Issuu on Google+

JOURNAL D’INFORMATION DE LA VILLE DE SAINTE-MARIE – BIMESTRIEL GRATUIT – N° 55 – JAN./FÉV. 2010

Sainte-Marie


SOMMAIRE ÉDITO Agir autrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 02 AMÉNAGEMENT Beauséjour Première éco-ville . . . . . . . . . . . . p. 03 à 06 AMÉNAGEMENT Les chantiers en cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 07 L'OPPOSITION Union pour le changement et le progrès . . . . . . . . . . . . p. 08 L'OPPOSITION Génération Avenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 09 VIE MUNICIPALE Les Conseils de quartiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 08-09 VIE MUNICIPALE La Police Municipale . . . . . . . . . . . . p. 10 à 12 UN ÉLU, UNE DÉLÉGATION J.-P. Souprayen Ramaye . . . . . . . . p. 13 ACTION SOCIALE Formation professionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 14-15

ACTION SOCIALE CCAS : le Centre social . . . . . . . . . . . . . . p. 18-19

Publication gratuite de la Ville Directrice de publication : Christine Vidy Directeur de rédaction : Gilbert Leclerc Comité de rédaction : Service Communication Mairie de Sainte-Marie

VIE MUNICIPALE * Développement économique * Programmation de la cellule économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 21 FESTIVITÉS * Salon à Duparc * Programmation de l'OTI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 22 CULTURE * Exposition à la Médiathèque * Programmation culturelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 23 SPORT * Tennis de table * Programmation sportive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 24 FESTIVITÉS Nouvel an chinois . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 25 ACTION SOCIALE * De belles vacances avec le CUCS * Le Collectif d'Animation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 26 ANNIVERSAIRE Noces d'Or * Noël et Ghislène Moniteur * Roland et Lydie Apou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 27

Photos : W. Childéric Service Communication Mairie de Sainte-Marie

OMPA Les clubs Seniors . . . . . . . . . . . . . . p. 28-31 SPORT Cross régional à Bois Madame . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 32

Réalisation et impression : Graphica Saint-André DL No 4578 • Mars 2010 Tirage : 13 000 exemplaires

02

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

Depuis quelques années à vos côtés, avec l’ensemble de l’équipe municipale, j’agis dans la transparence et la vérité sur tous les enjeux qui engagent notre ville.

VIE MUNICIPALE Hommage à Goulam Houssein Lambate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 20

VIE MUNICIPALE Budget 2010 Orientations budgétaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 16-17

N° 55 – janvier/février 2010 Le journal de Sainte-Marie http://www.ville-saintemarie.re infomairie@ville-sainte-marie.re Tél. 02 62 72 10 24 • Fax 02 62 72 10 16

Agir autrement

N° 55 JAN./FÉV. 2010

Aujourd’hui, nous sommes à un moment important, avec le vote du budget 2010. Vous le savez, à Sainte-Marie comme dans beaucoup d’autres collectivités locales du département, la situation est rendue de plus en plus difficile du fait de la crise financière généralisée. J’ai souhaité vous proposer un tour d’horizon des principales actions qui rythmeront l’année. Les chiffres clés, les ressources, les dépenses, tous les éléments et les projets pour comprendre les choix budgétaires de 2010. Nos choix budgétaires sont faits avec une double contrainte : encadrer l’évolution des dépenses de la Ville et pallier le désengagement de l’État. Le tout avec l’ambition, dans un contexte de crise, d’agir pour le développement de notre ville. Notre souhait est de poursuivre les actions initiées depuis le début de mandat, dans la continuité du nécessaire effort d’investissement pour l’amélioration du cadre de vie de tous les habitants. Comme je vous l’ai annoncé, et conformément à nos engagements, les taux de la fiscalité resteront inchangés, ce qui implique une stricte maîtrise des dépenses. Un investissement ambitieux et volontaire Le niveau d’investissement restera fort, avec plus de 20 millions d’euros de travaux dans la ville. Sainte-Marie s’est inscrite dans un processus de reprise d’activité économique par la mise en œuvre d’un programme pluriannuel d’investissement ambitieux et volontaire de 80 millions d’euros d’ici 2014. Nous travaillons à optimiser en permanence le service rendu à la population par rapport aux dépenses effectuées. Le désengagement financier de l’État se poursuit année après année et tout laisse à croire que les transferts de charges ne sont pas accompagnés par les transferts de recettes. Le projet pour Sainte-Marie que vous avez validé en mars 2008 est engagé : le budget 2010 qui sera présenté fin mars en est l’expression. Il traduit notre volonté d’agir autrement, au service de tous, pour bâtir une société plus humaine, plus solidaire, plus respectueuse de l’environnement et de renforcer la place de Sainte-Marie dans l’agglomération. Cette nouvelle année est pour nous l’occasion de présenter un budget offensif, résolument tourné vers le bien-être des Sainte-Mariennes et des Sainte-Mariens. C’est notre priorité depuis que vous nous faites confiance : elle est au cœur de nos engagements et nous veillons constamment à la respecter.

Bonne lecture à tous !


AMÉNAGEMENT

BEAUSÉJOUR

Première éco-ville

Vue aérienne.

Rome ne s'étant pas faite en un jour, il aura fallu dix ans à Beauséjour pour que les travaux tant espérés commencent. Dix années semées d'obstacles judiciaires, d'embûches administratives, pour que finalement ce projet ambitieux voie le jour. est avec la victoire définitive devant le Conseil d'État le 10 novembre 2007 que le projet de développement urbain de Sainte-Marie prend toute sa justification. Ce sont plus de 2 000 logements, dont 800 logements sociaux, des équipements publics, des axes routiers qui

C’

verront le jour dans les années à venir, tout cela dans un environnement protégé. Beauséjour sera le premier éco-ville de l'île. Ainsi notre commune prend possession de ses mi-pentes et ouvre la porte vers les Hauts. Beauséjour va devenir un cœur de ville, en reliant entre eux plusieurs quartiers traditionnels.

La Ville de Sainte-Marie est accompagnée par CBo Territoria dans ce projet hors normes. Un véritable partenariat entre volonté politique et aménagement réfléchi et maîtrisé. Les premiers travaux ont commencé, les engins préparent le terrain sur des hectares. Place au plus grand chantier des prochaines décennies. N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

03


AMÉNAGEMENT

BEAUSÉJOUR La ZAC de Beauséjour a pour ambition d'être "la future ville de Sainte-Marie" selon les termes de Jean-Louis Lagourgue. Cette ville à mi-pentes permettra de répondre aux besoins de logements, mais également de desservir les écarts des Hauts, ceux-ci étant séparés par des ravines et isolés des centres d'activité et des commerces situés sur la frange littorale. Ce cœur de ville devra donc offrir toutes les commodités d’une ville de 15 000 habitants. Car, en plus des 7 500 nouveaux habitants prévus à Beauséjour, s'ajoutent les 8 000 personnes vivant actuellement à Moka, L'Espérance, La Confiance, Beaumont La Ressource, Piton Caillou, Chiendent et Ravine Coco. Les 80 hectares de la ZAC seront donc consacrés à la construction de logements, d'équipements publics, sans oublier les espaces paysagers et les voies de communication. DES LOGEMENTS Ce sont donc, sur une période de 8 à 10 ans, environ 2 000 logements qui doivent être construits dont 800 logements sociaux dans une démarche de mixité sociale et une logique d'habitat durable. Il s'agit à la fois de répondre aux besoins de renouvellement du parc de logements insalubres, mais également à la forte croissance démographique que connaît notre commune. En ce domaine, les objectifs du PLH de la CINOR pour la période 2009-2015 sont la construction de 2 500 logements par an. La ZAC de Beauséjour s’inscrit ainsi dans le développement urbain du chef-lieu vers l’Est de l’agglomération, et bénéficie de la proximité des zones économiques de Gillot, La Mare, Duparc, Galileo et la Technopole. Ce sera donc un véritable cœur de ville. Tous ces logements sont pensés dans un souci du respect de l'environnement et de l'économie d'énergie. La démarche se traduit par le choix d'une architecture traversante pour une ventilation naturelle des bâtiments, l'installation de chauffe-eau solaires, de l'utilisation de matériaux adaptés, de l'exposition des bâtiments et du stationnement sous les bâtiments sans oublier la gestion des eaux pluviales. Une première tranche de travaux commencera à la fin du mois de mars, en limite du quartier de Bois-Rouge. L'opération le "Carré des Lataniers" concerne au final 84 logements collectifs privés allant du T2 au T4. 04

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

N° 55 JAN./FÉV. 2010

Duparc


AMÉNAGEMENT

Centre-ville et La Mare

Futur lycée

École Bois Rouge

DES ÉQUIPEMENTS Il ne peut y avoir de ville sans services qu'ils soient publics ou privés. 10 000 m² leur seront consacrés. C'est pourquoi différents commerces et services verront le jour. Une supérette est prévue au départ, ainsi que des commerces de proximité et la possibilité d'accueillir des artisans et pourquoi pas un marché ? Tout aussi indispensables, un centre médical et une pharmacie compléteront ces services.

En matière d'équipements publics, la construction d'un lycée dont la livraison est programmée pour 2012, d'une mairie annexe, d'un pôle de services, d'un CASE, d'une crèche, et d'un groupe scolaire a été d'ores et déjà validée. L'édification d’une clinique de soins de suite a également été retenue ainsi qu'une résidence pour personnes âgées. Les équipements de loisirs ne sont pas oubliés.

