Issuu on Google+

 

                     

 

Página 1 de 98   


Auteurs Paula Alejandra

Arevalo Granados

Liliana Marisa

    Cesar Augusto     Leslie Johanna     Jose David     Maria Juliana     Carlos Mario     Carolina     Karen Maria Angelica     Laura Victoria     Karla Gigliola   Alexandra Palmar PROJET FRANÇAIS 5 CO 2011‐1       

 

 

Página 2 de 98   

 

Becerra Mariño Carranza Aristizabal Florez Lindarte Galindo Gaitan Huertas Plata Medina Mejia Parra Pinzon Peña Cardenas Ramirez Nieto Villamarin Gonzalez


TUTORIELS

Página 3 de 98     


FICHE DE FICHE DU RESUME L’ENREGISTREMENT   VIDEO Groupe: Leslie et  Carlos.

                              Pour faire le résumé    Titre  ‐qui, quoi, où, quand comment?  ‐ordre= processus—résultat  ‐135 à 150 mots  ‐essentiel‐idées principales  ‐pas d’opinion 

Groupe: Liliana M. Becerra.

                                              Página 4 de 98   


Universidad Nacional de Colombia  Français Écrit 5  Projet : Journal Télévisé  Liliana M. Becerra. Editrice.         Paramètres de l’Enregistrement de la Vidéo    Camera :       Le format de l’enregistrement doit être de préférence en « .AVI ». C’est pourquoi, Je vous  renseigne sur le prêt d’une camera chez Fredy. Pour faire un emprunt vous devez…    Demander la camera 2 jours à l’avance.    Le prêt ne durera que 2  heures au maximum.       Les Lieux, L’Enregistrement et Le Temps estimé:    L’ambiance de l’enregistrement dépend de chaque partie, mais  elle doit toujours inspirer à la  réflexion et ne pas être imposée, ni doit exprimer des idées personnelles (c'est‐à‐dire qu’à  l’arrière‐plan, il n’y ait pas de messages écrits par les étudiants de l’université sur les murs, parce  qu’ils peuvent compromettre l’opinion du journal télévisé).      En plus, vous devez chercher des images appropriées par rapport à vos sujets pour les mettre sur la  présentation des nouvelles.  La présentation des novelles :    va être réalisée dans un lieu fermé et sérieux où on peut présenter des images par  rapport aux nouvelles.    La camera sera mis en face de la présentatrice, on va prendre seulement un plan.    Entre 3 et 4 minutes.   

Página 5 de 98   


la biographie du personnage     peut être réalisée dans un espace ouverte ou fermée, mais tranquille.    La camera braquera la personne qui va raconter l’histoire (préférablement en  adresse directe, comme dans le cas de la présentation des nouvelles).    Entre 4 et 6 minutes.      le débat :     pourra être dans une des salles de clase du bâtiment « Postgrados de Ciencas  Humanas » du premier étage, qui possèdent une table, donnera un meilleur  emplacement aux participants.    On aura besoin de 2  cameras à fin de prendre deux points focaux, (voir l’image  suivant).    Entre 6 et 8 minutes.     

Página 6 de 98   


Les interviews     doivent être dans un endroit tranquille où les voix des participants s’entendent  bien et si sont réalisées en plein air, on doit faire attention à la lumière.  Ils  peuvent avoir un arrière‐plan qui renforce le sujet à traité.    Les cameras doivent être si statiques possible et  l’une doit être dirigée vers  l’intervieweur et l’autre sur la personne interviewée.   Entre 4 et 5 minutes.   

Página 7 de 98   


Le micro‐trottoir :     Comme se réalise en plein air, on doit tenir compte la lumière, le mouvement et le  son.     La camera doit être si statique possible et on doit avoir deux cameras, l’une fait la  mise au point sur l’intervieweur et l’autre sur la personne interviewée (Comme  dans les interviews).     Entre 4 et 5 minutes.       Les Erreurs :  Attention! Vous devez :  Quand vous tous faites des erreurs, vous devez dire vers la camera : «on a fait tell erreur et on va  recommencer depuis tell partie».     Laisser suffisant image enregistre dans le début, la fin et entre les erreurs et le recommence.  Rien supprimer, parce que c’est mon travail d’édition.    Ce texte a le but de ne vous donner que des paramètres, vous pouvez faire les enregistrements sans  être si exact à ce qu’on vous suggère ici. 

Página 8 de 98   


FICHES

Página 9 de 98     


FICHE DU DEBAT  

Groupe: Alejandra Arévalo et Jose Galindo.

  L’objectif principal : Inciter à la réflexion pour devenir acteur clé     Objectifs spécifiques :  • Susciter l’intérêt du public (en ce cas, les téléspectateurs) pour le sujet traité  • Mettre en discussion la véracité des arguments de chaque intégrant.  • Arriver  à  une  conclusion  à  travers  les  arguments  donnés  et  le  résumé  du  projet  du  cours  de  Français Oral 5.    Durée estimée : entre 4 et 6 minutes    Format : (AVI)    Il  pourra  être  dans  une  des  salles  de  clase  du  bâtiment  « Postgrados  de  Ciencas  Humanas » du  premier  étage,  qui  possèdent  une  table,  donnera  un  meilleur  emplacement aux participants.    On  aura  besoin  de 2  cameras  à  fin de  prendre  deux  points  focaux,  (voir  l’image  suivant).   

    Página 10 de 98   


Sujet : Est‐ce que les étudiants du Département de Langues Etrangères de l’Unal sont des acteurs clé  du changement?   Personnage(s) présenté(s) :  • L’invité : Intégrant 1, Augusto Carrillo.   • Jose Galindo: Intégrant 2  • Alejandra Arévalo: Modératrice   Lien : http://www.megaupload.com/?d=GLEQVL3Z   Activité:    1. Le modérateur commencera avec la question suivante :  Pensez‐vous  que  les  étudiants  du  Département  de  Langues  Etrangères  de  l’Unal  sont  des  acteurs clé du changement ?  2.  Le modérateur donnera le tour à un intégrant (1 minute pour chacun)  3.  Le  modérateur  doit  arrêter  la  discussion  avec  une  autre  question,  selon  les  sujets  développés  dans les arguments. Pour organiser le débat, on délimite le sujet :   - ‐   Utiliser les  questions avec lesquelles on a fini par délimiter le sujet dans le cours  de  français  5.    (Ex :  Est‐ce  que  l’Unal  encourage  ou  facilite  l’apparition  des  acteurs  clé  du  changement ?)  - Mise en place des critères pour être un acteur clé par le modérateur.  - Les  intégrants  montrent  les  exemples  ou  les  arguments  qui  soutiennent  la  position  de  chacun, a partir de ce qu’on a accordé comme critères.   - Mise  en  évidence  des  degrés  d’acteur  clé :  petit  acteur  clé,  moyen  acteur  clé,  grand  acteur clé. Définition et discussion.   4. Apres avoir écouté chaque partie, le modérateur donnera la conclusion.  Plan de réalisation (avec dates de chaque activité) :   Préparation (de 16 à 20 mai), rendez‐vous préliminaire pour renseigner l’invité (20 mai 11, à 9 heures),  enregistrement (20 mai dès 4 heures de l’après midi)    Lieu : Le salon ou lieu destiné au JT. On y devrait avoir une table a chaque coté du modérateur     RÉSUMÉ  Trouver une conclusion… toute une tâche.   Par Alejandra Arévalo     Pendant le parcours que nous avons suivi dans Français Oral 5, on n’a pas seulement discuté sur notre  engagement comme citoyens envers la société, mais on a arrivé à délimiter la notion d’« acteur clé du  changement », à travers plusieurs activités comme argumentations (en tenant compte des exemples), et  en  faisant  aussi  des  exposés  présentant  des  personnes  considérés  comme  « acteurs  clé »  par  les  étudiants.  D’une part, les personnages présentés avaient des différences selon leur rôle : gouverneurs, créateurs  des  fondations,  inventeurs,  divulgateurs,  etc.  Et  d’autre  part,  on  a  pu  classer  leurs  actions  selon  leurs  conséquences :  des  actions  de  grand  impact  (changements  concrets  ou  tangibles,  avec  une  grande  couverture),  des  conséquences  mauvaises,  incitation  à  la  réflexion,  commencement  d’un  mouvement  ou d’une idée révolutionnaire, coopération avec une communauté spécifique, etc.   À  partir  de  cela,  le  cours  a  posé  plusieurs  questions  qui  entouraient  tout  ce  qui  compose  la  notion  d’acteur  clé  et  tout  ce  qui  nous  ferait  acteurs  clé  du  changement,  étant  des  étudiants  de  l’Université  National de Colombie.   Ensuite,  nous  nous  sommes  mis  d’accord  sur  les  critères  pour  être  un  acteur  clé,  bien  entendu  notre  intérêt pour les actions plutôt positives :  Página 11 de 98   


o C’est un ensemble de personnes et d’idées  o Une personne critique, observatrice, analytique  o Une personne engagée  o Quelqu’un qui fait des choses que personne ne ferait pas.  o  Qui est accepté par la communauté   o Qui est créative, imaginative et active  o Qui inspire la réflexion et la liberté  o Qui a une relation avec le passé  Dans le débat, on envisage de transmettre ce travail de délimitation qu’on a fait pendant le cours et le  travail de réflexion avec le Journal Télévisé « Caméléon », en mettant en discussion tous les arguments  développés à travers les petits projets des participants du JT.  C’est pour cela qu’on a invité le professeur  Augusto Carrillo, pour qu’il puisse ne pas seulement montrer son avis, mais donner une perspective plus  globale et administrative au sujet qui nous concerne : Est‐ce que les étudiants de l’Université National  sont des acteurs clé du changement ? Comment inciter aux étudiants de le devenir ?    Possibles Questions du Débat :  o Est‐ce  que  les  étudiants  de  l’Université  National  de  Colombie  sont  des  acteurs  clé  du  changement ?  o Quel  visionnement  avez‐vous  par  rapport  aux  groupes  comme  Hatsuhinode  et  aux  personnages  comme  Fals  Borda ?    Est‐ce  qu’ils  ont  eu  jusqu’ici  un  impact  qui  leur  donnerait le titre d’ « acteurs clé du changement » ?  o Est‐ce que l’Unal limite le développement d’acteurs clé ? Oui ou non et pourquoi ?  o Selon  l’enquête  réalisée  par  le  groupe  journalistique  de  Caméléon,  on  trouve  une  tendance  optimiste  en  face  du  développement  d’acteurs  clé  chez  les  étudiants  des  premiers semestres du Département de Langues Etrangères. Par contre, on trouve que  cet optimisme diminue chez les étudiants des derniers semestres. Pourquoi pensez‐vous  que  ce  phénomène  a  lieu ?  Que  feriez‐vous,  comme  professeur  et  administratif  et  comme  étudiant  de  l’Unal,  pour  que  les  étudiants  des  dernières  semestres  se  sentent  plus engagés et motivés pour être des acteurs clé?   o Qu’est‐ce  que  vous  avez  fait  pour  améliorer  la  situation  qui  vous  entoure ?  Vous  vous  considéreriez vous‐mêmes acteurs clé du changement ?                       Conclusions préliminaires    À travers les travaux qu’on a faits dans nos projets, on a pu arriver à une conclusion : Est‐ce que les  étudiants de l’Université National de Colombie sont des acteurs clé du changement ? Oui, pas tous  évidement, mais ceux qui le sont, soit des petits, des moyens ou des grands acteurs clé, ils ont fait  Página 12 de 98   


beaucoup des bonnes choses grâce à leurs efforts et actions. Cependant, c’est qui est  le plus important, c’est qu’ils ont pris cette décision de l’être malgré toute adversité.  Alors, Il faut voir si le reste d’étudiants la prennent aussi… Si le reste d’étudiants  décident finalement d’agir et de devenir acteurs clé du changement.       Merci Beaucoup  À bientôt.                                                                                 Página 13 de 98   

FICHE DE L’INTERVIEWE HATSUHINODEU DEBAT  

Groupe: Carolina La vie


Projet Caméléon   Problématique: Est‐ce que nous, étudiants de l’Unal sommes des acteurs clé du changement ?   Objectifs:   Inciter à la réflexion pour devenir acteur clé   Démontrer que les étudiants de l’Unal sommes des acteurs clé du changement   développer la compétence argumentative       Produit du projet: journal télévisé   Titre : Hatsuhinode et son rôle à l’Université Nationale de Colombie   Groupe : Carolina Parra   Durée estimée : entre 4 et 6 minutes.   Format : .AVI   Personnage(s) présent(s) :   Journaliste, Carolina   Invité, Gabriela Páez : membre du groupe culturel japonais Hatsuhinode   Activité: Entretien   Plan de réalisation (avec dates de chaque activité1) :   1 Rappelez‐vous que la délai c’est jusqu’au 21 mai, pour qu’on puisse éditer la vidéo en temps.    Préparation (11‐ 17 mai 2011)    Rendez‐vous préliminaire avec Gabriela Paez et Lina Mejía, membres du groupe Hatsuhinode (18 mai  11)    Enregistrement de l’entretien (20 mai 11)    Ma pré‐édition (20 ‐21 mai 11)    Remise du matériel enregistré (21 mai 11)     Lieu de l’enregistrement: Universidad Nacional de Colombia   Bâtiment de Ciencia y Tecnología   Extérieur   Jour      MISE EN SCENE PROGRAMÉE   Journaliste/Voix  FULL  :  Bonjour  à  tous,  nous  sommes  aujourd’hui  avec  Gabriela  Páez,  étudiante  de  philologie  française  ici  à  l’Université  Nationale  et  un  de  membres  du  groupe  Hatsuhinode  constitué  depuis  le  2007  grâce  au  rassemblement  de  Jhovany  Camelo,  étudiant  de  philologie  allemande  et  connaisseur  de  calligraphie  japonaise  et  Diego  Suarez,  diplômé  en  histoire  et  expert  en  origami,  principaux fondateurs du groupe.   Au présent il est composé de 10 personnes qui se sentent engagées avec le sujet de la propagation des  connaissances de la culture japonaise en Colombie, ayant comme centre d’activités principal l’Université  Nationale de Colombie.  

Página 14 de 98   


Pendant  quatre  ans à‐peu‐près le groupe a  promu les  aspects traditionnels de la culture japonaise en  faisant des activités extra‐académiques diverses comme des ateliers de Shodo, Origami et Washiningyou  parmi d’autres.   Journaliste/Voix FULL : Vous êtes d’abord commencé les activités du groupe sans soutient d’aucun sorte  mais  dans  l’année  2010  l’université  vous  a  reconnu  comme  groupe  actif  dans  l’espace  universitaire  ;  quel sorte d’appui vous recevez de la part de l’université ?   Invitée/Voix FULL: . . .   Journaliste/Voix  FULL  :  Maintenant,  d’après  vos  activités  croyez‐vous  que  votre  groupe  est  un  appui  pour les personnes qui veulent s’approcher de la culture japonaise ?   Invitée/Voix FULL: . . .   Journaliste/Voix  FULL  :  Bon  et  quel  serait  l’apport  académique  offris  aux  étudiants  de  l’Université  Nationale ?   Invitée/Voix FULL: . . .   Journaliste/Voix  FULL  :  et  alors,  s’il  vous  plaît  dîtes  nous  :  est‐ce  que  vous  tentez  de  faire  un  changement dans la pensée des étudiants de l’UN ? Lequel ?   Invitée/Voix FULL: . . .   Journaliste/Voix FULL : Et de la même façon, est‐ce  que  vous  essayez  de  faire  un  lien  avec  la culture  colombienne ?   Invitée/Voix FULL: . . .   Journaliste/Voix FULL : Est‐ce que vous vous sentez appuyez par la communauté universitaire ?   Invitée/Voix FULL: . . .   Journaliste/Voix FULL : Et finalement, quelles sont vos projections pour l’avenir en tant que groupe de  travail ?   Invitée/Voix FULL: . . .   Journaliste/Voix FULL :   Bon,  merci  bien  Gabriela  d’avoir  répondu  à  nos  questions  et  d’avoir  participé  à  notre  journal  télévisé  Caméléon. On revient avec Laura qui vous introduira d’autres infos.   Á bientôt !   Pd :    Tant la journaliste que l’invitée seront devant la caméra.    Je pense mettre quelques images, si possible.    

Página 15 de 98   


RÉSUMÉ   Le chemin parcouru et à parcourir   Ce semestre le cours de Français V a suivi un processus de réflexion à propos de notre rôle estudiantin  tant qu’à l’Universidad Nacional que dans la société colombienne. De cette problématique une question  principale est sortie : « nous nous considérons comme des acteurs clés du changement ? » ; pour vérifier  cela  nous  avons  mis  en  marche le projet Caméléon  afin  de  chercher la  réponse.  Dans le  déroulement  nous  avons  discuté  des  caractéristiques  d’un  acteur  clé,  les  illustrer  dans  des  personnes  ‐possibles  actrices  clés‐  et,  après  ça,  de  lancer  un  regard  sur  notre  université  pour  enfin  trouver  la  réponse.  De  cette façon, nous nous sommes mis à la recherche des étudiants pouvant représenter un minimum de  points accordés par tous. A partir de ce point‐là, j’ai pensé au groupe universitaire japonais Hatsuhinode  comme des personnes qui rejoignent les caractéristiques principales d’un acteur clé et ce que j’envisage  est de le montrer en élucidant ses propos étroitement comparés et argumentés avec les nôtres : inciter  à  la  réflexion  en  démontrant  que  les  étudiants  sont  capables  d’être  ou  devenir  des  acteurs  clés  du  changement. Comment je le ferais ? Je ferais une présentation du groupe et un entretien à un de ces  membres, Gabriela ; juste de cinq minutes pour arriver à notre but. J’espère pour cela que les questions  seront précises de ma part et de même, que les réponses seront aussi correctes de leur part. Finalement,  pourrais‐je arriver, avec ma partie, à réussir le but du Caméléon ?   CAROLINA PARRA   FRANÇAIS V   cparrap@unal.edu.co             

Página 16 de 98   


FICHE Fals Borda     CAMÉLÉON  Journal télévisé   Français Communication écrite 5  Résumé  

Groupe:Karla et Angelica  

Paramètres    Titre : REPORTAGE HISTORIQUE  Groupe : ANGELICA PEÑA Y KARLA VILLAMARIN    L’objectif principal    Inciter à la réflexion pour devenir acteur clé    Objectifs spécifiques   • Démontrer pourquoi Orlando Fals Borda a été un Acteur Clé du changement L’université  • Présenter    un    témoignage  vivant    de  l’engagement  de  Fals  Borda  par  rapport  à  L’Université  Nationale.    Durée estimée : entre 4 et 6 minutes  Format : (Liliana)  Sujet : acteurs clé à travers l’histoire  Personnages présentés : Orlando Fals Borda, Maria Elvira Naranjo.  Activité:   Documentaire et interview  Plan de réalisation:  11 mai : interview à Maria Elvira Naranjo en tant que témoignage vivant des années 60 à L’Université  Nationale   20 mai : Documentaire  Lieu : Département de Sociologie       CAMÉLÉON  Journal télévisé   Français Communication écrite 5  Résumé     REPORTAGE HISTORIQUE  C’est une rubrique du journal télévisé CAMÉLÉON proposé par Angélica Peña et Karla Villamarín, deux  journalistes  qui  feront    un  petit  documentaire  par  rapport  à  Orlando  Fals  Borda,  acteur  clé  du  changement  à  l’Université  Nationale.  On  a  décidé  de  parler    de  ce  personnage  parce  qu’il  a  fait  des  transformations  vraiment  significatives  pour  l’éducation  universitaire  plutôt  pour  la  Faculté  de  Sociologie au niveau académique  et politique, en plus  Fals Borda  a attaché  l’académie avec la  réalité  Página 17 de 98   


social de Colombie de cette époque‐là. Alors, afin de réussir à inciter à la réflexion pour devenir acteur  clé      on  a  fait  une  recherche  sur  le  personnage  et  une  interview  à  Maria  Elvira  Naranjo  en  tant  que  témoignage  vivant  de  l’époque.  L’entretien  a  été  réalisé  11  mai  dans  le  campus    de  L’Université  National. Ensuite on a dû traduire en français tout ce que Maria Elvira nous a raconté  afin de le joindre  au petit documentaire.  Voici les questions de l’entretien :  • Quelle était l’opinion que les gens avaient par rapport aux actions d’Orlando Fals Borda ?  • Quelle anecdote pouvez‐vous nous raconter  à propos de M. Fals Borda ?  • Quelle était l’opinion des étudiants vers les problèmes de l’université, est‐ce qu’on peut dire  que les nombre d’étudiants engagés aux problèmes était majeur dans le passé ?       

