Page 1

www.arras.fr

ArrasActu Le magazine des Arrageois

N째259 - Octobre 2011

Le patrimoine pour tous

Ces champions de jouteurs !

Les cinquante ans

du rugby arrageois.


2

Puisqu’on vous le dit

3 296 élèves dans les écoles

Chanter au chœur régional Le chœur régional, basé à Lille, fête ses trente ans et s’implante pour la première fois dans le Pas-de-Calais en inaugurant un pôle arrageois. Des répétitions ont lieu chaque semaine au palais Saint-Vaast. La formation est appelée à accompagner les plus grands concerts régionaux. Celui de son anniversaire sera conjointement dirigé par Jean-Claude Casadesus, Jean-Claude Malgoire, Michel Piquemal et Bernard Tétu. Au programme 2011-2012 sont annoncés la Messe de Schubert, la Sonnambula de Rossini et le Requiem de Fauré. Le choeur régional Nord-Pas-de-Calais cherche de nouvelles voix et recrute à Arras des chanteurs amateurs expérimentés. Si vous voulez chantez les plus belles pages classiques sous la direction des meilleurs chefs... des auditions ont lieu pour tous les pupitres. Chœur régional Nord-Pas-de-Calais - 21 Avenue Germaine - 59110 La Madeleine 03 20 06 37 55 www.chœur-regional-npdc.org

De Colo médaille d’argent L’ Arrageois Nando De Colo a participé le 18 septembre à la finale de l’Euro de basket-ball masculin au sein de l’équipe de France aux côtés de Joakim Noah et Tony Parker. Auteur de deux points, l’ailier de Valence a ramené chez ses parents, à Rivière, une médaille d’argent qui l’assure de partir pour les JO de Londres en 2012. La kayakiste Marie Delattre portera également les couleurs de notre ville lors des jeux olympiques anglais. Signalons enfin que le coureur du RCA Grégory Beugnet a rejoint l’équipe de France d’athlétisme. Il a porté le maillot bleu pour la première fois à Nice lors du DécaNation et participé à la quatrième place française.

Les plus importants travaux de réfection et de modernisation des établissements primaires dont la ville a la charge ont eu lieu pour cette rentrée à Molière avec le remplacement total de la toiture et à Herriot-Viart pour l’isolation extérieure avec le changement des fenêtres. Côté effectifs, les seize maternelles accueillent 1 311 enfants dans 53 classes et les onze écoles élémentaires 1 985 élèves dans 82 classes. Au total, les établissements arrageois sont fréquentés par 3 296 enfants. Le Maire, Frédéric Leturque, adjoint à la Cohésion Sociale, et Evelyne Beaumont, adjointe à l’Education, ont fait le tour des écoles à l’occasion de la rentrée.

Pour obtenir la médaille de la Famille La médaille de la Famille est traditionnellement attribuée à l’occasion de la fête des Mères. Pour l’obtenir, il faut répondre à différents critères. Les candidatures ne sont retenues que si l’aîné des enfants est âgé de seize ans. Pour la médaille de bronze, il faut avoir élevé quatre ou cinq enfants, pour la médaille d’argent six ou sept, pour la médaille d’or au moins huit. Différents documents doivent être produits lors de la demande, livret de famille, certificats de scolarité, attestations d’allocations familiales. Le formulaire est à retirer au service social de la Mairie : 03 21 50 50 32.

Champion de l’andouillette ! Pour la quatrième fois, les Amis de l’andouillette ont organisé, lors de la fête du 28 août, un concours de recettes. Côté restaurateurs, c’est Jean Radke, le chef de la Cave aux Saveurs, Grand’Place, qui a remporté le trophée pour la seconde fois en présentant plusieurs plats. Sa sucette d’andouillettes et mœlle aux cèpes, quenelles de raifort, a régalé le jury. En 2010, il avait gagné avec un parmentier d’andouillette aux tomates confites, crème de moutarde et de cerfeuil.

Rendons ses boules à l’USAO Dans la foulée des courses pédestres du RCA, nous avons également attribué à ce club l’organisation du premier grand concours de pétanque de la Citadelle ! C’est évidemment à l’USAO qu’en revient la paternité ! L’USAO pétanque compte 45 membres et reprend ses activités chaque samedi et dimanche à partir de 14 h 30 salle Vandamme.


Edito

Jean-Marie VANLERENBERGHE Maire d’Arras, Sénateur du Pas-de-Calais, Président de la Communauté U­ rbaine

Sommaire 8

Un bel embrasement du beffroi

9

Les peintres dans la rue, annonciateurs d’une grande manifestation artistique

11

Des maisons fleuries remarquables

12

Comment faire financer vos travaux

18

Photos de famille des sportifs

22

La fête d’autrefois à Méaulens

23

ARRAS ACTUALITÉS N° 259 Octobre 2011

Le nouveau terrain Jean-Luc Richard, rendez-vous des jeunes du quartier

Un patrimoine en évolution On n’attend pas à Arras les Journées du Patrimoine pour regarder tous les jours d’un œil nouveau les richesses architecturales de la ville. Mais c’est un plaisir chaque année avec l’Office de Tourisme de découvrir des sites d’ordinaire inaccessibles. Cette année aussi les peintres dans la rue nous ont donné une autre vision de notre ville et, puisque nous parlons peinture, il ne faudra pas manquer le rendez-vous exceptionnel donné au Musée, du 5 novembre au 15 décembre, avec l’exposition temporaire « Trésors méconnus de l’école d’Arras  ». Pour la première fois des tableaux sortent du patrimoine familial, et c’est tout un mouvement de l’histoire de l’art qui est à redécouvrir. Nos belles maisons de ville font elles aussi partie de notre patrimoine. Certaines demanderaient quelques travaux de réfection. Des aides financières le permettent et nous encourageons les propriétaires à les utiliser pour entretenir cette autre part de notre patrimoine. Et puis il y a ce que l’Unesco appelle le patrimoine immatériel. Les joutes en font partie et pour permettre au club d’aller toujours de l’avant, au moment où il va fêter, en 2012, ses deux cents ans d’existence, nous sommes en train de construire, face à la Scarpe, une capitainerie. A Arras, tous les patrimoines se conjuguent pour donner à la ville un dynamisme qui s’appuie sur les atouts de l’histoire.

Directeur de la publication : Jean-Marie Vanlerenberghe • Directrice de la Communication de la Ville d’Arras : Anne-Charlotte Derville • Directeur de la rédaction - Rédacteur en chef : Claude Marneffe • Reporter photographe : Julien Mellin, Laurent Raison • Concepteurs graphiques : Béatrice Couadier Mathieu Lucas - Julien Ramet - Christine Roussel • Sortir à Arras : Brigitte Joud • Impression : Imprimerie Chartrez 62223 Saint-Nicolas-les-Arras La Ville d’Arras a souhaité produire cette publication dans le respect de l’environnement. Ainsi, l’impression a été réalisée à partir d’encres à base d’huile végétale. Le papier sélectionné pour ce magazine est du Satimat Green produit par Arjowiggins (France), usines certifiées ISO 14001. Ce dernier est composé de 60% de fibres recyclées et de 40 % de fibres vierges certifiées Forest Stewardship Council (FSC), issues de forêts bien gérées. • Distribution : La Poste • Attachée de presse : Amélie Creton & 03 21 50 50 87 • Assistante de direction : Caroline Deleval & 03 21 50 51 44 • Fax : 03 21 50 51 79 • http : //www.arras.fr • E-mail : com@ville-arras.fr

Arras Actu

Octobre 2011

3


1

2

ARRAS EN IMAGES PHOTOs JULIEN MELLIN - PHILIPPE FRUTIER

3

Arras Actu

Octobre 2011


4

1

L’émission « Des racines et des ailes » inscrit Arras au générique d’un de ses prochains numéros. Un reportage sera notamment consacré au photographe aérien Philippe Frutier.

Economies d’énergie et nouveaux modes de chauffage étaient à découvrir avec plus de 70 professionnels sur 3 000 m2 au Salon de l’immobilier 2 et de l’éco-habitat à Artois-Expo. 700 bénévoles dont 450 figurants participent 3

chaque année au son et lumière « Histoires et rêves d’Artois »

5

6 4 La chasse aux vinyles de

collection auprès d’une quarantaine d’exposants à la Foire aux disques de PFM salle des Orfèvres et des Tisserands.

Le nouveau lycée professionnel 5

Jules-Ferry vu des ailes de Philippe Frutier !

Le raisin était gorgé de soleil 6

Arras Actu

Octobre 2011

pour les vendanges à Cité Nature le 25 septembre.


Simone et Gertrude, deux commères arrageoises, découvraient pour la première fois le musée : tout un spectacle !

Le patrimoine en permanence

Dans le livre d’h Les Journées du Patrimoine ont emmené Arrageois et touristes à travers les secrets de la ville. A la découverte de richesses habituellement peu accessibles comme ces manuscrits du Moyen-Age qui restent visibles à la Médiathèque jusqu’au 15 octobre.

