Issuu on Google+

comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:14

Page 1

FEVRIER 2011

Magazine

Spring : le rendez-vous cirque

Dossier : Place aux femmes dans la ville M A G A Z I N E

D ’ I N F O R M A T I O N S

M U N I C I P A L E S


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:15

Page 2

Portrait Laure-Amélie Dollon, à l’écoute des malentendants 5 Multimédia Un nouveau site pour la ville 6 Culture Cherbourg-Octeville étudie sa faune et sa flore

4

7 Embellissement Les cimetières se mettent au développement durable 8-9 Evènement Gim’Eole invente l’éolienne de demain/Spring : le rendez-vous cirque 10-21-22 En bref 11 Loisirs La Cité de la Mer : des Engins et des Hommes ! 12 Circulation L’hypercentre à 30 km/h 18-19 24 heures avec... Le service 3 âge e

Sommaire

9 8

13

Dossier

12 25 Place aux femmes dans la ville

20 Economie L’entreprise cherbourgeoise HCT Industries se porte bien 23 Tribunes de l’opposition 24-25 Sports A l’assaut de l’île Pelée/Le tennis de retour à Chantereyne 26 Conseils de quartier Les conseils de quartier en assemblée générale 27 Développement durable Aux Provinces, le chauffage collectif se met au bois 28 Travaux Le FJT devient l’Espace Temps 29 Infos pratiques Horaires et numéros de téléphone 30-31 Retour sur Cherbourg-Octeville en images


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:15

Page 3

Editorial

Bernard Cazeneuve

La fin de l’année 2010 a été particulièrement éprouvante pour notre ville. Après la neige, des torrents de pluie ont déferlé sur CherbourgOcteville, emportant souvenirs et habitations, et plongeant des familles dans le plus profond désarroi.

ue

Dans ces moments difficiles et douloureux, les agents de la ville et de la Communauté urbaine se sont fortement mobilisés pour aider toutes les personnes touchées à nettoyer les lieux, à trouver des hébergements temporaires et à débloquer des aides d’urgence. Nous avons souhaité aider chacun dans ses démarches. Cet engagement n’a sans doute pas résolu tous les problèmes. Nous ne prétendons pas avoir été parfaits. Nous avons seulement tenté d’agir au mieux dans un contexte difficile. Le service public a montré toute son utilité. Il a affirmé la solidarité de toute une ville auprès des victimes.

2 25

Magazine

Spring : le rendez-vous cirque

BP 823 - 50108 Cherbourg-Octeville Cedex Téléphone 02 33 87 88 89 http://www.ville-cherbourg.fr e.mail : mairie@ville-cherbourg.fr Directeur de la publication : Bernard Cazeneuve. Directrice de publication déléguée : Geneviève Gosselin. Rédaction, coordination : Service Communication Photos : JM Enault, C. Raynaud de Lage Mise en page : Imprimerie Municipale Conception : Libre Cours, Caen Impression : Technigraphic Nombre d’exemplaires : 23 000. Dépôt légal : à parution.

Dossier : Place aux femmes dans la ville D ’ I N F O R M A T I O N S

Cet Ehpad vient compléter notre offre à destination des seniors : nous proposerons ainsi toutes les structures pour l’accompagnement de la perte d’autonomie : de l’aide au maintien à domicile à l’Ehpad, en passant par nos foyers logements, par l’accueil de jour Becquerel, par les animations en faveur du 3e âge. Nous sommes bien là dans notre rôle de service public. Un service public de qualité, réactif et à l’écoute de tous, à commencer par les plus fragiles.

“Cherbourg-Octeville Magazine” - numéro 137. Bimestriel d’informations municipales.

FEVRIER 2011

M A G A Z I N E

Avec la même ambition solidaire, notre investissement en faveur de la construction d’un Ehpad public sur les Hauts de Quincampoix permettra d’ouvrir en février 80 lits pour personnes en situation de dépendance et de désorientation. Le prix journalier, que nous souhaitons limiter, rendra cet établissement accessible au plus grand nombre.

M U N I C I P A L E S

Cherbourg Octeville

3


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

Portrait

11:15

Page 4

Laure-Amélie Dollon, à l’écoute des malentendants

Laure-Amélie Dollon aide les personnes malentendantes : elle assure notamment la transcription écrite des réunions auxquelles participe le conseiller municipal Guy Eugène. Laure-Amélie Dollon assure la transcription simultanée pour le conseiller municipal Guy Eugène, notamment lors des conseils municipaux.

A l’origine, Laure-Amélie Dollon est professeur des écoles. Après une mise en disponibilité pour raisons familiales, la jeune CherbourgeoiseOctevillaise décide de reprendre une activité professionnelle : elle découvre alors la possibilité d’intervenir comme transcripteur de personnes malentendantes. «J’ignorais tout de la surdité, explique Laure-Amélie. Maintenant, je me rends compte de ce qu’est une situation de handicap, de l’importance de l’attention aux autres, des enjeux de l’accessibilité…» Aujourd’hui, elle est employée auprès de l’Association des Devenus Sourds et Malentendants, à raison d’une

Nadège Lepoittevin, auto-entrepreneur transcripteur Auto-entrepreneur en assistance administrative depuis plus d’un an, Nadège Lepoittevin réalise également de la transcription de données pour le conseiller municipal Guy Eugène. «Depuis juin 2010, j’interviens deux à trois fois par mois, le soir ou le midi, bref quand ses transcripteurs habituels ne sont pas disponibles, ou éventuellement pour répondre à des convocations tardives et urgentes, explique-t-elle. Je l’assiste dans toutes sortes de réunions, en mairie ou à la CUC».

4

vingtaine d’heures par mois. Son rôle consiste essentiellement à synthétiser et à transcrire en simultané les réunions auxquelles participe Guy Eugène, conseiller municipal de Cherbourg-Octeville. Dotée d’un ordinateur portable, elle lui résume ainsi sur écran les échanges entre les différents interlocuteurs.

Outre l’intérêt humain des relations qui se tissent notamment avec Guy Eugène, ce métier présente également un intérêt citoyen. «Je dois maîtriser davantage de sujets, tout en étant la plus précise possible. En ce sens, ma formation de lettres et mon expérience d’enseignante m’ont, sans aucun doute, été très profitables.»

Samuel Poulingue milite pour la transcription Installée à Cherbourg-Octeville, l’Association des devenus sourds et malentendants de la Manche, créée en 1989, compte aujourd’hui 70 adhérents. Samuel Poulingue, 37 ans, est l’un des deux salariés recrutés par l’association pour s’occuper de son développement. «Et pour cause : 10% de la population souffre de ce handicap, soit 45 000 personnes dans la Manche.» L’association propose à la fois de la formation pour les personnes accueillant un public sourd ou malentendant et un soutien à ce dernier : si les appareillages auditifs ou les boucles magnétiques sont des outils essentiels qui doivent être mis en place le plus tôt possible, ils nécessitent une sensibilisation et même une formation des interlocuteurs de la personne en situation de handicap. Samuel intervient ainsi dans les mairies pour former notamment les agents d’accueil et les assistantes sociales à la communication avec les personnes malentendantes. «Nous développons également une méthode novatrice, quasiment unique en France, de transcription simultanée. C’est-à-dire que nous avons, grâce à l’informatique, la possibilité de transcrire par écrit, presque en temps réel, une conférence, une pièce de théâtre ou encore une rencontre parents-professeurs.» Une méthode qui permet aux personnes sourdes de prendre pleinement part à la vie citoyenne, notamment associative ou politique.


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:16

Page 5

Un nouveau site pour la ville

Multimédia Depuis le 11 février, vous pouvez découvrir le nouveau site Internet de la Ville ! Un site plus convivial, enrichi en actualités, à partager avec vos amis sur Facebook… Rendez-vous sur ville-cherbourg.fr !

notam-

Le site de la ville, www.villecherbourg.fr, évolue. Plus moderne, plus en adéquation avec les attentes des internautes, il répond à la volonté de la municipalité de redynamiser ses outils de communication et d’offrir un véritable portail d’informations municipales : «ce site a pour objectif de renforcer la proximité avec les habitants en leur proposant l’accès à de nombreux services en ligne, en proposant des informations détaillées et constamment renouvelées sur l’actualité municipale, en favorisant la diffusion de vidéos…, précise Bernard Cazeneuve, le Député-Maire. Il se veut également attractif pour les touristes, en mettant en valeur notre ville, ses manifestations, ses lieux de visite…». Le rubriquage du site a été revu pour une navigation simplifiée, plus intuitive. Deux entrées sont proposées aux visiteurs : soit par thème (Ma Ville, Sports, Culture, Solidarités…) soit par public (Citoyens, Touristes, Seniors, Parents, Jeunes, Associations…). Les textes et illustrations ont été entièrement repris pour donner des informations plus concises, favorisant les aspects pratiques. La vidéo sera développée : vous pourrez regarder les conseils municipaux sur le site (le

conseil municipal de janvier a déjà été mis en ligne sur le précédent site à titre de test), revoir les évènements 2010 ou visiter la ville depuis chez vous. De nouvelles vidéos seront mises en ligne en cours d’année sur les services proposés ou l’événementiel. Tout cela en bénéficiant des fonctionnalités déjà existantes sur le précédent site : le portail Famille qui permet de payer la cantine en ligne, la réservation en ligne des livres de la bibliothèque, l’abonnement aux Newsletters dont le graphisme a été modifié… Il est désormais possible d’envoyer un article qui vous a plu par Facebook ou Twitter. Les aspects réseaux sociaux seront développés tout au long de l’année : des pages Facebook événement devraient voir le jour. «Nous développons l’interactivité avec les internautes, souligne Bernard Cazeneuve. Nous allons ainsi per-

Le site en chiffres Le premier site Internet de la Ville a vu le jour en 1998. Il a été refondu en 2003 puis en 2011. Au total, 735 678 visites ont été effectuées en 2010 et plus de 3,1 M de pages ont été vues.

mettre aux associations de rentrer leurs manifestations en ligne dans l’agenda des manifestations. Notre souhait est aussi de renforcer le dialogue avec les habitants par le canal du multimédia». Si la version du site sort en français, elle sera disponible en anglais pour la période estivale. «Après le site du port et le site de la ville, le prochain chantier est le site du CCAS qui devra permettre également le paiement en ligne des services du CCAS, la réservation pour les Olympiades ou les sorties seniors… ».

Faites de l’internet ! Du 19 au 27 mars, la Ville de CherbourgOcteville, via son réseau d’espaces publics numériques (EPN), participe à la manifestation nationale Fête de l’internet. Objectif de cette édition 2011 : proposer une sensibilisation au grand public sur les réseaux sociaux, les jeux en réseau, les questions de sécurité et de légalité sur internet… Contact : Espace @ La Butte au 02 33 53 48 14

5


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

Culture

11:16

Page 6

Cherbourg-Octeville étudie sa faune et sa flore

Quels papillons vivent sur notre commune ? Quels champignons peut-on y trouver ? Grâce au soutien de l’association mycologique du Cotentin et de la Société des sciences de Cherbourg, la ville constitue un inventaire précis. Les membres de l’association mycologique du Cotentin et de la Société des sciences de Cherbourg travaillent à la réalisation d’un inventaire exhaustif de la faune et de la flore locales.

