Issuu on Google+

Solidaires Le liv r e b l a n c d e l a p o l i t i q u e municipale de solidaritĂŠ

Vill e de

MCO-LIVRE BLANC SOLIDAIRES 12p V2.indd 1

-O c

tev il

le

2010-2014

Cherbo

urg

14/10/10 14:41


Préambule Au moment où la crise économique met en exergue la dure réalité de la précarité dans notre pays, au moment où les prospectives démographiques conduisent à une inévitable adaptation des politiques publiques, au moment où les systèmes de protection sociale montrent leurs limites, au moment où les collectivités locales subissent des pertes de financements et où l’action sociale n’a jamais été autant décentralisée, les communes se doivent d’assumer aux côtés des départements un rôle majeur. L’action sociale des communes est fortement liée à des contingences de gestion d’équipements ou de services de plus en plus pointus, comme les EHPAD par exemple. Toutefois, elle doit aussi se déployer dans une logique de développement social local, d’animation de réseaux, de services accessibles, réactifs et de proximité. Cette démarche nécessite une connaissance fine des besoins de notre population, pour aujourd’hui, mais aussi pour demain. En cela, l’analyse des besoins sociaux est un outil précieux. Grâce à l’action du CCAS, mais aussi de nos espaces solidaires, nous voulons montrer notre attachement à l’égal accès de tous aux droits fondamentaux, à une vie décente et nous souhaitons faire en sorte que Cherbourg-Octeville soit une ville dans laquelle la solidarité est une valeur partagée. De nouvelles formes de partenariat et de mutualisation avec le monde associatif, les acteurs institutionnels et les autres collectivités locales devront sans doute voir le jour car les enjeux à relever sont de taille.

Beaucoup de nos concitoyens se sentent fragiles, vulnérables, quand ce n’est pas isolés ou exclus. Notre société doute d’elle-même. Les parents se disent que leurs enfants vivront moins bien qu’eux... Et une question se pose à chacun d’entre nous : l’individualisme qui ne cesse de se renforcer n’est-il pas au cœur des difficultés contemporaines ? Cette question nous renvoie en fait à une autre question : la prise en compte des difficultés individuelles des plus faibles et des plus démunis peut-elle s’inscrire dans une politique générale de justice et de solidarité ? L’équipe municipale et les services de la Ville sont convaincus qu’apporter la justice sociale et la solidarité de la collectivité peut se faire en personnalisant les réponses et en agissant au plus près de chacun. C’est tout le sens du travail que nous avons engagé de manière collective, transversale et participative, nous conduisant à la rédaction de ce livre blanc « Solidaires ».

« Solidaires », c’est le titre du présent livre blanc et je souhaite qu’il témoigne de notre ambition en matière de solidarité et offre bonheur, espoir et mieux vivre à nos concitoyens.

Ce travail a pu être mené avec le tissu associatif de notre territoire qui apporte bien plus qu’un soutien à nos politiques de solidarités. Cette richesse associative est une force d’expertise, de propositions, d’actions qui nous permet de construire tous ensemble (élus, services de la ville, associations, citoyens) une ville équilibrée, accessible à tous et où l’individu est au centre de toutes les préoccupations !

Le Député-Maire, Bernard Cazeneuve

Le Maire-Adjoint aux solidarités et à la cohésion sociale Frédéric Bastian

Toutefois, je réaffirme ma confiance aux équipes municipales pour œuvrer au quotidien auprès des publics les plus vulnérables.

MCO-LIVRE BLANC SOLIDAIRES 12p V2.indd 2

14/10/10 14:41


Sommaire

L’ambition et la démarche La politique en faveur de nos aînés La lutte contre la précarité La promotion de la santé Le développement social du territoire

MCO-LIVRE BLANC SOLIDAIRES 12p V2.indd 3

14/10/10 14:41


L’ambition et la démarche Le précédent mandat municipal (2001-2008) a été l’occasion pour la municipalité de Cherbourg-Octeville d’organiser sa politique d’action sociale au travers d’un plan pour une ville solidaire et fraternelle. À l’issue du mandat, ce plan a été évalué et la nouvelle équipe municipale a souhaité formaliser un nouveau projet. Le CCAS a conduit une analyse des besoins sociaux, véritable outil d’aide à la décision, permettant d’évaluer les besoins, de vérifier l’adaptation des réponses, de fixer des priorités et enfin de prendre les orientations budgétaires adéquates. La rédaction du présent livre blanc des solidarités à CherbourgOcteville est l’aboutissement d’une démarche collective, qui se veut pragmatique et repose sur les postulats suivants :

La solidarité au cœur du mandat municipal, comme une des priorités municipales sur les quatre années à venir :

e n refondant les modes de travail et les pratiques professionnelles.

e n apportant des réponses personnalisées, adaptées aux projets de vie des publics et garantissant les droits fondamentaux.

e n passant de l’action sociale au développement social territorial et partenarial.

e n observant, en analysant les besoins sociaux et en évaluant régulièrement l’efficacité des politiques mises en œuvre.