M

onter au beffroi, descendre dans les boves, arpenter l’Hôtel de Ville de fond en comble et la ville d’un bout à l’autre, de Nemetacum la gallo-romaine à la citadelle de Vauban, vingtcinq lieux au total étaient à l’affiche des Journées du Patrimoine, les 17 et 18 septembre. Le nez en l’air à la découverte des détails des façades ou les yeux au sol dans le secret des souterrains, on joue toujours les touristes à Arras dans une ville en réserve de pittoresque et d’inattendu. Rue du Marché au Filé, l’hôtel Du-

Les manuscrits du fonds ancien de la médiathèque.

bois de Fosseux, siège de la Cour régionale des Comptes, a suscité la curiosité en raison de la récente restauration de ses façades. La Maison Diocésaine a ouvert ses portes comme la plupart des églises. Des circuits, comme certaines visites organisées par l’Office de Tourisme, permettaient un regard global sur l’architecture. Et de nombreux lieux illustraient leur histoire par des expositions. Ainsi de la médiathèque où l’on peut encore voir jusqu’au 15 octobre une présentation exceptionnelle de manuscrits du Moyen-Age, des


heures pièces qui ne sortent qu’à bon ordre du fonds ancien, et rappellent que la bibliothèque d’Arras fut l’une des mieux dotées de France. Deux mille manuscrits, dont huit cents de la période médiévale, furent heureusement sauvés de l’in-

A la cathédrale, les yeux au ciel, c’est l’esprit des lieux !

Le bréviaire du laïc cendie qui, en juillet 1915, détruisit 50 000 ouvrages en même temps que les murs. L’exposition présente des livres d’heures, l’équivalent laïc du bréviaire religieux, où des copistes, pour sanctifier le cours du temps, avaient calligraphié des prières choisies par le croyant à la gloire de la Vierge et des Saints auxquels, paraît-il, fin XIVe, il valait mieux s’adresser qu’au Bon Dieu !

A l’Hôtel Dubois de Fosseux, le président de la Cour des Comptes se fait guide de la visite.


8

Actualités

Embrasement du beffroi

Feu d’histoire

D

u haut de ses soixantedix sept mètres, le beffroi contemple deux mille ans d’histoire, et le voici qui veut rivaliser avec les sept merveilles du monde ! C’est le défi imaginé au soir du 4 septembre par les artificiers de Lacroix-Ruggieri, champions du Monde 2010 de pyrotechnie. Un spectacle de feu et de lumières spécialement conçu pour le cadre prestigieux du beffroi et de la place des Héros, un feu d’artifice extraordinaire, parce que personnalisé pour le site en utilisant pour faire jaillir les fusées lampadaires, façades et sculptures de l’Hôtel de Ville. A Arras, cette année, pour un show de vingt-cinq minutes, sept artificiers ont manipulé plus de deux cent cinquante kilos de bombes ! Des gerbes de feu jaillissent du beffroi tandis qu’en voix off un dialogue s’instaure entre la place, à l’honneur l’année dernière à l’occasion de son inaugu-

ration, et le beffroi qui veut prendre sa revanche. Qui de l’un ou de l’autre saura le mieux séduire les regards emportés par les merveilleuses images qui colorent les façades. « La tour démesurée  » dont parlait Verlaine, qui « se dresse éperdument », reflète tour à tour l’une des merveilles du monde. Le Lion devient roi soleil.

Une merveille du monde Des pépites de lumière ruissellent sur la façade de l’Hôtel de Ville. Une pluie d’étoiles tombe du ciel. Le beffroi explose de couleurs dans la nuit. Des bouquets crépitent. Les nuages semblent déchiquetés en lambeaux d’arc-en-ciel. Des papillons se posent sur les pierres. Des fleurs scintillent et des sourires géants surgissent aux

L’embrasement s’est emparé aussi bien du Beffroi que des façades.

fenêtres. Des flashs foudroient le ciel. Noir fracassant. La foule se disperse. Place et beffroi, main dans la main, pierre contre pierre pour les siècles et les siècles, font signe d’au revoir. Pour nous dire, à l’année prochaine, ou plutôt à demain. Dans la vraie vie retrouvée !


Le regard des peintres

Bien en place S

’abritant sous les arcades pour tenir tête à la pluie ou regroupés devant leur chevalet sous des tentes dressées par les services municipaux, plusieurs dizaines d’artistes amateurs ont participé le 18 septembre à la Journée des peintres organisée place des Héros dans le cadre des Journées du Patrimoine par la nouvelle association « L’Art et vous ». Ils ne peignaient pas forcément ce qu’ils avaient sous les yeux, mais utilisaient le décor des façades et du beffroi pour chauffer leur imagination ou susciter dans les visions de la mémoire les impressions d’une autre fois, d’un autre jour, sous le soleil et dans la foule. Le résultat de cette production instantanée, réglée en quelques heures sous l’œil, parfois stimulant, parfois agaçant du badaud toujours le commentaire aux lèvres, était donc inégal, comme on a pu le constater la semaine suivante sur les murs de la galerie de l’Office de Tourisme. Certains, comme Meyeuf, s’appliquent à respecter, comme des géomètres, l’alignement des colonnes et la fibre de la

Un œil sur les façades, un œil sur la toile, et le pinceau fait le reste.

pierre, et cet académisme du dessin, cette minutieuse rigueur de la mise en couleurs offre une bien agréable vision classique. D’autres, comme Alain Steux, font exploser les couleurs, embrasement flamboyant des façades qui vous revigore cette intransigeante minéralité de l’habitude. Pierre Vanhems, Frank Pavaut font le jeu d’une audacieuse modernité. Régine Tylski choisit l’originalité de l’angle, coin de rue ou vues de dessus par les toits ! Autant de regards changeants ou accoutumés sur cette place toujours semblable que l’œil toujours renouvelle.

L’association « L’art et vous »

Un événement artistique

Frank Pavaut, l’un des créateurs de l’association, est lui-même peintre amateur.

Arras Actu

Octobre 2011

Eux mêmes artistes amateurs arrageois, Frank Pavaut et Alain Steux ont créé l’association « L’art et vous » dont a émané cette Journée des peintres. « Nous cherchons à nous regrouper pour mettre en place des expositions communes et faire connaître la création locale  », résument-ils. Frank Pavaut n’a pas oublié qu’existait naguère, avec Hervé Champagne, l’association Art Présent – il en faisait partie – avec sa biennale pour révèler au public les talents d’ici. Aujourd’hui, malgré le potentiel, plus de galeries, plus d’événements. « Il faut, dit Frank Pavaut, que les artistes locaux retrouvent la parole et redonnent de la valeur à la peinture amateur ». Un grand événement artistique manque à Arras. « L’art et vous » s’en occupe !


10

Actualités

Le rugby arrageois a cinquante ans

Le ballon ovale tourne rond !

L

es Bleus venaient de gagner in extremis leur premier match de la coupe du Monde, contre le Japon, et il régnait une ambiance de chaudron au stade Grimaldi, le soleil chauffant à blanc tentes, locaux et tribunes, en cette inauguration des festivités du cinquantième anniversaire du rugby arrageois, le 10 septembre. Jeunes de l’école de rugby, équipes, actuels et anciens joueurs, avec familles, amis et supporters ont d’abord passé un long moment à découvrir, pas à pas, photo par photo, sur soixante mètres de long, l’exposition retraçant l’histoire du club, préparée à partir des archives des uns et des autres. On reconnaissait un copain disparu, un père, un parent, et les souvenirs entraient dans la mêlée. C’est ce jour anniversaire aussi, coïncidant à juste titre pour un club accueillant des Néo-Zélandais avec l’ouverture de la coupe du Monde, qui avait été choisi pour baptiser les deux nouveaux gradins encadrant la tribune

Wellington. L’une prend le nom de Jean Gradel, l’autre de Gaston Tousart, deux figures de l’ovalie locale. Pères fondateurs, ils avaient une conception pédagogique et novatrice qui a fait du club ce qu’il est devenu. « Les stages arrageois ont alors été reconnus au niveau national  », a fait

Le président Fabien Dubois a dévoilé la tribune avec le fils de Jean Gradel.

dire à son fils Quentin, balbutiant son compliment, le président du RCA, Fabien Dubois. Elus et dirigeants se sont ensuite succédés au micro. « On aurait voulu un grand match de gala, regrettait Michel Beau, président de l’association, mais c’était loin de nos possibilités financières  ». Pour le représentant de la fédération, l’essentiel était de mettre en valeur le rugby, tout le rugby, celui aussi des enfants et des féminines qu’encourage à part égale la nouvelle mascotte, un lion bien sûr ! Philippe Rapeneau pour le Conseil Régional, Nicolas Desfachelle pour le Conseil Général ont promis fidélité dans l’aide financière. « Retourner en Fédérale 1, c’est l’ambition, affirmait Jean-Marie Vanlerenberghe. Il y a cinquante ans, qui aurait imaginé que le rugby se serait enraciné à Arras »...