Depuis cinq ans, les agents du service embellissement observent la faune et la flore. «Nous voulons savoir quelles espèces vivent chez nous, de quelles manières elles se développent, si le milieu leur convient parfaitement, explique Yvan Dupont, conseiller municipal délégué à l’embellissement. C’est un travail de longue haleine. Il faut faire des photos, identifier les espèces, réaliser des fiches et bien entendu localiser clairement les zones où elles vivent afin de les protéger.» La Ville dispose ainsi de plusieurs centaines de descriptifs mais ce n’est pas encore suffisant. «Les agents n’effectuent les relevés que lorsqu’ils ont le temps. Désormais l’association mycologique du Cotentin et la Société des sciences naturelles et mathématiques de Cherbourg sont associées à cet inventaire».

Prix chedité à phies mbre ensé me et nche. orgat de comcs et s. Ce Point marès s.

Une convention a été signée le 10 janvier dernier entre la ville et les deux associations. «L’aide de ces spécialistes est importante pour notre démarche. Outre l’observation de la faune et de la flore, ils établiront un inventaire commenté des espèces

6

rencontrées, dresseront une cartographie des espèces remarquables et fourniront au service embellissement une série de recommandations sur le mode de gestion approprié pour chaque terrain.» L’objectif final étant de réussir à adapter les plantations et l’entretien des terrains en fonction des champignons, faune, flore, oiseaux et insectes qui peuplent le site. «Cette convention nous permet de mettre en place une démarche de management environnemental tout à fait innovante, explique Bernard Cazeneuve, Député-Maire de Cherbourg-Octeville. Nous nous inscrivons ainsi dans une véritable démarche qualité que nous sommes les premiers à réaliser dans ce domaine en France.» Les associations étudieront la 1re année le vallon de la Bucaille puis celui des Roquettes. Pour les études mycologiques, trois relevés seront effectués, le premier au printemps, le second pendant l’été et le troisième à l’automne. Les agents du service embellissement pourront bien évidemment participer aux sorties. Les prélèvements effectués sur terrain et

les espèces les plus significatives seront présentés au public. «Mais pas avant fin 2011 ou 2012».

Les aventures de Joachim Mogarra au Point du Jour Du 12 février au 29 mai, le Point du Jour accueille les photographies minimalistes et humoristiques de l’artiste espagnol Joachim Mogarra. Dans son exposition Une vie aventureuse, il réinvente le monde à domicile en photographiant des petits objets, des matériaux divers qu'il accompagne de courts textes écrits à la main. Chaque pièce unique ainsi fabriquée s'inscrit dans un ensemble thématique ou un récit inspiré par la vie et les lectures de l'artiste. Sans constituer une rétrospective, cette exposition explore la «vie aventureuse» de l’artiste à travers des séries, pour certaines inédites, réalisées ces cinq dernières années. A découvrir ! Contact : Le Point du Jour au 02 33 22 99 23. Exposition ouverte du mercredi au vendredi de 14h à 18h, samedi et dimanche de 11h à 19h. Avenue de Paris. Entrée libre.

La Vil durab


bourg

comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:16

Page 7

Les cimetières se mettent au développement durable

Embellissement La révolution verte engagée par la Ville de Cherbourg-Octeville concerne également : les cinq cimetières communaux : fini les désherbants polluants, les cimetières se mettent au développement durable.

La Ville de Cherbourg-Octeville est, avec Versailles, la ville référente en termes de développement durable dans ses espaces publics.

Depuis un an, Cherbourg-Octeville a considérablement revu sa politique de fleurissement, servant d’exemple pour de nombreuses autres villes. Dans les massifs, les plantes vivaces ont remplacé les plantes annuelles, les jardiniers utilisent le paillage pour conserver l’humidité et limiter la pousse des mauvaises herbes… Dans les cimetières, les jardiniers ont également revu leur manière de travailler. «Nous devons entretenir cinq cimetières, soit plus de quinze hectares et des kilomètres d’allées où les mauvaises herbes connaissent une croissance importante et rapide», explique Yvan Dupont, conseiller municipal délégué à l’embellissement. Jusqu’à présent, les professionnels utilisaient des désherbants efficaces mais trop souvent polluants. Mais depuis quelques mois, les jardiniers municipaux emploient un nouveau produit : l’acide pélargonique, issu du géranium. «Nous avons également mis à la disposition du public des outils afin que chacun puisse nettoyer les espaces autour des tombes dont ils ont l’entretien.» Pour lutter contre l’invasion des herbes dans les nombreuses allées, les jardiniers ont aussi décidé de

remplacer les gravillons par de la terre. «Nous végétalisons les surfaces minéralisées afin de renforcer l’idée de pelouse. Au regard des kilomètres d’allées, cette opération ne peut s’effectuer que par tranche. D’ici trois ou quatre ans, toutes les allées en gravier auront disparu.» Les jardiniers ont également choisi d’introduire de nouvelles plantes à croissance rapide dans les talus. «Cette année, nous avons produit dans nos serres municipales plus de 5 000 plants pour les cimetières. Principalement des sedums, des géraniums vivaces et des lierres.» Cette politique novatrice est regardée de très près par l’Agence Nationale

Toussaint : 80 jardiniers mobilisés Chaque année, avant la Toussaint, la Ville de Cherbourg-Octeville détache 80 de ses jardiniers pour un nettoyage intensif des cimetières. Une «corvée binette» qui permet aux usagers de trouver des cimetières propres et sans mauvaise herbe.

pour le Personnel des Cimetières qui salue l’initiative. A ce jour, CherbourgOcteville est, avec Versailles, la ville référente en France.

Un service décentralisé Afin de faciliter l’accueil du public et lui éviter des allers-retours entre les cimetières et le service Etat-Civil de la mairie, la Ville de Cherbourg-Octeville a installé le personnel administratif dans des bureaux situés cimetière des Aiguillons. «Depuis plusieurs années, toutes les opérations sont gérées sur place, qu’il s’agisse des attributions d’emplacement, des renouvellements ou reprises de concession. Nous sommes là également pour conseiller les gens», explique Yvan Dupont. Aujourd’hui encore, la majorité des défunts choisissent d’être inhumés dans un caveau, même si, depuis l’ouverture d’un crématorium à Brix, le recours à l’incinération augmente. Des concessions de quinze ou trente ans sont proposées aux familles ainsi que des emplacements dans le columbarium.

7


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

Evènement

11:17

Page 8

Gim’Eole invente l’éolienne de demain

Du 17 au 19 mars, vingttrois IUT français participeront à la quatrième édition de Gim’Eole, concours réservé aux étudiants et récompensant l’éolienne urbaine la plus performante.

Près de 300 étudiants sont attendus pour la 4e édition de Gim’éole, concours dédié aux éoliennes urbaines.

En 2006, les responsables du département GIM (génie industriel et maintenance) de l’IUT de CherbourgOcteville créent un concours réservé aux étudiants. Objectif ? Concevoir l’éolienne urbaine la plus performante. Dès la première édition, en 2008, Gim’Eole réunit à CherbourgOcteville neuf établissements. Depuis, la compétition gagne de l’importance chaque année. «En mars, nous accueillerons vingt-trois établissements. Une trentaine d’éoliennes sera en compétition. Un record !, s’enthousiasme Philippe Grangeret, professeur en GIM qui organise ce concours tous les ans avec deux de ses confrères, Philippe Belhomme et Fabien Belanger. Cette année, près de 300 étudiants feront le déplacement.» Tous travaillent actuellement sur leur prototype. «Le chantier a débuté en septembre. Imaginer une éolienne urbaine est un exercice particulièrement difficile car la machine doit être capable de s’adapter à des vents qui changent de puissance et de direction plusieurs fois par seconde.» A l’IUT de Cherbourg-Octeville, les étudiants ont mis au point deux éoliennes. «Leur conception est très

8

différente. L’une et l’autre devraient produire 400 kW/heure, ce qui correspond au cinquième de la consommation d’un foyer», reconnaît Philippe Grangeret qui aimerait que la victoire soit locale. «Nous avions remporté les deux premières épreuves. L’an dernier, les étudiants de l’IUT de Roanne ont gagné. Mais nos étudiants veulent reconquérir leur titre. Ils travaillent d’arrache-pied depuis la rentrée.»

Des essais en soufflerie Pour s’entraîner et régler leurs éoliennes, ils utilisent la soufflerie des épreuves. «Cette machine reproduit vraiment les vents urbains, dans toute leur complexité. Mais personne ne connaît les données que nous intégrerons au moment du concours.» En mars prochain, les essais permettront aux étudiants d’effectuer les ultimes réglages avant une compétition qui s’ouvrira officiellement le vendredi après-midi. «Dans un premier temps, nous optons pour des vents simples et les choses se corsent lors des dernières épreuves où les vents sont violents et changent très

souvent de direction. Les éoliennes doivent être capables de s’adapter dans l’instant», poursuit Philippe Grangeret qui aimerait, par la suite, voir ces étranges machines mises en service. «Nous avons en projet avec la mairie de Cherbourg-Octeville de créer un réseau d’éoliennes autour de la base nautique. Le projet avance.»

Les véhicules électriques s’exposent Comme l’année dernière, l’édition 2011 de Gim’Eole sera agrémentée d’une exposition consacrée aux véhicules électriques. Une demi-douzaine de voitures sera proposée au public, notamment les toute nouvelles iOn de Peugeot et C0 de Citroën. Côté deux-roues, une quarantaine de matériels différents sera exposée (vélos à assistance électrique, e-solex, scooters électriques, tricycle électrique...). A découvrir également : des segways (c’est-à-dire des gyropodes électriques) en démonstration. Tous ces matériels pourront être essayés par le grand public.


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:17

Page 9

Spring : le rendez-vous cirque du printemps

© C. Raynaud de Lage

Evènement Du 18 mars au 17 avril, La brèche vous invite à la 2e édition de Spring, festival dédié au nouveau cirque. L’occasion de découvrir les dernières créations circassiennes, marocaine ou québécoise, des jongleurs anglais...

oliennes

Tous les styles de cirque pour tous les âges et tous les goûts : voilà, en substance, l’esprit qui guide le festival Spring. Du 18 mars au 17 avril, 21 spectacles sont programmés dans 21 lieux différents de la région, chapiteaux, théâtres ou petites salles des fêtes rurales. Un bon nombre de ces spectacles sera également présenté à La brèche, dans le quartier sud-est, qui accueille toute l’année des compagnies en résidence. «Notre mission première est de permettre aux compagnies de travailler dans de bonnes conditions sur leurs nouveaux spectacles, explique Jean Vinet, directeur de La brèche. Spring nous permet, depuis deux ans, de présenter au grand public ce qui se passe derrière nos portes toute l’année, ce que nous contribuons à produire.» Parmi les grands rendez-vous, retenons notamment le Collectif acrobatique de Tanger mis en scène par Zimmermann et Perrot, dans une production ingénieuse qui permet de découvrir de manière différente la culture du Maghreb. On attend également beaucoup de J’aimerais pouvoir rire, nouveau spectacle d’Angela Laurier, contorsionniste désormais installée à CherbourgOcteville, et qui poursuit son travail de

recherche et d’introspection autour du thème de la famille et de la folie. Les 2 et 3 avril, Spring propose un week-end «jongle». L’occasion de suivre un atelier d’initiation ou d’approfondissement aux techniques de jonglage et d’assister aux présentations de plusieurs spectacles actuellement en création, notamment celui de la célèbre compagnie anglaise Les Gandinis. Enfin, déjà bien connu des spectateurs cherbourgeois, Mathurin Bolze, auquel La brèche a donné carte blanche, proposera tout au long du week-end des 8 et 9 avril, des pièces courtes déployées en différents endroits du site dédié aux arts du cirque. Le festival se terminera par un temps fort venu d’outre-atlantique : deux compagnies québécoises feront le déplacement et viendront présenter au public cherbourgeois toute l’inventivité et la virtuosité de leurs créations. «Cette programmation permet de rendre compte de l’extraordinaire vivacité du nouveau cirque, souligne Jean Vinet. Elle contribue également à faire rayonner la vie culturelle cherbourgeoise.» Contact : 02 33 88 43 73 ou www.labreche.fr

Les week-ends de Spring à Cherbourg-Octeville Cinq week-ends de festival, cinq temps forts. Le festival démarre très fort avec trois représentations du spectacle du Collectif acrobatique de Tanger, Chouf Ouchouf, le 18 mars à 20h45 et les 19 et 20 mars à 16h. Place ensuite à Angela Laurier et J’aimerais pouvoir rire, son nouveau spectacle qui sera présenté le 22 mars à 20h45, le 23 à 19h45, le 25 à 20h45 et le 26 à 18h45. Suivra Spring Jungle, avec plusieurs créations de très haut niveau programmées le 31 mars à 20h45, le 2 avril à 20h30 et le 3 avril à 17h. Une carte blanche est confiée à Mathurin Bolze, le week-end des 8 et 9 avril avec un parcours sur l’ensemble du site de La brèche et une projection de films le dimanche 10 avril. Enfin, le dernier week-end consacrera la vitalité du cirque contemporain québécois, avec les compagnies Les Confins les 14 et 16 avril. Le 14 avril, le spectacle du jeune Jonathan Fortin cloturera une journée de débat-rencontre autour de la création circassienne au Québec.

