Issuu on Google+

BOVI INFO N° 1 - AVRIL 2013

Editorial

A la rencontre du GAEC DE LA MONTAGNE à ABANCOURT

Cher éleveur bovin, Cette édition du Bovi-Info vous propose à nouveau plein d’articles intéressants. Nous vous emmenons d’abord à la rencontre des familles Mondon et Foulongne, dans l’Oise, qui détiennent dans leur GAEC de la Montagne un solide troupeau laitier. Le savoir-faire de ces éleveurs clients QUARTES est illustré par deux paramètres importants en production laitière: le très bref intervalle entre vêlages et l’excellente longévité de leurs vaches laitières. Dans de nombreux élevages, les circonstances climatiques de l’an dernier ont mené à des manques de fourrages. QUARTES y a apporté une solution économique et sécurisante par le lancement du RUMIFIBRE. Plusieurs utilisateurs de notre RUMIFIBRE nous apportent leur témoignage.

C’est à Abancourt, magnifique village dans le département de l’Oise, que Mr et Mme Mondon et Mr et Mme Foulongne ont leur exploitation agricole qui combine les grandes cultures avec un beau troupeau de Prims Holstein noires. Historique En 1972, Claude Mondon s’est installé sur l’exploitation, à cette époque il y avait environ 30ha de surface et un troupeau d’une trentaine de vaches normandes. En 1984, Mr MONDON construit une nouvelle étable avec des logettes sur paille et une salle de traite 2 x 5.

En 1994, l’installation de la fille de Mr et Mme MONDON avec son mari Mr LAURENT FOULONGNE permettra de disposer, à terme, et d’un quota de 700 000 litres de lait. En 2005, on a de nouveau construit une étable afin de pouvoir répondre aux normes. A ce jour, il y a 101 logettes paillées et la salle de traite a été agrandie en 2 x 6. Les exploitants traient une moyenne de 85 vaches avec une génétique 85% Prim Holstein – 15% Normandes (restant du troupeau de race Normande). La surface de 147ha se répartit sur les cultures suivantes : 50ha de blé, 40ha de prairies, 36ha de maïs fourrager, 13ha de colza et 8ha d’orge. Les veaux femelles servent au renouvel-

La mise à l’herbe du bétail entraîne des modifications importantes des rations: notre spécialité HERBE DIGEST aide à mieux valoriser la jeune herbe en pâture. Vous souhaitant une lecture agréable, La rédaction

François Lelièvre (ATC VLF), Laurent, sa femme Martine, leur fils Damien et Claude (le père de Martine)

La plus-value pour votre bétail

suite en page 2


A la rencontre du GAEC DE LA MONTAGNE à ABANCOURT  suite de la page 1

lement du troupeau. Les mâles restent également dans l’exploitation : une partie part comme bœuf à l’âge de 26 mois, les taurillons partent à l’âge de 20 mois. En finition, les mâles reçoivent 5kg de concentrés d’un mélange Bovimix 19 / Lactopro M&H 70/30.

Jeune bétail Laurent: «L’objectif est d’arriver à un premier vêlage à 24 mois, et j’y arrive avec une bonne alimentation des élèves dès leur plus jeune âge». Dès la naissance, les veaux entrent en igloo à l’extérieur pendant 1 mois. Il faut remarquer que des graves problèmes de diarrhée ont été solutionnés lorsqu’on travaille avec ce système. Après le colostrum, de la poudre de lait ONISLAC OPTIM est distribuée et les petits veaux ont du Bovifloc disponible très tôt à côté du foin. L’éleveur est très content de l’appétence et de l’ingestion très précoce du BOVIFLOC . Dès l’âge de trois mois, les veaux passent au Bovimash2 jusqu’à 6 mois et après ils mangent de l’ensilage de mais et du mélange prévu pour les taurillons. Ensuite, les génisses ingèrent de l’enrubannage + paille + Bovimix 19.

