Page 1

Villed么mer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

EGLISE SAINT VINCENT SAINT GILLES

1


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

SOMMAIRE

Introduction Clocher et cloches Portail Ouest Portail méridional Fenêtres Corniches Plan intérieur de l’église Christ en croix Fonds baptismaux Saint Jean-Baptiste Piéta Chœur Autel Retable Vitraux du chœur Autel de Saint Gilles Panneaux peints du retable de Saint Gilles Saint Gilles Saint Mamert et Saint Eloi Verrière de Saint Gilles Plaque de cuivre Vierge à l’Enfant Chapiteaux Sainte Barbe et un évêque Fronton du retable de l’autel de la Vierge Tableau du retable de l’autel de la Vierge Grand tableau dans la sacristie Saint Sébastien Vierge à l’Enfant de la sacristie Vierge des douleurs Saint Vincent Reliquaires Tableau d’un évêque (Saint Mamert ) Sources

2

page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page page

3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 18 20 21 23 24 25 26 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

L’EGLISE SAINT VINCENT et SAINT GILLES Il est difficile d’estimer précisément la période de fondation de la première église de Villedômer. Il semble que ce premier édifice ne puisse pas avoir été construit avant la fin du IXè siècle. Le double vocable de SaintVincent d’Espagne et de Saint Gilles, semble confirmer cette hypothèse d’un culte d’origine méditerranéenne véhiculé par le commerce maritime normand. II est probable qu’il y ait eu une église à Villedômer au Xème siècle. Cette petite église était sans doute en bois. La première reconstruction en pierre est à placer dans le courant du XIème siècle, Elle fut bénie le 29 août 1207 par Geoffroy de la Lande, archevêque de Tours. L’église est placée au centre du bourg. Elle était entourée par le cimetière . Le cimetière et l’église formaient ce qu’on appelle l’enclos. L’EDIFICE comporte une nef à trois travées. Le choeur, voûté d’ogives, est formé d’une travée et se termine par une abside semi-circulaire. Celle-ci éclairée par trois fenêtres en plein cintre, est voûtée en cul-de-four. Deux chapelles latérales complètent la travée du choeur : la chapelle de la Vierge située au Nord est de style gothique flamboyant et la chapelle Saint-Gilles au Sud est de style renaissance, il faut les dater du début du XVIème siècle. Une porte de style renaissance, encadrée de pilastres permet d’accéder à la chapelle Saint Gilles. A la Révolution les biens de la cure de Villedômer furent vendus au titre de biens nationaux en 1791 et 1792. Sous la Terreur, le culte était, selon les souvenirs recueillis dans les mémoires de la Société Archéologique de Touraine, dans une chapelle secrète aménagée dans une cave. En 1828 réparation de la toiture de la nef. En 1845 restauration de la charpente et de la voûte en lambris de la nef ainsi que la couverture en ardoises du clocher. En 1867 construction des voûtes en briques du chœur, du transept et des chapelles. L’église est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 21 avril 1948. Le programme de restauration entrepris en 2011 dans la chapelle SaintGilles a mis à jour des éléments polychromes et des vestiges de bas-reliefs.

3


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

LE CLOCHER ET LES DEUX CLOCHES Le clocher en bois, composé d’un beffroi et d’une flèche, tous deux couverts d’ardoises, construit au-dessus de la nef, au bord de la croisée du transept, a été érigé vers la fin du XVème début du XVIème siècle. Plusieurs fois restauré, renforcé et couvert Les cloches ont été baptisées par l’archevêque de Tours assisté de Dom Albéric, abbé de Fontgombault le 18 septembre 1898. - La grosse cloche en La, pèse 320 kg a été fondue par Peigney fils et se nomme Jeanne-Marie-Jacques (son parrain est Jacques de Forestier, fils du comte et de la comtesse de Forestier de Coubert, du château de la Boisnière et sa marraine est la demoiselle Jeanne de Cools, du château de la Noue). - La petite cloche en Do, pèse 210 kg et se nomme MargueriteEmmanuel (son parrain est Pierre, baron de Cools et sa marraine la demoiselle Jeanne de Cools du château de la Noue). Les fouilles de 2010 ont mis à jour ce qui semblerait être un lieu de fonderie de cloche, peut-être celle de 1821 ?

4


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

PORTAIL OUEST Cette porte, réalisée en 1832 par le sieur Samedy, maçon, a probablement remplacé un portail roman, comme on peut en voir sur l’église d’Auzouer en Touraine.

