Page 1

Nogent qui bouge Malgré les temps difficiles, notre ville est en mouvement. Les nombreux chantiers en cours en témoignent. Pour lutter contre la crise économique qui affecte tous les territoires, Nogent-le-Rotrou a fait le choix de maintenir de grands investissements dans les domaines de l’économie, de la culture et du logement : construction de bâtiments industriels, nouveau cinéma, extension du plateau Saint-Jean, rénovation de l’habitat et construction de maison nouvelle par Nogent Perche Habitat. Autant de chantiers qui, des Terres Fortes au plateau Saint-Jean en passant par le centre-ville et la construction d’un nouveau collège dans le quartier du Pâty, vont en peu de temps modifier le visage de notre ville sans la défigurer. Seuls des choix budgétaires rigoureux nous permettront de continuer dans cette voie indispensable pour l’avenir. Les temps qui viennent seront en effet plus durs encore pour les villes moyennes de notre pays, tandis que certaines réformes en cours risquent de mettre en péril leurs capacités financières. Projeter Nogent-le-Rotrou dans les décennies à venir pour qu’elle y trouve toute sa place, ce n’est pas seulement investir. C’est aussi aider et encourager les associations à animer toujours plus et toujours mieux notre vie locale, pour le bien être des habitants et le rayonnement de leur ville. C’est pourquoi la municipalité agit pour renforcer les manifestations et en augmenter le nombre : programmation de la saison culturelle et de l’Arsenal, montée en puissance de Percheval, fête pour la jeunesse, festival du Thé Vert, soutien aux troupes théâtrales des Buissonniers et de la Compagnie du Perche et mise en scène, par Monsieur Frédéric Smektala, d’une grande fête locale sur des thèmes de l’histoire nogentaise dont les associations et les habitants seront les acteurs. Chers concitoyens, chères concitoyennes, les prochains mois seront riches de rendez-vous nouveaux et variés. C’est ainsi que nous répondrons le mieux aux défis de l’avenir. En nous rassemblant dans la convivialité et le respect de chacun, pour vivre le mieux possible ces temps difficiles.

François Huwart, Maire de Nogent-le-Rotrou Ancien Ministre


04-06

20

08

22

10

24

16


04 Actualités CHÂTEAU ST JEAN MÉMOIRE D’UN QUARTIER LA VILLE SUR INTERNET BIBLIOTHÈQUE 08 Économie LA ZONE D’ACTIVITÉ DE L’AUNAY S’ÉTEND 10 Logement / Travaux DU NOUVEAU PLACE DES VIENNES AMÉNAGEMENTS DE VOIRIE

12

26-28 30

14

GUY MONTAGNÉ

CINÉMA

18

32

12 Urbanisme / Réglementation UN NOUVEAU SERVICE MUNICIPAL 2 PLACES REBAPTISÉES OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC 14 Marché SUR LES ÉTALS DES POISSONNIERS 16 Rétrospective L’ALBUM PHOTO DE L’ÉTÉ 18 Action sociale / Santé CHANTIER D’INSERTION PROFESSIONNELLE ALZHEIMER : DES SOINS À DOMICILE 20 Vie associative RELAIS MINI-SCHOOL LUDO’PERCHE 22 Sports / Loisirs LE CANOË CLUB PREND LE LARGE AQUAVAL, UNE SAISON “RECORD” 24 Enseignement LES ÉCOLES DE LA VILLE 26 Culture L’ÉCOLE MUNICIPALE DE MUSIQUE A LA BARAQUE SAISON CULTURELLE : A NE PAS MANQUER... 30 L’agenda QUE FAIRE CET AUTOMNE À NOGENT ? 32 Expression politique


CHÂTEAU SAINT-JEAN

Actualités

Le temps suspendu

4

Le site du château Saint-Jean, son histoire, ses récentes restaurations, les collections ethnographiques et historiques de son musée, en témoignant des temps passés, se prêtent naturellement à évoquer le thème du temps suspendu. C’est ainsi que jusqu’au 28 février, l’exposition Tilt, œuvres du Centre national des arts plastiques en région Centre, rassemblant une trentaine d’œuvres créées par vingt artistes, propose une réflexion parallèle sur les notions d’immuabilité, d’écoulement arrêté et d’approche méditative du temps à travers la photographie, la vidéo et l’installation. Dimanche 15 novembre, l’opération A Musées-vous en région Centre, qui permettra au public un accès gratuit au musée-château Saint-Jean, sera l’occasion d’évoquer ce thème du temps suspendu à travers les inter-

ventions d’Abderzak Houmi. Chorégraphe de l’une des compagnies phare du de hip-hop en France, il accompagnera le public dans l’exposition et transmettra, par la danse sa vision du temps ralenti, du temps distendu et de la mémoire du corps (représentations à 11h, 14h30 et 16h). Des lectures de textes littéraires entrant en résonnance avec les œuvres seront également données de 10h à 12h30 et de 14h à 18h30. Pratique : Tilt, œuvres du Centre national des arts plastiques en région Centre, jusqu’au 28 février, au muséechâteau Saint-Jean. Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 12h et de 14h à 18h. Tarifs : adultes, 2,60 euros ; enfants de 7 à 18 ans, 1,50 euros. 02 37 52 18 02.

MÉMOIRE D’UN QUARTIER Les Gauchetières en vedette

Les Gauchetières ont près de 40 ans, et ils ont bien changé depuis la construction des premiers immeubles, dans les années 1960. Certains ont d’ailleurs disparu depuis, mais restent bien présents à la mémoire des habitants. L’artiste plasticienne Agnès Gobillot a pu en prendre la mesure en lançant, au printemps dernier, l’idée d’une exposition intitulée Mémoire d’un quartier : Les Gauchetières, avec pour objectif de « créer du lien dans ce secteur de la ville dont on ne soupçonne pas la richesse », dit-elle. Programmée en deux temps, du jeudi 26 au samedi 29 novembre à l’école Paul-Langevin, puis

du mercredi 2 au mardi 8 décembre à la salle des Colonnes de l’Hôtel de ville, elle mettra en scène les contributions d’une centaine d’habitants qui ont spontanément accepté d’exprimer leurs souvenirs, d’ouvrir leurs albums photos, de parler de leur quotidien et de créer au sein de multiples ateliers. Formalisé sous la forme d’une exposition pluridisciplinaire convoquant la photographie, les arts plastiques ou l’écriture, « le projet doit aussi permettre la rencontre entre les générations et les différentes cultures et la levée des préjugés », explique Agnès Gobillot, qui a pu compter sur le dispositif du Contrat urbain de cohgésion sociale (CUCS) et le Centre social – Maison de quartier des Gauchetières pour mettre sur pied l’événement.


Plus ergonomique, pratique et rapide que son prédécesseur, un nouveau site attend les Nogentais et tous les internautes curieux de découvrir la capitale du Perche à travers un outil attrayant et interactif. Mis en ligne à la fin du mois d’octobre, il a été conçu en partenariat avec la société orléanaise Altais. Entièrement refondu aux couleurs de Nogent-leRotrou, ce site présente aussi quelques nouvelles fonctionnalités parmi lesquelles un moteur de

Un nouveau site en ligne recherche ; la possibilité de transformer chaque article au format pdf, de l’imprimer ou de l’envoyer par courriel ; une rubrique “images” regroupant sous forme de diaporama l’actualité de la ville ; des onglets “contact” permettant d’adresser des courriels aux services de la mairie ; l’abonnement au flux RSS afin de connaître instantanément les modifications apportées aux rubriques choisies ; des formulaires en lignes. Le reste est à découvrir à l’adresse : www.ville-nogent-le-rotrou.fr.

Actualités

LA VILLE SUR INTERNET

UNE BIBLIOTHÈQUE AUX GAUCHETIÈRES Le projet prend forme Le projet de réouverture d’une bibliothèque dans le quartier des Gauchetières a quitté le rayon des chimères pour gagner l’étagère des possibles. Alors que le Moulin à livre, annexe de la bibliothèque municipale, fermait ses portes il y a près de trois ans faute d’avoir trouvé les conditions favorables à son animation, l’Association des familles est sur le point de relancer l’activité dans les locaux, entièrement remis à neuf, qu’elle utilise actuellement pour l’aide aux devoirs. Sous la responsabilité de Dominique Wattebled, un groupe de six bénévoles est à l’œuvre pour reconstituer le fond de livres.

SUR SCÈNE La groupie du comique Les fans de Guy Montagné vont découvrir un véritable artiste de music-hall, méconnaissable sous sa perruque de crooner. Musique, éclairage, tout y est, même le smoking de circonstance. Mais… alors que l’humoriste vient d’entrer en scène, son spectacle est interrompu par une retardataire.

« Il sera constitué dans un premier temps d’albums, de romans et de documentaires à destination des enfants et des adolescents, mais nous avons pour projet de développer un secteur adultes en partenariat avec la bibliothèque municipale », explique Luce Lopez, l’une des instigatrices du projet. Dans l’immédiat, l’équipe espère que des personnes passionnées par les livres et/ou ayant envie de s’investir dans ce projet les rejoindront très vite. Contact : Dominique Wattebled, 02 37 52 17 94 ou 06 87 57 44 74.

Une groupie excentrique qui exige de raconter une histoire en duo avec son idole. Malgré les pièges que lui tend le comique pour la décourager, la groupie s’incruste et le duo s’affronte dans un duel musical virevoltant. Qui sortira vainqueur, le comique, la groupie ou… l’amour ? Guy Montagné et Sylvie Raboutet dans La groupie du comique, Vendredi 13 novembre 20h45, salle PierreMendès-France. Tarifs : 20 et 25 euros. Réservations auprès du service culturel de la Mairie.

5


Actualités

Dans son précédent numéro, Le Mag’ vous présentait sous tous les angles le futur cinéma trois salles de Nogent-le-Rotrou, équipement municipal dont la construction a été lancée au cours de l’été, en bordure de la place du 11 Août 1945, et dont la livraison est prévue pour l’automne 2010.

6

Dès septembre, l’entreprise Bâtiment Dunois amorçait les travaux de gros œuvre et installait sur le site une grue de 25 mètres, nécessaire au maniement des multiples éléments de structure et de maçonnerie. Le chantier a considérablement avancé depuis et l’on perçoit désormais les dimensions que prendra l’ouvrage.

CINÉMA TROIS SALLES

Le chantier en images

Vu d’en haut Depuis le sommet de la grue, la vue est imprenable. Le chantier progresse de la rue Tochon vers les jardins mitoyens à un rythme élevé. Début septembre, la parcelle libérée par la destruction de l’ancien garage Volkswagen était encore totalement dénudée.


Fabriqués en Seine et Marne, ces pré-murs se composent de deux parois en béton de 6 à 7 cm d’épaisseur, reliées par des poutrins de fer tridimensionnels. Les plus imposants affichent 9 mètres de hauteur, leur poids varie de 7 à 9 tonnes.

Actualités

Sur pieux et longrines

Manœuvre de haute précision Par un système de bascule, à l’aide de câbles et d’une poulie, la grue positionne les pré-murs à la verticale. Elle les achemine ensuite sur leurs emplacements, dans une manœuvre de haute précision.