Página 18 de 98   


FICHE PRESENTATRICE

     

 

Groupe: Laura Ramirez   Fiche Technique  • Etudiante : Laura Victoria Ramirez Nieto  • Rôle : Présentatrice    • Endroit : Salle de Vidéo   • Description : Murs blancs,  contrôle de l’éclairage, appareils électroniques  • Couleurs :   *Fond : Blanc =  symbole de la simplicité et de la connaissance  *Couleur  secondaire :  Vert  =  symbole  de  la  Nature  (caméléon),  représente  ce  qui  bouge, change varie  *Vêtements : Couleurs foncées (obscures) qui contrastent avec les deux premières   • L’objectif principal : Inciter à la réflexion pour devenir acteur clé   • Durée estimée : 3 minutes environ   Titres= 30 secondes des titres, 10 secondes de l´Introduction, 15 secondes par chaque actualité  [x4]  • Format : vidéo .AVI  • Sujet : Titres, présentation  et Introductions   • Plan de réalisation (avec dates de chaque activité1) : jeudi 26 Mai 2011, 7– 9 heures  Ordres des sections :   1. Titres  2. Introduction   3. Documentaire historique  4. Reportage : Hatsuhinode  5. Enquête : Analyse : Acteurs clé de la filière  6. Débat du jour     Présentation : Bonjour, bienvenues au journal télévisé : Le caméléon le journal du changement,  ce sont les nouvelles pour l’émission du jour    Titres :  1. Fals  Borda  ancien  professeur  de  l‘Université  Nationale  de  Colombie,  qu’est‐ce  qu’il  a  fait  pour  que le bâtiment de sociologie porte son nom ?  un regard rétrospectif   2. Hatsuhinode plus qu’une passion pour la culture japonaise, noyau des acteurs clés  3. Est‐ce que les futures philologues se sentent acteur clés du changement ? la faculté de Sciences  Humaines appuie leurs initiatives ? les résultats d’un sondage ont les réponses   4. Quelle  est  la  perspective  d’un  professeur  de  cette  faculté ?  dans  le  débat  du  jour  parlera  des  différentes opinions par rapport au sujet    Página 19 de 98   


Introductions  1. Reportage  historique :  à  travers  le  parcours  de  l’université  Nationale,  on  a  connu  plusieurs  personnages  qui  ont  bouleversé  son  histoire,  l’un  de  ces  personnages est Fals Borda, qu’est‐ce qu’il a fait ? Maria Elvira Naranjo,  Une  des étudiantes  de  l’époque  nous  raconte.  Karla  Villamarin  et  Angelica  Peña  avec le reportage.     2. Hatsuhinode :  d’accord  aux  certaines  caractéristiques  d’acteur  clé  du  changement, on a fait un recherche parmi les étudiants de l’université afin de  Groupe: Juliana et Cesar trouver  ceux  qui  incitent  à  la  réflexion.  on  a  trouvé  un  groupe  aimant  la  culture  japonaise  appelé  Hatsuhinode  dont  les  idées  pourraient  favoriser  la  construction  des  acteurs clés, Notre collègue Carolina Parra nous informe.  3. Est‐ce  que  les  étudiants  de  la  filière  de  philologie  française  se  sentent  acteurs  clés  du  changement ? Nos collègues Juliana Huertas et César Carranza ont fait un sondage pour éclaircir  la situation actuelle par rapport à la formation des acteurs clés dans la fac (faculté) de sciences  humaines.  4.  Il est difficile de trouver une conclusion à propos de notre sujet, les acteurs clés du changement,  c’est pourquoi dans le débat du jour, modéré par Alejandra Arevalo, on a un  invité prêt à nous  donner son avis, face à l’opinion de notre collègue Jose Galindo, ________________bonjour                                            Paramètres     Titre : EN CHERCHE DU CHANGEMENT  Groupe : Juliana et César  L’objectif principal : Inciter à la réflexion pour devenir acteur clé   Durée estimée : entre 4 et 6 minutes  Sujet : Opinions des étudiants de la filière de français, sur qu’est un acteur clé du changement. 

FICHE MICRO TROTTOIR

Página 20 de 98   


Personnage présenté : différents camarades de la filière, de tous les semestres.  Activité: Montrer quelques extraits des interviews, et présenter les analyses des interviews.  Plan de réalisation (avec dates de chaque activité1) :    INTERVIEW  Population : Étudiants de tous les semestres de français.  Echantillon : 3 étudiants de chaque semestre.  # Questions : 3.    QUESTIONS  1. Pour vous, qu’est‐ce que c’est un étudiant de l’UNAL qui promeut les changements ?  2. Vous vous considérez un étudiant qui incite aux changements ?  3.  Dans  le  cas  du  Département  de  Langues  Étrangères,  vous  vous  considérez  un  étudiant/agent  du  changement.    DÉLAIS      Lieu : dans les bâtiments de la Faculté de Sciences Humains.      Communication écrite 5  Enquête pour le journal télévisé Caméléon   En cherche d’un changement     Tout d’abord, nous vous remercions de nous permettre de réaliser cette activité. Dans le cours de  français 5 oral, nous sommes dans un processus d’analyse à propos des personnes qui font de la  promotion des ouvres qui font des changements dans la société, même s’ils sont tous petits, comme la  prise de conscience et la réflexion.  Caractérisation de nos acteurs clés:   ‐Quelqu’un qui fait quelque‐chose que personne ne ferait.  ‐ Qui inspire la liberté.  ‐ Qui soit un exemple.  ‐ Qui donne un appui.  ‐ Qui a une portée.  ‐ Qui inspire une réflexion.  ‐ Action continue.  ‐ Altruist.    Acteurs clés du changement  Donnant un chiffre de 1 à 5, où 1 signifie « pas du tout », et 5  «complètement », Répondez aux  questions suivantes.    1. Vous vous considérez un acteur clé de changement dans notre université?  2. Croyez – vous que la Faculté des Sciences Humaines à l’université nationale est concernée par  l’éducation de personnes comme protagonistes des transformations dans divers domaine ?                                                               1

 Rappelez‐vous que la délai c’est jusqu’au 21 mai, pour qu’on puisse éditer la vidéo en temps. 

Página 21 de 98   


3. À votre avis, les cours offerts par la filière de philologie française permettent de réaliser des  analyses à propos de notre rôle dans l’université comme des personnes qui peuvent faire un  apport à la société ?  4. Pensez‐vous qu’il soit nécessaire que les professeurs fassent des activités envisagées à la  réflexion de nous étudiants de l’UNAL comme des personnes capables de faire un changement ?    a. Oui  b. Non    5. Si vous faites, ou vous connaissez cas des étudiants de notre filière qui font des projets qui  envisagent des changements à n’importe quel degré, considérez vous que le Département de  Langues Etrangères appuie les initiatives des étudiants ?         Communication écrite 5  Résumé pour le journal télévisé Caméléon  En cherche d’un changement    En cherche d’UN changement  En cherche d’un changement est une partie du journal télévisé Caméléon proposé par César Carranza et  Juliana  Huertas,  deux  journalistes  qui  ont  décidé  de  faire  un  sondage  d’opinion  par  rapport  à  la  formation des acteurs clés du changement à l’Université Nationale. Cela pose l’inquiétude de savoir si  les  étudiants  considèrent  que  la  Faculté  des  Sciences  Humaines  et  même  le  Département  de  Langues  sont des institutions formatrices de personnes concernées pour la transformation, dans n’importe quel  dégrée. Après avoir délimité le problème, on a établi comme méthodes pour obtenir l’information une  enquête et un micro‐trottoir. L’enquête a été menée vendredi 13 mai dans les différents cours de base  de la filière de Philologie Française à L’Université National.   Les résultats de l’enquête sont :   SEMESTRES 1,2 et 3.  Le 47% des étudiants ne sont  pas  sûrs  d’être agents du changement (ils  ont mis 3) ; les  autres  opinions sont partagées aux deux côtés (‐24% ; +30%).  On peut voir que ces étudiants attendent que la Faculté promeuve en eux les outils pour devenir  un acteur clé (5‐42% ; 4‐32%). Seulement un petit pourcentage (6%) ne croit pas que la Faculté  soit  concernée à la formation de protagonistes de transformation. Ensuite, les étudiants ne sont  pas totalement sûrs que leurs cours leurs permettent de réaliser des analyses des problèmes de  l’UN (3, 42%) ; cependant, il y a une tendance plus optimiste (5‐10%, 4‐35%) que pessimiste (2‐ 10%,  1‐3%).  En  sens,  ils  pensent  qu’il  est  vraiment  nécessaire  que  les  professeurs  fassent  des  activités  pour  promouvoir  la  réflexion  d’eux  comme  personnes  capables  de  faire  des  changements  (5‐55%,  4‐23%) ;  ils  sont  très  peux  les  étudiants  qui  pensent  que  cela  n’est  pas  nécessaire  (2‐6%,  1‐3%).  Finalement,  on  voit  qu’il  n’y  a  pas  une  tendance  pour  savoir  si  les  étudiants pensent que leur département appuie les différents projets (2‐4‐5 : 16%) ; par contre,  dans cette question, la ponctuation 1 reçoit le plus haut pourcentage (16%).    SEMESTRES 4 et 6.  Par contre, dans la première question, on voit qu’il y a des étudiants qui ne se considèrent pas  agents  du  changement  (1‐20%,  2‐8%),  et  d’autres  qui  pensent  en  eux‐mêmes  comme  Página 22 de 98   


transformateurs (4‐40%, 5‐4%). Par rapport a la Faculté, les opinions sont vraiment partagées : le  range de pourcentage est de 12% à 28%, où 1 est le plus bas et 4 le plus haut ; cela démontre  que  la  relation  des  étudiants  avec  la  Faculté  n’est  pas  la  même.  Ensuite,  ces  étudiants  croient  que les cours de la filière ne donnent pas les outils pour faire des analyses de notre rôle comme  personnes  capables  de  faire  des  changements  (1‐24%,  2‐24%),  seulement  un  24%  pense  que  leurs courses leur en donnent (4‐20%, 5‐4%). Par contre, la majorité considère indispensable que  leurs  professeurs  incite  à  la  réflexion  (5‐64%,  4‐32%).  Finalement,  la  plus  grande  partie  de  ces  étudiants ne croit pas que le Département appui à ces élèves (1‐12%, 2‐44%), toute fois, une très  petite partie pense que le Département soit un soutien (5‐8%).  Communication écrite 5  Résumé pour le journal télévisé Caméléon  En cherche d’un changement    En cherche d’un changement  En cherche d’un changement est un parti du journal télévisé Caméléon proposé par César Carranza et  Juliana  Huertas,  deux  journalistes  qui  ont  décidé  de  faire  un  sondage  d’opinion  par  rapport  à  la  formation des acteurs clés du changement à l’Université Nationale. Cela pose l’inquiétude de savoir si  les étudiants considèrent que la Faculté des Sciences Humaines et même le département de langue son  des  institutions  formatrices  de  personnes  concernées  pour  la  transformation,  dans  n’importe  quel  dégrée.  Après  avoir  délimité  le  problème,  on  a  établi  comme  méthodes  pour  obtenir  l’information  l’enquête et le micro‐trottoir. L’enquête a été menée vendredi 13 mai dans les différents cours de base  de  la  filière  de  Philologie  Française  à  L’Université  National.  Après  l’analyse  des  donnés  obtenus,  les  journalistes feraient les micros‐trottoirs pour avoir une vision qualitative des opinions des étudiants.       BÁSICO 1‐2 

 

  BÁSICO 3 

Página 23 de 98   


BÁSICO 4 

 

  BÁSICO 6 

Página 24 de 98   


GRUPO 1‐3 

 

  GRUPO 4‐6 

Página 25 de 98   


TOTAL 

 

Página 26 de 98   

                       


Communication écrite 5  Sondage d’opinion pour le journal télévisé Caméléon  « En cherche d’un changement »  Juliana Huertas ‐ César Carranza    Donnant  un  chiffre  de  1  à  5,  où  1  signifie  « pas  du  tout »,  et  5   «complètement »,  Répondez  aux  questions suivantes.  GROUP 1‐3  Échantillon: 1ère question: 30 personnes; 2ème question: 31. 

 

    Página 27 de 98   


GRUPO 4‐6  Échantillon: 25 personnes. 

TOTAL  Échantillon: 1ère question: 55 personnes; questions suivantes: 56 personnes.  

Página 28 de 98   

 


Página 29 de 98   


SYNTHESES

Página 30 de 98   


CRITERES D’EVALUATION Premier partiel français 5 communication écrite I semestre 2011 Note _______/15 soit _____/5 Tableau de synthèse Présentation de la bibliographie (3 textes de 3 pages web) sous forme des textes Icontec Choix des textes pertinents par rapport au sujet Respect de la consigne de longueur* Respect du contenu des documents Peut respecter la règle d’objectivité (absence d’éléments étrangers aux textes). Capacité à traiter les textes Peut dégager la problématique commune, sélectionner et restituer les informations les plus pertinentes. Cohérence et cohésion Peut organiser les informations sélectionnées sous forme d’un paragraphe fluide et bien structuré. La mise en page et la ponctuation sont fonctionnelles. COMPÉTENCE LEXICALE / ORTHOGRAPHE LEXICALE Etendue et maîtrise du vocabulaire Dispose d’un vaste répertoire lexical qui lui permet de reformuler sans effort apparenT**. Maitrise de l’orthographe L’orthographe est exacte à l’exception de quelques lapsus occasionnels COMPÉTENCE GRAMMATICALE / ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE Maintient constamment un haut degré de correction. Les erreurs sont rares et difficiles à repérer. Elaboration des phrases/souplesse Dispose d’une variété de structures lui permettant de varier la formulation

0.7 0.5 0.5 /0.3 /1.5 /3 /3

/ 2.5

/3

 

Légende : *Le respect de la consigne de longueur (250 mots) fait partie intégrante de l’exercice (fourchette acceptable Donnée par la consigne).Dans le cas où la fourchette ne serait pas respectée, on appliquera exceptionnellement une correction négative : – 1 point par tranche de 10 % en plus et en moins. **Dans le cas où l’étudiant reprendrait, sans les remanier, des passages entiers des documents (plus des 3/4 du texte final), les notes à attribuer pour les critères « compétence lexicale » et « compétence grammaticale » seraient mises à 0. NP : NO PRESENTO : SC : SIN CALIFICAR Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation méthodologie 

Página 31 de 98   


04446687: bien pour innover avec la colonne des catégories ; idées bien regroupées par thème et avec l‘intégration de deux opinions dans un même paragraphe. Bien aussi pour l’introduction et la conclusion. Très bien pour les textes. Dommage de ne pas avoir présenté la bibliographie avec les normes icontec. Il faudrait aussi travailler sur votre compétence lexicale qui mettrait votre texte en valeur. 04446802: La structure des paragraphes est correcte ainsi que la cohérence entre chaque élément de la synthèse. C’est une bonne rédaction hormis les répétitions de certains mots qui appauvrissent votre rédaction. En ce qui concerne la méthodologie, il faut que vous soyez beaucoup plus synthétique au moment de faire le tableau. On ne met pas de phrases !! 04446731 : vous avez une bonne capacité pour synthétiser(tableau synthèse), ce qui vous facilite la tâche au moment de rédiger la synthèse. On voit que vous avez apprécié votre projet Caméléon avec les enquêtes, c’est quelque-chose que l’on retrouve ici avec le thème choisi. Finalement, on observe votre intérêt pour réutiliser le vocabulaire vu en classe. Mais on regrette que pour le reste, vous utilisiez un vocabulaire si peu varié. 04446734 : il est intéressant de voir que les journaux se rejoignent assez concernant la démission de Madame Christine Ockrent. Et vous arrivez à le transmettre non seulement dans le tableau, mais aussi, dans votre texte. Au niveau de la méthodologie, c’est bien pour les normes icontec, c’est moins bien pour le tableau, car souvenez-vous, on ne fait pas de phrase. 04446782 : Le fossé existant dans votre texte entre un français très soutenu et un français standard nous amène à conclure que vous n’arrivez pas à reformuler avec vos propres mots. Dommage de ne pas avoir mis en valeur votre capacité se synthèse dans un texte plus près de vous sans avoir à reprendre des petits passages sur internet. Pour le tableau, c’était moins bien que d’habitude. Bien pour les normes icontec 04446813 : vous avez lune grande habileté pour trouver les informations pertinentes, cependant, vous ne la mettez pas suffisamment en valeur dans la rédaction avec votre tendance à commettre beaucoup d’interférences ou au moment de construire les phrases d’utiliser des expressions de l’oral. Il faut être plus rigoureuse dans ce sens pour mieux exploiter votre capacité de synthèse. Dommage de ne pas avoir présenté la bibliographie avec les normes icontec 04446818 : On voit un grand progrès dans la structure du texte, des idées, dans l’utilisation d’un vocabulaire varié. Par contre, il y a encore beaucoup à faire sur des ponts prés de grammaire. Bien pour les normes icontec !! c’est moins bien pour le tableau, car souvenez-vous, on ne fait pas de phrase.

NOTES

04446687

04446802

04446731

04446773

04446734

04446782

04446813

04446785

04446818

04446646

                                           

04446760

barème

Tableau de synthèse /0,7

0.7

-

0.7

0.4

0.7

-

0.4

0.4

0.7

-

0.4

-

Présentation de la bibliographie (3 textes de 3 pages web) sous forme des textes Icontec Choix des textes pertinents par rapport au sujet

0.5

-

0

0.5

0

-

0.5

0.5

0

-

0.5

-

0,5

-

0.5

0.5

0.5

-

0.5

0.5

0.5

-

0.5

-

Respect de la consigne de longueur Respect du contenu des documents Capacité à traiter les textes Cohérence et cohésion

7,8

-

6.8

7,2

7. 1

-

7,5

2

6.5

-

6.5

-

compétence lexicale / orthographe lexicale

2,5

-

2

2

1,9

-

2.2

1,5

2

-

2

-

compétence grammaticale grammaticale

3

-

2.5

2,5

2,5

-

2.5

1.5

2

-

2

-

0

4.16 /5

4.36

4.2 3

0

4.53

2.13

3.9

-

3.9 6

0

Total/5 Commentaires

/

orthographe

/15

NP

Página 32 de 98   

NP

sc

NP


04446687 LES MÉDIAS ET LES MESSAGES CHEZ LES ENFANTS        Les textes à aborder sont L’éducation aux médias, de Jaques Piette ; Nouvelles perspectives pour  l’éducation aux medias, de Peraya et Rickenmann, et De l’éducation aux médias à l’éducation à la  paix,  de  Pax  Christi.  On  verra  la  fonction  des  medias  dans  l’éducation  des  enfants  et  le  la  conceptualisation des messages des médias.    D’abord,  les  auteurs  sont  d’accord  quand  ils  assurent  que  les  médias  sont  toujours  dans  la  société,  par  exemple,  dans  les  connaissances  que  les  enfants  apprennent  dès  qu’ils  peuvent  recevoir des stimules des différents médias (Radio, Télévision, Cinéma, etc.). Par contre, Peraya  donne  un  autre  point  de  vue  en  disant  que  les  médias  sont  générateurs  de  violence,  soit  par  mimétisme soit par catharsis.    Ensuite ils proposent l’objectif commun de l’éducation aux médias : créer une pensée critique et  créatrice,  en  utilisant  comme  moyen  les  savoirs  de  « non‐transparence ».  Par  contre,    Piette  assure qu’il y a des professeurs qui transfèrent leurs appréciations aux étudiants, à cause d’un  manque de préparation des écoles dans les nouvelles formes de médias.    Pour  arriver  à  l’éducation  aux  médias,  les  trois  auteurs  se  ressemblent  dans  l’idée  que  les  messages des médias ne sont pas neutres, il n’y a pas une transparence de la réalité, sinon une  représentation  de  celle‐ci.  En  plus,  les  idées  se  complémentent  si  on  considère  que  chaque  message des médias a une point de vu différent, résultat d’une reconstruction  de la réalité.    C’est ainsi que les médias ont un enjeu démocratique et social, car ils sont un reflet et un produit  de la société, et les messages jouent un rôle dans la création chez les enfants, puisque chaque  idée viendra accompagnée des différents sortes de langages.                           Página 33 de 98   