La ration et la production des vaches laitières La ration d’hiver des vaches laitières se compose de 45 kg d’ensilage de mais, 3kg d’enrubannage, 2kg de pulpes sèches, 1kg d’aliment liquide 30% MAT, 1kg de paille; le tout corrigé avec 3,7kg de correcteurs Lactopro 40/Lactopromel 70/30, dont 2,5kg dans la remorque mélangeuse et 1,2kg au DAC. Cette ration suffit pour une production de 29 litres de lait. En ce qui concerne la distribution du VL de production au DAC, les vaches sont divisées en 2 groupes: les hautes productrices reçoivent un mélange Lacto Extra / Topmilk 80/20, les autres ont du Lacto Extra pur disponible au DAC. Pendant les 3 premières semaines de la lactation, 200g de propylène glycol est distribué par un système propidose. L’alimentation est donc mise au point d’une manière soigneuse; 2 chiffres démontrent que le troupeau est en bonne santé: • La longévité atteint un niveau très élevé: il n’y que 25% de vaches de réforme chaque année, ce qui est 10% de moins par rapport à la moyenne nationale.

• Le temps moyen entre 2 vêlages n’est que 370 jours, preuve d’une bonne fertilité. La production 305 jours est à 8.300l, TB 42° et TP 33°. Laurent fait les inséminations lui-même et choisit les taureaux en fonction de plusieurs critères: «Je regarde surtout le litrage, la morphologie et la qualité des pattes». En été, les vaches pâturent pendant la journée et reçoivent la ration hivernale pendant la nuit. Les vaches taries disposent d’ensilage de mais limité, paille à volonté, correcteur + seaux DRYLIC. Les 2 semaines avant de vêler, les vaches passent pour une partie à la ration des vaches en lactation afin que la flore microbienne puisse s’adapter. Nous remercions et nous souhaitons aux familles Mondon et Foulongne beaucoup de succès sur leur exploitation et dans le développement de leur élevage. Avec Damien comme successeur en 4ième génération, l’avenir de l’exploitation «de la montagne» est certain.

HERBE DIGEST Spécialité destinée à mieux valoriser les rations riches en jeune herbe (pâturage): • • • • •

Transformation d’azote soluble du rumen en protéines directement assimilables dans l’intestin Réduction de la formation d’ammoniac et ainsi du taux d’urée Stabilisation (1 L) de la flore intestinale Amélioration de la consistance des bouses Limitation des risques de tétanie d’herbe

Dosage : 50 à 100g par animal par jour HERBE DIGEST est uniquement disponible en incorporation dans nos aliments vrac


RUMIFIBRE REMPLACE ÉCONOMIQUEMENT LES FOURRAGES: la parole est aux utilisateurs

Monsieur Pecqueur de SCEA Sainte Barbe à CARTIGNIES (59) Jean Pecqueur est éleveur à Cartignies (département du Nord) dans l’Avesnois (région d’herbe).

L’été dernier, Jean a dû faire face à un manque de fourrages et a commencé à incorporer du Rumifibre dans sa ration (pâturage + à l’auge Rumifibre et foin). Sa ration hivernale (distribuée 2 fois/jour à l’aide d’une mélangeuse Keenan, afin de faire un mélange homogène et de stimuler l’ingestion) est composée de 14 kg d’enrubannage d’herbe, 10 kg de pulpes surpressées, 10 kg de corn gluten humide, 6 kg de Rumifibre, 1 kg de paille, 2 kg VL (mélange Lacto Extra / Lacto Amidon = mélange d’amidon rapide et lent). Jean a une ration de base à 28 litres de moyenne avec un TB de 43 et un TP de 35. Une complémentation est faite en salle de traite avec un VL. S’il rajoute du foin dans sa ration, il passe sur une ration trop sèche, les vaches ne consomment pas le foin (tri à l’auge) et baissent en production laitière. Il a fait l’expérience récemment en voulant baisser le Rumifibre (passer à 3 kg au lieu de 6 kg) et il a baissé en lait! Le Rumifibre permet de ralentir le transit et de valoriser au maximum sa ration de base. C’est un très bon produit, très appétant et avec une valeur d’encombrement optimale. Le Rumifibre a permis le maintien de la production. Les génisses sont élevées dans un système paille + Bovimix 19 + Rumifibre.