2

MCO-LIVRE BLANC SOLIDAIRES 12p V2.indd 4

14/10/10 14:41


Des femmes, des hommes, des équipements et des budgets mobilisés au service du projet : Pour conduire ce projet, l’équipe municipale peut s’appuyer sur les compétences et l’expérience des agents du CCAS et municipaux qui composent en partie la Direction Générale de la Cohésion Sociale et de l’Egalité des Chances. La diversité des métiers et l’adaptation continue par la formation, notamment des pratiques professionnelles, sont la clé de voûte de la mise en œuvre pragmatique du projet politique et son incarnation pour les publics aidés. Par ailleurs, chaque orientation de la politique municipale fait l’objet d’un mode de gouvernance basé sur la co-construction du projet entre les acteurs internes (élus, agents) et externes (associations, institutions, usagers). C’est pourquoi un certain nombre d’instances (comité de pilotage accessibilité, conseils de vie sociale, commissions de travail…) existent. Pour mettre en œuvre le projet municipal de solidarité, la ville et son CCAS inscrivent des crédits de fonctionnement de l’ordre de 8 440 000 € par an.

Quatre grands axes d’intervention : Le projet est décliné en quatre chapitres, comprenant chacun trois orientations et des objectifs qui seront ensuite précisés dans des fiches actions.

La en q ville ue chif lques 40  fres : hab itan 288 ts a u de rec ens em rnier ent 2

6 %

de m oi 0a ns e ns t

de 2

17 

%d

de 6

e pl us ns

5a

MCO-LIVRE BLANC SOLIDAIRES 12p V2.indd 5

14/10/10 14:41


La politique en faveur de nos aînés Le label « Bien vieillir-vivre ensemble » remis à la ville en février 2010 par la secrétaire d’Etat chargée des Aînés témoigne de notre volonté de prendre en compte la place croissante d’un 4e âge aux côtés du 3e âge et de répondre aux problématiques liées à cette évolution démographique que rencontrent non seulement notre ville mais aussi notre pays. L’augmentation du nombre des plus de 60 ans, et surtout l’accroissement parallèle du nombre de personnes âgées dépendantes, dont 2/3 d’entre elles vivent à leur domicile, posent trois problématiques qui ne sont pas nouvelles, mais dont les enjeux s’imposent plus lourdement à la collectivité. Il s’agit en effet de répondre à l’isolement et à la perte de liens sociaux d’un nombre croissant de personnes âgées, de faire face à l’augmentation de la population âgée vivant à domicile et d’accueillir en établissement spécialisé les personnes âgées dépendantes, ayant des revenus qui s’amenuisent. En effet, les revenus des seniors diminuent, résultat d’un double phénomène : la baisse du montant des retraites et le vieillissement de la population précaire.

Face à ces trois problématiques, la ville s’engage dans trois orientations fortes : Favoriser les réseaux de socialisation et de solidarité : il s’agit

d’impliquer plus les aînés dans la vie de la cité en aidant à la mobilité et aux déplacements, en développant une offre culturelle et de loisirs adaptée, en développant les solidarités intergénérationnelles.

Accompagner le maintien à domicile en optimisant le fonctionnement de notre service d’aide à domicile, en développant la palette des prestations et en accompagnant l’adaptation de l’habitat.

Accueillir dans des structures d’hébergement en offrant des parcours résidentiels adaptés à domicile, dans nos foyers logements, dans notre EHPAD ou encore au sein de l’accueil de jour Becquerel. Sur ce point, la construction de l’EHPAD public sur les Hauts de Quincampoix témoigne de l’engagement de la municipalité à garantir une offre d’hébergement à des tarifs abordables dans une structure publique. Les familles des résidants sont associées à la vie des établissements et chacun est informé de la qualité du service qui y est proposé.

4

MCO-LIVRE BLANC SOLIDAIRES 12p V2.indd 6

14/10/10 14:41


La problématique en quelques chiffres : En France, les plus de 60 ans représentent aujourd’hui

21 % de la population. Ils seront 33 % en 2050. A Cherbourg-Octeville : • Les personnes de plus de 60 ans sont 8 010 en 2010 et seront 8 520 en 2015. • Le taux de vieillissement de la population (+ de 75 ans/- 20 ans) est de 0,36. Ce taux est conforme à la moyenne nationale mais très élevé dans certains quartiers comme le centre-ville ou le quartier Divette. • Les personnes âgées en situation de dépendance augmentent de 19,6 % sur la période 1999-2015. • ¼ des personnes âgées dans les établissements de la commune perçoivent l’aide sociale du Conseil général. • Le revenu mensuel fiscal médian des + de 75 ans est de 1 200 € par unité de consommation.