L’ÉDUCATION AUX MÉDIAS  IDÉES  IDÉES  IDÉNTIQUES  DIFFÉRENTES  *Omniprésence  *Générateur de  des médis dans la  violence (3)  société (1‐2‐3) 

CATEGORIE 

THÈME 

EFFETS  SOCIAUX 

Influence  dans  la  société 

*Connaissance du  *Élève :  Source  consommation  d’apprentissa monde (1‐2)  sans réflexion (2)  ge 

Labeur  Système  Éducative 

Générateur  de Pensée  Critique 

Message 

Image 

Nouvelles  Formes  (internet) 

TRAITS  DE MEDIAS 

*Éducation de  l’enfant‐ Consommateur  (1‐2‐3)  *Construction  comme objectif  (1‐3) 

*Générateur de  violence (3) 

IDÉES  COMPLÉMENTAIRES  *Création de liens  sociaux (2)  *Formation de l’élève  (1)  *Source de  divertissement (1)  *Apprentissage  d’autres langages (2)  *Moyen socialisateur  de l’enfant (1)   

*Opinion calque de  *Pensé créatrice. (1)  l’enseignent (1)  *Enjeu  démocratique et  social (3)  *Médias reflets de  *Non‐ la société (2)  transparence  (2) 

*Manque de  neutralité (1‐2)  *Point de vue des  Médias (1‐3)  *Rapport image‐ *Transporteur de  Parole (1‐2‐3)  ce attendu (3)  *Parole sur l’image  (2)  *Enfants plus  *Écoles ne sont pas  préparés (1)  engagés (1‐3) 

* Mode sémiotique  (2) 

*Nouveaux langages  de communication (2) 

  TEXTES :  1. L’EDUCATION AUX MÉDIAS. JACQUES PIETTE. 2001.  2. NOUVELLES PERSPECTIVES POUR L'EDUCATION AUX MEDIAS, THEORIE ET PRATIQUE. DANIEL  PERAYA ET RENÉ RICKENMANN.  3. DE L’ÉDUCATION AUX MÉDIAS À L’EDUCATION À LA PAIX. PAX CHRISTI. 2007          Página 34 de 98   


446802

 

  UN REGARD À L’ÉDUCATION AUX MÉDIAS    L’éducation aux médias est devenue de plus en plus dans les pays développés un besoin. Trois articles :  un du Réseau Éducation‐Médias, un de la Revue Synergies et un du journal online OWNI, parlent de ses  nuances et les démarches à  faire pour une homogénéité parmi tous les pays.  Les médias sont maintenant une source d’information pour tout le monde, mais surtout pour les jeunes  qui,  pourtant,  ne  savent  pas  l’arranger  mentalement.  D’après  l’article  3,  ils  sont  citoyens  consommateurs mais pas analystes. Cependant, il y a déjà une intention d’apprendre les élèves à tenir  une vision critique des médias. On le voit, par exemple au Québec, comme l’illustre l’article 1, et dans  quelques  pays  européens,  selon  l’article  3,  où  l’éducation‐média  est  déjà  traité  comme  un  sujet  individuel à l’école.   Bien sûr, il y a des avantages et des inconvénients. Les auteurs se rejoignent pour dire que l’absence de  diffusion  à  propos  du  sujet  produit  des  confusions,  en  affaiblissant  son  importance.  En  revanche,  les  deux premiers articles précisent qu’elle apporte aux jeunes une pensée critique des médias. Par ailleurs,  l’article  3  croit  qu’elle  sert  à  soutenir  la  nécessité  d’une  économie  centrée  aux  technologies  de  l’information.  Finalement,  les  trois  articles  proposent  chacun  des  démarches  à  suivre  selon  leurs  acteurs  dans  le  processus  d’information,  respectivement :  l’école  et  les  jeunes,  les  enseignants  et  les  journalistes  et  pour  conclure  le  gouvernement.  L’école,  de  sa  part,  doit  avoir  conscience  des  nouveaux  processus  d'apprentissage, les jeunes acquerront une compétence critique aux médias. Les enseignants tiennent à  utiliser  les  médias  comme  outils  en  classe,  tandis  que  les  journalistes  gérer  l'information  pour  attirer  l'attention  et  la  préférence  des  jeunes.  Et,  en  dernier  lieu,  le  gouvernement  désignera  ressources  monétaires à l'éducation aux médias.  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation méthodologie rédaction 

  290 mots    Bibliographie:  BÉLIVEAU, Cécile. L'éducation aux médias : une nécessité. Réseau Éducation‐Média. 2009.  BARTHELEMY,  Fabrice.  L’éducation  aux  médias  :  Une  composante  essentielle  du  capital  culturel  des  élèves. Révue Synergie Algérie. No. 2. 2008.  BLANC, Sabine ; NOOR, Ophélie. EDUCATION AUX MÉDIAS: ANARCHY IN THE EU. Journal Online OWNI.  28 Février 2011.      Página 35 de 98   


Documents  Texte 1  Texte 2  Texte 3  * Réseau  Éducation‐ Médias 2009  L'éducation aux  L’ éducation aux  EDUCATION AUX  *Révue  médias : une  médias : Une  MÉDIAS: ANARCHY IN  Synergies  nécessité. Cécile  composante essentielle  THE EU. Sabine Blanc et  Algérie 2008  Béliveau, Ph.D.  du capital culturel des  Ophéli Noor  *OWNI 28  élèves. Dr. Fabrice  Février 2011  Barthelemy Les jeunes comme  Situation des  Les jeunes utilisent les médias comme  jeunes et  source d'information, mais ils ne savent pas  citoyens consommateurs  l'organiser.  des médias. médias  Éducation aux  médias à  l'école 

Au Québec, meilleure  compréhension des  médias par les élèves. 

  

Il n'y a pas une harmonie au  moment de la mettre en  pratique. 

Exemples 

P.E. Finlande, Norvège et Suède  l'éducation aux médias est traitée  comme un sujet individuel. En Italie,  Allemagne et Espagne, les  différences régionales empêchent  de la mettre en prattique uniforme  partout le pays. 

Avantages de  Peut soutenir la necessité l'éducation aux  Crée une conscience critique et une pensée critiques  d'une économie centrée aux  de médias de l'information  médias  médias. Inconvénients  de l'éducation  L'absence de diffusion des études à propos de l'éducation aux médias qui produit des  aux médias.  confusions à propos de certains sujets et la rend beaucoup moins importante.   L'école: Avoir  conscience des  Les enseignants: Utiliser les  nouveaux processus  médias comme outils pour la  d'apprentissage.  classe le plus possible.  Les jeunes sont  pratiquement  immergés dans les  médias, alors il ne  Les journalistes: gérer  doivent qu'acquérir  Le gouvernement: désigner  l'information pour attirer  une compétence  Qu'est‐ce qu'il  critique par rapport à  l'attention et la préferance  ressources monnétaires à  faut faire?  des jeunes.  l'éducations aux médias.     eux. 

           

Página 36 de 98   

Comme l'évaluation de  compétences. 


446731    

 

« La transparence des sondage d'opinion dans les élections présidentielles »     Actuellement, la France est concernée par les élections présidentielles qui auront lieu en 2012. Cela a  crée une avalanche des sondages d’opinion qui ont eu un impacte dans la population française, car les  différents  résultats  des  enquêtes  ont été  contraire  aux  suppositions,  en  laissant  une  porte  ouverte  le  débat  sur la  fiabilité  des  mécanismes  de  consulte  d’opinion.  C’est  pourquoi  ces  différents  journaux  et  page d’opinion font une analyse à propos de la transparence des mesures pour connaître l’intention de  vote des français.   On  peut  lire  dans  les  différents  articles  que  la  transparence  dans  les  enquêtes  menées  n’est  pas  évidente, car dans les enquêtes les plus représentatives on ne tient pas compte la marge d’erreur, qui  est  significative  pour  l’interprétation  des  sondages.  Pour  trouver  une  solution  à  cette  problématique,  Jean  Pierre  Sueur  a  proposé  un  projet  de  loi  pour  réguler  les  sondages  d’opinion,  qui    suggère  la  diffusion des mécanismes de collecte d’information. En plus, on trouve dans les différents articles que ce  manque  de  transparence  est  une  cause  de  la  manipulation  d’opinion  des  institutions  faisant  des  enquêtes, lesquelles ne font pas des conclusions neutres des résultats obtenus.   Finalement, on aperçoit que tous les articles se rejoignent pour indiquer que la résurgence des parties  politiques  qui  n’étaient pas  si  solides  avant,  est  une  conséquence  de la  malhonnêteté  des  médias  qui  diffusent des informations qui ne sont pas si valables.    242 mots    (1) De la manipulation de l'opinion publique par des sondages d'un troisième type‐ Regards Citoyens  (2) Sondages: «L'absence de transparence peut favoriser les manipulations d'opinions» ‐ 20 Minutes  France  (3) Les sondages, mouton noir de la démocratie? ‐ Libération    Tableau de synthèse   

Página 37 de 98   


Thèmes    • Manque de  transparence  dans les  sondages. 

                    • Manipulation de  l’opinion         

   

    • Malhonnêteté  dans l’analyse  des résultats. 

  Idées Identiques      • Importance de la  marge d’erreur  (1‐2‐3)     • Régulation des  enquêtes comme  mesure  législative (2‐3)         • Manque de  rigueur au  moment de  mener une  enquête (2‐3)     • Méfiance des  sondages (1‐2)        

  Idées Différents  • Impossibilité de  la transparence  absolue (3 ‐  Sainte‐Marie)          

• Résurgence  apparente du  Front National  (1‐2‐3)    • Centralisation sur  les candidats DSK  et Sarkozy (1‐2)      

                Página 38 de 98   

Idées Complémentaires 

         

• Publication des  informations de la  méthodologie de  l’enquête (2)   

 

          • Découragement  des autres  candidatures(1) 


http://www.regards‐citoyens.com/article‐de‐la‐manipulation‐de‐l‐opinion‐publique‐par‐des‐sondages‐ d‐un‐troisieme‐type‐68868027.html  Mardi 8 mars 2011  Regards Citoyens  Par Yann Amar      De la manipulation de l'opinion publique par des sondages d'un troisième type    14  mois  avant  l'échéance  électorale,  les  citoyens  sont  abreuvés  chaque  jour  de  sondages  tous  plus  farfelus les uns que les autres en mettant en scène des candidatures qui n'existent pas !  Cette fois‐ci, ce sont des sondages par internet qui défraient la chronique ! Et quels sondages !  On sent bien que les "faiseurs d'opinion" ont pris le parti de soutenir deux candidats : Nicolas Sarkozy et  Dominique Strauss Kahn, ces deux hérauts de ces cercles "d'élites" où l'on fait et refait le monde après  l'avoir défait !  Percevant le risque de plus en plus prégnant que ni l'un ni l'autre ne soit finalement présents dans cette  campagne,  la  perspective  d'une  défaite  dissuadant  même  les  meilleurs  ...,  les  "faiseurs  d'opinion"  manipulent comme ils le peuvent une opinion qui commence à en avoir passablement assez d'être prise  pour ce qu'elle n'est pas !  Dans ce contexte des plus nauséabonds, le camp du président agit pour se maintenir au pouvoir au‐delà  de  2012  alors  que  ses  résultats  économiques  et  sociaux  sont  catastrophiques  et  que  loin  d'avoir  rassemblé la nation, il concourt tous les jours à sa fracture !  Sans aucune subtilité aucune, le voilà à la manœuvre pour susciter une fois encore la torpeur !  Après  le  terrorisme,  l'islamisme,  l'immigration,  les  banlieues,  ....  C’est  au  tour  de  la  menace  d'une  déroute électorale face à cet épouvantail politique que constitue un Front national revigoré ; un Front  national dont non seulement ce camp ‐ de plus en plus retranché ‐ n'a pas hésité à épouser les thèses  les  plus  radicales et  stigmatisâtes mais  il  n'a  cessé  de donner  un  contenu  politique  et  une  traduction  législative dans des lois sécuritaires plus liberticides les unes que les autres !  Profitant de la complicité ‐ passive ou active, selon les cas ‐ de journalistes médiocres qui s'aventurent,  sans doute en plein accord avec leur rédaction politique ‐ à livrer des commentaires tous plus ridicules  les  uns  que  les  autres  tant  ils  ne  prennent  jamais  en  compte  les  marges  d'erreur  qui,  en  pareille  circonstance, interdisent quelque conclusion que ce soit, ceux qui cherchent à se maintenir au pouvoir à  tout  prix  ne  visent  qu'une  seule  chose  :  dissuader  les  candidatures  alternatives  en  les  mettant  responsables d'un échec annoncé ! Et éviter les primaires, à gauche comme à droite !  Décidément,  Noam  Chomsky  a  une  fois  encore  raison  ("Dix  stratégies  de  manipulation",  de  Noam  Chomsky ) !  La  France  parviendra‐t‐elle  à  en  finir  avec  cette  dictature  de  ces  "élites  parisiennes" qui  n'ont  aucun  scrupule à piétiner la démocratie et, avec elle, les citoyens, quel qu’ils soient ?  Et si Nicolas Sarkozy ni Dominique Strauss‐Kahn n'étaient finalement pas candidats ! .....         http://www.20minutes.fr/presidentielle/682530‐politique‐sondages‐l‐absence‐transparence‐peut‐ favoriser‐manipulations‐opinions  Publié le 7 mars 2011.  20 minutes‐ France  Página 39 de 98   


Maude Pierron  Présidentiels    Sondages: «L'absence de transparence peut favoriser les manipulations d'opinions»      INTERVIEW – Jean‐Pierre Sueur, sénateur socialiste du Loiret, a préparé une proposition de loi visant à  encadrer les sondages avec un sénateur UMP...  Vous  êtes  remontés  contre le sondage Harris  Interactive  publié  ce  week‐end  qui  donne Marine  Le  Pen en tête au premier tour, pourquoi?    Les chiffres sont discutables. D’abord on ne connaît pas le chiffre brut de Marine Le Pen et comment il a  été  redressé.  Selon  les  instituts,  le  score  du  FN  est  multiplié  par  2  ou  par  3  parce  que  les  gens  qu’ils  votent pour le FN. Mais la référence du redressement, c’est Jean‐Marie Le Pen. Pour Marine Le Pen, il  n’y a pas de précédent. Ensuite, il s’agit d’un «échantillon issu d'un échantillon représentatif», précise le  journal: on ne sait pas vraiment ce que c’est. Enfin,  l’institut ne donne pas la marge d’erreur. Or, dans  un tel sondage, il est au minimum de 2%, et dans ce cas, cela change tout [il y a 2% de différence entre  Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy et Martine Aubry].  Diriez‐vous comme Benoît Hamon que ce type de sondage participe d’une manipulation de l’opinion?  On  peut  dire  en  tout  cas  que  l’absence  de  transparence et  de  rigueur  en  matière  de  sondage  sur  ces  questions fondamentales peut favoriser les manipulations d’opinion.  L’institut va refaire un sondage en testant cette fois François Hollande et DSK, c’est une bonne chose?    On  ne  pourra  pas  comparer  les  deux  sondages  tout  simplement  parce  qu’il  y  aura  un  effet  d’halo  du  premier  sondage  sur  le  second.  Les  réponses  des  sondés  interrogés  pour  le  second  sondage  seront  conditionnées par le premier: les électeurs de gauche peuvent par exemple surréagir. On ne pourra rien  dire de ce sondage qui va paraître comme on ne pouvait absolument pas déduire du premier sondage  que Marine Le Pen serait en tête du premier tour.  Il  y  a  une  boulimie  de  sondage  en  France,  à  quatorze  mois  seulement  de  la  présidentielle,  c’est  inquiétant?    On est parmi les champions du monde du sondage. On en fait en moyenne trois par jours et vingt par  semaine. Mais l’excès de sondage peut avoir des effets délétères. C’est pourquoi il faut de la rigueur, de  la sincérité et de la transparence. Des élus passent leur temps à ausculter les sondages et à se demander  comment  satisfaire  l’opinion.  Mais  si  la  classe  politique  n’agit  que  comme  ça,  elle  va  devenir  inintéressante. On ne peut pas vivre jusqu’à la présidentielle, en ayant les mêmes débats que ce week‐ end  sur  des  sondages  discutables  et  avec  des  accusations  de  manipulation.  C’est  pourquoi  il  est  absolument  indispensable  que  la  proposition  de  loi  que  nous  avons  préparée  avec  le  sénateur  UMP  Hugues Portelli, adoptée à l’unanimité au Sénat soit votée. Quand on voit les débats actuels, on ne peut  pas  nier  qu’il  y  a  un  problème.  Ce  serait  dans  l’intérêt  de  tout  le  monde,  des  élus,  de  l’exécutif,  des  sondeurs, des Français. Ces débats, c’est le meilleur argument pour  faire adopter notre proposition de  loi.    Que préconisez‐vous?    Nous  voulons  de  la  rigueur  et  de  la  transparence.  Pour  cela,  les  instituts  seraient  obligé  de  dire  qui  finance les sondages, de publier les questions telles que posées aux sondés, de donner la marge d’erreur  Página 40 de 98   


pour chaque étude et enfin de dévoiler la méthode utilisée pour le redressement. On ne demande pas à  ce  que  ces  données  soient  publiées  dans  l’immédiat  mais  qu’elles  soient  transmises   la  veille  à  la  commission des sondages et que chacun puisse ensuite consulter les chiffres bruts. Les sondeurs nous  disent: «ce sont nos secrets de fabrication» et de l’autre côté, ils nous disent qu’ils font de la science. Il  faut savoir. S’ils font de la science, il faut avoir une attitude scientifique et mettre toutes les données sur  la table.       http://www.liberation.fr/politiques/01012332075‐les‐sondages‐mouton‐noir‐de‐la‐democratie  15 mai 20011  Libération   Politiques  Pauline Baumer                                          Les sondages, mouton noir de la démocratie?       En  mars  dernier,  la  publication  d’un  sondage  réalisé  sur  Internet  par  Harris  Interactive,  pour  «Le  Parisien», plaçait Marine Le Pen en tête aux prochaines élections présidentielles. Une vive polémique  s’en est suivie sur la réelle fiabilité des résultats d’une telle méthode quantitative. Le forum Libération  à Rennes est l’occasion de revenir sur le rôle que peuvent jouer les sondages dans l’opinion publique,  auprès des électeurs et des décideurs. Jean‐Pierre Sueur, rapporteur du texte de loi sur les sondages  adoptée au sénat, et Jérôme Sainte‐Marie, directeur du département politique et opinion au CSA, ont  débattu sur cette question.    « Le culte de l’opinion est un poison pour la démocratie » (JP Sueur)    « Tous les politiques sont esclaves de l’opinion ; le culte de l’opinion est délétère pour la démocratie ».  Jean‐Pierre Sueur est ferme sur ces positions : les sondages formatent la démocratie. Le public rennais a  d’ailleurs  manifesté  une  certaine  méfiance  vis‐à‐vis  des  instituts  de  sondage.  L’idée  selon  laquelle  les  sondages seraient synonymes d’irrespect est aujourd’hui partagée. Jérôme Sainte‐Marie en convient. Il  a tenu à démystifier « le fantasme d’un enfermement de l’avenir ». Et ce ne fut pas chose facile.  Dans leurs projets de lois, Messieurs Sueur et Portelli exigent une régulation et une transparence totale,  garante  de  la  scientificité  des  résultats.  C’est  la  confiance  qu’il  faudrait  accorder  aux  sondages  qui  inquiète. Et notamment l’interprétation de la montée du Front National.  La  méthode  des  quotas  utilisée  en  France  prend  en  considération  un  échantillon  de  personnes  représentatif.  Mais  Jean‐Pierre  Sueur  a  tenu  à  souligner  l’importance  de  la  marge  d’erreur :  plus  ou  moins 3 % malgré le redressement effectué en aval par les instituts de sondage. Jérôme Sainte‐Marie a  décrit  la  méthode  utilisée  pour  corriger  les  résultats  bruts :  « L’information  brute  est  par  nature  très  approximative  donc  nous  prenons  une  élection  de  référence  pour  se  rapprocher  de  la  réalité. »  Il  en  ressort une information crédible.  Alors,  comment  expliquer  la  surprise  de  2002 ?  A  cette  époque,  les  médias  n’avaient  pas  émis  la  possibilité  d’un  renversement  des  résultats  entre  Jospin  et  Le  Pen  ‐  17%  pour  l’un,  14%  pour  l’autre  avant le 21 avril 2002. Vincent Giret, directeur délégué de Libération et modérateur de la conférence,  Página 41 de 98   


l’avoue : «Pour nous journalistes, c’était de l’ordre de l’impossible.» Si les Français avaient été informés,  ils auraient peut‐être voté utile dès le premier tour.      Une opinion manipulée ?    Le sénateur socialiste réclame alors que la commission des sondages et les médias communiquent sur  les chiffres bruts, la méthode utilisée et les questions posées. « La bonne solution c’est la transparence  quant  aux  méthodes,  le  redressement  est  normal.  Mais  la  marge  d’erreur  doit  être  dite  afin  que  les  électeurs  s’y  habituent ».  La  réponse  de  Jérôme  Sainte‐Marie  fuse :  « je  pense  que  la  transparence  absolue rendrait impossible le fonctionnement réel des sondages. »  Les sondages ne sont pas une science dure mais une science sociale. Un auditeur s’interroge ainsi sur le  degré  de  manipulation  de  l’opinion  par  l’intermédiaire  des  sondages.  Les  discours  des  hommes  politiques  n’iraient‐ils  pas  dans  le  sens  des  résultats  de  ces  enquêtes?  Les  différents  ministères  commandent des sondages afin de connaître les satisfactions et les demandes de la population. Jean‐ Pierre Sueur admet que les sondages sont un bon indicateur. « Mais ce sont des outils parmi d’autres, le  moteur  du  débat  politique  ne  sont  pas  les  sondages  mais  les  idées  des  hommes  politiques,  ce  que  je  pense », argumente Jean‐Pierre Sueur. Avant de conclure sur une citation de Bourdieu : « l’opinion n’est  pas une donnée, c’est un produit ! »                               