Avec le président Michel Beau, Philippe Rapeneau, Frédéric Leturque et Annie Lobbedez, adjointe aux Sports, découvrent l’exposition.


Remise de prix

Maisons et jardins L

e fleurissement de la ville évolue dans un style toujours plus élégant, proche de son esthétique patrimoniale, et on ne dira jamais assez combien la participation des habitants, par leurs balcons, leurs façades et leurs jardins, est appréciée du jury national, passé en juillet, et dont on attend le renouvellement de la Quatrième Fleur, classement suprême des Villes Fleuries. C’est pourquoi Jean-Marie Vanlerenberghe, Thérèse Willot, adjointe aux Espaces Verts et au Cadre de Vie, et toute l’équipe municipale, accordent une attention particulière au concours annuel des Maisons Fleuries, heureux d’y voir s’inscrire de plus en plus d’habitants. Ils étaient quatre-vingt sept inscrits l’été dernier. « Nous essayons de juger votre effort créatif pour renouveler le fleurissement de la ville. Vos petites fleurs viennent s’ajouter au travail de nos jardiniers », disait Jean-Marie Vanlerenberghe aux lauréats, le 10 septembre à l’Hôtel de Ville, lors de la remise des prix. Il appelait aussi les participants à créer autour d’eux un mouvement

Les lauréats à la sortie de la réception à l’Hôtel de Ville.

afin que s’accroisse encore le nombre d’Arrageois soucieux de fleurir leur ville. Cette remise de prix était couplée avec celle des jardins familiaux « où nous sommes attentifs à améliorer encore les équipements », affirmait le Maire, tandis que Thérèse Willot soulignait, mais bien sûr pour les absents ne méritant pas une récompense, « la nécessité d’entretenir les parcelles ». « Passez le message », disait-elle... Geneviève Candelier, 60, avenue Winston Churchill, a remporté le 1er prix, catégorie jardin visible de la rue ; Pascale Masson, 2 /1, rue des Archers, 1er prix balcons et terrasses ; Jacques Meilliez, 20, rue des Capucins, 1er prix fenêtres et murs.

Un accord naturel ! Le rapprochement entre la Chambre de Métiers et Cité Nature a commencé avant son aménagement avec un chantier école pour nettoyer la friche de l’ancienne usine Arras Maxéi. Devenue cette année chambre régionale pour les deux départements, l’institution a décidé de « revisiter » ses partenariats, disait le nouveau président Alain Griset, mais de poursuivre et développer son accord avec la structure arrageoise. Une convention a même cette fois été signée, le 19

Arras Actu

Octobre 2011

septembre, à l’occasion d’une réunion du bureau. La Chambre régionale de Métiers et de l’Artisanat apporte à Cité Nature une subvention de 3 000 euros, mais s’engage surtout à une présence et à une collaboration régulière. « Vous pourriez devenir force de propositions pour des thématiques d’expositions, notamment pour revaloriser des métiers perdus  », disait aux artisans Frédéric Leturque, président de Cité Nature, lors de la signature de la charte.


12

Actualités

Aides financières de la CUA

Vos travaux L a Communauté Urbaine se soucie depuis plusieurs années de l’entretien du parc urbain ancien en favorisant, par diverses aides financières, les travaux de réhabilitation que souhaiteraient mener les propriétaires. Différents accords ont pour cela été signés avec certains organismes, et une action se poursuit toujours avec l’Anah, Agence nationale d’amélioration de l’habitat. Des subventions peuvent ainsi être obtenues par les propriétaires sous différentes conditions. Il doit s’agir de travaux de réhabilitation (isolation, toiture, chauffage, fenêtres) dans un logement datant de plus de quinze ans, et en aucun cas de travaux d’entretien et de décoration. Les travaux doivent avoir pour objectif l’amélioration de l’habitat. Il faut occuper le logement à titre de rési-

dence principale pour une durée de six ans minimum et il existe un plafond de ressources. Les aides accordées peuvent atteindre de 20 à 35% du montant des travaux hors taxe. Dans le cadre de son engagement, la CUA peut aussi dans certains cas compléter le financement par une autre subvention de 20% ou une prime de 2 100 euros dans le cadre du programme « Habiter mieux  ». Les propriétaires bailleurs peuvent aussi être concernés s’ils pratiquent un loyer social. La CUA favorise notamment la réfection de toiture avec isolation des combles pour éviter les déperditions d’énergie.

Contact : CUA 03.21.21.88.98 ou Espace Info Energie 0 800 62 62 62 (numéro vert).

L’espace Info Energie se situe à l’angle de la rue Abel Bergaigne et de l’avenue du Maréchal Leclerc.

Maîtrise de l’énergie et contrôle de la consommation

La Ville fait des économies La Ville montre l’exemple, dans son parc immobilier notamment, en matière d’économies d’énergie. C’est ainsi que les deux cents bâtiments dont elle

est propriétaire et qu’elle gère, locaux administratifs, écoles ou salles de sport ont été dotés d’un contrôle de surconsommation d’eau qui permet

Des chaudières à gaz, installations neuves et plus fiables, ont remplacé le fuel, trente pour cent plus polluant.

de détecter des fuites. Cet été, par exemple, certains appareils ont mis en alerte les services : mais c’était normal, il s’agissait d’arroser plus souvent les terrains de foot  ! Côté chauffage, on veut améliorer l’efficacité tout en réduisant la dépense. L’isolation est le maître mot comme à l’école Herriot-Viart. En regardant sur une dizaine de bâtiments, l’avant et l’après de la consommation quand le gaz a remplacé le fuel, on constate une économie de 450 000 kw/h, soit cent tonnes de gaz à effet de serre, c’est-à-dire ce que lâche une voiture en 700 000 km !


Clin d’œil

Noces d’or Julien Dunyk, chauffeur routier international pendant trente ans, et Henriette Joly, ancienne employée de maison, ont fêté leurs noces d’or, le 25 septembre. Frédéric Leturque, adjoint au Maire, a félicité le couple qui a trois enfants et deux petits-enfants et occupe sa retraite entre le jardinage, le tricot et la belote.

Colette Bonnétat, nouvelle inspectrice En se rendant à la rentrée scolaire aux écoles Paul-Bert et La Fontaine, Colette Bonnétat, qui succède à Jeannine Richardson en qualité d’inspectrice de l’Education Nationale de la circonscription d’Arras 1, a retrouvé des locaux qui lui sont familiers. Elle y fut maître-formateur de 1992 à 2003. Colette Bonnétat, qui a passé son bac à Gambetta, a débuté dans le bassin minier avant de partir quatre ans à l’école française de Brazzaville. Devenue conseillère pédagogique à HéninBeaumont en 2003, puis inspectrice à Bully-les-Mines en 2010, Colette Bonnétat revient donc à Arras.

Une nouvelle conservatrice au Musée

Bébé sans alcool « Il est impossible de déterminer ce qu’est une consommation sans risques pour l’enfant à naître, la prudence est de renoncer à toute absorption d’alcool dès le début de la grossesse ». Telle était la recommandation principale de l’exposition de prévention de l’alcoolisme foetal organisée par l’Assurance Maladie le 10 septembre, salle Robespierre. A travers les échanges sanguins, le cerveau et le cœur du bébé sont vulnérables. Le zéro alcool est de rigueur.

Nouvelle conservatrice du Musée depuis le 1er septembre, Anne Esnault avait au moins deux qualités pour obtenir ce poste. Elle est une spécialiste de la peinture du dix-neuvième siècle dont les collections du palais Saint-Vaast sont très riches. Elle raconte même avoir eu à commenter lors d’un examen une photo de Corot prise par Dutilleux ! Par ailleurs, elle a aussi travaillé au château de Versailles et était toute désignée pour faire vivre le partenariat avec cette institution. Anne Esnault, qui a également travaillé à Metz et au Musée de la vie romantique à Paris, arrive de Flers, en Normandie.

Les découvertes de « Piano et patrimoine » En jouant les prolongations du festival « Piano Folies » du Touquet, « Piano et patrimoine » se fait une place de choix dans une part de la vie culturelle arrageoise qu’occupe un partenariat privé. C’est dans le très élégant salon Mozart de l’hôtel de l’Univers que se déroulent des concerts de haute tenue. Entre le 15 et le 17 septembre, grâce à Yvan et Nadejda Offroy, le couple arrageois qui programme Le Touquet, les mélomanes ont apprécié de jeunes solistes en train de se faire une réputation internationale (Valentina Igoshina, sur notre photo). L’accès libre dans la cour de l’hôtel le dimanche a aussi donné la part belle aux élèves de la classe de piano du Conservatoire.

Arras Actu

Octobre 2011

13


2

Le dossier

??????

1 1

Une carte postale ancienne représentant une fête populaire avec les joutes quai du Rivage.

2 Ici lors d’une remise de coupes, Nelly Edin avait

succédé à son mari François à la présidence de la société qu’il occupait depuis les années 70.