MCO-LIVRE BLANC SOLIDAIRES 12p V2.indd 7

14/10/10 14:41


La lutte contre la précarité Travailleurs pauvres et pauvreté institutionnelle sont les deux dimensions majeures de la précarité aujourd’hui en France et dans notre ville. Avoir un emploi ne met plus à l’abri de la pauvreté et ne pas en avoir est synonyme de grande précarité. Notre ville n’est pas épargnée par ce phénomène relativement récent. L’accroissement du nombre de familles monoparentales (près de 30 % des familles dans certains quartiers), le taux de chômage des jeunes (26 % pour les hommes de 15-24 ans et 36 % pour les femmes du même âge), le fort pourcentage de bénéficiaires des minima sociaux, le faible revenu médian des ménages chez les trentenaires (inférieur à 1 000 € mensuels), la forte proportion de bénéficiaires de l’aide au logement sont autant d’indicateurs d’une précarité persistante dans notre cité sur le plan du logement, des revenus et de l’emploi. Les jeunes et les familles monoparentales sont plus particulièrement touchés par cette précarité. L’absence d’emploi ou une activité professionnelle seulement à temps partiel sont aujourd’hui la source principale de la pauvreté des Cherbourgeois-Octevillais.

Dans ce contexte, la municipalité doit réaffirmer sa solidarité auprès des plus démunis. Elle répondra à ces situations nouvelles en adaptant ses politiques de la façon suivante : Favoriser l’accès et le maintien dans le logement comme elle le fait déjà

à travers la lutte contre l’habitat indigne ou la coordination de l’urgence et l’intensification de sa politique sociale d’aide au logement.

Développer  une politique municipale de l’emploi et de l’insertion pour les publics les plus vulnérables notamment au travers d’un soutien aux projets

d’économie solidaire, de la mise en œuvre de clauses d’insertion dans nos marchés et du développement avec nos partenaires, comme la Maison de l’Emploi et de la Formation, de projets innovants.

C  oordonner la politique des aides d’urgence en faisant évoluer les dispositifs actuels vers plus d’équité et plus d’efficacité, en optimisant la coordination des différents dispositifs d’aide alimentaire.

6

MCO-LIVRE BLANC SOLIDAIRES 12p V2.indd 8

14/10/10 14:41


La problématique en quelques chiffres, à Cherbourg-Octeville : 20,3 % des familles de la ville étaient en situation de monoparentalité en 2007, contre 16,3 % en 1999. Le taux de chômage des 15-64 ans est de 17,6 %, mais atteint 37,6 % dans certains quartiers. Le chômage touche surtout les jeunes (environ 30 % des 15-24 ans) et les femmes (19, 6 % des femmes de 15 à 64 ans contre 15 % chez les hommes). Le salaire net moyen des salariés domiciliés sur la ville est à peine de 1 700 € par mois.  Entre 2000 et 2007, les bénéficiaires des minima sociaux ont augmenté de 19,6 %. Ces bénéficiaires représentent 17 % des ménages, contre 8 % pour le département et plus des 2/3 d’entre eux vivent sous le seuil de pauvreté.  revenu annuel médian est de 14 339 € pour la ville, mais il est Le seulement de 7 200 € sur certains quartiers. Seuls

42,4 % des ménages sont imposés.

45 % des ménages allocataires perçoivent une aide au logement, contre 28 % pour le département. La part des logements sociaux parmi les résidences principales est de 48 % à Cherbourg-Octeville.

MCO-LIVRE BLANC SOLIDAIRES 12p V2.indd 9

14/10/10 14:41


La promotion de la santé Troisième axe de la politique de solidarité : la promotion de la santé. « Nous voulons faire de la ville le lieu privilégié pour expérimenter et diffuser la politique de la santé pour tous ». Cherbourg-Octeville veut devenir une ville où la prévention, l’éducation pour la santé mais aussi la qualité de l’environnement, du logement, des relations sociales contribuent au mieux vivre de chacun. C’est cette approche qui se fonde sur une appréhension positive et très large de la santé, présentée par l’OMS, que la Ville de Cherbourg-Octeville souhaite retenir. En une phrase, être « bien dans sa tête, bien dans son corps, bien dans sa vie, bien dans sa ville ». Parallèlement, Cherbourg-Octeville veut renforcer à l’avenir son offre de soins en direction de tous, et notamment des publics les plus vulnérables, et privilégier la prévention.