Durant la première partie de l’été, l’entreprise Pieux Ouest a réalisé les fondations du futur édifice : 21 pieux de bétons, coulés dans la couche de sable et de gravier, à des profondeurs allant de 12 à 18 mètres. Ces pieux sont destinés à accueillir les longrines, des poutres de béton constituant la structure du plancher, 1,50 mètres au dessus du niveau de la place du 11 Août 1945, comme l’impose le classement de la parcelle en zone inondable. Entre chaque longrine sont disposées des poutrelles de bétons intercalées avec des blocs de polystyrène (ou hourdis) assurant l’isolation thermique. Ce montage est ensuite couvert de treillis de fer soudés et de barres de renfort. Des murs préfabriqués Une couche de 5 cm de béton est coulée sur l’ossature pieux-longrines-poutrelles. En ressorte les barres de fer (ou attentes) qui permettront de solidariser les pré-murs et les murs banchés entre eux et avec la dalle.

Une fois positionnés, les pré-murs sont fixés au moyen d’étais “tire-pousse”. Lorsque l’ensemble sera mis en place, l’espace libre entre les deux parois des pré-murs sera comblé de béton par tranche de 70 cm de hauteur toutes les heures. Les cloisons intérieures pourront ensuite être réalisées.

7


Économie

DE L’AUNAY S’ÉTEND

Du mouvement dans l’économie

Après l’aménagement de la zone d’activité du Val d’Huisne dans les années 1990, la politique volontariste menée depuis une dizaine d’années sur la zone d’activité de l’Aunay, en bordure de la route de SaintPierre-la Bruyère, par la municipalité et les syndicats à vocation économique que sont le Syndival (aménagement des zones d’activités) et Syval (construction de bâtiments à vocation industrielle) porte ses fruits. Leurs actions conjuguées ont déjà permis l’implantation et le développement à Nogent-le-Rotrou d’activités nouvelles et innovantes : Eurowipes depuis 2001 et Cook Inov depuis 2004.

8

La première d’entre elles a déjà connu deux extensions. Lancée dans un bâtiment de 4 000 m2 avec 23 salariés, son activité de fabrication de lingettes cosmétiques et ménagères s’étend aujourd’hui sur 10 000 m2 et l’on y compte près de 120 emplois.

Un nouvel agrandissement de 3 000 m2 est d’ailleurs en projet à moyen terme. La seconde, si elle n’a pas trop évolué dans sa configuration physique avec 3 000 m2 de locaux à la pointe de la technologie, est passée de 25 emplois lors de son lancement en septembre 2004 à 80 emplois fin 2007. Spécialisée dans la conception et la production de plats cuisinés, elle n’est autre que l’évolution, sur un nouveau site et sous un nouveau nom, des anciennes Conserveries du Perche. Depuis septembre, une nouvelle extension de la zone est lancée. Elle doit permettre d’accueillir d’une part l’entreprise Marie-Laure PLV merchandising (fabrication de publicité sur les lieux de vente) prometteuse de 240 emplois, et d’autre part Blue Web (fabrication de voile de coton) qui amènera à la création de 30 emplois.

Dir. Saint-Pierre La Bruyère

D 370

BLUE WEB

ZA DE L’AUNAY demain BASSIN DE RÉTENTION

EUROWIPES

MARIE LAURE PLV

D 370 COOK INOV SNTS LEGENDRE MÉTAUX DU PERCHE

Dir. Chartres

D 923 FITECO

Dir. Le Mans

NOGENT-LE-ROTROU

En construction


Économie 9

DEUX USINES NOUVELLES Marie-Laure PLV sur 20 000 m2

Depuis la route de Saint-Pierre-la-Bruyère qui le longe, on ne prend qu’en partie la mesure de ce chantier gigantesque, préalable nécessaire à l’implantation de l’usine Marie Laure PLV Merchandising, annonciatrice de près de 240 emplois.

Blue Web sur 5 000 m2 D’ici l’été 2010, un bâtiment couvert de 20 000 m2 lui permettra de lancer la fabrication de présentoirs publicitaires sur lieux de ventes. Pour l’instant, on ne distingue qu’à peine les proportions du futur ouvrage dans ce paysage de terre et de sable orangé. Mais dès le mois de novembre, la réalisation de la plateforme sur laquelle il s’élèvera révèlera ses dimensions. Dans un ballet mécanique quasi incessant, c’est tout un paysage que les bulldozers, les pelleteuses et les rouleaux compresseurs façonnent depuis début septembre sur la nouvelle extension de la zone de l’Aunay, au-delà du secteur où se déploient déjà Eurowipes et Cook Inov. Ils mordent la terre sans relâche, la chargent, la déportent, l’aplatissent sur près de 9 ha de terrain. Au final, leurs manœuvres auront déplacé et remodelé près de 120 000 m3 de terre.

Parallèlement à ce chantier, un giratoire et une voirie lourde seront réalisés afin de desservir la nouvelle extension en toute sécurité. Le giratoire prendra forme au niveau de l’actuelle desserte de la zone de l’Aunay, là où un second bâtiment industriel est lui aussi en construction : celui de l’usine Blue Web. Elle y développera, dans 5 000 m2 de locaux très évolués sur le plan de l’isolation acoustique, une activité de fabrication de voile de coton prometteuse, dans un premier temps, d’une trentaine d’emplois.


16 NOUVEAUX LOGEMENTS Logement

PLACE DES VIENNES

Nogent Perche Habitat vise la haute performance énergétique

10

Après avoir remis leurs clés en juillet aux locataires des quatre maisons individuelles construites à l’emplacement d’anciens immeubles, passage des Sorbiers, dans le quartier des Gauchetières, Nogent Perche Habitat, l’organisme HLM de Nogent-le-Rotrou, poursuit en cette rentrée son programme de constructions neuves. Précisément en bordure de la place des Viennes, nouvellement dénommée place Maurice Faure. Suite à l’aménagement de ce parc de stationnement dans le cadre du plan de recomposition du centre-ville, l’organisme y a engagé, fin septembre, un chantier qui doit aboutir, d’ici la fin 2010, à la livraison de 16 logements (six 2 pièces, cinq 3 pièces, quatre 4 pièces et un 5 pièces) à haute performance énergétique (HPE). Un label qui atteste d’un niveau de performance supérieur à l’exigence réglementaire. « C’est la première opération de cette nature que nous menons », explique Corine Mesnil, directrice de Nogent Perche Habitat. « L’enjeu est de permettre une certaine maîtrise des charges énergétiques pour les futurs locataires ». Le projet a été dessiné par le cabinet d’architectes chartrain Bermond-Porchon, missionné dans le cadre du plan de recomposition du centre-ville. Il intègre la mise en œuvre de matériaux vertueux, notamment du bois, qui sera utilisé à la fois pour l’ossature, les

menuiseries extérieures et le bardage. Treize des ces seize logements s’aligneront en bordure de la rue de la Serine. Ils seront accessibles à la fois depuis cette rue pour les véhicules, et à pied depuis la place, via un aménagement réalisé dans le prolongement du cheminement piétonnier existant. Les trois autres logements prendront forme de l’autre côté de la place, sur une parcelle mitoyenne du lycée Sully. Ces habitations individuelles dites “groupées” viendront ainsi clore l’espace de stationnement, l’intégrant de façon plus nette dans le centre-ville. Douze d’entre elles seront accessibles dans le cadre du “prêt locatif à usage social”, cadre général d’attribution des logements sociaux. Les quatre autres répondront au “prêt locatif aidé d’intégration”, c’est à dire que l’accès des locataires à ces derniers sera conditionné par des plafonds de ressources moins élevés. A noter que tous ces logements seront adaptables pour l’accès aux personnes à mobilité réduite. Côté financement, la facture avoisinera les 2 millions d’euros (dont 1 571 000 euros d’emprunt auprès de la Caisse des dépôts et 170 000 euros de fonds propres de Nogent Perche Habitat), avec le concours financier de l’Etat (107 000 euros), du Conseil général (72 000 euros) et du Cil28 (90 000 euros).


Le point sur les chantiers

Cet été et depuis la rentrée de septembre, la municipalité nogentaise a mené différents travaux d’aménagement et de voirie dans tous les secteurs de la ville. D’autres seront réalisés d’ici la fin de l’année. Sécurité, stationnement, éclairage public et revêtement de rues et de trottoir, au total près de 380 000 euros du budget communal sont consacrés en 2009 à ces travaux dans les quartiers. Petit tour de quelques réalisations récentes ou en cours.

Rue Saint-Lazare : deux aménagements (quilles et

Rue Gouverneur : fin août, le renforcement de la

marquage au sol), l’un au niveau de la rue de L’Orme, l’autre au niveau de la route des Etilleux, ont été réalisés suite à une réunion de riverains autour de la sécurité de cette entrée de ville. La zone est désormais limitée à 30 km/h. Par ailleurs, des places de stationnement à cheval sur la voie et les trottoirs ont été matérialisées.

structure et l’enrobé de la bande de stationnement de bus, au niveau de l’Hôtel-Dieu, étaient réalisés pour un montant de 11 000 euros.

Rue de Pseau et rue Sainte Anne : réfection et mise en place de trottoirs ont été menées en juillet pour la première et en septembre pour la seconde pour des montants respectifs de 40 000 euros et 15 000 euros.

Rue Saint-Laurent : les places de stationnements situées à proximité du pont de bois, côté pair, ont été basculées durant la deuxième quinzaine de juillet côté impair, au niveau des commerces. Objectif : sécuriser le stationnement et faciliter le dégagement des véhicules provenant de la rue Paul-Deschanel en direction des Gauchetières par l’élargissement de la chaussée. Montant de la réalisation : 11 000 euros.

daires sera remplacé durant la dernière semaine du mois d’octobre pour une mise en conformité avec les normes actuelles d’éclairage public. Montant de la réalisation : 5 100 euros.

Rue des Chapelier : dans ce lotissement, situé face

Chemin des lignes : courant novembre, la partie

au Centre de secours, la réalisation en juillet d’un petit parking a permis de formaliser sept places de stationnement là où ne s’offrait qu’une parcelle enherbée. Montant de la réalisation : 7 500 euros.

Nogentaise de cette voie, de la rue des Ruisseaux à la rue d’Arcisse, sera entièrement remodelée par la pose d’un enrobé et l’installation d’un caniveau central. Montant de la réalisation : 12 000 euros.

La partie nogentaise du Chemin des Lignes sera entièrement remodelée dans le courant du mois de novembre.

Travaux

TRAVAUX DE VOIRIE

Rue Meauté-Lelasseux : l’ensemble des lampa-

11


UN NOUVEAU SERVICE MUNICIPAL

Urbanisme

Plus proche de vous

12

Approuvé par le Conseil municipal le 2 juillet dernier, le plan local d’urbanisme (PLU) est, depuis le 7 août, rendu opposable aux tiers. C’est donc désormais ce document qui fixe les règles générales d’utilisation des sols et permet d’organiser et de prévoir le développement de Nogent-le-Rotrou. Avec sa mise en application, les autorisations d’urbanisme relèvent aujourd’hui de la compétence du maire, au nom de la commune. De ce fait, un nouveau service municipal “urbanisme” a été créé début septembre. Il est établi au rez-dechaussée des anciens locaux de la perception, 30 rue Doullay (là ou s’est par ailleurs opéré le redéploiement, dans les deux étages, d’une partie des bureaux des services techniques voisins). Deux personnes assurent l’instruction

des dossier dans ces lieux entièrement réaménagés pour accueillir les pétitionnaires, constructeurs et professionnels de l’immobilier dans de bonnes conditions : Claire Leproust, responsable du service, et Patricia Callu, instructrice.