À commencer par l'École de Musique tant attendue mais aussi une résidence hôtelière, un centre sportif et à terme une piscine. DE L’EMPLOI La réalisation de cette ville nouvelle générera d'importantes créations d'emplois directs et indirects que ce soit dans les services commerciaux, les services administratifs, les services à la personne, la maintenance des espaces publics et des logements ou encore la gestion des espaces verts. N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

05


AMÉNAGEMENT

BEAUSÉJOUR

UN CADRE DE VIE Sur le site de la ZAC est conçu un Parc urbain, véritable respiration pour ce projet et pour ses futurs habitants. C'est une démarche environnementale qui a été voulue dès la conception, afin d'apporter un cadre de vie de qualité en privilégiant la nature dans un environnement urbain. Il faut donc créer des continuités entre les espaces naturels existants, préserver les corridors écologiques comme celui de la Ravine de La Mare, en créer de nouveaux, choisir des espèces, endémiques de préférence, économes en eau, 10 000 plants sont actuellement en pépinière, réduire les impacts hydrauliques sur l'environnement par la création de bassins d'orages, l'un d'eux devant accueillir un practice, et se soucier dès à présent du traitement des déchets. La CINOR doit implanter une déchetterie. Beauséjour respectera la charte "Chantier propre". Ainsi verra le jour la première éco-ville réunionnaise.

DES DÉPLACEMENTS FACILES En tant que cœur de ville, du fait de sa centralité géographique, la ZAC de Beauséjour constituera une plateforme de transports. Les liaisons en bus avec les quartiers avoisinants seront développées, l'accès automobile se fera par les CD 61 et 62 et des pistes cyclables seront conçues en parallèle de tous les axes. Les modes de déplacement doux, piétons, cyclistes seront toutefois privilégiés, laissant à la voiture une place secondaire. Basé sur une politique de transports volontariste, Beauséjour sera relié aux Bas de Sainte-Marie par un transport en commun en site propre, TCSP. En interconnexion avec le réseau de transports de la CINOR et la future gare du tram-train à La Mare, il entre dans l'ensemble du projet de développement durable et partagé qui structure ce nouveau quartier. 06

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

N° 55 JAN./FÉV. 2010


AMÉNAGEMENT

LES CHANTIERS EN COURS

Point sur les travaux Le paysage sainte-marien change à vue d'œil. Les travaux sont certes parfois source de désagréments, mais ils représentent aussi le dynamisme de notre Ville. Le JSM vous propose un petit tour d'horizon des chantiers en cours ou à venir. école maternelle Ann-Mary Gaudin de La Grange est sortie de terre et arbore déjà son grand préau. Son ouverture est prévue pour la rentrée scolaire 2010/2011. Conjointement à ce grand chantier, des travaux de réfection mais surtout d'aménagement de la rue Émery Talvy commenceront au cours de cette année. La rue existante débouchera alors sur l'ancienne route nationale. Les automobilistes pourront ainsi rejoindre la voie littorale pour rallier, soit le centre-ville, soit La Convenance.

L’

L'école Ann-Mary Gaudin de la Grange.

Le Pôle d'échanges Pour rester au centre-ville : les travaux de construction du Pôle d'échanges, dont le maître d'ouvrage est la CINOR, doivent débuter dans peu de temps. Il sera situé dans le prolongement du nouveau marché forain. Véritable gare routière pour les réseaux Cars jaunes et Citalis, il abritera également un local commercial. Le Pôle d'échanges.

Une crèche à La Mare Très attendue, la crèche de La Mare a pris du retard. En effet le site étant classé en tant que patrimoine industriel, l'architecte Thierry Constantini a dû revoir ses plans pour répondre aux critères de l'architecte des monuments de France.

Ils se poursuivront avec la construction d'un CASE à l'entrée de la zone. Les projets sont actuellement à l'étude en Mairie.

Cet équipement doit représenter un relais entre le centre-ville et la future gare du tram-train à Duparc et ainsi favoriser le développement de l'usage des transports en commun et bien sûr fluidifier la circulation en ville.

C'est chose faite. D'une capacité de 52 places, cette crèche sera gérée par le CCAS, Centre Communal d'Action Sociale de la Ville. Les travaux, dont le coût s'élève à 2 millions d'euros, sont financés à 80 % par la Caisse d'Allocations Familiales. Ils débuteront en mai pour s'achever début 2011. Au préalable, la rue André Lardy qui se trouve en partie sur l'emplacement dévolu au nouveau bâtiment, sera déplacée par la CINOR dès le mois d'avril. Zone Artisanale des Gaspards Les travaux débuteront mi-2010 avec l'implantation de la déchetterie de la CINOR prévue en bordure de la route départementale.

La Crèche de La Mare. N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

07


L’OPPOSITION La loi du 27 février 2002 précise les limites du droit à l’expression des membres de l’opposition municipale. Un délai a été fixé pour l’exercice de ce droit. Aucun texte ne nous a été adressé durant ce délai pour une publication dans ce numéro 55 du JSM par « Union pour le changement et le progrès ».

VIE MUNICIPALE COMITÉS DE QUARTIERS

Des remontées constructives Après une année d'installation, les Comités de quartiers ont atteint leur vitesse de croisière. Ils travaillent sur le terrain. Ainsi, ce sont 150 fiches qui sont remontées à la cellule exécutive, représentant quelque 300 demandes d'interventions des services. est dans un souci d’efficacité et afin d’améliorer le fonctionnement des comités de quartiers, qu'il a été décidé d’affecter à chaque conseil un référent administratif. Celui-ci est à la disposition de tous pour toute question relative à son secteur.

C’

Deux référents Chaque Sainte-Marien trouvera cidessous la répartition géographique des affectations : Céda PICARD − 0262 53 99 03 − Ravine Coco/Chiendent/Montée Sano, Grande Montée/Le Village, Beaumont/ La Ressource, Bois Rouge/Ravine des Figues/Beauséjour, Espérance, Ravine des Chèvres/Les Cafés/Beaufond, La Confiance, La Convenance. Jimmy SAMY ARLAYE − 0262 53 99 03 / 0692 40 70 02 − Duparc/Carreau Coton, Terrain Elisa/Flacourt/LaPaix, Centre Ville/Cocotiers/Talvy, La Découverte/Le Verger, Rivière des Pluies/Gillot/Moka, La Mare/Coco Robert, Piton Cailloux, Gaspards/Impasse Révolution. Nids de poule et sécurité Les demandes d'intervention les plus nombreuses concernent la voirie, autrement dit les fameux nids de poule qui fleurissent à la saison des pluies et l'élagage qui est un vrai souci également en cette période estivale et cyclonique. 08

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

N° 55 JAN./FÉV. 2010

Les fresques extérieures réalisées par Jean-Philippe Adam et son équipe au CASE de Terrain Elisa.

Outre ces travaux d'entretien, des travaux de peinture extérieure ont été effectués, ainsi que des fresques intérieures réalisées par Jean-Philippe Adam et son équipe au CASE de Terrain Elisa. C'est à eux que l'on devait déjà les fresques de la crèche de La

Confiance et de La Découverte. Autre souci des citoyens : la sécurité sur les routes. Dans ce cadre des ralentisseurs ont été installés à La Mare, rue Commins et Marchesseaux et un miroir sécurise maintenant l'école de La Grande Montée.


L’OPPOSITION La loi du 27 février 2002 précise les limites du droit à l’expression des membres de l’opposition municipale. Un délai a été fixé pour l’exercice de ce droit. Aucun texte ne nous a été adressé durant ce délai pour une publication dans ce numéro 55 du JSM par « Génération Avenir ».

Ralentisseurs à La Mare.

Le miroir qui sécurise l'accès à l'école Yves Barrau. N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

09


VIE MUNICIPALE

LA POLICE MUNICIPALE

Au service de la population Depuis sa création, le service de Police Municipale ne cesse de s’adapter au besoin de sécurité des administrés de Sainte-Marie, avec des missions accrues. Un recrutement en hausse donc avec notamment, l'arrivée dans l'équipe d'Isabelle Assy, lauréate du concours, porte le nombre des policiers municipaux à 16. Outre ses nouvelles missions, la Police Municipale travaille en étroite collaboration avec les services de gendarmerie, pour une coordination efficace. L'équipe de Yannick Rosier, chef de la Police Municipale, est plus que jamais au service de la population.

ont connaissance. La transmission de ces écrits doit se faire conformément à l’article 21-2 du Code de procédure pénale, c’est-à-dire au procureur de la République par l’intermédiaire de l’officier de police judiciaire territorialement compétent (Gendarmerie Nationale). Dans ce dernier cadre, la Police Municipale relève les infractions au code de la route, de l’environnement, de la voirie routière, de la santé publique, de l’urbanisme, etc, qu’elle a constaté dans le cadre de la flagrance (art 53 du CPP). L'environnement

es policiers municipaux agissent dans deux cadres. Le premier, la police administrative, découle des prérogatives confiées par le Maire dans le champ de ses pouvoirs de police. Ainsi la Police Municipale est chargée en matière de prévention et de surveillance du bon ordre, de la tranquillité, de la sécurité et de la salubrité publique.

Depuis plusieurs années, dans le but de préserver la propreté de la ville et un cadre de vie agréable pour chacun, le Maire affirme son engagement dans le domaine de l’environnement. Il a confié cette mission à la Police Municipale. Les agents la remplissent sur le terrain en coordination avec les îlotiers du cadre de vie de la CINOR.