3

En tenue d’apparat, rouge et blanche, musiciens et jouteurs lors d’une aubade dans la cour de la Préfecture.

3

Les joutes à la mod La tenue en avril du congrès national des jouteurs marquera le début des festivités organisées pour les deux cents ans de la société locale. Un bicentenaire qui verra aussi l’inauguration d’une capitainerie sur la Scarpe.

«

Arras, c’est le beffroi, les joutes et les géants  !  ». Philippe Mercier ne le fait pas dire, lui qui pratique ce sport depuis ses dix ans ! L’association dont il est devenu en 2006 le président fêtera en 2012 son bicentenaire  : les archives détiennent encore le programme du premier combat dans le quartier du Rivage. C’était en 1812. Un port de marchandises existait alors sur la Scarpe et les bateliers s’adonnaient aux joutes nautiques, divertissement bon enfant entre déchargements et chargements. Aujourd’hui, la société regroupe quatre vingt-seize membres dont une cinquantaine de compétiteurs. A Arras, les jouteurs pratiquent la méthode arrageoise qui n’appartient qu’à eux et ne fait pas partie des six reconnues par la fédération nationale. «  L’Arrageoise, explique Philippe

Arras Actu

Octobre 2011

Mercier, élu en 2008 vice-président de la ligue Nord de Loire-Picardie, et à ce titre membre de la Fédération Française, consiste à se tenir en équilibre, pied droit en avant, sur un plateau de cinquante centimètres fixé sur une poutre à l’extrémité d’une embarcation. Le bateau, métallique,

« On préfère conserver notre méthode pour nous ! » est tiré par des cordes tendues au milieu du bassin. Il s’agit, pour la barque d’en face, de simplement déséquilibrer l’adversaire d’un coup de lance. Ce sont des joutes d’impact ».


4

5

6 4

Pour les jouteurs, les géants font partie de la famille.

5 Toute la technique est dans la manière de déséquilibrer l’adversaire !

Pas un seul jour sans que le président Philippe Mercier ne se rende sur le chantier de la future capitainerie.

6

de arrageoise ! Cette méthode ancestrale, proche des joutes à cheval, fêtera donc ses deux cents ans. Mais, il y a une trentaine d’années, pour pouvoir participer aux championnats nationaux, les Arrageois ont adopté la méthode alsacienne et fait fabriquer, en Alsace, deux barques en bois. Les bateaux sont plus longs, propulsés à rames, et la force entre en jeu : on pousse l’adversaire. Les Arrageois pratiquent aussi la «  parisienne », bateaux à moteur, lances et appuis différents. «  On aurait pu demander à la fédération d’accepter notre méthode, dit le président. Mais les autres, alors, auraient voulu la pratiquer et, nous, on préfère qu’elle reste à nous. Elle fait partie intégrante du patrimoine local ». Et puis, leur méthode reconnue, les Arrageois se seraient emparés de tous les podiums  ! Quoique... «  Nous sommes,

Ils sont les plus forts ! Les jouteurs arrageois additionnent, en méthode alsacienne ou parisienne, quarante titres individuels et six coupes de France. La finale des championnats de France, les 3 et 4 septembre à domicile sur la Scarpe, a consacré, en « alsacienne », trois champions arrageois, six en « parisienne », et, dans chaque épreuve, un minime en critérium. Six méthodes sont reconnues  par les quatre ligues régionales : la parisienne, l’alsacienne, la lyonnaise givordine, la provençale et la languedocienne. La Fédération nationale regroupe au total 5 000 licenciés.

constate Philippe Mercier, le club qui rassemble le plus de champions de France en parisienne ». Avec ces résultats, le président aura donc marqué l’association de son empreinte de manager. « Chez nous, dit-il, la cotisation est à un euro, car c’est de sa personne qu’il faut payer ! C’est la présence aux entraînements qui compte ! » Mais, avant de passer la main, d’autres ambitions se font jour. Un classement des joutes par l’Unesco, au titre des richesses immatérielles, serait pour Arras, après le beffroi et la citadelle, une troisième reconnaissance au patrimoine mondial. Et puis Philippe Mercier souhaiterait aussi initier les scolaires. La capitainerie, en cours de construction (voir page suivante), est une ouverture à bien des projets. Claude Marneffe

Arras Actu

Octobre 2011


Le dossier les géants en fanfare !

Enfin chez soi !

«

C’est un projet pharaonique ! ». Philippe Mercier n’y va pas par quatre coups de rames, mais on comprend que, devant le chantier en cours face à la darse Méaulens, rue du Foulon, le président des jouteurs voit avec des yeux d’enfant émerveillé s’élever de ses fondations la future capitainerie. Depuis toujours le club ne disposait que d’un étroit local dans un renfoncement du premier étage de la résidence Soleil où l’on se cognait aux coupes amassées au fil des ans ! A l’emplacement où ont été détruit deux groupes de deux maisons EDF va apparaître sur 300 m2, rez-de-chaussée plus un niveau, un bâtiment où les jouteurs trouveront enfin domicile  ! En bas se trouvera le hangar à bateaux. Les jouteurs en possèdent cinq, deux en ferraille typiques de la méthode arrageoise, deux en bois commandés en 2008 en Alsace, et un en plastique, insubmersible. On pourra les laver, les repeindre, se régalent déjà les jouteurs. Une curiosité au passage : les embarcations sont toujours remisées avec une quinzaine de centimètres d’eau dans le fond, afin que le bois travaille, sinon il craque ! A l’étage se trouvera une terrasse donnant sur

la Scarpe, un belvédère d’où le public pourra assister au spectacle des joutes avec à proximité le bar du club-house... Pour le reste, bureaux et salles de réunions qui pourront, sur 70 m2, être utilisés aussi pour la vie associative du quartier. La façade du hangar sera en brique, le reste du bâti-

Une présence dans la ville ment, dans des tons gris et ocre, en béton cellulaire pour répondre aux exigences d’isolation pour les économies d’énergie, chauffé au gaz. Avec le parking du Crinchon à l’arrière, cette capitainerie s’inscrira dans un environnement végétal, arbres et engazonnement. « L’absence de local ne nous permettait pas jusqu’à maintenant d’exister sur le quartier en dehors des compétitions, remarque le président. Désormais, avec ce bâtiment, les jouteurs affirmeront en permanence leur présence sur la ville ».

Arras Actu

Octobre 2011

Depuis toujours, les jouteurs ont la garde et la responsabilités des géants, exposés en permanence dans le hall de l’Hôtel de Ville, Colas, Jacqueline et le petit Dédé, qui pourtant ne sont pas mariniers, mais maraîchers ! Ils accompagnent chacun de leurs déplacements et s’occupent de la préparation pour le transport, rendu plus facile depuis que, dans sa nouvelle version, la petite famille (!) est démontable. Les géants arrageois se font ainsi remarquer chaque année à Paris au Salon de l’Agriculture. Souvent, ils sont accompagnés par la fanfare des jouteurs, autre tradition de l’association, une clique d’une douzaine de musiciens dirigée par le trompettiste Richard Citerne. Le 14 juillet, la musique réveille le Maire puis traverse la ville jusqu’à la Préfecture donner une aubade dans la cour où l’hôte des lieux remet la médaille de la République au vainqueur des vainqueurs, celui de la finale interne entre les gagnants des quatre catégories, jeunes, filles, légers-moyens, lourdsmi-lourds. Une tradition unique en France qui est une des premières astreintes protocolaires dont est informé chaque nouveau préfet par son administration dès son arrivée et à laquelle aucun ne voudrait déroger !


Jeunesse

« Journée du Patrimoine Junior » pour 160 enfants

Les seigneurs du château

L

es parents sont venus rechercher Cécile ou Sébastien en partageant le goûter dans la salle des fêtes de l’Hôtel de Ville. Cent soixante enfants au total, enthousiastes, étaient pressés de raconter leur après-midi. Sur la place des Héros, certains immobilisaient papa-maman par la main, pointant du doigt le détail d’une façade, contents de savoir expliquer. Eux, assurément, étaient inscrits à l’atelier « Traxler », un jeu de piste à la découverte des mystères de l’architecture. Depuis dix ans maintenant, l’Office de Tourisme organise, le week-end précédant les Journées du Patrimoine, une animation pour donner aux enfants le goût de découvrir leur ville, une formule qu’Arras a inventée ! Les «  Journées du Patrimoine Junior  » ont leur slogan, «  interdit au plus de douze ans  », et leurs classiques, notamment l’atelier de cuisine médiévale, le premier à afficher

complet, où l’on prépare une recette à base de fruits secs comme le faisait Taillevent pour le roi Charles VI. Huit ateliers au total, quatre pour les plus petits, six-huit ans, et quatre autres pour les déjà plus grands, neuf-douze ans. Et partout le même

Au musée, on s’applique sur son petit métier à tisser.

succès, la même satisfaction. La même attention. On se prend pour un seigneur du Moyen-Age et l’on fabrique son propre sceau que l’on pourra utiliser sur ses cahiers ! On réalise à Nemetacum une fresque à la romaine  ! Au musée, les enfants ont le nez dans les dessins qu’ils ont effectués sur le vif devant les tableaux, et qu’ils colorient. Dans une autre salle, on s’initie à la tapisserie sur de petits métiers individuels. Oh, que c’est difficile, minutieux. Deux heures plus tard, quelques fils seulement sont passés dans la trame. « Ne soyez pas déçus, dit l’animatrice, maintenant que vous savez comment faire, vous pourrez continuer à la maison »...

