Issuu on Google+

Auteur : Les CM2 de Monsieur Fray Ecole des Géraniums Lyon 9ème


1937 1937, le Front Populaire vient de remporter les élections. Théo, un jeune garçon croyant son père mort au cours de la première guerre mondiale, a découvert qu’en fait il était toujours vivant. Il s’était fait passer pour mort car il fait partie des « gueules cassées ». Théo a appris cela grâce en partie à Clémenti- ne Garancher, la fille du patron de la fonderie du village où ils habitent. Théo donnait des cours à Clémentine pendant les vacances et ils se sont liés d’amitié l’un pour l’autre. Clémentine et Théo sont allés rendre visite à Jean Pihery, le père de Théo, au château du Coudon où il soi- gne ses blessures et vit avec d’autres « gueules cassées ». Depuis ce jour, ils s’écrivent régulièrement.


Demeurier 13 janvier 1937 Salut Théo, Je suis très contente en ce moment car je fais de nouvelles recettes de bonbons : boule de gomme, sucre d’orge, caramel... Cela a été difficile de cacher l’odeur dans le dortoir mais j’ai réussi. J’ai mis des draps en-dessous de la porte. Tu te de- mandes comment j’ai réussi à trouver les ingrédients. Je suis allée les chercher dans la cuisine quand tout le monde était cou- ché. Il faisait très sombre mais j’ai quand même rapporté ce dont j’avais besoin. On s’ennuie quand même beaucoup ici et heureusement que l’on communique. Comment vas-tu ? As-tu réussi à avoir ton bac ? As-tu des nouvelles de Henri ? Je t’embrasse fort. Clémentine


Demeurier 19 juin 1937 Bonjour Henri, Comment vas-tu ? Moi je vais bien. A part ça je voulais te dire que je commence à passer mon bac ce lundi 22 juin. Je suis un peu stressé. Ensuite je voudrais faire des études de médecine pour aider les gens comme toi, pour les soutenir et aussi pour aider les enfants qui n’ont pas de père. A bientôt, Théo


Château de Coudon, le 10 juillet 1937 Chère Clémentine, J’ai l’honneur de t’annoncer que le mois prochain, c’est mon anniversaire, j’aurai 42 ans. Je souhaiterais que vous veniez au Château du Coudon Théo et toi. Mais ne le dites pas à vos parents. Théo a du passer son bac non ? Il dira qu’il part visiter des facultés de médecine. Pour toi, tu diras à tes parents que tu fais un voyage avec la pension, je t’ai joint une lettre au nom du directeur de ta pension. Je serai très heu- reux que vous veniez fêter mon anniversai- re avec moi, pour une fois cela me fera de la compagnie. Bises, Henri


1942 Après avoir réussi son bac, Théo fait des études de médecine. Au cours de la deuxième guerre mondiale, quand l’Al- lemagne fait capituler la France, Théo décide de rentrer dans la Résistance même si son père le lui a déconseillé. Clémentine travaille dans l’usine de son père car sa pension a été fermée. Jean se fait du souci pour son fils Théo.


Demeurier le 7 mai 1942 Cher Jean, En ce moment c’est la guerre ma pension est fermée et mon père m’oblige à travailler à l’usine pour les Allemands. Comme ça je reste près de lui. Je déteste ce travail. J’ai- merais tant transformer la fonderie en confiserie. Mais en ce moment je n’ai pas trop le choix. Et toi, comment vas-tu ? Ca se passe bien au château du Coudon ? Réponds moi le plus vite possible. A bientôt, Clémentine


Demeurier le 15 mai 1942 Cher Papa, Je t’écris pour te rassurer. J’ai remplacé l’instituteur du village car il est mort à la guerre. Tout va bien, les élèves sont contents malgré la peur qu’ils ressentent. Clémentine va bien, je vais la voir vendredi après l’école. Je suis un peu triste car les Allemands ont tué un de mes camarades. Je t’embrasse fort, Théo



felicitations une nouvelle vie