9


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

En bref

11:18

Page 10

Inondations : la Ville fortement mobilisée

Le Barfleur reprend du service Afin d’optimiser sa flotte, la Brittany ferries avait décidé, en 2010, de stopper l’exploitation de son navire Le Barfleur sur la liaison PooleCherbourg. Aujourd’hui, elle réarme le navire qui effectuera, du 27 février au 3 octobre, 8 allers-retours par semaine, dont 3 allers-retours le week-end, entre Poole et Cherbourg. Le navire pourra transporter jusqu’à 450 passagers ainsi que 70 camions. Cette décision aura un impact positif sur l’emploi, avec la création de 120 postes en équivalent temps plein. Le Cotentin, autre navire de la compagnie, assurera également deux rotations entre Poole et Cherbourg.

Bilan démographique 2010 En 2010, 2 041 bébés, soit 1 068 garçons et 973 filles, sont nés à Cherbourg-Octeville. Le prénom le plus usité pour les petites filles est Emma, suivi de très près par Lilou, Océane et Léa. Du côté des garçons, le prénom Lucas l’emporte, suivi de Mathéo, Clément et Enzo. En 2010, 124 couples ont officialisé leur union. Un chiffre légèrement en baisse par rapport à 2009 qui avait vu 141 couples se marier.

L’Insee enquête sur le cadre de vie et la sécurité L’institut national de la statistique et des études économiques (Insee) réalise jusqu’au 16 avril une enquête autour du cadre de vie et la sécurité (qualité de l’environnement de l’habitat, cambriolages, vols…). Quelques ménages seront sollicités à Cherbourg-Octeville : ils seront prévenus par courrier du passage de l’inspectrice.

10

La nou d’accu

Suite à la fonte de 60 cm de neige, à un fort coefficient de marée et à des pluies importantes, les quartiers de l’avenue de Paris et de la vallée de Quincampoix ont subi, le 5 décembre dernier, d’importantes inondations. «Le débit de la Divette a atteint ce jour-là 47 m3/seconde, explique Bernard Cazeneuve, DéputéMaire de Cherbourg-Octeville. Bien que ce débit ait été très conséquent, il n’a pas atteint celui admissible par le canal de retenue qui est de 75 m3/seconde maximum. Autrement dit, le redimensionnement du canal de retenue en 2002 a bien été calculé et a empêché que le quartier de l’hôpital ne soit également touché par la crue». Au total, 170 familles ont été touchées, et une dizaine de familles a fait une demande de relogement. «L’état de catastrophe naturelle a été reconnu. Cela signifie que les sinistrés détenteurs d’une assurance multirisque (habitation, entreprise, automobile) vont pouvoir être indemnisés.» Sur le terrain, près de 200 agents de la Ville de Cherbourg-Octeville et de la Communauté urbaine ont été mobilisés dès le lundi 6 décembre. A leurs côtés, une trentaine de bénévoles de la Croix-Rouge française a distribué les dons collectés et apporté un soutien psychologique aux sinistrés. «Nous avons tenu une permanence au Vox afin de distribuer les bons d’achat et matériels de première nécessité offerts par Carrefour, explique Jean-Jacques Marin, président de la délégation Nord-Cotentin de la Croix-Rouge. Nous avons également réparti les fonds que l’association de la Croix-Rouge débloque dans de telles occasions. Au total, 48 000 € ont été donnés, soit 800 € par famille.» De nombreuses entreprises ont également été touchées. Afin de les aider, la Ville de Cherbourg-Octeville propose une subvention de 50 % du montant TTC des travaux subventionnables de remise en état des vitrines et devantures, plafonnée à 8 500 €. Tous les établissements touchés peuvent bénéficier une fois de ce dispositif, y compris ceux qui auraient déjà obtenu une subvention pour rénovation de vitrines depuis 2005.


02/02/2011

11:18

Page 11

La Cité de la Mer : des Engins et des Hommes !

© La Cité de la Mer

comagazine137:comagazine106.qxd

© La Cité de la Mer

Loisirs Début février, La Cité de la Mer a inauguré sa toute nouvelle Grande Galerie des Engins et des Hommes. Une nouveauté qui vous emmène encore plus loin dans l’aventure de l’homme sous la mer.

La nouvelle Grande Galerie des Engins et des Hommes est accessible gratuitement dans la nef d’accueil de La Cité de la Mer.

Depuis la réouverture de La Cité de la Mer début février, les visiteurs peuvent admirer dans la nef d’accueil une dizaine de sous-marins habitables dans une nouvelle mise en scène. «La nef accueille depuis près de dix ans des engins imaginés et utilisés par les sociétés françaises, Ifremer et Comex, pour explorer les fonds marins, explique Bernard Cauvin, président de La Cité de la Mer. Aujourd’hui, la Grande Galerie des Engins et des Hommes propose une véritable immersion dans l’histoire internationale de l’aventure de l’homme sous la mer.» La Cité de la Mer a donc fait faire des maquettes à l’échelle 1 de sous-marins habitables toujours en service, comme l’Alvin américain, le Mir russe ou le Nautile français, complétant ainsi le

A la rencontre des aventuriers de la mer Pendant tout le premier semestre, La Cité de la Mer proposera trois soirées grand public gratuites pour rencontrer ces explorateurs de l’extrême et écouter leurs témoignages. Retrouvez les dates, lieux et horaires de ces rencontres sur la page Facebook de La Cité de la Mer.

Nautilus, qui a plongé à 10 m en 1800, le bathyscaphe Archimède qui a atteint 9 545 m en 1962, ou le Total Sub qui permettait une descente en immersion totale. Une représentation photographique du Shinkai japonais est également exposée. Outre une exposition unique de sousmarins habités, la Grande Galerie des Engins et des Hommes permet de comprendre cette extraordinaire aventure humaine sous les mers grâce à des témoignages de pionniers, des images de plongée. Vous pourrez découvrir l’histoire de chaque engin, sa profondeur d’immersion maximum, le nombre de plongées… Les concepteurs ont par exemple imaginé une mise en scène particulière pour la sphère de Beebe et Barton, autre maquette à l’échelle 1 qui vient de faire son apparition dans la galerie. Des extraits de la toute première plongée en 1924, à 900 m, seront diffusés au fur et à mesure qu’elle montera et descendra. D’autres témoignages, comme ceux de Henri-Germain Delauze, fondateur de la Comex, ou de Paul-Henri Nargeolet, pilote français du Nautile

qui fut l’un des premiers à découvrir l’épave du Titanic en 1987, sont également diffusés. Contact : La Cité de la Mer, www.citedelamer.com

Les engins de la Grande Galerie La Grande Galerie des Engins et des Hommes compte désormais 11 engins sous-marins habités : l’Archimède ; la sphère de Beebe et Barton ; Globule ; le Nautile ; le Nautilus de Fulton ; Total Sub ; Cyana ; Tourelle Galeazzi ; Shinkai ; Alvin et Mir.

Un audio-guide à La Cité de la Mer Mi-avril, La Cité de la Mer mettra en service son nouvel audio-guide, composé de 45 commentaires. L’occasion d’en savoir plus sur les explorateurs des fonds marins mais aussi sur les poissons, les abysses…, bref le monde sous-marin dans son ensemble. Enrichi d’anecdotes et de témoignages, l’audioguide est adapté à tous les âges. Une autre manière de se passionner pour l’aventure de l’homme sous la mer…

11


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

Circulation

11:19

Page 12

L’hypercentre à 30 km/h

Avant l’été, les rues de l’hypercentre de Cherbourg passeront en Zone 30. Un changement qui permettra aux piétons, cyclistes et automobilistes de circuler plus sereinement en centre-ville et de partager les rues. Dorénavant, la circulation à contre sens des cyclistes dans les voies à sens unique est autorisée dans certaines rues.

Depuis plusieurs mois, la ville et la Communauté urbaine de Cherbourg travaillent avec les Conseils de quartier, les associations concernées par le déplacement doux, les commerçants... au passage en Zone 30 de l’hypercentre de Cherbourg-Octeville. «La création de Zones 30, qui limitent la vitesse à 30 km/h, est préconisée par le CERTU (Centre d’étude sur les réseaux, les transports et l’urbanisme), dans les espaces très urbanisés, explique Michel Louiset, maire-adjoint à la voirie et à la circulation. De nombreuses villes ont déjà opté pour une circulation plus apaisée en centre-ville qui permet un meilleur partage de l’espace public entre piétons, vélos et véhicules.» Car l’objectif de la Zone 30 est bien celui-là : réduire la vitesse des véhicules pour diminuer les risques d’accident ainsi que la pollution de l’air et les nuisances sonores. La plupart des stops du centre-ville seront transformés en priorités à droite ou en cédez le passage afin de limiter le nombre d’arrêts et de redémarrages

12

des voitures. Ainsi, même s’ils roulent moins vite, les automobilistes ne perdront pas de temps, puisqu’ils s’arrêteront moins. Cette Zone 30 favorisera une nouvelle disposition : le double sens cyclable. En effet, depuis juillet 2010, le code de la route stipule que toutes les chaussées en sens unique dans une Zone 30 sont à double sens pour les cyclistes, sauf disposition différente prise par le maire. Trois rues sont d’ores et déjà en double sens cyclable (rue au blé, rue Boël Meslin et rue grande rue) où le marquage a été réalisé. D’autres le deviendront progressivement afin de faciliter la circulation des vélos en ville. Cette mesure de partage de la rue impose bien entendu une vigilance accrue de la part des automobilistes comme des cyclistes «Une étude a montré que, sur un trajet à vélo de 1,2 km, les sens uniques représentaient un allongement allant de 20 à 80 % !, poursuit Liliane Loisel, maire-adjointe au développement durable. Le double sens cyclable

permet donc aux cyclistes de perdre moins de temps et d’avoir plus facilement le réflexe vélo.»