C’est la joie au retour des différents ateliers et puis le goûter nous attend !

17


18

Chronique sportive

La saison du sport arrageois est lancée plein gaz

Aux quatre coins d’Arras Du stade Degouve à la salle Tételin, de la piscine Desbin au stade Grimaldi, du stade Pierre-Bolle à la salle Gambetta-Carnot, les sportifs arrageois ont lancé leur saison depuis quelques semaines. Avec la ferme ambition de porter haut les couleurs de la ville d’Arras.

1

2

3

Les équipes du Rugby Club Arrageois au grand complet dans la nouvelle tribune lors de la fête des cinquante ans de ce sport à Arras.

Les féminines du foot arrageois avec leurs entraîneurs avant un match au stade Pierre Bolle.

L’équipe de water-polo lors d’un entraînement piscine Desbin.


Rugby Avec toujours Alexis Koniecnzy et Mickaël Nogent aux commandes, le RCA a entamé sa saison le 25 septembre dernier avec la venue de Suresnes à Grimaldi. Après un court déplacement à Compiègne, les Arrageois pourront retrouver leur équipe le dimanche 9 octobre pour la venue de Rouen. Les équipiers de Vincent Berthelet devront ensuite patienter trois semaines avant de se déplacer à Drancy (30 octobre). Beaune, le dimanche 6 novembre à 15 h à Grimaldi, viendra ensuite défier une équipe arrageoise qui évoluera toujours en Fédérale 2.

FOOTBALL Arras-Football a repris sa saison en championnat de CFA2 depuis le 20 août. Les premières impressions sont bonnes et l’équipe, toujours entraînée par Reynald Dabrowski, devrait être compétitive encore cette saison. Fortement remaniée, avec les arrivées de joueurs comme Crombez, Bernard, Oumar, Petit, Ambroziewicz ou Massamba, la formation du président Thellier est tout à fait capable de jouer les premiers rôles dans cette compétition relevée où cinq équipes, en fin de saison, rejoindront l’étage inférieur. Les équipiers du capitaine Aymeric Daval accueilleront en ce mois d’octobre, au stade Degouve, Feignies (samedi 8 octobre à 18 h), avant de se rendre à Wasquehal (dimanche 23 octobre à 15 h). Les Arrageois retrouveront leur pelouse pour la venue de Fresnoy-le-Grand, le club du président Francis Lalanne, le samedi 5 novembre (coup d’envoi à 18 h). Ce mois d’octobre, avec deux rencontres programmées les 16 et 30 octobre, sera complété par la coupe de France où Arras nourrit encore l’espoir de faire parler de lui cette saison.

BASKET-BALL Water-polo Eddie Hermant est toujours entraîneur d’un Racing ambitieux qui entamera sa troisième saison en Nationale 1. Le championnat débute pour les équipiers de Maxime Liagre ce week-end avec un déplacement à Livry-Gargan. Le public pourra voir à l’œuvre sa formation contre Marne Charenton (samedi 22 octobre à 20 h piscine Desbin). Après un déplacement à Givors (29 octobre), les Arrageois retrouveront leur piscine le samedi 5 novembre pour la venue de Saint-Jean-d’Angély.

Après les départs de Bruno Blier et Cécile Constanty, Jean-Lous Monneret, le président d’Arras pays d’Artois basket, a recruté un jeune coach belge, Thibaut Petit. Il sera assisté par Cécile Piccin. Si Pauline Akonga, Krissy Badé et Leilani Mitchell portent toujours le maillot rose arrageois, elles ont été rejointes par Joyce Cousseins-Smith, Nadezda Grishaeva, Soana Lucet, Gabriella Marginean, Alexandra Tchangoue et Alexia Rol. Le championnat a débuté fin septembre avec le traditionnel Open de la ligue où les Arrageoises ont affronté Basket Landes. Après un nouveau dé-

placement à Nice le week-end dernier, le public arrageois va pouvoir enfin découvrir son équipe face à Villeneuve-d’Ascq (samedi 8 octobre à 20 h, salle Tételin). Les Arrageoises iront ensuite à Montpellier (15 octobre), avant d’accueillir Tarbes le samedi 22 octobre. Le déplacement suivant emmènera les équipières de Mitchell à Nantes (samedi 29 octobre). Arras débutera ensuite son parcours européen en Eurocoupe avec un court déplacement en Belgique à Sint-Katelijne, le mercredi 3 novembre. Retour au championnat avec la venue de Challes à Arras, le dimanche 6 novembre à 15 h 30.


20

Culture

Enquête policière sur le chevalier de Maison Roug

Raymond Besson, le fin limier de

S

aviez-vous pourquoi le parc du château d’Immercourt, où se déroule désormais le spectacle « Histoires et rêves d’Artois », s’appelle parc du Chevalier  ? C’est en mémoire d’un certain Alexandre Gonsse de Rougeville, né en 1761 dans une famille arrageoise aisée, et qui vécut dans ce château de son père avant qu’Alexandre Dumas, ébahi par sa vie tumultueuse et fantasque, n’en fasse un héros feuilletonesque, le chevalier de Maison Rouge. Ce personnage fait partie des « Oubliés d’Arras » sur lesquels nos historiens amateurs locaux, Raymond Besson et Arlette Fleurquin, jettent chaque année leur dévolu, à travers une exposition toujours scrupuleusement documentée, à l’occasion des Journées du Patrimoine.

Arlette Fleurquin et Raymon Besson, les révélateurs des « Inconnus d’Arras ».

Etude graphologique sur manuscrit Nos chercheurs ont cette fois eu l’attention attirée par les divergences sévissant dans les travaux d’historiens, comme l’académicien Lenôtre, sur le curieux Alexandre. « Qu’à cela ne tienne, dit Raymond Besson, on a tout repris dès le départ ». Une véritable enquête policière, haletante, et nos deux Arrageois sont des fins limiers, car le chevalier était un sacré menteur inventant sa vie aussi vite qu’elle galopait. Raymond Besson est même allé jusqu’à obtenir à la Bibliothèque Nationale copie de manuscrits d’Alexandre Gonsse de Rougeville

Une exposition qui reste à disposition de tout utilisateur : pourquoi pas les scolaires.


Culture

ge

Exposition Elaine Ling jusqu’au 23 octobre

e l’histoire pour en livrer l’écriture à la graphologie ! Conclusion : c’était quelqu’un qui aimait faire son intéressant  ! Mais il fut véritablement membre de l’ordre de Saint-Louis, et surtout, chevalier du poignard, la garde rapprochée de Louis XVI et de la Reine à la naissance de la Révolution. Rougeville fut même du complot qui visait à enlever le Roi sur le chemin de l’échafaud. Il essaya aussi, en soudoyant son geôlier et en lui glissant un message dissimulé dans un œillet, de faire s’échapper de la Conciergerie la Reine dont il devait être secrètement amoureux. Le chevalier qui, merveille de la généalogie, était lointainement, et par alliance, apparenté à un autre Arrageois que, cette fois, Arras n’a pas oublié, Robespierre, fut moultes fois arrêté et embastillé. Bonaparte, après le coup d’Etat du 19 brumaire, fut son meilleur ennemi et il le lui rendait bien, car notre Alexandre n’avait qu’une idée en tête  : que la royauté revienne. Assigné à résidence à Reims, il facilitera, en 1814, la percée en Champagne des troupes cosaques prussiennes et russes. Napoléon sur le point de reprendre la ville, le séditieux est condamné à mort. Fusillé, son corps est toujours dans une fosse commune du cimetière de Reims. Une vie, un destin, sur lesquels nos deux porte-flammes des «  Oubliés d’Arras  » ont accompli un honnête travail d’historien qui manquait au patrimoine local.

Soleil noir Originaire de Hong-Kong mais vivant au Canada, la photographe Elaine Ling parcourt le monde à la recherche des esprits de la terre. Elle expose pour la troisième fois avec le Quai de la Batterie.