Le second est le cadre judiciaire par la qualité d’agent de police judiciaire adjoint (art 21-2 du Code de procédure pénale) qui leur permet de rendre compte de tous crimes, délits ou contraventions dont ils

Un nouveau système de surveillance et une nouvelle organisation leur permettent de mieux cibler leurs interventions et de déterminer d’autres axes tels que les ravines et décharges illicites.

L

Un exemple de ce que l'on ne devrait plus voir !

Différents partenaires En matière de sécurité proprement dite, la Police Municipale travaille avec différents partenaires. Une convention lie la Police Municipale au CCAS dans le cadre d'un soutien au Centres de loisirs en matière d'Éducation routière. Une patrouille est désormais en service sur le réseau CITALIS. De façon à éviter le sentiment d'insécurité dans les transports en commun, policiers et contrôleurs parcourent les lignes et veillent aux arrêts. Chaque semaine, les interventions sont coordonnées avec la Gendarmerie Nationale pour assurer la sécurité aux abords des établissements scolaires ou sur les routes. Une patrouille pédestre conjointe va à la rencontre des habitants dans le but de les informer sur les moyens de sécuriser leurs biens en cas d'absence dans le cadre notamment de l'Opération Tranquillité Vacances". Le dossier à remettre à la Police Municipale est disponible par Internet sur le site de la Ville ou dans les locaux de la Police : 15, rue du 20 décembre à La Découverte. La formation

Patrouille d'information auprès des habitants conduite conjointement par la Police Municipale et la Gendarmerie Nationale. 10

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

N° 55 JAN./FÉV. 2010

La Police Municipale de Sainte-Marie est armée depuis juillet 2002. Elle a, dès lors, suivi l’évolution réglementaire pour avoir


VIE MUNICIPALE

l’autorisation préfectorale en 2004, puis en 2007, le suivi du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) pour l’entraînement. Cette évolution a institué le monitorat délivré aux agents des collectivités par les partenaires d’État (Gendarmerie Nationale et Police Nationale), pour des formations encadrées par le CNFPT et permet une certaine autonomie des policiers municipaux. Cependant, le législateur a voulu établir un contrôle et une certification des formations et de l’entraînement.

Rodolphe Damour, Fabrice Asson et Patrice Marcou, Moniteurs Maniement d'Armes de Sainte-Marie.

Les entraînements encadrés par les moniteurs municipaux aux maniements des armes ont débuté en 2009. Leur monitorat est valable 5 ans. Il leur faudra ensuite participer à un recyclage tous les 5 ans. La Police Municipale est maintenant autonome en matière d’entraînement au tir. Trois de ses agents ont obtenu leur diplôme de Moniteur Maniement d’Armes (MMA). Il s'agit de Patrice Marcou, Fabrice Asson et Rodolphe Damour. La certification des entraînements et de leur contenu est sous le contrôle du CNFPT et de l’État. Voici-ci ce que dit l'arrêté du 3 août 2007 : les moniteurs de Police Municipale ont vocation à assurer les formations à l'usage des armes de l'ensemble des agents organisées par le CNFPT dans les conditions déterminées par celui-ci.

Yannick Rosier, chef de la Police Municipale, entouré d'une partie de son équipe. N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

11


VIE MUNICIPALE

CONSEILS PRATIQUES

Mieux vivre ensemble Les animaux Faites garder vos chiens durant votre absence. Éduquez-les à ne pas aboyer de façon intempestive ou mettez-leur un collier anti-aboiement (disponible chez les vétérinaires). Les abris de volailles, chiens, cabris... doivent être éloignés de votre voisinage. Les élevages d’animaux doivent être installés à 25 mètres au moins des habitations voisines (Règlement sanitaire départemental). La musique On écoute la musique pour soi. Baissez le volume, surtout après 22h. Posez les baffles sur un meuble, éloignez-les du mur afin d'améliorer le son et éviter la résonance. Écoutez votre musique avec un casque. Une patrouille assurant la sécurité des transports en commun.

PRÉVENTION : La lutte contre le cambriolage Informez vos voisins de votre absence et donnez-leur une clé. Renforcez votre système de fermeture d’une 2e serrure. Verrouillez votre porte dès que vous quittez votre domicile (garage, habitation), ne laissez pas de clé sur la porte d’accès de votre habitation. Faites allumer une lampe la nuit pour faire croire à une présence. Relevez les renseignements (type, marque, n° de série) de votre matériel hifi, vidéo... Photographiez vos meubles et objets de valeur. Ne cachez pas vos clés sous le paillasson ni dans ou sous un pot de fleurs. Faites relever le courrier par un voisin. Ne laissez pas vos objets de valeur en évidence. Ne conservez pas à votre domicile d’importantes sommes d’argent. Évitez de laisser vos fenêtres entrouvertes la nuit. Équipez vos fenêtres de grilles, de volets... 12

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE RESPECT D'AUTRUI : UNE ATTITUDE CITOYENNE La lutte contre le bruit Vous n’aimez pas être dérangé par le bruit, alors évitez d’en faire vousmême ! Quelques précautions suffisent pour faire moins de bruit et respecter son voisinage.

Avec votre groupe de musique, organisez vos répétitions dans un lieu adapté. En appartement Posez votre calou pilon sur un linge qui étouffera les bruits. Ne gardez pas vos talons chez vous. Baissez les volumes sonores : télévision, radio, chaîne hi-fi... Limitez les jeux bruyants des marmailles : pétards, tambours...

Prévenez votre voisin lorsque vous allez faire du bruit à l’occasion de circonstances exceptionnelles : fête, travaux... Pensez à respecter le sommeil des autres. Le jardinage et le bricolage

Les horaires de la Police Municipale

Les travaux bruyants sont autorisés de :

Du lundi au vendredi :

8h30 à 12h et de 14h30 à 19h du lundi au vendredi. 9h à 12h et 15h à 18h le samedi. 10h à 12h les jours fériés et le dimanche. Procurez-vous les outils les moins bruyants (la puissance sonore est indiquée sur l’étiquette).

8h à 16h30 : accueil public 7h à 19h : intervention patrouille Le week-end (samedi et dimanche) : intervention de la patrouille de 8h à 18h. Tél. :

0262 72 10 22


VIE MUNICIPALE

UN ÉLU, UNE DÉLÉGATION

Jean-Paul Souprayen-Ramaye Jean-Paul Souprayen-Ramaye est avant tout un homme de terrain. Il l'a prouvé toute sa vie. C'est cette expérience qui l'a poussé, une fois la retraite arrivée, à se mettre à la disposition de Jean-Louis Lagourgue et de son équipe. et enfant de La Mare qui a usé ses fonds de culotte au collège Adrien Cerneau aux côtés de Richard Nirlo ou encore Jean-Marc Albac, connaît Jean-Louis Lagourgue depuis l'enfance. À l'issue du collège, le jeune Jean-Paul passe le concours pour rentrer dans la Marine Nationale, bien décidé à suivre une formation professionnelle solide.

C

La fée électricité C'est ainsi que de 1968 à 1973, non seulement il apprendra son métier et obtiendra son diplôme d'électricien, mais il quittera la Royale avec le grade de second maître de 1re classe. " À l'époque, c'était dur de sortir de La Mare, les professeurs nous poussaient à passer les concours. Moi, ce que je voulais c'était recevoir une formation pour revenir à La Réunion." Revenu dans son île, notre diplômé en électricité, maintenant marié et bientôt père de trois enfants, trouve immédiatement du travail dans l'entreprise où se déroulera toute sa carrière professionnelle. Toute sa vie, il se formera et finira même par former les autres, les élèves de BTS par exemple, venus se confronter au terrain.

Car le terrain, il le connaît et on le connaît. "Après un cyclone par exemple j'étais partout avec mon équipe. Il y avait tant à faire ! Il y a eu aussi l'Opération 6 000 branchements dans les années 80 qui m'a fait faire le tour de l'île. Mon travail passait avant tout." Ce que confirme sa femme Sylviane d'un hochement de tête entendu. C'est parce qu'il ne se "voyait pas courir deux lièvres à la fois" que Jean-Paul Souprayen-Ramaye a attendu d'être en préretraite pour se mettre au service de ses concitoyens dans un cadre non professionnel. L’engagement en politique À 55 ans, il accepte donc la proposition qui lui est faite de rejoindre l'équipe conduite par Jean-Louis Lagourgue aux élections de mars 2008. Étant entendu qu'il œuvrera dans son domaine de prédilection, ce sera donc l'Électrification rurale qui lui sera déléguée. "Je suis à la retraite, j'ai tenu ma parole. Je me suis engagé, mais je tenais à rester dans mon domaine ou en tous cas dans le génie civil. "Mais..."Ce n'est pas facile, j'ai toujours la tentation de faire les travaux moi-même, pour l'instant je suis en train d'apprendre" dit-il en riant.

Outre sa délégation à l'Électrification rurale qui l'amène à travailler avec les services techniques, notre élu de Chiendent, et cela tombe sous le sens, représente la Commune au sein du Sidelec, le Syndicat Intercommunal d'Électricité du Département de La Réunion, créé en 2000 par Jean-Louis Lagourgue alors Président de l'Association des Maires. Il siège également dans les commissions d'attribution des marchés publics, rôle qu'il prend très au sérieux.

