son industrie verrière. Rebaptisés Climbias, puis Royal Climbia’s Club, l’association folklorique et philanthropique organise depuis sa création un bal masqué. La soirée du bal est l’accomplissement d’un long travail de groupe mené par les 13 Climbias (à noter que l’association a de nombreux postes vacants actuellement, ce qui est exceptionnel ; les candidatures éventuelles sont à adresser à un des Climbias.) Chacun d’entre eux assure une tâche différente dans l’organisation. C’est depuis 1926 que les Climbias participent au cortège carnavalesque de Charleroi, afin d’annoncer leur bal qui se déroule traditionnellement le samedi suivant le mardi-gras. Les bénéfices de la soirée permettent à l’association d’honorer son objectif philanthropique en aidant généralement un enfant en grande difficulté, concrétisant ainsi sa devise “Plaisir et Charité”, mais avec une discrétion qui caractérise l’association.

MAIS QU’EST-CE QU’UN CLIMBIA ? La société tire son nom d’une petite broche de bois que l’on utilisait jadis en verrerie lors du transport des “canons” soufflés par les verriers. Ceux-ci étaient coupés puis fendus avant d’être étendus. Ces petites pièces de bois maintenaient les bords du canon fendu lors de son transport avant qu’il ne soit étendu et devienne un verre plat. A l’époque, on disait à quelqu’un qui était fatigué et prêt à s’endormir “Mettez des Climbias à vos paupières” afin que la personne garde les yeux ouverts. En prenant le nom de Climbia, les fondateurs du club pouvaient aussi faire un… clin d’oeil à ce petit dicton régional afin de montrer que chez les Climbias la fête ne s’arrête jamais !

ET LA FAMEUSE TÊTE DE VEAU, PLAT TRADITIONNEL DES CLIMBIAS ? On raconte qu’en 1698, trois candidats au mayorat de Lodelinsart ne pouvaient être départagés. Une course aurait été organisée afin que son vainqueur accède au poste. Or, c’est un veau échappé d’un enclos qui, le premier, aurait passé la ligne d’arrivée, d’où l’expression des “Vias du Sart” et cet “hommage” rendu par les Climbias en dégustant leur tête de veau.

INFOS

www.climbias.be ou sur la page facebook “asbl Royal Climbia’s Club”


CHARLEROI MAGAZINE

FÉVRIER / MARS 2017

LES GRANDS TRAVAUX

BSCA : EMBARQUEMENT POUR DEMAIN ! Le terminal T2 du Brussels South Charleroi Airport a été inauguré, fin décembre, par Paul Magnette et René Collin, respectivement Ministre-Président wallon et Ministre wallon en charge des Aéroports, en présence de très nombreuses personnalités. Notre “petit” aéroport grandit vite et bien; l’offre de destinations au départ de celui-ci s’enrichit et se diversifie, au point que les installations existantes arrivaient à saturation. Après neuf mois de travaux et un investissement de 15 millions d’euros, le T2 offre dorénavant sept portes d’embarquement supplémentaires ainsi qu’une nouvelle marge de développement pour le BSCA. Le cap des 7 millions de passagers a en effet été franchi en 2016 et on table sur 500 000 passagers en plus dès 2018. A plus long terme, le nouveau terminal, susceptible, à lui seul, d’accueillir trois millions de passagers par an, devrait permettre à l’aéroport carolo de passer dans la catégorie supérieure, celle de plus de 10 millions de passagers chaque année. Un essor raisonnablement envisageable avec l’allongement de la piste et la perspective de vols transatlantiques vers les USA ou le Canada. En attendant, le T2 du “friendly airport” permettra au moins de désengorger les autres installations lors des périodes de forte affluence.

P.13


P.14

CHARLEROI MAGAZINE / TRAVAUX

FÉVRIER / MARS 2017

POUR SES 50 ANS, L’ANCRE S’OFFRE UN ÉCRIN ET SE TOURNE VERS L’AVENIR En 2017, le théâtre de l’Ancre aura 50 ans. Pouvait-on rêver plus beau cadeau pour cet anniversaire que le projet architectural récemment dévoilé ? En 2014, l’Ancre se voyait octroyer une aide exceptionnelle de la Wallonie pour permettre ce développement architectural et la création de sa nouvelle salle de spectacle. Aujourd’hui on découvre la pré-esquisse de ce qu’il deviendra dans les années à venir. Les travaux devraient être réalisés en 2019 et 2020. L’ensemble du projet représente un montant de 7.100 000 €

LE CONSTAT Si la situation géographique de l’Ancre présente de nombreux avantages et que son jardin est devenu, au fil du temps, un rendez-vous festif lors de l’ouverture et de la clôture de ses saisons artistiques, les lieux actuellement occupés, rue de Montigny et rue D’Assaut ont atteint leurs limites et ne sont plus adaptés aux activités croissantes du théâtre. De même, le bâtiment de la rue D’Assaut, destiné à accueillir des artistes en résidence, est vétuste. L’ensemble, en tous cas, ne joue guère en la faveur d’un théâtre dont la réputation et les créations rayonnent aujourd’hui bien au-delà de Charleroi.

LE PROJET Choisie au terme d’un marché public d’architecture, la proposition de développement architectural due à l’équipe représentée par le bureau L’Escaut s’attache à résoudre l’ensemble de ces problèmes d’infrastructure et de fonctionnement. De plus, d’un point de vue urbanistique, l’Ancre va pouvoir asseoir son image et devenir un repère dans la ville. Les priorités des concepteurs du projet ont été de profiter de la déclivité de la rue D’Assaut et d’exploiter une partie du bâti existant qui constitue aussi, après autant d’années (près de 30 ans), une forme d’âme du lieu. Le projet architectural s’attache à la fois à donner un visage, affirmer une présence, renforcer l’identité de L’Ancre. Il le positionne aussi comme un maillon de la chaîne des équipements culturels de la cité, rassemblés, et c’est exceptionnel, sur quelques kilomètres carrés seulement.

ENTRE L’URBAIN ET LE JARDIN L’architecture fait écho à celle de l’Hélios et de l’école de Bosquetville pour créer une nouvelle porte de ville. A l’intérieur, elle offre à l’Ancre, via ses deux salles, un outil scénographique comparable à celui du Théâtre national. La grande salle (400 places) est logée rue de Montigny. Elle affirme la silhouette d’un lieu de spectacles, tout en restant dans l’alignement


CHARLEROI MAGAZINE / TRAVAUX

des habitations voisines. Le bâtiment s’ouvre sur un vaste foyer, espace d’accueil et bar-brasserie, sorte d’antichambre entre l’espace urbain et l’espace jardin. Cet espace se distingue par sa polyvalence : foyer d’accueil, bar, brasserie-restaurant, lien avec le jardin, mais également lieu de spectacles sous petites formes, concerts, etc. Conçue comme un théâtre dans la verdure, la petite salle (100-130 places) sera, elle, comme déposée sur le sol, épousant la pente du terrain. Il s’agira d’une construction légère en bois qui pourra ouvrir sa scène vers le jardin à l’occasion de festivités spécifiques. La pente du terrain est un atout : l’étage côté rue de Montigny est le rez de la rue d’Assaut. C’est le niveau “plateaux”, foyer des artistes et des techniciens, passage obligé pour l’administration et la promotion. Les bureaux s’inscrivent au cœur du lieu. Les résidences d’artistes prennent place au sein des deux maisons de la rue d’Assaut. Les accès publics vers les salles sont clairs : deux cages d’escaliers accompagnées d’un ascenseur, côté rue de Montigny pour distribuer la grande salle. Un large escalier et également un ascenseur vers le jardin et la petite salle.

CÔTÉ BRIQUES L’identité de ce nouvel Ancre est un croisement de choix techniques tenant compte de la construction, du budget, ainsi que de la vie du théâtre et du quartier pendant le chantier. Les travaux lourds sont évités en intérieur de l’îlot et se concentreront côté rue de Montigny. Construction en bois pour la petite salle, en béton pour la grande. Bardage en bois pour la petite salle, enduits sur isolant pour la grande. La façade sur la rue de Montigny sera le porte-drapeau de l’identité du théâtre par l’affichage de sa programmation sous de multiples formes. On l’imagine aisément en découvrant ce développement architectural, les travaux entrepris seront d’envergure. Cependant, les différents partenaires du projet avaient envisagé dans un premier temps de poursuivre l’activité théâtrale dans le lieu. Finalement, ils y ont renoncé et c’est sans doute par des saisons décentralisées qu’il faudra passer avant de réinvestir un centre théâtral moderne, confortable et tourné vers l’avenir.