5


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

PORTAIL MERIDIONAL La plus grande des deux portes Renaissance ouvre sur la nef, la plus petite dans la chapelle Saint Gilles. Elles sont donc placées d’équerre l’une par rapport à l’autre. Elles se ressemblent par certains de leurs éléments et sont dissemblables par d’autres. La petite, très élégante…..La grande, d’aspect plus religieux, a son tympan orné d’une large coquille en éventail. Cette porte au surplus, est abritée sous un dais en auvent qui s’avance fortement et dont le toit d’ardoise, par sa forme de V inversé, laisse bien voir la charpente qu’il ne coiffe que sur les côtés. Cet auvent est fixé au mur sur quatre grands corbeaux de pierre en saillie. Sur le devant, il ne repose que sur deux sveltes colonnes en chêne sculpté. Portes et auvent s’élèvent sur un terre-plein qui les exhausse de la hauteur de quatre marches de pierre au dessus du niveau de la chaussée. Le mur de soutènement de ce terre-plein s’appuie à gauche sur un contrefort de la nef, à droite sur un contrefort de la chapelle méridionale et court de l’un à l’autre, ouvert seulement en son milieu pour donner accès à l’auvent. Une sorte d’enclos se trouve ainsi constitué dans lequel les deux portes se font valoir mutuellement par le contraste de leur éclairage, la petite en pleine lumière, l’autre légèrement dans l’ombre sous son dais d’ardoise.

6


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

FENETRES Le chœur du XIIème siècle est éclairé par trois fenêtres en plein-cintre. La fenêtre de la chapelle de la Vierge est de style gothique et date du XVème siècle. La fenêtre de la chapelle Saint-Gilles date elle du XVIème siècle. On peut observer des traces d’anciennes fenêtres sur les murs nord et sud de la nef qui ont été détruites lorsque, au XIXème siècle, on a ouvert les fenêtres actuelles.

7


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

CORNICHES

Aux angles des murs pignons des chapelles nord et sud on avait installé des corniches sculptées que le temps a dégradé. Il ne subsiste d’intact que celle qui orne le contrefort dans l’angle nord-ouest de la chapelle nord. L’angle sud est de la chapelle sud ne comporte qu’un vestige.

8


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

PLAN INTERIEUR DE L’EGLISE

9


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

LE CHRIST Suspendu au mur ouest, au-dessus de la grande porte de l’église. Datation inconnue

10


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

FONTS BAPTISMAUX En entrant dans la nef, à gauche, se trouvent les fonds baptismaux. En 1897, la fabrique de Villedômer, jugeant les fonds baptismaux « mal commodes et non en rapport avec l’esthétique de l’église », décide de leur remplacement par ceux que nous voyons aujourd’hui.. Ces fonds baptismaux ont été inaugurés le 23 septembre 1897. Ils sont en pierre de tuffeau, fragile, qui se désagrège à l’humidité. En raison de leur mauvais état on a été obligé de les recouvrir d’un coffre en bois.

11


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

STATUE DE SAINT JEAN-BAPTISTE Derrière la cuve baptismale, abritée dans une niche pratiquée dans le mur ouest, statue de Saint Jean-Baptiste en pierre polychrome (0,86 m) du XVème siècle classée monument historique le 20 octobre 1913.

12


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

PIETA En entrant dans la nef, à droite, on découvre une piétà, groupe (1,05m) en pierre polychrome du XVème siècle. On s’attardera à admirer le visage particulièrement émouvant de la Vierge contemplant le corps de son fils descendu de la croix.

13


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

LE CHŒUR

Le chœur a été construit au XIIème siècle. La voûte du chœur est dite domicale ou Plantagenêt.

14


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

L’AUTEL L’autel en marbre, de style Louis XIV, provient de la cathédrale de Tours où il se trouvait dans la chapelle de la Vierge. N’étant plus au goût du jour, les chanoines l’avaient fait enlever et se proposaient de le faire détruire. Découvert à l’extérieur de la cathédrale par le baron Jacques Emmanuel Cools, celui-ci en fit l’acquisition et l’offrit à l’église de Villedômer.

