Issuu on Google+

COUVERTURE VILLE-ANDON DEF

30/03/10

14:40

Page 1

la Ferme Auberge 22170 Plélo Tél. : 02 96 74 21 77 www.lavilleandon.com

Ville Andon l’album des 30 ans

Ferme Auberge Paimpol

1978 – 2008 PLÉLO vers Brest

Binic

Guingamp Chatelaudren

vers St-Malo

SaintBrieuc vers Rennes

PLÉLO Rennes


COUVERTURE VILLE-ANDON DEF

30/03/10

14:40

Page 2

la

Ferme Auberge

Ville Andon 1978 2008

l’album des 30 ans


SOMMAIRE Bienvenue à la Ville Andon ..............................4 La Ville Andon, une maison, une histoire ......5 La résidence d’une famille noble ..........................7 La metairie de la Ville Andon ..............................8 De la ruine à la renaissance ................................9 La fondation de la ferme auberge .......................11 Un lieu pour accueillir ......................................12 La tradition du cidre.........................................14 Ici on fait l’andouille (de père en fils) .........................15

Un lieu ouvert au spectacle vivant .................16 1977, le premier Fest Noz ....................................17 Faire vivre un lieu ..............................................18 1998, vingt ans déjà….........................................19 Du théâtre en gallo...........................................20 De petits riens en « Petits Riens »… .....................21 Paroles d’hiver ..................................................24 Ils sont venus ....................................................26

Les expositions à la Ville Andon ...................29 Les allumeurs d’images .......................................30 Les peintres de la galerie Ombre et Lumière ........31 1992 – Éric Brault .............................................32 1993 – Loïc Barbotin .........................................33 1994 – Jean-Pierre Baillet ..................................34 1995 – Janick Dupont, Motoaki Higashino ..........35 1997 – Maya Memin ............................................36 1998 – Serge Ozenne ...........................................37 1999 – Yvon et Anne-Marie Olivier-Henry ..........38 2000 – Jean-Claude Charbonnel.........................39 2001 – Rodolphe Le corre ..................................40 2002 – Le groupe Cairn ......................................41 2003 – Heinz Altenhöfer ....................................42 2004 – Yvon Daniel ...........................................43 2005 – René Guignard ........................................44 2006 – Hervé Grespel .........................................45 2007 – Bruno Lavele ..........................................46


2


La Ferme auberge célèbre en 2008 ses trente années d’existence. À l’occasion de cet anniversaire avec tous leurs amis, Marie-Claire et Hervé Caillebot ont souhaité réaliser cet album de souvenirs afin de vous offrir une image de ce qu’est cette maison. Ces quelques mots sont là pour vous inviter à rechercher l’esprit de ce lieu. Pour vous inviter à partir à la rencontre des gens qui s’y sont succédé depuis plusieurs siècles, du manoir à la métairie puis à la ferme–auberge. La Ville Andon : une maison, une histoire … On y vient manger, en groupe ou en famille principalement des plats réalisés avec des produits tirés de la ferme familiale. La Ville Andon, c’est un lieu pour être ensemble.

Bienvenue à la Ville Andon !

Un lieu ouvert au spectacle vivant, et cela depuis la fondation de la ferme–auberge il y a trente années ! Aux fest noz ont succédé les pièces de théâtre en gallo, puis des conteurs. Des formations musicales de toute taille et de tout genre. La Ville Andon, c’est cela. Le grenier de la Ville Andon, c’est aussi un lieu d’expositions où chaque été des artistes de Bretagne et d’ailleurs viennent montrer leurs créations, sous la charpente ancienne de ce qui fut la chambre seigneuriale du manoir. Être ensemble dans la bonne humeur autour d’une table, mais aussi participer à la vie d’un pays en s’ouvrant à la création : telle est l’ambition qui se manifeste à chaque instant dans ce lieu. Que le passage en cette maison vous soit un moment de joie, de découverte et d’amitié.

3


4

a Ville Andon une maison, une histoire Deux vues aériennes de la Ville Andon. La structure de l’ancien manoir se lit parfaitement : au centre la salle du manoir ; à droite la salle basse avec au-dessus la chambre du seigneur ; à gauche la cuisine. Les anciennes étables ont été transformées en résidence dès 1947. Les alentours ont été progressivement aménagés.


Une maison, une histoire

Dessins d’Alain Kerdraon.

Vue de l’arrière du bâtiment.