  Página 42 de 98   


446734

 

La directrice Christine Ockrent quitte l’AEF       À partir d’une nouvelle très importante pour les moyens de communication en France, les journaux, Le  Nouvel  Observateur,  Le Monde  et  Le  Figaro,  ont  confirmé  le  départ  de  Christine  Ockrent,  directrice  générale  de  l’audiovisuel  extérieur  de  la  France  (AEF).  L’audiovisuel  extérieur  de  la  France  est  une  société qui supervise et coordonne les activités de la radio et   de la télévision publique, détenues par  l’état avec une diffusion internationale.  À travers l’interview qui a fait le journal Le Figaro à madame Ockrent, les autres journaux soulignent les  mots  précises  de  Christine  Ockrent,  «je  prends  acte  de  ma  révocation  déguisée  et  sans  motif »  pour  mettre en évidence la position de Madame Ockrent face au évènement.  La  situation  initial  de  cette  problématique,  remarquent  le  monde  et  le  figaro,  était  une  guerre  entre  Alain de Pouzilhac PDG et Christine Ockrent. Cependant, seulement Le Figaro souligne que la guerre a  commencé  avec  les  rumeurs  de  remaniement  ministériel.  Aussi  le  journal  Le  Figaro  est  le  seul  qui  a  montré l’opposition de Madame Ockrent à propos de la fusion de rédaction entre France 24 et RFI. De  plus, les journaux Le Monde et Le Figaro, remarquent une situation d’espionnage à l’intérieur de l’AEF.  Le Nouvel Observateur et Le Figaro font  référence à la situation de Madame Ockrent par rapport à ses  sentiments de souffrance et d’isolement  dans cette circonstance. Finalement les trois journaux mettent  en évidence que Christine Ockrent maintient un processus juridique pour montrer qu’elle a été victime  d’une campagne pour la discréditer.    254 mots                                    Página 43 de 98   


Thème 

Idées égales 

Idées  différentes

Départ de l’AEF 

Les  trois  journaux  confirment    le  départ  de  Christine  Ockrent,  directrice  générale  de l’AEF.   

 

Témoignage‐ interview 

‐Interview fait par le Figaro.    ‐les  autres  deux  journaux  et  ses notes pour les reportages.  ‐  citation  «je  prends  acte  de  ma  révocation  déguisée  et  sans motif. »    ‐Selon Le Monde et Le Figaro,  il  existait  une  guerre  entre  Alain  Pouzilhac  et  Christine  Ockrent. 

 

Guerre 

Accusation 

Le  journal  Le  Monde  et  Le    Figaro  remarquent  une  situation  d’espionnage  dans  l’AEF.  Situation‐ ‐Le  Nouvel  Observateur  et  Le    sentiments‐peine  Figaro font une référence à la  situation de Madame Ockrent  par  rapport  à  ses  sentiments  de  souffrance  et  d’isolement  dans cette situation.  Processus  Les  3  Journaux  mettent  en    évidence  que  madame  Ockrent  maintient  un  processus  légal  pour  montrer  qu’elle  a  été  victime  d’une  campagne  de  pour  la  discréditer.       Página 44 de 98   

Idées complémentaires 

‐Le  Figaro  fait  référence  au  début  de  la  guerre  entre  les  deux personnages.  ‐La  rupture  des  relations  a  commencé  avec  les  rumeurs  de remaniement ministériel.  ‐  Le  journal  Le  Figaro  montre  l’opposition  de  Christine  Ockrent à propos de la fusion  de  rédaction  entre  France  24  et RFI     

 

 


Bibliographie    • [En  línea]  disponible  en:  Christine  Ockrent  annonce  son  départ  de  l'AEF  http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/media/20110525.OBS3932/christine‐ockrent‐ annonce‐son‐depart‐de‐l‐aef.html   01/06/2011.     • [En  línea]  disponible  en:  Mme  Ockrent  annonce  son  départ  de  l'AEF  http://www.lemonde.fr/actualite‐medias/article/2011/05/26/mme‐ockrent‐annonce‐son‐ depart‐de‐l‐aef_1527654_3236.html  01/06/2011.    • [En  línea]  disponible  en:  Christine  Ockrent  :  «Pourquoi  je  quitte  l'AEF »  http://www.lefigaro.fr/medias/2011/05/25/04002‐20110525ARTFIG00667‐christine‐ockrent‐ pourquoi‐je‐quitte‐l‐aef.php   01/06/2011.                                                           

Página 45 de 98   


446782     L’affaire DSK. Une des nouvelles de laquelle Les medias  en profitent  pour augmenter leurs chiffres  d’audience    L’affaire (Dominique Strauss‐Kahn) ayant eu lieu pendant la deuxième moitié du mois de mai a permis la  continuation  de  l’élan  que  les  médias  étaient  en  train  d’obtenir  surtout  pendant  ce  mois  grâce  aux  plusieurs évènement qui se sont passés au niveau mondial, tel que le signalent les journaux Figaro, Le  Monde, et  Libération.  D’abord  le  Figaro  met  en  évidence  le  sujet  de  cette  affaire,  l’agression  sexuelle  qu’une  femme  de  chambre d’un hôtel affirme avoir subi  de la part de DSK, délit à cause duquel ce personnage se trouve  menacé d’être condamné à plusieurs années de prison. Étant donné que cette genre de nouvelles n’est  pas si courant  Le Figaro Et Le Monde suggèrent que c’est grâce à la vague de épisodes exceptionnels  que les médias ont compris que le fait de passer pendant toute une journée une émission spécial parlant  de  ces  épisodes  peuvent  augmenter  jusqu’à  quatre  fois  l’audience.  Du  côté  des  chaînes,  le  figaro  le  constate  en  faisant  une  comparaison  entre  les  horaires  et  les  tours  que  les  émissions  télévision  ont  mené afin de couvrir les moindres détails de cette nouvelle. D’autre part Libération ajoute l’explication  des chiffres concernant la fréquence de consultation à propos de ce sujet, de cette manière précise que  150000 titres de journal ont eu relation avec DSK entre le 15 et le 22 mai.  Le  journal  Le  Monde  s’interroge  sur  la  culpabilité  et  l’influence  des  journalistes  dans  la  pensée  des  citoyens,  et  démontre  que  le  fait  de  aller  plus  au‐delà  de  là  où  l’on  va  maintenant  peut  être  un  bon  nouveau modèle de journalisme, plus intéressant aujourd'hui que les nouvelles extraordinaires comme  l’affaire DSK ont beaucoup d’accueil chez les public.    276 mots    BIBLIOGRAPHIE   ‐ Derreumaux, Olivia «les médias ont adapté leurs dispositif à l’affaire DSK » .  Le Figaro.17 mai 2011. [En  ligne]Disponible sur : http://www.lefigaro.fr/medias/2011/05/16/04002‐20110516ARTFIG00755‐les‐ medias‐ont‐adapte‐leur‐dispositif‐a‐l‐affaire‐dsk.php    ‐ Vitkine, Benoît «  Affaire DSK : le procès des journalistes »  Le Monde. 18 mai 2011.  [En  ligne]Disponible sur : http://www.lemonde.fr/dsk/article/2011/05/20/affaire‐dsk‐le‐proces‐des‐ journalistes_1524766_1522571.html       ‐« U nes" consacrées à DSK » Libération. 20 mai 2011 [En ligne]Disponible sur :   http://www.liberation.fr/medias/01012339859‐chiffre       Página 46 de 98   


L’affaire DSK . les medias  en profitent  pour augmenter  leurs chiffres d’audience  

    • Texte 1 (1): Le Figaro           Les médias ont adapté leurs dispositifs à l'affaire DSK  • Texte 2 (2): Le Monde         Affaire DSK : le procès des journalistes   • Texte 3 (3): Libération       Chiffre. "Unes" consacrées à DSK   Titre  Idée  Idées identiques Idées différentes Idée  complémentaires  Une belle époque de  nouvelles peu courantes 

 

 

Les divers médias ont  couvert la nouvelle 

Chiffres (1)(3) 

Les chaines de  télé(1)  Les journaux (2)(3) 

Le rôle des journalistes et  des médias  

Peu respecte par  rapport à  l’intimité(2)  Subjectivité des  journaux(1) (2) 

 

       

Página 47 de 98   

Qu’est‐ce qui s’est  passé(1)  D’autres nouvelles du  même type ont aidé à  la centralisation de  l’attention du  public(1)(2)    Plus d’audience en  général dans le  chaînes  informatives(1)  Habitude de couvrir  les nouvelles de ce  type(1)    Nouveau modelé  d’obtenir et présenter  l’information(2) 


446813

 

Ils ne sont pas isolés    Les auteurs Christian Gauteillers, Jacques Piette et ceux de l’organisation UNESCO abondent, dans leurs  textes, le sujet de l’éducation aux médias pour élucider son portée ; ayant comme justification la forte  influence qui a les divers médias chez les personnes, surtout chez les jeunes. De cette façon, on signale  important  la  mise  en  marche  des  programmes  éducatifs  dans  ce  domaine,  pour  dresser  la  vision  et  utilisation des ceux et les montrer comme quelque chose d’étroite dans la vie des personnes, comme le  sont :  le  CREM  avec  son  projet  « moi  je  lis  entre  lignes »  et  MENTOR  avec  son  kit‐manuel  appuyé  par  l’UNESCO. Ces deux documents se centrent sur des buts qui doivent être liés au vrai développement des  compétences  et  habiletés  dans  un  premier  lieu  chez  les  apprenants  et  enseignants et  puis,  chez  les  parents  et  professionnels.  Quelques  compétences,  accordées  aussi  dans  le  premier  article,  sont  ceux  d’un  développement  d’une  pensée  critique  chez  les  personnes,  rendre  conscient  aux  personnes  des  droits et devoirs envers les médias dans leur vie, se familiariser avec les technologies, parmi d’autres.   En  conclusion,  ils  sont  unanimes  pour  remarquer  la  nécessité  de  former  des  citoyens  analytiques  dès  leurs premières années de vie car, bien que les medias soient une source importante d’information et  un loisir pour certains, il est très important de voir au fond ces différentes représentations présentées et  de n’est pas penser à ceux comme un moyen isolé de la formation des personnes, il est nécessaire donc  de mettre l’accent sur leur affermissement dans l’éducation des personnes.    260 mots    Bibliographie    LES JEUNES ET LES MÉDIAS, au‐delà d’un enjeu d’éducation, un enjeu de société majeur  http://www.collectifciem.org/spip.php?page=imprimer&id_article=65    Développer la pensée critique des élèves par l'éducation aux médias ‐ Jacques Piette:    http://www.viepedagogique.gouv.qc.ca/numeros/129/vp129_42‐45.pdf    Education aux médias  http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001492/149278f.pdf                   Página 48 de 98   


ARTICLES   

SOURCE ET  DATES      TITRES    

LES JEUNES ET LES MÉDIAS,  au‐delà d’un enjeu  d’éducation, un enjeu de  société majeur   

DÉVELOPPER LA PENSÉE  CRITIQUE DES ÉLÈVES  PAR L’ÉDUCATION AUX  MÉDIAS   

L’ÉDUCATION AUX MÉDIAS : un kit à  l’intention des enseignants, des  élèves, des parents et des  professionnels   

Par Christian Gautellier  http://www.collectifciem.org /spip.php?page=imprimer&id _article=65  27 mars 2007   

par Jacques Piette http://www.viepedagogique. gouv.qc.ca/numeros/129/vp1 29_42‐45.pdf  novembre ‐ décembre 2006 

Par l’UNESCO  http://unesdoc.unesco.org/images/0 014/001492/149278f.pdf  2006    

 

 

Intégration des médias dans  l’éducation = Programme  éducatif scolaire CREM.   Projet « moi, je lis entre  lignes » 

Intégration des médias dans  l’éducation =   Kit‐manuel développé par le projet  « MENTOR » appuyé par l’UNESCO.   

   

Importance des  Usage courant et répandu  médias  des médias de la part des    jeunes.  Faire une charte intégrante  pour les projets d’éducation  Principales buts  aux médias.    Former des jeunes citoyens.  Qui sont  Enfants, jeunes.  concernés ?  

Former des personnes avec  une pensée critique envers  les médias et leur utilisation.  Jeunes apprenants,  enseignants.  

                      Página 49 de 98   

Intégrer l’éducation aux médias dans  toutes ses dimensions.   Développer des connaissances et  aptitudes.  Jeunes apprenants, enseignants,  parents, professionnels des médias. 


Idées  identiques 

446818  

Idées  différentes 

Idées  complémentaires 

 

  La fiabilité d’internet, Comment valider une information?  À propos des médias, l’internet est le plus utilisé, dont sa fiabilité est un sujet controversé et polémique  vu l’incertitude de ses contenus. C’est pourquoi ces trois documents et cette vidéo nous sont proposés,  afin d’élucider les points de validation d’une information.    L’internet sert principalement pour se renseigner académiquement, par conséquence, la méthodologie  pour rechercher est indispensable. Soit en utilisant un moteur de recherche ou un méta‐moteur, soit les  annuaires des sites qui registrent les modifications, il faut qu’on identifie les mots‐clés qui permettront  discerner  les  informations  pertinentes  et  qualifiés  d’accort  au  but.  Aussi,  pour  bien  choisir,  il  est  impératif connaître l’intention du site duquel elles proviennent.   Néanmoins,  des  pièges  qu’on  doit  éviter  apparaissent,  parmi  eux,  les  informations  incertaines,  où  parfois  on  trouve  les  utilisées  wikis,  puisque  tous  les  internautes  peuvent  apporter  leurs  savoirs,  donnant  contenus  non  incontestables.  Aussi  la  présence  des  info‐pollutions:  la  surabondance,    la  médiocrité,  la  manipulation  et    l’invasion    publicitaire  de  l’information  empêchent  de  trouver  les  résultats adéquats.   Les  auteurs  partagent  l’idée  d’une  série  de  donnés  à  valider  fiables.  D’abord  on  établit  la  source  du  document comme respecté, puis on constate la formation académique d l’auteur, après on identifie le  type d’article et ses nuances. Quand même, on peut simplement comparer plusieurs sites ou d’autres  supports comme physiques et utiliser des logiciels pour recouper résultats dans une seule application.   Cependant  l’évaluation  humaine  est  plus  significative,  car  toute  information  est  produit  d’un  regard  humain, c’est pour cela que dans la bonne formation des étudiants réside la solution.  On connait des moyens pour valider des informations quoiqu’il existe des informations peu fiables, aussi  une solution à future a été proposée.     Bibliographie    •

SALVARY,  Benoit.  L’information  sur  Internet,  fiable  ou  pas  fiable?  Ou  comment  valider  une  source,  valider  une  information. En : Benobis, l'Internet en bibliothèque (en ligne) publié le 18 novembre 2008. [Consulté le 2 juin 2011]  Disponible  sur :  http://www.benobis.net/news/linformation‐sur‐internet‐fiable‐ou‐pas‐fiable‐ou‐comment‐valider‐ une‐source‐valider‐une‐information/  

La  fiabilité  d’internet.  Au  CDI  du  Collège  Saint  Gauthier  (en  ligne)  [consulté  le  2  juin  2011]  Disponible  sur :  http://cdisaintgauthier.e‐monsite.com/rubrique,la‐fiabilite‐d‐internet,320991.html  SERRES, Alexandre. Evaluation de l’information sur Internet : le défi de la formation.  [Consulté le 2 juin] Disponible  sur : http://hal.inria.fr/docs/00/10/84/34/PDF/ArticleEvaluationInfoBBF.pdf 

 

• •

Vidéo]  Recherches sur Internet : quelle fiabilité ? Disponible sur : http://www.dailymotion.com/video/xf5pqr_recherches‐sur‐ internet‐quelle‐fiab_lifestyle    

Página 50 de 98   


Se  renseigner  pour  faire  des    devoirs (Vidéo) (art3) 

Le but de rechercher      La recherche       

  À Propos des contenus          

 

    En  identifiant  les  mots‐  clés  du  sujet (art1) (vidéo)  En  utilisant  les  moteurs  de  recherche  ou  les  métas  moteurs  (art1)  (vidéo)   les annuaires des sites (art1) 

  Sélectionner l’information afin de  ne  garder  que  ce  qui  nous  intéresse,  On  ne  doit  pas  choisir  le premier résultat (vidéo)  (art2) 

    Différents  types  provenant  des  différents  types  des  sites  (art1)  (art2)  La  pertinence  et  la  qualité  de  l’information en relation avec but  (art3)  

  Il y a une préférence par rapport  aux  sites  informatifs  (art1)  (vidéo)   

  Les pièges           

    Informations incertaines     Les canulars, (art1)  Les  incertitudes  historiques,  scientifiques..(art1)  Le plagiat (art1)  Les sites douteux (art1)  Les  wikis (art1) (vidéo)  

 

 

La    vérification  informations         

 

Info‐pollutions (art3)   La  surabondance    de  résultats   La  désinformation  et  de  la  médiocrité de l’information  la manipulation des infos par  des organisations   L’invasion  publicitaire     Vérifier  dans  plusieurs  sites.  (art2) (vidéo)  Recouper  les  informations  avec  un logiciel  (art1)       Utiliser  des  autres  supports  (Vidéo) 

des 

  Vérifier  les  renseignements  de  l’auteur  (art1)  (art2)  (art3)  (vidéo)   Valider  la  source  (art1)  (art2)  (art3) (vidéo)  Identifier  le  type  d’article/  site  (art1) (art2) (art3)    Faire  attention  aux  pièges  (art1)  (art2) (art3) (vidéo) 

      l’évaluation  humaine :  aucun outil ou procédé  technique  ne  pourra  jamais  la  remplacer     (art3)          

 

Página 51 de 98   

  Avec des informations préalables  (art3)  La  formation  des  usagers  à  l’évaluation  des  informations  est  élémentaire (art3) 

En  évaluant  la  pertinence  et  la  qualité de l’information (art3)           On  doit  consulter  les  différents  onglets des sites (vidéo)  


FORUMS

   

Página 52 de 98 


Université Nationale de Colombie  Faculté de Sciences Humaines  Département de langues Etrangères  Premier semestre 2011  Français 5‐Communication écrite  Professeur Véronique Bellanger  Forum No1        Texte original de l’étudiant   