15


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

LE RETABLE

L’autel est surmonté d’un retable en bois doré qui proviendrait de l’abbaye de Gâtine. Ce retable a été redoré en 1860 pour la somme de 900 francs

16


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

Ce retable est orné de deux panneaux sculptés en bas relief représentant à gauche, la fuite en Egypte et à droite le Bon Pasteur. Un Christ enseignant, également sculpté en bas-relief, décore la porte du tabernacle

17


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

LES VITRAUX DU CHOEUR

Le chœur est éclairé par trois fenêtres en plein cintre garnies de vitraux du maître-verrier tourangeau, Lobin, en 1869 et 1870. Le vitrail d’axe représente de bas en haut : - La Présentation de Jésus au Temple avec, à gauche Marie et Joseph, à droite le vieillard Siméon (Lc 2, 25-28) ; - Le Christ en croix entre Marie et Jean, et, agenouillé, à droite du Christ, l’abbé Michel Blin, curé de Villedômer ; - Le Christ triomphant entre deux anges adorateurs. Au bas du vitrail on trouve l’inscription suivante : « In memoriam Michaelis Biln, rectoris / hujus parochiae, defuncti sept. 1862 », En mémoire de Michel Blin, curé de cette paroisse, décédé en septembre 1862. L’angle inférieur gauche porte l’inscription « L. Lobin », et celui de droite « Tours / 1869 ». 18


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

Le vitrail latéral droit développe trois épisodes de la Vie de Saint Martin : - le partage du manteau ; - la messe miraculeuse ; - l’enlèvement du corps de saint Martin et son transport en barque par la Loire jusqu’à Tours. A la partie inférieure du vitrail, l’inscription : « In mémoriam B. / Amedei de Cools / Defuncti 28 febr.1861 ». Le vitrail latéral gauche évoque trois scènes de l’enfance du Christ : - le mariage de Marie et Joseph - la Sainte Famille - la mort de Saint Joseph. Dans les angles inférieurs de deux vitraux latéraux on lit, à gauche, « Lobin », à droite « Tours / 1870 ».

19


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

AUTEL DE SAINT GILLES Le devant de l’autel de Saint Gilles est orné d’un personnage qui représenterait, selon une première interprétation, Saint Gilles ermite couché avec sa biche ou, selon une autre hypothèse plus vraisemblable en raison de l’aspect de l’animal, Saint Jean-Baptiste et l’Agneau. Cette sculpture en ronde bosse en bois polychrome est d’un style rustique, semblable à celui de la Marie-Madeleine repentante qui orne le fronton de l’autel de la Vierge dans la chapelle nord. 20


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

PANNEAUX PEINTS DU RETABLE DE L’AUTEL DE SAINT GILLES

Le retable est surmonté par un tableau plus petit qui représente une tourangelle avec ses deux enfants, un garçon et une fille, tous en costume régional de la fin du XIXème siècle, priant Saint Gilles qui leur apparaît au sein d’une forêt.

21


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

PANNEAUX PEINTS DU RETABLE DE L’AUTEL DE SAINT GILLES Les deux panneaux latéraux du retable et le panneau supérieur sont recouverts chacun par une toile, œuvre du peintre Grandin, de Tours. Ils représentent : - A gauche, Saint Gilles encore jeune, dans une rue d’Athènes, donnant son manteau à un pauvre malade qu’il guérit, comme le rapporte l’inscription : « B. Aegidius tunica data pauperem aegrotum sanat ». - A droite, Saint Louis roi de France, accompagné du pape, priant devant le tombeau du saint avant la campagne de Tunis, comme le confirme l’inscription « S. Ludovicus tunetum iturus cum Clemente IV. Preces fumdit ». Cette rencontre entre Saint Louis et Clément IV est une œuvre de pure imagination. Saint Louis est venu deux fois à Saint Gilles, en juillet 1254 et en juin 1270. Clément IV, né à Saint Gilles à la fin du XIIème siècle ou début du XIIIème fut élu pape le 5 février 1265 et mourut le 29 novembre 1268. Louis IX et Clément IV n’ont donc pas pu se rencontrer à Saint Gilles

22


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

STATUE DE SAINT GILLES Le panneau central est occupé par une niche dans laquelle se trouve une vieille statue (1,12m) en bois polychrome représentant Saint Gilles vêtu de la coule monastique, tenant dans sa main droite un livre fermé appuyé contre lui et dans sa main gauche une crosse. Cette statue, reléguée dans les combles de l’église lors de la modernisation de celle-ci au XIXème siècle, fut alors remplacée par une statue en plâtre polychrome vraisemblablement dans le style saint-sulpice. Ce n’est que plusieurs années plus tard qu’un curé, plus compréhensif à l’égard des objets anciens, découvrant la statue, la fit restaurer par mr Pillet, statuaire à Tours et remettre à sa place. Ici Saint Gilles est représenté sans sa biche légendaire qui a peut-être été perdue ou détruite lors des travaux de modernisation de l’église.

23


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

STATUES DES SAINTS MAMERT ET ELOI De chaque côté de l’autel de Saint Gilles on a placé sur consoles les statues (1,30m) de Saint Eloi, patron des cultivateurs et de Saint Mamert. Ces statues sont en terre cuite, polychromes et sortent des ateliers de Levis Maynet, statuaire à Vendoeuvre sur Bar sur Aube.