Zone 30, Zone de rencontre, quelles différences ? Dans la Zone 30, la vitesse des véhicules est limitée à 30 km/h, et le double sens cyclable est généralisé sauf cas particuliers. Objectif : favoriser une circulation apaisée. La zone de rencontre, présente rues de la Paix, de l’Union et Christine, est une nouveauté. Celle-ci est ouverte à tous les modes de transport, mais les piétons y sont prioritaires. Vélos, piétons et voitures circulant sur le même espace, la vitesse des voitures est limitée à 20 km/h et le stationnement des véhicules motorisés n’est autorisé que sur les espaces aménagés.


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:19

Page 13

ée dans

Dossier Place aux femmes dans la ville Du 19 au 27 mars, Cherbourg-Octeville vivra au rythme du festival Femmes dans la Ville : spectacles, rencontres, expositions, village santé et bien-être… seront autant de temps forts à ne rater sous aucun prétexte !

13


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

Dossier

11:19

Page 14

Femmes dans la Ville : le partage en fête !

p

Cherbourg-Octeville s’apprête à vivre l’un de ses temps forts : le festival Femmes dans la Ville se déroulera du 19 au 27 mars, dans une vingtaine de lieux de l’agglomération !

«Notre objectif, à travers Femmes dans la Ville, est de continuer à favoriser l’égalité et la mixité», explique Bernard Cazeneuve, Député-Maire de Cherbourg-Octeville

A sa création en 2000 dans le quartier des Provinces, le festival touchait 300 habitants pendant 4 jours. Cette année, on attend pas moins de 4 000 personnes sur 10 jours dans toute l’agglomération ! Avec toujours le même fil conducteur : «la priorité est donnée aux initiatives qui favorisent l’égalité, la mixité et la parité, martèle Florence Dubois, coordinatrice du festival. Il s’agit, encore et toujours, de favoriser ces égalités, qui existent dans le droit, mais hélas pas souvent dans les faits. Les femmes en sont incontestablement les premières victimes. Mais nous devons aussi nous interroger, à l’inverse, sur les droits qui étaient jusque-là réservés aux femmes et auxquels les hommes doivent pouvoir accéder plus facilement. C’est

14

vrai de la garde des enfants, mais aussi de choses en apparence plus futiles, comme la déco de la maison !» Pour la première fois cette année, deux collèges de l’agglomération, La Bucaille et Diderot, ont accepté de travailler sur ces thèmes de la mixité et de la discrimination. Les élèves participeront ainsi à un concours d’affiches, mais ils ont surtout préparé deux spectacles interactifs qu’ils présenteront à l’occasion du festival, ainsi que des clips réalisés pour défendre ces valeurs.

Du spectacle à la course à pieds Notons aussi qu’au sein du programme exceptionnel annoncé tout au long de ces dix jours (cf. page 15), les deux week-ends font d’ores et déjà office de temps forts. Le premier week-end, les 19 et 20 mars, sera en effet marqué par la présentation du spectacle d’ouverture, Stéréo Types et Nanas, concocté par dix groupes d’habitants issus de tous les quartiers de l’agglomération, autour de pratiques aussi diverses que la danse ou le théâtre.

Le second week-end, les 26 et 27 mars, sera quant à lui dédié au sport et au bien-être avec La Cherbourgeoise, une course à pied féminine - près de 1 000 participantes sont attendues qui s’élancera du pont-tournant, pour un parcours de 3 ou 6 km. Une manifestation qui s’annonce non seulement joyeuse, mais aussi utile, puisque les fonds récoltés à l’occasion profiteront à l’association Cœur et Cancer. Un village santé sera installé quai Lawton Collins. Cet espace permettra à chacun d’être massé, de découvrir la danse orientale ou encore de s’informer sur les méfaits du tabac.

Le pass’festival, qu’est ce que c’est ? Cette année, le festival Femmes dans la Ville met en place un pass’festival, véritable sésame pour accéder aux spectacles programmés dans le cadre du festival. Pour connaître les tarifs des places et des pass, les lieux et les dates de mise en vente, rendez-vous sur le site de la ville ou sur www.femmesdanslaville.fr

Vendre talentu


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:19

Page 15

Big Walter, partenaire privilégié du festival

Dossier Sonorisation du festival, accueil des artistes, mise en scène du spectacle d’ouverture et programmation culturelle : Big Walter fait vibrer Femmes dans la Ville ! A l’affiche : la musique du monde de Zikfa, le slam de Yam’Salam, les Confidences à Allah de Saphia Azzedine…

xplique

Vendredi 25 mars, le festival Femmes dans la Ville propose Confidences à Allah interprété par la talentueuse Alice Belaïdi récompensée par un Molière pour ce rôle.

Sonorisation, programmation, accueil : Big Walter a signé une convention avec la Ville de Cherbourg-Octeville. Au terme de cet accord l’association, qui compte aujourd’hui 90 membres actifs, peut déployer toutes ses compétences pour que le festival Femmes dans la Ville monte en puissance au cours des années qui viennent. Joël Dubois, Gaël Lefaix et Laurent Niger ont travaillé à mettre au point une programmation alléchante pour cette édition. Ils assureront également, avec les bénévoles, la sonorisation du festival, l’accueil des artistes et la mise en œuvre du spectacle d’ouverture, Stéréo types et nanas, réunissant les différentes troupes des quartiers de l’agglomération. «Notre travail, explique Laurent Niger, le président de l’association, est de professionnaliser certains aspects du festival, tout en continuant, bien sûr, à servir ses engagements d’origine envers les femmes et leurs droits. Car nous savons qu’une plus grande

qualité permet à plus de participants d’y trouver leur compte. C’est ainsi que les habitants des quartiers qui préparent le spectacle d’ouverture seront évidemment d’autant plus

motivés que le résultat promet d’être séduisant, grâce notamment à nos exigences techniques et aux moyens que nous mettons en œuvre.»

Demandez le programme ! Des rendez-vous exceptionnels, le festival Femmes dans la Ville 2011 en a plein ses tiroirs ! Cette année, deux spectacles sont programmés par jour, le premier à 18h dans une structure de proximité de l’un des quartiers de l’agglomération, le second à 20h30 au théâtre de la Butte.

Noucka et Djaïma. Jeudi, c’est à la Maison Flora Tristan que se produira la compagnie Aello pour sa pièce Une heure et demie de retard, juste avant que la Butte à nouveau nous offre la possibilité de découvrir l’un des espoirs du one woman show en France : Julie Villiers.

La programmation commencera le 22 mars à la Maison Olympe de Gouges avec le concert de Zikfa, groupe caennais connu pour sa musique du monde. A 20h30, rendez-vous au théâtre de la Butte avec la slameuse Yam’Salam. Le lendemain, mercredi 23 mars, direction la Maison Françoise Giroud qui accueillera la musique tzigane et les contes de

Enfin, le 25 deux spectacles très attendus : à 18h, L’affaire rouge revisitera de manière très insolite le conte du Petit chaperon rouge. Et la Butte de son côté accueillera une pièce qui a connu ces deux dernières années un succès exceptionnel en France : Confidences à Allah, d’après le roman de Saphia Azzedine, sur le parcours terrible d’une jeune bergère maghrébine.

15


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

Dossier

11:20

Page 16

Femmes dans la Ville fête le bien-être

Pour la 2e année consécutive, le festival Femmes dans la Ville fait la part belle au sport et au bien-être en organisant, les 26 et 27 mars, La Cherbourgeoise, manifestation regroupant un village et une course à pied 100% féminine. A vos baskets ! Un village bien-être vous attend samedi 26 mars quai Collins. L’occasion d’y découvrir des sports variés ou de s’informer auprès de professionnels de la santé.

Suite au succès rencontré en 2010, le festival Femmes dans la Ville relance La Cherbourgeoise, week-end autour du bien-être, de la santé et du sport. Celui-ci se déroulera les 26 et 27 mars, quai Lawton Collins. «Cette manifestation se divise en deux temps : le premier le samedi avec la création d’un village dédié au sport, à la santé, à la prévention et à l’information, et le deuxième le dimanche avec une course à pied réservée aux femmes», explique Florence Dubois, coordinatrice du festival. Rendez-vous donc le samedi de 10h à 17h pour rencontrer une vingtaine d’associations de l’agglomération œuvrant dans les domaines du sport et de la santé. L’occasion de s’initier au taï chi, d’assister à des démonstrations sportives ou de se renseigner sur les effets du tabac auprès de tabacologues de l’hôpital Pasteur. «Il sera possible de mesurer le taux de CO2 dans l’air expiré, d’accepter de ne pas fumer pendant 24 h et de refaire le test le lendemain : les résultats sont flagrants !». La Croix-Rouge française proposera également des initiations aux gestes de

16

premiers secours et à l’utilisation des défibrillateurs. Toute la journée, vous pourrez vous inscrire à la course à pied du lendemain. «La Cherbourgeoise est un dérivé de La Parisienne, course à pied solidaire et réservée aux femmes, souligne Frédéric Bastian, maireadjoint aux solidarités et à la cohésion sociale. L’année dernière, plus de 420 personnes y ont participé et certains se sont même déguisés pour courir !»

Une course contre le cancer du sein Après un échauffement musical, les participantes s’élanceront à 15h du pont tournant pour un parcours de 3 ou 6 km, en marchant ou en courant. «L’inscription est au minimum de 2 €, mais tous les dons seront les bienvenus !» L’ensemble des fonds récoltés sera ensuite reversé à l’association Cœur et Cancer qui achètera du matériel favorisant le confort des femmes victimes du cancer du sein dans le Cotentin. «En fait, les femmes d’ici courent pour les femmes d’ici.»

L’an dernier, plus de 1 000 € ont été récoltés pour acheter un équipement de pressothérapie qui stimule la circulation sanguine, réduit la douleur dans les bras suite à l’ablation d’un sein.

Un village, trois espaces Samedi 26 mars, rendez-vous quai Lawton Collins pour le village de la Cherbourgeoise. Trois espaces vous y attendent : L’espace Bouger : toute la journée, venez bouger au rythme de la danse orientale, de la danse africaine, du fitness… L’espace Se relaxer, se pouponner : un espace pour prendre soin de soi autour d’une diététicienne, d’une esthéticienne, de réflexologues, de masseuses… Une séance de découverte de l’espace détente de la piscine Chantereyne est également prévue. L’espace S’informer : retrouvez tous les intervenants en prévention santé autour de leurs stands (tabacologues de l’hôpital Pasteur, CAAP Sida…) Vous pourrez également en profiter pour vous inscrire à la course du dimanche !

Suite consti


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:20

Page 17

Un festival ancré dans la ville

Dossier

Avec ses 10 jours, d’animations, de spectacles et d’expositions, le festival Femmes dans la Ville est le temps fort qui récompense une année de travail des bénévoles

s

Suite à la 1re édition de la Cherbourgeoise en 2010, des groupes de marcheurs et marcheuses se sont constitués et pratiquent la marche à pied toute l’année.

Création d’un CD, préparation de théâtre forum, expositions en tout genre : chaque année, le festival Femmes dans la Ville ouvre une fenêtre sur le travail effectué tout au long de l’année par les associations, les collèges et lycées de l’agglomération. «Cette année, par exemple, l’association Femmes et horizons profite du festival pour sortir le CD sur lequel elle travaille depuis un an avec le groupe caennais Zikfa, souligne Florence Dubois, la coordinatrice du festival. Il s’agit d’un recueil de 30 berceuses du monde, sur lequel une trentaine de femmes a travaillé afin de conserver la mémoire de ces chants et de les faire connaître.» Autre projet de taille : le spectacle d’ouverture du festival, Stéréo types et nanas. Plus de 130 habitants de tous âges, de toutes origines et de tous les quartiers de l’agglomération ont collaboré à cette création originale. Objectif : dépasser les idées reçues sur les hommes et les femmes, les stéréotypes justement.