"Sainte-Marie est électrifiée à 100%. Les travaux à venir concernent l'éclairage public, depuis La Convenance jusqu'à Duparc, par tranches bien sûr." Nous sommes sûrs qu'il y veillera tant sa passion pour la fée électricité est grande.

De plus, il représente son quartier d'adoption, Chiendent-Monte Sano qui n'a aucun secret pour lui, au sein des Comité de quartiers. Le travail ne manque à cet hyperactif, ce qui désole un peu son épouse, mais tant que le courant passe !

N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

13


ACTION SOCIALE

CONSEILS PRATIQUES

Chantier d'insertion Dans le cadre du CUCS, Contrat Urbain de Cohésion Sociale, seize jeunes SainteMariens rénovent l'aire de loisirs de l'impasse Révolution depuis quelques mois. Un moyen pour eux de découvrir un métier par le biais d'une formation sur le terrain et de s'insérer dans la vie professionnelle. ls étaient quatre-vingt-dix candidats, il n'y avait que seize places. Le Maire a donc tranché. Afin de faire disparaître les frictions "historiques" entre les jeunes des quartiers, Jean-Louis Lagourgue a choisi de faire travailler ensemble des jeunes de La Découverte, des Gaspards et du Verger.

I

Rien de tel pour apprendre à se connaître et à se respecter que d'avoir un projet commun. D'autant que ces jeunes gens partagent déjà les mêmes difficultés, celles d'un parcours personnel parfois difficile, et la même envie de vouloir s'en sortir. Ils vont pouvoir le faire par le biais de ce chantier d'insertion. Sous la houlette de leur formateur-métier, Guillaume Cabre-

Ibarra, ils apprennent les rudiments de différents métiers : la maçonnerie, la charpente, la peinture, la soudure... Ils se forment sur le terrain en reconstruisant le kiosque et en rénovant le terrain de basket, ainsi que l'aire de jeux pour les petits. Mais ils reçoivent également une formation théorique à raison de cinq heures par semaine. Trente heures de pratique et cinq heures de théorie, le bon dosage pour remettre le pied à l'étrier de ces jeunes. Avec 85% de placements dans le monde du travail à la sortie de ce type de dispositif, Guillaume Cabre-Ibarra est confiant, ses stagiaires décrocheront des contrats à la suite de ce chantier. L'équipe se compose de : Patrice Boisedu, Cédric Candama, Jérémy Copeau, David Donat, Patrick Frazia, Jérôme Kichenassamy, Jonny Léon, Yoann Marinier, Dimitri Moinaché, Kévin Moinaché, Anchedine Ousseni, Wilfried Palaniaye, Janis Tsifolahy, Christopher Vilpont, Mickael Larichedy, Giovanny Robert, Patrice Gonthier et Loïc Dalleau.

Le kiosque en cours de rénovation.

Les stagiaires autour de Guillaume Cabre-Ibarra, leur formateur. 14

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

N° 55 JAN./FÉV. 2010

Le vendredi matin est consacré au travail administratif.


ACTION SOCIALE

Le Plan d'Initiatives Locales Le PIL vise à la formation par le biais d'un chantier d'insertion et fait appel à plusieurs partenaires: le CUCS, la Mission Locale et l'Organisme de formation. Il concerne les jeunes de 16 à 25 ans. Le point de départ du chantier de l'impasse Révolution fut la nécessité de réhabiliter l'aire de jeux, dégradée et donc devenue dangereuse pour les utilisateurs. Il fut donc décidé de l'inscrire dans la

programmation des actions d'insertion voulues par les élus en charge des questions sociales.

passe Révolution terminée, les stagiaires se chargeront de rénover celle de ZatteMangue à La Découverte.

Ce parcours de formation dure 6 mois. Il est financé à 80% par l'État et 20% par la Ville par le biais du CUCS. La Mission Locale intervient dans le choix et l'éligibilité des stagiaires : quant à l'organisme de formation, l'OIDF, il met à disposition le formateur Guillaume Cabre-Ibarra. Une fois l'aire de jeux de l'im-

Au programme des 5 prochaines années sont prévues l'extension du CASE du Verger, la construction d'une Maison de quartier aux Gaspards, la construction d'un pôle de services de proximité à La Découverte ainsi que la construction de sanitaires sur le terrain de football de Flacourt.

N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

15


VIE MUNICIPALE

BUDGET 2010

Les orientations Le Budget communal évalué à 64 millions d’euros pour 2010 comprend 3 budgets distincts et autonomes : BUDGET PRINCIPAL - BUDGET EAU BUDGET POMPES FUNÈBRES. Les trois budgets doivent être approuvés par l’assemblée avant des délais réglementaires et ce, sous la surveillance du représentant de l’État qui effectue un contrôle sur la légalité des actes administratifs. Contexte et contraintes L’équipe municipale s’est engagée pendant la nouvelle mandature 2008-2014 à ne pas augmenter les impôts locaux afin de donner du pouvoir d’achat aux familles sainte-mariennes. Les taux communaux d’imposition appliqués en 2008 aux taxes foncières sur le bâti et le non bâti ainsi qu’à la taxe d’habitation seront donc reconduits en 2010. Le montant de cette ressource financière devrait se situer entre 10,4 et 10,7 millions d’euros en 2010 contre 10,2 millions inscrits au budget primitif de 2009. L’augmentation des recettes attendue en 2010 s’explique par le dynamisme des demandes de permis de construire observé à Sainte-Marie depuis plusieurs années. Ce phénomène est le résultat de la mise en œuvre d’un plan local cohérent et volontaire d’aménagement du territoire qui parvient à concilier à la fois protection des terres agricoles et urbanisation. La commune bénéficie également d’autres ressources provenant de l’octroi de mer collecté par les douanes et de l’État au titre des dotations de fonctionnement. Des dotations de l’État modérées La mise en œuvre des plans de relance pour doper le pouvoir d’achat des ménages et soutenir le secteur bancaire ont réduit mécaniquement les marges de manœuvre budgétaire du gouvernement. Dans ces conditions, il sera difficile d’exiger de l’État qu’il abonde en 2010, en plus de tous les efforts budgétaires déployés depuis plusieurs mois pour soutenir l’économie, les dotations de fonctionnement des collectivités locales. D’ailleurs, comme nous l’avions annoncé lors des orientations budgétaires de 2009, nous attendons jusqu’à l’horizon 2011, voire 2012, une progression des dotations qui devrait être à peine suffisante pour 16

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

N° 55 JAN./FÉV. 2010

couvrir l’augmentation des dépenses du budget communal due à l’inflation des prix. Ces contraintes d’ordre budgétaire nous obligent lors de la préparation du prochain budget, d’ajuster notre programme d’activités pour tenir compte de la situation financière réelle de la commune. Trois objectifs Nous avions instauré l’année dernière un plan d’actions 2009-2010 visant trois objectifs : 1. Encadrer l’évolution des dépenses de fonctionnement pour retrouver une capacité d’autofinancement adaptée au programme ambitieux en matière d’investissement. En cette période d’aléas économiques et de tensions budgétaires, il nous appartient plus que jamais de soutenir le plan d’actions 20092010 et l’organisation mise en œuvre pour atteindre les objectifs fixés. Conformément à nos engagements donnés à la population à la dernière élection municipale en particulier celui concernant la réalisation de 80 millions d’euros de travaux et d’équipements d’ici 2014, nous consacrerons cette année plus de 32 % du budget total de la commune au financement de l’investissement. Cet effort budgétaire considérable démontre notre détermination de poursuivre le développement de la ville et ce, malgré la période de turbulence économique qui sévit dans le département et les difficultés actuelles de la commune d’accroître dans ce contexte ses ressources financières. 2. Résorber progressivement le déficit budgétaire de fonctionnement constaté en 2007. Nous avions proposé au début de l’année 2009 un plan de réduction des dépenses de fonctionnement des services municipaux étalé sur 2 ans (-10 % chaque année) afin de ramener le coût de ces dépenses de 5,8 millions d’euros en 2008

à près de 4,8 millions d’euros d’ici fin 2010. Sur la base des premiers chiffres disponibles, nous pouvons d’ores et déjà annoncer que les objectifs fixés pour 2009 sont en phase d’être respectés avec une diminution des dépenses de près de 10 % par rapport à 2008. Il s’agit maintenant de concrétiser l’orientation donnée en abaissant à nouveau les dépenses de fonctionnement de 10 % en 2010. Pour atteindre cet objectif, nous avions proposé au début de l’année 2009 de réorganiser les services municipaux et d’assurer une répartition plus équitable des missions entre les agents pour mieux valoriser leur savoir-faire. La poursuite