FÉVRIER / MARS 2017

P.15


P.16

CHARLEROI MAGAZINE

FÉVRIER / MARS 2017

COUP D’ŒIL SUR 2016

© VANDERCAM

© VANDERCAM

Les affiches de Mioshe ont illustré, tout au long de l’année, les Big 5 et les couvertures de votre Charleroi Mag. Couleurs, mouvement, dynamisme... et sens de la fête, à l’image d’une ville qui se reconstruit, retrouve sa fierté et est dorénavant citée en (bon) exemple dans bien des domaines.


CHARLEROI MAGAZINE

FÃ&#x2030;VRIER / MARS 2017

P.17


P.18

CHARLEROI MAGAZINE

FÉVRIER / MARS 2017

L’ACTUALITÉ DANS VOTRE VILLE

> CÉRÉMONIE

DES BEFFROIS QUI“CRISTALLISENT” LE DYNAMISME CAROLO... Les membres du Collège communal ont présenté leurs voeux aux forces vives carolorégiennes et ont décerné les désormais traditionnels Beffrois de Cristal. Le Bourgmestre en titre Paul Magnette a d’abord évoqué quelques moments forts et réalisations de l’année écoulée avant d’esquisser les grands axes qui structureront 2017, à Charleroi. Cette année sera notamment marquée par l’aboutissement du projet Rive Gauche mais aussi le début de la mise en oeuvre des chantiers du projet Charleroi District Créatif à la Ville Haute. De quoi poursuivre et renforcer une dynamique aujourd’hui perceptible dans de nombreux secteurs

qui participent à la vie et à la renommée de notre ville. En guise de clôture, les Beffrois de Cristal ont été remis à des citoyens dynamiques résolument engagés dans ce mouvement pour les récompenser de leurs initiatives.

ET LES LAURÉATS SONT : Copécoo, premier supermarché participatif carolo qui propose des produits bios, équitables et d’entreprises à finalité sociale (Marchienne-au-Pont). Actuellement, notre magasin se trouve sur le site de l’asbl Avanti qui s’occupe de réinsertion professionnelle. Cette localisation donne un supplément d’âme à

notre projet, devait souligner Marie France Lecomte, au nom de cette coopérative qui entend remettre l’économie au service de l’homme et de l’environnement. Nicolas Byloos, un fou d’informatique qui a eu la bonne idée de créer, en 2013, une page Facebook “Evolution carolo”; cette page recense tous les événements se déroulant dans notre belle cité. Son objectif: faire découvrir ce qui m’avait séduit à Charleroi par le biais de photos, articles de presse et autres événements. Au fil du temps et grâce à la magie des réseaux sociaux, Evolution Carolo a grandi et m’a permis de faire de très belles rencontres révélatrices de la convivialité et de la solidarité carolo.  www.evolutioncarolo.be La Manufacture Urbaine, une plateforme engagée dans la production et la valorisation d’une alimentation de qualité et de la culture qui l’accompagne. Elle produit des aliments qui font notre quotidien (bière, pain, café), avec savoir et savoir-faire. Elle se donne pour mission d’éveiller et d’initier à ces “arts de faire”, mais aussi de transmettre le goût et la connaissance d’une création de qualité. L’Atelier de la Manufacture Urbaine sera inauguré ce printemps (dans les locaux de l’ancienne médiathèque). Pour Jurgen Dewijn, ce sera un lieu pluriel: nous y brasserons de la bière, y produirons du pain et y torréfierons du café, mais nous vous y accueillerons aussi le temps d’une dégustation, d’un verre entre amis ou d’une petite restauration. Plus encore, nous y proposerons des interventions, concerts, expositions, ateliers et événements sur mesure. Les résistants de la ville basse, représentés par Paul Catoir et Etienne Granchamps; la Ville a souhaité ainsi mettre à l’honneur tous ceux qui - ils sont encore 35 aujourd’hui -, ont, envers et malgré tout, poursuivi dans l’abnégation leur activité dans le contexte des grands travaux à la ville basse.


CHARLEROI MAGAZINE / L’ACTU

FÉVRIER / MARS 2017

P.19

> EXPO

tion. Un regard qui nous étonne et qui nous oblige à nous remettre en question.

SUCCÈS PUBLIC... À L’ŒUVRE !

Portée par l’Asbl Mooss, le Musée des Beaux-Arts, le Musée de la Photographie à Charleroi et la coopérative Cera, cette initiative culturelle et citoyenne propose donc de s’éloigner de l’approche classique des acteurs du secteur qui, jusqu’ici, misaient sur la recherche de nouveaux publics qu’ils aimeraient toujours plus nombreux et toujours plus variés. “Public à l’œuvre”, en focalisant son attention sur la manière d’impliquer le public face à l’art, renverse ce mode de pensée et s’interroge sur la manière d’impliquer la société dans l’art en créant des lieux pour tout un chacun et non pour une élite.

Suite au succès rencontré depuis son ouverture le 10 novembre dernier, l’exposition “Public à l’œuvre- Reg’Arts décalés” qui se tient au Musée des Beaux-Arts dans le cadre des 350 ans de la Ville de Charleroi est prolongée jusqu’au 15 avril 2017. Riche d’une scénographie originale et d’un fort potentiel pédagogique, cette exposition a touché près de 2500 visiteurs dont des élèves de très nombreuses écoles qui ont pu échanger lors de leur visite avec les commissaires de l’exposition qui sont au nombre de… 37 ! C’est, en effet, une des grandes originalités de l’événement, comme l’indique son titre, l’exposition a été élaborée par des citoyens, venant d’horizons divers, sensibles à l’art et intéressés par celui-ci pour certains, mais sans être acteurs de son univers. Venu de Charleroi et d’ailleurs... le commissaire de “Public à l’œuvre” est... le public ! Ainsi, dès avril 2016, les participants à ce projet ont mis la main à la pâte. D’abord,

ils ont expérimenté de manière ludique les apprentissages de la conception d’une exposition. Puis, les visites des réserves des musées les ont confrontés à un contact direct avec les œuvres d’art. Cette curiosité éveillée et les liens chaleureux qui se sont créés progressivement ont abouti à une véritable dynamique, enthousiaste, qui a permis la mise sur pied de cette exposition originale. Comme l’explique Coraly Aliboni, Conservatrice du Musée des Beaux-Arts, Nous tenions absolument à ce que les participants soient au contact direct des œuvres. Parce que l’expérience sensorielle et émotionnelle doit primer sur le travail intellectuel. Tout l’intérêt du projet est là : que le public prenne les œuvres et trouve un sens qui lui soit propre. Sans chercher à reproduire le travail des commissaires d’exposition. C’est-à-dire en dehors de toute contrainte historique, artistique ou scientifique. Dans une démarche résolument libératrice, qui permette de poser un regard neuf sur ce que nous voyons au quotidien en tant qu’institu-

Le visiteur placé au centre même du dispositif de présentation fait l’objet de toutes les attentions. Il est acteur de sa visite et devient ... un autre visiteur!

INFOS

Musée des Beaux-arts PBA - entrée extension vitrée (2e étage), place du Manège, 1 - 6000 Charleroi – du mardi au vendredi de 9h à 17h ; samedi de 10h à 18h ; gratuit le 1er dimanche du mois, de 12h à 18h ; fermé dimanche, lundi et jours fériés - entrée : 2,50€ www.publicaloeuvre.be


P.20

CHARLEROI MAGAZINE / L’ACTU

FÉVRIER / MARS 2017

> CAMPAGNE

> PHOTOGRAPHIE

STOP AUX MÉGOTS !

JEANLOUP SIEFF, L’EXPO ÉVÉNEMENT

Pour Cyprien Devilers, Echevin de la Propreté, Les mégots sauvages posent un réel problème de salubrité publique. La cigarette ne pollue pas seulement les poumons. Abandonnée sur un trottoir, dans un avaloir ou dans un parc, elle nuit à notre environnement. Un seul mégot avec filtre peut avoir une durée de vie de plusieurs années et polluer jusqu’à 500 litres d’eau. Jetés dans nos avaloirs, les mégots compliquent le traitement de l’eau dans nos stations d’épuration.

COMMENT SE PROCURER UN CENDRIER DE POCHE? Ces cendriers portatifs seront distribués lors d’événements drainant une foule sur l’espace public. La volonté est également de travailler avec le secteur Horeca.