Patricia Callu et Claire Leproust sont les deux interlocutrices du nouveau service urbanisme de la ville.

Elles sont les interlocutrices privilégiées de toute personne, physique ou morale, souhaitant effectuer des déclarations préalables de modification de façade, des demandes de permis de construire, de démolir ou de lotir ou obtenir des renseignements d’urbanisme, notamment dans le cadre d’achat et de vente de biens immobiliers. Auparavant, cette mission était effectuée par les services de la DDE, à Chartres. Aussi, on ne peut que se réjouir de la création de ce service public de proximité pour les usagers au sein des services municipaux.

DEUX PLACES REBAPTISÉES Maurie-Faure et François-Mitterrand Lors de sa dernière réunion, le conseil municipal a entre autre débattu de la dénomination des premiers aménagements réalisés dans le cadre du plan de recomposition du centre-ville sur l’îlot Villette-Gâté et la place des Viennes. Les conseillers ont entériné les propositions du maire, François Huwart : rebaptiser le premier place François-Mitterrand (ancien président de la République) et la second place Maurice-Faure (ancien ministre et parlementaire radical-socialiste). Celle-ci sera officiellement inaugurée le samedi 7 novembre prochain, à 11 heures.

Par ailleurs il a aussi été décidé de baptiser du nom de l’industriel Maurice Brulé le giratoire qui doit prochainement prendre forme sur la route de Saint-Pierre-laBruyère et qui desservira les deux parties de la zone d’activité de l’Aunay. « Ses qualités exceptionnelles ont permis à cet homme autodidacte, élu “patron de l’année” en 1996, de construire à partir de zéro l’ensemble connu sous le nom de “La Sept”, au Theilsur-Huisne, et de rendre possible l’implantation des entreprises Eurowipes et Blue Web sur ladite zone d’activité nogentaise. »


Une nouvelle règlementation La municipalité a souhaité organiser un cadre règlementaire pour toute demande d’autorisation d’occupation du domaine public. L’objectif principal a été de définir les dispositions administratives et techniques relatives aux autorisations délivrées soit pour les besoins d’activités commerciales fixes (terrasses, étalages, rôtissoires…) et mobiles (marchands ambulants, manèges…), soit dans le cadre de travaux et chantiers (échafaudages, palissades, bennes…) ou bien encore pour des animations (stands, fêtes touristiques et commerciales…). La réflexion a également porté sur les modalités d’instruction des demandes et les modalités financières qui en découlent. Par ailleurs, il était indispensable de faire appliquer le Code général de la propriété des personnes publiques faisant état qu’en matière d’occupation du domaine public, le paiement de l’occupation est la règle.

… mais également dans le cadre d’activités commerciales.

C’est pourquoi un nouveau dispositif est en place depuis le mois d’août au sein des services techniques de la ville, qui instruiront chaque demande. Des formulaires y sont disponibles. Ils peuvent également être téléchargés depuis le site internet de la ville. Concrètement, le montant des redevances d’occupation sera fixé chaque année par délibération du Conseil municipal. Pour l’année 2009, ils se déclinent ainsi : Terrasses ouvertes : Zone 1* : 0,065 euros par m2 et par jour Zone 2* : 0,04 euros par m2 et par jour Terrasses fermées et vérandas commerciales : Zone 1* : 0,10 euros par m2 et par jour Zone 2* : 0,08 euros par m2 et par jour Etalages, rôtissoires, manèges : Zone 1* : 0,04 euros par m2 et par jour Zone 2* : 0,03 euros par m2 et par jour Travaux, chantiers Zones 1 et 2* : 0,30 euros par m2 et par jour Contact : Services techniques de la Ville, 28bis rue Doullay. Tél. 02 37 29 68 90.

*La zone 1 comprend la place Saint-Pol, la rue Massiot, la rue Rémi-Belleau, la rue Œillet des Murs, la rue Villette-Gâté, la rue de la Herse, la rue de Sully, la rue Saint-Hilaire (du carrefour de la rue Une redevance sur l’occupation du domaine public sera désormais perçue dans le cadre d’installation de travaux…

Tochon à la rue Villette-Gâté) ; la zone 2 correspond aux autres rues de la ville.

Réglementation

OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC

13


Chaque samedi matin, Nogent-le-Rotrou vit au rythme de son marché hebdomadaire,

Marché

le plus important de la région. Il rassemble près de 50 exposants, dont une grande partie de producteurs locaux.

Lieu de rencontre privilégié des Nogentais et plus largement des percherons, sa réputation

14

s’étend bien au-delà des frontières

Poissonnerie Mauger

de la région, drainant aussi bien touristes

C’est sans contexte l’un des plus imposants déballages du marché de la place Saint-Pol. Depuis qu’il en a repris la responsabilité en octobre 2004, Christophe Gauvin a largement développé l’étal de la Poissonnerie Mauger. En provenance des criées de Bretagne Nord et de Haute Normandie auprès desquels il est agréé, une incroyable variété d’espèces s’y offre, en grande partie dans les bacs mêmes de la criée.

de passage que résidents secondaires.

Aux terrasses des cafés de la place, tout ce petit monde se croise et se mêle, à l’image des parfums, des couleurs et des saveurs qui animent les étals au fil des saisons.

Filière par filière, Le Mag’ vous fera découvrir au fil de ses parutions celles et ceux qui font vivre le marché de Nogent-le-Rotrou, tant sur la place Saint-Pol, pour la partie alimentaire, que sur la place du 11-Août, pour la partie manufacture. Après les crémiers et les fromagers dans le dernier numéro, place aux poissonniers.

« Travailler en direct avec la criée, c’est d’une part pouvoir disposer d’une très grande diversité et d’autre part pouvoir réaliser un arbitrage d’achat sur les prix, les volumes et la qualité, qui se traduit dans le portefeuille du client tout en permettant à la filière de vivre », explique le responsable. « Internet et les progrès de la logistique nous permettent de travailler un poisson frais, entier, de qualité, et ainsi de revenir vers un véritable métier d’artisan poissonnier, maître de ses transformations. »


LE MARCHÉ HEBDOMADAIRE

Marché

Sur les étals des poissonniers

Au p’tit bateau

Poissonnerie Batteux

Il a ouvert son étal sur le marché il y a 5 ans. Ancien salarié de la poissonnerie Mauger au sein de laquelle il a travaillé durant 10 ans, Mickaël Rigot était alors seul aux manettes. Aujourd’hui, il est entouré de 5 salariés qui, répartis en deux équipes, parcourent les marchés du département (La Loupe, Brou, Châteaudun, IlliersCombrais, Cloyes-sur-le-Loir) sous l’enseigne Au p’tit bateau.

Un congre de plusieurs kilos et de près d’un mètre suspendu au dessus de l’étal : vous êtes à la poissonnerie Batteux. Conseils avisés et accueil aimable, Mickaël Groult aime mettre en scène les pièces spectaculaires de son étal présent sur le marché nogentais depuis bientôt 5 ans.

Un arrivage journalier en provenance de Rungis et une grande partie de produits en direct permettent de trouver là tous ses classiques mais aussi de suivre au plus près la saisonnalité des espèces. « Actuellement, saison de la coquille, je me rends trois fois par semaine à Trouville. Cela me permet de sélectionner aussi des poissons fins tels que la sole et le turbo, et de pouvoir le proposer dans les meilleures conditions. »

Basée à Vilaine-la-Gosnais, l’enseigne, également présente sur de nombreux marchés de la Sarthe, offre un large choix de poissons et de vivants (coquillages et crustacés) en provenance directe des mareyages côtiers. Etêtage, écaillage, vidage, mise en tranches, darnes et filets : la poissonnerie Batteux est à l’écoute et au service de ses clients.

Place du 11-Août Le marché hebdomadaire de Nogent-le-Rotrou, c’est aussi un marché manufacturé rassemblant sur la place du 11-Août, toute la journée du samedi, pas moins d’une cinquantaine de commerçants. On y trouve tout, où presque : artisanat africain, vêtements, sous-vêtements et accessoires, produits cosmétiques “nature” et bio, mercerie, bijoux et disques… On peut aussi, pour les connaisseurs, y négocier en matinée des volailles vivantes et des plantes originales…

15


Rétrospectivede 16

Cet été, Nogent-le-Rotrou a vécu au rythme d’animations variées qui ont apporté leurs rayons de soleil et un véritable souffle de dynamisme sur la ville.

L’ALBUM PHOTO DE L’ÉTÉ

Dimanche 21 juin, Fête de la musique

14 Juillet, Fête nationale

Ça c’est passé un dimanche, et pas uniquement au

Kermesse, jeux d’enfants, feu

bord de l’eau… bien que les Buissonniers aient ouvert

d’artifice et bal : tous les ingré-

les festivités en invitant les Nogentaises et Nogen-

dients étaient réunis pour faire de

tais à partager un pique nique musical sur les rives

la fête nationale du 14 juillet un

de l’Huisne, dans le square Louis-Moullin. Aux quatre

moment de gaité populaire.

coins de la ville, des Gauchetières au Plateau Saint-Jean, en passant

Samedi 18 et dimanche 19 juillet, Aquaval a 5 ans

par la place Saint-Pol ou le Théâtre de verdure, chanteurs et musiciens

Aquapalme, rugby-polo et plongée sous-marine étaient

ont animé cette 28 édition haute

quelques-unes des disciplines à

en contrastes.

découvrir à l’occasion du 5e anni-

e

versaire du complexe piscine-

Vendredi 3 et samedi 4 juillet, Festival du Thé Vert

bowling Aquaval. Avec des tarifs préférentiels, différents défis pour

Sixième du nom, le festival du Thé

les enfants et une tombola dotée

Vert (l’un des rares événements

d’un voyage en République Domi-

du genre affichant entrée gratuite)

nicaine, Aquaval a accueilli les familles par dizaine

a attiré près de 5 000 specta-

durant ce week-end qui s’est conclu autour d’un

teurs sur le site du Théâtre de

barbecue géant.

Verdure. Sa programmation aux couleurs des musiques du monde, de la chanson et du jazz manouche, a une

Juillet et août, Balades en calèche

nouvelle fois fait mouche. Comme il le fait chaque été depuis

Dimanche 12 juillet, Les Tréteaux de Nogent

plusieurs

années,

l’Office

de

tourisme du canton de Nogent-leEssai transformé pour Les Tréteaux de Nogent, dont

Rotrou a proposé durant tout l’été

la deuxième édition, orchestrée par Perche Web et Vie

des balades en calèche à travers

et Animation au Pâty en partenariat avec la municipa-

la campagne et dans les rues de Nogent-le-Rotrou. Un

lité, a permis aux visiteurs, outre

programme ponctué de sorties « découvertes » qui ont

le travail d’une cinquantaine d’ar-

conduit les promeneurs à la rencontre d’artisans et à la

tistes, de découvrir quelques-unes

découverte de sites pittoresques de la région.

des plus remarquables demeures du Pâty exceptionnellement ouvertes au public.