VIE MUNICIPALE matière de destruction d’emplois, la crise du logement en proposant à travers les documents réglementaires d’urbanisme les conditions d’un aménagement du territoire équilibré, respectueux de l’environnement et en cohérence avec notre souci permanent de consolider les liens entre les quartiers des Hauts et des Bas et la crise sociale qui ne permet plus à de nombreuses familles de vivre dans des conditions décentes. Ces actions sont inscrites dans notre projet politique 2008-2014 qui poursuit 3 axes stratégiques, à savoir : − Favoriser l'épanouissement, encourager la réussite et améliorer le cadre de vie. Dans le cadre du 1er axe retenons le démarrage des travaux de construction de la nouvelle crèche de La Mare et des vestiaires du complexe sportif de Flacourt ainsi que les travaux de réhabilitation et de sécurisation d’un bâtiment communal situé à la Grande Montée qui abritera une Maison du 3e âge. − La livraison de l’école Ann-Mary Gaudin de Lagrange pour la rentrée 2010-2011, le plan de rénovation des écoles, leur équipement en matériel informatique et la revalorisation du budget de la Caisse des Écoles entrent dans l'axe visant à encourager la réussite. Quant à l'amélioration du cadre de vie, l’année 2010 marque le début des grands travaux du programme de 20 millions d’euros en eau potable qui devraient durer entre trois et quatre années. de ces mesures permettrait d’atteindre à la fin de cette année le coût objectif de 27,9 millions d’euros de masse salariale qui était inscrit dans le plan d’actions 2009-2010 élaboré au début de l’année 2009. 3. Dégager à l’horizon 2011 les marges de manœuvre budgétaire pour financer les nouvelles mesures du projet municipal sur la seconde partie du mandat. La démarche de modernisation du service public et la construction d’un plan pluriannuel de restructuration du budget communal à la fois déterminé et pragmatique ont été accueillies favorablement par les banques locales. Toutes les garanties nous

ont donc été données dans l’accompagnement financier des projets communaux dans les années à venir et notamment du programme d’investissement de 80 millions d’euros défini pour la mandature 2008-2014. Cette année, les besoins de financement bancaire devraient se situer entre 3 et 6 millions d’euros. Les projets Des actions ciblées seront menées en 2010 pour tenir compte à la fois des contraintes budgétaires de la commune et de notre volonté d’agir rapidement et efficacement dans la lutte contre la crise économique et ses conséquences en

− La consultation des entreprises opérée l’année dernière s’est avérée fructueuse et une première tranche des travaux sortira de terre dès cette année pour un montant avoisinant les 6 millions d’euros. Par ailleurs, ces nouvelles installations garantiront la distribution de l’eau dans le nouveau quartier Beauséjour en cours d’aménagement. L’année 2010 sera marquée par le démarrage effectif de la construction du nouveau quartier de Beauséjour, par le lancement des travaux de développement du quartier de Moka, par la poursuite de l’aménagement du centre-ville dans le cadre du PRU ainsi que la livraison de la nouvelle gendarmerie. N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

17


ACTION SOCIALE

CCAS

Le Centre Social Outil au service du développement social local, le Centre Social est à la fois un lieu d’entraide, d’écoute, de rencontre et d’animation dédié à l’action sociale et familiale pour les habitants du secteur de la Rivière des Pluies. l accueille tout le monde, sans distinction d’âge, de culture ou de catégorie sociale. Véritable lieu de médiation ouvert à tous, il contribue à créer ou entretenir des liens sociaux, familiaux et intergénérationnels. Il est en cela une expression vivante de la citoyenneté qui s’appuie sur les compétences des habitants.

I

Deux vocations Le Centre Social propose des activités et des services favorisant l’insertion, l’accès à la culture et aux loisirs. Il rassemble les habitants autour d’activités éducatives et de projets culturels ou festifs. Le Centre Social a deux vocations : développer la citoyenneté et la vie associative mais également promouvoir les familles par l’éducation et la culture.

Les futurs locaux du Centre Social au CASE de la Rivière des Pluies.

CCAS

Toutes les cultures Dans le cadre de l’Accueil Collectif des Mineurs, ACM, anciens centres de loisirs, les enfants étaient invités à découvrir les richesses des cultures de l’océan Indien à travers le thème « L’enfant dans sa culture et son environnement ».

Les six centres d’Accueil Collectif des Mineurs du mois de janvier dernier ont mis à l’honneur, l’environnement et la culture réunionnaise. Les enfants ont eu le plaisir de découvrir au travers des ateliers de musique, de danse et d’arts plastiques toutes la diversité de la culture

Un élément de culture réunionnaise, la culture tamoule, vue par les enfants.

de notre île. Cette découverte s’est terminée en fin de centre par une exposition durant trois jours dans le hall de la Médiathèque. L’événement

Exposition des travaux des enfants à la Médiathèque.

18

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

N° 55 JAN./FÉV. 2010

La nouveauté 2010 fut l’ouverture, pour la première fois lors de ces dernières vacances, d’un centre d’accueil à l’école de l’Espérance. En effet, l’école rénovée et sécurisée répond maintenant aux normes voulues pour l’organisation d’ACM et

c’est avec impatience que les enfants, comme les parents, attendaient les activités qui leur ont été proposées. Le spectacle, véritable fête de quartier, organisé le 21 janvier en clôture du centre, a donné lieu à des moments de liesse et d’émotion chez les petits et les grands mais aussi chez Paulette Dubard, élue du secteur, plus que satisfaite de l’expérience. Celle-ci sera renouvelée dès les vacances de mars. On trépigne de plaisir à l’Espérance.


ACTION SOCIALE quotidienne et il aide les parents à retrouver leur juste place dans l’éducation de leurs enfants par le biais d’actions d’aide à la parentalité. Un lieu et une équipe

L’atelier « Informatique pour tous » peut être victime de son succès !

En suscitant l’engagement et la participation des habitants à la vie sociale et locale, en participant au développement social local en concertation avec le mouvement associatif, les collectivités locales et les administrations et en soutenant l’action des autres acteurs associatifs, le Centre Social met en réseau des partenaires et est un lieu d’accueil des associations qui peuvent y intégrer leur siège social ou y exercer des activités. Il répond également aux besoins des habitants, et notamment des familles les plus fragilisées, avec un accueil et une écoute offerts dans un lieu d’information et de rencontre. Il favorise leur insertion sociale par des activités destinées à faciliter leur vie

Le Centre Social de la Rivière des Pluies concerne les quartiers de Moka, Gillot, Duparc, Rivière des pluies, Carreau Coton, Grande Montée les Bas, Desbassyns et Santos Dumont. Depuis l’arrivée du responsable Sergio Narayanin en fin d’année 2009, l’équipe est au complet pour mettre en œuvre les missions de la structure. Elle travaille sur 2 axes : l’animation globale et l’animation “collective famille”. Dans le cadre de l’animation globale, un atelier hebdomadaire animé par Xavier Perrez et intitulé « Informatique pour tous » a débuté en janvier 2010. Des jeunes bénéficiaires du RMI s’initient à la bureautique, à l’usage d’Internet, ainsi qu’à la construction d’outils tels qu’un CV. Il s’agit de rendre l’outil informatique accessible à tous. Dans le cadre de l’animation “collective famille”, un groupe d’habitant de 15 personnes s’est constitué et les rencontres se font pour l’instant au CCAS de la Rivière

des Pluies. Ces moments de travail collectif sont productifs puisque le rythme des réunions a été collectivement fixé tous les quinze jours. L’animation “collective famille” est une mission importante du Centre Social confiée à la référente famille Mirella Hoareau. Ces deux activités seront complétées par des actions intergénérationnelles et d’insertion ou autres validées par les groupes de bénévoles identifiés. Le Centre Social sera localisé au niveau du CASE de la Rivière des Pluies. Des travaux seront réalisés pour accueillir l’ensemble des activités et la population d’ici le deuxième semestre 2010. Néanmoins, pendant la construction des locaux, l’équipe du Centre Social continuera de fonctionner dans l’espace du CCAS. Les Centres Sociaux font l’objet d’un agrément par la Caisse d’Allocations Familiales, renouvelé sur présentation d’un Projet social élaboré avec les habitants et en concertation avec les partenaires. Les Centres Sociaux n’agissent pas seuls, ils travaillent d’abord avec la population du secteur et développent des partenariats avec les collectivités, les institutions et les associations.

Comprendre l’environnement et ces enjeux au travers d’un jeu.

Le spectacle de fin d’activités a constitué un véritable événement à L’Espérance.

Les parents et les enfants ont contribué à la réussite de cette première expérience dans leur quartier.

N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

19


VIE MUNICIPALE

HOMMAGE

Goulam Houssein Lambate Une figure de la commune nous a quittés en fin d’année dernière : Goulam Houssein Lambate, qui a exercé le métier de taximan pendant près de quarante ans. Il laisse derrière lui le souvenir d’un homme apprécié par toute une génération de Sainte-Mariens. é le 5 juin 1931, Goulam Lambate a débuté son activité de taximan en février 1954 à SainteMarie. Il fut le premier détenteur de la patente sur le territoire. Il a pris sa retraite en novembre 1992, après 38 années de dur labeur au cours desquelles il a côtoyé une grande partie de la population. À une époque où les moyens de transport n’étaient pas aussi variés que maintenant, il a su remplir sa fonction et exercer sa mission avec un sens aigu du dévouement.

N

M. et Mme Goulam Lambate lors d’un voyage à Agrah, en Inde.

Très apprécié des habitants, il savait se rendre disponible à toute heure du jour et de la nuit afin de leur rendre service. Celui que tout le monde ici surnommait affectueusement « Loumbate », a eu six enfants, quatre filles et deux garçons. Ces

derniers ont d’ailleurs repris le flambeau de leur père puisqu’ils exercent le même métier, l’un à Saint-Denis (Isaac) et l’autre ici à Sainte-Marie (Shabir). « Un bon moune » Une de ses filles, Mme Farida Beauvoir, l’a même remplacé à une certaine période. « Il a été un long moment malade et je me suis lancée à sa place dans le véhicule. Cela a duré quatre ans, de 1984 à 1988 », se rappelle-t-elle précisément. Mme Marie Élysée, retraitée résidant dans le quartier de la Découverte, a bien connu le regretté défunt. « C’était vraiment un bon moune, Monsieur Loumbate, toujours souriant et prêt à rendre service. D’ailleurs il était considéré comme un membre de la famille, tellement il était proche des gens. Pour nous emmener chez le docteur, à l’hôpital ou bien faire les courses, on pouvait compter sur lui », se souvient-elle.