Texte corrigé de l’étudiant  NOUVELLE  LOI  ORGANIQUE  D’EDUCATION  SUPERIEURE    ARTICLE 111. Le Gouvernement National est autorisé à créer une société d’économie mixte attachée au  Ministère  d’Éducation  Nationale,  qui  opérera  sous  le  nom  de  Société  pour  la  promotion  de  l'investissement  privé  dans  l'enseignement  supérieur,  résident  à  Bogotá,  constituée  comme  société  publique dont le principal objectif sera d’agir comme instance qui structure des projets pour attacher du  capital privé à la prestation du service public d’éducation supérieur. Son administration corporative sera  intégrée  par  :  l’assemblée  générale  d’actionnaires,  qui  sera  l’organe  suprême  de  gouvernement  ;  le  conseil  directif,  où  seront  cinq  membres  principaux,  désignés  par  l’assemblée  ;  et  le  gérant  général,  nommé  para  le  conseil  directif,  qui  sera  le  représentant  légal.  Le capital social sera constitué de contributions des partenaires.        Légende des corrections :  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement    Commentaires du professeur : ***  Pour la partie de la rédaction, c’est un bon travail, les premières corrections avaient été faites en classe.  Dans un cours de traduction, il faudrait bien peaufiner ce que vous proposez pour être bien sûr.    Intervention sur le forum  Página 53 de 98   


Bien que l’objectif du cours de français 5 ne contemple pas des activités de traduction, l’introduction de  cet exercice aura été pertinent car il aura permis de travailler  non seulement sur la rédaction du texte,  mais aussi  de donner à la classe un outil de réflexion sur les problématiques actuelles de l’UNAL et de  l’éducation  générale  en  Colombie, sans  pour  autant  s’éloigner  de  ses  activités  académiques.  Et  quelle  arme plus puissante pour combattre des problèmes que la connaissance, le savoir…..                                      Texte original de l’étudiant     

  Texte corrigé de l’étudiant  Je crois  que c’est un  moyen  pour donner  un budget important pour le développement  de l’éducation  publique, mais c’est insuffisant, je suis d’accord avec Leslie et Juliana… avec l’idée de prendre en compte  les articles et les énoncés pour qu’ils ne soient pas ambigus, plus spécifiquement pour les personnes qui  vont  prendre  les  décisions  les  plus  importantes  pour  l’avenir  de  l’université.  Je  fais  référence  à  ca,  parce  que  j’ai  écouté  dans  les  journaux  télévisés,  que  les  décisions  clés  seront  prises  par  les  universités,  et  non  pas  par  le  gouvernement  ou  les  organismes  privés,  cependant  selon  Página 54 de 98   

Eliminado: cet  Eliminado: ’avoir en compte Eliminado: ambiguës Eliminado: sistions Eliminado: désistions Eliminado: pris 


quelques commentaires des étudiants, les décisions clés et la destination du budget, seront‐ils pris par  les directives du gouvernement ou les organismes privés.  Commentaires du professeur : **  En ce qui concerne la rédaction du texte sur le forum, il ya essentiellement des fautes d’orthographes, et  on aurait pu penser que votre intervention serait plus conséquente, nous voulons dire pas aussi courte.  Vous ne nous laissez pas beaucoup matière à corriger.  Intervention sur le forum  Intervention qui a le mérite de soulever le problème de l’ambigüité au moment de lire, d’interpréter et  mettre  en  application  les  articles  de  cette  loi.  Il  semblerait  que  ni  les  journaux  télévisés,  ni  les  organismes de l’éducation publique, ni les étudiants n’en aient la même lecture et compréhension. Ce  qui  a  pour  conséquence  de  dévier  la  problématique  de l’article 111  à  la  nomination  des  responsables  des institutions éducatives, laissant de côté le problème réel : le financement.         Texte original de l’étudiant   

Eliminado: les dé Eliminado: s Eliminado: t

 

  Texte corrigé de l’étudiant   Bien  que  la  Loi  30  ne  soit  qu’une  réforme  pour  régler  l’éducation  supérieure  et  «  solutionner  »  les  problèmes  financiers  des  universités  publiques  du  pays,  le  gouvernement  a  oublié  de  consulter  et  discuter avec l’acteur principal: la communauté universitaire.  Selon  un  article  de  l’Agence  de  Nouvelles  UN  les  présidents  d’université  des  Institutions  Educatives  telles que l’Université Nationale, l’Université Jorge Tadeo Lozano, l’Université UDCA, etc. ; ont exprimé  leur  désaccord  en  ce  qui  concerne  la décision  du  Gouvernement  donc  celui‐ci  n’a  tenu  en  compte  ni  l’avis  académique  ni  l’opinion  de  ASCUN.  De ce  fait, quelques présidents d’université avaient demandé de réviser la loi qui  régissait l’éducation  supérieure car il était nécessaire de modifier et reformuler quelques aspects de l’éducation. Cependant  le  Ministère  d'Education  Nationale  n'a  pas  consideré  important  ni  valable  le  point  de  vue  de  la  communauté éducative.         Página 55 de 98   

Eliminado: recteurs Eliminado: l’ Eliminado: recteurs Eliminado: c’ Eliminado: c Eliminado: m Eliminado: e Eliminado: n Eliminado: e Eliminado: non plus


Commentaires du professeur : **  Il est intéressant de voir comment vous essayer d’illustrer au niveau linguistique le non respect du  gouvernement des démarches à suivre pour faire des réformes dans le système éducatif, par contre,  vous avez tendance à laisser glisser vos opinions dans des interférences au niveau de la rédaction, ce qui  fait que vous arrivez malheureusement à produire l’effet contraire désiré. Les interférences se  retrouvent aussi dans l’utilisation du vocabulaire, de l’orthographe et de la grammaire. Au niveau  méthodologique, on peut apprécier votre esprit de synthèse et votre capacité à vous concentrer sur un  seul point, c’est bien.et Où est le vocabulaire du changement ?    Intervention sur le forum  Karla, vous avez raison, il est regrettable de voir que la communauté universitaire ne soit pas prise en  compte  dans  l’article  qui  nous  concerne  (N°111).  On  peut  ainsi  observer  que  cette  loi  jette  les  bases  d’une nouvelle conception de l’éducation avec très peu de participation provenant de la communauté  universitaire,  que  ela  est  aussi  contradictoire  avec  toutes  les  politiques  de  l’accréditation  qui  vient  à  intégrer  tous  les  acteurs  du  système  éducatif  pour  améliorer  un  cursus.  Il  serait  intéressant  de  savoir  pourquoi ils ont réduit le nombre de personnes au niveau de la gérance, qu’est‐ce que cela a à voir avec  le  financement,  et  pourquoi  il  n’y  a  plus  les  étudiants  (selon  la  traduction  de  César).  Seraient‐ils  les  nouveaux actionnaires.  On  peut  voir  lá  aussi  qu’il  y  a  un  grand  flou  au  moment  d’interpréter  les  informations,  comme  le  signalait Carlos. Il faudrait en effet se mettre d’accord sur les positions prises par les universités, que ce  soit avec Carlos ou Macie. Ainsi, dans le texte de Jesús Macchi, on a l’impression que l’Unal appuie cette  réforme, tandis que dans le votre, elle affirme que l’Unal a pris position contre cette loi, alors, lequel des  deux dit juste ? Comment un même article de la loi peut être interprété différemment ? Où est la faille ?  Est‐ce  cela  serait  du  à  une  lecture  défaillante  des  articles  parus  dans  la  presse ?  ou  un  manque  de  fiabilité dans les sources portant sur ce sujet ?                                  Texte original de l’étudiant 

Página 56 de 98   


Texte corrigé de l’étudiant 

La  reforme  à  l’éducation  supérieure  publique,  selon  le  brouillon  présenté  par  le  présidente  Santos,  cherche à transformer essentiellement les rapports entre le secteur privé et le secteur public en ce qui  concerne  á  la  formation  de  professionnels.  Ce  genre  de  bouleversement  est  possible  parce  que  la  nouvelle loi donne un rôle principal aux intérêts des propriétaires du capital, qui décideront où investir  leur argent et, en conséquence, seront capables d’influencer sur la prestation du service éducative de la  même  façon  qu’ils  le  font  dans  les  marches.  Cette perspective est exprimée par le recteur de l’Université Nacional en disant que la privatisation se  produira sur le cadre de la qualité et sans faire disparaitre la figure d’université publique. Mais, laisser à  cette  dernière  sans  moyens  (faible  et  sans  budget)  et  la  jeter  à  la  lutte  avec  les  entités  privées  et  le  nouveau monstre mixte, produira les mêmes résultats que sa dissolution. C’est‐à‐dire que, permettre au  gouvernement  la  tuer  d’une  lance  avec  une  loi  de  privatisation,  nous  rapportera  des  conséquences  semblables à lui permettre le faire lentement en l’offrant aux vicissitudes du profit des hommes qui ont  le  seul  vice  de  l’avarice.  Finalement,  on  n’est  pas  si  loin  de  la  vérité  si  on  affirme  que  la  nouvelle  loi  c’est  un  outil  audacieux,  désigné  pour  réussir,  souterrainement,  la  destruction  d’une  des  dernières  possibilités  du  peuple  colombien de sortir de leur état de rusticité, aussi que pour le contrôler avec plus de facilité en cernant  définitivement le joug de l’ignorance sur sa tête.  Légende des corrections :  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement        Commentaires du professeur : **  C’est un texte très riche en vocabulaire et aussi en analyse, avec des fautes au niveau des interférences,  ce qui ne semble pas être difficile à corriger pour vous qui aimez travailler sur le style d’un texte    Intervention sur le forum 

Página 57 de 98   


Il  faudrait  aussi  se  mettre  d’accord  sur  les  positions  prises  par  les  universités.  Dans  votre  texte,  on  a  l’impression  que  l’Unal appuie cette  réforme, tandis que dans celui de Karla, elle affirme que  l’Unal a  pris position contre cette loi, alors, lequel des deux dit juste ? Où est la faille ? Est‐ce cela serait du à une  lecture défaillante des articles parus dans la presse ? Ou un manque de fiabilité dans les sources portant  sur ce sujet ?  D’un autre côté, vous décrivez une situation assez lugubre pour les universités publiques  avec cette nouvelle loi. Mais ne pensez‐vous pas que cela pourrait être pire si on continuait avec la loi  30 ? Ne sommes‐nous pas déjà engloutis sous votre affirmation ?: « Finalement, on n’est pas si loin de la  vérité si on affirme que la nouvelle loi c’est un outil audacieux, désigné pour réussir, souterrainement, la  destruction d’une des dernières possibilités du peuple colombien de sortir de leur état de rusticité, aussi  que pour le contrôler avec plus de facilité en cernant définitivement le joug de l’ignorance sur sa tête » .  Une réforme ne nous aiderait‐elle pas à donner un nouveau souffle ?                                        Texte original de l’étudiant                                  Página 58 de 98   


Texte corrigé de l’étudiant  La distribution du budget national que le gouvernement a décidé de pratiquer dans les dernières années  a  produit  du  non‐conformismes  chez  les  citoyens,  autrement  dit,  il  n’a  pas  été  si  efficient  qu’on  le  pensait car on peut y voir des conséquences du fait que le gouvernement aie donné moins d’importance  à  l’éducation  qu’à  d’autres  affaires,  fait  qu’au  même  temps  entraîne  des  conséquences  comme  ce  qu’aujourd’hui nous devions dépendre du budget privée pour continuer à être éduqués.   La  loi  dont  on  parle  fait  référence  à  la  transformation  que  le  système  d’éducation  supérieur  «  doit  »  avoir  concernant  la  nouvelle  source  d’argent  qui  emportera  un  bouleversement  du  concept  d’autonomie  par  rapport  au  fonctionnement  des  institutions.  Le  point  de  ce  question  est  de  savoir  jusqu’à  quel point ce  budget  va  diriger le processus d’éducation  et de recherche dans les institutions,  afin  de  recevoir  des  bénéfices  majoritairement  économiques.  Alors  on  doit  se  centrer  et  chercher  la  vraie cause du problème d’éducation, c'est‐à‐dire qu’on doit savoir si vraiment le pays ne produit pas la  quantité suffisant d’argent nécessaire pour améliorer au niveau de l’éducation ou si ce qu’il faut faire  c’est  de  réviser  et  proposer  une  réassignation  du  budget,  ce  qui  implique  une  regarde  minutieuse  de  tous les aspects concernant la situation socio‐économique du pays dans le but faire une distribution qui  soit proportionnelle aux besoins.            Légende des corrections:  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement        Commentaires du professeur : **  On  voit  dans  votre  texte  un  effort  dans  l’organisation  de  vos  idées  (arguments)  et  aussi  le  mérite  de  suivre  un  fil  conducteur.  On  remarque  néanmoins  des  difficultés  au  niveau  grammatical,  ce  qui  peut  aussi être considéré à des interférences. Il vous faut donc travailler sur ce point.    Intervention sur le forum  Votre intervention est intéressante car elle essaie d’aller au cœur du problème : l’argent. Cependant, il  nous  semble  un  peu  hasardeux  de  confirmer  que  tous  les  mals  de  l’éducation  proviennent  d’une  mauvaise assignation du budget, d’un manque de proportionnalité avec les autres budgets de l’Etat. Par  exemple, personne ne se pose la question de savoir si les ressources de l’état dans l’éducation son bien  gérées.  Qu’est‐ce  que  nous  faisons  en  tant  que  professeurs,  administratifs  ou  étudiants  pour  veiller  à  cette bonne gestion ? Devons‐nous le faire ? Pourquoi ne pas le faire ?  Aussi, il faut voir que la conception de l’éducation a changé. Nous vivons dans un monde globalisé, et  toutes les sociétés essaient de se mettre à la page… peut‐être que le gouvernement colombien a besoin  de mettre en place ce type de loi pour s’intégrer à ce monde.   Página 59 de 98   


L’analyse que vous proposez est donc intéressante, mais serait encore plus conséquente si vous essayez  d’intégrer  ces  autres  données.  C’est  un  peu  comme  lorsque  l’on  analyse  la  situation  actuelle  de  nos  formations. Beaucoup pourrait penser que les bons résultats obtenus aux examens ECAES(aujourd’hui  appelés  Examen  De  Estado  De  Calidad  De  La  Educación  Superior  SABER  PRO  )sont  dus  à  la  formation  donnée  par  centaines  filières,  mais  personne  ne  regarde  si  ces  étudiants  ne  provenaient  d’avance  de  bons collèges. Il est donc nécessaire de prendre en compte tous les facteurs avant d’affirmer quelque‐ chose, même si la tentation est forte. ☺                    Texte original de l’étudiant   

      Texte corrigé de l’étudiant     J'ai lu dans "EL TIEMPO" que même si on augmente le budget, les institutions d'éducation supérieure  auront  un  déficit  de  300  000  000  millions  de  pesos.  Donc,  on  a  besoin  d’une  solution  effective  pour  réussir  à  résorber  le  problème  sans  bouleverser  tout  le  système  déjà  institué  dans  le  pays.  Je  suis  d’accord avec Juliana puisque il aura toute une mutation par rapport à la loi 30 et il faut lire plusieurs  fois cette loi de façon qu’il n’y ait aucune double intention. Moi, je suis convaincue que la reforme de la  loi 30 soit suffisante pour améliorer la situation des universités publiques. C’est un processus beaucoup  plus long et difficile, où toutes les propositions à propos du sujet devraient être évaluées et tenues en  compte.  Légende des corrections:  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement      Página 60 de 98   


Commentaires du professeur : **  Petit texte, ma chère, mais avec une bonne réutilisation du vocabulaire du changement. On peut voir  quelques fautes de grammaire    Intervention sur le forum  Nous partageons votre avis concernant les moyens à mettre en œuvre pour améliorer la situation d’un  pays : évaluation, intégration de toutes les idées, lecture minutieuse de la loi.  Par exemple, la lecture minutieuse nous éviterait d’avoir des confusions quand nous avons deux sources  différentes :  celle  de  Macchie,  Carlos  et  Karla,  et  peut‐être  des  manipulations  de  la  part  de  certaines  personnes malintentionnées, c’est par la connaissance que l’on peut argumenter par la suite, Peut‐être  que  les  activités  que  nous  avons  faites  peuvent  être  une  invitation  à  ce  que  d’autres  personnes  le  fassent,  peut‐être  que  non,  car  est‐ce  que  l’on  peut  considérer  avoir  une  bonne  connaissance  de  la  situation en ayant étudié un seul article, voire deux, de la loi. Que se passe‐t‐il avec le reste ?   Et  comment  intégrer  toutes  les  idées ?  Est‐ce  que  cela  intéresse  le  gouvernement ?  Est‐ce  que  cela  intéresse les manifestants ?   Quant  au  concept  d’évaluation,  nous  sommes  tout  à  fait  d’accord.  Seule  celle‐ci  peut  aider  à  diagnostiquer les  problèmes voir s’il y  a  une  évolution,  etc.  Mais  reste  à  savoir  si  tout  le  monde  peut  évaluer et sait évaluer.                                                  Texte original de l’étudiant 

Página 61 de 98   


Texte corrigé de l’étudiant  On nous  a informé que cette  démarche se produisant en ce  moment n’est pas une  modification mais  une  loi  complètement  nouvelle  qui  restructure  le  secteur  de  l’éducation  supérieure  colombienne  profondément.  Il  existe  des  personnes  qui  pensent que  la  Loi  30  n’est  pas  ajustée  à  la  réalité  d’aujourd’hui ; et justement on peut assurer cela grâce ‘a l’information que nous a donné Juliana : cette  loi a été conçue en 1992 et il est discutable si même au présent les articles y présentés sont valables. De  ce fait, on peut apercevoir un non‐conformisme qui s’est dénoncé plusieurs fois en assurant que cette  loi est devenue un facteur de détérioration de la capacité financière des universités publiques. Il est bien  entendu  que  la  Loi  30  n’envisage  pas  des  faits  centraux  comme  l’autonomie  ;  il  existe  encore  une  confusion  à  propos  de  la  conception  des  types  d’Institutions  d’Éducation  Superieure;  aussi  la  loi  ne  contemple  pas  la  position  de  l’université  colombienne  dans  le  monde  ;  et  elle  a  été  rédigée  à  une  époque où l‘université n’était  aussi forte en  activité investigatrice. D'après ça, ce qui nous faut est  de  faire un analyse de ce qui propose cette nouvelle loi, critiquer ce qui soit pertinent, se bien renseigner  pour  faire  cela  et  si  possible  proposer  des  améliorations  avec  des  forts  arguments.  Comme  dit  le  camarade Cesar, il est possible que nous les étudiants ayons un impact dans les prises de décisions de  l'Université mais pour que ce soit possible il faut agir d'une façon intelligente.            Légende des corrections:  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement        Commentaires du professeur : ***  C’est un bon texte qui présente des fautes au niveau de la grammaire qui réutilise aussi le vocabulaire  du  changement  sans  pour  autant  innover.  L’argumentation  est  quant  à  elle  très  pertinente,  avec  une  Página 62 de 98   


grande capacité pour se poser les questions et non pas imposer des idées. C’est par ce chemin que l’on  peut faire avancer une discussion. C’est bien.    Intervention sur le forum  Vous insistez beaucoup sur le fait que la loi 30 est non seulement désuète pour notre contexte actuel,  mais qu’elle n’a pas eu les résultats attendus. Il serait bon de savoir pourquoi elle n’a pas fonctionné,  pourquoi elle est devenue un « facteur de détérioration de la capacité financière des universités  publiques? Comment peut‐on expliquer que de 1992 à 2011, la loi 30 n’ait pas pu élucider la « confusion  �� propos de la conception des types d’Institutions d’Éducation Supérieures». C’est seulement en ayant  les réponses à ces questions que l’on pourra mieux analyser les bien‐faits ou non de la nouvelle loi et se  demander en quoi la nouvelle loi va y arriver ? Selon quels moyens ? Comment est envisagée  l’assemblée générale d’actionnaires ? avec toute personne confondue ? est‐ce qu’ils auront finalement  défini le type d’institutions?  Est‐ce que la contribution de partenaires va solutionner le problème de la détérioration de la capacité  financière des universités publiques ? Pourquoi ne pas l’avoir fait par l’intermédiaire des impôts ?  Votre  intervention  soulève  beaucoup  de  questions,  encore  moins  des  affirmations,  c’est  une  bonne  invitation au débat ☺                            Texte original de l’étudiant 