Si le Musée de la Photographie de Mont-surMarchienne présente, à chaque nouvelle programmation, des expositions de grand intérêt, la double exposition de Jeanloup Sieff, accessible jusqu’au 5 mai est un véritable événement ! Jeanloup Sieff. Serge Gainsbourg et Jane Birkin. Paris, 1970. © Estate Jeanloup Sieff

Plus d’excuse si vous jetez votre mégot en rue! Outre les poubelles et cendriers publics, Charleroi s’équipe de 4.000 cendriers de poche et lance la campagne “Sois un bon Carolo, jette ton mégot là où il faut!”

La distribution de ces cendriers sera accompagnée d’un document de sensibilisation à la propreté en rue. Ce document rappelle également l’article du règlement général de police sanctionnant ce type d’incivilité.

AUTRES TYPES DE CENDRIERS A Charleroi, les initiatives ne manquent pas, ajoute Cyprien Devilers. Les poubelles publiques que la Ville acquerra prochainement, suite à la décision du conseil communal de novembre 2016, seront dotées de cendriers intégrés. Par ailleurs, nous travaillons également sur un projet de cendrier incorporé dans le sol. Une phase test devrait être lancée à la belle saison. Pour rappel, tout jet de mégot en rue peut être sanctionné par une amende s’élevant le plus souvent à 50 euros. Chaque geste incivique constitue un non respect de l’espace public mais aussi un affront aux agents de la propreté.

INFOS

www.charleroi.be

Faut-il encore présenter ce grand nom de la photographie ? Tout le monde, ou presque, a assurément posé un jour le regard sur une de ses images icôniques. Reporter indépendant, un temps membre de l’agence Magnum – il reçoit en 1959 le Prix Niepce pour son reportage sur le Borinage – c’est cependant dans la photographie de mode qu’il va s’illustrer. Réalisées principalement pour de prestigieuses revues de mode telles Harper’s Bazaar, Elle, Vogue ou British Mode, ses photographies dépassent l’image de commande par l’originalité des cadrages,


CHARLEROI MAGAZINE / L’ACTU

la densité des impressions et le choix du grand angle qui les rend immédiatement reconnaissables. Car il y a bien un style Sieff avec ses femmes-icônes portant les créations de prestigieux couturiers, ses nus féminins saisis dans leur troublante intimité, ses paysages déserts qui sont le visage solitaire de ce photographe pratiquant l’amitié avec les vedettes de l’écran ou de la politique qu’il rend si proches, s’effaçant derrière le modèle. Sieff épure sa photographie, en conservant les lignes maîtresses, les coulant dans des noirs profonds, rejoignant l’esthétique d’une époque. Depuis les années cinquante, en une étroite connivence avec le cinéma, au travers des thèmes abordés, c’est tout le parfum de ce temps des “30 glorieuses” qu’a su traduire Jeanloup Sieff en images.

FÉVRIER / MARS 2017

> TRAVAUX

DES BÂTIMENTS POUR NOS ENFANTS ! La fin de l’année 2016 a été particulièrement riche en inauguration de bâtiments, rénovés ou reconstruits, et tout spécialement destinés à nos enfants, petits et grands.

INFOS

En novembre, la crèche Lambermont dévoilait son nouveau visage, après une longue période de travaux, avec une capacité augmentée à 42 lits. Charleroi compte huit crèches communales réparties sur son territoire. Avec l’ouverture du Lambermont entièrement rénové, 6 places d’accueil supplémentaires sont disponibles, amenant à 354 la capacité cumulée de ces structures dédiées aux tout petits, annonce Mohamed Fékrioui, Echevin de la Petite Enfance. Chaque année près de 600 enfants fréquentent les crèches communales. L’une des priorités des services de la Petite Enfance est de rénover l’outil existant et d’y créer des espaces qui respectent les critères de conception les plus récents. La crèche Lambermont a été entièrement remise à neuf sur une superficie totale de près de 1.000 m² : toiture, châssis, parois murales intérieures, peinture... Le bâtiment a été agrandi à l’arrière et une terrasse a été créée à l’étage ; il est entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite notamment grâce à l’installation d’un ascenseur. Le montant de ces travaux s’élève à 900.872 €. A noter que tout le mobilier a été construit sur mesure pour garantir aux enfants et aux puéricultrices un maximum de confort et de sécurité.

www.museephoto.be - info@museephoto.be

L’école du Bois à Ransart, dispose, elle, d’une nouvelle aile. Ce nouveau bâtiment comprend

L’œuvre de Sieff n’avait, jusqu’à maintenant, jamais connu une exposition d’envergure en Belgique. Le Musée de la Photographie propose de revenir sur deux aspects de l’œuvre du photographe. D’une part, on peut y découvrir, à tout seigneur tout honneur, une sélection de ses photographies les plus emblématiques, choix opéré parmi les collections du Musée et les archives du photographe pour rendre hommage à un artiste qui a marqué plusieurs générations. D’autre part, le Musée propose de revenir sur son reportage réalisé au Borinage en 1959, époque de conflits sociaux autour des charbonnages. La programmation du musée se complète, jusqu’au 5 mai, de l’exposition “Exchanging Looks” de Wim de Schampelaere, de “Horsehead Nebula” de Matthieu Litt dans la galerie du Soir, et de “Scrublands” d’Antoine Bruy dans la Boîte noire du musée.

P.21

4 classes et a été construit pour un montant de 761.000 €, expliquait l’Echevin des Travaux Eric Goffart. Vu la demande croissante d’inscriptions dans cet établissement scolaire, il était important de pouvoir optimiser les conditions d’apprentissage en offrant un nouvel espace de travail aux 94 élèves de 5e et 6e primaire, précisait de son côté l’Echevine de l’Enseignement Julie Patte lors de l’inauguration. Une aile aussi, totalement rénovée, et destinée aux maternelles, valorise l’école de la Bassée à Roux. Ces travaux représentent un montant de 2.177.849 € . Seuls les murs porteurs ont été conservés. Le bâtiment comprend 5 classes, un réfectoire, une salle de psychomotricité et une salle des professeurs. Les toitures de l’ancien bâtiment ont elles aussi été remplacées. Cette infrastructure permet de centraliser les apprentissages du 1er cycle dans un seul et même lieu. Tout a été pensé pour que les 81 élèves de maternelle puissent s’épanouir dans ce nouvel environnement. Enfin, c’est un moment exceptionnel qu’on a vécu à l’école de l’Ouest à Lodelinsart lors de son inauguration par la Ministre de l’Education Marie-Martine Schyns, le Bourgmestre Paul Magnette et les Echevins de l’Enseignement et des Travaux Julie Patte et Eric Goffart. En effet, il s’agit de la première école à bénéficier d’une reconstruction complète depuis le début de cette législature et, plus largement, depuis les années nonante. Au total les travaux auront duré deux ans, pour un montant de 4.209.000€ dont une subvention allouée par la Fédération Wallonie Bruxelles de 2.329.526€. Un renouveau bienvenu, d’autant plus que l’école a pu compter sur un bel accroissement d’inscriptions lors de la rentrée scolaire.


P.22

CHARLEROI MAGAZINE / L’ACTU

FÉVRIER / MARS 2017

Couillet. Cet établissement scolaire propose un projet multifacettes comprenant la création d’un logo et d’un slogan pour soutenir des actions ludiques sur le terrain renforcées par des supports de communication (dépliant sur le tri sélectif, cartes postales, micro-trottoir, etc).

L’asbl Saint-Lambert Château Mondron arrive en deuxième position. Avec le comité solidarité jeunesse et la 21e unité scoute de Jumet-Hamendes, elle travaillera sur l’apprentissage du tri, le ramassage des déchets dans le quartier, le placement de poubelles de tri dans le parc du château et la création de capsules vidéos humoristiques (Comment bien trier ? Suivez Léon et Valentine… ).

> PROPRETÉ

9.700 EUROS POUR RÉCOMPENSER 8 PROJETS Les lauréats du Prix de la Propreté 2016 sont connus. Cyprien Devilers, Echevin de la Propreté et de l’Environnement, et Hicham Imane, Président de la commission propreté, ont dévoilé les noms des gagnants lors de la cérémonie officielle de remise des prix. Elle s’est déroulée le 12 janvier 2016 à la Maison de la Presse de Charleroi. Axé sur la participation citoyenne, ce prix invite les Carolos à faire preuve de créativité pour améliorer la qualité de vie dans notre métropole. L’Echevin se réjouit de l’engouement suscité par le Prix de la propreté: Cette initiative colle parfaitement avec notre slogan : La propreté à Charleroi : c’est toi, c’est moi. Nous sommes tous des maillons de la chaîne de la salubrité publique. Si on veut que la ville se redresse, il est essentiel de récompenser des projets carolos et de soutenir leur mise en œuvre. C’est pourquoi les premiers de chaque catégorie reçoivent un prix de 1.800€, les deuxièmes 625€ pour leur permettre de réaliser le projet primé. Avec deux lauréats par catégorie, ce sont pas moins de huit projets que la Ville de Charleroi soutiendra en 2017, grâce à un budget de 9.700 euros !