M. Goulam Lambate au volant de son taxi, en 1979, garé devant son domicile. 20

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

N° 55 JAN./FÉV. 2010

Il est décédé le 14 octobre dernier. Ses obsèques ont été suivies par une foule impressionnante venue lui rendre un dernier hommage.


VIE MUNICIPALE

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Les Bons ”Plants” de la St-Valentin Le 14 février, c’est la fête des amoureux, et quand ça tombe un dimanche, il n’y a aucune raison de ne pas en profiter. C’est ce qu’a fait la toute nouvelle Cellule Économique de la Ville en organisant son marché mensuel de La Mare autour de la Saint-Valentin. out au long de la journée, les visiteurs ont pu trouver, outre les ”Bons Plants” habituels, des cadeaux plus spécifiques comme les fameuses solanacées dites

T

Pommes d’Amour ou des coffrets d’orchidées ornés d’un délicat petit cœur rouge. Ils ont pu également assister en fin d’aprèsmidi à un défilé de vêtements proposé par de jeunes garçons et filles sur le thème du duo amoureux, en toute innocence bien entendu. Prochain ”Bons Plants”, les 11 avril, 9 mai et 13 juin prochains avec de nouvelles surprises. Et, quant au marché aux Fleurs, il devient hebdomadaire à partir du mois de mars. Il se tient tous les jeudis sur la place du Marché Forain de 7 à 13 heures.

Un marché qui a désormais ses habitués.

Tout un symbole en cette Saint-Valentin.

LA CELLULE ÉCONOMIQUE C’est à la demande de l’équipe municipale que la cellule économique a été créée en 2009, sous la houlette d’Yves Ferrières, adjoint au Maire. Tout en s’appuyant sur les autres services municipaux, elle se donne pour objectif de soutenir le dynamisme économique engagé depuis plusieurs années par la Ville et propose des activités commerciales attractives et valorisantes pour le front de mer. Des opérations mensuelles seront organisées avec une recherche constante de qualité. Composition de la cellule économique : Yves Ferrières - Adjoint au Maire • Stéphan Servan - Directeur Général Adjoint des Services • Jean-René Courounadin - Régisseur municipal • Caline Ichane - Secrétaire • Eddie Ramsamy et Jimmy Rivière - Chargés des relations avec les exposants et la presse. Pour tous renseignements contactez le 0692 95 07 55 Tout le monde a joué le jeu pour cette fête des amoureux. N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

21


FESTIVITÉS

SALON

Duparc et la Saint-Valentin L'association CAAP, Créateurs Artistes et Artisans Péi, tenait son premier salon les 6 et 7 février derniers à Duparc. Cette association de 47 artisans, dissidente d'Arts et Traditions, est née le 20 décembre 2009. Elle entend bien faire reconnaître le talent des créateurs réunionnais. our sa première manifestation, CAAP avait choisi le thème de la Saint-Valentin. En effet, qui ne cherche pas à cette occasion un cadeau original, voire une pièce unique ? Si ce salon est resté plus modeste avec ses trente et un exposants, que ses prédécesseurs, les fameux Fait Main, il a quand même attiré quelques huit cents personnes sur les deux jours d'exposition. Ainsi Jean-Fred Huet, son Président, semble avoir eu raison de rester fidèle à SainteMarie et à sa salle ”fétiche” de Duparc. Ce n'est qu'un début pour une association qui milite pour le droit aux artisans de vivre de leur art et de leur talent. Et ceci pour le plus grand bonheur des visiteurs qui se sont habitués à ces rendez-vous sainte-mariens.

P

La salle de Duparc accueillait le premier salon de CAAP Réunion.

Saint-Valentin oblige, les créateurs de bijoux étaient présents.

De magnifiques bouquets pour les amoureux. 22

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

N° 55 JAN./FÉV. 2010


CULTURE

EXPOSITION À LA MÉDIATHÈQUE

« La France au combat » Après la magnifique présentation de l'entre-deux guerres, l'Association des Anciens Combattants de Sainte-Marie a proposé aux passionnés, comme aux curieux, une exposition sur les années de guerre de 1940 à 1945. omposée de panneaux riches en informations sur le déroulement de ces événements dramatiques et de la reconquête du territoire national jusqu'à la chute de l'IIIe Reich ainsi que d'objets, cette exposition bénéficie également d'un éventail bibliographique sur le sujet disponible à la Médiathèque. Lors du vernissage de cette exposition, en présence d'Yves Ferrières, adjoint au Maire et délégué aux Associations Patriotiques, André Crestet, Président de l'Association des Anciens Combattants, a honoré un homme qui a combattu pour la France pendant cette période. Albert Joséphine, aujourd'hui nonagénaire et très fatigué n'a pu se déplacer. C'est donc sa fille, Ismène qui s'est vu remettre la Médaille du Djebel, médaille associative qui vient récompenser les services rendus au monde associatif. Outre ses états de service de

C

Une exposition qui propose images, documents et archives.

combattant, Albert Joséphine a été, de longues années durant, le contrôleur aux comptes de l'association.

Les honneurs sont rendus à Albert Joséphine qui, du fait de son grand âge, est représenté par sa fille Ismène.

Au programme… Exposition « Observatoire photographique des paysages » du 4 au 30 mars 2010 dans le hall de la médiathèque. En partenariat avec le Conseil d'Architecture d'Urbanisme et de l'Environnement. « L'Observatoire photographique des paysages de La Réunion » est une invitation à regarder différemment nos paysages. À partir d'un choix de cent clichés noir et blanc, cinquante points de vue sont rephotographiés annuellement ; à la même date et parfois à la même heure (de 2003 à 2007) par le photographe François Louis Athénas. L'exposition donne à voir comment l'activité humaine modèle le paysage, comment cohabitent tradition et modernité...

Exposition peintures « Coup de cœur » de Françoise Merle Françoise et Claude Roche. Du 15 mars au 12 avril 2010 dans la salle d'exposition. Exposition dans le cadre du projet Convergence avec l'Artothèque du 30 avril au 27 mai 2010. Travail sur la diversité des médiums. Action dans le cadre de la semaine de la presse du 22 au 27 mars 2010. Action dans le cadre de la presse magazine à partir du 7 avril 2010. Atelier de calligraphie chinoise pour adultes et enfants à partir de 10 ans de mars à juin 2010. Tous les mercredis de

10h à 12h et tous les samedis de 9h à 12h de mars à juin 2010 dans le hall de la médiathèque.

Atelier de Pâques. Date à déterminer. Prendre contact avec la Médiathèque pour tout renseignement. FESTIVAL INTERNATIONAL DE JAZZ Le 23 mai sur le port de SainteMarie de 16 h à 21h30 « Hommage à Django Reinhardt ». Au programme Môta, Nathalie Rajaonarison et Steeve Deville pour une session manouche. Précédant le concert, du 17 au 21 mai des Master-Class seront organisées dans les écoles et les quartiers de la Ville avec les artistes invités. Et de ces rencontres entre les habitants et les musiciens naîtront des ”bœufs”, que l'on souhaite mémorables, dans les quartiers. Pour tout renseignement contactez le 0262 53 21 00.

N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

23


SPORT

TENNIS DE TABLE

Les vétérans à l’honneur Le gymnase de Duparc a accueilli une fois encore des Championnats Régionaux de Tennis de Table. C'était le 13 février dernier et il s'agissait cette fois des championnats Vétérans.

ette compétition, sponsorisée par le Comité des Médaillés de la Jeunesseet des Sports ainsi que par la Ligue de Tennis de Table, réunissait 32 participants licenciés dans la dizaine

C

de clubs de l'île. Les pongistes sainte-mariens ont fait honneur à leur club, le SMTT, en remportant trois récompenses. En Vétérans 1, moins de 50 ans, Jean-René Balbine monte sur la troisième marche du podium. En Vétérans 3, plus de 60 ans, c'est le Président Claude Louis qui se place deuxième. Quant aux féminines, Lydie Duquesne finit quatrième juste au pied du podium.

De gauche à droite : Jean-René Balbine et sa fille, Claude Louis, Laurent Magetti, Albert Descamps, Stéphane Goudeau, Lydie Duquesne et au premier plan Hubert Rubelon.

Programmation sportive Les séances de Gym Plein Air ont repris sur le plateau noir du Complexe Omnisports de Flacourt. Elles auront lieu de 18 h à 19 h les mardis : – 23 mars et 30 mars – 6 avril, 13 avril, 20 avril et 27 avril – 4 mai, 18 mai et 25 mai

24

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

N° 55 JAN./FÉV. 2010

Entrée libre tout public les 24 et 25 avril : Championnats Régionaux de Sabre au Complexe Omnisports de Flacourt organisés par la Ligue d'Escrime et le Bourbon Escrime Club de Sainte-Marie. Pour tout renseignement contactez le 0692 86 44 97


FESTIVITÉS

NOUVEL AN CHINOIS

Le Tigre de métal La tradition chinoise était à l'honneur le 16 février dernier à la salle des fêtes de la Mare. Célébrée sur l'ensemble du territoire réunionnais, la fête des Lanternes, qui marque aussi le Nouvel An chinois et l'entrée dans l'année du Tigre, a mis à l’honneur les traditions de la Chine qui s'éveille… n présence du Vice-Consul de Chine, Wang Kejun et de Roland Chane, représentant de la communauté sainte-marienne, le premier magistrat de la ville a rappelé que la célébration du Nouvel An chinois, la fête du double 10 et la fête de Guan Di, sont peu à peu devenue des portes qui continuent de s'ouvrir entre la communauté chinoise et les autres composantes de la société réunionnaise.

