Page 1

véronique martin portfolio ‘12


veronique_martin@hotmail.ca T 418.353.7511


01 projection Projet visant la réalisation d’un complexe récréatif communautaire situé à Cap-Rouge, en bordure du fleuve SaintLaurent. Le bâtiment se dessine selon un point de fuite vers lequel convergent toutes les lignes, créant ainsi un symbole d’ouverture vers le fleuve. Une façade perméable complètement vitrée met en scène le scénario de l’eau, tantôt mouvementée, tantôt sereine. Un parcours piétonnier est également proposé. Celui-ci débute au sommet de la falaise sur laquelle est adossé le bâtiment, proposant ensuite un arrêt dans le centre récréatif, pour finalement se poursuivre jusque sur les eaux du SaintLaurent où prend place une marina afin d’accueillir les bâteaux de plaisance. Ce projet consiste en un lieu où les activités de plein-air et loisirs de toutes sortes sont offerts à la communauté, tout en respectant le site et en maximisant des différents points de vue.

_atelier d’introduction au design


02 photosynthèse Dans le cadre de cet atelier, des logements et des maisons de villes devaient être conçus sur un îlot urbain de Limoilou, en prenant soin de respecter le style architectural du quartier et de le mettre en valeur.

Ce projet utilise le prétexte du «désordre derrière», pour installer dans la cour arrière un désordre organisé. Ces nouveaux volumes, intégrés à l’architecture plus conventionnelle des bâtiments du quartier donnant sur la rue, servent à la fois d’extension des pièces intérieures existantes et de terrasses pour les logements. Le désordre apparant des volumes arrières s’inspire des plantes feuillues qui suivent la course du soleil. Organisés ainsi, les volumes projettent peu d’ombre les uns sur les autres et profitent au maximum de l’ensoleillement limité offert par le site. Au niveau de l’aménagement intérieur, il s’agit de logements traversants, procurant ainsi aux habitants divers avantages, dont un apport lumineux très intéressant.

_atelier de projets d’habitation

véronique martin | jérôme laferrière


formule plex_

rez-de-chaussée

vue arrière

maisons de ville_

1e étage

2e étage

rez-de-chaussée

élévation sud-est

1e étage


03 intersections Ce projet visait à concevoir une station de tramway sur un site déjà occupé mais éventuellement réhabilité. Après avoir découvert la façon dont on divisait anciennement les lots, soit en partant du coeur du village et créant des accès en diagonal, cela expliquait la forte présence d’un axe diagonal arrivant en plein centre du site. Cet axe est vite devenu l’élément clé du projet. Son prolongement sous forme de passage piétonnier sur deux niveaux fût proposé. Puis, en se basant sur la division des terres, le site lui-même fut divisé en sections triangulaires, à l’aide d’axes de circulation définissant chaque espace aux fonctions différentes, telles qu’une aire de débarcadère, une aire d’attente et un parc public. Le bâti existant ayant été conservé, il devient l’élément signal du terminus avec son enveloppe rouge et son côté interactif avec projections multimédias.

_atelier de réhabilitation et recyclage

véronique martin | jonathan roy


division des lots du quartier

niveau 1

analyse de site

division du site | rĂŠpartition des usages

niveau 2


04 extensiondiffusion Projet d’un centre muséal et d’archives pour la ville de Lévis. Le site se situe au pied d’une falaise, face au fleuve et en lien direct avec le traversier, porte maritime de la ville de Lévis. Un axe dominant se dessine, reliant le débarcadaire à la rue Guenette en haut de la falaise. Dans le projet, ce lien devient un parcours, menant à l’entrée principale du bâtiment ainsi qu’au funiculaire. La conception se fait autour du concept de «classeurs», très hermétiques au départ, mais qui finalement s’ouvrent à différents degrés, révélant son contenu à la population. Le projet comporte trois volumes, l’un abritant les archives, l’autre les espaces de consultation et le dernier les espaces de diffusion. Une hiérarchie du privé vers le public est respectée, en conservant toujours les fonctions plus privées dans les espaces fermés et opaques. À l’inverse, salle de consultation, boutique, restaurant et auditorium font office de lieux plus ouverts et perméables. Certaines fonctions se prolongent à l’extérieur tel que l’auditorium, laissant place à une agora extérieure, animant la place publique.