Outre les associations, les établissements scolaires ont eux aussi mené une réflexion sur la place de la femme dans la cité et sur la discrimination. Une classe de 4e du collège Diderot proposera le 22 mars un théâtre forum sur cette question. Le principe ? Après avoir regardé une saynète, le public pourra intervenir et réagir sur la situation pour la modifier. Un deuxième théâtre forum sera proposé par un groupe de femmes tourlavillaises autour de la question des violences conjugales.

de récolter des fonds pour l’association Cœur et Cancer, explique Frédéric Bastian, maire-adjoint aux solidarités et à la cohésion sociale. Avec cet événement, nous souhaitions mettre en place des groupes de marche hebdomadaires.» Pari réussi puisque quasiment chaque quartier compte aujourd’hui une dizaine de marcheurs et marcheuses assidus.

Côté expositions, une classe de Terminale du lycée Tocqueville a réalisé une série de panneaux sur les violences faites aux femmes en France. L’exposition sera présentée au sein du lycée.

Si vous vous sentez concerné par les questions abordées pendant le festival Femmes dans la Ville et que vous souhaitez contribuer à son organisation, n’hésitez pas à proposer votre aide, elle sera la bienvenue !

Les domaines du sport et de la santé bénéficient également d’actions pérennes sur l’année. «L’année dernière, le lancement de La Cherbourgeoise avait un deuxième objectif, en plus de celui

Pour tout renseignement, contactez Florence Dubois, coordinatrice du festival au 02 33 01 89 90 ou florence.dubois@villecherbourg.fr ou www.femmesdanslaville.fr

Etre bénévole sur le festival, c’est possible !

17


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

24 heures avec...

11:20

Page 18

Le service 3e âge

Actions en faveur du maintien à domicile, développement des sorties, lutte contre l’isolement : la Ville de Cherbourg-Octeville s’engage fortement en faveur de ses aînés et propose de multiples services. Présentation. L’équipe municipale en charge de la solidarité et de la cohésion sociale autour de Frédéric Bastian.

Besoin d’aide à domicile ? Administrée par les caisses de retraite ou le Conseil général de la Manche, l’aide à domicile est assurée par le CCAS de Cherbourg-Octeville. Ce dernier emploie une cinquantaine de personnes qui assurent l’accompagnement quotidien de plus de 270 aînés. De l’aide au lever et au coucher à une petite heure de ménage hebdomadaire, en passant par la confection des repas ou les courses, l’accompagnement varie en fonction de l’état de dépendance des plus de 60 ans.

18

L’accueil de jour Quatre jours par semaine, la maison d’accueil de jour Becquerel reçoit des personnes atteintes de désorientation et de troubles apparentés. Objectifs : leur offrir une écoute et les stimuler par le biais d’animations régulières, tout en permettant aux proches de «souffler» quelques heures. Douze personnes peuvent être accueillies chaque jour, l’entrée étant soumise à une évaluation.

Visites aux personnes isolées Depuis 2009, la Ville de CherbourgOcteville est associée à la Croix-Rouge française, le Secours Catholique et la Société Saint-Vincent de Paul pour lutter contre l’isolement de ses aînés. Tandis que la Ville assure la coordination et recense les personnes âgées isolées, les bénévoles des trois associations assurent quant à eux les visites de courtoisie et les interventions à domicile en cas de plans de crise.

Outre l 17 févr


n.

comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:21

Page 19

Le service 3e âge

24 heures avec...

Bienvenue aux foyers résidences

Outre les deux foyers-résidences, la Ville de Cherbourg-Octeville compte un Ehpad public qui ouvrira le 17 février sur les Hauts de Quincampoix pour ses aînés les plus dépendants.

Des repas livrés Du lundi au vendredi, deux agents de la Ville de Cherbourg-Octeville assurent le portage de repas à domicile. Au total, plus de 120 personnes sont livrées en repas équilibrés élaborés par la cuisine de l’Espace Temps (ex F.J.T.). L’organisation des journées permet de livrer des repas pour les 7 jours de la semaine. Pour bénéficier de ce service, il est nécessaire de répondre aux critères définis dans le règlement. Si vous souhaitez en bénéficier ou en faire bénéficier un de vos proches, contactez Philippe Poullin au 02 33 01 80 62.

Des activités pour tous A la demande des clubs et associations 3e âge, la Ville de Cherbourg-Octeville multiplie depuis plusieurs années les propositions d’activités en direction des aînés : outre les thés dansants, la traditionnelle galette des rois ou les InterOlympiades, la Ville organise désormais des sorties culturelles : visites guidées d’expositions, sortie historique dans la rade de Cherbourg et des spectacles en partenariat avec Le Trident à prix très préférentiel. Et depuis 2010, la Ville propose des séjours seniors avec l’aide de l’ANCV pour permettre au plus grand nombre de partir ! Renseignez-vous auprès de Philippe Tabarin au 02 33 01 50 71 ou 06 30 92 71 64.

La Ville de Cherbourg-Octeville compte deux foyers-résidences : le Vieux Château, en plein centre-ville, et Les Roquettes, près de l’IUT sur le territoire d’Octeville. Leurs appartements individuels (65 au Vieux Château et 49 aux Roquettes) permettent aux seniors de conserver leur autonomie tout en bénéficiant d’un certain nombre de services collectifs : un restaurant pour déjeuner en toute convivialité, des animations, des sorties…

Pour le maintien à domicile Afin de favoriser au maximum le maintien à domicile des personnes âgées, le CCAS propose des services pour faciliter la vie de nos aînés. Outre l’aide à domicile et le portage de repas, le CCAS effectue l’entretien du linge des plus de 80 ans grâce à sa buanderie centrale ou encore sert d’intermédiaire pour la mise en place de la télé-assistance. Ce service permet ainsi aux personnes âgées d’être secourues en cas de chute, ou de malaise.

19


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

Economie

11:21

Page 20

L’entreprise cherbourgeoise HCT Industries se porte bien

La morosité ambiante n’a manifestement pas atteint HCT Industries. L’entreprise, spécialisée en tuyauterie, chaudronnerie et maintenance, a été rachetée en 2007 par le groupe cherbourgeois Fiva. Et l’ensemble se porte à merveille. Parmi les missions de HCT Industries : la réparation navale qui compte 25 salariés.

Lorsque le Cherbourgeois Yannick Vergez a pris les rênes de la société Fiva en 1996, le groupe comptait une vingtaine de salariés. Aujourd’hui, ils sont plus de 200, dont 90 travaillent à Cherbourg-Octeville, qui abrite toujours le siège de la société ! «Les 110 autres salariés sont en Espagne», explique le PDG. Localement, ce groupe se décompose en trois structures : Techno Pro, spécialisée dans l’ingénierie ; Heria, en charge du contrôle industriel ; et HCT Industries, très en pointe dans le domaine de la chaudronnerie, de la mécanique et de la maintenance. L’entreprise est d’ailleurs rapidement devenue une référence majeure du groupe. «Quand nous avons repris HCT, quai Lawton Collins, l’entreprise ne faisait que de la réparation navale, avec 6 salariés. Aujourd’hui, cette seule branche compte 25 salariés avec pour clients les grands donneurs d’ordre du Cotentin, notamment DCNS, EDF et Bouygues, mais aussi des entreprises comme Mécachimie ou Mécagest.»

15 M€ de chiffre d’affaires Cependant, l’entreprise en plein développement ne se contente pas de

20

travailler dans le département. «Nous avons des clients à Brest, Lorient ou encore Carthagène. Nous avons les moyens logistiques de nous adapter aux besoins de nos clients. S’il nous faut aller en Inde, il n’y a aucun problème !» Autant dire que le groupe Fiva, avec 15 M€ de chiffre d’affaires annuels, dont 2 M€ assurés par HCT Industries, se porte bien. «Nous sommes en croissance permanente, avec un flux régulier d’embauches. Ce

sont, de toutes façons, des métiers où il faut nécessairement progresser pour rester compétitifs.» Pour 2011, le plan de charge s’annonce très satisfaisant. A court terme, le groupe Fiva envisage différentes innovations et notamment l’extension de ses infrastructures. Ce qui pourrait se traduire par un déménagement partiel dans l’enceinte de l’arsenal.

Les commerçants du centre-ville se fédèrent Depuis juin 2010, Cherbourg-Octeville compte une nouvelle association, l’Union Cherbourg Commerces. Fédérant aujourd’hui plus de 180 commerces et autres professions libérales exerçant dans le centre-ville, l’association n’a qu’un seul objectif : donner un nouvel élan au cœur de ville. «L’idée est de se rassembler afin de créer, tous ensemble, une vraie dynamique dans le centre-ville, explique Nohann Leroy, président de l’association. Nous travaillons donc en ce moment sur un calendrier d’événements qui viendront rythmer l’année 2011 et qui inciteront, nous l’espérons, les Cherbourgeois-Octevillais à fréquenter davantage le centre-ville.» Parmi les

projets évoqués : la mise en place d’animations culturelles, de braderies, de concours, des plages horaires plus étendues sur certaines opérations, des ouvertures spécifiques les jours d’escales… Et pas question de se limiter aux rues piétonnes : l’association rassemble également des commerçants de rues plus éloignées et proposera des animations dans ces secteurs. «Nous devons faire bouger les gens au sein du centre-ville, leur faire découvrir toute la palette des commerces qui cohabitent sur Cherbourg-Octeville.» Contact : Nohann Leroy au 02 33 93 00 59


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:21

Page 21

Carnaval : coup d’envoi le 25 février

En bref 4e Nuit de l’eau à la piscine Chantereyne Samedi 2 avril, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau, l’ASC Natation vous attend à la piscine Chantereyne à partir de 19h pour la 4e Nuit de l’eau. Au programme : un jardin aquatique pour les tout-petits, des relais famille, des initiations à l’aquagym et à la natation synchronisée... L’ensemble des fonds récoltés sera reversé à l’Unicef dont le programme WASH (Water, Sanitation and Hygiene) finance l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement d’écoles au Togo.

Le carnaval de Cherbourg-Octeville donne rendez-vous à tous les amateurs du genre les 25, 26 et 27 février, autour du thème «la musique en folie !». Vendredi 25, place aux défilés des enfants du quartier d’Octeville : le premier partira à 17h de l’Espace @ La Butte (ex Village des enfants) et le second à 17h30 au théâtre de l’Œuf. Les deux groupes se retrouveront au théâtre de l’Œuf pour assister, en musique, au jugement et à la crémation du bonhomme carnaval. A ne pas rater non plus, un concert en plein air à 20h, toujours au théâtre de l’Œuf. Le lendemain, la place centrale accueillera petits et grands pour une journée d’animations gratuites, ateliers maquillage, structure gonflable, initiations au roller et autre double dutch. Un bal des enfants sera organisé à 16h dans la salle des fêtes. Une soirée carnaval clôturera la journée à partir de 20h, salle des fêtes (réservation obligatoire sur coccuc@aol.com). Pour l’occasion, les parkings Gambetta-Fontaine et Notre-Dame seront gratuits. Dimanche 27 février sera dédié au grand carnaval. Le matin rendez-vous sur le marché d’Octeville pour une série d’animations. A 14h, les groupes et confréries se présenteront place de Gaulle avant de s’élancer dans un grand défilé à travers le centre-ville pour assister au jugement et à la crémation du bonhomme carnaval plage verte. Contact : 02 50 70 41 48 ou carnaval.cherbourg@voila.fr.