E

Jean-Louis Lagourgue entouré du Vice Consul de Chine Wang Kejun et de Roland Chane, le représentant de la communauté.

Ce que La Réunion connaît avant tout de la Chine, ce sont les boutiques ”chinois“ ainsi que sa cuisine réputée et appréciée d’un grand nombre de gourmets. L’opportunité du Nouvel An est donnée de se retrouver en famille, entre amis, pour célébrer les traditions, les racines, l’identité d’une communauté qui contribue largement au mieux vivre ensemble à Sainte-Marie… Les nombreux invités ayant répondu présents à l’invitation de la municipalité ont pu assister à la danse du lion, effectuée par des membres de l’association Hong De. Les pétards et le rouge Un partenariat a d’ailleurs été établi entre cette dernière et la Ville dans le but de favoriser le développement de ses activités. Il s'agit pour la mairie de Sainte-Marie de poursuivre son engagement à favoriser et accompagner le rayonnement et la diversité des expressions culturelles sur son territoire.

La gastronomie chinoise est unanimement appréciée.

Le Vice-Consul a souligné qu’à chaque fête, une légende est associée. « Pour les pétards, le bruit et le rouge sont des notions symboliques pour notre culture. Nous combattons ainsi le mal, les démons », a t-il expliqué. Le maire a particulièrement mis en avant les contributions des membres de la communauté chinoise à la vie sociale et économique de la Ville. « Vous nous apportez beaucoup par votre travail, votre savoir et votre talent. SainteMarie que nous connaissons et aimons aujourd’hui, ne serait pas ce qu’elle est sans les apports importants au fil des ans de ses habitants d’origine chinoise », a t-il précisé.

La danse du lion, interprétée par les membres de l’association Hong De.

La fête des Lanternes clôture quinze jours de festivités. N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

25


ACTION SOCIALE

LA RÉUNION, MON ILE

De belles vacances Dans le cadre des actions du Contrat Urbain de Cohésion Sociale, CUCS, deux éducatrices spécialisées de l’Association Réunionnaise pour le Développement de La Réunion interviennent sur chacun des quartiers, Gaspards, Verger, Découverte, à raison d’un jour par semaine. ependant, leur action ne limite pas à ce seul jour. Pendant les vacances d’été, des activités de loisirs ont été organisées pour les jeunes. Des sorties diversifiées et enrichissantes qui ont conquis les heureux participants.

C

En piste avec le casque… La première sortie a eu lieu dans l’est de l’île avec les jeunes du Verger. Force est de constater que les jeunes roulent encore trop souvent sur leur ”booster” sans porter leur

casque. Or les 14/25 ans représentent la catégorie d’âge la plus touchée par les accidents de la circulation. Il s’agissait donc en l’occurrence de les initier à la pratique du Kart sur le circuit Félix Guichard de SainteAnne. Confrontés ainsi à l’application de consignes strictes en matière de sécurité routière, il était intéressant et primordial que ces jeunes puissent projeter ces règles sur leurs propres pratiques. Très à l’écoute des consignes, ils n’ont pas hésité à poser des questions pertinentes sur le déroulement de l’activité, notamment sur ce qu’il était interdit de faire. Ils ont été très attentifs et ont pu bénéficier de toute l’attention des professionnels présents et de leurs conseils avisés. Une atmosphère bonne enfant s’est vite installée. Cette bonne ambiance a duré toute la journée et a permis à l’ensemble du groupe de s’amuser tout en respectant les consignes données. En milieu aquatique… Cette fois, direction La Saline et la pratique du kayak de mer. Une monitrice de Run’Aventures ainsi qu’une éducatrice ont encadré les groupes pendant l’initiation et les randonnées aquatiques. Au travers de cette activité sportive et de loisir, les jeunes ont découvert la faune et la flore du lagon. Ils ont ainsi été sensibilisés à la protection de la nature.

Un intéressement réel des jeunes sur la maîtrise et la conduite de l’animal.

L’après-midi, changement de milieu avec une visite aux Écuries d’Eldorado à l’Étang Salé. Là encore, il fut question de respect des consignes données à appliquer strictement dans un souci de sécurité et de respect de l’animal. Une promenade équestre a clôturé cette initiation des jeunes qui ont

Il fait bon sortir un peu.

manifesté un réel intérêt pour la maîtrise et la conduite de l’animal. Un peu d’histoire… Les jeunes des Gaspards ont commencé leur journée à Saint-Gilles-les Hauts par la visite guidée du musée de Villèle, haut lieu de l’histoire de l’esclavage dans notre île. Le but : faire découvrir aux jeunes une partie marquante de l’histoire de La Réunion, à savoir l’esclavagisme et l’origine de la population. Lors de la visite, ils se sont montrés curieux et intéressés. L’après-midi : détente, plaisir mais aussi prudence et respect des consignes, expliquées par le maître nageur, dans un parc d’attraction aquatique à l’Étang Salé. Un programme intense et diversifié Actuellement d’autres activités de loisirs en faveur des jeunes de la ZUS se poursuivent dans ce cadre (La forêt de l’Aventure à la Saline, le quad du Maïdo, le Parc de la Luge…).

SÉJOURS DE VACANCES

À la découverte de l’île sœur Le Collectif d’Animation de Sainte-Marie propose aux jeunes Sainte-Mariens de huit à dix-sept ans, de découvrir l’Ile Maurice à l’occasion de séjours d’une semaine pendant les vacances scolaires. Le premier de ces séjours se déroulera du 10 au 17 mai pro-

26

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

chains. Logés dans un hôtel de Pereybère, encadrés par des professionnels de la petite enfance, les enfants pourront à la fois se détendre et s’amuser à la plage, mais également visiter l’île et rencontrer de jeunes Mauriciens dans le cadre d’échanges musicaux ou sportifs.

N° 55 JAN./FÉV. 2010

Des séjours sont également pr��vus pour la période juilletaoût. Du 6 au 13 juillet pour les moins de 12 ans, du 16 au 23 juillet pour les plus de 12 ans et du 26 juillet au 2 août pour les 8/17 ans. Afin d’ouvrir ces séjours à tous les enfants, des aides de bourses auprès de la Caisse

d’Allocations Familiales pourront être établies par le Collectif, organisme par ailleurs agréé Jeunesse et Sports. Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter le Collectif d’Animation au : 0262 53 34 81 ou 0692 76 61 47


VIE MUNICIPALE

NOCES D’OR

Deux couples unis Ils ne se sont pas donné le mot et pourtant… M. et Mme Noël Moniteur ainsi que M. et Mme Roland Apou ont célébré leurs noces d’or à une semaine d’intervalle, au début du mois de janvier. Il est vrai que fêter 50 années de mariage représente un événement particulier.

Ghislène Sinamalé et Noël Moniteur se sont unis le 4 janvier 1960 à Sainte-Marie. 13 enfants, 26 petits-enfants et un arrièrepetit-enfant composent leur grande famille. Prétextant l’anniversaire d’un des neveux,

c’est en fait pour eux qu’une centaine de personnes se sont retrouvées au CASE. « On voulait absolument partager un moment fort et je crois que ce fut réussi », indique l’une des filles des époux Moniteur.

Une belle surprise oël et Ghislène, ancien maçon et femme au foyer, ont eu la surprise de voir tous les membres de leur famille réunis le dimanche 10 janvier au CASE du centre-ville et de célébrer avec eux leurs noces d’or.

N

Ghislène et Noël Moniteur, 50 ans de bonheur.

Une célébration réussie Il y a cinquante ans, le 16 janvier 1960, Lydie Alaguiry et Roland Apou se sont mariés à Sainte-Marie. De leur union sont nés 6 enfants, 9 petitsenfants et 3 arrière-petitsenfants. La joie et l’émotion étaient palpables le dimanche

Les membres de la famille ont fait une belle surprise aux époux.

17 janvier dernier, à l’auberge Les Citronnelles de TerrainÉlisa, au moment de fêter leurs noces d’or. Roland Apou a longtemps exercé le difficile métier de tourneur à l’usine sucrière de la Mare avant de terminer sa carrière à l’usine de Bois Rouge tandis que Lydie s’est occupée de son foyer.

La famille réunie pour une célébration réussie.

Lydie et Roland Apou ont reçu de nombreux cadeaux à cette occasion.

N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

27


ACTION SOCIALE

LES SENIORS

Bienvenue aux clubs ! L’allongement de l'espérance de vie et les départs à la retraite à un âge moins avancé qu'autrefois, privilégient des Seniors très actifs, en forme et avides de sorties et de découvertes. Un sondage récent auprès de personnes âgées de 55 à 75 ans met en évidence leurs passions. Le JSM se propose de vous faire découvrir au fil des parutions les associations de Seniors de notre commune. es Seniors sont 70 % à avoir des projets plein la tête. Ce sont les voyages qui arrivent largement en tête à 65 % puis la famille, la maison, le béné volat à 36 %, il faut le souligner, et ensuite les activités physiques, les loisirs créatifs et la mise en place de nouveaux apprentissages comme les technologies de l’information et de la communication. La vie de leurs clubs en témoigne.