Le manoir a traversé six siècles. Avant de devenir une ferme-auberge, la Ville Andon a d’abord été un manoir, puis l’une des grandes métairies de la paroisse de Plélo. Elle est typique de ce qu’était une habitation noble du début du XVe siècle, époque à laquelle elle fut édifiée par une famille noble bien connue à Plélo, les Botrel. Au centre du bâtiment, la salle du manoir a conservé sa grande cheminée, ses embrasures de fenêtres et ses quatre portes, dont l’une ouvre sur un escalier à tourelle. À l’origine, cette salle de prestige s’élevait jusqu’à la charpente, avant qu’un plafond n’en diminue le volume, au XVIIe siècle. À l’est, la salle basse a gardé sa cheminée et son évier ancien. Au-dessus, à l’étage, l’ancienne chambre seigneuriale fait aujourd’hui place à la galerie d’exposition de la ferme-auberge et sa remarquable charpente. À l’ouest, l’ancienne cuisine, de facture plus récente, est la seule pièce à receler une cheminée en pierre.

La cuisine

La salle du manoir

La façade

La salle basse

5


l a r é s i d e n c e d ’ u n e f a m i l l e n o b l e La façade principale : comme de nombreux manoirs bretons anciens, la Ville Andon possède des souches de cheminées octogonales, très caractéristiques des manoirs gothiques du XV e siècle.

6

La façade arrière du bâtiment : les circulations vers l’étage se font par deux tourelles d’escalier.


Une maison, une histoire

La charpente de l’ancienne chambre seigneuriale a conservé en partie sa structure primitive.

Avec son porche d’entrée reconstruit au XVIII e siècle, son fournil extérieur et son four, sa cour fermée de bâtiments, la Ville Andon conserve encore en 1906 l’allure de ce qu’elle fût tout d’abord : la résidence d’un petit noble du Goëllo (dessin de Frotier de la Messelière).

7

Les restes d’une plaque de fond de cheminée, avec les armes des Bréhand et des Quelen, soutenues par deux licornes (aujourd’hui dans la salle basse).


Vers 1900, Pierre Henry et Marie Corbel. Elle porte la grande coiffe qu’on portait à Plélo, dite aussi « coiffe de cérémonie ».

En 1751, Guillaume Corbel et Madeleine Le Batard prennent la ferme qui restera désormais dans la même famille durant deux siècles et demi. Le 18 messidor au VII (1799), la terre est vendue comme bien national et acquise par Guillaume Corbel, qui de fermier en devient propriétaire. Au fil des siècles, riche de son domaine agricole, le manoir noble a pris vocation de métairie où se sont succédées plusieurs générations de fermiers, puis d’agriculteurs. Dans les années 1950, le corps principal du bâtiment a même été transformé en étable, la maison d’habitation étant aménagée en face, de l’autre côté de la cour intérieure, dans d’anciennes dépendances.

l a m é t a i r i e d e l a v i l l e a n d o n

8

La Ville Andon dans les années de la guerre : vaches et cochons dans la cour.


Une maison, une histoire

Vers 1940. Les quatre enfants de Pierre Henry et d’Anne-Marie Lecoqu : Marie l’ainée et l’héritière de la Ville Andon, Jean, Marthe et Yvonne.

En 1965, la ferme de la Ville Andon a cessé d’exister en tant qu’exploitation agricole indépendante. Les toitures étaient alors en ruine et le bâtiment menaçait de s’effondrer.

9

d e l a r u i n e à l a r e n a i s s a n c e


l a f o n d a t i o n d e l a f e r m e a u b e r g e 10 Au début des années 1970, la Ville Andon ressemblait à un grand vaisseau abandonné, proche du naufrage. La majeure partie de la toiture, ainsi que les plafonds de torchis s’étaient effondrés. La végétation commençait à reprendre le dessus et des arbres s’étaient mis à pousser dans la salle principale, à ciel ouvert. C’est Pierre Corbel, l’aîné des enfants, à l’époque étudiant en histoire, qui a attiré l’attention de la famille sur la valeur de ce patrimoine. Il a été entendu. Une première campagne de sauvetage, en 1971, a permis de mettre les murs hors d’eau. Puis des artisans locaux ont coiffé le bâtiment principal d’une nouvelle toiture en 1974. À l’époque, attirés ici par le charme de ces vieilles pierres, les jeunes de Châtelaudren, commune voisine de Plélo, ont organisé un premier fest-noz dans la cour du vieux manoir.


Une maison, une histoire

Isidore et Marie Corbel à Kerprat dans les années 60, avec leurs quatre enfants Pierre, Marie-Claire, Philippe (qui a repris la ferme de Kerprat) et Yves.