Dimanche 9 août, Brocante de la place Saint-Pol

vées à la circulation piétonne et parées de décors végétaux, la traditionnelle braderie de l’UCIAL, organisée

Avec une centaine d’exposants, la brocante orga-

en partenariat avec la municipalité, a attiré son lot de

nisée par l’Office de tourisme sur

chalands. Un succès confirmé par les commerçants.

la place Saint-Pol, en partenariat avec l’association Normandie

Samedi 29 août, Fanfar’Folizzz

Rétrospectivede

Vous avez pu danser, flâner, découvrir et vous amuser d’un bout à l’autre de la capitale du Perche, à l’invitation de la municipalité, mais aussi et surtout grâce à l’ambition et au dévouement de bénévoles du milieu associatif. Le Mag’ vous propose un petit retour en images sur quelques uns de ces temps forts, pour faire durer le plaisir et rendre hommage à ceux qui en sont à l’initiative.

Perche, neuvième du genre, a affiché “complet”. Près de 5 000

Pour sa deuxième édition, le

visiteurs ont été comptabilisés.

festival Fanfar’Folizz a fait retentir les cuivres de six formations au plan d’eau de la Borde, mais aussi

23 juillet et 13 août, Marchés artistiques

sur le marché hebdomadaire de la place Saint-Pol et dans les rues de la ville samedi.

Lancés marchés

voilà

douze

artistiques

ans,

les

nocturnes

Organisé par la banda Tchitchaaa, la fête (gratuite) a attiré un public nombreux et de tous âges.

de l’Office de tourisme affichent toujours le même succès. Au

Dimanche 6 septembre, Fête pour la Jeunesse

son du folklore percheron pour le premier et de la musique irlan-

Ils étaient presque tous au rendez-vous : clubs de

daise pour le second, quelque 2 000 visiteurs ont pu

sports, associations culturelles, structures de loisirs,

découvrir les travaux et les œuvres d’une cinquantaine

bibliothèque et école de musique,

d’exposants en se régalant de petits plaisirs gour-

ont répondu présent à la première

mands.

Fête pour la jeunesse organisée par la municipalité au Théâtre de

Juillet et août, Ateliers du patrimoine au château

Verdure. Par centaines, les enfants ont pu découvrir la quasi-totalité

En marge de l’exposition Varia-

des activités qui leur sont proposées toute l’année à

tions équines, l’équipe d’anima-

Nogent-le-Rotrou. Un succès qui en appelle d’autres.

tion du Musée Château Saint-Jean a proposé chaque mercredi, durant

Du 17 au 20 septembre, Après la plage...

tout l’été, ses fameux ateliers du patrimoine. En famille, petits et grands ont percé les

Quatre jours de chansons pour

secrets de la forteresse et découvert, entre autres, l’uni-

prolonger l’esprit des vacances :

vers des sceaux au temps des comtes du Perche.

c’est ce à quoi invitaient Les Buissonniers avec la première édition

28 et 29 août, Braderie des commerçants

de leur festival “Après la plage...”. La programmation, partagée entre

Avec deux concerts, des struc-

cabaret et guinguette, a fait résonné les voix de huit

tures gonflables, des fanfares de

compagnies et artistes. Le soleil était au rendez-vous,

rue, des clowns spécialistes de la

le public aussi.

“barbe à papa” et des rues réser-

17


Action sociale 18

D’INSERTION PROFESSIONNELLE Le CBE, bâtisseur d’avenir D’un côté, un secteur professionnel porteur d’emploi, le bâtiment, qui connaît de profondes pénuries de main d’œuvre ; de l’autre, des personnes de faible niveau de qualification, en situation d’exclusion sociale ou professionnelle ; entre les deux, le Comité du bassin d’emploi (CBE) du Perche Nogentais, association qui agit en faveur de l’activité économique locale. Appuyé par les collectivités locales, notamment la ville de Nogent-leRotrou, et l’Etat, l’organisme coordonne depuis le 1er octobre dernier son deuxième chantier d’insertion professionnelle dans le secteur du bâtiment. D’ici fin juin, il permettra à une dizaine de demandeurs d’emplois et bénéficiaires du RMI de se remettre en prise avec le monde du travail tout en acquérant un véritable savoir-faire technique. Le tout sous couvert d’un contrat d’avenir ou d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi. « Pour nous assurer de la faisabilité et de l’opportunité d’une telle action, nous avons rencontré les élus de l’arrondissement et avons recensé avec eux les projets de réfection sur des bâtiments pouvant constituer des supports à cette formation », explique Julie Barbot, chargée de mission au CBE. « Près d’une centaine d’ouvrages ont été dénombrés » : rénovation de murs, remise en peinture de salles communales, travaux de second œuvre, maçonnerie et finitions. « Du petit boulot, mais c’est un début… »,

confie l’un des bénéficiaires de l’opération. « On apprend des choses et surtout à avoir confiance en nous », poursuit un autre. « Le premier chantier de ce type, mené entre septembre 2008 et mai 2009, a permis de remettre une partie des personnes qui y ont participé sur le chemin de l’emploi. Et globalement, tous nos commanditaires se sont montrés satisfaits des réalisations effectuées », explique Didier Tuvache, encadrant technique, qui constate l’investissement des stagiaires et les bonnes aptitudes de la plupart au travail en équipe. Tout aussi fondamental que l’apprentissage du geste et de la technique, un accompagnement professionnel est proposé dans le cadre de ce chantier d’insertion. Il consiste d’une part à aider les bénéficiaires à résoudre les difficultés sociales constituant un frein à l’emploi et d’autre part à élaborer avec eux un projet socioprofessionnel cohérent. L’ensemble de ce travail est mené en coordination avec les partenaires du CBE assurant sur le territoire aussi bien la prescription que la formation ou le suivi d’insertion des salariés : Pôle emploi, Mission locale et organismes de formation comme Informel (volet technique) ou le Greta (remise à niveau). Contact : Comité du bassin d’emploi (CBE) du Perche nogentais, tél. 02 37 53 61 28.


Prévenir ou retarder la dégradation progressive de l’état général des malades et ainsi éviter l’hospitalisation ou accélérer le retour au domicile :telles sont les missions du Service de soins infirmiers à domicile (SSIAD) de Nogent-le-Rotrou. Un cadre étendu depuis quelques semaines aux soins spécifiques des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou maladies apparentés.

Santé

DE NOUVEAUX SOINS À DOMICILE

Le SSIAD étend son offre Il n’est pas facile de vivre chez soi avec la maladie d’Alzheimer. Ni pour le malade, ni pour les aidants proches, qui doivent l’accompagner au quotidien. C’est pourquoi le Service de soins infirmiers à domicile (SSIAD) de Nogent-le-Rotrou a mis en place, début septembre, une équipe de soins spécifiques en direction des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées. L’équipe spécialisée Alzheimer, première du genre dans le département, dispose de huit places, permettant la prise en charge de 12 à 14 personnes. Elle repose sur une équipe composée d’une psychomotricienne nouvellement recrutée et de deux assistantes de soins formées à l’accompagnement des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. A l’image des autres services déjà proposés par le SSIAD, l’équipe interviendra directement chez les patients, deux fois par semaine, pour des séances de près d’une heure. La prise en charge peut aussi être globale, incluant alors les soins d’hygiène. « Durant nos interventions, nous proposerons des activités faisant travailler la mémoire et la motricité, par exemple autour de la cuisine, du bricolage, d’activités de relaxation… » explique Cécile Allain, psychomotricienne. « Ces exercices seront fonction de la capacité, du degré d’atteinte et de l’histoire de chaque personne visitée, mais tous intègreront des notions de plaisir et d’identité », ajoute-t-elle en soulignant que « l’un des principaux objectifs est aussi de transmettre

aux familles nos compétences en leur montrant comment stimuler les capacités restantes ». Avant toute prise en charge du patient par le SSIAD, une visite d’admission est effectuée au domicile du malade. « Aux côtés des aidants proches, nous évaluons alors les besoins et le degré de dépendance et définissons le rythme et la durée des interventions », précise Karine Nekrassoff, infirmière coordinatrice responsable. Comme pour l’offre de soins classique du SSIAD, la prise en charge se fait sur prescription du médecin traitant et nécessite l’adhésion du malade. La durée dépend de l’évolution de son état de santé. « Avec une soixantaine de malades identifiés sur les trente-sept communes couvertes par le SSIAD dans les cantons de Nogent-le-Rotrou, Authon-duPerche et Thiron-Gardais, nous avons pleinement conscience de ne pas pouvoir répondre à toutes les demandes », indique Patrick Dubourg, adjoint au maire en charge des affaires sociales et vice-président du Centre communal d’action sociale (CCAS) de la ville, auquel est rattaché le SSIAD. « Mais il faut savoir qu’il n’existait auparavant aucun service de ce type et que nous sommes, en quelque sorte, précurseurs. Cette opportunité nous est offerte par le plan national Alzheimer 2008-2012, dans le cadre duquel nous avons répondu à un appel à projet. Aujourd’hui, les moyens sont là pour lancer cette nouvelle expérience. A l’avenir, elle sera sans nul doute génératrice d’autres projets ».

19


Vie associative

UN RELAIS MINI-SCHOOL

Dossier sous la responsabilité de Catherine Catesson, conseillère municipale chargée de la vie associative

20

Apprendre l’anglais devient un jeu d’enfants On le sait aujourd’hui : plus l’enfant est jeune, plus il s’imprègne de façon naturelle des automatismes d’une autre langue. C’est sur ce constat que sont nés, dans les années 70, les relais mini-school. Sous couvert associatif (la structure est agréée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports), des animateurs bilingues se proposent de transmettre leur goût de la langue anglaise aux enfants, dès l’âge de 3 ans et jusqu’à celui de 14 ans. Dès le mois de novembre, une antenne s’ouvrira à Nogent-le-Rotrou. Elle sera animée par Kate Hornshaw, une jeune britannique, professeur d’anglais outre-manche et installée en France depuis près de 2 ans.

Comme elle le fait à Chartres depuis 2008, elle accueillera les enfants par groupes d’âge à raison d’une heure par semaine. Au programme, pour les plus jeunes (3-6 ans), « des activités ludiques qui permettront aux enfants de découvrir les sons de la langue anglaise » ; pour les primaires (6-10 ans), « des jeux, sketches et chansons pour les aider à mémoriser le vocabulaire et à communiquer entre eux » ; enfin, pour les collégiens (11-14 ans), « des jeux de rôles, des réalisations pratiques et interviews qui permettront d’acquérir l’aisance nécessaire pour faire de l’anglais un véritable atout ». Le tout dans « une ambiance chaleureuse et conviviale », assure Kate Hornshaw. Relais Mini School, contact régional : Eric Aguillé 06 04 02 67 76

UN GÉNÉREUX “AVARE”

DÉBATTEZ AUTOUR D’UN CAFÉ L’association Mai Pourquoi, créée à l’occasion du 40e anniversaire des événements de Mai 68, a fait le choix de poursuivre ses activités en 2009 en organisant des « Cafés Mai Pourquoi ? » animés par des spécialistes et portant sur des thèmes appelant à la réflexion. Voici les rendez-vous à venir : Décembre : Les jeunes face à leur avenir ; 22 janvier : Soirée Boris Vian ; 20 mars : le Moyen Orient ; 16 avril : Nelson Mandela, une histoire africaine ; 14 mai : Le cerveau, organe des émotions ; juin : La crise de la presse. Contact : maipourquoi@free.fr