L

Entre tradition et modernité.

Les présidents des clubs Seniors réunis autour de Vivienne Dalleau, adjointe déléguée aux personnes âgées, et de Lucie Jugant, présidente de l'OMPA.

Les Seniors aiment se retrouver entre eux lors de sorties dans l'île ou au cours de voyages plus lointains. Certains, magie des nouvelles communications, ont même tissé des liens très forts avec leurs homologues de clubs métropolitains.

Ils ont le souci permanent de transmettre. On n’hésite plus à qualifier cette époque, de la vie comme une période d’intense épanouissement. À Sainte-Marie, les clubs ont pour partenaires l'OMPA, Office Municipal

pour les Personnes Âgées, présidé par Lucie Jugant, le CCAS et son responsable Seniors, Fred Turpin et bien entendu la Ville à travers la délégation aux personnes âgées dont Vivienne Dalleau à la charge.

RENCONTRE AVEC VIVIENNE DALLEAU ET LUCIE JUGANT Vivienne Dalleau, qui assure avec passion sa délégation depuis de nombreuses années, considère que la prise en compte des attentes de nos aînés et des familles est une priorité constante de la municipalité. « Nous sommes confrontés à une véritable mutation démographique et sociologique : celle du vieillissement et de l’allongement de la durée de vie dans notre pays. Lors de ma prise de fonction les activités étaient un peu au point mort. Mon but est de les développer ainsi j’entends faire preuve d’un esprit d’anticipation dans ma fonction de déléguée aux Seniors pour répondre du mieux

28

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

possible à leurs besoins. L’épanouissement de nos aînés passe par une bonne organisation de leur temps libre. Je souhaite également que l’accent soit mis sur le développement des échanges intergénérationnels à La Réunion comme avec la Métropole. Un projet est actuellement à l’étude pour un « jumelage » avec Marseille. Je suis convaincue que ces contacts noués représentent un intérêt pour les jeunes ; ils peuvent bénéficier des liens tissés par leurs aînés. Notre implication passe aussi bien sûr par le biais des actions initiées tout au long de l’année au niveau des clubs. L’organisation de la Semaine Bleue en octobre représente le temps fort de la vie de nos clubs. Notre commune entend être exemplaire en direction des

N° 55 JAN./FÉV. 2010

personnes âgées. Il faut savoir que les clubs regroupent plus de 750 adhérents à SainteMarie. » Lucie Jugant, présidente de l’Office Municipal des Personnes Âgées depuis 7 ans, est la première à confirmer que les Seniors savent et aiment s’amuser. « Et j’en connais beaucoup parmi les adhérents des 14 clubs affiliés à l’OMPA, qui ne manquent pas une occasion de le prouver. Nos associations, par leur vivacité, sont en effet la preuve que beaucoup de personnes âgées ont en commun de nombreux centres d’intérêts et d’affinités sur lesquels se construit une amitié durable. Les différentes actions mises en œuvre à Sainte-Marie démontrent bien que l’entraide, le sou-

tien, l’échange de conseils et bien sûr le partage des loisirs est une réalité dans la vie quotidienne des clubs. L’OMPA soutient les clubs dans leurs projets en suscitant des initiatives : Par exemple, organiser des dons en cas de décès ou à l’occasion de noces d’or ainsi que deux repas associatifs par an, mais également dans leur fonctionnement, en fixant le montant des cotisations ou en versant des subventions. Je crois à la capacité de l ’ O M PA d’aider les Seniors à profiter pleinement de cette période de leur vie. »


ACTION SOCIALE

LES SENIORS

Club Élisa

Des membres actifs réunis devant la mairie annexe de Terrain Élisa.

Les travaux de l'Assemblée Générale du Club Élisa.

Fort de ses 35 membres il est présidé par André Desiles. Comme son nom l'indique il est domicilié : 176, rue Élisa, Terrain Elisa.

Anne-Marie Desiles, vice-présidente – France Cazal, trésorière – Anne-Marie Dargonne, secrétaire.

Il réunit ses adhérents le plus souvent à la mairie annexe de Terrain Élisa. Son bureau est composé d’André Desiles, président –

Le principal de ses activités tourne autour de sorties mensuelles dans toute l'île. Il est prévu, cette année, un voyage à Maurice.

Contact : 0262 53 42 61 N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

29


ACTION SOCIALE

LES SENIORS

Club Hortensia

Les membres du club réunis dans le local de La Découverte.

Direction La Découverte où se trouve le club Hortensia : 15, rue de la Liberté. Roger Virama préside aux destinées de ce club dynamique qui se réunit tous les jeudis au local de La Découverte. Pour tout renseignement sur ce club appelez le 0692 03 29 27. Ses 45 membres aiment leurs sorties du dimanche et prévoient un voyage pour l'île Maurice cette année. Le bureau des Hortensia est composé de : Roger Virama, président – Yves Éthéve, vice-président – Maxime Lagrave, trésorier – Charles Bégue, secrétaire – MarieJacqueline Adam, trésorière-adjointe – Marie-Sylviane Payao, secrétaire-adjointe.

Contact : 0692 03 29 27 Rencontres intergénérationnelles lors de la Semaine Bleue. 30

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

N° 55 JAN./FÉV. 2010


ACTION SOCIALE

LES SENIORS

Une Maison du 3e âge « Notre volonté est de faire davantage d’année en année, afin d’améliorer vos conditions de vie et être à votre écoute. Vous savez que vous pouvez compter sur ma vigilance pour que notre collectivité s’engage dans des actions fortes à vos côtés. Je tiens tout de même à rappeler qu’en plus de tout cela nous avons régulièrement, depuis ces dernières années, développé des actions pour améliorer le quotidien de nos anciens. » Ainsi s'adressait Jean-Louis Lagourgue aux Seniors sainte-mariens dans les colonnes du JSM fin 2009. équipement de proximité à destination des Seniors à la Grande Montée est l'illustration de cette volonté. Les consultations des entreprises étant achevées et les financements par le Conseil Général accordés, les travaux de réhabilitation et de sécurisation d’un bâtiment communal situé à la Grande Montée vont être lancés. Il sera ensuite mis à disposition des Seniors du quartier afin de leur permettre de se retrouver pour échanger et assurer des activités et ce, dans un cadre

L’

convivial et de qualité. Car le manque de lieu de réunion spécifique est le souci le plus souvent évoqué par les dirigeants des clubs Seniors de notre ville. Ce bâti-

ment est un moyen de remédier à ce manque et ne peut que permettre l'amélioration des travaux et initiatives des associations.

Rendez-vous lors de la prochaine Semaine Bleue en octobre prochain. N° 55 JAN./FÉV. 2010

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

31


SPORT

CROSS RÉGIONAL

Des creux et des bosses

Le podium Seniors-Espoirs Hommes 1- Raymond Fontaine 2- Arnaud Moël 3- David Hauss Seniors-Espoirs Femmes 1- Léonor Piuza 2- Marie-Olivia Dijoux 3- Daisy Pausé Vétérans Hommes 1- David Dupuy 2- Jean-Benoît Talimbola 3- Éric Lacroix Juniors Hommes 1- Joe Ericson Sinacoinde 2- Kévin Técher 3- Grégoire Prono Vétérans-Juniors Femmes

En plein midi, le départ est donné, c'est la ruée chez les plus jeunes.

2- Viviane Franchin

Le site de Bois Madame n'attire pas que les pique-niqueurs le dimanche. La preuve, ce sont des centaines d'athlètes qui sont venus s'affronter sur ce magnifique parcours lors des derniers championnats régionaux de cross qui ont eu lieu le 7 février dernier. out le gratin de l'athlétisme réunionnais était là ou presque. Depuis les tout-petits des écoles d'athlétisme jusqu'aux ténors de la discipline comme Raymond Fontaine, David Hauss ou Jean-Louis Prianon le régional de l'étape.

T

1- Armande Cadet 3- Clarita Laude Cadets 1- Julien Acadine 2- Ruddy Barret 3- Anthoumane Ahmamadi Cadettes 1- Pamela Clorate 2- Florence Pavot 3- Flaviana Ernest

Le public encourageait les coureurs tout au long du parcours.

Cette manifestation organisée par la Ligue s'est appuyée sur le CASM, Club d'Athlétisme de Sainte-Marie, présidé par l'inaltérable Charles Catherine. Un CASM privé à la dernière minute de Willy Désiré et Jerry Perrault, forfaits. La chaleur qui régnait sur le littoral saintemarien n'a pas entamé le moral des concurrents, même celui des plus jeunes prenant le départ en plein midi. Les coureurs ont enchaîné les boucles, de 390 à 1 820 mètres, sur le tracé parsemé de creux et de bosses comme tout parcours de cross-country qui se respecte. Ils ne se sont pas arrêtés pour goûter à la relative fraîcheur des sous-bois, n'ayant qu'un seul but : franchir la ligne d'arrivée le plus tôt possible. 32

LE JOURNAL SAINTE-MARIE

N° 55 JAN./FÉV. 2010

La magnifique foulée de la championne franco-mozambiquaine Léonor Piuza.


Le Journal de Sainte-Marie n°55