_atelier petits édifices publics


ĂŠtage

rez-de-chaussĂŠe


05 g ro w i n g c i t y Growing city fut réalisé en équipe de 4 personnes, dans le cadre du concours «the selfsufficient city» lancé par «advanced architecture contest». L’objectif était de définir des concepts clés pour la construction de l’habitat du 21e siècle, dans un mouvement vers l’autosuffisance. Le phénomène de surpopulation dans la ville de Mumbai en Inde se fait de plus en plus critique et engendre des problèmes environnementaux majeurs tels que l’augmentation de la consommation énergétique et alimentaire, la pollution de l’eau et de l’air, la diminution d’espaces verts et cultivables, etc. Pour répondre à cette problématique, «Growing city» propose des solutions comme une production et réutilisation d’énergie verte, un système de filtration d’air, l’ajout d’habitations ainsi que l’ajout de surfaces cultivables en hauteur qui augmente la production alimentaire locale. Des serres étagées, des filtres munis de panneaux solaires et de bacs végétaux, un réseau routier souterrain recouvert de filtres végétaux captant le co² et de larges allées piétonnes ponctuées de marchés publics ambulants font tous partie intégrante du système d’autosuffisance. Une relation de mutualisme se développe entre la «nouvelle couche» et la «couche existante».

ville existante

_atelier concours : plate-forme expérimentale

+

auto-production alimentaire

+

auto-production énergétique

+

auto-purification

=

relation de mutualisme (relation durable entre 2 entités et qui est bénéfique à chacun)


caroline escaffre | robert lavoie | vĂŠronique martin | anne-marie rondeau


06 résonances Le projet résulte d’une étude sur les noyaux urbains concentriques, voulant réduire les distances de parcours tout en densifiant divers sous-centres. Il s’intéresse plus précisément au phénomène de résonance qui se produit entre ces noyaux urbains, affectant la densité sur son passage. Le site se trouve sur la rue Rachel à Montréal, secteur en revitalisation à mi-chemin entre deux pôles d’intérêt de la ville, soit le parc Lafontaine et le parc Maisonneuve. Une stratégie de décélération est proposée de par la plurifonctionnalité des lieux, la mixité du programme et la qualité des espaces. Un système de bandes thématiques délimite et module des espaces, tant intérieurs qu’extérieurs. Le projet se connecte au tissu urbain existant, respectant ses grandes lignes. Des zones plus culturelles, d’autres plus commerciales ou encore sportives apportent une grande mixité le long de l’allée marchande, tout en proposant une multitude d’activités et parfois même des évênements de grande ampleur tels que des spectacles extérieurs. Le concept de prolongement et d’extériorisation des différentes fonctions s’applique à divers endroits dans le projet. En plus de leur déploiement horizontal, les bandes viennent également densifier la rue en hauteur, respectant un degré de privacité.

_atelier concours : plate-forme expérimentale

résonances engendrées

pôle existant

zone d’intervention

pôle existant


07 contraste Projet de conception d’une structure de gare de train. L’idée a été de créer une structure épurée, minimisant le nombre d’éléments structuraux et rendant donc ceux-ci plus imposants et marqués dans l’espace. Premièrement, un contraste entre la prestance des éléments en lamellé-collé et l’élancement des profilés d’acier donne une impression de lourdeur dans le projet. Puis, un second contraste se fait ressentir entre transparence et opacité, obtenu par la structure opaque en bois recouverte d’une toiture translucide. Le jeu de lumière ainsi créé vient accentuer l’idée principale du projet. De plus, des formes courbes ont été utilisées, puisqu’elles génèrent un effet de mouvement et un élan d’ouverture vers le haut.

_cours de conception de structures

véronique martin | robert lavoie | anne-marie rondeau


08 résidences étudiantes Projet réalisé lors d’une session d’étude à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg, en France. Le programme imposé comprenait des résidences étudiantes et des équipements publics tels que salles de sports, piscine, cafétéria, amphithéâtre, etc. Le parti était de créer une zone publique à l’avant, donnant sur le boulevard achalandé et dynamique, puis une zone plus privée vers l’arrière, donnant sur une ruelle de quartier. Un jeu de contraste anime la façade entre la massive et opaque «boîte noire» qui renferme l’amphithéâtre et la transparente et perméable cafétéria. Pour l’habitation, le parti était de concevoir des logements traversants, avec une circulation commune éclairée naturellement. Les appartements sont conçus selon deux «modules», soit un pour les espaces partagés et un pour les chambres, qui sont toujours décalés l’un par rapport à l’autre, créant un rythme dans la façade. Enfin, un système de paresoleil amovible permet aux étudiants de contrôler l’apport de lumière naturelle.

_atelier : école d’architecture de Strasbourg


chambre

rez-de-chaussée | services publics

façade avant

façade arrière

boulevard de la victoire

étages supérieurs | habitation


09 cu b e Ce court travail consistait à développer un fragment de projet selon une pensée constructive. C’est donc un travail sur l’enveloppe d’un petit bâtiment qui a été fait. Il s’agit d’une deuxième peau en panneaux d’acier perforés supportés par une grille. L’effet obtenu permet aux occupants de voir l’activité urbaine à l’extérieur, mais en concervant un certain degré d’intimité. Sur les côtés, la peau se dématérialise: les panneaux perforés se font de moins en moins présents, révélant davantage la trame de la grille, pour en arriver à une absence totale de panneaux du côté Sud. Les deux murs latéraux profitent aussi de cette deuxième peau qui agit comme pare-soleil, en permettant aux panneaux de se replier aux endroits où il y a des ouvertures. Au Sud, la grille sert de support à un système d’occultation solaire végétal. La trame carrée de la grille s’inspire de la forme du cube exprimé dans le projet. Le corten a été choisit pour ses qualités chromatiques et sa texture.De plus, il se prête bien au site qui borde un canal maritime au caractère industriel.