ECOLES ET MONDE PÉDAGOGIQUE L’Institut Notre-Dame de Charleroi remporte la première place avec Clean the city ! Pour une ville-basse propre ! Ce projet vise à sensibiliser les 800 élèves du secondaire à la propreté de leur environnement direct (dans et aux abords de l’école). Ce travail s’effectuera en partenariat avec le primaire mais aussi avec les passants et les riverains. A la deuxième place, on trouve le CECS

QUARTIERS Le comité d’initiative de Propremy se hisse à la première place. Ses membres s’investissent depuis plusieurs années déjà en faveur de la propreté publique. Ils projettent l’édition d’un vade-mecum de la propreté ainsi qu’une vaste opération sur le terrain avec les riverains et les enfants de Dampremy. Propremy est suivi des bénévoles de Coucou les Immondices. Ils poursuivront la mobilisation et la sensibilisation des habitants de Marchienne-au-Pont, zone particulièrement frappée par l’incivisme ces dernières semaines. Coucou les Immondices souhaite renforcer les partenariats et le lien social dans les quartiers concernés.

JEUNESSE La catégorie jeunesse voit la 14e unité scoute de Jumet grimper sur la première marche du podium. L’objectif est de lancer une campagne de propreté dans les quartiers. Les scouts projettent d’apporter un soutien et une aide au nettoyage et à l’enlèvement d’encombrants chez les personnes âgées et/ou présentant un handicap. Animations et actions de sensibilisation (avec autocollants et affiches) sont également au programme.

INNOVATION Enfin, la gagnante de la catégorie innovation est la Maison de la Presse. Son projet, C’est du propre ! le retour, repose sur la création d’une nouvelle chaîne vidéo sur facebook et youtube. La Maison de la Presse projette la réalisation d’un film sur les actions menées par les lauréats du Prix de la Propreté avec présentation des vidéos à l’ensemble des partenaires. Quai10 emporte le deuxième prix avec des clean tags. Ces tags propres ont été réalisés dans le cadre de l’inauguration de Quai10. Comment ? En projetant de l’eau (haute pression) sur des pochoirs spécifiques apposés sur les trottoirs. Avec ce mode de communication visuel original, Quai10 souhaite se démarquer des innombrables sollicitations de notre attention en ville. Cyprien Devilers, Hicham Imane et les conseillers de la commission propreté félicitent encore une fois les participants pour la qualité de leurs projets et vous donnent d’ores et déjà rendez-vous pour l’édition 2017 du Prix de la Propreté ! Le 8e appel à projet sera lancé à la belle saison.


CHARLEROI MAGAZINE / L’ACTU

FÉVRIER / MARS 2017

P.23

> VOIRIES

2017 FAIT LE PLEIN DE ROUTES L’année 2017 s’annonce déjà prometteuse avec la pérennisation des moyens dédicacés au réseau routier. A ces montants conséquents s’ajoutent plusieurs millions d’euros consacrés à des rénovations lourdes ainsi qu’à l’aménagement de la place Chantraine à Gilly. Rappelons que le Plan Routes 2016 s’était déjà clôturé de manière exceptionnelle avec une septantaine de voiries rénovées, soit la concrétisation de 90% du programme annoncé. Il sera encore beaucoup question de routes en 2017 avec, tout d’abord, une enveloppe de 4,5 millions d’euros sur fonds propres, pour la rénovation d’une cinquantaine de rues. Mais 2017 verra surtout la concrétisation des chantiers de rénovation lourde qui portent sur les voiries les plus dégradées de l’entité. Il s’agit de l’ensemble des travaux subsidiés par la Wallonie dans le cadre du Fonds Régional d’Investissement des Communes, précise l’Echevin des Travaux Eric Goffart. Parmi ces chantiers, on peut d’ores et déjà citer la rue Jean Jaurès à Montignies-sur-Sambre ou encore les rues de l’Hôpital et Vandervelde à Monceau-surSambre. Cette année, débutera aussi le très attendu chantier de réaménagement de la place Chantraine à Gilly. Attribué en décembre dernier, le marché public de travaux, d’un montant de 965.617€, prévoit une refonte complète de la place afin de lui rendre sa vocation d’espace public. L’objectif est de rendre cette place de 5.000 m² aux riverains pour en faire un lieu de rassemblement et de rencontres, poursuit Eric Goffart. Si des bancs et des arbres viennent encadrer la place, l’espace central pourra accueillir des manifestations dans ce quartier particulièrement vivant. Les familles

pourront également profiter de ce nouvel aménagement et notamment d’une aire de jeux située à l’une des extrémités de la place. Ces nouveaux chantiers vont être lancés tandis que les dernières rues du précédent plan d’investissement vont être terminées, comme la rue Florian Montagne à Marcinelle. Lors du lancement du Plan Routes 2016, en mars dernier, l’objectif était de rénover 80 voiries avant l’hiver. Fin 2016, 72 rues étaient rénovées et 15 autres rues étaient en travaux. Nous avons donc réussi à concrétiser plus de 90% de notre programme, ce qui est une très belle réussite, se réjouit Eric Goffart. Sur le terrain, au-delà de l’amélioration de la qualité des revêtements, ce vaste programme de réfection du réseau permet d’en améliorer la sécurité routière et de réduire les dommages causés par les dégradations ainsi que les coûts y afférents. A titre d’exemple, dans le top 5 des voiries qui font l’objet du plus grand nombre de plaintes adressées au service des Assurances entre 2013 et 2015, trois d’entre elles ont été rénovées (rues Sartles-Moulins à Roux, Tahon à Gosselies et Longue Haie à Couillet) et les deux autres sont programmées (rues du Masy à Jumet et boulevard Mayence à Charleroi). Une rue rénovée, c’est une rue qui disparaît des tableaux des réclamations...

RUE SART-LES-MOULINS À ROUX La rue Sart-les-Moulins à Roux a été inaugurée après avoir bénéficié, durant un peu plus d’un an, d’un sérieux lifting qui a permis de réhabiliter cette route qui figurait parmi les plus dégradées de l’entité. Sa silhouette actuelle ferait presque oublier les sous-couches en pavés recouvertes d’asphalte, le cauchemar des riverains et des automobilistes. Vu l’état de dégradation du revêtement et pour des questions de souplesse et de rapidité de la procédure, la Ville de Charleroi a décidé de financer les travaux sur fonds propres. Une enveloppe de 1.590.000€ a été consacrée à ce chantier d’envergure qui a permis de rénover toute la voirie de façade à façade sur une longueur de 1,2km. Une attention particulière a été portée aux aménagements de sécurité routière avec la création de zones de vigilance en tarmac rouge aux endroits les plus marquants. Elles sont accompagnées de la pose de six coussins berlinois.


P.24

CHARLEROI MAGAZINE / L’ACTU

FÉVRIER / MARS 2017

Yolande Moreau et Jaco Van Dormael, marraine et parrain du nouveau Centre de l’image animée. Mais comme l’indique cette dénomination, celle-ci ne se limite pas au cinéma. Ainsi, côté “gaming”, autre grand pan d’activité du Quai 10, on avait également le choix entre de nombreux ateliers et exposés. En quelques années, le jeu vidéo est devenu un véritable phénomène de société, et la découverte de ses multiples facettes, au-delà du plaisir du jeu en lui-même, en permet sans aucun doute une meilleure approche. Mais la fête n’aurait pas été complète sans concerts, parmi lesquels on retiendra la dernière prestation d’Abbey Road succédant au film de Ron Howard consacré aux Beatles, autant d’occasions aussi de profiter de la belle architecture du Quai 10 et de sa vaste brasserie. Enfin, on aura pu découvrir de nouvelles performances en

video-mapping de notre très envié collectif Dirty Monitor, apprécié internationalement et dont les locaux se situent dorénavant au... Quai 10. Vous disiez image animée ?