Piscine Chantereyne : ouverture dimanches 6 et 13 mars A l’occasion des vacances d’hiver, la piscine Chantereyne sera ouverte dimanches 6 et 13 mars de 9h à 13h et de 15h à 18h. N’hésitez pas à venir vous prélasser dans le sauna, barboter en famille ou faire quelques longueurs.

Pendant les vacances scolaires, la piscine Chantereyne vous accueille le lundi, le mercredi et le samedi de 14h à 18h, le mardi et le jeudi de 12h à 18h, le vendredi de 14h à 18h et de 20h30 à 22h.

Contact : 02 33 53 18 42

Tentez les concours des Beaux-Arts !

d

La pi au pu Elle s sema lund 18h, j à 18h 14h 11h4 che d

L’année 2011 marque la naissance de l’école supérieure d’arts & médias (ESAM) de Caen/Cherbourg, issue de la fusion des écoles d’arts de Caen et de CherbourgOcteville. A partir d’octobre 2011, les 300 étudiants de l’ESAM Caen/Cherbourg étudieront, selon la filière de formation qu’ils auront choisie, sur l’un des deux sites géographiques de l’établissement. Ce dernier préparera aux trois principaux diplômes nationaux (DNSEP, DNAP et DNAT) dans les trois principales options de formation artistique (Art, Communication et Design). Si vous êtes intéressé, l’épreuve d’admissibilité et le dossier d’inscription sont téléchargeables sur www.esamcaen.fr ou www.villecherbourg.fr. Vous avez jusqu’au 4 mars 2011 pour réaliser l’épreuve d’admissibilité et la faire parvenir à l’ESAM accompagnée du dossier d’inscription complété, à l'adresse suivante : ESAM, 17 cours Caffarelli, 14000 Caen. Contact : 02 33 43 33 74

21


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

En bref

11:22

Page 22

Les échanges se multiplient avec Bremerhaven

Bilan positif pour l’Espace @ La Butte L’année 2010 sonne comme l’année de la reconnaissance pour l’Espace @ La Butte, espace public numérique (EPN) animé par la Ville de Cherbourg-Octeville. Avec quelque 6 031 visites pour 16 388 heures d’informatique, l’Espace a en effet quasiment doublé sa fréquentation par rapport à 2009. «Nous avons reçu près de 20 visiteurs par jour et assuré une moyenne de 53 heures d’informatique quotidienne, explique Muriel Jozeau-Marigné, maire-adjointe en charge des EPN. Et 95 % d’entre eux sont des habitants de la commune.» Au total, 300 personnes sont inscrites à l’Espace @ La Butte, pour la plupart adolescents. Mais les seniors ne sont pas en reste : une cinquantaine de personnes du 3e âge a ainsi pu bénéficier de séances individuelles. Les ateliers thématiques du soir ont également rencontré un franc succès : plus de 40 personnes ont participé aux 80 séances, soit 160 heures d’animation. Enfin, l’Espace @ a travaillé avec quatre associations (l’Accueil des Villes de France, l’Accueil de jour, l’Université Inter-Age et l’Association des devenus sourds de la Manche) : 70 personnes ont ainsi pu bénéficier de 141 séances d’initiation à l’informatique.

Afin de faire vivre l’amitié franco-allemande entre Cherbourg-Octeville et Bremerhaven, 18 lycéens de Tocqueville se sont rendus, du 1er au 10 décembre dernier, à Bremerhaven. Ils ont été accueillis dans les familles de leurs correspondants de la Schulzentrum Geschwister Scholl. Au programme : une visite de la ville et de ses deux musées, des excursions à Brême et Hambourg, des ateliers théâtre, des soirées films et jeux… Les jeunes Allemands viendront à leur tour dans le Nord-Cotentin du 15 au 24 mars.

Un mois pour fêter la photo Du 9 au 26 mars prochain, le club photo Nord-Cotentin Cherbourg organise la 10e édition de son Mois de la Photo à la salle des fêtes, place centrale. Ouverte à tous les amateurs, cette exposition réunit chaque année quelque 300 photos, en couleurs et en noir et blanc. L’occasion pour eux de s’exprimer autour du thème retenu, à savoir «Les marques du temps». Le club photo Nord-Cotentin Cherbourg sera également jury des

concours régionaux de photographie organisés le 19 mars à la Maison Olympe de Gouges. Toute la journée, ses membres choisiront les plus belles photos noir et blanc, couleur et diapositive provenant des dix clubs photo de Basse-Normandie. A découvrir ! Le Mois de la Photo, salle des fêtes, place centrale. Du mardi au dimanche de 15h à 18h et le samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h. Entrée libre.

Le Mois de l’architecture en Normandie e

Pour la 6 année, les Maisons de l’architecture de Haute et Basse Normandie s’associent pour Le Mois de l’architecture contemporaine en Normandie, manifestation de sensibilisation à l’architecture et à l’urbanisme. Au programme : des parcours urbains, des projections, des

22

conférences… Le tout réparti dans une vingtaine de villes normandes. A Cherbourg-Octeville, une visite du quartier de l'Amont-Quentin est prévue le 11 mars. Rendez-vous à 15h, rue de Mézières, pour une déambulation en compagnie de l'architecte-urbaniste Serge Renaudie. L’inscription est obligatoire

(Marion Plaine au 02 33 08 27 82 ou marion.plaine@cuc-cherbourg.fr). La visite sera suivie d’un débat autour du thème «L’architecture contemporaine, un événement dans la ville» organisé à 18h30 au Point du Jour. Inscriptions au 02 33 22 99 23 ou sur infos@lepointdujour.eu


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:22

Page 23

Tribunes de l’opposition Changements La liste Changements n'a pas souhaité s'exprimer.

Cherbourg-Octeville, un nouveau cap Un autre choix La dépendance devient une grande cause nationale, et nous sommes tous attachés à permettre une vieillesse digne et sécurisée à nos aînés. Des équipements font défaut par rapport à la demande et à l’expansion de la maladie d’Alzheimer. Il est donc logique et souhaitable que les collectivités territoriales partagent ce souci et s’efforcent d’apporter leur contribution à de nouveaux équipements. Disposant déjà de structures modernisées, la ville de Cherbourg s’est engagée dans la construction d’un Ehpad pour l’accueil de personnes âgées dépendantes. C’est une bonne décision. Notre divergence ne porte pas sur la création de cet Ehpad, mais sur le choix de sa réalisation. Tourlaville, Equeurdreville, La Glacerie, et déjà Cherbourg, ont des structures diverses, indispensables et qui sont appréciées. Est-ce l’arrivée à Equeurdreville-Hainneville d’une société privée à but lucratif qui a provoqué un réflexe d’indignation de la part de la municipalité cherbourgeoise ? Toujours est-il que la ville, sans doute plus pour des raisons idéologiques que techniques, a choisi de supporter la totalité du coût de la construction de son Ehpad. On pouvait laisser un bailleur social monter l’opération, assurer le financement, et regrouper les aides. On peut aussi en confier la gestion à des structures associatives ou des fondations à but non lucratif. La ville se contentant alors de lancer le projet, de le suivre, et de veiller à ce que cet équipement accueille aussi les personnes ayant des revenus modestes. Quitte à leur apporter une aide. En se voulant propriétaire, chef de projet, en voulant maîtriser la construction et demain, peut-être, la gestion, la ville a utilisé jusqu’à présent une part importante de son budget d’investissement, et nous voyons bien que le coût de l’opération continuera encore de monter. Nous aurions préféré un autre choix, moins idéologique, plus économique, sans nuire à la qualité de vie des personnes accueillies. C’est une preuve que la majorité municipale qui a, certes, une cohérence dans sa logique, et l’opposition qui, à sa place, aurait eu une autre cohérence, dans une autre logique, ne se confondent pas. Sur les grands dossiers que l’on peut approuver, il y a quand même souvent la possibilité de faire autrement. L’opposition doit offrir une alternative, c’est son rôle.

Liste «Changements» (UMP) : Hervé Corbin, Alain Estève, Régine Villedieu

Liste «Pour un nouveau cap» (UMP) : Géraldine Morlet, Jean Levallois, Sophie Héry, Fabrice Huet

23


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

Sport

11:22

Page 24

Trophée de l’île Pelée, la compétition nautique de l’année

Du 22 au 27 mars, le Trophée de l’île Pelée réunira plus de deux cents marins étudiants. Placé sous le parrainage de Luc Pillot, ancien champion olympique, ce rendez-vous est devenu très prisé dans la voile étudiante européenne.

Du 2 mont Chan A l’occasion du 16e Trophée de l’ile Pelée, 32 équipages s’affronteront quotidiennement lors de six régates en grande rade.

Le Trophée de l’île Pelée fête cette année son seizième anniversaire. Cette compétition nautique est réservée aux étudiants français et étrangers. Sept pays sont représentés : Italie, Grande-Bretagne, Suisse, Espagne, Allemagne, Belgique et France. Particularité : tous les équipages naviguent sur le même bateau, un J 80, voilier de course de huit mètres, et possèdent les mêmes équipements à bord. «C’est vraiment la meilleure équipe qui gagne», rappelle Olivier Gosselin, responsable de l’association sportive du site universitaire et cheville ouvrière de cette manifestation qui se déroulera du 22 au 27 mars prochain. Le principe de la compétition est simple. La première partie des épreuves se déroule sous la forme d’un championnat. Toutes les équipes, trentedeux au total, s’affrontent lors de plusieurs régates dans la grande rade. «Nous en organisons six par jour. Selon la météo, le parcours varie. Le principe de la course, lui, est invariable : il faut aller le plus vite possible.» A l’issue des premières épreuves, les seize meilleurs équipages sont qualifiés pour la finale, les seize

24

autres participent à la régate de consolation.

de la Ville de Cherbourg-Octeville est également précieux.»

Coupe d’Europe et championnat de France

Depuis plusieurs années, le Trophée de l’île Pelée est placé sous le parrainage de Luc Pillot, champion olympique de voile à Séoul en 1988, champion du Monde et d’Europe en 1986. «Le Trophée de l’île Pelée est devenu une épreuve majeure du circuit étudiant, un rendez-vous unique à ne pas manquer et une victoire à inscrire au palmarès».