La Compagnie du Perche, théâtre régional populaire du Perche, et la ville de Nogent-le-Rotrou ont signé avant l’été une convention de collaboration avec un programme d’actions et de créations notamment à la salle Pierre Mendès-France et à l’Arsenal. C’est à ce titre que L’Avare, de Molière, est au programme de la saison culturelle de la ville en avril prochain. « La Compagnie souhaite faire participer toute la population au cheminement de cette création, notamment les jeunes. Aussi soumet-elle certains projets dans le milieu scolaire tout en se proposant de participer à tous les travaux envisageables autour de cet Avare sur le plan du texte, de la technique ou de la mise en scène », explique Frédéric Smektala, son régisseur artistique. Contact : Compagnie du Perche, 02 37 49 29 04 / 06 11 66 66 30 ; compagnieduperche@orange.fr


« Il faut jouer pour devenir sérieux », a dit le philosophe Aristote. A Nogent-le-Rotrou, une poignée de passionnés a pris la formule au pied de la lettre. Ils ont fondé en août 2006 la première ludothèque de la région : Ludo’Perche. Que de chemin parcouru depuis. Dans le sillon de Céline Rodriguez, à l’origine du projet et aujourd’hui responsable de la structure, Ludo’Perche n’a eu de cesse d’aller de l’avant et de développer ses activités. Ouvrant un local au public en février 2007, elle créait son premier emploi salarié dès septembre 2008. L’année 2009 n’aura fait que confirmer la pertinence du projet autant que la nécessité de le développer encore : « Nous comptons actuellement une soixantaine d’adhésions, individuelles et familiales. Cela représente près de 180 usagers réguliers, sans compter le public que nous rencontrons lors d’animations ou d’interventions », celui-ci se chiffrant par plusieurs milliers de personnes chaque année, souligne Céline Rodriguez. Car Ludo’Perche ne fait pas que recevoir dans son local du centre socioculturel, rue Gouverneur. Elle va très souvent au devant du public, à le demande d’établissements scolaires, d’établissements de santé ou de centres sociaux et à travers une multitude de

manifestations. « Cela témoigne d’une attente de la population, sinon d’un besoin », estime Gwénaël Baptista, président de l’association. « Face à cela, soit nous nous en tenons à notre dimension actuelle ; soit nous saisissons l’opportunité de poursuivre notre évolution ». C’est cette deuxième solution qu’a retenue le conseil d’administration de l’association. Il a décidé de procéder au recrutement d’un second salarié (à temps partiel tout d’abord) afin d’accompagner l’essor de Ludo’Perche et permettre la concrétisation d’un nouveau défi : lancer sur les routes du Perche un “ludo’bus

Pousser la porte de la ludothèque de Nogent-le-Rotrou, c’est comme entrer dans la caverne d’Ali Baba, version jouets et jeux.

La ludothèque, comment ça marche ? Pousser la porte de Ludo’Perche, c’est comme entrer dans la caverne d’Ali Baba, version jouets et jeux. Toutes catégories confondues, on compte là pas moins de 500 références. Des jeux d’assemblage, d’adresse, de langage, de réflexion, de rôle et de stratégie accessibles à tous les publics, « de la naissance à la retraite ». Chaque semaine, l’association propose 13 heures de permanences dans ses deux salles, mises à disposition par la mairie au centre socioculturel, à l’étage de la bibliothèque.

Une bibliothèque à laquelle la structure emprunte d’ailleurs le mode de fonctionnement : moyennant une cotisation annuelle (25 euros par famille et par année), on peut jouer sur place, mais également emprunter tous les jeux durant trois semaines. Pratique : Ludo’Perche, Centre socioculturel, 74 rue Gouverneur. Permanences mercredi, de 10h à 12h et 14h à 18h ; jeudi, de 9h30 à 11h30 ; vendredi, de 16h à 18h et samedi, de 15h à 18h.

Vie associative

Un second animateur attendu

21


Sports / Loisirs

LE CANOË CLUB PREND LE LARGE

Dossier sous la responsabilité de Jean-Pierre Boudrot, adjoint au maire chargé des sports

22

A l’école des pagayeurs Ils sont près d’un millier, chaque année, à la belle saison, à embarquer pour la découverte d’un Perche intime, au fil des méandres tranquilles de l’Huisne, chacun à son rythme. En famille, en touristes, entre amis, ils viennent des quatre coins du Perche, de la région parisienne, mais aussi de toute la France et même de l’étranger, preuve de l’attrait touristique opéré par une offre originale. Celle du Club canoë kayak percheron (CCKP), qui a développé depuis plusieurs années des balades en canoë. « La location d’embarcations au grand public est l’activité la plus visible de notre club », explique Christian Hardy, président depuis 8 ans. « Mais si le canoë est un loisirs pour les uns, c’est aussi un sport à part entière pour les autres, et cette proposition saisonnière ne doit pas faire oublier que le CCKP est aussi une école de pagaie ouverte tous les mercredis et les samedis après-midi durant le reste de l’année. » Un club qui compte une trentaine de membres et où l’on apprend, dès lors que l’on sait nager, à naviguer mais aussi à mieux connaître le milieu aquatique, le matériel et les règles de navigation, la mécanique des fluides et les différents types d’ouvrages. Illustration, ce mercredi là, avec un groupe de jeunes novices embarqués pour la seconde fois sur les flots. Encadrés par Christian Hardy et le jeune Erwan, moni-

teur diplômé cette année, les huit apprentis kayakistes tentent de garder le cap tout en maniant les longues pagaies, au dessus de la tête, dans le dos, penché d’un côté, puis de l’autre en suivant les indications… « Il faut apprendre à se servir du haut du corps. Or, lorsque nous sommes enfant, nous avons plutôt tendance à solliciter nos jambes, que ce soit pour la marche ou la course… », souligne Christian Hardy. A mesure que la technique et l’endurance se développent, le territoire de navigation s’étend. Pour entretenir les sensations, le club organise d’ailleurs régulièrement des sorties sur d’autres rivières de la région, mais aussi en stade d’eau vive. « Jusqu’à présent, le club ne s’est jamais engagé dans la voie de la compétition, mais cela pourrait se dessiner car un certain nombre de nos jeunes en manifestent le souhait », indique le président. « Il faudrait alors trouver un autre fonctionnement et investir les parents dans ce projet, car le club représente déjà un grand investissement pour ses membres le plus actifs ». Lesquels, au-delà du fait d’entretenir et de participer au rayonnement touristique du Perche via les balades sur l’Huisne, se veulent avant tout acteurs de la vie locale en participant à de nombreuses manifestations : fête des randonnées, sorties naturalistes avec le Parc naturel, opération de nettoyage des rivières, fête de l’eau…


1 218 entrées en une journée Avec 29 782 entrées public et 1 573 entrées de groupe enregistrées en juillet et août, la saison estivale 2009 est actuellement la meilleure qu’ait connu Aquaval depuis son ouverture, il y a cinq ans. Elle a d’ailleurs fêté cet anniversaire les 18 et 19 juillet autour de multiples activités. Cependant, la journée du 19 août qui restera en mémoire avec 1 218 entrées comptabilisées, un record de fréquentation.

Depuis la rentrée, les ateliers proposés par les maîtres-nageurs ont repris du service : bébés nageurs et jardin aquatique (samedi matin), aqua-palme (mardi et jeudi, de 12h15 à 13h et de 19h à 19h45), aquagym tout public (tous les jours sauf le mardi et le dimanche), aquagym seniors (jeudi, de 16h à 16h45) école de l’eau (du mardi au vendredi, de 17h à 17h45). Et n’oubliez pas qu’Aquaval, c’est plus qu’un bassin de nage, un toboggan, une lagune de jeux, un bassin de nage et une boule à vague… c’est aussi un espace de relaxation avec sauna, hammam et spa. L’idéal pour un moment de détente en famille.

LE BOWLING SUR TOUTES LES PISTES Tentez un record et envolez-vous Vous aimez les défis, le bowling Aquaval vous en propose un : établir le record de point de l’une des pistes et gagner, chaque mois, des cadeaux…et peut-être même, lors d’un tirage au sort en janvier, un baptême en montgolfière au dessus des châteaux de la Loire. Trois catégories sont ouvertes : enfants, femmes et hommes. C’est l’une des nouvelles propositions faites à Nogent autour du bowling. En lien avec le club Aquabowl du Perche, la structure propose également depuis peu un “pass découverte”. La formule permet, pour 6 euros, de s’initier aux côtés d’un spécialiste lors de trois séances d’une demi-heure chacune.

Par ailleurs, le bowling Aquaval s’animera tout au long de l’automne avec entre autres une “revanche bowling” du trophée inter-sport inter-entreprise le 7 novembre ; deux soirées Beaujolais autour d’un verre et d’un copieux buffet de charcuteries, terrines et fromages les 19 et 20 novembre (sur réservation, participation : 18 euros) et enfin un tournoi national réunissant des pointures de la discipline les 28 et 29 novembre. Contacts : Aquaval, 02 37 54 50 50 aquaval-piscine@wanadoo.fr aquaval-bowling@wanadoo.fr

Sports / Loisirs 23

Dossier sous la responsabilité de Jean-Robert Jacquet, président d’Aquaval

UNE SAISON “RECORD”

Il faut dire que le complexe aquatique, placé sous la direction de Marlène Letellier dans le cadre d’une gestion déléguée au groupe Carilis, a multiplié cet été les propositions : structure gonflable, défis, stages de trois jours, water-polo, rugby-polo…


v

Chaque été, alors que les enfants ont déserté les écoles,

Enseignement

services techniques de la ville et entreprises locales investissent les lieux pour y effectuer des travaux d’entretien et de rénovation. La nature de ces interventions est essentiellement liée à la sécurité, mais la Ville a aussi le souci de rendre le plus attrayant possible le cadre de la vie scolaire.

DE LA VILLE

Au total, pour 2009, si l’on additionne le montant de ces gros travaux et celui des rénovations

24

et des travaux d’entretien courant, ce sont près

420 000 euros de travaux en 2009

de 420 000 euros qui auront été consacrés par la Ville à l’entretien de ses écoles. Petit tour d’horizon des réalisations effectuées ou à venir et, par la même occasion, revue des effectifs

A la maternelle du Centre, le changement des menuiseries extérieures a précédé quelques travaux de moindre ampleur, tels que la peinture du bureau du directeur, qui seront réalisés d’ici décembre Directeur : Mr SAUGER

dans chacun de ces établissements.

Effectifs : 124 élèves Mme LAMIRAL HODECENT GS : 26 Mme BOUCHON TPS/PS : 25 Mme SEPCHAT PS/MS : 25 Mme SCADUTO MS : 24

A l’école Marcel Pagnol, la réfection complète de la cour a pu être réalisée cette année, tout comme l’installation de nouveaux jeux. Avant la fin de cette année, la rénovation des menuiseries extérieures sera engagée. Plusieurs phases seront là aussi nécessaires.

Mr SAUGER GS : 24

Mme HUBERT CP : 21

A l’école maternelle du plateau Saint-Jean, seront achevées avant la fin de l’année 2009 la troisième et dernière phase des travaux d’étanchéité de la terrasse et la deuxième phase (sur trois) de la rénovation des menuiseries.

Mme GREMY-RETOUT CP : 20

Directrice : Melle DOYEN

Mme SOULABAILLE CE1 : 25

Effectifs : 102 élèves

Mme LEGER CE1 : 25

Melle DOYEN TPS/PS : 29

Mme SAUGER CE2 : 25

Mme BAIRE PS/MS : 23

Mr KRIEGEL CE2 : 25

Mme CATIGNOL MS/GS : 26

Mme CHANROUX CLIS : 12

Mme BESLAY MS/GS : 24

Directeur : Mr KRIEGEL Effectifs : 153 élèves


Directrice : Mme BEAUFILS Effectifs : 93 élèves

A l’école primaire Centre 1, l’installation d’un faux plafond dans une salle de classe a été réalisé durant l’été. La peinture de l’escalier nord interviendra durant les vacances de Toussaint.