> CULTURE

LE QUAI 10 ANIME SON IMAGE! Il avait ouvert ses portes au public le 30 novembre, mais le Quai 10 avait promis un événement en début d’année pour marquer le coup. Ce fut chose faite les 20, 21 et 22 janvier lors d’un week-end de folie à la destination première de la population. Que le spectacle commence! Et le spectacle a occupé la place tout au long d’un week-end aussi riche que copieux, attirant plusieurs milliers de personnes à la découverte de ce nouveau point d’attraction carolorégien. A tout seigneur tout honneur, le cinéma y tenait évidemment une place de choix, avec une programmation conjuguant variété et qualité dans les quatre nouvelles salles. Des projections - souvent en avant-première - qui s’ouvraient aussi sur des débats, des conférences et diverses animations autour du septième art, souvent en présence de réalisateurs, comme

> CITOYENNETÉ

UN 4e CONSEIL DE PARTICIPATION Un Conseil de Participation traite de toutes les questions qui se posent aux habitants, dans le sens de l’intérêt général et qui touchent notamment aux questions de l’aménagement urbain, la mobilité, l’environnement, les activités à vocation éducative, sportive, culturelle et de loisirs et l’animation des quartiers. Nous vous avons déjà présenté les Conseils de Participation, mis en place à l’initiative de l’Echevin de la Participation et des Quartiers, Serge Beghin. Après les expériences fructueuses de la Ville Haute (2013), de Gilly (2014) dans le périmètre des 4 bras, et de Gosselies centre (2016), un quatrième Conseil de Participation, celui du district sud, a récemment été mis en place, par tirage au sort parmi les candidatures. Vingt membres effectifs et une trentaine de suppléants ont été ainsi désignés.


CHARLEROI MAGAZINE / L’ACTU

Pour l’Echevin, l’installation de ce 4e Conseil de Participation se distingue en deux points : il est le premier à être installé, dès sa création, à l’échelle d’un district. Par ailleurs, il se démarque par une participation accrue des jeunes actifs dans ce territoire. En effet, la moitié des citoyens composant le Conseil de Participation est âgée de moins de 35 ans. Comme le prévoit la charte des Conseils de Participation, ces institutions sont mises en place au sein de chaque district couvrant ainsi l’ensemble du territoire carolo. A l’été prochain, le cinquième et dernier Conseil, relatif au district Ouest, sera lui aussi constitué. De manière parallèle et complémentaire, l’Echevin lancera dès la mi-mars une campagne d’élargissement des trois premiers Conseils à l’ensemble du territoire de leur district respectif. Les appels à candidatures pour les districts centre, est et nord sont d’ores et déjà lancés. Tous les citoyens et les forces vives actives sur les anciennes communes de Charleroi, Lodelinsart, Dampremy, Montignies-sur-Sambre, Gilly, Jumet, Gosselies et Ransart peuvent déposer leur candidature s’ils souhaitent s’investir dans leur district. Quatre catégories de représentants les composeront : des citoyens (11) ; des commerçants et professions libérales (3) ; des écoles (3) ; des ASBL et autres associations (3). Les candidats conseillers sont choisis par tirage au sort. Ils sont alors installés pour 6 ans.

INFOS

Jennifer Hiernaux - 071 86 88 22 jennifer.hiernaux@charleroi.be

FÉVRIER / MARS 2017

P.25

> JEUNESSE

MON PROJET POUR CHARLEROI Charleroi bouge, se transforme, se reconstruit. Les jeunes vont pouvoir apporter leur pierre à l’édifice. Leur permettre de donner leur avis, susciter leurs commentaires et les accompagner dans la formulation et la réalisation de leurs idées pour la ville : c’est tout l’intérêt de “Mon projet pour Charleroi”, initié par For’J. Soutenu par l’échevinat de la Jeunesse, ce projet vise à rencontrer tous les élèves carolos de 5e et 6e secondaires afin de les accompagner dans la formulation et la réalisation de leurs idées pour la ville. Nous souhaitons leur donner les moyens de devenir acteur d’un projet pensé et rêvé par eux, soulignait Thomas Parmentier au nom de la Fédération de Maisons de Jeunes et Organisation de jeunesse (For’J). A l’heure où Charleroi est en pleine reconstruction, nous pouvons ressentir un véritable investissement de la part des 25-40 ans. Cette génération a l’air convaincue du renouveau de sa ville et surtout, se sent prête à y participer, à s’y investir. Notre intention n’est pas de récolter des souhaits utopiques, mais bien de concrétiser des projets réalisables. Concrètement, la formulation de ces idées, fruit d’un travail individuel ou collectif, pourra se présenter sous divers supports (rédactions, vidéos, enregistrements vocaux, etc). Quant à leur réalisation, elle sera encadrée par des équipes d’animation des structures

partenaires mais aussi par un comité d’accompagnement constitué d’experts et de personnes ressources. Amener les jeunes à échanger et à s’exprimer sur leurs attentes; susciter la réflexion sur leur environnement et l’influence qu’ils peuvent avoir sur celui-ci; valoriser les démarches de mise en projet et donner l’image positive d’une jeunesse impliquée et active,… autant d’aspects et d’objectifs poursuivis par cette opération parrainée par Dominique Demonté, Directeur du Biopark Charleroi Brussels South et Président du Comité de développement Stratégique de la région de Charleroi Sud-Hainaut. Les récents Etats Généraux de la Jeunesse ont bien montré que nos codes classiques ne parlent plus aux jeunes. L’atout de ce projet est justement de les casser et je pense que les jeunes s’y retrouveront. Nous avons là un tout premier projet concret et j’en suis ravie, ajoutait de son côté l’Echevine de l’Enseignement, Julie Patte. Et c’est dans les classes qu’une partie du programme se déclinera : celles des 5e et 6e secondaires du centre-ville (11 au total) lors d’une phase test qui durera jusqu’à juin 2017. L’expérience pourrait ensuite s’étendre à toutes les écoles du grand Charleroi mais aussi dans les écoles supérieures, mouvements de jeunesse, etc…


P.26

CHARLEROI MAGAZINE

FÉVRIER / MARS 2017

LA VILLE À VOTRE SERVICE

> LOGEMENT

L’AGENCE IMMOBILIÈRE SOCIALE A DÉMÉNAGÉ Créée en 1988 et agréée par le Gouvernement Wallon en 1994, l’ AIS Charleroi Logement est une des 30 agences immobilières sociales actives sur le territoire de la Région Wallonne. Elle a récemment quitté ses bureaux du bâtiment Hélios pour s’installer au 7e étage du 48 bd Jacques Bertrand. Un déménagement justifié par plusieurs raisons : D’une part, explique Ornella Cencig, Présidente de l’AIS, le plan de gestion de la Ville impose aux asbl paracommunales actives sur le territoire de la Ville d’assumer leur autonomie par rapport aux finances communales, et parallèlement à cela, l’actuelle majorité communale a souhaité que les acteurs en matière de logements pour ménages à revenus modestes ou moyens puissent collaborer de manière plus active. Des possibilités de synergies sont ainsi apparues entre la Sambrienne et l’AIS, à commencer par ce rapprochement géographique des services dans les installations de la Sambrienne. Cela facilite les démarches des candidats locataires qui disposent dorénavant d’un seul lieu pour l’en-

semble de leurs formalités de candidature dans les deux organismes. Rappelons que l’Agence Immobilière Sociale agit comme intermédiaire entre les propriétaires bailleurs et les locataires à la recherche d’un logement. Son objectif principal est de favoriser la mise à disposition d’immeubles issus du parc tant privé que public en vue de répondre à la demande de logements de qualité, tout en garantissant au propriétaire le paiement des loyers. L’association (ré)introduit des logements salubres dans le circuit locatif au bénéfice de ménages à revenus modestes. Une équipe composée d’un intervenant social et d’un agent technique est à l’écoute tout au long de la location et garantit un accompagnement personnalisé et adapté à la situation de chaque candidat locataire. Passer par une AIS représente plusieurs avantages, tant pour les propriétaires que pour les locataires. Pour les propriétaires, on relèvera la gestion du bien par l’AIS : recherche d’un locataire, rédaction des baux et états des lieux, suivi des obligations du locataire,... moyennant une participation modérée; la garantie du paiement du loyer, le suivi de l’entretien du bien par le locataire et la remise en état en cas de dégradation (autre que l’usure normale). On y ajoutera l’exonération ou la réduction du précompte immobilier.