24


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

VERRIERE DE SAINT GILLES Dans la chapelle Saint Gilles une verrière que l’on doit au peintre verrier Gouffault d’Orléans (qui, à l’instar des verriers du Moyen Age ne signe pas ses œuvres) a été béni le 1er septembre 1957. Cette verrière retrace l’épisode au cours duquel le roi wisigoth Flavius, pendant une partie de chasse, poursuivit la biche nourricière de saint Gilles. Celle-ci, en allant se réfugier auprès de son maître, amena à sa découverte. Une flèche lancée dans sa direction, atteignit l’ermite à la main. Celui-ci refusa les soins qu’on lui proposait et la plaie resta ouverte comme celles du Christ après sa crucifixion. Au sommet de la verrière le peintre a représenté, de façon fantaisiste, l’abbaye et l’abbatiale dont Saint Gilles fut le premier abbé, et qui aujourd’hui portent son nom, au sud de Nîmes.

25


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

PLAQUE DE CUIVRE Une plaque de cuivre, fixée sur le retour du mur occidental de la chapelle, rappelle la fondation des messes faite par Michel Gallant. Inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques le 20 octobre 1913. Au-dessus de l’inscription est gravé le blason de Michel Gallant surmonté d’un casque empanaché. Ce blason porte trois crémaillères. De part et d’autre, également gravées une tête de mort sur deux tibias entrecroisés. La moitié supérieure de ces gravures est d’origine, la moitié inférieure sur une partie qui a été restaurée par Mr Palustre, président de la société archéologique de Touraine, en 1888.

26


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

Teneur de l’inscription :

CY GIST MICHEL GALLANT VIVANT ESCVIER Sr DE LA BINARDIERE DE LA COSTE & DE BEAVREGARD LEQVEL DECEDA EN SA MAISON DE LA COSTE LE 22me IOVR DE NOVEMBRE 1650 & A FON DE CINQ GRANDE MESSES A DIACRE & SOVB DIACRE PAR CHACVN AN A DIRE A PERPETVITE EN Cte EGLse PAR SON TESTAMENT ESCIPT & SIGNE DE SA MAIN LE PREMIER IOVR DE MARS DE LANNEE 1650 DONT LEXTRAICT Est CY APRES ESCRIPT ITEM IE VEVX ET ORDONNE QVIL SOIT DONNE & LAISSE APRES MON DECES SANS AVCVNEMENT Y CONTREVENIR A LA FABRICQVE DE LA D~ PARROISSE DE VILLEDOSME POVR FAIRE DIRE & CELEBRER LE SERVICE CY APRES QVATRE VINGT QVATORZE CHESNEES DE PRE OV ENVIRON QVE IAY EN PARTIE ACQVIS ESTANT SI TVEZ AV LIEV APPELE LA BRANCHERYE PRES LA IEVSNE RYE EN LADICTE PARROISSE DE VILLEDOSMER & SERONT CHARGE LES DICTSZ FABRICIERS DE FAIRE DIRE & CELEBRER PAR CHAQVN AN A PERPETVITE EN LA~ EGLISE CINQ GRANDES MESSES A DIACRE ET SOVBZ DIACRES SCAVOIR VNE A TEL IOVR DE MON DECEDZ & LES QVATRE AVSTRES LE LENDEMAIN DES QVATRE FESTES ANNVELLES AINSY QVELLES SE SONT DICTES IL Y A PLVSIEVRS ANNEE EN ICELLE EGLISE & AFFIN QVIL SOIT PRIS GARDE QVE LES DICTES MESSES SOIENT DICTES*&*QVE*LA MEMOIRE*NE*SEN*PER DE IORDONNE QVIL SOIT MIS AV PILIER DE MON BANC VNE PLAQVE DE CVIVRE OV CESt*ARTICLES*SOIET*INSERES REQVIESCAT IN PACE AMEN

27


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

STATUE DE LA VIERGE A L’ENFANT A la limite du Chœur et de la chapelle Nord on a installé une statue d’une Vierge à l’Enfant en bois (1,15m) polychrome du XIIème siècle, classée monument historique par arrêté du 8 juin 1892. Cette statue a longtemps été reléguée sur le haut d’un placard de la sacristie en raison de son mauvais état de conservation. Restaurée d’une manière abusive, elle a été dérestaurée en 2007 par l’atelier Valérie Mehdjpour, à Tours, par enlèvement des ajouts en résine et repeints, et recherche de la polychromie d’origine.