Mr GRENECHE CP : 20 Mme HALE CP/CE1 : 24 Mme BEAUFILS CE1/CE2 : 25 Mme FARAULT CE2 : 24

Directeur : Mr BAIRE

Enseignement

A l’école élémentaire Georges-Brassens, où deux salles de classe ont été rénovées durant l’été, seront entrepris d’importants travaux sur les menuiseries, première phase d’une série d’au moins trois interventions.

Effectifs : 175 élèves Mr BAIRE CM1 : 24 Mme BOUCHU CM1 : 25 Mme DESTOUCHES CM1 : 23 Mr BOUCHU CM1/CM2 : 20 Mr ACHARD CM2 : 24 Mme PINEAU CM2 : 25 Mme GUERLESQUIN CM2 : 25 Mme BACHELLE CLIS : 9

A l’école primaire Jean-Macé, seuls de petits travaux exécutés en régie ont été nécessaires cette année. A souligner néanmoins les efforts manifestés en vue d’améliorer la sécurité des enfants : ralentisseur sur la voie d’accès au nouveau pôle associatif, panneau incitant lesdites associations à la fermeture du portail lors du temps de la cantine, meilleure signalisation du sens interdit de la rue des Acacias. « Sur ce site, beaucoup de temps a été passé en écoute et en dialogue afin d’assurer la meilleure coexistence possible entre les associations et les deux écoles », souligne Didier Bouhet, adjoint au maire en charge des affaires scolaires. « Qu’elles soient les unes et les autres remerciées pour la bonne volonté et la compréhension manifestées ».

A l’école Paul-Langevin, après l’installation de nouveaux jeux dans la cour et l’agrandissement des locaux du RASED (réseau d’aide spécialisée aux élèves en difficulté), le souhait de sécuriser la sortie des enfants par le déplacement du portail d’accès a été concrétisé durant l’été. La mise en place d’une porte plus étroite et l’installation de barrières permettent désormais de canaliser le flot des enfants et leur évitent un débouché à l’aveugle et trop rapide sur la rue. Directrice : Mme MALAGANNE Effectifs : 153 élèves Mme MALAGANNE TPS/PS : 20 Mme LOAEC PS/MS : 25 Mme PINEAU MS/GS : 25 Mme MONTMOUSSEAU GS/CP : 19 Mme RIET CP : 21 Mme GOUNON CE1 : 21 Mr LARYSS CE2 : 22

Effectifs : 129 élèves

A l’école maternelle Jean-Macé, une très important réfection des gouttières et la pose d’un plafond coupe-feu à la chaufferie ont été réalisées. A venir : le remplacement de la clôture du muret d’enceinte.

Mme DARGERE CP : 21

Directrice : Mme HUE

Mme BIGOT CE1 : 22

Effectifs : 63 élèves

Mme BERTRAND CE2 : 20

Mme HUE TPS/PS : 21

Mme ROTINI CM1 : 22

Mme MOUSSEAU PS/MS : 22

M LAMARRE CM1/CM2 : 20

Mme ANDREO GS : 20

Directrice : Mme DARGERE

25


Culture

Nombreux sont celles et ceux qui pensent que l’apprentissage de la musique doit faire partie intégrante de l’éducation générale. A Nogent-le-Rotrou, l’Ecole Municipale de Musique est ouverte à tous ceux qui aspirent à trouver un épanouissement dans la pratique de la musique, quel que soit leur niveau de départ. Elle propose, dès la prime enfance et jusqu’à l’âge adulte, des parcours adaptés à toutes les envies et surtout à toutes les bourses. Il faut savoir que la ville engage pas moins de 1 500 euros par éléve chaque année dans le fonctionnement de la structure

MUNICIPALE DE MUSIQUE

Dossiers sous la responsabilité de Nathalie Fey, adjointe au Maire, chargée de Culture

26

Du baroque au jazz… tout s’apprend Ouverts aux enfants dès l’âge de 5 ans, les ateliers d’éveil musical proposés par l’Ecole Municipale de Musique (EMM) mettent l’accent sur des notions vocales, rythmiques et d’expression corporelle à travers des jeux musicaux, basés sur l’écoute et l’imitation. Les séances, d’une durée de 45 minutes chaque semaine, permettent également aux musiciens en herbe de découvrir les différents styles musicaux et les instruments aux côtés des professeurs et des élèves de l’EMM.

Un parcours pour les “indécis” A partir de 7 ans, les futurs musiciens sont invités au parcours instrumental. Durant toute une année scolaire, ils pourront découvrir l’ensemble des disciplines enseignées à l’EMM, par cycles de trois semaines. Répartis en petits groupes, ils manipuleront à loisir les instruments découverts, l’objectif étant de leur permettre de porter leur choix sur l’instrument correspondant le mieux à leur goût et à leurs dispositions.


Le cursus en trois cycles… Une fois le choix effectué, les élèves intègrent les cursus d’enseignement traditionnel de l’EMM. Celuici se décompose en trois cycles correspondant chacun à 3 à 5 ans de pratique, selon l’évolution de l’élève. En fin de chaque cycle, un examen sanctionne le niveau de compétence acquis, aussi bien en formation musicale qu’instrumentale.

… et trois axes La scolarité à l’EMM de Nogent-le-Rotrou comprend trois axes : la formation instrumentale individuelle ; la formation musicale (solfège et découverte du monde de la musique) ainsi qu’une pratique collective obligatoire, ayant pour but d’éveiller les élèves à la finalité d’une pratique musicale de groupe. Dans ce dernier volet, les propositions sont nombreuses, allant de la chorale enfants aux ensembles instrumentaux (musique de chambre, orchestre junior et grand ensemble), des percussions africaines aux musiques actuelles (rock et jazz). Par ailleurs, l’EMM propose une classe de musique assistée par ordinateur (MAO).

L’EMM, actrice de la vie locale Tout au long de l’année, l’Ecole Municipale de Musique contribue à la vie culturelle de Nogent-le-Rotrou et rayonne sur le canton et les communes avoisinantes de l’Orne et de la Sarthe. Elle propose à titre gratuit des auditions, concerts et manifestations musicales aux collectivités autres que Nogent-le-Rotrou participant à la prise en charge financière de la scolarité musicale de leurs jeunes et moins jeunes administrés. Contact : Ecole municipale de Musique de Nogent-le-Rotrou 8, rue Gustave Lebon. Tél. 02 37 52 01 37

Les tarifs d’accès à l’Ecole Municipale de Musique sont, dans un souci d’équité et d’accessibilité à tous, calculés selon les coefficients familiaux. Pour une scolarité complète, les cotisations comprennent un droit annuel d’inscription familial (valable pour un ou plusieurs enfants), à partir de 61,80 euros (pour les non imposables). Par ailleurs, une cotisation sur les trois trimestres de l’année scolaire est perçue, à partir de 25,50 euros en fonction du niveau de l’élève (1er, 2e ou 3e cycle). S’ajoute une participation extra communale pour les élèves habitant en dehors de Nogent-le-Rotrou. Celleci peut être prise en charge par la commune d’origine de l’élève, informée de la scolarité à l’Ecole Municipale de Musique. Les inscriptions sont enregistrées à partir du mois de juin. Toutefois, selon les places disponibles, elles peuvent aussi s’effectuer en cours d’année scolaire.

Une classe d’orgue L’Ecole Municipale de Musique a ouvert en 2008, grâce à un partenariat avec la paroisse de Nogent-le-Rotrou, une classe d’orgue utilisant l’instrument restauré de l’église Notre-Dame, offrant ainsi une rare opportunité sur le département de pouvoir accéder à cet enseignement. Les cours sont dispensés par Alissa Duryee.

Culture

A quel prix ?

27


LA CREVETTE D’ACIER Le renouveau du cabaret

souligne les traits, ouvre des points de vues, accompagne les histoires de ces personnages ou au contraire en prend le contrepied. Swing, incisive, nostalgique, parfois joyeuse, jamais figée elle ouvre l’imaginaire vers le formidable univers de la Crevette d’Acier.

Culture

La Crevette d’Acier (chanson théâtralisée), samedi 21 novembre,

28

Imaginez quatre gars et une femme comédiensmusiciens-chanteurs avec de sacrées gueules, un charisme fou, de l’humour noir, décalé, un brin de nostalgie, un zeste de tendresse, un regard acéré et impitoyable sur le monde, une écriture brillante, une musique inventive, une interprétation déjantée, un vent de folie et vous pourrez imaginer à quoi ressemble la Crevette d’Acier.

à 21h, à l’Arsenal. Tarif : 13 euros (ouvert aux abonnés de la saison culturelle). Renseignements et réservations : 02 37 53 40 56 ou larsenalnogent@yahoo.fr

Ses thèmes de prédilection : le temps qui passe, la vie qui tousse, la mort qui tranche et une certaine inaptitude au bonheur. Le casting : prestigieux. Des antihéros absolus qui rêvent d’ailleurs et d’ailleurs, rêvent-ils ? La musique, bande originale de ces brins de vie,

A LA BARAQUE Une fable pour marionnettes Et si Polichinelle avait une vie à lui. Et donc un passé. Mieux : des parents ! Pire : une conscience ! Impossible, dira-t-on, c’est un pantin, et de la plus sommaire espèce. Mais rien n’est impossible au théâtre. Et si Polichinelle n’a pas d’histoire, il en créera une, à son image : la marionnette se fabriquera des géniteurs (en six jours, et le septième,

LES ATELIERS DU THÉÂTRE BUISSONNIER

Du cirque aux arts plastiques L’objet de l’association Théâtre Buissonnier depuis sa création en 1992 est de développer les arts vivants sous toutes leurs formes. C’est ainsi qu’avec le soutien de la municipalité, elle propose des ateliers de pratique animés par des

« repos ! »), une enfance malheureuse, une carrière, un succès, et même, pour lui donner la réplique, un directeur de théâtre, itinérant et déprimé… Sous le masque tu es mortel, pauvre orphelin, dernière création en date de la Compagnie du Faux Col est un spectacle singulier, décapant et drôle. Ce sera aussi le dernier rendez-vous propose par La Baraque des Buissonniers avant son repli hivernal. Compagnie du Faux Col, Sous les masques tu es mortel, pauvre orphelin, vendredi 13 novembre, à 21h, à La Baraque, square LouisMoullin. Renseignements et réservations : 02 37 52 86 77

artistes professionnels. Au programme cette année : jeune théâtre (à partir de 10 ans) et théâtre adulte sous la conduite de Gilles Richard ; chant adulte et atelier comptines sous la conduite de MarieSophie Denis ; cirque (de 3 ans à l’âge adulte) sous la conduite de Tristan Lefeuvre ; dessin (7-12 ans et adultes) sous la conduite de Marie-Line Barbault ; sensibilisation aux arts plastiques (3-6 ans) sous la conduite de Mélanie Casano. Renseignements : 02 37 52 86 77 ou cie.theatrebuissonnier@wanadoo.fr


Cantabile : humour anglais et harmonie des voix Cantabile est tout simplement l’un des meilleurs groupes de chant du monde. Remarquable dans le domaine comique tout autant que dans le répertoire classique, ce quatuor britanique enchante le public avec un mélange exceptionnel d’humour et d’harmonie depuis plus de vingt-cinq ans, ponctués de dix albums, plus de mille concerts et plus de deux cents émissions télévisées dans le monde entier. La virtuosité et la créativité du groupe ne cessent de stupéfier. Faisant tomber toutes les frontières musicales, Cantabile vous invite à vivre une soirée de chant et de spectacle inoubliable.