Pour y parvenir, la ville va poursuivre son effort et : Accompagner le développement et la coordination de l’accès aux soins sur le territoire en facilitant par exemple l’implantation de pôles de santé libéraux ou le développement de la permanence d’accès aux soins pour les plus démunis, mise en place par le Centre Hospitalier Public du Cotentin. Agir en faveur de la santé pour tous et de la réduction des inégalités :

que à ce titre, des actions spécifiques et ciblées sont conduites comme l’accompagnement mati res, é l b o f r de la périnatalité, la prévention des conduites à risques, l’accessibilité des services La p ues chif ville : uelq g-Octe publics aux personnes en situation de handicap, l’implantation de défibrillateurs q n e ville ur de la erbo et la formation du public aux gestes de secourisme, la santé bucco-dentaire des x h u t C ia in à soc tte enfants... surés . Ce taux a es. s a s  % de e la CMUC s prioritair 8 1 • r d cient uartie 3 ans bénéfi sur les q Accompagner les campagnes de prévention : en particulier ins de o % m   e 8 3 UC. nts d sur des sujets qui semblent primordiaux comme la santé sexuelle, le cancer a f M n C e n lté e par la 3 des du sein ou les maladies cardio-vasculaires. consu t • 1/ st couvert n o . e ille e la v édecin iaux d r an un m c o s cin pa és méde assur 9 fois e d’un 2016, • Les oyenne 0, s o p is n m ville d bitants. E Ordre ui, la l’ ha ’h e d d 9 r il u 7 e jo • Au ste pour 7 s du Cons , il y aura n e ali génér s projectio la Manch 1 052 e le ur d n o s p lo se t, decin néraliste é m s temen de cin gé r le dépar t de e d é en un m ants. Su ellem habit x est actu habitants. ce tau r 1 287 u 1 po

8

MCO-LIVRE BLANC SOLIDAIRES 12p V2.indd 10

14/10/10 14:41


Le développement social du territoire L’Opération de Renouvellement Urbain a permis de requalifier les logements, les espaces publics ainsi que les équipements publics du secteur Provinces/AmontQuentin. Toutefois, si son impact est extrêmement fort sur ces quartiers, il est moins visible sur d’autres secteurs fragiles. En outre, l’intervention sur le bâti, bien que capitale, n’apporte pas toutes les réponses aux difficultés que rencontrent les habitants. Il importe donc de développer une politique visant à maintenir et à déployer le lien social, parfois ténu, qui existe dans certains quartiers. Parallèlement, il faut tisser de nouveaux liens entre ces quartiers et le reste de la ville. C’est sur ces actions privilégiant la rencontre, l’animation, l’accessibilité des services que la ville veut construire une nouvelle politique sociale du territoire. Elle passe par :

La mise en œuvre de contrats de projets des espaces solidaires. Les contrats de projets présentent des enjeux communs aux trois espaces et des enjeux spécifiques aux quartiers sur lesquels ils rayonnent, comme le soutien à la parentalité, l’image et la cohésion du quartier, la lutte contre l’isolement, le lien social entre les générations, la solidarité entre les habitants...

L’accompagnement des acteurs du développement social territorial et de la politique de la ville qui passe par l’optimisation du suivi et du soutien associatif apporté par la ville.

La problématique en quelques chiffres, à Cherbourg-Octeville : Les quartiers prioritaires de la politique de la ville sont au nombre de trois : Amont-Quentin/Provinces, Maupas/ Brèche du Bois et Charcot Spanel/Les Fourches. Ils sont tous les trois dotés d’un espace solidaire et le logement social y représente plus de 9 logements sur 10. Ces quartiers prioritaires sont marqués par la pauvreté et la précarité de leurs habitants, mais constituent des quartiers dynamiques sur le plan de l’offre de services associatifs ou institutionnels et sur celui de la vie de quartier.

La mise en œuvre des projets de développement social à l’échelle du quartier pour

favoriser le mieux vivre ensemble, en inter-quartiers pour faciliter les rencontres citoyennes, et au-delà dans une logique transversale et de mise en réseaux.

9

MCO-LIVRE BLANC SOLIDAIRES 12p V2.indd 11

14/10/10 14:41


BP 823 - 50108 CHERBOURG-OCTEVILLE Centre Communal d’Action Sociale BP 67 - 50130 CHERBOURG-OCTEVILLE

Vill e de

MCO-LIVRE BLANC SOLIDAIRES 12p V2.indd 12

-O c

tev il

le

SPINNAKER • 02 33 44 62 72

02 33 87 87 06 mairie@ville-cherbourg.fr

Cherbo

urg

14/10/10 14:41

SPINNAKER • 02 33 44 62 72

© photos : Marie Berger, Jean-Michel Enault, Atelier Brunel

Direction Générale de la Cohésion Sociale et de l’Egalité des Chances


LIvre blanc de la Solidarité