Monsieur Lobbry à Etroeungt (59) Dans l’Avesnois, Thierry Lobbry cherche à valoriser au maximum ses pâtures, et il pratique des vêlages groupés en début d’année, afin d’arriver au pic de lactation à la mise à l’herbe. Avec le manque d’herbe de l’été 2012, Thierry a dû complémenter avec du Rumifibre afin de soutenir sa production laitière. Grâce au Rumifibre, il a maintenu sa production laitière (25 litres de moyenne) tout en amélioration ses taux TB de 46 (avant 42) et TP de 34 (avant 29). Sa ration hivernale est composée de 5 kg de foin (haché dans sa pailleuse), 15 kg de pulpes surpressées, 4 kg de Rumifibre, 1,5 kg correcteur (mélange 50/50 Lactopro Aminé / Lactopro Mel) et 3 kg VL de production (Lacto Herbe) + minéraux (Rumix plus). Les vaches taries ont à disposition des seaux Drylic (spécial tarissement). Les veaux sont élevés soit au bon lait soit à la poudre de lait Onisvo Spécial Elevage; en complément du lait, Monsieur Lobbry est en train de faire un essai sur le concept Bovivo (granulé + paille) pour ses veaux.

Ludovic Foucamprez (ATC Moulin de Foigny) et Monsieur Lobbry

La Famille Carlier

La Famille Carlier du Gaec de la Haute Borne (composée des parents et des 2 fils Laurent et Régis) à Etroeungt (59) Le silo de maïs étant fini fin août 2012 et les maïs n’étant pas encore mûrs, le Gaec de la Haute Borne chercha un produit pour substituer le maïs et faire la soudure jusqu’à la récolte 2012. Le Gaec se tourna vers le Rumifibre pour composer la ration suivante: herbe pâturée, 6 kg de Rumifibre, 15 kg de pulpes surpressées et 1,8 kg de correcteur (70% Lactopro Aminé / 30% de Lactopro Mel). Ils ont observé une augmentation en lait et en taux. Contrôle laitier d’Août: Lait 20,3 ; TB 36,1 ; TP 30,2 Contrôle laitier de Septembre: Lait 22,8 ; TB 41,8 ; TP 31,3 Fin octobre, le maïs a été ensilé, et le Rumifibre a dû faire place au maïs ensilage. Nos éleveurs se sont rendus compte que suite au démarrage du maïs et à l’arrêt du Rumifibre, ils ont perdu du lait; ils ont donc décidé d’anticiper, dès décembre, le manque de maïs (sur la période estivale) et de remettre du Rumifibre dans la ration (initialement prévu pour le mois de mai). Une décision fructueuse, à voir les productions: octo-

Ludovic Foucamprez (ATC Moulin de Foigny) et Monsieur Pecqueur

suite en page 4


RUMIFIBRE REMPLACE ÉCONOMIQUEMENT LES FOURRAGES: LA PAROLE EST AUx UTILISATEURS suite de la page 3

bre 22,8 litres; novembre 17,8 litres et décembre 24,1 litres, soit + 6 litres de lait/jour au même stade de lactation), TB 40, TP 35,2. La ration se compose de 25 kg de maïs, 15 kg de pulpes surpressées, 5 kg d’ensilage d’herbe, 3 kg de Rumifibre, 3 kg de correcteur (70% Lactopro Aminé / 30% Lactopro Mel) avec Acid Stop (très bon produit) et Rumix plus, et 2 kg de Lacto Amidon (pour les fraîches vêlées). Le troupeau de 95 Prim’Holstein est divisé en 2 lots (selon le stade de la lactation) pour un quota de 750 000 litres. Les vêlages sont répartis sur toute l’année et l’élevage des veaux est fait de la