Página 63 de 98   


Texte corrigé de l’étudiant  En 1992, on a créé la Loi 30 pour régler les institutions d'éducation supérieures, Néanmoins, après 19  ans  en  vigueur,  des  événements  qui  rendent  obsolet  cette  loi  ont  eu  lieu,  comme  le  gonflement  du  nombre  de  étudiants  dans  les  universités  publiques  et  la  stagnation  du  budget  depuis  13  ans.  Pour  trouver  des  solutions  aux  différentes  problématiques,  le  Gouvernement  a  proposé  un  brouillon  pour  réformer  la  loi  qui  bouleversera  la  façon  dont  on  conçoit  les  intitutions  d'éducation  supérieure  publiques. Le brouillon propose de réformes comme l'introduction de capital privé dans les universités  publiques,  la  création  des  universités  à  but  lucratif  et  l'amoindrissement  de  l'autonomie  universitaire.  Tout d'abord, le gouvernement autoriserait l'investissement de l'entreprise privée dans les institutions  publiques pour qu'ils aident à financer les universités étant donné le maigre budget actuel et aussi pour  qu'ils  aident  à  augmenter  l'investigation  académique,  en  modifiant  le  principe  qui  affirme  que  les  universités pourraient réaliser des travail de conseil pour les entreprises mais sans avoir une association.  Ensuite, Le brouillon propose la création des universités à but lucratif qui peuvent investir, s'associer ou  créer  des  institutions  d'éducation  supérieure,  ce  point  là,  aliénerait  la  conception  d'université  en  Colombie,  car  l'université  est  conçue  comme  une  institution  à  but  non  lucratif,  cela  veut  dire  qu'elles  doivent  investir  en  soi‐mêmes  les  profits  obtenus.  Finalement,  La  nouvelle  loi  veut  transformer  la  conception d'autonomie dans les universités présentant l'idée que le gouvernement puisse contrôler la  prise  des  décision  et  surveiller  l'activité  des  entreprises  investisseurs,  cependant,  ça  diminuera  l'importance  des  opinions  des  organismes  directifs  des  universités.  Enfin,  on  trouve  que  ce  brouillon  mue la nature de la loi 30, il faut avoir une regarde objectif pour juger si cette transformation aura des  conséquences négatives ou positives pour l'éducation supérieure de notre pays.          Légende des corrections:  Página 64 de 98   


Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement        Commentaires du professeur : ***  Vous avez suivi la consigne au pied de la lettre d’où l’excellent travail !  Il faut tout de même faire attention au vocabulaire !    Intervention sur le forum  Quand nous lisons votre texte, ce qui nous interpelle est de savoir si la loi est l’outil‐clé pour faire des  réformes. Même si la loi 30 avait au départ toute les intentions du monde pour solutionner un cas, on se  rend vite compte qu’elle n’a pas eu l’impact attendu, et n’a pas pu faire face à tous les problèmes  survenus de 1992 à nos jours. Avant de mettre en place ces lois, il faut voir si elle est adaptée non  seulement à la situation présente, sinon aux cas futurs. Un travail de planification rigoureux est donc  nécessaire. La loi 30 a connu des difficultés suite à une démographie d’étudiants à laquelle elle n’avait  pas fait face. Il faut donc bien prendre en compte tous ces imprévus. En ce qui nous concerne, quels  seraient les imprévus qui pourraient apparaitre avec la nouvelle loi ? …..que se passerait‐il si tous les  étudiants devenaient actionnaires ? Quel serait le gérant ? pourrait‐il gérer ?                              Texte original de l’étudiant     

Página 65 de 98   


Texte corrigé de l’étudiant  Je suis tellement d’accord avec le mot utilisé « gonflement », parce que, si on regarde les chiffres par  rapport  à  la  quantité  d’étudiants  qui  sont  rentrés,  chaque  année  à  l’université,  on  voit  que  cet  accroissement  s’est  passé  démesurément.  En  raison  de  celui‐ci,  on  peut  constater  que  l’université  a  vraiment  des  problèmes  par  rapport  au  budget,  puisque,  même  si  le  nombre  d’apprenants  est  augmenté,  pas  le  budget,  alors  les  administratives  on  dû  faire  tout  que  possible  afin  que  l’université  puisse  se  maintenir.  Si  on  analyse  les  circonstances,  est  raisonnable  de  dire  que  ce  que  la  Nationale  demande n’est que ce que l’université en a vraiment besoin pour accomplir tous ses objectifs comme  une institution éducative publique qui doit être protégée et soutenu par l’état et pas par des entreprises  privées.    Légende des corrections:  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement      Commentaires du professeur : **  Mademoiselle, comment voulez‐vous que l’on puisse de faire une idée de votre rédaction sur un texte si  mini‐mini ?      Intervention sur le forum  Nous sommes entièrement d’accord avec vous, l’éducation (tout comme la santé) revient à l’état, et non  pas à des organismes privés. Il se peut que ces derniers interviennent dans l’éducation supérieure  (stagiaire, étudiants faisant de la recherche, etc) mais pas dans tous les domaines de l’éducation  supérieure. C’est la responsabilité de l’Etat, quel qu’il soit.    Université Nationale de Colombie  Faculté de Sciences Humaines  Département de langues Etrangères  Premier semestre 2011  Français 5‐Communication écrite  Professeur Véronique Bellanger  Forum No2  Página 66 de 98   


Texte original de l’étudiant   

 

  Texte corrigé de l’étudiant  Cesar:     Chers amis, Merci à vous tous pour vos interventions sur notre premier débat sur la loi 30.    Nous vous invitons maintenant à partager vos opinions sur les mesures proposées dans l’article 45 de la  loi 30 ‐ Il s’agit d’un autre thème qui nous touche: celui de notre participation dans la vie universitaire !!!!    Alors, voici le sujet de réflexion: Si on observe les propositions de la loi 30 ou tout simplement notre  situation actuelle concernant notre participation dans la vie universitaire et si on compare avec le cas  des étudiants francophones, pouvons‐nous nous considérer comme des étudiants privilégiés?      Article 45 de la loi 30  Dans les établissements d'enseignement supérieur public, le Conseil Supérieur est composé de neuf  membres:   a) Le gouverneur, qui présidera dans les institutions nationales de régionaux, ministère, ou le maire qui  présidera dans les institutions de l'ordre municipal ou de district.   b) Le ministre de l'Éducation ou son représentant. Dans le cas de l'Université National de Colombie,  l'Université nationale ouverte et à distance, et Pédagogique Nationale, l’Université présidera le ministre  de l'Education nationale ou un de ses vice‐ministres.   Página 67 de 98   


c) Un membre nommé par le président, qui doit répondre ou avoir des liens avec le secteur de  l'enseignement supérieur.   d) Un représentant de la politique scientifique de l'établissement.   e) Un représentant des enseignants.   f) Un représentant des diplômés.   g) Un représentant des étudiants.   h) Un représentant du secteur productif et   i) Un ancien président de l'école.  Le recteur de l'établissement participera par voix consultative mais sans droit de vote.     Chaque Haut Conseil a émis ses règles de fonctionnement qu’il doit inscrire auprès du registre national  public de l'enseignement supérieur.   PARAGRAPHE. Les lois réglementent la qualité, le choix et la période séjour au sein du Conseil Supérieur,  les membres visés dans paragraphes d) i) du présent article, qui est élu par le secteur   qu'ils représentent.    Légende des corrections:  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement    Commentaires du professeur : **  Voir corrections faites auparavant.    Intervention sur le forum :  Vous avez bien choisi votre article, il nous permet d’intégrer les problématiques actuelles des mesures  du gouvernement colombien  avec le rôle que l’on pourra jouer dans ce nouveau système. Quel sera le  champ d’action des étudiants prochainement dans nos institutions? Est‐ce que ce système favorisera  l’investissement des acteurs‐clés du changement ? si on compare la place donnée aux étudiants pour  qu’ils participent dans la vie universitaire avec celle des pays francophones, pouvons‐nous nous  considérer privilégiés? Il semble qu’Angelica, Juliana, Leslie, Carolina, César et Karla nous donnent  quelques pistes de réflexions….        Texte original de l’étudiant 

Página 68 de 98   


Texte corrigé de l’étudiant    Voici  mon  petit  commentaire  par  rapport  au  Maron,  au  Burkina  Faso  et  Colombie:  D’après  la  comparaison parmi les trois pays on peut voir que les étudiants de l’Université Nationale sont privilégiés  face aux étudiantes de Burkina Faso qui n’ont pas l’opportunité de contribuer aux reformes éducatives,  même pas dans un niveau minimum. Même, si on compare la situation des étudiants ici en Colombie,  avec ceux au Maroc, les étudiants là‐bas sont plus privilégiés parce qu’il y a plusieurs faisant partie du  Conseil Supérieur de l’enseignement, non comme ici, où seulement un étudiant peut représenter tous  les  autres  dans  le  Conseil  Supérieur.  Cependant  le  cadre  d’action,  du  Conseil  Supérieur  au  Maroc  est  plus  large,  parce  qu’il  est  intéressé  à  tous  les  problèmes  de  l’éducation  et  c’est  pourquoi  il  inclut  des  membres  des  tous  les  milieux  éducatifs,  primaire  et  secondaire,  non  comme  celui  colombien  qui  est  concerne principalement à l’éducation supérieur.                    Légende des corrections:  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement    Commentaires du professeur : **  Décidément,  vous  aimez  les  interventions  « minmini. »  C’est  dommage  car  vous  n’explorez  pas  suffisamment  vos  sources,  d’autant  plus  que  vous  aviez  tout  de  même  3  pays.  C’est  bien  d’avoir  un  esprit de synthèse, mais il faut aussi étayer votre argumentation. Au niveau linguistique, vous avez du  mal  à  faire  la  comparaison  entre  plusieurs  éléments,  vous  avez  tendance  à  commettre  des  fautes  d’interférences.    Intervention sur le forum  Página 69 de 98   


Il semblerait donc que les étudiants du Maroc soient beaucoup plus privilégiés avec le nombre de leurs  représentants dans le Conseil Supérieur et l’intégration de tous les niveaux de l’éducation.  Mais quel est  le rôle que toutes ces personnes jouent dans le Conseil Supérieur, Laura? Est‐ce qu’ils ont un droit de  vote ou est‐ce que c’est seulement consultatif ?  Il serait bon de savoir pour mieux délimiter leurs  champs d’action, et savoir si c’est vraiment représentatif. De toute façon, l’intégration de tous les  niveaux d’éducation ne peut être que fructueuse car les universités peuvent s’informer de la réalité des  situations éducatives, et non pas former des professionnels sans connaître les besoins réels.                                           Texte original de l’étudiant 

Página 70 de 98   


Texte corrigé de l’étudiant    D’après moi on est plus que privilégiés si l’on compare notre participation avec celle d’Haïti, puisque la  priorité de ce pays est de tout reconstruire après la catastrophe naturelle qui a eu lieu en 2010. Alors  qu’en  Colombie  et  au  Maroc  on  peut  s’inquiéter  d’autres  aspects  tels  que  la  participation  à  la  vie  académique,  universitaire,  etc.  Comme je viens de mentionner, les conditions des trois pays sont très différentes car Haïti n’est pas du  tout  au  même  niveau  que  celui  de  la  Colombie  ou  du  Maroc  en  ce  qui  concerne  la  technologie  et  l’infrastructure. D’après le livre « Situation actuelle de l’éducation des jeunes et des adultes en Haïti » de  Michel Frantz Grandoit, la situation de l’enseignement en Haïti est déplorable à cause d’un manque de  Página 71 de 98   


cadres dans le domaine éducatif et du très faible niveau de qualification de corps enseignant. De plus,  concernant les infrastructures : Le campus universitaire n’est pas l’idéal de part la dispersion et exigüité  des locaux des facultés. Par ailleurs, il y a très peu de bibliothèques, de laboratoires, de restaurants et  l’accès  à  l’internet  est  limité.  Par  conséquent  le  taux  de  désertion  d’étudiants  est  élevé.  En revanche, en Colombie et au Maroc, les conditions des campus sont tout à fait appropriées pour que  les  étudiants  puissent  participer  aux  activités  offertes  par  l’institution.   Les  sites  web   Il est évident que le moyen le plus utilisé par les élèves qui veulent participer aux différentes activités,  est l'internet.  On  voit  ici  une  divergence  très  grande  car,  contrairement  à  l'Unal  et  aux  universités  du  Maroc,  presque  toutes  les  universités  haïtiennes  ont  un  site  web  assez  précaire�� qui  ne  donne  guère  d'information concernant la vie des étudiants. D'ailleurs, la seule information qu'on peut trouver dans  certains sites, est « en construction ». C'est‐à‐dire que la participation des étudiants est, d'une certaine  façon,  mise  de  côté  par  les  universités  de  ce  pays.   La  vie  universitaire   On peut voir une similitude par rapport à la participation des élèves à la pratique de sports parce que  c'est une activité dont on est fier dans les trois pays. Les universités Haïtiennes mettent l'accent sur le  fait  que  la  vie  universitaire  se  caractérise  par  les  activités  sportives.  La  Nationale  a  également  une  participation  active  dans  les  sports  et  elle  offre  des  bourses  pour  les  étudiants  qui  gagnent  aux  championnats, donc c'est un bon stimulus entrainant plus de participation. L'université « Ibn Zhor » du  Maroc incite les étudiants à participer, en publiant sur la page web toutes les photos des équipes, des  matches  etc.   Par ailleurs, l'une des universités haïtiennes promeut les « vendredis littéraires » qui occupent une place  prioritaire parce qu'on peut trouver le lien sur la page d'accueil. L'activité culturelle a été inaugurée en  décembre  1994  et  ils  sont  un  lieu  d'expression  et  de  rencontre  offert  aux  producteurs  de  textes  littéraires. À cet égard la Nationale a aussi cet espace de rencontre qu'on appelle les « viernes de poesia  »,  pourtant  la  participation  des  étudiants  n'est  pas  significative.   Les  conseils  :   A l'Unal les étudiants ont la possibilité de participer aux plusieurs conseils, donc on a voix délibérative  concernant  les  décisions  que  l'Université  prend.  On  a  le  conseil  académique,  le  conseil  supérieur,  le  conseil  de  faculté,  le  pre‐conseil  des  affaires  estudiantines,  le  conseil  de  bien‐être  entre  autres.  Par  contre, l'Haïti compte  avec le conseil supérieur  et  académique seulement.  Finalement,  le Maroc est  à  mon avis, un peu injuste car la participation des professeurs est beaucoup plus significative que celle des  étudiants, en plus on n'a que les conseils academique, supérieur et de faculté. Alors, on peut affirmer  qu'on  est  définitivement  privilégiés  par  rapport  aux  universités  francophones,  car  l'importance  qu'on  nous donne et les opportunités qu'on a, on ne les trouve pas à l'étranger comme on le croit la plupart  des  fois.   Pour conclure, je peux dire que mon point de vue a complètement changé parce que j'étais sûre que les  universités francophones étaient meilleures, néanmoins, à travers la recherche que j'ai faite, j'ai appris à  apprécier mon alma mater.    Légende des corrections:  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement    Commentaires du professeur : ****  C’est un très bon travail, comme nous vous avions dit…il faut faire attention à la ponctuation.    Página 72 de 98   


Intervention sur le forum : Angelica, c’est bien que ce travail de réflexion vous ait aidé à mieux  apprécier votre université, et voir que vous étiez aussi privilégiée par rapport aux possibilités d’agir, de  vous intégrer. C’est en effet seulement grâce à cette connaissance que vous pouvez agir en  connaissance de cause. Votre lecture de la situation est intéressante, car vous vous concentrez sur  toutes les possibilités de participation, ce qui nous amène à conclure que même si votre université ne  permet pas d’intervenir sur la vie universitaire (conseil supérieur), les étudiants ont à leur disposition  tout un système de participation qu’ils n’utilisent pas comme en Haiti ou au Maroc. Ils perdent ainsi  l’occasion de s’intégrer indirectement à tous les niveaux et celle de garantir que cette participation ait  une portée réelle. Il y a certes beaucoup d'acteurs clés du changement en herbe, mais très peu savent  profiter de ce que donne leur université. Haiti et le Maroc, en dépit de leur situation, semblent, eux,  avoir saisi cette chance.  Texte original de l’étudiant 

    Texte corrigé de l’étudiant  D’après l’information que j’ai trouvée à propos de l’éducation supérieure en Belgique et la comparaison  que  j’ai  fait  avec  celle  de  la  Colombie,  notamment  à  L’UNAL,  on  peut  se  rend  compte  que  nous,  les  étudiants de Philologie et Langues étrangères, sommes privilégiés de participer dans la vie universitaire  donc  cet  institut  éducatif  nous  offre  quelques  espaces  non  seulement  académiques  mais  des  espaces  culturelles, sociaux, sportifs, récréatifs, artistiques, scientifiques et politiques quand‐même. Par rapport  aux  universités  belges,  j’ai  appris  que  celles‐ci  ont  des  programmes  et  des  activités  de  bien‐être  qui  promeuvent  la  participation  et  l’intégration  à  la  vie  universitaire,  de  même  ces  programmes  sont  enclenchés dans le but de satisfaire les besoins et les intérêts de la communauté estudiantine. Malgré la  situation  économique  de  notre  université,  celle‐ci  a  les  mêmes  critères  et  objectifs  des  universités  Página 73 de 98   


belges.   Quant à l’organisation du Conseil Supérieur, chez l’Unal le conseil est composé par 1 étudiant qui nous  représente alors que le conseil supérieur d’une université belge est composé par 3 étudiants, alors cela  nous  montre  que  l’opinion  des  étudiants  n’est  pas  si  nécessaire  au  moment  de  prendre  une  décision  quelconque  de  notre  université  ;  Pourtant  les  étudiants  de  L’Unal  peuvent  participer  aux  autres  conseils.     En  ce  qui  concerne  les  réformes  à  l’éducation  supérieure,  le  but  de  la  Loi  30  en  Colombie  et  La  Déclaration  de  Bologne  en  Belgique  est  de  répondre  aux  besoins  et  à  la  nouvelle  dynamique  sociale,  économique,  technologique,  démographique  et  culturelle  du  pays  et  du  monde.  De  sorte  que  c’est  nécessaire  d’améliorer  la  qualité  de  l’enseignement  supérieur  et  augmenter  le  budget  à  l’éducation  pour qu’elle soit compétitive et puisse contribuer au développement du pays. Mais pour y réussir dans  le cas de Colombie, l’investissement de l’entreprise privée et amoindrir l’autonomie universitaire n’est  pas de bonnes solutions; Il faut que le gouvernement respecte la position des universités et profite de  l’espace de diversité, connaissance et critique des institutions éducatives.    Légende des corrections:  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement      Commentaires du professeur : *  Vous ne répondez pas à la question du Débat, Karla, on vous demandait de savoir si vous vous sentiez  privilégiée par rapport aux étudiants francophones en ce qui concerne la participation étudiante. Or, ce  que vous faites est plus descriptif.  Vous faites aussi beaucoup de fautes au niveau grammatical qui ne vous permettent pas d’écrire un  texte fluide.      Intervention sur le forum  Vous rejoignez l’intervention d’Angelica en abordant tous les types de participation possibles au sein des  universités. On voit que la Belgique propose elle aussi un grand éventail d’espaces, en plus de celui de la  représentation des étudiants au conseil supérieur. Par contre, on ne perçoit pas votre opinion sur le  sujet du débat de la classe. D’un autre côté, pourquoi pensez‐vous que l’’investissement de l’entreprise  privée et l’amoindrissement de l’autonomie universitaire ne sont pas de bonnes solutions»? En quoi « ils  ne répondent pas aux besoins et à la nouvelle dynamique sociale, économique, technologique,  démographique et culturelle du pays et du monde « ?      Texte original de l’étudiant 