Mais la grande particularité du Trophée de l’île Pelée est qu’il réunit deux compétitions en une. «Nous organisons à la fois une coupe d’Europe et un championnat de France. Le premier équipage français au classement général se voit décerner le titre national.» Chaque année, plus de deux cents étudiants font le déplacement. Ils logent, toute la semaine, à l’auberge de jeunesse et au cercle Chantereyne et découvrent le Cotentin entre deux épreuves. Les organisateurs bénéficient du soutien du yacht-club de Cherbourg, de plusieurs clubs bas-normands (Courseulles, Deauville, Granville) et surtout de la Marine Nationale qui met sept bateaux à disposition. Plus de soixante-dix bénévoles surveillent les régates en mer, effectuent les classements et assurent la sécurité des concurrents. «Le soutien logistique

Des vacances sportives pour tous ! Vous avez entre 8 et 18 ans et vous habitez la commune ? Vous aimez le sport ? Sport Vacances est fait pour vous. Du 28 février au 11 mars, la Ville offre à tous ses jeunes habitants la possibilité de pratiquer des sports traditionnels (foot, hand, basket…) et de s’initier à des sports moins communs comme le tir à la carabine, le golf, l’équitation… Le tout encadré par des éducateurs sportifs. Ces activités sont gratuites et se déroulent du lundi au vendredi de 9h30 à 16h30. L’inscription est obligatoire. Contact au 02 33 53 53 29


née

six

comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:22

Page 25

Les meilleurs tennismen à l’assaut du Challenger

Nadal, Tsonga ou encore Clément ont contribué à assurer la renommée du Challenger de tennis de Cherbourg-Octeville. Pour ses dix-huit ans, plus de soixante-dix joueurs sont attendus du 27 février au 6 mars prochain.

Du 27 février au 6 mars, venez encourager les étoiles montantes du tennis international au complexe sportif Chantereyne.

Le Challenger, c’est avant tout l’histoire de la passion d’un homme pour le tennis. Alain Thiébot est parvenu, au fil des ans et des tournois, à réunir autour de lui une équipe de bénévoles pour organiser le 10e tournoi français ATP. Chaque année plus de soixante-dix joueurs professionnels évoluant entre la 80 et la 200e places mondiales séjournent à CherbourgOcteville durant la semaine de la compétition qui attire plus de dix mille spectateurs au complexe sportif Chantereyne. «C’est un an de travail. A peine le tournoi achevé, nous pensons déjà à la prochaine édition», avoue le président de l’Amicale Challenger Tennis de Cherbourg. Le chantier est considérable. Il faut réunir les fonds nécessaires (il est doté de 50 000 dollars plus hébergement), recruter les juges, les ramasseurs de balles, aller rencontrer les joueurs dans les autres tournois français... Il est clair que dans ce domaine, Alain Thiébot a la cote auprès des sportifs. Les échanges avec Arnaud Clément lors de la récente finale de la coupe Davis en sont l’illustration parfaite. «Il est important que les joueurs soient bien reçus, qu’ils n’aient qu’à penser à la compétition», reconnaît le président qui a vu passer au Challenger bien des futurs champions. «Sur les 50 premiers

Sports

joueurs mondiaux actuels, 22 ont joué à Cherbourg-Octeville. A l’époque, personne ne connaissait encore vraiment Nadal ou Djokovic. Cette année, j’espère accueillir le jeune prodige Adrian Mannarino. C’est un joueur qui va se hisser très vite au plus haut de la hiérarchie mondiale.» Soixante-dix joueurs participeront au Challenger. «Ils ne s’inscrivent qu’à l’issue des internationaux d’Australie qui ont lieu la dernière quinzaine de janvier. Nous devrions, cette année encore, avoir une bonne affiche d’autant que nous sommes, à cette époque, le seul tournoi ATP de cette importance organisé en Europe.» Le tournoi débutera les 27 et 28 février par les qualifications. Les matchs se dérouleront à Chantereyne et à la salle Bagatelle de Tourlaville. «Les qualifs réunissent trente-deux joueurs. Quatre gagnent leur billet pour le tableau final qui débute le lundi.» Tous les jours, les spectateurs pourront suivre, à partir de 10h30, entre six et sept rencontres (les places sont en vente directement sur place). Simples et doubles se partagent l’affiche quotidienne. Le public est toujours fidèle mais il y a fort à parier qu’on établisse un record d’entrées cette année puisque le tournoi se déroule pendant les

vacances scolaires. «Pour les jeunes, c’est une occasion unique d’assister à de belles rencontres et de côtoyer des joueurs professionnels de haut niveau.» Contact : Alain Thiébot au 06 14 10 07 03

Ils ont foulé les courts de Chantereyne On ne le dira jamais assez, le Challenger de tennis de Cherbourg-Octeville est l’une des étapes prioritaires des futurs champions. La liste des joueurs ayant participé à cette compétition est particulièrement significative. Tim Henman y a figuré en 1995, Sébastien Grosjean et Arnaud Clément deux ans plus tard. Nicolay Davydenko, Mickail Youzhny et Mickaël Llodra s’y sont retrouvés en 2000, deux ans avant David Ferrer. En 2003, le challenger a accueilli Jo-Wilfried Tsonga, Marcos Baghdatis, Raphael Nadal et Gilles Simon ! En 2005, c’est Richard Gasquet et surtout Novac Djokovic qui ont donné un aperçu de leur talent. Plus récemment, Alain Thiébot a reçu Jérémy Chardy et Josselin Ouanna.

25


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

Conseils de quartier

11:37

Page 26

Les conseils de quartier en assemblée générale

le c

L’assemblée générale des conseils de quartier de Cherbourg-Octeville s’est tenue le 16 décembre à la salle Montécot. Elle a confirmé la dynamique de coopération entre les quartiers et la Ville. Le 16 décembre dernier, une soixantaine de conseillers de quartier a assisté à l’assemblée générale des conseils de quartier.

Chaque année en décembre, les conseillers de quartier se réunissent pour leur assemblée générale. Cette année n’a donc pas fait exception. Jeudi 16 décembre dernier, une soixantaine de personnes s’est réunie salle Montécot. Au programme : un bilan suivi de propositions d’améliorations. «Globalement, les conseils de quartier fonctionnent bien, se réjouit JeanClaude Magalhaes, maire-adjoint en charge de la citoyenneté. Plus de 170 personnes y participent.» Pour la municipalité, une des priorités de l’année 2010 a été d’améliorer le suivi des demandes émanant des conseils. «Nous avons donc mobilisé davantage les services et renforcé la formation des conseillères municipales, chargées de ce suivi», explique le maire-adjoint. Les conseils de quartier ont donc, plus que jamais, les moyens d’être force de propositions pour le conseil municipal. «Il s’agit de tirer tous ensemble la ville vers le haut, explique le Député-Maire, Bernard Cazeneuve. Pour cela, nous devons bien sûr régler les problèmes très concrets soulevés, notamment concernant la voirie. Mais les conseils de quartier doivent surtout permettre de penser la ville autrement, en s’appuyant sur les

26

grands projets urbains que nous impulsons, et de nous faire des propositions.» Reste à régler les questions concrètes, comme le turn-over important dans les conseils. «C’est la vie qui donne ce rythme en général, répond JeanClaude Magalhaes. C’est plutôt sain que tous les trois ou quatre ans, certains partent et d’autres arrivent». Concernant la périodicité des réunions, un habitant explique qu’il est parfois difficile de maintenir la mobilisation de tout le monde quand les réunions sont espacées de deux mois. «Pour la mairie, c’est un fonctionnement qui semble plus pertinent, mais

rien ne vous empêche évidemment, dans chacun de vos quartiers respectifs, de prévoir une réunion intermédiaire». Les idées s’ajustent donc au fur et à mesure que ces conseils gagnent en expérience.

Rejoignez les conseils de quartier ! Vous aussi, venez participer aux conseils de quartier ! Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter le service citoyenneté (02 33 87 87 26 ou 02 33 87 87 74) ou à vous renseigner sur le site de la ville (www.ville-cherbourg.fr).

Bilan pour l’association « Fonds de participation des conseils de quartier» Créée en 2009 afin de simplifier l’organisation des animations sur chaque quartier, l’association Fonds de participation des conseils de quartier a tenu le 19 janvier dernier son assemblée générale. Au programme : outre le bilan financier de l’année, un point sur les animations programmées par chaque conseil ainsi

que les améliorations de fonctionnement de l’association. Celle-ci a déjà ajouté en 2010 un article dans son règlement intérieur portant sur le renouvellement du bureau, et prévu une modification de ses statuts ne permettant qu’une signature unique des chèques, quatre personnes étant autorisées à les signer.

Les d


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:23

Page 27

Aux Provinces, le chauffage collectif se met au bois Développement durable Dans quelques semaines, les deux nouvelles chaudières bois destinées à chauffer les bâtiments du quartier des Provinces seront mises en service. Un nouvel équipement unique en France qui permettra une baisse des tarifs et une réduction des émissions de CO2 .

ale des

Les deux chaudières bois ont été livrées début décembre.

Depuis 1967, les logements, commerces et bâtiments publics du quartier des Provinces, représentant plus de 4 000 équivalent logements, bénéficient du réseau de chauffage collectif. Jusqu’en février 2009, celui-ci était assuré par quatre chaudières fuel/gaz et géré par un concessionnaire extérieur. Début 2009, le contrat est arrivé à terme et la Ville de CherbourgOcteville en a profité pour le faire évoluer. «Il nous paraissait indispensable de faire baisser les tarifs pour les habitants du quartier et d’œuvrer pour l’environnement», explique Geneviève Gosselin, première adjointe en charge du dossier. La municipalité a donc retenu l’offre de la société IDEX Energies, qui a créé une société dédiée à l’exploitation de la chaufferie, «Provinces Energie». Après deux ans de travaux, la nouvelle installation entrera en service dans quelques semaines. «Notre nouveau concessionnaire avait prévu de remplacer les quatre chaudières fuel/gaz par deux chaudières bois.

Celles-ci ont été livrées début décembre, mais il faut plusieurs mois pour les assembler et les raccorder au circuit.» L’équipement est secondé par deux chaudières gaz toute neuves qui peuvent assurer l’appoint lors des périodes les plus froides, le secours en cas de panne de la chaufferie bois, ou d’impossibilité de livraison du bois, par exemple par temps de neige.

Moins cher et plus vert Aujourd’hui, le bois doit permettre de couvrir 94 % des besoins en chaleur du quartier. A terme, les 6 % restants proviendront d’un système fréquemment utilisé dans les pays nordiques : l’hydroaccumulation. «Cette technologie consiste à coupler la chaudière avec une réserve d’eau chauffée à 90°C avec le surplus de chaleur produit par la chaudière pendant les heures creuses et à la restituer lors des périodes les plus froides de la journée ou en cas d’indisponibilité des chaudières bois. Cette technique permet de n’avoir

recours au gaz que de façon exceptionnelle.» Une technique rendue possible pour la réutilisation de trois cuves en béton isolées et enterrées, servant dans le passé, pour le stockage du fuel. «La dépollution de ces cuves faisait partie de l’offre du nouveau concessionnaire», précise la première adjointe. Premier avantage de ce procédé : la baisse des tarifs. «Le prix final du mégawatts/heure sera a priori autour de 45 € HT contre près de 78 € HT pour la saison 2006-2007 !», estime Geneviève Gosselin. Autre avantage non négligeable de l’installation des chaudières bois et du système d’hydroaccumulation : la réduction des émissions de gaz à effet de serre. En effet, les chaudières seront équipées de filtres permettant de récupérer les poussières des fumées, des plus grosses aux plus fines. Pour Liliane Loisel, maireadjointe au développement durable, «ces travaux favoriseront le passage de 10 000 tonnes annuelles de CO2 à moins de 500 tonnes» .

27


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

Travaux

11:23

Page 28

Le FJT devient l’Espace Temps

Les 158 chambres et les 7 studios de l’Espace Temps (ex-FJT) ont été entièrement renovés. De quoi accueillir les jeunes travailleurs dans des conditions idéales.

Plus de 3 M€ ont été mobilisés pour modernier l’Espace Temps.