28


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

LES CHAPITEAUX

L’église de Villedômer ne possède que deux chapiteaux du XII ème siècle. Les autres chapiteaux, en stuc, datent de la modernisation de l’église.

29


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

STATUES D’UN EVEQUE ET DE SAINTE BARBE A l’entrée de la chapelle nord, sur le mur oriental, on a installé deux statues qui, elles aussi, furent longtemps reléguées dans la sacristie : -

une statue (0,90m) d’un évêque indéterminé, pierre, polychrome une statue (0,63m) de sainte Barbe, identifiable à sa tour, bois polychrome, du XVIIème siècle, inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques le 4 août 1975

30


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

FRONTON DU RETABLE DE L’AUTEL DE LA VIERGE

Le fronton du retable de l’autel de la Vierge est orné d’une sculpture en ronde-bosse, bois, polychrome, qui représente Marie-Madeleine pénitente à la Sainte Baume, en Provence. La jeune femme allongée est accoudée sur un livre ouvert sur lequel est disposé un crâne humain. 31


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

TABLEAU DU RETABLE DE L’AUTEL DE LA VIERGE

Le retable de l’autel de la Vierge est orné d’un beau tableau sur toile, cadre en bois doré (1,66 x 2,43 m) représentant la Nativité de la Vierge. L’original a été peint par Pietro da Cortona en 1643 pour la Chiesa Nuova de Pérouse. Aujourd’hui ce tableau est conservé à la Galleria Nazionale dell’Umbria de cette ville. Le musée du Louvre à Paris possède une réplique originale de ce tableau (H 1,68 x L 1,19 m) provenant des collections de Louis XIV et acquis de Jabach en 1662. La toile de notre église serait une copie de cette réplique, probablement exécutée au XIXème siècle, peut-être sous Napoléon III, qui l’aurait offerte à l’église de Villedômer. C’était alors une pratique courante qui fournissait du travail aux artistes rétribués par l’état.

32


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

GRAND TABLEAU Une grande toile est fixée sur le grand mur de la sacristie, au-dessus du chasublier. Elle est signée « f. Henry le fev. (il faut probablement lire Le Fevre). Recollect Fecit ». Ce tableau représenterait Saint Eloi.

33


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

STATUE DE SAINT SEBASTIEN Statue (0,81m) en pierre recouverte d’un enduit blanc incomplet, de Saint Sébastien. Le saint est représenté attaché à l’arbre où il servit de cible aux archers.

34


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

VIERGE A L’ENFANT Sur le chasublier on trouve une statue (0,62m) en terre cuite polychrome du XVIème siècle inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques le 26 décembre 1941, victime de plusieurs restaurations maladroites (main gauche, autres ?) cassée au niveau du cou. D’après le baron Jean de Cools, cette Vierge serait inspirée d’une statue de Germain Pillon ou Jean Goujon. Mademoiselle de Cools, sa sœur, penchait pour Michel Colombe. Par ailleurs, celle-ci soutenait que la main droite plus forte que la gauche était un signe de puissance : il semble que cette différence résulterait d’une réparation maladroite. 35


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

VIERGE DES DOULEURS Statue (0,74m) du XVème siècle en bois polychrome, d’une Vierge des douleurs, élément d’une Crucifixion à laquelle il manque le Christ et Saint Jean. Inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques le 4 août 1975.

36


Villed么mer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

STATUE DE SAINT VINCENT Statue (0,98m) en pierre avec des restes de polychromie, de Saint Vincent, patron de la paroisse.

37


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

LES RELIQUAIRES La sacristie abrite deux cadres-reliquaires en bois doré (0,38 x 0,42m), serpentins en carton, reliques du XVIIIème siècle ( ?). Seul celui-ci est exposé, bénéficiant d’une solide fixation au mur.

38


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

TABLEAU REPRESENTANT UN EVEQUE Tableau sur toile, cadre en bois (0,77 x 1,68 m) représentant un évêque. Il s’agirait de Saint Mamert.

39


Villedômer

Eglise Saint Vincent et Saint Gilles

SOURCES : « L’église Saint-Vincent et Saint-Gilles de Villedômer » de Marcel Girault juillet 2009 sans éditeur « L’église Saint-Vincent et Saint-Gilles de Villedômer » dossier ECCLESIA de février 1991 par Nicolas Huron Dossier Inrap Centre Ile de France novembre 2010 sous la direction de Philippe Salé Archives municipales

40

Eglise St Vincente et St Gilles  
Eglise St Vincente et St Gilles  

Descrition de l'église et de son contenu

Advertisement