Página 74 de 98   


Texte corrigé de l’étudiant  Je  crois  que  c’est  difficile  d’avoir  une  seule  position  par  rapport  à  notre  participation  dans  la  vie  universitaire  en  relation  avec  des  autres  pays  francophones.  Pour  moi,  nous  sommes  dans  un  point  moyen  à  propos  de  ce  sujet,  parce  qu’on  a  un  certain  degré  de  participation  dans  les  décisions  de  l’université,  mais  ce  n’est  pas  suffisant  quand  on  compare  avec  les  universités  du  Québec  ou,  disons,  d’Haïti,  bien,  on  se  rend  bien  compte  que  c’est  tout  à  fait  différent.    D’abord, le Québec a un système très différent. On voit qu’il doit avoir 4 conseils différents dans chaque  université  :  le  conseil  administratif,  le  conseil  universitaire,  le  conseil  des  études  et  le  conseil  de  la  recherche. Indépendamment du gouvernement, les universités, même les publiques, ont chacune ces 4  conseils ou la participation des étudiants est active, puisqu’ils font partie importante des décisions de  l’université.  Lorsqu’on  fait  la  comparaison  avec  le  Conseil  Supérieur  colombien,  on  voit  déjà  que  la  participation  des  étudiants  et  beaucoup  moins  importante  ici,  et  que  la  parole  du  gouvernement  décisive  pour  les  actions  à  prendre.    Ensuite,  je  trouve  que  les  universités  au  Québec  sont  beaucoup  plus  organisés,  grâce  au  nombre  de  conseils, on peut voir qu’il y a une meilleur administration des universités et on fait grande attention à la  recherche et les études, ceux étant différentiés des sujets de l’argent et d’autres nuances. Tandis qu’en  Colombie, toutes ces décisions sont prises par le Conseil Supérieur ou des petits comités de faculté où  les  étudiants  ne  prennent  pas  partie  des  débats  et  la  prise  de  décisions.   Finalement,  on  ne  doit  pas  faire  la  comparaison  seulement  avec  les  pays  plus  développés,  mais  aussi  avec  les  autres  pays,  comme  l’Haïti.  Où  la  précarité  et  la  mauvaise  éducation  ne  permettent  pas  à  l’étudiant de participer activement dans la vie universitaire, en plus qu’on n’en connaît beaucoup de ce  sujet  à  cause  de  le  peu  d’information  qu’on  trouve  sur  internet.    En conclusion, je crois que nous sommes privilégiés dans un certain degré parce qu’on a plusieurs façons  de participer à l’université. Cependant, c’est encore insuffisant de dire que nous soyons contents avec la  Página 75 de 98   


situation  actuelle,  en  comparant  les  universités  du  Québec,  on  se  rend  compte  qu’il  y  a  encore  beaucoup  de  choses  à  améliorer,  donc  ce  qu’il  faudrait  faire,  c’est  emprunter  les  caractéristiques  les  plus appropriées pour les adapter dans notre propre système éducatif.     Légende des corrections:  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement      Commentaires du professeur : ***  Votre  texte  est  bien  rédigé  hormis  les  fautes  d’interférences.  Il  est  en  effet  bien  structuré,  avec  une  progression logique, et respecte la consigne de donner son opinion, et propose des solutions. C’est bien.    Intervention sur le forum  Analyser notre situation avec le cas Canadien n’est pas si évident  quant on voit la conception que les  universités de ce pays ont de la participation des étudiants, et de celle de son collège universitaire en  général. Il est vrai qu’en Colombie, cela est assez centralisé, et la représentation d’une seule personne  au conseil supérieur pour tous les domaines peut difficilement regrouper toutes les opinions, en assurer  leur pluralité, et la maitrise presque spécialisée de toutes les problématiques(administratif, universitaire,  études et recherche). Un  professeur de l’université de Bordeaux  disait  que  celui qui est spécialiste  de  tout est spécialiste de rien.                     Texte original de l’étudiant     

  Página 76 de 98   


Texte corrigé de l’étudiant  D’après la comparaison des Statuts universitaires et les lois nationales qui les régulent, on va aborder les  différents aspects de ces conseils en démontrant que nous ne sommes pas privilégiés si on se compare  avec l’Université de la Polynésie Française. Ainsi, on pourra voir comment les deux universités répondre  aux  besoins  différents.  Le  premier  grand  changement  à  remarquer  est  le  nombre  de  personnes  qui  ont  des  places  dans  les  conseils supérieurs des universités. Tandis que l’Université Nationale de Colombie (UN) a seulement 9  membres,  l’Université Publique de Polynésie  Française (PF) reporte 28 membres. D’un  côté, parmi les  personnes qui font partie du conseil de l’UN, il n’y a que 5 membres de l’université ; d’un autre côté,  seulement  sept  personnes  ne  font  pas  partie  active  de  la  vie  universitaire  dans  la  PF.  Ici,  je  crois  que  deux aspects nous démontrent la thèse principale: 1. Le nombre des personnes qui ne font pas partie de  l’université, sont des représentants des différentes secteurs économiques du pays, et non pas comme à  l’UN  ou seulement il y en  a un (privé,  comme l’actuel). 2. Comme il existe plus membres en PF et  les  secteurs économiques travaillent réciproquement avec l’université dont le développement du pays sera  la  principale  raison  d’être.  Le deuxième grand changement est le pourcentage d’inclusion des étudiants dans la prise de décisions  de  l’université.  Dans  la  PF,  tenu  en  compte  le  nombre  de  personne  dans  le  Conseil,  les  étudiants  ont  droit à 5 places, cela rapporte un 17.9% de la représentation des étudiants. Or, l’UN a seulement une  place dans le Conseil supérieur, cela montre que ses étudiants ont seulement le 11% de représentation  au  moment  de  prendre  des  décisions.  On  a  ici,  pour  moi,  une  des  grandes  différences  entre  les  deux  universités : les étudiants ont l’opportunité d’avoir plus inclusion dans les décisions de l’université, en  plus  qu’il  y  a  plus  voix  des  étudiants,  et  non  pas  une  comme  à  l’UN.  Finalement,  il  est  incontestable  qu’en  termes  d’autonomie  et  de  représentation,  la  PF  possède  plus  avantage que l’UN, et le panorama est plus différent encore si on considère d’autres aspects comme la  représentation des professeurs, 42% en PF et 11% en Colombie.    Légende des corrections:  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement      Commentaires du professeur : ***  Vous avez respecté la consigne, en donnant votre opinion sur la base d’un travail de synthèse. C’est un  texte court, mais qui reprend pertinemment les informations. Il vous faut faire attention à bien utiliser  les adverbes, la présentation des statistiques au moment de comparer.     Intervention sur le forum  Pour une fois, vous êtes d’accord avec Leslie concernant la grande différence entres les universités  quant au nombre d’étudiants qui participent à la vie universitaire !!! Il semblerait donc que le Canada et  la PF donnent une espace privilégié pour que les étudiants puissent participer aux décisions de leurs  universités. Et ce, au niveau du pourcentage de participation sinon de la qualité de cette  participation….Ainsi, tandis que la représentation des étudiants au Canada est presque «  professionnalisée » tant de conseils, la PF offre aux étudiants la possibilité de débattre aux côtés d’une  grande diversité de représentants du secteur économique, le système actuel de l’Unal les limite à  quelques‐uns, ce qui réduit considérablement le contact de la représentation des étudiants avec la vie «  réelle » et d'intervenir objectivement.  Página 77 de 98   


Texte original de l’étudiant    

Texte corrigé de l’étudiant    Voici  ma  réponse  au  deuxième  forum:  pouvons‐nous,  étudiants  de  l'UN,  nous  considérer  comme  des  étudiants  privilégies  par  rapport  à  ceux  des  pays  francophones?   Página 78 de 98   


Oui, par apport au pays francophone dont j’ai cherché information à propos de son système éducatif,  qui a été l’Algérie, les étudiants de la Colombie sont privilégiés. Nous, les étudiants du cours Français V,  avons  eu  l’opportunité  de  nous  renseigner  sur  la  situation  des  pays  francophones  et  ensuite  de  nous  mettre  à  l’analyse  des  aspects  comme  les  reformes  académiques  ou  participation  estudiantine  à  l’université  afin  d’avoir  des  éléments  forts  pour  argumenter  notre  point  de  vue.  De  cette  façon,  l’exercice m’a permis de me rendre compte que, en dépit des souffrances dans notre système éducatif,  les étudiants des universités publics colombiennes sont un pas en avant si l’on compare avec ceux de  l’Algérie.  Par  exemple,  en  observant  premièrement  l’organisation  administrative  de  ces  deux  pays  on  trouve que, bien qu’il y ait une basse participation des étudiants à l’UN –il existe le Conseil Académique  Supérieur ou l’on trouve un représentant estudiantin quand même‐ les étudiants de l’Université d’Alger  n’ont pas clairement une poste d’intervention parce qu’il n’y a même pas un organe pareil ! De ce fait,  un point de comparaison se situe aux réactions des étudiants suivant des études supérieurs envers leur  situation,  spécifiquement  dans  le  cas  de  reformes  éducatives  :  La  Colombie  et  l’Algérie  ont  subi  différents  processus  (tenons  en  compte  les  forts  problèmes  sociaux  et  politiques  qui  ont  affecté  la  société  algérienne)  de  sorte  que,  les  reformes  ici  appliquées,  après  l’indépendance  algérienne,  cherchent à améliorer le rendement scolaire et de pallier aux carences de l’ancien système éducatif qui  se manifestait par un taux très élevé de déperdition et d’échecs scolaire affectant ainsi toute sa société ;  mais c’est un processus qui est encore en cours et les plus touchés, sans doute, sont les étudiants dont  le moyen à portée de la main est la proteste et la grève pour élucider leur mécontentement. Alors on se  pose la question : comment les étudiants se manifestent en Colombie ? Est‐ce que les moyens utilisés  sont valables ? On sait qu’aussi en Colombie il est remarquable les protestes, les grèves, les blocages et  même la violence publique de la part des étudiants (vraiment des étudiants ?) qui refusent les injustices ;  pour approfondir un peu sur ce point là, posons un regard sur la qualité éducative tant de la Colombie  comme de l’Algérie : d’après des documents et des forums sur internet, j’ai trouvé qu’en Algérie il est  difficile de poursuivre une éducation de bonne qualité et les étudiants mettent en évidence leurs non‐ conformisme  envers  le  système  quand  ils  se  rendent  compte  des  désavantages  qu’ils  ont  par  rapport  aux  autres  pays  francophones  au  moment  où  ils  préfèrent  laisser  leur  pays  pour  suivre  des  études  à  l’étranger.  Maintenant,  quoi  par  rapport  à  la  Colombie  ?  Même  si  c’est  vrai  qu’en  Colombie  on  sent  aussi un non‐conformisme il faut « se mettre dans la peau de l’autre » en voyant la difficile situation et  les témoignages des algériens. Est‐ce qu’on se sent tellement mécontent avec l’éducation colombienne  à tel point de rejeter l’enseignement qu’on suit? On doit donc profiter de ce qu’on a accès et faire de  son mieux pour exploiter les ressources qui offre la Colombie.Enfin, à mon avis, il est nécessaire d'avoir  un regard critique et non négativement explosif envers notre situation, une réflexion de nos actions et  réactions en qualité d’étudiants et surtout en qualité de citoyens,d'êtres sociales, de colombiens.    Légende des corrections:  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement    Commentaires du professeur : ****  C’est un texte très spontané très riche en informations, il faut faire attention aux interférences !!!  Bien pour la sitographie….    Intervention sur le forum  Carolina,  La  participation  des  étudiants  dans  les  universités  est  souvent  considérée  en  termes  de  représentation aux conseil(s). Nous partageons votre vision, car elle nous invite à réfléchir sur un autre  Página 79 de 98   


type de participation : celui de l’accès à une bonne formation. Il est vrai que si en Algérie, ils n’ont pas  un  minimum  de  conditions  pour se  former (qualité  des  cours,  accès aux  ressources….),  sur  la  base  de  quels savoirs, savoir‐faire,   savoir‐être, peut‐ils intervenir? Nous sommes très loin ici en Colombie de cette situation. En donnant  de  bonnes  bases  dans  la  formation  des  étudiants,  ne  leur  donnent‐on  pas  de  bonnes  bases  pour  participer aux décisions des universités ?l’Unal n’est‐elle pas privilégiée dans ce sens de part la qualité  de  ses  cursus  ?  http://www.guiaacademica.com/educacion/personas/cms/colombia/noticias_academicas/2010/ARTICU LO‐WEB‐EEE_PAG‐8788421.aspx    Texte original de l’étudiant    

Texte corrigé de l’étudiant  À mon avis, on doit tenir en compte quelques aspects pour dire si nous sommes vraiment privilégiés si  on  compare  avec  des  pays  comme  Burkina‐Faso  et  Maroc,  comme  les  fonctions  et  priorités  des  institutions  gouvernementales  qui  sont  en  charge  de  régler  les  politiques  éducatifs  ;  et  le  contexte  politique  dans  lequel  se  trouve  chaque  pays.   En  premier  lieu,  dans  le  cas  de  Burkina‐Faso,  il  y  existe  le  Ministère  des  Enseignements  Secondaire,  Supérieur  et  de  la  Recherche  scientifique  (MESSRS),  où  appartiennent  les  Conseillers  d'Education  (CE)  qui  sont  les  fonctionnaires  élus  par  concours  et  qui  ont  en  charge  la  prise  de  décisions.  Dans  cette  organisation il n’y a pas un représentant des étudiants car il ne existe pas une politique qui permette  l’insertion  des  étudiants  dans  les  conseils,  parce  que  le  but  actuel  du  gouvernement  est  améliorer  la  politique  langagière  dans  les  écoles  primaires.  Tout  au  contraire  à  la  situation  colombienne  dont  l’objectif  est  développer  l’investigation  dans  l’éducation  supérieure  avec  une  réforme  de  la  loi  30.  Cependant, on ne peut pas affirmer catégoriquement que la participation estudiantine est mise à côté  Página 80 de 98   


au Burkina‐Faso, car on doit tenir en compte que le pays est dans un processus différent, où l’accent des  politiques gouvernementales est sur l’augmentation du nombre des personnes alphabètes. Dans le cas  de Maroc, il y a plusieurs représentants des étudiants dans le Conseil Universitaire, mais la raison pour  laquelle il y en a beaucoup c’est que ce conseil ne s’occupe pas exclusivement des universités, mais aussi  des  tous  les  institutions  éducatives,  le  Ministère  d’Éducation  est  concerné  également  par  l’éducation  primaire  et  secondaire.   En  deuxième  lieu,  La  situation  politique  dans  les  trois  pays  est  différente.  Par  rapport  au  contexte  politique  du  Burkina‐Faso,  il  faut  tenir  en  compte  que  le  pays  est  en  train  de  changer  la  politique  langagière des écoles primaires, car les personnes ne veulent pas que leurs enfants étudient seulement  la  langue  imposée  par  un  pays  colonisateur,  donc  le  gouvernement  envisage  ses  actions  sur  une  augmentation du nombre des pays bilingues pour qu’il y ait plus participation de la culture autochtone  du pays. Il y a une situation semblable au Maroc, les personnes ne veulent pas étudier avec une langue  étrangère comme le français car pour eux, cela serait permettre l’invasion su néocolonialisme dans leur  territoire.  Tout  au  contraire  en  Colombie,  où  le  conflit  n’a  rien  à  voir  avec  la  langue  mais  avec  les  décisions  du  gouvernement.   Finalement,  je  crois  que  nous  sommes  privilégiés  par  rapport  à  la  participation  estudiantine  si  on  fait  une  comparaison  avec  un  pays  comme  Burkina‐Faso  où  il  n’y  a  pas  des  représentants  des  étudiants,  mais  il  faut  être  conscient  qu’on  fait  tous  un  processus  différent.  Au  futur,  Burkina‐Faso  aurait  des  représentants des étudiants, peut‐être en Colombie, nous aurions plus de participation dans les organes  administratifs.  Légende des corrections:  Vocabulaire orthographe Grammaire Interférence Ponctuation Vocabulaire du changement    Commentaires du professeur : ****  C’est un texte posé avec un très bon niveau de langue, sauf pour la fin, on ne comprend pas la dernière  phrase.    Intervention sur le forum  Juliana , Vous abordez un sujet dont personne n'a parlé : celui de la participation liée à l’’identité. Tandis  qu’au  Burkina  Faso  les  manifestations  sont  en  relation  avec  le  besoin  d’être  reconnu,  en  Colombie,  il  semblerait que cela soit plus pour accomplir une fonction «politique». Cela ne veut pas dire pour autant  que l’identité n’est pas prise en compte dans les représentations des étudiants. Ce n’est peut‐être pas  un besoin si fort qu’au Burkina Faso….Aussi, nous sommes d’accord sur la difficulté dont vous parlez au  moment de comparer plusieurs situations. Il est donc nécessaire de prendre en compte tout cela pour  ne pas biaiser toute analyse.    Website Forum 1 et 2        Carlos Medina  www.unperiodico.unal.edu.co  http://www.unperiodico.unal.edu.co/dper/article/respuestas‐equivocadas‐en‐la‐reforma‐a‐la‐ley‐de‐ educacion‐superior/  http://www.unperiodico.unal.edu.co/dper/article/una‐reforma‐incompatible‐con‐la‐realidad‐nacional/    Página 81 de 98   


Cesar  www.loraineadarraga.globered.com  En disturbios terminó celebración del Día del Trabajo en Bogotá ‐ eltiempo.com  http://prensauniversidad.blogspot.com/2011/05/evidencias‐del‐seguimiento‐de‐la.html    Ļa Vië Carõlinę  http://www.mineducacion.gov.co/1621/articles‐85860_archivo_pdf.pdf  http://www.youtube.com/watch?v=sGbpdwd0HPY&feature=player_embedded#at=220    Veronique Bellanger  http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/_91960.html  http://www.agenciadenoticias.unal.edu.co/educacionsuperior  http://www.lepoint.fr/monde/belgique‐record‐mondial‐de‐la‐crise‐politique‐celebre‐par‐une‐ revolution‐de‐la‐frite‐17‐02‐2011‐1296368_24.php  http://www.rdfaenligne.com/oic  http://www.ciep.fr/ries/introries45.pdf  http://www.unesco.org/education/educprog/wche/principal/ag‐21‐f.html  http://www.cemea‐npdc.org/vie‐mouvement/les‐enjeux‐de‐transformation‐politique‐de‐ l%E2%80%99education‐populaire‐fin‐ou‐renaissance/  www.cemea‐npdc.org  http://www.nouvelleuniversite.gouv.fr/‐livret‐les‐clefs‐de‐la‐reforme‐des‐universites‐.html  http://www1.oxfam.qc.ca/sites/oxfam.qc.ca/files/Quest‐ce‐que‐la‐cooperation‐internationale.pdf  www1.oxfam.qc.ca  http://blog.crdp‐versailles.fr/usagestice92/public/RTC/jt‐rtc.pdf  blog.crdp‐versailles.fr  www.issuu.com/veronique.bellanger  http://www.google.fr/search?hl=es&xhr=t&q=cam%C3%A9l%C3%A9on&cp=8&bav=on.2%2Cor.r_gc.r_p w.&um=1&ie=UTF‐8&tbm=isch&source=og&sa=N&tab=wi&biw=1538&bih=689  http://fr.news.yahoo.com/concilier‐lislam‐sport‐québécoise‐lance‐hidjab‐sportif‐052336717.html  http://www.youtube.com/PlaneteReporter#xtor=AD‐32280428  www.youtube.com/planeterepor    Gigliola Vil  www.operacionurbana.com  www.linternaute.com  www.clemi.org  www.amherst.edu      Leslie Johanna Florez Lindarte  http://www.eltiempo.com/revista‐credencial/ARTICULO‐WEB‐NEW_NOTA_INTERIOR‐9257001.html    Heiner Mercado Percia  http://www.elespectador.com/impreso/negocios/articulo‐269984‐construccion‐sostenible      Página 82 de 98   


Página 83 de 98   


Charte de la classe pour la présentation de votre travail:              Respect/Tolérance      * Faire attention au vocabulaire utilisé        * Ne pas se moquer      * Ne pas imposer ses idées      * Parler avec des arguments        * Harmonie : point minimum d’accord    (caractérisation)        * juste   

 

 

  Projet :  Problématique: Est‐ce que nous, étudiants de l’Unal sommes��des acteurs clé du changement ?  Objectifs:  o Inciter à la réflexion pour devenir acteur clé  o Démontrer que les étudiants de l’Unal sommes des acteurs clé du changement  o développer la compétence argumentative  Produit : journal télévisé  Comment allons‐nous travailler ?  Dates : Etablir des dates pour que le projet soit bien organisé, Respecter les délais 

Página 84 de 98   


Dates        Mardi 26 avril 

Jeudi 28 avril         

         