Mme Valérie Masset

Valérie Masset, à BLEQUIN (62), a récemment intégré le GAEC familial (GAEC de la Belle Eau), client historique de la Société Evrard Agri, filiale QUARTES, dont le suivi de l’élevage laitier est réalisé par un technicien de chez Evrard Agri. Valérie s’occupe principalement des vaches laitières (67 vaches Prim’Holstein, 540 000 l, TB 47.1 et TP 33.6). Cet élevage est installé dans un nouveau bâtiment construit en novembre 2009 en aire paillée, caillebotis + couloir de paillage. Au cours de l’été 2012, et en raison d’un contexte climatique

manière suivante : Poudre de lait à un repas par jour (Onisvo TS), Bovifloc puis Bovivo 3, pour passer ensuite au Bovimix 15 (avec toujours de la paille fraîche). Pour les vaches taries, ils mettent un tiers de la ration des vaches laitières + Rumix Dry (minéral spécial tarissement). En taux de réussite première IA, ils sont à 65% ! « Depuis que nous travaillons avec Quartes, il n’y a jamais eu autant de lait dans le tank » (+ 1000 Litres de lait dans le tank/ ramassage par rapport à janvier 2012 avec un même nombre de vaches). délicat au printemps 2012, et des manques de rendement dans certaines productions, dont le maïs fourrage, le GAEC de la Belle Eau s’est trouvé dans une situation de stock critique (surtout maïs) pour assurer une alimentation correcte à l’ensemble du troupeau. Un bilan fourrager a été réalisé par le technicien et a révélé principalement un manque de maïs pour garantir l’alimentation des laitières jusqu’à la disponibilité du nouveau maïs! L’incorporation du RUMIFIBRE dans la ration a permis de poursuivre dans la technicité de l’élevage; une augmentation significative des taux a été remarquée, notamment au niveau du TP; la production laitière a été maintenue à son haut niveau. Economiquement, et au prix de mise en marché du RUMIFIBRE, un rachat de maïs fourrage aurait entraîné un coût supplémentaire de la ration de base; bien sûr, sans oublier les problèmes techniques et de conservation qu’auraient entraîné un détassement, un transport et une remise en silo, donc une re-fermentation, d’un maïs fourrage acheté! A ce jour, la ration de base est: 48 kg de maïs ensilage (22% MS), 4 kg d’ensilage d’herbe (50% MS), 3 kg de correcteur azoté (Lactopro Aminé), 2 kg d’orge aplatie, 2 kg Rumifibre (ce qui permet d’économiser près de 450 kg de maïs brut par jour et d’améliorer la teneur en MS de la ration), 0,7 kg de paille (hachée dans le bol à 2 vis). La complémentation de la ration se fait à l’auge avec du Bovimix 19 et, pour le démarrage de lactation, du Topmilk.

RUMIFIBRE remplace de façon très économique les fourrages, puisqu’il apporte à la fois énergie, structure, azote et minéraux: • Energie: 1,025 UFL par kg de MS: nous utilisons des sources de cellulose très digestibles • Structure: 15% de cellulose brute; présenté en bouchons 10 mm très sécurisants, le RUMIFIBRE assure un bon fonctionnement du rumen, ce qui permet d’en distribuer jusqu’à 6 kg par animal et par jour • Azote: 15% MAT, ce qui réduit les besoins en correcteur azoté, comparé aux rations d’ensilage de maïs et de pulpes • Economique: 1 kg de RUMIFIBRE équivaut à 3,5 kg d’ensilage de maïs + 200 g de correcteur azoté + 50 g de minéraux • Réduit les besoins de main d’œuvre et évite entièrement les pertes de conservation et de désilage

QUARTES Kapellestraat 70 B-9800 Deinze T 0032(0)9 381 32 00 F 0032(0)9 386 85 13 www.quartes.com éditeur responsable: F. Boone

La plus-value pour votre bétail


Bovi info 042013 FRA