Lors de ce sauvetage, Marie et Isidore Corbel, les propriétaires des lieux, se sont posé la question de l’avenir de cette bâtisse. C’est Michel Le Goff, alors secrétaire du Sivom, le syndicat intercommunal de ChâtelaudrenPlouagat qui a fait germer l’idée d’une ferme-auberge. Ce type d’accueil à la ferme commençait, grâce à sa simplicité et à son authenticité, à faire ses preuves en Bretagne.

1978 : les débuts de la fermeauberge. Marie et Isidore Corbel ont pris leur décision : la Ville Andon deviendra une ferme-auberge. Ils y mettent une condition : que leur fille, Marie-Claire, et leur gendre, Hervé Caillebot, s’associent à ce projet pour d’abord les accompagner, puis reprendre l’affaire et poursuivre seuls l’aventure. 1989 : le passage de relais entre générations.

11


u n l i e u p o u r a c c u e i l l i r

12

La grande salle de la Ville Andon est transformée pour accueillir une clientèle nombreuse et fidèle. Pas spécialement versée dans la restauration, Marie s’est dit qu’elle allait maintenant devoir « faire la cuisine comme pour un grand battage ». Secondée par Hervé Caillebot, avec l’appui de bonnes cuisinières de la région, elle a d’abord essayé plusieurs recettes : hure au four, poule au riz, lapin au cidre… Mais ce sont l’andouille et le poulet au cidre qui ont fini par s’imposer comme les deux spécialités de la maison. Les volailles sont élevées à Kerprat, sur la ferme familiale, par Philippe Corbel, le cadet des enfants de Marie et Isidore. Les poulets sont abattus sur place, avant de venir mitonner sur les fourneaux de la Ville Andon.


Une maison, une histoire

Aux fourneaux : Erwan Corbel et Hervé Caillebot.

Pour le service, la ferme-auberge a fait appel aux jeunes de la région, étudiants et autres stagiaires en hôtellerie. Des dizaines d’entre eux sont venus passer là leurs weekends et des mois d’été. Pour la partie cuisine et élaboration des produits, Hervé Caillebot est aujourd’hui secondé par Erwan Corbel... L’un des nombreux petits-enfants de Marie et Isidore.

13


À la Ville Andon comme dans les autres fermes-auberges, on s’efforce de proposer aux hôtes les produits de l’exploitation. Le cidre est fait avec les pommes du verger, mis en bouteilles sur place et conservé au frais dans le cellier. Les légumes proviennent en grande partie du i o n jardin qui se trouve à l’arrière du bâtiment.

l a t r a d i t d u c i d r e

14


Une maison, une histoire

15

i c i o n f a i t l ’ a n d o u i l l e

Dans la grande cheminée de la salle à manger fument les andouilles. L’andouille–purée du samedi a ses adeptes, qui se damneraient plutôt que d’en être privés !

( d e p è r e e n f i l s … )


Placée sous le signe d’un premier fest-noz organisé par les jeunes de Châtelaudren, la Ville Andon est restée, tout au long de ces trente années, un lieu ouvert au spectacle vivant. En 1979, la harpiste bretonne Kristen Noguès a inauguré le premier concert officiel du lieu. Peu après, d’autres noms, devenus illustres, lui ont emboîté le pas. Comme le pianiste Didier Squiban, qui évoluait à l’époque au sein de Jazz Forum et disait alors toute son admiration pour le saxophoniste américain John Coltrane. Le chanteur et conteur Patrick Ewen est venu (et souvent revenu) tenir le public en haleine avec ses histoires des Monts d’Arrée à dormir debout. Au début des années 1980, le public de la Ville Andon a bien ri en écoutant Fernand l’Éclair (ex-Matthieu Donnart Street), trois jeunes musiciens brestois malicieusement inspirés par le Stade Brestois ou le projet nucléaire de Plogoff. Dans une région où tout le monde parle ou comprend cette langue, la ferme-auberge a aussi fait place au renouveau de la musique (la Teurta Tantine) et du théâtre gallo.

n lieu ouvert au spectacle vivant 16

Autour de Marie, les crêpières, lors du premier fest-noz.


Spectacle vivant

1 9 7 7 p r e m i e r f e s t N o z

17

En haut : Baron et Anneix. Milieu : les trois frères Morvan.


f a i r e v i v r e u n l i e u

18

La ferme-auberge fête ses 20 ans En juin 1998, la ferme-auberge a fêté ses vingt ans. Vingt de dépendage d’andouilles non-stop et d’accueil d’artistes en tout genre. Un public familial a commencé à affluer dès le début d’après-midi. Il s’est assis dans l’herbe, au pied de la tourelle, à l’arrière du manoir pour apprécier les danses africaines et les percussions du groupe Kouli-Balai. Puis tout le monde a fait le siège de la cour intérieure où pour l’occasion, le gravier avait été recouvert d’un grand parquet, surmonté d’une scène. Là, le clown Jean Lucas a fait le spectacle, en jouant « Les aventures de Monsieur Wilson ». Puis Patrick Ewen a sorti son violon et des contes sortis de derrière les fagots du centre Bretagne.