Activités  Réflexions  Bien connaitre la problématique commune  étape  Présentation des personnages clés  préliminaire    comment on fait un journal ?    - Diversite :    Cesar : chronique  Plan de  Juliana : telesur  notre  Laura : Tv espagnole   travail  Calos : citi‐tv  Leslie: cnn   Angelica: tv5  Liliana: caracol   alejandra:cable noticias  Carla:cmi  carolina:prisma tv  Comment on va le faire:  - Temps : combien de temps du journal…. ?  alejandra, carlos  - Sections : juliana,laura   - Lieu: liliana, carolina   - débat, monologue: césar,angelica  - nom du projet : Carla  - Définir (diviser)le rôle de chaque personne pour  faite le journal ?  - invitès :   Savoir de quoi on va parler  Construction du type de personnage  Trouver les moyens techniques Edition du journal diffusion : plusieurs lieux (google, youtube, club de  Página 85 de 98 

 

responsables  tous  tous  jose 

leslie 

tous  individuel    liliana   


français)                        Caractérisation de nos acteurs clés :                    Quelqu’un qui fait quelque‐chose que personne ne ferait    Qui inspire la liberté  Qui soit un exemple    Qui donne un appui    Qui a une portée    Qui inspire une réflexion  Action continue    Altruiste   

 

              Página 86 de 98   

 


DEVOIRS                    DEVOIRS DEBATS    Document de la classe Français écrit V  Mardi 12 avril 2011      Question  principale  du  projet :  Est‐ce  que  nous,  étudiants  de  l’Unal,  sommes  des  acteurs  clés  du  changement?  Activité proposée par la professeur Véronique : Problématiser, c’est‐à‐dire le fait de poser de questions  qui permettront d’éclaircir, de répondre à la question principale.     Ci‐dessous les questions proposées pendant la classe :    • Est‐ce qu’une personne qui ne travaille pas (un étudiant) peut avoir une vision suffisamment juste et  réelle pour apporter un bouleversement dans la conception de la reforme ?   • Est‐ce que le fait d’être de l’Unal nous rend plus sensibles de transformer notre réalité ?  • Est‐ce que le fait d’être de l’Unal nous donne plus de responsabilité ?   • Est‐ce que nous les étudiants pouvons influencer le progrès de l’Unal ?  • Est‐ce  qu’il  faut  que  nous  soyons  de  l’Unal  pour  être  concernés  par  la  problématique  de  l’éducation ?  Página 87 de 98   


• Est‐ce que les étudiants de notre génération sont plus engagés que ceux d’avant ?  • Est‐ce que notre engagement doit se limiter à la vie universitaire ?  • Est‐ce que les actions faites par les étudiants d’autres générations sont valables aujourd’hui ?  • Est‐ce qu’il reste encore un rôle à jouer à votre génération ?  • Qui suis‐je pour évaluer cela ?    Questions des étudiants sur la marche :    • Est‐ce que l’engagement est égal dans tous les sièges de  Caractérisation de  l’Unal ? (Jose)  l’engagement :  Bogota ≠ Amazonie.  - Limites (géographiques,  • Est‐ce que le simple fait de se plaindre est suffisant pour  domaines)  transformer la réalité ? (César)  - Types d’action      Non,  besoin  de  connaître  la  situation  au  - Quoi  préalable !  Contextualisation (génération)      On suit un processus.  • Est‐ce  que  l’engagement  est  nécessaire  pour  un  acteur  clé ? (Carlos)      Autres ambitions.  • Est‐ce qu’il y a maintenant un affaiblissement de l’engagement à l’Unal ? (Leslie)      Autres générations, autre mécanisme.    • Est‐ce que les mobilisations déjà faites par les étudiants, aux yeux des personnes dehors de l’Unal,  sont valables pour la transformation du pays ? (Carolina)      Vision de l’extérieur.  • Est‐ce  qu’être  acteurs  clés  du  changement  signifie  s’intéresser  seulement  aux  problèmes  de  l’éducation ? (Laura)      Autres projets différents.    • Est‐ce qu’il faut appartenir à une  certaine classe sociale pour être révolutionnaire et  améliorer  les  questions du pays ? (Juliana)      Bourgeoisie.  • Est‐ce que les étudiants sont les acteurs clés, ou l’Unal est par soi‐même une actrice clé ? (César)      Conscience critique.  • Est‐ce que nous les étudiants sommes bien renseignés au moment de se plaindre ou manifester  contre des résolutions ou décisions prises pour les instances supérieures de l’Unal ? (Karla)      Manque d’information.     Questions envoyés    Leslie  Quelle type d'actions possibles pourraient toucher le plus les étudiants de l'UNAL?  Est‐ce que tous les étudiants de l'UNAL sont engagés à elle d'une ou d'autre manière?  Est‐ce qu'il est valable seulement penser à obtenir un bon travail à travers d'un diplôme de l'UNAL?  La révolution, est‐elle possible aujourd'hui?  Est‐ce qu'il est possible que les étudiants des universités privées soient aussi engagés aux universités  publiques?  Carolina  Página 88 de 98   


Est‐ce que les personnes dehors de l’Université trouvent aux étudiants de l’Unal comme  développeurs actifs et positifs de la société ?    Est‐ce qu’un étudiant de l’Unal croit avoir la capacité d’améliorer ce qui l’entoure ?  Est‐ce qu’on peut considérer qu’il existe à l’Unal plus d’agents du changement que ceux qui ne le  sont pas ?   Laura  Est‐ce que les étudiants sont indispensables pour améliorer la situation de l’université ?   Carlos  L’engagement est complètement nécessaire pour un acteur clé ?  L’UNAL développe la formations des acteurs clé?  L’UNAL limite le développement d’un acteur clé?                        Devoirs panels d’idees  De: Karen Maria Angelica Pena Cardenas <kmpena@unal.edu.co>  Para: Veronique Bellanger  <veronique_bellanger@yahoo.es>  Enviado: sáb,19 marzo, 2011 17:58  Asunto: devoir  profesora aqui esta mi tarea  gracias   CHARTE:  1.       Etablir des dates pour que le projet soit bien organisé.  2.       Etablir les rôles de chacun, pour que chaque personne sache exactement ce qu’elle  doit  faire  3.       Se renseigner beaucoup si par exemple on analyse la loi 30  4.       Concevoir le projet par écrit  5.       Définir les objectifs du projet.     ACTIONS POUR FAIRE UN CHANGEMENT :  1.       Faire les devoirs  2.       Aller aux réunions de la Faculté de Sciences Humaines  3.       Appartenir à une communauté  qui vise à changer quelques aspects de l’université  4.       Travailler à l’université  5.       Profiter des bourses et des opportunités que l’université offre aux étudiants  6.       Ne pas abimer les tableaux, les tables, les chaises  7.       Ne pas peindre sur les murs ou écrire sur eux  Página 89 de 98   

Eliminado: f Eliminado: s Eliminado: h Eliminado: a


8.       Obéir quand on nous demande de montrer le carnet, ou d’ouvrir les sacs, ou de rester en  dehors de l’université.  9.       Enregistrer  les objets à l’entrée  10.   Répondre aux enquêtes par rapport aux professeurs ou aux changements à l’université.               De: Leslie Florez <lulu.sensei.sama@gmail.com>  Para: veronique_bellanger@yahoo.es  Enviado: jue,17 marzo, 2011 21:48  Asunto: La réponse à la question du projet    Bonsoir,    Je vous écris pour vous répondre à la question "Est‐ce que nous, étudiants de l'UNAL sommes des  acteurs clés du changement?". Bon, je parle au nom de 4 de nos copines (Paula Alejandra Arévalo,  Juliana Huertas, Carolina Parra et Lauva Victoria Ramírez) et moi pour vous répondre que ce n'est pas  facile de trouver des exemples et des arguments pour dire si c'est vrai ou faux. Donc, c'est pourquoi  nous nous sommes mises d'accord pour proposer une solution.    Voilà que nous avons trouvé que l'on comprend acteur clé. Il s’agit d’une personne qui fait partie du  développement d’un projet, celui qui est capable de développer une série d’actions qui permettront  d’acquérir les objectifs du projet. On peut justifier ce qu’on vient de dire avec la définition du mot «  Acteur » donné par le dictionnaire en ligne  cnrtl.fr : « Celui qui joue un rôle important, qui prend une  part active à une affaire » C’est‐à‐dire que c’ est la personne chargée d’exécuter des tâches   déterminentent pendant les processus nécessaires  pour  la réalisation du projet.     Donc, nous pensons à ce projet comme une façon de démontrer que les étudiants de l'Université  Nationale peuvent être des acteurs du changement dans la société, soit dans où en dehors de l'espace  universitaire. Il est certain qu'à l'Université, ils existent des personnes qui sont concernées, de diverses  manières, à la mise en marche des actions qui peuvent générer un effet positif dans les contextes où  elles sont destinées et appliquées.     D’abord on fera un travail de recherche à propos des étudiants qui sont engagés dans un projet sérieux,  soit ce dernier envisagé où déjà crée, à fin d’avoir les plus d’expériences et témoignages possibles.     Ainsi qu’on veut montrer aux spectateurs les actions possibles, actions qu’ils peuvent prendre à leur  tour afin  d’entretenir une meilleure vie en commun dans les espaces universitaires.     Finalement, nous voudrions savoir si vous pensez que c'est une bonne idée ou pas. Ou s'il y a des choses  à corriger ou à spécifier.     En attendant votre réponse, nous vous en prions d'agréer nos salutations respectueuses.  Página 90 de 98   

Eliminado: Registrer Eliminado: ¶ ¶ ¶ ¶ ¶ ¶

Eliminado:  comme cette personne  Eliminado: rouler

Eliminado: en  Eliminado: e

Eliminado: s

Eliminado:  acti Eliminado: ons Eliminado: son Eliminado: à fin d’ Eliminado: a


Paula Alejandra Arévalo  Leslie Johanna Florez  Maria Juliana Huertas  Carolina Parra  Laura Victoria Ramírez    De: Cesar Augusto Carranza Aristizabal <ceacarranzaar@unal.edu.co>  Para: Veronique Bellanger  <veronique_bellanger@yahoo.es>  Enviado: jue,17 marzo, 2011 21:26  Asunto: Devoir  RÈGLES POUR LE PROJET:  1.      Penser que le projet est réalisable.  2.      Avoir une conscience critique vis‐à‐vis des différentes situations.  3.      Comprendre qu’on est dans un débat, et qu’on oppose des idées, pas les personnes.    ACTEUR DU CHANGEMENT.  Un acteur du changement est une personne capable d’analyser les différents processus de ce qu’il veut  changer, et de créer des sorties ou aides à partir de la compréhension du phénomène.    César Augusto Carranza      Maria Juliana Huertas  17 mars 2011    Règles pour le projet:  1. Le projet sera une partie très importante de nos activités académiques de cette semestre, il ne sera  pas laissé de côté et nous serons engagés envers lui.   2. Respecter les délais accordés avec les copains pour rendre les activités prévues.  3.  Nous  devons  être  responsables  des  devoirs  assignés.  Si  une  personne  ne  fait  pas  les  devoirs  concernant le projet, ça empecherait le développement du projet, même si les autres copains font de  leur mieux.   4. Il faut éviter de toucher des sujets très personnels comme la religion, cela garantira l'harmonie dans  le groupe et éviter des disputes qui peuvent faire du mal aux autres.   Acteurs du changement pour le projet:   ‐Les étudiants appartenant à l'Université Nationale qui font des projets sociaux.  ‐Nous, les étudiants appartenant au cours de français 5.  ‐Étudiants qui ont un sens critique dans les sujets problématiques concernant à l'université et qui créent  des éspaces pour discuter et réfléchir sur eux, pour qu'on fasse prendre conscience.      Activités qu'on fait tous les jours:   ‐Faire les devoirs.  ‐Écouter les problèmes des amis et copains et aider à trouver une solution.  ‐Recycler des matériaux.  Página 91 de 98   

Eliminado: l

Eliminado:   Eliminado:

Eliminado: tres Eliminado: ans un Eliminado: avec

Eliminado: son Eliminado: réligion


‐Faire le ménage à la maison.  ‐Discuter à propos des sujets politiques et sociaux.                     ACTE DE LA CLASSE No 001    Le mardi 22 mars 2011 la professeur Véronique Bellanger et les étudiants du cours Français Oral 5,  se  sont réunis dans le but de discuter et réfléchir  sur la question: Est‐ce  que  nous,  étudiants  de  l’Unal,  sommes des acteurs clés du changement?  Pourtant avant de répondre à cette question on a posé trois critères et des caractéristiques pour bien  l’analyser:  • Qu’est‐ce qu’un acteur clé du changement?  o Un ensemble de personnes et d’idées  o Une personne critique, observatrice, analytique   o Une personne engagée  o Appui  o Acceptation par la communauté  o Avoir une relation avec le passé  o Formation académique        affectation, responsabilité  o Une personne créative, imaginative, active  o Une personne informée sur la situation sociale    • Quel type de changement peut‐être?  o Positif, négatif  o Petit/ grand  o Une transition, tolérance, social, politique, culturel, académique, économique     • Qui et comment on évalue le changement?  o Est‐ce que si on est aimé, on est un bon acteur?  o Nos intérêts : qui le fait?  qui le reçoit?  o Conséquences du changement : amélioration,  éradier un problème.    Après  la  Prof  Véronique  a  lu  quelques  opinions  des  étudiants  par  rapport  à  ce  qui  est  un  acteur  du  changement :  Juliana  a  pensé    que  les  acteurs  du  changement  sont  « des  étudiants  qui  font  des  projets  sociaux,  en  plus ils sont engagés avec le changement social et ils ont un sens critique » ; alors que Laura a dit  que:  « avec des petites actions on devient acteur du changement ». Mais Karen a dit qu’en participant dans  les activités de l’Université, en assistant aux réunions de la Fac, en faisant les devoirs, en profitant les  bourses, etc. on est acteur du changement.   Página 92 de 98   


Quant à Leslie et Caroline, elles ont proposé de faire une recherche sur les étudiants qui font de projets  à l’université, par contre César a proposé d’analyser la Loi 30 de l’éducation supérieure.  Finalement grâce aux points de vue de ces étudiants, la prof nous a  demandés de chercher et présenter  pour  jeudi  prochain  des  personnes  étant  où  n’étant  pas  acteurs  clés  du  changement,  et  réfléchir    sur  nous‐mêmes en tant qu’acteurs du changement dans la vie quotidienne.    Karla Villamarín                                                Acte de classe No. 2  25 Avril 2011  leslie    Pour le journal télévisé, nous avons mis en commun un nombre de caractéristiques de chaque journal  télévisé  et on a commencé  à discuter lesquelles de  ces  caractéristiques étaient plus appropriées  pour  notre projet.  Personnages (Rôle, familier, sentiment):  • 1 présentateur ou plusieurs (3) selon les nouvelles  • 2 invités – 1 sur le plateau, autre en dehors du plateau. Débats ou information.  • Envoyés spéciaux  Temps :  • 1 heure  • Horaire  =  nocturne,  du  matin,  midi  • 21 minutes  • Reportages = de 3 à 5 minutes  Lieu :  • Sur le plateau  • Ambiance spontanée  • En dehors du plateau  • Blanc et bleu  Página 93 de 98   


• Musique = Aucune ou plusieurs  • Attirant  • Écran =  Beaucoup  ou  pas  du  tout  Public :  • International  • Francophone = à l’étranger = expatriés, Afrique, Canada  • Espagnole  • Hispanophone  • Colombien = tous, femmes, la famille, etc.  • Bogotá  • Université National  • Des étudiants de philologie  Caractéristiques :  • Calme   • Mélangé    De quoi ?   • Transport  • Culture  • Interview  • Plein de choses  • Santé  • Reportages  • Recettes  • Résumés  • Enquête  • Économie  Quoi ? (En fonction de ce qu’il a été dit avant)  • Images = Beaucoup, très fortes, en relation avec le texte.  • Information utile, précis, sérieuse  Ordre = pas défini  Acteurs :   • Présentateurs  • Éditeurs  • Directeur  • Journaliste 

Página 94 de 98   


Étapes avant le journal :  • Réunion avec les journalistes  • Prise en compte de la sensibilité politique   • Nombre de reportages identiques = partagés  • Reportages brefs  • Pas d’approfondissement  • Script improvisé avec la téléprompteuse  • Faire une synthèse, résumé des actualités    L’objectif est encore à discuter= Inciter à la réflexion pour inciter à devenir un acteur clé du  changement.  Idées complémentaires :  • On peut mettre des sous‐titres en espagnol pour pouvoir le diffuser plus.  • Le journal doit avoir reportages, un débat et une enquête minimum.  • Tout  le  monde  va  travailler  sur  tout  le  projet,  mais  il  y  aura  des  petits  groupes  d’étudiants qui travailleront sur les différentes sections.  JEUDI ON FERA, SI POSSIBLE, LA DISTRUBUTION DE RÔLES POUR LE JOURNAL TÉLÉVISÉ.  MARDI  PROCHAIN    ON  AURA  UN  SIMULACRE  D’UNE  CONFÉRENCE  DE  JOURNALISTES  POUR CHOISIR LES SUJETS DONT ON VA PARLER.  Finalement, réfléchir sur la question : Comment montrer que c’est une réflexion et pas une  imposition ?              ACTE DE CLASSE NO. 3  04 Mai 2011  leslie    D’abord, on a mis en commun nos rôles dans le journal télévisé. Ensuite on a commencé à  parler des tâches de chaque groupe.  On a parlé avec Angélica à propos son documentaire sur des acteurs clé du changement à  travers l’histoire de l’Université. Nous avons donc accordé qu’il y aura une interview avec  Maria Elvira Naranjo, mais aussi, on montrera la vie de 3 personnages plus. On a encore à  faire le choix des acteurs clé.  Puis,  on  a  discuté  à  propos  du  sujet  du  débat.  Il  y  a  encore  beaucoup  de  confusion  à  propos  de  ce  qu’on  va  faire,  donc  les  membres  du  groupe  Jose  et  Alejandra  doivent  proposer une chose beaucoup plus définie. Véronique leur a proposé aussi de penser à un  reportage de 2 minutes au maximum pour inciter à la discussion du sujet.  


On  a, cependant, été  d’accord  avec  le  temps  pour  chaque actualité : 5  minutes  environ,  pour faire une vidéo finale de 30 minutes de durée.   Finalement, il y a encore quelques questions pour discuter :   • On envisage quel type de public ?  • Quelles vont être les dates de remise  de devoir?  • Qui vont être nos acteurs clé ?  Pour  définir  les  réponses,  on  a  dit  que  demain,  jeudi  5  Mai,  on  devait  apporter  des  différents personnages et les critères qu’on a déjà défini en classe pour évaluer si sont des  vrais agents clé ou pas.              Paramètres   Leslie‐Carlos      Titre :  Groupe :  L’objectif principal : Inciter à la réflexion pour devenir acteur clé   Durée estimée : entre 4 et 6 minutes  Format : (Liliana)  Sujet :  Personnage(s) présenté(s) :  Activité:  Plan de réalisation (avec dates de chaque activité2) :  Lieu :                                                                                   2

 Rappelez‐vous que la délai c’est jusqu’au 21 mai, pour qu’on puisse éditer la vidéo en temps. 

Página 96 de 98   


Comment allez‐vous faire votre journal télévisé ?    1.

La réunion  a. réflexion sur ce qui va se faire ou non : acteurs clés  b. travail d’équipe : respect, minimum d’accord,  c. temps, discuter les images, Présentation, présence de tous, synthèse des informations,      2. idéologie :  a. réflexion  b. objectif  c. information      3. Quoi ? qu’est‐ce que l’on va faire  pour atteindre notre objectif ?(inciter à la  Réflexion sur les enjeux des acteurs clés dans notre faculté).        Directeur  connait toutes l’info, aide les  carlos  d’information   journalistes  Présentateurs    laura  Journaliste  Reportage historique   Angelica  karla   Correspondant (extérieur)  Carolina    Débat   Alejandra y josè   Enquête‐micro‐trottoirs  Juliana y cesar    Editeurs de  donnent leurs avis  Leslie et Liliana  l’information  partie technique      a. Qui fait quoi ?  a. Journalistes: présentent des sujets, donnent leurs avis :   1. Correspondant  2. présentent des sujets, donnent leurs avis   Página 97 de 98   


3. Mots clés    b.  :   1. Vocabulaire : Karla  c. laura      4. La préparation des écrits, reportages, actualités,  5. Edition‐correction  6. Réalisation       Website  http://www.4shared.com/get/G61Sus9E/Techniques_and_Principles_in_L.html                                           

Página 98 de 98   


CAMALEON