E

laine Ling a abordé Luc Bré- des allures difformes, écorchés, évenvart, le créateur de la galerie du trés. A Madagascar, les baobabs sont Quai de la Batterie, un jour de vénérés. 1994 dans le hall de l’aéroport de Pour les photographier, Elaine Ling a Houston. « Parce qu’il avait une tête dû faire intercéder un chaman pour d’artiste ! ». S’en est suivie une pre- demander à l’arbre son autorisamière exposition à Arras, en 1996, où tion. Les baobabs sont porteurs de la photographe a présenté une série légendes et de sagesse. La photode travaux de retour d’une expédition graphe les immortalise en dévotion. de six semaines dans l’Atlas. En 2001, de nouveau chez nous, elle rendait visite aux La force du noir et blanc mégalithes, dolmens et autres pierres levées de l’Arrageois. Elaine Ling est fascinée par les formes de la nature, minérales Comme un rite, elle, si frêle, pose deou végétales, et elle revient avec une vant les immenses troncs sa chambre double exposition, la Mongolie terre noire. Elle travaille à l’ancienne avec de pierre, à l’Université, et une série un film polaroïd, le cadrage rigoureux de baobabs, à l’Hôtel de Guînes. « Au et définitif, et surtout en noir et blanc, Mali, explique-t-elle, ils échelonnent la ce qui apporte à l’ensemble une imroute, mais les Africains les ravagent posante impression de sérénité. « La pour emporter du bois de chauffage ». couleur, dit-elle, cela aurait tout de Les arbres poussent alors de manière suite fait catalogue de voyages »... désordonnée et, infirmes, prennent Claude Marneffe

Claude Marneffe

Les photos d’Elaine Ling font jaillir le spirituel des entrailles de la terre.

Arras Actu

Octobre 2011

21


Nos

Quartiers

Résidence Baudimont - Pierre Bolle Centre Ville Boulevards - Centre Ville Places Résidence de l’Europe - Goudemand - Saint-Michel Hippodrome - Jardins - Acacias - Jean-Jaurès Cheminots - Les Blancs Monts - Les Hautes Fontaines Résidence Saint Fiacre - Les Hochettes - Méaulens Bd de la Liberté - Mont Saint Vaast Résidence Saint-Pol - Rietz Saint-Sauveur Ronville/Reaumur/Griffiths/Devillers - Saint-Gery.

La fête d’autrefois à Méaulens

Bien au chaud sous la broche !

C

omme les petits cochons du conte enfantin, Creùl-Creùl et Gudule, les mascottes du village de Méaulens occupés à s’entremêler le groin pour la postérité, auraient pu craindre de voir leur maison de paille détruite par pluie et vent lors de la huitième édition de la Fête d’Autrefois, le 18 septembre place de l’Ancien Rivage. Mais il en faut plus pour décourager Claudette Doco, JeanPierre Moncomble et leur équipe de bénévoles de l’association Quartier Méaulens Arras ! Et d’abord nos cochons, ils étaient bien au chaud, embrochés à la rôtissoire en train de se faire du gras pour laisser le meilleur d’euxmêmes sur les tables de toile cirée où l’on dégusterait le croustillant creùl-creùl à pleines tartines et la viande à pleins doigts ! Tout est bon dans le cochon ! Et la fête d’autrefois a bel et bien eu lieu, vaille que vaille ! Même s’il

fallait, comme le dernier des trois petits cochons, le plus malin, se réfugier dans la maison de pierre où comme d’habitude attendaient des expositions illustrant l’histoire du quartier. Les enfants s’amusaient dans la paille devenue chasse au

Le oui fatidique au mariach’à chabots

trésor et se promenaient à dos de poneys. Le fameux « mariach’à chabots  » a eu lieu, gaillardement et au galop. Méaulens n’a pas eu de chance cette année pour ses fêtes. Mais l’authenticité est là, et ça fait toujours des souvenirs ! Claude Marneffe

Gudule et Creùl-Creùl ont aussi présidé les différentes remises de coupes des concours.


Quartiers

Inauguration d’un nouvel espace rue Van Gogh

Terrain du souvenir

Depuis dix ans un tournoi lui rendait hommage. Désormais, un terrain multisports grave le nom de Jean-Luc Richard dans la mémoire de son quartier.

«

C’est vraiment un beau geste de la part de la ville », affirmait, visiblement émue, Marie-Françoise Richard, entourée de ses enfants. Le nouveau terrain multisports, rue Van Gogh, porte le nom de son mari, décédé en décembre 2001. « Dix ans après, le souvenir de Jean-Luc, pilier du quartier par son engagement, est à un tel point resté dans les cœurs que c’était naturel d’équiper ce terrain, adopté par les jeunes, et de lui donner son nom », avait déclaré Frédéric Leturque, adjoint à la Cohésion Sociale. Jean-Luc Richard consacrait bénévolement ses loisirs « à se dévouer à son quartier, aux enfants et aux jeunes  » rappelait Denise Bocquillet, se souvenant des concours de pétanque lorsqu’elle devint conseillère générale en 1998. Président du comité Baudimont, il organisait fêtes et lotos, et, surtout, encourageait à la pratique sportive, es-

sentiellement le football avec l’USAO. « Tous ceux qui ont été jeunes de son vivant se souviennent encore de lui », témoignait un habitant. C’est ainsi que sur une friche de schiste rouge, déjà terrain de jeu derrière la tour Cézanne, a été aménagé un véritable espace, terrain grillagé de mini-foot et basket d’un côté, de pé-

A l’occasion du dixième tournoi a été dévoilée la plaque du nouvel équipement tandis que stands et animations participaient à la fête.

tanque de l’autre. La CAF a financé 40% du coût. Son président, André Rambert, a salué cet équipement attractif « qui ne peut que nous satisfaire ». « A travers Jean-Luc Richard, a ajouté Frédéric Leturque, c’est tous ceux qui se dévouent aux autres dans le meilleur esprit, celui de la solidarité, que nous voulons honorer ».

Randonneurs et vélos à la fête ! La fête du vélo de l’USAO a été une nouvelle fois un succès en réunissant le 4 septembre au départ de la salle Molière cyclotouristes, vététistes et marcheurs. Pour la première fois en effet, et pour cette seizième édition, la section randonnée du club s’était associée à la manifestation. Trois parcours de 8, 13 ou 16 km, empruntant des chemins de terre, avaient été tracés par l’animateur de l’activité, Jean-Pierre Marocchini. 124 adeptes se sont présentés.

Côté deux roues, Dominique Bourgoix, le responsable de la section, avait préparé huit nouveaux parcours au total, de 30 à 105 km, et proposait aux vététistes, sur 30 ou 52 km, d’explorer les bords d’étangs ou les collines de l’Artois. Un parcours familial de 17 km s’offrait enfin à ceux qui préféraient la promenade. 554 participants au total se sont répartis dans ces différentes offres. Ils pouvaient au départ solliciter un contrôle de tension artérielle.

Arras Actu

Octobre 2011

23


Sortir A partir du

7 octobre

Ces architectes qui changent la ville A l’occasion de ses vingt ans, une installation de l’Académie d’Architecture en Arras sur les grilles de l’Hôtel de Ville. Douze panneaux, chacun dédié à un bâtiment remarquable de l’Arrageois. Le 7 octobre à 18 h salle des Fêtes, l’architecte suisse Luigi Snozzi présentera son travail, notamment à Monte Carasso, ville en perpétuel renouvellement.

Forum pour l’Emploi

13

Les femmes en politique Proposée par le club Inner Wheel d’Arras, une conférence par la célèbre journaliste Christine Clerc, auteur de nombreux ouvrages d’analyse politique et toujours très informée des secrets du pouvoir... Hôtel de Ville, salle des Fêtes, 19 h 30. Entrée : 20 e ( 10 e pour les étudiants et moins de 25 ans).

Samedi

Un parcours de 5.5 km pour découvrir autrement le patrimoine naturel et bâti d’Arras proposé par la Fédération Française de la Randonnée en partenariat avec GDF-SUEZ.

Fête de la Châtaigne

Jeudi

Artois Expo, de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 17 h.

Randonnée découverte

Dimanche 16

13

Avec Pôle Emploi, 135 entreprises, dans tous les domaines d’activités, et une trentaine d’organismes de formation rencontrent sur leur stand les demandeurs d’emploi. Cette prise de contact directe a permis, en 2010, de pourvoir 482 postes.

Dimanche 9

Départ 9 h 30, devant l’Hôtel de Ville. Accès libre et gratuit.

Jusque fin février 2012, place de la Vacquerie.

Jeudi

www.arras.fr

15

Animations dès 14 h : concert, danse country, espaces contes et lecture, trocante aux plantes, exposition, balades, promenades en poney. Dégustation gratuite de châtaignes grillées… Bois de la Citadelle, au bout de la rue de Grigny. Accès libre et gratuit.

22 octobre et 2 novembre

Les objets ont la parole

Ateliers « jeune public », proposé en partenariat avec le service archéologique d’Arras, au cours desquels les enfants visitent la Carrière Wellington, lieu de cantonnement des soldats britanniques avant l’attaque du 9 avril 1917. Rdv Carrière Wellington, rue Delétoile, 14 h 30. Renseignements et réservations Office de Tourisme au 03 21 51 26 95. Tarif : 4,70 e.