Spectacle vivant

v i n g t a n s d é j à … Et la nuit est tombée. Pour le coup, Benoît Quéro, Fred Renno et leurs amis des Allumeurs d’images – toute l’équipe du Safari lumière – avait éclairé la façade de la Ville Andon. Attirés par cette lumière inhabituelle, des centaines de papillons de nuit ont fait cercle dans la cour. Ils ont dansé au son d’un fest-noz animé par des sonneurs de renom comme Veillon-Riou, Yann Bars, le groupe Strobinell… Ou encore la musique zouk des Rennais de Tout va bien. Ce soir-là, la sono, c’était l’affaire de Michel Caous, un pro… et encore un gars de Plélo.

19

Philippe Becker et Gwenn Le Doré.


Les S’mous d’orties, une troupe de Plédéliac en Penthièvre.

d u t h é â t r e e n g a l l o 20 Johnny Perpet.

Depuis 2001, la Ville Andon accueille les artistes programmés par l’Office départemental de développement culturel des Côtes-d’Armor (ODDC), lors de festivals comme Paroles d’hiver ou Des Petits Riens. Toujours dos à la grande cheminée et devant quelque quatre-vingts personnes, ils sont nombreux à être ainsi venus créer leur univers : Emma la clown, les chanteurs ou musiciens Michel Aumont, Daniel Paboeuf, Juan Cedron, Aude Brenner, l’humoriste Johnny Perpète, les conteurs Renée Robitaille, Bryan Perro, Philippe Casterman, Luigi Rignanese… D’autres formations, comme Nid de coucou ou Nolwenn Korbell et Soïg Siberil, se sont produites ici à


Spectacle vivant

Muet à matin, sourd de vesprée, la pièce en gallo des Brind’lous d’Saint-Bié, une troupe de Plélo.

l’invitation de Brin de culture, la manifestation chère au réseau « Bienvenue à la ferme ». Emmenés par le chanteur Philippe Marlu, Les Soupeurs ont même squatté les lieux pendant quelques jours de résidence, en 2005, le temps d’enregistrer leur deuxième et très paillard album: «Les Soupeurs remettent le couvert». Avec à la clé une séance d’enregistrement public très enlevée.

d e p r e p r

ro n Juan Céd

M ic h e l A umont e t D a n ie l P aboeuf

e t i e n e t i e

i s n s i t s n s …

21


22


Spectacle vivant

23

En haut : Nid de coucou

A gauche : Les Soupeurs

En haut : Emma la Clown En bas : Aude Brenner


24

p a r o l e s d ’ h i v e r

La Ville Andon, dimanche 4 décembre, 21h09 : Patrick Ewen, débarqué de ses Monts d’Arrée, embarque son public dans des histoires de gens de mer vus par un indécrottable terrien.


Spectacle vivant

25

Renée Robitaille…

et Bryan Perro, tous deux venus du Québec.


Adèle et Léon

i l s s o n t v e n u s … Lucien Gourong Cannibal Swing

26

Les Jacky Molard Acoustic Quartet


Spectacle vivant

Philippe Casterman

27

n o l w e n n k o r b e l l e t s o ï g s i b é r i l Devant la grande cheminée de la Ville Andon, Nolwenn Korbell, peut-être aujourd’hui la plus grande chanteuse bretonne ! Elle retrouve à l’occasion de ce spectacle le berceau de ses ancêtres, puisqu’elle est une descendante en droite ligne de Guillaume Corbel de la Ville Andon, qui vivait là il y a deux siècles et demi…


Un grenier, des peintres et de la lumière Les hôtes de la Ville Andon se sont habitués de longue date à voir des toiles de peintres exposées dans les salles du restaurant.

28

es expositions à la Ville Andon Les aquarelles d’Alain Kerdraon et de Pierre Jégu ou les peintures sur soie de Philippe Châtelain ont été parmi les premières à être présentées ici. En 1990, ce déferlement pictural s’est fait plus intense avec une exposition des élèves d’Arts plastiques de Rennes d’Anne Kerdraon. Mais c’est en 1991 que les fameuses expositions d’été que l’on connaît aujourd’hui ont pris leur véritable essor.