Vincent Delerm : le dandy inspiré Espiègle, drôle et éternellement bavard, Delerm s’attache à décortiquer l’intimité d’un quotidien étonnamment universel. Au programme du concert qu’il donnera le vendredi 20 novembre, ses thèmes de prédilection : souvenirs d’adolescents, douce nostalgie des années 1970, histoires d’amours et 7e art bien sûr, du Deauville de Trintignant aux bords de mer chers à Jacques Tati, en passant par les ombres bienveillantes de François Truffaut et de Woody Allen. Magnifiés par une mise en scène insolite (ombres projetées, lumières éclatantes, drapé de velours rouge, silhouette de pin up), ses textes apparaissent comme autant de séquences d’un scénario que le jeune artiste

ne cesse de nourrir, au gré de ses expériences. Ponctuée d’interludes particulièrement bien écrits, la prestation du chanteur va parfois jusqu’à prendre des allures de stand up, pour la plus grande joie du public.

Culture

LA SAISON CULTURELLE

Stéphane Guillon : « Dark Vanneur » sur les planches Depuis ses débuts sur les planches, de plateaux de télévision en studio de radio, Stéphane Guillon a choisi le côté sombre de l’humour. Un penchant qui lui vaut aujourd’hui le surnom de « Dark Vanneur ». Chroniqueur féroce et incisif, portraitiste vachard, il reste avant tout comédien. Dans le spectacle qu’il présentera le 2 décembre, Guillon donne sa pleine mesure dans l’art d’appuyer là où ça fait mal. L’humoriste se fait fort de n’épargner personne en épinglant les travers de ses contemporains, à l’image de ses chroniques grinçantes. Plein de malice mais sans fourberie, il offre un one man show percutant, dont la justesse mordante le dispute à des montagnes d’impertinence. Cantabile, vendredi 6 novembre, à 20h45 (15€/12€) ; Vincent Delerm, vendredi 20 novembre, à 20h45 (25€/16€) ; Stéphane Guillon, mercredi 2 décembre, 20h45 (25€/16€). Renseignements et réservations : service culturel de la mairie 02 37 29 68 65.

29


Agenda

Que faire cet automne à Nogent ? Jusqu’au 28 février > Exposition Tilt, Le temps suspendu, œuvres du Centre national des arts plastiques en région Centre, muséechâteau Saint-Jean (lire page 4). Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 12h et de 14h à 18h. Tarifs : adultes, 2,60 € ; enfants de 7 à 18 ans, 1,50 €. Renseignements : 02 37 52 18 02.

Mercredi 28 octobre > Atelier du patrimoine en famille autour

30

des “sceaux au temps des comtes du Perche et des seigneurs du château Saint-Jean”, de 14h30 à 16h30, au château Saint-Jean. À partir de 7 ans. Tarifs : adulte : 5,60 €; enfant : 4,60 €.

Mercredi 28 et jeudi 29 octobre > Don du sang, de 14 h 15 à 20 h 30, salle polyvalente Pierre Mendès-France. Etablissement français du sang 02 37 35 50 50.

Vendredi 30 octobre > Thé dansant Retraités Nogentais organisé au profit des seniors, salle polyvalente Pierre Mendès-France. Inscriptions.Centre communal d’action sociale (CCAS) 02 37 52 02 48.

Samedi 7 et dimanche 8 novembre > Salon “art et artisanat” organisée par

Dimanche 15 novembre > A Musée-vous en région Centre,

l’Association Saint-Jean (ASJ), de 10h à 19h, salle polyvalente Pierre MendèsFrance. Entrée libre.

entrée gratuite et animations autour de l’exposition Tilt, le temps suspendu, œuvres du Centre national de l’art contemporain en région Centre, au musée-château Saint-Jean.

ASJ 02 37 52 01 45 ou 02 37 52 02 41.

Samedi 7 et dimanche 8 novembre > Liralar, lectures par les comédiens

Musée-château St-Jean 02 37 52 18 02.

de la Cie du Perche et le public, samedi 7 novembre, à 20h30, à l’Arsenal. Sortie au chapeau.

Dimanche 15 novembre > Bal organisé par l’association Nogent

Cie du Perche 02 37 49 29 04.

Mercredi 11 novembre > 91e anniversaire de l’Armistice 1914-1918. Programme : 9h30, office à l’église Notre-Dame ; 10h40, rassemblement au Monument aux morts ; 11h10, Dépôt de gerbes sur le parvis de l’Hôtel de ville ; 11h20, discours des autorités et vin d’honneur dans les salons de l’Hôtel de ville ; 12h30, banquet des Anciens combattants à la salle Simone-Signoret.

Du mardi 17 au jeudi 19 novembre > Bourse aux jouets organisée

Vendredi 13 novembre > Sous le masque... tu es mortel pauvre

Du 17 au 21 novembre > Les enfants du monde,

orphelin, par la Compagnie du Faux Col, à 21h, à La Baraque, Square Louis-Moullin (lire page 28). Réservations.

exposition, jeux et contes sur les droits de l’enfant à la bibliothèque municipale, en partenariat avec Ludo’Perche et la Communauté de Communes du Perche. Ouvert du mardi au samedi, de 10h à 14h et de 14h à 18h (journée continue de 10h à 18h le mercredi).

Théâtre Buissonnier 02 37 52 86 77.

Dimanche 1er novembre > Journée du Souvenir français dépôt d’une gerbe sur des soldats anglais et canadiens « Place du Souvenir Français » au cimetière. Rassemblement à 9h30.

Du mardi 3 au 5 novembre > Conférence sur les drogues organisée par le Bureau info jeunesse (BIJ), salle des colonnes. Renseignements : 02 37 29 68 83.

Vendredi 6 novembre > Saison culturelle, spectacle Cantabile (humour vocal, lire page 29), à 20 h 45, salle de spectacles Pierre MendèsFrance. Entrée 15 € (tarif réduit 12 €). Réservations. Service culturel de la Mairie 02 37 29 68 65.

Samedi 7 novembre > Inauguration de la place MauriceFaure, rue des Viennes, samedi 7 novembre, à 11 heures.

Accordéon. Repas à partir de 12 heures (29 €) et bal à partir de 13h30 (15 € avec boisson). Animé par l’orchestre de Christine Lorme puis par Eric Bouvel et son ensemble, salle polyvalente Pierre Mendès-France. Réservations.

Vendredi 13 novembre > Thé dansant Retraités Nogentais

Mr Lorme 02 37 52 07 98 ou 06 01 86 36 71. E-mail : lorme.christine@neuf.fr

par l’Association des Familles, salle polyvalente Pierre Mendès-France. Renseignements : 02 37 52 87 49.

organisé au profit des seniors, salle polyvalente Pierre Mendès-France.

Entrée libre.

Inscriptions : Centre communal d’action sociale

Jeudi 19 et vendredi 20 novembre > Soirée beaujolais à Aquaval.

(CCAS), 02 37 52 02 48.

Pour 18 €, buffet campagnard et bowling

Vendredi 13 novembre > Spectacle La groupie du comique,

Inscription : Aquaval, 02 37 54 50 50

de et avec Gilbert Montagné et Sylvie Raboutet, à 20h45, salle de spectacles Pierre Mendès-France (lire page 5).

Vendredi 20 novembre > Saison culturelle, spectacle de Vincent Delerm (chanson), à 20 h 45,

Tarifs : 25 et 20 €.

salle de spectacles Pierre MendèsFrance. Tarifs : 25 et 16 €. Réservations.

Service culturel de la Mairie 02 37 29 68 65.

Du samedi 14 au vendredi 20 novembre > Exposition-vente de l’UNICEF, salle

Service culturel de la Mairie 02 37 29 68 65.

des Colonnes de l’Hôtel de ville.

Samedi 21 novembre > Journée mondiale du diabète, tables

Samedi 14 novembre > Soirée Musiques Electroniques

rondes, conférences médicales, stands et dépistage proposés par l’Association des diabétiques d’Eure-et-Loir (ADEL), de 10h à 12h et de 14h à 17h, salle des Colonnes de l’Hôtel de ville.

organisée par l’association Suparty », à partir de 21h, à l’Arsenal. Tarif : 7 €. L’Arsenal 02 37 53 40 56.


l’association Les Percherons, à 20h45, salle Simone-Signoret. Renseignements : 02 37 52 26 80.

Samedi 21 novembre > Concert de La crevette d’acier (chanson théâtralisée, lire page 28), à 21h à l’Arsenal, place Sully. Tarif : 13 €. L’Arsenal 02 37 53 40 56.

Dimanche 22 novembre > Remise des récompenses du prix des Maisons Fleuries, à 15 heures, salle polyvalente Pierre Mendès-France.

Du lundi 23 au samedi 28 novembre > Semaine de réduction des déchets

Du jeudi 10 au dimanche 13 décembre > Marché potier et exposition de céra-

Samedi 12 et dimanche 13 décembre > Marché de Noël organisé par l’Office

miques par l’association La terre qui chante, de 10h à 12h et de 14h à 18h, salle des Colonnes de l’Hôtel de ville.

Retraités, à partir de 14 heures, salle polyvalente Pierre Mendès-France.

de tourisme de Nogent-le-Rotrou sur le thème de la Savoie, au Théâtre de Verdure. Trente exposants, spectacle de marionnettes, sculpture sur ballon, maquillage, danse et musique folkloriques, spectacle de magie, atelier d’écriture au Père-Noël, balades en traineau, chants de Noël… Entrée libre.

M. Georget 02 37 52 51 61

Office de tourisme 02 37 29 68 86

Vendredi 4 décembre > Connaissance du monde, vidéo-

Samedi 12 décembre > Concert Le Père Noël est un rocker,

conférence sur le Grèce continentale, à 20h45, salle de spectacles Pierre Mendès-France. Tarifs : 7,20 et 3,50 € (gratuit pour les moins de

organisé par l’association l’Arrosoir et les groupes locaux au profit de la Croix rouge française, à 21h, à l’Arsenal.

12 ans). Renseignements : 02 37 52 44 61 ou 06

L’Arsenal 02 37 53 40 56

Vendredi 4 décembre > Thé dansant organisé par les Joyeux

Exposition artistique et pédagogique, de 10h à 12h et de 14h à 18h, salle des Colonnes de l’Hôtel de ville.

21 84 67 06.

Mercredi 25 novembre > Journée d’information sur les risques du SIDA organisée par le Bureau Info

Samedi 5 décembre > Rencontre et séance de dédicaces avec Pierre Makyo (scénariste), Bruno

Jeunesse (BIJ), à la salle des Colonnes de l’Hôtel de ville.

Jeudi 26 novembre > Saison culturelle, spectacle “jeune public” d’Aldebert, à 10 h et 14 h, salle de spectacles Pierre Mendès-France. Tarif : 3,50 euros. Réservations. Service culturel de la Mairie, 02 37 29 68 65.