Samedi 29

Serge Lama

Les doigts écorchés

Chanteur populaire par excellence, showman généreux et exubérant, la voix tendre ou lyrique, Serge Lama alterne chansons légères et graves.

Une intervention de la compagnie théâtrale « Vies à vies », en résidence à Arras, et à qui l’on doit déjà un travail sur la résidence Saint-Pol, « Quartiers de vi(ll)e ». L’histoire de deux jeunes frères qui s’échappent de leur quotidien par le rock, en s’écorchant les doigts sur leur guitare pour jouer Led Zep’ ou Sex Pistol.

Casino, 20 h 30. Tarif : 48 e.

Médiathèque Verlaine, 15 h, entrée gratuite.

Arras Actu

Octobre 2011


Sortir 17 23 Du

www.arras.fr

au

agenda

Musique, théâtre, concert, débat, exposition, danse, brocante, agenda sportif… notre sélection du mois de juin. Pour de plus amples informations www.arras.fr

La Semaine bleue Pas moins d’une cinquantaine d’événements vont se dérouler dans les maisons de retraite et foyers d’aînés. L’accent est mis sur l’intergénérationnel et ce moment est l’occasion d’un rapprochement entre les jeunes de certains établissements qui préparent chansons et danses et les anciens qui les reçoivent.

Samedi 8

Libertrio

Pour connaître le programme complet, rendez-vous sur le site de la ville d’Arras www.arras.fr

Concert

Mercredi

19

Tout contre Léo

Théâtre, salle à l’italienne, 18 h. Entrée : 8 e.

Du

4 au 13 novembre

12e Festival International du Film d’Arras Près d’une centaine de films à l’affiche, des thématiques (les sixties), des inédits, des avantspremières, mais aussi l’occasion de rencontrer réalisateurs et acteurs, et non des moindres comme cette année Jacqueline Bisset, Mathieu Kassovitz, et Jean-Paul Rappeneau, l’auteur de « La vie de château », des « Mariés de l’an II », de « Cyrano de Bergerac » et du « Hussard sur le toit », invité d’honneur.

Dimanche

Basket ball Arras Pays d’Artois – ESB Villeneuve d’Asq

Halle des sports Richard Tételin, 20 h.

Un spectacle « jeune public » par la compagnie du Dagor d’après un texte du cinéaste Christophe Honoré (Les chagrins d’amour). L’histoire du « P’tit Marcel » qui en voyant ses parents pleurer apprend que son grand frère va mourir du sida, mais il doit faire comme s’il ne savait rien.

Du

Théâtre, 20 h 30. Entrée : 5 e.

5 novembre au 15 décembre Trésors méconnus de l’Ecole d’Arras

Des particuliers ont accepté pour la première fois de sortir de chez eux des œuvres de peintres arrageois qui ont travaillé autour de Camille Corot et constitué l’école d’Arras. L’occasion de découvrir des œuvres de Charles Desavary, Constant Dutilleux, Gustave Colin encore jamais vues. Musée des Beaux-Arts Visite commentée à 15 h 30 les samedis 5, 12, 19, 26 novembre, 3 et 10 décembre, et les dimanches 13 et 20 novembre, 11 décembre.

Football

Arras FA – Feignies (CFA2)

Terrain Brabant, 18 h.

Dimanche 9

Brocante

Réservations 03 21 51 38 99) Résidence Saint Pol, de 7 h à 15 h.

Rugby

Rugby club d’Arras – Rouen (F2) Stade Grimaldi, 15 h.

Dimanche 16

Football féminin Arras FA – Dijon

Terrain Pierre Bolle, 15h.

Samedi 22

Basket ball

Arras Pays d’Artois – Tarbes

Halle des sports Richard Tételin, 20 h.

Water-polo

RC Arras – Marne Charenton (N1) Piscine Desbin, 20 h.

Samedi 5 novembre

Football

Arras FA – Fresnoy A (CFA2)

Terrain Brabant, 18 h.

Water-polo

RC Arras – St Jean d’Angély (N1)

Piscine Desbin, 20 h.

Dimanche 6

Basket ball

6

Arras Pays d’Artois – Challes-les-Eaux

Halle des sports Richard Tételin, 15 h 30.

Fards et falbalas Une « relookeuse » et sa cliente arpentent le Musée pour découvrir la mode féminine à travers le temps. Musée des Beaux-Arts, 15 h 30 . Entrée libre.

Arras Actu

Octobre 2011

Rugby

Rugby club d’Arras – Beaune (F2) Stade Grimaldi, 15 h.


26

Permanences des élus Jean-Marie VANLERENBERGHE

m-le-maire@ville-arras.fr Maire d’Arras, Sénateur du Pas-de-Calais, Président de la Communauté ­Urbaine Permanences de 9 h à 11 h les jeudi 13 octobre à la Maison de services M.T. Lenoir ; 27 octobre à la Mairie. Contact : 03 21 50 51 82.

adjoints Denise BOCQUILLET

d-bocquillet@ville-arras.fr Ressources Humaines - Conseillère Générale Conseillère déléguée de la CUA Permanences de 10 h à 12 h, le 5 octobre, à l’Hôtel de Ville ; le 12 octobre au centre social Léon Blum et le 19 octobre au centre social Jean Jaurès. & 03 21 50 51 83.

Frédéric LETURQUE

fleturque@ville-arras.fr Cohésion Sociale et Renouvellement Urbain, Vice-Président de la CUA Permanence le jeudi 3 novembre de 9 h à 11 h 30 en mairie. Sur RDV en octobre. & 03 21 50 51 86 ou 06 08 74 89 75.

Annie LOBBEDEZ

a-lobbedez@ville-arras.fr Sports Sur RDV le jeudi de 9 h 30 à 12 h en mairie & 03 21 50 51 82.

Philippe RAPENEAU

p-rapeneau@ville-arras.fr Urbanisme, Patrimoine et Constructions Durables, Conseiller Régional, Vice-Président de la CUA Permanence le jeudi 13 octobre de 10 h 30 à 12 h en mairie & 03 21 50 51 87.

Hélène LEFEBVRE

he-lefebvre@ville-arras.fr Etat Civil, Elections et Relations Internationales Sur RDV en mairie & 03 21 50 50 15.

Thierry SPAS

t-spas@ville-arras.fr Domaine Public Sur RDV en mairie le mercredi de 10 h 30 à 12 h & 03 21 50 51 82.

Thérèse WILLOT

t-willot@ville-arras.fr Espaces Verts et Cadre de Vie Sur RDV en mairie le mercredi de 14 h à 17 h & 03 21 50 51 82.

François DESMAZIèRE

f-desmaziere@ville-arras.fr www.desmaziere.com

Finances et Administration Electronique Sur RDV en mairie les samedi 22 octobre et 5 novembre de 9 h 30 à 11 h & 03 21 50 51 87.

Evelyne BEAUMONT

e-beaumont@ville-arras.fr Education Sur RDV en mairie & 03 21 50 51 85.

Alexandre MALFAIT

a-malfait@ville-arras.fr Jeunesse et Vie Etudiante Sur RDV en mairie & 03 21 50 51 85.

François-Xavier MUYLAERT

fx-muylaert@ville-arras.fr Culture et Tourisme Conseiller délégué de la CUA Sur RDV en mairie & 03 21 50 51 85.

Nadine GIRAUDON

n-giraudon@ville-arras.fr Fêtes et Commerces Sur RDV en mairie & 03 21 50 51 85.

Philippe ARVEL

p-arvel@ville-arras.fr En charge des conseils consultatifs de quartier Sur RDV le premier jeudi de chaque mois de 9 h à 10 h en mairie. & 03 21 50 51 82.

VICE-présidents de la cua Claude FERET

c-feret@ville-arras.fr Conseiller municipal, Vice-Président de la CUA chargé de la Cohésion Sociale et de la Sécurité Permanence le mercredi 19 octobre de 9 h 30 à 11 h 30 au CSAO, 39 avenue de l’Hippodrome. & 03 21 50 51 82.

Jacques PATRIS

j-patris@ville-arras.fr Conseiller municipal, Vice-Président de la CUA chargé de l’emploi et de l’insertion. Sur RDV en mairie & 03 21 50 51 82.

Jean-François MALBRANCQ

jf-malbrancq@ville-arras.fr Conseiller municipal, Vice-Président de la CUA chargé des transports Sur RDV en mairie. & 03 21 50 51 82.

Mickaël SULIGERE

m-suligere@ville-arras.fr Conseiller municipal Vice-président de la CUA, délégué à la Promotion de la Santé Permanence le jeudi 10 novembre de 14 h à 15 h, à la Maison de services Jean Jaurès. & 03 21 50 51 82.

Yves DELRUE

y-delrue@ville-arras.fr Affaires M ­ ilitaires et Patriotiques, Vice-Président de la CUA Sans RDV le mardi de 10 h à 11 h en ­mairie. & 03 21 50 51 85.

conseillers de la majorité Zohra Ouaguef - Ouakid

Jeannine JANDOT

j-jandot@ville-arras.fr Domaine Public, Cadre de Vie et Exécution Budgétaire Sur RDV le mardi matin et le jeudi toute la journée en mairie. & 03 21 50 51 82.