Et des aides à la réhabilitation et à la mise en conformité. Pour les locataires, l’AIS représente une offre d’un logement à loyer modéré répondant à leurs besoins et à leur situation familiale, ainsi qu’un accompagnement social, et plus fondamentalement la certitude d’habiter un logement répondant aux critères minimaux de salubrité en vigueur. L’AIS gère actuellement un ensemble de 173 biens, 129 sous mandat de gestion donnant droit aux subsides de fonctionnement et 44 logements en fonds propres. Elle développe aussi de nouvelles perspectives d’activité, entre autres avec le Fonds du Logement des Familles nombreuses de Wallonie, ce qui devrait lui permettre d’aboutir à la concrétisation d’une douzaine de nouveaux logements en 2017. INFOS

ASBL AIS Charleroi Logement 48, boulevard Jacques Bertrand - 7e étage – 6000 Charleroi - 071/32 00 72

> PERSONNES HANDICAPÉES

L’APPEL À PROJETS 2017 EST LANCÉ ! Dans le cadre du règlement régissant l’octroi de subventions destinées à soutenir la politique de la personne handicapée, la Ville de Charleroi lance son appel à projets 2017. Sur proposition de Mohamed FEKRIOUI, Echevin de l’Égalité des Chances, le règlement régissant l’octroi de subventions destinées à soutenir la politique de la personne handicapée a été mis en place début 2015. La méthode de répartition plus proactive reprise dans ce règlement se base sur l’avis remis par le Conseil Consultatif de la Personne Handicapée, à la demande de l’Echevinat. Auparavant la liste fermée de bénéficiaires était reconduite annuellement ; désormais,


CHARLEROI MAGAZINE / À VOTRE SERVICE

FÉVRIER / MARS 2017

P.27

la répartition des subventions s’applique en fonction du résultat d’un appel à projets proposé par le service Égalité des Chances. Cet appel est largement ouvert, explique Mohamed Fekrioui. Il permet aux associations non dédiées aux personnes handicapées de prétendre à un subside pour autant que le projet déposé réponde à différents critères. Seuls les projets déposés par des asbl ou associations de fait dont l’ancrage à Charleroi est démontré et dont l’objet social est en lien avec une politique d’inclusion sont pris en compte. Cette année, c’est un montant encore augmenté qui est consacré aux lauréats de cet appel à projets puisque 30.000 euros seront répartis. La sélection des quatre projets retenus sera réalisée sur base de critères objectifs. Toute association, seule ou en partenariat, est invitée à proposer sa candidature pour des projets : - Handi-Plus : financement exclusif d’un projet ponctuel ; - Handi-Start : co-financement, nouveau projet qui s’inscrit dans la durée ; - Handi-Nove : co-financement, aspect innovant et diffusion de bonnes pratiques ; - Handi-Part : co-financement, aspect transversalité (partenaires hors secteur handicapé). Chaque candidature doit être rentrée sous forme d’un dossier à l’aide d’un formulaire téléchargeable à l’adresse www.charleroi.be/ Egalite-des-chances ou disponible sur simple demande auprès du service Handicontact. Date limite de dépôt des candidatures : le 31 mars 2017. Le règlement de l’appel à projet se trouve également sur le site Internet de la Ville. Un jury établira une sélection parmi les projets rentrés. Chaque candidat sera informé de la décision du Conseil communal. L’analyse et le classement des candidatures éligibles sont assurés par un jury composé de représentants des services administratifs de la Ville concernés, d’un représentant de chacun des quatre groupes politiques et du Président du Conseil consultatif de la personne handicapée désigné par le Conseil communal.

> VACANCES DE PRINTEMPS

> SANTÉ

N’OUBLIEZ PAS LES PEPS !

UN BUS MÉDICAL À LA RENCONTRE DES EXCLUS DES SOINS

Avec les vacances de printemps (déjà) à l’horizon, les PEPS (Plaines Educatives et de Proximité Saisonnières) s’organisent pour accueillir nos enfants. Comme de coutume, le programme sera varié: des jeux, du sport, des activités culturelles, il y en aura pour tous les goûts et tous les âges... Des vacances bien remplies et actives ! Ne tardez surtout pas pour les inscriptions ! Durant les vacances de printemps, les PEPS seront ouvertes du 3 au 14 avril 2017. Les enfants seront accueillis dans quatre lieux différents : à Couillet, 208 rue de Villers, (enfants de 6 à 12 ans) ; à Monceau-sur-Sambre, parc communal, rue de Goutroux (enfants de 6 à 15 ans) ; à Marchienne-au-Pont, maison Cool’heure, 70B route de Mons (enfants de 2,5 à 5 ans) ; à Montignies-sur-Sambre, stade Yernaux, 226 rue du Poirier (enfants de 3 à 15 ans). Le tarif est de 20€/semaine pour les enfants domiciliés sur le territoire de Charleroi et 35€/ semaine pour les enfants domiciliés hors entité. Les inscriptions seront clôturées le vendredi 24 mars. INFOS

INFOS

Handicontact - Service Egalité des Chances Avenue de la Crèche, 13 6061 Montignies-sur-Sambre 071/86.70.70 071/86.70.11 handicontact@charleroi.be

Service des PEPS MCA – 7, rue Albert Camus 6031 Monceau-sur-Sambre 071/86 66 23/19 - beatrice.vaes@charleroi.be La Ville de Charleroi recrute du personnel pour les PEPS. Consultez www.charleroi.be

Dès ce 20 février, le Médibus sillonnera les routes de la province de Hainaut pour procurer une aide médicale et sociale aux personnes qui n’y ont pas ou plus accès. Une initiative qui vient répondre à une demande du secteur associatif local. L’ONG médicale Médecins du Monde renforce cette année son ancrage wallon avec le lancement d’un projet mobile en province de Hainaut. Le Médibus sera ouvert à tous, avec une attention particulière portée aux personnes qui n’ont pas ou plus accès aux soins et aux services sociaux. Certaines personnes ne se déplacent pas dans les lieux de soins fixes, que ce soit parce que ces lieux sont trop éloignés, parce qu’elles n’ont plus confiance dans les institutions traditionnelles ou pour d’autres raisons , explique Nathalie Annez, coordinatrice du projet. Un cabinet mobile permet de surmonter ces barrières. À Charleroi, les modifications du contexte urbain ont en effet conduit les personnes prostituées, toxicomanes, sans-abris et d’autres publics en situation précaire à se déplacer vers la périphérie. D’où l’intérêt de se réunir au sein d’un même projet mobile. Forte de son expérience bruxelloise, où le Médibus va à la rencontre des plus exclus depuis déjà trois ans, Médecins du Monde a donc décidé d’élargir son action dans la province de Hainaut, grâce aux partenariats avec des associations


CHARLEROI MAGAZINE / À VOTRE SERVICE

P.28

et services locaux. À Charleroi, cinq se sont lancés dans l’aventure : Entre 2 Wallonie, le CPAS de Charleroi (Carolo Rue), le Relais Santé de Charleroi, l’ASBL SIDA IST Charleroi Mons et Le Comptoir. Le projet est vraiment pensé pour et avec nos partenaires, précise Nathalie Annez. Nous voulons nous rendre en dehors du centre-ville pour rentrer en contact avec cette partie de la population de plus en plus isolée. Dans le bus, les patients auront non seulement accès à des soins infirmiers, mais aussi à des dépistages rapides (VIH, Hépatite C, Syphilis) et à du matériel d’injection stérile. Ils pourront aussi être réorientés et accompagnés vers les services médicaux, sociaux ou juridiques adéquats, selon leur situation.

Labbé, reçoit et traite les plaintes contre ces institutions en toute indépendance et impartialité. Seule condition pour le saisir de votre dossier: avoir eu un contact préalable avec le service concerné par votre réclamation. Comment joindre le Médiateur? Par téléphone, par courrier électronique, via la page Facebook du service ou en vous rendant à son bureau (NB: il est impératif de prendre rendez-vous avant de faire le déplacement).

> SÉCURITÉ

VOS DÉTECTEURS D’INCENDIE SONT-ILS ENCORE FIABLES?

> URBANISME

ENQUÊTE PUBLIQUE Section de Jumet

Le Collège communal por te à l a connaissance du public qu’il a l’intention de proposer au Conseil communal la modification des sentiers vicinaux n°156 et 157, à savoir : 1. s uppression partielle du sentier n°157; 2. élargissement des sentiers n°156 et 157 ; en vertu du décret de la Région wallonne du 06.02.2014 relatif à la voirie communale. Le dossier, accompagné des plans, sera déposé pendant TRENTE jours, du 20.02.2017 au 21.03.2017, au service Voirie – Hôtel de Ville annexe de Ransart ; il sera consultable du lundi au vendredi, le matin de 8h30 à 11h30 et l’après-midi de 13h00 à 15h30 ou sur rendez-vous auprès de Monsieur SALLUS Jean-Paul : 071/86.93.07 ou au 0492/58.41.30. Les personnes qui auraient des observations à faire valoir pourront les présenter par écrit dans cette intervalle ou les formuler verbalement lors de la clôture de l’enquête qui aura lieu à l’endroit sus-indiqué, le 21.03.2017, à onze heures du matin.