Vendredi 27 novembre > Loto organisé par le foyer socioculturel du collège Arsène-Meunier, à 20h30, salle polyvalente Pierre Mendès-France.

Samedi 28 novembre > Soirée dansante organisée par la FNACA, salle polyvalente Pierre Mendès-France.

Rocco (dessinateur) et Pierre Richaud (écrivain), auteurs de la bande-dessinée Jean-Jacques publiée chez Delcourt, de 14h30 à 18h au musée-château Saint-Jean.

Samedi 5 décembre > Hommage aux morts pour la France de guerre d’Algérie, du Maroc et de la

taise, à partir de 14h, salle polyvalente Pierre Mendès-France.

Mercredi 2 décembre > Saison culturelle, spectacle de Stéphane Guillon (humour) à 20 h 45,

organisée par l’Ecole municipale de musique, à partir de 15 heures, église Notre-Dame. Entrée libre. Renseignements : 02 37 52 01 37.

Jeudi 17 décembre > Contes et goûter offerts aux retraités nogentais par le Centre communal d’action sociale (CCAS), à partir de 14h30, salle Simone-Signoret.

Samedi 19 et dimanche 20 décembre > Animation pour les fêtes de fin d’année, salon saveurs et tradition,

Samedi 5 décembre > Les Bouchers Doubles / Matozoide

organisé par la ville : exposants place Saint-Pol, animations pour les enfants et salon de l’automobile organisé par l’Ucial (Union commerciale).

L’Arsenal, 02 37 53 40 56.

Samedi 19 décembre > Concert de noël organisé par l’école

Dimanche 6 décembre > Loto organisé par le Comité des fêtes

municipale de musique, 15h30, salle Simone-Signoret. Entrée libre.

Saint-Jean, à 14h (ouverture des portes à 13h), salle polyvalente Pierre MendèsFrance, au profit du Téléthon et des Restos du cœur. En jeu : téléviseur LCD, Lave-vaisselle, lave-linge..

Renseignements : 02 37 52 01 37.

Renseignements : 02 37 52 87 84.

Dimanche 29 novembre > Loto organisé par l’Alliance Nogen-

Dimanche 13 décembre Audition d’orgue sur le thème de Noël,

Tunisie. Rassemblement au Monument aux morts à 17h50.

Concert de musiques électroniques avec Les bouchers doubles et Matozoide, à 21h, à l’Arsenal. Tarif : 7 euros.

Samedi 19 décembre > Exposition “art et culture du Vietnam”, peinture à l’aiguille et artisanat traditionnel organisée par l’Association Amitié & solidarité France-Vitenam, de 9h à 18h30, salle des Colonnes de l’Hôtel de ville.

salle de spectacle Pierre MendèsFrance (lire page 29). Tarifs : 25 et 16 euros. Renseignements et réservations : service

Jeudi 10 et vendredi 11 décembre > Saison culturelle, spectacle jeune public Ménagerimes par Jacques

culturel de la Mairie, 02 37 29 68 65.

Haurogné, à 10h et 14h30, salle Simone-Signoret. Tarif : 3,50 €. Réservations :

Entrée libre.

service culturel de la Mairie 02 37 29 68 65.

Samedi 19 décembre > Liralar, lectures par les comédiens

Gauchetières, à l’école primaire PaulLangevin, puis à la salle des Colonnes de l’Hôtel de ville.

Vendredi 11 décembre > Soirée Kinogent, projection de courts métrages, à 20h30, à l’Arsenal. Entrée

Renseignements : 02 33 73 39 05.

libre. Renseignements : l’Arsenal, 02 37 53 40 56.

de la Cie du Perche et le public, samedi 7 novembre, à 20h30, à l’Arsenal. Sortie au chapeau. Cie du Perche, 02 37 49 29 04.

Du jeudi 26 au dimanche 29 novembre Puis du mercredi 2 au mardi 8 décembre > Exposition Mémoire d’un quartier, les

Agenda

Samedi 21 novembre > Spectacle théâtre et chanson de

31


Vie municipale

EXPRESSION POLITIQUE

32

Une minorité municipale toujours aux aguets

Quelles Finances communales pour demain !

Après presque deux ans sans parution d’un bulletin municipal vous n’aurez jamais été autant « informés » que maintenant avec trois médias municipaux. Y aurait-il des actions municipales majeures à porter à la connaissance de la population, ou est-ce seulement l’effet de l’approche de futures élections ? La publication du Mag n°1 qui était « luxueuse », vous a présenté une ville où tout semble idyllique. A n’en pas douter, dans ce n°2, la majorité municipale actuelle et son leader ne tiennent pas à y exposer les problèmes gênants. Sans doute n’y en a-t-il pas ? Et pourtant, on peut s’interroger : Est-ce que tout va bien à Nogent ?

La grande majorité des Maires de France, toutes opinions politiques confondues, est aujourd’hui inquiète.

Parlons santé et hôpital : A la question n° 696 ( Assemblée Nationale le 07 mai 2009 ) sur la situation de l’hôpital de Nogent, posée par notre député Laure de La Raudière, la Ministre de la Santé, Madame Roselyne Bachelot répond en se déclarant « attachée à l’ensemble des projets de l’Hôpital qui peuvent améliorer une offre de soins de proximité et de qualité » tels les soins de suite et de réadaptation (SSR), les filières de gériatrie, de chimiothérapie, d’insuffisance rénale chronique, d’Alzheimer, de chirurgie ambulatoire et le service des urgences. « Il appartient maintenant au centre hospitalier nogentais de faire le nécessaire sur ce dossier dans les plus brefs délais » précise aussi madame la Ministre. Hélas, il aura fallu attendre près de 18 mois pour démarrer réellement l’activité autorisée de la chirurgie ambulatoire. Alors, à quand la mise en place de toutes ces autres activités attendues et actualisées pour ce service public de proximité qu’est l’hôpital et auquel la population nogentaise reste tant attachée à juste titre ? Les patients concernés vont-ils encore attendre des mois et des mois ?

S’agissant de la taxe professionnelle, la mesure de la suppression devra intervenir dés 2010. Certes, cet impôt n’a pas que des qualités puisqu’il frappe aujourd’hui essentiellement les investissements des entreprises. On peut donc admettre dans le contexte économique difficile pour les entreprises françaises, qu’il soit aménagé ou réformé. Mais, dans les villes petites, moyennes ou grandes, la taxe professionnelle représente au moins la moitié du produit des impôts. Sa suppression aurait donc des conséquences très graves sur les budgets communaux, à moins que des compensations équivalentes et dynamiques soient attribuées aux communes.

Parlons du dynamisme : Aujourd’hui, quelle grande manifestation commerciale peut bien attirer le chaland dans notre cité ? Les journaux locaux nous ont relaté récemment l’engouement qu’une foire exposition suscite dans une ville de la taille de la nôtre comme La Ferté Bernard ou Châteaudun ! Mais Nogent, la « ville la plus importante de la région » n’a plus de Foire aux Crêpes et au Cidre doux. On ne peut que le regretter. Mais à supposer que des bonnes volontés veuillent, non pas la ressusciter, mais en reprendre le principe, dans quel endroit pareille manifestation pourrait-elle s’installer ? la municipalité ayant supprimé toutes les possibilités d’accueillir ce genre de manifestation. Dommage pour l’animation du commerce local. Parlons finances : Le complexe cinématographique, notre « cher » et même très cher cinéma, devait à l’origine coûter 2 200 000 € ht en première estimation en 2008. Les nogentais l’ont cru ! Grossière erreur car il a fallu voter depuis une sérieuse rallonge financière, la deuxième estimation est passée à 3 086 834 € ht. On ne va pas chipoter pour 40% d’augmentation en 1 an ! Pourquoi ce surplus ? La municipalité savait que la place du 11 août était inondable et qu’il fallait couler des pieux pour surélever le bâtiment, mais elle ne les a pas chiffrés en 2008. On sait tous qu’après démolition, il faut prévoir de consolider l’immeuble mitoyen ; ça n’a pas été chiffré. Et qui peut ignorer qu’à un emplacement de garage qui vendait du carburant il risquait d’y avoir encore des cuves d’enterrées ? Cuves qu’il faut maintenant retirer à coups d’euros. Etc. Etc. Et ce n’est sûrement pas fini ! Rien que les honoraires des intervenants, basés sur les coûts réels ; eux aussi vont profiter de l’inflation des 40%. Attendons-nous donc à d’autres surprises à financer. Malgré les subventions qui vont venir en partie à notre secours, on peut se demander au détriment de qui ou de quoi cet argent est-il pris car il faut bien le prendre quelque part ? Comme l’a écrit monsieur le Maire dans son éditorial de Juillet 2009 « Gérer sa ville au mieux des intérêts de ses habitants, c’est faire preuve d’esprit de prévision, de sagesse et d’audace ». Nogentaises nogentais vous en avez la démonstration. Nous sommes bien d’accord : prévision, sagesse et audace sont bien effectivement trois qualités absolument nécessaires à la majorité municipale, mais force est de constater qu’elles lui manquent cruellement.

L’objet de leur inquiétude ? L’avenir des finances communales et l’autonomie de gestion des communes pourtant inscrites dans la Constitution. La cause de leur inquiétude ? Un projet de loi bientôt discuté dans les assemblées parlementaires et le vote de la suppression de la taxe professionnelle.

Or, le projet actuel ne prévoit de compensations complètes que pendant un an. D’autre part, ces compensations seront pour l’essentiel des dotations de l’Etat dont on sait qu’il est aujourd’hui dans une situation de grand déficit et de grand endettement. Le plus probable est donc que les communes y perdront. Qu’y perdront-elles ? Leur autonomie financière que leur assurait le droit de fixer le taux de cet impôt, leur responsabilité vis-à-vis des entreprises installées sur leur territoire. L’autre risque sera évidemment l’augmentation de la contribution demandée aux ménages déjà atteints dans leur pouvoir d’achat. Avec cette première réforme, c’est la capacité communale à assurer les services collectifs et la justice fiscale qui sont en cause. ------L’autre réforme est celle des collectivités territoriales dans leur ensemble et concerne les régions, les départements, les communautés de communes et les communes. Le texte de loi prévoit d’interdire la possibilité pour les conseils régionaux et les conseils généraux de financer ensemble avec les communes ou les communautés de communes certains projets. Aucune de ces collectivités, notamment les plus petites, n’étant capables de financer seule les investissements, c’est leur capacité d’agir qui sera réduite. Les habitants en subiront les conséquences mais aussi l’économie puisque les collectivités locales financent aujourd’hui 70% des investissements publics dans notre pays. On peut d’ores et déjà redouter une chute importante d’activité dans le bâtiment et les travaux publics. Par ailleurs, la loi qui vient en discussion obligera chaque collectivité à financer à 50% au moins chaque projet. Beaucoup de petites communes ou de petites communautés de communes ainsi privées, de certaines subventions, ne disposeront plus de moyens suffisants pour entreprendre. En charge de la gestion de notre ville, la majorité du Conseil Municipal suit donc avec attention les prochaines discussions au Parlement. Elle souhaite que ces projets de loi soient profondément amendés sous peine de voir porter atteinte à la qualité de vie de nos habitants, à l’intervention décisive des collectivités locales dans la vie économique et par conséquent dans la création d’emplois.

LeMag n°2  

Magazine d'information publié par la mairie de Nogent-le-Rotrou

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you