Dominique MORTREUX

d-mortreux@ville-arras.fr équipements culturels Sur RDV en mairie & 03 21 50 51 85.

Martine SAUVAGE

m-sauvage@ville-arras.fr Vie des quartiers (FTU, CH…) Sur RDV en mairie & 03 21 50 51 86.

Claire HODENT

c-hodent@ville-arras.fr Petite Enfance Sur RDV en mairie & 03 21 50 51 86.

Marc DESRAMAUT

m-desramaut@ville-arras.fr Equipements Sportifs Sur RDV en mairie. & 03 21 50 51 82.

Véronique LOIR

v-loir@ville-arras.fr Suivi marchés publics et exécution budgétaire Permanence le 8 novembre de 10 h à 11 h en mairie. & 03 21 50 51 87.

David GRUSON

d-gruson@ville-arras.fr Contrôle de gestion, nouvelles technologies, commission des impôts directs Sur RDV en mairie & 03 21 50 51 87.

Nicole CANLERS

n-canlers@ville-arras.fr Personnes Agées et Personnes Handicapées Sur RDV en mairie & 03 21 50 51 86.

Hugues MORTIER

h-mortier@ville-arras.fr Affaires juridiques, commission d’appel d’offres et assurance, commission de sécurité et d’accessibilité - Conseiller délégué de la CUA Sur RDV en mairie & 03 21 50 51 87.

conseillers de l’opposition

z-ouaguef@ville-arras.fr Service à La Personne et Insertion Sur RDV en mairie & 03 21 50 51 86.

Marylène FATIEN

m-fatien@ville-arras.fr Urbanisme Sur RDV en mairie & 03 21 50 51 87.

Danièle LAMOTTE

d-lamotte@ville-arras.fr Logement - Conseillère déléguée de la CUA Sur RDV en mairie le mardi matin. & 03 21 50 50 81 (service logement) ou 03 21 50 51 86 (pour tout autre problème).

Colette VILETTE, Françoise DUFORETS, Pascale CATTEAU, Bertrand LOUCHART, Jean-Pierre FERRI, Bertrand ALEXANDRE, Karine BOISSOU

Nathalie Gheerbrant

Arras en Mieux Permanences à l’Hôtel de Ville le samedi de 10 h à 12 h, bureau 23 ou sur RDV. & 03 21 21 60 15.

Matthieu LAMORIL

Laure OLIVIER, Suzy LESNIEWSKI

n-gheerbrant@ville-arras.fr Vie Etudiante et Université Sur RDV le mercredi de 10 h 30 à 12 h en mairie. & 03 21 50 51 85. m-lamoril@ville-arras.fr Patrimoine Culturel Sur RDV le lundi de 9 h à 12 h, en mairie. & 03 21 50 51 82.

Permanences et coordonnées sur

www.arras.fr Arras Actu

Octobre 2011

élus-verts-arras@laposte.net Sur RDV à l’Hôtel de Ville, bureau 22. & 06 85 92 66 30.

Jean-Marc MAURICE Permanence les lundis de 15 h à 18 h à l’Hôtel de Ville, bureau 21 ou sur RDV. & 06 77 20 11 81.


Tribune la majorité municipale

le groupe « arras en mieux »

L’utilité du Sénat

Les 9 et 16 octobre, donnez un nom au changement, participez aux primaires citoyennes à Arras

Le 25 septembre, Jean-Marie Vanlerenberghe a été réélu au Sénat. Le Maire d’Arras a mené une campagne très active, c’est à dire à l’écoute des élus locaux, de la base, de ceux qui connaissent sur le terrain les véritables inquiétudes et préoccupations de la population. C’est à cela que sert le Sénat. Le sénateur est un élu de proximité qui rapporte au Parlement les préoccupations de la base. Depuis que nous avons la charge de la gestion et de l’évolution de la Ville, aucune action n’est menée sans que les habitants n’aient eu à s’exprimer sur son bien fondé. De même au Sénat, le sénateur Vanlerenberghe continuera de se faire le porte-parole et le défenseur des citoyens du Pas-de-Calais. La principale préoccupation actuelle des élus de nos communes est la réforme territoriale. A l’évidence, elle a été mal comprise. La volonté du législateur était pourtant très claire : renforcer les territoires et les intercommunalités en respectant les bassins de vie. C’est d’ailleurs l’engagement que la liste de la majorité sénatoriale a prise de respecter la volonté des élus locaux. Monsieur le Préfet a proposé une nouvelle carte territoriale… Les élus disposent. Et la commission départementale de l’intercommunalité délibérera et tranchera. Au delà de cette réforme, le sénat continuera à écouter les élus locaux, à dialoguer et à légiférer. Car tel est son rôle. Avec l’espoir qu’il soit un acteur essentiel entre le gouvernement et l’Assemblée nationale pour faire avancer notre pays et nos collectivités dans la voie du progrès et de la justice.

L’élection présidentielle approche. La victoire de la gauche est possible : le basculement historique du Sénat en témoigne. La mobilisation de toutes celles et ceux qui veulent une alternative à la droite et à Nicolas Sarkozy est une condition de cette victoire. C’est pourquoi les socialistes et les radicaux de gauche vous donnent la parole et vous invitent à participer aux primaires citoyennes afin désigner leur candidat(e) à l’élection présidentielle. A Arras, en fonction de votre bureau de vote habituel vous pourrez voter dans 6 bureaux de votes des primaires : à l’école Molière, à la salle Péguy, à l’école Victor Hugo, à l’Hôtel de Ville, à l’école Pauline Kergomard, au collège François Mitterrand. N’hésitez pas à vous renseigner sur le site internet http://bureauxdevote.lesprimairescitoyennes.fr/ Pour voter, c’est très simple  : il n’y a pas besoin d’être adhérent d’un parti politique, il suffit juste de signer une déclaration d’adhésion aux valeurs de la gauche, de se munir d’une pièce d’identité et de s’acquitter d’un euro de frais d’organisation. Les 9 et 16 octobre, c’est vous qui décidez : participez aux primaires citoyennes ! contact@ps-arras.org

Europe Ecologie Les Verts

le front national

Roulez carrosses ! Jetez monnaie !

Evitons les erreurs du passé

Sans doute avez-vous entendu parler ces derniers temps de l’exposition « Roulez carrosses  !  ». Seront exposés à l’abbaye Saint-Vaast le carrosse du sacre de Charles X, celui du cortège funèbre de Louis XVIII et autres pièces de ce genre, ayant pour caractéristiques communes de n’avoir strictement aucun rapport avec l’histoire de la ville d’Arras. Fruit d’un partenariat entre le musée d’Arras, le Conseil Régional Nord-Pas-deCalais (qui prendra en charge la moitié du coût de cette exposition) et du château de Versailles, cette exposition coûtera la modique somme de 2.113.500 euros ! Pour les raisons suivantes, nous répétons notre opposition totale à ce type de projets : - Tout d’abord le coût pharaonique de cette exposition aurait pu être utilisé pour soutenir des projets culturels locaux qui en ont bien besoin (le Salon du Livre, le festival international de cinéma, le projet de musée Robespierre, etc.) et développer des initiatives dans les quartiers délaissés d’Arras. - Ce projet, ensuite, est complètement déconnecté de l’histoire arrageoise, pourtant riche. L’impression qu’il laisse est que le château de Versailles s’est débarrassé bénéfiquement de quelques pièces qui encombraient ses réserves pour les « stationner» à Arras. - Enfin, nous aimerions que les projets de cette importance soient menés en concertation avec les habitants. Il est évident que dans le cadre d’une véritable démocratie participative, jamais ce projet aberrant n’aurait vu le jour.

Décidemment, les décennies passent et la dette publique se creuse, le chômage augmente, l’insécurité explose, les français se paupérisent. Face à ces situations, nos gouvernants se succèdent et s’entêtent dans les mêmes erreurs. Par clientélisme (garder ses privilèges) ou par peur, nos concitoyens continuent de faire confiance à ceux qui nous ont dirigés depuis 30 ans (l’UMPS). Vont-ils enfin ouvrir les yeux et oser le réel changement lors des prochaines échéances électorales ? Je l’espère. A ce sujet, je ne peux résister à vous relater la mise en garde écrite en 1802 attribuée à Thomas Jefferson, fondateur et président des Etats-Unis d’Amérique « Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat . Si le peuple américain permet, un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquise ». à méditer !

Jean-Marc Maurice

conseiller municipal - conseiller régional Front National mail : fnarras@laposte.net - blog : fn-arras.fr - Tél. 06 77 20 11 81

Laure OLIVIER / Alain SELLIER

Europe Ecologie Les Verts / L’échappée belle

Arras Actu

Octobre 2011

27


AA n°259  

AA n°259

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you