Les expositions

Grâce à la complicité de Pierre Corbel, de Michel Ségalen et de la galerie Ombre et Lumière, implantée à Rennes et Saint-Malo : c’est par ce canal que passent les artistes, avant d’arriver à Plélo. Grâce aussi à ce coin de grenier unique, niché sous une charpente ancienne, à l’étage de la ferme-auberge : c’est la galerie maison. Là, quand un artiste arrive, invariablement, il a affaire à Benoît Quéro, un maître de la lumière qui met en scène chacune des expositions. L’une de ses techniques a frappé les esprits. Il répand parfois des grains de blé qui dissimulent des capteurs électroniques : quand le visiteur les foule, il fait varier l’intensité de la lumière. Originaire de Plouvara, à un jet de projecteur de Plélo, Benoît est un ami de la Ville Andon, qu’il fréquente de longue date. Au départ, il y est venu avec Fred Renno et tous ses amis des Allumeurs d’images, l’association qui a éclairé les nuits du pays de Châtelaudren-Plouagat de son « Safari lumière » pendant plusieurs années.

29

L’affiche des 30 ans, réalisée par Véronique Maillevaës.

L’homme à la fenêtre, de René Guignard.


30

es allumeurs d’images

b e n o î t q u é r o m e t t e u r e n s c è n e Quelques unes des mises en lumière réalisées par Benoît Quéro. En bas à gauche : le sol est composé de graines multicolores. Cette année là, le grenier avait vraiment une forte odeur de grains, comme s’il revivait sa première vie.


Les expositions

31

1991

Une œuvre de Domini Nagle, débarquée d’Angleterre pour une exposition dans la galerie rennaise. Affiche à droite : œuvre de Dominique Hézard, une française qui vit au Japon. Il y avait aussi, cette année là, Bertrand Bizien, Brian Britton et Catherine Denis.

l e s p l o l

e i n t r e s d e a g a l e r i e m b r e e t u m i è r e


32

1992

é r i c b r a u l t


Les expositions

33

1993

l o 誰 c b a r b o t i n


34

1994

j e a n - p i e r r e b a i l l e t


Les expositions

35

1995

m o t o a k i h i g a s h i n o

1996

j a n i c k d u p o n t


36

1997

m a y a m e m i n


Les expositions

37

1998

s e r g e o z e n n e


38

1999 a n n e - m a r i e e t y v o n o l l i v i e r - h e n r y


Les expositions

39

2000 j e a n - c l a u d e c h a r b o n e l


40

2001

r o d o l p h e l e c o r r e Depuis cette année là, Rodolphe Le Corre, créateur du logo de la Ville Andon, est aussi chargé de trouver les artistes, dont les œuvres sont exposées à la Ferme Auberge.


Les expositions

41

2002

g r o u p e c a i r n j e a n - p i e r r e b a i l l p h i l i p p e l e c o n r o d o l p h e l e c o r m i c h e l t h a m

e t r i

t e e n


42

2003

h e i n z a l t e n h รถ f e r


Les expositions

43

2004

y v o n d a n i e l


44

2005

r e n é g u i g n a r d


Les expositions

2006

h e r v ĂŠ c r e s p e l


46

2007

b r u n o l a v e l l e


Une maison, une histoire

L’album des 30 ans Conception Pierre Corbel Textes Loïc Caillebot, Pierre Corbel 47 Photographies Christian Berthelot, Hervé Caillebot, Jean-Pierre Corbel, Thierry Jeandot, Pascal Le Coz, François Goeller, Julien Martinet et Sylvain Rocaby. Illustrations de Jean-Michel Jouyaux Conception Graphique et mise en page Hokus Pokus Créations – Rennes Les affiches des expositions ont été conçues par Rodolphe Le Corre, Véronique Maillevaës, Christian Spagnol (imprimerie de Bretagne à Morlaix), Michel Thamin et Stéphane Thommeret. Impression imprimerie Barnéoud

Un grand merci à tous ! Marie-Claire et Hervé


Achevé d’imprimer sur les Presses de l’imprimerie Barnéoud à Bonchamp-lès-laval en juin 2008.


COUVERTURE VILLE-ANDON DEF

30/03/10

14:40

Page 2

la

Ferme Auberge

Ville Andon 1978 2008

l’album des 30 ans


COUVERTURE VILLE-ANDON DEF

30/03/10

14:40

Page 1

la Ferme Auberge 22170 Plélo Tél. : 02 96 74 21 77 www.lavilleandon.com

Ville Andon l’album des 30 ans

Ferme Auberge Paimpol

1978 – 2008 PLÉLO vers Brest

Binic

Guingamp Chatelaudren

vers St-Malo

SaintBrieuc vers Rennes

PLÉLO Rennes


L'album des trente ans de La Ville Andon