_cours de pensée constructive

robert lavoie véronique martin


10 zygaena Lampe réalisée dans le cadre du cours Pensée Constructive, pour la charette de l’Objet 2010. L’inspiration de cet objet provient du cocon de «Zygène de la Spirée» (Zigaena Filipendulae), un papillon de nuit. L’intérêt était de travailler une matière à l’apparence banale pour certains, soit le panneau de particules. Le concept base du cocon consiste à protéger et à renfermer une forme de vie. Or, la lumière de la lampe représente ce cœur. De plus, l’objet met en valeur une certaine légèreté qui renvoie également à l’inspiration de départ. Celle-ci est obtenue par les interstices entre les éléments. L’utilisation de la découpeuse numérique a permis de concevoir les éléments répétitifs organiques rappelant l’image conceptuelle, soit celle d’une enveloppe qui se déploie le long d’une branche, d’un axe. L’utilisation de tuyaux de plomberie pour le support apporte un aspect intéressant de par le contraste entre le métal et le bois. Les tuyaux assurent la solidité de l’ensemble et permettent le passage du fil électrique. _charette de l’objet 2010

véronique martin robert lavoie


11 maison à faible coût Projet conçu pour la communauté autochtone de Mashteuiatsh, lors d’un atelier intensif (in situ) de trois semaines. La commande était de concevoir une maison en deçà du budget de 120,000$ et qui est à leur image. Afin de minimiser les coûts de construction, ce projet mise d’abord sur l’utilisation d’une dalle sur sol, ce qui élimine les coûts reliés à la réalisation d’un sous-sol. De plus, cela limite l’impact au sol et offre un meilleur contact intérieur/extérieur ainsi qu’une plus grande accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. Le plan est optimisé avec un simple noyau technique central qui regroupe tous les services, minimisant ainsi les cloisons intérieures et le réseau de tuyauterie. La maison se veut également évolutive, car elle a été conçue de façon à offrir différentes possibilités d’agrandissements à long terme, et ce grâce à l’emplacement stratégique des ouvertures qui en tiennent compte dès le départ. espace privé noyau technique espace de vie

_atelier habitats et cultures

véronique martin | robert lavoie


_plan de base

_ajout d’une chambre

_extension arrière | ajout d’une pergola

_ajout d’une autre chambre


12 canevas Ce projet d’atelier s’inscrivait dans le cadre du concours «Ajout Manifeste» de l’école d’architecture. Le projet agit comme un canevas, en ce sens où il consiste en un véritable support à la création. D’une part avec les espaces de travail créés et d’autre part avec l’enveloppe coulissante pouvant servir de surface d’affichage ou de projection multimédias. Cela procure une nouvelle visibilité et extériorisation de l’architecture. Le parti est de séparer les fonctions en 2 groupes: «pérennes» et «possibles». Les équipements nécessaires à la construction et conception de projets se retrouvent dans le premier groupe, alors que les fonctions publiques comme l’amphithéâtre et l’aire d’exposition sont dans le second groupe, situées dans un lieu visible et perméable, porteur de la nouvelle identité de l’école. Cet espace de diffusion est déposé sur un socle qui sert de canevas sur lequel les étudiants peuvent travailler et exprimer leur créativité. Enfin, le projet est adaptatif par rapport aux ambiances physiques. Celles-ci sont gérées par une enveloppe amovible en polycarbonate, qui sert d’isolant lorsque fermée ou bien de réflecteur lorsque déployée.

_atelier d’ambiances physiques

camille mill bernard be d | robert be lavoie l oi | véronique vé ni martin in | pierre-luc ie lu perron


plan niveau 2

plan niveau 1 1. Coursive végétale 2. Mezzanine 3. Système d’ouvrants côté sud 4. Salle multifonctionnelle 5. Noyau technique 6. Parvis de l’entrée publique 7. Place publique surélevée 8. Remonte-charges 9. Accueil 10. Atelier 11. Lien bâtiment existant 12. Bassin de rétention 13. Cour intérieure

plan rdc


espace multifonctionnel adaptable mode amphithéâtre:

mode exposition / espace de travail:

stratégies bioclimatiques mode refroidissement passif_été

mode libre_printemps/automne

mode chauffage solaire passif_hiver


coordonnĂŠes veronique_martin@hotmail.ca T 418.353.7511

Portfolio Véronique Martin  

Portfolio Architecture 2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you