FÉVRIER /MARS 2017

Si vous avez suivi la réglementation en matière de détecteurs de fumées dès sa sortie (2006), il convient d’être attentif au renouvellement de ces détecteurs puisqu’ils doivent être remplacés au bout de 10 années, au maximum. Même s’ils semblent encore fonctionner normalement, ce changement est nécessaire. En effet, la lentille optique (qui sert à détecter les fumées) s’use et, à un moment donné, l’appareil n’est plus fiable. N’hésitez pas à consulter les sites internet qui reprennent des informations pertinentes en la matière et faites, le cas échéant, appel à un Conseiller en Prévention Incendie pour une visite-conseil gratuite via ce lien : https:// www.besafe.be/fr/conseiller-en-prevention-incendie INFOS

http://spw.wallonie.be http://www.pasdincendiechezmoi.be/

> MÉDIATEUR COMMUNAL

UN PONT ENTRE LE CITOYEN ET L’ADMINISTRATION Une réclamation contre l’administration de la Ville de Charleroi, son CPAS ou sa zone de Police locale? Le service du Médiateur communal se tient à disposition des usagers depuis 1993. Désigné par le Conseil communal, le “parlement” de la Ville, le Médiateur, Jean-Luc

Comment ça se passe? Le Médiateur communal enregistre votre plainte et, dans un souci d’objectivité, questionne ensuite le service qui en fait l’objet. S’il juge vos griefs fondés après confrontation des versions de chacun et analyse approfondie du dossier, il s’efforce de vous apporter satisfaction. Dans le cas contraire, il vous en explique le motif. Sa mission n’est pas terminée quand il a clôturé votre dossier. Votre plainte et celles des autres usagers qui ont fait appel à lui sont analysées par le Médiateur pour en extraire des recommandations aux autorités administrative et politique de la Ville. Ces recommandations ou ces avis, si l’on préfère, s’inscrivent dans une préoccupation constante et partagée par l’ensemble des acteurs de la Ville d’améliorer le service aux usagers. Chaque année, le Médiateur présente un rapport annuel devant le Conseil communal. Ce rapport peut être consulté sur le site internet de la Ville (www.charleroi.be/mediateur). Pour rappel, le Médiateur communal est compétent pour accueillir les plaintes relatives à tous les services communaux de la Ville de Charleroi, à la Régie communale autonome (RCA), au CPAS; à la zone de Police locale. Des citoyens le sollicitent parfois pour un litige entre voisins. Rappelons que cela ne relève pas de sa compétence. Dans ce cas, c’est à la cellule « Médiation de quartier » qu’il convient de s’adresser, via le numéro gratuit 0800/13.126.

INFOS

Jean-Luc Labbé, Médiateur communal 37, rue de Marcinelle, 6000 Charleroi (jusqu’à la mi-mars) 0800.10.203 - mediateur@charleroi.be www.mediateur-charleroi.be - https//fr.fr. facebook.com/mediateurcommunalcharleroi/


CHARLEROI MAGAZINE

FÉVRIER / MARS 2017

P.29

TRIBUNE POLITIQUE

ECOLO La nouvelle taxe parking dans le centre ville est inacceptable. Elle est plus coûteuse qu’ailleurs et ne laisse pas assez d’alternatives. Sans lignes de bus en site propre performantes, il nous faut prendre la voiture pour arriver à l’heure au boulot et payer. Sans pistes cyclables sûres, continues, nous prenons la voiture par sécurité et nous devons payer. Faute de cheminements piétons sûrs et déneigés dès le petit matin, nous n’osons pas venir à pied et nous payons. Sans parking en périphérie, nous payons aussi. En faisant le forcing pour imposer à la hâte sa taxe parking, la majorité PS MR CDH nous transforme en cochon payeur. Les écologistes s’y opposent toujours avec force. Lorsque nous étions au gouvernement wallon, nous avons réalisé la boucle du métro et les lignes vers Gosselies et Soleimont. Nous avons aussi obtenu la ligne de bus à haut niveau de service vers Bomerée le Bultia. Cinq ans plus tard, nous attendons impatiemment sa réalisation. Au niveau communal, nous intervenons souvent pour une ville facilement accessible sans voiture. Nous avons gagné quelques parkings vélos et quelques aménagements pour les piétons et les cyclistes. Premiers pas beaucoup trop timides pour rendre Charleroi agréable et accessible ! Pourtant, le succès des villes qui ont largement favorisé les alternatives à la voiture est limpide: Grenoble, Copenhague, Strasbourg, Lyon et Namur. Avec les verts, avec votre soutien, nous créerons l’alternative, moins chère, plus efficace.

PTB Le Restaurant social De Dampremy : un lieu essentiel ! Dampremy place Albert 1er: on se gare facilement ou on y arrive par le métro juste à côté de l’ espace citoyen; derrière celui-ci on traverse un coin de verdure pour arriver à “ Côté Jardin”. Quel joli nom pour un restaurant social et ça sent bon les odeurs de cuisine ! Je devrais dire ça sentait bon car depuis plusieurs mois Côté Jardin n’ouvre plus ses portes !On nous avait annoncé la fermeture temporaire pour travaux de remise aux normes pour l’ AFSCA 1*.Mais ce qui était provisoire devient définitif ! Côté Jardin n’ouvrira plus ? Quelle tristesse pour toutes ces personnes isolées qui le fréquentaient , c’était parfois le seul moment où elles pouvaient discuter , échanger , rigoler , se fâcher...c’était un moteur pour certains : je me lève , je me lave , je m’habille ....maintenant je ne sors plus et je m’isole de plus en plus. Côté Jardin servait quelques 80 repas par jour et certains menus qui attiraient plus voyait son nombre de participants augmenter : pour 5€ un menu complet avec potage , plat , dessert et eau , le choix entre deux menus : un “ normal” et un plus light. Côté Jardin c’est aussi la remise au travail d’articles 60  2*. Georges , le cuisinier y travaille depuis son ouverture il y a 22 ans ! Il déplorait le manque ‘entretien du matériel, les

derniers jours : plus de four !!!! il a du adapter ses menus en fonction de cela.

préalable du permis d’urbanisme, sésame nécessaire en la matière.

Je pense aussi à Nadia bénévole qui vient de perdre aussi ses petits moments de bonheur en se sentant utile. Le CPAS dit qu’il n’a pas d’argent pour réaliser ces travaux... Le CPAS est le “ bras social “ de la ville dit-on dans ses missions, là il est devenu subitement manchot !

Le processus infractionnel en application du Code Wallon de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme et du Patrimoine offre divers moyens de réparation à charge du contrevenant. Jusqu’à peu, si le Procureur du Roi décidait de ne pas poursuivre devant le Tribunal Correctionnel l’auteur de l’infraction ou si celle-ci n’était pas jugée comme étant régularisable à la fois par le Fonctionnaire Délégué de la Région Wallonne et par le Collège Communal, l’infraction restait souvent en l’état. Des démarches à l’amiable étaient entreprises avec le propriétaire afin de l’inviter, d’initiative à lever l’infraction. Aujourd’hui, le Collège Communal a décidé de faire usage d’un autre moyen de coercition en poursuivant devant le Tribunal Civil, celles et ceux restant sans réaction au regard des infractions commises.

Le pTB demande la réouverture et le mise au normes de ce restaurant social. 1*Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire . 2*article 60 : le CPAS propose un emploi afin de procurer une expérience professionnelle ou de permettre à la personne de récupérer son droit à une allocation sociale

PS 2017 s’ouvre sur un vent nouveau avec, en ligne de mire, l’aboutissement de nouveaux projets pour Charleroi et la promesse d’en accomplir bien d’autres. Un nouveau souffle pour notre Ville même si celui-ci ne nous fera pas oublier les cicatrices qui ont marqué notre métropole en 2016. Charleroi, si bien célébrée pour son 350e anniversaire poursuit, fidèle à elle-même, sa route sur le chemin du redéploiement. 2017 a déjà fêté l’ouverture, couronnée de succès, d’un multiplex dédié à l’image et au gaming sur les Quais. Elle a dévoilé les esquisses du centre de création artistique qui offrira à l’Ancre de pouvoir regarder plus loin, plus haut. Elle verra tout prochainement l’ouverture très attendue de Rive gauche qui contribuera à redynamiser l’économie en centre-ville. Et tandis qu’au 1er janvier, on fait le vœu que cette année soit riche et pleine d’espoir, notre Cité s’offre déjà de belles perspectives d’emplois puisque quelque 800 personnes seront à pied d’œuvre au sein du nouveau centre commercial. Le Biopark, fort de son déploiement ici mais aussi à l’étranger se fixe l’objectif d’atteindre les 3000 emplois dans les 6 ans. En termes de revitalisation urbaine, on entamera en 2017 les espaces publics de la Ville haute pour les rendre plus beaux, plus agréables ! Eh oui, il reste bien des souhaits à formuler pour notre Ville et nous œuvrons tous les jours à les réaliser.