Le Foyer des Jeunes Travailleurs a vu le jour en 1967. Un premier bâtiment, disposant de 73 chambres a été construit rue Maréchal Leclerc. Devant le succès rencontré par ce type d’hébergement, Presqu’île Habitat, propriétaire de l’ensemble, décide en 1974 de construire un second établissement de 90 chambres, rue Alexandre Trauner. Depuis, les deux immeubles n’avaient profité que d’une rénovation partielle il y a vingt ans. «Les locaux ont bien vieilli mais il faut avouer qu’ils ne correspondaient plus aux exigences des jeunes, reconnaît Benoît Arrivé, président de l’Espace Temps. L’équipement sanitaire, comprenant trois douches et deux WC, était installé sur le palier et desservait dix-huit chambres. Et les chambres étaient dépourvues de prise télévision et de connexion internet.»

Un outil pour l’insertion La réhabilitation devient, dès 2002, une nécessité. Les travaux sont estimés à 3,3 M€. «Il nous a fallu mobiliser tous nos partenaires, de la Communauté urbaine au Conseil général, en passant

28

par l’Etat et la Région. Sans oublier Presqu’île Habitat qui a mis sur ses fonds propres plus de 560 000 €», souligne le président de l’établissement. Les travaux se sont déroulés en deux temps. «Nous avons fermé l’un des deux établissements pour le rénover et avons procédé de la même manière avec le second. Cela nous a pris deux ans. Les travaux se sont achevés en octobre dernier.» Aujourd’hui, toutes les chambres disposent de sanitaires privatifs, d’une prise TV, du téléphone et d’internet. Les revêtements de sol et muraux ont été refaits ainsi que la plomberie, l’électricité et les dispositifs de sécurité. Le mobilier est neuf, les ascenseurs changés ou remis aux normes desservent chaque étage et sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Les anciennes chaudières fonctionnant au fuel ont été remplacées par des chaudières au gaz. Outre ses 158 chambres, l’Espace Temps dispose également de sept studios qui permettent aux jeunes qui le souhaitent de franchir une première étape avant d’accéder à un logement autonome.

«Nous sommes aujourd’hui des acteurs importants du logement, affirme Benoît Arrivé. Les parcours de jeunesse ont énormément évolué au cours de ces dix dernières années et les jeunes sont les premiers à souffrir des conséquences des problèmes économiques et sociaux. Pour accéder à un emploi ou effectuer une formation, la mobilité est devenue indispensable. Le logement est de ce fait un outil important et doit être accessible à tous». Contact : Espace Temps 33 rue Maréchal Leclerc. 02 33 78 19 78

L’Espace Temps en quelques chiffres - 50 employés et 3 M€ de chiffre d’affaires - 400 personnes accueillies en 2010 - 15 % de filles, 85 % de garçons - 30 % ont moins de 25 ans - 69 % viennent d’autres régions - 40 % ont une formation égale ou inférieure au CAP - 65 % sont en CDI


s

comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:23

Page 29

Horaires et numéros de téléphone Ville de Cherbourg-Octeville : E-Mail : mairie@ville-cherbourg.fr Site Internet : www.ville-cherbourg.fr

Les bibliothèques

Bibliothèque Jacques-Prévert

Hôtel de ville Place de la République BP 823 50108 Cherbourg-Octeville Cedex Tél. 02 33 87 88 89 Fax : 02 33 87 88 88 Mardi et jeudi : de 8h15 à 17h entre 12h15 et 13h30 uniquement Services Accueil, Etat-Civil, Population Lundi, mercredi, vendredi : de 8h15 à 12h15 et de 13h30 à 17h Samedi : de 9h à 12h (Services Accueil, Etat-Civil, Population et une permanence au Secrétariat Général) Services situés à l'hôtel de ville ou à proximité : Etat civil : 02 33 87 88 20 Population (élections, logement) : 02 33 87 88 22 Culture : 02 33 87 89 26 Services techniques : 02 33 87 88 90 Développement économique et commerce : 02 33 87 89 14 Point d'accueil insertion-centre : 02 33 01 50 60 Relations publiques et promotion : 02 33 87 88 30 Ressources humaines : 02 33 87 89 60 Service 3e âge 02 33 01 50 60 ou 02 33 01 50 71 Services financiers : 02 33 87 88 70 Service communication : 02 33 87 88 32

Mairie de la Butte

Centre culturel, 4 rue Vastel Tél. 02 33 23 39 40 Mardi, jeudi et vendredi : de 13h à 17h, Mercredi et samedi : de 9h à 17h

Place René Cassin Tél. 02 33 87 88 89 Fax : 02 33 87 87 30

Bibliothèque Raymond-Queneau

Du lundi au vendredi : de 8h15 à 12h15 et de 13h30 à 17h (Services Accueil, Etat-Civil, Population) Services situés à la mairie de la Butte ou à proximité : Etat civil : 02 33 87 87 32 Population (élections, logement) : 02 33 87 87 32 Citoyenneté : 02 33 87 87 26 Education : 02 33 87 87 33 Petite enfance et jeunesse : 02 33 87 87 43 Point accueil insertion : 02 33 87 87 06 Points associations : 02 33 87 87 56 Solidarité : 02 33 87 87 20 Sports : 02 33 87 87 07 Service d'hygiène et de santé : 02 33 87 87 60 Centre Communal d’Action Sociale rue Paul Talluau 02 33 01 50 60 Espace Brassens rue du G. de Gaulle 02 33 87 87 06

Piscine Chantereyne

Piscine de la Butte

Période scolaire Lundi de 12h à 13h30 et de 17h15 à 19h15 Mardi de 12h à 13h30 et de 17h15 à 19h Mercredi de 14h à 18h Jeudi 12h à 13h30 et de 17h15 à 19h Vendredi de 12h à 13h30, de 17h15 à 19h et de 20h30 à 22h Samedi de 14h à 18h Dimanche de 9h à 13h

Période scolaire Lundi de 17h à 18h15 Mardi de 12h à 13h30 et de 17h à 18h45 Mercredi de 15h à 17h Vendredi de 17h à 18h45 et de 20h30 à 21h45 Samedi de 10h à 11h45 et de 15h à 17h30 Dimanche de 10h à 12h15

Vacances scolaires Lundi de 14h à 18h Mardi de 12h à 18h Mercredi de 14h à 18h Jeudi de 12h à 18h Vendredi de 14h à 18h et de 20h30 à 22h Samedi de 14h à 18h Dimanche 31 octobre de 9h à 13h et de 15h à 18h

Infos pratiques

Vacances scolaires Lundi de 14h à 18h Mardi de 14h à 18h Mercredi de 14h à 18h Jeudi de 10h à 11h45 et de 14h à 18h Vendredi de 10h à 11h45 de 14h à 18h et de 20h30 à 21h45 Samedi de 10h à 11h45 et de 15h à 17h30 Dimanche de 10h à 12h15

Urgences : Hôtel de police, 2 rue Val de Saire. Tél. : 02 33 88 76 76 - Pompiers : 18 Police Secours : 17 - S.A.M.U : 15 - Secours depuis tous les portables : 112

Place de Bourgogne 50130 Cherbourg-Octeville Tél. 02 33 44 73 73 Lundi, mardi et vendredi : de 16h à 18h Mercredi : de 10 à 12h et de 13h à 17h

Bibliothèque des Sciences 21, rue Bonhomme Tél. 02 33 53 28 06 Mercredi et vendredi : de 14h à 17h Samedi : de 9h30 à 11h et de 14h à 16h30

Les musées

Musée d'Art Thomas-Henry 4, rue Vastel Tél. 02 33 23 39 30

Muséum Liais Parc Emmanuel Liais Tél. 02 33 53 51 61

Muséum de la Libération Fort du Roule Tél. 02 33 20 14 12 Jusqu’au 30 avril, les musées sont ouverts du mardi au dimanche de 14h à 18h.

Police municipale et objets trouvés

22 rue de la Bucaille Tél. : 02 33 10 05 10 Du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à 17h

Suggestions, idées, réclamations... : la ville est à votre écoute au Numéro vert : 0 800 050 100 29


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

Retour sur

11:24

Page 30

Cherbourg-Octeville en images

11 décembre 19 décembre

La laïcité s’épanouit au jardin public

Le Père Noël descend de son bateau

Début décembre, un nouveau pensionnaire a fait son apparition au jardin public : un chêne de la laïcité, planté par Bernard Cazeneuve et Yvan Dupont, conseiller municipal à l’embellissement, dans le cadre de l’opération nationale «Aux arbres citoyens». Objectif : continuer de défendre la séparation de l’église et de l’Etat. En guise de conclusion à cette cérémonie, Bernard Cazeneuve a souhaité longue vie à ce chêne, «qu’il vive plus longtemps que nous tous et beaucoup moins longtemps que la laïcité.»

Les illuminations et les chalets l’annonçaient depuis quelques jours, tout comme les animations de Noël qui égayaient les rues du centre-ville : le 19 décembre dernier, le Père Noël a débarqué à Cherbourg-Octeville, accompagné des sirènes du bateau pompe des marins pompiers. Malgré le froid et la neige, une centaine de personnes avait fait le déplacement pour suivre la carriole du Père Noël et sa traditionnelle distribution de friandises.

30

7 janvier

Une nouvelle affiche pour le carnaval Le comité carnaval a lancé un concours pour l’affiche de son événement phare. Une compétition qu’il n’avait pas organisée depuis deux ans et qui a rencontré un franc succès. «Nous avons reçu 25 propositions», se réjouit Christian Pineau, le président de l’association. «La composition d’Amélie Macé a été retenue. Son travail respectait l’ensemble des critères et a séduit le jury», poursuit Christian Pineau.


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:24

Page 31

Cherbourg-Octeville en images

r

22 et 23 janvier

rnaval

Les aînés fêtent les rois

rs e.

Les goûters des rois des aînés ont rassemblé, les 22 et 23 janvier derniers, près de 750 participants dans une ambiance animée. Réservés aux Cherbourgeois-Octevillais de plus de 60 ans, les deux après-midi ont permis aux anciens de déguster en toute convivialité la galette des rois, au son du top 50 joué par l’orchestre Armada, et en compagnie de Bernard Cazeneuve. Les invités ont ainsi pu dialoguer en toute simplicité avec leur maire. Le samedi comme le dimanche, la personne ayant trouvé la fève en or cachée parmi les 20 fèves mises en jeu a reçu un coffret gourmand…

t o-

le

Retour sur

26 janvier

27 janvier

L’action bucco-dentaire dans les écoles

Le conseil municipal visible sur internet

Dans le cadre des actions de sensibilisation à l’hygiène bucco-dentaire menée par la Ville, des séances de dépistage des caries ont été organisées du 10 janvier au 11 février dans cinq écoles élémentaires de Cherbourg-Octeville, pour les enfants de CE1, CE2 et CM2. Une action instaurée en 2006 et qui s’élargit chaque année à de nouveaux établissements. Parallèlement, le brossage des dents après le déjeuner a été mis en place dans huit restaurants scolaires.

Afin de permettre au plus grand nombre d’assister aux débats de la collectivité, la Ville met désormais en ligne le film du conseil municipal sur son site internet www.ville-cherbourg.fr. «Le conseil municipal est mis en ligne dans son intégralité, explique Bernard Cazeneuve, le Député-Maire. Mais il est chapitré par délégation : l’internaute n’est pas obligé de le regarder en entier et peut aller directement aux sujets qui l’intéressent.»

31


comagazine137:comagazine106.qxd

02/02/2011

11:24

Page 32


Mag de Cherbourg-Octeville, février 2011