MR Stop au sentiment d’impunité en matière d’infractions urbanistiques L’actuelle majorité a placé le logement au sein de ses priorités. C’est ainsi que depuis 2013, une Task Force Logement, une Cellule Contrôle Logement ainsi que des directives en matière de subdivision d’immeubles en plusieurs logements ont été mises en place sous l’égide d’Ornella Cencig, échevin de l’urbanisme et du logement. Malgré toutes ces mesures qui visent à l’amélioration du cadre bâti de notre métropole, encore trop de propriétaires, que ce soit de manière volontaire ou par méconnaissance de la législation wallonne en vigueur, entreprennent des travaux d’envergure sans obtention

Cette volonté dans le chef des autorités communales a pour objectifs d’une part de solutionner des problèmes urbanistiques et d’autre part de lutter contre le sentiment d’impunité que ressentent que ce soit les contrevenants ou les victimes de ces infractions. Le Groupe MR, emmené par son chef de groupe, Olivier Chastel, et son 1er Echevin, Cyprien Devilers, se réjouit de ces nouvelles dispositions mises en place à l’initiative d’Ornella Cencig.

CDH Un médibus et des associations au service des plus démunis Ce vendredi 13 janvier, le Ministre cdh de l’Action sociale Maxime Prévot a inauguré à Charleroi l’arrivée du Médibus. Un beau projet qui permettra aux populations précarisées d’avoir accès à des soins médicaux. Le groupe cdH tient à saluer cette initiative menée par l’ONG Médecins du Monde en collaboration avec plusieurs associations carolo, comme le Relais Santé, IST Sida, ou entre2Wallonie. Le monde associatif est ici complémentaire de l’action publique. Encourager ces initiatives c’est permettre de ne laisser personne sur le côté, et d’aller aider les publics les plus en marge de notre société. Les différents règlements de police mis en place ces dernières années ont favorisé le vivre ensemble en centre-ville mais ont aussi éloigné certaines personnes précarisées des institutions de soins et d’aide sociale. Ce Medibus permettra aux associations d’être présentes sur le terrain là où le besoin se fait ressentir avec un outil adéquat. Il entamera son activité à Charleroi en s’installant une fois par semaine à Gilly et à Marchienneau-Pont, ainsi que sur le parking de la E42 à Heppignies. Il sera également appelé à intervenir dans les mois à venir à La Louvière. Les patients y bénéficieront non seulement de soins infirmiers, mais aussi de dépistages et recevront du matériel d’injection stérile. Ils seront ensuite réorientés vers des services mieux adaptés à leur situation médicale


CHARLEROI MAGAZINE

P.30

FÉVRIER / MARS 2017

AGENDA

> 31 MAI ACTIVITÉ SCOLAIRE

LES DESSOUS DE LA BOURSE Campus de l’UMONS 38-42, boulevard Joseph II à 6000 Charleroi INFO : Lena GOESSENS, Chargée de Communication 071/89 91 18 - 0494/63 78 26 www.umons.ac.be

Activité gratuite visant à sensibiliser les élèves de 5e et 6e années du secondaire à l’économie et à la finance. Les jeunes découvriront le monde de la bourse à travers une activité participative qui comprend trois animations interconnectées. N’importe quel jour de la semaine, en matinée ou l’après-midi, au choix de l’école.

24 FÉV. HUMOUR

27 FÉV. > 3 MAR STAGES

SPORTS INFO : beatrice.baudait@charleroi.be 071/86 41 05 - 071/86 41 04

La section animation sportive de la Ville de Charleroi propose 4 jours de stage durant la semaine du congé de carnaval (sauf mardi gras) : découverte sportive (4-6 ans), basket/ sport découverte (8-12 ans) ou natation / multisports (6-11 ans). Prix : 40€ pour 4 jours (50e hors entité)

27 FÉV. > 3 MARS & 3 > 7 AVRIL STAGES ET ACTIVITÉS

CHARLEROI NATURE

JEAN-MARIE BIGARD

Centre de Loisirs de Marcinelle INFO : 071/29 74 06 - chana.david.d@gmail.com

Centre Temps choisi à Gilly, à 20h INFO : 071/86 40 40 - 070/660 601 www.ticketmaster.be

Les stages nature permettent aux enfants de se reconnecter à notre environnement naturel : toucher, sentir, écouter et voir la nature qui nous entoure. Les activités proposées en extérieur ou en intérieur permettent de mieux appréhender une thématique.

Pour son 10e spectacle, Jean-Marie Bigard a décidé de donner la parole aux FEMMES !!! “Nous les Femmes” est son premier One Woman Show… et les hommes vont en prendre plein la gueule !

De 9h00 à 16h00 (garderie de 7h30 à 9h et de 16h à 18h). 90 € par semaine de stage de 5 jours (réduction de 10 % familles nombreuses et personnel communal). Prévoir : bottes, manteau de pluie et vêtements de rechange, pique-nique et collations. Organisation d’activités scolaires et de groupes, anniversaires, actions PCDN (Plan Communal de Développement de la Nature), stands d’information, balades et animations diverses.

5 MARS FOIRE

LIVRES D’OCCASION, VINYLES, CD CEME – 147, rue des Français – Dampremy INFO : 071/70 03 33 – 0491/33 90 62

De 9h30 à 17h. Nombreux exposants.

10 & 11 MARS SALON

SIEP Charleroi Expo (Hall 4) INFO : SIEP Charleroi – 51, bd P. Janson 6000 Charleroi - 071/33 12 06.

Le service d’information sur les études et les professions (SIEP) organise, comme chaque année, le salon “Etudes – Formations - Métiers”. Celui-ci s’adresse aux étudiants, parents, enseignants, demandeurs d’emploi, etc. pour des choix d’orientation scolaire et professionnelle.

11 & 12 MARS SOLIDARITÉ

OPÉRATION ARC-EN-CIEL INFO : 02/675 73 11 - 0476/03 50 51 www.arc-en-ciel.be

Des milliers de jeunes bénévoles récolteront des vivres non périssables le WE des 11 et 12 mars. Réservez-leur bon accueil !


CHARLEROI MAGAZINE

11, 12, 18 & 19 MARS FESTIVAL MUSICAL

LES PRINTEMPS DE ST-LAURENT Chapelle du Sacré Cœur et Centre culturel de Couillet INFO : 0477/41 96 54 - christian.delcoux@skynet.be – www.festivalsaintlaurent.be

FÉVRIER / MARS 2017

P.31

20 > 26 MARS PRINTEMPS DES SCIENCES

TOUS CONNECTÉS Centre de Culture Scientifique site de Parentville INFO : 071/600 300 www.sciences.ulb.ac.be/printemps/

Un festival d’activités scientifiques gratuites !

Au programme de cette 14e édition: Les Golden Grape Singers, l’ensemble Vent d’Est, Alberto Ferro au piano et Jack Gondry and his New Music.

10 > 14 AVRIL STAGES

SPORTS INFO : 071/86 41 04/05 - beatrice.baudait@ charleroi.be – www.charleroi.be

12 MARS

La section animation sportive de la Ville de Charleroi propose 5 jours de stage durant la 2e semaine du congé de printemps : découverte sportive (5-7 ans), basket / sport découverte (8-12 ans), danse / multisports (8-12 ans) ou natation / multisports (6-11 ans). Prix : 50€ pour 5 jours – 60€ (hors entité)

SPECTACLE

CHANTAL GOYA Palais des beaux-Arts de Charleroi INFO : 071/31 12 12 - 070/66 06 01 www.ticketmaster.be

Les aventures fantastiques de Marie-Rose ! À 15h.

25 & 26 MARS DIVERTISSEMENT

SOIS BELGE ET TAIS-TOI Palais des Beaux-Arts de Charleroi INFO : 071/31 12 12

Des caricatures, des vérités, des imitations, des parodies…mais surtout une actualité bien réelle!

1 > 31 MAI EXPO

JEAN T’SERCLAES DE TILLY 1559-1632, COMTE DE MONTIGNY-SUR-SAMBRE Galerie de la Poste 1898 – 20, rue Grimard – Montignies-sur-Sambre INFO : 071/32 85 63 – itorv@skynet.be

Peintures, monuments et sculptures sur le personnage le plus célèbre de la région de Charleroi (guerre des Trente Ans) et le Calvaire érigé par son neveu, en son honneur… Du lundi au vendredi de 9h30 à 12h ou sur RDV. Entrée gratuite.


Charleroi magazine17 02  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you